Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en guerre

 | 
Christiane Raynaud

Citadins et hommes de guerre dans les Marches aux XIVe et XVe siècles : une difficile cohabitation

Philippe Jansen

Texte intégral

  • 1 Pour une perspective générale des conflits et des opération des condottieri dans les Marches à la (...)
  • 2 Texte édité par G. Benaducci, Della signoria di Francesco Sforza nella Marca, e peculiarmente in T (...)

1Au printemps 1444, le cardinal Domenico Capranica, légat du pape et gouverneur pontifical des Marches, a décidé d’expulser le condottiere Francesco Sforza de la province qu’il a soumise, six ans plus tôt, à sa domination personnelle. Mais Niccolò Piccinino, qu’Alphonse d’Aragon, roi de Sicile et allié de l’Église, a envoyé dans les Marches dans ce but, a été battu à l’automne précédent dans la vallée du Chienti et Francesco Sforza a pris le contrôle de tous les castra du contado de Fermo – ville où il a établi sa résidence – sauf celui de Monte S. Pietro in Alleis (aujourd’hui Monte Sanpietrangeli)1. Le village a accueilli des troupes fidèles au pape et subit le siège de Francesco Sforza pendant un mois. Les conséquences dramatiques de la guerre et de la présence des soldats pour les habitants sont décrites avec une vivacité saisissante dans une supplique adressée par les survivants du village au cardinal, qui la reçoit à Recanati le 17 avril 14442 :

[Les habitants de Monte Sanpietrangeli] « reçurent par leur libre volonté et pour la défense de l’état de l’Église avec un courage très attendu les gens d’armes, fantassins et cavaliers, et messire Giacomo de Gaviano avec douze ou treize Condottieri et leurs armées, et tous les gens d’armes qu’ils voulurent, d’après les lettres de votre Très Révérende Domination, avec la plus totale générosité. Et après cette réception, persistant dans leur fidélité avec un courage parfait et joyeux, ils s’opposaient virilement aux ennemis… Mais la liberté s’est retournée en une très grave amertume, parce que les gens d’armes susdits expulsèrent les habitants de ce castrum, mettant à sac maisons, grain, vin, huile ainsi que tous leurs biens et, ce qui est pire, ils capturèrent quelques habitants dans le castrum et les emmenèrent captifs comme des ennemis. En plus de ce pillage, le comte Francesco Sforza lui-même, avec sa très grande armée, assiégea avec des intentions hostiles le castrum et le tint assiégé pendant un mois environ, avec des bombardes, engins et trébuchets, et tout ce qui était utile pour prendre d’assaut le castrum. Et pendant ce temps, les hommes d’armes qui avaient été reçus (par les habitants), soit pour la défense, soit par leur propre décision, détruisirent la majeure partie des maisons de ce castrum et les mirent en ruine, et surtout les maisons qui se trouvaient proches des murs ; de sorte que, presque toutes les maisons étant ruinées, le château demeurerait presque seul, à l’exception de la partie des murs qui n’avait pas été ruinée par les machines et bombardes… En revanche, hors des murs du castrum, tous les arbres, vignes, oliveraies sans exception ont été coupés par l’armée ennemie, afin qu’aucune vigne ou arbre ne demeure dans tout le territoire du castrum ».

  • 3 Cet autre aspect des conflits marchésans a été abordé par ailleurs : Ph. Jansen, « Rocche, château (...)

2Certes, Monte Sanpietrangeli n’est qu’un bourg d’environ 1 500 âmes. Ce témoignage est cependant précieux. Contrairement à tant de récits et de chroniques qui narrent surtout les faits d’armes et les assauts de murailles, il résume toutes les causes de souffrance d’une population non combattante mais impliquée dans les conflits : présence encombrante et pillarde d’une soldatesque venue en principe défendre les habitants, mais qui détruit leurs maisons et les rançonne ; ravages de l’artillerie et « dégâts » systématiques des cultures. Il me semblait donc bien correspondre à l’esprit du colloque voulu par Mme Raynaud, auquel j’espère être fidèle en évitant de traiter ici de la « guerre des villes » sous ses aspects poliorcétiques, tactiques et techniques3, pour m’intéresser plutôt à la situation des villes pendant les conflits, qu’elles soient menacées directement par une opération de siège ou servent de bases arrière à des armées de mercenaires qui battent la campagne.

  • 4 Sur ces deux épisodes retentissants et dramatiques de l’histoire d’Ancône, je me permets de renvoy (...)
  • 5 Sur ces faits, cf. Ph. Jansen, Démographie et société dans le Marches à la fin du Moyen Âge : Mace (...)

3L’évolution des stratégies militaires dans les guerres de condotte place de plus en plus souvent les villes, bien protégées derrière leurs murailles, à l’écart des combats. Le temps n’est plus où leur conquête par de puissantes armées, impériales ou pontificales, assurait le contrôle politique de la région. Les populations n’ont plus souffert des longues et pénibles opérations comme le siège d’Ancône en 1173 – même si le grand port fut à nouveau l’enjeu de combats acharnés, mais cette fois à l’intérieur de la ville, en 13834. Elles ont été relativement épargnées par les combats directs, ont subi parfois de brèves tentatives d’assaut, comme Macerata en novembre 1377, octobre 1392 et décembre 1412 ; elles échouent et le siège est rapidement levé. Trois autres menaces de siège, en 1392, 1415 et 1434 sont évitées par la signature d’une trêve5. Le combat des condottieri et de leurs armées soldées est celui de la manœuvre en rase campagne ou de la prise des forteresses stratégiques.

4L’éloignement de la bataille ne signifie pas atténuation de la guerre, au contraire. Depuis la fin de la légation du cardinal Albornoz en 1367 jusqu’à la fin de la seigneurie de Francesco Sforza en 1445, les citadins des Marches ont connu un état de guerre presque constant, matérialisé par l’installation durable des mercenaires, groupe étranger, à tous les sens du terme, au corps civique. Les hommes de guerre imposent leur cohabitation par l’obligation de logement. Pendant leur séjour en ville ou même après, ils se manifestent par une pression financière insistante. Cependant, la guerre des condotte est régulée, elle n’est pas un chaos ; les combattants ont besoin des hommes de gouvernement pour répondre aux exigences pressantes d’une économie de guerre qui pèse sur les civils.

Héberger

  • 6 Anali di Fermo di autore anonimo (daté d’après la tradition du début du XVIe siècle), Documenti di (...)

5Lorsque la guerre se préparait dans les Marches, princes territoriaux et chefs de guerre signaient avec les autorités communales des accords qui prévoyaient l’installation en garnison de troupes à l’intérieur des villes. Ces garnisons ont trois objectifs : regrouper des forces pour attendre l’arrivée des adversaires et intercepter leur progression par une bataille rangée ; renforcer la défense civique des murailles pour dissuader l’ennemi d’assiéger la ville ; tout aussi fréquemment, prendre des quartiers d’hiver avant de lancer une campagne saisonnière contre les Compagnies adverses. Les villes marchésanes ont servi de zone de repos pour des Compagnies qui allaient combattre en Romagne, en Lombardie ou dans le Royaume de Naples. Les séjours prolongés des hommes d’armes, pendant plusieurs mois, représentaient une charge telle que les habitants en venaient à souhaiter la reprise des hostilités qui remettrait les soldats en campagne. Les villes que les seigneurs avaient choisies pour siège de leur pouvoir payaient lourdement ce privilège politique : elles devaient abriter des contingents de soldats plus nombreux, presque permanents. Même à Fermo, où les légats du pape tout comme Francesco Sforza avaient établi leurs quartiers généraux dans la puissante citadelle du Girfalco qui dominait la ville, le château ne suffisait pas à abriter tous les hommes d’armes. En 1445, lorsqu’il renforça considérablement ses effectifs pour résister aux condotte embauchées par le cardinal Capranica, les 5 000 hommes placés sous le commandement de son frère Alessandro logeaient « pour partie dans la rocca, pour partie dans les logements sur la place ; et d’autres distribués dans la ville dans les maisons des citadins »6. Cette répartition était aussi une précaution politique pour tenir en respect les habitants de Fermo qui aspiraient à secouer la tyrannie des Sforza et se révoltèrent à cette occasion.

  • 7 Le 19 septembre 1395, le conseil de Macerata décide d’attribuer à Antonio de Varano, lieutenant de (...)
  • 8 APM 12, f° 149r-151r : logement pour la Compagnie de Pietro Navarini. Son effectif est annoncé dan (...)
  • 9 APM 13, f° 168v-169v, 15 juil. 1425 ; location de maisons pour les mercenaires « de l’église d’Anc (...)
  • 10 APM 16, f° 104r et APM 17, f° 1r-3r. Les mentions d’ouvriers maçons qui travaillent pendant une jo (...)

6L’obligation d’accueillir les condotte, vieille réminiscence de l’ancien droit d’albergement, pesait lourdement sur les habitants, en particulier pour l’obligation de logement. La procédure de réquisition des maisons des habitants pour la soldatesque est finalement assez mal connue. Les registres communaux inventorient un nombre de logis très réduit par rapport à la population résidant en ville et aux effectifs des condotte. Les propriétaires recevaient un loyer, payé par la commune, pour les habitations mises à la disposition des soldats ; cela signifie-t-il qu’ils étaient libres de proposer ces logements en échange de la contrepartie financière ? Les hommes d’armes étaient logés surtout chez des citoyens aisés, car les capitaines des condotte, sourcilleux sur le respect dû à leur rang, exigeaient une demeure spacieuse, proche du centre du pouvoir7. Pour loger la Compagnie de Pietro Navarini, forte de 100 cavaliers, du 1er août au 12 décembre 1422, la commune de Macerata loua 23 maisons dont le loyer annuel s’échelonnait de 2 livres à 4 florins ; compte tenu de la durée de la réquisition, la dépense totale s’éleva à 19 florins et 62 livres8 ; la compagnie de Camoccio s’installa à partir du mois de septembre 1429 dans cinq maisons ; le complément des effectifs de la condotta rallia le contingent précédent pour l’hiver à compter du 2 janvier 1430 et occupa cinq autres maisons9. Au 1er avril 1434, les soldats envoyés par Alessandro Sforza à Macerata occupent encore 5 maisons, ceux qui arrivent en décembre 1435 sont hébergés dans 12 demeures. Les dépenses supportées par la commune sont augmentées par les travaux nécessaires pour mettre les locaux en état de recevoir des hôtes assez nombreux, notamment en divisant le logis par de nouvelles cloisons, et fournir l’ameublement minimum ; la commune dépense 65 livres 17 sous en décembre 1435 en couteaux et tables pour les repas et pour payer la main-d’œuvre qui a réalisé l’aménagement10. Il fallait prévoir aussi les réparations des dégâts commis par les garnisaires.

  • 11 Cet effectif est précisé dans le pacte conclu le 28 juin 1383 entre la commune d’Ascoli et deux ca (...)
  • 12 APM 11, f° 171v, et APM 12, f° 118v : “in placabili forma... quod civitas non est acta receptare g (...)
  • 13 Ibid., f° 119v et 128r.

7Le souci de limiter les désagréments et de ne pas voir tous les quartiers envahis par les soldats explique les efforts constants des autorités urbaines pour limiter les effectifs hébergés au nombre utile à la défense de la ville, tandis qu’au contraire les capitaines cherchent à installer le plus grand nombre d’hommes possible aux frais des citoyens. Les informations, assez limitées, mais concordantes, que l’on peut recueillir à partir de la fin du XIVe siècle, sur les hommes d’armes appelés pour défendre une ville normalement peuplée, donnent des effectifs d’environ 50 à 60 hommes : 75 hommes d’armes ont défendu Macerata en 1377 ; Ascoli recrute 20 lances, soit 60 hommes en 1383 ; en 1411, les prieurs de Macerata sollicitent l’envoi de 50 cavaliers par Braccio da Montone. Mais les Compagnies comptaient rarement moins de 100 hommes ; au XVe siècle, le nombre de cavaliers des condotte composées en général de « lances » de trois hommes11, tendait à croître : elles exigeaient donc plus de place et de fournitures pour les chevaux. Les citoyens ouvrent d’âpres négociations, dans des délais brefs, pour obtenir des réductions d’effectif : en juillet 1417, les prieurs de Macerata font savoir à Braccio da Montone qu’ils ne pourront accueillir que 100 cavaliers sur les 300 que le condottiere voulait faire venir. En mai 1422, les prieurs de la commune arguent, en vain, du nombre de maisons ruinées, pour échapper à l’obligation de recevoir les 150 hommes de Bernardo Amorosini, lieutenant et neveu du légat Giordano Orsini, avec leurs montures sur le territoire de Macerata, dont 30 à l’intérieur de la ville, les autres restant, vu la saison, à l’extérieur dans les pâtures12. Après avoir reçu des lettres comminatoires du cardinal Orsini, la commune dut accueillir 100 cavaliers dans ses murs13 ! On doit remarquer cependant que le logement d’une centaine d’hommes d’armes ne devait pas être insurmontable dans des villes dont la population comptait plus de 5 000 habitants. Mais la charge s’alourdit par la nécessité de nourrir les hommes et les chevaux ; la réquisition économique, nous le verrons, était certainement source supplémentaire de tensions.

  • 14 APM 12, 13 et 15, cités aux notes 8 et 9.

8Les difficultés engendrées par la présence des hommes s’accroissaient dans la promiscuité de l’espace partagé avec les propriétaires, qui devaient restreindre leurs habitudes de vie à quelques pièces de la maison, et certainement avec l’allongement des séjours dont la durée n’était jamais convenue d’avance avec les capitaines. Parmi les propriétaires de maisons qui acceptèrent, de plus ou moins bon gré, de les louer aux soldats, on relève cependant quelques « abonnés » qui offraient des logis assez vastes, si l’on en juge par les prix de location qui apparaissent parmi les plus élevés : 4 florins ou 16 livres pour la maison du notaire messer Giorgio di mastro Andrea ; au moins autant en 1422, pour celle du marchand-épicier Stefano di Pietro. Le premier mit son bien à disposition à trois reprises entre 1422 et 1430 et supporta la présence des hommes d’armes pendant quelques dix-sept mois et demi sur huit ans14.

9Les difficultés de cohabitation sont révélées par la coïncidence symptomatique entre la présence de soldats et l’augmentation sensible des délits et crimes jugés par les tribunaux urbains. Les comportements sociaux étaient modifiés, parce que les soldats s’imposaient comme un corps étranger à l’ensemble des structures sociales fixes et rassurantes. Les pétitions déposées devant les tribunaux les montrent comme des hommes dépourvus d’entourage familial, dont on connaît mal l’identité par conséquent, parlant un italien sensiblement différent de celui des Marches, voire une langue incompréhensible s’il s’agit de Teotonici ou sclavi, assez nombreux dans les Compagnies opérant dans la province au XIVe siècle. Ils furent peu à peu remplacés au XVe siècle par les Bourguignons ou les lansquenets suisses qui arrivaient précédés d’une réputation de farouches combattants propre à inquiéter les populations civiles.

  • 15 APM 3, f° 8-9, pétition en italien datée du 18 juillet 1377 ; 6, f° 169-171, 13 mai 1397.

10La majorité des hommes d’armes impliqués dans des bagarres de rue à Macerata n’étaient pas Italiens ; les rixes les opposaient plus souvent à des résidents eux-mêmes étrangers à la ville qu’à des citoyens. En juillet 1377, Giovanni de Fermo sollicite la clémence des juges qui l’ont condamné pour une rixe avec Michel le Hongrois. En 1397, Angelello di Matteo se coltina avec “quemdam Savogiam stipendiarium Moscarde”15 ; d’autres condamnés étaient désignés comme Theutonici. N’exagérons pas le facteur criminogène : les soldats convoqués par les juges représentaient une très faible proportion des contingents qui ont séjourné en ville. Mais le taux de délinquance dans leur rang est deux fois supérieur à celui de la moyenne des habitants. L’usage de la force et de la violence leur est habituel pour régler les différends.

  • 16 APM 23, f° 99, 19-20 déc. 1445 : “... claudantur oculi et permittatur ei stare in dicta Civitate a (...)

11Leur attitude prédatrice se retrouve aussi dans le comportement sexuel. Femmes et filles des citoyens étaient particulièrement menacées par la promiscuité de logement. Pourtant, la répression de ces délits en justice n’est pas systématique, car les citoyens hésitent à dénoncer publiquement une agression ou un viol qui jetterait l’opprobre sur leur « honnête famille ». À Macerata, la seule ville dont j’ai eu l’occasion de dépouiller les archives judiciaires, on apprend que les prieurs autorisèrent le 2 janvier 1397 un certain Rabuino, consocius du condottiere Moscardo della Strata, à emmener à Osimo la domestique de feu Francesco d’Urbino « pro evitenda scandala et consequendo pacem et quietem ». En 1416, les bénédictines du Monastère de Sainte-Catherine demandent qu’on ramène à leur domicile « la concubine et le fils de Tozio de Borgo S. Sepolcro, mercenaire de Berardo da Varano, qui avaient trouvé refuge au couvent. Les Prieurs accèdent à la requête, mais font renforcer la surveillance des portes de la ville pour que la femme et son enfant ne s’échappent pas. En 1445, Leone, fils du comte de Tagliacozzo, engagé dans les condotte au service du pape contre Francesco Sforza, avait profité de son passage à Macerata pour séduire la fille d’un prieur de la commune, Giovanni di Marcuzzo : la jeune fille avait quitté le domicile paternel pour suivre son amant. Le père ulcéré fit jeter en prison sa fille et sa femme, qu’il tenait pour complice, et obtint que le fringant guerrier soit expulsé de la ville. Mais l’enquête montra que la jeune fille avait quitté de sa propre volonté le domicile familial ; il n’y a pas eu viol. La mère fut innocentée, mais les deux femmes furent expulsées de la ville, tandis que Leone de Tagliacozzo revint avec une lettre en sa défense du châtelain de Sant’Angelo, Francesco d’Urbino ; les conseillers de Macerata, « fermant les yeux (sic), lui permirent de demeurer dans la cité, en considération pour sa noble ascendance... »16.

12Le sens de la hiérarchie et du statut social, si important pour organiser la vie collective, n’a pas perdu ses droits aux yeux de la major et sanior pars civitatis qui s’en prend plus volontiers aux valets d’armes, accusés des plus mauvais instincts, qu’aux capitaines de guerre, soutenus par de puissants protecteurs. Au reste, si la brutalité des rapports humains est aggravée par la présence des hommes d’armes, elle ne dégénère pas en violence généralisée contre la population urbaine. Les mercenaires doivent ménager la ressource de la prédation et du prélèvement : ils vivent pour l’argent autant que pour le combat. L’atteinte économique n’est pas le moindre mal pour les habitants des villes.

Payer

13La destruction des biens à Monte Sanpietrangeli apparaît comme la forme ultime du prélèvement exercé régulièrement par les armées en campagnes et leurs chefs sur les habitants des cités. Tout est prétexte à contraindre les citoyens à payer : s’ils sont alliés de l’Église, ils doivent acquitter la taille, impôt extraordinaire des guerres qui permet de verser la solde aux mercenaires venus défendre le territoire et les libertés urbaines des citoyens menacés par une « tyrannie » politique. Si la population traîne les pieds, les mercenaires s’attardent, et exigent parfois un tribut pour lever le camp. A fortiori, lorsqu’une armée hostile s’empare du territoire, elle soumet ses habitants à rançon et réquisitions de vivres. Il est souvent difficile, et un peu vain pour notre propos, de discerner les prélèvements légaux et les collectes forcées, résultant de l’habitude de vivre sur le pays, au besoin par la terreur.

  • 17 Pour l’approche générale du système des condotte italiennes, voir les synthèses de P. Pieri, Il Ri (...)
  • 18 Archives communales de Macerata, cass. 16, Perg. 888, 11 décembre 1311. Pour le contexte, voir M. (...)
  • 19 Sur ces évolutions d’ensemble, voir Ph. Jansen, Démographie et société, op. cit., p. 84-99.

14Contrairement aux grandes cités indépendantes de Lombardie, Toscane ou Ombrie, les communes des Marches n’étaient pas maîtres de négocier directement des condotte avec les grands capitaines d’armes, fût-ce à prix d’or dans une surenchère permanente17. Dans les Marches, l’installation des hommes d’arme relève de l’autorité pontificale représentée par le gouverneur qui a la prérogative de la levée et du paiement des troupes. Pour s’y opposer et échapper au poids de la tallia militum, les citoyens se ralliaient parfois à un seigneur régional puissant, capable de combattre avec ses condotte les troupes enrôlées par la papauté. Ses armées ne venaient pas libérer des régimes communaux : il recherchait l’alliance des villes pour les subordonner à sa propre autorité et étendre une domination territoriale. Ainsi, en décembre 1311, la commune de Matélica, qui a adhéré à la ligue gibeline « des terres et amis des Marches », paye 390 livres de Ravenne et d’Ancône (sur les cinq cents réclamées initialement) à Speranza de Montefeltro, qui commande les troupes de la ligue pour son frère le comte Frédéric. La somme est destinée à payer « le salaire et la paie de la ligue et du comte ainsi que ses connétables et soldats », venus défendre les territoires des communes gibelines contre les armées pontificales18. Le phénomène de subordination des communes atteint son point culminant sous l’autorité du condottiere romagnol Francesco Sforza, arrivé dans les Marches en 1433 avec le titre de Capitaine de l’Église, et qui soumit progressivement presque toutes les communes de la Province jusqu’en 144719.

  • 20 Sur cette succession de condotte, APM 6, f° 36v-37r, 70v-71, 88v-89, 131v, 191, 239. Au premier ju (...)

15La brutalité des prélèvements est aggravée par le recours de plus en plus systématique par les capitaines d’armes à la « sous-traitance » du commandement des troupes confiées à des conductores locaux, parfois vassaux en rupture de ban, hommes de main et de guerre, qui n’hésitaient pas à l’occasion à exiger un paiement direct des communautés, sous la menace d’exactions de leurs soldats. Moscardo della Strata, condottiere au service de la papauté, qui avait été appelé à défendre Macerata en juillet 1396 contre les entreprises des ducs de Camerino, quitta la ville au printemps suivant mais y laissa trois contingents commandés par Guido Piccinnino et deux capitaines marchésans, Spallato de Force et Antonio alias Macerata. Piccinnino s’éloigna à son tour, mais à la fin de l’année 1397, une quittance faite à la commune prouve que les deux autres condotte demeuraient toujours sur le territoire de Macerata, où elles furent rejointes par quatre nouveaux capitaines : Bartolomeo de Borgo Sansepolcro, un certain Venetianus, Giovanni de Spolète et Colecta de Posta ; ces six capitaines obtiennent le versement de 300 ducats par la commune20.

  • 21 APM 3, f° 53 : “Item, dixit ex parte domini domini Rodulfi quod placeret dicti communi subvenire i (...)
  • 22 G. Benaducci, Dalla Signoria di F. Sforza nella Marca, e peculiarmente in Tolentino op. cit., Tole (...)

16Aux paiements en argent s’ajoutaient les ravitaillements en nature. Les contrats des condotte, plus précis à mesure qu’on s’avance dans le temps, établissent une distinction claire entre les périodes de garnison et les temps de campagne et de combat. Dans le premier cas, qui représente les plus longues durées de présence des mercenaires, les citoyens étaient en principe protégés contre une réquisition brutale des vivres. Les soldats devaient acheter les denrées aux citoyens qui les leur fournissaient, en négociant le meilleur prix. La plupart du temps, l’autorité communale joue le rôle d’intermédiaire : elle achète les aliments aux producteurs, concentre les stocks et les revend aux soldats. Mais la garantie du paiement n’est pas sûre. Les mercenaires sont souvent gens impécunieux, ou préfèrent utiliser leurs gains à d’autres fins ; les représentants des citadins sont alors contraints de saisir une partie de leur armement en gage ; le paiement des vendeurs est supporté en attendant par les recettes fiscales de la commune : indirectement, les citoyens financent les fournitures aux troupes, sans aucune garantie sur les délais et les montants de remboursement. En 1377, Rodolfo da Varano faisait savoir aux prieurs de Macerata que les mercenaires « ne peuvent recevoir leur solde actuellement » ; la commune était invitée à emprunter l’argent nécessaire à l’achat des grains « pour les prêter ou donner aux soldats »21. Au début du printemps, il n’est pas rare que le capitaine, qui doit repartir avec une condotta en ordre de bataille, contraigne les citoyens à restituer les armes prises en gage ; pour que ceux-ci ne soient pas complètement lésés, la Trésorerie des Marches leur délivre une lettre de paiement qui sera remboursable dans les deux mois22.

  • 23 Les prix sont donnés dans APM 3 f° 74r ; la conversion ducat/livre est donnée d’après l’équivalenc (...)
  • 24 APM 20, f° 152r-164v. Les quantités fournies par les citoyens de Macerata s’élèvent exactement à 4 (...)
  • 25 G. Benaducci, Dalla Signoria di F. Sforza nella Marca, op. cit., p. XLIX, doc. LXX, 5 août 1442 : (...)

17Il est possible, à partir des registres de délibération de conseils urbains, de calculer la consommation moyenne des mercenaires et son coût à la fin du XIVe siècle. Pour une consommation individuelle quotidienne de céréales inférieure à 350 g, la dépense est d’environ 1 livre 3 sous23. Sur cette base d’estimation, la nourriture des 75 hommes d’armes envoyés par le duc de Camerino à Macerata en 1377 coûterait environ 661 ducats : la somme est bien supérieure aux 197 florins versés pendant la même période au titre de la solde. La nourriture des animaux n’est pas moins importante que celle des hommes. Francesco et Alessandro Sforza, pendant toute la durée de leur seigneurie, ont régulièrement envoyé aux communes des demandes pour recevoir l’orge, la paille ou le foin, voire « les blés » pour les chevaux. En quatre mois, de novembre 1441 à février 1442, les habitants de Macerata ont du fournir pour les hommes d’Alessandro Sforza plus de 560 saumées de céréales, soit près de l’équivalent de 79 tonnes24 ! La même année 1442, il impose aux citoyens l’obligation d’engranger la paille et le foin pour les quartiers d’hiver des cavaliers ; cette mesure laisse entrevoir les difficultés que les éleveurs éprouveront à garder quelques réserves pour leurs propres animaux. Les conséquences négatives de la présence des armées pour le cheptel des civils sont souvent sous-estimées par rapport aux destructions de récoltes, plus souvent étudiées25.

  • 26 Ibid. p. XXII, doc. XXX : “universis et singulis communitatibus etc. praecipimus et stricte mandam (...)

18Même lorsque les soldats peuvent régler l’achat de leurs victuailles, ils favorisent le développement d’un marché qui a ses propres règles, souvent contradictoires avec le droit et les usages des transactions commerciales civiles. Son fonctionnement est aux mains de l’autorité territoriale. C’est elle qui fixe par mandements impératifs, souvent immédiatement exécutoires, le calendrier et les tarifs des livraisons, sans égard pour l’équilibre général entre la production et la consommation des populations. Les charges de céréales étaient payées au mieux à la réception au camp, si la troupe ne logeait pas chez l’habitant, mais très souvent avec retard, en fonction des disponibilités de la Trésorerie des Marches ou du paiement de la solde. Le ravitaillement des soldats devient prioritaire, car indispensable au contrôle militaire de la province : le marché civil des céréales n’est autorisé que pour les surplus encore disponibles après que les troupes eurent été pourvues. La perturbation peut être profonde, si l’on en juge par l’édit d’Alessandro Sforza d’avril 1438 : il interdit non seulement l’exportation des blés hors de la Province pour faire blocus contre les terres ennemies – ce qui est logique dans un contexte de guerre –, mais également l’échange de produits entre les communes voisines sans autorisation expresse26.

  • 27 Pacte entre la commune d’Ascoli et les « caporaux » de 20 lances Pietro Paolo Tarsi et Ciarfaglia (...)
  • 28 G. Benaducci, Dalla Signoria di F. Sforza nella Marca, op. cit., Tolentino, 1892 ; Appendice, doc. (...)
  • 29 Ibid., p. XXIV, doc. XXXIII, 5 août 1438 : “notificamo, volimo et comandamo ad tutti et singoli po (...)

19Véritable commerce parallèle des grains, le ravitaillement des condotte perturbait le marché régional par l’irrégularité de son fonctionnement. L’équilibre fragile entre une production aléatoire et la consommation des habitants était menacé par des demandes de fourniture en cascade, en particulier aux périodes critiques pendant lesquelles la population vit des réserves de la récolte passée : l’hiver, temps de résidence en garnison des condotte désœuvrées ; le printemps, période de soudure et d’opérations militaires. Alors, les armées se mettent en campagne, et pour soutenir les opérations, les condottieri ont le droit de requérir des fournitures gratuites de nourriture : les citoyens ne peuvent plus tirer de ressources du marché normal organisé selon les règlements communaux ; ils peuvent craindre la disette, puisqu’ils doivent partager leur récolte avec les hommes d’armes et, s’ils rechignent à la fournir, sont menacés par le recours aux « prises ». Une clause du contrat conclu par les capitaines ombriens recrutés en 1383 pour la défense de la ville d’Ascoli le révèle bien. S’ils sont envoyés en expédition dans le contado, la commune “doit donner à chacun d’eux des maisons, de la paille et du bois aux frais de la commune” à partir du pillage des lieux « pas très domestiques »27 (entendez, qui ne sont pas alliés et que l’on peut mettre en coupe réglée : en fait, le complément de vivres est saisi sans autre forme de procès par les hommes d’armes). Les recommandations adressées par Alessandro Sforza, au nom de son frère, aux communes des Marches lorsqu’il inaugure sa fonction de vicaire pontifical en 1434 confirment la permanence des traditions de rapine et d’intimidation : il avertit de n’accueillir des soldats que munis d’une lettre d’autorisation dûment signée28. Un peu plus tard, alors que Francesco Sforza prévoit de traverser la région sans la moindre intention belliqueuse, et indique son intention de fêter le traité signé en mars 1438 avec Philippe-Marie Visconti et de célébrer son mariage avec la fille du duc de Milan, il est fortement recommandé aux communes de faire rentrer au plus vite les récoltes29.

  • 30 A. M. Marini, Rubrica eorum omnium quæ continentur in Libris Conciliorum et cernitatum communitati (...)
  • 31 AC Camerino, Pergameni, F 8, 6 février 1381, l. 16 ss : “depredationibus bestiarum eandem personar (...)
  • 32 Cf. AC Camerino, Pergameni, F 1021 mars 1438 : traité de dédition des hommes de Muccia au capitain (...)

20Ces recommandations confirment un fait bien connu : lors du passage des compagnies soldées, le territoire rural souffre plus directement des destructions, qui peuvent ensuite provoquer de graves difficultés de ravitaillement pour les citadins. Ceux-ci préfèrent éloigner préventivement les hommes d’armes. Ainsi, en 1382, lorsque le recteur Amiel d’Agoult demande le passage pour les troupes du comte Albéric à travers le district de Fermo, le conseil de la commune préfère autoriser les marchands de la cité à leur vendre les victuailles aux limites du territoire, plutôt que de livrer celui-ci aux déprédations30. Celles-ci constituent un thème récurrent dans la documentation ; les méfaits et destructions rapportés dans les sentences des tribunaux pontificaux ou dans les traités de paix confirment que le récit des habitants de Monte Sanpietrangeli n’était pas déformé par une exagération destinée à apitoyer : en 1381, la paix conclue entre les hommes du castrum de Monte San Martino et les seigneurs Smeducci, condottieri et « patrons » de la commune de San Severino, évoque les maisons incendiées, les arbres coupés, les dégâts commis dans le territoire rural31. Parmi les destructions d’équipements pour empêcher le ravitaillement de l’adversaire, figurent souvent des moulins : même si les blés ne sont pas coupés sur pied, les citadins sont à court de farine et ne peuvent plus se nourrir de pain32.

  • 33 B. Feliciangeli, “Dalle relazioni di Francesco Sforza coi Camerti e del suo governo nella Marca”, (...)
  • 34 Ibid. p. 481 : “Item, che prometta lo ditto sindico ecc. dare, pagare e numerare cum effecto in pe (...)

21La prolongation de la présence des mercenaires au-delà des temps de campagne militaire efface la distinction entre état de guerre et temps de paix pour la vie quotidienne des citadins. La plupart des traités de paix conclus sous la domination de Francesco Sforza avec des communes qui lui font allégeance contiennent, le fait est significatif, un article sur l’entretien des condotte, à côté des clauses plus classiques garantissant le respect des statuts et règlements de la commune alliée et la possession (ou la restitution) des territoires et des châteaux qui étaient autrefois dans sa juridiction. En 1434, les habitants de Camerino donnent en gage de leur sincère ralliement à Francesco Sforza, après avoir assassiné les deux chefs du lignage Varano : « le passage et les victuailles par leur argent, réception et bon accueil à tous ses officiers, familiers et conducteurs de gens d’armes à pied et à cheval, la liberté de la dite cité, de son peuple et de la commune de Camerino demeurant toujours sauve »33. Quatre ans plus tard, Sforza exige, comme garantie de la paix avec la commune de Tolentino qu’il vient de soumettre après une longue résistance, qu’elle paie « avec effet en monnaie réelle, à celui que son excellence le Comte recommandera, mois par mois, la solde de huit paghe au taux de trois ducats d’or par paga qui seront affectées à la garde de la forteresse que ledit Illustrissime seigneur Comte fera sur ladite terre de Tolentino »34. La soumission politique renforce ici la réclamation d’un véritable service d’albergement ; les habitants qui y sont soumis paient les troupes qui les occupent.

Gouverner

  • 35 Sur ce massacre du 3 février 1377, voir P. Partner, The Land of St. Peters, Berkeley, 1976, p. 364 (...)

22Les effets de la présence des soldats sont paradoxaux pour les citoyens des Marches. À titre privé, ils souffrent, parfois physiquement, et toujours économiquement et mentalement : leurs récoltes sont saisies ou détruites, leurs biens et maisons endommagés, leurs filles menacées, parfois violentées par les gens d’armes. Mais, d’un point de vue public et collectif, l’autorité des magistrats urbains qui sont l’émanation du corps civique, en dépit des difficultés à exercer leur pouvoir dans un contexte de guerre, s’en trouve en partie confortée. En toute situation, même après la prise d’une ville par les hommes d’armes, les institutions communales demeurent en place, les fonctions civiques sont toujours maintenues, même si les hommes changent. Le régime communal demeure l’interlocuteur des capitaines d’armes et de leurs contingents ; on ne voit jamais ces derniers, dans la documentation, négocier directement leur logement ou leur ravitaillement auprès des habitants. Pour les seigneurs-condottieri qui conduisaient la guerre, les Marches n’étaient pas seulement un champ de bataille où ils poursuivaient des adversaires territoriaux ; les communes étaient elles-mêmes visées dans la mesure où elles s’étaient ralliées à ces puissances hostiles. Mais la Province était réputée comme une terre riche, pourvoyeuse de fournitures importantes pour les armées : la contrôler et la dominer était donc une garantie pour pouvoir développer ailleurs des activités belliqueuses. Il ne s’agissait pas d’en faire une terre brûlée, d’en ravager toutes les ressources. Après 1390, les batailles décisives des conflits italiens se gagnent sur d’autres terres : Royaume de Sicile, Émilie-Romagne, etc. Les Marches n’ont pas connu les ruines profondes que la guerre de Cent Ans a portées dans certaines régions comme la Normandie, et l’on n’a pas de témoignages sur des massacres comparables au “Sanguinoso muccio” de Cesena perpétré en 1377 par les mercenaires bretons sous les ordres de Robert de Genève et de John Hawkwood au service du pape Grégoire XI35.

  • 36 Voir D. Cecchi, “Compagnie di ventura nelle Marche”, op. cit., Macerata 1975, et plus particulière (...)
  • 37 Voir la présentation des alliances dans le traité de paix signé le 18 février 1417, édité par D. C (...)
  • 38 G. Benaducci, Dalla Signoria di F. Sforza nella Marca, op. cit., p. XXVII, doc. XXXVIII, 20 oct. 1 (...)
  • 39 Ibid. p. XXVII, doc. XXXIX, 13 nov. 1438.
  • 40 A. Gianandrea, Della signoria di Francesco Sforza nella Marca secondo le memorie e i documenti del (...)
  • 41 Cf. pour Camerino, dans le Libro Rosso, cité note 32, notamment au f° 15v, l’absolution accordée e (...)

23Pour les condottieri toujours en mouvement, cherchant à rallier rapidement à leur cause les populations des régions qu’ils traversaient, maintenir les régimes communaux et s’en faire des alliés garantissaient les réserves d’approvisionnement et de recrutement complémentaire, car souvent les communes alliées fournirent des valets d’armes utiles pour les opérations de siège36. Supprimer l’autonomie locale du régime communal eût provoqué une révolte des citoyens très dangereuse sur les arrières des armées en campagne. La guerre, menée par les professionnels du recrutement et du combat, n’est pas un état de chaos et à aucun moment, le cadre juridique des relations entre l’autorité régionale et les communes, établi par les Constitutions albornoziennes, n’est aboli. La clé d’une exploitation efficace de la région au profit des troupes consiste à obtenir des communes et de leurs citoyens le maximum d’avantages économiques en échange d’une reconnaissance et d’une liberté très surveillée des pouvoirs politiques locaux, toujours conservés comme interlocuteurs, et d’une garantie de protection minimale des citadins contre l’adversaire. Dans le conflit qui opposa, au début du XVe siècle, les Malatesta de Rimini aux Varano de Camerino, ces derniers l’emportèrent en faisant appel à des capitaines d’armes de grande valeur : Braccio da Montone de Pérouse et Lodovico Meliorati, neveu du pape Innocent VII, mais surtout grâce à un plus grand nombre d’alliances conclues avec les communes, notamment Ancône37. Dès l’automne 1438, trois mois après son arrivée dans les Marches, Francesco Sforza instituait un Commissaire pour le logement des gens d’armes, Antonello de Serra, auquel devront s’adresser obligatoirement aussi bien les mercenaires que les communes pour négocier les conditions d’hébergement38. Chaque commune est invitée à désigner des délégués auprès du juge de la Marche pour dénoncer les méfaits commis par les soudards et autres brigands et pourvoir également à l’entretien et à la réparation des ponts facilitant la circulation des troupes39. Il s’y ajoute quelquefois des prélèvements supplémentaires. Lorsque le condottiere en personne loge en ville à la tête de ses troupes, la commune a intérêt à le recevoir avec la dignité qui convient à son rang. En 1410, la commune de San Severino dépensa 21 livres 7 sous et 4 deniers pour offrir en signe de bienvenue à Michele Attendolo et à ses hommes 150 livres de pain, quatre fiasques de vin vieux et deux saumées de vin rouge, une demie saumée de grain et des coupes d’orge pour ses chevaux40. Le chef militaire triomphant peut aussi imposer une série d’amendes pour désobéissance à l’autorité territoriale. Le maintien de l’autorité communale est souvent, dans ce dernier cas de figure, une sauvegarde utile pour la population : il est rare que les amendes soient payées intégralement, car les prieurs délèguent un syndic devant les tribunaux de la province, qui obtiennent en général une sentence d’allégement ou d’absolution41.

  • 42 D. Cecchi, “Compagnie di ventura nelle Marche”, op. cit., Macerata 1975, Appendice, doc. II (trêve (...)
  • 43 B. Feliciangeli, “Dalle relazioni di Francesco Sforza coi Camerti…”, op. cit., doc. VI, 3e Convent (...)

24Héberger, ravitailler et payer les mercenaires logés en ville est un poids si considérable pour les citoyens, une source de nuisances si forte que, souvent, les communes se rallient à l’autorité dominante pour négocier une paix qui prévoit toujours la suspension de ces obligations. En 1393, Rodolfo da Varano conclut une trêve avec onze communes dont Recanati, Macerata et Osimo, qui les exempte de tout logement de gens d’armes42. Pareillement, en 1439 la ville de Camerino obtient, par le long traité de paix que lui accorde Francesco Sforza, l’exemption du paiement de toutes les tailles et de l’obligation d’héberger les hommes d’arme en garnison, sauf cas de guerre. En retour, le régime du peuple urbain qui a renversé les Varano s’engage à ne conclure aucune alliance directe et particulière avec un quelconque détenteur de pouvoir, au nombre desquels sont mentionnés les capitaines d’armes43.

25La relation entre les condottieri et les communes n’est pas uniquement institutionnelle. Elle passe aussi par des hommes. L’étude des rapports entre hommes de guerre et citadins ne serait pas complètes si nous ignorions les effets de différenciation sociale et politique que le conflit armé accentue. Tandis que la majorité des habitants pâtit lourdement d’une situation de guerre qui s’appesantit plus par ses conséquences économiques que par les actions strictement militaires, une minorité de citoyens tire de riches profits d’une alliance plus directe avec les condottieri. Toute guerre a ses entrepreneurs et ses profiteurs. Dans les Marches, ils appartiennent eux aussi au monde des villes. Ils réalisent des opérations intéressantes en entrant dans la familiarité des seigneurs de guerre, parfois contre leurs propres concitoyens.

  • 44 APM 22, f° 2r : copie d’une lettre de F. Sforza datée de Civitanova le 16 avr. 1445 ; les marchand (...)
  • 45 APM 23, f° 61r-63r, 16-28 mai 1445.

26On en a l’illustration en 1445, année marquée par une crise frumentaire qui était due à un surcroît de consommation dépassant les capacités productives habituelles du territoire, à cause de la présence dans les Marches d’un grand nombre de soldats au service de Francesco Sforza. La commune de Macerata a signalé les difficultés qu’elle rencontrait à leur fournir les vivres. Sforza y répond en s’instituant lui-même fournisseur de ses propres troupes. Le 16 avril 1445, il informe qu’il est disposé à vendre du grain qu’il a fait venir par mer au port de Fermo, au prix de 3 ducats la saumée, mais il exige qu’on lui en achète pour un montant minimum de 500 ducats44. La commune devra en outre payer les frais de transport depuis le port de Fermo jusqu’aux greniers comtaux de Monte San Giusto, puis de ceux-ci jusqu’à Macerata. La commune, qui a accepté ces conditions, se retrouve au bord de l’asphyxie financière. Le prix d’achat des grains fut payé par un prêt de 320 ducats consenti par deux des plus riches citoyens de la ville, Rodolfino di messer Pietro et Angeluccio di Claudio, qui se chargeaient de vendre une production d’huile à Ancône pour rentrer dans leurs frais. Le prêt fut garanti par tous les conseillers de Credenza sur l’ensemble de leurs biens jusqu’au 1er novembre, délai estimé sans doute suffisant pour que la commune fasse rentrer le produit des gabelles qui couvriront l’emprunt45. La commune vit à crédit sur les citoyens pendant tout l’été. L’opération aurait pu se solder en équilibre à la seule condition d’obtenir des délais de paiement suffisants. Francesco Sforza les refusa.

  • 46 À la date de 1445, le fouage n’est plus acquitté que par les propriétaires fonciers.

27La commune dut alors recourir aux taxes spéciales. Le 30 mai, il fut décidé que seuls les citoyens propriétaires, dont les biens étaient estimés à plus de 50 livres, paieraient une surtaxe de 50 %. Trois jours plus tard, le 2 juin, les Prieurs ont élargi l’assiette du prélèvement à l’ensemble des propriétaires, taxés à la fois sur leurs biens fonciers au taux de 3,5 deniers par livre d’estime et sur leurs biens mobiliers au taux de 6 bolonais par livre de feu46. Les propriétaires riches, pénalisés par cette répartition, opposèrent sans doute une vive résistance. En effet, à la fin du mois, la modification des taux reporta le poids principal du prélèvement sur la fortune mobilière soumise au fouage : la livre d’estime fut ramenée au taux coutumier de un dernier, tandis que la livre de feu était alourdie à 4 gros d’Ancône (soit 8 bolonais).

  • 47 Tous ont exercé la fonction de prieur avant ou après cette date : Antonio di Andrea di Cecco en se (...)
  • 48 APM 6, f° 250-252r, 10 fév. 1398.

28Les citoyens les plus aisés de la commune étaient fréquemment en mesure de proposer leurs services comme intermédiaires pour le ravitaillement ou pour l’approvisionnement des chantiers de défense. Souvent, la commune réalisa des transactions commerciales avec les marchands qui avaient avancé l’argent du ravitaillement céréalier. En février 1398, l’achat des blés fut négocié à Osimo par trois citoyens responsables de l’annone : Farinata Nicolucci, Cecco di Marcuzzo, Antonio di Andrea di Cecco47. Ils s’engagent sur leurs propres biens auprès d’un financier, Giacomo Pucciarelli, originaire de Bevagna, qui prêta 150 ducats pour l’opération. Pour permettre aux fournisseurs de rentrer dans leurs frais et rembourser le prêteur, la commune les autorisa à vendre le blé auprès des citoyens au prix de 14 livres la saumée ; la commune compenserait les pertes éventuelles dues au transport en prélevant à leur profit une partie de la recette des gabelles. La contribution des habitants intervenait uniquement par l’achat du blé au marché, totalement volontaire. S’il n’y a pas de perte, le système est autofinancé48. La pénurie étant plus grave en 1417, on est obligé de revenir au prélèvement d’une taxe spéciale levée sur tous les habitants. Toutefois, la commune et les citoyens s’entendent pour que le financement par les transactions commerciales demeure le plus élevé possible ; mises à part les quantités nécessaires à l’alimentation des indigents, le blé est vendu à 13 livres la saumée, et les citoyens proposent de vendre du vin, qui est abondant, hors du territoire, afin de trouver des recettes supplémentaires qui seront versées au trésor de la commune. Ainsi, les intermédiaires prêteurs font rembourser leurs créances par la commune grâce à l’augmentation du prix sur les marchés de consommation courante, réduisant une part importante de leurs concitoyens à la disette de subsistance, même s’ils n’avaient pas subi de destruction directe du fait des hommes d’armes.

Conclusion

29Les nécessités et lois de la guerre à la fin du Moyen Âge font se rencontrer dans les villes, même lorsque l’intention n’est pas ouvertement hostile, deux groupes qui n’appartenaient pas à la même culture, bien que leurs origines sociales et géographiques fussent parfois communes. Les hommes d’armes obéissent toujours à des codes et relations fondés sur des liens personnels avec leur capitaine qui les emploie et les paie. Bien que leur fidélité soit de plus en plus conditionnelle, ils perpétuent un rapport d’engagement individuel hiérarchique qui contraste avec la démarche des décisions collectives, régulées par le droit et tendant à l’affirmation et à la défense du bien commun et de la concorde, qui fonde l’idéologie civique.

30La guerre des capitaines d’armes fait peu de victimes dans la population civile. L’entrée des soldats dans la ville se traduit d’abord, comme à Monte Sanpietrangeli, par le pillage et la destruction des biens. Lorsque les Compagnies forcent les portes d’une ville, il ne sert à rien de résister à des guerriers de profession. Le combat de rue appartient plutôt au registre de la guerre civile et des affrontements factieux.

  • 49 Cf. Ph. Jansen, « Les fastes princiers : quand la noblesse s’impose aux communes italiennes d’aprè (...)

31Cependant, les combattants ne forment pas un groupe plus homogène que les sociétés urbaines. Que ce soit dans l’intervention de la justice, dans le choix des négociations politiques ou dans les expédients de financement, une partie des élites urbaines, qui semblent dans les Marches assez superficiellement adhérer à une idéologie du popolo, parvient à surmonter le choc de la cohabitation avec les soldats (qu’ils croisent dans la rue, mais qu’ils n’hébergent pas tous sous leur toit) en traitant directement avec l’élite seigneuriale des condottieri, qui leur offre la perspective d’entrer dans les cercles d’une nouvelle aristocratie49.

Notes

1 Pour une perspective générale des conflits et des opération des condottieri dans les Marches à la fin du Moyen Âge, cf. D. Cecchi, “Compagnie di ventura nella Marca”, Studi Maceratesi 9, 1975, p. 64-136.

2 Texte édité par G. Benaducci, Della signoria di Francesco Sforza nella Marca, e peculiarmente in Tolentino (dicembre 1433 - agosto 1437) ; narrazione storica con CLXIV documenti inediti, Tolentino, lib. Filelfo, 1892, Appendice, p. LIX à LXII. J’en ai proposé une traduction en appendice d’une étude présentée au séminaire d’histoire de l’université de Marne-la-Vallée en 2002, sous la dir. de L. Feller : Ph. Jansen, « Réaménagement politique du territoire et déplacements contraints de population en Italie centrale, XIIIe-XVe siècles », Séminaire de l’équipe d’accueil de l’Université de Marne-la-Vallée : Les Déplacements contraints de populations, Travaux et recherches de l’UMLV, Sciences Humaines, n° 7, Université de Marne-la Vallée, mars 2003, p. 71-115, aux p. 113-115. Je propose ici une version améliorée de la traduction.

3 Cet autre aspect des conflits marchésans a été abordé par ailleurs : Ph. Jansen, « Rocche, châteaux et villes fortifiées : leur rôle dans les guerres des condotte italiennes à la fin du Moyen Âge d’après l’exemple des Marches », Château et guerre, Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, 25-27 sept. 1998, textes réunis par M. Combet et R. Hérin, Ausonius édition, Paris-Bordeaux 2004, p. 113-140.

4 Sur ces deux épisodes retentissants et dramatiques de l’histoire d’Ancône, je me permets de renvoyer à mes approches dans « L’écho de l’événement : Boncompagno da Signa et le siège d’Ancône (1173) ». Faire l’événement au Moyen Âge, sous la direction de C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi, Aix-en-Provence, PUP, 2007, p. 59-85 et « Bastilles médiévales : les communes à l’assaut des forteresses princières », Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget, Paris, 2000, p. 383-402.

5 Sur ces faits, cf. Ph. Jansen, Démographie et société dans le Marches à la fin du Moyen Âge : Macerata aux XIVe et XVe siècles, Coll. de l’École Française de Rome n° 239, EFR 2001, p. 99-105. En 1377, la cité est défendue par les hommes de Rodolfo da Varano, duc de Camerino, contre les « Compagnies Anglaises » de Lutze von Landau ; en 1392, la ville éloigne les condotte de Conte da Carrara ; en 1412, elle est défendue par Cherubino della Staffa, un capitaine au service de Braccio da Montone, contre Carlo Malatesta.

6 Anali di Fermo di autore anonimo (daté d’après la tradition du début du XVIe siècle), Documenti di Storia Italiana, IV, Florence 1870, p. 201 : “Il signor Alessandro tenea guardata la città e teneva li suoi soldati parte nella rocca, pearte nelli allogiamenti in piazza ; et altri distributi nella città in case di cittadini”.

7 Le 19 septembre 1395, le conseil de Macerata décide d’attribuer à Antonio de Varano, lieutenant de Guglielmo de Varano, la maison d’Antonio di Marcuccio (Archivio Priorale di Macerata, dorénavant cité APM, 6, f° 19r) ; le 25 août 1411, la commune trouve plus expédient de saisir une des maison du notaire messer Giorgio di Mastro Andrea, opposant au régime, pour y installer Sanctorio, capitaine de Lodovico Migliorati ; mais on prend la précaution de déménager auparavant tous les meubles et ustensiles appartenant au citoyen (APM 10, f° 12r).

8 APM 12, f° 149r-151r : logement pour la Compagnie de Pietro Navarini. Son effectif est annoncé dans un délibération du 18 juillet précédent (ibid., f° 135v).

9 APM 13, f° 168v-169v, 15 juil. 1425 ; location de maisons pour les mercenaires « de l’église d’Ancône », c’est-à-dire du légat ; cette liste indique la valeur de la « taxation » de ces maisons pour un an, ce qui indique très probablement que le loyer est fixé d’après la valeur estimée de la maison ; et APM 15, f° 27v-28r : logement des hommes d’armes de Carrioso.

10 APM 16, f° 104r et APM 17, f° 1r-3r. Les mentions d’ouvriers maçons qui travaillent pendant une journée à ces maisons font penser à l’établissement de cloisons destinées à transformer des salles en chambres (déc. 1435) ; en avril 1434, des charpentiers ont été payés, ce qui signifie que l’on s’est contenté d’établir des cloisons de bois pour diviser les salles, voire d’établir des planchers intermédiaires : dans la maison de dominus Dominicus, 1 l. 4 s. sont dépensés “pro sex lignis pro plancato”.

11 Cet effectif est précisé dans le pacte conclu le 28 juin 1383 entre la commune d’Ascoli et deux capitaines de vingt « lances » chacun : “ita quod pro qualibet lancea sint tres equi armigeriin D. Cecchi, “Compagne du ventura nella Marca”, Atti del IX Convegno di studi storici Maceratesi, nov. 1973. Studi Maceratesi, 9, 1975, p. 64-136 ; Appendice, doc. 1, p. 105.

12 APM 11, f° 171v, et APM 12, f° 118v : “in placabili forma... quod civitas non est acta receptare gentis propter domos ruynatas et residentias non posse reperire et alias impossibilitate”.

13 Ibid., f° 119v et 128r.

14 APM 12, 13 et 15, cités aux notes 8 et 9.

15 APM 3, f° 8-9, pétition en italien datée du 18 juillet 1377 ; 6, f° 169-171, 13 mai 1397.

16 APM 23, f° 99, 19-20 déc. 1445 : “... claudantur oculi et permittatur ei stare in dicta Civitate actenta sua nobili progenie”.

17 Pour l’approche générale du système des condotte italiennes, voir les synthèses de P. Pieri, Il Rinascimento e la crisi militare italiana, Turin 1952 et de M. Mallet, Mercenaries and their masters : Warfare in Renaissance Italy, Londres 1974, dont les points de vue divergent quelquefois. Pour un combattant à cheval, la solde quotidienne était en moyenne de 3 sous. Cette ratio est illustrée par la condotta conclue en 1451 entre les communes alliées de Bologne et de Florence et le capitaine Astorge Manfredi de Faenza : il met à disposition des communes un contingent de 650 hommes avec une paie garantie de 2 500 florins par mois (ou 3 200 livres), augmentée de 50 % pendant les opérations de guerre. Éd. B. Feliciangeli, AMM, Ancône 1996, p. 333-345. Une condotta de 500 hommes d’armes coûtait ainsi 2 250 livres par mois, 27 000 livres par an.

18 Archives communales de Macerata, cass. 16, Perg. 888, 11 décembre 1311. Pour le contexte, voir M. Natalucci, “Lotte di parte e manifestazioni ereticali nella Marca agli inizi del secolo XIV”, Studia Picena, 24, 1956, p. 125-144.

19 Sur ces évolutions d’ensemble, voir Ph. Jansen, Démographie et société, op. cit., p. 84-99.

20 Sur cette succession de condotte, APM 6, f° 36v-37r, 70v-71, 88v-89, 131v, 191, 239. Au premier juin 1397 la commune a déjà payé 40 ducats à Spalato et à Antonio alias Macerata, et 20 à Piccinnino. La quittance du 22 décembre, par le partage de la somme, montre que les différents capitaines sont associés par un contrat qui répartit la solde comme les parts d’une association commerciale qui serait conclue pour la somme de 300 ducats : Spallato obtient 150 ducats, Antonio “Macerata” 50, et les trois nouveaux associés « mineurs » 33 1/3 ducats chacun.

21 APM 3, f° 53 : “Item, dixit ex parte domini domini Rodulfi quod placeret dicti communi subvenire in casibus opportunis, videlicet de faciendo sibi mutuum alicuius quantitatis grani bladi vel de pecunia pro emendo granum et bladium pro prestarenda et danda stipendiariis, qui nondum possunt habere eorum stipendium, ut possint vivere et stare ad defensam ipsius et suorum amicorum” (demande transmise par Rodolfo à l’ambassadeur de la commune de Macerata).

22 G. Benaducci, Dalla Signoria di F. Sforza nella Marca, e peculiarmente in Tolentino op. cit., Tolentino, 1892 ; Appendice, p. XXXVII, doc. LIII, 28 avril 1441 : “Queste communità, homini et speciali persone, che avesse armi o altri pegni de le predette genti… debiano rendere et consegnare a li compagni et homini d’arme del prefato signore Michelle [Attendolo] le dicte arme et omne altra generatione de pigni per qualuncha raxione è impegnati…”.

23 Les prix sont donnés dans APM 3 f° 74r ; la conversion ducat/livre est donnée d’après l’équivalence la plus proche dans le temps, dans le livre d’entrées-sorties de 1366 : 1 ducat vaut 3 L 9 s. En 1391, le ducat vaut 3 L 16 s. En 1374, la saumée de grains de Macerata oscillait entre 416 et 450 livres de poids (Liber Ratio bladi, APM 546, f° 27v-29r) ; pour une valeur moyenne de 433 livres par saumée, la livre romaine de 12 onces correspondant à 0,3393 kg, nous obtenons l’équivalence : 1 saumée = 146,9 kg. La consommation mensuelle des soldats correspond à 10, 42 kg, la consommation quotidienne à un peu mois de 350 g (0,347 kg). La quantité est faible, comparée aux rations d’environ 1/2 kg relevées par G. MIRA à Pérouse en 1312, dans une situation de pénurie caractérisée (cf. G. Mira, “Il fabbisogno di cereali in Perugia e nel suo contado nei secoli XIII-XIV”, Studi in onore di Armando Sapori, Milan, 1957, t. I, p. 507-517). En suivant l’observation de cet auteur, la consommation quotidienne de pain, qui représente une diminution de 10 % du poids de céréales, serait de 312 g. Cela ne représente évidemment pas la consommation totale d’un combattant, qui disposait certainement d’autres sources alimentaires, et qui consommait sans doute proportionnellement moins de pain qu’un travailleur sédentaire. Nos chiffres montrent la participation de la commune au ravitaillement, sans plus. L’équivalence décimale de la livre romaine est indiquée d’après Tavole di Ragguaglio fra le nuove e le Antiche misure e fra i nuovi e gli antichi pesi del Regno d’Italia per ordine del governo ; t. II, dipartimenti aggregati al regno dopo il 1805, Milan 1819.

24 APM 20, f° 152r-164v. Les quantités fournies par les citoyens de Macerata s’élèvent exactement à 452 saumées et 2 quartiers de grains (froment), 98 saumées et 3 quartiers d’orge, 9 saumées d’épeautre ; la saumée à Macerata correspond à un minimum de 416 livres.

25 G. Benaducci, Dalla Signoria di F. Sforza nella Marca, op. cit., p. XLIX, doc. LXX, 5 août 1442 : “che ciascuna persona, de qualuncha conditione se sia, repongano tutte le loro paglie in leterre, cascine et capanne, et dove non se potesse reponere, le dabano comporre et admucchiare ita et in tale modo se conservino et non se guastino…”.

26 Ibid. p. XXII, doc. XXX : “universis et singulis communitatibus etc. praecipimus et stricte mandamus quatenus de eorum terris et locis aliquot bladorum genus et victualium nec grassie extrahere extra provinciam aut in provincia ad aliquem locum ferre ullo pacto audeant nec permittant sine expressa licentia Thesaurarii”.

27 Pacte entre la commune d’Ascoli et les « caporaux » de 20 lances Pietro Paolo Tarsi et Ciarfaglia di Egidio Colucci de Todi, 28 juin 1383 ; dans D. Cecchi, “Compagne du ventura nella Marca”, op. cit., Appendice, doc. 1, p. 104-105 : “Item promixerunt quod, si dictum commune Exculi micteret dictos Petrum Paulum et Ciarfagliam aut aliquem de eorum comitiva extra dictam civitatem en eorum (sic) comitatu vel territorio, teneatur dare eis et cuilibet ipsorum domos, strame et ligna expensis dicti communis ad saccomannum in locis non modicum domesticis”.

28 G. Benaducci, Dalla Signoria di F. Sforza nella Marca, op. cit., Tolentino, 1892 ; Appendice, doc. XX, p. XVI-XVII, Alessandro Sforza aux communes des Marches, 6 nov. 1435 : “si qui armigeri illustrissimi prelibati domini deinceps sub nostris jurisdictionibus venerint, eos nullatenus receptetis si vobis prius non ostenderint literas prelibati illustrissimi domini aut nostras ; et predictis intelligi volumus de his qui ex Romandiola veniunt et allogiamentum peterent”.

29 Ibid., p. XXIV, doc. XXXIII, 5 août 1438 : “notificamo, volimo et comandamo ad tutti et singoli potestà, capitanei… de tutte le ciptà… de la provincia… che volgiano et abiano senza tardità et pigritia recolgere et reporre dentro a le terre et lochi tutti loro biade et redurle per forma et in locu che la gente d’arme non li possano avere ad saccomano”. La date de la missive d’Alessandro Sforza contraint donc les communes à accélérer la moisson, au risque d’engranger une récolte réduite. Les noces de Francesco Sforza et Bianca-Maria Visconti seront repoussées jusqu’en 1441.

30 A. M. Marini, Rubrica eorum omnium quæ continentur in Libris Conciliorum et cernitatum communitatis civitatis Firmæ (registre manuscrit, A. S. Fermo, t. 1 ; 30 juin 1382).

31 AC Camerino, Pergameni, F 8, 6 février 1381, l. 16 ss : “depredationibus bestiarum eandem personarum… per dictos dominos de Sancto Severino… per dictos homines et personas et gentes dicte terre Sancti Severini et dictos castrorum Domus, Piri, Staffuli et Castellecto… de personnis, locis et rebus et in presentis res, armas et personarum et gentium dicte terre Monte Sancti Martini… Nec non de omnibus et singulis incendiis et combustionibus factis et perpetratis… Et de omnibus et singulis guastis, depopulationibus (sic) arborum et fructum…”.

32 Cf. AC Camerino, Pergameni, F 1021 mars 1438 : traité de dédition des hommes de Muccia au capitaine Francesco Piccinino et à la commune de Camerino, qui prévoit notamment qu’un homme détenu dans la prison de Camerino soit libéré et qu’on lui confie le moulin de Polverina : c’était donc un meunier (art. 8). L’art. 9 demande également qu’aucune amende ne soit levée pour la location de maisons et de moulins qui ont été détruits ; on comprend donc que cette concession gratuite est un moyen de les remettre en état. Voir aussi, AC Camerino, Libro Rosso (Liber Jurium) f° 18r 13 juin 1295 : l’absolution prononcée par le juge des appels de la Marche des peines encourues par la commune de Camerino pour avoir attaqué celle de Matélica dresse un tableau très semblable des destructions opérées, surtout dans le territoire rural.

33 B. Feliciangeli, “Dalle relazioni di Francesco Sforza coi Camerti e del suo governo nella Marca”, Atti e Memorie della Societa di Storia Patria per le Marche (AMM), n. s. vol. V, fasc. III-IV, 1908, p. 311-462, réimpr. dans AMM, 100, 1995, Tardo Medioevo nelle Marche, p. 347-498. Appendice, doc II, Articles entre Francesco Sforza et la commune de Camerino, 18-23 oct. 1434, p. 472 : “Et essere solliciti et attenti et sinceri zellatori de lo stato et honore del prefato Ill. mo et Excelso Signore et dare passo et victualia per lor dinari, recepto et bon portamento ad tuti suoi officiali, famigli et conductori gente d’arme da pede et da cavallo, la libertà della dicta cita, populo et comune de Camerino sempre salva”.

34 Ibid. p. 481 : “Item, che prometta lo ditto sindico ecc. dare, pagare e numerare cum effecto in pecunia numerata ad chi comandarà la Excellentia del prelibato signor Conte, messe per messe lo stipendio di octo paghe ad raxione de tre ducati d’oro per paga netti li quali sono per la guardia de la roccha chel prelibato Ill. S. Conte farà ne la ditta terra de Tolentino…”.

35 Sur ce massacre du 3 février 1377, voir P. Partner, The Land of St. Peters, Berkeley, 1976, p. 364-65.

36 Voir D. Cecchi, “Compagnie di ventura nelle Marche”, op. cit., Macerata 1975, et plus particulièrement les comptes pour le recrutement de valets d’armes dans APM 6, f° 88v-89v pour l’envoi par Macerata de valets à Moscardo della Strata “contra arcem et cassarium terre Montiscansani” (7 juil. 1396).

37 Voir la présentation des alliances dans le traité de paix signé le 18 février 1417, édité par D. Cecchi, “Compagnie di ventura nelle Marche”, op. cit., Macerata 1975, Appendice, doc. III, p. 108-132.

38 G. Benaducci, Dalla Signoria di F. Sforza nella Marca, op. cit., p. XXVII, doc. XXXVIII, 20 oct. 1438 : “Cum pro evitandis scandalis et erroribus, quæ et qui possunt verisimiliter oriri inter subditos nostros ac armigeros et stipendiarios nostros, equites ac pedites, opus sit mittamus et deputamus circha alloggiamenta data et danda… unum Commissarium nostrum ad hoc ydoneum”.

39 Ibid. p. XXVII, doc. XXXIX, 13 nov. 1438.

40 A. Gianandrea, Della signoria di Francesco Sforza nella Marca secondo le memorie e i documenti dell’archivio settempedano, Milan 1885, réimpr. 1978, p. 70, 9 avril 1440, délibération du Conseil communal de San Severino.

41 Cf. pour Camerino, dans le Libro Rosso, cité note 32, notamment au f° 15v, l’absolution accordée en 1397 à Camerino par le commissaire pontifical dans les Marches d’une série de cinq condamnations pécuniaires pour fait de guerre, dont le montant total était estimé à 5 000 marcs et 500 livres d’argent.

42 D. Cecchi, “Compagnie di ventura nelle Marche”, op. cit., Macerata 1975, Appendice, doc. II (trêve entre les communes des Marches et les compagnies soldées, 9 nov. 1393), p. 107 : “li detti comuni da Racanate etc. non forano tenuti a dare recepto né vettuaglia al detto messer lu conte ne a sua gente per vigore de li patti de la sua condotta…”.

43 B. Feliciangeli, “Dalle relazioni di Francesco Sforza coi Camerti…”, op. cit., doc. VI, 3e Convention entre la commune de Camerino et Francesco Sforza, 1er avril 1439, p. 447-455, notamment aux art. 4 “… lo prefato Signore Conte e Marchese… absolve la dicta Communità de Camerino… de tuti et singuli pagamenti de taglie, subsidii et homini fossero tenuti al dicto Ill. Sig. Marchese…” ; art. 9 : “Item è contento lo prefato Ill. Sig. Marchese per complacentia de la dicta Communità de Camerino, et cosi promette a li dicti Syndici et procuratori nominibus quibus supra de non mandare gente d’arme a stantiare nel contado de Camerino, forza et distrecto suo salvo non bisognassi per transito de andare ad altre parte o essendo guerra ne li luochi finitimi et propinque et frontiere, ne li quali casi siano li dicti de Camerino obligati dare recepto et passo…” ; art. 14 : “Item li prefati sindici… se obligano al dicto Ill. Sig. Marchese de non contrahere, convenire o fare tacite vel expresse pace, guerre o tregua, ligia, confederatione, intelligentia… cum alcuna Communitade, Signoria, Signori, Capitani de gente d’arme, conductori…”.

44 APM 22, f° 2r : copie d’une lettre de F. Sforza datée de Civitanova le 16 avr. 1445 ; les marchands qui contrôlent le marché sont originaires de Crémone.

45 APM 23, f° 61r-63r, 16-28 mai 1445.

46 À la date de 1445, le fouage n’est plus acquitté que par les propriétaires fonciers.

47 Tous ont exercé la fonction de prieur avant ou après cette date : Antonio di Andrea di Cecco en sept. 1395, mars 1396, sept. 1397 déc. 1398-janv. 1399 ; Farinata Nicolucci en avril 1396, mars-avril 1397, juin-juil. 1399 ; Cecco di Marcuzzo en avril 1398 (APM 5 et 6, passim).

48 APM 6, f° 250-252r, 10 fév. 1398.

49 Cf. Ph. Jansen, « Les fastes princiers : quand la noblesse s’impose aux communes italiennes d’après l’exemple des Sforza dans les Marches », Colloque Irena, Sireuil 27-29 sept. 1991 : L’identité nobiliaire, Dix siècles de métamorphoses (IXe-XIXe siècles), Publications du Laboratoire d’Histoire Anthropologique du Mans, Le Mans, 1997, p. 280-292.

Auteur

Professeur de l’Université de Nice-Sophia-Antipolis, UFR lettres, arts et sciences humaines, Département d’histoire

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540