Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Concurrences et controverses

Échos d’un colloque : présentation analytique des débats

Axelle Brodiez et Sylvain Pattieu

Texte intégral

1Les quatre demi-journées du colloque sur les usages politiques du passé ont laissé une large place au débat, ce dont se sont félicités plusieurs intervenants. Antoine Prost notait en conclusion les avantages du choix par les organisateurs de communications écrites, synthétisées et problématisées par un rapporteur au début de chaque séance, avec la possibilité pour les auteurs d’intervenir ensuite dans le débat. Ce débat a permis d’explorer de nombreuses pistes, et pour en rendre compte quatre axes principaux ont été privilégiés. Le premier, celui du pouvoir central, instrumentalisé ou instrumentalisateur, recoupe en partie la première journée de l’organisation du colloque. Cet enjeu du pouvoir central a paru déterminant. Le deuxième concerne l’hétérogénéité du local dans les pratiques et enjeux des politiques du passé. S’il semble relié encore au déroulement du colloque, il regroupe cependant des thèmes apparus de manière transversale. Les deux axes suivants, consacrés à l’analyse de la place et du rôle de l’historien, et aux interrogations sur un nouveau régime d’historicité, ne correspondent pas au plan du colloque mais ont paru des préoccupations importantes exprimées dans un grand nombre d’interventions. Ce compte-rendu ne peut rendre justice à toutes les interventions, mais cette reconstruction synthétique, à partir de thématiques transversales, a été permise par la logique d’un débat qui a bien fonctionné, tant par la cohérence des thèmes évoqués que par l’écoute et le dialogue des intervenants.

L’État, instrumentalisateur ou instrumentalisé ?

2Les usages politiques du passé décrits par les participants sont loin de correspondre à la description des manipulations du passé dans 1984 d’Orwell. En effet la plupart des communications traitaient de cet usage dans les démocraties libérales, et l’accent a plutôt été mis sur l’embarras contemporain de l’État face aux usages du passé, à la mémoire.

La prudence républicaine dans la gestion du passé

3Cette impression d’ensemble se résume par l’hypothèse d’une prudence républicaine face à la gestion du passé, qui se traduit notamment par une difficulté à se projeter dans l’avenir (F. Rousseau). L’État n’aime guère les controverses, et préfère l’unanimité. Rarement créateur ou initiateur de mémoire, il subit la polémique plutôt qu’il ne la suscite, ou à son corps défendant, comme Lionel Jospin avec les mutins à Craonne. Autre caractéristique, l’État n’aime pas arbitrer entre les mémoires antagonistes (S. Barcellini). La commémoration de la guerre d’Algérie, l’abandon du 19 mars un moment envisagé comme journée du souvenir, le choix d’un 5 décembre qui ne correspond à aucun événement de la guerre, est une illustration de cette façon parfois maladroite de ne pas arbitrer. Cet exemple souligne les difficultés de l’État à s’adapter aux politiques de mémoire, pour lesquelles il est souvent critiqué. L’État a du mal à commémorer, la lourdeur des critères qu’il doit prendre en compte ne lui permettent pas d’être novateur en matière de scénographie, d’autant que mémoire et commémorations coûtent cher et que les moyens diminuent. La décentralisation a également joué un rôle majeur dans cette perte du rôle de l’État au cours des commémorations

Les hommes politiques peuvent-ils créer des mythes ?

4Ces difficultés de l’État dans la gestion des commémorations ne sont pas incompatibles avec un usage politique du passé. Ainsi, sur les trois derniers présidents français, seul Valéry Giscard d’Estaing a cru pouvoir se passer de références au passé, de rituel, pour préférer exclusivement l’avenir (P. Garcia). François Mitterrand et Jacques Chirac sont revenus à des usages plus conventionnels du passé. L’exemple du mythe de Jules Ferry, construit non par l’État mais par les instituteurs eux-mêmes, permet d’émettre l’hypothèse que les politiques ne sont pas capables de créer des mythes historiques (A. Prost). Ils ne peuvent instrumentaliser que les mythes qui préexistent, et une utilisation politique du passé est possible seulement quand il y a préalablement construction sociale de ce passé (A. Prost). C’est le triomphe de la mémoire sur les politiques, qui doivent s’adapter et suivre les mythes (J.-L. Robert). Le rapport au passé des pro- et anti- européens (S. Guillaume) illustre cette difficulté pour les pro-européens à inventer leurs références au passé, même s’il existe un Panthéon européen disponible, des personnalités de stature européenne reconnues par le public, selon des sondages dans six pays européens (É. François). Cette difficulté pour l’État à inventer du mythe est renforcée par le fait que les hommes politiques eux-mêmes ont une histoire, une culture, ne se livrent pas à des choix libres (É. François). À ce titre le terme d’usage du passé, plus neutre, convient mieux que celui d’instrumentalisation. Il existe un passé présent dans toutes les mémoires et dont le pouvoir évocateur fonctionne à l’insu des acteurs, comme mai 1968 en France dans le débat sur l’éducation (A. Prost). Les hommes politiques peuvent jouer sur cette culture commune, mais cette tentation peut parfois se retourner contre eux. L’usage omniprésent de la mémoire du IIIe Reich dans les débats politiques en Allemagne peut nuire à ses utilisateurs. Le cas de la ministre allemande de la Justice, poussée à la démission après avoir comparé Bush à Hitler, en est un exemple emblématique (É. François). L’institution en 1982 de la « Journée internationale des luttes des femmes », le 8 mars, par Yvette Roudy, ministre des Droits de la femme, est caractéristique de la dénaturation et de l’affadissement de cette journée par rapport aux intentions de la ministre. Le message est amplement déformé, et cette journée se transforme en « journée de la femme », ou en « fête de la femme », sorte de deuxième fête des mères sans commune mesure avec les ambitions initiales (Ch. Bard). Les usages politiques du passé sont dans une impasse quand ils ne correspondent pas à une demande sociale assez convaincante, et encourent le risque d’être vidés de leur sens (G. Mazeau). Une certaine efficacité des usages politiques du passé existe cependant. Les conditions de production de ces discours officiels dotés d’un impact sur les individus répondent à des critères stricts pour être recevables : le passé et les faits évoqués doivent correspondre à une réalité, mais aussi à une attente de la population, comme le mythe résistancialiste dans l’après Seconde Guerre mondiale. L’efficacité du discours repose enfin sur la légitimité du politique qui prend la parole, De Gaulle pour prôner l’amitié franco-allemande, ou Nelson Mandela qui réclame de tourner la page de l’apartheid (V. Rosoux). A contrario, les tentatives de l’État pour bouleverser une mémoire vive semblent vouées à l’échec. La commémoration du 8 mai 1945, supprimée par Giscard, est rétablie par la suite sous la pression des associations d’anciens combattants, face aux résistances de la société civile (D. Tartakowsky). Cette mémoire vive, la mémoire de l’esclavage chez les Antillais par exemple, n’est pas proportionnelle à la distance géographique ni à l’éloignement dans le temps (Cl. Andrieu).

5Le discours du pouvoir central n’est enfin pas univoque, il serait plus juste de parler des discours, car des rivalités sont en jeu au sein même du pouvoir, et l’influence des différents « nègres » qui rédigent les discours politiques compte aussi (J.-C. Martin). Les aléas de la cohabitation et le conflit entre Chirac et Jospin aboutissent à la polémique sur le discours de Craonne, discours lui-même lié à l’histoire personnelle de son auteur Raymond Riquier (N. Offenstadt). Ces divisions au sein de l’État ne représentent guère une nouveauté, mais la diminution des moyens pour imposer un discours sur le passé, avec la fin de l’ORTF, la relativisation de l’École comme moyen d’imposition d’une culture républicaine univoque, et le passage « de la laïcité au pluralisme », ne permettent plus de reconnaître à l’État le droit exclusif de forger une culture nationale commune (A. Prost). Cette constatation conduit à la mise en question de la possibilité et de l’existence, aujourd’hui, de lieux et d’institutions légitimes capables de produire une mémoire collective (D. Tartakowsky).

L’État destinataire des revendications identitaires

6Si la capacité de l’État à produire des usages politiques du passé semble remise en cause, il n’en conserve pas moins, si l’on se réfère aux différentes interventions, un rôle essentiel en tant qu’arbitre des revendications identitaires. Arbitre malgré lui, car le pouvoir central témoigne d’une incapacité à faire face à ce qui pose problème, ce qui se traduit par un escamotage des grandes commémorations (J.-C. Martin). Toutes les revendications s’adressent cependant à l’État, instrumentalisé par les mémoires concurrentes des différents groupes de pression, sommé de gérer un dolorisme qu’il est mal placé pour traduire. Il en est ainsi quand la commémoration de la rafle du Vél’ d’hiv’ rend publique une cérémonie auparavant d’ordre privée, liée à la volonté de mémoire d’associations juives (H. Rousso). Le même type de phénomène se retrouve en ce qui concerne l’histoire coloniale, mal intégrée à la mémoire nationale, tandis que des associations de mémoire antillaises demandent que cette histoire soit entendue (I. Merle). Là encore c’est à l’État, à la nation, que cette demande est faite, sur un mode dénonciatoire et culpabilisant, afin de légitimer la construction de mémoires particulières (J.-L. Robert). Il s’agit d’un désir de reconnaissance, d’intégration, de la volonté de bâtir une nouvelle identité nationale à partir d’autres composantes (J.-L. Bonniol). Le mode dénonciatoire de l’attitude peut avoir pour objet la reconnaissance, mais aussi la réparation : c’est le cas pour le procès Papon, où une partie des dommages payés par l’accusé est assumé par l’État (H. Rousso). L’objectif de reconnaissance par la France de son passé se double d’un procès de l’État, sanctionné par la décision du Conseil d’État qui l’astreint à payer 50 % des dommages et intérêts. Le point commun dans ces revendications adressées à l’État est de construire une représentation entièrement négative de la nation. L’État, dans une période de redéfinition du projet national, paraît singulièrement désarmé pour y répondre (A. Prost).

L’hétérogénéité du local : pratiques et enjeux des politiques du passé

7Nous rassemblons dans ce deuxième temps l’ensemble des acteurs sociaux à l’autre bout de la pyramide sociale et géographique, qu’ils soient pouvoirs locaux, individus appréhendés à l’échelle locale ou groupements représentant la société civile. Il y a en effet pour nombre de ces acteurs des éléments de convergence.

8C’est cependant l’hétérogénéité de ces acteurs et du « local » qu’il convient d’abord de souligner, ainsi que l’importance croissante de cet échelon depuis une trentaine d’années (L. Vadelorge). Même s’il semble qu’il faille se garder de tenir le terme « local » pour prédéfini, son contenu ayant fortement évolué depuis le XIXe siècle (D. Guyvarc’h). Au chapitre des précautions méthodologiques, « micro-échelle » ne saurait de même être confondue avec « local », et « histoire locale » avec « historiographie locale » (P. Garcia). Nombre de communications ont insisté sur des points déjà soulevés dans les rapports de synthèse, pour les préciser, les approfondir voire les conceptualiser.

Les usages politiques du passé : une fonction de réassurance identitaire et de cohésion idéologique

9L’histoire apparaît convoquée en situation de « crise » (G. Mazeau), de « rupture » (F. Cepède), d’« inquiétude » (P. Garcia), de « défense » (J. Mischi). Elle permet l’appropriation de nouveaux phénomènes à l’aide de schèmes anciens et répond à un besoin d’identification face à un monde qui s’en va (J. Mischi) ; elle donne l’illusion de gommer la différence et l’altérité (M. Bergère), de restaurer continuité et stabilité (H. Glevarec). On comprend dans ce cas que le « travail d’inventaire » du passé, qui pourrait apparaître nécessaire, soit parfois évoqué mais moins fréquemment mené à bien (F. Cépède) ; et que l’usage fait du passé varie fortement en fonction du contexte socio-politique local (G. Mazeau), sans pour autant en être nécessairement tributaire. Le recours à l’histoire permet alors une (re)construction identitaire, qu’elle soit partisane (F. Cépède) ou locale (P. Garcia), ainsi que la prise de parole politique à un moment où celle-ci est devenue difficile (D. Tartakowsky). Il permet également de fonder la pratique, d’inventer une cohérence idéologique à des fatras hétéroclites (N. Lebourg, et dans une moindre mesure É. Loyer) ; d’apporter une raison de militer en s’inscrivant dans des généalogies factices mais prestigieuses ; d’avoir ainsi le sentiment de participer à l’histoire en marche (N. Lebourg). Les acteurs auraient alors le sentiment de « rejouer l’histoire en costume » (E. Loyer). Mais l’histoire peut également être convoquée à des fins agoniques, pour décrier l’adversaire (X. Vigna).

Une des nouveautés de la période, le primat de l’affect sur l’intellect

10Dans sa matérialisation, le rapport au passé serait plus « sensuel », passant moins par la compréhension que par l’appréhension et l’affectif (M. Crivello, M. Bergère) : manger, se vêtir pour « revêtir l’histoire » ; devenir quelqu’un d’autre ; voire, pour les petites mains artisanes, fabriquer l’histoire. Il s’agit d’en faire l’expérience physique et vécue (J.-L. Bonniol). C’est peut-être par ce biais que l’usage du passé acquiert un caractère politique, permettant alors de retisser du lien social (M. Bergère), de réconcilier dans une geste et un imaginaire communs une famille ou un village (M. Crivello). Le recours à l’histoire permettrait de dire le sens de ce qui est en train d’advenir, d’expliquer, mais autrement qu’avec des mots, ayant ainsi une fonction proche de celle de l’image ; l’affect aurait alors un rôle prédominant sur l’intellect (D. Tartakowsky). Ceci permettrait notamment d’expliquer la place réservée aux héros et aux panthéons (D. Tartakowsky), et celle, croissante, qu’occupent, articulés à l’histoire, les objets, images et photos (A. Prost). De même, le succès et l’évolution récente de l’histoire culturelle seraient à revisiter sous ce prisme (J. Winter) : celle-ci permet la prise en compte de l’affect et de l’émotion beaucoup plus que l’histoire économique ou diplomatique… L’artiste aurait dans ce cadre un rôle important à jouer comme médiateur, produisant des œuvres pérennes, au contraire du discours (A. Becker). S’il convient certes de se méfier des approches simplement esthétisantes et d’en passer par une nécessaire sociologie de la production et des artistes, ainsi que de prendre en compte la visée politique qui autorise le financement de l’œuvre d’art (N. Offenstadt), l’artiste doit également être perçu comme membre de la société civile et citoyen, s’exprimant aussi (et peut-être parfois avant tout ?) à ce titre (A. Becker).

Des enjeux considérables

11Les usages du passé apparaissent enfin d’autant plus « politiques » que les enjeux sous-jacents sont considérables, en termes de communication et d’économie. L’usage du passé témoigne de visées communicationnelles polymorphes. Il peut permettre aux ONG, par la « présentation de soi », de se construire une histoire universelle et d’attirer ainsi dons et sympathisants (S. Ollitrault). Il peut avoir fonction d’« exorcisme » du passé (H. Bonin), témoigner par l’ouverture des archives de la volonté des acteurs de ne pas occulter des épisodes douloureux (É. François), ou permettre aux acteurs de prouver leur capacité à gérer le changement (H. Bonin). Le mécénat d’historiens indépendants est ainsi source de glorification et a une fonction fondamentale de communication, tant interne qu’externe (É. François). Corrélatifs de cette fonction de communication, les enjeux économiques sous-jacents sont lourds. Les associations de théâtre de rue et d’histoire vivante (M. Crivello), les programmes européens transfrontaliers Interreg (A.-M. Granet), les écomusées,... représentent des enjeux économiques et touristiques considérables, donnant lieu à des rivalités entre pouvoirs locaux (M. Crivello). L’usage du passé ne fait ainsi plus tant, paradoxalement, figure de repli que d’enjeu du présent et de l’avenir, symbole de modernité (A.-M. Granet). Sa mise en valeur économique peut être prise en charge par des allochtones (pieds-noirs, néoruraux,... M. Crivello), les nouveaux arrivants étant souvent les seuls à parvenir à faire le lien entre des communautés autochtones depuis longtemps souvent très clivées (J.-C. Martin). C’est donc autant d’une « économie du passé » que d’une « politique du passé »qu’il faudrait parler. Ce qui explique entre autres que l’État soit de plus en plus concurrencé, sur le terrain de « l’économie de la mémoire », par les collectivités locales et les pays étrangers qui viennent organiser leurs commémorations sur le sol français (S. Barcellini). Marie-Claire Lavabre a suggéré l’élaboration d’une typologie des usages du passé par les acteurs locaux, ayant pour critères l’économie de l’action et de l’argumentation, le rapport entre usages discursifs de l’histoire et actes. De plus, le passé est-il « une ressource parmi d’autres, ou à défaut d’autres » ? Si peu d’intervenants s’y sont ensuite risqués, cette typologie reste à construire, semblant osciller entre le cas des maoïstes (« obsession de l’histoire » mais peu d’action, selon E. Loyer) et la tentative de « workshop story » de l’institut CGT d’histoire sociale (l’histoire n’étant plus perçue comme une instance de légitimation mais au contraire, sur fond de sentiment d’échec et de défaite, « entre indifférence et suspicion », M. Pigenet).

La place et le rôle de l’historien : une légitimité en déclin ?

12Si l’État est remis en cause par la prolifération des usages locaux du passé, la place des historiens est également en question. De nombreuses interventions sont allées dans le sens de la dépossession des historiens de la maîtrise des discours sur le passé. Cette inquiétude peut cependant être nuancée : il y a danger à idéaliser voire fantasmer la place des historiens dans le passé. Les historiens n’ont jamais été totalement maîtres du discours sur le passé, d’autant qu’ils ont toujours été eux-mêmes divisés. Ils n’ont d’autre part jamais été autant sollicités en tant qu’experts (É. François). Dans le même ordre d’idées, le discours sur la guerre de 1914-1918 d’un historien comme Renouvin a été aussitôt confronté aux versions d’acteurs aussi illustres que Churchill, Tardieu ou Clemenceau (A. Prost). Si changement il y a, il réside alors surtout dans une mutation de la demande sociale et des supports utilisés.

Les évolutions de la demande sociale

13La faible place de l’histoire militante dans les communications correspond à une diminution de la demande sociale militante envers les historiens par comparaison avec les années 1970, tandis que les sociologues sont aujourd’hui plus sollicités (D. Tartakowsky). Cette évolution peut s’inscrire dans le gommage ou le lissage du passé politique d’une association comme le Secours populaire, en lien avec ses évolutions humanitaires (A. Brodiez), mais aussi par la montée des revendications du sujet militant à exister, à dire « je » en se passant du discours historien (M. Pigenet). Dans le cas de l’histoire des femmes durant les années 1980, la démarche des historiennes se passe de demande militante, voire se substitue à un militantisme féministe en perte de vitesse pour demander la panthéonisation de femmes célèbres (C. Bard). Si la demande sociale militante est en déclin, elle laisse place à d’autres formes de demande sociale. La manière d’exprimer le goût de l’histoire change, il s’agit désormais non de comprendre mais de consommer de l’histoire, d’en avoir une appréhension sensible (B. Cousin). Les historiens ne sont plus adaptés à cette histoire où les émotions prennent le dessus sur la compréhension (J.-C. Martin). La demande sociale ne se limite cependant pas à cette histoire basée sur les émotions, et l’historien est parfois sommé de faire une histoire citoyenne, de combler les vides de l’histoire officielle (D. Guyvarc’h). Isabelle Merle invite à se méfier de cette demande sociale sur un champ « chaud » comme celui de la colonisation. La nécessité d’une refondation historiographique en ce domaine exige que les historiens débattent d’abord entre eux, au sein de la communauté des historiens, pour éviter d’être instrumentalisés. Henry Rousso refuse cependant l’utilisation d’une forte demande sociale pour disqualifier une démarche historique : le constat d’un impensé sur une question cruciale, comme celle de la France de Vichy, doit conduire au contraire à la mise en place d’un programme méthodologique. Reste enfin à évaluer la vigueur de cette demande sociale. Le constat de la baisse continue depuis quelques années de l’audience des émissions historiques à la télévision pousse à demander si le colloque ne se consacre pas à l’observation d’un phénomène en déclin (I. Verrat-Masson).

Médias et historiens : la mutation des supports

14L’évocation de l’audience des émissions historiques à la télévision introduit une réflexion sur les mutations des supports qui usent du passé. Le rôle des médias, de la presse et en particulier de la télévision a suscité de nombreux commentaires. Cette télévision contribue largement à façonner les imaginaires collectifs, par exemple dans le cas des amateurs d’histoire vivante, qui rejouent des périodes ou des batailles en costume. Les références de ceux et celles qui se retrouvent dans de telles associations rendent perceptible la fabrication d’une véritable mémoire audiovisuelle (M. Crivello). De manière générale, la télévision modifie les représentations nationales du passé, et consacre la victoire de la philosophie sur l’histoire (I. Verrat-Masson). L’histoire devient très actuelle, très récente. Les impératifs de la télévision, la nécessité de disposer d’images mobiles, tendent à privilégier l’usage de l’histoire contemporaine (É. François). Le Panthéon des Français se réduit de plus en plus à des personnalités de l’histoire contemporaine (P. Garcia). Les mécanismes propres au fonctionnement des médias tendent à s’imposer aux historiens dans le débat public (N. Offenstadt, Ch. Bougeard). Les historiens sont sommés de répondre dans un petit calibre à une demande sociale de polémique éloignée des préoccupations scientifiques, ignorante de l’état du débat historiographique. Les médias sont parfois eux-mêmes à l’origine de la polémique, notamment les unes du Monde dans l’affaire du discours de Craonne, ou dans la polémique sur la torture en Algérie (C. Andrieu). Outre le privilège donné au XXe siècle, l’impression d’immédiateté donnée par le temps évoqué à la télévision est mise en avant, due à la présence des images (É. François). Les médias et la prolifération du tourisme culturel lié à la société des loisirs conduisent à privilégier également le spectaculaire, l’exotisme de l’histoire ancienne plutôt que des valeurs historiques. Cette tension entre immédiateté et exotisme constituent les principaux facteurs de novation du contexte général (É. François). Le succès, à Berlin, du Pergamonmuseum où se côtoient la porte de Pergame, la reconstitution du marché de Milet et divers monuments babyloniens, et du Musée juif, témoignent de cette suprématie du spectacle historique et de l’identification personnelle à l’histoire du XXe siècle. Ces attitudes recèlent leur part de danger, notamment celui de l’anachronisme. L’histoire se centre sur la question des Droits de l’Homme, préoccupation bien plus contemporaine qu’historique (I. Verat-Masson). L’influence des médias conduit également à relativiser la place de l’historien, qui devient un acteur parmi d’autres, à côté des témoins, journalistes, hommes politiques ou polémistes. Didier Guyvarc’h, appelé à donner son avis d’historien sur les bombardements de Nantes en 1943 par l’aviation alliée, voit ainsi son analyse publiée à côté de témoignages de rescapés. L’historien est alors un acteur parmi d’autres dans le débat public, mais sa parole n’y a pas plus de légitimité ni plus d’importance, et se retrouve alors en complet décalage

Les liens des historiens avec les institutions

15Alors même que la place de l’historien apparaît déclinante, les institutions n’ont pourtant jamais autant fait appel à eux en tant qu’experts (É. François). En Suisse, c’est à une commission composée d’historiens qu’a été confiée la lourde tâche de réexaminer les relations germano-suisses pendant la Seconde Guerre mondiale. Le champ social du passé sur lequel les historiens sont appelés à répondre va en s’élargissant (H. Rousso). Cette demande d’expertise, différente de la demande sociale, peut concerner des domaines sur lesquels les historiens sont incompétents. La place inconfortable des historiens dans l’expertise peut s’analyser en termes d’instrumentalisation et de sensibilité, partagés entre des objectifs politiques et la pression de groupes ou d’associations (J.-L. Robert). Le Mémorial de l’histoire d’outre-mer à Marseille, en projet depuis de nombreuses années, est ainsi bloqué par l’omniprésence de la parole pied-noire et des associations de rapatriés dans son élaboration (I. Merle). L’historien est alors voué à la négociation dans ses relations aux institutions, dans une interaction avec les divers groupes, individus et collectivités intéressés à un usage politique du passé, et des enjeux de pouvoir en découlent pour les acteurs universitaires, soumis au jeu des subventions (É. François).

Entre pédagogues et chercheurs, les doutes des historiens

16Marie-Claire Lavabre évoque parmi les questions posées par le colloque le terme clef de ressource : comment mesurer l’efficacité de l’histoire comme ressource ? Si les historiens sont des acteurs des usages du passé parmi d’autres, quelle est leur spécificité dans la réponse à cette question ? L’historien est inscrit dans une double dimension : chercheur d’histoire, mais également inséré dans une société, avec une fonction sociale, celle d’un transmetteur et d’un créateur de mémoire (É. François). Dès lors Jean-Clément Martin, citant Gérard Noiriel, compare la position des historiens à une oscillation entre la controverse, dans l’entre-soi de la communauté historienne, et la polémique, dans le champ public. Dans le champ public, l’historien est victime par un effet retour du tournant réflexif intervenu dans les sciences sociales (P. Garcia). La relativisation du régime de vérité, la modification des critères de validation du récit historique, l’abandon du positivisme en histoire, participent de ce tournant réflexif, intervenu dans les années 1970 : le discours des historiens en a perdu, dans la sphère publique, son rôle de hauteur arbitrale (A. Prost). L’historien est conduit à descendre de son piédestal (J.-F. Tanguy), et doit se soumettre à une archéologie de la production historique (Ch. Delacroix). L’historien est aussi remis en question dans sa fonction de pédagogue, d’interface entre la recherche et le public. L’essor des histoires régionales est un élément important de rupture, car il n’est pas facile d’être pédagogue en ce qui concerne l’histoire locale : Malraux, faisait ainsi la différence entre le rôle des universités, faire connaître les choses, et celui des affaires culturelles, les faire aimer (L. Vadelorge). L’essor de l’histoire culturelle est un facteur qui oblige l’historien-pédagogue à revoir ses méthodes, à penser en trois dimensions, avec les objets, et à accepter et la participation du grand public (J. Winter). Le corollaire négatif de cette implication du grand public est une « démocratisation de l’ignorance », la perte de sens d’une histoire dépolitisée, dont les grands enjeux ont été oubliés ou abandonnés en faveur du consensus et de l’unanimisme (J.-C. Martin). Il en résulte un sentiment de perte, le débat public peut entraîner parfois le recul de la connaissance d’une période : c’est le cas avec le procès Papon (A. Becker). Les logiques politiques ou commerciales peuvent entrer en conflit avec les logiques de restitution historique : c’est le cas du mémorial de Caen, auquel l’IHTP (Institut d’histoire du temps présent) a participé avant de se retirer de l’entreprise. L’historien dans des cas de ce type se sent dépossédé du savoir qu’il a voulu transmettre, se trouve en difficulté en tant que chercheur et en tant que pédagogue.

Un nouveau régime d’historicité ?

17La plupart des interventions se sont attachées, transversalement ou directement, à répondre à l’interrogation centrale qui présidait à ce colloque : y a-t-il depuis les années 1970 de nouveaux usages politiques du passé, un nouveau régime d’historicité, une entrée dans le « présentisme » décrit par François Hartog ? Si oui, quelle en serait la chronologie ?

La question de la réception

18Cette question implique de s’interroger au préalable sur l’efficacité de la réception : est-elle prouvée ? Comment est-elle mesurable ? Quels en sont les objectifs et les effets réels ? Cette réception apparaît dans certains cas difficile à mesurer. Les panthéonisations ont beau apparaître comme un geste obligé, leur impact est loin d’être démontré (P. Garcia) – sinon a contrario, dans le cas d’une occultation du passé au profit de présent et de l’avenir, qui a pu être un facteur important de non-réélection du président Giscard d’Estaing. De même, Sylvie Ollitrault souligne combien les chargés de communication des ONG sont, de leur propre aveu, souvent incapables d’anticiper les effets des campagnes. Existent inversement des cas où la réception apparaît bonne. Ainsi celui du Secours populaire français (A. Brodiez) où la mutation du discours identitaire diffusée par l’association, reçue de façon progressive et par percolation descendante (par les pouvoirs publics, par les médias et par l’opinion publique), a fait montre de son efficacité auprès du public. De même, il n’est pas fortuit que le début de réflexion sur l’histoire des femmes et leur exclusion de la démocratie (commémorations de 1989, 1994 et 1995) ait coïncidé avec le début de la bataille pour la parité (C. Bard). L’enjeu ne saurait cependant se limiter au territoire métropolitain : la réception est également à appréhender dans les ex-colonies et à l’étranger (V. Rosoux). Il en existe des adjuvants (médias, historiens, parfois élus) mais aussi des opposants : l’écran constitué par les chargés de communication a été souligné. De façon générale, il semble que le savoir historique ne soit accepté au niveau local que s’il y a consensus ; dans le cas contraire, il est occulté ou instrumentalisé (L. Vadelorge).

Les facteurs de nouveauté

19Plusieurs intervenants se sont interrogés sur l’antinomie entre le sentiment d’usages politiques du passé semblant incontestablement nouveaux ou renouvelés, et la difficulté d’appréhender objectivement ces mutations. Ce travail d’appréhension a néanmoins été tenté en s’efforçant de dégager et de caractériser des facteurs de nouveauté. Ceux-ci sont extrêmement divers. Ils ont trait en premier lieu à la mutation polymorphe du contexte politique : impact de 1968, crise des grands paradigmes (J.-C. Martin), montée de l’extrême-droite (J.-L. Robert), recompositions transnationales et essor des associations, décentralisation (qui pourrait être davantage une conséquence qu’une cause du nouveau rapport au passé, en tous cas fonctionnant en causalité circulaire, A. Prost). Ces évolutions/révolutions ont des répercussions psychologiques et politiques : perte du sentiment d’un avenir assuré (P. Garcia), « démocratisation du sens » et remise en cause de la communauté nationale (J.-C. Martin).

20L’entrée dans l’ère de la médiatisation est également un facteur clé. L’irruption massive de la télévision, en surcroît des multiples conséquences évoquées, tend à relativiser la frontière entre public et privé (É. François) ; plus récemment le développement d’Internet met le monde et les associations en réseau (M. Crivello) ; l’apparition de nouveaux acteurs (scénaristes, chargés de communication,... A. Prost) a également profondément retravaillé le rapport au passé et offert de nouveaux champs d’action. Autre massification depuis quelques décennies, celle de l’enseignement (A. Prost). Sa démocratisation et l’élévation massive du niveau d’instruction de la population sont des facteurs en eux-mêmes, mais également dans leurs conséquences : essor des productions historiques universitaires, hausse exponentielle du nombre de titulaires de maîtrises et des thèses qui, pression des bourses aidant, sont souvent consacrées à l’histoire régionale ; croissance du nombre d’universités régionales. Les années 1960 et 1970 scellent donc l’entrée dans une ère de diffusion des connaissances sur l’histoire et le local. Ce temps de la « public history » et du « memory boom » (J. Winter) est corrélatif du « marché du passé » (J. Winter), de la « marchandisation des commémorations » (A. Fourcaut). La période actuelle semble être caractérisée par l’inflation du nombre d’érudits locaux, d’historiens amateurs et/ou de généalogistes (A. Prost), les retraités n’étant pour le moins pas en reste. Paradoxalement, cette connaissance de l’histoire n’en est pas meilleure, mais simplement plus ciblée. Les enquêtes montrent la restriction du champ de la culture historique des Français (É. François), celui-ci se cantonnant de plus en plus à la période très contemporaine. Ce phénomène est à interpréter au regard de l’évolution des programmes scolaires (P. Garcia), eux-mêmes reflets de l’évolution de la société et de la géopolitique (d’où le développement de l’ancrage européen).

21Cette mutation contextuelle embrassant un grand nombre de champs (politique, médias, enseignement...) permet d’examiner l’hypothèse d’une mutation des usages politiques du passé. Il semble que si l’émergence d’un nouveau régime d’historicité apparaisse relativement nette au niveau des pouvoirs locaux, elle soit néanmoins globalement à nuancer. D’une part, parce qu’il convient de prendre garde à ne pas « faire de comparaison avec des fantasmes » (É. François) : les historiens étaient déjà concurrencés sur leur propre terrain dans les années 1920, et les sociétés savantes existent depuis le XIXe siècle (A. Prost) ; le local revivifié et réapproprié, la force du rapport au patrimoine, existent déjà au temps du Front populaire (D. Tartakowsky),... Hypothèse basse, il n’y aurait donc pas nouveau régime d’historicité, mais plus simplement « nouveau régime de vérité » (A. Prost), ou « nouveau rapport au passé » (H. Glevarec) ; non pas crise mais seulement rupture ou mutation (D. Tartakowsky). Hypothèse haute, il y aurait émergence d’un nouveau régime d’historicité, mais coexistant toujours avec les anciens. Il faudrait alors pondérer l’importance de ces différents régimes, qui sont étroitement dépendants du contexte (É. François) mais peuvent également coexister chez un même acteur (D. Tartakowsky). Il y aurait ainsi une non-contemporanéité des rapports au temps.

Peut-on périodiser ?

22Sous le regard du sociologue (H. Glevarec), la multiplication concomitante et généralisée des associations locales en France et en Europe depuis une trentaine d’années doit être interprétée comme un véritable « fait sociologique » nouveau, et ne peut manquer à ce titre d’interroger. A contrario, nombre des cas étudiés peuvent être perçus comme obéissant à une logique propre, intrinsèque ; ce qui impose de soupeser le rapport entre diachronique et synchronique, mutations structurelles et conjoncturelles (N. Offenstadt). Et les fractures apparaissent d’autant moins générales que nombre d’éléments de continuité ont pu être mis en évidence. Si rupture cependant il y a, elle opérerait en deux temps. D’abord, dans les années 1970, une rupture dans la société et chez les historiens. Ensuite, durant les années 1990, au niveau des politiques, provoquant en choc en retour un nouvel impact social (J.-L. Robert).

Insertion dans un contexte plus vaste

23Les phénomènes mis en évidence ne sauraient finalement être désencastrés d’un contexte plus global duquel ils participent. Il convient donc de se garder d’un regard franco-français. Tout au plus peut-on poser la question de la spécificité française, laquelle semble être largement sur le déclin. Ainsi la politique de victimisation n’est-elle pas propre à la France (É. François), de même que la politique générale de réparation, qui s’observe à l’échelle européenne (H. Rousso) ; le passage de l’intellect au sens et à la sensibilité, l’inventivité du local, l’inscription dans une histoire longue, consensuelle et identitaire sont également des caractéristiques allemandes (É. François). La France s’insère dans des dynamiques transnationales où circulent les modèles(É. François) ; elle est soumise aux interventions externes (G. Pervillé). Il y a donc fondamentalement internationalisation, et finalement simple « réfraction française » (É. François). C’est la « fin de l’exception française » qui est à l’œuvre, au profit d’une norme ouest-européenne.

Conclusion

24Ce compte-rendu témoigne de la richesse des débats. Il masque cependant le glissement progressif, souligné par Marie-Claire Lavabre, des « usages du passé » aux « usages de l’histoire » ; et, plus encore, le flou épisodique entre « usages du passé » et « usages politiques du passé ». Ces confusions méritent à elles seules interrogation. La conclusion ne saurait prétendre résumer, ni répondre au questionnement initial. Qu’on note simplement qu’il faut peut-être nuancer l’idée d’UN nouveau régime d’historicité, d’une rupture radicale – il y a toujours au moins coexistence entre ancien et nouveau. Les facteurs de mutation existent cependant indubitablement, et ont été montrés ; en résulterait une appréhension du passé plus qu’une compréhension, une plus grande place accordée aux sens, à la mémoire, voire parfois une consommation d’histoire quasi anhistorique. La nouveauté résiderait alors tant dans les modes d’expression que dans les acteurs. Des angles morts (ou faibles) dans ce colloque ont été pointés : la judiciarisation (H. Rousso), les médias, le rôle de l’école, ainsi que les usages plus diffus du passé (A. Prost). Des champs nouveaux ont surtout été ouverts, pour prolonger et approfondir la réflexion : l’étude de la circulation des mythes (A. Prost), de l’évolution de la mémoire (J. Winter), et celle des usages consensuels du passé (A. Prost).

Auteurs

Université Paris VIII

Université Paris VIII

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540