Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Familles royales

 | 
Christiane Raynaud

Modèles et contre modèles

Meurtres en famille. Les liens familiaux à l’épreuve du poison chez les Valois (1328-1498)

Franck Collard

Texte intégral

  • 1 Voir Richard C. Famiglietti, Royal Intrigue, Crisis at the Court of Charles VI, 1392-1420, New Yor (...)
  • 2 Philippe Buc, L’ambiguïté du Livre. Prince, pouvoir et peuple dans les commentaires de la Bible au (...)
  • 3 Voir en dernier lieu sur le titre de « Père du peuple » Nicole Hochner, Louis XII. Les dérèglement (...)

1Le thème de la famille royale, longtemps tenu en suspicion en France par les historiens des structures et des masses, est justement remis à l’honneur par une nouvelle histoire politique qui cherche à se démarquer résolument de l’histoire des intrigues de cour que l’historiographie anglo-saxonne a d’ailleurs su prendre en compte sans perdre son âme1. Aux temps médiévaux et sous l’Ancien régime, la famille royale a une tout autre densité que celles des monarchies de Points de vue et images du monde, grandement vidées de leur substance depuis la réduction révolutionnaire de la famille de France au boulanger, à la boulangère et au petit mitron. À l’interface entre sphère publique et sphère privée, elle participe à la fois de l’histoire des pouvoirs (la dévolution de la couronne est d’abord une affaire de famille, la revendication de la parenté du roi pèse lourdement dans la société politique), de l’histoire sociale et économique (à travers le puis les hôtels du roi et de la reine), de l’histoire des affects et des comportements, voire de l’histoire religieuse, avec des ponts à jeter entre famille royale et Sainte Famille dont l’essor cultuel se manifeste à la fin du Moyen Âge par les dévotions à la Crèche, à saint Joseph, aux parents de la Vierge… Par ailleurs, la philosophie aristotélicienne redécouverte au XIIIe siècle inscrit les diverses strates de l’action humaine dans des cadres faisant une place à la famille, au sens certes large du mot familia qui ne se réduit pas à la communauté de lignage ni à l’alliance matrimoniale mais intègre les serviteurs. L’action sur soi relève de l’éthique, la direction de la communauté restreinte qu’est la famille de l’économique, celle du royaume, communauté large et artificielle, du politique. Les trois sphères s’interpénètrent largement : la familia est comme un royaume en réduction, les théologiens du XIIe siècle voient dans la relation conjugale une forme de « seigneurie »2, le royaume est considéré comme une grande famille dont le roi passe pour le père, jusqu’à l’officialisation de ce titre au bénéfice de Louis XII, roi sans fils, par Thomas Bricot à l’assemblée de Tours en 15063. Famille et royauté ont donc bien des intersections.

  • 4 Andrew W. Lewis, Le sang royal. La famille capétienne et l’État, France, Xe-XIVe siècles, Paris, G (...)
  • 5 Tous les éléments dans Françoise Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994.

2C’est la famille « parentale » qui sera ici retenue, composée de « ceux de notre sang » comme le dit le roi à partir de la fin du XIIIe siècle4. Cette famille « naturelle » semble à la fois avoir suivi la montée en puissance du modèle nucléaire et agnatique tout en gardant une acception plus large. Aux XIVe et XVe siècles, la qualité de « cousin du roi » marque une appartenance à un groupe large et confère une certaine dignité, même en cas de cousinage éloigné. Mais les frères ne demeurent plus auprès du roi, ils fondent leur propre cellule familiale assise matériellement sur l’apanage. À l’intérieur de cette famille à géométrie variable, on considérera essentiellement la famille restreinte formée par le couple royal et sa descendance qui, tout en reprenant le schéma commun de la famille telle qu’elle s’est imposée dans la seconde moitié du Moyen Âge, déborde ce schéma parce qu’elle est placée entre, d’une part, l’exposition aux regards et le devoir d’exemplarité subséquent (on sait combien Charles V tenait à la visibilité, on pourrait presque dire la « publicité » de sa famille que le peuple pouvait voir évoluer au Louvre)5 et d’autre part la dissimulation voire la nécessité du secret (sans rapport avec « l’intimité », notion guère compatible avec la royauté), quand les affaires d’État recoupent, comme c’est inévitablement le cas dans la monarchie héréditaire, les affaires de famille.

3Comme les familles ordinaires, la famille royale n’est pas qu’amour et harmonie mais à l’inverse de ces familles, la discorde et le conflit ont des répercussions politiques profondes, étendues à la communauté du royaume, à l’inverse de la vision actuelle qui sépare (sans toutefois pouvoir le faire complètement, tant l’imprégnation monarchique de la France demeure forte), les soubresauts de la famille présidentielle de la conduite des affaires publiques. Nulle séparation n’existe alors entre gestion du royaume et crises privées déchirant les époux ou les frères ou le père et ses enfants. Règne au contraire une coalescence dommageable à la chose publique : la haine intra-familiale contamine l’ensemble du royaume et débouche sur la discorde civile ; elle marque la crise du royaume, estiment les penseurs consternés, tel Gerson, par la situation du début du XVe siècle.

  • 6 Cf. Françoise Lauwaert, Le meurtre en famille ; parricide et infanticide en Chine (XVIIIe-XIXe siè (...)
  • 7 Corpus juris civilis, éd. Paul Krüger-Théodore Mommsen, Berlin, 3 vols, 1877-1895, IX, 18, t. II, (...)
  • 8 Bernard Guenée, Un meurtre, une société : l’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, (...)
  • 9 Afin d’alléger les notes de bas de page, nous nous permettons de renvoyer ici le lecteur à nos deu (...)
  • 10 Franck Collard, « D’Henri VII à Sigismond de Luxembourg : une dynastie impériale à l’épreuve du po (...)

4Une des expressions paroxystiques de l’inimitié familiale (mais c’est certes loin d’être la seule) est, aussi bien en Occident qu’ailleurs6, l’usage du poison uxoricide, parricide, infanticide ou fratricide. Cette arme abominée d’ancienne date (Plus est hominem veneno extinguere quam occidere gladio selon le rescrit d’Antonin de 161)7 hante les palais depuis longtemps et les esprits lettrés de la fin du Moyen Âge connaissent bien les déchirements souvent imprégnés de venin de la famille julio-claudienne. Il s’agit d’une arme domestique, donc familiale par excellence, exploitant les relations de l’intérieur (banquets, commerce charnel, service de la bouche ou du corps) pour opérer clandestinement et contre l’ordre de la nature (qui suppose que l’amour baigne les relations familiales) tout en simulant l’œuvre de la nature, en vue de redistribuer insidieusement les pouvoirs à l’intérieur de la parenté ou de contrarier leur transmission. L’empoisonnement en famille princière, plus encore que le meurtre à l’arme blanche qui répand le sang du lignage sur la chaussée (comme s’en offusquèrent des princes de sang à la mort de Louis d’Orléans en 1407)8, est donc un scandale, une monstruosité, un signe de crise grave, d’où l’exploitation politique à laquelle se prête idéalement le crime familial et politique de poison. Certaines familles comme les Visconti de Milan passent pour très versées dans l’emploi du venin « en interne », pourrait-on dire9. D’autres le négligent comme les Plantagenets, pourtant rien moins que paisibles, ou le subissent quasi unilatéralement comme les Luxembourg, d’Henri VII à Sigismond10. Dans le prolongement des Capétiens, assez régulièrement mêlés à des histoires d’empoisonnement depuis le prince Louis, futur Louis le Gros, jusqu’à Philippe le Long, la famille des Valois directs, de 1328 à 1498, compte un nombre assez élevé d’affaires dont la véracité objective est le plus souvent impossible à établir mais dont la vraisemblance, aux yeux des contemporains, a été forte, et c’est ce second « mode d’existence historique », imaginaire, qui nous importe bien davantage que le premier, car même infondé, il a souvent eu une incidence sur les événements. Après un bref rappel chronologique de ces affaires, seront d’abord examinées les relations de famille affectées par l’usage supposé de poison puis les enjeux objectifs de cet usage et enfin les lourds enjeux politiques et idéologiques de leur allégation, rien moins que gratuite ou crédule.

Petite chronique de l’empoisonnement en famille chez les Valois

  • 11 Chronique du Religieux de Saint-Denis, éd. Louis-François Bellaguet, Paris, 6 vols, 1839-1852, réi (...)

5Il est possible de dénombrer entre une douzaine et une quinzaine de cas, rapportés surtout par les sources narratives en pleine profusion et promptes à répercuter les rumeurs de la rue, les bruits de palais, l’opinion publique en formation. Sont exclues de ce décompte les affaires mettant en scène le roi de Navarre Charles le Mauvais, parent des princes Valois et assoiffé du sanguinem consanguineorum11, mais étranger à la dynastie.

  • 12 Registre criminel de Saint-Martin des Champs au XIVe siècle, éd. Louis Tanon, Paris, 1877, p. 105, (...)
  • 13 Jean le Bel, Chronique, éd. Jules Viard et Eugène Desprez, Paris, 2 vols, 1904, t. 2 p. 183 : moul (...)
  • 14 Cornelius Zantfliet, Chronique, éd. Edmond Martène et Ursin Durand, Veterum scriptorum… amplissima (...)
  • 15 Jean Petit, Apologie du tyrannicide, in Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. Louis Douët d’Arc (...)
  • 16 Chronique du Religieux de Saint-Denis, op. cit., XIV, 5t. 2 p.86 puis XVIII, 2t. 2 p. 546 ; Jean F (...)
  • 17 Voir en dernier lieu Bernard Guenée, La folie de Charles VI, roi bien-aimé, Paris, Perrin, 2004, p (...)
  • 18 Chronique du Religieux de Saint-Denis, op. cit., XXVIII, 34, t. 3 p. 757 puis XXIX, 17, t. 4 p. 12 (...)
  • 19 Enguerran de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 3 p. 168 : ledit dauphin avoit esté empoisonné pa (...)

6Alors que celle-ci est à peine assise sur le trône, une première affaire secoue la famille Valois. En 1337, la duchesse d’Alençon, belle-sœur du roi, passe pour user de charmes et de poisons contre des gens de la cour en général, sinon le roi en personne. C’est une source judiciaire qui révèle l’écho de ces mauvaises manières sur la voie publique, une femme en ayant injurié une autre censée fournir en substances illicites la duchesse sa maîtresse12. En 1349, il se dit à Paris que du poison a été utilisé contre Bonne de Luxembourg, première femme de Jean II, sans doute décédée de la peste. On pensait néanmoins, notamment au vu du rapide remariage du veuf, que « sa mort avait été avancée »13. En 1366, Louis d’Anjou (et ses frères ?) aurait tenté de faire empoisonner son frère Charles V devenu ensuite éternel valétudinaire car soigné mais pas guéri14. Même imputation à l’encontre de Louis d’Orléans qui, dès 1390, aurait tenté de bailler un poison mortel à son frère Charles VI, au cours d’un banquet à Neauphle15. C’est le premier cas mentionné par l’Apologie du tyrannicide de Jean Petit, composée en 1408 pour justifier le meurtre du duc d’Orléans sur ordre de Jean sans Peur. Le roi est sauvé par la reine Blanche (veuve respectée de Philippe VI) qui, avertie par un queux, détourne le plat vers un aumônier. En 1392 ou avant, l’épouse de Louis d’Orléans, Valentine Visconti, s’en prend à son tour à Charles VI au moyen d’un veneficium de nature équivoque (comme le terme lui-même, du reste), responsable de la première crise de folie16. Le venin a bien sa place à côté de la sorcellerie comme le montre le récit de Froissart selon lequel les proches du souverain font aussitôt enquêter parmi les proches serviteurs du monarque (officiers de bouche notamment) pour trouver l’origine de l’accident de santé mentale17. En 1395 puis 1401, Louis d’Orléans et sa femme s’en prennent à un autre Charles, petit dauphin à qui un fruit tentateur est tendu pour être pris par erreur par le fils du duc d’Orléans. Six années plus tard, la seconde tentative imputée au médecin de Louis d’Orléans atteint en revanche son but18. Et ce n’est que la première d’une longue liste de victimes delphinales. En 1415 en effet, Louis de Guyenne périt de poison puis en 1417 son cadet Jean de Touraine. Les auteurs de ces prétendus empoisonnements successifs sont à trouver parmi les Armagnacs, selon la rumeur soigneusement orchestrée par le duc de Bourgogne19.

  • 20 Jacques du Clercq, Mémoires, op. cit., III, 4 et 5, p. 618-619 de l’éd. Joseph François Michaud et (...)
  • 21 Thomas Basin, op. cit., 21, t. 2, p. 277-279 ; Philippe de Commynes, Mémoires, éd. Joel Blanchard, (...)
  • 22 Ludovic Ipcar, Louis XI et ses médecins, Paris, 1936, p. 56-57, publie une lettre des serviteurs d (...)
  • 23 Thomas Basin, Historia Ludovici undecimi, éd. Charles Samaran, Paris, 3 vols, 1963-1972, III, 4, t (...)
  • 24 Id., 16 et IV, 2 t. 2 p. 116-118 et 130-134 ; Jean de Roye, Chronique scandaleuse, éd. Bernard de (...)
  • 25 Jean de Roye, op. cit., t. 1 p. 303-309.
  • 26 Id., t. 2 p. 30.
  • 27 Diebold Schilling, Luzerner Bilderchronik, éd. de 1513 chez Robert Durrer, Paul Hilber, réimprimée (...)

7Une pause s’installe durant une trentaine d’années – rien moins que paisibles pourtant, pensons à Montereau – puis le venin revient dans les esprits sinon dans les coupes. En 1450, le décès d’Agnès Sorel est mis au compte du dauphin Louis alors en exil sur ses terres dauphinoises, même si les accusations les plus insistantes visent Jacques Cœur20. Le même dauphin passe pour l’instigateur de l’empoisonnement du roi Charles VII, si craintif du venin filial qu’il en aurait jeûné, croit-on, à en mourir21. On sait bien que dans ce cas comme dans le précédent, le poison est totalement imaginaire22 mais ces allégations montrent que la famille royale constitue un milieu très propice à son allégation, comme au temps des Césars. La personnalité de Louis XI conforte la tendance. En 1470, le roi est censé vouloir s’en prendre par poison à son cousin Charles le Téméraire23 puis, en 1472, à son propre frère Charles de Guyenne, mort à 27 ans24. Le duc de Bourgogne n’est pas en reste. En 1473, il envoie un empoisonneur dans les cuisines royales où le maître d’hôtel Nicole de la Chesnaye découvre à temps les sombres manigances visant le monarque25. Le duc destine un autre venin en 1476 au jeune dauphin Charles dont le père est obsédé par la protection26. Enfin, le règne du dernier Valois direct connaît aussi des histoires de poisons destinés ou administrés au monarque. Vers 1485-88, il se dit dans le royaume que Louis d’Orléans, héritier de Charles VIII, entend supprimer son cousin de venimeuse manière. En 1498, la fin prématurée du monarque est rapportée par certaines sources au même Louis d’Orléans27. Ainsi, hormis le règne de Jean le Bon, tous les autres sont affectés par des affaires ou tout au moins des rumeurs d’empoisonnements commis ou à commettre dans le cercle de la famille royale. Même en retranchant les affaires des années 1470, de dimension plus nettement politique que familiale, il demeure un nombre non négligeable d’affaires à examiner de plus près, en étudiant d’abord les liens de parenté affectés.

Les liens de parenté envenimés

  • 28 Anne-Hélène Allirot, « La “male royne boiteuse” : Jeanne de Bourgogne », dans Royautés imaginaires (...)
  • 29 Voir Franck Collard, « Venenosa mulier coronata. Variations sur le thème de la reine empoisonneuse (...)

8La typologie est assez simple à faire de liens de famille affectés par le poison. Remarquons d’abord, alors qu’une bonne partie des cas survenant dans la société ordinaire le mettent en jeu, l’absence de poison conjugal, malgré la force de l’imaginaire de l’épouse toxique et l’existence de reines chargées d’infamie, comme Jeanne de Bourgogne, épouse de Philippe VI28, ou Isabeau de Bavière, de surcroît étrangère. On a le sentiment que l’association fréquente, du haut Moyen Âge au XIIIe siècle de l’adultère et du veneficium, encore présent d’une certaine manière avec Aliénor d’Aquitaine, s’est évanouie29. On peut trouver une exception éventuelle et à rebours de l’empoisonnement uxoricide, le cas Bonne de Luxembourg, mais c’est un cas limite. Jean le Bel ne dit d’ailleurs pas que la rumeur accuse le duc de Normandie, futur Jean II, d’autant qu’il y avait un autre empoisonneur potentiel, Raoul d’Eu. Mais il marque bien que la rue nota le rapide remariage du veuf, chose qui, à lire les procès du temps, paraît favoriser les imputations d’empoisonnement au conjoint survivant et trop vite consolable.

  • 30 Franck Collard, op. cit.

9Autre point à noter, l’absence de poison infanticide, alors que le schéma mettant en cause une marâtre et des enfants royaux nés d’un premier lit et à éliminer pour ouvrir la voie du trône aux enfants du second lit se rencontre sous les Capétiens (cas de Louis le Gros, de Louis de France en 1276)30. La raison probable tient à la rareté des remariages royaux féconds : une seule reine fécondée pour les rois de Charles V à Charles VIII et un remariage tardif pour Philippe VI, plus précoce pour Jean le Bon mais ce dernier était déjà doté d’une trop riche descendance masculine pour laisser quelque espoir ou inspirer quelque mauvaise pensée à Jeanne de Boulogne.

  • 31 Chronique du Religieux de Saint-Denis, op. cit., t. 1 p. 632-635.

10En revanche, se présente le cas du poison parricide avec les accusations – malveillantes mais fondées sur l’inimitié de notoriété publique opposant les deux princes–portées contre le dauphin de Charles VII. Le cas de figure est unique à la cour de France mais il n’est pas sans équivalent ailleurs : voir le geste prêté au fils de Gaston Phoebus en 137931. La qualification de parricide peut-être étendue au prétendu empoisonnement d’Agnès Sorel, sorte de marâtre officieuse du dauphin. Mais le cas de 1461 est exceptionnel, à la mesure de son supposé inspirateur.

  • 32 Franck Collard, « D’Henri VII à Sigismond de Luxembourg… », op. cit.

11Ce qui domine, plus que dans les familles « ordinaires » telles que les sources judiciaires les laissent voir, c’est le venin fratricide, à l’œuvre peut-être dès 1337 puis contre Charles V, Charles VI, à la rigueur ses deux avant-derniers dauphins (car derrière les Armagnacs peut se profiler le futur Charles VII, quoiqu’il fût alors encore jeune et manipulable), contre Charles VIII aussi, si l’on assimile le frère au beau-frère comme autorisent à le faire les manières de l’époque. Tous ces cas mettent l’aîné royal ou le roi en position de victime. Le seul cas inverse concerne l’atypique Louis XI. De toutes les façons, la configuration est archétypale, rappelant Caïn et Abel, Romulus et Remus et elle n’est en rien propre aux Valois : voir les Luxembourg au temps de Wenceslas et de Sigismond32. Elle place le poison fratricide comme une sorte de négatif de la relation fraternelle, faite d’amour naturel.

12Si l’on passe sur les venins avunculaires de 1390-1401, certes à l’opposé de la valeur forte de l’oncle nourricier de la civilisation chevaleresque (mais l’oncle en question n’est pas maternel ici), reste le cousinage toxique qui fait rage entre 1461 et 1477. Comme on l’a dit plus haut, il n’est pas sûr qu’il revête une dimension majoritairement familiale car les sources parlent moins de corruption du lien de parenté que de corruption du lien politique. Forte dans la seconde moitié du XIVe siècle, quand la proximité affective caractérisait les membres de la famille du roi même si les protagonistes ne vivaient pas sous le même toit, l’idée de la communauté de sang entre les Valois de France et les branches princières cousines est passée derrière d’autres considérations.

13Au total, le venin familial chez les Valois affecte moins les relations conjugales et filiales, au cœur de la famille, que des relations fraternelles ne supposant qu’une cohabitation occasionnelle.

Pourquoi vouloir empoisonner son parent ?

14Rares sont les affaires sans motif allégué. On peut dire au contraire que c’est le motif présomptif de l’empoisonnement qui donne corps à celui-ci et que le cui prodest invente le crime autant qu’il désigne le criminel.

  • 33 Idem.
  • 34 Recueil de pièces servant de preuves aux mémoires sur les troubles excités en France par Charles I (...)

15Un élément distingue les affaires de la famille royale de celles des familles ordinaires : l’absence de poison passionnel, sans doute parce que le cadre des affaires qui nous retiennent écarte cette origine d’ordre privé et « politise » forcément les mobiles des crimes prétendus, encore que, en plein XIVe siècle, puissent se trouver dans les hautes sphères des histoires de philtres d’amour qui tournent mal : voir Charles IV de Luxembourg en 134933. De même, le motif de la haine, qu’on voit par exemple dans les tentatives de Charles de Navarre contre Charles V, « l’omme du monde que il haioit plus », comme dit une déposition de 137834, ne ressort guère, car l’odium qui pourrait sans mal-être mis sur le compte de Louis d’Orléans, est nourri non par une injure subie et à venger mais par autre chose d’intimement lié à la fonction occupée par la victime.

  • 35 Chronique du religieux de Saint-Denis, op. cit., XXVIII, 34, t. 3 p. 760.
  • 36 Livre des Trahisons de France envers la maison de Bourgogne, éd. Joseph Bruno Marie Constantin Ker (...)
  • 37 Le Pastoralet, éd. Joseph Bruno Marie Constantin Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1873, p. 639.

16Dans la victime à tuer par poison, en effet, ce n’est pas dans la majeure partie des cas tant le parent honni qui est visé que la titulaire d’une fonction. Dans le régime monarchique français, la détention de la royauté est affaire de position au sein de la famille et, par conséquent, l’aînesse qui monopolise la couronne voue son détenteur à des embûches toxiques aux auteurs désignés par leur rang de succession. Dans la grande majorité des cas, le ressort de l’empoisonnement est l’ambition de substituer au prince que la nature a voué à régner un cadet qui usurpe le trône sans avoir l’air de violer ses lois, ce qu’une autre arme ne permettrait pas. C’est peut-être le cas en 1337 dans la toute jeune dynastie Valois ; c’est assurément l’ambition prêtée au(x) frère(s) de Charles V par les chroniqueurs d’Empire, le Liégeois Cornelius Zantfliet et le Luxembourgeois Jacques d’Esch. À les en croire, les frères du monarque, notamment le duc d’Anjou, jubilaient devant la stérilité de la reine (le futur Charles VI ne naît qu’en 1368) et avaient hâte de lever l’hypothèque d’une naissance d’un héritier en supprimant le géniteur, ce qui ouvrait au cadet du roi le chemin du trône. Le même schéma se retrouve dans les multiples attentats prêtés à Louis d’Orléans et son épouse contre Charles VI puis son premier dauphin. Le sire de Milan aurait dit à sa fille, au moment de son départ pour la France, qu’elle lui reviendrait reine de France35. L’Apologie du tyrannicide, le Livre des trahisons de France contre la maison de Bourgogne36 ou encore le Pastoralet37 accablent à ce sujet la mémoire de Louis d’Orléans dont l’assassinat de 1407 est ainsi justifié. Même chose avec l’autre Louis d’Orléans, héritier pressé de Charles VIII son beau-frère, rebelle à son autorité d’entrée de règne et donc empoisonneur fort crédible du dernier rejeton de la branche aînée des Valois.

17À ce poison d’usurpation occulte, évidemment lèse-majesté en plus d’être contre-nature, d’usage d’autant plus prêté aux ambitieux que la voie sanglante, si couramment empruntée en Angleterre, paraît incompatible avec la sacralité du roi français, s’ajoute, moins lié au cadre familial, le poison de la tyrannie, celui des princes qui dépassent les attributions de leur pouvoir et versent dans l’excès. N’oublions pas que Jean Petit fait de Louis d’Orléans un tyran qu’on pourrait dire virtuellement d’usurpation. L’usage du poison familial matérialise une tyrannie qui n’a plus de limite naturelle et s’exerce à toutes les échelles d’autorité, y compris celle de la famille. C’est évidemment Louis XI qui, aux yeux de ses opposants, incarne le paroxysme de la tyrannie en faisant empoisonner d’abord son père, pour régner plus vite (il a déjà 38 ans en 1461) puis, pour régner plus tranquille, son frère, parce qu’il croit ce dernier, très influençable et sous l’emprise des ducs de Bretagne et de Bourgogne, menaçant pour la couronne et sa dévolution à son propre fils alors âgé de deux ans à peine.

18Ainsi le cadre familial et royal qui devrait être harmonieux et exemplaire constitue un champ ouvert aux violences politiques essentiellement motivées par une cupiditas dominandi sans bornes mais non sans fards.

Un scandale exploitable

19Le cadre de la famille royale favorise incontestablement les allégations d’empoisonnement. Ce cadre rend l’empoisonnement particulièrement scandaleux. Dénoncer voire inventer l’usage des venena au sein de la familia regia permet de déployer une communication politique destinée à stigmatiser un prince ou un régime.

20Le cadre de la famille est une circonstance aggravante en soi puisque le poison pervertit les relations d’amour qui devraient y régner et exploite la confiance désarmante de la victime dans ses relations. Allant contre la nature, l’empoisonnement commis dans la famille royale va de surcroît contre le bon gouvernement et l’éthique de la royauté car il porte gravement préjudice à l’exemplarité attendue de la domus regia dont il trahit la discorde. Comme un poison, cette discorde peut gagner le corps politique tout entier, depuis la tête que représentent le souverain et sa famille. Nulle surprise si les prolégomènes de la guerre civile qui ravage la France après la mort du duc d’Orléans en 1407 résident dans les discordes intestines matérialisées par le recours au poison, insinué au cœur de l’État. Du coup, à longueur de libelles, la propagande bourguignonne a beau jeu de stigmatiser les « envenimeurs » que sont les défenseurs de la famille du défunt duc.

  • 38 Thomas Basin, Historia Ludovici xI, op. cit., p. 35 et III, 5.
  • 39 Preuves des mémoires de Philippe de Comines, éd. Nicolas Lenglet du Fresnoy, Paris, 1747, p. 199-2 (...)
  • 40 Jean de Roye, op. cit., p. 303-309 de l’éd. Bernard de Mandrot.
  • 41 Thomas Basin, op. cit., t. 2, p. 134.

21Contre Louis XI, le mécanisme du discrédit par l’infamia passe par des allégations de poison parricide puis fratricide qui renvoient le roi au rang de Domitien et des sinistres empereurs de la Vie des XII Césars. Basin fait le rapprochement38, les libelles qui circulent dans l’été 1472 aussi39. Louis XI était naturellement tenu d’aimer son frère Charles disent ceux qui l’accusent de l’avoir fait empoisonner par son confesseur40, il a donc agi contre la nature et s’est rendu aussi odieux à la postérité que Caïn, la perfidie en plus41. Rien ne justifie mieux que l’on se coalise contre le mauvais monarque pour venger son frère. Il n’est nul motif plus pur que la lutte contre qui bafoue aussi gravement les lois du bon amour familial. Il menace non seulement sa domus mais aussi la communauté du royaume.

22Une autre dimension, nous semble-t-il moins connue, de ce poison de famille, apparaît avec l’histoire de Charles V. En effet, la vénénosité familiale devient quasi « toxicité dynastique » à lire Cornelius Zantfliet et Jacques d’Esch. Il est frappant de constater que les sources françaises, largement favorables aux Valois, attribuent à son ennemi capétien Charles le Mauvais l’empoisonnement de Charles le Sage, survenu non en 1366 mais en 1357, bien avant son avènement. En revanche, les deux chroniqueurs étrangers n’hésitent pas à peindre une sorte de complot des frères du roi (avec qui il affichait pourtant son entente), transformant la nouvelle dynastie à la légitimité précaire en une famille où les méthodes les pires sont employées. Derrière cela, il n’est pas impossible qu’existe une tentative de discréditer les Valois : devenus rois sur des principes discutables, ils se livrent à des manigances haïssables, celles, précisément, des despotes orientaux connus pour leurs règlements de compte palatins ou des tyranneaux italiens comme les Visconti. L’emploi de l’arme de l’illégitimité camouflée caractériserait les familles régnantes sans légitimité. De telles mœurs ne sauraient avoir cours dans les dynasties légitimes. Mais ce n’est qu’une hypothèse à creuser, en tenant compte du décalage chronologique entre les événements et leur récit, effectué dans les années 1430-1460.

  • 42 Honorat Bovet, L’apparicion de Jehan de Meun, éd. Ernest Nys, Bruxelles, 1883, p. 11.
  • 43 Martin Kintzinger, « Maleficium et veneficium. Gewalt und Gefahr für den Fürsten im französischen (...)

23À la fin du XIVe siècle, dans l’Apparicion de Jehan de Meung, Honorat Bovet constate, pour le déplorer, que dès qu’une maladie ou un décès surviennent dans les milieux princiers, « l’ignorant gent prent tel propos que ce soit par sorcerie ou poyson »42. Il apparaît incontestablement que le recours au poison présente des liens assez étroits avec la famille royale et qu’il y prend un relief particulier. Il est impossible de savoir si ce recours a été effectif. Il semble qu’il relève largement de l’imagination ou de l’imputation malveillante et délibérée, présentes tout au long de la période 1328-1498, plus que d’une évolution temporaire des formes objectives de la conflictualité politique, comme il a été soutenu récemment43. Le scandale que représente l’insinuation supposée du venin dans la famille royale peut venir nourrir une communication politique efficace fondée sur la détestation absolue de méthodes allant contre les lois des relations de famille, là précisément (dans la famille du roi), où elles devraient être parfaites et exemplaires. Comment espérer éradiquer le crime de la communauté politique quand il a cours, sous une de ses formes les plus abjectes, au sein même de la communauté de sang royal ? L’allégation de poison peut concourir à stigmatiser un membre de la famille du roi, mais aussi, éventuellement, la famille tout entière, ravalée au rang des épouvantables Césars ou des peu recommandables Visconti.

Notes

1 Voir Richard C. Famiglietti, Royal Intrigue, Crisis at the Court of Charles VI, 1392-1420, New York, 1986.

2 Philippe Buc, L’ambiguïté du Livre. Prince, pouvoir et peuple dans les commentaires de la Bible au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 1994.

3 Voir en dernier lieu sur le titre de « Père du peuple » Nicole Hochner, Louis XII. Les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2006.

4 Andrew W. Lewis, Le sang royal. La famille capétienne et l’État, France, Xe-XIVe siècles, Paris, Gallimard, 1986 (1re éd. angl. 1981).

5 Tous les éléments dans Françoise Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994.

6 Cf. Françoise Lauwaert, Le meurtre en famille ; parricide et infanticide en Chine (XVIIIe-XIXe siècle), Paris, Odile Jacob, 1999.

7 Corpus juris civilis, éd. Paul Krüger-Théodore Mommsen, Berlin, 3 vols, 1877-1895, IX, 18, t. II, p. 379.

8 Bernard Guenée, Un meurtre, une société : l’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, Gallimard, 1992.

9 Afin d’alléger les notes de bas de page, nous nous permettons de renvoyer ici le lecteur à nos deux ouvrages : Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, PUF, 2003 et Pouvoir et poison. Histoire d’un crime politique de l’Antiquité à nos jours, Paris, Seuil, 2007. Il y trouvera toutes les références concernant la plupart des affaires mentionnées ci-dessous, pour lesquelles ne sont fournies ici que quelques sources notables.

10 Franck Collard, « D’Henri VII à Sigismond de Luxembourg : une dynastie impériale à l’épreuve du poison », Actes du colloque ‘Sigismond de Luxembourg’, Oradea, décembre 2007, à paraître.

11 Chronique du Religieux de Saint-Denis, éd. Louis-François Bellaguet, Paris, 6 vols, 1839-1852, réimpr. 1995, VI, 4, t. 1 p. 355 : affaire de 1384, tentative d’empoisonner les oncles de Charles VI.

12 Registre criminel de Saint-Martin des Champs au XIVe siècle, éd. Louis Tanon, Paris, 1877, p. 105, 9 novembre 1337.

13 Jean le Bel, Chronique, éd. Jules Viard et Eugène Desprez, Paris, 2 vols, 1904, t. 2 p. 183 : moult de gens disoient que on avoit avancé la mort à madame Boine ; je ne sçay pour quoy, ne ce fut vray ou non. Froissart a abandonné les insinuations de Jean le Bel.

14 Cornelius Zantfliet, Chronique, éd. Edmond Martène et Ursin Durand, Veterum scriptorum… amplissima collectio, t. 5, Paris, 1729, col. 288-289 ; Jacques d’Esch, Die Metzer Chronik über die Kaiser und Könige aus dem Luxemburger Hause, éd. Karl Georg Wolfram, Metz, 1906, p. 314 : Item le dit duc d’Angois enherbait le roy de France son frere et ne pot estre ledit roy garis que par ung xaul et ne volt point souffrir c’on le faisit morir mais li pardonnait et volt avoir le xal sur le dors de la droite main en signifiance que quant il maingeroit et buveroit que son frere veist les oeuvrez qu’il avoit fait, adfin qu’il en heust contriction a la mort.

15 Jean Petit, Apologie du tyrannicide, in Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. Louis Douët d’Arcq, Paris, 6 vols, 1857-1862, réimpr. New York, 1966, t. 1., p. 224 et sq. puis p. 320 ; Chronique du Religieux de Saint-Denis, op. cit., XXVIII, 34, t. 3 p. 757 puis XXIX, 17, t. 4 p. 123.

16 Chronique du Religieux de Saint-Denis, op. cit., XIV, 5t. 2 p.86 puis XVIII, 2t. 2 p. 546 ; Jean Froissart, Chroniques, éd. Joseph Bruno Marie Constantin Kervyn de Lettenhove, 28 vols, Bruxelles, 1867-1877, t. 15 p. 35-53 puis 76-79, 82-83.

17 Voir en dernier lieu Bernard Guenée, La folie de Charles VI, roi bien-aimé, Paris, Perrin, 2004, p. 62 et sq.

18 Chronique du Religieux de Saint-Denis, op. cit., XXVIII, 34, t. 3 p. 757 puis XXIX, 17, t. 4 p. 123 ; Apologie du tyrannicide, t. 1 p. 239 et sq. puis p. 320 ; Jean Froissart, Chroniques, t. 3 p. 243 de l’éd. Jean Alexandre C. Buchon, Paris, 1837 ; Jehan Petit, Seconde apologie du tyrannicide, extrait publié dans Alfred Coville, Jean Petit et la question du tyrannicide au commencement du XVe siècle, Paris, 1932, p. 330-331 ; Cornelius Zantfliet, op. cit., col. 359.

19 Enguerran de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 3 p. 168 : ledit dauphin avoit esté empoisonné par aucuns de ceux qui adonc gouvernoient le roy pour tant que icellui estoit fort alyé au duc de Bourgogne comme son frere precedent, l’ont empoisonné les dessus dits rapineurs pour la mesme raison qu’ils empoisonnerent notre seigneur tres redouté son frere (cité par Yann Grandeau, « Le dauphin Jean de Touraine (1398-1417) », Bulletin philologique et historique, 1968, no 2, p. 665-722, p. 721). Voir aussi Clément de Fauquembergue, Journal, éd. Alexandre Tuetey, Paris, 2 vols, 1903-1910, t. 1 p. 32 ; Chronique du Religieux de Saint-Denis, op. cit., XXXVII, 11, t. 6 p. 60 ; Journal d’un bourgeois de Paris, éd. Alexandre Tuetey, Paris, 1881, réimpr. Genève-Paris, 1975, et éd. Colette Beaune, Paris, 1990, p. 132.

20 Jacques du Clercq, Mémoires, op. cit., III, 4 et 5, p. 618-619 de l’éd. Joseph François Michaud et Jean Joseph François Poujoulat, Paris, 1837 ; Jean Chartier, Chronique de Charles VII, éd. Auguste Vallet de Viriville, Paris, 3 vols, 1858, chap. 256 et 269 ; Matthieu d’Escouchy, Chronique, éd. Gaston du Fresne de Beaucourt, Paris, 3 vols, 1863-1864, t. II, p. 284 puis 289. Thomas Basin, Historia Karoli septimi, éd. Charles Samaran, Paris, 2 vols, 1933-1944, v, 23, t. 2 p. 283-287.

21 Thomas Basin, op. cit., 21, t. 2, p. 277-279 ; Philippe de Commynes, Mémoires, éd. Joel Blanchard, Paris, 2001, VI, 6, p. 450 et VIII, 20, p. 643.

22 Ludovic Ipcar, Louis XI et ses médecins, Paris, 1936, p. 56-57, publie une lettre des serviteurs du dauphin présents à la cour qui donne l’exacte origine du mal royal. L’examen récent (en 2004-2005) des restes de la Dame de Beauté par une équipe de spécialistes de paléopathologie a permis de retrouver des traces de mercure sur ses phanères (cheveux, poils, sourcils) mais l’usage de ce produit serait d’origine médicale et non criminelle.

23 Thomas Basin, Historia Ludovici undecimi, éd. Charles Samaran, Paris, 3 vols, 1963-1972, III, 4, t. 2 p. 32-40.

24 Id., 16 et IV, 2 t. 2 p. 116-118 et 130-134 ; Jean de Roye, Chronique scandaleuse, éd. Bernard de Mandrot, 2 vols, 1894-1896, t. 2 p. 281.

25 Jean de Roye, op. cit., t. 1 p. 303-309.

26 Id., t. 2 p. 30.

27 Diebold Schilling, Luzerner Bilderchronik, éd. de 1513 chez Robert Durrer, Paul Hilber, réimprimée en fac-similé, Genève, 1932, fo 169 v. Dans le Journal de Jean Foulquart (Reims, Bibl. mun. 1630, fo 62v) figure la mention de la rumeur qui courait du désir d’empoisonner le roi prêté à certains.

28 Anne-Hélène Allirot, « La “male royne boiteuse” : Jeanne de Bourgogne », dans Royautés imaginaires (XIe-XVIe siècles), actes du colloque de l’université Paris X-Nanterre, Colette Beaune et Henri Bresc, dir., 26-27 septembre 2003, Turnhout, Brepols, 2005, p. 119-134.

29 Voir Franck Collard, « Venenosa mulier coronata. Variations sur le thème de la reine empoisonneuse dans l’Occident médiéval », in Reines et princesses au Moyen Âge, Actes du Ve colloque du CRISIMA (Montpellier, novembre 1999), Marcel Faure éd., Montpellier, 2001, p. 304-322 et Geneviève Bührer-Thierry, « La reine adultère », Cahiers de civilisation médiévale, 35-4 (1992), p. 299-312. Sur Aliénor et sa légende noire, voir en dernier lieu la biographie de Jean Flori (Aliénor d’Aquitaine, Paris, Payot, 2004).

30 Franck Collard, op. cit.

31 Chronique du Religieux de Saint-Denis, op. cit., t. 1 p. 632-635.

32 Franck Collard, « D’Henri VII à Sigismond de Luxembourg… », op. cit.

33 Idem.

34 Recueil de pièces servant de preuves aux mémoires sur les troubles excités en France par Charles II, dit le Mauvais, roi de Navarre et Cte d’Évreux éd. Denis-François Secousse, Paris, 1755, p. 378.

35 Chronique du religieux de Saint-Denis, op. cit., XXVIII, 34, t. 3 p. 760.

36 Livre des Trahisons de France envers la maison de Bourgogne, éd. Joseph Bruno Marie Constantin Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1873.

37 Le Pastoralet, éd. Joseph Bruno Marie Constantin Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1873, p. 639.

38 Thomas Basin, Historia Ludovici xI, op. cit., p. 35 et III, 5.

39 Preuves des mémoires de Philippe de Comines, éd. Nicolas Lenglet du Fresnoy, Paris, 1747, p. 199-200.

40 Jean de Roye, op. cit., p. 303-309 de l’éd. Bernard de Mandrot.

41 Thomas Basin, op. cit., t. 2, p. 134.

42 Honorat Bovet, L’apparicion de Jehan de Meun, éd. Ernest Nys, Bruxelles, 1883, p. 11.

43 Martin Kintzinger, « Maleficium et veneficium. Gewalt und Gefahr für den Fürsten im französischen Spätmittelalter », in Königliche Gewalt-Gewalt gegen Könige. Macht und Mord im spätmittelalterlichen Europa, éd. Martin Kintzinger et Jörg Rogge, Berlin, 2004, p. 71-99.

Auteur

Université de Paris Ouest Nanterre

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540