Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Familles royales

 | 
Christiane Raynaud

Introduction

Texte intégral

1Les maisons royales, souveraines ou non, de Norvège, de Suède, de Danemark, de Belgique, d’Angleterre, du Portugal, d’Espagne, de Roumanie, de Jordanie, du Japon, de Corée, et de France sont aujourd’hui l’objet d’une curiosité plus ou moins bienveillante de la part de leurs compatriotes. Cette curiosité affecte également leurs illustres prédécesseurs de la fin du Moyen Âge.

  • 1 Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt, Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, (...)
  • 2 Parenté désigne la famille, le lignage, la parenté naturelle, la relation entre les membres d’un g (...)
  • 3 Parentage désigne la relation de parenté ou d’alliance, ensemble des parents.
  • 4 Lignée ensemble des descendants d’une personne (Le Robert, t. IV, p. 26, Paris, 1959).
  • 5 La mesnie rassemble ceux qui sont unis par le lien de vassalité à un seigneur.
  • 6 La maisonnée regroupe la famille qui habite la maison, les membres de la famille et les serviteurs (...)
  • 7 Dans la philosophie aristotélicienne, qui triomphe au XIIIe siècle, l’action sur soi relève de l’é (...)

2Le terme de famille n’apparaît pas dans les grands dictionnaires d’Histoire médiévale les plus récents1. Au sens actuel, il est anachronique. La famille conjugale, à l’exclusion des autres degrés de parenté et de la domesticité, apparaît au plan lexical à l’époque moderne. Le grec, le latin, les langues germaniques et romanes n’ont pas un terme pour désigner le groupe constitué par le père, la mère, les enfants, non sans raison. La famille romaine est sous l’autorité du chef de famille, elle rassemble sous le même toit, maîtres et serviteurs. Au moyen âge d’autres termes sont préférés parenté2, parentage3, lignée4, mesnie5. Le terme de maison désigne à la fois une habitation et les personnes qui y vivent ensemble6. Famille, au sens large, leur est ici préféré même si le terme n’évoque à la fois la parenté et la corésidence que de manière tardive. Ses contours ne sont pas aux XIVe et XVe siècles identiques à ceux de la période antérieure7, ni les mêmes pour toutes les catégories sociales. Pour les familles royales et princières, ils s’entendent de la parenté, de l’alliance, de l’affinité, et de l’élection et s’étendent à ceux qui sont dans l’entourage proche du roi ou du prince, les amis, les favoris, certains serviteurs.

  • 8 Le matriarcat, famille fondée sur la parenté par les femmes, n’est pas ignoré. Il est considéré co (...)
  • 9 Or il change au cours de la même période par exemple autour de la figure de Joseph (Paul Payan, Jo (...)

3Au cœur de l‘évolution, se trouve la notion de proche parenté. La composition et les limites de ce groupe lié par le mariage, la filiation et l’adoption varient. La famille patriarcale agnatique reste le modèle dominant8. Dans les faits, elle est dans une certaine mesure en concurrence avec la famille cognatique, fondée sur la communauté de sang sans distinction de ligne paternelle ou maternelle. Dans le cas des familles régnantes, la création des états nations et la lutte pour le pouvoir font de cette définition un enjeu. Elle induit le choix d’un modèle familial9.

  • 10 Se trouve aussi posé le problème de la frontière entre l’intimité et de la promiscuité. Cette dern (...)

4Or les relations familiales ne sont pas tissées que d’affections et de solidarités et ne se réduisent pas au partage d’une intimité, d’un destin commun et de liens de fidélité. Pour les familles royales, la question est d’autant plus délicate que le culte royal tend à promouvoir avec le souverain, sa vie de famille. S’attacher à l’intimité de ces familles10, à leur privé, pour reprendre l’expression alors en usage, c’est-à-dire ce qui dans leur genre de vie est largement invisible au plan social, est nécessaire. Entre l’image publique et le privé, ce qui se joue ici est la réalité du pouvoir, sa nature, sa légitimité et celle des décisions prises. Le fonctionnement du groupe familial est complexe et en partie informel. Il échappe à la plupart des contemporains, mais se laisse approcher des historiens par plusieurs biais. Le propos est ici de montrer ce que ces familles ont souhaité laisser apparaître de cet exercice du pouvoir et comment les chroniqueurs, les mémorialistes le rapportent et l’analysent et les traces qu’il laisse dans les actes de la pratique. Ainsi se trouve un peu mieux cerné ce que la société politique en attend, ou du moins espère, et la place des membres de ces familles singulières dans la vie politique. Reste à prendre la mesure de la transformation par le pouvoir des liens conjugaux et familiaux et de son influence sur les prises de décision à l’intérieur de la famille.

5Les chroniques, les registres de compte, les inventaires, les livres de dévotion, les traités d’éducation, les miroirs des princes commencent à faire sortir de l’ombre les conditions, les rythmes et la qualité de vie de ces familles et leur consommation. Le contraste est saisissant entre leur vie quotidienne, les pratiques domestiques et quelques grands moments de la vie familiale, baptêmes, mariages, funérailles, qui pour des raisons politiques interviennent en public et sont portés à la connaissance de tous. Le décor domestique ordinaire et le décor héraldique dynastique, dans lequel ces familles évoluent sont restitués, en particulier la splendeur des palais, des résidences, des lieux familiers, des parcs et jardins. Certaines évolutions sont établies, comme la constitution d’hôtel pour chaque membre éminent de la famille royale ou, à la cour, le rôle considérable et original de la reine au moment où en France sa place se réduit au conseil de régence. Néanmoins, en l’absence entre autres de traités de savoir vivre à leur usage, le quotidien de ces familles, ses modèles et ses règles échappent encore trop souvent. Il est en principe dominé par la nécessité de tenir son rang, surtout quand l’intimité tend à devenir un spectacle politique. Dans le mariage peu de place est ainsi réservé à la vie de couple en dehors de moments convenus. L’exercice du pouvoir transforme aussi la structure de l’autorité dans le groupe familial et conforte toujours plus la domination masculine. Le temps consacré par le roi au petit prince héritier en est l’illustration. D’une génération à l’autre, la répartition des rôles se précise et le devenir de la famille royale se dessine mieux.

  • 11 Philippe Contamine, « Politique et vie de cour dans la France du XVe siècle : les mignons », Compt (...)

6Au-delà de ce cercle étroit, l’influence de la fratrie royale, parfois nombreuse, peut s’apprécier au rythme de ses réunions. Elles interviennent lors des quatre grandes fêtes chrétiennes de l’année, pour les événements marquants de la vie familiale et dans d’autres circonstances à relever. La chasse, les loisirs qui permettent aux mignons étudiés par Philippe Contamine11 d’entrer plus avant dans la familiarité du prince, sont aussi l’occasion pour les frères du roi d’établir ou de rétablir des relations moins formelles. Le rôle de cette société des princes dans la formation du souverain et dans les grands rites de passage mérite au moins d’être signalé. Les relations à l’intérieur de la fratrie, les sentiments qui unissent ou opposent les uns et les autres, et surtout son insertion dans la vie politique, sont un enjeu qui ne se limite pas aux successions. La spécificité des liens sororaux, moins affichés, peut être éclairée par les aspects pratiques qu’ils revêtent comme les dévotions partagées ou le mécénat.

7Au-delà encore, l’extension réelle des solidarités familiales à ce que les sociologues appellent la mouvance de la famille, c’est-à-dire aux familles issues de maisons royales, fait problème. Il est nécessaire de poser à nouveau la question du poids respectif de la famille maternelle (sans se limiter aux oncles), paternelle et spirituelle. La constitution de nouvelles alliances, l’entraide familiale et les relations intergénérationnelles sont à prendre en compte. Pour chacun de ses membres la signification de la famille, en dehors du devenir de la lignée et du destin des patrimoines, est à déterminer et l’accomplissement d’une destinée personnelle à travers les événements familiaux à retrouver.

  • 12 Dans la spiritualité de la famille, les favoris de la grâce sont très présents et tendent à consti (...)

8À l’heure des ultimes adieux, la famille a encore sa place. Le mourant lui donne le premier rôle dans l’exécution de ses dernières volontés les plus personnelles concernant ses funérailles, les membres de son hôtel les plus proches et l’Église. Pour l’éternité, le roi souhaite lui être associé grâce au démembrement de sa dépouille. Il a enfin le souci de s’insérer dans la mémoire familiale, sans hésiter à faire valoir des ascendances légendaires ou saintes12.

9Le groupe ainsi constitué autour du roi fascine les contemporains et sa connaissance, comme le protocole, est indispensable aux courtisans et d’une manière générale aux acteurs de la vie politique. Il constitue un modèle qui se diffuse auprès de l’aristocratie princière, de la noblesse, de la bourgeoisie des bonnes villes et du peuple. L’harmonie de la famille royale, voulue par Dieu et garante de la paix et de la prospérité du royaume, est donnée partout comme un exemple. Cette image est pourtant mise à mal par des déchirements bien ordinaires, des conflits et des drames célèbres. Dans ce milieu au-dessus de tout soupçon, la violence et les secrets, les fils dévoyés et les filles fourvoyées ne manquent pas. Mais, dans les rivalités familiales, les luttes pour parvenir au pouvoir, l’exercer, le conserver, malgré les passions qui se donnent, les membres de la famille royale loin d’être affranchis des contraintes communes, doivent au contraire en subir de plus grandes pour préserver leur légitimité.

  • 13 La suspicion en France des historiens des structures et des masses à l’endroit de l’histoire de ce (...)
  • 14 La question a été posée par Philippe Contamine, Un aspect de la « tyrannie » de Louis XI. Variatio (...)
  • 15 Histoire et Société, Mélanges offerts à Georges Duby, volume I, Le couple, l’ami et le prochain, A (...)
  • 16 Didier Lett, Histoire des frères et sœurs, Paris, éditions de La Martinière, 2004.
  • 17 Le rythme d’évolution des structures de parentés dans l’aristocratie et la noblesse, des parentés (...)
  • 18 Jean-Pierre Poussou et Isabelle Robin-Romero (dir.), Histoire des familles de la démographie et de (...)
  • 19 Marc Bloch (La Socété féodale, 2 vols, Ire éd. 1939-1940) plaçait déjà les liens du sang avant ceu (...)
  • 20 A. Lewis, Le Sang royal, la famille capétienne et l’État, Paris, 1986.
  • 21 J.-P. Genet précise l’utilisation du terme de prince qu’il réserve à ceux qui se sentent destinés (...)
  • 22 Lesimagesquijustifientlaroyautéettententd’encadrersesdérivessansremettre en question le système, n (...)
  • 23 Jean-Marie Moglin, « L’histoire des princes et la cristallisation du sentiment d’identité régional (...)
  • 24 Born Lester K, The perfect prince. A study in 13th and 14th century ideal, Speculum, no 3, 1928, p (...)
  • 25 Les portraits mis à la mode par les histoires familiales, chargés de vertus démonstratives perdent (...)
  • 26 Les Royautés imaginaires (XIIe-XVIesiècles). Textes réunis par Anne-Hélène Allirot, Gilles Lecuppr (...)
  • 27 La réflexion des théoriciens du pouvoir sur l’onction du sacre, l’autre corps du roi, la couronne, (...)

10Cette journée d’étude s’inscrit donc au croisement de courants de recherche nombreux et très féconds dans l’histoire des pouvoirs, l’histoire économique et sociale, l’histoire religieuse, l’histoire des femmes, de la vie privée, l’histoire des affects et des comportements. Ils ont suscité un renouvellement profond des problématiques, amené à relire sous un jour nouveau les sources les plus fréquentées, élargi le champ des enquêtes et ont ouvert de nombreuses pistes. D’autant qu’à partir du XIVe siècle le matériel documentaire s’est largement accru13. Mais ce qui vaut pour l’ensemble de la société peut-il être appliqué aux familles royales et en l’état14 ? Du moins ces études ont-elles permis de poser la question par exemple pour le mariage, la bâtardise15, les fratries, les relations frères-sœurs16, les structures de parenté17 et la démographie du groupe18. Avec elles depuis deux décennies19, ces familles ont changé de profil dans les travaux des historiens20. L’entourage royal a été redéfini21. À côté du prince, de ses oncles ont été convoqués son épouse, ses enfants, puis tous ceux de son sang, ses frères, ses demi-frères bâtards, ses sœurs, ses tantes, ses nièces, ses cousins, mais aussi ses alliés, ses affins, ses amis. L’ouvrage fondamental de Monique Ornato, Répertoire prosopographique de personnages apparentés à la couronne de France aux XIVe et XVe siècles, Paris, 2001 a permis de prendre la mesure de la distance entre les parentés réelles et celles présentées de manière biaisées par les chroniqueurs, les mémorialistes, les enlumineurs22. Quoi qu’il en soit, le roi n’entre pas seul dans la postérité23, le prince idéal24 tel qu’il apparaît au miroir de la littérature politique du temps25, non plus, et dans les textes littéraires, une enquête le confirme pour les royautés imaginaires26. Dans la vie politique, la famille a bien une place importante et reconnue. Précisément ce qui séduit les générations les plus récentes des historiens27, ce sont les aspects informels de l’exercice du pouvoir dans la familiarité du prince, les réseaux et leur articulation avec les nécessités nouvelles de la vie publique.

  • 28 Le prestige et la richesse de la famille royale se traduisent par l’importance de l’humanité qui g (...)
  • 29 Histoire de la vie privée, t. 2, De l’Europe féodale à la Renaissance, Paris, Seuil, 1985. La défi (...)
  • 30 Dès l’époque carolingienne, pour les moralistes le comportement privé des rois et des princes ne p (...)
  • 31 Philippe Contamine en coll. avec Geneviève Contamine et al., Autour de Marguerite d’Ecosse, Reines (...)
  • 32 Les théologiens du XIIe siècle voient dans la relation conjugale une forme de « seigneurie ». L’id (...)

11Au palais ou à l’hôtel28, se côtoient ceux qu’aucun rapport affectif ne lie au roi, les privés qui lui sont liés par le sang ou l’alliance et les amis. Avec eux, le roi29 doit avoir une vie familiale conviviale et fondée sur la confiance voire l’affection mutuelles30. La place occupée par la reine31 fait question, avec la pression de sa parenté, les limites du rapprochement avec son mari, le caractère suspect et le rejet d’une trop grande proximité dans le couple32.

  • 33 Le chambellan peut être une véritable éminence grise. Élisabeth Gonzalez, Un prince en son hôtel. (...)
  • 34 Ces solidarités sont mises à l’épreuve par la dispersion. Certains cousins ne se rencontrent pas o (...)
  • 35 Élisabeth A. R. Brown, « Authority, the Family and the Dead in Late Medieval France », French Hist (...)
  • 36 Les romans font une place à la toilette, aux soins esthétiques et s’accordent avec les traités méd (...)
  • 37 L’espace intérieur présente certes des pôles de vie sociale ou privée, mais le service domestique (...)
  • 38 Sa composition est variable entre autres selon les moments de l’année et les circonstances. Si ses (...)
  • 39 Des gardes robes des familles royales, on ne saisit que par hasard, les pièces les plus communes. (...)
  • 40 Les grandes composantes du spectacle royal (Colette Beaune, Le miroir du pouvoir. Les manuscrits d (...)
  • 41 Michel Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du XVIeau milieu du XVIIesiècle, Pari (...)
  • 42 Élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies : essai sur la communication politique dans les (...)
  • 43 Ralph Giesey, Cérémonial et puissance souveraine. France XVe-XVIIe siècles. Paris, 1987.

12Au-delà de la famille restreinte, si la parenté rapproche, elle ne crée pas nécessairement d’intimité, à l’inverse le réseau dense et stable de solidarités proches et affectueuses s’entend des amis dont la fréquentation est constante. Il est difficile parmi les serviteurs de premier rang33, de faire la distinction entre privés et amis. La cohésion du groupe, qui sert de modèle de relations pour les autres familles, est souhaitable. Il procure conseils, arbitrages et interventions. Il s’élargit selon les circonstances34, en cas de maladies, lors d’accouchement, de baptême, de mariages, de chevalerie ou de deuils35, de manière flatteuse pour l’orgueil familial et dynastique. Les familiers participent36, aux repas, aux veillées, aux causeries ou conversations savantes, au jeu de paume ou d’échec et à la chasse, de préférence dans les espaces accueillants, protégés37, appartements privés, parcs, jardins, que la famille royale, qui donne le ton, a créé pour se préserver. Mais la cour38 donne un aspect public à sa vie quotidienne. Les nécessités dynastiques obèrent son intimité. La consommation du mariage, l’accouchement et l’agonie sont entourés de publicité39. Le souci d’intériorité ne s’autorise que parce qu’il permet de travailler au bien être de la collectivité. Le public s’étend aux dépens du privé, dont le culte royal tend à faire un spectacle40. Les solennités41, qui mettent mise en scène la famille royale ou princière à des degrés divers et selon des modalités différentes, se multiplient42 aussi. Elles accompagnent la célébration des actions du prince, les grands rituels de passage et publient les événements familiaux. Avec les prières publiques, elles suscitent un foisonnement tel de pratiques cérémonielles que les membres de la famille ne peuvent assister à toutes. La construction de ces systèmes cérémoniels43 et les éventuelles transgressions du rituel, ont beaucoup retenu les historiens avec raison.

  • 44 Claudine Pailhès, Gaston Fébus. Le Prince et le diable, Paris, Perrin, 2007, rappelle que ce princ (...)
  • 45 Reines et princesses au Moyen Âge. Actes du cinquième colloque international de Montpellier. unive (...)
  • 46 La noblesse en question (XIIIe-XVesiècle). Le diable au corps (XIVe-XVIesiècle), sous la dir. de P (...)

13L’effort croissant, cohérent, convergent accompli en terme de propagande est considérable. Il ne parvient pas à dissimuler au sein de ces familles princières44, les défaillances et les manquements graves qui constituent autant de grandes déceptions pour les moralistes et la société politique. La mise en cause parfois radicale de certaines reines et princesses45, des grands46 sont autant de réajustements Ils ne sauraient occulter l’essentiel, à la fin du Moyen Âge, le pouvoir du roi et celui des princes dans leurs états comme à l’intérieur de leur famille s’est accru de manière impressionnante. Critiques, oppositions, qui ne proposent pas d’alternatives vraies, ne permettent pas de douter qu’ils le partagent néanmoins avec leurs parents et amis. Plus que la revendication de la parenté du roi, ce qui compte dans la société politique est la proximité du prince. La familiarité des puissants crée, pour ceux qui y sont reçus, un pouvoir et un titre de gloire.

Notes

1 Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt, Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999. Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink, Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, Quadrige, 2002.

2 Parenté désigne la famille, le lignage, la parenté naturelle, la relation entre les membres d’un groupe familial, d’un clan, la parenté adoptive, spirituelle.

3 Parentage désigne la relation de parenté ou d’alliance, ensemble des parents.

4 Lignée ensemble des descendants d’une personne (Le Robert, t. IV, p. 26, Paris, 1959).

5 La mesnie rassemble ceux qui sont unis par le lien de vassalité à un seigneur.

6 La maisonnée regroupe la famille qui habite la maison, les membres de la famille et les serviteurs, pour l’aristocratie les gens attachés au service des grands personnages, elle s’entend aussi comme pour les familles nobles, les grandes familles, de la descendance et de la lignée. Dans la Bible, à ces différentes significations s’ajoute dynastie. Au début du christianisme, la maisonnée est devenue une petite communauté chrétienne, que préside un responsable. L’idée sous-jacente est celle de la maison de Dieu, maison de prière.

7 Dans la philosophie aristotélicienne, qui triomphe au XIIIe siècle, l’action sur soi relève de l’éthique, la direction de la famille, communauté restreinte de l’économique, celle du royaume, communauté large et artificielle, du politique. Mais les trois sphères interfèrent. La famille est un royaume en réduction, le royaume est considéré comme une grande famille dont le roi est le père.

8 Le matriarcat, famille fondée sur la parenté par les femmes, n’est pas ignoré. Il est considéré comme une curiosité caractéristique des peuples lointains dans des ouvrages comme le Livre des Merveilles de Marco Polo.

9 Or il change au cours de la même période par exemple autour de la figure de Joseph (Paul Payan, Joseph. Une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, Collection historique, 2006). D’une manière générale l’essor cultuel de la Sainte Famille, qui se manifeste à la fin du Moyen Âge par les dévotions à la Crèche, aux parents de la Vierge… ne peut être sans conséquences, mêmes iles difficultés de la transposition n’échappent à personne.

10 Se trouve aussi posé le problème de la frontière entre l’intimité et de la promiscuité. Cette dernière, conçue comme la vie en commun d’individus de sexes ou de milieux différents dont la réunion a un caractère disparate ou contraire aux bienséances, est un concept difficile mais opérant. Le privé est ce qui est individuel, d’ordre personnel, intime, qui a rapport ou appartient aux personnes à l’état de simple particulier. Le public n’a pas accès d’ordinaire à ce qui est privé, il n’y est pas admis. Le privé est aussi ce qui est apprivoisé. L’intimité renvoie à ce qui est intérieur et profond, étroit.

11 Philippe Contamine, « Politique et vie de cour dans la France du XVe siècle : les mignons », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1994, p. 541-554.

12 Dans la spiritualité de la famille, les favoris de la grâce sont très présents et tendent à constituer une sainteté dynastique.

13 La suspicion en France des historiens des structures et des masses à l’endroit de l’histoire de ces familles affecte surtout les périodes plus tardives.

14 La question a été posée par Philippe Contamine, Un aspect de la « tyrannie » de Louis XI. Variations sur le thème du « roi marieur », La femme au Moyen Âge, éd. Michel Rouche et Jean Heuclin, Actes du colloque du 6-9 octobre 1988, Maubeuge Ville de Maubeuge, diff. J. Touzot, 1990, p. 431-442.

15 Histoire et Société, Mélanges offerts à Georges Duby, volume I, Le couple, l’ami et le prochain, Aix-en-Provence, PUP, 1992 en particulier Bernard Chevalier, « Le mariage à Tours à la fin du XVe siècle » p. 79-90. Philipe Braunstein, « Hors de mariage point de salut. Histoires de vie en Prusse avant la Réforme », p. 91-100. Femmes, mariages, lignages XIIe-XIVe siècles, Mélanges offerts à Georges Duby, Bruxelles, De Boeck université, 1992, en particulier, Dominique Boutet, « Bâtardise et sexualité dans l’image littéraire de la royauté (XIIe-XIIIe siècles) », p. 55-68 et Thiry Claude et Thiry-Stassin Martine, « Mariage et lignage dans l’Histoire de Guillaume le Maréchal », p. 341-359.

16 Didier Lett, Histoire des frères et sœurs, Paris, éditions de La Martinière, 2004.

17 Le rythme d’évolution des structures de parentés dans l’aristocratie et la noblesse, des parentés larges et indifférenciées au lignage, sans oublier le rôle de la parenté spirituelle, parenté additionnelle, sert de référence (Didier Lett, Famille et parenté dans l’Occident médiéval Ve-XVe siècle, Paris, Hachette supérieur, 2000).

18 Jean-Pierre Poussou et Isabelle Robin-Romero (dir.), Histoire des familles de la démographie et des comportements en hommage à Jean-Pierre Bardet, Paris, PUPS, 2007.

19 Marc Bloch (La Socété féodale, 2 vols, Ire éd. 1939-1940) plaçait déjà les liens du sang avant ceux de la vassalité même si dans le premier cercle les deux se combinent.

20 A. Lewis, Le Sang royal, la famille capétienne et l’État, Paris, 1986.

21 J.-P. Genet précise l’utilisation du terme de prince qu’il réserve à ceux qui se sentent destinés à régner et à gouverner (« Les princes anglais et l’histoire à la fin du Moyen Âge », Les Princes et l’Histoire, op. cit., p. 263). En Angleterre le groupe des princes de sang royal aux XIVe et XVe siècles est constitué d’une trentaine de personnes, auxquels il ajoute un groupe intermédiaire celui des demi-frères, des beaux-frères, en ayant garde de n’oublier ni les mères, ni les épouses, ni les filles, dont le rôle culturel est important.

22 Lesimagesquijustifientlaroyautéettententd’encadrersesdérivessansremettre en question le système, n’éludent pas le problème des relations familiales.

23 Jean-Marie Moglin, « L’histoire des princes et la cristallisation du sentiment d’identité régionale : du comté de Toulouse au landgraviat de Hesse (XIIIe-XVe siècles) », Les princes et l’histoire du XIVe au XVIIIe siècle. Actes du colloque organisé par l’université de Versailles-Saint Quentin et l’Institut Historique Allemand, Paris/Versailles, 13-16 mars 1996, publiés sous la direction de Chantal Grell, Werner Paravicini, Jürgen Vos, Bonn, Bouvier verlag, 1998, p.13-42 et Christian de Mérindol, « Les princes et l’usage de l’histoire à la fin de l’époque médiévale, le témoignage des images », p. 43-66.

24 Born Lester K, The perfect prince. A study in 13th and 14th century ideal, Speculum, no 3, 1928, p. 470-504, Bell Dora M., L’idéal éthique de la royauté en France au Moyen Âge d’après quelques moralistes de ce temps, Genève, Droz, 1962. Krynen Jacques, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge 1380-1440 : étude de la littérature politique du temps, Paris, Picard, 1981 et Le Prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, sous la direction de Frédérique Lachaud et Lydwine Scordia, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2007.

25 Les portraits mis à la mode par les histoires familiales, chargés de vertus démonstratives perdent une part de leur fonction de simple célébration, la laideur, qui suscite la gêne, n’est plus cachée. Mais la beauté physique, l’élégance, la prestance des membres de la famille royale comptent de plus en plus pour s’affirmer au sein de la cour en tant que groupe et marquer l’identité personnelle de chacun.

26 Les Royautés imaginaires (XIIe-XVIe siècles). Textes réunis par Anne-Hélène Allirot, Gilles Lecuppre et Lydwine Scordia, Turnhout, Brepols, 2005 en particulier : Dominique Boutet, « Entre le réel et l’imaginaire : les rivalités successorales et l’idéologie de la légitimité dans la littérature française du XIIe siècle », p. 5 à 18, Priscille Aladjidi, « L’empereur Trajan : un modèle imaginaire de la charité royale dans les miroirs des princes de la fin du Moyen Âge », p. 53-73 ; Colette Beaune, « Rois de France, rois de la fève », p. 75-88 ; Martin Aurell, « Aux origines de la légende noire d’Aliènor d’Aquitaine », p. 89-102 ; Anne-Hélène Allirot, « La male royne boiteuse : Jeanne de Bourgogne », p. 119-133 ; Virginie Greene, « L’image royale entre le sacré et le profane dans quelques manuscrits illustrés du XIIIe siècle », p. 147-175 et la conclusion de Lydwine Scordia, p. 219-221.

27 La réflexion des théoriciens du pouvoir sur l’onction du sacre, l’autre corps du roi, la couronne, puis l’évolution de la gouvernance avec les grands corps de l’État, les officiers et les serviteurs du prince, la cour ont donné lieu à de grandes thèses et à des travaux devenus classiques depuis Marc Bloch, Ernst Kantorovitch, Bernard Guenée, Françoise Autrand, Jacques Le Goff, Alain Boureau, Olivier Matteoni… Leur recension excède cet article.

28 Le prestige et la richesse de la famille royale se traduisent par l’importance de l’humanité qui gravite autour d’elle et la multiplication des hôtels : hôtel du roi, de la reine, du dauphin.

29 Histoire de la vie privée, t. 2, De l’Europe féodale à la Renaissance, Paris, Seuil, 1985. La définition des contours des solidarités du privé a beaucoup séduit depuis. D’autres solidarités privées complètent ou concurrencent celles de la famille, les confréries, les ordres chevaleresques et les prolongements marginaux du privé. Leur disparité peut générer des conflits.

30 Dès l’époque carolingienne, pour les moralistes le comportement privé des rois et des princes ne peut être séparé de leur rôle officiel, à l’inverse des nobles laïques. Rachel Stone : « Kings are different Carolingian mirrors for prince and lay morality » in Le Prince au miroir de la littérature politique, op. cit., p. 69-86.

31 Philippe Contamine en coll. avec Geneviève Contamine et al., Autour de Marguerite d’Ecosse, Reines, princesses et dames du XVe siècle. Actes du colloque de Thouars (23 et 24 mai 1997), Paris, p. 7-18 et dames à cheval p. 201-217. Reines et princesses au Moyen Âge, Actes du cinquième colloque international de Montpellier, université Paul-Valéry (24-27 novembre 1999), Les Cahiers du CRISIMA no 5, 2001.

32 Les théologiens du XIIe siècle voient dans la relation conjugale une forme de « seigneurie ». L’idée persiste et trouve un large écho encore à la fin du Moyen Âge.

33 Le chambellan peut être une véritable éminence grise. Élisabeth Gonzalez, Un prince en son hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004.

34 Ces solidarités sont mises à l’épreuve par la dispersion. Certains cousins ne se rencontrent pas ou peu et de façon ponctuelle.

35 Élisabeth A. R. Brown, « Authority, the Family and the Dead in Late Medieval France », French Historical Studies, 16/4, 1990, p. 803-832.

36 Les romans font une place à la toilette, aux soins esthétiques et s’accordent avec les traités médicaux sur ce qui constitue une obligation, séduire. Les composantes de la séduction, la chevelure, la propreté de la peau, la neutralité olfactive et surtout la parure sont un moyen dans les chroniques, les mémoires de cerner quelques individualités.

37 L’espace intérieur présente certes des pôles de vie sociale ou privée, mais le service domestique met la famille royale constamment en présence de témoins. Cette cohabitation permanente avec les privés serviteurs, sans doute moins pesante qu’il n’y paraît, suppose un contrôle moral réciproque. Le chambellan peut dormir sur une couchette dans la chambre du roi ou dans une pièce contiguë.

38 Sa composition est variable entre autres selon les moments de l’année et les circonstances. Si ses aspects négatifs, à la suite des moralistes, ont d’abord été relevés, les historiens ont rappelé qu’elle contribue à l’éducation, la formation, la culture des princes et des grands, qu’elle est un creuset malgré les tensions qui la traversent.

39 Des gardes robes des familles royales, on ne saisit que par hasard, les pièces les plus communes. Le costume, en particulier d’apparat, marque le respect des convenances sociales et la place de chaque membre dans la hiérarchie du groupe familial.

40 Les grandes composantes du spectacle royal (Colette Beaune, Le miroir du pouvoir. Les manuscrits des rois de France au Moyen Âge, Paris, Bibliothèque de l’image, 1997), le couronnement à défaut du sacre, les visites officielles, les entrées (Bernard Guenée et Françoise Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, éd. du CNRS, 1968), les obsèques (Muriel Gaude-Ferragu, « D’or et de cendres ». La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, 2005) avec la pratique des sépultures multiples (Alexandre Bande, Le cœur du roi. Les Capétiens et les sépultures multiples, XIIIe-XVe siècle, Paris, Tallandier, 2009) sont repris pour partie par les autres familles princières.

41 Michel Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au milieu du XVIIe siècle, Paris, Fayard, 1989.

42 Élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies : essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, préface d’Élisabeth Crouzet-Pavan, Turnhout, Brepols, 2004. Élodie Lecuppre-Desjardin, « Procession et propagande à Valenciennes en 1472 : l’intégration des cultes locaux dans la construction de l’image princière », Revue du Nord, Tome 86, nos 356-357, juillet-décembre 2004, p. 757-770 ; Les émotions au cœur de la ville (XIVe-XVIe siècle). Actes du colloque organisé à l’université de Gand les 29 et 30 août 2003. Élodie Lecuppre-Desjardin et Anne-Laure Van Bruaene [éd.], Turnhout : Brepols, 2005 Studies in European urban history, 5.

43 Ralph Giesey, Cérémonial et puissance souveraine. France XVe-XVIIe siècles. Paris, 1987.

44 Claudine Pailhès, Gaston Fébus. Le Prince et le diable, Paris, Perrin, 2007, rappelle que ce prince habile, lettré, brillant a chassé brutalement sa femme proche parente du roi de France et tué son fils.

45 Reines et princesses au Moyen Âge. Actes du cinquième colloque international de Montpellier. université Paul Valéry (24-27 novembre 1999), Les Cahiers du Crisima no 5, 2001, vol. I et II.

46 La noblesse en question (XIIIe-XVe siècle). Le diable au corps (XIVe-XVIe siècle), sous la dir. de Philippe Contamine, Bruno Méniel, Orléans, Centre d’études médiévales d’Orléans, Paris : Diff. H. Champion, 2006

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540