Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Familles royales

 | 
Christiane Raynaud

Une spécificité

Liens sororaux et familles royales : l’exemple de la visite de l’empereur Charles IV à la reine de France, Jeanne de Bourbon

Carolyne Masse

Texte intégral

  • 1 Entre autres, Joseph Calmette, Charles V, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1945 (Les Grandes Étude (...)
  • 2 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, publiée pour la Société de l’Histoire de France p (...)
  • 3 Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France. 6, Le livre des fais et bonnes m (...)
  • 4 Charles V monte un cheval blanc, emblème de souveraineté, et fait donner des chevaux noirs à l’Emp (...)
  • 5 Flaminia Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV », Histoire et mesure, vol. XVIII no 3/4, Mes (...)
  • 6 Noël Valois, « Le projet de mariage entre Louis de France et Catherine de Hongrie et le voyage de (...)
  • 7 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 228-229 : le Roi vient voir l’Empere (...)
  • 8 Cf. Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 206-207 l’Empereur est en dévoti (...)
  • 9 Smahel Frantisek, Cesta Karla IV do Francie, Praha, Argo, 2006. Francis Rapp évoque lui aussi l’es (...)
  • 10 L’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés a été fondée au VIIe siècle. En 868, l’abbaye recueille les reli (...)
  • 11 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 198-199 ; Christine de Pisan, op. ci (...)

1De nombreux historiens se sont intéressés à la visite de l’Empereur Charles IV en France. Cet événement, fortement préparé par le roi de France Charles V1, présente différents intérêts, le principal étant politique. Le protocole a particulièrement retenu l’attention des médiévistes. Pierre d’Orgemont2 et Christine de Pisan3 le décrivent en narrant dans le détail cette visite. Charles V tenait à rendre mémorable le séjour de ce personnage considérable. Il reçoit son oncle avec beaucoup d’égards, tout en montrant qu’il reste empereur dans son royaume malgré la présence du souverain du Saint Empire Romain Germanique4. Les raisons de la visite ont fait l’objet de nombreuses études. Deux semblent primordiales : le roi de France a besoin d’une aide diplomatique et militaire contre les Anglais et de son côté l’Empereur cherche à accroître son prestige et à présenter son fils, nouvellement élu Roi des Romains5. Mais certains motifs6 ne sont pas mentionnés par les chroniqueurs7. La grande piété de l’Empereur est mise en avant tout au long de son séjour. Il souhaite visiter églises et oratoires et a une dévotion particulière pour les reliques8. Frantisek Smahel9 explique que Charles IV espère guérir en allant à l’abbaye Saint-Maur-des-Fossés10. Cette visite n’est pas seulement présentée au plan politique ou religieux. Pierre d’Orgemont et Christine de Pisan donnent encore d’autres raisons, qui ont motivé la venue de l’Empereur. Celui-ci assure, d’après les chroniqueurs, qu’il veut revoir les lieux de son enfance, ses neveux et ses amis11. Le principal motif de la visite est plutôt d’ordre affectif. Cet épisode diplomatique est également l’occasion de montrer la place des femmes, notamment des liens sororaux, dans la famille royale. Des éléments informels se mêlent à l’aspect protocolaire, donnant pour le lecteur un intérêt particulier à cette visite.

  • 12 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., le voyage de l’Empereur en France, p. 1 (...)
  • 13 Le manuscrit de Charles V, département des manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de (...)
  • 14 Sur les liens sororaux, Carolyne Massé, Les liens sororaux (XIIe-XVe siècle), Doctorat en cours, u (...)

2Après avoir évoqué le contexte de cette rencontre et ses acteurs, l’analyse des différentes versions qui en sont données dans les chroniques12 et des représentations13 qui les accompagnent, permet de prendre la mesure de l’importance des liens sororaux14 au moment de cette visite.

Le contexte et les personnages

3Depuis 1372, Charles V a repris la guerre contre les Anglais. Le roi de France a renouvelé l’alliance avec les Luxembourg. Il souhaite marier ses enfants avec ceux du duc de Hainaut, du comte palatin du Rhin et du roi de Hongrie. En 1377, lorsqu’il apprend la visite prochaine de son oncle, il espère concrétiser le soutien de l’Empereur face aux Anglais.

  • 15 Le pape Clément VI était son précepteur à la cour de France ; Francis Rapp, Le Saint-Empire romain (...)
  • 16 Francis Rapp, Le Saint-Empire…, op. cit., p. 261.
  • 17 Wenceslas est couronné roi des Romains à Aix la Chapelle, le 5 juillet 1376 ; Francis Rapp, op. ci (...)
  • 18 Id., p. 269.
  • 19 Id., p. 267.
  • 20 Id., p. 270.

4Charles IV a pu restaurer la Bohême, en bénéficiant du soutien de la haute noblesse et de l’Église15. Grâce à sa politique matrimoniale, il est parvenu à étendre son territoire16. Au moment de partir pour la France, il a des projets d’extensions vers le sud. L’Empereur a réussi à faire désigner son fils aîné, Wenceslas, Roi des Romains17. Par contre, il a été contraint de donner de grosses sommes d’argent aux électeurs18. Comme les finances de l’Empire sont au plus bas19, l’Empereur utilise les villes royales pour parvenir à payer les électeurs. Les villes s’unissent en une ligue, qui s’étend de la Bavière à la Franconie20.

  • 21 Entre autre, Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 227 : il s’entretient a (...)

5Au terme d’un long voyage, l’Empereur et son fils arrivent à Paris. Ils suivent un programme chargé en compagnie du roi21. Le 10 janvier, l’Empereur, son fils et le Roi de France, se rendent à l’hôtel Saint-Paul, où se trouve la reine en compagnie de nombreuses dames. Les chroniqueurs, Pierre d’Orgemont et Christine de Pisan citent les mêmes personnes lors de la visite de l’empereur à la reine de France, mais ne donnent le nom que des dames les plus importantes parmi toutes celles qui sont présentes.

  • 22 Jean est le fils d’Henri VII, comte de Luxembourg et empereur germanique. En 1322, sa sœur Marie d (...)
  • 23 Karoli IV Imperatoris Romanorum Vita ab eo ipso conscripta et Hystoria nova de sancto Wenceslao ma (...)
  • 24 L’empereur Charles IV a été baptisé sous le nom de Venceslas, saint patron du roi de Bohême mais a (...)
  • 25 Francis Rapp, Ibid, p. 257-258, ce code impérial prend le nom de Bulle d’Or à partir du XVe siècle (...)
  • 26 En 1378, Blanche et Bonne sont décédées depuis presque trente ans.

6L’empereur Charles IV (1316-1378) appartient à la maison de Luxembourg. Il est le fils de Jean l’Aveugle22 (1296-1346), roi de Bohême (à partir de 1310) et de Pologne, également comte de Luxembourg (à partir de 1309) et d’Élisabeth Premyslovna, héritière par son père Venceslas II, de la couronne de Bohême. En 132323, Venceslas24 arrive à la cour du roi de France, Charles IV pour y être éduqué et y restera sept ans. Lorsqu’il retourne en Bohême, le royaume est en mauvais état. Charles s’appuie sur les prélats cultivés et sur le patriotisme. En 1341, il est proclamé roi de Bohême. En 1346, il est élu roi des Romains, grâce à l’appui du pape Clément VI. En 1355, il parvient à se faire couronner empereur avec l’aide du pape Innocent VI. Il établit un code impérial25 dès 1356, afin d’éviter la contestation lors des élections. En 1378, il est âgé de 61 ans. Il désire revoir les lieux de son enfance. Isabelle est la seule personne à partager ce passé commun à la cour. Blanche, la sœur d’Isabelle et sa sœur Bonne sont mortes depuis longtemps26.

La présentation de la visite

  • 27 La Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), publiée pour la Société de l’Histoire de Fran (...)
  • 28 Cinq pages pour la Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit. et deux pages pour Ch (...)

7La Chronique des quatre premiers Valois évoque la visite de l’Empereur en une page27. L’auteur anonyme retient les éléments, qu’il juge importants. La rencontre avec la reine n’est pas mentionnée. Pierre d’Orgemont et Christine de Pisan l’évoquent plus ou moins longuement28.

  • 29 Bernard Guenée, « Les Grandes Chroniques de France : Le Roman aux roys 1274-1518 », in Pierre Nora (...)
  • 30 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 193-194 ; Christine de Pisan, op. ci (...)
  • 31 L’empereur souffre de la goutte. C’est une maladie qui résulte d’un excès d’acide urique dans l’or (...)
  • 32 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 197 ; Christine de Pisan, op. cit., (...)
  • 33 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 208-218 ; Christine de Pisan, op. ci (...)
  • 34 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 227 et suivantes.
  • 35 Id., t. II, p. 258, l.5- p. 261, l. 18.
  • 36 L’hôtel Saint-Pol est acheté par Charles V à Louis d’Evreux, comte d’Étampes. Il y fait effectuer (...)
  • 37 Il s’agit de Charles et de Louis.
  • 38 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 259.
  • 39 Elles sont citées dans cet ordre par Pierre d’Orgemont, op. cit., p. 259-260.

8Pierre d’Orgemont auteur de la Chronique des règnes de Jean II et de Charles V29 (né aux environs de 1315-1389) est le chroniqueur officiel du roi de France. Après une formation de juriste, il devient avocat, puis maître clerc au Parlement de Paris et son premier président. À partir de 1373, il est élu chancelier de France. Il commence par évoquer les lettres envoyées par Charles IV à son neveu30, montrant ainsi le désir de l’Empereur de venir en France. Il nous donne les motifs de cette visite : son pèlerinage dans des lieux saints, voir le roi, la reine et leurs enfants, ainsi que présenter son fils. Le chroniqueur relate les difficultés du voyage de l’empereur qui est malade31, les processions qui vont à sa rencontre32, son arrivée à Paris33 et ses nombreuses visites en compagnie du roi34. Enfin le dix janvier a lieu la rencontre avec la reine35. L’empereur, son fils et le roi de France prennent le bateau à partir du Louvre, pour se rendre à l’hôtel Saint-Pol36 où se trouve la reine. À leur arrivée, les fils du roi37 viennent saluer l’Empereur. Puis ce dernier se rend dans la chambre de la reine. Le chroniqueur décrit la reine portant un cercle d’orfèvrerie en guise de couronne38. De grandes dames l’accompagnent. Pierre d’Orgemont et Christine de Pisan citent les plus importantes39 : la comtesse d’Artois, la duchesse d’Orléans, la duchesse de Bourbon, la fille du duc de Berry, la fille du seigneur de Coucy et la dame de Préaux.

  • 40 Marguerite hérite de son petit-neveu, le duc Philippe Ier de Bourgogne, les titres des comtés de B (...)
  • 41 Les fils de Philippe le Bel sont Louis X, Philippe V et Charles IV.

9La comtesse d’Artois est Marguerite de Flandre (1309-1382), fille cadette du roi Philippe V de France et de la comtesse Jeanne II de Bourgogne et d’Artois. En 1320, elle épouse Louis (né vers 1304-1346), comte de Flandre sous le nom de Louis Ier (1322-1346) également comte de Nevers (1322-1346) et de Rethel (après 1325-1346) sous le nom de Louis II. Ils ont un fils, Louis II de Flandre (1330-1384). En 1378, elle a 68 ans et elle est veuve (depuis 1346). Princesse de France, Marguerite de Bourgogne est comtesse d’Artois depuis 136140. La duchesse d’Orléans, Blanche (née en 1328) est la plus jeune fille de Charles IV de France (1294-1328) et de Jeanne d’Evreux. Elle est cousine du duc d’Orléans Philippe (1336-1375), fils de Philippe VI de Valois (roi de 1328 à 1350). Philippe VI, est lui-même le fils de Charles de Valois, cousin des fils de Philippe le Bel41. Vers 1344, Blanche épouse son cousin Philippe, duc d’Orléans. En janvier 1378, Blanche a 49 ans. Elle est veuve et sans enfants.

  • 42 Karoli IV Imperatoris Romanorum Vita ab eo ipso conscripta et Hystoria nova de sancto Wenceslao ma (...)
  • 43 Ses enfants sont : Louis II, duc de Bourbon, né en 1337 ; Jeanne, reine de France née en 1338 ; Bl (...)

10Isabelle de Valois (1313-1383) est la mère de la reine. Elle est l’avant-dernière fille de Charles de Valois, mariée trois fois. Sa mère est Mahaut de Saint-Pol (1293-1358), fille de Guy IV de Châtillon. Elle est élevée à la cour de France en compagnie de sa jeune sœur Blanche, mariée au futur empereur, Charles IV42. En 1336, Isabelle épouse Pierre Ier de Bourbon (1311-1356). En 1378, elle est âgée de 64 ans. Elle est veuve depuis plus de vingt ans. Elle a eu sept enfants, un fils puis six filles43. Sa fille aînée, Jeanne est mariée au roi Charles V.

11La fille du duc de Berry, Bonne est la nièce de Charles V, petite nièce de l’Empereur. En 1377, elle a épousé Amédée de Savoie, fils du comte Vert. Lors de la visite de l’Empereur, elle est âgée de 12 ans.

  • 44 Le seigneur de Coucy a rencontré Édouard III, lors de sa venue en tant que caution pour le paiemen (...)

12La fille du seigneur de Coucy se nomme Marie. Elle est née en 1366. Son père est Enguerrand VII (1339-1397), seigneur de Coucy. Sa mère est Isabelle d’Angleterre (1332-1382), fille aînée d’Édouard III44. En janvier 1378, Marie est une jeune fille de11 ans.

  • 45 Bureau succède à son frère Jean en 1374, cf. Thierry Pécout, op. cit., p. 79-80.
  • 46 En 1380, Pierre d’Orgemont en fait fonction.

13La dame de Préaux vient d’une famille d’extraction chevaleresque normande. Elle est mariée à Bureau de la Rivière chambellan de Charles V, depuis 137445. Son mari est très proche du roi, qui a toute confiance en lui, puis que dans son testament en 1374, il lui donne le rôle de premier exécuteur testamentaire46. En 1378, Bureau est au service du roi depuis trente ans et est son chambellan depuis vingt. C’est un homme d’importance capitale dans l’entourage du roi. Lors de la visite de l’empereur, il est maître des cérémonies, c’est donc lui qui s’est occupé du protocole. Son épouse, moins connue a donc une place de choix parmi les dames de la cour, plus en raison de la fonction de son mari que par son ascendance.

  • 47 Le baiser est traditionnel dans les rites de l’accueil.
  • 48 La reine lui offre un reliquaire, qui aurait été fait avec le bois de la Croix. Le dauphin donne d (...)
  • 49 Le manuscrit de Charles V, département des manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de (...)
  • 50 Paris, BnF, ms. fr 2813, folio 477, Charles IV et Jeanne de Bourbon ; Chronique des règnes de Jean (...)

14Lorsque l’Empereur voit la reine, il se fait descendre de sa chaise et ôte son chaperon. La reine le salue et l’embrasse47. Ensuite, il est conduit plus loin dans la chambre, devant le lit. La reine est à côté de lui, le roi devant avec le roi des Romains. Puis le chroniqueur rapporte que l’Empereur et son fils baisent toutes les dames du lignage de France. L’empereur demande ensuite la duchesse de Bourbon qui est plus loin dans la pièce. Pierre d’Orgemont mentionne qu’il la demande plusieurs fois. Elle est conduite auprès de l’Empereur et ils se mettent à pleurer. L’empereur veut la revoir en privé après le repas. Le chroniqueur ne rapporte pas leurs propos, il n’était pas présent, mais précise qu’ils parlent longtemps ensemble. Le roi envoie la reine et les enfants rejoindre l’empereur qui en est heureux. Ils lui offrent des cadeaux avant son départ48. Dix-neuf enluminures49, illustrant les Grandes Chroniques de France, sont consacrées à la visite de l’Empereur. L’une d’entre elles montre la rencontre de la reine de France et de l’Empereur50. Ils se tiennent au centre de l’image, à gauche pour Jeanne et à droite pour Charles. L’empereur est vêtu de rouge, tandis que la reine porte une longue robe à traîne, d’un gris violet à pois d’argent, ainsi que la couronne royale. L’empereur s’incline légèrement et embrasse la Reine. À la gauche de la reine, trois femmes sont représentées. Elles portent des robes de couleurs différentes. Il s’agit probablement des princesses nommées par Pierre d’Orgemont. À la droite de l’Empereur, trois hommes, dont le roi des Romains sont également représentés. Cela crée un équilibre entre les hommes et les femmes. Il ne se retrouve pas dans le texte des chroniques où seule les femmes sont décrites, aux côtés de l’Empereur, de son fils et du Roi de France. Wenceslas, nouvellement élu roi des Romains, est vêtu de bleu et couronné. Les deux autres hommes ne portent pas de couronne. Ces personnages ont été rajoutés par l’enlumineur probablement pour créer un équilibre avec les femmes.

  • 51 En 1379 elle épouse Étienne de Castel, qui devient secrétaire et notaire du roi. Veuve ruinée mais (...)
  • 52 Christine de Pisan, op. cit., p. 90-92.
  • 53 Id., p. 90.
  • 54 Id., p. 91.
  • 55 Idem.
  • 56 Idem.

15L’autre relation est due à Christine de Pisan51 (1364-1432). Elle est née à Venise. Son père Thomas de Pisan est un médecin et astrologue réputé, appelé par Charles V en 1368. Christine de Pisan passe donc son enfance à la cour. Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V est une apologie de Charles V, qu’elle a connu personnellement. Elle commence son ouvrage en 1404 à la demande de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, frère de Charles V. Elle52 évoque moins longuement la visite de l’Empereur à la Reine. Elle inclut cette visite, dans son chapitre XLIV qui porte sur une offre que fait l’empereur au roi53. L’empereur veut mettre ses alliés au service du roi de France pour combattre les Anglais. À la suite de cette offre, l’auteur relate la visite. Son récit est très semblable à celui de Pierre d’Orgemont, qu’elle utilise en partie en rajoutant quelques précisions. L’empereur demande à aller voir la reine lorsqu’il est dans la cour de l’hôtel Saint-Pol,54 ce qui prouve son désir de la voir. La reine, richement parée, un cercle d’or sur la tête, vient à sa rencontre55. Elle semble partager les mêmes sentiments. Les retrouvailles avec la duchesse de bourbon sont décrites de la même manière ; l’auteur évoque l’émotion des deux personnages, leurs liens dus au mariage de Blanche, la sœur d’Isabelle avec l’Empereur et aux relations entre Isabelle et Bonne, la sœur de Charles avec laquelle elle a été élevée à la cour. Christine de Pisan évoque leurs rencontres en privé. Elle ne cite pas les noms des dames importantes dans le même ordre que Pierre d’Orgemont56. Elle présente en premier, la duchesse d’Orléans, sans doute en sa qualité de fille de roi. Isabelle de Valois est citée juste après, probablement car c’est elle que l’Empereur tient le plus à voir.

Le lien de sororalité

16La visite de l’Empereur en France est marquée par la rigueur du protocole, néanmoins lors de la visite à Jeanne de Bourbon, nous pouvons voir dans les textes des chroniqueurs que cette rencontre excède le programme initialement prévu.

  • 57 Francis Rapp, op. cit., p. 270.

17Christine de Pisan montre dans son récit, l’envie de se voir, partagée par la Reine et l’Empereur. Ce désir réciproque peut s’expliquer par le contexte. Les deux personnages auraient dû se rencontrer beaucoup plus tôt. L’Empereur avait annoncé sa visite en France plusieurs mois avant son départ, mais a dû finalement la retarder afin de mater une révolte de seigneurs rebelles57.

  • 58 Christine de Pisan, op. cit., p. 82, Charles, le fils aîné du Roi de France participe au banquet o (...)
  • 59 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p 199 ; Christine de Pisan, op. cit., p (...)
  • 60 Jeanne de Bourbon (1338-1378) est la fille de Pierre Ier de Bourbon et d’Isabelle de Valois. En 13 (...)

18À la période où la Reine apprend la venue prochaine de l’Empereur, elle ne sait pas encore qu’elle ne pourra pas participer aux cérémonies. Charles IV avait dit devant plusieurs témoins lors de son voyage, vouloir retrouver le Roi, la Reine et leurs enfants. Depuis le 4 janvier, l’Empereur a pu voir son neveu58 et assiste à un programme chargé en sa compagnie. Nous savons qu’il a également rencontré Charles, le fils aîné du roi de France, lors d’un banquet. Mais il n’a toujours pas pu voir la Reine, qui n’a pas pu se déplacer. Jeanne de Bourbon est un membre de sa famille à la fois par son mari, Charles V qui est son neveu, et par sa tante, Blanche de Valois, première épouse de Charles V. L’Empereur est présenté par les chroniqueurs, comme un vieil homme malade, qui se sait à la fin de sa vie59. L’épisode de ses retrouvailles avec la reine de France, Jeanne de Bourbon60 s’inscrit dans ce registre. Charles iv sait certainement qu’il n’aura pas d’autres occasions de revoir la Reine. La grossesse de Jeanne rajoute peut-être de l’émotion dans leur rencontre.

  • 61 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 260.
  • 62 Françoise Autrand, op. cit. ; Francis Rapp, op. cit., p. 270 rapporte la visite de l’Empereur en d (...)
  • 63 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 260 ; Christine de Pisan, op. cit., (...)

19Un autre élément, rapporté par les deux chroniqueurs montre cette fois de manière beaucoup plus explicite que les sentiments l’emportent sur le protocole. L’empereur fait venir à lui Isabelle, qui se tient plus loin dans la chambre. Les chroniqueurs nous font part de l’émotion qui submerge les deux personnages et insistent en précisant que leurs pleurs les empêchent de parler61. Ils décident de se revoir plus tard, lors d’un rendez-vous non protocolaire. Isabelle et Charles IV ont en commun une enfance passée à la cour de France. Cependant, l’éducation des filles et des garçons différent trop pour que ce seul élément explique leur joie de se retrouver. En effet la mère de la Reine de France est liée par des liens sororaux à la première épouse de l’empereur, et ses liens amicaux avec Bonne de Luxembourg peuvent être comparés à des liens sororaux, puis qu’élevées ensemble, comme des sœurs, elles deviennent belles-sœurs dès l’arrivée du futur Empereur à la cour de France. Cette étape de la visite de Charles IV en France est beaucoup moins mentionnée par les historiens. Françoise Autrand, même si elle reste plus attachée à l’étude du protocole souligne l’importance des retrouvailles avec Isabelle de Valois. Elle rappelle ses liens avec l’Empereur et la mentionne comme « son amie »62. Ces liens qui unissent la duchesse de Bourbon et Charles IV apparaissent clairement dans les chroniques qui décrivent la rencontre avec la Reine63, mais ils sont absents de l’enluminure illustrant cette rencontre. Les Grandes chroniques de France n’ont pas pour but de faire apparaître ces liens. Cependant, Pierre d’Orgemont a la possibilité de donner beaucoup d’informations se rapportant au sujet. L’enlumineur ne peut pas faire de même, il doit faire un choix. Il représente donc la scène où la Reine et l’Empereur se saluent, moment plus important pour la diplomatie que les retrouvailles de Charles et d’Isabelle qui ne sont pas d’un grand intérêt pour le public des Chroniques. De plus, l’enluminure diverge du texte qu’elle illustre. Les personnages féminins dominent le texte. L’Empereur, le Roi de France et le Roi des Romains font leur entrée dans un espace féminin, réservé à la Reine de France et aux dames de sa cour. L’image ne traduit pas tout à fait cette situation, elle partage la scène en deux parties : à gauche les femmes, à droite les hommes. Il y a une volonté de souligner la symétrie de la part de l’enlumineur. L’émotion perceptible dans le texte, semble absente de l’image.

  • 64 Le manuscrit de Charles V, département des manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de (...)

20La visite de l’Empereur à la Reine est une étape parmi les autres dans les chroniques. À ce titre, Pierre d’Orgemont et Christine de Pisan, qui relatent la venue de l’Empereur en rendent compte. Il n’y a qu’une seule enluminure64 qui illustre cette rencontre mais les autres étapes de la visite ne bénéficient pas en moyenne de plus d’images.

21Les sources n’évoquent pas ou très peu les retrouvailles entre Isabelle de Valois et Charles IV. Ce manque de source, ainsi qu’une volonté de privilégier l’histoire politique, ont conduit les historiens à négliger cet aspect de la visite de l’Empereur. Mais l’émergence notamment de l’histoire des femmes, donne à cette rencontre une nouvelle importance. En effet, comme nous l’avons vu, elle dépasse le cadre de la visite officielle. Les liens sororaux d’Isabelle avec Blanche, et avec sa belle-sœur, Bonne, ont une influence dans ses relations avec l’Empereur. Sans ces liens, l’émotion de ces retrouvailles serait bien moindre.

Notes

1 Entre autres, Joseph Calmette, Charles V, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1945 (Les Grandes Études Historiques) ; Jeannine Quillet, Charles V le roi lettré : Essai sur la pensée politique d’un règne, Paris, Librairie Académique Perrin, 1984, (Présence de l’Histoire) ; Françoise Autrand, Charles V, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1994, p. 779-805, consacre un chapitre de son livre à la visite de l’Empereur en France ; Thierry Pécout, Charles V et les premiers Valois, Paris, Tallandier, 2001 (La France au fil de ses rois).

2 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, publiée pour la Société de l’Histoire de France par Robert Delachenal, tome II (1364-1380), Paris, Librairie Renouard, 1916, p. 193-264.

3 Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France. 6, Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V. Troisième partie/Christine de Pisan. Le livre des faicts du bon messire Jean le Maigre, dit Boucicaut, mareschal de France et gouverneur de Gennes. Première partie, Paris, Foucault, 1824.

4 Charles V monte un cheval blanc, emblème de souveraineté, et fait donner des chevaux noirs à l’Empereur et au Roi des Romains cf. Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 208. Charles IV est prié d’arriver dans le royaume de France après Noël, afin qu’il ne revête pas ses insignes impériaux et ne dise pas la messe, comme c’est l’usage dans l’empire. Le cérémonial de la visite est bien réglé.

5 Flaminia Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV », Histoire et mesure, vol. XVIII no 3/4, Mesurer le texte, 2003, p. 335-374 ; Histoire des Pays tchèques, sous la direction de Pavel Bělina, Petr Cŏrnej et Jiři Pokorny, Prague, Paseka, 1993, éd. Du Seuil, pour l’édition française, 1995 ; Jörg K. Hoensch, Histoire de la Bohême, éd. Payot et Rivages pour l’édition française, Paris, 1995.

6 Noël Valois, « Le projet de mariage entre Louis de France et Catherine de Hongrie et le voyage de l’empereur Charles IV à Paris », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1893, p. 210 : En janvier 1378, le Roi de France, Charles V, adresse une lettre au Roi de Hongrie, Louis Ier, pièce no 97 du recueil de lettres formé en Italie à la fin du XIVe siècle, conservé sous le no 940 parmi les manuscrits de la bibliothèque de Cambrai ; p. 216 : Charles V souhaite que son fils cadet, Louis (1372-1407) épouse Catherine, fille de Louis Ier, afin de lui obtenir la couronne de Hongrie, de Naples, ainsi que les comtés de Provence, de Forcalquier et de Piémont ; p. 219 : cette lettre donne des informations concernant les discussions entre le Roi de France et l’Empereur du Saint-Empire. D’après la lettre, Charles IV veut posséder le royaume de Pologne. En échange, il laisse la Hongrie au fils cadet du Roi de France. Charles V ne prend aucun engagement, il souhaite obtenir l’approbation du roi de Hongrie.

7 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 228-229 : le Roi vient voir l’Empereur secrètement à la demande de ce dernier, accompagné par son chancelier, Pierre d’Orgemont. Ils s’entretiennent pendant trois heures. L’auteur dit ne pas connaître leur propos ; Christine de Pisan, in Collection complète des mémoires relatifs…, op. cit., p. 79 évoque bien un entretien entre les deux hommes.

8 Cf. Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 206-207 l’Empereur est en dévotion devant les reliques de l’église de Saint-Denis. Charles IV demande au roi de France, de lui montrer les reliques conservées à la sainte chapelle p. 232-233 ; cf. Edina Bozóty, La politique des reliques de Constantin à Saint Louis, Paris, Beauchesne, 2006, p. 8 : Louis IX a acquis les reliques de la Passion et la Sainte-Chapelle a été construite pour les abriter.

9 Smahel Frantisek, Cesta Karla IV do Francie, Praha, Argo, 2006. Francis Rapp évoque lui aussi l’espoir de guérir de la goutte pour l’Empereur en se rendant à Saint-Maur-des-Fossés ; Francis Rapp, Le Saint-Empire romain germanique, Paris, Tallandier, 2000, p. 270.

10 L’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés a été fondée au VIIe siècle. En 868, l’abbaye recueille les reliques de Saint-Maur, premier disciple de Benoît de Nursie. Au XIIe siècle, un miracle incite les moines à donner le nom du saint à l’abbaye, qui s’appelait Saint-Pierre-des-Fossés. D’autres miracles font de l’abbaye un lieu de pèlerinage important. Des malades de la goutte y viennent de toute l’Europe, prier pour leur guérison.

11 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 198-199 ; Christine de Pisan, op. cit., p. 65-66.

12 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., le voyage de l’Empereur en France, p. 193-265, la visite à la reine, p. 258-262 ; Christine de Pisan op.cit., p. 64-96 pour le voyage, p. 90-92, pour l’épisode avec la reine ; La Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), publiée pour la Société de l’Histoire de France par Siméon Luce, Paris, 1862, p. 264-265, aucune mention de la visite faite à la reine.

13 Le manuscrit de Charles V, département des manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de France à Paris, ms. français fr. 2813 ; Jean Fouquet, manuscrit français 6465, fo 440 vo-444 vo. Sur le manuscrit fr. 2813, l’étude de Marcel Thomas, « La visite de l’empereur Charles IV en France, d’après l’exemplaire des Grandes Chroniques de France exécuté pour le roi Charles V », in VIth international congress of bibliophiles, éd. Laurenz, Wien, Verlag, der Wiener Medizinischen Akademie für arztiche Fortbildung, 1971, p. 85-98 ; sur la représentation de la visite de l’Empereur, l’étude d’Anne D. Hedeman, « Les perceptions de l’image royale à travers les miniatures : l’exemple des Grandes Chroniques de France », in Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècles. Actes du colloque international du CNRS, Paris, 16-18 mai 1992, éd. Monique Ornato et Nicole Pons, Louvain-la-Neuve, Fédération internationale des Instituts d’Études médiévales, 1995, p. 539-549.

14 Sur les liens sororaux, Carolyne Massé, Les liens sororaux (XIIe-XVe siècle), Doctorat en cours, université de Provence, sous la dir. de Christiane Raynaud.

15 Le pape Clément VI était son précepteur à la cour de France ; Francis Rapp, Le Saint-Empire romain germanique, Tallandier, Paris, 2000, p. 252.

16 Francis Rapp, Le Saint-Empire…, op. cit., p. 261.

17 Wenceslas est couronné roi des Romains à Aix la Chapelle, le 5 juillet 1376 ; Francis Rapp, op. cit., p. 269.

18 Id., p. 269.

19 Id., p. 267.

20 Id., p. 270.

21 Entre autre, Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 227 : il s’entretient avec le prévôt des marchands et les échevins de Paris, op. cit., p. 229-230 : il va à la Sainte Chapelle, op. cit., p. 236-243 : un banquet est organisé en l’honneur de l’Empereur, op. cit., p. 247 :l’université de Paris va devant Charles IV, op. cit., p. 248-256 : il assiste au conseil du roi.

22 Jean est le fils d’Henri VII, comte de Luxembourg et empereur germanique. En 1322, sa sœur Marie de Luxembourg (1305-1324), épouse Charles IV le Bel. Jean devient ainsi le beau-frère du roi de France, qui est également le parrain de son fils Venceslas. La même année, il marie sa fille cadette, Bonne (1315-1349) au futur Jean II.

23 Karoli IV Imperatoris Romanorum Vita ab eo ipso conscripta et Hystoria nova de sancto Wenceslao martyre, op. cit., p. 22.

24 L’empereur Charles IV a été baptisé sous le nom de Venceslas, saint patron du roi de Bohême mais a changé de nom pour prendre celui de son oncle et parrain lors de sa confirmation. Cela montre son attachement à la cour de France.

25 Francis Rapp, Ibid, p. 257-258, ce code impérial prend le nom de Bulle d’Or à partir du XVe siècle ; Jean Schilling, Le Saint-Empire, Paris, Ellipses, 2002, (Les essentiels, Civilisation allemande), p. 71, le pape devient l’exécuteur de la volonté des princes électeurs.

26 En 1378, Blanche et Bonne sont décédées depuis presque trente ans.

27 La Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), publiée pour la Société de l’Histoire de France par Siméon Luce, Paris, 1862, p. 264, l. 11-p. 265, l. 9.

28 Cinq pages pour la Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit. et deux pages pour Christine de Pisan, op. cit.

29 Bernard Guenée, « Les Grandes Chroniques de France : Le Roman aux roys 1274-1518 », in Pierre Nora, Les lieux de Mémoire, Paris, Gallimard, 1997, (Quarto), p. 739- 758.

30 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 193-194 ; Christine de Pisan, op. cit., p. 64.

31 L’empereur souffre de la goutte. C’est une maladie qui résulte d’un excès d’acide urique dans l’organisme. Cet excès se cristallise dans les articulations, souvent à la base du gros orteil, parfois aussi aux chevilles, aux genoux, aux poignets et aux doigts. Cette maladie chronique provoque parfois des douleurs très vives, c’est pour cette raison que l’Empereur se fait régulièrement porter pendant sa visite. Les chroniqueurs, Pierre d’Orgemont et Christine de Pisan le rappellent à de nombreuses reprises, puisque la maladie de l’Empereur lui rend ce voyage difficile ; Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., notamment aux p. 199 et 204 ; Christine de Pisan, op. cit., entre autre p. 66.

32 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 197 ; Christine de Pisan, op. cit., p. 65 : Le roi de France envoie, le 22 décembre à Cambrai, le seigneur de Coucy, les comtes de Sarebruche et de Braine, le seigneur de la Rivière et de nombreux chevaliers et écuyers. Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 201 : à Compiègne, Charles V envoie, le duc de Bourbon, frère de la Reine de France, le comte d’Eu, son cousin germain, les évêques de Beauvais et de Paris, ainsi que plusieurs seigneurs ; id., p. 203 : à Senlis, ce sont les frères du roi, les ducs de Berry et de Bourgogne, le comte de Harcourt, beau-frère de la reine, l’archevêque de Sens, l’évêque de Laon, accompagnés de chevaliers et d’écuyers qui vont à la rencontre de l’Empereur.

33 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 208-218 ; Christine de Pisan, op. cit., p. 69-75 : L’Empereur fait son entrée à Paris, le 4 janvier 1378, accompagné du roi de France, qui est venu à sa rencontre, suivit par une procession composée par les ducs et comtes cités ci-dessus, ainsi que d’autres seigneurs

34 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 227 et suivantes.

35 Id., t. II, p. 258, l.5- p. 261, l. 18.

36 L’hôtel Saint-Pol est acheté par Charles V à Louis d’Evreux, comte d’Étampes. Il y fait effectuer des travaux entre 1360-1365 pour en faire un logis de la famille royale ; cf. Thierry Pécout, op. cit., p. 114.

37 Il s’agit de Charles et de Louis.

38 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 259.

39 Elles sont citées dans cet ordre par Pierre d’Orgemont, op. cit., p. 259-260.

40 Marguerite hérite de son petit-neveu, le duc Philippe Ier de Bourgogne, les titres des comtés de Bourgogne et d’Artois.

41 Les fils de Philippe le Bel sont Louis X, Philippe V et Charles IV.

42 Karoli IV Imperatoris Romanorum Vita ab eo ipso conscripta et Hystoria nova de sancto Wenceslao martyre, op. cit., p. 28.

43 Ses enfants sont : Louis II, duc de Bourbon, né en 1337 ; Jeanne, reine de France née en 1338 ; Blanche, née en 1339, mariée à Pierre Ier, roi de Castille, décédée en 1361 ; Bonne, née en 1341, épouse du comte de Savoie, Amédée VI ; Catherine, née en 1342, mariée au comte Jean VI d’Harcourt ; Marguerite, née en 1344 et Isabelle, née en 1345.

44 Le seigneur de Coucy a rencontré Édouard III, lors de sa venue en tant que caution pour le paiement de la rançon de Jean II le Bon. Il plaît beaucoup au roi d’Angleterre, qui lui fait épouser sa fille Isabelle.

45 Bureau succède à son frère Jean en 1374, cf. Thierry Pécout, op. cit., p. 79-80.

46 En 1380, Pierre d’Orgemont en fait fonction.

47 Le baiser est traditionnel dans les rites de l’accueil.

48 La reine lui offre un reliquaire, qui aurait été fait avec le bois de la Croix. Le dauphin donne deux braques. Cf. Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 262.

49 Le manuscrit de Charles V, département des manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de France à Paris, ms. fr. 2813, fo 467-480. Les enluminures contenues dans le manuscrit français 6465, fo 440 vo-444 vo ne représentent pas la rencontre entre la Reine de France et l’Empereur. Marcel Thomas (art. cit., p. 85) souligne l’importance de ces enluminures, qui font de la visite, un épisode historique connu.

50 Paris, BnF, ms. fr 2813, folio 477, Charles IV et Jeanne de Bourbon ; Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., tome iv, p. xliv et 37-38 pour la description du folio 477.

51 En 1379 elle épouse Étienne de Castel, qui devient secrétaire et notaire du roi. Veuve ruinée mais douée pour l’écriture, elle commence à vivre en composant des pièces lyriques, puis écrit divers traités, politiques, philosophiques, moraux et militaires. Elle devient très populaire à la cour. Seuls les clercs et les universitaires désapprouvent ses écrits. Cf. Régine Pernoud, Christine de Pisan, Calman-Lévy, Paris, 1982.

52 Christine de Pisan, op. cit., p. 90-92.

53 Id., p. 90.

54 Id., p. 91.

55 Idem.

56 Idem.

57 Francis Rapp, op. cit., p. 270.

58 Christine de Pisan, op. cit., p. 82, Charles, le fils aîné du Roi de France participe au banquet organisé en l’honneur de l’Empereur, le 6 janvier 1378.

59 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p 199 ; Christine de Pisan, op. cit., p. 66.

60 Jeanne de Bourbon (1338-1378) est la fille de Pierre Ier de Bourbon et d’Isabelle de Valois. En 1350, elle est mariée à Charles V, roi de France et couronnée le 18 mai 1364. En 1378, la reine est enceinte pour la neuvième fois. La plupart de ses filles sont décédées en bas âge, dont une récemment. De plus, sa grossesse est difficile et ne lui permet pas d’assister aux cérémonies organisées en faveur de l’Empereur.

61 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 260.

62 Françoise Autrand, op. cit. ; Francis Rapp, op. cit., p. 270 rapporte la visite de l’Empereur en demi-page, mais il mentionne la grande émotion de Charles IV, lorsqu’il revoit la sœur de sa première épouse.

63 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., p. 260 ; Christine de Pisan, op. cit., p. 91.

64 Le manuscrit de Charles V, département des manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de France à Paris, ms. fr. 2813, fo 477.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540