Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en guerre

 | 
Christiane Raynaud

Florence en guerre au XIVe siècle : « la guerre de Pise »

Colette Gros-Collomp

Texte intégral

1L’historiographie florentine témoigne de la part importante qu’eut la guerre dans la naissance et l’expansion de Florence : la Légende des origines relate ses guerres contre Fiésole, les diverses annales retracent les étapes de son affirmation en tant que commune libre vis-à-vis des feudataires du contado et sa marche vers l’hégémonie sur la Toscane, les chroniques du XIVe siècle offrent au « popolo », la bourgeoisie d’affaires arrivée au pouvoir, une image du passé et du présent digne de ses ambitions.

2L’origine des Florentins, nés de deux peuples guerriers, les Romains et les Fésulans ainsi que la protection de Mars, sous laquelle leur ville fut placée lors de sa fondation, servirent longtemps à justifier leur caractère belliqueux et l’omniprésence de la guerre dans leur histoire. Dante et Villani en particulier s’acharnèrent à soutenir que tous les malheurs de Florence venaient du mélange des deux peuples.

3Mais en réalité, Florence s’imposa souvent ces innombrables guerres en vue de la constitution d’un état fort. Au milieu du XIVe siècle, la situation était préoccupante : après celles des Peruzzi, des Acciuaioli et des Bonaccorsi, la faillite de la grande compagnie des Bardi avait laissé Florence économiquement très affaiblie à la veille de la Peste noire de 1347-1348 ; la puissance des Visconti menaçait la Commune, également préoccupée par la politique d’expansion de la Papauté, qui débouchera sur la « Guerre des Huit Saints ». Les Florentins, pour leur part, espéraient toujours en une expansion au niveau régional, même s’ils n’étaient d’accord ni sur la façon de l’opérer ni sur le moment le plus opportun pour le faire.

4Parmi les conflits que la cité a connus en cette période, nous nous intéresserons à celui qui l’a opposée à Pise de 1362 à 1364. À cause peut-être de la proximité de grands événements, la guerre de Pise n’a pas éveillé chez les historiens l’intérêt qu’elle avait suscité chez les chroniqueurs et auteurs contemporains, pourtant, elle est à la fois singulière par son déroulement en deux temps inégaux – une guerre économique de cinq ans, un conflit armé de plus de deux ans – et représentative des guerres du XIVe siècle en Italie par le recours aux compagnies. En suivre l’enchaînement chronologique à l’instar des chroniqueurs et auteurs nous permettra de mettre en lumière la lecture quasi simultanée qu’ils font d’une forme nouvelle de lutte, pour mieux cerner la construction narrative du rôle qu’ils entendent faire jouer à Florence dans ce conflit, en sachant qu’ils vont ainsi transmettre aux générations suivantes une image de Florence qui deviendra officielle et empêchera l’accès à un passé différent.

  • 1 M. Villani, Cronica con la continuazione di Filippo Villani, a cura di G. Porta, Parma, Fondazione (...)
  • 2 Diario del Monaldi in Istorie pistolesi ovvero delle cose avvenute in Toscana dall’anno MCCC al MC (...)
  • 3 Diario d’anonimo fiorentino in Cronache dei secoli XIII e XIV a cura di A. Gherardi, Documenti di (...)
  • 4 F. Sacchetti, Il libro delle rime, edited by Franca Brambilla Ageno, Firenze, Olschki, University (...)
  • 5 Id., Il Trecentonovelle, a cura di D. Puccini, Torino, UTET, 2004, p. 723.
  • 6 D. Velluti, La cronica domestica di Messer Donato Velluti scritta fra il 1367 e il 1370 con le add (...)

5Nous utiliserons pour notre étude, outre les chroniques florentines contemporaines (la Cronica de Matteo et Filippo Villani1, le Diario de Guido Monaldi2 et le Diario d’anonimo fiorentino (Magliabechianus XXV, 19 et Marcianus VI, 2703), le Libro delle rime4 et le Trecentonovelle5 de Franco Sacchetti ainsi que la Cronica domestica de Donato Velluti6.

  • 7 Inf. XXXIII, 89. Toutes les citations sont traduites par nos soins.
  • 8 Inf. XXXIII, 79.
  • 9 Pg. XIV, 53-54 : “Volpi sì piene di froda che non temono ingegno che le occupi”.
  • 10 Les Pisans jouissent de la même réputation auprès des Génois. Iacopo Doria écrit à leur propos : “ (...)
  • 11 [XCIV] “Canzone distesa di Franco Sacchetti per vittoria avuta contra i Pisani” in F. Sacchetti, I (...)
  • 12 M. Villani, op. cit., IX, XX, vol. II, p. 311.
  • 13 Ibid., VI, XIX, vol. I, p. 736.
  • 14 Ibid., Dans un discours prononcé entre avril et juin 1499, alors que Florence tente vainement de r (...)
  • 15 M. Villani, op. cit., VI, XIX, vol. I, p. 736.

6À l’époque de ce conflit, les relations entre Florence et Pise n’ont guère évolué. Pise est la commune gibeline ennemie de toujours, maudite par Dante qui la qualifie de « nouvelle Thèbes »7, à cause de la mort tragique d’Ugolino della Gherardesca et de ses fils, et qui l’invective “Ahi Pisa, vituperio de le genti / del bel paese là dove ‘l sì suona” – « Ah Pise, honte des peuples du beau pays où résonne le sì »8 – en invoquant la venue d’un cataclysme naturel qui engloutirait tous les Pisans, qu’il qualifie au Purgatoire de « Renards si rusés qu’ils ne craignent pas qu’un piège les attrape »9, accusation que l’on retrouve chez d’autres auteurs et chroniqueurs10. Nous nous limiterons aux sources florentines : à l’occasion de la victoire remportée sur les Pisans à Bagno di Vena, Franco Sacchetti écrit en mai 1363 une chanson qui débute par ces mots : « Renard orgueilleux, vicieux et sournois »11. Pour Matteo Villani, les Pisans sont de « vieux et perfides ennemis de notre commune »12, experts en « maliziosa industria »13, activité fourbe qualifiée de « malizia pisanesca »14 – rouerie « pisanesque » et non pisane car l’adjectif utilisé est péjoratif – dont ils sont coutumiers15. Le dernier « méfait » de Pise à l’égard des Florentins était de s’être emparée de Lucques en 1342, les privant ainsi de toute possibilité d’expansion vers la Toscane occidentale.

7Florence ne déclara la guerre à Pise qu’en mai 1362 mais, selon les chroniqueurs, une guerre économique était en cours depuis 1355. Ils ne la nomment jamais ainsi mais les descriptions qu’ils en font montrent que c’est ainsi qu’ils la considèrent.

  • 16 Ibid., VI, XLVII, vol. I, p. 765.

8En 1355, alors que les Florentins tentaient de maintenir la paix malgré une querelle à propos du château de Sovrana, les Pisans, dont l’orgueil grandissait, selon Matteo Villani16, parce que toutes les marchandises florentines transitaient par leur port, imposèrent une taxe de deux deniers par livre de marchandise, ce qui était contraire aux accords de paix conclus en 1343.

  • 17 D. Velluti, op. cit., p. 218-219.
  • 18 Ibid., p. 219.
  • 19 Archivio di Stato Fiorentino, Camera, Uscita, CXV, c. 275 et 289. Note de I. Del Lungo et G. Volpi (...)

9En juin 1356, Donato Velluti fut chargé par Florence de négocier avec les Pisans. Dans sa chronique rédigée entre décembre 1367 et le 1er juillet 1370, date de sa mort, il relate cette ambassade à Pise17. Il s’y rendit avec Filippo Bastari mais le Conseil des Anciens et le Conseil communal de Pise, tout en reconnaissant que cela était contraire aux accords de paix, déclarèrent qu’ils n’en étaient pas responsables. Le seul coupable était le Vicaire de l’Empereur, l’évêque d’Augusta, qui avait quitté la ville en abandonnant ses fonctions à son neveu, qui lui aussi se déclara innocent. Les deux Florentins, éprouvant « un grand dégoût »18, laissèrent la ville non sans avoir averti le Conseil communal que Florence ne romprait pas la paix mais que ses marchands iraient faire des affaires ailleurs. L’ambassade avait duré onze jours19.

  • 20 Ibid., p. 219.

10Le récit de Velluti souligne la rouerie des membres du conseil et le peu de cas qu’ils firent des ambassadeurs florentins qui se sentirent manipulés : il qualifie les Anciens de « rei e malizziosi » – « mauvais et remplis de malice » – et conclut : « ils se souciaient peu de notre départ, car ils nous tenaient pour peu de chose »20.

  • 21 M. Villani, op. cit., VI, XLVIII, vol. I, p. 767-768.
  • 22 Ibid., p. 767.
  • 23 Ibid., VI, XLVII, vol. I, p. 766-767.
  • 24 Ibid., VI, XLVIII, vol. I, p. 768.

11Pour Matteo Villani21, cette attitude fut dictée par deux raisons « perfides »22 : d’une part le port, situé à une journée de Florence, était bien trop utile aux Florentins pour que ces derniers n’acceptassent pas de payer une taxe faible mais qui pourrait être augmentée dès lors que le principe en serait accepté, d’autre part un éventuel conflit pouvait renforcer le gouvernement nouvellement installé à Pise. Cela expliquait le refus des Pisans de se rendre aux injonctions de l’Empereur qui leur signifia sa volonté du maintien de la franchise accordée aux marchandises florentines23. Conscients de la fourberie des Pisans sans pour autant accepter de payer la taxe ni de renoncer à la paix, les Florentins décidèrent de liquider leurs affaires et de supporter les dépenses supplémentaires liées à ce départ de Pise. Ils se mirent aussitôt en quête d’un nouveau port24.

  • 25 D. Velluti, op. cit., p. 220.
  • 26 Ibid., p. 219.
  • 27 Ibid., p. 221.

12En juillet 1356, Donato Velluti fut envoyé à Sienne avec Andrea de Bardi, Paolo Covoni et Francesco Falconetti pour négocier l’ouverture du port de Talamone aux bateaux florentins. Les négociations furent rudes car il fallait, bien sûr, tenir compte de la rouerie des Pisans qui « usèrent de tous les stratagèmes, comme ils ont coutume de le faire afin d’empêcher que les choses tournent en leur défaveur »25. Mais Velluti se réjouit car les Pisans « ont déjà perdu plus d’un million de florins et leur ville a ressemblé et ressemble à un désert depuis que nous n’y commerçons plus »26. A posteriori, il ajouta « Et s’il y avait eu là-bas de la marchandise ou des marchands de Florence nous n’aurions pas accepté la guerre qu’il y eut ensuite entre eux et nous et ils n’auraient pas été vaincus deux fois comme ils l’ont été, et ils ne seraient pas comme ils le sont sous la domination d’un tyran »27.

  • 28 M. Villany, VI, LXI, vol. I, p. 784-785.
  • 29 Ibid., p. 785.
  • 30 Ibid.

13L’accord passé entre Sienne et Florence prévoyait l’aménagement du port, des voies de communication et des hébergements, les taxes payées par les marchands florentins mais aussi l’interdiction de toute circulation de marchandise entre Sienne et Pise. Selon Matteo Villani, cette dernière mesure ne fut pas toujours respectée mais suscita et sembla autoriser le pillage des convois pisans28. Comme Donato Velluti, il remarque que « les Pisans, plus avisés et roués que les autres Toscans, se trouvèrent cette fois victimes de leur propre rouerie parce que, dès que les Florentins débarquèrent à Talamone et firent halte à Sienne, tous les autres marchands, de toutes parts, abandonnèrent le port et la ville de Pise et vidèrent la ville de toute marchandise et les maisons de leurs affaires et les magasins de leurs négoces et les auberges des marchands et des voyageurs et les chemins des voituriers, et le port des bateaux de sorte qu’ils s’aperçurent rapidement que leur ville était devenue une citadelle solitaire et, cela provoquait une grande protestation dans la ville contre leurs dirigeants »29. « Alors, conclut-il, ils s’aperçurent, sans déclaration de guerre, du bénéfice que leur commune avait obtenu en rompant les traités de paix et de franchise avec les Florentins »30.

  • 31 Ibid., X, LXXXIII, vol. II, p. 557.

14Quelques livres plus loin, il fait dire au Pisan Piero Gambacorti, exilé à Venise, qui rencontra des marchands florentins sur le pont de Rialto : « Florentins, Florentins, si vous persistez dans votre propos, Pise deviendra bientôt un bois »31.

  • 32 Ibid., p. 786.
  • 33 Ibid.
  • 34 M. Villany, VII, XXXII, vol. II, p. 50-51.
  • 35 Ibid., VII, LXII, p. 84-85.

15Même s’il ne la qualifie jamais comme telle, il est évident que le chroniqueur a conscience qu’il s’agit d’une guerre que les autorités florentines vont intensifier en interdisant sur leur territoire tout transport de marchandise en provenance ou à destination de Pise32. Le chroniqueur répète encore que le conflit armé qui opposera les deux villes est né de cette tension : « Et il s’ensuivit de grandes choses sur terre et sur mer »33. Puis il consacre un autre chapitre au rappel des faits qu’il estime essentiels : la taxe imposée aux Florentins, le départ des marchands florentins de Pise et leur installation à Talamone, l’interdiction de transit, le départ des autres marchands dont les Génois, les Provençaux et les Catalans avant d’annoncer la ligue conclue par les Pisans avec Simon Boccanegra, doge de Gênes34. Quelques chapitres plus loin, il développe le contenu de l’accord : il s’agit d’un accord d’un an par lequel le doge s’engage à ne pas laisser naviguer les marchandises des Florentins vers Talamone et à les obliger à débarquer à Porto Pisano. C’est une nouvelle occasion pour le chroniqueur de dénoncer la duplicité des Pisans qui auraient laissé croire au doge que tel était le désir des Florentins35.

  • 36 Ibid., VII, LXIII, p. 85-86 et VIII, XI, p. 148-149.

16Dès lors, la guerre économique se durcit : Florence renforça l’interdiction de transit, fit armer des galères en Provence, ses marchands empruntèrent les voies terrestres malgré le surcoût du transport ; les Pisans, par deux fois, armèrent des galères pour tenter, en vain, de s’emparer de Talamone36.

  • 37 Ibid., VIII, XXXVII, p. 182-184.
  • 38 Ibid., VIII, XXXVII, p. 184.
  • 39 Ibid.

17Chaque épisode est l’occasion pour le chroniqueur de rappeler les faits antérieurs et d’insister sur la responsabilité des Pisans. Le 18 mars 1358, dix galères armées par Florence et remplies de marchandises quittèrent la Provence pour Porto Pisano afin que ceux qui voulaient envoyer des marchandises à Talamone pussent le faire en toute sécurité. Elles débarquèrent sans encombre à Talamone et quatre galères, également armées par Florence, partirent à leur tour de Naples. Elles firent le voyage inverse vers la Provence, exerçant en quelque sorte une surveillance maritime37. Comme le souligne le chroniqueur pour s’excuser d’avoir trop développé ces faits, c’était la première fois que Florence constituait une flotte militaire. Une « folle dépense »38 (plus de 60 000 florins) dit-il, mais il l’approuve parce qu’elle permettait de montrer aux Pisans le courage et la persévérance des Florentins engagés dans une guerre qu’il perçoit comme différente de celles menées jusque-là : « et puis ils [les Pisans] se rendirent compte qu’aucune autre guerre ne pouvait leur faire autant de mal et les affaiblir que celle que l’on commençait à pratiquer »39.

  • 40 D. Velluti, op. cit., p. 227.
  • 41 Cronica di Pisa, CIBIT, coll. I testi di Pisa, a cura di F. Franceschini, M. Tangheroni, M. Santag (...)

18Le conflit armé commença en janvier 1362 à cause d’une attaque des Pisans dans la vallée de Nievole40. Il dura presque trois ans mais, depuis plus de cinq ans déjà, Florentins et Pisans avaient tenté d’anéantir l’économie adverse. Les Pisans avaient également conscience que ce qu’ils avaient mené jusque-là était une forme de guerre. Un chroniqueur pisan anonyme, commentant la paix retrouvée, dit : « Au cours de ladite année 1365 [1364], le 30 août, un vendredi soir, fut confirmée la paix entre Pise et Florence et le samedi suivant, elle fut proclamée à Pise et à Florence par la grâce de Dieu, après une longue guerre qui avait commencé en secret pendant plus de cinq ans et [continué] ensuite à visage découvert pendant trois ans, avec beaucoup de violence d’un côté comme de l’autre »41.

  • 42 M. Villany, op. cit., X, LXXXIII, vol. II, p. 558.

19Cette guerre avait affaibli l’économie des deux villes mais la situation était plus grave pour les Pisans car leur gouvernement était menacé par le mécontentement des marchands et par les exilés. En octobre 1360, quatre marchands pisans soupçonnés de vouloir renverser le gouvernement pour faciliter le retour de Piero Gambacorti furent décapités, d’autres furent emprisonnés ou bannis. Déclarer la guerre aux Florentins était pour le gouvernement pisan la seule solution selon Matteo Villani. Elle lui permettait d’unir le peuple dans sa haine pour Florence et, au moment de la paix, de négocier le retour des marchands florentins dans son port42.

  • 43 Ibid., X, XCI, p. 566-567.
  • 44 “Come li Pisani feciono cosa da ‘ncitare li Fiorentini”, ibidem, X, XCI, p. 566.
  • 45 Ibid., XI, I, vol. II, p. 587-589. Citation p. 587.

20Au cours de l’année 1362 eurent lieu diverses expéditions pisanes afin de voler du bétail, détruire les champs ensemencés en les faisant labourer par « plus de cent paires de boeufs, coupant les arbres fruitiers, les vignes, les châtaigniers » et tuant quelques soldats. Tout en s’en excusant, Matteo Villani relate ces faits parce qu’ils engendrèrent des choses graves dont il fait encore porter la responsabilité aux Pisans43. Le titre du chapitre XCI est éloquent : « Comment les Pisans firent en sorte de provoquer les Florentins »44. Non moins éloquent est le prologue du livre suivant45, dans lequel il rejette la totale responsabilité du conflit sur les Pisans : « [...] le traité de paix avec notre Commune rompu par les Pisans et la guerre et déclarée et cherchée par eux avec beaucoup de fourberie et de soin pour récupérer le port […] », ce qui lui donne l’occasion de faire l’éloge de la paix, cette paix dont il fait de Florence le porte-drapeau depuis le début du conflit.

  • 46 Ibid., XI, II et III, p. 590-593.

21Au mois de juin 1362, les Florentins commencèrent à s’armer sous le commandement de leur capitaine, Bonifazio Lupo de Parme46. Ils fabriquèrent seize trébuchets, ce qui constituait un nombre impressionnant pour ce type d’engin de guerre, si rare qu’ils portèrent des noms propres pour la plupart. Ils recrutèrent aussi des soldats et des cavaliers dans la ville et le contado.

22Le 15 juin 1362, leur armée comptait 1 500 cavaliers, 4 000 fantassins dont plus de 1 500 arbalétriers, auxquels s’ajouteraient les jours suivants une centaine de cavaliers et un millier de fantassins venus d’Arezzo et de Pistoia. Les bannières furent distribuées le 20 juin à midi, conformément aux recommandations des astrologues. De leur côté, les Pisans firent évacuer leur territoire et renforcèrent leurs positions aux frontières.

  • 47 Ibid., XI, VII, p. 598.

23Chose nouvelle pour eux, les Florentins prirent à leur solde Perino Grimaldi et un certain Bartolomeo avec leurs galères pour combattre sur la côte pisane, à partir du mois d’août47.

  • 48 Ibid., XI, X, p. 600-602.

24Le recrutement continua, grâce à un marchand florentin installé à Gênes, Francesco di Bonaccorso Alderotti, qui engagea un condottiere installé à Nice, Riccieri Grimaldi, et 400 arbalétriers, « tous des hommes choisis et habitués au combat », et les fit voyager à ses frais jusqu’à Florence48.

25Cependant, Bonifazio Lupo ravagea la vallée d’Elsa, il prit trente-deux châteaux, forteresses et villages dans lesquels il brûla 600 maisons puis il envoya 400 cavaliers (« barbutes » et hongrois) et 500 brigands dans la Maremme où ils capturèrent 1 200 bufflonnes, 900 vaches, de nombreuses génisses et plus de 1 000 porcs. Cette prise eut un double effet économique, elle affaiblit l’ennemi et permit de ravitailler l’armée et la ville.

  • 49 Ibid., XI, XIII, p. 604-605.
  • 50 F. Sacchetti, Il Trecentonovelle, op. cit., Nouvelles VII, XXXVIII, XL, XLI, CIV.

26Les mercenaires se partagèrent le petit bétail avec l’autorisation de leur condottiere49, dont la générosité compliquerait le changement de capitaine ordonné par le conseil des « Huit de la guerre », qui avait sollicité la venue de Rodolfo da Varano, seigneur de Camerino, l’un des plus célèbres condottieri de son époque. Capitaine de guerre depuis 1337, il avait déjà combattu à la solde de Sienne, de la Papauté, de Milan et de Naples. En 1342, Florence lui avait confié son sort et, en 1352, il lui était venu en aide contre les Visconti et leurs alliés gibelins. Franco Sacchetti le définit comme un « philosophe naturel à la parole rare » et il consacre cinq nouvelles à ses bons mots50.

27Son arrivée accéléra le processus qui nous semble être la deuxième caractéristique de cette guerre : le recours aux Compagnies.

  • 51 M. Villani, op. cit., IX, III, vol. II, p. 281-282. En janvier 1359 est créé le 4e “monte” qui dev (...)
  • 52 Ibid., X, LXXXV, p. 561.

28En effet, la guerre de Pise ne fut pas menée comme aux temps héroïques du Premier peuple par les milices citadines florentines mobilisées chaque été, guidées par des capitaines de métier puis renforcées par des soldats mercenaires payés grâce au rachat de leur service par les paysans ou aux « Monti », des emprunts garantis par l’État51. Matteo Villani fait sans cesse la différence entre ces hommes, parfois étrangers, et les mercenaires des Compagnies. Florence avait déjà fait appel aux Compagnies notamment dans la guerre de Lucques en 1341-1342 mais toujours sous le commandement d’un capitaine italien et en veillant à ne pas enrôler trop de soldats de la même origine, susceptibles de se rassembler autour d’un capitaine de leur nationalité52.

  • 53 Ibid., IX, VI, p. 288.
  • 54 Ibid., X, VII, p. 465.

29Florence s’était aussi opposée aux Compagnies à plusieurs reprises. Matteo Villani affirme qu’elle resta « ferme et constante dans sa volonté de dépenser beaucoup d’argent pour sa défense plutôt que d’acheter la moindre chose à la Compagnie, afin de faire cesser la coutume prise par ces gens qui avaient imposé un tribut officiel aux villes libres de Toscane et aux puissants tyrans… »53. Il invite les autres Communes à suivre son exemple car « les compagnies cherchent ceux qui s’enfuient et s’en emparent et elles fuient les résistances car, là où elles les trouvent, elles ne peuvent demeurer ni puiser de butin »54.

30En 1355, les Florentins avaient été à l’origine d’une ligue de trois ans avec les Pisans et les Pérugins en vue de s’opposer à la traversée de la Toscane par la Grande Compagnie du comte de Lando. En 1357, ils avaient répondu à l’appel du Légat et envoyé, toujours contre la Grande Compagnie, 800 arbalétriers et 700 « barbute » à la solde de la Commune sans compter les 200 cavaliers et 2 000 fantassins volontaires. La même année, 200 cavaliers florentins étaient partis en Provence pour aider le roi Louis contre les Compagnies. L’année suivante, ils avaient interdit à nouveau l’accès de leur territoire à la Compagnie et, après que le Légat eut lancé une nouvelle croisade contre elle, ils avaient fortifié les cols et pris à leur service un capitaine illustre : Pandolfo Malatesta de Rimini. Le Légat avait négocié avec la Compagnie malgré l’opposition des Florentins, qui avaient reçu une aide armée de Milan, Padoue et Ferrare. La bataille tant espérée n’avait pas eu lieu, la Compagnie avait rejoint par la côte pisane le marquis de Montferrat qui l’avait prise à son service.

31Le 18 août 1359, 1000 « barbute » avaient quitté Florence pour servir Bernabò Visconti contre la Compagnie. Enfin, en octobre 1361, les Florentins s’étaient armés contre la compagnie d’Anichino di Bongardo.

  • 55 M. Villani, op. cit., III, LXXXIX, vol. I, p. 437-438.

32En effet, les Compagnies faisaient peur, la place qu’elles occupent dans la Cronica suffirait à prouver l’inquiétude qu’elles suscitaient. Dès le livre I Matteo Villani explique qu’elles apparurent en Italie à la fin de la guerre entre Louis de Hongrie et Jeanne de Naples55. Rassemblant autour d’eux les soldats sans engagement, les capitaines Currado Lupo, Fra Moriale et Francesco da Camerino créèrent trois compagnies qui pillèrent le royaume puis, chassées par Louis de Tarente, se répandirent en Italie.

  • 56 Ibid., X, XXVII, p. 491-493.
  • 57 Ibid., VII, LXXXVII, pp. 114-115 ; VII, XCVI, p. 122-123 ; VIII, VIII, p. 146-147.
  • 58 Ibid., X, LXXIII, p. 546-547.
  • 59 Ibid., X, XXXIV, p. 502-503.
  • 60 M. Villani, op. cit., IV, XX, vol. I p. 501. Voir aussi VII, LXXVII, vol. II, p. 102 ; VII, LXXXI, (...)

33Les déplacements et exactions de ces compagnies sont très longuement décrits dans la Cronica (ils occupent presque autant de chapitres que l’histoire intérieure de Florence [87/129] par exemple, plus d’un tiers du livre VIII). Matteo Villani s’intéresse aussi aux compagnies nées en France après la bataille de Poitiers, qui passèrent en Provence avant de rejoindre l’Italie par exemple la compagnie dite de « Pont Saint-Esprit » du nom de la ville qu’elle ravagea en 136056, la compagnie dite « de Provence »57 qui menaça Avignon et occupa la Provence pendant dix-sept mois, la « compagnie espagnole »58 qui pilla Vaison ou la célèbre « Compagnie blanche »59. À plusieurs reprises, leurs déplacements deviennent des points de repère chronologiques, par exemple, pour un chapitre consacré à un fait intérieur à Florence : « Comment les Bordoni furent chassés de Florence », la seule indication permettant de dater l’événement est « la compagnie de Fra Moreale étant à San Casciano… »60.

34Le prologue du livre IX de la Cronica est une mise en garde contre ces compagnies :

  • 61 Ibid., IX, I, vol. II, p. 278-279.

« Mais qui défendra le temps de la Grâce ? C’est-à-dire le temps chrétien, abominablement souillé par les horribles persécutions, par les assassinats de ces prédateurs et destructeurs qui depuis XLVI ans déjà, ou environ, sous des noms agréables de compagnies dans différentes parties de la chrétienté, réunis sous le commandement de leurs capitaines et guides, ont tourmenté et accablé, trompé et ravagé les royaumes, les provinces, les villes et les villages, volant, brûlant et tuant sans aucune pitié toutes sortes de gens. Qui croira que tant de seigneurs, hommes nobles de naissance et de cœur, tant de bons soldats se sont mêlés aux ribauds et aux voleurs et à la canaille prompte et encline à répandre le sang humain et à faire tout le mal que peut imaginer un scélérat ? »61

  • 62 F. Sacchetti, Il Trecentonovelle, op. cit., nouvelle CLXXXI, p. 511-512.

35Franco Sacchetti met en scène dans l’une de ses nouvelles le célèbre condottiere John Hawkwood (1320-1394), plus connu en Italie sous le nom de Giovanni Acuto62.

36Deux frères mineurs se rendent au château de Montecchio et saluent John Hawkwood : « Que Dieu vous donne la paix Monseigneur », il leur répond : « Que Dieu vous ôte votre aumône ». Aux frères qui demandent la raison de tels propos, il répond : « Comment croyez-vous bien dire quand vous venez me dire que Dieu me fasse mourir de faim ? Ne savez-vous pas que je vis de guerre et que la paix me détruirait ? »… et l’auteur de conclure :

  • 63 Ibid., p. 512.

« Malheur à ces hommes et à ces peuples qui croient trop en ses congénères [ceux d’Hawkwood] car ces peuples et ces communes et toutes les villes vivent et prospèrent grâce à la paix et eux ils vivent et prospèrent grâce à la guerre qui est la ruine des villes qui se détruisent et disparaissent. En eux, il n’y a pas d’amour ni de loyauté. Ils font souvent pire à ceux qui leur donnent de l’argent qu’aux soldats de l’autre camp parce que bien qu’ils fassent montre de vouloir en découdre et combattre l’un contre l’autre, ils ont plus d’estime l’un pour l’autre qu’ils n’en ont pour ceux qui les ont pris à leur solde et ils semblent se dire : « Pille par ici, je pillerai bien par-là »63.

37Avec les Condottieri vient la guerre, et la guerre engendre la ruine des villes :

  • 64 Ibid.

« Les pauvres brebis ne s’aperçoivent pas que, par la malice de ces hommes-là, elles sont toujours incitées à faire la guerre qui est une chose qui ne peut attirer que des malheurs aux peuples. Et pour quelles raisons en Italie autant de villes qui étaient libres sont-elles soumises à un seigneur ? Pour quelle raison la Pouille est-elle dans un tel état, et la Sicile ? Et la guerre de Padoue et de Vérone ? Où la guerre les conduit-elle ainsi que beaucoup d’autres villes qui sont aujourd’hui de pauvres villages ?
Oh malheureux les quelques-uns, car ils sont rares, qui vivent libres : qu’ils ne croient pas aux tromperies des hommes de guerre ; qu’ils restent en paix et qu’ils se laissent vilipender deux ou trois fois avant de se décider à faire la guerre car on la commence aisément et elle frappe là où personne ne s’y attend et son mal ne peut se guérir rapidement »64.

  • 65 Pétrarque, Canzonière, XVI.

38Même Pétrarque s’en émeut dans la chanson intitulée « À l’Italie » lorsqu’il interroge les seigneurs italiens : « Che fan qui tante pellegrine spade ? » – « Que font ici tant d’épées vagabondes ? »65

39Pourtant, le 6 juillet 1362, Rodolfo da Camerino, célèbre condottiere, reçut le commandement suprême de l’armée florentine.

40Dans un premier temps, les troupes réussirent à atteindre Pise et à faire courir le palio sous ses murailles, ce qui représentait une grave insulte surtout lorsqu’il était couru par des prostituées :

  • 66 M. Villani, op. cit., XI, XVII, vol. II, p. 610.

« [...] et là, à la Bessa, avec les moqueries habituelles, pour l’éternelle renommée de la Commune de Florence et la honte des Pisans, ils firent courir un riche palio de velours écarlate doublé de vair que gagna messire Niccola Orsini… et le même jour après la none, revenus au dit lieu, avec beaucoup moins de gens, par dérision ils firent courir trois fois le palio : un aux ânes, l’autre aux ribauds et le troisième aux putains ; de sorte qu’honteux d’une telle injure, les Pisans, six cents à pied avec 200 cavaliers et beaucoup d’arbalétriers, la bannière impériale levée, sortirent de Pise pour venger totalement ou en partie l’outrage qui leur avait été fait »66.

  • 67 F. Sacchetti, Il libro delle rime cit., XCIV “Canzon distesa di Franco Sacchetti per vittoria avut (...)

41Franco Sacchetti rappelle aussi cet épisode : « Et puis il s’ensuivit pour toi une plus grande douleur et un plus grand supplice : (poésie) à tes portes furent courus trois palios »67.

  • 68 M. Villani, vol. II, XI, XVII, p. 609.
  • 69 Ibid., XI, XVIII, p. 611.
  • 70 Ibid., p. 612.
  • 71 Ibid., XI, XXIII, p. 620-622.

42Mais, après cette expédition, les problèmes provoqués par l’emploi de mercenaires commencèrent pour Florence car Rodolfo da Camerino ne se montra pas à la hauteur de sa réputation et tarda à quitter le camp : « le capitaine se trouva avec 2 000 « barbutes » et 5 000 fantassins dans le camp entre Pecciole et Ghiazziano où, paresseusement, et pour sa grande honte, il s’attardait »68. Ayant reçu tout ce qu’il réclamait, il se mit en route mais après avoir brûlé et pillé les alentours de Pise, il se retira, estimant que cela suffisait à son honneur. Le chroniqueur estime qu’il aurait pu faire davantage69. Puis il mit le siège à Pecciole, qui n’était défendu que par soixante hommes et de nombreuses femmes mais, paresseusement encore, « dormant jusqu’à la tierce, son lit garni d’une compagnie malhonnête et menant une tranquille vie de cour »70. Pecciole fut pris le 10 août, malgré le peu d’empressement du capitaine à combattre. Les troupes réclamèrent une double paie et un mois complet. À la suite du refus des Prieurs, les soldats, allemands et bourguignons pour la plupart, formèrent une nouvelle Compagnie, la Compagnie « del Cappelletto » et ils quittèrent l’armée avec leurs chefs ce qui obligea le capitaine à suspendre les hostilités71.

43Les mercenaires engagés pour combattre en mer se comportèrent mieux. À partir du mois d’août 1362, Perino Grimaldi et Bartolomeo écumèrent tout le littoral pisan, ils s’emparèrent de l’île du Giglio que les Catalans n’avaient jamais pu prendre et, en octobre, ils prirent Porto Pisano, brisèrent les chaînes qui fermaient le port et les envoyèrent à Florence où elles furent placées sur les colonnes de porphyre devant la porte du Baptistère.

  • 72 Ibid., XI, XLV, p. 645 ; D. Velluti, op. cit., p. 250.
  • 73 D. Velluti, op. cit., p. 231.
  • 74 M. Villani, op. cit., XI, XLVIII, vol. II, p. 649-650.

44Les combats s’intensifièrent dès le début de 1363. Rodolfo da Camerino fut remplacé au début du mois de mars par un autre capitaine italien, Piero da Farnese72 ; les Pisans prirent à leur solde la compagnie blanche des Anglais73, une compagnie commandée par un Allemand, Albert Sterz, qui s’était formée en France et qui, parce qu’elle était composée de soldats qui avaient servi l’Angleterre jusqu’à la paix de Bretigny, était appelée « les Anglais » et « blanche » à cause de la couleur de leurs armures. Donato Velluti et Matteo Villani regrettent tous deux que les Florentins, par avarice, aient refusé d’engager la Compagnie blanche, qui pourtant était prête à se mettre à leur service pour une somme inférieure à celle qu’elle réclamait à Pise74.

  • 75 Ibid., XI, L, p. 652-653.
  • 76 Ibid., XI, LIV, p. 655-658.

45Piero da Farnese attaqua l’ennemi le 7 mai, avant l’arrivée de la redoutable compagnie et remporta une bataille au cours de laquelle il fit prisonnier Rinieri da Baschi, capitaine des Pisans75. Le 17 mai, il entreprit une nouvelle expédition vers Pise, mais les Pisans, toujours dans l’attente de la Compagnie blanche, refusèrent « le gant de la bataille » et ne se livrèrent qu’à des attaques partielles. Piero da Farnese put toutefois faire battre monnaie d’or et d’argent, autre moyen de défier l’ennemi : sur la monnaie d’argent figurait un renard renversé sous le pied de Saint Jean76.

  • 77 Sa mort fut pleurée par les Florentins comme en témoignent A. Pucci dans la « Guerra di Pisa » et (...)
  • 78 D. Velluti, op. cit., p. 233.

46La peste s’abattit alors une nouvelle fois sur la Toscane. Piero da Farnese77 mourut le 19 juin 1363 et avec lui « plus de LX connétables, de nombreux soldats et d’honorables citoyens et certains s’enfuirent dans le Casentino, d’autres à Bologne et d’autres encore en Romagne par peur de mourir »78. Matteo Villani fut au nombre des victimes.

  • 79 Ibid., p. 232-233.
  • 80 M. Villani, op. cit., XI, LXIII, p. 666.

47Les Florentins choisirent Ranuccio da Farnese, frère de Piero, pour capitaine. Il s’agissait selon Filippo Villani d’un homme courageux et loyal mais inexpérimenté. Dès l’arrivée de la Compagnie blanche, les Pisans allèrent d’abord à Lucques puis s’approchèrent de Florence, firent courir un palio et pendirent trois ou quatre ânes, selon les témoignages, puis ils envoyèrent une lettre à Florence « la plus laide et honteuse que j’ai jamais entendue, dit Donato Velluti, par laquelle ils expliquaient qu’alors qu’ils faisaient une fête, certains de nos concitoyens l’avaient perturbée : messire Grison Strozzi, messire Ane Ricci, messire Bourricot Albizzi et messire... Médicis »79. Filippo Villani, quant à lui, s’exclame : « Voilà à quoi les sages Communes de Florence et de Pise dépensent des millions de florins, à réitérer ces vilenies ! »80

  • 81 Ibid., XI, LXV, p. 669 et D. Velluti, op. cit., p. 235.

48Florence décida alors de recourir à la Compagnie dite « della Stella » qui comprenait plus de 6 000 barbutes et à des mercenaires allemands annoncés au nombre de 2000 mais qui ne furent que 50081. La Compagnie ne venant pas, les Florentins engagèrent messire Ugo, un allemand qui leur apportait 1 000 cavaliers jeunes et courageux mais mal armés et mal montés. Puis ils engagèrent Ermanno de Wartenstein avec 1 000 hommes.

  • 82 M. Villani, op. cit., XI, LXXIX, p. 699.
  • 83 Ibid., XI, LXXXI, p. 701.

49L’année 1363 fut une année de défaites pour l’armée florentine commandée par Pandolfo Malatesta : en septembre, les Florentins perdirent Fegghine, en octobre ils furent surpris à Torrita (3000 cavaliers et 1 000 fantassins furent capturés) et attaqués à Incisa (400 hommes perdus). Les « Anglais » prirent leurs quartiers d’hiver dans la ville de Pise. On leur attribua une partie de la ville et les rues des autres parties furent barrées pour qu’ils n’ennuient pas les habitants. Mais ils se comportèrent si mal que les Pisans « cherchèrent par ruse à les sortir de chez eux, feignant d’être attaqués par des ennemis et envoyant de nombreuses lettres de différents endroits qui leur annonçaient de grands périls. Mais cela ne servit à rien car les Anglais s’étaient beaucoup battus, ils avaient besoin de repos et étaient riches de l’argent des rançons et du butin. ». Ils demeurèrent dans Pise « au grand désespoir et pour le malheur des habitants qu’ils outrageaient, et en particulier de leurs femmes, c’est pourquoi nombre d’entre eux les envoyèrent à Gênes et ailleurs, dans des lieux où elles pourraient dormir tranquillement »82. Pendant l’hiver, malgré le froid et la neige, les Anglais continuèrent leurs attaques, suscitant l’admiration de Filippo Villani qui note que même les Romains n’osaient pas le faire83.

  • 84 D. Velluti, op. cit., p. 235.
  • 85 Cf. M. Villani, op. cit., XI, XXVIII et XXX.
  • 86 D. Velluti, op. cit., p. 236.
  • 87 Ibid., p. 237. Velluti déplore les dégâts causés à ses propres terres : « ils me causèrent de gran (...)
  • 88 Diario del Monaldi cit., p. 428-431.

50Au mois de mars 1364, Pise engagea la compagnie « della Stella » qui, depuis la mort du comte di Lando (Currado Wirtinger), en 1353, était commandée par Hanneken von Baumgarten connu en Italie sous le nom d’Anichino Bongarden84. Elle comptait 1 000 soldats et plus de 6 500 cavaliers. Les Pisans revinrent en avril 1364 sur le territoire de Pistoia puis de Prato et enfin de Florence, au mois de mai. Depuis le siège de Porto Pisano, les Florentins employaient des arbalétriers génois85 qui firent subir de lourdes pertes à l’ennemi86 mais les Pisans et leurs mercenaires vinrent à Verzaia, un faubourg de la porte San Frediano, et les Florentins ne durent leur salut qu’à un orage car les ennemis étaient aussi nombreux que les fourmis87. Le journal de Monaldi témoigne des angoisses quotidiennes des Florentins au cours de ce mois de mai 136488.

  • 89 D. Velluti, op. cit, p. 238.
  • 90 M. Villani, op. cit., XI, XCVII, p. 730.
  • 91 Cette précision est fournie par Guido Monaldi qui mentionne 42 charrettes et 4 prisonniers à cheva (...)
  • 92 Le Diario d’anonimo fiorentino et les Ricordi de Giovanni di Pagolo Morelli notent la présence d’u (...)
  • 93 Une dernière humiliation est infligée aux Pisans : on les oblige à baiser l’arrière-train d’un lio (...)
  • 94 M. Villani, op. cit., XI, XCVIII, vol. II, p. 736-737.

51Florence « acheta » alors le départ de deux compagnies qui combattaient pour le compte des Pisans, dont celle d’Anichino89. Le 17 juillet 1364, afin que l’armée fût toujours sous les ordres d’un Italien, le commandement fut confié à Galeotto Malatesta, qui partit aussitôt pour Pise, où il se trouva confronté à John Hawkwood, capitaine de l’armée pisane depuis janvier. Le 29 juillet 1364, eut lieu à Cascina, la plus grande bataille du conflit. Un an plus tôt, jour pour jour, souligne Filippo Villani, « les Pisans avaient couru le Palio au Pont Rifredi, fait des chevaliers, battu monnaie, pendu des ânes et avaient beaucoup plaisanté et ironisé sur le compte des Florentins »90. L’armée florentine ne comptait pas moins de 22 compagnies, 4 000 cavaliers, 11 000 fantassins, 400 arbalétriers génois ; celle des Pisans 12 compagnies, 4 000 cavaliers dont 800 « Anglais », 6 000 fantassins, 600 arbalétriers. La victoire décisive fut donnée aux Florentins par les fantassins du Casentino et d’Arezzo et les arbalétriers génois qui, en sortant du camp, réussirent à repousser l’attaque de la cavalerie « anglaise ». La victoire coûta à la Commune de Florence 170 000 florins supplémentaires car Galeotto Malatesta, au plus fort du combat, promit aux mercenaires une double solde. Selon Filippo Villani, il y eut 1 000 morts du côté pisan et 2 000 prisonniers dont 32791 entrèrent dans Florence sur 42 charrettes92 à l’exception des nobles qui entrèrent à cheval93. Et avant leur entrée, toutes les cloches se mirent à sonner94.

  • 95 D.Velluti, op. cit., p. 240.

52La présence simultanée des compagnies qui étaient déjà à la solde des Florentins et de celles dont ils avaient acheté la neutralité provoqua des incidents. En juillet-août, les Allemands attaquèrent le camp des Anglais95, ce qui compromit la fin de la campagne. Il est indéniable que l’utilisation des Compagnies avait constitué un atout du point de vue militaire car elles savaient se battre, étaient disciplinées et leurs capitaines connaissaient bien la tactique militaire. Toutefois, ces chefs ne voulaient pas toujours se battre, comme Rodolfo da Varano ou Ermanno di Wartenstein, qui s’enfuit devant la Compagnie blanche. Parfois, comme Anichino di Bongarten, ils passaient à l’ennemi. Leurs hommes réclamaient sans cesse de l’argent pour combattre et devenaient indisciplinés dès qu’ils ne combattaient pas.

  • 96 M. Villani, op. cit., XI, CII, p. 745-748.

53La guerre de Pise s’acheva le 28 août 1364. Donato Velluti fit partie encore une fois de ceux qui eurent à faire exécuter le traité, grâce auquel Florence, qui avait également réussi à reprendre le contrôle de San Miniato et de Volterra, put dicter à Pise des conditions qui rendirent presque impossible toute tentative pisane de s’opposer à l’expansion économique et territoriale de sa rivale : les Florentins retrouvèrent leur franchise dans le port de Pise et Pietrabuona leur fut rendue ; les Pisans durent verser pendant dix ans, la veille de la fête de saint Jean- Baptiste, un tribut de 10 000 florins et plusieurs de leurs places fortes furent détruites96.

  • 97 F. Sacchetti, Il libro delle rime cit., Chanson CXCVII, p. 284-290.

54La guerre de Pise qui avait commencé par une longue guerre commerciale se terminait donc par un traité économiquement avantageux pour Florence. De plus, Florence se présentait aux yeux de la postérité comme celle qui avait voulu maintenir la paix malgré les multiples provocations des Pisans : la prise du château de Sovrana, la rupture des accords de paix, l’attaque des convois maritimes, l’incursion dans la vallée de Nievole… Toute la responsabilité de la guerre était attribuée aux Pisans et Florence devint le porte-drapeau de la liberté. C’est ainsi qu’elle se présenta lors de la guerre des Huit Saints aux quatre-vingts villes qui s’étaient rebellées contre la Papauté : rassemblée derrière une bannière rouge sur laquelle était écrit en lettres d’argent Libertas. C’est ainsi également que Franco Sacchetti la décrivit dans une chanson composée en 137797 :

« Hercule, autrefois originaire de Lybie, resplendit encore : / en grec il symbolise l’homme glorieux et fort / parce qu’il endura douze travaux. / Il existe un nouvel Hercule maintenant, pour celui qui comprend bien, / cette haute Dame aux pouvoirs habiles / qui plaça Liberté sur sa grande bannière. » (vv. 1-6)

55Puis il retrace l’histoire de Florence en parallèle avec les douze travaux d’Hercule : sa lutte contre les seigneurs du contado, la conquête de San Miniato en 1369-1370, l’expulsion de Gauthier de Brienne, duc d’Athènes, en août 1343, la transformation des Visconti en alliés, la chute du gouvernement des Raspanti de Pise, hostiles aux Florentins (1348), la défaite des Ubaldini (octobre 1373), le ralliement de Giovanni Acuto (avril 1377), les innombrables guerres contre Pise, la feinte soumission à Charles IV de Bohème (21 mars 1355), la décapitation de Tano degli Alberti di Mangona et la confiscation de ses biens (15 septembre 1370), la reddition de l’Abbé de Cluny, gouverneur de Pérouse (1er janvier 1376), la confiscation des biens de l’Église (fin 1376) Et il conclut :

« Nouvel Hercule, liberté joyeuse, / fille de Rome et Dame supérieure aux autres, / tu peux donc bien vivre heureuse plus que tout autre : / tu es telle que tout bien abonde en toi ; / tu es aujourd’hui le pilier de la force ; / pour toi, chacun s’interdit de faire le mal, / tu veux que tout peuple soit en paix ; / tu tiras les nations des griffes / de Pharaon et tu leur montre le droit chemin. Mais fais que tu sois unie à l’intérieur / et, dotée de tous les biens, / je te verrai et Celui qui voit la vérité sait cela. » (vv. 145-156)

56Une fois encore, c’étaient les guerres menées par Florence pour constituer un état fort qui étaient mises en avant mais l’envoi de la chanson révèle ce qui constituait sa faiblesse : les luttes de factions : « Fais que tu sois unie à l’intérieur et, dotée de tous les biens, je te verrai ».

Notes

1 M. Villani, Cronica con la continuazione di Filippo Villani, a cura di G. Porta, Parma, Fondazione Pietro Bembo / Ugo Guanda editore, 1995, 2 vol. 

2 Diario del Monaldi in Istorie pistolesi ovvero delle cose avvenute in Toscana dall’anno MCCC al MCXLVIII e diario del Monaldi a cura del Can. A.M. Biscioni, Milano, Silvestri, 1845, p. 427-464.

3 Diario d’anonimo fiorentino in Cronache dei secoli XIII e XIV a cura di A. Gherardi, Documenti di Storia italiana pubblicati a cura della R. deputazione sugli studi di storia patria per le provincie di Toscana, dell’Umbria e delle Marche, Firenze, Cellini, 1876, tomo VI, p. 203-481.

4 F. Sacchetti, Il libro delle rime, edited by Franca Brambilla Ageno, Firenze, Olschki, University of W. Australia Press, 1990, p. 533.

5 Id., Il Trecentonovelle, a cura di D. Puccini, Torino, UTET, 2004, p. 723.

6 D. Velluti, La cronica domestica di Messer Donato Velluti scritta fra il 1367 e il 1370 con le addizioni di Paolo Velluti scritte fra il 1555 e il 1560, per cura di I. Del Lungo e G. Volpi, Firenze, Sansoni, 1914, p. 358.

7 Inf. XXXIII, 89. Toutes les citations sont traduites par nos soins.

8 Inf. XXXIII, 79.

9 Pg. XIV, 53-54 : “Volpi sì piene di froda che non temono ingegno che le occupi”.

10 Les Pisans jouissent de la même réputation auprès des Génois. Iacopo Doria écrit à leur propos : “ut moris est eorum, qui unum dicunt et aliud faciunt”.

11 [XCIV] “Canzone distesa di Franco Sacchetti per vittoria avuta contra i Pisani” in F. Sacchetti, Il libro delle rime, op. cit., p. 114-119.

12 M. Villani, op. cit., IX, XX, vol. II, p. 311.

13 Ibid., VI, XIX, vol. I, p. 736.

14 Ibid., Dans un discours prononcé entre avril et juin 1499, alors que Florence tente vainement de reprendre possession de Pise, Machiavel lui-même soulignera la grande perfidie des Pisans. (Cf. Machiavelli Niccolò, Discorso fatto al magistrato dei dieci sopra le cose di Pisa in Arte della guerra e scritti politici minori a cura di Sergio Bertelli, Milano, Feltrinelli, 1961, p. 5-17.

15 M. Villani, op. cit., VI, XIX, vol. I, p. 736.

16 Ibid., VI, XLVII, vol. I, p. 765.

17 D. Velluti, op. cit., p. 218-219.

18 Ibid., p. 219.

19 Archivio di Stato Fiorentino, Camera, Uscita, CXV, c. 275 et 289. Note de I. Del Lungo et G. Volpi in D. Velluti, op. cit., p. 218.

20 Ibid., p. 219.

21 M. Villani, op. cit., VI, XLVIII, vol. I, p. 767-768.

22 Ibid., p. 767.

23 Ibid., VI, XLVII, vol. I, p. 766-767.

24 Ibid., VI, XLVIII, vol. I, p. 768.

25 D. Velluti, op. cit., p. 220.

26 Ibid., p. 219.

27 Ibid., p. 221.

28 M. Villany, VI, LXI, vol. I, p. 784-785.

29 Ibid., p. 785.

30 Ibid.

31 Ibid., X, LXXXIII, vol. II, p. 557.

32 Ibid., p. 786.

33 Ibid.

34 M. Villany, VII, XXXII, vol. II, p. 50-51.

35 Ibid., VII, LXII, p. 84-85.

36 Ibid., VII, LXIII, p. 85-86 et VIII, XI, p. 148-149.

37 Ibid., VIII, XXXVII, p. 182-184.

38 Ibid., VIII, XXXVII, p. 184.

39 Ibid.

40 D. Velluti, op. cit., p. 227.

41 Cronica di Pisa, CIBIT, coll. I testi di Pisa, a cura di F. Franceschini, M. Tangheroni, M. Santagata, E. Fasano Guarini, L. Tornasi Tongiorgi, rubrique 120, p. 1045.

42 M. Villany, op. cit., X, LXXXIII, vol. II, p. 558.

43 Ibid., X, XCI, p. 566-567.

44 “Come li Pisani feciono cosa da ‘ncitare li Fiorentini”, ibidem, X, XCI, p. 566.

45 Ibid., XI, I, vol. II, p. 587-589. Citation p. 587.

46 Ibid., XI, II et III, p. 590-593.

47 Ibid., XI, VII, p. 598.

48 Ibid., XI, X, p. 600-602.

49 Ibid., XI, XIII, p. 604-605.

50 F. Sacchetti, Il Trecentonovelle, op. cit., Nouvelles VII, XXXVIII, XL, XLI, CIV.

51 M. Villani, op. cit., IX, III, vol. II, p. 281-282. En janvier 1359 est créé le 4e “monte” qui devait apporter 70 000 florins dans les caisses de la Commune. Chaque créditeur qui versait la somme de 100 florins était enregistré pour 300.

52 Ibid., X, LXXXV, p. 561.

53 Ibid., IX, VI, p. 288.

54 Ibid., X, VII, p. 465.

55 M. Villani, op. cit., III, LXXXIX, vol. I, p. 437-438.

56 Ibid., X, XXVII, p. 491-493.

57 Ibid., VII, LXXXVII, pp. 114-115 ; VII, XCVI, p. 122-123 ; VIII, VIII, p. 146-147.

58 Ibid., X, LXXIII, p. 546-547.

59 Ibid., X, XXXIV, p. 502-503.

60 M. Villani, op. cit., IV, XX, vol. I p. 501. Voir aussi VII, LXXVII, vol. II, p. 102 ; VII, LXXXI, vol. II, p. 107.

61 Ibid., IX, I, vol. II, p. 278-279.

62 F. Sacchetti, Il Trecentonovelle, op. cit., nouvelle CLXXXI, p. 511-512.

63 Ibid., p. 512.

64 Ibid.

65 Pétrarque, Canzonière, XVI.

66 M. Villani, op. cit., XI, XVII, vol. II, p. 610.

67 F. Sacchetti, Il libro delle rime cit., XCIV “Canzon distesa di Franco Sacchetti per vittoria avuta contra i Pisani”, p. 114-119, v. 83-84.

68 M. Villani, vol. II, XI, XVII, p. 609.

69 Ibid., XI, XVIII, p. 611.

70 Ibid., p. 612.

71 Ibid., XI, XXIII, p. 620-622.

72 Ibid., XI, XLV, p. 645 ; D. Velluti, op. cit., p. 250.

73 D. Velluti, op. cit., p. 231.

74 M. Villani, op. cit., XI, XLVIII, vol. II, p. 649-650.

75 Ibid., XI, L, p. 652-653.

76 Ibid., XI, LIV, p. 655-658.

77 Sa mort fut pleurée par les Florentins comme en témoignent A. Pucci dans la « Guerra di Pisa » et F. Sacchetti dans le sonnet : « I’ son Fiorenza, in cui morte s’accese… » (F. Sacchetti Il libro delle rime, op. cit., sonnet CII, p. 125).

78 D. Velluti, op. cit., p. 233.

79 Ibid., p. 232-233.

80 M. Villani, op. cit., XI, LXIII, p. 666.

81 Ibid., XI, LXV, p. 669 et D. Velluti, op. cit., p. 235.

82 M. Villani, op. cit., XI, LXXIX, p. 699.

83 Ibid., XI, LXXXI, p. 701.

84 D. Velluti, op. cit., p. 235.

85 Cf. M. Villani, op. cit., XI, XXVIII et XXX.

86 D. Velluti, op. cit., p. 236.

87 Ibid., p. 237. Velluti déplore les dégâts causés à ses propres terres : « ils me causèrent de grands dommages en matériel, en orangers et autres arbres fruitiers, en blé et en orge qui étaient en herbe. »

88 Diario del Monaldi cit., p. 428-431.

89 D. Velluti, op. cit, p. 238.

90 M. Villani, op. cit., XI, XCVII, p. 730.

91 Cette précision est fournie par Guido Monaldi qui mentionne 42 charrettes et 4 prisonniers à cheval. Filippo Villani parle de 44 charrettes (M. Villani, op. cit., XI, XCVIII, vol. II, p. 736) ; l’anonimo fiorentino de 42 (Diario d’anonimo fiorentino, op. cit., p. 297) ; Giovanni di Pagolo Morelli de 50 et il précise qu’elles appartiennent aux Pisans ainsi que les cordes qui lient les prisonniers (G. Morelli di Pagolo, Ricordi in Mercanti scrittori a cura di V. Branca, Milano, Rusconi, 1986, p. 219).

92 Le Diario d’anonimo fiorentino et les Ricordi de Giovanni di Pagolo Morelli notent la présence d’un aigle sur la première charrette. Cet aigle, capturé par les Florentins aux abords de Pise, est attaché par le cou. Giovanni di Pagolo Morelli précise qu’il se débat, et s’accroche à la charrette grâce à ses serres. (G. d. P., Morelli, Ricordi op. cit., p. 219 ; Diario d’anonimo fiorentino, op. cit., p. 297.)

93 Une dernière humiliation est infligée aux Pisans : on les oblige à baiser l’arrière-train d’un lionceau vivant qui représente le Marzocco, emblème de Florence. (G. d. P. Morelli op. cit., p. 219). Le baiser anal est une parodie de l’hommage féodal par laquelle l’osculum, geste qui place le vassal sur le même plan que son seigneur, devient acte de soumission.

94 M. Villani, op. cit., XI, XCVIII, vol. II, p. 736-737.

95 D.Velluti, op. cit., p. 240.

96 M. Villani, op. cit., XI, CII, p. 745-748.

97 F. Sacchetti, Il libro delle rime cit., Chanson CXCVII, p. 284-290.

Auteur

Maître de conférences de l’Université de Provence, ERLAOS

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540