Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en guerre

 | 
Christiane Raynaud

Les villes de Catalogne et les Grandes Compagnies (1365-1366)*

Manuel Sánchez-Martínez

Texte intégral

  • * Projet de recherche HUM2005-02507/Hist. du Ministerio de Educación y Ciencia de l’Espagne et Projet (...)
  • 1 L’arrivée de ces compagnies est bien évoquée dans l’exorde de nombreux documents ; à titre d’exemp (...)
  • 2 Concernant l’arrivée des Compagnies Blanches en 1361, voir J. Zurita, Anales de la Corona de Aragó (...)
  • 3 Concernant la succession des famines, des pestes et des guerres, se reporter au travail pertinent (...)

1Entre 1360 et la fin du XIVe siècle, la principauté de Catalogne fut victime de fréquentes invasions de troupes de mercenaires, lesquelles sont invariablement désignées dans les textes sous le nom de companyies estranyes (compagnies étrangères) ou gens estranyes (étrangers)1. Durant la seconde moitié du siècle, on dénombre au moins sept vagues d’invasions (1361, 1365-1366, 1368-1369, 1374-1375, 1384-1385, 1389-1390 et 1396-13972), variant de l’une à l’autre quant aux effets produits sur le territoire catalan : certaines compagnies traversèrent le pays du nord au sud (1365-1366, 1368-1369 et 1374-1375), tandis que d’autres se limitèrent aux territoires du nord situés à proximité de la chaîne des Pyrénées, notamment le Roussillon et la Cerdagne. L’entrée de ces compagnies eut des conséquences qui, bien que devant faire l’objet d’une évaluation plus précise, marquent un tournant dans l’histoire générale de la Catalogne durant la seconde moitié du XIVe siècle. Il faut tout d’abord rappeler que la stupeur et la surprise des Catalans face à ces invasions s’expliquent simplement du fait que, depuis le XIIIe siècle – c’est-à-dire, depuis l’entrée des troupes du roi de France dans la guerre des Vêpres Siciliennes –, la Catalogne n’a pas subi d’invasions extérieures. Ainsi, l’apparition des compagnies étrangères prit la population au dépourvu – et le monarque pas moins que le simple paysan –, et marqua le début d’un climat durable de terreur et d’insécurité, qu’une coïncidence malencontreuse avec de nouvelles épidémies de peste et de graves de famines ne fit qu’aggraver3.

  • 4 Voir P. Verdés, “Els processos d’emmurallament”, dans L’art gòtic a Catalunya. Arquitectura, vol. (...)
  • 5 Cf. F. Carreras Candi, “Idea del avenç urbà de Catalunya al segle XIV”, III Congrés d’Història de (...)

2Les invasions eurent trois conséquences principales. Dans un premier temps, la faiblesse des moyens de défense du pays conduisit au retranchement systématique de toutes les villes et localités catalanes derrière des murs d’enceinte4. Au vu de la masse des troupes qui s’apprêtaient à envahir la principauté en 1375, un Catalan résidant à Avignon remarquait non sans clairvoyance : beneïts seran aquells qui hauran bons murs !5 La coïncidence presque totale entre les principales étapes de la fortification des noyaux urbains et les entrées successives des troupes étrangères est pour le moins significative. En paraphrasant le chroniqueur Raoul Glaber, on pourrait dire, toutes proportions gardées, que la Catalogne se couvrit, entre 1368 et 1375, « d’un manteau rougeâtre de murailles ».

  • 6 Voir M. Sánchez-Martínez, “Defensar lo principat de Cathalunya”, op. cit., p. 83-92.
  • 7 Cet usatge avait été invoqué au cours des années 1344 et 1347 dans le conflit contre le roi de Maj (...)
  • 8 Voir M. Sánchez-Martínez, “The Invocation of ‘Princeps namque’ in 1368”, op. cit., p. 319-323 ; et (...)

3Dans un deuxième temps, les invasions révélèrent aussi l’insuffisance et l’inefficacité des combattants face aux compagnies et aux nouveaux moyens de combat déployés au cours de ces incursions violentes. À l’instar d’autres monarchies occidentales, en Catalogne, le roi pouvait avoir recours en cas d’invasion à la mobilisation de tous les sujets de la principauté contre un ennemi extérieur. Ce droit, régi par l’ancien usatge « Princeps namque », ressemblait fortement à l’arrière-ban français6. Comme la Catalogne n’avait pas été envahie depuis la fin du XIIIe siècle, la nécessité d’un appel à la mobilisation générale ne se produisit qu’au moment de l’apparition des compagnies en 13617. Cependant, s’il est vrai qu’à compter de cette date le « Princeps namque » allait constituer le mode de recrutement le plus fréquemment utilisé tout au long de la seconde moitié du siècle, les officiers royaux ne tardèrent pas à constater l’insuffisance – et surtout, l’inefficacité – de cette armée populaire convoquée en vertu du décret de mobilisation générale. C’est pour cette raison qu’à partir de 1374, la Couronne choisit de remplacer l’obligation pour la population du service militaire par des fouages, destinés à payer des troupes de combattants professionnels autrement mieux préparés à la lutte contre les envahisseurs8.

  • 9 Pour les dons concédées lors des assemblées des Corts, voir M. Sánchez-Martínez-P. Ortí Gost, Cort (...)
  • 10 À titre d’exemple, se reporter aux nombreux détails des dépenses pour la défense du village seigne (...)

4Enfin, l’entrée en scène des compagnies eut pour effet la création d’un nouveau poste de dépenses pour la Couronne et par conséquent l’accroissement de la pression fiscale sur une population par ailleurs déjà victime de la faim, de la peste et des effets collatéraux de la guerre (comme celles qui sont convoquées par exemple en 1368-1369, 1370-1371, 1375 et 1376) où l’Église, la noblesse et les représentants des villes, les trois principaux soutiens et agents du roi, lui octroyèrent grandes quantités d’argent destinées à l’équipement et à l’entraînement des combattants, des dons qui se matérialisèrent par une hausse des impôts dans l’ensemble du pays9. Dans les noyaux urbains, la pression fiscale exercée par la Couronne et la présence des compagnies eurent pour conséquence, entre autres, les demandes réitérées de contribuer à la construction ou la restauration des remparts, le paiement de rachats du service militaire inhérent au « Princeps namque », l’achat d’armement offensif ou défensif, mais aussi l’acquisition de vivres destinés aux compagnies ou aux populations des villes en cas de siège, etc. Pour faire face à ces nécessités, les autorités urbaines eurent fréquemment recours à l’imposition de tailles, à l’augmentation des impôts indirects et, surtout, à l’émission de dette publique à long terme qui ne fit qu’ajouter à l’immense dette contractée par les villes et les villages de la principauté. Un simple coup d’œil aux registres des archives municipales de Catalogne – certains s’avérant de grande valeur tant par la quantité que par la qualité de la documentation conservée – suffit pour mesurer l’impact de la guerre dans tous les domaines de la vie urbaine. Ainsi, et pour ne citer que deux de ces séries documentaires, les llibres del consell ou livres de délibération des conseils municipaux, constituent une source d’information unique concernant les mesures de défense adoptées durant le conflit, de même que les livres de compte de la trésorerie (llibres de clavaria), qui donnent toutes sortes d’informations concernant les dépenses engagées par une ville en temps de guerre10.

  • 11 Par exemple J. Lladonosa Pujol, Història de Lleida, Lérida, Ed. Dilagro, 1991, I, p. 480-485 ; J. (...)

5Malgré les considérables répercussions engendrées par le passage des compagnies au plan économique, social et politique sur la vie en Catalogne durant la seconde moitié du XIVe siècle, nous ne disposons pas de travaux importants ayant privilégié ce problème, si ce n’est, bien entendu, les informations nombreuses mais secondaires contenues dans quelques travaux de synthèse ou de recherche consacrés à d’autres sujets. Il convient aussi de relever l’abondance des données indirectement liées au passage des compagnies étrangères dans la très vaste (et très inégale par la qualité) historiographie locale de Catalogne11. Quoi qu’il en soit, nos lacunes en la matière demeurent de taille. Il est impossible de retracer avec exactitude la chronologie des invasions et l’itinéraire suivi par les compagnies, de fournir une estimation un tant soit peu fidèle de la réalité des dommages, ou d’exposer dans le détail les mesures de défense adoptées et leurs répercussions sur les finances des villes.

6Dans ces conditions, et compte tenu de l’espace limité qui m’a été imparti pour cet exposé, j’ai choisi de commenter exclusivement les quelques informations relatives au passage, en 1365-1366, des compagnies alliées du roi et placées sous le commandement de Bertrand Du Guesclin. Deux raisons ont orienté mon choix : d’une part, le fait que de toutes les invasions, celle-ci est non seulement la plus célèbre mais aussi la mieux documentée ; et d’autre part, le fait que les mesures adoptées par le roi et les autorités des villes pour neutraliser leurs effets destructeurs servent de modèle et sont reprises mutatis mutandis au cours des invasions postérieures.

Les moyens de protection face aux compagnies

  • 12 Dans sa chronique, Pierre le Cérémonieux fait référence au pacte ratifié par lui, Charles V et le (...)

7Tout d’abord, il convient de rappeler le contexte de leur arrivée. Depuis 1356 un conflit acharné opposait les deux grands royaumes de la péninsule formés par la Castille et l’Aragon. En 1365, après deux années 1363 et 1364 très défavorables à la cause catalano-aragonaise, Pierre le Cérémonieux faisait appel aux Grandes Compagnies en vue de l’invasion du royaume de Castille12. Celles-ci étaient dirigées entre autres par Bertrand Du Guesclin, Hugh Calveley et le maréchal d’Audrehem. Comme les compagnies venaient en tant qu’alliées de la Couronne, la date d’entrée des combattants et leur itinéraire avaient été prévus suffisamment à l’avance. Ainsi le monarque avait pu décider des mesures les plus appropriées pour faire face aux moindres dégâts collatéraux. Voyons à présent quelques-unes des mesures qui furent reproduites à l’identique dans les villes d’une grande partie du territoire, à partir des registres de la chancellerie royale et de quelques sources provenant de la documentation municipale.

  • 13 Archives de la Couronne d’Aragon (ACA), Cancillería (Canc.), registre 1386, ff. 163v-165v (cit. pa (...)

8Entre la fin du mois d’octobre et la mi-novembre 1365, au moment où les compagnies s’apprêtaient à pénétrer en Catalogne par le Roussillon, le roi faisait parvenir des instructions très strictes aux différentes autorités de l’évêché et de la viguerie de Gérone, ainsi qu’au gouverneur et au viguier du Roussillon13.

  • 14 ACA, Canc., reg. 1387, ff. 151v-152r.

9Dans ces instructions figurait tout d’abord l’itinéraire précis à suivre par les compagnies, lesquelles devaient rejoindre Barcelone depuis le Roussillon, puis gagner Saragosse et préparer depuis cette ville leur entrée en Castille. Aux autorités du Roussillon incombait la répartition du gros des troupes en différents groupes placés sous l’autorité d’un seul chef (sien departides per caps) lequel, secondé par un miles catalan et un officier royal, devait les conduire par le chemin le plus court au col de Panissars, situé dans les Pyrénées, puis à Barcelone. L’objectif était l’acheminement journalier de deux détachements, l’un le matin et l’autre l’après-midi et, pour faciliter l’approvisionnement des troupes, le même campement occupé par les troupes le matin était invariablement assigné au détachement censé arriver l’après-midi. Étant arrêté aussi que les soldats devaient effectuer un séjour prolongé dans le localité de Salses (qui és començament e entrada del principat de Cathalunya), des dispositions avaient été prises pour y assurer des réserves suffisantes de vivres14.

  • 15 ACA, Canc., reg. 1387, ff. 163v-164r ; voir Appendice I. Des dispositions similaires furent ordonn (...)
  • 16 Nous avons connaissance des dommages causés par les compagnies dans le monastère de Sant Cugat del (...)
  • 17 ACA, Canc., reg. 1076, f. 195r (cit. par R. Delachenal, Histoire de Charles V, op. cit., p. 313). (...)

10Venaient ensuite des ordres formels concernant la protection des lieux traversés par les compagnies. Ainsi la ville de Gérone, qui n’avait pas subi de sièges depuis 1285, se voyait contrainte de procéder aux travaux de défense appropriés et de terminer ceux qui avaient déjà été commencés. Une mention spéciale enjoignait de libérer les remparts de toute construction pouvant constituer un obstacle à la défense et de protéger par des barrières (clausures ou barreres) les quartiers attenants à l’enceinte15. La Couronne avait aussi pris le soin d’assurer la protection des grands monastères bénédictins16. En novembre 1365, parant à l’éventualité de dégâts occasionnés lors du passage des mercenaires, Pierre le Cérémonieux ordonnait au prieur de Santes Creus de procéder à l’évacuation immédiate du monastère de tout objet de valeur pouvant être déplacé pour être mis en sécurité à l’intérieur des fortifications17.

  • 18 (...) car, entre tan gran nombre de gent com aquesta, déu ésser e·s presumpció que·n hi ha alguns (...)
  • 19 Il s’agit du droit d’accueil basé sur le principe bien connu de rassemblement (recollida), selon l (...)
  • 20 Nous savons par exemple que, malgré les ordres du roi, les jurés de Gérone refusèrent d’abandonner (...)

11Les conditions très strictes censées réglementer le passage des compagnies – celles-ci réparties en petits groupes et dirigées par un chef – n’excluaient pas que certains des combattants puissent faire fi de l’autorité de leurs supérieurs à des fins personnelles. Des mesures pour canaliser leurs ambitions18 devaient être prévues. Dans le même sens, au moment où se préparait la fortification des villes, fut ordonnée aussi la protection des populations et de leurs moyens de subsistance. Il s’agit d’une mesure de défense bien connue qui avait été systématiquement utilisée au cours des invasions de la seconde moitié du XIVe siècle : le texte de l’Appendice I concernant la ville de Gérone atteste la réclusion forcée des femmes et des enfants – ainsi que des vivres et des objets décrétés de grande valeur – dans l’enceinte fortifiée de la ville, une fois abandonné le quartier extra-muros voisin du couvent franciscain. Cette disposition royale s’étendait à l’ensemble des villages situés sur l’itinéraire des compagnies, puisque les habitants des masos, des bordes et des lieux plans (autrement dit les habitants sans défense) situées sur la route principale allant de Gérone à Barcelone, ou dans un rayon de quatre lieues de ladite route, étaient tenus de regagner, avec leur bétail et leurs vivres, les forteresses les plus proches19. À ce titre, quiconque refuserait de quitter sa maison, en dépit de la sécurité promise dans les lieux fortifiés, verrait ses biens confisqués par le fisc royal afin de les préserver de la convoitise des compagnies, qui pouvait se solder par la perte des biens et la mort du propriétaire20.

L’approvisionnement des soldats

  • 21 ACA, Canc., reg. 1387, f. 152v.
  • 22 En plus des boulangers de profession, on avait également envisagé de mettre à contribution tous ce (...)

12Le meilleur moyen de parer à l’éventualité des pillages et des vols des soldats était tout naturellement de mettre à leur disposition tout ce dont ils pouvaient avoir besoin dans leur longue marche vers la frontière castillane. La lecture de l’Appendice I révèle cette fois que l’obligation d’abandonner les quartiers extra-muros était non seulement partielle mais aussi, et à l’inverse, que les aubergistes exerçant leur profession en ces lieux allaient être contraints d’y rester, à l’instar des tenanciers des nouveaux établissements censés ouvrir leurs portes à l’arrivée des compagnies. L’intention, par ces mesures, était d’offrir aux chefs des compagnies des endroits où passer la nuit : façats bastir hostals dins los quals los caps e·ls majorals de les companyes pusquen posar e que·s haja roba covinent per a lits21. Ce fut ainsi que, à proximité des auberges et dans les quartiers situés en périphérie des villes, firent leur apparition des sortes de marchés improvisés où tout produit réclamé par les soldats devait être vendu. Dans quelques documents sont consignés avec une certaine précision les produits dont ces marchés de fortune devaient regorger : des denrées pour les hommes (pain, farine, vin, viandes fraîches, salades, légumes, poissons frais et salés, volailles, fruits secs, ails, oignons, bois de chauffage, souliers et bottes), mais aussi de la nourriture et du matériel d’équipement pour les chevaux (avoine, paille, fers et clous de ferrage). L’abondance du pain sur ces marchés, qui fait l’objet d’une mention spéciale, eut pour conséquence logique l’activité incessante jour et nuit des moulins et des boulangers, qui durent attendre le retrait des compagnies22 pour prendre du repos. L’obligation d’approvisionnement des compagnies incombait tout d’abord aux habitants des forteresses, et les vivres et autres denrées destinées aux soldats étaient jalousement gardés dans les forçes, en attendant d’être vendus sur le « marché ». Ces obligations étaient aussi le lot des habitants du plat pays (lochs plans), par le biais de commissions dont la mission était d’informer les autorités des lieux traversés par les compagnies – ou situés dans un rayon de quatre lieues de son chemin – sur la quantité, le poids et la qualité des vivres qu’elles étaient tenues de fournir, ainsi que sur les délais prévus pour leur acheminement vers la ville de Gérone ou d’autres enclaves situées sur l’itinéraire des compagnies. Cette méthode permettait d’assurer raisonnablement l’approvisionnement des troupes au cours des différentes étapes jusqu’à Barcelone. Comme nous venons de le voir, les obligations des habitants des villes fortifiées étaient reproduites à l’identique sur les populations du plat pays, qui, en plus de leur participation active ou financière dans la mise en place des systèmes de défense, devaient pourvoir aux besoins des compagnies par la constitution de réserves de vivres.

  • 23 ACA, Canc., reg. 1194, ff. 204v-205r (cit. par R. Delachenal, Histoire de Charles V, op. cit,. p. (...)
  • 24 ACA, Canc., reg. 1194, f. 205r.

13Tous les produits, sans exception, devaient donc être destinés à la vente aux troupes et à des prix plutôt dérisoires qui plus est, sans que nul ne songeât à les augmenter compte tenu du fait que les soldats pouvaient aussi arriver à leurs fins par la force. Tel est le sens de la déclaration faite par le roi aux jurés de Huesca : más vale a los de qui serán las viandas que·n hayan alguna cosa que si ellos por carestía las se havían a prender por fuerça23 ; et, quoique de manière plus subtile cette fois, Pierre le Cérémonieux signalait au gouverneur du royaume d’Aragon que les produits devaient être remis aux mercenaires sans que ces derniers aient l’impression ni de les acheter ni de les recevoir gratuitement (por tal precio que ni del todo les sean vendidas ni del todo donadas)24.

Les ravages perpétrés par les compagnies

  • 25 Dans une lettre adressée au conseiller Bernat de So, le roi exprimait cette volonté : per nostres (...)

14En dépit de toutes les précautions prises pour assurer la réception et le ravitaillement des troupes et en dépit aussi des exhortations du roi à ses sujets pour accueillir de bonne grâce des soldats, qui se présentaient comme les alliés de la Couronne contre le royaume de Castille25, les mercenaires se livrèrent à toutes sortes d’abus dont quelques exemples sont donnés ici à titre indicatif.

  • 26 ACA, Canc., reg. 1386, f. 191r.

15Ainsi, leur passage dans les évêchés de Vic et de Barcelone se solda par le pillage desdits territoires – han bona o cominal entrada e mala exida –, avec la prise d’assaut, notamment, de plusieurs forteresses et le vol du bétail (tota aquella terra han consumada e destrouïda, exceptats los lochs forts, dels quals han combatuts alguns e han preses e barrejats tots los bestiars que han poguts aconseguir)26. En une autre occasion, un détachement de 500 cavaliers en avance sur la date officielle d’arrivée avait préféré procéder, malgré l’hospitalité dispensée par les habitants du pays, au vol de leurs biens, à l’enlèvement ou au viol des femmes et de leurs filles et à l’incendie des maisons :

  • 27 ACA, Canc., reg. 1387, f. 189v (cit. par K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit., p. 167).

dampnifican sens tota rahó aquells en persona e en béns, robant e prenent tot ço que troben e encara fortívolment se prenen ab les mullers o filles d’aquelles o les se’n menen e meten foch a les cases, de què tota la terra és fort comoguda27.

  • 28 ACA, Canc., reg. 1386, f. 191r. Pierre le Cérémonieux signalait notamment à Bertrand du Guesclin q (...)

16Cependant, la considération des faits passait au second plan par rapport aux intérêts d’ordre dynastique. Compte tenu du rôle joué par les compagnies dans le conflit qui l’opposait à son rival de Castille, le roi s’arrangeait auprès de ses sujets, desquels émanaient déjà les plaintes liées au comportement jugé digne de véritables soldats ennemis, en invoquant l’honneur de la Couronne qui valait mieux que les ravages faits par les mercenaires : major servey e, Deus volent, honor entenam aconseguir per la anada de les dites companyes que no muntarà el dan que daran en nostra senyoria28.

  • 29 ACA, Canc., reg. 1387, f. 190r (cit. par K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit., p. 167).

17Dans ses résolutions, Pierre le Cérémonieux alla jusqu’à refuser aux Catalans le droit de se défendre par les armes et, à la suite d’une décision prise sans appel, il enjoignit aux milices chargées de la sécurité dans la région du Vallès (sagramental) de se retirer en évitant tout affrontement avec les mercenaires29. L’ordre fut donc donné, non sans avoir averti les capitaines des compagnies des conséquences que pourrait avoir un excès de provocation de leur part sur les sujets de la principauté, peuple réputé pour être à la fois impétueux et endurant ; par ailleurs, un territoire aussi abrupt que la Catalogne pouvait permettre, ne serait-ce qu’à un nombre restreint d’individus postés sur le passage d’un col, de causer de sérieux dommages à une troupe autrement plus nombreuse :

  • 30 ACA, Canc., reg. 1078, ff. 24r-v.

les nostres gents no són axí sofirents com altres ne en nostra terra és tan avinent de desramar com en la terra francesa, ans hic ha tals passes e tan forts que, si brogit s’i esdevenia, poques gents dels nostres farien tot aquell dampnatge que·s volguessen als altres per molts que fossen30.

  • 31 Les soldats lus comencen de manaçar e dir paraules desordonades, axí com aquells qui juheus en lur (...)

18Les Juifs ne furent pas non plus épargnés lors du passage des compagnies et le roi se trouva dans l’obligation d’adopter des mesures de protection à leur sujet car, aux propres dires de Pierre le Cérémonieux, les Juifs étaient nostre tresor et sots nostra protecció e garda especial. Il est intéressant de relever la vision que les Juifs de Perpignan avaient de la haine professée à leur encontre : selon eux, cette aversion provenait du fait que ces soldats, contrairement aux habitants des villes et des localités situées en Aragon, étaient peu habitués à la présence de Juifs dans leurs territoires d’origine31.

  • 32 Pierre le Cérémonieux, Crònica, op. cit., chap. 6 et 58, p. 1150-1151.
  • 33 Se reporter au travail de synthèse de L. Suárez Fernández, Castilla (1350-1406), dans R. Menéndez (...)
  • 34 ACA, Canc., reg. 1388, ff. 42r y 44v (Appendice II) ; à ce sujet, voir J. M. Segarra Malla, Històr (...)

19Les compagnies arrivèrent finalement à Barcelone, la veille de Noël 1365, et furent dirigées vers les quartiers qui leur étaient destinés à l’intérieur de la ville ou dans les alentours. Les principaux dignitaires des troupes (Bertrand du Guesclin, Hugh de Calveley, le maréchal de France Arnoul d’Audrehem et Louis de Chalon, aussi surnommé le Cavalier Vert) furent chaleureusement reçus par le roi, comme l’attestait le faste déployé par Pierre le Cérémonieux au cours du banquet donné en leur honneur le jour du Nouvel An 136632. L’invasion de la Castille eut lieu au début de cette même année : le prétendant au trône Henri de Trastamare fut proclamé roi au cours du mois de mars et procédait deux mois plus tard à l’occupation des grandes villes de Tolède et de Séville, tandis que Pierre le Cruel allait trouver refuge dans la lointaine Galice. L’été 1366 s’ouvrit sur le licenciement d’une grande partie des compagnies et le rapatriement consécutif de ces troupes vers la France33. C’est ainsi que la Couronne d’Aragon se trouvait à nouveau exposée au danger suscité par le passage des soldats sur ses territoires, et que le roi et ses officiers furent contraints d’adopter des mesures de défense similaires à celles prises au cours des mois précédents, à savoir la mise en sécurité des populations dans les forteresses et les villes fortifiées et l’aménagement des moyens de défense urbains, entraînant par la même l’émission de nouvelles obligations d’ordre personnel ou fiscal à l’endroit des habitants. Entre autres initiatives, le monarque enjoignit aux habitants des villes de Montblanc, Tàrrega, Cervera, Manresa et Vilafranca del Penedès, de procéder à la réfection des fortifications, exigeant pour ce faire de travailler sans relâche, de jour comme de nuit, dimanches et jours fériés inclus ; et, partant de l’énoncé clair et précis du concept de réciprocité relatif au droit d’accueil, il fut de même ordonné aux habitants du plat pays qui trouveraient refuge derrière les murailles de contribuer à la réalisation des travaux, com sia justa cosa que pus en la dita vila se entenen o s’esperen a salvar contribuesquen en les dites messions ço que sia just e raonable34.

20Pour la première fois, les régions du nord comme le Roussillon ou la Cerdagne n’étaient plus les seules à expérimenter les conséquences du passage des mercenaires, mais le pays tout entier, où les troupes prétendument alliées s’illustrèrent par la violence de leurs actions. Cet épisode resta dès lors si profondément ancré dans la mémoire des Catalans que, jusqu’à la fin du XIVe siècle, une simple rumeur concernant la proximité de compagnies étrangères suffisait pour déclencher un véritable mouvement de terreur et la mobilisation générale des moyens de défense.

Réflexions finales

21Si l’étude des textes permet de parler du danger permanent suscité par les troupes comme étant à l’origine de la réorganisation militaire en Catalogne et de l’augmentation consécutive de la pression fiscale sur ses habitants, la documentation permet également d’observer quelques phénomènes de rupture de la vie sociale au moment où les compagnies parcouraient la principauté.

  • 35 Ainsi, lorsqu’il fut question en juillet 1366, de se reporter aux chiffres du recensement de la po (...)
  • 36 Voir C. Puigferrat, “Fam, guerra i pesta a la plana de Vic, 1374-1376”, op cit., p. 95-96.
  • 37 Item, ordona lo conseyll que si aquells qui són fora los murs en lo passament de les companyes se’ (...)
  • 38 ACA, Canc., reg. 1387, ff. 169r-v.
  • 39 ACA, Canc., reg. 1387, ff. 178v-179r.

22L’exode en général, ou le rassemblement des paysans dans les places fortifiées, impliquait l’abandon des maisons et des fermes d’exploitation35. On compte cependant le cas de ceux qui, bravant toute interdiction, refusèrent d’abandonner leurs lieux d’habitation par crainte des éventuels pillages, comme dans la région de Vic lors de l’invasion renouvelée de la Catalogne par les mercenaires en 1374. Dans ce cas précis, les pillages n’étaient plus le fait des mercenaires mais de bandes de brigands qui profitaient de l’absence des habitants pour les voler en toute impunité36. D’autre part, l’accueil des paysans et des habitants du plat pays dans les places fortifiées n’était pas toujours spontané et, si l’on s’en tient à l’ordre émis par le conseil municipal de Cervera en 1366, certains habitants n’hésitaient pas à exercer un droit d’entrée sur les arrivants, moyennant le paiement d’un loyer ou d’autres compensations37. Mais l’absence de solidarité n’est guère surprenante en temps de guerre et de crise : ailleurs par exemple, elle s’illustra par le refus des habitants du centre fortifié de participer à la mise en place des moyens de défense destinés à protéger leurs voisins des périphéries. À ces conflits d’intérêts s’ajoutent ceux de certains seigneurs qui surent organiser le transfert des populations et de leurs biens en fonction de leurs propres intérêts : tel fut le cas du seigneur du château de La Roca del Vallès qui, en dépit des ordres du monarque, obligea les habitants du petit village de La Garriga à se diriger, munis de leurs biens, vers son propre château au lieu de la ville royale de Granollers38. De même, les habitants de Montclús et d’autres lieux du vicomté de Cabrera furent contraints d’acheminer leurs vivres vers la ville stratégique de Sant Celoni et non à Hostalric, où le roi avait pourtant ordonné de les conserver en prévision du passage des compagnies39.

  • 40 À ce sujet, voir l’excellent travail de P. Verdés, “La carestia de blat de 1374-1376 a Cervera”, M (...)

23Les conditions de vie des réfugiés entassés à l’intérieur des villes fortifiées étaient d’une grande précarité : à la promiscuité ambiante vint bientôt s’ajouter la menace de la faim, et notamment lorsque les pénuries de vivres coïncidaient avec les attaques meurtrières des compagnies. C’est ainsi que les habitants des enceintes fortifiées – en commençant par la grande ville de Barcelone – furent amenés à prendre les armes, en 1374, farouchement déterminés à sauver les maigres réserves de céréales dont ils disposaient encore, sans toutefois mesurer les conséquences de leurs actes sur le réseau de distribution déjà passablement endommagé de ce produit. Dans ce contexte, il n’est dès lors pas étonnant que la population de Vic, qui vivait entassée et en proie à la malnutrition, ait de nouveau été victime d’une épidémie de peste au cours du terrible été 137440.

  • 41 (...) dimecres proppassat, a XXIX del mes de octubre, companya d’òmens a cavall del comte de Trest (...)

24Sans surprise, ce climat malsain a présidé à la violente réapparition de luttes entre les bandes et de rivalités entre les villes. C’est ainsi qu’au cours du mois d’octobre 1365, des soldats rattachés aux compagnies du comte de Trastamare, en stationnement dans la localité de Vilagrassa, furent mis à contribution par les autorités du lieu dans l’expédition punitive dirigée contre la localité rivale d’Anglesola. L’attaque des soldats eut lieu par surprise, au moment où les habitants étaient occupés à la récolte du safran – l’un des produits les plus prisés de la région – ; ils procédèrent à l’exécution d’une cinquantaine d’entre eux tandis que d’autres étaient faits prisonniers et mirent le feu à la localité le lendemain41.

  • 42 ACC, Consells, 1366, f. 10v La documentation de ces archives constitue une grande source d’informa (...)
  • 43 (...) attenent que los singulars de la dita vila, specialment la mà menor, són molt opressos perqu (...)

25Mais au-delà de ces actes de violence, comme nous l’avons déjà dit, le passage des troupes de mercenaires se traduisait invariablement par un prélèvement supplémentaire sur les ressources des habitants des villes fortifiées et du plat pays. D’une part, les uns et les autres étaient tenus de participer aux grandes dépenses liées à la mise en place des différents dispositifs de défense. À Cervera, par exemple, un arrêté municipal émis au cours du mois de janvier 1366 insistait sur la mise en place de sentinelles à la frontière et d’autres pour les rondes nocturnes, afin de donner l’alerte en cas de brusque invasion ; dans le même temps, des demandes d’information étaient envoyées par courrier dans différents lieux afin de connaître l’emplacement exact des compagnies et leur itinéraire. D’autre part, le conseil municipal ordonnait le paiement intégral des frais inhérents à la défense de la localité, qu’il s’agisse des salaires des maestres com paredadors de pedra, tapiadors e tapieres, maestres de fusta e de guix o de pedra ou de l’achat des matériaux comme les portalls, portes, clavadures, cadenes, tancadures o claus, baldes, cadenes dels carrers, clavaons, etc42. Quelques mois plus tard, alors que le printemps était déjà bien avancé, les autorités de la ville de Cervera furent confrontées à deux types de problèmes qui ralentirent les travaux de fortification : le premier était lié à l’incapacité physique de nombreuses personnes appartenant aux secteurs les plus défavorisés, et le second à la volonté d’une grande partie de la population à l’approche de la moisson de gagner les moyens de subsistance suffisants pour toute une année, les priver de ces ressources incluait le risque que beaucoup décident de quitter la ville43.

  • 44 ACC, Consells, 1366, f. 15v et Àpoques Comuns, 1366, f. 3r ; concernant les quantités de pain et d (...)
  • 45 Un habitant d’Igualada reçut une certaine somme d’argent du trésorier, que dita universitat promet (...)

26Rappelons aussi qu’une grande partie des habitants de la principauté étaient tenus de mettre à disposition des troupes de mercenaires, et ce, pratiquement gratuitement, une partie importante de leurs ressources alimentaires (pain, vin, légumes, bétail, etc.) Dans certains cas, ce commerce n’allait pas sans s’accompagner de quelques cadeaux aux chefs des troupes dont certains s’étaient matérialisés de manière anecdotique par un nombre indéterminé de poules et cinq moutons que Du Guesclin avait reçu des mains des conseillers municipaux de Cervera, ou par les quantités de vin blanc et rouge dont avait été gratifié un autre capitaine, sans compter quelques autres moutons offerts par les autorités d’Igualada aux chefs résidant temporairement dans la ville44. Et, malgré le peu d’informations dont nous disposons à ce sujet, nous savons aussi qu’en 1366, un messager de cette localité avait été chargé de pactiser avec un groupe restreint de soldats pour empêcher l’entrée des compagnies dans l’enceinte de la ville45.

27Ici se terminent les quelques notes sélectionnées parmi la documentation considérable conservée relative au passage des compagnies sur le territoire catalano-aragonais en 1365-1366. À travers ces notes, j’ai voulu montrer qu’au-delà des aspects strictement militaires, cet épisode eût des effets sur d’autres domaines comme l’économie, les structures sociales, la politique ou les mentalités. Il reste à espérer qu’un avenir relativement proche permettra à d’autres travaux de recherche de donner un nouvel éclairage à ce sujet et surtout de l’insérer dans les troubles qui ont marqué l’histoire de la Catalogne durant la seconde moitié du XIVe siècle.

Annexes

Appendice documentaire I

Barcelone, 30 octobre 1365

Le roi Pierre le Cérémonieux fait parvenir des instructions à l’évêque de Gérone ainsi qu’à un noble et au viguier, concernant la mise en place des dispositifs de défense de la ville et du plat pays face à l’arrivée imminente des compagnies.

(Publié par A. Masià de Ros, “Pere el Cerimoniós, Enric de Trastàmara i l’entrada de tropes estrangeres a Catalunya”, Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, XXV-I, Gérone, 1979-1980, p. 265-268).

En Pere et cª, al honrat pare en Christ lo bisbe de Gerona e als noble e amats nostres en Francesch de Cervià e en Johan Berenguer de Rajadell, cavallers, veguer de Gerona, salutem et dilectionem.

Com nós hajam procurat e tractat que alcuns grans barons e cavallers de les partides de França, d’Angleterra e d’Alamanya, amichs e servidors nostres, ab certes companyes d’armes en gran nombre breument deuen venir en nostre servey e per fer a nós valença contra lo rey de Castella, qui, axí com sabets, iníquament e cessant tota justa rahó se esforça de esvahir e conquerir nostres regnes ; e hajam ordonat e vullam que les dites companyes dejen passar per Rosselló e per les altres terres nostres fins en la ciutat de Saragoça, on se deuen tots ajustar per tal com és lo pus apte loch e covinent per endreçar nostre propòsit ; e vullam que, continuant lur camí, venguen fins a la ciutat de Barcelona e aprés d’allí a avant, segons que·ls serà ordonat ; e sia necessari que per los camins e lochs on passaran hajen bastament de viandes e altres coses que·ls seran necessàries, per tal que·ls lochs per on passaran e los altres circunvehins sien preservats de scàndels com sia de nostra real dignitat defensar e guardar nostres sotsmeses de perills, per ço, ab la present comanam e manam a vosaltres e a cascun de vós que preses a vosaltres per assidents e coajudadors vostres lo batle de Gerona o son lochtinent e los jurats de la dita ciutat ensemps ab los feels nostres en Pere Dezprat, savi en dret, maestre Bernat Çariera, de casa nostra, en Guillem Vinyoles, en Guillem de Bel·loch e en Bernat Dezcigar, ciutadans de Gerona, als quals tots manam ab la present, sots pena de nostra ira e indignació, que ab vosaltres e sens vosaltres ensemps e cascun per si exeguesquen e façen exeguir les provisions dejús escrites e totes les altres que vosaltres farets e ordonarets sobre les dites coses, segons que us serà expedient e la pràtica del fet vos mostrarà. Guillelmus de Palou.

E primerament, volem, ordonam e manam que metats en estament la ciutat de Gerona e que façats fer totes obres que novellament entenats que s’i degen fer e acabar les altres obres començades ; e si entorn dels murs haurà alscunes obres dampnoses e contràries a defensió de la ciutat que les façats enderrochar ; e noresmenys en lo raval o barri que·s ten continu ab los murs vells dessà l’ayga de Onyar, per salvament del dit barri, façats fer aquelles clausures o barreres e obres que us serà semblat que s’i degen fer. Guillelmus de Palou.

E ordonets que tots los habitants en lo barri que·s ten continu ab lo monestir o casa dels frares menors degen appartar lurs robes mellors e lurs viandes e mullers e infants e que ho meten dins la força de la ciutat, entenents e volents que no desemparen del tot lo dit barri, ans és mester que y façats romanir los hostalers que y són e altres més avant qui per ordinació vostra degen tenir robes per a certs lits en los quals acullen de les dites companyes e venen e ministren a ells les viandes que hauran necessàries en la manera davall scrita. E, si alcun o alcuns contrastaran o no volran exeguir les dites ordinacions, volem e us manam que encontinent e de fet occupets tots los béns dels contrafaents, los quals ara per ladonchs confiscam al nostre fisch, car pus expedient és que nós hajam lurs béns que si, per defendre aquells, contrastaven ab les dites companyes, de què·s poria seguir que perdrien lurs béns e les persones part altre escàndel que se’n poria seguir ; e noresmenys procehits contra aquells axí con a inobedients e trencadors de nostres manaments. Guillelmus de Palou.

E semblant ordinació volem que façats en tots los altres lochs de la vegueria de Gerona, és assaber, de Figueres fins a Hostalrich, si·s vol los dits lochs sien nostres o de prelats, persones ecclesiàstiques o de barons o cavallers o de hòmens de ciutats e viles, los quals lochs o mases o borges sien en lo camí que les dites companyes faran vinent a Barcelona o encara que sien circumvehins al dit camí per IIII leugues ; e que dels masos e lochs uberts sens clausura façats apartar les viandes e bestiars menuts e grosses e les fembres e infants e les façats recollir en les forçes ; e, si algun hi contrastarà, volem que y proceeschats per la forma damunt dita. Guillelmus de Palou.

Item, és necessari e volem e manam que façats fer en la dita ciutat e en los altres lochs on les dites companyes vendran menyar o jaure provisions de moltes viandes, axí com de pa e farina, vi, civades, palla, carns fresques e salades, legums, peys freschs e salats, volateries, cuyna vert, lenya, fruytes seques, alls, cebes e altres salses, ferradures de cavalls e claus de ferrer e çabates groses e primes, estivals e totes altres coses que a ells seran necessàries, segons vostre bon arbitre ; axí emperò que totes les dites provisions estiguen dins les forçes dels dits lochs on les dites companyes faran cap de jornada, si n’hi haurà, e, si no, en altre loch pus prop on haja força, salvant que aquells de qui serà la provisió o la vendran poch a poch ne pusquen e·n degen traure aquella que hauran necessària per a vendre a les dites companyes en los dits ravals o barris de la ciutat e dels altres lochs e açò provehim per tal que no·s pusquen barrejar ; e açò és necessari que·s faça ab temps e ab gran diligència e cura, deputanthi persones industrioses qui ho tinguen a prop e ho meten en execució e que vosaltres que ho regonegats e vejats a ull que·s faça. Guillelmus de Palou.

Item, que forçets e façats forçar per vostres assidents tots e sengles hòmens de qualssevol lochs de la vegueria de Gerona, si·s vols sien nostres propris o de prelats e persones ecclesiàstiques, de barons e cavallers, de hòmens de ciutats e de viles, circumvehins per IIII leugues a cascuna part a la dita ciutat e als altres lochs del camí per on passaran les dites companyes que cascun loch dege apparellar e trametre a la ciutat o a aquells lochs que·ls farets saber vosaltres o vostres assidents aquelles robes e viandes e coses que·ls seran notificades ésser necessàries a les dites companyes, en aytanta quantitat e pes e en aquell temps que·ls farets saber, sots pena dels corsors e dels avers ; e de les robes que y aportaran sien tenguts de cobrar albarà testimonial del batle del loch on les aportaran ; e, si alcun loch recusarà açò fer, volem e us manam que tantost façats execució contra ells e los singulars d’aquell per la manera damunt dita, car en culpa o confiança lurs nostres regnes porien encòrrer gran perill. Guillelmus de Palou.

Item, que façats justar pan contínuament, axí en lo loch que serà en lo camí com encara en los dits altres lochs circumvehins a IIII legues, a tots aquells qui han acustumat de vendre pan ; e, si aquells no y basten, que façats liurar farina a pes als altres dels dits lochs que us serà semblant, les quals sien curoses de pastar o fer pastar la dita farina e vendre lo pan que·n exirà e respondre dels preus entegrament a aquells de qui serà la farina. Guillelmus de Palou.

Item, que vosaltres, ab consell dels dits vostres assidents, taxets a vostre bon arbitre totes les dites viandes que·s vendran en la dita ciutat e lochs e null hom no les gos vendre més avant de ço que per vós serà ordonat, guardant tota vegada que la taxació sia rahonable esguardant lo temps e l’estament de la terra. Guillelmus de Palou.

E, ultra les provisions damunt dites, vos comanam que, ab consell dels dits vostres assidents, puscats ordonar e fer totes altres provisions en persona nostra que us seran semblants e expedients a bon estament de la ciutat e dels altres lochs e de la terra e aquelles metats en pràtica e en execució, car nós ab la present comanam a vosaltres e a cascun de vós sobre les dites coses e dependents d’aquelles plenerament nostres veus e general administració. Guillelmus de Palou.

E manam ab aquesta letra a tots e sengles officials e sotsmeses nostres e altres qualssevol persones de qualque estament sien poblades o habitants dins la dita ciutat e vegueria que les provisions damunt scrites e altres que vosaltres hi ajustarets tenguen e observen sots pena de la feeltat que·ns són tenguts e sots aquelles penes que vosaltres hi volrets posar e, si·n seran requests, donen a vosaltres e a vostres assidents consell, favor e ajuda ; e, si per ventura alcun o alcuns ignorantment o de certa sciència contravendran en res a les dites ordinacions o manaments vostres, volem que contra aquells aytals façats exequció per les dites penes e encara contra ells proceeschats per la manera qui és acostumat e·s deu procehir contra rebel·les e inobedients e trencadors de nostres manaments sens tota remissió, la qual vosaltres no·ls puschats fer ans la reservaran a nós de certa sciència per tenor de la present.

Dada en Barcelona a XXX dies de octubre en l’any de la Nativitat de nostres Senyor M.CCC.LX.V. Guillelmus de Palou.

Iacobus Conesa ex provisione facta in consilio per dominum regem. Provisa.

ACA, Canc., reg. 1386, ff. 163v.-165v.

Appendice documentaire II

Saragosse, 5 juillet 1366

Pierre le Cérémonieux envoie des instructions aux officiers et aux conseillers de différentes villes et localités de Catalogne concernant la protection des villages placés sous leur juridiction, face au passage des compagnies qui retourne en France.

En Pere et cª, als feels nostres lo batle, consellers e jurats e pròmens de la vila de Muntblanch, salut e gràcia.

Com, segons que havem sabut de cert per letres a nós trameses per lo rey don Henrich, les companyes de França qui eren ab ell se’n tornen per anar en lur terra e la lur tornada sia perillosa d’ésser donat gran dampnatge en nostra terra si no y era proveyt ivaçosament, per ço, deim vós e manam espressament e de certa sciència que la obra del mur e del vall, la qual enguany havets començada, cuytets de dia e de nit e a dicmenges e festes aytant com més cuytar se puga, forçan e constrenyén tots los habitadors de la dita vila e del terme a ésser personalment en la dita obra ; e aquells qui ésser no y poran o no volran que contribuesquen en la messió e despesa que s’i farà segons que per vosaltres raonablement serà taxat. E nós per altra letra manam al veguer de Montblanch o a son lochtinent que totes les viandes e béns mobles dels lochs vehins de la sua vegueria, qui sien plans e tals que no puxen estar de cara a tan gran poder com és aquell de les dites companyes, faça recullir en la vila de Montblanch ; e, si les dites companyes se atançaven, que y faça recullir los hòmens dels dits lochs plans, los quals lochs faça desemparar per ço que la dita vila esforçadament puxa estar de cara e defendre’s a les dites companyes ; e noresmenys li manam que entretant faça contribuir axí com raonablement li parrà los dits hòmens dels dits lochs plans en les dites obres del mur e del vall, com sia justa cosa que pus en la dita vila se entenen o s’esperen a salvar contribuesquen en les dites messions ço que sia just e raonable ; e vosaltres cuytats de recullir les messes axí com més pugats e tots altres enfortiments e embarraments que pugats per los quals la dita vila sia enfortida e defensable al burç de les dites companyes, enderrocan tots hedificis per los quals la dita vila pogués ésser pus flaca e cloín, alçan e enfortín ço de què puxa pendre enfortiment segons que a vosaltres serà vist faedor, tota appel·lació e excepció remoguda.

Dada en Saragoça a V dies de juliol en l’any de la Nativitat de nostre Senyor M.CCC.LX.VI. Rex Petrus. Dominus rex mandavit mihi Iacobo Conesa.

Similes fuerint facte baiulo, paciariis et probis hominibus ville Tarrage ; item, baiulo, paciariis et probis hominibus ville Cervarie ; item, baiulo, consiliariis et probis hominibus civitatis Minorise ; item, baiulo, juratis et probis hominibus Villefranche Penitensis.

ACA, Canc., reg. 1388, f. 44v.

Notes

1 L’arrivée de ces compagnies est bien évoquée dans l’exorde de nombreux documents ; à titre d’exemple, un don fut octroyé au roi par les Corts de 1370-1371 du fait que : d’alcun temps a ençà se són levades diverses companyies e en gran multitud, qui diverses partides del món han robades, guerrejades, dissipades e vituperades, de les quals algunes ne són entrades dins Cathalunya dampnificant aquella (Cf. M. Sánchez-Martínez - P. Ortí Gost, Corts, Parlaments i fiscalitat a Catalunya : els capítols del donatiu (1288-1384), Barcelone, Generalitat de Catalogne, 1997, doc. XXIV, p. 423-424.

2 Concernant l’arrivée des Compagnies Blanches en 1361, voir J. Zurita, Anales de la Corona de Aragón (A. Canellas ed.), Zaragoza, Institución “Fernando el Católico” CSIC, 1967, livre IX, chap. XXXV ; K. A. Fowler, Medieval Mercenaries, vol. : The Great Companies, London, Blackwell, 2001, p. 24-38 ; et M. Sánchez-Martínez, ‘“Defensar lo principat de Cathalunya’ pendant la seconde moitié du XIVe siècle : du service militaire à l’impôt”, dans L’impôt dans les villes de l’Occident méditerranéen, XIIIe-XIVe siècle, Paris, Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France, 2005, p. 92-97. L’intervention de Bertrand du Guesclin en 1365-1366 est traitée dans les pages suivantes, avec les références bibliographiques correspondantes. De même, concernant le retour du condottiero breton en 1368-1369, voir M. Sánchez-Martínez, “The Invocation of ‘Princeps namque’ in 1368 and its repercussions for the city of Barcelona”, dans L. J. Andrew Villalon – D. J. Kagay (ed.), The Hundred Years War A Wider Focus, Leiden- Boston, Brill, 2005, p. 297-330. Sur l’invasion de l’infant de Majorque en 1374- 1375, voir J. Zurita, Anales, op. cit., livre X, chap. XVII et XVIII ; C. Puigferrat Oliva, “Fam, guerra i pesta a la plana de Vic, 1374-1376”, Ausa, XIX, Vic, 2000, p. 73-106 ; et M. Sánchez-Martínez, “La presión fiscal en un año difícil : Cataluña, a mediados de 1374 – mediados de 1375”, Mayurqa, 27, Palma de Majorque, 2001, p. 25-45. Sur l’intervention des mercenaires alliés du comte d’Empúries dans le conflit avec le roi d’Aragon en 1384-1385, voir M. Sánchez-Martínez, “’Defensar lo principat de Cathalunya’”, op. cit., p. 110-119. Enfin, concernant les invasions du comte d’Armagnac en 1389-1390 et du comte de Foix en 1396-1397, voir J. Zurita, Anales, op. cit., livre X, chap. XLIV, XLVI, LVIII, LIX y LXI ; et M. T. Ferrer Mallol, “La organización militar en Cataluña en la Edad Media”, Revista de Historia Militar, supplément, Madrid, Ministère de la Défense, 2001, p. 133, 135, 148, 153-154, 162, 176-177 et 222. Dans la quasi-totalité des travaux cités figure une bibliographie plus détaillée qui permettra au lecteur d’approfondir les aspects jugés par lui les plus intéressants.

3 Concernant la succession des famines, des pestes et des guerres, se reporter au travail pertinent de C. Puigferrat, “Fam, guerra i pesta a la plana de Vic”, op. cit., n. 1.

4 Voir P. Verdés, “Els processos d’emmurallament”, dans L’art gòtic a Catalunya. Arquitectura, vol. III : Dels palaus a les masies, Barcelone, Enciclopèdia Catalana, 2003, p. 130-137.

5 Cf. F. Carreras Candi, “Idea del avenç urbà de Catalunya al segle XIV”, III Congrés d’Història de la Corona d’Aragó, I, Valence, 1924, p. 193.

6 Voir M. Sánchez-Martínez, “Defensar lo principat de Cathalunya”, op. cit., p. 83-92.

7 Cet usatge avait été invoqué au cours des années 1344 et 1347 dans le conflit contre le roi de Majorque ; de même qu’en 1359 et 1365, dans la guerre contre Pierre le Cruel, au moment où la flotte de Castille menaçait le littoral catalan et la ville de Barcelone. Cf. M. Sánchez-Martínez, “Defensar lo principat de Cathalunya”, op. cit. p. 91-92.

8 Voir M. Sánchez-Martínez, “The Invocation of ‘Princeps namque’ in 1368”, op. cit., p. 319-323 ; et “La presión fiscal en un año difícil”, op. cit., p. 32-39.

9 Pour les dons concédées lors des assemblées des Corts, voir M. Sánchez-Martínez-P. Ortí Gost, Corts, Parlaments i fiscalitat a Catalunya, op. cit., doc. XXIII, XXIV, XXVI y XXVII, p. 409-438 et 453-528.

10 À titre d’exemple, se reporter aux nombreux détails des dépenses pour la défense du village seigneurial de Bagà lors du passage des compagnies en 1367, 1368 et 1374 : J. Serra Vilaró, Baronies de Pinós i Mataplana, vol. I, Barcelone, 1930, p. 180-181, 184-186 et 191-192.

11 Par exemple J. Lladonosa Pujol, Història de Lleida, Lérida, Ed. Dilagro, 1991, I, p. 480-485 ; J. M. Segarra Malla, Història de Tàrrega (segles XI-XVI), Tàrrega, Museu Comarcal de Tàrrega, 1984, p. 178-192 ; J. Segura, Història d’Igualada (ed. fac-similé), Igualada, Ateneu Igualadí-Serppac, 1978, I, p. 80-81 ; A. Altisent, Història de Poblet, Tarragone, Abbaye de Poblet, 1974, p. 296-306 ; et M. Lledós Mir, Historia de la antigua villa, hoy ciudad de Tremp, Barcelone, J. Faidella Seix, 1917, p. 104-105.

12 Dans sa chronique, Pierre le Cérémonieux fait référence au pacte ratifié par lui, Charles V et le pape Urbain V : le roi de France s’engageait à payer 100. 000 florins en échange de l’éloignement des Compagnies de son territoire ; le même montant serait versée par le pontife pour libérer Avignon et le Comtat Venaissin de leur présence, tandis que le monarque catalano-aragonais promettait une somme identique pour bénéficier de l’intervention des Compagnies dans la lutte contre Pierre I le Cruel de Castille (Pere el Cerimoniós, Crònica, Barcelone, Ed. F. Soldevila, 1971, chap. 57, p. 1150). Voir, entre autres, R. Delachenal, Histoire de Charles V, Paris, 1916, p. 269-278 et 303-321. Concernant l’arrivée de Du Guesclin et l’invasion postérieure de la Castille, voir K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit., p. 163-190.

13 Archives de la Couronne d’Aragon (ACA), Cancillería (Canc.), registre 1386, ff. 163v-165v (cit. par R. Delachenal, Histoire de Charles V, op. cit., p. 310-311) et registre 1387, ff. 150v-153r (cit. par K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit., p. 165). Bien que le premier document (du registre 1386) ait été édité des années auparavant par A. Masía de Ros, “Pere el Cerimoniós, Enric de Trastàmara i l’entrada de tropes estrangeres a Catalunya”, Annals de l’Institut d’Estudis Gironins”, XXV-I, Gérone, 1979-1980, p. 265-268, j’ai jugé nécessaire d’inclure sa publication dans l’Appendice I compte tenu du grand intérêt qu’il présente, d’une part, mais aussi pour corriger les nombreuses erreurs de transcription contenues dans ladite édition. Par ailleurs, s’il est vrai que ce document se réfère exclusivement à la ville et à la viguerie de Gérone, son utilisation ici reste tout à fait pertinente puisque la réglementation stipulée allait être appliquée dans d’autres régions, villes et villages de Catalogne.

14 ACA, Canc., reg. 1387, ff. 151v-152r.

15 ACA, Canc., reg. 1387, ff. 163v-164r ; voir Appendice I. Des dispositions similaires furent ordonnées dans la viguerie de Vilafranca del Penedès (reg. 1386, ff. 168r-169r) ; le Roussillon (reg. 1387, f. 152v) ; Sant Celoni, lieu de passage important entre Gérone et Barcelone (reg. 1386, ff. 170r-171r) ; et Tortosa (reg. 1387, ff. 176v-177r). J’ai jugé préférable de ne pas approfondir la question relative au processus de fortification des villes dans la Catalogne du bas Moyen Âge, craignant de m’éloigner – au vu notamment des liens qu’elle présente avec l’archéologie ou la poliorcétique – de l’objet de ce bref exposé. J’invite de nouveau à consulter le travail de synthèse de P. Verdés, “Els processos d’emmurallament”, op. cit. (ainsi que la bibliographie correspondante).

16 Nous avons connaissance des dommages causés par les compagnies dans le monastère de Sant Cugat del Vallès (ACA, Canc., reg. 1194, f. 209v cit. par R. Delachenal, Histoire de Charles V, op. cit., p. 317).

17 ACA, Canc., reg. 1076, f. 195r (cit. par R. Delachenal, Histoire de Charles V, op. cit., p. 313). Quelques années plus tard, en 1369, la fortification du monastère de Poblet allait être entreprise dans la crainte que l’apparition à nouveau des compagnies en Catalogne ne s’accompagne de la profanation des tombeaux des monarques dans ce lieu qui faisait office de panthéon royal : que... no puxen ésser tretes les relíquies e joyes qui y són meraveyloses, ne los corssos de nostres predecessors allí soterrats no puxen ésser dessoterrats, transportats ne barrejats, axí com aquelles males companyes han per costum, que, per cercar moneda o altres béns mobles amagats, socaven totes sepultures e tots lochs on pensen alcuna cosa trobar (A. Altisent, Història de Poblet, op. cit., p. 298-299).

18 (...) car, entre tan gran nombre de gent com aquesta, déu ésser e·s presumpció que·n hi ha alguns que no estan a capdell ne regiment de major, perquè és bo que no sia lexat a lur cosiment (ACA, Canc., reg. 1386, f. 170v).

19 Il s’agit du droit d’accueil basé sur le principe bien connu de rassemblement (recollida), selon lequel les habitants dans les limites d’un château ou résidants à proximité d’une ville fortifiée pouvaient se réfugier dans l’enceinte des murs en cas de danger ; voir, par exemple, M. T. Ferrer Mallol, “La organización militar en Cataluña”, op. cit., p. 136-137. Et en contrepartie de ce droit, clairement mentionné dans le document figurant dans l’Appendice II, les habitants de ces zones avaient l’obligation de contribuer à la mise en place des moyens de défense de la forteresse ou de la ville concernée, une obligation qui, par ailleurs, allait se convertir en une source de perpétuels conflits.

20 Nous savons par exemple que, malgré les ordres du roi, les jurés de Gérone refusèrent d’abandonner le faubourg de la ville face au danger qui menaçait la sécurité de ses habitants (ACA, Canc., reg. 1387, ff. 177v-178r). Malgré les légères différences entre chaque document – qui mériteraient en l’occurrence de faire l’objet d’une analyse détaillée –, il existe des références au processus de fortification et au droit d’accueil à Cervera (... ordonà lo conseyll que tot hom e tota fembra, de qualque litx, stament o condició sie, vuylles stranya o privada, qui sie o stie fora los murs de la dita vila, puxe e deje metre dins los murs de la... vila, allí on mylls los plaurà, tota lur roba e béns a salvetat lur... Archivo Comarcal de Cervera, (ACC) Consells, 1366, f. 11r Je remercie très sincèrement le Dr Pere Verdés pour toutes les références issues des archives concernant la localité de Cervera) ; à Sant Celoni (ACA, Canc., reg. 1386, ff. 170r-171r), dans les terres du comté d’Urgell (reg. 1387, ff. 154r-155r) ; à L’Arbóç (reg. 1387, ff. 153v y 172r-v) ; à Pontons (reg. 1387, ff. 156r-v) ; au château de La Roca del Vallès (reg. 1387, ff. 159v-160r) ; à la localité de Valls (reg. 1387, ff. 161r-v) ; à la ville de Lérida (reg. 1387, ff. 169v-170v) ; au village de Sant Boi (reg. 1387, ff. 171r-v) ; à Tortosa (reg. 1387, ff. 176v-177r) ; à Mataró (reg. 1386, ff. 185v-186r) et à Cubelles (reg. 1387, f. 189r) ; certains de ces documents sont mentionnés par K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit., p. 165-166.

21 ACA, Canc., reg. 1387, f. 152v.

22 En plus des boulangers de profession, on avait également envisagé de mettre à contribution tous ceux qui pouvaient fabriquer le pain chez eux, une fois remises les quantités de farine nécessaires (Appendice I et ACA, Canc., reg. 1387, ff. 171r-v, cit. par K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit. p. 165).

23 ACA, Canc., reg. 1194, ff. 204v-205r (cit. par R. Delachenal, Histoire de Charles V, op. cit,. p. 312 et K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit., p. 165).

24 ACA, Canc., reg. 1194, f. 205r.

25 Dans une lettre adressée au conseiller Bernat de So, le roi exprimait cette volonté : per nostres gents lus sia fet bon aculliment axí com a aquells qui vénen per servir a nós e en defensió de nostres regnes e terres (ACA, Canc., reg. 1386, f. 169r ; cit. par R. Delachenal, Histoire de Charles V, op. cit., p. 311).

26 ACA, Canc., reg. 1386, f. 191r.

27 ACA, Canc., reg. 1387, f. 189v (cit. par K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit., p. 167).

28 ACA, Canc., reg. 1386, f. 191r. Pierre le Cérémonieux signalait notamment à Bertrand du Guesclin que : grant rumor se’n met en la terra, dients tuyt que gents qui veenen en nostra ajuda no deurien fer aytals coses ne tant greus... (ACA, Canc., reg. 1387, f. 189v, cit. par K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit., p. 167).

29 ACA, Canc., reg. 1387, f. 190r (cit. par K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit., p. 167).

30 ACA, Canc., reg. 1078, ff. 24r-v.

31 Les soldats lus comencen de manaçar e dir paraules desordonades, axí com aquells qui juheus en lurs terres no han acostumat de veer e per ço com lus han acustumats de aver en gran hoy e desamistat (ACA, Canc., reg. 1387, ff 179r-v). Le roi tenta également de protéger les Juifs de Lérida (ibid. reg. 1387, f. 182v).

32 Pierre le Cérémonieux, Crònica, op. cit., chap. 6 et 58, p. 1150-1151.

33 Se reporter au travail de synthèse de L. Suárez Fernández, Castilla (1350-1406), dans R. Menéndez Pidal (dir), Historia de España, Madrid, Ed. Espasa-Calpe, 1966, vol. XIV, p. 99-106.

34 ACA, Canc., reg. 1388, ff. 42r y 44v (Appendice II) ; à ce sujet, voir J. M. Segarra Malla, Història de Tàrrega (segles XI-XVI), op. cit., p. 186. Dans la ville de Lérida, par exemple, les conseillers municipaux refusèrent d’apporter leur collaboration dans les travaux de fortification ordonnés par le roi ; cf. F. Carreras Candi, “Idea del avenç urbà de Catalunya al segle XIV”, op. cit., p. 195-197.

35 Ainsi, lorsqu’il fut question en juillet 1366, de se reporter aux chiffres du recensement de la population de Cervera, en vue de procéder aux oeuvres de fortification, les conseillers affirmèrent que cette base d’information n’était plus valide puisque per lo passament de les companyes de França moltes gents se són exides de la ciutat (F. Carreras Candi, “Idea del avenç urbà de Catalunya al segle XIV”, op. cit., p. 196). Quelques mois auparavant, le roi se plaignait auprès du viguier de Cervera du fait que de nombreux habitants fuyaient leurs foyers pour aller se réfugier, par crainte des compagnies, sur les terres appartenant à l’Église et aux seigneurs (ACA, Canc., reg. 1387, f. 164r ; cit. par K. Fowler, Medieval Mercenaries, op. cit., p. 166).

36 Voir C. Puigferrat, “Fam, guerra i pesta a la plana de Vic, 1374-1376”, op cit., p. 95-96.

37 Item, ordona lo conseyll que si aquells qui són fora los murs en lo passament de les companyes se’n volen entrar dins los murs, que aquells qui són dins los murs los ajen e·ls degen reebre e recuyllir, ells e lurs companyes e lurs béns, franchament e quítia e sens loguer o reemçó alguna (ACC, Consells, 1366, f. 44r).

38 ACA, Canc., reg. 1387, ff. 169r-v.

39 ACA, Canc., reg. 1387, ff. 178v-179r.

40 À ce sujet, voir l’excellent travail de P. Verdés, “La carestia de blat de 1374-1376 a Cervera”, Miscel·lània Cerverina, 12, Cervera, 1998, p. 263-281 ; et dans le cas de Vic : C. Puigferrat, “Fam, guerra i pesta a la plana de Vic, 1374-1376”, op. cit., p. 84 et 90.

41 (...) dimecres proppassat, a XXIX del mes de octubre, companya d’òmens a cavall del comte de Trestàmara tro a LX o LXX ... meseren-se en aguayt e, com les gents del loch de Angleola eren exides cullir lo saffrà, los dits hòmens a cavall, anants per lo terme del dit loch de Angleola, han-ne morts entre hòmens e fembres de L fins en LX e han-ne preses e amenats al loch de Vilagrassa prop d’altres LX entre hòmens e fembres e minyons ; e lo dijous aprés següent tornaren al loch de Angleola e diuse que·l han combatut e que y han mes foch (...) (ACA, Canc., reg. 1076, f. 179v). Dans la logique des représailles, le seigneur d’Anglesola s’apprêtait à écrire à ses alliés du royaume de Valence pour demander leur aide ; l’intervention du roi mit cependant un terme à ces intentions (reg. 1076, f. 178r).

42 ACC, Consells, 1366, f. 10v La documentation de ces archives constitue une grande source d’informations concernant le passage des compagnies en 1365-1366.

43 (...) attenent que los singulars de la dita vila, specialment la mà menor, són molt opressos perquè en les dites obres bonament ni profitosa obrar no porien ni entendre en aquelles ; attenent encara que lo temps de les messes és prop, en les quals les... gens guanyen e trebaylen per aver vida tot l’any, e que si ara lo dit guany lo ere tolt... molts per ventura se’n irien en altres lochs (...) (ACC, Consells, 1366, ff. 45r-46v). Plus tard, en juillet 1366, alors que les compagnies s’apprêtaient à traverser le territoire catalano-aragonais à leur retour de Castille, le capitaine chargé de la défense de Cervera décidait de punir par des amendes les conseillers municipaux qu’il tenait (f. 7r).

44 ACC, Consells, 1366, f. 15v et Àpoques Comuns, 1366, f. 3r ; concernant les quantités de pain et d’avoine ainsi que les moutons donnés aux compagnies à Igualada, voir J. Segura, Història d’Igualada, op. cit., p. 81.

45 Un habitant d’Igualada reçut une certaine somme d’argent du trésorier, que dita universitat prometé donar-me... per pactar ab una secció de les grans companyes comanada pel capità Bonanat d’Albi... a fí de què no passàs per la vila d’Agualada (J. Segura, Història d’Igualada, op. cit., p. 81).

Notes de fin

* Projet de recherche HUM2005-02507/Hist. du Ministerio de Educación y Ciencia de l’Espagne et Projet 2005SGROO353 du Comissionat per a Universitats ; Recerca (Generalitat de Catalunya).

Auteur

Institución Milá y Fontanals
Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, CSIC

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540