Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Familles royales

 | 
Christiane Raynaud

Conclusion

Texte intégral

1Les familles royales de la fin du Moyen Âge, riches de nombreux parents, consanguins, proches, amis charnels constituent de puissants réseaux de relations. Elles sont étudiées à partir de la littérature généalogique, des actes de la pratique, des chartes et des cartulaires royaux, des pièces comptables, des registres de chancellerie, des lettres et ordonnances royales et des sources narratives. Les textes littéraires, en particulier les chroniques en donnent une image élaborée avec soin, où rien n’est laissé au hasard, même dans les mentions les plus brèves. Ces familles apparaissent de manière privilégiée en certaines circonstances, tout d’abord lors des successions à une époque où elles sont souvent difficiles, entravées, contestées ou douteuses. Froissart revient souvent dans son œuvre sur les ruptures de légitimité et l’opposition entre les droits du sang et ceux acquis par la prouesse et la probité morale (P. F. Ainsworth).

2D’une manière générale les chroniqueurs et les mémorialistes restent maîtres d’évoquer ou non les autres événements familiaux et de la manière, plus ou moins circonstanciée, dont ils le font. Monstrelet, qui se pose en successeur de Froissart présente dans son récit un choix de négociations matrimoniales et de mariages royaux (C. Raynaud). Il prête attention à la qualité des négociateurs et aux modalités de ces pourparlers, véritables rencontres au sommet qui font intervenir dans ses maisons illustres et anciennes la famille étendue latéralement. Sans tenir une chronique mondaine, il décrit les cérémonies qui mettent en jeu l’honneur familial comme la conduite de l’épouse au mari, la reconduite dans la famille en cas d’échec et les noces. Il donne avec habileté une présentation sélective qui reflète son attachement aux maisons de Bourgogne et de Luxembourg et son loyalisme à l’endroit de la France.

3Les visites officielles peuvent être aussi des réunions familiales. Celle de Charles IV en France (C. Massé) a une portée politique bien étudiée mais ce souverain, qui, le premier en Occident, fait réaliser de lui et des membres de sa famille des portraits ressemblants et rédige sa biographie en incorporant des événements privés sans valeur exemplaire, ne s’en contente pas. Il souhaite se rendre en pèlerinages dans certains sanctuaires et revoir au soir de sa vie les lieux de son enfance (la cour de France), ses neveux et ses amis. Les Grandes Chroniques de France et Christine de Pizan décrivent ses retrouvailles émouvantes avec Isabelle de Valois. Cette rencontre, importante pour l’histoire des femmes, montre comment reines et princesses font vivre les liens durables tissés par la parenté et l’alliance et l’extension des solidarités privés à la communauté familiale des vivants et des morts.

4Le récit des Grandes chroniques de France est jalonné d’autres moments clés au cours desquels la famille participe à l’affirmation de la légitimité royale. À côté des grands rituels dynastiques figurent les audiences royales (M. Martellucci). Dans les miniatures, certaines peuvent être qualifiées de familiales. Les principaux protagonistes sont liés par le sang et la continuité du lignage est réaffirmée. Auprès du roi et en présence de ses enfants, la reine apparaît comme un acteur réel de la vie politique. Les frères du roi, ses oncles, tous les princes de sang sont montrés le conseillant et participant à l’exercice du pouvoir, en particulier à la préparation des traités de paix. Ses familiers figurent aussi, mais dans les images, ils perdent la lutte d’influence ouverte avec sa famille charnelle.

5Les moralistes et les théoriciens de la vie politique, dans leurs traités, plaident au contraire, à grands renforts d’autorités, pour que le roi mette fin « à la tyrannie de l’insuffisance », expression que Jean Juvénal des Ursins, applique à sa parenté (H. Lebègue). Il dénonce la division des parents du roi, responsables des malheurs du peuple, et préconise leur éloignement de la cour, le renvoi dans leurs terres ou aux frontières. Leur mise au pas est un préalable à la réformation du royaume. Non sans contradiction, il affirme pourtant que le roi ne saurait se passer d’eux pour l’emporter sur les Anglais car à titre individuel, ils incarnent les idéaux de vaillance, de sagesse et de prudhommie. Pair de France, il est assez proche des princes pour craindre leur élimination.

6Dans la parenté du roi ou du prince, certains semblent représenter une alternative au dilemme. Un personnage comme Jean de Luxembourg paraît ainsi emblématique du rôle que peut tenir, auprès du prince, quelqu’un qui n’est pas membre de sa proche famille (F. Roucole). Ses liens familiaux lui servent à établir des relations, sans être une garantie de primauté dans la distribution des offices et sans être pour Philippe le Bon, qui le nomme tres chier et tres amer cousin, un gage fiable de loyauté. Pour s’assurer les services de ce talentueux capitaine, le duc de Bourgogne cherche en effet en permanence à renforcer ses obligations par des récompenses. Elles attestent que seules les relations de clientèle sont réellement contraignantes, toutefois, pour les contemporains, il semble nécessaire de les revêtir des couleurs de la parenté charnelle.

7Le constat sévère pour les liens du sang, du moins entre collatéraux, doit être nuancé par, ce qui pourrait paraître inattendu, les solidarités fortes créées par la filiation naturelle (J. Thibault). Jean bâtard d’Orléans, favorisé par les circonstances et uni par liens d’affection véritables à ses demi-frères, est resté fidèle à une famille qui ne l’a pas écarté. Il partage, à la cour, l’éducation, puis le style de vie, la culture de ses demi-frères et de son royal cousin. Sa loyauté lui vaut des responsabilités qui, en tant que bâtard, ne devaient pas lui incomber, le comté de Dunois et sur le tard une légitimation. S’il possède une des plus riches bibliothèques princières du royaume et mène une vie digne de son rang, il se distingue par des goûts plus simples que ceux de ses pairs et l’ampleur de ses libéralités à l’égard des églises, expression d’une piété exigeante qu’il partage avec son épouse. Il lui revient le mérite d’avoir créé les conditions qui ont permis, bien après sa mort, aux membres légitimes de sa famille d’accéder au trône.

8Au même moment, Louis XI recrute des parents quelquefois assez loin, produisant même un lien qui n’existe pas. À cette famille large, aux contours délimités parfois par des considérations politiques, s’oppose la parentèle la plus proche, avec qui il entretient des relations complexes. La nature du partage des dévotions (Y. Frizet) qui les associe est un bon révélateur de ses affinités, de ses aversions et de ses antipathies. Il prend ainsi grand soin à titre posthume de l’âme de Charles VII et de René d’Anjou, qui lui laissent leur bien, sans être liés à eux par des liens d’affection. Il fait participer à ses œuvres pies la reine, qui lui donne un héritier et qu’il estime, sans partager souvent sa vie. En fin nul ne suscite autant d’actes de dévotion que le dauphin, qu’il ne voit pourtant pas pendant deux ans. Le chef de la maison de France prie pour ses proches en fonction de leur capacité à participer à l’entretènement du royaume. En affichant sa piété dynastique, le roi cherche à consolider l’attachement à la maison de France du peuple des villes et des campagnes et concourt à la naissance d’un sentiment national.

9De fait, même la famille restreinte formée par le couple royal et sa descendance, n’est pas qu’amour et harmonie. La haine la déchire et la discorde peut s’étendre au royaume tout entier. Cette inimitié va jusqu’à l’usage du poison (F. Collard). Cette arme domestique opère dans la clandestinité et contre l’affection naturelle entre proches. Elle simule l’œuvre de la nature, pour contrarier la transmission du pouvoir ou le redistribuer. Pour les Valois, est rapporté un nombre assez élevé d’affaires, dont la véracité est souvent impossible à établir mais dont la vraisemblance a été forte aux yeux des contemporains. Le poison vise à substituer au prince un cadet, qui usurpe ainsi le trône sans en avoir l’air. Ce crime de lèse-majesté matérialise une tyrannie qui n’a plus de limite et une ambition sans bornes. Le scandale justifie la lutte contre ceux qui menacent la maison royale et le royaume. Mais ces allégations malveillantes, d’une efficacité politique redoutable contre un membre de la famille royale, ont leur revers. Elles pourraient souligner un défaut de légitimité, le poison n’ayant pas cours dans les dynasties légitimes, où le créer en ravalant ces dernières au rang des dynastes déchus de l’Antiquité.

10Les études réunies ici rappellent sans surprise les liens parfois inextricables qui lient les affaires de famille et celles d’état, sans toutefois les recouper tout à fait. Les sources rendent compte des progrès de la publicité qui entourent le roi, ses proches et à l’occasion les autres membres de sa parenté au-delà des grands rituels dynastiques. Elles relèvent, à des fins politiques, les entorses au devoir d’exemplarité qui en découle. Elles laissent cependant entrevoir une autre réalité. Loin des anecdotes flamboyantes, au sens strict avec le bal des ardents, le quotidien de ces familles apparaît empreint d’une certaine gravité. Elle peut varier en fonction de la personnalité des uns et des autres, reste que ces familles semblent ne pas se soustraire aux responsabilités politiques et morales attachées à leur position. Ses membres sont dès l’enfance formés à remplir ces obligations. Très tôt et dans des circonstances souvent rudes, ils y font face. Les défaillances et les échecs ne sont pas rares et sont dénoncés, sans aménité excessive, par les contemporains. Cette sévérité prouve a contrario le succès d’un modèle familial de dévouement à la Couronne.

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540