Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Familles royales

 | 
Christiane Raynaud

Un profond renouvellement

Famille royale et réforme dans les écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins

Hervé Lebègue

Texte intégral

  • 1 Jean Gerson, Œuvres complètes, Palémon Glorieux, 10 vols, Paris-Tournai, 1960-1973.
  • 2 « La tyrannie qu’il combattait était une tyrannie passive, une tyrannie du consentement, une tyrann (...)

1Depuis des siècles, on prônait la morale aux rois de France. Dans son grand sermon Vivat rex de 1405, Jean Gerson expliquait à Charles VI que Par deffault de justice, royaulme se transporte d’une gent et d’une lignée en aultre1. En 1440 encore, Jean Juvénal des Ursins exhorte Charles VII à mettre fin à la tyrannie de l’insuffisance2,

  • 3 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 319.
  • 4 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 375.

il semble que vous dormiez et que mectez a non chaloir les maulx que seuffre vostre peuple3, … se ne le faictes, vostre maison est taillée de subvertir et de changer seignorie ; laquelle chose devez fort craindre, car tout le contraire se fait aujourd’hui dans vostre royaulme4.

2Il recourt aux auctoritates :

  • 5 Id., p. 385.
  • 6 Id., t. III, p. 19.

Monsr. saint Augustin dit que deux choses sont neccessaires, conscience et renommee, bonne conscience pour soy mesme, renommee pour son prouchain5… La réformation du royaume demeure le but à atteindre tant poursoi-même, pour apaiser Dieu, que pour affermir les Valois sur le trône de France6.

  • 7 Id., t. I, p. 398.

3Pour cela, il faut ramener la paix, car par guerre, quelque qu’elle soit, on en puisse estre delivré des maulx que nous souffrons, c’est chose comme impossible et non creable, mais par paix trop bien7.

  • 8 Id., p. 411.

4La division des princes est l’autre fléau responsable des malheurs, inséparable de la guerre : je pense plus largement a damner lesdictes divisions comme estant cause de la destrucccion de ce royaulme8. Le discours de Jean Juvénal sur les princes et les parents du roi dans Loquar in tribulacione et les faits qu’il nous rapporte permettent de saisir combien ils sont un obstacle à la réformation du royaume et en même temps, un atout pour le roi Valois.

5La première partie de notre communication porte sur un essai d’interprétation de deux fictions littéraires extraites de l’épître Loquar in tribulacione qui,sur le mode de la fable animalière, abordent le délicat sujet de la Praguerie. Dans un second temps, nous envisageons à travers cette œuvre la représentation des princes et des parents du roi, dans un portrait collectif puis à partir d’annotations individuelles.

Autour de la Praguerie, un essai d’interprétation de deux fictions littéraires

6Le manuscrit fr. 5 022 de la Bibliothèque Nationale de France de Paris du texte Loquar in tribulacione date probablement du milieu du XVe siècle. Il a servi à l’établissement du texte critique par Peter S. Lewis et représente 27 feuillets (format 20,75 x 29 cm). L’épître se partage en trois points. Dans le premier, il rapporte les maux que les ennemis et les gens du roi ont commis et commettent mais assure Charles VII de la loyauté de ses sujets. Le deuxième point déplore la tyrannie de l’insuffisance, Exurge, quare obdormis, domine ? et exprime les rancunes du porte-parole du Beauvaisis, avec un intérêt certain pour le concret. C’est dans cette partie centrale que se situent les deux fictions animalières. Le dernier point s’inscrit dans le débat « ou paix ou guerre ».

  • 9 Id., p. 301.

Je, Jehan Juvenal des Ursins, povre et indigne evesque et conte de Beauvais, considerant l’assemblee qui se fait de present à Orlians, ou il a pleu au roy notre souverain seigneur assembler les trois estats de son royaulme pour avoir advis se c’est chose a luy honnorable et prouffitable de entendre à certain traictié de paix ouvert par les ambassadeurs de luy et du roy d’Angleterre son nepveu et ennemy vers les marches de Calais, j’ai deliberé de faire une maniere de espictre adressant au roy9.

  • 10 Id., p. 308.
  • 11 Id., p. 346.
  • 12 Id., p. 295, n. 1.
  • 13 Idem.

7L’indication de temps et de lieu par laquelle Juvénal introduit son texte Loquar intribulatione laisse à penser qu’il l’a rédigé pour les États de Langue d’oïl assemblés à Orléans en octobre et novembre 1439. D’autres indications chronologiques essaimées dans le texte nous confortent dans l’idée que l’assemblée de 1439 était déjà passée : l’holocauste de l’église de Lihons-en-Santerre de février 144010, les lettres de Charles VII du 24 février 1440 aux habitants de Reims11. Pour faire bref sur la datation approximative du texte, on suivra Peter S. Lewis qui suppose qu’il a été élaboré à partir d’une épave d’un discours préparé en 1439 par Jean Juvénal12, peut-être lu par son frère Jacques Jouvenel des Ursins dans le débat formel, ou paix, ou guerre aux États d’Orléans, puis retravaillé à plusieurs reprises au moins jusqu’à la fin février1440 comme l’attestent les insertions de notices d’actualité les plus récentes. Plus sûrement, il faut voir ce discours dans la forme où nous le possédons, écrit à l’intention de l’assemblée des États à Bourges que l’on espérait encore vers la fin de février 144013.

Le contexte de rédaction

  • 14 Cet épître est postérieur à août 1445 et destiné à conseiller son frère Guillaume dans son nouvel o (...)

8Dans un épître postérieur14, Jean Juvénal des Ursins évoque ainsi le contexte de rédaction de Loquar in tribulacione :

  • 15 On s’employait tant en France qu’en Angleterre à des négociations de paix. Durant l’été 1439, des p (...)
  • 16 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 523.

Moy estant a Orlians au faict des tois estats15 […] je en commencé et depuis achevé une manière d’eppitre ; pour lequel temps j’étoye bien troublé, pour ce que ou fait de la guerre ne en la conduite d’icelle n’avait rime ni raison, mais que toute tirannye, et que j’estoye ou feu de la guerre, c’est à savoir a Beauvais, qui était en voie de perdition16.

  • 17 Id., p. 302.
  • 18 Idem.
  • 19 Gilles le Bouvier, dit le héraut Berry, Les Chroniques du roi Charles VII, édition Henri Courteault (...)
  • 20 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 295 et ss.
  • 21 Cf. les memoranda publiés par Christopher Thomas Allmand, « Documents relatings to the Anglo-French (...)
  • 22 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 371 et ss., Exurge, Domine, adiuva nos.

9Évêque de Beauvais17 depuis le 29 janvier 1432, il se retrouvait de fait « en terre de frontière », dans ces territoires regagnés depuis peu à l’autorité du roi valois mais harcelés par l’ennemi, car a Beauvais tous les jours je suis en dangier et peril de ma personne, ou de mort ou de prinse18. Gilles le Bouvier dit le héraut Berry nous a laissé un récit presque officiel de l’assemblée d’Orléans, laquelle matiere et les paroles dites oudit conseil seroient trop longues a escripre19. C’est à Jean Juvénal qu’il reviendra de les écrire à travers Loquar in tribulatione20. On sait que les Anglais débattaient par écrit21, Jean Juvénal procéda de même, au moins pour le troisième point de son épître22.

  • 23 Id., t. III, p. 63.

10Dans la deuxième partie du second point de son épître, l’évêque de Beauvais exhorte le roi à sortir de sa torpeur, à ne pas repousser la loyauté de ses sujets. Cette partie, Exurge ; Domine, quare obdormis ? Exurge, ne repellas in finem, est située précisément au centre d’une œuvre au demeurant bien structurée23. C’est là qu’interviennent deux exercices littéraires.

Les deux fictions littéraires

  • 24 Id., t. I, p. 330-345.

11L’un met en scène une allégorie de l’élection de Pharamond24. C’est assavoir que ou pais du royaulme de France avoient seigneurs moult puissans ou temps passé, avant qu’il y eust roy. Quatre dames ayant chacune un fils gouvernaient mais

  • 25 Id., p. 330-331.

avoient ces enfans cy l’un envers l’autre tres forte et aspre guerre, tellement qu’ilz destruisoient l’un l’autre, et ne povoient l’un sur l’autre faire aucune conqueste, et vindrent a cest inconvenient que en tous leurs pais ne regnoient que tirannie, pillerie et roberie, ainsi terrible et inhumaine comme elle regne aujourdhuy25.

  • 26 Id., p. 343.
  • 27 Id., p. 345.

12Aussi sent-on la nécessité de se choisir un roi, garant de la paix. Les candidats ne manquent pas, qui sont les fils des quatre dames, Sapience, Prudence, Puissance, Pacience : respectivement Dico, Duco, Facio, et Fero. Et chacun de faire valoir ses vertus, mais lequel roy auroit lesdictes quatre dames, et devroit avoir toutes ensemble et non mie l’une sans l’autre26. Le candidat idéal est trouvé dans la personne du duc de Lutesse, Pharamond. Passons sur l’arbitrage qui incombe à douze pers,… quasi pares in iuribus ut rex Franciae ou sur le conseil de cent personnes comme senateurs qui cognoistroient de tous ressors […] qui se nommeroit Parlement27, sans oublier une évocation appuyée à la loi salique… Une véritable généalogie des institutions du royaume qui trouvaient donc leur origine dans les querelles des seigneurs ! L’institution monarchique avait été fondée pour mettre fin au désordre féodal.

  • 28 Cet escript semble lui-même relever de la fiction, tout comme celui de Pharamond que Jean Juvénal n (...)
  • 29 Id., p. 346-347.
  • 30 Idem.
  • 31 Idem.
  • 32 Id., t. III, p. 172.

13Cette première fiction est presque immédiatement suivie d’une contribution originale et complexe au canon du Roman de Renard. Pour que le roi ne s’endorme pas dit Jean Juvénal, je reciteray une petite ficcion que j’ay trouve en escript28 parlant de bestes, entre lesquelles eut moult grand division et debat, specialement entre celles qui mangoient chair et herbe. Là encore, il s’agit de savoir qui sera roi, du cerf ou du lion, et pour abreger fut deliberé et ordonné que le lyon seroit roy, comme la plus puissante beste et mielx taillee de exercer et garder justice, et icelle executer entre ses subjetz29. Le roi ordonne ses officiers parmis les bêtes, tant de celles qui mangoient herbe comme de celles qui mangoient char tel le serpent qui estoit prudent et sage et qui ne craignoit point les autres bestes et si avoit en soi hardie execucion pour le fait de sa justice30, ou d’autres bestes mangeant herbes, auquelles il bailla aussi certaines parties de pais pour y avoir les seignories ressortissans a luy31. Il serait hasardeux de chercher derrière chaque acteur de la fable un personnage historique, la petite fiction des bêtes, sans doute plus claire au moment de la Praguerie, est devenue aujourd’hui totalement hermétique32. Mais

  • 33 Id., t. I, p. 347.

au plus pres de luy il retint ses parens, comme le liepard et autres pareilles bestes vivans de char. Et n’y estoit pas oublyé maistre Regnart, qui se mesloit de toutes choses, et ne parloit de riens sinon de trouver moyen comme le peuple du roy de tous estas pourroit estre mengié, pillé et robé par aidez, taillez et autres semblables manières ; et tellement que les bestes mengans herbe et la terre furent diminuees de toutes choses33

14S’il est clair que les bestes mangans char désignent les parents du roi, les princes, les bestes mangans herbe sont plus difficiles à cerner, englobant à la fois le peuple de tous estas, les conseillers du roi, voire même certains princes que Juvénal renonce à ranger parmis les carnassiers, tel le serpent qui estoit prudent et sage, et ne craignoit point les autres bestes.

  • 34 Id., p. 348.
  • 35 Id., p. 349.
  • 36 Id., p. 350.
  • 37 Id., p. 348.
  • 38 Id., p. 351.

15Renard dessert par ses intrigues auprès du roi le serpent et les autres bestes mangans herbe qui sont finalement exilées de la cour sous couleurs d’ambassades, avec interdiction d’y reparaître et qui, moult esbahis de leur disgrace, s’acquittent cependant loyalement de leur mission, et plusieurs fois se assemblèrent pour y pourvoier, plus pour l’amour de la chose publicque que pour eulx34. Là encore, l’attitude des représentants de la gente herbivore, soucieux du bien public tranche avec la cupidité des bestes mangans char estant au roi, ses parents donc, qui s’en alerent devers le bœuf (le peuple) et le gouvernerent en telle manière que ne luy demoura oncques que les os35. Renard dissuade ceux qui espéraient se justifier aux yeux du roi en les assurant que celui-ci les haioit de mort puis s’essaie à mectre division entre eulx et les voulait faire comme roys36 tout en dénonçant au lion celui d’eulx qu’il ne tachast a etre aussi grant que luy, et se mestier estoit a estre roys ou eulx tenir si grans que ils ne luy feroient service ne obeissance37. Finalement, informé par un témoignage que c’estoit ceulx qui estoient autour de luy qui destruisoient et mangoient tout, et le regnart en estoit facteur38, le roi décide de punir Renard, le principal instigateur de ces troubles.

  • 39 Id., p. 347.
  • 40 Id., p. 351.

16À quatre reprises, les parents du roi sont mentionnés : ses parens et autres bestes vivans de char, les bestes mengans char estant au roy, ceulx qui estoient autour de luy et pour conclure la fable, il envoya tous ses parens les ungs en leur paiz, les autres es frontières. Ainsi, le rôle de la parentèle royale se résume à mangié, pillé et robé par aidez, taillez et autres semblables manieres le peuple du roi, à tromper ce dernier de faux conseils, à se diviser, et par dessus tout à ne pas craindre son autorité, laissant supposer des refus de service ou d’obéissance. Le lion avait été choisi comme roi précisément car il feroit mielx justice, et feroit faire jusques a effusion de sang et de mort, et qu’il y auroit plusieurs bestes qui n’eussent craint ne doubté le cerf ne ses aliez et puissance39. Mais au bout du compte, il retint devers luy bestes non estans de son sang, lesquelles le craignoient et mist sa justice sus, tellement que son royaume fut repeuplé40. On ne saurait mieux dire que ceux de son sang font peu de cas de son autorité.

  • 41 Idem.

17Pour recouvrer pleinement son pouvoir, le prince doit renvoyer ses parents dans leurs terres ou aux frontières. La fin des divisions et le rétablissement de l’autorité monarchique passent par l’éloignement du lignage du roi : Et au regard du surplus, il envoya tous ses parens les ungs en leur paiz, les autres es frontieres41.

  • 42 Gaston du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, 1881-1891, t. III, p. 65.
  • 43 De manière plus ou moins explicite, Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 346, 354, 396, 428.
  • 44 Le mouvement est dès le début baptisé Praguerie par les contemporains, par similitude avec les évén (...)
  • 45 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 346, 396, 428.

18La rédaction de Loquar in tribulacione, si l’on retient l’hypothèse d’une écriture entre octobre 1439 et février 1440, est contemporaine d’une grave crise politique que l’on retient sous le nom de Praguerie. À Orléans déjà, le roi et son conseil, d’après les députés d’Amiens à l’assemblée ne vaurent déterminer aucune chose pour ce fere. On disait que monseigneur le doffin n’estoit present ; et fu dit de par le roy que nouvelle assemblee se feroit au premier jour de fevrier, ou seroit ledit monseigneur le doffin, pour sur ces choses, avoir advis42. Jean Juvénal évoque l’épisode de la Praguerie de 1440 à plusieurs reprises dans Loquar in tribulacione43 où le terme n’est jamais employé, bien que contemporain44. Ceux de votre sang et lignage, vos parents, dit-il au roi dans les multiples insertions qui évoquent l’événement45.

  • 46 Doctor utriusque, cf. Bernard Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le baillage de Senlis à la (...)

19Les deux fictions sont clairement articulées autour de la mention sans équivoque de l’événement. Chez un auteur qui a conservé de sa double formation de théologien et de juriste46 le goût de la construction rigoureuse du discours, ce n’est pas anodin. L’évocation d’une lettre du roi s’intercale comme en éclaircissement des deux fables :

  • 47 À cette date, Jacques monseigneur (mentionné t. I, p. 81) est mort (en 1437) et Charles de Guyenne (...)
  • 48 Id., p. 346.

une lectres qu’il vous a pleu a envoyer faisant mencion de une assemblee que on dit avoir été faicte de mon tres redouté seigneur monseigneur le dauphin votre seul et unique filz47 et autres voz parens dont vous avez prins desplaisance, en nous mendant a moi et a mes povres subgetz que a lui ne a ses aliez ne voulsissons donner aucune faveur48.

  • 49 Durant l’hiver 1439-1440, cf. Gaston du Fresne de Beaucourt, op. cit., p. 529-530.
  • 50 Lettres du roi aux habitants de Reims du 24 février 1440, citées par Guy Dufresne de Beaucourt, op. (...)

20Le roi évoquait-il l’assemblée de Blois49 ou bien de Niort, où les princes et les féodaux se réunirent autour de projets de rébellions ?Dès février 1440Charles VII intimait l’ordre à ses bonnes villes de refuser toute allégeance au dauphin50.

  • 51 Id., t. I, p. 354.
  • 52 Par la campagne dirigée par le roi et le connétable Arthur de Richemont, pour l’essentiel en Poitou (...)

21Si comme l’évêque de Beauvais, l’on considère qu’en 1440 l’urgence est en terre de frontière, sa remarque au roi paraît fondée : ce que vous allez en Poictou et Berry nous esbahit car vos ennemis sont fors deça51. Rapporté à la Praguerie, on devine la hâte du pouvoir royal de fondre sur les rebelles pour les réduire au plus vite52. Cela pose le problème de la perception de l’événement chez Jean Juvénal. Il ne semble pas remarquer la spécificité du soulèvement, l’assimilant à une querelle entre princes, telle qu’il la dépeint dans ses fables ou lorsqu’il l’évoque clairement :

  • 53 Peter S. Lewis, op. cit., p. 396.

Et se ilz sont aiséz a eulx diviser il appert assez par unes lectres que naguerez avez escriptes en ceste ville, de certaine separacion que ont fait de vous, comme vous escripsiez, mon tres redoubté seigneur monsr. le dauphin et autres ducs et contes de vostre sang et lignage ; et je me passe brief de cette matière au regard de ce point, qui est fort a doubter53.

  • 54 Id., p. 428.
  • 55 Principalement le connétable de Richemont, mais encore Bernard d’Armagnac ou Charles du Maine parmi (...)
  • 56 Id., t. I, p. 346.

22Dans une métaphore physiologique où il évoque le corps malade de la chose publique, qui vouldroit prendre la separacion des os, on le pourrait prendre en ceulx de votre sang mesme, qui aucunes fois par envies et autrement se separent de vous54. Que certains proches du roi, des parents soient auprès de lui pour l’inciter à réprimer énergiquement la révolte55 ne paraît à notre auteur qu’une preuve de leur duplicité : car il semble que ce ne soit que par envie que aucuns de voz parens ont de estre emprés de vous, et pour vous esveiller56.

  • 57 Son interprétation lénifiante (plusieurs inconvénients) de la révolte nobiliaire contre le pouvoir (...)
  • 58 Peter S. Lewis, op. cit., t. III, p. 69 et n. 17.
  • 59 Id., t. I, p. 370.

23En admettant une date ultime de rédaction de Loquar in tribulatione vers la fin février 1440, quand éclate la révolte de la Praguerie, Jean Juvénal des Ursins n’avait pas le recul historique nécessaire pour en connaître tous les éléments puisque la paix de Cusset est de juillet 144057. Mais quel pouvait être le degré d’information dont disposait un povre et indigne evesque en ville de frontière, si loin de la cour58 ? Évoquant ailleurs la question plus large de la paix ou de la guerre, Jean Juvénal convenait de son povre petit et faible advis de ce que avez a faire, auquel je ne dis mie que vous devez arrester, car vous avez de trop et plus notable conseil que n’est le mien59.

  • 60 Id., p. 352.
  • 61 Id., p. 476.
  • 62 Id., p. 481. Allusion à Arnaud de Corbie, chancelier de France, un de ces marmousets dont le souven (...)

24Certaines vérités n’étant pas bonnes à dire, même sous forme d’une fable, Jean Juvénal s’empressait, aussitôt sa fiction terminée, de rectifier par des propos lénifiants : Hélas, sire, je ne veulx mie dire que vos parens ne soient bons et loyaux envers vous, mais entre eulx a tres grans envies, dont viennent plusieurs inconveniens, et quant vous les aurez mis hors tout cessera60. Dans l’épître, A, a, a, nescio loqui adressée à son frère le chancelier, il rappelait que nous avons eu ung pere, dont Dieu ait l’âme, qui estoit ung tres mauvais dissimuleur…61 ce qui lui coûta cher ad fin que vous garder resister a la voulenté de ceulx qui seront a la court ; […] et vault mieux avoir pacience et dissimuler […] que estre trop ferme et perdre son estat et ceste maniere tenoit messire de Corbie62.

25Il rajoute quand même :

  • 63 Id., p. 352.

Et n’ay mis ladicte ficcion que j’ay trouvé ailleurs recitee, sinon pour vous eveiller et monstrer la destruccion de vostre seignorie, et que vous ne croyés nul regnars comme mauvaiz raporteurs, flateurs, vaneux ; et s’aucuns en y a, soient escorchés, et mectez justice sus, et votre seignorie se ressoudra63.

Entre représentations et réalités : portraits collectifs et individuels des princes et parents du roi

  • 64 Id., p. 308.
  • 65 Id., p. 327.
  • 66 Id., p. 328 le sens ambigu de ce passage vient d’une transcription littérale des Écritures, Vulg., (...)
  • 67 Id., p. 353.
  • 68 Id., p. 355.
  • 69 Id., p. 403.

26Les Anglais, vos ennemis sont les premiers responsables des maux, mais non les seuls, car quelques tirannies que les ennemis facent encores les font voz gens aussi terribles, et trop plus, tout consideré64. Les allusions au rôle des gens du roi, des princes et parfois explicitement de ses parents parsèment l’épître Loquar in tribulatione : Hélas, sire, ceulx qui meinnent vostre peuple, tirannisent et destruisent ne dorment pas…65 ; ceulx qui excercent les tirannies et fornicacions que ilz font, et en icelles dorment avec vostre dicte seignorie…66 ; voz ennemis tant anciens que domestiques…67, noz ennemis et tes gens qui monstrent tous signes de nous hair mortellement, détruisent tout, pillent et robent68. Voz gens est l’expression qui revient le plus fréquemment, elle est assez vague pour désigner à la fois des simples gens d’armes jusqu’aux parents du roi. Certains passages sont cependant assez explicites pour qu’on y devine les princes et autres parents. Dans la troisième partie du dernier point de son exposé, Jean Juvénal prend partie pour la paix et examine que toutes choses neccessaires a faire guerre defaillent69.

  • 70 Id., p. 408. Lors de son séjour à la cour de Charles VII, le comte d’Armagnac Jean IV, parent du ro (...)

La IIe chose qui vous deffault et qui est neccessaire a guerre c’est discipline de chevalerie, obeir a ung chief et ceulx que ordonneriés, et que voz gens feissent bonne œuvre et non mie pechiés enormes, et qu’ils fussent ensemble en bonne amour, union et concorde, et que en ce ilz perseverassent ; lesquelles choses defaillent car il n’y a discipline de chevalerie ne obeissance, ne foy, ne loyaulté, amour ne concorde ensemble, ne aucune perseverance en bien, mais tout le contraire. […] Helas, a vous n’a quelque obeissance ou discipline, a vous mesme ne obeissent point, ne a vostre connestable, je leur ay autresfois ouy dire que a luy ne a vos mareschaulx n’obeiront ja, et naguerez en a esté prins ung qui est mort es mains de ung de voz cappitaines70.

27Plus grave encore, la division des princes est cause de la perdition du royaume :

  • 71 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 411

Et en oultre en eulx, voire encore es princes, n’a d’amour ne union aucune ; et par la division des princes, en la plus grant partie, est ce royaulme en l’estat ou il est. Et encores de present dit on qu’il y a aucune division dont aucunement a esté parlé, qui serait chose piteuse et taillee de estre cause de la totale subversion de ceste seignorie, et de la perdition d’ycelle71.

28Pour remédier à cela, il faut employer les princes à la guerre étrangère.

  • 72 Id., p. 390. Respectivement les ducs Philippe le Bon, (1419-1467), Charles 1er de Bourbon, duc de B (...)
  • 73 Une des idées à laquelle tenait Jean Juvénal, se faisant le propagandiste des droits du roi Valois (...)
  • 74 Id., t. I, p. 395.

29L’idée de mettre ses parents hors, c’est-à-dire à la fois hors de la cour et en frontière, revient dans le troisième point : Quels seigneurs avez vous de vostre sang et lignage comme messrs. de Bourgongne, de Bourbon, de Bretaigne, de La Marche, d’Armenarch, Fouez, il n’y a celluy qui ne soit puissant de confondre voz ennemis ; mectez les sus, et vos ennemis ne leur sera que ung desjeuner72. Et de conseiller l’invasion de l’Angleterre73. Ou bien la guerre que vous avez occuppe voz princes et voz barons tellement que a paine auroient-ils le loisir de eulx diviser. Se avez paix aux Anglois ilz se diviseront74. Jean Juvénal des Ursins est parfois difficile à suivre : faites paix pour tenir vos parents, dit-il en substance au roi, … mais s’ils sont désœuvrés par la paix, ils se diviseront.

30Les références nominales à la parentèle royale sont relativement rares dans le texte, en comparaison des mentions impersonnelles déjà évoquées. On peut les classer en plusieurs catégories :

  • les parents du roi en ligne direct, ascendants et descendants

  • les princes français issus du sang royal ou apparentés

  • les princes étrangers, essentiellement anglais.

  • La parenté symbolique autour du roi.

Les parents en ligne directe

  • 75 Id., p. 377, 388-389, 394.
  • 76 Id., p. 395.
  • 77 Id., p. 312.
  • 78 Id., p. 346, 396.
  • 79 Id., p. 323, 352, 370.
  • 80 Jacques Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440). Étude (...)
  • 81 Marie Thérèse Caron, Noblesse et pouvoir royal en France XIIIe-XVe siècles, Paris, Armand Colin, 19 (...)

31Vos prédécesseurs sont cités sans plus de précision quatre fois pour mettre en avant des qualités de clémence envers le pauvre peuple, de constance dans la sauvegarde de leur seigneurie, de vaillance face à l’ennemi75. Vos successeurs n’apparaissent qu’une fois, pour signifier à Charles VII qu’ils ne seraient pas tenus par une aliénation de la Normandie aux Anglais76. Nostre tres redoubté et souverain seigneur votre père n’est retenu que comme repère chronologique puisque depuis sa mort, la valeureuse cité de Beauvais a su résister à l’ennemi77. Mon très redouté seigneur monsr. le dauphin est évoqué à deux reprises, pour sa separacion d’avec le roi, dans le contexte de la Praguerie78. Les récurrences les plus importantes concernent Charles V, le roy Charles vostre ayeul, le bon roy Charles vostre ayeul, Charles le sage, qui savait écouter et s’informer des doléances de ses sujets, retenait leurs noms, états et origines, les réconfortait ; qui savait tenir ses frères éloignés de sa cour, et quant ilz le venoient veoir, il leur donnoit quelque mil escus pour eulx en retourner ; qui savait oublier les offenses faites au dauphin et avait pardonné aux Parisiens non obstant qu’ilz luy eussent fait beaucoup de déplaisir79. Les prédécesseurs apparaissent non seulement comme le miroir du prince80, que le roi peut apprendre dans les Chroniques de France, chargés de toutes les vertus, mais ils dessinent comme l’antithèse du roi Charles VII. Charles V est le modèle du souverain qui a su faire régner l’ordre. Christine de Pisan avait déjà fait de son règne presque l’égal de celui de monseigneur Saint Louis81.

Les princes français issus du sang royal

  • 82 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 313.
  • 83 Id., p. 325-326.
  • 84 Id., p. 282 à 293.
  • 85 Id., p. 432.
  • 86 Id., p. 392-393, Jean VI, comte d’Aumale, lieutenant du roi, défait les Anglais du duc de Suffolk à (...)
  • 87 Peter S. Lewis, op. cit., p. 394.
  • 88 Idem.
  • 89 Une brève mention, op. cit., p. 432.
  • 90 Par exemple concernant le clan des Angevins, dont on sait par ailleurs l’importance dans l’entourag (...)

32Le degré de parenté royale n’est jamais exprimé pour eux, bien que tous les seigneurs ici nommés soient issus de son sang et lignage. Le duc de Bourbon fait son apparition à Beauvais, accompagné de foison de gens de guerre82. Le roi s’engage à ordonner provisions pour Beauvais et mandate le comte d’Eu, mais celui-ci ne peut agir contre les pillages, avouant à Jean Juvénal alors évêque de la ville que le roi n’a pas pourvu à sa mission83. L’auteur connaissait particulièrement ce prince pour l’avoir reçu peu avant dans sa bonne ville (1438 ?) en sa qualité de comte-évèque et lui avoir adressé un éloge qui n’était pas seulement convenu : proposicion … par devant… le conte d’eu84. Parmis messrs. De Bourbon, de Bretaigne, de La Marche, d’Armenach, Fouez, il n’y a celluy qui ne soit puissant de confondre voz ennemis ; mectez les sus, et vos ennemis ne leur sera que ung desjeuner…85 ; autant d’hommages à la valeur de ces princes… pareillementde la besongne de la Gravelle que fist monsr d’Aumalle, et plusieurs autres qui seroient longues a desclairer86. Quant au duc d’Alençon, contes, barons et nobles dudit pais, qui vous ont si grandement servy87 ils sont mécontents du projet de cession de la Normandie, et le vous ont desja dit expressement88. Cette possible allusion à la Praguerie n’enlève rien à la reconnaissance des services rendus au roi. La discrétion de Jean Juvénal sur le duc de Bourgogne89 renvoie à des silences encore plus éloquents90.

  • 91 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 421-422.
  • 92 Nicolas Offenstadt, Faire la Paix au Moyen Âge, Odile Jacob, Paris 2007. Pour être libre, Charles d (...)

33C’est à propos des pourparlers de paix engagés à Calais que Jean Juvénal se fait le plus prolixe. Et le ton, qui n’est plus à la dénonciation mais à la plaidoirie est ici tout autre. La quarte considéracion si est veu le contenu en la cedule qui a esté faicte a Calais par Madame de Bourgongne et monsr. d‘Orléans, laquelle semble honnorable pour vous et votre seignorie91. La paix au Moyen Âge est affaire de famille92. Il incombe aussi aux parents de négocier la libération et la rançon des prisonniers. Ce que Jean Juvénal rappelle au roi.

  • 93 Manière de rappeler que c’est pour le bien du roy et de sa seignorie que Charles d’Orléans fut fait (...)
  • 94 Peter S. Lewis, op. cit., p. 424. Charles de Berry, second fils survivant de Charles VII ne naîtra (...)

Le IIIe point de la dite cedule si est que monsr. d’Orleans, prisonnier du roy d’angleterre, sera par ce moyen mis hors et a plaine délivrance et quite de sa foy et prison, sans riens paier, excepté despens raisonnables. Helas, sire, considerez la grant charité que vous ferez de delivrer vostre cousin germain, qui si longuement a esté prisonnier pour le fait de la chose publique de vostre royaume93, c’est assavoir XXV ans, lequel est la tierce personne de ce royaulme, car après vous et monsr. le dauphin vostre filz, c’est le plus prouchain de la couronne94.

  • 95 Présent à Oye en juillet 1439, le duc d’Orléans négocie directement sa libération avec sa parente, (...)
  • 96 Peter S. Lewis, op. cit., t. III, p. 56.

34Ce soutien appuyé à Charles d’Orléans peut s’interpréter comme une clause rhétorique : le duc négociait pour la paix95, Jean Juvénal plaidait pour la paix, tous deux se retrouvaient. C’est aussi un service que l’avocat du duc d’Orléans rendait à son patron96.

  • 97 Id., t. I, p. 424.

Se il n’y avoit donques que sa delivrance, qui est ung si vaillant seigneur, reputé sage, prudent et preudomme en toutes manières dont vous et le royaulme serez fort apuiez et sous tenus[…], or regardent gens d’entendement se monsr. d’Orleans vault point Harfleu ? il n’est doubte que il vaut trop mielx ; et ne devroit on pas plaindre dix Harfleu pour ravoir untel prince comme il est97.

35Ses efforts furent vains, mais grâce au parti de la paix d’Angleterre, Charles d’Orléans était de retour en France en novembre 1440. Sa participation aux révoltes ultérieures fut en partie conduite par une rancune qu’il gardait au roi qui ne l’avait pas aidé.

Les princes étrangers

  • 98 Henry V, cf. Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 308, 323, 385, 387.
  • 99 Id., p. 301, 400, 432.
  • 100 Id., p. 390-391.

36Le roi d’Angleterre Henri Vest suivi de l’épithète vostre ennemi, ou votre adversaire, le roy Henry derrenier mort98. Il n’est jamais fait mention d’un degré de parenté avec Charles VII, alors qu’Henry VI est qualifié de son neveu et ennemy, il est vostre neveu, vostre nepveu et espoir gendre, (comme) son vassal99. Il est vrai que le contexte de négociations de paix se prête à ménager le roi régnant d’Angleterre. Les frères du roi Henry V, les ducs de Bedford et de Clarence sont évoqués, pour le plaisir de rappeler qu’ils sont venus mourir en France, ainsi que moult de notables princes, chevaliers, escuiers, et foison de peuple. Si Talbot est aussi là, c’est pour dire sa vaillance mais ilz n’ont de present que ung seigneur […] se n’est que ung simple Baron, et y en a de plus grans en vostre royaume100 ! Comment les Anglais pourraient-ils gagner la guerre quand ils n’ont qu’un simple baron, si valeureux soit-il, pour les mener au combat ? Le roi Valois peut compter sur les gens de son sang, lui !

Les parentés symboliques

  • 101 À l’exception de « madame de bourgongne ».
  • 102 Peter S. Lewis, op. cit., p. 360.
  • 103 Idem.
  • 104 Id., p. 377-378.

37Si l’on ne trouve nulle mention d’une princesse ou d’une reine dans Loquarin tribulacione101, la France est symboliquement l’épouse du roi. Mais une épouse délaissée : et vous mesme qui estes le vray époux et mary de France, de vous elle n’a quelque reconfort102, doulce France, doulce ville de Paris […] estes comme veuve sans mary103. Le roi demeure le père du pauvre peuple, mais là encore pour en souligner les insuffisances104.

38Les figures des princes et parents du roi sont peintes entre la réalité et la représentation symbolique. Les parents issus de vostre sang et lignage, incarnent des idéaux de vaillance, de sagesse, de prudhommie, en un mot les vertus aristocratiques. Et ont très concrètement rendu service au roi. Ces portraits sont à l’opposé de l’image que délivre le discours anonyme des parents du roi. Des princes anglais, l’auteur se plaît à souligner aussi la valeur, mais la précision du lien de parenté semble être affaire de diplomatie. Les figures passées, à venir ou symboliques servent au contraire de repoussoir. Ses prédécesseurs, ses successeurs, la France, le peuple conjurent le roi de se ressaisir. Ces miroirs du prince renvoient Charles VII à la tyrannie de l’insuffisance dont Jean Juvénal veut le sauver : Sire, réveillez-vous, il semble que vous dormiez.

39Pris collectivement, les princes, parents du roi, sont un obstacle à la paix. Ils sont a eulx diviser, ne craignent pas l’autorité royale, menacent de refuser service ne obéissance. Et par ce on peut juger que en tielx gens ne peut avoir foy ne loyaulté aucune. Leur mise au pas est un préalable à la réformation du royaume.

  • 105 Id., p. 411-412.

C’est une des causes qui vous doit plus mouvoir a faire paix, car quant vous aurez paix, a voz ennemis tres aiseement vous pourrés en non favorisant les divisés et mectant justice sus les faire venir a concorde105.

  • 106 Id., p. 391,

40Mais le roi ne saurait se passer d’eux. Dépeints individuellement, ils résument les qualités chevaleresques, ils sont un sûr soutien du roi Valois dans sa lutte contre les prétentions anglaises. D’ailleurs, ceux-ci ne sauraient gagner puisque ilz n’ont de present que un seigneur, monsr de Talbot, qui est vaillant seigneur, mais ce n’est que ung simple baron, et y en a de plus grans en vostre royaume106.

  • 107 Id., t. III, p. 7.
  • 108 Id., p. 200.
  • 109 Id., p. 199. Cf. aussi Werner Paravicini, « Peur, pratiques, intelligences. Formes de l’opposition (...)

41Les contradictions du discours chez Jean Juvénal reflètent le personnage complexe qu’il était : théoricien du pouvoir royal, il avait tant à faire pour renforcer et la royauté, personne morale en principe forte, et les Valois, personnes physiques souvent faibles107. On retrouve là les deux thèmes inconditionnels de la réforme, l’obéissance au roi et l’obéissance au roi Valois. L’avenir ne trouvait pas nécessairement dans un roi moral, mais un roi efficace, un roi qui promulguerait de bonne ordonnances108. Mais, pair de France, l’évêque de Beauvais se sentait assez proche des princes pour craindre leur élimination politique. C’était maintenant d’une autre peur qu’il s’agissait : celle exercée par le roi sur ses plus hauts sujets109. Il convenait au besoin de réprimer le roi au nom de la royauté.

Notes

1 Jean Gerson, Œuvres complètes, Palémon Glorieux, 10 vols, Paris-Tournai, 1960-1973.

2 « La tyrannie qu’il combattait était une tyrannie passive, une tyrannie du consentement, une tyrannie de l’insuffisance du pouvoir royal ». Peter S. Lewis, Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, t. III, La vie et l’œuvre, Société d’Histoire de France, Paris 1992, p. 178.

3 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 319.

4 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 375.

5 Id., p. 385.

6 Id., t. III, p. 19.

7 Id., t. I, p. 398.

8 Id., p. 411.

9 Id., p. 301.

10 Id., p. 308.

11 Id., p. 346.

12 Id., p. 295, n. 1.

13 Idem.

14 Cet épître est postérieur à août 1445 et destiné à conseiller son frère Guillaume dans son nouvel office dechancelier : A, A, A, nescio loqui, in Lewis, op. cit., t. I, p. 437 et ss.

15 On s’employait tant en France qu’en Angleterre à des négociations de paix. Durant l’été 1439, des pourparlers furent entamés à Oye près de Calais autour de plusieurs questions comme la renonciation du roi d’Angleterre Henri VI à la couronne de France, des terres à laisser aux Anglais et de leur statut futur, ou la libération du duc d’Orléans.

16 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 523.

17 Id., p. 302.

18 Idem.

19 Gilles le Bouvier, dit le héraut Berry, Les Chroniques du roi Charles VII, édition Henri Courteault, Léonce Célier et Marie-Henriette Jullien de Pommerol, Paris, 1979, Société d’Histoire de France, p. 208.

20 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 295 et ss.

21 Cf. les memoranda publiés par Christopher Thomas Allmand, « Documents relatings to the Anglo-French Negotiations of 1439 », Bulletin of the Institute of historical research, XL (1967).

22 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 371 et ss., Exurge, Domine, adiuva nos.

23 Id., t. III, p. 63.

24 Id., t. I, p. 330-345.

25 Id., p. 330-331.

26 Id., p. 343.

27 Id., p. 345.

28 Cet escript semble lui-même relever de la fiction, tout comme celui de Pharamond que Jean Juvénal nous dit avoir trouvé en un vielz livre, op. cit., t. I, p. 330.

29 Id., p. 346-347.

30 Idem.

31 Idem.

32 Id., t. III, p. 172.

33 Id., t. I, p. 347.

34 Id., p. 348.

35 Id., p. 349.

36 Id., p. 350.

37 Id., p. 348.

38 Id., p. 351.

39 Id., p. 347.

40 Id., p. 351.

41 Idem.

42 Gaston du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, 1881-1891, t. III, p. 65.

43 De manière plus ou moins explicite, Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 346, 354, 396, 428.

44 Le mouvement est dès le début baptisé Praguerie par les contemporains, par similitude avec les événements récents de Bohême, où le roi Sigismond avait été tenu en échec pendant douze ans par un soulèvement de la petite féodalité. Cf. Georges Minois, Charles VII, Perrin, Paris 2005, p. 397.

45 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 346, 396, 428.

46 Doctor utriusque, cf. Bernard Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le baillage de Senlis à la fin du Moyen Âge (vers 1380-1550), Paris 1963, p. 194-195 ; et aussi Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 41, … licencié et docteur en loix et en dercret, ou j’ay aucunement et bien aprins de la spéculative.

47 À cette date, Jacques monseigneur (mentionné t. I, p. 81) est mort (en 1437) et Charles de Guyenne est encore à naître.

48 Id., p. 346.

49 Durant l’hiver 1439-1440, cf. Gaston du Fresne de Beaucourt, op. cit., p. 529-530.

50 Lettres du roi aux habitants de Reims du 24 février 1440, citées par Guy Dufresne de Beaucourt, op. cit., p. 529-30.

51 Id., t. I, p. 354.

52 Par la campagne dirigée par le roi et le connétable Arthur de Richemont, pour l’essentiel en Poitou et en Berry, avril-mai 1440 cf. Gaston du Fresne de Beaucourt, op. cit., t. III ; Georges Minois, op. cit., p. 397 et ss. ; Charles Petit-Dutaillis, Histoire de France, d’Ernest Lavisse, IV, 2, Hachette, Paris 1911, p. 278 et ss.

53 Peter S. Lewis, op. cit., p. 396.

54 Id., p. 428.

55 Principalement le connétable de Richemont, mais encore Bernard d’Armagnac ou Charles du Maine parmi les grands féodaux. Cf. Georges Minois, op. cit., p. 398.

56 Id., t. I, p. 346.

57 Son interprétation lénifiante (plusieurs inconvénients) de la révolte nobiliaire contre le pouvoir royal n’évoque rien de la déloyauté des intentions des insurgés, comme de mettre le roi en tutelle pour lui substituer une régence du Dauphin, qu’on espérait bien dominer. Ni du caractère de félonie que revêtaient les contacts du duc de Bretagne avec les Anglais.

58 Peter S. Lewis, op. cit., t. III, p. 69 et n. 17.

59 Id., t. I, p. 370.

60 Id., p. 352.

61 Id., p. 476.

62 Id., p. 481. Allusion à Arnaud de Corbie, chancelier de France, un de ces marmousets dont le souvenir était encore vif chez les gens du parlement, donc dans la famille Juvénal. Cf. Françoise Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du parlement de Paris, 1345-1454, Paris, 1983. Roland Delachenal, Histoire des avocats du parlement de Paris 1300-1600, Paris, 1885.

63 Id., p. 352.

64 Id., p. 308.

65 Id., p. 327.

66 Id., p. 328 le sens ambigu de ce passage vient d’une transcription littérale des Écritures, Vulg., Ezéchiel, 23, 7-8.

67 Id., p. 353.

68 Id., p. 355.

69 Id., p. 403.

70 Id., p. 408. Lors de son séjour à la cour de Charles VII, le comte d’Armagnac Jean IV, parent du roi, capitaine général du Languedoc et de la Guyenne, séquestra le maréchal de Séverac, le mis à rançon, le fit tester en sa faveur et le fit finalement assassiner. Le comte de Clermont, des princes de Bourbon, mettait à rançon le chancelier de France, Martin Gouge, évêque de Clermont. Guy Dufresne de Beaucourt, op. cit., t. II et III.

71 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 411

72 Id., p. 390. Respectivement les ducs Philippe le Bon, (1419-1467), Charles 1er de Bourbon, duc de Bourbon et comte de Forez (1435-1456), Jean V de Bretagne (1399-1442), Jacques II de Bourbon, comte de La Marche († 1438), Jacques IV comte d’Armagnac (1418-1450).

73 Une des idées à laquelle tenait Jean Juvénal, se faisant le propagandiste des droits du roi Valois sur le trône d’Angleterre. P. S. Lewis, op. cit., t. III, p. 168 et ss.

74 Id., t. I, p. 395.

75 Id., p. 377, 388-389, 394.

76 Id., p. 395.

77 Id., p. 312.

78 Id., p. 346, 396.

79 Id., p. 323, 352, 370.

80 Jacques Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440). Étude de la littérature politique du temps, Paris, Picard, 1981.

81 Marie Thérèse Caron, Noblesse et pouvoir royal en France XIIIe-XVe siècles, Paris, Armand Colin, 1994, p. 143.

82 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 313.

83 Id., p. 325-326.

84 Id., p. 282 à 293.

85 Id., p. 432.

86 Id., p. 392-393, Jean VI, comte d’Aumale, lieutenant du roi, défait les Anglais du duc de Suffolk à la Gravelle, le 26 septembre 1423. Georges Minois, op. cit., p. 163. Cf. Anselme de Sainte Marie (père) : Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne, de la maison du roi et des anciens barons du royaume. Estienne Loyson éd., Paris 1674, t. III p. 547.

87 Peter S. Lewis, op. cit., p. 394.

88 Idem.

89 Une brève mention, op. cit., p. 432.

90 Par exemple concernant le clan des Angevins, dont on sait par ailleurs l’importance dans l’entourage royal.

91 Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 421-422.

92 Nicolas Offenstadt, Faire la Paix au Moyen Âge, Odile Jacob, Paris 2007. Pour être libre, Charles d’Orléans dû se déclarer tout bourgongnon de cuer, de corps et de puissance, laisser la duchesse de Bourgogne négocier sa délivrance et laisser les princes bourguignons payer le premier acompte de sa rançon.

93 Manière de rappeler que c’est pour le bien du roy et de sa seignorie que Charles d’Orléans fut fait prisonnier à Azincourt.

94 Peter S. Lewis, op. cit., p. 424. Charles de Berry, second fils survivant de Charles VII ne naîtra qu’en 1446.

95 Présent à Oye en juillet 1439, le duc d’Orléans négocie directement sa libération avec sa parente, la duchesse Isabelle de Portugal, épouse du duc Philippe le Bon. Si les pourparlers échouent devant l’intransigeance des Anglais, Charles d’Orléans sera libéré un an plus tard, devenant l’obligé du duc de Bourgogne pour le paiement de sa rançon de 80 000 nobles, et épousera la nièce de celui-ci, Marie de Clèves.

96 Peter S. Lewis, op. cit., t. III, p. 56.

97 Id., t. I, p. 424.

98 Henry V, cf. Peter S. Lewis, op. cit., t. I, p. 308, 323, 385, 387.

99 Id., p. 301, 400, 432.

100 Id., p. 390-391.

101 À l’exception de « madame de bourgongne ».

102 Peter S. Lewis, op. cit., p. 360.

103 Idem.

104 Id., p. 377-378.

105 Id., p. 411-412.

106 Id., p. 391,

107 Id., t. III, p. 7.

108 Id., p. 200.

109 Id., p. 199. Cf. aussi Werner Paravicini, « Peur, pratiques, intelligences. Formes de l’opposition aristocratique à Louis XI d’après les interrogatoires du connétable de Saint-Pol », in La France de la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée, Bernard Chevalier et Philippe Contamine (dir.), Paris, 1985.

Auteur

Lycée Vauvenargues

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540