Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en guerre

 | 
Christiane Raynaud

Les représentations de villes dans les manuscrits de Froissart : d’un codex à l’autre

Peter Ainsworth

Texte intégral

  • 1 P. F. Ainsworth et G. T. Diller (éds.), Jean Froissart, Chroniques : Livre I (première partie, 1325 (...)

1Les Chroniques de Froissart sont trop longues. Précisons : elles sont trop longues pour que la plupart de ceux et celles qui les abordent fassent autre chose que d’en lire des morceaux choisis déjà plus que célèbres. Au moment d’accepter l’invitation de Michel Zink de créer un Froissart format poche pour les « Lettres Gothiques » George Diller, Alberto Varvaro et l’auteur1 ont pris le parti d’offrir à leurs lecteurs deux volumes contenant non pas des morceaux choisis, mais de très longs extraits empruntés à l’ensemble des Chroniques, sans interruption et recouvrant à peu près la moitié du texte complet. Il n’en demeure pas moins vrai que de nombreux épisodes des Livres II, III et IV (la chose est moins vraie pour le Premier) restent encore relativement peu connus.

  • 2 Nous tenons à exprimer toute notre reconnaissance à Mme C. Raynaud du SICMA pour avoir eu l’amabili (...)

2La communication que voici2 porte dans un premier temps sur certaines évocations de la vie citadine en temps de guerre, retrouvées au fil de lectures des premier, deuxième et troisième Livres, et au sein d’épisodes rarement commentés ou même remarqués par les critiques. Dans un deuxième temps, nous traitons de certains aspects de l’iconographie à partir d’un choix assez personnel de manuscrits des Chroniques, tout en privilégiant quelques variations subtiles rencontrées lors du passage d’un codex à l’autre.

  • 3 Voir à ce propos M.-Th. De Medeiros, Jacques et chroniqueurs. Une étude comparée de récits contempo (...)
  • 4 Ainsworth-Diller (2001), p. 819-830, et cf. l’éd. de la SHF, t. X.
  • 5 Ainsworth-Diller (2001), p. 548-552. Voir aussi J. Sumption, Trial by Battle. The Hundred Years War (...)
  • 6 Ainsworth-Diller (2001), p. 592-594, 618-621 et surtout 630-648. Cf. Sumption, Trial by Battle…, p. (...)
  • 7 Voir à ce propos le jugement nuancé de R. Barber, The Knight and Chivalry, Woodbridge, The Boydell (...)

3Si les Chroniques contiennent leur part de chevauchées, escarmouches, sièges et batailles proprement dites, la ville et son décor sont présents tout au long du texte. On se souvient (bien sûr) des épisodes sanglants de la Jacquerie de 1358 (Livre Premier)3, mais aussi de ceux qui scandent le récit que nous livre Froissart de la Grande Révolte des paysans en Angleterre en 1381 (Livre II)4. Déjà dans le récit que fait le chroniqueur de la chevauchée d’Édouard III en juillet 1346, on assiste à l’épisode du sac de la ville de Caen5, suivi quelques pages plus loin de l’épisode non moins célèbre des bourgeois de Calais6. On se souvient aussi du récit du prétendu « sac » de Limoges en 1370 par le Prince Noir, souffrant de maladie et de fatigue et irrité contre la ville et ses habitants7.

  • 8 Ainsworth, dans Ainsworth-Diller (2001), p. 692-700.

4La ville est aussi au cœur du deuxième Livre et de ses récits des troubles qui opposent les intérêts de Louis de Male et ses sujets bourgeois de Gand. Nous en avons évoqué quelques aspects dans l’Introduction à notre édition du manuscrit de New York8, nous ne les reprenons donc pas ici.

  • 9 Ainsworth-Varvaro (2004), p. 106-107 (Tarbes), 113 (Pamiers), 125 (Montpezat), 289 (bastides constr (...)

5Qu’en est-il du troisième Livre ? L’arrivée de Froissart dans la ville d’Orthez à la fin de 1388 est bien connue : on retient ici son évocation en cours de route de toutes les villes aperçues à distance le long du chemin l’amenant en Béarn, description sommaire et qui privilégie surtout les caractéristiques militaires de celles-ci : situation avantageuse sur un rocher ou près d’un gué, par exemple, ou description assez détaillée d’une bastide9.

  • 10 Ainsworth-Varvaro (2004), p. 343-365.
  • 11 Voir à ce propos la nouvelle édition du Livre IV que nous devons à Katariina Närä (thèse de l’Unive (...)
  • 12 M. Zink, Froissart et le temps, Paris, PUF, 1998, p. 98. Voir aussi L. Harf-Lancner, « Froissart, l (...)

6Quant au quatrième et dernier Livre des Chroniques, faisons valoir l’évocation au début de celui-ci de la ville de Paris, lors de l’entrée dans la capitale française de la reine Isabeau10 ; citons aussi le récit animé de l’attentat de Pierre de Craon contre le connétable Olivier de Clisson, au cours duquel est évoqué le quartier de Saint Paul avec ses ruelles et l’échoppe d’un boulanger chez qui prend refuge le connétable ensanglanté11. Comme l’a bien montré Michel Zink12, le quatrième Livre nous propose le spectacle pour ainsi dire théâtral de la capitale anglaise, traversée de rumeurs et de mouvements politiques sournoisement conduits pendant les dernières années du règne de Richard II. Sur la scène s’animent factions et groupes d’agitateurs appuyant tour à tour Lancastre, Gloucester, Richard II ou la municipalité de Londres. Nous assistons aux parlements se déroulant à Westminster, et enfin à la déposition (mais non pas à l’assassinat) de Richard II.

  • 13 Reproductions dans L. Le Guay, Les princes de Bourgogne lecteurs de Froissart. Les rapports entre l (...)
  • 14 Illuminating the Renaissance. The triumph of Flemish manuscript painting in Europe, Thomas Kren et (...)
  • 15 Illuminating the Renaissance, p. 286-288.

7Dans les enluminures des fort beaux manuscrits copiés à Bruges entre 1468 et 1480 pour Philippe ou Antoine de Bourgogne et constituant le plus souvent des « jeux » complets des Chroniques, on aperçoit – par exemple – le cortège d’Isabeau de Bavière passant par les rues de Paris embellies de bannières et de tableaux vivants13. Les visiteurs ayant assisté à l’exposition montée à la Royal Academy en 2003 par Thom Kren et Scot McKendrick et intitulée Illuminating the Renaissance, ont eu droit à un régal : parmi les manuscrits des Chroniques de Froissart exposés, mentionnons celui de Louis de Gruthuyse (Bibliothèque nationale de France) et celui d’Édouard IV (British Library)14. La même exposition a accueilli un manuscrit jusqu’alors peu examiné par les spécialistes, mais qui mériterait bien un examen assez développé : celui du Getty Museum en Californie : Ludwig XIII 7. Ce très beau manuscrit du troisième Livre datant de 1480 environ est peut-être le parent proche de deux manuscrits de la collection « Royal » de la British Library, les mss Royal 18 E. i et ii (deuxième et quatrième Livres)15. Le manuscrit Ludwig XIII 7 contient un programme de 64 enluminures, dont pas moins de 25 occupent le tiers de la justification. Celle qui orne le feuillet 284 évoque un thème sur lequel nous revenons plus loin (figure 1).

8Peut-être unique parmi les représentations de prises de ville par escalade en raison de son extraordinaire usage d’un éclairage crépusculaire, l’enluminure que voici témoigne de l’adresse du « Master of the Getty Froissart » à suggérer un engagement militaire fort discipliné ayant lieu après la tombée de la nuit. On se souvient d’un épisode du troisième Livre (éd. de la SHF, t. XV, p. 197) où, sur la frontière entre France et Empire, « une nuit, il faisoit moult cler de la lune, environ l’eure de myenuit, [et] il y vindrent Alemans robeours et pillars, qui ne tenoient ne trieves ne paix, mais vouloient tousjours aler à l’avantaige [etc] ».

  • 16 Illuminating the Renaissance, p. 287, Planche 79a “The Soldiers of Brabant Entering Ravenstein” (fo (...)
  • 17 Nous partageons les conclusions de McKendrick, Illuminating the Renaissance, p. 286.

9Ce « Master of the Getty Froissart » excelle aussi à rendre certains aspects de la guerre peu souvent dépeints dans d’autres manuscrits contemporains, tel le « paysage » presque atmosphérique qu’il nous propose en représentant le passage d’un corps armé sur un pont traversant une rivière devant la ville fortifiée de Ravenstein, au point du jour16. L’artiste a dû lire le texte entier du chapitre des Chroniques qui relate ce moment éphémère17. La rubrique raconte « Comment les Brabançons passerent parmy la ville de Ravestein et entrerent en Guerles, et comment le duc de Guerles se partit de Nijmegue a tout trois cens lances et vint a l’encontre des Brabançons et comment il les desconfit entre Ravestein et la ville de Grave en Gueldres », mais l’artiste privilégie le moment où les Brabançons s’engagent sur le pont devant Ravenstein, « des le point du jour sur le matin ». Les effets de lumière sont fort beaux : le jour se lève à peine, les premières lueurs du soleil naissant caressent les bords des nuages ainsi que les parapets des tours, les ornant de reflets dorés, contre un ciel gris-bleu. À remarquer aussi l’extrême tranquillité de l’eau sous le pont (figure 2).

  • 18 Illuminating the Renaissance, p. 288, Planche 79 b, “The Bed of the King of Navarre Set on Fire”.

10Ce n’est pas la seule surprise que nous réserve le « Master of the Getty Froissart ». Au f. 274v il dépeint la mort accidentelle du roi de Navarre, survenue dans le lit royal – qui prend feu à cause des prestations d’un serviteur trop zélé18. Le roi disparaît sous une vague de flammes orange et écarlate dans une enluminure choisie par Kren et McKendrick dans leur catalogue d’exposition pour illustrer le talent de l’artiste. Mais à cette image nous préférons une enluminure dans laquelle l’accent est mis sur la puissance destructrice du feu dans un contexte de guerre : il s’agit cette fois de la représentation du sac d’un port français ravagé par un contingent de soldats anglais (figure 3).

11La désinvolture des soldats charriant coffres, ballots et corbeilles vers les navires qui les attendent entre en contraste accusé avec les langues de flamme et la fumée sortant par les fenêtres de la ville incendiée. Voici, enfin, la représentation que nous propose le même artiste de la frayeur des Rochelais, affolés et mis en fuite par l’arrivée dans leur port d’un contingent d’Anglais (figure 4).

  • 19 P. Ainsworth, “A Passion for townscape: Depictions of the City in a Burgundian Manuscript of Froiss (...)

12Nous avons commenté ailleurs19 l’intérêt iconographique d’un autre manuscrit bourguignon des Chroniques, celui-ci ayant appartenu à Antoine, grand bâtard de Bourgogne, et datant de 1468-1469. Il s’agit du célèbre manuscrit dit de Breslau (le ms Rehdiger 1), dont les quatre volumes reposent aujourd’hui dans les collections de la Staatsbibliothek zu Berlin (Preussischer Kulturbesitz). Nous nous contentons ici de deux enluminures pour souligner les qualités toutes particulières de ce manuscrit. Le premier tome est pourtant fort décevant : les enluminures, nombreuses, sont dénuées d’inspiration. Celles des tomes 2, 3 et 4, bien au contraire, affichent des compositions équilibrées et le plus souvent fort habiles. Les représentations de perspectives urbaines y sont extraordinairement riches en détails architecturaux, nous laissant pénétrer au cœur même de plusieurs villes flamandes. Godfried Croenen a su identifier au moins cinq ou six des bâtiments desquels nous nous approchons progressivement à force de suivre, dans l’enluminure ornant le f. 287, une longue procession serpentine de soldats passant sous la grande porte fortifiée de la ville de Bruges (figure 5, figure 6).

13Un deuxième exemple fait valoir l’extraordinaire mélange de perspectives linéaire et atmosphérique, assortie à une palette assez sobre, et renforcée à son tour par un dessin très sûr et très ferme, qui domine dans bon nombre des enluminures représentant ces villes traversées par des émeutes ou rixes engageant des corps d’hommes d’armes (figure 7).

  • 20 G. Groenen, M. Rouse et R. Rouse, “Pierre de Liffol and the manuscripts of Froissart’s Chronicle”, (...)
  • 21 C. Raynaud, La violence au Moyen Âge, XIIIe-XVe siècle d’après les livres d’Histoire en français, P (...)
  • 22 L. Harf, “Image and Propaganda: The Illustration of Book I of Froissart’s Chroniques”, dans D. Madd (...)
  • 23 P. Ainsworth, « Rois, reines et capitaines : échos de parti pris dans quelques manuscripts des Chro (...)

14Quant les manuels scolaires ou la télévision ont besoin de clichés pour illustrer un chapitre ou une émission portant sur la guerre de Cent Ans, les éditeurs ont le plus souvent recours à deux ou trois grands manuscrits bourguignons. C’est bien dommage : nous en venons ainsi à ne plus les prendre en compte et à ne plus les apprécier à leur juste valeur. Qui plus est, l’emploi répété et rébarbatif de ces mêmes images en fait des clichés. Or, d’autres manuscrits que ceux-ci existent, encore qu’ils soient assez mal connus. Beaucoup mériteraient d’ailleurs notre attention au regard du thème de la ville en guerre. Nous pensons à un groupe de codex produits à Paris entre 1408 et 1413 sous la direction du libraire et entrepreneur Pierre de Liffol, manuscrits identifiés par Godfried Croenen, Mary Rouse et Richard Rouse20 comme relevant de sa direction, et dont certains aspects de l’iconographie ont déjà retenu l’attention de Christiane Raynaud21 et Laurence Harf22. Deux essais, signés de notre nom et portant sur les personnages représentés dans les enluminures de ces manuscrits, viennent de paraître23. D’autres études sont en préparation, signées cette fois-ci par Inès Ville la-Petit (BnF, Cabinet des Médailles) ; elles devraient mettre en lumière la contribution proprement artistique des maîtres de Giac et de Boèce, responsables – d’après notre collègue française – de la décoration de la plupart de ces manuscrits.

15La troisième et dernière partie de l’exposé porte sur l’illustration de ces manuscrits du premier quart du XVe siècle, conservés à Paris, New York, La Haye, Bruxelles, Besançon, Toulouse et Stonyhurst.

16Quittons pour quelques instants le domaine du visuel proprement dit pour nous engager dans les sentiers de l’imaginaire, et du récit descriptif ou atmosphérique. Cet aspect du style de Froissart est bien familier aux lecteurs des Chroniques, mais sa manifestation la plus puissante se trouve souvent dans des chapitres mal connus.

17Éditer l’ensemble du troisième Livre est une tâche parfois rebutante mais jamais ingrate ; on y fait de belles découvertes. Dans cette partie des Chroniques, a peut-être été sous-estimé l’envergure de ce que nous appellerions volontiers les voix empruntées : celles du roi d’Arménie, d’Espan de Lion, du routier Espagnolet, de Raymond de Cruvale, d’un moult ancien escuyer, de Laurenço Fougasse, du duc de Lancastre, de l’esprit ou démon Orton – et de ce grand désinvolte qu’est le Bascot de Mauléon.

18Ce dernier, au début du chapitre 16 (nous suivons le manuscrit 865 de Besançon), raconte à Froissart – et partant à tous ses lecteurs postérieurs – l’histoire séduisante de la prise de la petite ville de Thurie (Tarn) par des routiers déguisés en femmes. Par le choix d’une poignée de détails hauts en couleur (renvoi aux travaux de la saison, évocation subtile de la campagne et de la topographie entourant la ville, cruches des femmes allant au puits, visages des routiers enveloppés de couvrechiefs), le chroniqueur fait revivre pour nous cette petite ville somnolente si aisément conquise :

1. « Au dehors du chastel et de la ville a une tres belle fontaine, ou par usage tous les matins les femmes de la ville venoient a toutes cruches et autres vaisseaulx, et la les [227va] puisoient et emportoient a mont en la ville sur leurs testes. Je me mis en paine pour l’avoir, et prins cinquante compaignons de la garnison du Chastel Cuillier, et chevauchasmes tout un jour par bois et par bruieres, et la nuit ensuivant. Et environ mienuit je mis une embusche asséz pres de Turie, moy vj. e tant seulement. En habit de femmes et cruches en noz mains venismes en une praerie asséz pres de la ville, et nous muçasmes en une mule de foin, car il estoit environ la Saint Jehan en esté, que on avoit fané et fauchié. Quant l’eure fu venue que la porte fu ouverte et que les femmes commençoient a venir a la fontaine, chascun de nous prinst sa cruche et les empleismes, et puis nous meismes au retour vers la ville, noz visaiges envelopéz de cueuvrechiefz. Jamaiz on ne nous eust congneuz. Les femmes que nous encontrions nous disoient :
« “Haa ! Sainte Marie ! que vous estes matin levees !”
« Nous respondions en leur langaige a fainte voix : “C’est voir !” et passions oultre, et venismes ainsi tous six a la porte. Quant nous y feusmes venus, nous n’y trouvasmes autre garde que un savetier qui mettoit a point ses fourmes et ses rivés. Li uns de nous sonna un cornet pour attraire noz compaignons qui estoient en l’embusche. Le savetier ne s’en donna garde. Bien oÿ le cornet sonner, et demanda a nous :
« “Femmes, harou ! Qui est-ce la qui a sonné ce cornet ?”
« Li uns respondi et dist :
« “C’est un prestre qui s’en va aux champs. Je ne sçay s’il est curé ou chappellain de la ville.
« – C’est voirs, dist il, C’est messire François nostre prestre, trop volentiers va au matin aux champs pour querre les lievres.” « Tantost incontinent, noz compaignons venus, entrasmes en la ville, ou nous ne trouvasmes onques homme qui meist main a l’espee, ne soy a defense.
« Ainsi prins je la ville [227vb] et le chastel de Turie, qui m’a fait plus de proufit et de revenue par an, et tous les jours quant il venoit a point, que le chastel et toutes les appendences d’icelui a vendre au plus destroit et plus chier ne valent. »

19L’histoire est plaisante, encore que le Bascot ne soit pas le témoin le plus désintéressé. L’idée qu’une ville comme Thurie, avec sa forteresse, ne serait gardée que par un savetier, est difficile à réconcilier avec la description que fait Froissart ailleurs dans le troisième Livre de ce pays où les châteaux forts, si nombreux, sont tous jalousement défendus. L’histoire de la prise de Montferrand est elle aussi fort agréable à lire, mais le récit a été enjolivée, peut-être, par celui qui le raconta à Froissart : le Bourc de Copenne. Nous savons pourtant qu’elle eut véritablement lieu (le 7 février 1388) et qu’elle fut menée à conclusion par les routiers Géronnet et Perrot le Béarnais. Le récit nous intéresse par son évocation pittoresque de conditions météorologiques fort désagréables, sa création d’une ambiance de suspense, et par l’emploi, enfin, d’échanges dialogués qui trouveraient bien leur place dans un western américain des années soixante. Voici comment s’amorce le récit :

2. Cilz Geronnet, luy XIIe. de compaignons, vestus en abis de gros varlez, marcheans en cottes de buriaux, et chascun menant chevaulx de harnois tous unis selon l’usaige que ilz ont ens ou pays, se departirent d’Usach devant l’aube du jour, et se mistrent en chemin vers Montferrant, aroutez de leurs chevaulx comme marcheans voituriers, et entrerent environ nonne en la ville de Montferrant.

20Adoptant l’allure et l’apparence de marchands de toile, les routiers font comme s’ils se rendaient à la Foire pour vendre et acheter :

3. Or se trairent Geronnet et les siens à la Couronne, et establerent leurs chevaulx et prindrent une belle chambre pour eulx, et là se tindrent tout quoy sans aler aval la ville, affin que on ne se percevist de leur besoingne ; et penserent ce jour bien d’eulx, car ilz supposoient qu’ils ne payeroient point d’escot.

21Le vilain temps qu’il fait convient très bien au projet des conspirateurs. Le chroniqueur nous donne froid dans le dos en évoquant le vent et la pluie :

4. Ceste emprinse fut faicte aprez le Chandelier, ainsy que VIII. jours, que les nuis sont encoires longues et froides, et vous dy que toutte celle nuit il plouvoit et ventoit et fist ung trop despert temps ; pour quoy le cappitaine du gait de Montferant, pour le cremeur du lait temps, n’yssi oncques hors celle nuit de son hostel, mais y envoia son filz, ung joenne enfant de XVI. ans, lequel, quant il y vint sus ung get entre une porte et l’autre, il trouva là quatre povres hommes qui veilloient et engelloient de froid. Si luy distrent : « Preng à chascun de nous ung blancq ; si nous laissiez aler chauffer et dormir. Il sera par temps XI. heures. » Le valeton convoita l’argent, il le prist, et cilz se departirent de leur gait et retournerent en leurs maisons.
Geronnet et les siens estoient toudis à agait à l’uis de l’ostel de la Couronne, pour savoir quant le gait retourneroit. Ilz veirent le valeton revenir et ceulx aussy qui partis estoient de leur gait. Si dirent : « La chose va bien. Il fait à nuit une droitte nuit pour nous ; il n’y a si hardy en la ville qu’il ne s’en voist couchier. Le gait est passé, nous n’avons huymais garde de cela. »

22À onze heures sonnées, Geronnet et ses hommes montent sur les murs. Au même moment arrivent devant la ville Perrot le Béarnais et ses compagnons. Froissart nous apprend qu’il « faisoit si brun et si noir et si tenebreux, que on ne veoit point devant luy ung arpent de long. Et encoires plouvoit et neigoit, et ventoit et faisoit moult froit. » Nous assistons bientôt à des bribes de conversation chuchotées entre Perrot et Geronnet, accompagnés de sifflements leur permettant de s’orienter et de coordonner leurs manœuvres :

5. Geronnet à celle heure estoit là sus les alées des murs, et n’attendoit aultre chose qu’il oyst nouvelles. Il regarda tout bas et vey, celuy [fut ad]vis, ombre d’ommes qui aloient sus les fosse. Il commença à escliffer en fausset. Tantost l’entendirent ceulx qui estoient en son agait et approchièrent plus prez ; car ens es fossez, à ce lez là, n’y avoient point d’eauve.

23Perrot ne voulant entrer dans la ville que par la porte, et Geronnet le sommant au contraire d’escalader le mur par une échelle faite de cordes, les deux routiers perdent quelques minutes précieuses à s’interpeller – jusqu’à ce qu’arrive sur le chemin de ronde un tailleur. Ayant créé une impression de profondeur vertigineuse (vue plongeante de Geronnet au-dessus des douves), le chroniqueur esquisse rapidement les contours d’une maison d’artisan isolée se trouvant en contrebas du chemin de ronde. La désorientation qui gagne tous les personnages de l’histoire est aggravée par l’obscurité profonde à travers laquelle ne pénètrent que quelques bribes de paroles perdues :

6. Entreus comme ilz estoient en cel estry, les ungs des compaingnons de Geronnet aloient et venoient dessus les alées pour savoir s’ilz orroient riens. Assez près de là il y avoit une petite maison, en descendant des murs, et celle maison estoit toutte asseullée hors des aultres, et ung povre homme perementier y demouroit dedens, qui avoit veilliet jusques à celle heure et s’en devoit aler couchier. Ainsi comme le vent emporte le son des choses, il avoit oy parler sus les murs, car de nuit on oit moult cler. Si estoit yssus hors de la maison et avoit rampé amont, et d’encontre il trouva ces compaingnons qui aloient et venoient.

24Relevons l’effet créé par l’emploi du verbe : « avoit rampé amont » ! Se rendant compte de ce qui se passe, le tailleur se met à hurler ; les assiégeants le réduisent facilement au silence :

7. Si tost comme il les vey, il commença à crier. L’un d’eux sailly tantost avant et le prist par la gueule et luy dist : « Villain, tu y es mors se tu sonnes mot. »

25La vraisemblance psychologique de ce bout de dialogue préparant le dénouement de l’épisode mérite bien que nous le reproduisions en entier :

8. Si dist Geronnet à cel homme qu’ilz avoient trouvé : « Se tu ne fais nostre voulenté, tu y es mort sans remede. » – « Et que voulez vous que je face ? », dist l’homme. – « Je vueil », dist Geronnet, « que tu voyses à la porte et esveille les portiers, et puis leur dy que le cappitaine t’envoye là, et qu’ilz euvrent la porte ou ilz te baillent les clefz. Tu le ouvreras pour laissier ens marcheans de Montpellier qui sont là dehors a tout grant fardaige, lesquelz viennent à la foire. » – « Je ne say », dist l’omme, « se ilz me voudront croire. » – « Oyl », dit Geronnet, « à touttes ces ensaingnes qu’il n’estoit point hier soir au gait, mais son filz y fut. Et, se tu ne fais bien et saigement ce que je te dys, je t’occieray de ma dague ; et fais tant que je ne puisse pas veoir que par ton deffault nous faillons à nostre emprinse. »

26Le tailleur ne tarde pas à obtenir les clés de la ville. Interpellant les deux gardiens installés à l’intérieur de la porte, il gagne leur confiance en leur démontrant qu’il sait fort bien que le capitaine du guet a confié ses devoirs à son fils :

9. « C’est verité », respondirent-ilz, « tu les arras ; attens ung petit. » Adont se releva l’ung des deux et prist les clefz de la porte qui pendoient à une queville, et ouvry une petite fenestre et luy les donna ; l’omme prist les clefz.
(le texte reproduit est celui de l’édition de la SHF, t. XIV, pp. 208-217)

27Le récit met avant tout en scène l’habileté des routiers et la naïveté des citadins. Mais quand nous en avons terminé la lecture, reste bien présent à l’esprit le souvenir, et de cette existence semi-rurale en temps de guerre et de trêve, et des exactions cyniques des routiers imposées aux habitants des villes.

28Si les habitants de Montferrand souffrent de la rapacité des Gascons, ceux de la ville frontalière de Santarém, en Castille, jouent habilement de la rivalité entre Portugal et Castille pour se défaire des Gascons et Bretons logés dans leur ville, attendant l’occasion de se mettre au service du roi de Castille contre son rival de Portugal. Fermant leurs portes contre leur souverain, le roi de Castille et son armée, les habitants de Santarém se déclarent désormais Portugais. La visite du maréchal du roi de Castille leur offre l’occasion d’expliquer leurs griefs. Et Froissart de mettre l’accent sur leur sagacité et leur diplomatie :

10. « Tres redoubté sire et noble roy de Castille, nous sommes ci envoiéz de par la povre communaulté de vostre bonne ville et chastellerie de Saint Irain, car on leur a donné a entendre que vous estes grandement courrouciéz sur eulx, et se ainsi est ou soit, tres redoubté sires, la coulpe et offence ne vient pas par eulx, mais par les grans injures et opressions que les Bretons leur ont faiz, lesquelz estoient en leur ville et la vostre premierement, car tous leurs malings et mauvais faiz ne peuent pas estre venu tous a congnoissance, mais pas n’en encoulpons leurs maistres – chevaliers, escuiers ne capitaines – fors ceulx qui les ont faiz et perpetréz. Si ont tant fait li pillars bretons que merveilles seroit a penser ne a recorder, et nous ont tenu (un tenu) un temps en grant subgeccion en la dicte ville et en la chastellerie, dont pluseurs plaintes en venoient a nous. Et en despit de ce, yceulx pillars rompoient noz coffres a force de hasches et prenoient tout le nostre, et violoient noz femmes et noz filles, presens nous. Et quant nous en parlions, nous estions batus et mehaigniéz, ou mors. En celle povreté avons nous esté deux moys et plus, pourquoy, tresredoubté seigneur et noble roy, nous vous supplions, se nous vous avons courroucié par celle cause ou [233vb] autrement, a faire juste et loyal informacion de nous, et nous mener par voie de droit, si comme vous nous promeistes et jurastes a tenir enterinement et franchement, quant vous entrastes premierement roy en la ville de Saint Irain, et la seigneurie et possession vous en fu baillie ; et vous feréz aumosne, car puis que vous y venéz, nous adjoustons en vous et en vostre conseil tant de noblesce et de franchise que la ville sera – et trouveréz – toute ouverte a vostre venue. Et a vostre povre peuple qui crie mercis des injures et oppressions que on leur a faiz, se vostre majesté royal et vostre noble conseil le dit, vueilliéz donner grace et remission. »
Le roy se teust un petit, et messire Regnault Lymosin parla, et dist en lui agenouillant devant le roy :
« Treschier sires, vous avéz ouy vostre povre peuple de Saint Irain complaindre et demonstrer ce que on leur avoit fait ; si en vueilliéz respondre.
– Regnault, dist li roys, nous savons bien qu’ilz ont juste cause. Dictes leur que ilz se lievent et s’en voisent devant a Saint Yrain appareillier pour nous, car nous y serons en nuit au giste, et au seurplus ilz seront bien gardéz en leur droit. »
(Jean Froissart, Chroniques. Troisième Livre. MS 865 de la Bibliothèque Municipale de Besançon, éd. Peter Ainsworth, Droz, coll. Textes Littéraires Français (Genève, 2007). Tome 1 : 510 p., ch. 18.

29C’est dans le contexte d’épisodes comme ceux-ci que nous croyons entendre quelques échos des souffrances subies par les habitants de toutes ces villes ayant dû vivre aux côtés des routiers et des hommes d’armes étrangers dont la présence encombrante a si souvent été imposée aux citadins d’alors. Les manuscrits en témoignent eux aussi à leur façon. Si, d’un codex à l’autre, les programmes d’illustration reprennent souvent les mêmes poncifs, certains enlumineurs ornant les manuscrits parisiens du début du XVe siècle, moins préoccupés que ne le sont leurs successeurs bourguignons par le besoin de célébrer les hauts faits des princes, semblent témoigner d’une prise de conscience à l’égard des souffrances des habitants des villes et villages de France et ailleurs pendant la guerre de Cent Ans, et en particulier pendant les trêves. Un manuscrit se trouvant aujourd’hui à La Haye en est un exemple fort éloquent (figure 8).

30Dans cette composition, les chevaliers, eux, vont leur chemin, alors que leurs hommes d’armes – portant guisarmes, haches et brandons – s’affairent autour des demeures des habitants d’une ville ou d’un village, les incendiant systématiquement avant de reprendre la chevauchée.

31Examinons ensuite une enluminure empruntée cette fois à un manuscrit se trouvant à la Bibliothèque nationale de France (figure 9).

32À l’intérieur de l’enceinte d’une ville qui embrasse l’ensemble de la composition, sur un fond de décor stylisé constitué par des rangées obliques de maisons et sur un trottoir ensanglanté, est mise en scène la violence presque désinvolte qu’exercent contre deux hommes en costume de bourgeois, les sbires de Philippe d’Artevelde. Il s’agit des célèbres blancs chapperons, encore qu’ils arborent ici une livrée presque élégante au bleu de cobalt entourée de bandes de couleur alternant jaune et rouge. Les cimeterres et guisarmes portés par ces citadins hommes de main symbolisent le pouvoir du démagogue populaire dressé contre celui, plus légitime, du comte de Flandre.

33Un autre manuscrit (appartenant cette fois au groupe dit « de Pierre de Liffol » et conservé à New York) contient l’une des premières représentations attestées des armoiries de la ville de Paris. Évoquant le départ de la capitale française du seigneur de Mussidan, le sujet symbolise l’hésitation entre deux allégeances qui caractérise alors bon nombre de seigneurs gascons. Faut-il soutenir la cause des Anglais et du prince d’Aquitaine, ou celle du roi de France ? (figure 10).

34L’artiste qui a réalisé cette belle miniature, le Maître de Boèce, a su évoquer aussi l’extrême brutalité des affrontements sanglants entre soldats du comte de Flandre et milices urbaines, en témoigne sa représentation de la chute mortelle de Jean de Launoit du haut du clocher de l’église de Nevele près de Gand, à l’intérieur de laquelle il avait cherché refuge le lundi 13 mai 1381 (figure 11).

35Le récit accompagnant l’image se termine ainsi :

11. Jehan de Launoy, qui estoit au clochier, crioit aux gens du comte :
« Raençon ! Raençon ! » et offroit sa tasse, qui estoit plaine de florins, mais quant il vit que on s’en mocquoit et que le feu montoit jusques à lui, il sailli hors par les fenestres emmy les gens du conte, qui le recueillirent à glaives et à espées, et le gettèrent ou feu (Ainsworth–Diller [2001], p. 813).

36D’autres manuscrits du groupe « Pierre de Liffol » méritent considération. Du manuscrit II 88 de la Bibliothèque Royale de Belgique ne subsiste qu’une poignée de feuillets, mais ceux-ci comprennent quelques miniatures d’exécution vigoureuse et serrée, telle cette représentation de la ville de Montauban (figure 12).

37Ou encore celle-ci, qui met en scène la frénésie de la tuerie sans miséricorde des habitants de Troyes (figure 13).

38Grâce à la représentation du feuillet 17v nous assistons au sac de Durham par les Écossais : relevons le détail du pavois tenu par le soldat au premier plan de la composition, à droite (figure 14).

39Une exposition en 2007-08 rassemblera au Royal Armouries Museum, sous forme numérisée, les manuscrits de Besançon 864 et 865, le manuscrit 1 de Stonyhurst College, Lancashire et le manuscrit 511 de Toulouse. Voici comment, dans le manuscrit 864 de Besançon, est représenté par le Maître de Giac le massacre des citoyens de Caen par les soldats d’Édouard III. La scène est familière à ceux qui ont lu l’étude de Christiane Raynaud sur La Violence au Moyen Âge(figure 15).

40On appréciera la simplicité et la netteté de la composition, tout autant que la sobriété de cette représentation de ce qui, en dépit des lois de la guerre contemporaines, n’en fut pas moins une atrocité. Et voici comment le même artiste nous dépeint des ingénieurs occupés à saper les fondations d’une grosse tour située à l’angle d’une muraille de fortification (figure 16).

41Nous avons vu que les miniatures viennent compléter, souvent, le texte des Chroniques et leurs épisodes successifs. Nous avons vu aussi, en revanche, que les enluminures des manuscrits parisiens que nous venons de mettre en vedette manifestent parfois une certaine indépendance par rapport au texte. Elles mettent en scène plus franchement que ne le font la majorité des textes, les brutalités et privations des villes en temps de guerre.

42Pour conclure cet essai, revenons une toute dernière fois à une ambiance nocturne et à un non-combattant, vers la fin du deuxième Livre. Après les exploits (peu glorieux, il est vrai) d’un tailleur et d’un cordonnier, célébrons l’intelligence et la prévoyance d’une femme jugée naïve et peu intelligente par les militaires responsables de la défense de sa ville, mais capable en dernière analyse de déjouer les stratagèmes de soldats ennemis rusés et expérimentés.

43Il s’agit d’une « simple femme » d’Audenarde, taxée par les soldats du guet d’étourderie et d’ignorance lorsqu’elle essaie (en vain) de les prévenir de l’imminence d’un assaut nocturne de la part d’un contingent de rebelles Gantois. Il est fort difficile de sous-estimer l’importance (au regard de l’économie thématique des Chroniques) de ce personnage féminin évoluant dans un no man’s land marécageux devant les murs de sa propre ville d’Audenarde, prise entre assiégeants et assiégés :

12. C’estoit ou mois de septembre, que les nuis sont longues asséz, et si faisoit tant bel et sec que c’estoit un grant deduit. Environ mienuit vindrent ces Gantois es praeries devant Audenarde, et avoient leurs eschielles toutes prestes. Ainsi qu’ilz passoient parmy ces marés il y avoit une femme qui tailloit herbes pour sa vache ; et estoit la quatie, si entendy l’effroy et les oÿ parler, et bien congnut que c’estoient Gantois qui aloient vers Audenarde, et vit les eschielles. Et dont elle s’apensa qu’elle venroit à Audenarde et diroit aux gardes ces nouvelles. Si mist tout jus et prist son tour par une adresce que bien savoit, et tant fist qu’elle vint sur les fosséz avant que les Gantois y peüssent venir, et commença à parler et crier, tant que un bon preudomme qui faisoit le gait pour la nuit et aloit de porte en porte resveillier les compaignons, l’oÿ et demanda : « Qui es tu là ? » – « Haa ! » dist elle, « Je sui une povre femme qui demeure en ces maréz. Soiés sur vostre garde, car pour certain il y a asséz pres de cy une grant quantité de Gantois qui embleront et eschielleront la ville s’ilz peuent. Je m’en revois, car se ilz me trouvoient je seroie morte. » Atant se party la femme, et l’omme demoura tout quoy et esbahi, et s’apensa qu’il se tenroit là quoiement pour veoir que c’estoit, et se la femme disoit vray. Les Gantois, qui couvertement vouloient faire leur emprise, avoient bien oÿ parler l’omme et la femme, ainsi que de nuit on oit moult cler, mais riens ne savoient qu’ilz avoient dit fors seulement le son de leur langaige. Adont envoia François Acreman iiij. compaignons devant et leur dist : « Aléz tout secrètement sans sonner mot ne toussir, et regardéz hault et bas se vous orréz ne apparcevréz neant. » Ilz firent tout ainsi, et François et les aultres demourerent es marés et se tindrent tout quoy, et estoient asséz pres de celle dicte femme qui bien les ooit et veoit, mais ilz ne l’apparceürent point. Ces. IIIj. varléz François Acreman vindrent jusques aux fosséz et ne virent riens ne n’oïrent. Si retournèrent et distrent a François qu’il n’avoient riens trouvé. « Je le croy bien, » dist François, « Je pense que c’estoit le gait qui la faisoit son tour. Alons par ce hault chemin vers la porte et puis retournerons tout bas selon les fosséz. » Encore oÿ la dicte femme ces parolles, sy vint comme devant sur les fosséz et dist a l’omme qui estoit sur les murs tout ce qu’elle avoit oÿ et veu, et que pour Dieu il fust sur sa garde et alast veoir à la porte de Gand comment les [352r] compaignons qui la se tenoient se maintenoient, car briefment il y avoit des Gantois asséz pres de la. « Je m’en revois, » dist la bonne femme. « Je n’ose plus demourer. Je vous ay avisé de ce que j’ay oÿ et veu. Ayés ore sur ce avis. Je ne revenray pour celle nuit plus. » Atant se departy la bonne dame, et l’omme demoura qui ne mist pas en nonchaloir ces parolles. Ains s’en vint a la porte de Gand ou les gardes veilloient et les trouva jeuans aux dez, et leur dist : « Seigneurs, avéz vous bien fermees voz portes et voz barrieres ? Une femme est venue a moy et m’a ainsi dit. » Ilz respondirent : « Male nuit soit a la femme entree quant elle nous traveille a celle heure. Ce sont ces vaches et veaulx qui sont desliéz, si cuide maintenant que ce soient Englois qui voisent par les champs. » Endementiers que ces paroles se faisoient, François Acreman et les Gantois estoient avaléz les fosséz ou il n’avoit point d’eaue, car on les avoit peschiés celle sepmaine, et avoient rompu et coupé un petit de palis qui estoient au devant du mur, et la drechees leurs eschielles et entré en la ville, et venu tout droit sur le marchié sans sonner mot jusques a tant qu’ilz y furent. Et la trouverent un chevalier qui s’appelloit messire Florens de Heulle, lieutenant du cappitaine, lequel faisoit la le gait, et environ. XXX. hommes avec lui. Si tost que les Gantois vindrent sur la place ilz crierent : « Gand ! Gand ! » et ferirent au gait, et la fu mort messire Florens et tous ceulx qui deléz lui estoient. Lors furent moult esbahis ceulx qui gisoient en leurs lis quant ilz oioient ce cry et ilz virent leur ville prise, et si n’y pouoient remedier, car on leur brisoit leurs maisons a force et les occisoit on la dedens, ne nul ne mettoit defense en soy, ne pouoit mettre, car ilz estoient pris soudainement sur un pié, parquoy il n’y avoit point de recouvrer. Si se sauverent ceulx qui porent et se partoient les hommes tous nuz et vuidoient leurs maisons et laissoient tout, et se mettoient hors par les murs et par l’Escaut et par les fosséz de la ville, et n’emportoient les riches hommes nulle chose du leur, mais ceulx tout eureux qui eschapper porent. Si en y ot celle nuit grant foison de mors et de noyés en l’Escaut (Ainsworth–Diller [2001], p. 963-966).

44Les villes en guerre, telles qu’elles se dessinent dans les Chroniques de Jean Froissart, sont le plus souvent le théâtre de ruses, de captures sournoises ou encore de tueries déréglées, quand elles ne sont pas l’enjeu de factions citadines rivales, ou de rencontres nocturnes entre routiers et artisans urbains innocents et quelque peu naïfs. Que ce soit dans les récits de notre chroniqueur, ou dans les miniatures conçues par les librarii ou artistes ayant reçu commande pour les accompagner, le thème demeure vivace tout au long des Chroniques. Il donne naissance à de nombreux épisodes narratifs et iconographiques qui méritaient qu’on s’y penche d’un peu plus près qu’on ne l’avait fait jusqu’à présent.

Fig. 1 © The J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Prise de la ville de Montferrand par Perrot le Biernois (Pierre le Béarnais), fol. 284r, 1480-1483 (Détail)

Fig. 2 © The J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Les Brabançons entrent dans Ravenstein fol. 318r, 1480-1483 (Détail)

Fig. 3 © The J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Sac et incendie par les Anglais du port flamand de l’Écluse, fol. 171r, 1480-1483 (Détail)

Fig. 4 © The J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Débarquement des Anglais à La Rochelle et fuite des paysans, fol. 314r, 1480-1483 (Détail)

Fig. 5 © Berlin, Staatsbibliotehek, Rehdiger ms. 1, t. 2, fol. 287r : Bruges

Fig. 6 © Berlin, Staatsbibliotehek, Rehdiger ms. 1, t. 2, fol. 287r : Bruges (Détail)

Fig. 7 © Berlin, Staatsbibliotehek, Rehdiger ms. 1, t. 2, fol. 60v

Fig. 8 © La Haye, Koninklijke Bibliotheek, ms. 72 A 25, fol. 133r

Fig. 9 © Paris, BnF, ms fr 2675, fol. 41 r

Fig. 10 © New York, Pierpont Morgan Library ms M.804, fol. 265r. (Crédit photographique : The Pierpont Morgan Library, New York)

Fig. 11 © New York, Pierpont Morgan Library ms M.804, fol. 298v. (Crédit photographique : The Pierpont Morgan Library, New York)

Fig. 12 © Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. II 88, fol. 4r

Fig. 13 © Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. II 88, fol. 9r

Fig. 14 © Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. II 88, fol. 17v

Fig. 15 © Bibliothèque municipale de Besançon, ms. 864, fol. 130r

Fig. 16 © Bibliothèque municipale de Besançon, ms. 864, fol. 312r

Notes

1 P. F. Ainsworth et G. T. Diller (éds.), Jean Froissart, Chroniques : Livre I (première partie, 1325-1350) et Livre II, Paris, Le Livre de poche, 2001 (coll. Lettres Gothiques) ; P. F. Ainsworth et A. Varvaro (éds.), Jean Froissart, Chroniques, Livre III (du voyage en Béarn à la campagne de Gascogne) et Livre IV (années 1389-1400), Paris, Le Livre de Poche, 2004. Désormais (respectivement) Ainsworth-Diller (2001) et Ainsworth-Varvaro (2004).

2 Nous tenons à exprimer toute notre reconnaissance à Mme C. Raynaud du SICMA pour avoir eu l’amabilité de nous inviter au colloque d’Aix sur les Villes en guerre. Nous remercions aussi le Leverhulme Trust, sans l’appui duquel nous n’aurions pas pu offrir à nos collègues les images numérisées de Besançon et d’ailleurs. À toutes les bibliothèques ayant bien voulu nous permettre de reproduire dans ce texte des photographies de leur(s) manuscrit(s), nous exprimons notre profonde reconnaissance.

3 Voir à ce propos M.-Th. De Medeiros, Jacques et chroniqueurs. Une étude comparée de récits contemporains relatant la Jacquerie de 1358, Paris, 1979.

4 Ainsworth-Diller (2001), p. 819-830, et cf. l’éd. de la SHF, t. X.

5 Ainsworth-Diller (2001), p. 548-552. Voir aussi J. Sumption, Trial by Battle. The Hundred Years War I, Londres, Faber and Faber, 1990, p. 506-12.

6 Ainsworth-Diller (2001), p. 592-594, 618-621 et surtout 630-648. Cf. Sumption, Trial by Battle…, p. 535-586.

7 Voir à ce propos le jugement nuancé de R. Barber, The Knight and Chivalry, Woodbridge, The Boydell Press, 1974, éd. revue 1995, p. 240, selon qui Froissart aurait décrit ici le comportement normal d’une armée victorieuse au bout d’un siège (même si les habitants de Limoges auraient pu bénéficier d’un geste de miséricorde qui ne se manifesta point).

8 Ainsworth, dans Ainsworth-Diller (2001), p. 692-700.

9 Ainsworth-Varvaro (2004), p. 106-107 (Tarbes), 113 (Pamiers), 125 (Montpezat), 289 (bastides construites lors du siège de Brest), 298 (Pechpeyroux).

10 Ainsworth-Varvaro (2004), p. 343-365.

11 Voir à ce propos la nouvelle édition du Livre IV que nous devons à Katariina Närä (thèse de l’Université de Sheffield, 2006).

12 M. Zink, Froissart et le temps, Paris, PUF, 1998, p. 98. Voir aussi L. Harf-Lancner, « Froissart, les Anglais et leurs rois », dans Froissart dans sa forge, colloque réuni à Paris, du 4 au 6 novembre 2004 par M. Michel Zink, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres – Collège de France, Diffusion De Boccard, Paris, 2006.

13 Reproductions dans L. Le Guay, Les princes de Bourgogne lecteurs de Froissart. Les rapports entre le texte et l’image dans les manuscrits enluminés du livre IV des Chroniques, Paris/Turnhout, CNRS Éditions/Brepols, 1998.

14 Illuminating the Renaissance. The triumph of Flemish manuscript painting in Europe, Thomas Kren et Scot Mckendrick (éds), Los Angeles/Londres, The J. Paul Getty Museum and the Royal Academy of Arts, 2003.

15 Illuminating the Renaissance, p. 286-288.

16 Illuminating the Renaissance, p. 287, Planche 79a “The Soldiers of Brabant Entering Ravenstein” (fol. 318, [détail]).

17 Nous partageons les conclusions de McKendrick, Illuminating the Renaissance, p. 286.

18 Illuminating the Renaissance, p. 288, Planche 79 b, “The Bed of the King of Navarre Set on Fire”.

19 P. Ainsworth, “A Passion for townscape: Depictions of the City in a Burgundian Manuscript of Froissart’s Chroniques”, dans Peter Ainsworth et Tom Scott (eds), Regions and Landscapes. Reality and Imagination in Late Medieval and Early Modern Europe, Bern, Peter Lang, 2000, p. 67-109; id., “The Image of the City in Peace and War in a Burgundian manuscript of Jean Froissart’s Chronicles”, dans P. E. Bennett (ed.), At the Crossroads of History: Urban Culture in Valois Burgundy. Proceedings of the First International Colloquium of the Centre Francophone Belge, Université d’Édimbourg (printemps, 1996). Numéro spécial de la Revue belge de philologie et d’histoire (2000), p. 1-20.

20 G. Groenen, M. Rouse et R. Rouse, “Pierre de Liffol and the manuscripts of Froissart’s Chronicle”, Viator. Medieval and Renaissance Studies 33 (2002), p. 261-293.

21 C. Raynaud, La violence au Moyen Âge, XIIIe-XVe siècle d’après les livres d’Histoire en français, Paris, Le Léopard d’or, 1990.

22 L. Harf, “Image and Propaganda: The Illustration of Book I of Froissart’s Chroniques”, dans D. Maddox and S. Sturm-Maddox (eds), Froissart Across the Genres, Gainesville etc., Acta, Amherst Colloquium, University Press of California, 1998, p. 221-250.

23 P. Ainsworth, « Rois, reines et capitaines : échos de parti pris dans quelques manuscripts des Chroniques de Froissart », Actes du colloque international “Jehan Froissart” (Lille III-Valenciennes, 30 sept.-1er oct. 2004), édités par M.-M. Castellani et J.-C. Herbin, Société de Langues et Littératures Médiévales d’Oc et d’Oïl, Perspectives Médiévales, supplément au n° 30, mars 2006 (Paris, 2006), p. 9-51 ; id., “Representing Royalty : kings, Queens and Captains in Some Early Fifteenth-Century Manuscripts of Froissart’s Chroniques”, The Medieval, Chronicle IV, Amsterdam/Atlanta, Editions Rodopi, 2006, p. 1-38.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 © The J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Prise de la ville de Montferrand par Perrot le Biernois (Pierre le Béarnais), fol. 284r, 1480-1483 (Détail)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 2 © The J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Les Brabançons entrent dans Ravenstein fol. 318r, 1480-1483 (Détail)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 3 © The J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Sac et incendie par les Anglais du port flamand de l’Écluse, fol. 171r, 1480-1483 (Détail)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 4 © The J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Débarquement des Anglais à La Rochelle et fuite des paysans, fol. 314r, 1480-1483 (Détail)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 5 © Berlin, Staatsbibliotehek, Rehdiger ms. 1, t. 2, fol. 287r : Bruges
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 6 © Berlin, Staatsbibliotehek, Rehdiger ms. 1, t. 2, fol. 287r : Bruges (Détail)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 7 © Berlin, Staatsbibliotehek, Rehdiger ms. 1, t. 2, fol. 60v
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 8 © La Haye, Koninklijke Bibliotheek, ms. 72 A 25, fol. 133r
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 9 © Paris, BnF, ms fr 2675, fol. 41 r
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 10 © New York, Pierpont Morgan Library ms M.804, fol. 265r. (Crédit photographique : The Pierpont Morgan Library, New York)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 11 © New York, Pierpont Morgan Library ms M.804, fol. 298v. (Crédit photographique : The Pierpont Morgan Library, New York)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 12 © Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. II 88, fol. 4r
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 13 © Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. II 88, fol. 9r
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 14 © Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. II 88, fol. 17v
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 15 © Bibliothèque municipale de Besançon, ms. 864, fol. 130r
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 16 © Bibliothèque municipale de Besançon, ms. 864, fol. 312r
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6067/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

Auteur

Professeur de l’Université de Sheffield, department of French

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540