Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en guerre

 | 
Christiane Raynaud

Les deux sièges du palais apostolique d’Avignon (1398-1411)

Germain Butaud

Texte intégral

  • 1 M. d’Alpartil, Chronica actitatorum temporibus domini Benedicti XIII, éd. F. Ehrle, Paderborn, 190 (...)
  • 2 R. Brun, « Annales avignonnaises de 1382 à 1410, extraites des archives de Datini », Mémoires de l (...)
  • 3 F. Ehrle, “Aus den Acten des Afterconcils von Perpignan 1408”, Archiv für Literatur- und Kirchenge (...)
  • 4 Signalons en particulier le registre contenant la copie des mandats de paiements adressés par les (...)

1Les deux sièges du Palais des Papes du temps de Benoît XIII sont les événements militaires concernant Avignon les mieux documentés du Moyen Âge. Les sources nous renseignent sur les deux camps et sont très variées. En plus des chroniques, dont celle de Martin d’Alpartil1, un fidèle du pape, nous disposons de la correspondance adressée au marchand de Prato Francesco di Marco Datini par ses agents d’Avignon2, de divers traités polémiques3, ainsi que de nombreux documents d’archives4.

  • 5 Sur le schisme, l’ouvrage fondamental est toujours celui de N. Valois La France et le grand schism (...)
  • 6 P. Pansier, « Les sièges du palais d’Avignon sous le pontificat de Benoît XIII », Annales d’Avigno (...)
  • 7 Brun, 1937, p. 52 (26 octobre 1398, Tieri di Benci).

2Ce faisceau de sources permet une approche fine des réalités militaires et humaines de ces sièges intéressants à plusieurs titres. En effet, ils illustrent une phase inédite du schisme5 et scellent la fin du séjour des papes à Avignon. Du point de vue de l’art de la guerre, ces conflits méritent d’être connus car ils concernent une forteresse majeure de la fin du Moyen Âge et se situent à une période déterminante de l’histoire de l’artillerie. Ils mobilisèrent fortement les Avignonnais qui vécurent sur le pied de guerre pendant de longs mois et durent engager des sommes considérables dans la bataille. Toutes ces raisons nous invitent à reprendre l’analyse de ces épisodes guerriers même s’ils ont déjà bénéficié d’une étude majeure6. « On pourrait en tirer un livre comme celui [de la guerre] de Troie »7.

Le premier siège du Palais des Papes (1398-1403)

  • 8 Alpartil, p. 34-35, 37, 42-43 ; Brun, 1937, p. 43 (Tomaso di Ser Giovanni), p. 47-48 (Tieri di Bie (...)

3Après la soustraction d’obédience décidée par Charles VI (27 juillet 1398) et sa proclamation par des commissaires royaux à Villeneuve-lès-Avignon (1er septembre), le choix des prélats ne se fit pas attendre. Conformément aux sommations françaises, dix-neuf cardinaux quittèrent la ville pontificale pour s’installer à Villeneuve. Seuls cinq cardinaux restèrent aux côtés de Benoît XIII8.

Avignon se retourne contre le pape

  • 9 Jean Froissart fait erreur en attribuant à Jean Boucicaut les faits de son frère, Chroniques, éd. (...)
  • 10 Alpartil, p. 37-38, 49, 57 ; AC Carpentras : BB 25, f.56 ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 67, 71 (...)
  • 11 Brun, 1937, p. 43-44 (Tomaso di ser Giovanni) ; AC Carpentras : BB 25, f.12v-13r, f.56r ; Alpartil(...)
  • 12 Brun, 1937, p. 44-45 (T. di ser Giovanni), 49 (Tieri di Benci) ; Alpartil, p. 39-40 ; H. Gilles, « (...)
  • 13 Alpartil, p. 40, 42, 45, 46. Brun, 1937, p. 45 (Tomaso di Ser Giovanni), p. 48-49 (Tieri di Benci) (...)

4Pour être son bras armé, le Sacré Collège choisit Geoffroy Boucicaut, frère cadet du maréchal de France, et seigneur de Boulbon en Provence et d’Aramon en Languedoc9. Il put regrouper derrière lui plusieurs capitaines et s’illustra immédiatement en tuant le régent du Comtat (4 septembre 1398)10. Ensuite, sa troupe d’une centaine d’hommes d’armes se répandit dans le territoire d’Avignon (6 septembre) pour faire pression sur les sujets de Benoît XIII11. De fait, les Avignonnais n’obéirent plus au viguier Gonzalvo Forcen et s’emparèrent du petit Palais, avec l’accord de son occupant, l’évêque Gilles Bellemère12. Le 11 septembre, le cardinal Jean de Neuchâtel, nommé par le Sacré Collège gouverneur d’Avignon, s’y installa et en fit son quartier général. Dans l’autre camp, le palais apostolique fut fermé et servit de refuge aux quelques cardinaux fidèles à Benoît XIII qui durent quitter leurs livrées. En outre, les partisans du pape incendièrent la section en bois du pont du Rhône (nuit du 13 au 14 septembre)13.

  • 14 Brun, 1937, p. 45 (T. di ser Giovanni), 48 (Tieri di Benci) ; Alpartil, p. 43, 45 ; Ehrle, Neue Ma (...)
  • 15 Alpartil, p. 45-46, 48.

5Finalement, le 16 septembre, les Avignonnais, réunis dans l’église Saint-Didier, choisirent d’obéir au Sacré Collège. Le soir même, le cardinal de Neuchâtel, vêtu comme un séculier, une épée au côté et un bâton à la main, chevaucha à travers les rues, avec ses hommes, sous les acclamations du peuple qui criait « Vive le saint collège ! », « Vive le collège et Monseigneur de Neuchâtel ! » À cet instant, Avignon et le Comtat Venaissin avaient rejoint définitivement le parti de la soustraction d’obédience14. Les Avignonnais firent main basse sur les écuries et les greniers du pape, récupérant ainsi les engins de guerre qui y étaient entreposés. Ils pillèrent aussi les livrées des cardinaux fidèles à Benoît XIII et agressèrent les Espagnols qu’ils trouvèrent15.

  • 16 Brun, 1937, p. 45 (T. di ser Giovanni) ; Alpartil, p. 46-47 ; Pansier, p. 14.
  • 17 Alpartil, p. 45, 48 ; Brun, 1937, p. 45 (T. di Ser Giovanni), 49 (Tieri di Benci) ; Ehrle, Acten, (...)

6Geoffroy Boucicaut et ses hommes furent autorisés à entrer en ville le 22 septembre. Ils se rendirent aussitôt aux abords du palais. Mais les tirs ennemis les forcèrent à battre en retraite et ceux du palais « commencèrent à tirer sur la ville avec des bombardes et des balistes et cinq jours durant ils ne firent rien d’autre, blessant ou tuant plus de 40 personnes16 ». Boucicaut renonça donc à attaquer le palais apostolique et concentra ses attaques sur la tour du pont, qui était isolée et sous la menace du petit Palais et de l’hôpital Saint-Bénezet. Une partie de la tour s’écroula rapidement grâce à un travail de sape. Le 27 septembre, sa garnison n’avait plus qu’à se rendre17. Tous les efforts purent donc se focaliser sur le palais apostolique.

Le rapport de forces au début du siège

  • 18 Froissart, t. XVI, p. 129.
  • 19 Alpartil, p. 58-65. Les estimations des correspondants de Datini sont de 300, 400, 500 voire 600 h (...)
  • 20 Alpartil, p. 47 ; Froissart, t. XVI, p. 127 (citation).
  • 21 Alpartil, p. 54 ; Brun, 1937, p. 48 (Tieri di Benci) ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 18. B. Boy (...)

7Le Palais des Papes constituait le principal atout de Benoît XIII (Carte 1). Selon Froissart, il s’agissait de « la plus belle et la plus forte maison du monde et la plus aisie à tenir18 ». Cet élément est important car la garnison était réduite. Martin d’Alpartil donne les noms de 277 personnes à l’intérieur du palais : 74 de Catalogne, 68 d’Aragon, 64 de Castille, 27 de royaume de Valence, 23 du royaume de Navarre, 7 de France, 6 d’Angleterre et d’Aquitaine, 5 d’Allemagne, 3 d’Italie enfin19. Parmi eux, il y avait peu de véritables hommes d’armes et arbalétriers, mais chacun participait à la défense. Les cardinaux et les prélats supervisaient la garde à toutes les heures de la nuit. Le pape avait les qualités d’un chef de guerre. Il était connu pour la fermeté de son caractère et son sang-froid : « de sa personne estoit assés hauster et trop cruel, et ne s’esbahissoit point pour petit de chose20 ». En outre, le palais avait été depuis longtemps garni d’armes, de pièces d’artillerie et disposait de grosses réserves de vivres21.

  • 22 Brun, 1937, p. 46 (Tomaso di ser Giovanni), p. 51 (Tieri di Benci).
  • 23 Brun, 1937, p. 47 (12 octobre 1398, Tieri di Benci).
  • 24 Les soldats de Boucicaut en profitèrent pour piller les richesses des cardinaux des deux bords qui (...)
  • 25 Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 180 ; Brun, 1937, p. 46 (Tomaso di ser Giovanni), 49, 50 (Tieri d (...)

8Les assiégeants pouvaient compter de leur côté sur un capitaine expérimenté, Geoffroy Boucicaut, avec cependant relativement peu de soldats professionnels (200 hommes d’armes) payés par le Sacré Collège et Avignon22. Mais les Avignonnais étaient partie prenante du siège et avaient désigné des élus de la guerre. « Voilà cent ans qu’il ne s’est rien passé de tel ici : de grands tumultes, tous les jours sous les armes, et pas une boutique ouverte pendant trois semaines23 ». Les assiégeants enserraient étroitement le palais de leurs positions puisqu’ils occupaient à sa proximité immédiate le clocher de Notre-Dame-des- Doms24, et que tout autour, ils s’étaient fortifiés à l’est, dans les livrées cardinalices de Viviers, de Saluces et de Saint-Martial, au sud, dans la demeure du maréchal de la cour romaine, et à l’ouest, dans la livrée du cardinal de Murol où résidait Boucicaut. Toutes les rues menant au palais avaient été fermées par des grilles de fer, gardées jour et nuit, par des barrières « à la façon de Sienne » ou encore par des chaînes25.

Le duel d’artillerie et les épisodes marquants du siège

  • 26 Ehrle, Acten, 1889, p. 428 ; Alpartil, p. 49 ; Valois, t. III, p. 199.
  • 27 Brun, 1937, p. 42, 43, 46-47 (T. di ser Giovanni), 49, 51 (Tieri di Benci).
  • 28 Brun, 1937, p. 55 (Tomaso di ser Giovanni). Cette bombarde était dirigée par un prêtre de Catalogn (...)

9Le 29 septembre, les deux bombardes du petit Palais et tous les archers et arbalétriers avignonnais tirèrent sur le palais apostolique. Benoît XIII, qui se trouvait près d’une fenêtre, fut atteint légèrement à l’épaule par des éclats d’un boulet de pierre. Par révérence pour saint Michel, il défendit à son artillerie de répliquer26. Mais en temps normal, la garnison du palais tirait à coups de bombardes et d’arbalètes, de jour et de nuit, faisant plusieurs victimes27. Redoutable était la grande bombarde installée dans l’actuelle cour d’honneur du palais. Ses projectiles faisant jusqu’à trois quintaux (120 kilos) pouvaient atteindre les Changes et la rue de l’Épicerie. En tombant à pic, ils fracassaient les toits et traversaient un à deux étages28

  • 29 Brun, 1937, p. 47 (Tomaso di ser Giovanni), p. 51 (Tieri di Benci) ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, (...)

10Mais pour y répliquer les Avignonnais avaient à leur disposition deux puissants engins à trébuchet. Celui qui se trouvait près de l’église Saint-Symphorien projetait des pierres de trois quintaux environ (120 kilos). Le 15 octobre, cet engin détruisit dans la grande chapelle le trône pontifical. L’engin situé vers la livrée de Murol lançait des pierres de sept quintaux (280 kilos). Le rythme de tir allait jusqu’à quarante pierres par jour29. De plus, les Avignonnais avaient aussi placé des bombardes et des couleuvrines sur plusieurs tours : le clocher de Notre-Dame des Doms, la tour de la livrée d’Albane, la tour de la livrée de Florence.

  • 30 Alpartil, p. 50 ; Brun, 1937, p. 46, 49, 50 ; Boysset, p. 354 ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 6 (...)
  • 31 Alpartil, p. 49 ; Brun, 1937, p. 45-46 (Tomaso di ser Giovanni), 49 (Tieri di Benci) ; Valois, t. (...)

11Le 1er octobre, un jour de trêve, une troupe venant du palais réussit, par escalade, à prendre contrôle de la tour-clocher de Notre-Dame-des-Doms. Mais immédiatement, ils en furent chassés par les fumées d’un feu de soufre que les Avignonnais déclenchèrent à la base du clocher. L’incendie fut ensuite mis aux provisions de bois du pape qui se trouvaient au pied de la tour de Trouillas. Malgré les efforts de la garnison, le feu dura trois jours et quatre nuits et le palais perdit ainsi l’essentiel de ses réserves de bois30. Mais, la vengeance divine, selon Alpartil, vint frapper les assiégeants. Le 4 octobre, le cardinal de Neuchâtel mourait de la peste31.

  • 32 Brun, 1937, p. 50 (21 octobre 1398, Tomaso di ser Giovanni).
  • 33 Brun, 1937, p. 51-52 (Tieri di Benci), p. 53 (Tomaso di Ser Giovanni) ; Alpartil, p. 54-56 ; Boyss (...)
  • 34 Alpartil (documents), p. 522-525 ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 70 ; Valois, t. III, p. 200 n. (...)

12Peu après s’ouvrirent de difficiles pourparlers entre les deux camps. Certains avignonnais étaient si hostiles au pape qu’ils le considéraient comme un hérétique qui méritait d’être brûlé32. Au cours des négociations, un grave incident eut lieu. Le 24 octobre, alors qu’une trêve d’un jour avait été conclue, les cardinaux Martin de Zalva, Bonifacio degli Ammanati et Gofredo Boyl sortirent du palais pour parlementer avec Boucicaut. Un arbalétrier du palais, ignorant la trêve, tira sur des habitants. Aussitôt, Boucicaut profita du bris de trêve pour arrêter les prélats. Il emprisonna deux cardinaux dans son château de Boulbon et utilisa Gofredo Boyl comme intermédiaire entre les deux camps, mais celui-ci en profita pour rester dans le Palais des Papes33. L’action de Boucicaut fut rapidement désapprouvée par les cardinaux, mais pendant des années cet épisode fut utilisé par les partisans de Benoît XIII comme preuve de l’iniquité des cardinaux34.

  • 35 Alpartil, p. 56-58, 66 ; Brun, 1937, p. 52-53 (Tieri di Benci), 53-54 (Tomaso di ser Giovanni) ; C (...)
  • 36 Brun, 1937, p. 54 (27 octobre 1398, Tomaso di ser Giovanni).

13Un autre épisode du siège attira plus encore l’attention des chroniqueurs. Dans la nuit du 25 au 26 octobre, l’élite des hommes d’armes qui assiégeaient le palais tenta de s’en emparer en passant par le conduit de l’égout de la grande cuisine. L’expédition devait comprendre au total de quatre-vingts à cent personnes. Mais la première vague de l’assaut ne concernait qu’une soixantaine d’hommes d’armes qui parvinrent à s’introduire jusque dans la cuisine. Un garde les remarqua. Aussitôt, la cloche d’alarme retentit et le palais entier se mobilisa pour les repousser. Après un vif combat, un assaillant fut tué et surtout cinquante-six d’entre eux furent faits prisonniers et enfermés, les chefs dans la trésorerie, les autres dans la tour de Trouillas35. Pour les partisans de Benoît XIII, un miracle avait eu lieu qui leur donnait des moyens d’échange pour libérer les deux cardinaux captifs. Pour ses adversaires, c’était l’échec d’une entreprise audacieuse qui devait assurer au roi de France le contrôle du palais, car les assaillants avaient pris soin d’amener avec eux des pennons fleurdelisés pour en prendre possession. Ils avaient même emporté des sacs pour faire main basse sur ses richesses… L’état d’esprit des Avignonnais était alors si hostile à Benoît XIII, perçu comme un Antéchrist, que l’on disait que, si un jour le palais était pris de force, le pape et les siens risquaient d’être mis en pièce par la population36.

  • 37 Alpartil, p. 66-67 ; Brun, 1937, p. 54 (Tomaso di ser Giovanni).

14Pour faire oublier son échec, Boucicaut accentua le travail de sape contre le palais grâce à quatre mines : deux contre la tour Notre-Dame (alias Campane), une contre la tour de la Gâche et une contre la tour de la Peyrolerie. Mais les assiégés à nouveau déjouèrent ces tentatives en lançant eux-mêmes des contre-mines et en livrant victorieusement plusieurs combats sous terre37.

  • 38 Brun, 1937, p. 55 (Tieri di Benci ; Tomaso di ser Giovanni).
  • 39 Alpartil, p. 68-70, 73 ; Brun, 1937, p. 55-56 (Nicolaio di Bonaccorso).

15Ces revers favorisèrent la reprise des négociations dans la première quinzaine de novembre où l’on fit trêve38. Après plusieurs jours occupés par une violente reprise des hostilités, une nouvelle trêve, durable cette fois, fut conclue le 24 novembre. Dès le lendemain, le pape put recevoir des ambassadeurs du roi d’Aragon, Martin Ier, qui lui firent accepter que les rois de France et d’Aragon règlent son sort et décident de l’union de l’Église39.

Les tractations sur le sort de Benoît XIII (déc. 1398-mai 1399)

  • 40 Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 69 ; Alpartil, p. 68. La solde de Georges de Marlioz commence le (...)
  • 41 Brun, 1937, p. 57 (Nicolaio di Bonaccorso) ; Alpartil, p. 72-74 ; F. Ch. Carreri, “Chronicon parvu (...)

16Dès lors, une nouvelle phase s’ouvrit pour le siège du palais. Il ne s’agit plus que de maintenir le blocus, sans entreprendre d’actions offensives. Pour ce faire, Geoffroy Boucicaut fut remplacé (vers le 16 novembre) comme capitaine par Georges de Marlioz, sénéchal de Provence, tandis que Pierre de Balleyson, un ancien fidèle de Clément VII comme Marlioz, devint viguier d’Avignon40. L’essentiel se jouait sur le terrain diplomatique, à Paris, où s’étaient rendus des cardinaux, des ambassadeurs d’Avignon et des émissaires du roi d’Aragon41.

  • 42 G. Mollat, « Épisodes du siège du palais des papes au temps de Benoît XIII (1398-1399) », Revue d’ (...)
  • 43 Chronographia regum Francorum, t. III, p. 162 ; Brun, 1937, p. 57 ; 1938, p. 21, 22, 23 ; Boysset, (...)
  • 44 Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 24-28 ; Brun, 1938, p. 22, 24 (Tomaso di ser Giovanni) ; Valois, (...)
  • 45 Boysset, p. 355 ; Alpartil, p. 70 ; Brun, 1938, p. 24 (Tomaso di ser Giovanni) ; G. Mollat, « Épis (...)
  • 46 Brun, 1938, p. 22-25 ; Boysset, p. 355-356 ; Chronographia regum Francorum, t. III, p. 162 ; Alpar (...)
  • 47 ASV : Collect. 43, f.75r-83r.

17Toutefois, pendant ces pourparlers, les partisans de Benoît XIII ne restèrent pas inactifs. Une grande expédition navale fut en effet montée en Catalogne avec l’appui du roi d’Aragon42. La flotte, dirigée par Pedro de Luna, parent du pape, partit de Collioure et arriva à l’embouchure du Rhône. Au total, elle comprenait une trentaine de navires de toutes les tailles qui arboraient l’image du Christ en croix et celle de la Vierge Marie pour signifier qu’il s’agissait d’une croisade43. Le 10 janvier 1399, la flotte atteignit Arles et Trinquetaille où elle stationna en bons termes avec les habitants44. Puis, les 24 et 25 janvier, elle essaya de remonter vers Avignon mais elle ne put guère avancer car, de façon exceptionnelle, le niveau du fleuve était très bas. Seuls quelques petits navires purent se rendre jusqu’à Tarascon et Vallabrègues45. Toute l’expédition était donc par la force des choses bloquée et les navires n’eurent plus qu’à rebrousser chemin par petits groupes et à rentrer chez eux. Le 4 mars, l’évacuation était terminée. L’échec de l’expédition était donc complet46. Mais elle avait mobilisé le Sacré Collège qui, en janvier 1399, soldait 148 arbalétriers venus de Provence et 129 hommes d’armes47.

  • 48 Brun, 1938, p. 26-27 (Tomaso di ser Giovanni) ; Alpartil, p. 75-77, 92 ; Ehrle, Acten, 1889, p. 43 (...)
  • 49 E. Martene, U. Durand, Veterum scriptorum et monumentorum historicorum, dogmaticorum, moralium Amp (...)
  • 50 Pour les serments des personnes qui quittèrent le palais, cf. Ibid., t. VII, col. 650-653. Pour la (...)
  • 51 Ainsi, la troupe de 44 hommes d’armes de Pierre de Balleyson fut licenciée le 22 mai, et onze homm (...)

18Pendant ce temps, un compromis fut atteint à Paris. Le pape devait reconnaître la voie de cession, faire évacuer ses troupes et se placer dans son palais sous la protection du roi de France. Avec un entourage réduit à une centaine de serviteurs, il serait sous le contrôle de plusieurs gardiens désignés par Charles VI. Mettre en application ces conventions à Avignon fut cependant l’affaire de plusieurs semaines, plusieurs mois même. Le premier résultat des tractations fut la libération des deux cardinaux prisonniers de Geoffroy Boucicaut, Martin de Zalva et Bonifacio degli Ammanati48. Puis le pape conclut un accord de principe sur sa situation future et reçut des garanties des cardinaux et de la ville d’Avignon49. Dès lors, l’évacuation du palais put se faire du 29 avril au 20 mai. Les arbalétriers, les hommes d’armes et les serviteurs en surnombre prirent congé de leur maître, qui n’eut plus à son service que cents clercs et familiers50. En conséquence, Avignon et le Sacré Collège licencièrent certains hommes d’armes qui assuraient la garde du palais depuis le départ de Boucicaut51.

Un pape prisonnier, une ville sous tension (juin 1399-mars 1403)

  • 52 ASV : Collect. 43, f.106r-106v, 123v-124r ; Alpartil, p. 79-80.
  • 53 Brun, 1938, p. 29 (Fabri Tolosini), p. 33 (Nicolaio di Bonaccorso).
  • 54 Alpartil, p. 106, 120.
  • 55 Brun, 1938, p. 29, 31, 32, 33, 35…
  • 56 Brun, 1938, p. 32 (23 octobre 1399, Tomaso di ser Giovanni).
  • 57 Cf. Ehrle, Neue Materialen, 1892, p. 302-308.
  • 58 Ces gardiens étaient Robin de Bracquemont et Guillaume de Mévouillon, Alpartil, p. 108, 120, 121 ; (...)

19Le contrôle exercé sur la ceinture de palissades qui entourait le palais restait cependant très étroit. Les cancels étaient gardés par une troupe forte de 122 piétons en juin 1399 et de 65 hommes en octobre suivant52. Par endroit, il y avait trois barrières successives à franchir pour accéder au palais. Benoît XIII et ses fidèles vivaient dans des conditions sévères, ne recevant des vivres qu’au jour le jour53. Ils recevaient aussi souvent des insultes de leurs gardiens. Malgré cela, Benoît XIII restait sur la même ligne de conduite. Se laissant pousser une barbe de patriarche en signe de deuil et de détention54, il se considérait comme irrévocablement pape et était donc « de mauvaise volonté » à l’égard de toutes les tractations faites au nom du Sacré Collège, avec qui il ne voulait avoir aucun contact55. Sa résistance et son intransigeance marquaient même ses adversaires. « Il fait sentir que c’est lui qui gouverne et qu’il tient les clés. Assurément il a enduré bien des épreuves56 ». Benoît XIII accumulait en secret, mais devant notaire, des réserves sur l’accord qu’on lui imposait57. Après de longs mois d’échanges diplomatiques, il accepta de se mettre sous la protection du duc d’Orléans (25 mai 1400). Mais ce ne fut que le 17 août 1401 que les gardiens désignés par le duc entrèrent en fonction58.

  • 59 Brun, 1938, p. 35-36 (16 juin 1400, Tieri di Benci). Pour l’édition de cette lettre en italien, cf (...)

20La ténacité du pape mettait à l’épreuve les partisans de la soustraction d’obédience. Une subtile guerre psychologique se jouait, nourrie par les rumeurs et les actions de propagande. En 1400, les métiers et les dirigeants municipaux organisèrent ainsi deux grands jeux théâtraux59. En mars, ce fut une représentation du siège de Troie. Le thème choisi était clairement politique dans une ville qui avait été le théâtre, si l’on peut dire, d’un siège retentissant. Troie servait de métaphore du palais apostolique, et par le théâtre, les Avignonnais réalisaient de façon symbolique ce qu’ils n’avaient pu accomplir pour la forteresse de Benoît XIII. À la Pentecôte, le thème était plus courant : un jeu de la Passion du Christ. Mais la représentation fut imposante, impliquant deux cents acteurs en costume qui se produisaient devant une énorme foule de dix à douze milles personnes selon un témoin. Assurer l’ordre durant la représentation fut l’occasion d’une véritable parade à cheval des trois cents meilleurs bourgeois de la ville, armés de pied en cap.

  • 60 Il fut connétable de vingt puis de douze hommes de juin à décembre 1399, ASV : Collect. 43, f.103v (...)
  • 61 Alpartil, p. 119-123.
  • 62 Brun, 1938, p. 38-39 (Tieri di Benci), p. 39 (Tomaso di ser Giovanni) ; Alpartil, p. 124-130 ; Car (...)

21Cependant, les lendemains de cette manifestation civique furent marqués par des divisions sérieuses. Le blocus interminable du palais créait des tensions au sein des élites avignonnaises d’autant plus que les Provençaux avaient restitué leur obédience à Benoît XIII. En août 1401, une faction se constitua contre l’assesseur et les nouveaux syndics de la ville, accusés d’être favorables au pape. Elle comptait notamment dans ses rangs Marco Quelli, un Lucquois qui avait été longtemps à la tête d’une troupe de gardiens des cancels60. Ces hommes imposèrent qu’une commission de huit membres assistent, et en réalité contrôlent, les syndics61. Puis à l’automne, occupant la rue en armes, faisant pression sur les syndics et le maréchal de la cour romaine, ils procédèrent à plusieurs arrestations, sous le prétexte d’un complot (imaginaire) visant au saccage de la ville. Parmi leurs victimes se trouvaient le juriste piémontais Augustino de Valgueria et François de Cario, docteur en droit et assesseur de la ville ; tous deux furent condamnés à mort. Ces violences, qui débordèrent les intentions des cardinaux, marquèrent l’apogée du contrôle de la ville par les ennemis du pape. Mais ceux-ci ne purent maintenir longtemps leur position et l’année suivante, le calme revint dans la cité62.

Le retournement de situation et les leçons du siège

  • 63 Alpartil, p. 139 ; Boysset, p. 367 ; S. Puig Y Puig, Pedro de Luna, p. 492 ; Carreri, p. 164 ; Chr (...)
  • 64 Alpartil, p. 140-142 ; Boysset, p. 368 ; Carreri, p. 164 ; Chronique du religieux de Saint-Denys, (...)
  • 65 Ainsi l’effectif de l’escorte du pape était de 101 hommes d’armes et 44 arbalétriers à Nice le 26 (...)
  • 66 Boysset, p. 369-370 ; Carreri, p. 165 ; Brun, 1938, p. 50 (Tieri di Benci), p. 51 (Tomaso di ser G (...)
  • 67 Brun, 1938, p. 156 (Tomaso di ser Giovanni) ; Carreri, p. 165 ; Boysset, p. 373 ; P. Pansier, p. 2 (...)

22Benoît XIII força le destin en s’évadant du palais dans la nuit du 11 au 12 mars 1403. Attendant l’ouverture des portes, il put sortir de la ville avec quelques fidèles, monter dans une barque qui l’attentait, descendre le Rhône et joindre Châteaurenard, village qui lui était acquis63. Le 14, il reçut la visite du comte de Provence Louis II d’Anjou. Ensuite, il eut la satisfaction de voir défiler tous ses anciens adversaires qui lui firent amende honorable : les cardinaux, les Avignonnais et les Comtadins (28 mars 1403). Dans la nuit du 30 au 31 mars, les Avignonnais détruisirent les palissades qui entouraient le palais aux cris de « Vive le pape ! »64. Mais Benoît XIII n’oublia pas la pénible épreuve qu’il avait subie : il ne retourna plus jamais à Avignon. Dans ses déplacements en Comtat, en Provence puis en Ligurie, il ne cessa de s’entourer d’une forte escorte militaire ou plutôt d’une petite armée65. Par ailleurs, il chercha à accroître le potentiel militaire du palais d’Avignon, auquel il devait tant. Dès décembre 1403, les maisons situées aux abords immédiats du palais, à l’ouest, furent détruites. De grands travaux commencèrent en février 1404, avec la construction d’une nouvelle muraille reliant Notre-Dame-des-Doms au petit Palais ; ils étaient bien avancés en juillet66. Le projet était d’édifier un vaste ensemble fortifié composé du palais apostolique, du petit Palais, du rocher des Doms et de la tour du Pont. La mise en défense fut complétée en janvier 1405 par la destruction du clocher de Notre-Dame-des-Doms et l’édification d’une puissante tour sur le Rocher, la tour Quiquengrogne67. Le palais apostolique fut ainsi incorporé dans un système de fortification cohérent, qui l’isolait de la ville, symbole s’il en est des nouveaux rapports entre le souverain et ses sujets. Signe aussi que l’on envisageait des troubles futurs.

Le second siège du Palais des Papes (1410-1411)

  • 68 Brun, 1938, p. 176-177 (Tomaso di ser Giovanni) ; Alpartil, p. 194.
  • 69 Carreri, p. 166-167 ; Alpartil, p. 199 ; Valois, t. IV, p. 160 n. 4.

23Après l’échec d’années de négociation entre Benoît XIII et les pontifes romains successifs, Boniface IX, Innocent VII (1404-1406) et Grégoire XII (1406-1415), la cour de France déclara le pape d’Avignon hérétique et schismatique et adopta le parti de la neutralité (25 mai 1408). Le 5 juin 1409, le concile de Pise déposait Benoît XIII ainsi que Grégoire XII. Ces décisions n’eurent toutefois pas de conséquences immédiates pour Avignon et le Comtat Venaissin qui restèrent dans l’obédience de Benoît XIII même si beaucoup étaient favorables au nouveau pape élu par le concile, Alexandre V68. Par précaution, en décembre 1409, le capitaine d’Avignon (et recteur du Comtat Venaissin) Rodrigo de Luna paracheva la défense du palais en chassant les chanoines de la cathédrale Notre-Dame-des-Doms. Le 26 janvier 1410, il fit publier à travers les églises d’Avignon, une bulle qui excommuniait les cardinaux et l’université de Paris comme hérétiques et schismatiques69. L’invasion des terres pontificales était alors imminente.

Le basculement d’Avignon dans le camp d’Alexandre V

  • 70 Brun, 1938, p. 183, 189 (11 mars et 16 mai 1410, T. di ser Giovanni) ; ADV : C 7, f.69v ; 3E 45/13 (...)
  • 71 AC Carpentras : BB 35 ; ADV : C 7, f.33r-37r, 42r-52r, 70r-70v ; Pansier, p. 35-38.

24Le cardinal Pierre de Thury, vicaire d’Alexandre V, choisit de s’emparer d’abord du Comtat Venaissin avant s’occuper du sort d’Avignon. Son capitaine Randon de Joyeuse envahit le pays entre le 10 et le 12 février 1410 et logea à Sarrians puis dans d’autres localités (Malemort, La Roque-sur-Pernes, Saint-Jean-de-Vassols, Sainte-Cécile). L’effectif de ses troupes était de l’ordre de 500 à 600 cavaliers et de 200 fantassins70. Les négociations avec les Comtadins s’avérèrent particulièrement longues car il fallait passer outre l’autorité des officiers de Benoît XIII. Finalement, après plusieurs contretemps, le parlement public de Carpentras, approuva, le 17 mars, la réunion des États qui reconnurent l’autorité d’Alexandre V, seul vrai vicaire du Christ sur terre (9 avril). Le 21 avril, Philippe de Thury, archevêque de Lyon, et frère du cardinal, entra dans la capitale du Comtat Venaissin avec l’armée de conquête. Il fut reçu pratiquement comme un souverain pontife puisque les enfants, des roseaux à la main, l’accueillirent aux cris de « Vive notre seigneur Alexandre ! » et que l’on fit le soir des feux de joie sur le clocher au son des trompettes et des cornemuses71. Plusieurs localités, dont Oppède, Sorgues et Malaucène, restaient cependant dans l’obédience de Benoît XIII.

  • 72 Dès juin 1409, le pape avait envoyé le chroniqueur Martin d’Alpartil et l’abbé de Solsone pour rés (...)
  • 73 Alpartil, p. 198.
  • 74 Les sources dont disposaient N. Valois et P. Pansier ne leur permettaient pas de bien connaître ce (...)
  • 75 Citons Randon de Joyeuse, L’Hermite de la Faye, sénéchal de Beaucaire et Régnier Pot, gouverneur d (...)

25Les circonstances étaient des plus favorables pour obtenir le ralliement d’Avignon d’autant plus que les officiers de Benoît XIII étaient divisés depuis des mois72. Deux camps sensiblement égaux s’opposaient : d’un côté, Bernard de So, vicomte d’Evol, capitaine du palais apostolique avec son contingent de Catalans, de l’autre les soldats aragonais, navarrais et castillans et les Catalans de la troupe de Rodrigo de Luna, capitaine de la cité73. Les événements se précipitèrent le 29 avril 141074. Ce jour, Rodrigo de Luna voulut que les notables d’Avignon s’accordent avec lui pour rester unis tant que cela serait possible. Mais pour cet accord, il n’eût à sa table que onze personnes qui avaient accepté son invitation. Comme il en attendait une trentaine de plus, il les fit convoquer vers le milieu de la journée. Aucun ne vint car ils craignaient un piège. De fait, les hôtes de Rodrigo devinrent aussitôt ses otages qu’il emprisonna dans le palais apostolique. Voyant cela, la population prit les armes et les Catalans, après avoir mis le feu à deux livrées cardinalices proches du palais, se retranchèrent et tirèrent les premiers coups d’arbalètes et de bombardes. La guerre était ouverte. Le lendemain matin, les Avignonnais firent entrer dans la ville les premiers arbalétriers et hommes d’armes, rejoints le soir par Philippe de Thury accompagné de plusieurs capitaines75. Il avait donc suffi d’une seule journée pour qu’Avignon abandonnât l’obédience de Benoît XIII, idée qui couvait depuis le concile de Pise.

26Le rapport de forces était tout à l’avantage des partisans de la nouvelle obédience. Ils pouvaient compter sur la grande majorité du Comtat Venaissin, sur la population avignonnaise et sur une armée de l’ordre de mille hommes, dont quelques soldats du Venaissin.

  • 76 Tomaso di ser Giovanni évalue la garnison de 350 à 500 hommes, Brun, 1938, p. 183, 187, 190 n.19. (...)
  • 77 Brun, 1938, p. 187, 189 (Tomaso di Ser Giovanni) ; Pansier, p. 40-41, 164.
  • 78 Brun, 1938, p. 189, 190 (Tomaso di ser Giovanni).

27De l’autre côté, les effectifs étaient aussi plus importants qu’en 1398. Alors que pour le premier siège, les serviteurs et les clercs étaient majoritaires, en 1410, environ quatre à cinq cents combattants défendaient le nouveau complexe fortifié constitué du palais apostolique, du petit palais, du rocher des Doms et du pont76 (carte 2). De façon étonnante, alors qu’ils s’étaient entredéchirés pendant des mois, les membres de la garnison firent d’emblée preuve d’une grande combativité : ils multiplièrent les sorties et l’une d’entre elles eut des conséquences durables puisque la portion en bois du pont sur le Rhône fut incendiée77. Leur situation semblait cependant sans issue car le palais était encerclé de palissades et étroitement surveillé par les contingents qui ne cessaient de se renforcer. Bref, quand le cardinal de Thury fit son entrée en Avignon en grande pompe, le 14 mai, la fin du conflit paraissait proche aux contemporains78.

L’artillerie des deux camps

  • 79 Pansier, p. 60.
  • 80 Pansier, p. 42-44, 124-128.
  • 81 Pansier, p. 42.
  • 82 AC Avignon : EE 8, f.166v-167r, 225r.
  • 83 AC Avignon : EE 8, f.6r, 9r-11r, 31r, 33v, 50v, 51r, 143r-143v, 148v…
  • 84 AC Avignon : EE 8, f.46r. Il était sans doute apparenté à Pierre Morel (†1402), originaire de Lyon (...)

28Le 20 mai, le conseil municipal d’Avignon désigna des élus de la guerre chargés de très forts pouvoirs financiers79. Ces dirigeants mettaient beaucoup d’espoir dans l’artillerie et notamment dans la grossa bombarda arrivée d’Aix-en-Provence le 19 mai, conduite par un attelage de trente-six chevaux. Mais elle éclata peu après sa mise en action et la ville d’Avignon dut la refondre entièrement, à partir du 21 juillet, pendant qu’elle finança la fabrication d’une pièce comparable80. De fait, les bombardes furent particulièrement nombreuses à servir pendant le siège. Elles furent placées dans la livrée Saint-Martial, devant l’église Saint-Pierre, la livrée vieille de Viviers, la place du Puits des Bœufs… Pour les servir, on recruta des spécialistes venus parfois de loin comme « maître Jean de Hollande, bombardier, maître de mines, engins et bombardes du très illustre prince le duc de Bourgogne81 ». Les comptes nous révèlent les problèmes d’intendance insoupçonnés que posait l’emploi durable de plusieurs pièces d’artillerie à poudre. Tout d’abord, l’approvisionnement en poudre justement n’allait pas de soi. Des marchands durent s’approvisionner en salpêtre à Paris et à Marseille82. De plus, les pierres de bombarde devaient être produites dans des carrières spécifiques. Elles furent extraites de plusieurs endroits : Villeneuve-lès-Avignon, Termes, Beaucaire, Bourg- Saint-Andéol, Barbentane, Tarascon, Roquemartine et un carrière située près de la Chartreuse de Bonpas en Comtat83. Pierre Morel, un habitant de Lyon, descendit le Rhône dans un bateau chargé de quatre-vingt-trois pierres pour la bombarde d’Aix84.

  • 85 Brun, 1938, p. 191 (3 juin 1410, Tomaso di ser Giovanni) ; Pansier, p. 45.
  • 86 Pansier, p. 69.

29Cependant les engins à trébuchet n’étaient pas démodés. Les deux engins utilisés en 1398 furent redéployés au niveau de la livrée de Murol et de l’église Saint-Symphorien pour répondre à l’artillerie pontificale et la ville prit l’initiative de construire deux nouvelles pièces85. Comme les Catalans essayaient de les incendier, il y avait toujours à proximité des tonneaux d’eau, qui étaient remplis par les juifs de la ville86.

  • 87 Pansier, p. 45 n.3, 68, 88-89.

30Le premier engin devait servir à infecter les ennemis en projetant des tonneaux remplis d’ordures. À la fin de la guerre, le juif Léonet Palhier fut ainsi payé pour avoir fourni 250 barils remplis d’ordure et d’excréments qui furent projetés sur le palais… On fit venir aussi un baril d’eau fétide de Villeneuve-lès-Avignon. Une autre tentative de « guerre chimique » fut essayée l’année suivante : une bombarde projeta une mixture composée d’arsenic87.

  • 88 Pansier, P. 44-45 n.3.

31Le deuxième engin construit, placé dans la livrée de Thury, était un engin record puisqu’il devait lancer des projectiles de dix quintaux, soit environ 400 kilos. Les comptes nous apprennent qu’il fut construit en huit jours seulement, du 1er au 8 juin, grâce à une mobilisation exceptionnelle d’artisans : 184 maîtres fustiers, 64 manœuvres, 9 scieurs, un bourrelier et son valet pendant cinq jours pour la fronde et un cordier pendant trois jours. Prix total de la main d’œuvre : 94 florins 6 sous88. Les engins étaient donc peu coûteux relativement à une solde mensuelle d’homme d’armes qui était de 20 florins. Mais cet engenium seu trabuncula ne remplit pas les attentes puisque dès le 21 juin, il était en réfection. Les limites techniques de l’artillerie à trébuchet avaient été atteintes.

  • 89 Alpartil, p. 226-229 (inventaire de juin 1409).
  • 90 Pansier, p. 46.
  • 91 Brun, 1938, p. 191.
  • 92 Pansier, p. 40.

32Du côté des Catalans, l’arsenal est bien connu : 8 engins à trébuchet, dont trois neufs, 6 bombardes, 9 canons plus petits, 75 balistes, sans compter les arbalètes ordinaires89. Le bombardement venu du palais fut particulièrement intense au début du siège à tel point qu’une vigie fut payée par la ville pour rester sur le clocher de Saint-Agricol et actionner les cloches dès que les machines du palais étaient en service90. Le trébuchet qui avait été dressé dans la grande cour envoyait des pierres de six quintaux (240 kilos) jusqu’aux Changes, capables de traverser quatre ou cinq étages. Par chance, fin mai, il n’était plus en service, l’ingénieur étant parti91. Par ailleurs, pour empêcher les tirs de viretons dans la rue de la Grande Fusterie depuis le petit Palais, les Avignonnais firent tendre une toile pour que les passants ne soient plus pris en enfilade92.

L’encerclement de la forteresse pontificale (mai-déc. 1410)

  • 93 Pansier, p. 40-42.
  • 94 Pansier, p. 40, 49, 123-124.
  • 95 La mine contre la tour du pont fut commencée au mois de juin, Pansier, p. 49.
  • 96 Brun, 1938, p. 191-192 (3 et 10 juin 1410, Tomaso di ser Giovanni).

33Les abords du palais furent rationnellement occupés par les assiégeants. Les principaux capitaines logeaient dans les livrées : le gouverneur du Dauphiné dans la livrée vieille de Viviers, le sénéchal de Beaucaire dans la livrée Saint-Martial, le bailli du Vivarais dans la maréchalerie. Des barricades de bois bloquaient les rues accédant au palais93. L’objectif des assiégeants était de s’emparer en priorité de la zone du pont du Rhône. Pour empêcher les possibilités de sortie par le Rhône, un château de bois avait été construit sur l’île d’Argenton et pourvu des trois bombardes et de soldats94. La tour du pont focalisa l’effort des Avignonnais. On chercha vainement à l’incendier, puis on y concentra les tirs d’artillerie tout en entamant les travaux de sape avec une mine95. Début juin, on pensait que la tour, démolie en partie, était prête à s’effondrer96. Mais elle tint debout encore plus de trois mois et c’est un siège de longue haleine qui s’installa des deux côtés.

  • 97 Carreri, p. 168 ; Brun, 1938, p. 192 (10 juin) ; Pansier, p. 46-47.
  • 98 Pansier, p. 165-167.
  • 99 S. Puig y Puig, Pedro de Luna, p. 225 n. 1.

34L’initiative n’était pas que dans le camp de la ville. Les Catalans parvinrent à incendier la livrée vieille de Viviers. Au début de juin 1410, ils réussirent à obtenir l’alliance d’une compagnie savoyarde qui était sur place et qui devait piller la ville. Le complot fut déjoué de justesse mais cela ne mit pas fin, par la suite, à de nombreuses démarches pour monter des expéditions de secours97. Durant l’été, à plusieurs reprises, des commandos menèrent des actions de représailles sur le Rhône et firent des prisonniers98. Surtout, le 1er août, Rodrigo de Luna fit une sortie avec deux cents soldats, incendia la grue qui menaçait la tour et infligea de lourdes pertes aux assiégeants99.

  • 100 Pansier, p. 50 ; AC Carpentras : BB 36, f.13r.
  • 101 Boysset, p. 388 ; Pansier, p. 167.
  • 102 Boysset, p. 388 ; Carreri, p. 168 ; Pansier, p. 51.
  • 103 Pansier, p. 54.

35Les Avignonnais, à la mi-août 1410, répliquèrent par un assaut de la tour et du pont. Ils y perdirent le chat monté sur une barge, perforé par la bombarde des Catalans installée dans la chapelle Saint-Nicolas, sur le pont, mais ils purent prendre possession d’une arche de pierre100. Dès lors, les Catalans durent se replier : le 6 septembre, ils détruisirent une arche de pierre du pont101. Quelques jours plus tard, le travail de sape porta enfin ses fruits. Le 12 (ou le 13) septembre, la tour du pont s’écroula et les Avignonnais eurent ainsi la maîtrise du Rhône102. Du côté du palais, quelques avancées avaient également été faites. Grâce à une mine commencée depuis juillet, le mur d’enceinte extérieur du jardin fut percé et les Avignonnais prirent le contrôle du jardin103.

  • 104 Pansier, p. 52-53, 54, 56.

36À l’automne, les assiégeants continuèrent à resserrer les positions des Catalans. Deux bombardes installées sur le pont leur permettaient de tirer sur le petit Palais tandis que deux fortins sur barge, amarrés entre les piles de l’arche détruite, rendaient possible une surveillance accrue du Rhône. Autour du palais, à des endroits stratégiques, des murs avaient été édifiés pour renforcer le blocus104. Du côté des Catalans, on essayait d’activer les projets de secours grâce à des émissaires qui parvenaient à sortir nuitamment par une poterne au bas du Rocher…

Menaces extérieures et assauts généraux (janvier-juillet 1411)

37À la date de la mort du cardinal de Thury, le 9 décembre 1410, la « guerre des Catalans » ne donnait pas de signes d’affaiblissement. C’était désormais au nouveau vicaire général, François de Conzié, de superviser la lutte. Le siège entra alors dans une nouvelle phase du fait surtout des dirigeants de la ville d’Avignon.

  • 105 Pansier, p. 60-61 ; J. Fornery, Histoire du Comté Venaissin et de la ville d’Avignon, Avignon, 190 (...)
  • 106 Carreri, p. 169 (mais le chiffre de 4 000 morts est naturellement à rejeter). Fornery, t. I, p. 42 (...)
  • 107 Pansier, p. 62-63, 66.

38Le 28 janvier en effet, ils décidèrent de lancer un assaut général contre la forteresse. Cet assaut fut présenté comme une véritable croisade contre les ennemis de foi grâce à une bulle qui fut diffusée aux villes voisines, comme Carpentras, et proclamée le 12 février dans l’église Saint-Didier d’Avignon105. Pour l’attaque, on construisit spécialement un château flottant qui fut amarré devant la poterne du Rocher et une sorte d’engin servant d’échelle pour escalader la muraille neuve édifiée par Benoît XIII. L’assaut se déroula le 15 février, sur tous les fronts, ce qui était nouveau, tant contre le grand palays que contre la rocca de Dons, le castel devant la posterlla de la Rocca (soit le château Saint-Martin) et le petit palays. Mais cet assaut fut un échec payé au prix de lourdes pertes106. Pourtant, deux nouvelles attaques, plus limitées, furent tentées par la suite, le 9 mars et le 5 avril, mais toujours sans succès107.

  • 108 AC Avignon : EE 6, f.1r-12r, 30r-33r ; Pansier, p. 65-66, 134-136.
  • 109 Cf. AC Avignon : EE 5, cahier inséré, f.1v-2r, 4r-7r.

39Entre ces assauts, la ville d’Avignon soldait des troupes réparties tout autour du palais. Leur effectif s’élevait, en mars 1411, à 152 hommes d’armes, dont 143 disposaient d’un valet, et 182 arbalétriers108. Il s’agissait de mercenaires même s’il y avaient quelques Comtadins. Deux montres nous les décrivent physiquement, fréquemment couverts de cicatrices sur les mains, les oreilles et le visage109

  • 110 Cf. AC Carpentras : BB 37, f.11r ; Pansier, p. 67 n.1.
  • 111 Pansier, p. 70-72.
  • 112 Leur sort fut immédiatement l’objet de beaucoup d’attention de la part d’Avignon, du roi de France (...)
  • 113 Boysset, p. 388 ; Pansier, p. 74, 143-144.

40Ces assauts répétés s’expliquaient sans doute par la volonté de s’emparer au plus vite de la forteresse alors que l’on craignait les expéditions de secours. En effet, le capitaine d’Oppède avait profité de sa marge de manœuvre pour coordonner, grâce à des messagers, la descente de compagnies savoyardes et françaises. Contre cette armée, le Comtat fut un temps en alerte, mais grâce à l’action efficace des officiers du roi de France, ces capitaines abandonnèrent leur projet. Un autre danger se précisa immédiatement à l’horizon : celui d’une flotte de secours, commandée, comme en 1399, par Pedro de Luna. Début mai 1411, la flotte forte de vingt-deux navires était entrée sur le Rhône. Cela motiva un nouvel assaut du palais110. Mais les Avignonnais prirent aussi les devants pour contrer la flotte catalane. Ils firent tendre une chaîne au niveau d’Arles pour barrer le fleuve et envoyèrent des troupes en Provence111. De leur côté, une partie des Catalans, 120 à 140 hommes environ, descendit à terre et se dirigea à cheval vers le Comtat. Mais le 29 mai, ils furent déconfits par le sénéchal de Provence au niveau de Mallemort, et devinrent ainsi les prisonniers du comte de Provence112. Quant aux navires catalans qui étaient sur le Rhône, ils remontèrent jusqu’à Arles où la chaîne les empêcha d’avancer plus et ils durent faire demi tour. Leur équipage ravagea alors la région et s’empara de La Ciotat113.

La fin du conflit

  • 114 Philippe de Poitiers arriva sur place le 29 juillet 1411, Pansier, p. 86-87.
  • 115 Pansier, p. 93-94.
  • 116 Pansier, p. 97-98, 151-161 ; Alpartil (documents), p. 559-571 ; Valois, t. IV, p. 169.

41L’échec de la flotte catalane permit une sortie du conflit. La cour de France intervint plus directement sur les événements en désignant comme capitaine général du siège le chevalier Philippe de Poitiers, seigneur d’Arcis et de Dormans114. Les Avignonnais continuèrent à assurer un siège étroit du palais apostolique, mais avec des troupes moins nombreuses à mesure que les tractations s’intensifiaient115. Un accord put enfin être conclu le 29 septembre entre d’une part, le camérier et le nonce du pape Jean XXII et d’autre part, Bernard de So, vicomte d’Evol et Rodrigo de Luna. Cet accord concernait le palais apostolique et Oppède. Il assurait la cessation des hostilités et un ravitaillement des assiégés pendant une période de cinquante jours à partir du 1er octobre. Ce délai pouvait être mis à profit par les capitaines pour demander à Benoît XIII une armée de secours officiellement mandatée. En l’absence de secours, le palais apostolique et Oppède devaient être rendus au sénéchal de Provence qui les remettrait au camérier. Les assiégés auraient alors des sauf-conduits pour rentrer dans leur pays116.

  • 117 Pansier, p. 100-101, 175-180 ; Valois, t. IV, p. 169-170

42Benoît XIII eut beau, de son château de Peniscola, désapprouver l’accord et espérer dans l’arrivée du duc de Bourbon, avec qui il avait traité, cela ne changea rien. L’évacuation de la forteresse pontificale eut bien lieu le 23 novembre 1411. Les Catalans voulaient sortir avec les honneurs, bannières déployées. Les Avignonnais les forcèrent à quitter précipitamment le palais. Et ils se jetèrent contre les fortifications du rocher et ruinèrent de fond en comble la muraille reliant le petit Palais au palais apostolique, en dépit de l’excommunication prononcée contre eux117.

  • 118 C. Faure, « Les réparations du palais pontifical d’Avignon au temps de Jean XXIII (1413-1415) », M (...)
  • 119 Pansier, p. 113.

43Les quatorze mois de résistance des Catalans témoignent des grandes capacités défensives du Palais des Papes, qui sortait de l’épreuve sérieusement endommagé, surtout dans ses parties sommitales. Le principal acte de gouvernement de Jean XXIII fut d’en ordonner la réparation118. D’autres bâtiments étaient en ruine : le petit Palais (l’évêque mit des années avant de s’y réinstaller119), l’hôpital Saint-Bénezet, la livrée vieille de Viviers, la livrée Saint-Martial… Le pont était impraticable.

  • 120 Pour une année comptée à partir du 24 avril 1410, 10 010 florins furent perçus, soit 834 florins p (...)
  • 121 Les trésoriers des guerres dépensèrent 79 043 livres entre le 21 mai 1410 et le 16 décembre 1411, (...)
  • 122 Cf. la supplique au pape du 11 décembre 1411, Pansier, p. 171-174.

44La « guerre des Catalans » avait mobilisé les Avignonnais comme aucun autre conflit. Ils payèrent de leur personne lors des assauts. Pendant des mois, l’activité économique de la ville avait été fort ralentie. On peut l’apprécier à travers les recettes de la gabelle des marchandises : pendant la première année du siège, il y eut deux fois moins de marchandises qui entrèrent en ville que pendant une année de paix120. Si l’on examine le coût de la guerre, le bilan est plus catastrophique encore. Les trésoriers des guerres de la ville dépensèrent près de 66 000 florins121. Mais il faut y ajouter un lot de dépenses122 qui augmentèrent probablement jusqu’aux environs de 100 000 florins le coût de la Guerre des Catalans, soit grosso modo 80 000 florins pour le siège et 20 000 florins pour la guerre en Provence menée contre l’expédition de secours.

  • 123 Cf. Pansier, p. 91-93, 174.
  • 124 AC Avignon : EE 9, f.20r-22r, 43r-48v, 53v-74v ; Pansier, p. 59, 173-174.
  • 125 Pansier, p. 173-174.
  • 126 AC Avignon : EE 9, cahier séparé, f. 2v.
  • 127 Pansier « Le trésor de l’Église de N.-D. des Doms et la guerre des Catalans », Annales d’Avignon e (...)

45Pour faire face de telles dépenses, Avignon ne disposa que d’une aide d’un peu plus de 10 000 florins de la papauté123. Comme les gabelles ne suffisaient pas, on leva en 1410 un lourd emprunt forcé (prestancia) sur les habitants, puis la ville s’endetta comme jamais auparavant auprès des marchands, mais aussi auprès de tous les particuliers qui étaient invités à prêter pour lutter contre les Schismatiques124. À partir de janvier 1411, les confréries et une partie du clergé se dépossédèrent de leur croix, tabernacles, encensoirs et retables et les confièrent aux officiers municipaux125. La ville s’endetta donc très lourdement. Elle mit des décennies pour apurer ses comptes. Vers 1481, les héritiers des prêteurs de 1410 n’étaient toujours pas entièrement dédommagés : il restait 2993 florins à rembourser126. Quant à la restitution du trésor de Notre-Dame-des-Doms, elle fut aussi très tardive : la ville ne fut définitivement quitte de sa dette envers le chapitre qu’en 1519127.

Carte 1 : Le Palais des Papes d’Avignon et son environnement en 1398 © G. Butaud 2006

Carte 2 : La forteresse pontificale d’Avignon en 1410 © G. Butaud 2006

Notes

1 M. d’Alpartil, Chronica actitatorum temporibus domini Benedicti XIII, éd. F. Ehrle, Paderborn, 1906 [désormais Alpartil].

2 R. Brun, « Annales avignonnaises de 1382 à 1410, extraites des archives de Datini », Mémoires de l’Institut Historique de Provence, 12, 1935, p. 17-142 ; 13, 1936, p. 58-105 ; 14, 1937, p. 5-57 ; 15, 1938, p. 21-52, 154-192 [désormais BRUN, 1937 ou 1938, avec l’indication de l’auteur de la lettre].

3 F. Ehrle, “Aus den Acten des Afterconcils von Perpignan 1408”, Archiv für Literatur- und Kirchengeschichte des Mittelsalters, 5, 1889, p. 387-487 ; 7, 1900, p. 576-696 [désormais Ehrle, Acten] ; F. Ehrle, “Neue Materialen zur Geschichte Peters von Luna (Benedicts XIII.)”, Archiv für Literatur- und Kirchengeschichte des Mittelsalters, 6, 1892, p. 139-308 ; 7, 1900, p. 1-310 [Ehrle, Neue Materialen].

4 Signalons en particulier le registre contenant la copie des mandats de paiements adressés par les élus de la guerre au trésorier d’Avignon entre mai 1410 et juillet 1411 : Archives communales [AC] d’Avignon : EE 8, 303 folios.

5 Sur le schisme, l’ouvrage fondamental est toujours celui de N. Valois La France et le grand schisme d’Occident, Paris, 1896-1902, 4 vol [cité désormais Valois].

6 P. Pansier, « Les sièges du palais d’Avignon sous le pontificat de Benoît XIII », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 9, 1923, p. 5-186 [désormais Pansier].

7 Brun, 1937, p. 52 (26 octobre 1398, Tieri di Benci).

8 Alpartil, p. 34-35, 37, 42-43 ; Brun, 1937, p. 43 (Tomaso di Ser Giovanni), p. 47-48 (Tieri di Bienci) ; Ehrle, Acten, 1889, p. 424 ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 179 ; Chronographia regum Francorum (1270-1405), éd. H. Moranvillé, Paris, 1891-1897, t. III, p. 153-155 ; N. Valois, t. III, p. 191-194. Pour les noms des cardinaux, cf. Pansier, p. 7-9.

9 Jean Froissart fait erreur en attribuant à Jean Boucicaut les faits de son frère, Chroniques, éd. J.-M. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1867-1879, t. XVI, p. 120, 121, 125-131 [cité désormais Froissart]. On doit à F. Ehrle la rectification sur le rôle de Geoffroy Boucicaut, EHRLE, Acten, 1889, p. 465-487.

10 Alpartil, p. 37-38, 49, 57 ; AC Carpentras : BB 25, f.56 ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 67, 71, 179 ; Ehrle, Acten, 1889, p. 426 ; Valois, t. III, p. 194.

11 Brun, 1937, p. 43-44 (Tomaso di ser Giovanni) ; AC Carpentras : BB 25, f.12v-13r, f.56r ; Alpartil, p. 38-39. Froissart, t. XVI, p. 126, 128 ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 67, 78.

12 Brun, 1937, p. 44-45 (T. di ser Giovanni), 49 (Tieri di Benci) ; Alpartil, p. 39-40 ; H. Gilles, « La vie et les œuvres de Gilles Bellemère », Bibliothèque de l’École des chartes, 124, 1966, p. 111-112.

13 Alpartil, p. 40, 42, 45, 46. Brun, 1937, p. 45 (Tomaso di Ser Giovanni), p. 48-49 (Tieri di Benci) ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 19 ; Valois, t. III, p. 197.

14 Brun, 1937, p. 45 (T. di ser Giovanni), 48 (Tieri di Benci) ; Alpartil, p. 43, 45 ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 179 ; Valois, t. III, p. 195-196.

15 Alpartil, p. 45-46, 48.

16 Brun, 1937, p. 45 (T. di ser Giovanni) ; Alpartil, p. 46-47 ; Pansier, p. 14.

17 Alpartil, p. 45, 48 ; Brun, 1937, p. 45 (T. di Ser Giovanni), 49 (Tieri di Benci) ; Ehrle, Acten, 1889, p. 427 ; Chronographia regum Francorum, t. III, p. 155-156 ; Pansier, p. 14-15.

18 Froissart, t. XVI, p. 129.

19 Alpartil, p. 58-65. Les estimations des correspondants de Datini sont de 300, 400, 500 voire 600 hommes, Brun, 1937, p. 42, 46, 49. Une source parle de 350 hommes, Chronographia regum Francorum, t. III, p. 155.

20 Alpartil, p. 47 ; Froissart, t. XVI, p. 127 (citation).

21 Alpartil, p. 54 ; Brun, 1937, p. 48 (Tieri di Benci) ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 18. B. Boysset, Die Chronik des Garoscus de Ulmoisca Veteri [sic] und Bertrand Boysset (1365-1415), éd. F. Ehrle, Archiv für Literatur- und Kirchengeschichte des Mittelsalters, 7, 1900, p. 353 [désormais Boysset].

22 Brun, 1937, p. 46 (Tomaso di ser Giovanni), p. 51 (Tieri di Benci).

23 Brun, 1937, p. 47 (12 octobre 1398, Tieri di Benci).

24 Les soldats de Boucicaut en profitèrent pour piller les richesses des cardinaux des deux bords qui se trouvaient dans l’église, Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 69-70 ; Y. Grava, « Un épisode du grand schisme d’Occident à Avignon : le sac de Notre-Dame des Doms (septembre 1398) vu par une victime du pillage » dans Avignon au Moyen Âge. Textes et documents, Avignon, 1988, p. 189-192.

25 Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 180 ; Brun, 1937, p. 46 (Tomaso di ser Giovanni), 49, 50 (Tieri di Benci) ; Pansier, p. 15.

26 Ehrle, Acten, 1889, p. 428 ; Alpartil, p. 49 ; Valois, t. III, p. 199.

27 Brun, 1937, p. 42, 43, 46-47 (T. di ser Giovanni), 49, 51 (Tieri di Benci).

28 Brun, 1937, p. 55 (Tomaso di ser Giovanni). Cette bombarde était dirigée par un prêtre de Catalogne, Arnaldo Vich, Alpartil, p. 61.

29 Brun, 1937, p. 47 (Tomaso di ser Giovanni), p. 51 (Tieri di Benci) ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 69, 88.

30 Alpartil, p. 50 ; Brun, 1937, p. 46, 49, 50 ; Boysset, p. 354 ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 68 ; Chronographia regum Francorum, t. III, p. 156 ; Chronique du religieux de Saint-Denys, éd. et trad. L. Bellaguet, Paris, 1839-1852, t. II, p. 654-657 ; Froissart, t. XVI, p. 131.

31 Alpartil, p. 49 ; Brun, 1937, p. 45-46 (Tomaso di ser Giovanni), 49 (Tieri di Benci) ; Valois, t. III, p. 205.

32 Brun, 1937, p. 50 (21 octobre 1398, Tomaso di ser Giovanni).

33 Brun, 1937, p. 51-52 (Tieri di Benci), p. 53 (Tomaso di Ser Giovanni) ; Alpartil, p. 54-56 ; Boysset, p. 354 ; Ehrle, Acten, 1889, p. 428-429 ; Chronographia regum Francorum, t. III, p. 157-158 ; Valois, t. III, p. 200-201 ; Pansier, p. 18-19.

34 Alpartil (documents), p. 522-525 ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 70 ; Valois, t. III, p. 200 n. 4, 201-202

35 Alpartil, p. 56-58, 66 ; Brun, 1937, p. 52-53 (Tieri di Benci), 53-54 (Tomaso di ser Giovanni) ; Chronographia regum Francorum, t. III, p. 160-161 ; Boysset, p. 354 ; Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 70, 180 ; Ehrle, Acten, 1889, p. 429 ; Chronique du religieux de Saint-Denys, t. II, p. 656-657 ; J. Juvenal des Ursins, Histoire de Charles VI, roy de France, éd. J. Michaud et J. Poujoulat, Paris, 1836, p. 414 ; Valois, t. III, p. 202-203 ; Pansier, p. 19-20.

36 Brun, 1937, p. 54 (27 octobre 1398, Tomaso di ser Giovanni).

37 Alpartil, p. 66-67 ; Brun, 1937, p. 54 (Tomaso di ser Giovanni).

38 Brun, 1937, p. 55 (Tieri di Benci ; Tomaso di ser Giovanni).

39 Alpartil, p. 68-70, 73 ; Brun, 1937, p. 55-56 (Nicolaio di Bonaccorso).

40 Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 69 ; Alpartil, p. 68. La solde de Georges de Marlioz commence le 9 décembre selon le registre des dépenses du Sacré Collège : Archives secrètes du Vatican [désormais ASV] : (Cam. Ap.) Collect. 43, f.72v.

41 Brun, 1937, p. 57 (Nicolaio di Bonaccorso) ; Alpartil, p. 72-74 ; F. Ch. Carreri, “Chronicon parvum Avinionense de Schismate et bello (1397-1416)”, Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1916, p. 162 [désormais cité Carreri] ; Ehrle, Neue Materialen, 1892, p. 288-300 ; Boysset, p. 354.

42 G. Mollat, « Épisodes du siège du palais des papes au temps de Benoît XIII (1398-1399) », Revue d’Histoire ecclésiastique, 23, 1927, p. 489-50 ; M. Soubelle, « Expédition des Catalans à Avignon en 1398 », Annuaire de la société des Amis du palais des papes, 21, 1932, p. 31-44 ; S. Puig y Puig, Pedro de Luna. Último papa de Aviñón, Barcelone, 1920, p. 455-457.

43 Chronographia regum Francorum, t. III, p. 162 ; Brun, 1937, p. 57 ; 1938, p. 21, 22, 23 ; Boysset, p. 355 ; G. Mollat, « Épisodes du siège... », p. 494-495.

44 Ehrle, Neue Materialen, 1900, p. 24-28 ; Brun, 1938, p. 22, 24 (Tomaso di ser Giovanni) ; Valois, t. III, p. 213 n.3.

45 Boysset, p. 355 ; Alpartil, p. 70 ; Brun, 1938, p. 24 (Tomaso di ser Giovanni) ; G. Mollat, « Épisodes du siège... », p. 498.

46 Brun, 1938, p. 22-25 ; Boysset, p. 355-356 ; Chronographia regum Francorum, t. III, p. 162 ; Alpartil, p. 70.

47 ASV : Collect. 43, f.75r-83r.

48 Brun, 1938, p. 26-27 (Tomaso di ser Giovanni) ; Alpartil, p. 75-77, 92 ; Ehrle, Acten, 1889, p. 431.

49 E. Martene, U. Durand, Veterum scriptorum et monumentorum historicorum, dogmaticorum, moralium Amplissima collectio, t. VII, Paris, 1733, col. 644-649.

50 Pour les serments des personnes qui quittèrent le palais, cf. Ibid., t. VII, col. 650-653. Pour la liste du dernier carré des fidèles qui prêtèrent serment les 4 et 5 mai, cf. Ibid., col.653-656. Les gens d’armes détenus dans le palais furent également libérés, cf. Brun, 1938, p. 28 (T. di ser Giovanni) ; ASV : Collect. 43, f.100r.

51 Ainsi, la troupe de 44 hommes d’armes de Pierre de Balleyson fut licenciée le 22 mai, et onze hommes d’armes le furent ensuite le 5 juin 1399, ASV : Collect. 43, f.99r, 104r.

52 ASV : Collect. 43, f.106r-106v, 123v-124r ; Alpartil, p. 79-80.

53 Brun, 1938, p. 29 (Fabri Tolosini), p. 33 (Nicolaio di Bonaccorso).

54 Alpartil, p. 106, 120.

55 Brun, 1938, p. 29, 31, 32, 33, 35…

56 Brun, 1938, p. 32 (23 octobre 1399, Tomaso di ser Giovanni).

57 Cf. Ehrle, Neue Materialen, 1892, p. 302-308.

58 Ces gardiens étaient Robin de Bracquemont et Guillaume de Mévouillon, Alpartil, p. 108, 120, 121 ; Valois, t. III, p. 231.

59 Brun, 1938, p. 35-36 (16 juin 1400, Tieri di Benci). Pour l’édition de cette lettre en italien, cf. G. Cohen, « Mystères religieux et profane en Avignon à la fin du XIVe siècle », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1715) du CTHS, 1938-1939, p. 89-94

60 Il fut connétable de vingt puis de douze hommes de juin à décembre 1399, ASV : Collect. 43, f.103v, 106v, 109v, 113v, 118r, 121r, 124r, 132v. Un jour, il fit venir des prostituées aux barrières qu’il fit se dénuder devant les gens du pape, Alpartil, p. 80.

61 Alpartil, p. 119-123.

62 Brun, 1938, p. 38-39 (Tieri di Benci), p. 39 (Tomaso di ser Giovanni) ; Alpartil, p. 124-130 ; Carreri, p. 163-164 ; Boysset, p. 364.

63 Alpartil, p. 139 ; Boysset, p. 367 ; S. Puig Y Puig, Pedro de Luna, p. 492 ; Carreri, p. 164 ; Chronique du religieux de Saint-Denys, t. III, p. 70-75 ; P. Pansier, « L’évasion de Benoît XIII du palais d’Avignon (11 mars 1403) », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 18, 1932, p. 41-49.

64 Alpartil, p. 140-142 ; Boysset, p. 368 ; Carreri, p. 164 ; Chronique du religieux de Saint-Denys, t. III, p. 84-85 ; Ehrle, Acten, 1889, p. 449-452 ; Valois, t. III, p. 325-333 ; S. Puig Y Puig, Pedro de Luna, p. 493.

65 Ainsi l’effectif de l’escorte du pape était de 101 hommes d’armes et 44 arbalétriers à Nice le 26 janvier 1405, et de 137 hommes d’armes et 43 arbalétriers à Gênes en juin 1405, ASV : Reg. Avin. 321, f.164r, 243v.

66 Boysset, p. 369-370 ; Carreri, p. 165 ; Brun, 1938, p. 50 (Tieri di Benci), p. 51 (Tomaso di ser Giovanni).

67 Brun, 1938, p. 156 (Tomaso di ser Giovanni) ; Carreri, p. 165 ; Boysset, p. 373 ; P. Pansier, p. 27-28.

68 Brun, 1938, p. 176-177 (Tomaso di ser Giovanni) ; Alpartil, p. 194.

69 Carreri, p. 166-167 ; Alpartil, p. 199 ; Valois, t. IV, p. 160 n. 4.

70 Brun, 1938, p. 183, 189 (11 mars et 16 mai 1410, T. di ser Giovanni) ; ADV : C 7, f.69v ; 3E 45/1359, 5 mars 1410 ; 3 E 45/1364, f.29r-29v ; AC Carpentras : BB 35, f.33r, 57r-58r ; AC Pernes : CC 22, 1409-1410, f.20r ; Pansier, p. 35.

71 AC Carpentras : BB 35 ; ADV : C 7, f.33r-37r, 42r-52r, 70r-70v ; Pansier, p. 35-38.

72 Dès juin 1409, le pape avait envoyé le chroniqueur Martin d’Alpartil et l’abbé de Solsone pour résoudre les tensions. Ces émissaires avaient fait une inspection en règle du palais et de la ville, cf. Alpartil, p. 192, 221-222, 226-239.

73 Alpartil, p. 198.

74 Les sources dont disposaient N. Valois et P. Pansier ne leur permettaient pas de bien connaître ces événements, qu’ils datent à tort du 26 avril. Les lettres de Tomaso di ser Giovanni permettent de faire un récit nettement plus complet, Brun, 1938, p. 185-189 ; Carreri p. 167 ; Boysset, p. 388 ; Alpartil, p. 199.

75 Citons Randon de Joyeuse, L’Hermite de la Faye, sénéchal de Beaucaire et Régnier Pot, gouverneur du Dauphiné.

76 Tomaso di ser Giovanni évalue la garnison de 350 à 500 hommes, Brun, 1938, p. 183, 187, 190 n.19. Selon un ancien membre de la garnison, ils étaient 500, avec de très grandes réserves de vivres, ASV : Instr. Misc. 5853, f.10v.

77 Brun, 1938, p. 187, 189 (Tomaso di Ser Giovanni) ; Pansier, p. 40-41, 164.

78 Brun, 1938, p. 189, 190 (Tomaso di ser Giovanni).

79 Pansier, p. 60.

80 Pansier, p. 42-44, 124-128.

81 Pansier, p. 42.

82 AC Avignon : EE 8, f.166v-167r, 225r.

83 AC Avignon : EE 8, f.6r, 9r-11r, 31r, 33v, 50v, 51r, 143r-143v, 148v…

84 AC Avignon : EE 8, f.46r. Il était sans doute apparenté à Pierre Morel (†1402), originaire de Lyon et architecte des Célestins d’Avignon.

85 Brun, 1938, p. 191 (3 juin 1410, Tomaso di ser Giovanni) ; Pansier, p. 45.

86 Pansier, p. 69.

87 Pansier, p. 45 n.3, 68, 88-89.

88 Pansier, P. 44-45 n.3.

89 Alpartil, p. 226-229 (inventaire de juin 1409).

90 Pansier, p. 46.

91 Brun, 1938, p. 191.

92 Pansier, p. 40.

93 Pansier, p. 40-42.

94 Pansier, p. 40, 49, 123-124.

95 La mine contre la tour du pont fut commencée au mois de juin, Pansier, p. 49.

96 Brun, 1938, p. 191-192 (3 et 10 juin 1410, Tomaso di ser Giovanni).

97 Carreri, p. 168 ; Brun, 1938, p. 192 (10 juin) ; Pansier, p. 46-47.

98 Pansier, p. 165-167.

99 S. Puig y Puig, Pedro de Luna, p. 225 n. 1.

100 Pansier, p. 50 ; AC Carpentras : BB 36, f.13r.

101 Boysset, p. 388 ; Pansier, p. 167.

102 Boysset, p. 388 ; Carreri, p. 168 ; Pansier, p. 51.

103 Pansier, p. 54.

104 Pansier, p. 52-53, 54, 56.

105 Pansier, p. 60-61 ; J. Fornery, Histoire du Comté Venaissin et de la ville d’Avignon, Avignon, 1909, t. II, p. 474-477 ; AC Carpentras : BB 36, f.16v, 49v-50v.

106 Carreri, p. 169 (mais le chiffre de 4 000 morts est naturellement à rejeter). Fornery, t. I, p. 425-426 ; Valois, t. IV, p. 165-166 ; Pansier, p. 61.

107 Pansier, p. 62-63, 66.

108 AC Avignon : EE 6, f.1r-12r, 30r-33r ; Pansier, p. 65-66, 134-136.

109 Cf. AC Avignon : EE 5, cahier inséré, f.1v-2r, 4r-7r.

110 Cf. AC Carpentras : BB 37, f.11r ; Pansier, p. 67 n.1.

111 Pansier, p. 70-72.

112 Leur sort fut immédiatement l’objet de beaucoup d’attention de la part d’Avignon, du roi de France et même de l’Université de Paris, Pansier, p. 73-74, 140-142.

113 Boysset, p. 388 ; Pansier, p. 74, 143-144.

114 Philippe de Poitiers arriva sur place le 29 juillet 1411, Pansier, p. 86-87.

115 Pansier, p. 93-94.

116 Pansier, p. 97-98, 151-161 ; Alpartil (documents), p. 559-571 ; Valois, t. IV, p. 169.

117 Pansier, p. 100-101, 175-180 ; Valois, t. IV, p. 169-170

118 C. Faure, « Les réparations du palais pontifical d’Avignon au temps de Jean XXIII (1413-1415) », Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, 28, 1908, p. 185-206.

119 Pansier, p. 113.

120 Pour une année comptée à partir du 24 avril 1410, 10 010 florins furent perçus, soit 834 florins par mois en moyenne ; en 1411-1412, ce fut une recette de 14 798 fl. (1 233 fl. en moyenne par mois) et pour huit mois seulement de mai à décembre 1412, une recette de 13 762 fl., soit 1716 florins par mois, AC Avignon : EE 9, f.20r-22r.

121 Les trésoriers des guerres dépensèrent 79 043 livres entre le 21 mai 1410 et le 16 décembre 1411, AC Avignon : EE 9, f.76r, 134v, 165v.

122 Cf. la supplique au pape du 11 décembre 1411, Pansier, p. 171-174.

123 Cf. Pansier, p. 91-93, 174.

124 AC Avignon : EE 9, f.20r-22r, 43r-48v, 53v-74v ; Pansier, p. 59, 173-174.

125 Pansier, p. 173-174.

126 AC Avignon : EE 9, cahier séparé, f. 2v.

127 Pansier « Le trésor de l’Église de N.-D. des Doms et la guerre des Catalans », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1, 1912, p. 105-128.

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Le Palais des Papes d’Avignon et son environnement en 1398 © G. Butaud 2006
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Carte 2 : La forteresse pontificale d’Avignon en 1410 © G. Butaud 2006
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6074/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

Auteur

Maître de conférences de l’Université de Nice Sophia Antipolis, UFR lettres, arts et sciences humaines, Département d’histoire

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540