Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Familles royales

 | 
Christiane Raynaud

Une spécificité

Négociations matrimoniales, mariages et familles royales dans les Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet

Christiane Raynaud

Texte intégral

  • 1 Dictionnaire des Lettres françaises, Paris, Robert Laffont, 1992, (coll. Bouquin) p. 409-410.

1Pour la première moitié du XVe siècle et jusqu’en 1444, Enguerrand de Monstrelet de noble generacion, bailli de Compiègne, lieutenant du gavenier de Cambrai, bailli du chapitre de la cathédrale, prévôt de la ville, offre une chronique bien informée. L’auteur, attaché à la maison de Luxembourg, souhaite tenir la balance égale entre le roi de France, le roi d’Angleterre et le duc de Bourgogne, sans y parvenir tout à fait. Il se distingue pourtant de Georges Chastellain, qui dans sa chronique couvre la période 1419-1474 et se montre plus attentif à la vie de la plus prestigieuse cour d’Europe, et d’Olivier de la Marche, dont les Mémoires, pour la période 1433-1488, sont toutes à la gloire de la maison de Bourgogne et très riches en détails sur les cérémonials qui s’y déroulent. Dans son prologue, Monstrelet se pose en successeur de Froissart et indique son dessein : rapporter les hauts-faits d’armes, les guerres et les discordes entre les princes de la chrétienté1. Sa présentation des négociations matrimoniales et des mariages royaux se fait dans une perspective similaire. Elle explique le choix d’un nombre limité d’unions, la plus ou moins grande attention prêtée aux modalités des négociations et à la qualité des négociateurs (I). La valeur d’exemple ou au contraire de contre-modèle de ces alliances (II) vaut pour la description de certaines noces (III). Le tout excède le simple intérêt politique et informe sur le métier de l’historien

Un privilège royal

Monstrelet n’évoque pas toutes les unions royales et princières

  • 2 Jean Dufournet, « L’épanouissement de l’histoire au quinzième siècle en France », Fifteenth-Centur (...)
  • 3 9 mentions en 1400 ; 7 mentions en 1409 ; 6 en 1406 ; 5 en 1413, 1420 ; 4 en 1402, 1408, 1412, 142 (...)
  • 4 Mon propos est bien d’étudier les représentations que donne de ces mariages Monstrelet, non la soc (...)
  • 5 Anne-Hélène Allirot, « Les mariages royaux à la cour de France dans la première moitié du XIVe siè (...)
  • 6 Entre 1410 et 1429, seule l’année 1427 ne comporte pas de mentions. Pas de mention en 1401, 1403, (...)
  • 7 Dans la première décennie, les mentions interviennent plus de deux années sur trois, ensuite presq (...)

2Chroniqueurs et mémorialistes2 restent maîtres d’évoquer ou non les mariages royaux ou princiers, un événement, et de la manière, plus ou moins circonstanciée, dont ils le font. Monstrelet les mentionnent quatre-vingt-quatorze fois. Les choix qu’il opère répondent à plusieurs critères3. Certains mariages importants ou qui posent problème font l’objet de plusieurs évocations4. Il en va de même lorsque les négociations s’étalent sur plusieurs années et que le temps s’allonge entre elles et les noces. Le lien avec le contexte militaire et politique est patent. La période est riche en créations, confirmations ou renversements d’alliances, les historiens l’ont relevé de longue date et de manière récente encore5. Les vingt premières années6 du XVe siècle sont les plus denses7. 1400 qui ouvre les Chroniques comprend le plus grand nombre de mentions, elles reflètent moins l’intensité des négociations et le nombre des alliances que l’ambition de l’auteur. À l’inverse, leur absence dit peut-être une évolution de son propos ou de ses centres d’intérêt, sa lassitude dans les années 30 et annonce l’interruption en 1444. Le livre I comporte 68 références, le livre deux 26.

  • 8 Ils peuvent concrétiser de manière spectaculaire un certain type d’union : entre un frère et une s (...)
  • 9 7 fois, les conséquences sont pourtant évoquées.
  • 10 Les conséquences y sont envisagées, 18 fois, plus qu’ailleurs.
  • 11 17 fois, les conséquences ne sont pas explicitées.
  • 12 7 fois l’association est décrite avec ses résultats. Les retours de la fiancée ou de la veuve dans (...)
  • 13 Monstrelet revient sur l’événement à deux reprises (13 exemples), trois (2) et jusqu’à cinq ou sep (...)
  • 14 Les circonstances dans lesquelles ces alliances interviennent sont multiples dans le récit. Monstr (...)
  • 15 Le nombre de mariages, restés à l’état de projet, retenu par Monstrelet paraît faible au regard de (...)
  • 16 Les veuves, qui se remarient, suscitent de la part du chroniqueur comme de ses prédécesseurs une r (...)
  • 17 Pour les femmes ils sont indiqués de manière systématique, pas pour les hommes. Un certain nombre (...)

3Dans sept cas, il s’agit de mariages négociés ou célébrés en même temps8. Dans 47 cas, les conséquences des négociations ou de l’union sont envisagées de façon brève. Dans 59, Monstrelet y renonce, car il les estime trop connues, éloignées des préoccupations de ses lecteurs, ou juge en être mal informé. Les mariages, qui font l’objet d’une référence simple constat de changement de la situation matrimoniale sont au nombre de 299. Pour les autres, des pourparlers aux noces, en passant par la cérémonie de mariage, les étapes évoquées ne le sont pas également. Les négociations font l’objet de 33 descriptions10, le mariage de 2911. L’association dans le récit des négociations et des noces n’apparaît que dans 12 cas12. Monstrelet revient parfois sur la négociation ou le mariage à plusieurs reprises13. Les circonstances curieuses dans lesquelles ces alliances interviennent sont volontiers rapportées14. Sur 76 unions, 7 ont été projetées sans réalisation15 et onze remariages16 sont signalés comme tels17. Seules les négociations matrimoniales concernant le royaume sont retenues.

4La personnalité des protagonistes, conjoints, parents ou invités justifie des différences parfois considérables dans la longueur du texte. Les récits les plus longs et les plus détaillés sont l’indice d’un intérêt particulier de Monstrelet. Il peut se confondre avec celui de ses lecteurs, compte tenu de l’importance de l’événement, ou celui de son protecteur. Les mariages de la famille de Luxembourg font ainsi l’objet d’un traitement privilégié : l’attention qui leur est prêtée est plus grande que pour les mariages princiers, sans atteindre l’importance des mariages royaux. Enfin entre les remariages est établie une hiérarchie de prestige, à défaut la plus longue description est consacrée au dernier en date, les époux étant encore vivants.

Le vocabulaire est l’indice d’un jugement de valeur

  • 18 Il est surtout conjugué au passé espousa, eut espousé
  • 19 Demander une fille est exceptionnel, être fiancée n’apparaît que pour une femme.

5Le verbe épouser est le plus utilisé (41)18, il entre quelquefois dans des expressions comme promettre d’épouser, fiancer et épouser19, épouser et prendre à femme, épouser et prendre à mariage.

6Mariage entre dans les expressions les plus riches, qui distinguent toutes les phases de l’événement. La conception chrétienne du mariage n’apparaît guère. Avoir l’un l’autre en mariage, traiter du consentement des deux parties, de même loyal mariage évoquent un mariage légitime. L’échange et la négociation sont décrits par donner et octroier en mariage, faire avoir en mariage, offrir en mariage, donner en mariage, pour parler le mariage, le conclure, surtout faire et traiter le mariage, traiter le ou du mariage (21). Un des partis peut être refroidi de l’affinité et alliance de mariage. Quand la promesse du mariage est accomplie, le mariage est considéré comme achevé : il est fait ou fut fait (4), il est solennisé, parachevé, parconfermé, parfait, accompli, paraccompli, entretenu.

7Pour souligner la rapidité de l’enchaînement, l’auteur présente les alliances comme concluds, accordez et confermes. Le verbe marier est peu utilisé : fut marié, estoit marié, avoir marié (10), de même se remarier (3). De manière révélatrice, avoir en mariage (6) est plus employé pour une femme, prendre en mariage (5) pour un homme. Les expressions prendre à femme (7), prendre à espeuse, prendre une sienne nièce, donner a femme, avoir une fille l’emporte sur prendre à mari, avoir à mari.

8Les noces, toujours au pluriel, sont mentionnées dans faire les noces (8), parfaire les noces, solenniser les noces, Monstrelet indique qu’elles sont passées pour ensuite narrer la dispersion de l’assistance. Alliance vient moins souvent sous sa plume – avoir grant parole pour l’alliance, vouloir faire alliance, avoir en alliance – au pluriel, il entre dans la redondance mariages et alliances.

Les différentes étapes du mariage20 ne sont pas toutes représentées

  • 20 Jean-Baptiste Molin et Protais Mutembé, Le rituel du mariage en France du XIIe au XVIe siècle, Par (...)
  • 21 Dans neuf cas, le lieu où se déroulent les conférences n’est pas indiqué. À l’inverse, les trajets (...)
  • 22 Monstrelet mentionne l’hôtel de la comtesse de Hainaut, l’hôtel d’Artois à Paris, l’hôtel du roi d (...)
  • 23 Les deux peuvent être séparés, ainsi les ambassadeurs sont simplement logés en l’hôtel du Temple à (...)
  • 24 Pierre Duparc, « La conclusion du traité de Troyes ». Revue historique de droit français et étrang (...)
  • 25 Elle montre comment sont ménagés les susceptibilités, la sécurité, le protocole et le confort.

9Les négociations qui le précèdent, sont un complément de grandes manœuvres diplomatiques21. Le plus souvent les pourparlers ou les conférences se déroulent dans des villes, ou à proximité comme au siège devant Rouen, trois fois dans un Chastel (Nansi le Duc, Bohaing, Hantonne- Southampton). Parfois l’hôtel22 où sont hébergés les ambassadeurs ou les négociateurs sert de cadre. La précision en la salle de l’évêque de Winchester est unique. Une fois, les rencontres interviennent sur les champs23. La description du grand parc emprès Meulenc où se tient la convention qui prépare le traité de Troyes24, avec ses entrées différentes et sa tente du conseil est exceptionnelle25. Les circonstances peuvent suggérer l’existence d’un espace de négociation non spécifique : en voyage, en prison, à la cour de France, lors du grand conseil, d’une grande assemblée de seigneurs. Il est alors difficile de déceler une spécificité des négociations matrimoniales, ce qui ne veut pas dire qu’elle n’existe pas mais plutôt qu’elle échappe à Monstrelet parce qu’elles interviennent en privé, sont longues, informelles ou qu’il n’y attache pas d’importance.

  • 26 Monstrelet explique qu’une réponse sera donnée à la Pentecôte qui vient ou que la négociation dure (...)
  • 27 Il a lieu le lendemain pour le traité de Troyes en 1420, les négociations remontent à 1406 alors q (...)

10Dans vingt-trois cas figurent des indications de durée. Elles sont parfois elliptiques : finablement ou lacunaires26. Le premier jour est fixé un rendez-vous a un autre certain jour. En dehors de la date du 10 février, les précisions limitées l’emportent : une journée, trois jours ensuivans, quinze jours environ, trois semaines, un mois. Dans ce laps de temps, tous les jours ne sont pas consacrés à la négociation : ainsi le lendemain et bien trois semaines ensuivants convindrent par plusieurs journées… à la dernière journée… Les autres formules, vagues, suggèrent plutôt la longueur : par diverses fois, par aulcuns jours, plusieurs jours, plusieurs journées, en ces propres jours, tant que, certain espace de temps, espace de temps par avant, grant espace, longtemps par avant, assez longuement, très longuement. Au contraire, elles peuvent insister sur la brièveté des entretiens, leur rapidité, la facilité de la prise de décision, la concordance des points de vue ou leur caractère inconciliable : tost après, tantost après, briefs jours ensuivants, lendemain assez matin. Le détail du déroulement des négociations en rappelle la durée ainsi les ambassadeurs de Gueldres sont encore faisans leur chemin de parfaire ledit mariage avec Valentine Visconti quand le duc les rompt. Des moments différents sont évoqués par les trois formules le plus en usage : quand les ambassadeurs ont montré les causes et articles pour quoi ils estoient là ; tant envoièrent l’un de vers l’autre qu’ilz vindrent a conclusion d’avoir bon appointement ensemble ; après plusieurs conseils, parlement avecques les ambaxadeurs… Une fois seulement l’auteur insiste sur le fait que l’accord parfait, les fiançailles et le mariage interviennent aussitôt27. Il n’est guère possible d‘établir une corrélation simple entre la qualité des futurs époux, de leur famille et ces indications, même si d’évidence une plus longue durée est associée à l’importance des enjeux et à la multiplicité des négociations.

  • 28 Id., p. 5.

11Pour le déroulement des opérations28, de la première prise de contact à la convention, dans dix cas sur seize, les brèves descriptions ne comportent que deux éléments : les interventions ou les motifs entrant dans la décision puis la conclusion.

  • 29 Trois, quatre, six ou onze.
  • 30 Les trois étapes sont constituées par une négociation bipartite avec chacun des partenaires, l’acc (...)
  • 31 Pourtant comme il fait des demandes jugées extraordinaires, l’accord ne se fait pas.
  • 32 … lequel estoit moult désirant de l’avoir en mariage, et aussi y avoit bien cause, car elle estoit (...)
  • 33 Jean-Marie Cazilhac, « Le douaire de la reine de France à la fin du Moyen Âge, statut et rôle poli (...)
  • 34 L’opération territorialement avantageuse permet en matière de propagande, de décrier la future rei (...)
  • 35 Cette situation déprimée est confirmée par d’autres éléments cf. Jacqueline Larocus-Curien, Pauvre (...)

12Les six narrations étoffées comprennent29 plusieurs étapes réparties en deux grandes phases30. La présence conjointe de la mère de la future qui participe aux pourparlers et de sa fille est caractéristique. Marguerite de Bourgogne traite du mariage de sa fille Jacqueline de Bavière, qui n’est pas bien contente. Après la séparation du couple, elle intervient avec Philippe de Bourgogne pour une réconciliation que Jacqueline refuse. Monstrelet note en s’en offusquant se conclud et délibéra du tout en soy mesmes, que la départie seroit faicte de elle et de son dict mary. Elle réside quelque temps dans l’hôtel de sa mère, puis lui fausse compagnie pour l’Angleterre. Monstrelet ajoute plus loin qu’après longtemps, elle épouse le duc de Gloucester. La mère de Philippe de Nevers, la duchesse de Bourbon, négocie avec la demoiselle de Dreux son mariage avec la sœur du comte d’Eu. La présence de la future qui peut n’apparaître que lors des fêtes, en particulier des joutes, données à l’occasion des négociations est une manière de prévenir les complications suscitées par d’éventuelles incompatibilités. En 1418, au Pont de l’Arche, les ambassadeurs du roi de France et du duc de Bourgogne avoient porté avec eulx la figure de Katherine, fille dudit Roy, laquelle fut présentée au roy d’Angleterre et lui pleut moult bien31. En 1419, Catherine est à Meulan avec sa mère, lors de l’ouverture solennelle de la convention. Le roi la salue. Monstrelet précise que ladessusdicte Katherine de France qui avoit esté menée afin que le roy d’Angleterre la veist32. En cas de remariage, la place de la future dans la négociation est aussi signalée. En 1401, la veuve de Jean IV de Bretagne, Jeanne de Navarre, sur le point d’épouser Henri iv de Lancastre, négocie avec le duc de Bourgogne son oncle l’abandon de son douaire33 à ses enfants moyennant une rente annuelle34. Le plus souvent, la mère et la fille ne sont pas citées35. Les exemples précédents constituent en quelque sorte autant de cas particuliers justifiant la longueur du récit.

  • 36 Il est précisé trente-neuf fois, sauf deux.
  • 37 Dans sept cas.
  • 38 Dans quatre cas.
  • 39 Dans quatre cas, la nécessité de se venger ou de punir ceux qui ont trahi, de récompenser les fidè (...)
  • 40 Deux exemples dans chaque cas.

13Les négociations matrimoniales peuvent ne venir que dans un deuxième temps pour conforter le résultat d’autres tractations. Le principal objet des rencontres36 n’est pas donné, comme l’indiquent les formules aultres choses ou sans planté d’autres grandes besognes acomplir ou concerne pour un tiers des occurrences la conclusion de paix ou de trêves. Les transferts37 et les cessions territoriales qui accompagnent l’union ou un remariage38 sont débattus mais aussi des alliances politiques à l’intérieur d’un parti39. Une succession au trône est réglée, sont résolus une révolte et des troubles et sont organisées des ruptures de mariage40.

  • 41 Cyrille Debris, op. cit., p. 86-102. Les candidats au mariage, une affaire politique, sont considé (...)
  • 42 Sur les transferts matrimoniaux, cf. François Bougard, Laurent Feller et Régine Le Jan (dir.), Dot (...)
  • 43 Monstrelet le souligne pour les royaumes de Navarre, Chypre, Naples, Hongrie, Jérusalem.
  • 44 Arlette Rochais-Chiarello, « Le mariage en Savoie au Moyen Âge », Histoire en Savoie : Revue trime (...)
  • 45 Elle est un garant de ses qualités morales, la beauté étant le reflet de sa bonté, un topos.

14Monstrelet, pour faire comprendre les enjeux41 de ces négociations, énumère les seigneuries et les biens meubles, car les transactions patrimoniales sont pour ces familles l’acte fondateur de l’union conjugale42. Il peut aussi signaler que sont en cause l’autorité du roi sur les princes de sang et les grands feudataires et celle de ces derniers sur leurs fidèles. Le mariage permet l’entrée dans une famille royale ou impériale43et dans certains cas la transmission du pouvoir. Quand sont réalisées de fructueuses alliances politiques et militaires, la liste des parents, affins et amis en donne la portée. Le duc de Bourgogne, invité au mariage du fils du duc de Savoie44, honore cette invitation avec une escorte de deux cents cavaliers, sa présence fait événement et éclipse les noces dans le récit. Il fait ainsi figure de chef potentiel de la noblesse européenne dans le cadre d’une éventuelle croisade. Certaines notations, plus rares, sur la beauté de la mariée et la légitimité du mariage rappellent que la perpétuation de la lignée est en jeu45. En cas de remariage, Monstrelet note que la future épouse est déjà mère de garçons et vit saintement.

Le mariage reste une affaire de famille

  • 46 Love, mariage and family ties in the later Middle Ages, éd. Isabel Davis, Miriam Müller, Sarah Jon (...)
  • 47 Les pôles principaux des relations familiales sont : père-fils/fille, oncle-neveu, mari-femme, frè (...)

15La famille que Monstrelet présente46 est sans grande profondeur généalogique alors que les formes de solidarité horizontales entre ses membres sont en nombre47. Elle réunit par les liens du sang et d’affection, consanguins et alliés, les époux, le lignage et la parentèle. Parmi eux sont distingués ceux qui ont l’initiative des négociations matrimoniales, ceux qui les conduisent. Quant aux autres négociateurs, ils ne sont pas tous signalés par leur nom, en dehors du suzerain.

Les époux sont présentés avec leur lignage et leur parentèle

  • 48 Il ne dresse pas de manière systématique un portrait de l’époux idéal beau, tempérant, droit, puis (...)
  • 49 Le principe de la transmission des qualités par l’homme seul qui s’impose depuis le XIIIe siècle, (...)
  • 50 Dans quatre cas, le nom de l’époux n’est pas précisé lorsqu’il s’agit de négociations de principe, (...)
  • 51 La proportion est comparable, lorsque sont prises en compte les dix mentions consacrées à Catherin (...)
  • 52 Henri V est désigné comme : « roi d’Angleterre, le roi Henry d’Angleterre, Henry roi d’Angleterre, (...)
  • 53 Monseigneur n’apparaît qu’une fois.

16Monstrelet ne signale pas de la même manière les deux époux dans son récit48. Il décline l’identité par rapport à une structure familiale verticale, la lignée masculine surtout49, et à un ancrage territorial. L’époux est l’héritier mâle ou celui qui permet la transmission de l’héritage. Le nom de l’époux est le premier donné dans 83 cas50, contre 17 pour l’épouse. Le prénom du mari figure dans 64 cas, contre 42 pour la femme51. Le titre du conjoint éclaire le propos de Monstrelet : il est roi52 (22), duc (28), comte (17)53, moins souvent chevalier (3). Le dauphin (2), le prince de Galles (1), le comte de Charolais (3), le régent (2) sont désignés non en tant que tel mais comme fils de, pour souligner leur légitimité. La qualification seigneur de (4), messire (7), sire (2) est réservée dans le texte à des personnages de moindre rang. L’importance de l’aînesse est caractéristique et pour ces personnages leur présence dans le récit aux côtés des princes de sang, est justifiée par l’énoncé sinon de tous leurs titres d’au moins deux. Seul un Luxembourg est désigné par sa titulature complète (6 titres).

  • 54 Didier Lett, op. cit., p. 34- 35.

17La référence au château, à la seigneurie, au toponyme du patrimoine foncier de la famille l’emporte et souligne la continuité et la puissance du lignage54. Monstrelet précise une seule fois à propos d’un chevalier qu’il est anglais et ne donne pas son nom. La mention de la charge ou du prénom et du nom seuls ne s’applique qu’à des parvenus, qui appartiennent à la cour mais s’intègrent mal à l’aristocratie.

  • 55 Dans un exemple, les indications concernant la parenté sont multiples et s’ajoutent dans deux cas (...)
  • 56 À côté du lignage, le rôle des fratries et de la sororalité témoigne de l’importance nouvelle des (...)
  • 57 Le lien avunculaire intervient de longue date comme un substitut de la relation paternelle, lorsqu (...)
  • 58 Cousin peut ne pas recouvrir un lien de parenté charnelle, mais un titre signalant une place dans (...)
  • 59 Bernard Chevalier, Marie d’Anjou, une reine sans gloire, 1401-1463, in Geneviève et Philippe Conta (...)

18L’indication de la parentèle n’est pas systématique. Dans 21 cas, elle accompagne la titulature55 avec pour effet de souligner la qualité d’un personnage ou de compenser une infériorité éventuelle. Les mentions les plus fréquentes sont par rapport au père : fils de (10), fils aîné (7), premier fils (1), second fils (7), fils et héritier (3), seul fils et héritier (2). Se rencontrent ensuite par rapport au roi, à la reine ou à un duc : frère de56 (7), neveu57 de (3). Beau-frère, parent, affin sont l’exception58, Charles VII, dont le titre n’est pas donné, est juste présenté comme succédant à son père, amertume bourguignonne certes, mais aussi incontournable titre de légitimité59.

  • 60 Sur ces femmes, cf. par exemple Marcelle Renée Reynaud, « Deux princesses et reines de la deuxième (...)
  • 61 Cette discrétion relative ne rend pas compte tout à fait du statut de la reine cf. Fanny Cosandey, (...)
  • 62 Dans onze cas, deux parentés sont indiquées : « fille de et sœur de » ; dans huit cas, troisparent (...)
  • 63 Cette désignation tient sans doute au fait que les femmes ne sont pas au centre du système féodal (...)
  • 64 Le texte de Monstrelet permet de se rendre compte de certains enjeux des alliances matrimoniales, (...)

19La présentation de l’épouse60 est toute autre. Dans les stratégies matrimoniales, Monstrelet sans surprise s’attache aux filles, qui donnent un surcroît de noblesse à la famille. Les femmes n’intéressent que parce qu’elles nouent des réseaux d’alliances qui apportent du prestige. Mais le roi s’attache ses vassaux en leur concédant la main de ses filles, faute de pouvoir pratiquer pour toutes un mariage isogamique. Les titres reine61 (4), duchesse (7), comtesse (8), vicomtesse, dame de (7), madame, damoiselle ou mademoiselle (4) n’ont pas l’importance de l’indication de la parentèle qui est pour la femme l’essentiel. Dans dix-neuf cas, plusieurs liens sont indiqués62. La désignation de l’épouse se fait le plus souvent par la mention d’une relation familiale renvoyant au lignage d’origine63. La mariée est fille premier née de, première fille, fille aînée de (8), seule fille de (4), seule fille et héritière (5), seconde fille (4), tierce fille (3), quarte fille (2), cinquième fille, fille mainsnée, une des filles mainsnées, une des filles de (5), et surtout fille de ou fille au (40), sœur de (20, sœur aisnée, sœur mainsnée, demi-sœur, nièce de (9), cousine de (6). Le statut est parfois donné pour souligner une difficulté : épouse, femme de, première femme de, jadis femme de (7), veuve de (3), douairière (2), compagne de, femme avenir de, mais aussi marraine de (3), mère de (3). Jeanne de Bar en raison de ses liens avec les Luxembourg fait l’objet de la plus longue présentation. L’évocation de la lignée ou de la parentèle éclaire les enjeux64, justifie la durée des négociations, la solennité des noces, l’assistance nombreuse et la longueur du récit.

Les initiateurs de mariage

  • 65 Alors qu’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne négocie le mariage de deux de ses nièces dans (...)
  • 66 Un bon exemple en est donné par les mariages faits en 1406 à Compiègne et les alliances entre les (...)
  • 67 Philippe Contamine, « Les rencontres au sommet dans la France du XVe siècle », in Heinz Duchhardt, (...)
  • 68 Yves Déloye et Claudine Haroche, Olivier Ihl (éds), Le protocole ou la mise en forme de l’ordre po (...)

20La famille, y compris les clercs et les femmes65, comme le montrent les expressions par le moyen de, en partie par le moyen et sollicitude de, a l’initiative des pourparlers, les conduit et les mène à conclusion66. Les négociations constituent de véritables rencontres au sommet67 d’où l’importance du protocole68 et font intervenir dans ses familles illustres et anciennes la famille étendue latéralement.

  • 69 Sur le rôle des parents : cf. Jean-Baptiste Molin et Protais Mutembe, Le rituel du mariage en Fran (...)
  • 70 Maurice H. Keen, « Henry V’ s Diplomacy » in Henry V. The practice of kingship. G. L. Hariss éd., (...)
  • 71 Invitations au mariage : pratique sociale, abus de pouvoir, intérêt de l’État à la cour des ducs d (...)
  • 72 Denise Hillard-Villard, « Les relations diplomatiques entre Charles VII et Philppe le Bon de 1435 (...)
  • 73 Chez les Habsbourg (Cyrille Debris, op. cit., p. 220-227) les signataires des traités de mariage m (...)
  • 74 À un degré bien moindre interviennent les ducs de Bretagne (4) de Savoie (2), de Milan, de Gueldre (...)

21Les membres de la parenté les plus éloignés qui sont évoqués sont les oncles et les cousins germains et une à trois générations sont représentées. Parmi ceux qui jouent le plus souvent un rôle, Monstrelet relève le roi d’Angleterre, Henry IV, qui agit en tant que père69, puis en futur époux comme son fils HenryV70 (8 fois). Il souligne surtout l’extraordinaire politique matrimoniale des ducs de Bourgogne71, Jean sans Peur et Philippe le Bon72, avec 22 interventions73 en tant que père, oncle, frère74.

  • 75 Monstrelet présente ainsi le roi d’Angleterre et le roi de France ou la mère de Jacqueline de Bavi (...)
  • 76 Le cardinal de Bar prend l’initiative quand les intérêts de sa famille sont en jeu, de même Louis (...)

22L’initiative peut être conjointe : entre le roi de France et le duc de Bourgogne75. Le dauphin ou le régent agit au nom du roi76. Tout cela rappelle le droit de regard en la matière du souverain sur les princes de son sang, du suzerain sur ses féaux. Ils s’impliquent dans les négociations. Ils ont le droit de se prononcer, de donner ou de refuser leur consentement au moment du mariage. Les princes de la très haute noblesse soumettent leur mariage à l’approbation royale en raison des enjeux politiques, ce qui témoigne du progrès du pouvoir royal sur l’aristocratie en cette époque troublée. Le comportement du comte d’Armagnac, qui prétend se dispenser de l’accord royal, est traité comme un crime de lèse-majesté.

  • 77 Pourtant leur rôle est attesté comme négociatrice dans les tractations les plus importantes. Ainsi (...)
  • 78 L’affaire dessert le parti des Orléans qui paraît compromettre par ses pratiques l’ordre social.
  • 79 Monstrelet relève pour le juger exorbitant un comportement qui peut être conforme au droit mais sa (...)
  • 80 Monstrelet ne relève pas qu’elles sont des héritières majeures, alors que cette circonstance rend (...)
  • 81 The medieval mariage scene: prudence, passion, policy, ed. Sherry Roush, Cristelle L. Baskins, Tem (...)

23L’enjeu étant politique, les femmes, mère ou future épouse, apparaissent peu77. Ce rôle modeste ne tient pas à l’âge comme pourrait le laisser entendre Monstrelet qui signale que Catherine de France à dix ans ou environ. Dans l’aristocratie, le mariage est avant tout l’affaire du chef de la lignée. Monstrelet le montre à propos de l’union de messire Clignet du Brabant, chevalier de l’Hôtel du duc d’Orléans78, qui épouse la comtesse de Blois sœur du comte de Namur, en ayant obtenu l’accord du frère illégitime de ce dernier. Namur auquel le mariage déplaît, fait prendre et décapiter son demi-frère79. Monstrelet relève avec soin le comportement de certaines femmes, qui décident de leur sort, de leur franche volonté, elles sont dotées d’une forte personnalité et certaines ont été déjà mariées80. Deux fois il le note en bonne part pour la dame de la Roche Guyon et pour Jeanne de Béthune, comtesse de Ligny et vicomtesse de Meaux. Il s’en étonne sous couvert de l’opinion pour Jacqueline de Bavière et à un degré moindre pour la seconde duchesse de Bedford81.

  • 82 Monstrelet, hostile à la double monarchie, le désigne seulement comme roi d’Angleterre.
  • 83 La disparité financière entre les deux candidats est favorable à Orléans, mais la richesse de Vale (...)
  • 84 Léon Mirot, « Isabelle de France, reine d’Angleterre, comtesse d’Angoulême, duchesse d’Orléans (13 (...)

24Pour le mariage d’un prince héritier ou d’un roi, affaire considérable, les ambassades rivalisent parfois. La présentation des faits par Monstrelet se ressent de son attachement à la maison de Luxembourg et au parti bourguignon. Elle tient aussi à la complexité des relations diplomatiques et au secret des négociations en ces circonstances. Il est possible de repérer trois types de concurrence. Dans un premier exemple, Monstrelet stigmatise la tentative du comte d’Armagnac, de marier, sans le consentement du roi de France, sa fille avec Henry VI82 d’Angleterre, en notant aussitôt que ce dernier épouse la fille du roi René. Dans un deuxième exemple, pour la fille du duc de Milan, les partis en compétition sont également séduisants Louis d’Orléans, frère du roi, rivalise avec le duc de Gueldre, frère du roi des Romains83. Le dernier exemple concerne le remariage d’Isabelle de France veuve du roi Richard d’Angleterre que le successeur de son mari veut épouser, mais que finalement obtient Orléans84. Au plus haut niveau de l’état, la concurrence entre filles ne tient pas à des questions de personnes. Elle est un bon révélateur des ambitions bourguignonnes. Jean sans Peur veut donner sa fille à Henry V, qui lui préfère Catherine de France. Monstrelet ne dit rien de la dot de la fille du duc de Bourgogne, mais laisse deviner son importance en montrant l’ampleur des concessions consenties par Charles VI contre ses intérêts. Jean sans Peur demande pour son fils, l’aînée des filles de France, puis quand elle décède pendant la négociation, la cadette.

Les différents intervenants et le rôle des ambassades

  • 85 Monstrelet le signale en tant que tel.
  • 86 Donald E. Queller, The office of ambassador in the Midle Ages, Princeton, Princeton Unvsersity Pre (...)
  • 87 Theodor Meron, « The authority to make treaties in the late middle ages », American Journal of Int (...)
  • 88 Isabelle Lebis, « La pratique de la diplomatie sous le règne de Charles VI, ambassades et ambassad (...)

25La parentèle est désignée nominativement et sont décrits ses liens de parenté avec les futurs époux. Monstrelet évoque dans vingt-quatre cas les ambassadeurs de l’époux et de l’épouse. Il rappelle que plusieurs ambassades sont parfois nécessaires, sans pour autant faire mention d’un changement de leur composition. Parmi les intervenants sont énumérés : le principal85 négociateur, le futur époux, les conseillers (5), les ambassadeurs86 (11) – il est une fois précisé qu’ils ont puissance pour négocier87 – les procureurs (2), les messagers, un héraut qui porte les lettres et enfin les gens du roi88 ou du principal négociateur, terme générique qui englobe les uns et les autres. Lorsque le principal négociateur est un seigneur, Monstrelet ajoute comme pour justifier un choix incongru : moult saige et prudent.

26En fait trois groupes se distinguent. Au plus haut niveau, les négociations se font en famille : le roi, le prince de Galles, son conseil ou le roi, ses frères, son conseil en Angleterre, le roi et ses enfants dans le royaume de France. Les aspects les plus techniques sont laissés aux procureurs.

27Un deuxième groupe est constitué de personnages cités par Monstrelet : ducs (5), comtes (16), seigneurs (2), chevalier, prélats, évêque (7), archidiacre, archevêque, prieur. Certains se signalent par leurs charges militaires – connétable, amiral – ou leurs offices – un prévôt, un chancelier, un gouverneur de comté. Dans ce groupe, il n’est pas toujours nécessaire de rappeler que l’ambassadeur est frère ou oncle du roi, la qualité des futurs époux est reflétée par celle des ambassadeurs.

  • 89 René de Maulde de la Clavière, « Les instructions diplomatiques au Moyen Âge », Revue d’Histoire d (...)
  • 90 Léon Mirot et Eugène Deprez, « Les ambassades anglaises pendant la guerre de Cent ans, catalogue c (...)

28Le troisième groupe anonyme est moins prestigieux et sans doute le plus nombreux, ce qui pose le problème des instructions reçues et de la marge de manœuvre de ces membres89. Il est présenté de manière sommaire : et autres, et aucuns autres, et plusieurs autres. Monstrelet prend parfois la peine d’en souligner la qualité : chevaliers et écuyers, plusieurs nobles conduits par, aulcuns autres gentilhommes d’armes, et le roi d’armes, aulcuns autres notables ambaxadeurs, avec plusieurs grands seigneurs de grant puissance et autorité. Il ne précise pas la composition exacte, ne donne pas le chiffre total, sauf pour une ambassade anglaise de 600 chevaux ou environ90, chiffre excessif qui choque Monstrelet et pour une ambassade portugaise de quatre hommes de cheval seulement. Par la composition et le nombre, les deux parties ne sont pas forcément identiques. La liste nominative des négociateurs ne distingue pas ceux de l’époux et de l’épouse quand ils appartiennent à la même mouvance politique.

29Pour l’épouse, il est fait mention de plusieurs notables ambassades, de solennelle ambassade. Le chef en est le roi (2), le duc (11) et ses frères, un comte (3). Ils sont père, oncle, frère de la future épouse, sans que ce lien soit explicité. Les autres intervenants sont ambaxadeurs (5), conseillers (4) : aucuns et leurs plus feables conseillers, ou sont simplement commis, Monstrelet signale le prévôt d’une ville, un seigneur de (2), un premier président en Parlement. Quatre sont appelés messire. Les autres personnages ne sont pas cités ni même dénombrés. Trois expressions sont employées : et aucuns autres, autres de leurs alliances et les diz seigneurs et leurs procureurs. Les clercs – cardinal (2), archevêque, évêques (3) – sont apparentés à la future, leur nièce (1), sans que Monstrelet le signale toujours.

  • 91 Son rôle est connu par ailleurs : Rachel Gibons, « Les conciliatrices au bas Moyen-Âge. Isabeau de (...)

30Il est difficile d’apprécier dans ces négociations la qualité du travail des femmes – la reine, en particulier Isabeau de Bavière91, sa fille, ou la damoiselle – et l’implication personnelle de la future dans les pourparlers est exceptionnelle (3).

  • 92 Geneviève Ribordy, op. cit., p. 3.
  • 93 Monstrelet, qui met en valeur les mariages endogamiques pour tenir son rang, est discret sur les m (...)
  • 94 Nathalie Nabert, Les réseaux d’alliance en diplomatie aux XIVe et XVe siècles, étude de sémantique(...)

31Le seul chiffre92 donné, 350 chevaucheurs, souligne le prestige quasi royal des ambassades concernant les princesses de Bourgogne. À Compiègne en 1406 la négociation multilatérale est originale et complexe en raison des liens de parenté entre les futurs époux93 d’où la présence d’un légat, de plusieurs évêques, de docteurs en droit canon et de gens d’Église. Le clivage passe alors entre partisans de Bourgogne et ceux d’Orléans. À l’inverse en 1410, à Meun-le-Chastel, les négociateurs ne sont pas répartis en deux groupes distincts. Ils appartiennent tous, ce qui est une manière de critique indirecte, à la même mouvance politique94 –celle des Orléans – que le mariage de Charles d’Orléans avec la fille de Bernard VII comte d’Armagnac renforce.

De bonnes unions

Le mariage, rarement décrit, confirme les enjeux politiques et territoriaux de l’union négociée

  • 95 Élodie Desjardin-Lecuppre, « Parcours festifs et enjeux de pouvoirs dans les villes des anciens Pa (...)
  • 96 Elle n’est pas un privilège des familles royales, cf. Monique Wernham, « Une rupture de promesse d (...)

32Les cortèges nuptiaux sont au nombre de douze95. Deux sont associés à des renvois dans la famille d’origine de la veuve ou de la fiancée dans le cadre d’une rupture de promesse de mariage96.

  • 97 Les descriptions données par Monstrelet rendent mal la spécificité des cortèges nuptiaux ou périnu (...)

33Ces cortèges97 accompagnent cinq fois l’époux, neuf fois l’épouse et dans un cas l’invité le plus prestigieux. Ils sont deux fois communs. Il est difficile de dire précisément dans quelle circonstance chaque cortège est constitué : avant le rite de la jonction des mains devant l’Église, moins souvent pour la remise par le père de sa fille à son futur gendre, ou à la sortie de l’église.

  • 98 Les expressions sont en la conduite, avec la dame pour la conduire.
  • 99 Une fois sont associées les mentions nominatives et collectives, deux fois le nom du chef du cortè (...)
  • 100 Parmi eux sont nommés trois prélats, dix hommes, trois femmes.
  • 101 Un homme est identifié deux fois, 2 (2), 4 (2), 5 (3) et 7 (2).
  • 102 Plusieurs autres grands seigneurs ; aultres plusieurs grans et notables seigneurs chevaliers et es (...)
  • 103 Et plusieurs autres femmes d’état, plusieurs aultres nobles dames et damoiselles en très noble et (...)
  • 104 Plusieurs chevaliers et escuyers, dames et damoiselles ; aucuns grans seigneurs et dames du pays d (...)

34Monstrelet donne trois types d’informations sur sa composition dans cinq exemples. Il cite huit personnages qui conduisent le cortège, dont une femme98 et désigne les membres huit fois collectivement99 et sept fois nominativement. 44 personnages sont ainsi cités par leur nom100. Chaque cortège comprend un (2) ou 2 (2) prélats, de un à sept hommes101, de deux (2) à quatre femmes dans cet ordre. Quatre fois est indiquée une relation de parenté entre un des membres du cortège et un des époux, plus souvent la femme : une fois est cité l’oncle, trois fois, un ou plusieurs frères. Les indications collectives sont trois fois chiffrées : le duc de Bourgogne a une escorte de 200 chevaliers et écuyers pour se rendre au mariage du comte de Genève. Pour le renvoi de la fille du duc de Bourgogne par le roi de Sicile le cortège comprend six vingt personnes à cheval. Le dénombrement peut être partiel. Les seigneurs, les chevaliers et les écuyers sont accompagnés de trois cens chevaulcheurs ou environ pour la jeune Catherine de France, qui voit sa litière entourée à chaque entrée de ville par dix ou douze gentilshommes. Aucune des désignations collectives n’est identique à l’autre. Quatre sont masculines102, trois ne concernent que des femmes103, sept sont mixtes104 mais les hommes sont toujours cités d’abord. Monstrelet insiste sur le caractère prestigieux de ces escortes : « honorablement en gracieux appareil, grandement accompagné de, très honourablement accompagné, moult haultement et honourablement accompagné ». Elles sont baillées par le père, l’oncle, un personnage considérable, à la fois puissant et très riche. Le cortège qui accompagne le retour de la fille de Jean sans Peur ne comprend du côté de l’époux aucun personnage cité nominativement, pour éviter de rajouter à l’humiliation en donnant le nom de personnes célèbres et prestigieuses. Par contre tous les états qui constituent la bonne société et la société politique sont là.

  • 105 Le droit canon fixe a sept ans l’âge auquel des parents peuvent contracter des fiançailles pour le (...)
  • 106 Henry Percy, premier comte de Northumberland, avait été un des artisans de l’avènement au trône du (...)
  • 107 Jean d’Orléans, comte de Dunois, bâtard de Louis de France.
  • 108 Jacques II de Bourbon, comte de La Marche, roi de Naples en 1415 (ca 1370-1438).

35La première mention d’un retour dit honorable dans sa famille d’origine concerne Isabelle de France, veuve du roi Richard d’Angleterre. Monstrelet s’attarde sur la composition de l’escorte anglaise, puis française, sur les étapes du voyage, les retrouvailles avec le père et la mère, inversant point par point le cortège nuptial qui conduit la future à son époux. Le moindre incident diplomatique peut être considéré comme un manquement à l’honneur et un casus belli, qui provoque la reprise des hostilités. Il est remarquable que Monstrelet, pour souligner le caractère malgré tout offensant du renvoi de la veuve, ne donne pas d’indication sur la durée de son mariage et son âge – douze ans – qui rend son remariage très probable105. L’escorte anglaise est sous la direction du connétable d’Angleterre106, un proche du roi. Monstrelet insiste sur le nombre (plusieurs) et la qualité (chevaliers et écuyers, dames et damoiselles) de ses membres, leur jeunesse relative rappelle le caractère joyeux de la compagnie, une même classe d’âge. Une attention particulière est portée aux lieux de rencontre entre l’escorte anglaise et française. La remise se fait entre Calais et Boulogne, en zone frontière. Trois responsables sont cités : Waleran de Saint-Pol, capitaine et gouverneur de Picardie, l’évêque de Chartres et le seigneur de Longueville107. Pour la partie féminine sont mentionnées la damoiselle de Montpensier, sœur du comte de La Marche108 et la damoiselle de Luxembourg, sœur du comte de Saint-Pol, et autres dames et damoiselles envoyées par la reine. La mention des Luxembourg tient à l’attachement de l’auteur à Jean de Luxembourg, mais pas seulement. La jeune veuve est honorée par cette escorte comme les Luxembourg le sont par cette responsabilité. La reine est ensuite conduite auprès des ducs de Bourgogne et de Bourbon qui l’attendent, mais n’ont pas voulu participer à la remise. Elle est reçue par eux très honorablement et Bourgogne fait donner pour elle un très honorable dîner, répétition qui a contrario montre bien le caractère sensible de l’opération. Elle est conduite à Paris où ses parents la reçoivent très bénignement, douceur qui compense le caractère humiliant, douloureux de l’épisode et ainsi le confirme.

36L’assistance aux noces, la participation aux fêtes et leurs financements, actes très politiques sans l’être seulement, font l’objet de tractations que Monstrelet ne décrit pas et de manœuvres, qu’il n’explicite pas. Les unes et les autres sont inévitables en raison de la personnalité des protagonistes. Cette assistance ne se confond pas avec la liste de ceux qui interviennent dans les négociations et composent les cortèges, malgré des traits communs. Deux grandes catégories de participants ou d’invités sont recensées : ceux qui ne sont pas nommés et ceux dont l’identité est déclinée. Dans le premier cas, il faut distinguer les désignations collectives et par la parenté avec un des époux ou la personnalité la plus importante présente aux fêtes. Les chiffres sont rares.

  • 109autres seigneurs et dames, plusieurs seigneurs dames et demoiselles, plusieurs seigneurs ’Anglet (...)

37Les désignations collectives, onze cas, se font par l’état, le rang, la qualité, une fois de manière implicite – et aulcuns autres – le plus souvent avec quelques précisions. Neuf fois elles concernent des hommes, trois fois des femmes, sept fois des hommes et des femmes. Deux parfois trois catégories sociales différentes sont en présence, trois fois. Un premier groupe comprend l’aristocratie : plusieurs princes et princesses, les grands seigneurs : plusieurs grands seigneurs, plusieurs autres grands seigneurs (2 fois), moult d’autres grands seigneurs, dames et demoiselles. Quand les Anglais sont en cause, l’assistance est présentée comme moins relevée109.

  • 110très noble chevalerie, très grand nombre de notables chevaliers, écuyers, dames et damoiselles e (...)

38Un second groupe, un peu moins représenté, est mentionné seul ou parfois après le précédent : chevaliers et escuyers dames et demoiselles de diverses contres, deux cents chevaliers et escuyers de la famille et amistié des deux parties. Pour les femmes plusieurs dames et demoiselles, dames et damoiselles est une indication plus vague. Les formules mixtes se trouvent dans les textes courts ou répartis dans les textes longs, qui évoquent plusieurs étapes110. La désignation collective, grand cantité de gens d’église est rare pour les clercs. Les rois d’armes, heraulx, poursiuvans, trompesstes, menestrelx, dont le roi d’armes d’Angleterre, n’apparaissent que dans la description de noces à la cour de Bourgogne.

  • 111 La reine (2), le roi (2), le prince, le chancelier, le duc (20), le comte (20), la duchesse (6), l (...)
  • 112 Sont identifiés un personnage (2), deux (2), quatre, six, huit(2), neuf, dix, onze, douze, seize.

39Les désignations nominatives se font par le titre pour la famille royale et la haute aristocratie111. L’ordre hiérarchique dans les listes est décroissant et Bourgogne, invité, est cité en premier avant les époux. Le titre est accompagné souvent de la mention d’une parenté de la même génération : son frère (4), ses deux frères, leurs sœurs, sa femme (5), leurs femmes, ou de deux : leur mère, leur oncle, ses filles, sa fille, fils de ses enfants (3), plusieurs de ses enfants. Les femmes sont citées ici aussi après les hommes. Le nombre de personnages identifiés va jusqu’à seize112.

Des noces convenues

  • 113 Geneviève Ribordy, op. cit., p. 117-130.

40Elles interviennent dans le récit après le récit des négociations ou la présentation des époux, des enjeux et avant le bilan. Elles font l’objet de douze mentions ou descriptions113. Neuf se réduisent à quelques mots, une demi-phrase ou une phrase plus ou moins longue. Trois fois, elles s‘étendent sur un long paragraphe ou plusieurs et constituent l’essentiel du chapitre où elles figurent.

  • 114 Mais aussi chières joieuses, joyeuse réception cf. Nicolas Offenstadt, Faire la paix…, op. cit., p (...)
  • 115très grant feste et solennité, fist la feste et solemniza les noces, la feste solemnizée, fist l (...)

41Certains éléments sont communs : le vocabulaire et la nature des manifestations festives. Le terme le plus fréquent est fête. Solempnités, solempniser, solempnellement (5) sont utilisés y compris pour la famille de Luxembourg, jamais pour des noces à la cour de France. Deux termes sont génériques esbatemens (4) et joieusetez114 (2) qui n’apparaît pas dans les versions longues des descriptions. Dans les versions courtes, les détails boires (3), mangiers (3), danses (3), joutes (4) sont réservés au mariage du second fils du roi de France et à celui de Louis de Luxembourg. Les adjectifs et les adverbes jouent un rôle important : feste moult notable, grandes festes, très grant feste115. Pour le banquet de noces de Louis de Luxembourg, Monstrelet, qui assiste à l’événement, remarque : Si y fut on servi très habondamment et avec ce y fut faicte très joieuse chière.

  • 116 Jean-Baptiste Molin et Protais Mutembé, Le rituel du mariage…, op. cit., en particulier chap. IX L (...)
  • 117 Monstrelet n’insiste pas sur le caractère urbain de la fête, la ville sert pourtant le plus souven (...)

42Les versions longues accordent une grande place aux banquets et décrivent avec minutie les plans de table. Elles se distinguent aussi par la mention des fiançailles, des préparatifs, la description de la cérémonie religieuse116 et l’importance de tout ce qui touche à l’héraldique. Pour le mariage de Charles d’Orléans, en plus, les rues de la ville sont encourtinées en plusieurs lieux de tapis et plusieurs draps de haute lice. Pour le mariage de Philippe le Bon et d’Isabelle de Portugal, il est fait mention d’automates117.

43La cour de Bourgogne fait preuve d’un intérêt marqué pour tout ce qui a trait à la musique : si y furent faites très grandes et mélodieuses festes et esbatemens. Les trois descriptions la concernant soulignent la richesse des vêtements et du service. Les victuailles sont en habondance ou moult plentiveuse et les plats sont riches et divers. La place accordée au plan de tables souligne l’importance de l’assistance. La lignée, parents, affins et les amis se réunissent pour faire honneur aux futurs époux, à leurs familles et à leurs protecteurs royaux. La hiérarchie peut renvoyer clairement à l’ordonnance des armées : les comtes et aultre grande chevalerie comme en brigade. Les joutes sont, dans un quart des cas, un élément essentiel : dans les versions courtes, par la qualité des jouteurs, et dans les longues, par leur nombre et leur originalité (de nuit, en salle, sur de petits chevaux).

  • 118 Les invités font de la fête un événement social. Leur choix est politique, il révèle l’influence d (...)
  • 119 Le cérémonial instaure un échange inégalitaire entre les témoins, les invités qui assistent au dép (...)
  • 120 Six fois.
  • 121 La distinction est moins facile, les différences de titre chevaliers et écuyers ne recouvrant pas (...)

44La composition des noces118 présente avec la liste de ceux qui participent aux négociations et aux cortèges nuptiaux119, nombre de traits communs. Les hommes sont plus souvent cités et le sont avant les femmes. Les invités ne sont pas nommés ou font l’objet d’une désignation collective, ou ne sont cités que par leur lien de parenté avec les époux ou la personnalité la plus relevée. Les personnages dont l’identité est déclinée sont moins nombreux, mais Monstrelet leur consacre plus de place. Les 21 désignations collectives sont données sans chiffre et comprennent mentions dans 9 cas que de mâles, 3 fois que de femmes, 7 fois des deux. Elles comprennent par l’état, le rang, la qualité deux niveaux, parfois trois. L’accent est mis sur la mixité sociale dans trois cas seulement. Pour les femmes sont associées des catégories d’âge différentes120 et pour les hommes121, sont mentionnés les princes, les comtes, les grands seigneurs (4), les seigneurs (3), les chevaliers, les chevaliers et écuyers (3), les gens (2), les bourgeois. Sont aussi évoqués la chevalerie (2), la noblesse, dames et damoiselles (6).

  • 122 Il agit comme invité, chef de parti, en tant que membre de la famille royale, deux fois comme père
  • 123 La présence de l’adjectif tout est révélatrice sans être systématique : il s’applique trois fois a (...)

45Le financement des noces est évoqué de manière différente, même pour les simples allusions, dix fois, et surtout de façon très politique. Quatre fois le duc de Bourgogne illustre ainsi la largesse du prince, vertu aristocratique et chevaleresque122. Sont présentés en position de payeurs quatre fois l’époux, trois fois le suzerain, deux fois le père. La solidarité familiale trouve là une application parfois spectaculaire. Monstrelet, qui ne recense pas tous les financements, sélectionne ceux qu’il estime scandaleux, exemplaires ou curieux. L’ampleur du financement varie selon la proximité avec le prince bailleur. Il peut être réservé à un cadeau ou à une partie des fêtes : au dîner, au cortège, au prêt de la salle, aux victuailles, à la prise en charge d’un des époux, de sa famille, de ses gens et de ses amis, où comprendre toutes les dépenses provoquées par ce changement de statut matrimonial123.

  • 124 Déjà lors des négociations du mariage d’Henri V et Catherine de France, les ambassadeurs anglais s (...)

46Il convient de ne pas ignorer certaines réticences ou réserves, ainsi lors de son second remariage, Philippe le Bon en assume les frais, Très grand finance observe Monstrelet. Il insiste sur le financement par Louis de Luxembourg de ses propres noces, dont il donne une description flatteuse comme fut commune renommée, le plaçant sur le même pied que le duc de Bourgogne et la famille royale. Le parti pris de l’auteur apparaît aussi lorsqu’il approuve la prise en charge par Philippe le Bon de toutes les dépenses des noces de Messire Jehan de la Trèmoille et de la demoiselle de Rochebaron, qui ont lieu en l’hôtel d’Artois à Paris. À l’inverse, il relève pour le mariage du fils aîné de Montagu avec lafille du connétable de France Catherine d’Albret, entièrement financé par le roi, que cela suscita la grande indignation et envie de plusieurs princes de sang, pas de tous. Les critiques directes sont réservées aux Anglais124. Pour les noces d’Henry V et de Catherine de France, l’appréciation apparaît in fine, les Anglais font grans pompes et bobans comme se présentement deust estre roys de tout le monde. Monstrelet raille le remariage du duc de Bedford, avec la fille aînée de Pierre de Luxembourg, frisque, belle et gracieuse, eagié de xvii ans ou environ, alors qu’il a 43 ans et qu’il décède trois ans plus tard. Pour la joie et plaisir que ycelui duc de Bethfort eut et print d’ycelui mariage et adfin que de lui il fust perpétuelment mémoire, il donne à l’église de Thérouanne, deux cloches moult riches, notables et de grande valeur, lesquelles il fist amener à ses propres couztz et despens du pays d’Angleterre.

  • 125 La durée d’une noce est un élément d’appréciation de son prestige pourtant il retient peu Monstrel (...)
  • 126 Élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les (...)
  • 127 … dont les subjetz de chacune partie eurant au cuer très grant joie espérans par le traictié dessu (...)
  • 128 Les Anglais qu’on laisse aller par toute la ville à leur plaisir sans empêchement.

47Le jugement sur les noces est souvent positif : les noces entre Bar et Lorraine sont faites realment, entre Bedford et Bourgogne furent les nopces faictes tant solennellement comme royalement. L’appréciation la plus longue porte sur le troisième mariage de Philippe le Bon, avec Isabelle de Portugal125 : quant est a parler des grans estas qui y furent fais sans nombre en divers mès de boires et de mengiers très plantiveusement par l’espace de huit jours ou environ, ilz seroient trop longz à déclairer. Il ajoute plus loin : si n’avoit ledit duc à nulles de ses aultres femmes espouser tenu de si riche feste comme il fist a ycelle qui estoit la tierce. Il sait décrire le caractère joyeux de ses noces : au contentement des parents et alliés – les frères Saint-Pol et Ligny sont tres bien content d’eulx comme il moustroit par semblant – s’ajoute la joie de la population126. Cette dernière soutenue par la prodigalité des hôtes tient à l’établissement de la paix127. Le tout s’accompagne d’une grande liberté de mouvement y compris pour les ennemis de la veille128.

  • 129 Cyrille Debris, (op. cit., p. 75-85) considère pour les Habsbourg que sont idéales certaines motiv (...)
  • 130 D’après Cyrille Debris, (op. cit., p. 102) les Habsbourg pratiquent des mariages hypogamiques pour (...)
  • 131 Ce sont les seigneuries de Dunkerque, Varneston et autres.
  • 132 Harecourt contre les Anglais met garnison en toutes villes et forteresses qu’il obtient par son ma (...)
  • 133 L’apaisement entre Bar et Lorraine suscite le mécontentement du duc des Mons.
  • 134 Mileta Novacovitch, Les compromis et les arbitrages internationaux du XIIe au XVe siècle Thèse pou (...)

48Le bilan des unions est politique et militaire. Le lignage se trouve renforcé et la concorde et le calme à l’intérieur d’un état sont rétablis. Grâce à son mariage Jacques de Bourbon tient le royaume de Sicile et de Naples assez paisiblement129. Les accroissements territoriaux sont le moteur principal de la politique matrimoniale de Bourgogne130 : le duc met ainsi la main sur Boulogne à la faveur du mariage de la duchesse de Berry et du seigneur de La Trémoille. Harecourt par son mariage obtient le gouvernement de toutes les seigneuries de Tancarville. Luxembourg a de grandes seigneuries en son nom et le duc lui en rend plusieurs, qui appartenaient au défunt mari de son épouse, Robert de Bar, et qu’il lui avait confisqué131. Le renforcement de la défense d’un territoire fait l’objet d’une mention132. Les conséquences des transactions matrimoniales ne sont pas toutes heureuses133. Louis de Hongrie, qui renvoie à Jean sans Peur sa fille, redoute tant sa vengeance qu’il sollicite un arbitrage royal134.

Les échecs, les unions scandaleuses ou mal assorties sont autant de cas particuliers

  • 135 Les raisons n’en sont pas toutes politiques, Monstrelet avec brièveté consent à rappeler des quest (...)
  • 136 Le phénomène est ancien, ainsi entre les maisons princières de Savoie et de Brabant cf.David Kusma (...)
  • 137 Esther Koch, « Entry into convents and the position on the marriage market of noble women in the l (...)

49Dans 14 cas, les négociations ou le mariage échouent135. Un premier type d’échec tient à la dureté des négociations des clauses territoriales et financières assorties au mariage136 : le roi de France refuse les conditions léonines du roi d’Angleterre, Henri IV, pour sa fille Marie, mise au couvent de Poissy en 1397et qui prend le voile en 1407 après l’affaire137. Une seconde série d’échecs tient à la mise en concurrence des candidats au mariage. Jean sans Peur connaît nombre de déconvenues. Le mariage entre le prince de Galles et sa fille est contrecarré par les manœuvres de ses adversaires. Le comte de Vertus, frère de Charles d’Orléans fuit en secret Paris pour ne pas épouser sa fille à qui il était fiancé.

  • 138 Le duc de Milan écarte le duc de Gueldres, pourtant frère du roi des Romains, pour l’onneur du Roy (...)
  • 139 Geneviève Ribordy, op. cit., p. 51-56.
  • 140 Didier Lett, op. cit., p. 109-111.
  • 141 Un temps, son remariage avec le prince de Galles est envisagé, proposition anglaise contrecarrée p (...)
  • 142 Monstrelet suggère peut-être aussi que le mariage aurait pu n’être pas consommé, cause d’annulatio (...)
  • 143 Jean-Baptiste Molin et Protais Mutembe, Le rituel du mariage…, chap. iii, p. 69-70. L’enjeu est éc (...)
  • 144 Elle est donc bigame, ce qui est un empêchement au mariage, cf. Geneviève Ribordy, op. cit., p. 69
  • 145 Monstrelet rapporte que le duc de Gloucester finit par épouser Aliénor de Cobatre, une femme de ba (...)
  • 146 Martin Aurell, conclusion, in Geneviève et Philippe Contamine, op. cit., en particulier « La veuve (...)
  • 147 Ils étaient proposés par le roi d’Angleterre et le roi de France. Ce refus s’ajoute aux activités (...)
  • 148 Geneviève Ribordy, op. cit., p. 107-110.

50La situation de ceux qui sont rejetés, est pénible et plus dommageable pour les filles que pour les garçons, même si l’atteinte n’est pas personnelle138. Le plus délicat au plan diplomatique et le plus difficile au plan humain, est ce que Monstrelet considère comme un tort et blâme fait à la famille d’origine de la future139 ou de la veuve, son renvoi140. Le premier exemple, même si les formes sont respectées, est considéré comme un casus belli par les princes de France car Isabelle, veuve du roi Richard est renvoyée sans son douaire et sans rentes et revenus par les Anglais141. Le second cas est le retour de la fille de Jean sans Peur, Catherine, congédiée par le roi de Sicile. Monstrelet n’en donne pas les raisons. Il rappelle que du consentement des deux parties, la jeune fille avait rejoint la famille de son fiancé : elle luy avoit par ledit duc esté menée en très honnorable estat. Il écarte un problème d’incompatibilité puisque selon sa jeunesse estoit très gracieuse fille et consacre une longue description aux modalités honorables de son retour, prouvant a contrario l’importance du revers pour Jean sans Peur. L’affront, l’humiliation sont considérables. Le duc grandement troublé éprouve une grande haine à l’endroit de Louis, roi de Sicile. La jeune fille meurt peu après à Gand, de chagrin ce qui n’est pas dit mais suggéré. Enfin Monstrelet revient à plusieurs reprises sur les affaires matrimoniales de Jacqueline de Bavière. Il commence par souligner ce qui sépare les deux époux, insiste sur la faible complexion du mari142, puis dans la deuxième mention évoque un mariage forcé à l’instigation de sa mère, seule cause d’annulation invoquée par Jacqueline143. Son deuxième mariage, du vivant de son premier mari144, n’est guère plus heureux145. Pour le troisième, Jacqueline obtient l’accord de Bourgogne moyennant des clauses territoriales dures. Les autres échecs concernant des veuves146 ne sont pas commentés. Le refus de remariage147 de fortes femmes agissant par loyalisme à l’encontre d’un occupant étranger est une résistance toute politique. La dame de La Roche Guyon n’accepte pas d’épouser messire Guy Boutiller, favorable aux Anglais. Jeanne de Béthune, comtesse de Ligny, refuse en 1440 le comte d’Eu malgré l’intervention du roi de France, son défunt mari étant un adversaire résolu du roi au moment de sa mort. Elle préserve ainsi l’héritage de son époux et ses seigneuries148.

  • 149 Le non-respect de leurs engagements par les Anglais empêche le remariage d’Isabelle avec le succes (...)
  • 150 Elle est remplacée par sa cadette. La mort de la duchesse de Bourgogne, sœur de Charles de Bourbon (...)
  • 151 Il convient de ne pas en minimiser les conséquences, ainsi le mariage à l’instigation du duc d’Orl (...)
  • 152 Monstrelet n’évoque pas la concurrence entre les veuves et les jeunes filles plus attrayantes, car (...)
  • 153 Le problème ne touche pas que les familles royales ou princières mais a ici un relief particulier, (...)
  • 154 Geneviève Ribordy, op. cit., p. 42.

51Enfin l’échec peut tenir à divers empêchements. Le lien de parenté entre Isabelle de France et Charles d’Orléans ne permet pas d’obtenir une dispense ni d’envisager une union149. Monstrelet ne s’attarde guère sur les perturbations que la mort apporte à la nuptialité : le décès de la première fille du roi de France empêche son mariage avec Charolais150. Il note avec soin que certains mariages suscitent le mécontentement de la famille151. Il insiste pour les jeunes veuves sur l’essor des remariages152, qui posent le problème de l’intervention du suzerain, du consentement de l’épouse, génèrent des difficultés et conduisent à des unions mal assorties dans nombre de cas. Ils constituent autant de contre modèles à éviter dans les familles royales153. Ainsi du remariage du duc de Bedford avec la fille aînée de Pierre de Luxembourg, le duc de Bourgongne, n’en fut point bien content dudit conte de Saint-Pol, pour ce que sans son sceu et conseil il avoit ainsy alié sadicte fille154.

  • 155 David L. d’Avray, Medieval marriage. Symbolism and society, New York, Oxford University Press, 200 (...)
  • 156 René d’Anjou, qui se marie avec la fille du duc de Lorraine, spolie le duc des Mons de l’héritage (...)

52Certaines unions font scandale. Elles contreviennent aux prescriptions de l’Église concernant l’indissolubilité des unions et la monogamie mais pas seulement155. Monstrelet les recense sans complaisance excessive et pas de manière systématique. Pour lui, comme pour ses contemporains, trois objets de scandale apparaissent dans les mariages, d’abord le lien de parenté naturelle ou spirituelle entre les futurs époux, Jacqueline de Bavière est la marraine et la cousine de Jean de Brabant, Isabelle de France est la marraine de Charles d’Orléans, Louis d’Orléans est le cousin de Valentine Visconti. La deuxième cause de réprobation tient à la spoliation de l’une des parties, comme le roi de France, qui par le traité de Troyes, consent à son futur gendre des concessions contraires à ses intérêts156.

  • 157 L’endogamie l’emporte sur l’exogamie et s’accorde avec l’homogamie ou isogamie. Les mariages exoga (...)
  • 158 Enfin il observe à propos du remariage de la seconde duchesse de Bedford avec un chevalier d’Angle (...)
  • 159 Il est remarquable que le mariage anglais envisagé par le comte d’Armagnac, sans l’accord du roi, (...)

53Pour Monstrelet, en dehors de la bigamie de Jacqueline de Bavière qu’il explique sans pouvoir l’excuser notant avec prudence pour lequel mariage moult de gens furent grandement esmerveillez, le plus scandaleux, ce sont les unions mal assorties. L’homogamie est en effet souhaitée. Huit cas sont évoqués plus ou moins longuement, quatre sont des mésalliances avec des conditions sociales trop éloignées entre conjoints157. Dans trois cas une femme de haut parage épouse un simple chevalier158, plus jeune ce que Monstrelet ne précise pas. Le duc de Gloucester se marie avec une femme de bas état, qui plus est diffamée. Les disparités d’âge et de complexion sont relevées deux fois, la conjonction des deux est mise en avant pour la reine d’Écosse mère de sept enfants qui épouse un jeune chevalier159.

54Au total, Enguerrand de Monstrelet moins prolixe que les chroniqueurs bourguignons qui le suivent, mais plus disert que la Chronique des Cordeliers, donne des négociations matrimoniales, des mariages royaux ou princiers une présentation très sélective qui reflète son soutien à la maison de Luxembourg, son attachement à la maison de Bourgogne, son loyalisme relatif à l’endroit de la France et son hostilité à l’égard des Anglais. D’une manière générale, il ne tient pas une chronique mondaine. Tous les mariages royaux ne sont pas évoqués, à plus forte raison les mariages princiers. Certaines unions comme celle des rois d’Angleterre avec les enfants de France le retiennent en raison de leurs implications européennes. Plus que les négociations, les cortèges nuptiaux et l’assistance aux noces sont l’occasion de recenser ceux qui comptent dans la société politique et les belles fortunes. La place des femmes y est constamment en retrait, elles sont moins souvent citées que les hommes et souvent par rapport aux liens de parenté qui les unissent aux mâles. Leur consentement reste pourtant indispensable et les mésalliances, si redoutées et encore possibles, ne sont pas que de leur fait. Quelques figures féminines comme Jacqueline de Bavière ont un peu de relief, toujours en raison de l’importance politique de leurs terres et héritages, mais en mauvaise part, sans que pour autant elles soient accablées. Elles figurent moins en négociatrices qu’en futures épouses, ou comme une composante élégante mais passive des cortèges nuptiaux ou des banquets de noces. Les reines ne se distinguent pas à cet égard des femmes de la haute aristocratie. À la tête de la composante féminine de la cour, leur sphère d’influence par excellence, leur rôle apparaît mal, celui des femmes de l’aristocratie moins encore et celui des autres catégories sociales pas du tout. Les liens sororaux ne surgissent qu’à la faveur des mariages conclus collectivement. Monstrelet marque plus le rôle et la puissance des fratries et les liens de cousinage qui unissent les grandes familles, sans pouvoir en donner un compte exhaustif. Quant au roi, au prince, qui agit en père, il n’est guère montré intervenant dans les mariages princiers, et s’il tente de le faire en cas de remariage des veuves, il n’impose pas toujours ses décisions, tant le mariage reste une affaire de famille.

Notes

1 Dictionnaire des Lettres françaises, Paris, Robert Laffont, 1992, (coll. Bouquin) p. 409-410.

2 Jean Dufournet, « L’épanouissement de l’histoire au quinzième siècle en France », Fifteenth-Century studies, vol. 34, 2009, p. 64-80.

3 9 mentions en 1400 ; 7 mentions en 1409 ; 6 en 1406 ; 5 en 1413, 1420 ; 4 en 1402, 1408, 1412, 1424 ; 3 en 1411, 1418, 1419, 1423, 1432 ; 2 en 1404, 1407, 1410, 1415, 1416, 1417, 1436, 1438, 1440. Les autres années ne comportent qu’une mention.

4 Mon propos est bien d’étudier les représentations que donne de ces mariages Monstrelet, non la société réelle. Pour cette dernière, cf. Didier Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval Ve-XVe siècle, Paris Hachette, 2000.

5 Anne-Hélène Allirot, « Les mariages royaux à la cour de France dans la première moitié du XIVe siècle », in La cour du prince, cour de France, cours d’Europe (XIIIe-XVe siècles). Actes du colloque international qui s’est tenu du 18 au 20 septembre 2008, à Versailles-Saint-Quentin en Yvelines, Paris XIII, Paris XII, sous la dir. de Marie-Claude Gaude-Ferragu, Bruno Laurioux et Jacques Paviot (à paraître) démontre le lien étroit entre la référence à ces unions dans les chroniques contemporaines et les perturbations du contexte politique. Cette étude entre à la fois dans les perspectives de David Bates, Véronique Gazeau, Éric Anceau, Frédérique Lachaud et François-Joseph Ruggiu (éd.), Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (XIe-XXe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006 et dans celle du programme de recherche du Groupe iv de l’UMR TELEMME, cf. Christiane Raynaud, « Perdre son prince dans les chroniques du XVe siècle : l’exemple de l’Anonyme des Cordeliers et d’Enguerrand de Monstrelet », Aix-en-Provence, 23 mai 2008, Journée d’études Écriture et trouble(s) de soi, UMR 6570 TELEMME. (à paraître).

6 Entre 1410 et 1429, seule l’année 1427 ne comporte pas de mentions. Pas de mention en 1401, 1403, 1405, 1430, 1431, 1434, 1437, 1439, 1442.

7 Dans la première décennie, les mentions interviennent plus de deux années sur trois, ensuite presque toutes les années sont concernées, puis à partir de 1430 une année sur deux et entre 1440 et 1444, trois années sur quatre.

8 Ils peuvent concrétiser de manière spectaculaire un certain type d’union : entre un frère et une sœur avec une sœur et un frère, entre un oncle et sa nièce avec une tante et son neveu, entre un cousin et une cousine avec une cousine et un cousin, entre un homme et une femme de deux lignées différentes avec une femme et un homme de deux lignées d’une autre famille. Les échanges entre lignées alternées sont fréquents. L’alliance à travers ce mécanisme d’échange est un élément de cohésion fondamental des groupes de descendance et qui prévaut sur des considérations strictement économiques.

9 7 fois, les conséquences sont pourtant évoquées.

10 Les conséquences y sont envisagées, 18 fois, plus qu’ailleurs.

11 17 fois, les conséquences ne sont pas explicitées.

12 7 fois l’association est décrite avec ses résultats. Les retours de la fiancée ou de la veuve dans la famille d’origine sont évoqués sur ce modèle.

13 Monstrelet revient sur l’événement à deux reprises (13 exemples), trois (2) et jusqu’à cinq ou sept fois pour le roi d’Angleterre. Sur l’ensemble des traités et conventions le concernant : Thomas Rymer (éd), Foedera. Conventiones. Literae et cujuscumque generis acta publica inter reges Anglios et alios, La Haye, Neaulme, vols ii à v, 1739-1741, édition complétée et corrigée : Londres, Record commission, 1816-1869, 4 vols.

14 Les circonstances dans lesquelles ces alliances interviennent sont multiples dans le récit. Monstrelet associe l’évocation du mariage à un portrait royal (6), au décès du mari ou du père d’un des conjoints, à son avènement (6), à un changement de statut social, à l’hostilité du suzerain (4), à la réalisation d’un traité de paix (8), avec ses clauses territoriales (4) ou financières (3), à la conclusion de trêves, au renouvellement ou au changement d’alliances (3), à la reddition ou à la libération de prisonniers (2) cf. Nicolas Offenstadt, Discours et geste de paix pendant la guerre de Cent ans, Thèse, université de Paris i, Panthéon-Sorbonne, 2001 et Nicolas Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, Paris, Odile Jacob, 2007.

15 Le nombre de mariages, restés à l’état de projet, retenu par Monstrelet paraît faible au regard des données établies pour les Habsbourg (Cyrille Debris, « Tu, felix Austria, nube ». La dynastie de Habsbourg et sa politique matrimoniale à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVIe siècles), Turnhout, Brepols, Histoires de famille. La parenté au Moyen Âge, 2005, p. 75). Entre 1273 et 1519, 58 mariages sont consommés et 110 restent à l’état de projets. Au début du XVIe siècle seules les maisons d’Espagne, de France et d‘Angleterre sont aussi puissantes, ce qui restreint le nombre des candidats et candidates possibles. Ce nombre est déjà réduit par les prescriptions de l’Église sur la valeur des promesses, des fiançailles et du sacrement du mariage et les empêchements canoniques : âge des conjoints, degrés de consanguinité ou d’affinité, respect du calendrier liturgique et des temps prohibés, impuissance, mariage forcé etc. (Ibidem, p. 72-74).

16 Les veuves, qui se remarient, suscitent de la part du chroniqueur comme de ses prédécesseurs une réprobation plus ou moins grande en fonction de leur rang, de leur lignage et de leur personnalité, car elles abandonnent leurs enfants et obligent à restituer la dot. Les femmes défont en quelque sorte la maison, ce qui justifie l’importance de la patrilinéarité aux yeux des contemporains.

17 Pour les femmes ils sont indiqués de manière systématique, pas pour les hommes. Un certain nombre de remariages n’apparaissent donc pas comme tels.

18 Il est surtout conjugué au passé espousa, eut espousé

19 Demander une fille est exceptionnel, être fiancée n’apparaît que pour une femme.

20 Jean-Baptiste Molin et Protais Mutembé, Le rituel du mariage en France du XIIe au XVIe siècle, Paris, Beauchesne Éditeur, 1974.

21 Dans neuf cas, le lieu où se déroulent les conférences n’est pas indiqué. À l’inverse, les trajets, les déplacements qui les accompagnent sont donnés sept fois.

22 Monstrelet mentionne l’hôtel de la comtesse de Hainaut, l’hôtel d’Artois à Paris, l’hôtel du roi d’Angleterre à Troyes. Le rôle décisif dans les négociations des propriétaires de ces résidences est ainsi souligné.

23 Les deux peuvent être séparés, ainsi les ambassadeurs sont simplement logés en l’hôtel du Temple à Paris.

24 Pierre Duparc, « La conclusion du traité de Troyes ». Revue historique de droit français et étranger, 1-1971, p. 50-64.

25 Elle montre comment sont ménagés les susceptibilités, la sécurité, le protocole et le confort.

26 Monstrelet explique qu’une réponse sera donnée à la Pentecôte qui vient ou que la négociation dure jusqu’à février ensuivant sans mention de la date précise de son ouverture ou de son terme.

27 Il a lieu le lendemain pour le traité de Troyes en 1420, les négociations remontent à 1406 alors qu’Henry v est prince de Galles et pour celles concernant Catherine de France, à 1413, cf. Geneviève Ribordy, « Faire les nopces » Le mariage de la noblesse française (1375-1475), Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Studies and Texts 146, p. XXIV, 2.

28 Id., p. 5.

29 Trois, quatre, six ou onze.

30 Les trois étapes sont constituées par une négociation bipartite avec chacun des partenaires, l’accord puis sa mise par écrit sous forme de lettres ou « d’instruments royaux ». Elles peuvent l’être aussi par l’arrivée des différentes parties en plusieurs temps, les accords, les fêtes. Quatre étapes interviennent en cas de désaccord : les conseils, le constat de désaccord et la prise d’un autre rendez-vous, une ultime négociation et la séparation des négociateurs. Quand d’autres étapes sont évoquées, Monstrelet distingue deux phases. La première par exemple comprend la réception des ambassadeurs et l’exposé de leur mission, la deuxième évoque leur retour, le compte rendu de leurs activités, de l’accueil qu’ils ont reçu et leurs remerciements. Peuvent aussi se succéder l’arrivée des ambassadeurs, leur réception, l’exposé de leur mission, la réponse qui leur est donnée, la demande de lettres de confirmation et de sauf-conduits, l’accord de principe, les cadeaux, le retour, la relation écrite puis orale de leur mission. Enfin les ambassades peuvent se croiser, le processus est alors plus complexe : arrivée de la première ambassade, exposé, retour, deuxième ambassade, négociation, fête, retour, troisième ambassade, négociation, retour, arrivée du prince, visites protocolaires, conseils, accord, fiançailles, mariage.

31 Pourtant comme il fait des demandes jugées extraordinaires, l’accord ne se fait pas.

32 … lequel estoit moult désirant de l’avoir en mariage, et aussi y avoit bien cause, car elle estoit moult belle dame, de hault lieu et de gracieuse manière, n’y retourna pas depuis la première fois. Après la mort de Jean sans Peur, Philippe de Bourgogne négocie le mariage avec le roi d’Angleterre, l’accord accepté, Henry V vient le confirmer à Troyes en toute hâte. À son arrivée, il rend visite à la reine et à sa fille.

33 Jean-Marie Cazilhac, « Le douaire de la reine de France à la fin du Moyen Âge, statut et rôle politique », in Reines et princesses au Moyen Âge, Actes du cinquième colloque international de Montpellier, vol. 1, Cahiers du CRISIMA no 5, 2001, p. 75-87.

34 L’opération territorialement avantageuse permet en matière de propagande, de décrier la future reine d’Angleterre, cf. Michael Jones, « Entre la France et l’Angleterre : Jeanne de Navarre, duchesse de Bretagne et reine d’Angleterre (1368-1437) », in Geneviève et Philippe Contamine, Autour de Marguerite d’Écosse, op. cit., p. 45- 72.

35 Cette situation déprimée est confirmée par d’autres éléments cf. Jacqueline Larocus-Curien, Pauvres duchesses : l’envers du décor à la cour de Lorraine, Metz, éd. Serpenoise, 2007.

36 Il est précisé trente-neuf fois, sauf deux.

37 Dans sept cas.

38 Dans quatre cas.

39 Dans quatre cas, la nécessité de se venger ou de punir ceux qui ont trahi, de récompenser les fidèles en est le corollaire.

40 Deux exemples dans chaque cas.

41 Cyrille Debris, op. cit., p. 86-102. Les candidats au mariage, une affaire politique, sont considérés comme des biens familiaux à placer judicieusement pour s’assurer des ressources matérielles. Ici ce n’est pas le vote des grands électeurs qui est recherché, mais surtout un renforcement de la légitimité des familles régnantes et de manière un peu marginale un magistère moral sur l’ensemble de l’aristocratie dans la perspective d’une croisade pour le duc de Bourgogne.

42 Sur les transferts matrimoniaux, cf. François Bougard, Laurent Feller et Régine Le Jan (dir.), Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, Collection de l’École française de Rome-295, 2002. Les dots sont rarement évoquées, malgré l’hypertrophie caractéristique de la période, elles ne paraissent pas ce qu’elles peuvent être à savoir un apport équivalent ou supérieur à ce qui revient aux enfants mâles, elles ne sont pas non plus présentées comme l’outil principal utilisé pour tenter de déshériter les filles, qui ne les ont pas en cas de décès des mâles de la famille. La composition du douaire qui renseigne sur la fortune de l’époux et sur le prix qu’il accorde à l’union n’est pas indiquée, mais il s’agit d’une simple jouissance viagère. Le droit de conserver l’apport du premier époux est loin d’être partout la règle. La veuve n’en conserve que l’usufruit avec les enfants ou les héritiers de son mari. Après le décès du mari, la dot doit servir à la faire vivre elle et ses enfants. Si la femme se remarie son douaire retourne à la famille du mari ou à ses héritiers.

43 Monstrelet le souligne pour les royaumes de Navarre, Chypre, Naples, Hongrie, Jérusalem.

44 Arlette Rochais-Chiarello, « Le mariage en Savoie au Moyen Âge », Histoire en Savoie : Revue trimestrielle historique, 19 : 80, 1985, p. 2-10 ; Christian de Borchgrave, « Diplomates et diplomatie sous le Duc de Bourgogne Jean sans Peur. Les relations entre États et principautés des Pays-Bas à la Savoie, XIVe-XVe siècle », Publications du centre européen d’études bourguignonnes, no 32, 1992, Neufchâtel, Rencontres de Montbéliard (26-29 septembre 1991), p. 31-47. Mais aussi Jean Cordey, Les comtes de Savoie et les rois de France pendant la guerre de Cent ans (1329-1391), Paris, Librairie Champion, 1911.

45 Elle est un garant de ses qualités morales, la beauté étant le reflet de sa bonté, un topos.

46 Love, mariage and family ties in the later Middle Ages, éd. Isabel Davis, Miriam Müller, Sarah Jones Rees, Turnhout, Brepols, 2003 ; Gérard Delille, « Représentation généralisation, comparaison. Sur le système de parenté européen », Annales. Histoire, Sciences sociales, Sciences sociales. Famille et parenté, 62e année no 1, janvier-février 2007, p. 137-157.

47 Les pôles principaux des relations familiales sont : père-fils/fille, oncle-neveu, mari-femme, frère-sœur.

48 Il ne dresse pas de manière systématique un portrait de l’époux idéal beau, tempérant, droit, puissant et riche ni de l’épouse belle, noble vertueuse, ayant bon caractère et une moralité irréprochable, jeune et robuste. Chaque figure importante emprunte pourtant une de ses qualités et au total leur recension aboutit au même profil que pour les Lancastre, les Habsbourg (Cyrille Debris, op. cit., p. 128-132) etc.

49 Le principe de la transmission des qualités par l’homme seul qui s’impose depuis le XIIIe siècle, est un des instruments permettant aux juristes de fixer les privilèges de la noblesse. Elle passe par les mâles dans la plus grande partie des régions françaises depuis quatre siècles cf. Gérard Delille, op. cit., p. 145-148 ; Georges Duby, Mâle Moyen Âge, De l’amour et autres essais, Paris, Flamarion, 1988, deuxième partie Structures de la parenté ; Id., Le chevalier la femme et le prêtre : le mariage dans la France féodale, Paris, Hachette-Laffont, 1981 et 1999 ; Jack Goody, The development of the family and marriage in Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 268, 279, 281.

50 Dans quatre cas, le nom de l’époux n’est pas précisé lorsqu’il s’agit de négociations de principe, il n’est pas tout à fait connu à l’avance, ce qui permet des remplacements.

51 La proportion est comparable, lorsque sont prises en compte les dix mentions consacrées à Catherine de France, les six à Jacqueline de Bavière et celle d’Isabelle de France.

52 Henri V est désigné comme : « roi d’Angleterre, le roi Henry d’Angleterre, Henry roi d’Angleterre, le roi Henry », ou comme « héritier et régent de France », avec le traité de Troyes.

53 Monseigneur n’apparaît qu’une fois.

54 Didier Lett, op. cit., p. 34- 35.

55 Dans un exemple, les indications concernant la parenté sont multiples et s’ajoutent dans deux cas à une titulature plurielle.

56 À côté du lignage, le rôle des fratries et de la sororalité témoigne de l’importance nouvelle des liens horizontaux. La famille au sens large intervient plus souvent. Elle ne se limite pas au lien traditionnel entre l’oncle maternel et le neveu et s’étend aux cousins germains.

57 Le lien avunculaire intervient de longue date comme un substitut de la relation paternelle, lorsque le père a disparu ou est empêché, mais pas seulement. L’intervention royale est un indice fort de la puissance de l’entité territoriale en jeu.

58 Cousin peut ne pas recouvrir un lien de parenté charnelle, mais un titre signalant une place dans la hiérarchie de la cour.

59 Bernard Chevalier, Marie d’Anjou, une reine sans gloire, 1401-1463, in Geneviève et Philippe Contamine, op. cit., p. 81-98 et en particulier sur son mariage, p. 82.

60 Sur ces femmes, cf. par exemple Marcelle Renée Reynaud, « Deux princesses et reines de la deuxième maison d’Anjou-Provence, Marie de Blois-Penthièvre et Yolande d’Aragon (ca 1360-1442) », in Reines et princesses au Moyen Âge, op. cit., vo1. 1, p. 277-290 ou Jean-Christophe Cassard, « Les princesses de Bretagne. Approches matrimoniales d’une politique de souveraineté (XIIIe-XVe siècle) », op. cit., p. 187-203.

61 Cette discrétion relative ne rend pas compte tout à fait du statut de la reine cf. Fanny Cosandey, « La blancheur de nos lys. La reine de France au cœur de l’État royal », Revue d’Histoire moderne et contemporaine. 44, 3, juillet-septembre 1997, p. 387-403; Queen and Queenship in medieval Europe, Anne J. Duggan et King’s college, Londres, Boydell Press, 1997.

62 Dans onze cas, deux parentés sont indiquées : « fille de et sœur de » ; dans huit cas, troisparentés : « fille de, nièce de, sœur de… ».

63 Cette désignation tient sans doute au fait que les femmes ne sont pas au centre du système féodal et demeurent en marge de la transmission des patrimoines, cf. Didier Lett, op. cit., p. 33.

64 Le texte de Monstrelet permet de se rendre compte de certains enjeux des alliances matrimoniales, sans pour autant donner un recensement systématique. Cf. Gérard Delille, op. cit., p. 152 et n. 35. Le retour à des pratiques et à une idéologie lignagères a pour conséquence d’accélérer la circulation patrimoniale à travers les femmes héritières ou dotées. Les transferts « anarchiques » de patrimoines à travers elles sont de plus en plus contestés et, pour tenter de les contrôler, le Vatican finit par accorder à partir de la seconde moitié du XVe siècle des dispenses de consanguinité pour cousins germains.

65 Alors qu’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne négocie le mariage de deux de ses nièces dans la famille des Habsbourgs (Cyrille Debris, op. cit., p. 176-184), son rôle de médiatrice ne ressort pas de la présentation de Monstrelet.

66 Un bon exemple en est donné par les mariages faits en 1406 à Compiègne et les alliances entre les ducs d’Orléans et de Bourgogne. En présence de la reine de France, de Jean de Touraine, son fils, des ducs d’Orléans et de Bourgogne, de la duchesse de Hollande, femme du duc Guillaume de Hainaut proche parent de la reine et de sa fille nommée Jacqueline de Bavière, du légat du Saint Siège et avec lui plusieurs évêques, docteurs et gens d’Église, se décide entre autres le mariage de Jacqueline de Bavière et du duc Jean de Touraine.

67 Philippe Contamine, « Les rencontres au sommet dans la France du XVe siècle », in Heinz Duchhardt, Gert Melville (éds), Im Spannungsfeld von Recht und Ritual, Cologne, Bohlau, 1997, p. 273-289.

68 Yves Déloye et Claudine Haroche, Olivier Ihl (éds), Le protocole ou la mise en forme de l’ordre politique, Paris, Montréal, l’Harmattan, 1996.

69 Sur le rôle des parents : cf. Jean-Baptiste Molin et Protais Mutembe, Le rituel du mariage en France…, op. cit., p. 80-82, 86, 91-94.

70 Maurice H. Keen, « Henry V’ s Diplomacy » in Henry V. The practice of kingship. G. L. Hariss éd., 1993, p. 181-199 et repris dans Maurice H. Keen, Nobles, knights and men-at-arms in the middle ages, Londres, The Hambledon press, 1996, p. 223-238.

71 Invitations au mariage : pratique sociale, abus de pouvoir, intérêt de l’État à la cour des ducs de Bourgogne, 1399-1489. Documents introduits, édités et commentés par Werner Paravicini, Stuttgart, J. Thorbecke, 2001.

72 Denise Hillard-Villard, « Les relations diplomatiques entre Charles VII et Philppe le Bon de 1435 à 1445 », Position des Thèses, École des Chartes, 1963, p. 81-85.

73 Chez les Habsbourg (Cyrille Debris, op. cit., p. 220-227) les signataires des traités de mariage montrent le rôle dominant du père, ou à défaut du frère aîné, oncle ou cousin, dans presque la moitié des cas. Dans plus d’un quart des cas, l’intéressé fait son propre choix.

74 À un degré bien moindre interviennent les ducs de Bretagne (4) de Savoie (2), de Milan, de Gueldres et le duc d’Orléans pour ses frères (3). Le roi de France (3), Montagu négocient en tant que père et Louis de Sicile pour lui-même.

75 Monstrelet présente ainsi le roi d’Angleterre et le roi de France ou la mère de Jacqueline de Bavière et le duc de Bourgogne initiant un projet de mariage. Charles Arthur J. Armstrong, England, France and Burgundy in the fifteenth century, Londres, the Hambledon Press, 1983.

76 Le cardinal de Bar prend l’initiative quand les intérêts de sa famille sont en jeu, de même Louis de Luxembourg, évêque de Thérouanne. Pierre Petot, « Le mariage des vassales », Revue historique de droit français et étranger, no 56-1, 1978, p. 29-47 et Geneviève Ribordy, op. cit., le consentement du seigneur p. 39-45 en particulier p. 40-41.

77 Pourtant leur rôle est attesté comme négociatrice dans les tractations les plus importantes. Ainsi la comtesse de Hainaut obtient devant Arras un armistice entre Charles VI et Jean sans Peur en 1414, cf. Pierre de Fénin, Mémoires, Émillie Dupont éd., Paris, SHF, 1837, XLIV, p. 49-5 et Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, vol. 1, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, p. 344.

78 L’affaire dessert le parti des Orléans qui paraît compromettre par ses pratiques l’ordre social.

79 Monstrelet relève pour le juger exorbitant un comportement qui peut être conforme au droit mais sans rapport avec la pratique (Didier Lett, op. cit., p. 49-50). Sur l’opposition familiale (cf. Geneviève Ribordy, op. cit., p. 32-34).

80 Monstrelet ne relève pas qu’elles sont des héritières majeures, alors que cette circonstance rend possible l’expression de leur libre choix.

81 The medieval mariage scene: prudence, passion, policy, ed. Sherry Roush, Cristelle L. Baskins, Tempe, Arizona center for medieval and Renaissance studies, 2005 (Medieval and Renaissance texts and studies series, vol. 299).

82 Monstrelet, hostile à la double monarchie, le désigne seulement comme roi d’Angleterre.

83 La disparité financière entre les deux candidats est favorable à Orléans, mais la richesse de Valentine Visconti en minore les effets. La propagande bourguignonne explique le choix du duc par la volonté de Louis de devenir roi à la place de son frère.

84 Léon Mirot, « Isabelle de France, reine d’Angleterre, comtesse d’Angoulême, duchesse d’Orléans (1389-1409). Épisode des relations entre la France et l’Angleterre pendant la guerre de Cent ans », Paris, Plon, Nourrit, 1905 extraits de la Revue d’Histoire diplomatique, vol. 18, 1904, p. 545-573 ; vol. 19, 1905, p. 60-95, 161-191, 481-522.

85 Monstrelet le signale en tant que tel.

86 Donald E. Queller, The office of ambassador in the Midle Ages, Princeton, Princeton Unvsersity Press, 1967.

87 Theodor Meron, « The authority to make treaties in the late middle ages », American Journal of International Law, 89, janvier 1995, p. 1-29.

88 Isabelle Lebis, « La pratique de la diplomatie sous le règne de Charles VI, ambassades et ambassadeurs français auprès des Anglais (1380-1422) », Position des Thèses de l’École des Chartes, 1987, p. 143-151.

89 René de Maulde de la Clavière, « Les instructions diplomatiques au Moyen Âge », Revue d’Histoire diplomatique v, 1892, p. 602-632.

90 Léon Mirot et Eugène Deprez, « Les ambassades anglaises pendant la guerre de Cent ans, catalogue chronologique (1327-450) », bec LIX, 1898, p. 550-577, LX, 1899, p. 177-214, LXI, 1900, p. 20-58 ; Alfred Larson, « English embassies during the Hundred years war », English Historical review, 1940, L. V., p. 422-431, corrige et complète la liste précédente ; George P. Cuttino, English diplomatic administration, Oxford, Oxford university Press, 1940, réed. 1971 et id., English medieval diplomacy. Bloomington, Indiana University Press, 1985.

91 Son rôle est connu par ailleurs : Rachel Gibons, « Les conciliatrices au bas Moyen-Âge. Isabeau de Bavière et la guerre civile », in Philippe Contamine La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, t. ii, La violence et les gens, Paris, CTHS, 1996, p. 23-33 ; Paul Strohm, « Queens as intercessors, Hochon’s Arrow », The social imagination of XIVe siècle textes. Princeton, Princeton University Press, 1992, p. 95-119, en particulier p. 110-111, le modèle proposé, celui de la Vierge, ici, ne peut être opérant. Sur les modalités de ces médiations féminines cf. Nicolas Offenstadt, Discours…, op. cit., p. 199-200 id., Faire la paix…, op. cit., p. 112-127 et Claude Gauvard, « ‘Paroles de Femmes’ : le témoignage de la grande criminalité pendant le règne de Charles VI », in La femme au Moyen Âge. Colloque international de Maubeuge, 6-9 octobre 1988, Michel Rouche et Jean Heuclin éd., Maubeuge, 1990, p. 327-338 ; Valérie Jouët, « Mots, occasions et contenus de la parole des reines et des princesses dans la Chronique du Religieux de Saint-Denis », in Reines et princesses, op. cit., p. 449-467 ; Geneviève et Philippe Contamine (éds), Autour de Marguerite d’Écosse. Reines, princesses et dames du XVe siècle, Paris, Champion, 1999 (Études d’Histoire médiévale dirigée par Philippe Contamine et Jacques Verger), en particulier, Philippe Contamine, Présentation, p. 14. sur la méfiance suscitée par l’exercice du pouvoir par les femmes et Martin Aurell, conclusion, « La dame mariée ; un pouvoir informel » (id., p. 225-233).

92 Geneviève Ribordy, op. cit., p. 3.

93 Monstrelet, qui met en valeur les mariages endogamiques pour tenir son rang, est discret sur les mariages consanguins et passe sous silence les empêchements pour affinité, en raison des efforts pluriséculaires de l’Église pour lutter contre une propension constante de l’aristocratie, cf. Henri Gilles, « Mariages de princes et dispenses pontificales », Annales de la faculté de droit et des sciences économiques de Lyon, vol. 2, 1971, p. 295-308.

94 Nathalie Nabert, Les réseaux d’alliance en diplomatie aux XIVe et XVe siècles, étude de sémantique. Thèse de doctorat présentée sous la direction de Claude Thomasset, université de Paris IV, 1994, 2 vols, Paris, Champion, 1999.

95 Élodie Desjardin-Lecuppre, « Parcours festifs et enjeux de pouvoirs dans les villes des anciens Pays-Bas bourguignons au XVe siècle », dans Histoire Urbaine, 2004, p. 29-45.

96 Elle n’est pas un privilège des familles royales, cf. Monique Wernham, « Une rupture de promesse de mariage en 1430 », Provence historique, 28 : 115, 1979, p. 69-92 ; Répudiation, séparation, divorce dans l’Occident médiéval : actes du colloque tenu à Valenciennes, 1718 novembre 2005, éd. Emmanuelle Santinelli, Valenciennes, CRHICC, Presses Universitaires de Valenciennes, 2007.

97 Les descriptions données par Monstrelet rendent mal la spécificité des cortèges nuptiaux ou périnuptiaux par rapport aux autres cf. Christian de Mérindol, « Le prince et son cortège. La théâtralisation des signes du pouvoir à la fin du Moyen Âge », Le prince et le pouvoir, Paris, Publications de la Sorbonne, 1993, p. 303-323.

98 Les expressions sont en la conduite, avec la dame pour la conduire.

99 Une fois sont associées les mentions nominatives et collectives, deux fois le nom du chef du cortège et des indications générales, ces dernières apparaissent seules deux fois, le chef deux fois, les mentions nominatives, une.

100 Parmi eux sont nommés trois prélats, dix hommes, trois femmes.

101 Un homme est identifié deux fois, 2 (2), 4 (2), 5 (3) et 7 (2).

102 Plusieurs autres grands seigneurs ; aultres plusieurs grans et notables seigneurs chevaliers et escuiers ; et aultres en moult grant nombre de grans et notables seigneurs, chevaliers et escuiers ; aultres plusieurs grans et notables seigneurs chevaliers et escuiers acompagnés de trois cens chevaulcheurs ou environ.

103 Et plusieurs autres femmes d’état, plusieurs aultres nobles dames et damoiselles en très noble et bel état, pour Catherine de France, autres dames et damoiselles de la reine.

104 Plusieurs chevaliers et escuyers, dames et damoiselles ; aucuns grans seigneurs et dames du pays de France ; très grand nombre de grans seigneurs, chevaliers, escuiers, dames et damoiselles ; la plus grande partie de la noblesse de son royaume ; aucuns chevaliers et escuiers, dames et damoiselles de noble état ; chevaliers et autres escuiers, dames et damoiselles dudit duc de Bourgogne ; aucuns autres jusqu’au nombre de six vingts chevaucheurs, chevaliers et escuiers, dames et damoiselles et autres officiers dudit roi Louis.

105 Le droit canon fixe a sept ans l’âge auquel des parents peuvent contracter des fiançailles pour leurs enfants et à douze ans l’âge auquel ils peuvent se marier. Les trois mentions d’âge pour les femmes sont pour Catherine dix ans, Isabelle veuve à douze ans et la seconde femme de Bedford dix-sept ans. L’âge au mariage n’est pas évoqué comme un empêchement par Monstrelet (Geneviève Ribordy, op. cit., p. 76-82).

106 Henry Percy, premier comte de Northumberland, avait été un des artisans de l’avènement au trône du duc de Lancastre, Henry IV. Il se brouille avec lui et se révolte avec ses deux fils. Thomas Percy, comte de Worcester, vaincu à Shrewsbury avec son frère Henry, Hotspur, est exécuté aussitôt après la bataille en 1403.

107 Jean d’Orléans, comte de Dunois, bâtard de Louis de France.

108 Jacques II de Bourbon, comte de La Marche, roi de Naples en 1415 (ca 1370-1438).

109autres seigneurs et dames, plusieurs seigneurs dames et demoiselles, plusieurs seigneurs ’Angleterre.

110très noble chevalerie, très grand nombre de notables chevaliers, écuyers, dames et damoiselles et autres gens de grand et noble estat, moult grand noblesce, seigneurs et dames, avec eulx plusieurs de leurs gens.

111 La reine (2), le roi (2), le prince, le chancelier, le duc (20), le comte (20), la duchesse (6), la comtesse (7), la dame, la damoiselle, le damoiseau, pour les prélats, (5), les seigneurs (5), se rencontrent aussi : messire (4), maître.

112 Sont identifiés un personnage (2), deux (2), quatre, six, huit(2), neuf, dix, onze, douze, seize.

113 Geneviève Ribordy, op. cit., p. 117-130.

114 Mais aussi chières joieuses, joyeuse réception cf. Nicolas Offenstadt, Faire la paix…, op. cit., p. 302-305.

115très grant feste et solennité, fist la feste et solemniza les noces, la feste solemnizée, fist la feste et solemniza très autenticquement les noces, feste solemnizée moult haultement, la solemnité des noces, les festes et les neupces furent faictes solemnellement.

116 Jean-Baptiste Molin et Protais Mutembé, Le rituel du mariage…, op. cit., en particulier chap. IX La messe de mariage, chap. X, La bénédiction nuptiale au moment de la communion, p. 207-244.

117 Monstrelet n’insiste pas sur le caractère urbain de la fête, la ville sert pourtant le plus souvent de cadre, cf. Marie-Thérèse Caron, « Une fête de la ville en 1402 : le mariage d’Antoine comte de Rethel à Arras », in Villes et sociétés urbaines au Moyen Âge. Hommage à M. le professeur Jacques Heers, éd. Georges Jehel et al., Paris, Presses de l’université de la Sorbonne, 1994, p. 173-183 et Élodie Desjardin-Lecuppre, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, Brepols, (Studies in European Urban History, 4), 2004, en particulier : Le corps urbain pavoise, p. 246-249.

118 Les invités font de la fête un événement social. Leur choix est politique, il révèle l’influence des époux ou de leur famille. Les invités font aussi connaître le mariage et servent de témoins, Geneviève Ribordy, op. cit., p. 114.

119 Le cérémonial instaure un échange inégalitaire entre les témoins, les invités qui assistent au déploiement de munificence et le fait que la cérémonie a pour raison d’être de donner à voir cf. Théodore et Denys Godefroy, Le cérémonial françois, Paris Sébastien et Gabriel Cramoisy, 1649, 2 vols.

120 Six fois.

121 La distinction est moins facile, les différences de titre chevaliers et écuyers ne recouvrant pas forcément des disparités d’âge.

122 Il agit comme invité, chef de parti, en tant que membre de la famille royale, deux fois comme père.

123 La présence de l’adjectif tout est révélatrice sans être systématique : il s’applique trois fois au financement par le duc de Bourgogne Philippe le Hardi, son grand père, qui donne en l’honneur de la petite Isabelle de France, renvoyée d’Angleterre après la mort de son mari, un dîner. L’année suivante il soutient tous les frais et dépenses de la noce de son fils. Philippe le Bon offre un riche fermail à la jeune épouse du comte de Genève. Et lors du mariage du duc d’Orléans avec sa nièce, la demoiselle de Clèves, il prend en charge toutes les dépenses d’Orléans et de ses gens, après avoir envoyé ses gens se ravitailler en plusieurs et divers lieux de ses pays, cruel contraste avec la situation du pauvre prisonnier à peine libéré.

124 Déjà lors des négociations du mariage d’Henri V et Catherine de France, les ambassadeurs anglais semblent narguer la population eulx maintenant si pompeusement tant en chevauchant parmi la ville comme en leurs autres affaires que les François et les Parisiens en avoient grans merveilles.

125 La durée d’une noce est un élément d’appréciation de son prestige pourtant il retient peu Monstrelet, sauf en cas de réjouissances longues comme ici.

126 Élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, Brepols 2004, Studies in European Urban History (1100-1800), en particulier « Les réjouissances familiales offertes à tous », p. 211-215.

127 … dont les subjetz de chacune partie eurant au cuer très grant joie espérans par le traictié dessusdit demourer paisibles et estre hors de la grande tribulacion où ilz avoient long temps esté. À titre de comparaison cf. Philippe Contamine, « Charles VII, les Français et la paix, 1420-1445 », Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Comptes rendus des séances de l’année 1993, p. 9-23.

128 Les Anglais qu’on laisse aller par toute la ville à leur plaisir sans empêchement.

129 Cyrille Debris, (op. cit., p. 75-85) considère pour les Habsbourg que sont idéales certaines motivations invoquées comme la perfection de l’état du mariage pour les hommes, qui ne figure dans Monstrelet que pour le roi de Chypre, l’établissement ou la restauration de la paix, qui sont ici un argument vrai de même que l’établissement ou la restauration de la paix entre deux familles ennemies. Le rétablissement de la paix entre Chrétiens pour mieux lutter contre les Musulmans n’apparaît pas. Par contre sont communes la volonté d’agrandir leurs possessions, celle de renflouer les caisses ou de se faire des alliés contre un ennemi commun.

130 D’après Cyrille Debris, (op. cit., p. 102) les Habsbourg pratiquent des mariages hypogamiques pour leurs filles pour resserrer les liens avec des familles de moindre noblesse. Monstrelet met l’accent sur les mariages hypergamiques réalisés ou projetés par les ducs de Bourgogne pour leurs filles. Le choix entre deux ou trois conjoints possibles se vérifie dans les deux cas.

131 Ce sont les seigneuries de Dunkerque, Varneston et autres.

132 Harecourt contre les Anglais met garnison en toutes villes et forteresses qu’il obtient par son mariage.

133 L’apaisement entre Bar et Lorraine suscite le mécontentement du duc des Mons.

134 Mileta Novacovitch, Les compromis et les arbitrages internationaux du XIIe au XVe siècle Thèse pour le doctorat, faculté de Droit de l’université de Paris, A. Pédone éditeur, 1905.

135 Les raisons n’en sont pas toutes politiques, Monstrelet avec brièveté consent à rappeler des questions plus personnelles, dont ses contemporains ont connaissance.

136 Le phénomène est ancien, ainsi entre les maisons princières de Savoie et de Brabant cf.David Kusman, « Mariage et réseaux financiers internationaux à la fin du XIIIe siècle. La pesanteur des alliances féodales face à la déloyauté des marchés », Francia, Forschungen zur westeupaïschen geschichte, 32 : 1, 2005, p. 121-156.

137 Esther Koch, « Entry into convents and the position on the marriage market of noble women in the late Middle Ages », in Marriage and social mobility in the late Middle Ages/Mariage et mobilité sociale au bas Moyen Âge, Handelingen van het colloquium gehouden te Gent op 18 avril 1988, ed. Walter Prévenier, Studia Historica Gandensia, 274, Gand, 1992, p. 99-122. Les mêmes raisons interviennent pour faire longtemps reporter le projet de mariage d’Henri v, pourtant amoureux et impatient, avec Catherine de France. Les propositions du comte d’Armagnac au roi d’Angleterre, qui choquent Monstrelet, restent sans suite, faute d’être suffisantes ce qu’il ne dit pas. Le comte de Charolais se fait conseiller de refuser la fille du duc de Gueldres, qui ne lui apporte pas assez de terres.

138 Le duc de Milan écarte le duc de Gueldres, pourtant frère du roi des Romains, pour l’onneur du Roy et des seigneurs de la maison de France.

139 Geneviève Ribordy, op. cit., p. 51-56.

140 Didier Lett, op. cit., p. 109-111.

141 Un temps, son remariage avec le prince de Galles est envisagé, proposition anglaise contrecarrée par Orléans, belle victoire que Monstrelet mentionne de manière lapidaire comme depuis il advint. Il ne lui paraît pas nécessaire d’en expliciter les conséquences.

142 Monstrelet suggère peut-être aussi que le mariage aurait pu n’être pas consommé, cause d’annulation.

143 Jean-Baptiste Molin et Protais Mutembe, Le rituel du mariage…, chap. iii, p. 69-70. L’enjeu est éclairé par la législation canonique en vigueur cf. Anne Lefebvre-Teillard, « Règle et réalité : les nullités de mariage à la fin du Moyen Âge », Revue du droit canonique français, 32 : 3-4, 1982, p. 145-155 et à titre d’exemple pour la période antérieure : Charlotte Christensen-Nugues, « Mariage consenti et mariage contraint l’abjuration sub pena nubendi à l’officialité de Cerisy », 1314-1346, Médiévales, no 40, 2001, p. 101-111. Pour qu’un mariage soit valide, il doit être librement consenti par le mari et par la femme, d’où l’importance accordée à l’engagement des fiançailles. L’acte qui officialise le mariage est le consentement des époux. Or pour l’aristocratie l’alliance reste une affaire collective et politique, l’accord de deux parentés. Mais l’approbation des veuves ayant atteint la maturité est plus volontiers sollicitée.

144 Elle est donc bigame, ce qui est un empêchement au mariage, cf. Geneviève Ribordy, op. cit., p. 69.

145 Monstrelet rapporte que le duc de Gloucester finit par épouser Aliénor de Cobatre, une femme de bas état qu’il avait ramené d’Angleterre, au pays de Hainaut avec Jacqueline.

146 Martin Aurell, conclusion, in Geneviève et Philippe Contamine, op. cit., en particulier « La veuve : un statut détérioré », p. 233-236.

147 Ils étaient proposés par le roi d’Angleterre et le roi de France. Ce refus s’ajoute aux activités de pacification des princesses et s’inscrit comme elles dans le pouvoir des faibles : Jennifer Carpenter, Sally-Beth Mac Lean (eds), Power of the weak. Studies on medieval women, Urbana/Chicago, University of Illinois Press, 1995. Ce pouvoir trouve sa justification dans les qualités de la reine, bonne et juste et surtout dans sa vertu de concorde cf. Christine de Pizan, La Cité des Dames, Éric Hicks, Thérèse Moreau éds, Paris, Stock, 1996, chap. xii, p. 63.

148 Geneviève Ribordy, op. cit., p. 107-110.

149 Le non-respect de leurs engagements par les Anglais empêche le remariage d’Isabelle avec le successeur de son mari. L’exécution de Montagu brise le mariage de sa troisième fille fiancée avec Jehan de Melun, seigneur d’Antoing.

150 Elle est remplacée par sa cadette. La mort de la duchesse de Bourgogne, sœur de Charles de Bourbon intervient juste après le mariage de son frère avec la sœur mainsnée du duc. Sa dernière bonne œuvre est la consolidation de l’alliance.

151 Il convient de ne pas en minimiser les conséquences, ainsi le mariage à l’instigation du duc d’Orléans de Clignet de Brabant chevalier de son hôtel avec la comtesse de Blois veuve de Louis de Blois en 1406 est si mal accepté par son frère le comte de Namur que ce dernier fait exécuter son demi-frère non légitime, qui avait consenti à traiter ce mariage. Et par ainsi fist son sang satisfacion a sa voulenté.

152 Monstrelet n’évoque pas la concurrence entre les veuves et les jeunes filles plus attrayantes, car le problème dans la haute aristocratie et pour les familles royales ne se pose pas en ces termes.

153 Le problème ne touche pas que les familles royales ou princières mais a ici un relief particulier, la littérature témoigne de l’importance de ces préoccupations : Danielle Quéruel, « Mariage : promotion ou mésalliance ? La vie conjugale dans la littérature narrative des XIVe-XVe siècles », in Les niveaux de vie au Moyen Âge : mesures, perception et représentation, actes du colloque international de Spa, 21-25 octobre 1998, éd. Jean-Pierre Sosson et al., Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 1999, p. 225-247.

154 Geneviève Ribordy, op. cit., p. 42.

155 David L. d’Avray, Medieval marriage. Symbolism and society, New York, Oxford University Press, 2005, Sans surprise Monstrelet n’a aucun moment recours à ce symbolisme du mariage même quand les cas évoqués s’y prêtent.

156 René d’Anjou, qui se marie avec la fille du duc de Lorraine, spolie le duc des Mons de l’héritage du duché de Bar sur lequel ils ont tous deux les mêmes droits, mais qu’il obtient seul.

157 L’endogamie l’emporte sur l’exogamie et s’accorde avec l’homogamie ou isogamie. Les mariages exogamiques permettent de renforcer la puissance du lignage. L’hypergamie, le mariage d’hommes avec des femmes de rang plus élevé, continue d’être fréquent.

158 Enfin il observe à propos du remariage de la seconde duchesse de Bedford avec un chevalier d’Angleterre nommé Richard Doudeville : Si en fut, Loys de Luxembourg, archevesque de Rouen, et aultres ses prouchains amis, aulcunement mal contens. Mais ilz n’en peurent avoir aultre chose.

159 Il est remarquable que le mariage anglais envisagé par le comte d’Armagnac, sans l’accord du roi, une trahison, ressort de la même veine.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540