Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Familles royales

 | 
Christiane Raynaud

Une spécificité

Les familles royales dans les Chroniques de Jean Froissart : entre textes et images

Peter Ainsworth

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier Mme Christiane Raynaud et ses collègues de l’université de Provence pour l (...)

1À un public essentiellement noble et chevaleresque, les Chroniques de Jean Froissart (né ? 1337, mort ? 1404) proposent un récit fort animé du conflit connu sous le nom moderne de guerre de Cent Ans. Cette guerre – dont li rois sont cause, nous précise le chroniqueur – fut interrompue par des trêves et aussi par des intervalles de paix. À une époque où les successions royales se trouvent souvent contestées, les rôles respectifs, mais aussi le prestige et les actions des rois de France et d’Angleterre et de leurs alliés d’Écosse, Portugal et Castille assument une place fort importante dans la présentation que nous offre Froissart de ces événements. Vers la fin de sa carrière d’écrivain et de chroniqueur-historien, Froissart nous semble plus conscient que par le passé des enjeux de la tyrannie royale, de l’influence croissante et parfois néfaste de clients puissants (et surtout des oncles royaux), des conséquences (en France) de la maladie du roi, et de la menace – pour une chrétienté de plus en plus battue en brèche – que pose le Schisme de l’Église. Cet essai1 explore quelques aspects de la représentation de la royauté dans les Chroniques, au niveau des textes mais aussi à travers les miniatures rencontrées dans quelques-uns de leurs exemplaires manuscrits.

  • 2 Peter F. Ainsworth, « Knife, Key, Bear and Book: poisoned metonymies and the problem of ‘translati (...)

2Dans un article paru il y a presque vingt ans2, j’ai essayé de démontrer comment dans les troisième et quatrième Livres de ses Chroniques, et à travers une série de tropes rhétoriques mettant en scène des filiations métonymiques, Froissart laisse transparaître ses inquiétudes à propos de la succession légitime des dynasties ou familles nobles. Mon propos a été de commenter la récurrence dans ces textes savamment entrelacés de certains objets symboliques, dont en particulier le couteau, la clé et le livre, et certaines bêtes employées pour la chasse, dont l’ours pyrénéen (animal totem et magique) et le lévrier. J’ai relevé aussi tout le poids qu’il fallait accorder, dans les troisième et quatrième Livres, aux concepts-clé de translatio imperii, translatio militii et, partant, de translatio studii. Tissé à travers les fils multiples et bariolés des récits entremêlés des deux derniers Livres des Chroniques se trouve donc le thème de la transmission légitime – mais parfois contrecarrée – de la souveraineté et du droit de régner, légitimés par l’Église, le peuple et les États. Le chroniqueur revient souvent dans ces textes relativement tardifs sur les successions comtales ou royales difficiles, contestées ou même douteuses. Il s’intéresse aussi, et pour cause, à la transmission de la royauté mettant en jeu une femme, ou le fils d’une reine, ainsi qu’à celle affirmée ou même acquise par la force militaire écrasante d’un prétendant. Autre question brûlante à l’époque : la royauté peut-elle être transmise à un bâtard ?

  • 3 Consulter à ce propos les essais de Véronique Lamazou-Duplan, « Le drame d’Orthez (1380) ou les st (...)

3L’héritage tout aussi problématique d’un comte ayant statut de prince autonome (il s’agit du célèbre comte de Béarn, Gaston Fébus) est évoqué dès le début du troisième Livre, ou peu s’en faut. Ayant appris que son hôte dans le sud-ouest de la France, Gaston Fébus, avait naguère un héritier légitime à qui fut cependant réservé un sort tragique, le chroniqueur de Valenciennes n’a de cesse de pénétrer au fond de ce qui se révèle progressivement comme une affaire plutôt sournoise. Accusé de tentative de parricide, le fils et héritier légitime de Gaston, celui qui aurait dû devenir un jour Gaston IV de Foix-Béarn, se trouve dénoncé par son demi-frère bâtard Yvain. Mais c’est de son père Gaston III que le garçon reçoit le coup de la mort. Excédé contre son fils emprisonné qui refuse toute nourriture, le comte lui assène un coup violent, oubliant qu’il porte malencontreusement à la main un petit couteau dont il a l’habitude de se curer les ongles. La vérité sur l’affaire est difficile à obtenir ; Froissart se voit obligé de faire confiance aux dires d’un moult ancien escuyer qui l’attire dans l’angle d’une chapelle du palais pour lui chuchoter à l’oreille les linéaments de l’histoire3.

  • 4 Jean Froissart, Chroniques. Troisième Livre. MS 865 de la Bibliothèque Municipale de Besançon, ed. (...)
  • 5 Peter F. Ainsworth, « Knife, Key, Bear and Book… », p. 91-113.

4Le comte de Foix-Béarn périra à son tour lors d’une partie de chasse à l’ours.Lerôlenéfasteconfiéàcettebêteadéjàétémisenexergueparlechroni-queur dans un épisode antérieur, commentant l’apparition chez un parent proche du comte, Pierre de Béarn, d’un comportement fort troublant d’aliéné4. Pierre ayant tué un ours à la chasse, au lendemain de celle-ci, est saisi par une maladie qui le fait se lever de nuit pour combattre à l’épée des adversaires invisibles. Sa femme est convaincue que l’ours tué par son mari doit avoir quelque rapport avec une bête chassée jadis par son père à elle. Celui-ci ayant chassé un grand ours dans les forêts de Biscaye, la bête lui avait enfin fait face pour lui adresser la parole, prédisant qu’il allait trouver la mort, lui aussi, et dans des circonstances fort pénibles. Et de fait, le beau-père de Pierre de Béarn fut décapité par le roi de Navarre. Revenons à Gaston Fébus. Au terme d’une longue journée de chasse dans ces mêmes forêts de Béarn, voici que le comte succombe à ce qui ressemble à une attaque d’apoplexie. Échauffé par ses exercices physiques, Gaston demande de l’eau pour se laver les mains avant de dîner. Au contact de l’eau glacée il tombe par terre, expirant quelques moments plus tard. Dans une tentative désespérée pour s’emparer du trésor comtal et de la succession, son fils bâtard Yvain pénètre dans la tour Moncade à Orthez. Mais la tentative échoue car Yvain ne dispose pas de la clé donnant accès à la salle du trésor. Celle-ci pend toujours au cou de son père agonisant. La succession passe « donc » au vicomte Matthieu de Castelbon, Yvain le dépossédé périssant à son tour quelques années plus tard dans l’incendie du Bal des Ardents5.

  • 6 Michel Zink, Froissart et le temps, Paris, PUF, 1998, p. 78.

5Michel Zink a eu raison de faire remarquer comment Froissart semble avoir abandonné la poésie au-delà de 1390 environ, date de la composition de la première version complète du troisième Livre6. La voix du poète ne s’éteint pas pour autant, mais se fait désormais entendre dans les récits de plus en plus symboliques et allusivement obliques des deux derniers Livres des Chroniques.

  • 7 Consulter la nouvelle édition partielle du livre iv (MS Harley 4379-80 de la British Library) que (...)
  • 8 Peter F. Ainsworth, « Configurations of Transience in Jean Froissart’s Chroniques: Intimations of (...)

6Le quatrième Livre7 est marqué au sceau sanglant de l’hécatombe de Nicopolis, et partant par l’échec de la croisade menée par le duc de Bourgogne. Nous y lisons aussi le récit de plus en plus troublant des dernières années du règne de Richard II, autocrate et tyran de plus en plus intransigeant entouré de clients et de favoris excessivement puissants qui risquent d’écarter du pouvoir les conseillers héréditaires du royaume. La roue de Fortune tourne et tourne encore, basculant dans la fange Richard de Bordeaux, ses ministres et mignons arrivistes, alors que monte l’étoile d’Henry de Bolingbroke, fils du duc de Lancaster Jean de Gand et bientôt roi d’Angleterre par usurpation plutôt que par droite succession. Le transfert de la couronne à la nouvelle dynastie qu’établit ainsi le premier des rois « lancastriens » se raconte, dans les Chroniques, dans un épisode – métonymique par excellence – au cours duquel le lévrier de Richard délaisse son ancien maître pour celui qui va le supplanter8.

7L’ensemble des Chroniques se trouve dominé, en fait, par la notion de succession entravée, contestée ou détournée. Sans être un homme véritablement politique, Froissart semble de plus en plus préoccupé par celle-ci, à travers les pages de ses Chroniques mettant en scène le spectacle du monde dont il a été lui-même témoin entre 1350 et 1400, dans le contexte particulier de l’évolution des dynasties royales et comtales. L’enjeu est la manière de parvenir… à la succession, que ce soit par les droits du sang (ceux de l’héritier présumé parce que naturel, relevant de la dynastie en place) ou par le droit moral acquis (autrement dit, par la conquête d’un héritage par un non-ayant droit, grâce à la prouesse de celui-ci, alliée à une probité morale de loin supérieure à celle de l’héritier présumé et théoriquement légitime). De même que, selon la perspective chevaleresque du chroniqueur, n’est pas forcément preux celui qui bénéficie d’une naissance noble, de sorte qu’un roturier courageux et compétent en armes peut prétendre à l’honneur de l’adoubement sur le champ de bataille, de même un roi n’est pas nécessairement imbu de qualités royales (sagesse, courage, disposition à écouter les conseils, largesse, esprit de justice et d’équité, prédisposition à la miséricorde, etc.) pour être roi. À l’époque où Froissart compose le troisième Livre, la légitimité peut être acquise à force de prouesse. Les propres convictions du chroniqueur, dans ce domaine, sont l’écho de tout un débat politique en cours dans le dernier tiers du siècle.

8Le troisième Livre met en scène toute une série de successions entravées ou controversées, à commencer par le Schisme inaugurant en 1378 le règne de deux papes et de deux curies rivales. Il est clair que, pour Froissart, un chapeau rouge n’est pas gage de sainteté. Le chroniqueur a soin de reproduire en entier un sermon de Jean de Roquetaillade prononcé vers 1360 sous la papauté d’Innocent, dans lequel le frère Jean, emprisonné à Avignon, avait flétri la réputation et l’orgueil des cardinaux de cette ville, leur laxisme et leur outrecuidance ayant à son avis favorisé l’éclatement de l’Église et de la Chrétienté en deux factions rivales :

  • 9 Sylvestre Ier, pape (314-335). Ce fut lui qui, selon la Donation dite de Constantin reçut des terr (...)
  • 10 Constantin, empereur romain (306-337).
  • 11 Éd. Peter F. Ainsworth (2007), chap. 28. Dans ce passage (p. 356 de notre édition), Froissart a l’ (...)

Ainsi, beaux seigneurs, disoit frere Jehan aux cardinaulx qui estoient en sa presence, vous en avenra, car l’empereur de Romme et d’Alemaigne, et les roys crestiens et les haulz princes terriens, vous ont donné les biens et les possessions et les richesses pour servir Dieu, et vous les dispensez et alienez en orgueil et en bobant et en superfluitez. Que ne lisiez vous la vie de saint Silvestre9, pape de Romme premier aprés saint Pierre, et ymaginez et considerez en vous justement comment Constantins10 lui donna premierement les dismes de l’eglise, et sur quele condicion. Silvestre ne chevauchoit point a .ij.c ne a .iij.c chevaulx par mi le monde, mais se tenoit simplement et closement a Romme et vivoit sobrement avecques ceulx de l’eglise, quant l’ange par la grace de Dieu li anonça comment l’empereur Constentin, qui estoit mescreant et incredules, l’envoieroit querir, car il lui estoit aussi revelé [258rb] par l’ange de Dieu que Sevestre lui devoit moustrer la voie de sa garison, car il estoit si malade de mesellerie que il cheoit tout par pieces. Et quant il fu devant lui, il lui monstra la voie de baptesme et le baptisa, et il fu gueris, dont l’empereur Constentin pour celle grace et vertu que Dieu li fist, il crut en Dieu et fist croire tout son empire, et donna a Silvestre et a l’eglise toutes les dismes, car au devant ce li empereur de Romme les tenoient. Et lui donna encores pluseurs beaux dons et grandes seigneuries en augmentant nostre foy et l’eglise, mais ce fu son entencion que ces biens, ces seigneuries, on les gouverneroit justement en humilité et non pas en orgueil ne en bobant ne en presompcion, mais on en fait a present tout le contraire, pourquoy Dieu s’en courroucera une foiz si grandement sur ceulx qui sont et qui ou temps a avenir vendront, que les nobles qui se sont eslargi de donner les rentes, les terres, les seigneuries que ceulx de l’eglise tiennent, s’en refroideront de donner avant, et retouldront, espoir, ce que donné ont, et si ne demourra point longuement11.

9Sans aller jusqu’à faire siennes les critiques cinglantes de frère Jean, notre Jean reproduit abondamment le prêche et les paraboles de son homonyme, comme si Froissart voulait nous donner à entendre que les prophéties du clerc emprisonné seraient en passe de se réaliser devant les yeux de ses propres contemporains. Parabole se fait prophétie, et prophétie racontée se fait vérité enfin manifestée au grand jour.

  • 12 Id., chap. 19, 20 et 21.

10Nous avons commenté déjà la figuration poétique selon laquelle Froissart semble faire l’analyse – oblique et sans doute épouvantée – du détournement de la succession au comté de Béarn et à la vicomté de Foix. Mais l’épisode de loin le plus saisissant de la partie du troisième Livre que nous venons d’éditer chez Droz pour les « Textes Littéraires Français » est celui évoquant la succession au trône du Portugal12. Ce récit met en scène progressivement l’émergence de la candidature au trône portugais d’un bâtard. Il s’agit du maître d’Aviz, celui qui deviendra bientôt João Ier de Portugal. Fils de Pierre Ier (roi de Portugal de 1357 à 1367) et d’Iñes de Castro, il fut élu roi de Portugal en 1385 et régna jusqu’en 1433. La princesse Béatriz, fille du roi précédent Ferdinand Ier (qui régna de 1367 à 1383), était en principe plus proche de la succession, mais Froissart de nous dire que les Portugais n’appréciaient guère l’idée qu’une femme succède à la couronne de son père. Qui plus est, Béatriz avait été fiancée d’abord à Henri de Castille, ensuite à Édouard, fils d’Edmond comte de Cambridge, et finalement à Jean Ier, roi de Castille, qui l’épousa en 1383. Elle était donc depuis deux ans reine du pays avoisinant mais ennemi. À plusieurs reprises, cependant, Froissart exprime son étonnement devant le fait que les Portugais aient préféré – même à Béatriz de Castille ! – un candidat bâtard :

  • 13 João Ier était, en effet, bâtard.
  • 14 Éd. Peter F. Ainsworth, chap. 29, p. 361-2.

A parler pour raison et considerer [259va] tous les articles et poins dessusdiz qui sont tous veritables, car je, aucteur, en ay esté souffisamment informez par les nobles du royaume de Portingal, ce sont bien choses a esmerveillier de prendre et faire un bastart roy13, mais ilz n’y trouvoient nul plus prochain, et disoient li Portingalois – et encores dient – que la royne de Castille ma dame Bietris, fille a madame Alienor de Cogne, est bastarde et plus que bastarde par les condicions dessusdictes, ne que ja ne sera royne de Portingal, ne hoir qui descende de li14.

11Pour faire l’analyse de cette situation qu’il juge extraordinaire l’écrivain a recours à un ambassadeur portugais en mission à Westminster, Lourenço Anes Fogaça, chancelier de Portugal. Ce porte-parole fort commode décrit comme suit l’invitation des Lisbonnais à celui qu’ils appelaient (dans la prose de Froissart, du moins) « Maistre Denis » :

  • 15 Plusieurs principes compromettaient Béatriz : elle était femme ; elle était née d’une mère dont le (...)
  • 16 Éd. Peter F. Ainsworth, chap. 30, p. 378.

Maistre Denis, nous vous voulons faire roy de ce paÿs, ja soiez vous bastart, mais nous disons que ma dame Bietrix vostre cousine la royne de Castille est plus nee en bastardie que vous ne estes, car encores vit le premier mari ma dame Alienor, nommé messire Jehan Leurens de Coigne. Et puis que la chose est avenue ainsi que la couronne de Portingal est cheüe en deux membres, nous prendrons le plus prouffitable pour nous ; et aussi la plus saine partie s’encline que nous vous façons roy, car ja a femme la couronne de Portingal n’yra, ne ja en la subgeccion du roy de Castille ne des Casteloings nous ne serons15. Si avons plus cher que vous preigniez tout le nostre pour nous aidier a garder et tenir en droit noz franchises, que ceulx de Castille en soient maistres ne seigneurs. Si recevez ce don et la couronne de Portingal, car nous voulons qu’il soit ainsi16.

12Celui que les Portugais ont élu pour être leur roi doit cependant faire ses preuves. Le récit de cet apprentissage en armes est en partie imaginaire, parce que mis en scène par le chroniqueur lui-même. Constatant que plusieurs de ses soi-disant féaux ne veulent point lui apporter leur soutien militaire, le roi fait preuve de sagacité en rassemblant autour de lui ses alliés les plus proches, partisans du roi précédent et gages de l’autorité royale :

  • 17 Id., chap. 19, p. 260-1.

Beaux seigneurs qui ci estes, je sçay bien que vous estes tous mes amis, car vous m’avez fait roy, et vous vëez comment pluseurs gens de mon royaume a mon grant besoing s’escusent, et ne les puis avoir pour mettre sur les champs, car en verité se je les veoie de aussi bonne volenté comme je sui pour aler combatre mes ennemis, je en auroie joye grant, mais nennil, car je voy que ilz se refraignent et se dissimulent. Si me fault bien avoir conseil sur ce comment je me pourray ordonner, et m’en responnez vostre advis, je vous en pri.
Adonc par la messire Gommes de Carbesten, un chevalier portingalois, et dist : Sire, je vous di et conseille pour vostre honneur et prouffit que au plus tost que vous pourrez vous vous traiez sur les champs avecques ce que vous avez de gens et vous aventurez, et nous aussi nous demourrons avecques vous et vous aiderons jusques a la mort, car nous vous avons fait seigneur et roy de ceste ville. Se il y a en Portingalois aucuns rebelles ou arrogans a vous, je di – et aussi dient li pluseurs de ceste ville – que c’est pour la cause de ce que on ne vous a point veu encores chevauchier ne monstrer visaige a voz ennemis. Vous avez eu jusques a ores la grace et la renommee d’estre vaillant homme aux armes, et au besoing vostre vaillance vous fault. C’est ce qui a fait enorguillir voz ennemis et refroidier voz subgiez, car se ilz veoient en vous fait de vaillance et proesce, ilz obeïroient et vous doubteroient, aussi feroient voz ennemis.
– Par mon chief, dist le roy, vous parlez bien, et il est ainsi. Et je vous di, messire Gomme, que tantost on face appareillier noz hommes [235vb] et ordonner chascun selon lui, car nous chevaucherons temprement et monstrerons visaige a noz ennemis ; ou nous gaignerons tout a ceste fois, ou nous le perdrons.
– Monseigneur, respondi le chevalier, il sera fait, car se vous avez la journee pour vous et Dieu vous envoie bonne fortune, vous demourrez roy de Portingal pour tousjours mais, et si en serez louez et prisiez en estranges terres ou la congnoissance en venra. Et au parfait de l’eritaige vous ne pouez venir fors que par bataille. Et exemple je vous faiz du roy damp Henry vostre cousin, le pere de Jehan qui est roy a present de toute Castille, d’Espaigne et de Tollete, de Galice et de Corduan et de Sebille. Il vint a tous ces heritaiges par bataille, ne jamais il n’y feust venu autrement, car vous savez comment la puissance du prince de Galles et d’Acquittaine remist le roy Dampietre vostre cousin en la possession et heritaige des terres encloses dedens les Espaignolz, et de puis par une journee de bataille que il ot contre lui devant Mancueil il perdi tout. Et fu icellui roy Henry en possession comme devant, a la quele journee il aventura soy et les siens. Tout aussi vous fault il aventurer se vous voulez vivre a honneur.
– Par mon chief, dist le roy, vous dittes voir, et jamais ne vueil avoir autre conseil que cestui, car il nous est prouffitable et honnourable17.

13Voici donc le triomphe de prouesse et de vaillance, gages essentiels de celui qui veut se faire confirmer dans son héritage. Le discours du roi João à la veille du combat d’Aljubarrota est on ne peut plus shakespearien, quoique bien avant la lettre ; on se croirait au beau milieu d’Henry V :

  • 18 Fernand Ier, roi de Portugal jusqu’à sa mort en 1383.
  • 19 Éd. Peter F. Ainsworth, chap. 19, p. 269.

Beaux seigneurs, soiez huy [237va] tous preudommes, et ne pensez point au fuir, car la fuite ne vauldroit riens. Vous estes trop loing de Lusebonne, et avecques tout ce, en chace et en fuite n’a nul recouvrier, car trois en fuiant en abatroient et occirroient douze. Monstrez huy que vous soiez gens d’arrest et de prouesce, et vendez voz corps et voz membres aux espees et aux armeures, et ymaginez en vous que, se la journee est pour nous, ainsi comme elle sera, se Dieu plaist, nous serons moult honnourez, et parlera on de nous en pluseurs païs ou les nouvelles iront, car tous jours on exaulce les victorieus et abaisseon les desconfis. Et pensez a ce que vous m’avez fait roy : si en devez estre plus hardis et plus couragieux. Et soiez tout certain que, tant comme ceste hache me durera en la main, je me combatray. Et se elle me fault ou brise, je recouvreray autre et monstreray que je vueil defendre et garder la couronne de Portingal pour moy, et le droit que je y ay par la succession de Monseigneur mon frere18, la quele je di, et prens sur l’ame de moy, que on me travaille a tort, et que la querelle est mienne19.

14Et Froissart de nous dépeindre en un tableau glorieux et mémorable ce roi portugais fort chevaleresque :

  • 20 Id., chap. 20, p. 278.

La estoit le roy de Portingal montez sur un grant cheval, ses banieres devant lui en grant arroy, et disoit a ses gens :
Avant, bonnes gens d’armes ! Combatés vous hardiement, deffendés vostre païs20 !

15Or, au moment de collationner ce passage dans le manuscrit de Besançon, nous en avons découvert une autre version, consignée cette fois dans le manuscrit Arundel 67 de la British Library, codex fort malheureusement mutilé par le vol de ses enluminures. La version du manuscrit de Londres contient une abondance de détails qu’on ne rencontre point dans la version du codex de Besançon :

La estoit le roy de Portingal, ses banieres devant lui, monté sur un grant coursier tout couvert des armes de Portingal, et avoit grant joie du meschief qu’il veoit avenir sur ses ennemis. Et disoit a la fois, pour resjoïr et reconforter ses gens : « Avant, bonnes gens d’armes ! Combatez vous et deffendez de grant voulenté, car messire est en vostre main. Se plus n’en y a que ceulx cy, nous n’avons garde, car se je me cogneus oncques en ordonnance de bataille, ceulx cy seront nostres ». Ainsi reconfortoit le roy de Portingal ses gens qui se combatoient vaillemment et avoient enclos en leur fort de Iuberot les premiers venans, et en mettoient grant foison a mort et a merci (British Library Arundel ms. 67, fo 50 c).

16La même version, ou peu s’en faut, se rencontre aussi dans un manuscrit de la Bibliothèque nationale de France, fonds français MS 6475, au fol. 45 c. La victoire éclatante d’Aljubarrota met le point d’orgue à la légitimité du nouveau roi. Mais le soin apporté à sa mise en scène par Froissart (ou peut-être bien, avouons-le, par un copiste ou libraire ?) est à remarquer, traduisant à notre avis l’hésitation du chroniqueur devant cette translatio militii dans la péninsule ibérique.

17Froissart revient à plusieurs reprises sur la journée d’Aljubarrota et la légitimation fort pratique du bâtard portugais qu’on peut attribuer à cette bataille. Au moment de nous faire part, dans un chapitre ultérieur du troisième Livre, d’un nouveau témoignage servant à appuyer les assises du monarque bâtard, il nous régale d’un des passages les plus importants des Chroniques. Espèce de profession de foi et déclaration orgueilleuse de la confiance qu’il a dans la probité de sa vocation de chroniqueur, ce texte de Froissart contient tout un programme. Il prépare aussi un récit servant à valider de nouveau le droit du roi João à régner sur ses nouveaux sujets. Le bâtard devient roi par le truchement de l’écriture. Voici donc le passage en question, espèce de prélude à une preuve concluante :

  • 21 Gaston III, comte de Foix-Béarn, 1343-91.
  • 22 Allusion au voyage en Béarn entrepris par Froissart en 1388-9.
  • 23 Il allait donc participer à la croisade en Prusse aux côtés des chevaliers teutoniques. En juin 13 (...)
  • 24 D’habitude Froissart se sert de ce nom pour désigner le connétable Nuño Alvares Pereira.
  • 25 João Fernandes Pacheco, fils de Diego Fernades Pacheco ; il avait épousé Inez Téllez, nièce de la (...)
  • 26 Éd. Peter F. Ainsworth, chap. 29, p. 362-5.

Or retournons aux besoignes de Portingal, car elles ne font pas a laissier, pour les grans faiz d’armes et entreprinses qui en sont issues, et pour historier et croniquier toutes choses adve-[259vb] nues, afin que ou temps a avenir on les treuve escriptes et enregistrees, car se elles mouroient ce seroit dommage. Et par les clercs qui anciennement ont escript et enregistré les histoires et les livres sont les choses sceues, car il n’est si grant ne si beau memoire comme c’est d’escripture, et veritablement je vous di, et vueil bien que ceulx qui vendront aprés moy sachent, que pour savoir la verité de ceste histoire et enquerre justement de tout, en mon temps j’en os beau coup de paine et cerchay moult de paÿs et de royaumes pour le savoir, et en mon temps congneu moult de vaillans hommes et vi en ma presence, tant de France comme d’Angleterre, d’Escoce, de Castille et de Portingal et des autres terres, duchiez et contez qui se sont conjoint, eulx et leurs gens, en ces guerres, aux quelz j’en parlay et par lesquelz je m’enfourmay, et volentiers ne aucunement je n’eusse point passé une enqueste faite, de quelque païs que ce feust, sans ce que je eusse depuis l’enqueste faite bien sceu que elle eust esté veritable et notable. Et pour tant que, quant je fu en Berne devers le gentil conte Gaston de Fois21, je fu enfourmez de pluseurs besoignes, lesquelles estoient advenues entre Castille et Portingal, et je fu retournez ou paÿs de ma nacion en la conté de Haynault et en la ville de Valenciennes, et je m’y fu rafreschi un terme, et ma plaisance me prinst a ouvrer et a poursuivir l’istoire que je avoie commencie, je me advisay par ymaginacion que justement ne le pouoie pas faire par avoir singulierement les parties de ceulx qui tiennent et soustiennent l’oppinion [260ra] du roy de Castille, et me couvenoit donc, se justement vouloie ouvrer, oïr autant bien parler les Portingalois comme je avoie fait les Gascons et Espaignolz en l’ostel de Fois et sur le chemin alant et retournant22. Si ne resoingnay pas la paine ne le travail de mon corps, mais m’en ving a Bruges en Flandres pour trouver les Portingallois et Lusebonnois, car tousjours en y a grant planté. Or regardez comment je fis, se c’est de bonne aventure. Il me fu dit et je le trouvay bien en voir que se je y eusse visé .vij. ans je ne pouoie miex venir a point a Bruges que je fis lors, car on me dist, se je vouloie aler a Melledebourch en Zellande, je trouveroie la un chevalier de Portingal vaillant et saige homme, et du conseil du roy de Portingal, qui nouvellement estoit la arrivez, et par vaillance il vouloit aler et tout par mer en Prusse23. Cil me diroit et parleroit justement des besoignes de Portingal, car il avoit esté a toutes, et par toutes. Ces nouvelles me resjouirent, et me parti de Bruges avecques un Portingalois en ma compaignie qui congnoissoit bien le chevalier, et m’en ving a l’Escluse, et la montay en mer et fistant par la grace de Dieuque je arrivay a Melledebourch. Si m’acointa li homs qui estoit avecques moy du chevalier cy dessus nommé, le quel je trouvay gracieux, saige et honnourable, courtois et accointable ; et fu avecques lui .vj. jours ou environ, et tant qu’il m’y plot a estre. Cil me accointa et enforma de toutes les besoignes advenues entre le royaume de Castille et le royaume de Portingal de puis la mort du roy Ferrant jusques au jour qu’il estoit issus hors du dit royaume. Et [260rb] si doulcement et attrempeement le me comptoit et tant volentiers que je prenoie grant plaisance a l’oïr et a l’escrire. Et quant je fu enfourmez de tout ce que je vouloie savoir, et vent fu venu, il prinst congié a moy et entra en une carraque grande et forte assez pour aler par mer par tout le monde, et prins congié a lui dedens le vaissel, aussi firent pluseurs riches marchans de son paÿs qui l’estoient venu veoir de Bruges, et les bonnes gens de Melledebourch. Ensa compaignie estoit le filz du conte de Navarrede Portingal24 et pluseurs chevaliers et escuiers du dit royaume, mais on lui faisoit honneur dessus tous, et certainement a ce que je peuz veoir et ymaginer, de son estat, de son corps et de son affaire il le valoit, car il avoit moult belle fourme, et taillie d’estre vaillant et noble homme. Or retournay depuis a Bruges et en mon paÿs, si ouvray sur les paroles et relacions faictes du gentil chevalier messire Jehan Ferrant Porcech25, et croniquay tout ce que de Portingal et de Castille est avenu, jusques a l’an de grace mil trois cens .iiij xx et .x.26

18Au terme de ce passage remarquable, les lecteurs de Froissart ne peuvent faire autrement que de porter au chroniqueur tout leur assentiment, toute leur croyance – et leur confiance en sa probité d’historien et d’auctoritas.

  • 27 Id., chap. 25, p. 327-331.
  • 28 Id., chap. 26 et suivants, p. 332 et seq.

19Le modèle du roi chevaleresque, dont les débuts contestés et fort difficiles sont littéralement couronnés de succès et d’acclamations, n’est pas le seul modèle de royauté que nous propose le troisième Livre. On y rencontre aussi le roi tué et murtri en son lit par son propre frere par l’ennortement et corrupcion des mescreans, pour la bonté et la hardiesce qui estoit ou roy (Pierre de Lusignan, roi de Chypre)27. On y rencontre aussi le roi dépossédé. C’est bien le cas du roi Léon d’Arménie, souverain privé de son royaume mais dont le dénuement nourrit une prise de conscience accusée (religieuse, spirituelle et politique) faisant de lui un prophète fort clairvoyant28 :

  • 29 Texte du ms. 865, Bibliothèque d’Étude et de Conservation de Besançon, chap. 45, fo 302 vb (notre (...)

Et le roy d’Angleterre ala au palais a Wesmoustier et la fut le conseil que il avoit pour lors, et fut le roy d’Armenie signiffiez de la aller, sicomme il fist. Quant il fut venuz en la presence du roy et des seigneurs, on fist le roy d’Angleterre seoir a son usaige, et puis le roy d’Armenie aprés, et puis les prelasetceulxduconseil.Laluyfistonrecordersesrequestesouprieresqueil faisoit au roy d’Angleterre et a son conseil. Tantost il les replica doulcement et saigement toutes en remonstrant comme saintte crestienté estoit trop foible par la destruccion de la guerre de France et d’Angleterre, et que tous chevaliers et escuiers de ces deux royaulmes n’entendent a autre chose fors que tousjours a estre ou pour l’un ou pour l’autre, parquoy l’empereris de Constantinoble s’en perdoit, et perdroit on les gentilz hommes de France et d’Angleterre. Avant la guerre se souloyent traire pour trouver les armes, et ja en avoit il perdu son royaulme, pourquoy il prioit pour Dieu et pour pitié que on voulsist entendre a un bon traittié sur fourme de paix, se peust faire, et entamer entre le roy de France et d’Angleterre.29

  • 30 Pour une analyse plus fine et plus nuancée que la nôtre, consulter la thèse encore inédite de notr (...)

20Il est désormais clair que les successions royales difficiles sont un thème constant dans les Chroniques de Froissart, et surtout dans les deux derniers Livres de celles-ci. La dernière partie de cet essai propose de changer un tant soit peu la perspective de notre analyse, en privilégiant cette fois certains éléments de la représentation iconographique de la royauté tels qu’ils se trouvent résumés dans une sélection de miniatures prélevées sur deux manuscrits des Chroniquessur lesquels nous travaillons depuis quelques années30.

21Au cœur d’une exposition montée en décembre 2007 au Royal Armouries Museum à Leeds était exposé le très beau manuscrit de Stonyhurst College, Lancashire. Exemplaire du Livre Ier des Chroniques, celui-ci fut rapporté en Angleterre en 1415 par Sir John Arundell à la suite de la bataille d’Azincourt. Ce fut son descendant James Arundell, 10e baron Wardour, qui en 1837 confia le manuscrit à son alma mater, Stonyhurst College. Ce fort beau manuscrit aujourd’hui préservé dans une bibliothèque du Royaume-Uni a dû être préparé en fait pour un client aux sympathies nettement françaises. Par son programme d’illustration, le manuscrit de Stonyhurst semble mettre en exergue de manière assez insistante la dynastie somme toute assez récente des Valois. Au feuillet 56r (figure 1) l’artiste a été appelé à dépeindre la défaite de la flotte française à l’Écluse en 1340. C’est ce qu’il fait, mais non sans mettre en évidence une oriflamme française, qu’il n’a cependant pas achevée. Au feuillet 69r il met en scène les obsèques du candidat français au duché de Bretagne, Charles de Blois. C’est le seul manuscrit du Livre Premier, à notre connaissance, qui accorde à cet événement une enluminure recouvrant le tiers d’un feuillet. Il y a plus : alors que le manuscrit de Besançon 864, au texte d’ailleurs presque identique, nous montre au feuillet 172r (figure 2) la prise du roi Jean II par le Prince Noir à la bataille de Poitiers en 1356, la personne responsable du programme d’illustration pour le manuscrit de Stonyhurst occulte l’identité du vainqueur, choisissant en revanche de privilégier le roi français encore couronné et vêtu de sa cotte d’armes royale feuillet 165v (figure 3).

22Le manuscrit de Stonyhurst n’est pas le seul à nous montrer le couronnement de Jean le Bon. Nous le retrouvons dans un exemplaire conservé à la Bibliothèque Royale de Belgique : MS II 88, feuillet 12r. Nous le retrouvons aussi dans le MS IV 251 conservé lui aussi à Bruxelles, au deuxième tome de celui-ci et au feuillet 1 r. Mais seul le manuscrit de Stonyhurst nous offre deux scènes de succession et de couronnement, au sein d’un décor de bleu et d’or, et aux fleurs de lys de France : au feuillet 153v (figure 4) les obsèques de Philippe VI et l’avènement de Jean II, et au feuillet 227v (figure 5) les funérailles de celui-ci et le couronnement de son fils Charles V.

  • 31 Que les responsables de Stonyhurst Collège et de la Bibliothèque d’Étude et de Conservation de la (...)
  • 32 On trouve la représentation de l’adoption par Édouard III des armoiries et de France et d’Angleter (...)
  • 33 Cf. l’analyse très fine de Valentina Mazzei, « Critical Context… Philippa of Hainault at the Battl (...)

23Le choix de privilégier ainsi, dans le manuscrit de Stonyhurst, la perdurable destinée des Valois, fut sans doute celui du librarius responsable de la confection du livre manuscrit, veillant aux intérêts et sympathies de son client éventuel. Si nous comparons le programme d’illustration du manuscrit de Stonyhurst à celui employé pour le manuscrit 864 de la Bibliothèque d’Étude et de Conservation de Besançon, exécuté à Paris par des copistes et artistes travaillant sous l’égide du même librarius, nous découvrons quelques contrastes assez accusés31. Ce manuscrit, aujourd’hui conservé, bien sûr, en France, trahit des sympathies de client allant dans un sens tout à fait contraire à celles affichées par l’exemplaire de Stonyhurst. Nous ignorons l’identité du client auquel le librarius destinait le manuscrit 864 de Besançon, mais il semble avoir été favorable à la cause anglaise (Valentina Mazzei emploie le terme d’« anglocentric »). Contenant au feuillet 235r (figure 6) une représentation de la captivité de Jean le Bonà Londres après la débâcle de Poitiers (le roi est reçu par Édouard III en robe rouge blasonnée), ce manuscrit32 met en scène aussi le moment où – en 1340 – Édouard III assumait les armoiries de France et d’Angleterre : feuillet 46v (figure 7). Nous y trouvons aussi au fo 145r (figure 8) la représentation de Philippa, reine d’Angleterre, à la bataille de Neville’s Cross (affrontement auquel elle n’a probablement pas assisté), scène traitée, il est vrai, dans d’autres manuscrits contemporains33. Si ce manuscrit nous propose bien la représentation (au fo 159v) des obsèques de Philippe VI de Valois, celle-ci ne se voit pas compléter par l’adjonction d’une miniature mettant en scène le couronnement de son successeur. Au contraire du codex de Stonyhurst, d’ailleurs, le manuscrit 864 de Besançon représente bien la prise par les Anglais du connétable de France, Bertrand du Guesclin (au fo 250v) ; si la miniature au fo 277v (Nájera) ne le représente pas en jupon armorié, comme c’est le cas au fo 250 v, la rubrique accompagnant celle-ci parle elle aussi de sa défaite et de sa capture. La miniature qui, dans le manuscrit 864 de Besançon, clôt la séquence d’illustrations, nous dépeint l’alliance conclue entre le roi d’Angleterre et le roi de Navarre contre Charles de France (fo 384 v). Notons, pourtant, qu’il y a au moins un sujet traité, dans ces deux manuscrits, d’une façon quasiment identique. Il s’agit de l’assassinat par Enrique de Transtamare, prétendant au trône de Castille, de Pierre le Cruel, roi de Castille : Stonyhurst College ms. 1, fo 274r (figure 9) et Besançon ms. 864, fo 286v (figure 10). Siles détails varient un peu d’une représentation à l’autre, il n’en est pas moins vrai que dans les deux miniatures, nous assistons à un simulacre de duel judiciaire entre deux têtes couronnées. Mais, du moins pour un regard moderne, la violence du coup sanglant porté dans l’une et l’autre miniature par Enrique, a de quoi choquer et semble résumer de la sorte toutes les incertitudes relatives aux successions royales que nous avons rencontrées dans les Chroniques.

24De même que le chroniqueur du troisième Livre mettait en scène le drame du roi de Portugal et son besoin d’affermir et son autorité et sa couronne, menacées par les Castillans et par ceux de son propre royaume qui n’étaient pas encore prêts à acclamer un roi bâtard, de même la personne responsable de la préparation des enluminures du codex aujourd’hui préservé à Stonyhurst semble avoir reçu la consigne de célébrer et d’appuyer l’autorité et le prestige des Valois, battus en brèche par les Anglais et leur roi prétendant à la souveraineté de la France. Les illustrations du manuscrit 864 de Besançon, en revanche, semblent mettre en exergue la puissance des Plantagenêts, et leurs revendications au trône et à la couronne de France. On trouve bien, dans les Chroniques (textes et images) le reflet de la royauté et de ses vicissitudes. Mais la représentation qu’on y découvre n’est jamais sans ambiguïtés. Froissart écrivait à une époque où deux rois cherchaient à fonder les assises de leur royaume vis-à-vis de leur rival respectif. La primauté absolue de la transmission par primogéniture perdait du terrain, et de nouvelles dynasties cherchaient à s’établir. De quelque côté qu’on la regarde, la représentation de la royauté et des familles royales dans les Chroniques de Jean Froissart nous donne encore beaucoup de matière à réflexion.

Fig. 1 Stonyhurst College, Lancashire, Livre I des Chroniques de Jean Froissart, fo 56 r : l’Écluse

Fig. 2 Besançon, Bibl. mun., ms. 864, Chroniques de Jean Froissart, fo 172 r : bataille de Poitiers. Jean II fait prisonnier

Fig. 3 Stonyhurst College, Lancashire, Livre I des Chroniques de Jean Froissart, fo 165 v : bataille de Poitiers. Jean II fait prisonnier

Fig. 4 Stonyhurst College, Lancashire, Livre I des Chroniques de Jean Froissart, fo 153 v : obsèques de Philippe VI et avènement de Jean II

Fig. 5 Stonyhurst College, Lancashire, Livre I des Chroniques de Jean Froissart, fo 227 v : funérailles de Jean II et couronnement de Charles V

Fig. 6 Besançon, Bibl. mun., ms. 864, Chroniques de Jean Froissart, fo 235 r : captivité de Jean II à Londres

Fig. 7 Besançon, Bibl. mun., ms. 864, Chroniques de Jean Froissart, fo 46 v : adoption par Édouard III des armoiries de France et d’Angleterre

Fig. 8 Besançon, Bibl. mun., ms. 864, Chroniques de Jean Froissart, fo 145 r : la reine Philippa à la bataille de Neville’s Cross

Fig. 9 Stonyhurst College, Lancashire, Livre I des Chroniques de Jean Froissart, fo 274 r : assassinat de Pierre le Cruel par Henri de Trastamare

Fig. 10 Besançon, Bibl. mun., ms. 864, Chroniques de Jean Froissart, fo 286 v : assassinat de Pierre le Cruel par Henri de Trastamare

Notes

1 Nous tenons à remercier Mme Christiane Raynaud et ses collègues de l’université de Provence pour leur aimable invitation à participer à la Journée d’études doctorales Les Familles royales à Aix-en-Provence en décembre 2007, au cours duquel nous avons présenté la communication se trouvant à l’origine de ce texte. Une version légèrement remaniée de celui-ci, en anglais, paraîtra dans un volume relevant du colloque Every Inch a King (organisé conjointement par les universités de Cambridge et d’Exeter, et s’étant déroulé aux collèges Peterhouse et Pembroke en septembre 2008). Que les organisateurs de ces deux manifestations – Christiane Raynaud, Lynette Mitchell et Charles Melville – agréent ici l’expression de ma profonde reconnaissance.

2 Peter F. Ainsworth, « Knife, Key, Bear and Book: poisoned metonymies and the problem of ‘translatio’ in Froissart’s later Chroniques », Medium Ævum LIX, 1990, p. 91-113. Nous tenons à remercier les directeurs des bibliothèques de Besançon et de Stonyhurst Collège d’avoir eu l’amabilité de nous permettre de reproduire dans cet essai quelques photographies numériques prises par Colin Dunn et nous-même en 2002-03 et destinées à être intégrées au Froissart-En-ligne que nous préparons au moment d’écrire cet essai. Qu’ils agréent l’expression de notre profonde reconnaissance.

3 Consulter à ce propos les essais de Véronique Lamazou-Duplan, « Le drame d’Orthez (1380) ou les stratégies du silence », in Ludivine Bantigny, Aline Benain et Muriel Le Roux, Printemps d’histoire : la khâgne et le métier d’historien. Pour Hélène Rioux, S.l., Perrin, 2004, p. 275-286 ; et Véronique Lamazou-Duplan, « Froissart et le drame d’Orthez : chronique ou roman ? », in Marie-Madeleine Castellani et Jean-Charles Herbin, Actes du colloque international Jehan Froissart, Lille 3 - Valenciennes, 30 septembre-1er octobre 2004, numéro spécial de Perspectives médiévales, 2006, p. 111-141.

4 Jean Froissart, Chroniques. Troisième Livre. MS 865 de la Bibliothèque Municipale de Besançon, ed. Peter F. Ainsworth, Droz, “Textes Littéraires Français” (Geneva, 2007). Tome 1. 510 p., chap. 14, p. 203-09.

5 Peter F. Ainsworth, « Knife, Key, Bear and Book… », p. 91-113.

6 Michel Zink, Froissart et le temps, Paris, PUF, 1998, p. 78.

7 Consulter la nouvelle édition partielle du livre iv (MS Harley 4379-80 de la British Library) que nous devons aux soins de Katariina Närä : thèse inédite de l’université de Sheffield, 2007 (nous espérons accueillir un jour l’ensemble d’une nouvelle édition complète de ce texte, menée à terme par Mlle Närä, dans le Froissart En-ligne).

8 Peter F. Ainsworth, « Configurations of Transience in Jean Froissart’s Chroniques: Intimations of (Old) Mortality » in Donald Maddox and Sara Sturm-Maddox, Froissart Across the Genres, Acta, Amherst Colloquium. Gainesville, University Press of Florida, 1998, p. 15-39 et en particulier p. 24-26.

9 Sylvestre Ier, pape (314-335). Ce fut lui qui, selon la Donation dite de Constantin reçut des terres en Italie de la part de l’empereur Constantin, pour lui et pour ses successeurs. Cette donation est un faux, mais il faut attendre le XVe siècle pour qu’elle apparaisse comme telle.

10 Constantin, empereur romain (306-337).

11 Éd. Peter F. Ainsworth (2007), chap. 28. Dans ce passage (p. 356 de notre édition), Froissart a l’air de se ranger du côté des critiques de la cour pontificale à Avignon et des mœurs ecclésiastiques du XIVe siècle.

12 Id., chap. 19, 20 et 21.

13 João Ier était, en effet, bâtard.

14 Éd. Peter F. Ainsworth, chap. 29, p. 361-2.

15 Plusieurs principes compromettaient Béatriz : elle était femme ; elle était née d’une mère dont le mari vivait encore ; le sentiment très accusé contre le parti qui défendait les intérêts de la noblesse de Castille dont, ayant épousé le roi, elle était devenue reine.

16 Éd. Peter F. Ainsworth, chap. 30, p. 378.

17 Id., chap. 19, p. 260-1.

18 Fernand Ier, roi de Portugal jusqu’à sa mort en 1383.

19 Éd. Peter F. Ainsworth, chap. 19, p. 269.

20 Id., chap. 20, p. 278.

21 Gaston III, comte de Foix-Béarn, 1343-91.

22 Allusion au voyage en Béarn entrepris par Froissart en 1388-9.

23 Il allait donc participer à la croisade en Prusse aux côtés des chevaliers teutoniques. En juin 1390 Henri de Lancaster, frère de la reine portugaise Filipa, partit pour la Prusse comme capitaine d’un groupe de chevaliers.

24 D’habitude Froissart se sert de ce nom pour désigner le connétable Nuño Alvares Pereira.

25 João Fernandes Pacheco, fils de Diego Fernades Pacheco ; il avait épousé Inez Téllez, nièce de la reine Leonor.

26 Éd. Peter F. Ainsworth, chap. 29, p. 362-5.

27 Id., chap. 25, p. 327-331.

28 Id., chap. 26 et suivants, p. 332 et seq.

29 Texte du ms. 865, Bibliothèque d’Étude et de Conservation de Besançon, chap. 45, fo 302 vb (notre transcription).

30 Pour une analyse plus fine et plus nuancée que la nôtre, consulter la thèse encore inédite de notre étudiante en doctorat Valentina Mazzei : « An Edition and Study of Besançon Municipal Library ms 864 (Jean Froissart’s Chroniques, Book I, ‘A’ redaction) », Université de Sheffield (2008). Certains commentaires iconographiques de Mazzei paraîtront dans le Froissart en-ligne, projet patronné par le Arts and Humanities Research Council du Royaume-Uni, universités de Sheffield et Liverpool ; d’autres, dans des articles de revue. À noter aussi les analyses que développe à l’université d’Illinois à Urbana-Champaign, au sein d’un partenariat reliant cette université à celle de Sheffield, basées en partie sur nos manuscrits numérisés consultables à distance, une équipe dirigée par Mmee Professeur Anne D. Hedeman et son collègue M. Peter Bajcsy : « The Art History Program, French Department and Program in Medieval Studies are working together with the National Center for Supercomputing Applications to develop cyber tools for analyzing the visual imagery embedded in manuscripts of Jean Froissart’s Chronicles which have been successfully digitalized and mounted on the web and are available through the Virtual Vellum collaborative image viewer developed at Sheffield. With the collaboration of a team at the University of Illinois and in Europe, they aim to provide insights into both the construction of these specific Froissart manuscripts, and more broadly, into the functioning of the medieval Parisian book trade. They will make the tools developed available on a website shared by NCSA and Medieval Studies at the University of Illinois, with Virtual Vellum at the University of Sheffield, UK, and with the Worldwide Universities Network ». Voir à ce sujet : http://isda.ncsa.uiuc.edu/unicorn/index2.html (consulté le 19 octobre 2008).

31 Que les responsables de Stonyhurst Collège et de la Bibliothèque d’Étude et de Conservation de la Ville de Besançon trouvent ici l’expression de notre reconnaissance pour avoir donné aux PUP leur aimable permission de reproduire dans cet essai les photographies numériques prises par notre photographe Colin Dunn – dont nous saluons aussi le travail.

32 On trouve la représentation de l’adoption par Édouard III des armoiries et de France et d’Angleterre aussi dans le manuscrit Paris BnF fr. 2675 (nous remercions Valentina Mazzei d’avoir attiré notre attention sur ce manuscrit).

33 Cf. l’analyse très fine de Valentina Mazzei, « Critical Context… Philippa of Hainault at the Battle of Neville’s Cross », article dont on lira presque l’intégralité sur le DVD que nous avons publié à Sheffield lors de l’exposition de Leeds : The Chronicles of Froissart : from conflict to cooperation. Multimedia DVD of the exhibition held at the Royal Armouries Museum; includes interactive “Kiosque” and “Virtual Vellum” viewing software, an album of fifteen medieval French songs recorded by Paul Bracken, and a collection of essays specially commissioned for the exhibitione dited by Peter Ainsworth, Sheffield, University of Sheffield, 2008; The Hundred Years’ War. Valentina Mazzei: « A scholarly look at Froissart’s depiction of the Battle of Neville’s Cross in 1346 ».

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Stonyhurst College, Lancashire, Livre I des Chroniques de Jean Froissart, fo 56 r : l’Écluse
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1006k
Légende Fig. 2 Besançon, Bibl. mun., ms. 864, Chroniques de Jean Froissart, fo 172 r : bataille de Poitiers. Jean II fait prisonnier
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 3 Stonyhurst College, Lancashire, Livre I des Chroniques de Jean Froissart, fo 165 v : bataille de Poitiers. Jean II fait prisonnier
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6037/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 4 Stonyhurst College, Lancashire, Livre I des Chroniques de Jean Froissart, fo 153 v : obsèques de Philippe VI et avènement de Jean II
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6037/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 5 Stonyhurst College, Lancashire, Livre I des Chroniques de Jean Froissart, fo 227 v : funérailles de Jean II et couronnement de Charles V
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6037/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1018k
Légende Fig. 6 Besançon, Bibl. mun., ms. 864, Chroniques de Jean Froissart, fo 235 r : captivité de Jean II à Londres
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6037/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 7 Besançon, Bibl. mun., ms. 864, Chroniques de Jean Froissart, fo 46 v : adoption par Édouard III des armoiries de France et d’Angleterre
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6037/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 8 Besançon, Bibl. mun., ms. 864, Chroniques de Jean Froissart, fo 145 r : la reine Philippa à la bataille de Neville’s Cross
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6037/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 9 Stonyhurst College, Lancashire, Livre I des Chroniques de Jean Froissart, fo 274 r : assassinat de Pierre le Cruel par Henri de Trastamare
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6037/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 10 Besançon, Bibl. mun., ms. 864, Chroniques de Jean Froissart, fo 286 v : assassinat de Pierre le Cruel par Henri de Trastamare
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6037/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Université de Sheffield

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540