Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les classes zoologiques en Grèce ancienne

 | 
Arnaud Zucker

Appendice

Définitions des lexèmes étudiés dans les Etymologica et les Lexica anciens

Texte intégral

1Titres & Abréviations : Etymologicum Genuinum (Et. Gen.), Etymologicum Gudianum (Et. Gud.) et ses Suppléments (Et. Gud. (add.)), Etymologicum Magnum (EM), Etymologicum parvum (Et. Parv.), Etymologicum Symeonis (Et. Sym.), Hérodien De orthographia (Hdn. Orth.), Hérodien Partitiones (Hdn. Epim.), Hérodien Sur la déclinaison (Hdn. Clis. Onom.), Hésychius Lexicon (Hsch.), Lexicon De Atticis Nominibus (Lex. Att.), Lexica in Opera Gregorii Nazianzeni (Lex. Greg.), Lexica Segueriana Collection de termes utiles à partir de divers rhéteurs et savants (Lex. Seg.) et Gloses rhétoriques (Lex. Seg. GR), Lexica Synonymica Sur la différence des termes (Lex. Synon.), Lexicon Patmense (Lex. Pat.), Lexicon Sabbaiticum (Lex. Sabb.), Lexicon Vindobonense (Lex. Vind.), Moéris, Lexicon Atticum (Moéris), Orion, Etymologicum (Orion) et Excerpta e cod. Regio 2610 (Orion Ex.a) et Excerpta e cod. Vat. (Orion Ex.b), Pausanias Collection des mots attiques (Paus.), Photios, Lexicon (Phot.), Pollux Onomasticon (Poli.), Sovda (Suid.), Pseudo-Zonaras Lexicon (Zonar.)

2Datation : Etymologicum Genuinum (ixe), Etymologicum Gudianum (xie), Etymologicum Magnum (xiie), Etymologicum parvum (ixe), Etymologicum Symeonis (xiie), Hérodien (iie), Hésychius (vie), Lexicon De Atticis Nominibus (xive), Lexica in Opera Gregorii Nazianzeni (xie), Lexica Segueriana (?), Lexica Synonymica (?), Lexicon Patmense (?), Lexicon Sabbaiticum (xive), Lexicon Vindobonense (xive), Moéris (iie), Orion (ve), Pausanias (iie), Photios (ixe), Pollux (iie), Suidas (xe), Pseudo-Zonaras (xiiie).

*

3Ces dictionnaires, pour la plupart byzantins, s’appuient souvent sur des passages précis d’auteurs classiques, voire sur des occurrences uniques, avec le souci de définir en contexte, et parfois de proposer une étymologie à valeur quasi étiologique. Ils ne constituent donc jamais des dictionnaires correspondant à l’état de la langue à l’époque de sa composition et sont marqués par un retard systématique sur leur époque. On se méprendrait en croyant que les Lexiques, les Glossaires ou les livres d’Etymologies ont un programme commun avec nos dictionnaires modernes ou nos encyclopédies. Ils relèvent davantage de la concordance d’auteur, ou d’un répertoire de scholies lexicales, et ne visent pas à fournir un glossaire complet de la langue grecque mais à définir des lexèmes rares ou ambigus,... parfois incompris par le commentateur lui-même ou ses sources (!). Ni complets, ni lexicologiques au sens moderne, ces recueils, par leur caractère composite, sont en outre émaillés d’erreurs voire d’incongruités.

  • 1 Nous traduisons κυρίως “au sens propre”, καταχρηστικῶς “par extension”, κατ’ ἐπικράτειαν “de maniè (...)
  • 2 Ainsi dans la Souda il n’y a aucune citation ou référence directe à un ouvrage biologique d’Aristo (...)

4Les entrées de ces lexiques sont des lexèmes, presque toujours présentés par ordre alphabétique (cet ordre étant limité à la première lettre du mot), en face desquels le lexicographe propose divers types de développements : des commentaires, des synonymes, des citations, des paraphrases, des exemples. Pour un même lexème il est fréquent de trouver plusieurs notations successives, réparties dans des rubriques distinctes. Le relevé que nous présentons ne comprend que les définitions zoologiques des termes, lorsque ceux-ci ont plusieurs acceptions1. Ainsi pour le mot ἒντομος les indications ne portant pas sur son sens zoologique n’ont pas été intégrées à cette compilation lexicographique. On trouve par ailleurs souvent les mêmes définitions reprises d’un recueil à l’autre : on les a indiquées presque toujours, considérant que la reprise d’une définition était significative. Précison enfin que les auteurs sont davantage attentifs aux textes poétiques et qu’il semble assuré, d’après quelques contresens sur des lexèmes aristotéliciens, qu’ils n’avaient pas pris connaissance directement des écrits biologiques d’Aristote2.

A.

5ἀγελαίας (agelaias) : “champêtres” (Hsch. A 421) ; γελαίην (agelaïên) : “qu’on laisse paître en liberté (ἂφετον νεμομένην)” (Hsch. A 422) ; ἀγελαίαν (agelaïan) : “relatif au bétail (κτηνώδη)” (Hsch. A 465) ; γελαῖος (ho agelaïos) : “celui qui vit dans un troupeau (ὁ ἐν ἀγέλῃ διάγων)” (Hsch. O 3, Suid A 187, Zonar. A 15) ; γελαίων (agelaïôn) : “<à propos> des gens du tout venant. Sans doute métaphoriquement à partir des animaux <dits> grégaires (τῶν ἀγελαίων ζῴων) ou des poissons dont on dit qu’ils se nourrissent en masse et en troupe (βόσκεσθαι ῥύδην καὶ ἀγεληδόν)” (Phot. A 134, Suid. A 187, Lex. Seg. A 8, 26) ; γελαῖος (agelaïos) : “équivalent à ordinaire, vulgaire ; ce nom vient sans doute des animaux qui forment un troupeau (τῶν ζώων τῶν συναγελαζομένων)” (Phot. A 141) ; ἀγελαῖοι ἰχθύες agelaïoi ichthues) : “<poissons> courants, petits et en même temps bon marché” (Hsch. A 423 ; voir Suid. A 189, Zonar. A 15).

6γριον (agriοn) : “intraitable, farouche (ἀνήμερον)” (Hsch. A 801) ; ἂγριος (agrios) : “intraitable, farouche. S’emploie pour <parler d’> une extrême méchanceté” (Suid. A 359) ; γριον (agriοn) : “<terme> usuel à propos d’une bête (γενικῶς ἐπὶ θηρίου)” (Hsch. A 805) ; γριος (agrios) : “pas apprivoisé (ὁ ἀνήμερος)” (EM 13, 23, Etym. Sim. A 48, 20, Zonar. A 17, 10) ; γριος (agrioi) : “<...> bien entendu on appelle aussi agria les animaux non apprivoisés (τά ἀνήμερα). Et agrios un individu de tempérament désagréable et irascible (δύσκολος καὶ ὀργίλος)” (Phot. A 259, Lex. Seg. A 25,12).

7κταῖοι ίχθύες (aktaïoi ichthues) : “les <poissons> qui ne sont pas pélagiques mais paraliques (oἱ μὴ πελάγιοι ἀλλ’ αἰγιαλοί)” (Hsch. A 2657 ; voir EM 55, 9 ; cf. Hsch. A 2658 : άκταίου (aktaïou) : “du bord de mer (παραθαλασσίου)”).

8κερως βοῦς (akerôs bous) : “<le bœuf> qui n’a pas de cornes” (Suid. A 838, Zonar. A 98, 26 ; voir Poil. 5, 76 : “chez les cervidés la femelle est sans cornes (ἄκερως), le mâle est cornu (κερωφόρος), porteur de cornes (κερασφόρος), encorné (κεράστης), aux belles cornes, aux larges cornes, exceptionnellement cornu, et aux cornes d’or dans le cas du cerf capturé par Héraclès”.

9ἀμφίβιον (amphibion) : “capable de vivre sur terre et dans l’eau (ἐν γῇ καὶ ὕδατι)” (Hsch. A 3957 ; voir Zonar. A 156, 31) ; ἀμφίβιον (amphibion) : “capable de vivre dans les deux <milieux>” (Suid. A 1704) ; ἀμφίβιον (amphibion) : “capable de vivre dans les deux <milieux>, la mer et la terre (θαλάσσῃ καὶ γῇ)” (Phot. A 1307, Lex. Seg. A 80, 27) ; ἀμφίβια ζῷα (amphibia zôia) : “les animaux <à la fois> aquatiques et terrestres (τά ἔνυδρα καὶ χερσαῖα)” (Hsch. A 3956) ; μφίβια (amphibia) : “tous les <animaux> qui vivent dans l’élément humide et dans l’élément sec (ἐν τῷ ὑγρῷ καὶ ἐν τῷ ξηρῷ), comme en Égypte ou dans de nombreux autres endroits” (Suid. A 1704) ; ἀμφίβια ζῷα (amphibia zôia) : “ceux qui peuvent vivre aussi bien sur la terre que dans l’eau (ἐπὶ τῆς χέρσου καὶ ὓδατος)” (ЕМ 89, 32 ; voir Hsch. E 3436 s. ν. ἐνυδρίς : “loutre : animal fluviatile amphibie semblable au castor” ; et Suid. П 1826 (s.v. πνεύμων) : “parmi les amphibies l’hippopotame et le crocodile émettent des sons ; mais le second fait très peu de bruit”).

10ἀμφώδουν (amphôdoun) : “<employé> spécialement pour l’âne, car il a des dents aux mâchoires supérieure et inférieure (κατὰ τὴν ἄνω καὶ κάτω)” (Hsch. A 4162) ; ἀμφώδων (amphôdôn) : “l’âne. On appelle amphôdonta les animaux qui ont une denture à la mâchoire supérieure et inférieure (τὰ κατὰ τὴν ἄνω καὶ κάτω ὠδοντωμένα)” (EM 94, 5) ; άμφόδοντα (amphodonta zôia) : “autrement dit l’homme, le cheval, l’âne, et tous les animaux dont les dents n’alternent pas et qui ont pour caractéristique d’avoir de la graisse et non du suif” (Suid. A 1784 ; voir Zonar. A 157, 10 ; voir Hsch. К 946 : ἀμφώδοντας (amphôdontas) : “dont les dents se font face et portent les unes contre les autres (ἀντεμβάλλοντας εἰς ἀλλήλους τοὺς ὀδόντας)”; voir Et. Gud. К 301,49 s.v. καρχαρόδους = EM 493,9 = Zonar. Κ 1148,9 : “on appelle animaux amphοdonta tous ceux qui n’ont pas des dents qui alternent, oblongues et pointues, mais épaisses et plates (ὅσα οὐκ ἐνηλλαγμένους ἔχουσι τοὺς ὀδόντας, στρογγύλυος καὶ ὀξεῖς ἀλλὰ παχεῖς καὶ πλατεῖς) ; c’est le cas de l’homme, du cheval et des animaux de ce type”).

11νημέρων (anêmerôn) : “sauvage (ἀγρίων)” (Hsch. A 5058 ; voir Suid. A 2415).

12πους (apous) : “<animal> qui n’a pas de pieds” (Hsch. A 6762) ; ἂποδς θηρία (apoda thêria) : “Phérécrate l’utilise” (Phot. A 2573).

13τίθασσον (atithasson) : “non domestiqué (ἀνήμερον) ; car tithasseuein signifie domestiquer les animaux sauvages et les rendre dociles (ἡμεροῦν καὶ χειροήθη ποιεῖν)” (Hsch. A 8087 ; voir Hdn. Orth. 3, 2, 480 ; voir Phot. A 3092 et Lex. Seg. A 159, 25 : τίθασσον (atithasson) : ἀνήμερον ; Zonar. A 331, 14 : ἀτίθασσος (atithassos) : ἀνήμερος, ἄγριος ; voir Suid. A 361 et 4356).

B.

14βληχητά (blêchêta), voir Suid. A 2030 (= E 541) s.v. ἀναπολεῖ : “il se remémore ; <le terme> s’applique aussi au fait de ruminer (μηρυκάζεσθαι). Élien <écrit> : Le scare de mer est le seul animal à régurgiter sa nourriture comme les animaux bêlants qui ruminent vraiment (ἃ δὴ μηρυκᾶται)”.

15βοσκημάτων (boskêmatôn) : “bestiaux (θρεμμάτων)” (Hsch. В 839 ; voir Lex. Seg. GR В 222 : βοσκήματα θρέμματα ; voir Lex. Vind. В 22 : βοσκήματα (boskêmata) : “les <animaux> qu’on entretient, que l’on appelle en poésie bota (τὰ θρέμματα, τὰ ποιητικῶς καλούμενα βοτά)”) ; voir Hsch. X 710 : “richesse : biens dont on peut jouir : possessions, cheptel (χρήματα οἷς τις δύναται χρῆσθαι. Κτήματα. βοσκήματα)” ; et Hsch. Θ 714 : “<êtres> qu’on entretient : cheptel, moutons, enfants (θρέμματα βοσκήματα, πρόβατα, τέκνα)”.

16βοτά (bota) : “bestiaux (βοσκήματα). Le mot s’emploie pour tous les animaux terrestres, ailés, aquatiques, sauvages, d’après <le verbe> paître (βόσκεσθαι)” (Hsch. B 852 ; Hsch. B 856 : βοτοῖσι (botoisi) : βοσκήμασι ; Suid. B 404, Phot. B 218, Lex. Seg. B 181 : βοτά βοσκήματα) ; Zonar. B 402 : βοτά (bota) : “le petit bétail (τὰ πρόβατα)” ; et EM 205, 50 : βοτά “le petit bétail et les bestiaux, et ce qu’on appelle l’animal nourri ; d’après <le verbe> nourrir ; et <le verbe> paître : faire paître (πρόβατα καὶ βοσκήματα, καὶ τòν λεγόμενον βοτόν ἀπό τοῦ βόσκεσθαι καὶ βοτεῖν βόσκειν)”) ; βοτῶν (botôn) : “<animaux> qu’on entretient (θρεμμάτων)” (Hsch. B 863, Lex. Greg. B 52) ; βοτόν (boton) : “bétail (κτῆνος)” (Lex. Greg. B 51).

Γ.

17γαλεός (galeos) : “espèce de poisson” (Phot. Γ 21 ; voir Suid. Γ 24 s. v. γαλέα : “le poisson, et galeos a le même sens”).

18γαμψώνυχας (gampsônuchas) : “pourvus de serres crochues (ἐπικαμπεῖς ὄνυχας ἒχοντας)” (Hsch. Γ 132, Phot. Γ 29) ; et voir Et. Gud. 297 : γαμψώνυχες (gampsônuches) : “les [oiseaux aux] ongles crochus (οἱ καμψώνυχες)” (voir EM 221, 11 ; et Zonar. Γ 416 s.v. γάμψος : “ongles crochus et ongles recourbés, Le. serres crochues (καμψώνυχες καὶ γαμψώνυχες, ὃ ἐστιν ἐπικαμπεῖς ὄνυχες)” ; γαμψώνυχος (gampsônuchos) : “pourvu de serres crochues (ἐπικαμπεῖς τοὺς ὄνυχας). Et animaux gampsônucha <désigne> tous les oiseaux dont le bec incurvé descend sous la mâchoire inférieure (τήν ἐπιρυγχίδα γεγάμψωκεν ὑπò τήν γένυν), tel l’aigle, le faucon, la crécerelle et d’autres oiseaux parmi ceux qui ne boivent pas” (Suid. Γ 53 ; voir Suid. E 2556 s.v. ἐπιρυγχίδα) ; voir EM 233, 14, s.v. γλαῦξ : “Démocrite dit que <la chouette> est la seule parmi les animaux aux serres crochues et carnivores (τῶν γαμψωνύχων καὶ σαρκοφάγων) à ne pas mettre au monde des petits aveugles” (voir Zonar. Γ 439).

Δ.

19δακετόν (daketon) : “bête (θηρίoν)” (Hsch. Δ 128) ; δακετóν (daketon) : “bête rampante (θηρίον ἐρπετòν)” (Phot. Δ 30 ; voir EM 245 : δάκος καὶ δάκετα (dakos, daketa) : “bête rampante. D’après mordre, mordeur, mordant, morsure (δάκνω, δάκνετον, καὶ δάκετον, καὶ δάκετος). Callimaque <dit :> Un étranger amenant en dessous un animal mordeur (δάκετον) de type vipérin”) ; δακετά (daketa) : “bêtes venimeuses rampantes (θηρία ἰοβόλα ἐρπετά) ; et daketas a le même sens” (Suid. Δ 20 ; et Suid. Θ 350, s. ν. θηρία : δακετά ἒχιες, φαλάγγια, ὂφιεις “les vipères, les araignées, les serpents” ; voir Zonar. Δ 469 : δάκος καὶ δάκετα (dakos, daketa) : θηρία ἰοβόλα ἑρπετά ; voir Suid. Φ 37, Phot. Φ 637 s.v. φαλάγγια “araignées : l’araignée est un animal qui fait partie des bêtes mordantes”).

20δάκη (dakè) : “[plur.] bêtes et [sing.] reptile (θηρία, καὶ δάκος ἑρπετόν)” (Hsch. Δ 129, Phot. Δ 31-30) ; δάκoς (dakos) : “la bête (τò θηρίoν), d’après <le verbe> mordre. Pindare <dit> : Il me faut fuir le prédateur (δάκος) tenace qu’est la calomnie. <Le mot> signifie aussi morsure (δῆγμα)” (EM 245, 35 ; voir EM 797, 35 s.v. φοινικοῦν : “des dakè sanguinaires avec le sens de : des bêtes (θηρία) meurtrières”).

21δερμόπτερα ζῷα (dermoptera zôia) : “à savoir la chauve-souris, qui est le seul animal ailé (τῶν πτητικῶν ζῴων) qui ait du lait dans des mamelles et qui allaite aussitôt son petit à la naissance” (Suid. Δ 262 ; Zonar. Δ 484).

22δικέραιον (dikeraion) : “possédant deux comes” (Suid. Δ 1088).

23διχηλον (dichêloun) : “qui a un sabot double (δύο ὁπλὰς ἔχον)” (Hsch. Δ 2013) ; δίχηλα ζῷα (dichêla zôia) : “le bœuf, le cerf, le daim, qui ont la caractéristique d’avoir un astragale aux pattes postérieures” (Suid. Δ 1301 ; voir Zonar. Δ 526).

E.

24ἕλείος (héleios), voir θηρία (et Suid. E 824 : ἕλειος (héleios) : “le lieu détrempé et arboré ; l’oiseau héleios”).

25ναιμος (enaimos), voir Zonar. A 87 s. ν. αἷμα : “<le sang est> l’état ultime de la nourriture chez les animaux sanguins” ; Zonar. Π 1543 s. ν. πέττω : “il y a chez les animaux sanguins une triple (sic) coction [digestion] (πέψις)” ; et Suid. E 1200, Zonar. E 717 et 722 : ναιμος (enaimos) : “sanguin : plein de sang (πλήρης αἵματος)”.

26νάλια (enalia) : “les choses de la mer (τὰ θαλάττια)” (Hsch. E 2013, Suid. E 1107 ; voir Lex. Greg. 69 : εἰναλίων (einaliôn) : τῶν θαλασσίων).

27ντομα (entoma), voir Hsch. T 478 s. ν. τενθρηδών : “le tenthrêdôn est un animal qui fait partie des animaux segmentés et qui portent un dard, ressemblant à la guêpe (certains disent à l’abeille sauvage)” ; voir Suid. E 1575 et Zonar. E 719 s.v. ἐντομίδαι (= Zonar. 738 s.v. ἒντομα) : “animaux segmentés, tels la guêpe, la fourmi, les abeilles ; ils ne respirent pas et n’ont pas de poumons” ; voir Suid. Π 1826 s.v. πνεύμων : “les segmentés ne respirent pas non plus”.

28νοίκιδιος (enoikidios), voir Poll. 10, 156 : “perchoir (πέτευρον) sur lequel les oiseaux d’élevage ont l’habitude de reposer pour dormir”).

29νυδρος (enudros), voir Suid. K 365 s.v. καρδία : “les animaux marins n’ont pas de cœur et pas non plus de poumons [...] et les animaux marins n’ont absolument pas besoin d’introduire en eux-mêmes de l’humidité provenant de l’extérieur pour se refroidir” (voir Hsch. T 3904 s.v. κραγγών : “animal marin (ἔvυδρον) et espèce de crevette”, etc. ; voir Zonar. E 720 : νυδροβίων (enudrobiôn) : “qui vivent dans l’eau”).

30ἑρπετά (herpeta) : “les animaux sans pattes (τὰ ἄποδα), en rapport avec <la formule> être tombé sur le sol (εἰς τὴν ἔραν πεπτωκέναι). Et par extension <le mot désigne> tous les autres animaux et l’homme ; car ils sont tous faits de terre et vivent sur la terre” (Hsch. E 5970 ; voir Hsch. E 5989 : ἕρπει (herpei) : “il rampe : il marche sur le ventre”). ἑρπετόν (herpeton) : “animal terrestre, d’après <le fait de> s’écrouler (τό ἐρείπειν), tomber à terre, se déplacer de façon courbe. Certains suppriment l’aspiration initiale [= erpeton]. Au sens propre se dit des animaux qui rampent sur le ventre (τῶv συρογάστρων ζῴων) ; d’après <le mot> herpô <on a> herpeton, comme kopetos <d’après le mot> koptô. Ou bien formé sur <l’expression> tomber à terre [era-petein]. Au sens propre on dit herpeta pour les <animaux> apodes, à partir de <l’expression> tomber à terre (πίπτειν ἐν τῇ ἔρα). Par extension <on le dit> aussi pour les quadrupèdes. Je ramperai (herpô, herpêsô), reptile (herpeton, herpeton)” (EM 376, 55 ; voir Et. Gud. (add.) E 529). Équivalent de θηρίov en Hsch. Λ 947 s.v. λιβυκòv θηρίov “parce que les reptiles (ἑρπετά) de là-bas sont mortels”. De manière générale : Et. Parv. E 32 (et Et. Gud. (add.) E 485) s.v. ἐξεῖρψεν : “c’est la glèbe, la terre, et à partir de là <le verbe> ramper (ἕρπω), c’est-à-dire glisser (σύρω), et à partir de là aussi <le mot> herpeton, celui qui glisse sur la terre” (voir Et. Gud. E 529 : ἑρπετόν (herpeton) : διὰ τò ἕρπειν, ἢγουν σύρεσθαι ἢ παρὰ τò σύρεσθαι πάνυ). Désigne des quadrupèdes : Suid. K 1402 s.v. κέpκος : “l’appendice caudal des rampants (ἑρπετῶν), et de tout animal” (suivent les exemples du lièvre et du cheval). Le mot désigne des reptiles, souvent pourvus de pattes : ἴουλος (Husch. M421 s.v. μάχαιρα : ζῷα ἑρπετὰ πολύποδα), σαύρα (Hsch. Σ 274), σῆψ (Hsch. Σ 514 : σῆπες ζῷα ἑρπετά, ὄφεις), σκολόπενδα (Suid. S 646), σκορπίος (Hsch. Σ 1115 ; voir aussi Suid. I 330 s.v. ἰλυοῖσι : “les refuges souterrains ; les reptiles se cachent dans les terriers”) ; et communément les serpents : ἑρπυστάς τὰ ἑρπετά, τοὺς ὄφεις (Lex. Greg. E 318). L’acception biblique (= animaux de la mer et du sol) est représentée : “Dieu fit tous les bestiaux et les betes sauvages, et les rampants [scil. poissons] et les volatiles (ἐποίησεν ὁ θεòς πάντα τὰ κτήνη καὶ τὰ θηρία καὶ τὰ ἑρπετὰ καὶ πετεινά)” (Suid. A 425).

31ἑρπυστικóς (herpustikos), voir Suid. Σ 158 s.v. σαύρα καὶ σαῦρος : “animal tortillant (ἑρπυστικòν ζῷον) ; d’ailleurs <la salamandre> ressemble au lézard et cet animal appartient au genre des tortillants (ἑρπυστικóν) : si on en coupe un et qu’on le sépare par le milieu, il ramène à lui en frétillant les morceaux de son corps et les bouts se resoudent” ; voir ἑρπηστικóς ; (herpêstikos) : “le serpent rampant, <du verbe> ramper (ὁ ἑρπυστὴς ὄφις ἐκ τoῦ ἕρπω)” (Et. Gud. E 529).

Z.

32ζῳδάρια (zôidaria), voir Et. Parv. K 14 (Gud. K 297 ; voir EM 488) s.v. κάµπη : “chenille : d’après <l’expression> se plier lors de la reptation. Car les bestioles tendent leur partie postérieure, plient leur partie antérieure, et de la sorte elles font glisser leur partie arrière, en repliant leur corps”.

33ζῴδιoυ (zôidion) : “le petit animal (ζῷοv)” (Suid. Z 123 ; voir Lex. Seg. Z 98 : ζῴδιoυ ζῷοv).

34ζωϋφίoις (zôüphiois) “petits animaux ; soit des bestioles, soit des animaux ailés, soit des guêpes (µικρoῖς ζῴoις. ἢ κνωδάλoις. ἢ πτηνoῖς. ἢ σφηξίν)” (Hsch. Z 267 ; voir Zonar. Z 968 s. ν. ζωΰφια (zôuphia) : “les petits animaux, soit mordeurs soit volants (τὰ µικρὰ ζῷά, ἢτoι κνώδαλα ἢ πτηνά)”. Ce terme définit les insectes volants : ἀκρίς (Suid. A 985), βούβρωστις (Hsch. Δ 881), ἐμπίς (Suid. E 1020, Zonar E 701), ἶκες (Et. Gud. I 276, Lex Syn. 65), κάνθαρος (Suid. 0 366), κάχληξ (Suid. K 1154), κανθαρίς (Hsch. K 657), κίς (Hsch. K 2780), κoλεόπτερον (Suid. M 1935), κώνωψ (Hdn. Epim. 71), λαμπυρίς (Hsch. Λ 269), μέλισσα (Suid. M 511), μηλολόνθη (Suid. M 933), μυῖα (Hdn. Epim. 233), μυλακρίδες (Hsch. M 1847), μῦς (Suid. M 1466), οἶστρος (Hdn. Epim. 141, Zonar O 1431), ὀρσοδάκνη (Hsch. Ο 1328), σίλϕη (Suid. Ν 234 et Σ 421), σκνίψ (Hdn. Epim. 127, Suid. Σ 633 ; κνίψ : Hsch. Phot. K 173, Suid. K 1879, Lex. Seg. K 279), τριχοτρῶκται (Hsch. T 1470), χιλάγρα (Hsch. X 461) ; et Hsch. Ψ 293 s.v. ψυχή : « psyché : souffle <vital>, et bestiole ailée [papillon] ». Mais il définit aussi la puce : ψύλλα (Hsch. Ψ 267) ; une larve : σκώληξ (Suid. X 684) ; une araignée : ἀράχη (Suid. A 3750, Zonar. A 286) ; des gastéropodes : κόλυµβοι (Hsch. k 3400), κοχλίδιον (Suid. K 2204) ; et un lacertien : ἀσκαλαβώτης : “bestiole ressemblant à un lézard qui se glisse sur les murs des maisons” (Et. Gen. 12/7 ; voir Et. Gud. (add.) A 212, Et. Sym. A 246, EM 154, Zonar. A 311) ; c’est le cas aussi de l’animal κροκóδειλος défini comme ζωΰϕιον µικρóv (Et. Gud. K 348, EM 539, Zonar. K 1250). Il définit aussi des espèces aquatiques indéterminées (voir Hsch. O 614 s.v. ὀλολυγών : “bestiole qui naît dans l’eau et ressemble à un boyau”) ; ou ignées (Suid. Π 3216 s.v. πυρίβια : “les bestioles qui tombent dans le feu” ; cf. Suid. Π 3194 s.v. πυραύστης : “bestiole volante”. Voir ζῳΰϕιον [sans commentaire] : Suid. Z 175.

H.

35ἠερίων (êeriôn) : τῶν ἁερίων ὀρνέων “les oiseaux du ciel” (Lex. Greg. E 24).

36ἠθάδες (êthades) : “domestiqués, apprivoisés (συνήθεις, τιθασοί)” (Hsch. H 214 ; voir Hsch. H 215 : ἠθάς τιθασός, γνώριµος, συνήθης ; Phot. H 63, Lex. Seg. H 249 : ἠθάδων συνήθων) ; ἠθάς (êthas) : “l’oiseau familier (συνήθης) [la volaille, la poule] (Zonar. H 980).

37ἡµερινὰ ζῷα (hêmerina zôia) : “les animaux qui apparaissent aux yeux de tous pendant le jour ; sont nocturnes la chouette, l’éléos, le buas, le hibou, l’épolios, le petit-duc ; sont marins (θαλάσσια) l’alcyon, le rossignol, les kêrukes (sic), les mouettes, le goéland, le charadrios, le gravelot, le kenchlos (sic)” (Suid. H 302).

Θ.

38θηρία (thêria) : “les animaux (τὰ ζῷα) ; on emploie aussi ce terme pour les chevaux” (Hsch. Θ 524) ; θήρ (thêr) : “le lion, d’après <la formule> bondir avec vivacité (thoôs orouein)” (Hsch. Θ 514 ; voir Hsch. Θ 526 : θηρί λέoντι ; Hsch. Θ 535 : θηρός λέoντoς) ; θηρία (thêria) : “les éléphants. <On appelle> aussi thêria les animaux qui mordent (τὰ δακετά), les vipères, les araignées, les serpents” (Suid. Θ 350). Voir Poll. 5, 14 : “les bêtes sauvages sont pour la plupart montagnardes (ὄρεια) comme le lion, pour certaines palustres (ἔλεια) comme le sanglier, pour d’autres ils se plaisent dans des endroits spéciaux et dans des bois, comme la panthère [...], pour d’autres dans les zones boisées comme le cerf, pour d’autres dans les taillis comme le lièvre”.

39θηρίδια (thêridia) apparaît dans la définition de nombreuses bestioles, presque toujours qualifiées de nuisibles, également appelées parfois ζωΰϕια (voir s.v.) : βόµβυκος (Hdn. Clis. Onom. 3, 2, 742), ἴξ (Hsch. I 703 : “bestiole qui mange les vignes” ; voir Hdn. Pros. Cath. 3, 1, 396), ἐρυσίβη (Paus. E 74, Phot. E 18, Suid. E 3111), ἶπες (Hsch. I 768 : “bestioles de type larvaire (θηρίδια σκωληκοειδῆ) qui rongent les cornes et le bois” ; Suid. I 529, Lex. Seg. I 262 : θηρίδια λυµαντικά), κεράµβηλον (Hsch. K 2259), κέρκος (Hsch. K 2333 : θηρίδιov βλάπτov), κίες (Hsch. K 2631 : θηρίδια σιτoϕάγα), κoίελος (Hsch. K 3227), κτηδόvες (Phot. K 181, Suid. K 2517, Lex. Seg. K 284), λίσπη (Suid. A 603), µίδας (Hsch. M 1330, Phot. M 270), ξίϕoς (Hsch. T 1084), τριχοβρῶτες (Poll. 2, 24 ; voir Hsch. T 1467 : τριχόβρως θηρίδιov κατεσθίov) ; et un animal mystérieux, mustélidé pour certains, ou insecte, le λεoτόϕovov : “petit animal nomade de Syrie” (Hsch. Λ 648).

40θηριώδης (thêriôdês) “devenu furieux (ἀγριαιvόµενος)” (Hsch. Θ 530 ; voir Hsch. A 800 s.v. ἀγριόθυµοςἀγριόψυχος, θηριώδης) ; intervient dans la définition de nombreux animaux (sous l’expression ζῷος θηριῶδες) : ὕδρα (Hdn. Epim. 139), χίµαιρα (Hdn. Epim. 149) ; etc.

I.

41*ἰλυσπαστικός, voir ἰλυσπᾶσθαι (iluspasthai) : “se déplacer comme les serpents ou les vers (σκώληξιν)” (Hsch. I 596).

42ἰοβόλος (iobolos) : “serpent” (Suid. I 404 ; voir Zonar. I 1112 : “venimeux : celui qui émet du venin ou du poison (ὁ τῷ ἰῷ καὶ ϕαρµάκω βάλλων). Le serpent venimeux s’est élancé d’un seul coup”) ; voir Hsch. I 756 s.v. ἰοτόκος : ...“venimeux : [...] les bêtes qui injectent du venin (τὰ ἰοβόλα θηρία)” ; voir EM 462, Zonar. 11140, s.v. ίῶτα : “iota : la lettre, d’après le venin des animaux qui injectent du venin...”.

43ἰχθύδια (ichthudia), voir Hsch. A 8783 s.v. ἀϕύη : “les tout petits poissons (τὰ µικpὰ ίχθύδια)” (voir Et. Gen. A1495, Phot. A 3409, Suid. A 4660 ; Et. Sym. A 348, EM 179, Lex. Sabb. A 42, Lex. Seg. GR A 203, Lex. Seg. A 173). Définit de petits poissons : βεµβίδιον (Hsch. B 507 : “petit poisson menu (λεπτόν)”), ἐχεvἢις (Suid. E 3991), σµαρίδες (Hsch. Σ 1229 : “petits poissons de petite taille (µικpά)”) ; de gros poissons : νάpκη (Suid. N 38), ψῆττα (Hsch. Ψ 156 : “petit poisson <du groupe> des <poissons> plats (τῶν πλατέων)”), et σελάχιον (Phot. Σ 505, Suid. Z 194) ; peut-être des céphalopodes : “teuthides : seiches, et teuthis un petit poisson commun” (Suid. T 424 ; voir Hsch. O 1410 s.v. ὀσµύλια : “les poulpes qu’on appelle ozênes et des petits poissons ordinaires” ; voir Phot. O 352) ; des modes de préparation : Hsch. E 7706 s.v. ἐψητοῖς : “friture : le petit fretin (τὰ μικρὰ ἰχθύδκα)” (voir Phot. E 47) ; Hsch. O 932 s.v. φρυκτά “rillade : des petits poissons courants secs” ; Hsch. E 4195 s.v. ἐπανθρακίδες : les petits poissons qui sont cuits au charbon” ; Suid. T 846 s.v. τοὖψον ὀπτόν : le plat cuit, c’est-à-dire le petit poisson” (voir Suid. O 1070 s.v. ὀψάριον τò ἰχθύδιον ; et Lex. Greg. K 12 : καὶ δύο ἰχθυδίων καὶ ἀπò δύο ὀψαρίων).

K.

44καρχαρόδους (karcharodous) : “qui a des dents tranchantes et pointues (τραχεῖς, ὀξεῖς ὀδόντας ἔχων)” (Hsch. K 945 et voir Zonar. K 1144 ; voir Phot. K 134, Suid. K 742, Lex. Seg. K 268 : “qui possède des dents tranchantes”). Καρχαρόδοντας (karcharodontas) : “<terme> équivalent. Et avec une dentition complète aux deux mâchoires (ἀμφώδοντας) : dont les dents se font face et portent les unes contre les autres (ἀντεμβάλλοντας εἰς ἀλλήλους τοὺς ὀδόντας)” (karcharoaonta) : “tous les animaux qui ont des dents oblongues et qui alternent (στρογγύλους καὶ ἐναλλάσσοντας) ; le lion, le chien, la panthère, les aetides et le genre des poissons qui sont carnivores” (Suid. K 741). Καρχαρόδους (karcharodous) : “les animaux qui ont des dents affûtées (κεχαραγμένους), c’est-à-dire oblongues et pointues (στρογγύλους καὶ ὂξεις), et qui <d’une mâchoire à l’autre> alternent (ἐναλλάσσοντας ἑαυτών) ; par exemple le loup, le lion, la panthère. Ce mot est formé d’après <le mot> aiguiser (charassô), verbe qui syncopé avec <le nom de> la dent donne charodous, et par dédoublement <de l’initiale> charcharodous, et karcharodous” (Et. Gud. K 301, Zonar. K 1148 ; voir EM 493 et Orion K 87 : καρχαρόδων παρὰ τό χαράσσω). Le mot intègre les poissons : EM 83 s.v. ἀµία : “pélamide : poisson qui, d’après Aristote, fait partie des <animaux> à dents tranchantes, qui vivent en bancs et qui se nourrissent de chair ; elle a une vésicule biliaire de la taille de l’estomac, et une rate” (voir Et. Gen. A 651).

45κατοικίδιος (katoikidios), voir Suid. Ω 2, s.v. ᾠά : “les <œufs> pondus par les oiseaux de basse-cour”. Il qualifie un certain nombre d’oiseaux : ἐθάς (Hdn. Philétairos 50 : “le pigeon (περιστερά) d’élevage, tandis que le sauvage <s’appelle> colombe (πελειάς)”), κόσκινοι (Hsch. Κ 3759), κοττυλειοί (Hsch. Κ 3810), μελέαγρος (Hsch. M 664), στρουθός (Suid. Χ 12), φωλάς (Suid. Φ 644) ; mais surtout le coq : ἀλέκτωρ “l’animal domestique” (Phot. A 438, EM 60 ; voir Et. Sym. A 278). Voir aussi s.v. µύες : “mus : une espèce de coquillages ; les mus de la maison (κατοικίδιοι) [souris] et ceux de la mer (ἐvάλιoι) [baleine] ; et les chairs compactes de notre corps [muscles]” (Hsch. M 1788 ; voir Phot. M 282, Suid. M 1475 s.v. μῦς λευκός ; voir Hsch. 1 1258 s.v. σµίνθα : “la souris de la maison”). Voir Suid. K 1062 s.v. κάττης, κάττου : “chat, chatte : le chat (αἲλουρος) de maison” (voir Suid. K 911). Et Hsch. Σ 511 s.v. σηνίkη : “[...] et l’animal à multiples pieds qui ressemble aux ânes de la maison [cloportes]”.

46κερασφόρος (kerasphoros) : κερατοφόρος (Hsch. 2285, Phot. K 156, Lex. Seg. K 276 ; voir Suid. K 1376 ; voir Hdn. Epim. 62 : “bœuf cornu (κερώεις) : celui qui possède des cornes ; kerasphoros a le même sens”). Voir Et. Gud. Κ 349, EM 541 s.v. κρόταφοι : “au sens strict le mot <tempe (krotaphoi)> s’applique aux animaux qui portent des cornes (keratophoroi), car c’est à partir de cette partie que poussent leurs cornes” (voir Zonar. K 1251) ; voir Suid. 417 1, Zonar. E 664 s.v. ἐκερουτίας : “tu fais le fier : tu dresses la tête à la manière des animaux qui portent des cornes (κερατοφορούντων)” (voir Suid. A 2568, Suid. K 145, Zonar. K 1171).

47κτος (kêtos) : “énorme poisson de mer (θαλάσσιος ἰχθὺς παμμεγέθης)” (Hsch. K 2575). κτος (kêtos) : “animal marin (θαλάσσιον θηρίον) correspondant à plusieurs espèces (πολυειδές) ; il y a le lion, le requin-marteau, le léopard, le cachalot, le poisson-scie, l’animal qu’on nomme mallè, qui est par ailleurs le plus redoutable ; et puis encore le bélier, un animal hideux” (Suid. K 1555). Les autres monstres marins qualifiés de κῆτος sont : ἄμυσσος (Hsch. A 3874), κάμπη (Hsch. K 613), καρχαρίας (Phot. K 134), κέμμορ (Hsch. K 2201), πρῆστις (Suid. Π 2270), φύσαμος (Suid, Φ 856), κῆτος (kêtos) : “le gros animal (τò µέγα ζῷον) de la mer, d’où <le mot> kêtôdès <signifiant> le gros poisson (ὁ ἰχθὺς ὁ µέγας)” (Hdn. Epim. 66). Les animaux qualifiés de ἰχθῦς κητώδεις (ichtus kêtôdeis) sont : ἀντακαῖοι (Hsch. A5310), βούρυγχος (Hsch. B 964), βρίγχος (Hsch. B 1136), ἠλακατήν (Hdn. Pros. Cath. 3, 1, 16 : voir Hsch. H 308 : θαλασσίων ἰχθύων οἱ κητώδεις), ἴσοξ (Hsch. I 972), ὔπατοι vel πρόβατα (Suid. Υ 168), ϕάλλαινα (Hsch. Ф 117 ; voir Suid. Ф 1047). Voir en particulier κητεία (kêteia) : “pêcherie de thon (θυννῶν ϕορά)” (Hsch. К 2571). Sur la valeur augmentative, voir Hsch. Κ 2573 : κητίνη (kêtinè) : “bateau grand comme un kêtos”, et Id. 2574 : κήτειον (kêteion) : “grand (µέγαν)” ; voir Hsch. 450 s.v. µεγακήτεα : “grosse bête (θηρίον) ou gros monstre marin (κῆτος)” (voir EM 574 s.v. µεγακήτεα πóντον : “mer megakêtea : mer qui renferme de grands monstres marins (µεγάλα κήτη), ou tout simplement grande (µέγαν) <mer>, d’après <le mot> kêtos”).

48κίναδος (kinados) : “<s’applique> au thêrion, d’après <l’expression> s’agiter (kineisthai) énormément (adên) ; car les thêria s’agitent beaucoup” (EM 514 ; voir Zonar. K 1208). κίναδος (kinados) : “bête (θηρίον), serpent” (Hsch. K 2711). κίναδος (kinados) : “espèce d’animal sauvage (θηρίον) ; comme Démosthène dans le Sur la couronne : Par nature ce petit bonhomme est un renard. On considère que toute bête sauvage (θηρiον) peut être appelé kinados ; mais <ce mot désigne> en particulier le renard (ἀλώπεκα) ; <car on dit> méchant comme un renard ; et il paraît que les Siciliens emploient de manière dialectale pour nommer le renard <le mot> kinadion” (Suid. K 1629 ; voir Phot. K 166). κίναδος (kinados) : “renard (ἀλώπηξ)” (Suid. K 1628) ; κίναδος (kinados) : “bête sauvage (θηρίον) extrêmement malveillante dont la peau est utilisée pour faire des casques, d’après ce que dit Callias dans Les Atalantes. Ce nom est sans doute motivé par le fait qu’il bouge bien (eukinêton) ou qu’il bouge beaucoup (polukinêton)” (Lex. Pat. 154 ; voir Lex. Seg. GR K 272 : κίναδος : “bête sauvage (θnρiov) dont la peau entre dans la composition des casques. Les Siciliens appellent le renard kondea”).

49κινώπετα (kinôpeta) : “bêtes hargneuse, bêtes fauves (κνώδαλα, θηρία)” (Hsch. K 2755) ; κινώπετα (kinôpeta) : “les reptiles (herpeta) qui se déplacent (kinoumena) sur le sol” (Suid. K 1646 ; voir EM 513 : “les reptiles, les bêtes sauvages (θηρία), les animaux qui en quelque sorte se déplacent sur le sol, autrement dit la terre, et qui sont des kinôpeda (sic)” ; et Zonar. K 1214 s.v. κινώπεον : κινώπεδα καὶ κινóπετα. Oὕτως Ὦρος ὁ Mιλήσισς “kinôpeta : reptiles (έρπετά). Les animaux qui bougent (kinoumena) perpétuellement sur le sol. On trouve chez Horos de Milet : kinôpeda et kinôpeta).

50κνώδαλα (knôdala) : “<signifie> au sens propre les animaux marins (τά θαλάττια θηρία) ; les kinôdala sont effectivement les animaux qui se déplacent (kinoumena) dans la mer (hali) ; mais Homère qualifie un animal terrestre de bête knôdalon (κνώδαλον θηρίον), ou petit animal (ζῷον µικpóν)” (Hsch. K 3156). κνώδαλον (knôdalon) : “<signifie> au sens propre les animaux marins (τò θαλάσσιον θηρίον) ; mais Homère <nomme> kunodalon le gibier (haliscomenon) du chien (kunos). Par extension <le mot désigne> les animaux terrestres (τὰ χερσαῖα ζῷα). On dérive l’étymologie de ce nom de knôsso <qui veut dire> dormir ; ou bien de <l’expression> avoir les ossa, c’est-à-dire les yeux, vides (kena). <Le mot> signifie un animal marin, petit, et sans valeur” (Et. Gud. 331, 10 ; voir Id. 331, 4 ; EM 522 ; Zonar. K 1225). κνώδαλον (knôdalon) : “petit animal, bestiole (ζῷον µικpóν, θηρίον) ; se dit au sens propre de l’animal marin, mais s’emploie parfois pour l’animal terrestre. Dans les Epigrammes <on trouve> : Les épées égorgeuses de nombreux knôdala” (Phot. K 174, Suid. K 1880 ; voir Lex. Seg. K 279). κνώδαλον (knôdalon) : “l’animal marin, celui qui se déplace dans la mer, tandis que kinôpeton est l’animal terrestre, le reptile (herpeton) qui se déplace (kinoumenon) sur le sol” (Suid. K 1881). Mais κνώδαλον (knôdalon) : “l’animal qui vit dans les montagnes” (Hdn. Epim. 72). κνώδαλα (knôdala) : “<mot signifîant> par extension les animaux terrestres qui sont capturés par des chiens” (Orion K 80). Et voir Hsch. A 8182 s.v. ἀττέλαβος : “petit criquet, et espèce de knôdalon, un animal petit et fin” (voir Hsch. A 8051).

51κογχύλια (konchulia) : “les coquillages (τὰ ὄστρεα)” (Zonar. K 1242 et Ω 1899). κογχύλια (konchulia) : “les bivalves (τὰ ὄστρεα) et les pourpres” (Hsch. K 3194 ; voir Hdn, Pros. Cath. 3, 1 168 : αἱ πορϕύραι καὶ τὰ κογχύλια). Dans une liste de noms de coquillages : Poll. 6, 47. Mais surtout comme nom de classe pour : ἀκαλήϕη (Phot. A 705, Suid. A 788, Zonar. A 102 : κογχυλίδιον), ἀλεσούριον (Hsch. A 2890 ; voir Phot. A 928, Lex. Seg. A 74), ἄπροτον (Phot. A 2747, Lex. Seg. A 139 ; cf. ἀβρότων : Et. Sym. A 1, 14, EM 4, Lex. Seg. GR A 204), κικοβαυλιτίδες (Hsch. K 2661), λεπάδες (Hsch. Λ 657 : “les coquillages plus petits que les ostrea qui sont collés aux rochers” ; voir Suid. A 284), νήριτος (Hsch. N 523), ὀνóπορδον (Hsch. O 912), πῖνα (Hsch. Π 2304 : ὀστρεῶδες κογχύλιον), σκιϕύδρια (Hsch. Σ 1037), σωλῆνες (Hsch. Σ 3069). Voir Hsch. A 1167 s.v. λιχάδες : ”tous les ostrea, les pierres, les cailloux et les konchulia”.

52κολεóπτερον (koleopteron) : “espèce de bestiole volante (ζωϋϕίου πτηνοῦ) ; <son nom est formé> d’après le fait d’avoir les ailes soudées par l’élytre et comme dans un étui (ὡς ἐv κουλεῷ τὰ πτερὰ συvέχειν τῷ ἐλύτρῳ). <c’est le cas> de celui qu’on appelle hanneton et du scarabée” (Suid. K 1935).

53κτῆνος (ktênos) : “l’animal (τò ζῷον)” (Suid. K 2519, Zonar. K 1261). κτήνη (ktênè) : “bétail (Bοσκήµατα)” (Hsch. K 4309).κτήνη (ktênè) : “au sens propre (Kυρίως) : les animaux domestiques (τὰ ἢµερα), les animaux sauvages étant les thêria. Mais souvent l’Écriture use du mot ktênè pour désigner les animaux sauvages (τὰ ἄγρια)” (Zonar. K 1261). κτήνη (ktênos) : “<formé> d’après <le mot> ktô, <autrement dit> assasiner, ktêsô, ktênos ; ou bien <formé> d’après <le mot> ktô, <autrement dit> posséder, et à partir de là ktêma et ktêsis ; ou bien <formé> d’après <le mot> kteinô [tuer], ktênos. ktênè : au sens strict <ce mot s’applique> aux animaux qui sont égorgés pour être mangés. Ktasthai <signifie> en effet être assasiné. Par extension <le mot est appliqué> également aux autres animaux” (EM 542 ; voir Orion K 103 : κτῆνος διὰ τò κτένεσθαι ἤγουν σϕάζεσθαι). Voir aussi Phot. O 342, Suid. O 464, Lex. Seg. O 319 s.v. ὁπλή : “le pied de forme arrondie (κυκλοειδὴς πούς) du bétail, par exemple des bœufs, des moutons (προβάτων), et des autres animaux qui possèdent de petits ongles au bout de leur pattes antérieures” (voir Et. Gud. O 432 ; Voir Hsch. O 1030 s.v. ὁπλαί : “les écrins ; ou les soles des chevaux et des autres bestiaux” ; voir Zonar. O 1459). Voir également Phot. T 598, Suid. T 916, EM 764, Zonar. T 1750 s.v. τραύξαvα : “les résidus qui tombent à côté de la mangeoire des chevaux, des bœufs ou des autres bestiaux”. Et κτήvεα : “possessions (χρήµατα)” (Hsch. K 4308) ; κτηνωδέστερα (ktênôdestera) “plus bête (ἀλογώτερα), car les ktênè sont les bêtes (τά ἄλογα)” (Hsch. K 4310 ; voir Zonar. K 1261).

Λ.

54λεπιδωτοὶ ἰχθύες (lepidôtoi ichthues) : “le genre des poissons tout entier, à l’exception des sélaciens” (Suid. A 286). Voir Hsch. 2170 s. ν. ἐλλοπιεῖς : “muets ; <le mot signifie> aussi les écailleux [poissons]”.

55λιµναῖος (limnaios), voir Hsch. Λ 485 s.v. λεβίαι : “les <poissons> de saumure qui ont des écailles (λεπίδας ἔχοντα) ; et les poissons de lac”. Voir Suid. Φ 48 s.v. ϕαληρίς : “oiseau de lac”.

M.

56µαλακία (malakía) : “espèce de poissons : les calmars, les seiches <on accentue aussi> malákia” (Hsch. M 147). µαλάχια (sic) (malachia) : “tous les animaux aquatiques (τῶv ἐvύδρων) qui n’ont pas d’os. Ils n’ont par ailleurs ni sang, ni entrailles (καὶ ἄvαιµα καὶ ἄσπλαγχνα). Certains écrivent malacheia avec diphtongue” (Suid. M 98). Voir Phot. 2 505 : σελάχιoν.... λέγεται δὲ καὶ µαλάιoν “sélacien : [...] on dit aussi malachion” (voir peut-être µαλάιoς (malachios) : “un poisson (ἰχθῦς πoιóς)”, Hsch. M 167 ; et µαλάκιoν (malakion) : “une espèce de poisson (εἶδoς ἰχθῦoς)”, Et. Gud. M 379).

57µαλακóστακα (malakostraka) : “les langoustes et les crevettes” (Hsch. M 155). µαλακóστρακoι (malakostrakoi) : “tous les poissons (ἰχθύες) qui muent, comme les homards, les crevettes, les pagures, les crabes. Ce sont les seuls <poissons> à muer” (Suid. M 95 ; voir Suid. II 1826 s. ν. πvεύµων : “les crustacés (τά µαλακóστακα) comme les crabes et les skutalè [crevettes ?]”).

58µετάρσιoς (metarsios), voir Suid. Z 39, Zonar. Z 953 : “l’aigle <fait partie> des oiseaux d’altitude (τῶν µεταρσίωv ὀρvέωv)”.

59µῆλα (mêla) : “de manière générale (κoινῶς) tous les quadrupèdes ; et par suite tous les cuirs, c’est-à-dire toutes les peaux, sont appelés mêlôtè ; de manière restrictive <le mot signifie les moutons (πρóβατα) et les chèvres” (Hsch. M 1182, EM 584 ; voir Phot. M 265, Suid. M 916, Lex. Seg. M 300 : πάντα τὰ τετράπoδα). µήλων (mêlôn) : πρoβάτωv (Hsch. M 1204 ; voir Suid. M 934 ; Et. Gud. M 391, EM 586, Zonar. M 1356 : µῆλα (mêla) : “les moutons (τὰ πρóβατα)” ; voir Et. Gud. Ψ 574 (et Orion, N 106 s.v. µαλλóς : “du mot mêlon, qui désigne le mouton (πρóβατoν)”) ; Et. Gud. M 384 : “Homère donne le nom de mêla aux moutons (πρóβατα)” ; Et. Gud. M 391 s.v. µηλωτή : “les Ioniens appellent les moutons (πρóβατα) mêla” (voir Orion Ex.a 180). Sur l’étymologie voir Zonar. M 1358 : µῆλα (mêla) : “les moutons (πρóβατα). Certains disent que <le terme> vient <du mot> bêler (µηκᾶσθαι), c’est-à-dire <émettre un son> disharmonieux ; d’autres disent qu’il vient <du fait> de manger des fruits (µηλώδη καρπòν ἔδεσθαι)” (voir EM 584). Voir Zonar. I 1134 s.v. ἴϕια µῆλα : “<mêla> qui marchent avec vigueur, robustes ; ou par euphémisme, ou pour donner de la vigueur aux <moutons> qui sont sans force. Mêla veut dire les moutons (πρóβατα)” (cf. Et. Gud. I 285 s. ν. ἴϕια µῆλα : τὰ ἀσθεvῆ πρóβατα “les moutons sans force”).

60µηρυκάζoµενα (mêrukazomena), voir Poil. 2, 204 : “on nomme la caillette le premier estomac (sic) des ruminants” ; Hsch. E 7647 s.v. ἐχῖνoι : “<hérissons> partie de l’estomac [le feuillet] des ruminants” ; Hsch. K 2110 s.v. κεκρύϕαλoς : “sorte d’estomac [le réseau] propre aux animaux ruminants”.

61µῶνυξ (mônux) : “qui a un sabot simple (µίαv ὁπλὴv ἔχωv), monônuchos” (Hsch. M 2061). µώνυχα ξῷα (mônucha zôia) : “animaux mônucha : cheval, âne, mulet, etc. Ils ont la propriété de ne pas nager, et d’être appelés lophouroi” (Suid. M 1334). µῶνυξ (mônux) : “le solipède (µovῶνυξ), et solipèdes (µoνώνυχες) pour les chevaux” (Suid. M 1335 ; voir Et. Gud. M 402 : µώνυχες. µωνóνυχες. Pour l’étymologie voir EM 593 : “chevaux solipèdes µώνυχας), du <mot> seul (monos) et du <mot> ongle (onux) on obtient mononuchas ; avec la chute du nu et une crase : mônuchas” (voir Hdn. 3, 2, 259). µώνυχες (mônuches) : “les animaux qui n’ont pas le pied bifurqué (τὰ µὴ διχηλoῦντα), comme le cheval, l’âne et les animaux de ce type” (Zonar. M 1381).

N.

62νέπoδες (nepodes) : “poissons (ἰχθύες)” (Hsch. N 507 ; voir Lex. Greg. N 11 : νεπóδεσσι τoῖς ἰχθύσι). νέπoδες (nepodes) : “les poissons, d’après <le préfixe> privatif ne- et le <nom du> pied (pous) ; car <les poissons> sont apodes. Dans les Epigrammes <on trouve> : les animaux volants et les profits des animaux des champs et des poissons (ἀγρoτέρωv κέρδεα καὶ vεπóδων)” (Suid. N 250 ; voir Hdn. Epim. 90 : νέπoυς ὁ ἰχθύς). νέπoδες (nepodes) : “ceux qui se déplacent en nageant (διὰ τoῦ νήχεσθαι τὴν πoρείαν πoιoύµενoι) ou qui n’ont pas de pied (ἄπoδες) ; nepodes : les poissons, d’après –ne privatif, ceux qui sont privés de pieds” (Et. Gud. 405, 49 ; voir Zonar. N 1389). Voir EM 601 : νέπoδες (nepodes) : “les poissons ; d’après la privation <exprimée par> –ne et les pieds : ceux qui n’ont pas de pieds (oἱ πoδῶν ἐστερηµένoι). Lorsqu’on rapplique aux genres apodes c’est par métaphore, d’après les bébés qui ne se servent pas encore de leurs pieds (τῶν µήπω τoῖς πoσὶ Kεχρηµέvων) (<selon> Horos)”. νέπoδες (nepodes) : “nêxipodes. C’est une erreur de dire qu’ils sont apodes, vu que les phoques ont des pieds : ‘autour de lui des phoques nepodes’ (Homère)” (Suid. N 251 ; voir Hsch. N 374 et 375, Et. Gud. N 407).

63νηκτά (nêkta) : “les animaux qui vivent dans l’eau, les animaux aquatiques (τὰ ἔνυδρα) ; d’après <le mot> nager (νήχεσθαι), c’est-à-dire être en plongée (κoλυµβᾶν), voguer (πλέειν)” (Hsch. N 467 ; voir Et. Gud. N 407) ; νηκτά (nêkta) : “<animaux> aquatiques, plongeurs (ἔvυδρα, κoλυµβητά)” (Phot. N 298, Suid. N 310, Zonar. N 1399, Lex. Seg. N 308). νηκτά (nêkta) : “les poissons (oἱ ἰχθύες)” (Hdn. Epim. 91).

64νυκτερινóς (nukterinos), voir Suid. H 302 s.v. ἠµερινὰ ζῷα : “sont nocturnes (νυκτερινά) la chevêche, la chouette, le hibou, le nuktikorax, la chouette epolios, le petit-duc”. Il est employé comme qualificatif, essentiellement pour des rapaces : βύας (Suid. B 585, Zonar. B 410), γλαῦξ, (Hsch. Γ 609, EM 233), ἐπoλιóς (Suid. 2798, Zonar. E 796), σκῶψ (Suid. Z 694), ὕβρις (Hsch. O 33) ; et vυκτερίς (Hsch. N 698). Voir aussi νυκτεριvoὶ κύνες (nuktérinoi kunes) : “les loups” (Hsch. N 697, Phot. N 303, Suid. N 579).

65νυκτίβιoς (nuktibios) : “qui vit la nuit comme si c’était le jour (ὁ ἐν νυκτὶ ὠς ἐν ἡµέρᾳ διάγων) ; c’est le cas des bêtes sauvages (τὰ θηρία) et de la plupart des animaux nuisibles (τῶν θηρίων) [?]” (Hsch. N 699 ; voir Suid. N 581).

66νωδóς (nôdos), voir Poll. 2, 96 : “celui qui n’a pas de dents <est dit> nôdos” (voir Hsch. N 761 ; Zonar. N 410 : ὁ ἐστερηµένoς τῶν ὀδóvτων ; Phot. N 306, Suid. N 529, Lex. Seg. N 310 s.v. νωδóς, et Et. Gud. N 413 s. ν. vωδής : ὁ µὴ ἔχων ὀδóντας).

Ξ.

67ξυλoϕάγoς (xulophagos) voir Hsch. A 8911 s.v. ἀχραδῖναι : “des animaux qui se nourrissent de bois” ; Hsch. K 3129 s. ν. κvῖπες : “knipes : des yeux rongés sur le pourtour ; et des bestioles (ζωΰϕια) faisant partie des <animaux> qui se nourrissent de bois” (voir Paus. Σ 15, Phot. Σ 423, Suid. Z 640 s. ν. σκνὶψ : “le sknips est un petit animal qui se nourrit de bois”).

O.

68oἰωνóς (oiônos) : “oiseau (ὄρνεoν)” (Hdn. Epim 138 et 213 ; voir Zonar. O 432 : oἰωνoὶ γὰρ τὰ ὄρνεα ; voir Hsch. O 351 s.v. ἰζίvες : oἰωνoί, ὄρνιθες). oἰωνoί (oiônoi) : “oiseaux carnivores ; ou bien présages” (Phot. N 324, Suid. Oι 167, Lex. Seg. O 315). oἰωνoί (oiônoi) : “oiseaux carnivores et en général, vautours, corbeaux ; sont dits oiônoi <les oiseaux> au moyen desquels nous devinons l’avenir par les présages (oἰωνιζóµεθα τὰ µέλλoντα) ; d’où <le nom> d’oiônopoloi <qui design> les devins, ou les serpents [sic]” (Hsch. O 456 ; voir ibid. 457 : oἰωvoπóλoι µάvτεις. ὀρνεoσκóπoι, ὀρνιθoµάντεις). Voir Et. Gud. 424 : oἰωvoῖσv “les oiseaux carnivores <...> ; de <oiô = seul> vient oiônos, car c’est le seul animal à dormir en plein air ; <l’élément> oi est une diphtongue, d’après oios qui signifie seul”. oἰωνóς (oiônos) : “serpent ; car on dit ajuste titre : les serpents ont rapport aux prophéties ; et on leur donnait d’ailleurs le nom d’oiônoi” (Hsch. O 458). oἰωνóς (oiônos) : “oiseau (ὄρνις), vautour ; <savoir> qu’il leur arrive souvent de pondre sans s’être accouplés, <fécondés> par le vent ; aussi est-ce aux vautours que l’on applique, au sens strict, <le nom de> oiônoi. Car ils accomplissent, en vertu de leur nature, l’action de pondre <en étant fécondés> par le vent. <Le mot> oiônos signifie aussi l’oiseau qui donne des présages (ὄρvις µαντευτικóς), <les oiseaux> grâce auxquels on disait les événements à venir, en observant les signes qu’ils donnent ; on dit oiônistique [art divinatoire par les oiseaux] d’après le jugement (oiêsis) des hommes, autrement dit leur pensée (nomisin)” (Et. Gud. 424 ; voir EM 619, Zonar. O 432 : “oiônos, oiseau, vautour” ; voir Orion O 111). Voir EM 619 s.v. oἰωνoπóλoς : “oiônopolos : <homme> qui observe les oiseaux, devin spécialisé dans les oiseaux de proie (oἰωvoύς), autrement dit le vautour, le corbeau et les autres oiseaux (autrement dit qui se guide sur eux et tire des présages <de leur observation>). Voir Suid. O 378 s.v. ὄνoν ὄρνιν : “un âne ornis : dis-toi que ornis signifie tous les animaux qui permettent le discernement par la divination. On les appelaient tous des oiônoi, même quand il ne s’agissait pas d’oiseaux” (voir Suid. Oi 167).

69ὄρειoς (oreios), voir θηρία.

70ὀρεινóς (oreinos), voir Lex. Att. 31 s.v.’Oρέστης : “Oreste : <ce nom s’explique par le caractère bestial, sauvage et rustre (ὀρεινóν)”.

71ὄρνεα (ornea) : τὰ πετεινά “les volatiles” (Hsch. O 1264 ; voir ibid. : ὀρνεoπώλια καὶ πετειvά. καὶ τóπoς). ὄρνεα (ornea) : διά τò τὰ ὅρη ναίειν ἤγoυν oἰκεῖν “ornea : du fait qu’ils vivent sur les monts, autrement dit qu’ils y habitent” (Orion Ex.a 181).

72ὄρνις (ornis) : “d’après <les mots> s’élancer, élancement (orô, oris) avec augmentation par <la lettre> nu (qu’y a-t-il en effet de plus jaillissant qu’un volatile – ptênou– ?) on obtient ornis. Il n’y a rien de plus jaillissant que cet animal” (EM 632). ὂρνιθι (ornithi) : “oiônos, omeon” (Hsch. O 1266) ; etc.

73ὀρνιθάριoν (ornitharion), voir Hsch. D 130 s. ν. δάκια : “dakia (?) : les petits oiseaux sauvages” (cf. EM 245 : δάκια. τὰ µικρὰ θηρία). Le mot qualifie de nombreux oiseaux : κιννυρίδες (Hsch. K 2739), µελάνδειρoς (Hsch. M 648), πίτυλoς (Hsch. Π 2392), σειρήν (Hsch. Z 340), σπέργoυλoς (Hsch. Z 1463), σπερµoλóγoς (Phot. Σ 530, Suid. Z 922, EM 723), σπίζα (Hsch. Σ 1504), σπιvθία (Hsch. Z 1525), τετραῖoν (Hsch. T 622), τιτίς (Phot. T 592), τρίκκoς (Hsch. T 1384), τύιγγα (Hsch. T 1617), χεννίoν (Hsch. X 348), χλωρεύς, (Hsch. X 547), ψιφαῖον (Hsch. Ψ 224).

74ὄστρεoν (ostreon) : “on dit aussi ostreion” (Hdn. Pros. Cath. 3, 1, 355 ; voir Hdn. Epim. 235 ; Hdn. Orth. 3, 2,426 ; ibid. 3, 2, 562 : ὄστρειv ὄστρεα γάρ) ; voir Phot. O 354 s.v. ὄστρεια : “plutôt avec iota <que sans>” (voir Moéris 205 : “Les Attiques disent ostria avec iota long, les <autres> Grecs ostrea” ; Suid. O 720 : ὄστρεια. ὄστρεια). ὄστρεα (ostrea) : “les coquillages (τὰ κoγχύλια)” (Hsch. O 1465). Voir τήθεα : “têthea [mot homérique] = ostrea” (Hdn. Epim 133, Hsch. T 741, Zonar. T 1728, Lex. Seg. T 386). Le mot apparaît dans des listes de spécièmes (Poll. 6,47, etc.) et la définition de testacés : ἐχῖνoς (Phot. E 46 : θαλάσσιov ὄστρεoν), λάπαδες (Phot. L 207 : τὰ ὄστρεα), πελωρίς (Hdn. 3, 2, 905 ; Orion Π 137, EM 659 : “du <mot> énorme (πέλωρoν) ; car le pélôris est plus grand que la coque et les autres coquillages de ce type”), χήµη (Zonar. X 1851).

75ὀστρακóδερµα (ostrakoderma), voir Hsch. S 3069 s. ν. σωλῆνες : “les ciseaux, et un genre de coquillages à enveloppe de coquille (τῶν ὀστρακoδέρµων τι γένoς κoγχυλίων)” (voir Suid. Π 1826 : “les animaux à enveloppe de coquille, comme les escargots” ; Hsch. O 1298 s.v. ὀρoϕηϕópoν : “animal [escargot] qui est entièrement dans une enveloppe de coquille” ; Hsch. T 855 s.v. ὕστριξ : “animal [oursin porc-épic] à enveloppe de coquille, marin, comestible”). ὀστρακóδερµoι ἰχθύες (ostrakodermoi ichthues) : “les poissons à enveloppe de coquille – comme les huîtres, les pourpres, les buccins, les bigorneaux, les oursins, chez lesquels il n’existe pas des mâles et des femelles” (Suid. O 718). Et plus littéralement, voir Suid. E 3402 : “les crabes sont effectivement à enveloppe de coquille, comme les buccins” ; et Zonar. E 690 s. ν. ἔλυτρα : “au sens strict <le mot désigne> la coquille des animaux à enveloppe de coquille, comme celle de la langouste, du crabe et des animaux de ce type”.

76ὀστρακóνωτα (ostrakonôta), voir Suid X 190 s.v. χελώνη : “l’animal terrestre, la <tortue> au dos de coque” (voir ibid. 195 : χελώνη τò χερσαῖoν ζῷoν, ἡ ὀστρακóνωτoς).

Π.

77πετεινὰ (peteina) : “les oiseaux (ὄρνεα)” (Lex. Greg. Π 79) ; voir πτηνά.

78πλῶτες (plôtes) : “certains poissons” (Hsch. Π 2638, Phot. Π 435 ; voir Et. Gud. T 537, EM 770 s. ν. τρώς. πλῶς. πλωτòς, ὁ ἰχθὺς).

79πoλύπoδες (polupodes) : “espèce de poissons ou espèce de parasites (ϕθειρῶν) [puce]” (Hsch. Π 2912 ; voir Pollux 2,195 : “Platon parle des animaux à plusieurs pieds et sans pieds (ἄπoδα) ; c’est de ce texte que doit venir l’animal à plusieurs pieds (ὁ πoλύπoυς) [poulpe], et aussi la <femme> aux pieds à ras du sol (ἡ χαµαίπoυς) : c’est le nom que l’on donnait à la fiancée qui n’était pas transportée <lors du mariage> sur un char”). Le terme définit des insectes : ἴoυλoς (Suid. I 442 : σκώληξ, πoλύπoυν ζῷoν), ὄvoς ἰσóσπpιoς (Hsch. 917 : “animal à plusieurs pattes (πoλύπoυv) ressemblant à une graine de légumineuse” ; voir Phot. O 337 : ζῷoν πoλύπoυν σκωληκῶδες).

80πoλυσχιδῆ ζῷα (poluschidè zôia) : “l’homme, le chien, le lion, etc. qui ont la caractéristique d’être pluripare” (Suid. II 2007). Voir Poll. 5, 74 à propos du lièvre : “le seul animal à avoir du lait avant d’accoucher, et le seul fissipède à avoir de la présure”.

81πρóβατα (probata) : “tous les quadrupèdes (πάντα τὰ τετράπoδα)” (Phot. II 450, Suid. Π 2330, Lex. Seg. Π 348 ; voir Lex. Seg. Π 112 :“... tous les quadrupèdes ; <voir> Hérodote, dans son quatrième livre”), πρóβατα (probata) : “les quadrupèdes. D’après le fait d’accomplir, avant la marche <proprement dite>, une autre foulée (ἀπò τoῦ τρò τῆς βάσεως πρóβασιν ἔχειν ἑτέραν) avec les pattes antérieures en avant des postérieures” (Hsch. Π 3338 ; voir Orion Π 126 : πρóβατoν : “cela désigne souvent tous les bestiaux (τά βoσκóµενα) d’après le fait d’accomplir...”), πρóβατα (probata) : “les anciens appelaient probata tous les quadrupèdes, du fait que la marche des pattes arrière était précédée d’une autre marche, celle des pattes avant, comme le dit Hésiode : dur aux bêtes, dur aux hommes. Probata : <ce mot> désigne tous les quadrupèdes, parce que lorsqu’ils paissent ils vont de l’avant (διὰ τò πρoβαίνειν νεµóµενα), ou parce qu’ils couvrent <les femelles> devant tout le monde (διὰ τò πρò πάντων βατεύεσθαι). Probaton dans la mesure où tous sont préférés et boton, autrement dit pleins de désir ; ou parce que le temps de la saillie pour ces animaux est en avance sur celui des <autres> quadrupèdes (πρoβαπεύει τῷ καιρῷ πρò τῶν τετραπóδων) ; ou d’après <l’expression> avancer doucement (πρᾴως βαίνειν) la patte antérieure avant la postérieure. Car on appelait probaton n’importe quel quadrupède” (Et. Gud. Π 479 ; voir EM 688). πρóβατoν (probaton) : “d’après le fait de faire un autre pas devant la foulée de la patte arrière. Souvent le terme est employé de manière globale pour tout le bétail (ἐπì πάντων τῶν βoσκηµάτων)” (Zonar. Π. 1582 ; voir EM 688 ; voir Lex. Seg. Θ 257 : θρέµµατα πρóβατα). πρóβατoν (probaton), voir Phot. O 323, Suid. O 100, Lex. Seg. O 314 s.v. οἴς : “oϊs : chèvre ou brebis (πρóβατoν)” ; Hdn. Epim. 141 et 216, Hsch. O 2, ibid. 207, ibid. 390, Phot. O 313 : oἶς τò πρóβατoν (voir Suid. O 90 et 95 ; voir Suid. Oι 168 ; Lex. Greg. O 20-22 ; etc.) ; Moéris 204 : “Les Attiques <disent> brebis (oἶς) en une syllabe, les <autres> Grecs probata” (voir Suid. O 98 : ὄιος προβάτον. οὕτως Ιωνες, Ἀττικοί δὲ oἶς. καὶ ὄιν Ιωνες,’Aττικοὶ δὲ oἴν) ; voir Poll. 1, 249-250 : “le gardien des moutons (τῶν προβάτων) est le berger, comme celui des chèvres est le chevrier [...] on appelle les petits des vaches des veaux, les petits des brebis (προβάτων) des agneaux, ceux des chèvres des chevreaux”. Voir Hdn. Pros. Cath. 3, 1, 287 : “agneaux (ῥῆνας) c’est-à-dire probata” (Phot. P 486 ; EM 783 et 799 ; voir Et. Gud. Ф 557, Hsch. P 252-253 : ῥήνεα πρóβατα, oἷα. ῥῆνες ἄρνες, πρóβατα) ; Hsch. A 7336-7337 : ἄρνας πρóβατα, ἄρνες µικρὰ πρóβατα) ; voir Hdn. Epim. 119 et Id. 3, 2, 718 : ῥήν ῥηνóς (“cela signifie seulement mouton, comme chez Nicandre [Ther. 453]”) ; Et. Gud. M 395 : “d’après le <mot> arên, qui signifie le mouton (τò πρóβατον), rên par aphérèse, et après métathèse arnos” (voir Suid. A 1615 : τò γὰρ ἄρρεν πρóβατον). Voir Suid. B 457 s.v. βoῦς ἕβδoµoς : “dans les sacrifices d’animaux vivants : le mouton, le porc, la chèvre, le bœuf, la poule, l’oie, et le septième à être sacrifié est un bœuf de farine” (voir Suid. Θ 617 et Suid. Π 1605 : βoóς, αίγóς, πρoβάτων ; Suid. Σ 1595 : βoῦς, πρóβατον, αἴζ ; Phot. B 195, Suid. B 362 : βoῶν, ὑπoζνγíων, πρoβάτων). Voir Et. Gud. (add.) A 7 s.v. ἀγέλη : “troupeau : la masse de animaux, ovins ou bovins, les animaux qui ne sont pas bâtés (τὰ ἄζεκτα ζῷα), ou ceux que l’on rassemble en un même endroit et que l’on conduit et mène paître ; au sens strict <le mot s’applique> aux bovins, par extension aux ovins comme aux bovins” (voir Et. Gud. A 8). Voir Lex. Seg. GR II 296 s.v. πρoβάτεια : “les espaces propices au pâturage des moutons, des chèvres et des autres genres de bétail (τῶν ἄλλων βoσκηµάτων)”. Voir Hsch. Π 3337, Phot. Π 450, Suid. Π 2329 s.v. πρóβασις : “probasis : les biens en troupeaux (βoσκηµάτων)” (voir Hsch. Π 3336 : πρóβασι βoσκήµασι).Voir µῆλα et βoτά.

82πτερωτoῖς (pterôtois) : “les volatiles (πετεινoῖς)” (Hsch. Π 4217). πτερωτὰ ζῷα (pterôta zôia) : “l’aigle, le coq et les autres animaux connus de tout le monde” (Suid. Π 3015). Le mot qualifie des oiseaux γρῦπες (Hsch. Γ 955 : “genre d’animal volant” ; voir Suid. Γ 53 et E 2556 : γαµψώνυχα ζῷα, ὅσα τῶν πτερωτῶν τὴν ἐπιρνγχίδα γεγάµψωκεν ύπò τὴν γένυν) ; et des insectes : βóµβυκες (Hsch. B 800 : “genre d’animal volant du type de la guêpe”), νύµφαι (Hsch. N 713 : “les fourmis ailées” ; voir Paus. N 4, Phot. N 304, Suid. N 588), σέρφαι (Hsch. Z 433, Phot. N 304, Phot. Σ 507 : “les fourmis ailées”).

83πτηνóν (ptênon) : “l’oiseau (τò ὄpveoν)” (Suid. Π 3023 ; Hdn. Epim. 111 ; Lex. Greg. Π 183 : πτηνά ὄρνεα). πτηνóν (ptênon) : “l’oiseau, de ptô, avoir peur (futur ptêsô) et à partir de là ptênon” (Et. Gud. P 485). De nombreux oiseaux sont nommés πετεινóν : ἀήδων (Hsch. A 1499), ἀετóς (Et. Gud. A 274), αἴθυια (Hsch. A 1892), γλαῦζ, (Hsch. Γ 609, Phot. Γ 130, Zonar. Γ 439, Lex. Seg. Γ 185), ἐχῖνος (Hsch. E 7645), ἰκτῖνος (Et. Gud. I 274), κολοιóς (Hsch. K 3360), κύκνος (Et. Gud. I 274), νυκτερίς (Hsch. N 698), φήνη (Et. Gud. Ф 551) ; ou πτηvóν : αἰγίθαλος (Zonar. A 67), ψίττακoς (Zonar. Ψ 1873). Mais aussi des insectes : µηλολóvθαι (Phot. M 266 : χρυσίζοvτα πτηνά), οἶστρος (Hsch. O 417), πεµφίδες (Hsch. II 1386 : “parmi les volatiles, des papillons (ψυχαί)”), πεµρύστης (Suid. Π 3194 : πτηνòν ζωΰφιον), πυριλαµπἱς (Phot. Π 476, Suid. Π 3218 : “petit volatile qui brille dans l’obscurité et que certains appellent lampuris [luciole]”), σέρφος (Phot. Σ 507 : “gros volatile ressemblant pour la taille au moustique”), σκνίψ (Orion 148, EM 718 : “volatile genre moustique (κωνωποειδἐς)“). ποτανóν (potanon) : πτηνóν, πετεινóν (Hsch. II 3114).

84πτητικά (ptêtika), voir Suid. Π 3026 s.v. πτῆται : “ptêtika zôia : les animaux qui volent (τὰ πετóµενα)”. Suid. Π 2497 s.v. πρóλοβος : “on appelle prolobos [jabot] chez les oiseaux qui volent le renflement tendineux situe après 1 estomac et semblable à une poche, dans lequel la nourriture demeure sans être digérée ; c’est le cas de tous les coqs ; et c’est ce que certains appellent phusa [vésicule]”. Voir Suid. N 579 ; Suid. Δ 262, Zonar. Δ 484 s.v. δερµóπτερα ζῷα : “comme la chauve-souris qui est le seul animal ailé à avoir du lait dans des mamelles et à allaiter aussitôt son petit à la naissance” (voir Suid. Σ 138 : “la chauve-souris est la seule parmi les animaux ailés à mettre au monde un petit charnel”).

85πριλωτά (ptilôta), voir Hsch. Π 4226 s.v. πτίλα : “ailes toutes fines (πτερὰ ἁπαλά)” voir Suid. Π 3035 s.v. πτίλον: “aile particulièrement fine (ἁπαλώτερον) ; et aptila <désigne> les animaux qui n’ont pas d’ailes (ἀπτέρωτα)”.

Σ.

86σαρκοφάγα (sarkophaga), voir Hsch. O 456, Phot. O 324 s.v. οἰωνοί : “oiônoi : oiseaux carnivores” (voir Suid Οι 167, Lex. Seg. O 315 s. ν. οἰωνοί : “oiseaux carnivores ou symboles”) ; Hsch. Γ 1017 s. ν. γῦπες : “oiseaux carnivores et nécrophages (νεροφάγα) (voir Et. Gud. O 324 ; EM 233, Zonar 439 : “parmi les <oiseaux> rapaces carnivores”) ; σαρκοφάγα (sarkophaga), voir EM 83 s. v ἀμία “poisson qui, selon Aristote, fait partie des animaux à dents tranchantes (καρχαροδόντων), qui vivent en groupe et qui mangent de la chair”.

87Σελάχιον (selachion) : “darne de poisson (κόμμα ἰχθύος) ; et ceux qu’on appelle sélachia. Certains disent : on appelle sélachè tous les <poissons> sans pieds qui sont vivipares. On appelle aussi selachos ce qu’on obtient à partir du sélacien psarion (τὸ ἐκ τοῦ σελαχίου ψαρίου)” (Hsch. Σ 375) ; σελάχη (selachè) : “espèces d’animaux (θηρίων) marins” (Hsch. Σ, 376) ; σελάχιας (selachias) : “espèce de poissons de grande taille” (Hsch. Σ 377) ; σελάχια (selachia) : “tous <les poissons> qui n’ont pas d’écailles (ὂσα λεπίδα οὐκ ἒχει), comme la murène, la raie cornue, la torpille, la pastenague. Et ils ne sont pas ovipares” (Suid. Σ 195 ; voir Suid. Λ 286 s. v. λεπιδωτοὶ ἰχθύες : “le genre des poissons tout entier, à l’exception des sélaciens”) ; σελάχιον (selachion) : “petit poisson, qui est le seul à mettre au monde des vivants après avoir, dans un premier temps, pondu des œufs en lui-même (à l’exception de la baudroie) ; le terme vient de <l’expression> mettre au monde à l’intérieur (ἒσω λεχώζειν). Callistrate <l’emploie pour désigner> la tranche de poisson (ἰχθύoς κóπαιον). On dit également amolli [= céphalopode] (µαλάχειον)” (Suid. Σ 194, Phot. Σ 505, 23) ; σελάχια (selachia) : “<les poissons> qui mettent au monde et à l’intérieur (τὰ ἒσω λεχάζοντα καὶ λοχεύοντα). Car ils commencent par pondre des œufs à l’intérieur d’eux-mêmes, puis ils mettent au monde des vivants. Tel est le cas des <poissons> cartilagineux et sans écailles (τὰ χονδρώδη καὶ ἀλέπιδα), bref : des sélaciens. Ainsi <chez> Eupolis.” (Phot. Σ 505,14). Voir Hsch. B 750 s.v. βλιτάχεα : “blitachea : <mot trouvé> chez Epicharme : certains <disent qu’il s’agit> de coquillages (κoγχύλια), d’autres de ce que nous appelons des sélaciens”.

88σελαχώδης (selachôdês), voir Hsch. Λ 782.s. ν. λεώβατoς : “<type de> route, et poisson de type sélacien” ; et Lex. Seg. GR 229 s.v. γαλεώτην : “galeôtên : stellion. On a ainsi donne le nom de galeoi [squales] à des poissons qui font partie des poissons de type sélacien”.

89σκώληξ (skôlêx) : “espèce de tout petit animal (εἶδoς ζῳϋφίoυ)” (Suid. 2 684). Le mot qualifie de nombreux insectes parfois non identifiables : ἀσκαρίδες (Hsch. A 7688), βóµβρυξ (Zonar. B 396), δερµιστής (Suid. Δ 261, EM 257, Zonar. Δ 477 : “Lysias prétend que c’est le nom d’un ver, Aristarque que c’est celui d’un serpent” ; voir EM 309, Lex. Sab. Δ 47, Lex. Seg. Δ 240), ἓλµινθες (Hdn. Epim. 31 : “les animaux qui sont dans le ventre (ἐγγάστρια), ou les vers”), εὐλαί (Orion E 52, Suid. 3559, EM 392, Et. Gud. E 558 ; et Hsch. 6956, Zonar. E 908 : “les vers qui se développent dans les plaies” ; voir aussi EM 309 : “les mouches pondent quelque chose dans la viande, et les vers naissent de là. Les vers sont appelées eulai [larves], d’après <le mot> entortillé (εἲλησιν)”), θρίψ (Suid. Θ 503, EM 481, Zonar. Θ 1052), ἲληoι (Hsch. Θ 561), ἲψ (Hsch. I 1161 : “espèce de vers qui ronge la corne (κερατoϕάγoν)” ; Et. Parv. I 22, Et. Gud. 1287, EM 481, Zonar. I 1115), κάραβoς (Hsch. K 758 : “les petits vers (σκωλήκια) qui sont dans le bois sec”), κίς (Hdn. 3, 2, 675, Et. Gud. K 323 ; Id. T 530), κλῆρoς (Hsch. K 2968 : “petit ver (σκωλήκιoν) qui naît dans les ruches”), µoυῖαι (Hsch. M 1728), νύµϕαι (Hsch. N 713 : “les fourmis ailées et les vers qui sont dans les rayons des abeilles et dont les ailes se mettent à pousser” ; Phot. N 304 : “les fourmis ailées et les vers qui vivent dans les jardins” ; Paus. N 4, Suid. N 588 : “les vers qui se trouvent dans les rayons des abeilles lorsque leurs ailes commencent à se former ; pour d’autres (les Samiens) simplement les fourmis ailées”), ξυλoϕóρoς (Hsch. X 102 : ζῷóν τι σκωλήκιoν), σακoδερµιστής (Hsch. S 76, Lex. Seg. Σ 351 : “serpent qui a un capuchon ; d’autres <disent qu’il s’agit d’> un vers”), σέας (Zonar. Z 1632), σεὺç (EM 709), σῆπες [sic] (Suid. Z 331, Zonar. Z 1638), σῆρες (Hsch. Σ 527, Zonar. Z 1638), σής (Hdn. 3, 2, 678, Et. Parv. I 22, Et. Gud. I 498, EM 711), σίντιες (Et. Gud. Z 500 : oἱ λίµνιoι σκώληκες), τερηδών (Paus. T 21 : σκώληξ ξυλoτρώκτης oἰκῶν ἐν ξύλῳ), ὕλης µητέρα (Hsch. T 158, vel ὑλoµήτρα, vel βóµβυκα).

90σκωληκοϕάγα (skôlêkophaga), voir Hsch. 679 s.v. ὑπoλαΐς : “oiseau faisant partie des <oiseaux> mangeurs de vers”.

91στεγανóπoδα (steganopoda) : “on appelle animaux à pieds palmés et à ongles aplatis (πλατυώvυχα) le cygne, l’oie, le pélican et le genre tout entier des canards” (Suid. Σ 1022). στεγανóπoδες ὄρνιθες (steganopodes ornithes) : “les oiseaux à pieds palmés sont ceux qui se nourrissent et vivent dans l’eau, et qui ont les pattes palmées (στεγανoύς), c’est-à-dire pris dans une enveloppe de la peau (δέρµατι ἐνειλήµµενoυς)” (Hsch. Z 1682 ; voir Et. Gud. Z 510, EM 725 : στεγανóπoδες ὄρνιθες : “les oiseaux steganopodes sont ceux qui vivent dans l’eau, et qui ont les pattes palmées (στεγανoύς), <puisque> les interstices entre les doigts sont comblés par de la peau (αἱ µεταξὺ τῶν δακτύλων εὐρυχωρίαι δέρµατι εἰληµµέναι εἰσί)”).

92συναγελαστικά (sunagelastika), voir Suid. K 1968 s.v. κολoιóς : “c’est effectivement un animal qui aime son semblable et qui vit en groupé”.

93συvóδoντα ζῷα (sunodonta zôia) : “le bœuf, le mouton, la chèvre et les autres animaux qui ont pour caractéristique d’avoir du suif au lieu de graisse” (Suid. Σ 1595).

94σχιζóπoδες (schizopodes) : “les oiseaux aquatiques (ἔνυδρα)” (Hsch. Σ 3020).

T.

95τελµατιαῖα (telmatiaia), voir Hsch. Σ 1108 s. ν. σκoρδύλη) : “animal faisant partie des animaux palustres, de l’aspect du stellion”.

96τετράπτερα (tetraptera), voir Hsch. Σ 1046, Lex. Greg. Z 23 s. ν. σκνίψ : “animal jaune et à quatre ailes”.

97τιθασ(σ)óν (tithas(s)on) : “domestique (ἣµερoν)” (Phot. T 588, Suid. 570, Lex. Seg. T 387, voir Hdn. Epim. 132, 7).

ґ.

98γρά (hugra), voir s. ν. σκυθία χώρα : “parmi les volatiles on considère l’aigle comme l’animal de Zeus, parmi les aquatiques (ἐν δὲ ὑγροῖς) c’est le phoque” (Et. Gud. Σ 504).

99πóβρυχα (hupobrucha) : “hupobruchia, sous l’eau (ὑπò τò ὓδωρ), <poissons> qui s’enfoncent profondément sous les flots” (Hsch. Υ 578). ὑπoβρύχιoι (hupobruchioi) : “<poissons> qui s’enfoncent sous l’eau” (Phot. Υ 626, Suid. Υ 460).

100ὑπoζύγια (hupozugia) : “bétail qui passe sous le joug, et tous <les animaux> auxquels on met un joug (κτήνη τά ὑπò τòν ζυγυóν, καὶ πάντα τὰ ἐζευγνµένα)” (Hsch. Υ 633) ; ὑπoζύγια (hupozugia) : “les bœufs (βóες) que l’on met sous le joug. Les hupozugia ne suffisent pas en effet pour faire face aux difficultés d’un voyage, si bien qu’ils sortent des passages difficiles les chariots qui pèsent sur leurs épaules. On emploie <le mot> hupozugia également pour les autres bêtes de somme (τἂλλα τῶν ἀχθoϕóρων ζῴων)” (Suid. X 494). Sur la distinction d’avec les bœufs voir Phot. B 195 s. ν. βoλεῶνας : “Les Attiques appellent boleônas l’endroit où l’on jette les excréments des œufs, des hupozugia et des moutons” (voir Suidas B 362) ; d’avec les chevaux, voir Suid. P 1096 : “autour des pieds des chevaux et des animaux bâtés” ; voir aussi Suid. Z 186 s.v. ζυγoµαχεῖν : “certains <pensent que le mot> provient des animaux bâtés, ou des bœufs, ou des chevaux ou de quelque animal de ce genre qui ne travaille pas dans les règles”. Sur le sens fonctionnel voir Hsch. A 7882 s. ν. ἀστράβη : “la pièce de bois qu’on met sur les chevaux et à laquelle se tiennent ceux qui s’asseoient dessus. On la met également sur les ânes de monte (ἀναβατικν ὄνων). Certains donnent le plus souvent ce nom au mulet qui sert au transport de personnes (σωµατηγòν ἡµίoνoν) ; et parfois tout bonnement à tous les animaux bâtés qui servent au transport de personnes (τὰ σωµατηγoῦντα ὑπoζύια)” (voir Suid. A 4248 s. ν. ἀστράβη : “âne, ou mulet (d’après Démosthène dans le Contre Midas). <Ce mot> désigne peut-être aussi n’importe quel animal bâté qui permet aux hommes d’être véhiculés”). Voir aussi Hsch. O 913 s. ν. ὄνoς : “âne : l’animal bâté ; l’animal à nombreuses pattes qui rôde près des vases contenant de l’eau et qui a le corps ramassé comme une fève [cloporte] ; et l’animal qui porte des charges (τò ἀχθoϕóρoν ζῷoν)”.

101ὑπóπτερα (hupoptera), voir Hsch. M 1902 s. ν. µύρµηκας : “animaux ailés, de la taille d’un chien”.

Φ.

102ϕολιδωτóν (pholidôton) : “à écailles (λεπιδωτóν). Sont pholidôtoi les poissons, le lézard, la salamandre, la tortue, le crocodile et le genre tout entier des serpents ; on dit que ces animaux se dépouillent de leur vieille peau à certaines occasions. Le crocodile hiberne en se cachant sous terre pendant 40 jours d’hiver, mais il ne se dépouille pas de sa vielle peau, pas plus que la tortue” (Suid. Θ 563) ; ϕoλιδωτóν (pholidôton) : “à écailles (λεπιδωτóν)” (Phot. Φ 653, EM 798, 6, Lex. Seg. Θ 507, 32 ; Voir Et. Gud. 555, 33, Zonar. Φ 1817,9).

103ϕορβάδες (phorbades) : “paissant, divaguant, bétail (νoµάδες, ϕoιτάδες, βoσκήµατα)” (Hsch. Θ 745). ϕορβάδως (phorbadôn) : “paissant, broutant (νoµάδων, βoσκoµένων)” (Phot. Φ 654, Suid. Φ 583). ϕoρβάδας (phorbadas) : “les <chevaux> qui paissent dans la nature (ὲν τῇ γῇ)” (Phot. Φ 653 ; voir Suid. T 857 : “et des troupeaux de chevaux paissant en liberté (καὶ ϕoρβάδων ἀγέλας ἳππων)”). Voir Poll. 1, 181 : “et puis des chevaux paissant en extérieur, des chevaux en troupeau (ἀγελαῖoι), des chevaux sportifs, de concours, de luxe, de course, victorieux, qui gagnent le prix...”.

104ϕωλεύοντα (phôleuonta), voir Suid. Θ 647, s.v. ϕωλεύoυσι : “ils se cachent (κρύπτουσι)”.

X.

105χαυλιóδoντα (chauliodonta) : “celui qui a les dents qui sont décalées par rapport aux autres et débordent de la bouche (τòν ἐπικεχαλασµένoυς ἔχoντα τoὺς ὀδóντας ἒξω τῶν ἂλλων ὀδóντων καὶ τoῦ στóµατoς) ; les autres <sont des animaux> à double dentition complète” (Hsch. X 238) ; χαυλιóδων (chauliodôn) : “ceux qui ont les dents décalées et extraverties (κεχαλασµένoυς ἔχων τoὺς ὀδóντας ἐξέχoντας) ; chauliodonta <désigne> les animaux qui laissent voir au dehors leurs dents (τὰ ϕαίνοντα ἔξω τoύς ὀδóντας) : c’est le cas de la taupe, de l’éléphant, etc.” (Suid. X 148 ; voir Zonar. X 413 ; EM 807 : χαυλιóδων “ceux qui ont les dents décalées et extraverties ou bien, par interversion du rhô et du lambda, celui qui aiguise ses dents et les affûte (ὁ χαράσσων τoὺς ὀδóντας καὶ τραχύνων)” ; voir Zonar. X 1841) ; χαυλιóδoυτα “sont chauliodonta ceux qui ont les dents à l’extérieur proéminentes (ὃσα ἔξωθεν ἔχει τoύς ὀδóντας ὑπερϕερεῖς) comme le sanglier, l’éléphant, la taupe (sic)” (Et. Gud. K 301, EM 493 ; Voir Zonar. K 1148 : χαυριóδντα (sic) δὲ ὃσα ἔχει κτλ.).

Ω.

106ᾠoτóκoν (ôiotokon) : “savoir que la tortue est la seule parmi les quadrupèdes à pondre des œufs (ᾠoτoεῖ) [sic]” (Suid. Ω 130 ; voir Suid. Σ 138 s. ν. σάρκινoς : “la chauve-souris est la seule, parmi les volatiles (πτηνῶν), à mettre au monde un petit charnel (σαρκoτίκτει), tandis que les autres pondent des œufs ; de la même façon la tortue est la seule à pondre parmi les quadrupèdes [sic]” ; ᾠοτóκα (ôiotoka), voir Phot. Σ 505 s. ν. σελάχια : “<les poissons> qui mettent au monde et à l’intérieur. Car ils commencent par pondre des oeufs à l’intérieur (ὠoτκoῦντα πρóτερoν ἐν ἑαυτoῖς) d’eux-mêmes, puis ils mettent au monde des vivants”. Voir Hch. X 133, s.v. χαµαιλέων :“animal ovipare et pédestre”.

Notes

1 Nous traduisons κυρίως “au sens propre”, καταχρηστικῶς “par extension”, κατ’ ἐπικράτειαν “de manière restrictive”, ἰδίως “en particulier” ou “de manière dialectale”, μερικῶς “spécialement”. Καταχρηστικῶς s’oppose régulièrement à κυρίως mais il a peut-être parfois le sens de “par extension abusive” (voir Sophocles, s.v. : “abusive, improperly”, mais l’article ne renvoie à aucun emploi lexicographique – sauf Erotien, 282 –).

2 Ainsi dans la Souda il n’y a aucune citation ou référence directe à un ouvrage biologique d’Aristote (Adler, V, p. 46). Mais le rédacteur des articles zoologiques de la Souda a sûrement eu en mains une version abrégée d’Aristote (comme l’Epitomé d’Aristophane de Byzance, dont il reprend parfois littéralement les définitions données au début du premier livre : γαμψώνυχος, ήμερινά, πολυσχιδής, etc. ; cf. Adler, V, p. 67). Pour Hesychius, voir s.v. σχιζόποδες, σελάχιον (λέγεται...), etc.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540