Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes en guerre

 | 
Christiane Raynaud

Introduction

Texte intégral

1La guerre en Occident à la fin du Moyen Âge a fait l’objet de riches études en raison de l’importance du phénomène, de la diversité des sources et des problématiques. Dans sa forme la plus courante, selon Philippe Contamine, elle est une succession de sièges, d’escarmouches et de dévastations. Malgré les points faibles éventuels de leur enceinte, les villes ont les ressources matérielles, humaines et morales pour opposer une résistance prolongée. Véritables maîtres de l’espace, leur contrôle est un enjeu fondamental. La succession ou la simultanéité d’innombrables conflits, petits ou grands, bouleverse la vie quotidienne des citadins et la gestion des municipalités. Depuis le colloque de Besançon de 1996 sur les villes et la guerre, peu d’années se sont écoulées sans que peu ou prou ce thème ne réapparaisse. Le recrutement des combattants jusqu’aux sergents, les formes de combat y compris le pillage, les armes, la circulation de l’information et la guerre de propagande, les questions de droit relatives à l’immunité des non combattants, au sort des prisonniers, aux rançons et aux butins, les conditions d’expression de la culture littéraire et artistique, l’éducation et la culture des hommes de guerre, les réflexions des théoriciens de la vie politique et des moralistes, ont retenu l’attention des historiens. Pour les villes, à côté des aspects économiques, sociaux et démographiques, semblent avoir été privilégiés l’organisation et la répartition des pouvoirs, la mobilisation des moyens de défense, en particulier ce qui concerne les murs, les résultats et les conséquences de cet effort pour les populations. Autant que possible des comparaisons terme à terme ont été établies. Ce colloque s’inscrit dans la lignée de ces travaux et des grandes tendances de la recherche récente sur le quotidien des villes en guerre.

2La définition du temps de guerre est un préalable. Selon que la guerre menace, qu’elle est annoncée, déclarée ou effectivement commencée, tout change. La durée respective de ces trois étapes, la longueur des délais laissés aux municipalités déterminent en grande partie la politique quelles vont pouvoir mener. L’espace affecté par les opérations ou le déplacement des troupes est pour elles un autre paramètre fondamental. La guerre, selon qu’elle est lointaine, aux portes de la ville ou à l’intérieur, ne pèse pas de la même manière sur la vie des citadins. Les défis à relever et l’ampleur des bouleversements qu’ils provoquent varient donc. Reste à déterminer si dans tout l’Occident, sur le pourtour de la Méditerranée comme dans l’Europe du nord, dans des circonstances identiques et alors que les formes de la guerre sont similaires, les réponses apportées sont les mêmes.

3Les aspects ordinaires de la défense sont un premier champ de réflexion. La préparation intervient sous la menace du conflit et monte en puissance au début des opérations. Elle s’entend aussi bien du matériel que des hommes. Elle recouvre la mise en place ou en veille d’un système de signalisations et de renseignements, l’ajustement et le renforcement des dispositifs de défense échelonnés depuis les forteresses du plat pays jusqu’à l’intérieur de la ville, la constitution de réserves de grains, d’eau, de vins ou de cervoises, de foin, de paille, de sel, de bois, de salpêtre, de chevaux, bref l’intendance et la logistique. La fabrication et l’achat d’armes et d’armures s’accélèrent. En toute hâte sont réalisés mantelets, palissades, machines de guerre avec leurs apparaux et abillemens. Les canons avec leurs munitions sont installés en batterie sur des plates-formes. Un grand nombre d’hommes et d’outils sont rassemblés pour la démolition préventive des faubourgs, qui fournit une petite partie du bois et du fer nécessaires aux derniers travaux, et pour la construction de bastides. Il convient aussi d’organiser à l’avance la réparation des fortifications endommagées, le remplacement du matériel, le boisage des mines, qui interviennent pendant le déroulement des opérations. Le recrutement, le rassemblement et le défraiement des hommes (gages, restor des chevaux, indemnités diverses) sont prévus et contrôlés. Leurs noms, leurs qualités et leurs équipements font l’objet de recension. Des inventaires, des contrats d’engagement et des rôles de montres pour les troupes sont établis par les autorités militaires. La gestion des tours de guet, l’établissement de garde de jour comme de nuit, avec parfois de grands feux, sont décidés très vite. La préparation diplomatique et juridique est entamée dans le même temps par les municipalités, avec la désignation de négociateurs, d’otages, d’envoyés, la constitution de dossier, l’achat de cadeaux et présents, l’information des alliés et la mise en alerte des réseaux d’alliances. Les préoccupations suscitées par le comportement des combattants en garnison, les manquements à la discipline donnent lieu à des mesures préventives. Chemin faisant quelques questions surgissent : quel est l’état d’esprit des combattants à l’égard des populations et comment sont-ils préparés au combat urbain ? La défense civile est-elle tout à fait sans précédent ? Quel est précisément le comportement des non-combattants, des réfugiés : résistance passive, soutien actif, indifférence, panique ? Quelle est leur part dans les trahisons, dans la diffusion des rumeurs ? Leur sort est-il spécifique ? Quelle image est ainsi donnée de la ville ?

4La vie quotidienne des citadins en temps de guerre est de fait au cœur de notre réflexion, celle des hommes en état de porter les armes, mais aussi des clercs, des malades, des femmes et des enfants. Bien des interrogations subsistent sur les modifications apportées par la guerre aux modes de vie et aux conditions de travail, au-delà des limitations de la circulation des personnes et des biens et de l’interdiction de l’exportation de produits stratégiques, armes, armures, blé et des chevaux. L’étude des modalités et du contrecoup économique des contributions forcées en nature, des prises ou réquisitions, de la baisse forcée du prix des denrées est à poursuivre pour une évaluation plus précise. L’appréciation des contemporains, qui en exagèrent les effets et les supportent comme un mal nécessaire, est aussi à pondérer par l’efficacité relative du système, que les citadins établissent pour se préserver. Les conséquences pour le marché du travail de l’arrivée massive de réfugiés du plat pays sont à mettre en regard avec la réquisition de pionniers, mineurs, cuisiniers, maçons, charpentiers, forgerons, charretiers et ménestrels. Le problème du logement des gens de guerre, de leur ravitaillement, la sanction des fraudes, des pillages, des désertions des exactions et des crimes et délits en dehors des opérations laissent en suspens de nombreuses questions. Certaines n’ont guère jusqu’à présent retenu l’intérêt mais méritent d’être posées. Quelle est l’influence sur les artisans des villes, des maîtres des engins ou ingénieurs, des mineurs, des artilleurs, des canonniers et de leur technique pointe ? La présence de centaines ou de milliers d’hommes à l’intérieur et autour de la ville, parfois pendant des mois, est-elle sans impact sur le paysage, le couvert végétal, la qualité des eaux, sans parler des conséquences du détournement des cours d’eau, du comblement des fossés, des terrassements, des éboulements, qui transforment certains quartiers, les faubourgs, des empierrements qui stérilisent les sols durablement ? Le décor de la ville en temps de guerre est-il, comme celui des parades, héraldique et temporaire ? Les loisirs et l’environnement sonore restent aussi très mal connus, pourtant les bruits de guerre frappent les esprits. Un vacarme caractéristique accompagne les terrassements, la construction des défenses en bois, la démolition des bâtiments indéfendables, les réparations des murailles, le travail de forge multiplié par la proximité du danger, le logement des gens de guerre dans des camps de toile, dans les faubourgs, la mise en place des pièces d’artillerie et l’arrivée des réfugiés dans la ville. Tout aussi impressionnante est ensuite la phase d’observation, d’écoute des adversaires dans un silence relatif et pesant où les bruits même ordinaires résonnent de manière inquiétante, sans parler des mines. Suit le tumulte du combat : le roulement des machines que l’on déplace, leur grincement, leur claquement, leur sifflement à chaque coup, l’artillerie comparée au tonnerre, les cris de guerre, la clameur de l’assaut, le fracas des armes, le froissement des armures, les hurlements et les gémissements des victimes, le râle des mourants, le craquement des charpentes incendiées, le ronflement du feu qui se propage, les explosions et le grondement des murs qui s’écroulent. Puis à la fin des combats, le silence s’installe à nouveau dans la ville désolée, ravagée, avant le lent retour des bruits ordinaires. Certaines interrogations doivent être renouvelées : quel est le retentissement sur les sensibilités du contact avec la mort, de la vue des cadavres et de la présence de nombreux blessés graves, du climat d’insécurité suscité par la multiplication des crimes et délits à la faveur des circonstances ? D’autres restent à poser, comment s’articulent le service des âmes aux armées et la vie religieuse en ville ?

5Enfin, dans la gestion du temps de guerre par les collectivités ou les particuliers, ce qui reste inchangé mérite de mieux retenir l’attention par exemple le maintien des obligations pour dettes, préoccupation lancinante pour nombre de citadins. À côté de la nouvelle fiscalité qui fait que les affaires militaires absorbent la moitié voire plus des dépenses et des recettes, certains postes de dépenses sont maintenus malgré la pénurie. La vie commerciale suit son cours en dehors de l’activité des artisans et marchands, fournisseurs des armées, des receleurs qui revendent le butin et les objets donnés pour payer les rançons. Les permanences, parfois inattendues, sont un élément d’appréciation clé de la manière dont les populations vivent la guerre et surmontent l’épreuve. Après le retour à l’ordre, avec la dispersion des troupes et l’arrêt des ravages, la rapidité de la liquidation de la guerre dépend sans doute de ce qui a pu être préservé. Vient alors le temps des bilans, des restitutions, de la négociation des dédommagements et des demandes d’aides à la reconstruction. La célébration de la victoire par des offices religieux, des parades et l’organisation de commémorations, avec l’élévation de monuments et des cérémonies religieuses rompent encore avec le cours ordinaire de la vie parfois bien longtemps après les événements.

6Même si les perturbations de la vie quotidienne ont été modestes, pour toutes les villes, la mémoire en est préservée. Pourtant le souvenir de la guerre n’est pas entretenu, utilisé partout de la même façon. Les moyens mis en œuvre (ceux de la ville, du pouvoir royal ou princier, de l’Église), les modalités de son expression (chapelle, médaille, statue, représentations, tableaux vivants, récits…), les objectifs collectifs et publics ou individuels changent. Les corrélations sont difficiles à établir entre ces célébrations mémorielles, la taille des villes, l’impact des opérations militaires et la nature des conflits. Les citadins les plus nombreux ne laissent pas de témoignage sur la guerre, ceux qui en parlent, parfois à leur place, ne le font pas uniment. L’établissement d’une chronologie serrée du temps de la mémoire montre en effet les avatars subis par le récit des événements : travestissements, silence, recomposition, ajout. Cette construction entretient des relations complexes avec la guerre de propagande entre les belligérants qui précède, soutient ou suit les opérations : les auteurs, les arguments, les dossiers de références sont en partie communs. Ce travail de mémoire, enjeu politique majeur, détermine selon les cas l’émergence de conditions favorables à un nouveau conflit pour parachever le premier, remettre en cause son résultat, ou au contraire pour garantir la paix.

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540