Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les classes zoologiques en Grèce ancienne

 | 
Arnaud Zucker

Classèmes divers (hors système)

Texte intégral

1Les différents ensembles proposés pour “ranger” les classèmes zoologiques ne sont pas en mesure d’intégrer tous les termes supragénériques qui sont utilisés dans les textes. Plutôt que de répartir les classèmes restant dans des unités typologiques qui ne contiendraient parfois qu’un ou deux termes, nous préférons les présenter, selon leur fréquence, dans deux sections “résiduelles”. Ce choix présente en outre l’avantage de refléter l’extraordinaire diversité des caractères retenus par les Grecs pour grouper les animaux.

Les classèmes courants

2Les termes qui suivent sont soit utilisés par plus de trois auteurs dans la littérature grecque, soit fréquents dans le corpus aristotélicien. Certains sont initialement des adjectifs, d’autres d’emblée des formes nominales.

  • 1 Arist., HA 505 a 18 & 507 a 16.
  • 2 Pour la légende, voir Antig. 21 ; Plu. 494 c 1 ; Id. 982 a 1 ; Horap. 2,110, 2.
  • 3 Anaxim., Fr. A 30, 12, ap. Plu. 730 e (cf. Anaxim., Fr. A 11 et Censorinus, die natali 4, 7).
  • 4 En tout onze poètes comiques utilisent ce mot, ce qui est un signe sûr de popularité.
  • 5 Gal., Aliment. fac. 6, 727, 12 ; cf. ibid. 6, 726, 16.

3Les termes γαλεός [galeos], γαλεώδης [galeodès] et γαλεοειδής [galeoeidès]1 (133/155) désignent les squales. La croyance populaire concernant la déglutition par les squales de leurs petits ainsi que la théorie d’Anaximandre qui, selon certains, en fait les nourrices de l’humanité a dû contribuer à l’intérêt constamment porté à ce groupe2 : “Anaximandre affirme que les hommes sont nés au commencement et ont été nourris dans des poissons (ἐν ἰχθύσιν), à l’instar des squales (ὣσπερ οἱ γαλεοί)”3. Les plus anciennes attestations du mot se trouvent chez Hippocrate, Aristophane et dans des fragments comiques4, et on le rencontre parfois aussi sous la forme γαλεώνυμος : “ce mot se trouve écrit dans les copies de deux façons, galeoi en deux syllabes dans les unes, galeônumoi en cinq dans d’autres”5.

  • 6 Sans doute en raison de leur peau, ils sont par ailleurs associés aux céphalopodes, comme les séla (...)
  • 7 Arist., HA 489 b 6 ; voir Ar.Byz., Épit. 1, 2 ; Thphr., HP 7, 14, 3 (γαλεῶν καὶ ῥινῶν).
  • 8 Voir HA 566 а 28 (οί μὲν οὖν γαλεοὶ καὶ οἱ γαλεοειδεῖς, ... καὶ οἱ πλατεῖς ἰχθύες ; ibid. 511 a 4 (...)
  • 9 L’ange de mer (ῥίνη), qui présente pour les scientifiques contemporains un stade intermédiaire ent (...)
  • 10 Gal., Aliment. fac. 6,727, 8(εἶδος signifie ici espèce et forme extérieure ; cf. Opp., H 1, 379).
  • 11 Arist., Fr. 310, ap. Ath. 7, 294 d. Sont également nommés dans cette classe l’ἀστερίας (Arist., HA(...)
  • 12 Ael., NA 15, 11 (Ar.Byz., Épit. 2, 384) ; cf. Opp., H 4, 243 (γαλεοί τε κύνες).
  • 13 Ath. 7, 294 c-295 b. Athénée hésite à ranger parmi eux l’esturgeon (ἀκκιπήσιος, ibid. 7, 294 f).
  • 14 Ils sont vendus déjà écorchés (Archippos, Fr. 25, 2) et consommés dans une sauce aux herbes (voir (...)
  • 15 Mis à part ὁ παρὰ ’Ρωμαίοις ἓνδοξος γαλαξίας, les galéoi ont la chair dure (Gal., Aliment, fac. 6, (...)

4Il est principalement employé au pluriel, pour désigner une famille de sélaciens qui constitue une des deux subdivisions aristotéliciennes du groupe6 : “les sélaciens, squales et raies (τὰ σελάχη, γαλεοί τε καὶ βάτοι)7. Les squales correspondent aux sélaciens dits “longs”, et sont distingués des poissons “plats” de la famille de la raie8. Certains squales sont appelés “lisses”, mais ces différents adjectifs ont une valeur littérale qui rend flottantes les frontières entre les uns et les autres, et certains sujets comme l’ange (ῥίνη) ne sont pas nettement situés9. Quoi qu’il en soit cette famille est complexe et fort nombreuse : “il n’existe pas une seule forme de squale (τῶν γαλεῶν δ’ οὐχ ἒν εἶδός ἐστιν)”10 ; la liste la plus complète de ses sujets se trouve dans un fragment d’Aristote : “Aristote dit qu’il y a un grand nombre d’espèces de squales : le squale épineux, l’émissole, le squale tacheté, le petit squale (?), le renard de mer, l’ange (ἀκσνθίαν λεῖον ποικίλον σκύμνον ἀλωπεκίαν ῥίνην) <…> et, dans le cinquième livre des Parties des Animaux, il cite aussi comme squales l’aiguillat (κεντρίνην) et le requin (νωτιδσνόν)”11. Mais les sujets les plus représentatifs, qui voient parfois leur nom se confondre avec celui des squales, sont les “chiens de mer”, ou requins : “<les galéoi> sont sélaciens (οελάχιοι), vivent en haute mer, sont d’une taille exceptionnelle, et ressemblent à des chiens (κυνὶ ἐοίκασιν)”12. Ces animaux auxquels Athénée consacre un long développement dans les Deipnosophistes13 sont comestibles et ordinairement vendus en filets14, mais ils sont diversement appréciés car la plupart d’entre eux ont la chair dure15.

  • 16 Cf. Φωλεός et Φωλάς = qui vit dans des trous (Théoc. 1, 115).
  • 17 Ce phénomène est lié à l’intermittence de l’apparition de ces animaux – selon les saisons (voir Ar (...)
  • 18 Arist., GA 783 b 11. Il ajoute un peu plus loin que, contrairement aux cheveux, les poils, les plu (...)
  • 19 Voir aussi Arist., HA 600 a 18 : “hibernent indistinctement des oiseaux à serres recourbées et des (...)
  • 20 Thphr., HP 1, 3, 8 (κσθςσπρτ οἳ τε ἒλαΦοι τὰ κέρατα).
  • 21 Voir D.L. 5, 44, 2.
  • 22 Thphr., Fr. 177, ap. Ath. 3, 105 d.
  • 23 Arist., GA 783 b 24 : “<la chute des feuilles> a lieu en hiver comme pour les animaux qui hibernent (τοῖς Φωλεύουσι τῶν ζ</la> (...)
  • 24 Gal., Nat.fac. 2, 116, 18. Voir Id., Loc. affect. 8, 416, 4. Mais les Φωλεύοντα comptent aussi des (...)
  • 25 Elle porte surtout sur des questions énergétiques (Gal., Ven. sect. 11, 183, 13 sq. ; Hp. aph. 17b (...)

5Le participe φωλεύων [phôleuôn] du verbe φωλεύειν ou φωλεῖν (37/60) sert à désigner un groupe complexe : celui des animaux qui hibernent. En fait, employé seulement par Aristote, Théophraste, Galien et Athénée sous forme participiale substantivée, ce verbe, qui signifie littéralement “vivre dans un refuge”16, exprime deux caractères d’un certain nombre d’animaux : (1) la retraite accompagnée d’inactivité totale et (2) la perte des phanères ; et il renvoie ainsi à la fois aux animaux qui hibernent et aux animaux qui muent17. Ce dernier trait est le plus explicite, et Aristote établit une analogie entre les hibernants, les chauves et les arbres à feuilles caduques : “Parmi les animaux, c’est chez l’homme surtout que se remarque la calvitie. Cependant cette affection correspond à un phénomène général. En effet, si certaines plantes sont toujours vertes, d’autres perdent leurs feuilles, et chez les oiseaux les hibernants perdent leurs plumes (οἱ Φωλεύοντες ἀοιβάκκιτσι τὰ οτερά)”18 ; Théophraste confirme que les hibernants sont surtout des oiseaux19 et ajoute un parallèle avec la chute des bois des cervidés20. Il consacre à cette classe d’animaux un traité, que l’on a parfois attribué à Aristote, intitulé Πεπὶ τῶν Φωλευόντων21 et il y range les crustacés en raison de leur mue : “Théophraste dit, dans son traité sur les animaux qui hibernent, que les homards les langoustes et les crevettes muent (ἐκδύεσθαι τὸ γῆρας)”22. Ce phénomène est lié au climat et concerne surtout, selon Aristote, les animaux froids ou secs23. Galien, dans la lignée du Stagirite, considère que les hibernants sont surtout des non sanguins : “les autres sont beaucoup plus froids et totalement dépourvus de sang (πάντως ἂναιμα), et c’est pourquoi ils hibernent (Φωλεύοντα) et restent inactifs et immobiles pendant l’hiver comme des morts”24 ; et il mène, sur la vie des animaux en hibernation, une longue réflexion déjà amorcée par Théophraste25.

  • 26 Arist., Mir. 835 a 16 ; HA 542 b 21 ; ibid. 617 b 25. Voir Cyranides 3, 13 (ἐρωδιός).
  • 27 Le traité de Théophraste devait en signaler un certain nombre. Voir HA 599 a (οί Φωλοῦντες) ; ibi (...)
  • 28 C’est le seul poisson qui hiberne... l’été : Arist., Fr. 326, 6, ap. Ath. 7, 315 e.
  • 29 Arist., Fr. 327, 7, ap. Ath. 7, 315 a.
  • 30 Thphr., Fr. 178, ap. Ath. 7, 314 b.
  • 31 Gal., Ther. 14, 264, 8 ; Nic., Alex. 523 ; Théoc. 24, 85. Pour les serpents, le terme évoque aussi (...)
  • 32 HA 628 a 8.
  • 33 HA 552 a 17.
  • 34 HA 542 a 29.
  • 35 Arist., HA 503 b 27 ; ibid. 547 a 14 ; cf. Ath. 3, 89 b.
  • 36 Ils hibernent surtout l’été, sur la terre et dans les arbres (Thphr., Fr. 176 ap. Ath. 2, 63 c).
  • 37 Arist., HA 579 a 26 ; Mir. 835 a 31.
  • 38 HA 503 b 27. Timothée (Tim. Gaz. 47, 8) ajoute deux lacertiens (ἀσκαλαβῶται, γαλεῶται).
  • 39 Ael., NA 10, 21.
  • 40 HA 544 a 8.

6Mais cette classe bouleverse en fait tous les cadres classificatoires, puisqu’elle compte non seulement des oiseaux26, mais aussi des poissons27 (la merluche28, l’orphe29, la torpille30), les serpents31, les abeilles32, les scarabées33 et une grande partie des insectes34, les murex35, les escargots36, et implique aussi les ours et les porcs-épics37, les caméléons et les lézards38, les crocodiles39 et enfin les poulpes40, pour lesquels Aristote emploie aussi le verbe Φωλεύειν.

  • 41 HA 579 b 30. Voir Clem. Al., Paed. 2, 10, 88 : “Le lièvre couvre sa femelle en toute saison et, qu (...)

7L’adjectif ὀπισθουρητικός [opisthourêticos] (18/20), souvent employé sous forme substantivée, est un terme strictement aristotélicien, qui désigne littéralement les animaux qui “urinent (οὐρεῖν) par derrière (ὂπισθεν)”, mais qui sert toujours à mettre en valeur une certaine forme de copulation : “les lièvres s’accouplent en s’unissant par derrière (ὀχεύονται συνιόντες ὂπισθεν), comme on l’a dit précédemment (car c’est un animal qui urine par derrière)”41.

  • 42 HA 579 a 32 ; Ar.Byz., Épit. 2, 136.
  • 43 HA 546 b 1 ; Ar.Byz., Épit. 2, 446.
  • 44 Ar.Byz., Épit. 2, 409.
  • 45 HA 500 b 15 ; voir PA 689 a 34 ; HA 539 b 22 : “ils s’unissent croupe contre croupe (πυγηδόν)”.
  • 46 HA 540 a 24.
  • 47 GA 720 b 10 ; voir HA 541 b 21 ; Ath. 3, 105 c.
  • 48 HA 540 a 24.
  • 49 Mais Aristote ne les identifie pas aux ὀπισθουρητικά car ils leur sont toujours comparés.
  • 50 PA 689 a 32 (ὀλίγα ἐστὶν ὀπισθουρητικὰ μώνυχον δ’οὐδέν ἐστιν ὀπισθουρητικόν).
  • 51 HA 540 a 27.
  • 52 HA 540 a 32.
  • 53 HA 540 b 6.
  • 54 HA 540 b 22.
  • 55 HA 541 b 34.
  • 56 HA 541 b 1.

8Ce groupe est constitué des femelles de toutes les espèces de quadrupèdes et de quelques mâles : “quelques animaux urinent par derrière, comme le lynx, le lion42, le chameau43, le lièvre44. Les mâles diffèrent donc entre eux de ce point de vue, nous l’avons dit, tandis que les femelles urinent toutes par derrière (πάντα ὀπισθουρμτικά ἐστιν)”45. Aucune autre espèce n’est mentionnée par Aristote ; mais certains animaux se comportent sexuellement comme les ὀπισθουρηρικά proprement dits, tel le phoque : “le phoque s’accouple (ὀχεύεται) aussi comme les animaux qui urinent par derrière46. C’est le cas également de tous les crustacés, et le Stagirite explique que ce mode étrange de copulation est justifié par la gêne occasionnée par la queue : “les crustacés s’accouplent comme les animaux qui urinent par derrière, quand, l’un sur le dos, l’autre sur le ventre, ils se tiennent queue contre queue : ils ne peuvent en effet monter l’un sur l’autre ventre contre dos, parce que leur queue les en empêche τὰ δέ μαλακόστρακα συνδυάζεται μὲν ὢσπερ τὰ ὀπισθουρητικά, ὂταν τὸ μὲν ὒπτιον τὸ δὲ πρανὲς ἐαλλάξη τὰ οὐραῖα τοῖς γὰρ ὑπρίοις πρὸς τὰ πρανῆ ἐπιβαίνειν ἐμποδίζει τὰ οὐραῖα)47. Ainsi, ce groupe ne comprend stricto sensu que quelques espèces de quadrupèdes ; mais si l’on tient compte de la pertinence sexuelle du terme, il faut y rattacher des espèces qui ont un mode de copulation analogue : le phoque48 et l’ensemble des crustacés49. En revanche (1) la plupart des quadrupèdes50, y compris ovipares51, ainsi que les oiseaux s’unissent ventre contre croupe ; (2) les serpents52, les poissons53, les monstres marins54, les insectes55 ventre contre ventre ; et (3) les céphalopodes par la bouche56.

  • 57 HA 509 b 3.

9La catégorie des ὀπισθουρητικά n’est ni une classe biologique, ni une classe systématique et ne s’oppose qu’une fois, formellement et sans précision, aux ἐμπροσθουρητικά [emprosthourêtica] (1) ou “animaux qui urinent par devant” : “le mode d’adhérence du pénis est différent chez les animaux qui urinent par devant et chez ceux qui urinent par derrière”57.

  • 58 Arist., HA 490 b 34-491 a 3. Arist. (8), Thphr. (6), Ar.Byz. (1), Alex. (1).
  • 59 Ar.Byz., Épit. 1, 14. Théophraste les oppose aux ruminants (HP 3, 10,2 ; voir ibid. 2, 7, 4) ; il (...)

10Τὰ λόΦουρα [lophoura] (16/19), formé de οὐρά (queue) et λόΦος (panache, touffe), désigne littéralement les “animaux à la queue à longs crins”, autrement dit les équidés. Ce terme rare, qui n’est d’usage que dans les textes d’Aristote et de ses successeurs, n’est cependant pas un néologisme aristotélicien puisque le Stagirite le signale précisément comme l’unique terme supragénérique courant dénommant un ensemble de quadrupèdes : “il n’existe de terme générique que celui qui englobe les animaux dits à la queue à longs crins (ἐστιν ἒν τι γένος μόνον ἐπὶ τοῖς λοΦούροις καλουμένοις) comme le cheval, l’âne, le mulet, le bidet, et les animaux qu’on appelle hémiones en Syrie”58. L’extension du terme est claire et ne varie pas, équivalant à celle d’ὑποζύγις et de μώνυχα : “les solipèdes (μώνυχα) sont le cheval, l’âne, le mulet, etc. ; il arrive aussi qu’on les appelle animaux à longs crins59 ; mais la fréquence du mot, comparée à celle des deux synonymes, est faible.

Les classèmes fugitifs

11Sont groupés dans cette section et rangés par ordre alphabétique des adjectifs qui n’apparaissent que très rarement dans un contexte zoologique, ou dont l’emploi est propre à un ou deux auteurs seulement. Ils dénotent pour la plupart des caractéristiques comportementales, soulignant l’importance traditionnelle de déterminations éthologiques ou caractérielles. Ils sont soit le fruit d’une distinction portant sur un aspect théorique qui se traduit par une paire de contraires, soit la consécration d’un trait caractéristique d’un ensemble parfois tout à fait hétérogène d’espèces. Leur diversité et leur nombre témoignent de la fécondité de la création classificatoire par substantivation de circonstance, souvent à l’aide du suffixe -ικóς, dont les formations sont coutumières de cette promotion grammaticale.

  • 60 Les autres occurrences du mot se trouvent chez Philon où l’adjectif désigne les sacrifices expiato (...)
  • 61 Arist., HA 488 b 4.
  • 62 Ainsi au sujet de la biche (Ar.Byz., Épit. 2, 485), la perdrix (Arist., HA 613 b 26 ; Antig. 39), (...)

12La sexualité des animaux donne lieu à une distinction qu’on ne trouve que chez Aristote et distingue les “animaux lubriques” : ἀΦροδισιαστικά [aphrodisiastika] (38/51), et les “animaux chastes” : ἁγνευτικά [hagneutika] (6/6). Mais le Stagirite réserve cette distinction aux oiseaux, comme en témoignent ses exemples60 : “les uns sont lubriques, comme la famille des perdrix et des coqs, les autres chastes, comme la famille des oiseaux qui ressemblent aux corbeaux ; ceux-là ne côchent que rarement”61. Le premier adjectif déborde cependant largement cette opposition et, si l’on ne prend en compte que les occurrences où le mot signifie “vivement porté à la copulation”, le mot est appliqué une bonne douzaine de fois à divers animaux62.

  • 63 On trouve le doublet βληχητικóς. (1) pour désigner le bélier (Basile, Hom. Psalm. 29, 281).
  • 64 Ael., NA 2,54. Voir Suid. A 2030 et Σ 541 qui renvoie explicitement à Élien.

13L’adjectif βληχητóς [blêchêtos] (3/10), formé sur le verbe βληχᾶσθαι (bêler ou vagir)63, se rencontre une fois chez Élien, sous forme substantivée, avec le sens restreint de moutons (πρóβατα) : “D’après mes informations le scare est le seul animal marin à régurgiter sa nourriture et à la ravaler, comme font les animaux qui bêlent, dont on dit aussi qu’ils ruminent (τὰ βληχητά, ἅ δὴ καί µαρυκᾶσθαι λέγουσιν)”64.

  • 65 Arist., HA 488 a 13.
  • 66 HA 488 a 14.
  • 67 Arist., Fr. 345, ap. Ath. 9, 392 b.

14Certains animaux sont “sédentaires” : ἐπιδημητικά (l)65, d’autres “nomades” : ἐκτοπιστικά (l)66 ou ἐκτοπίζοντα (l)67.

  • 68 Arist., HA 623 b 7.
  • 69 Voir l’analyse faite en HA 546 b 18 sq.
  • 70 HA 547 b 11.
  • 71 Arist., HA 546 b 26.
  • 72 Voir GA 761 b 31 : “les buccins, les pourpres et les coquillages dont on dit qu’ils sécrètent leur (...)

15L’adjectif κηριοποιóς [kêriopoios] (1) est proposé par Aristote pour suppléer une absence de terme dans le vocabulaire et désigner le groupe des animaux “qui produisent (ποιεῖν) de la cire (κηρίον)” : “il existe d’autre part un genre d’insectes qui ne sont pas désignés sous un même nom (ἑνὶ µὲν ὀνóµατι ἀνώνυµον), mais qui tous ont une parenté de forme (µορΦὴν συγγενικήν) : ce sont tous ceux qui fabriquent des rayons de cire (ὅσα κηριοποιά), comme les abeilles et les insectes qui ont une forme approchante”68. Mais le Stagirite emploie aussi le verbe κηριάζειν (8)69 à propos des moules (µύες)70, des murex et des buccins qui fabriquent une sorte de rayon de miel “qu’on appelle leur cire” (τὴν καλουµένην µελίκηραν) ; et une fois pour cet embranchement sous la forme du participe substantivé τὰ κηριάζοντα [kêriazonta] (1) : “ainsi donc les testacés qui font de la cire (τὰ κηριάζοντα τῶν ὀστρακοδέρµων) naissent de la même façon que les autres testacés”71. Métaphoriquement, ce terme désigne donc une tout autre production puisqu’il s’agit dans ce cas du frai des testacés qui est formé d’œufs agglomérés72.

  • 73 Ael., NA 12, 32.

16Élien parle une fois, visiblement sans arrière-pensée classificatoire, des animaux “utiles” (τὰ λθσιτελῆ) ; et des animaux “de grand prix” (τὰ πολυτελῆ)73.

  • 74 HA 487 b 7 (voir GA 715 a 26).

17L’adjectif µεταβλητικóς [metablêtikos] (2) apparaît deux fois dans le corpus aristotélicien pour désigner les animaux mobiles, en opposition à µóνιµος : “les animaux sont aussi soit immobiles (µóνιµα), soit mobiles (µεταβλητικά). Les immobiles se trouvent dans l’eau, et aucun animal terrestre n’est immobile”74.

  • 75 Arist., HA 488 a 1.
  • 76 Ibid.
  • 77 Arist., HA 488 a 11.

18Les animaux grégaires ἀγελαῖα sont opposés aux µοναδικά [monadika] (1), “solitaires”, de façon générale75 ; ces derniers peuvent être aussi appelés σποραδικά [sporadika] (1) “vivant de leur côté”76. Les animaux grégaires sont ἂναρχα [anarcha] (1) “sans chef”, ou ὺΦ’ ἡγεµóνα, “soumis à un chef”77.

  • 78 HA 487 b 14. Les deux formes sont presque synonymes : “beaucoup d’animaux restent attachés à la mê (...)
  • 79 HA 487 b 6.
  • 80 PA 683 b 5 (τῶν ὀστρακοδέρµων µóνιµος ἡ φύσις) ; voir Id., An. 410 b 19.
  • 81 HA 537 b 25.
  • 82 HA, 487 b 7. Aristote donne l’exemple des ὂστρεα.
  • 83 HA 535 a 24 (τῶν δἐ πορευτικῶν ἐχῖνος, τῶν δ’ ἀκινήτων τήθυα καὶ βάλανοι).
  • 84 HA 621 b3 (voir HA 487 b 14).

19L’expression τὰ µóνιµα [monima] (7) ou encore τὰ ἀκίνητα [akinêta] (8)78 exprime une opposition avec les animaux µεταβλητικά79 et désigne chez Aristote les animaux qui n’ont pas de mouvement autonome, comme les testacés80 : “il n’y a pas de mâle ni de femelle chez les animaux qui restent à la même place (ἐν τοῖς µονίµοις), ni d’une manière générale chez les testacés”81. Ces animaux, qui vivent seulement dans les milieux aquatiques, se confondent en fait avec cette classe82. Ils se distinguent des “marcheurs”83, et des “nageurs” : “tous les animaux aquatiques, aussi bien ceux qui nagent que ceux qui restent à la même place (καὶ τὰ πλωτὰ καὶ τὰ µóνιµα) se nourrissent dans les lieux qui les ont vu naître”84.

  • 85 Les chiffres donnent le nombre d’emplois zoologiques du terme. Mais deux de ces termes sont très u (...)
  • 86 Voir aussi τὰ νυκτίνοµα (...τῶν σαρκοφάγων) = les rapaces nocturnes (Plu. 286 b 9).
  • 87 Ar.Byz., Épit. 1, 23. Voir Dyonis., Av. 3, 17 (τὴν γλαῦκα γὰρ τὸ νυκτερινὸν ὂρνεον).
  • 88 Arist., HA 488 a 25 ; voir ibid. 592 b 8 (νυκτικόραξ, γλαῦξ, βύας) ; voir Arist. Fr. 355 ap. Ath. (...)

20Les adjectifs νυκτερινός [nukterinos] (6) – ou νυκτερóβιος [nukterobios] (1) – et ἡµερινóς [hêmerinos] (2), très fréquents dans la langue85, ne sont appliqués qu’exceptionnellement aux animaux86. Seul Aristophane de Byzance en fait un critère de distinction zoologique pour les oiseaux : “parmi les oiseaux ailés (τῶν δὲ πτερωτῶν ὀρνίθων), certaines espèces sont nocturnes (νυκτερινά) et d’autres diurnes (ἡµερινά) ; les espèces diurnes sont celles qui sont visibles à tous pendant le jour, les nocturnes sont la chouette, l’effraie, le hibou, la hulotte, la chevêche et le petit-duc”87. Aristote évoque cette différence dans la liste qu’il donne des διαϕοραί qui existent entre les animaux au début de HA : “Et les uns vivent la nuit (νυκτερóβια), comme la chouette et la chauve-souris, les autres vivent à la lumière du jour (τὰ δ’ ἐν τῷ ϕωτί ζῇ)”88.

  • 89 Thphr., Fr. 171, 8 ; voir aussi ibid. 12. Le mot ὀρυκτός (136/199) a de nombreuses autres acceptio (...)
  • 90 Paradox, palat. 11.

21La locution τὰ ὀρυκτά [orukta] ou οί ὀρυκτοί <scil. ἰχθύες> (8) désigne, surtout dans un fragment de Théophraste (7/8), “les animaux qui s’enterrent” ou plus précisément “les poissons qui s’enfouissent” : “les poissons qui s’enfouissent dans la vase se rencontrent près des fleuves et des terrains détrempés”, οἱ δ’ ὀρυκτοὶ τῶν ἰχθύων <...> γίνονται μὲν καὶ παρὰ τοὺ ποταμοὺς καὶ τὰ ἒνυδρα χωράφια89. La littérature paradoxographique reprend la formule : “Artémidore dit que dans les îles Lipari on trouve des poissons qui s’enfouissent (ἰχθύας ὀρυκτούς), et que les gens de là-bas les consomment comme des friandises”90.

  • 91 Arist., HA 532 a 28 ; voir ibid. 622 b 30 ; PA 683 a 33.
  • 92 Mich., in PA 1, 79, 12 (“les pattes postérieures sont plus grandes pour qu’ils puissent se souleve (...)

22Aristote emploie également le terme πηδητικός [pêdêtikos] (4/8), “sauteur”, à propos des insectes et des araignées : “parmi les insectes sauteurs (πηδητικά) les uns ont les pattes de derrière plus grandes, les autres ont des gouvernails (πηδάλια) qui fléchissent en arrière comme les membres postérieurs des quadrupèdes”91. Michel d’Ephèse est le premier et le seul à utiliser la forme substantivée τὰ πηδητικά92.

  • 93 Voir Opp., H 1, 440 (οἱ μέν πλάζονται... οἳ τ’ ἀγελαῖοι | κέκληνται).
  • 94 HA 488 a 6 : “de nombreuses espèces de poissons qu’on appelle nomades (δρομάδας)” ; voir ibid. 570 (...)
  • 95 Voir HA 534 a 27 & 543 b 14. L’expression οἱ χύτοι, également employée par Aristote, désigne dans (...)
  • 96 Hp., Vict. 2, 48, 2 (voir Ael., NA 9, 52 ; reprise de Opp., H 1, 438 sq.).
  • 97 Ael., NA 9, 46 (ῥυάδες ὂνομα θαλαττίου ζᾡου).

23Pour désigner les poissons grégaires, outre l’adjectif ἀγελαῖος93, on trouve aussi chez Hippocrate οἱ πλανῆται [planêtai] <scil. ἰχθύες> (1), et chez Aristote οἱ δρομάδες [dromades] (2)94 et οἱ ῥυάδες [rhuades] (3)95 : “<les poissons> qui voyagent et sont ballottés par les flots (πλανῆτοι καὶ κυματοπλῆγες) ont une chair plus dure et plus lourde”96. Le dernier terme se trouve également chez Élien mais semble désigner une espèce particulière de poissons97.

  • 98 IA 713 b 10.
  • 99 HA 488 a 24.
  • 100 HA 488 a 25.
  • 101 Ibid.

24Le pluriel τά τρωγλοδυτικά [trâglodutika] (3) désigne en trois endroits, chez Aristote, des animaux qui “gîtent dans des trous” ou qui “s’enterrent” : “ceux qui gîtent dans un trou, parmi les quadrupèdes ovipares, tels que les crocodiles, les lézards, les stellions, les tortues d’eau douce et les tortues terrestres”98. Cette catégorie vague comprend presque tous les insectes (ἂναιμα τῶν ὑποπόδων)98. Ils sont distingués des animaux qui vivent à la surface de la terre, ὑπέργεια [hupergeia] (l)99 et peuvent être opposés, dans la mesure où ils font partie de “ceux qui font des trous”, τρηματώδη [trêmatôdè] (l)100, aux animaux qui n’en font pas : ἂτρητα [atrêta] (l)101.

  • 102 HA 488 a 32. Tous ces adjectifs concernent au premier chef les animaux terrestres, mais certains s (...)
  • 103 HA 488 a 33. Outre les oiseaux et les quadrupèdes vivipares, ont une voix les monstres marins comm (...)
  • 104 HA 488 a 33. Les céphalopodes, les crustacés, {les testacés}, la plupart des poissons (HA 535 b 14 (...)
  • 105 HA 488 a 34.
  • 106 HA 488 a 33 : il s’agit de l’homme (HA 536 b 1) ; et de certains oiseaux (HA 536 a 21).
  • 107 HA 488 a 34-35 pour tous les termes. Aucun de ces adjectifs n’est employé de façon substantivée.
  • 108 Les cigales en font partie bien qu’elles n’aient pas de voix (HA 535 b 6 ; cf. Ael., NA 1, 20).
  • 109 Ael., NA 14, 30 ; voir ibid. 1, 20 : “les autres oiseaux chanteurs (τῶν ᾠδικῶν ὀρνέων) ont une bel (...)

25Dans un passage consacré aux bruits Aristote distingue les animaux “qui émettent des bruits”, ψοφητικά102, “ceux qui ont une voix”, φωνήεντα103, ceux qui sont “aphones”, ἂφωνα104 ; et parmi ceux qui ont une voix, “ceux qui n’articulent pas”, ἀγράμματα105, et “ceux qui ont un langage articulé”, ὃσα ἒχει διάλεκτον106. Et encore les bavards : κωτίλα ; les taciturnes : σιγηλά ; les non chanteurs ἂνῳδα107 ; et les chanteurs : ᾠδικά108. Ce dernier groupe semble avoir quelque consistance puisque Élien y fait référence à deux reprises : “<Annon>” acheta une grande quantité d’oiseaux, parmi les <oiseaux> chanteurs, et il les éleva dans l’obscurité en leur inculquant une seule leçon, qui était de dire : “Annon est un dieu”109.

  • 110 HA 488 a 20-22.

26Il distingue aussi dans le même passage des animaux “chasseurs”, θηρευτικά ; des animaux “thésauriseurs”, θησαυριατικά ; des animaux “qui ont un domicile”, οἰκητικά ; et d’autres qui n’en ont pas, ἂοικα110 ; etc.

Notes

1 Arist., HA 505 a 18 & 507 a 16.

2 Pour la légende, voir Antig. 21 ; Plu. 494 c 1 ; Id. 982 a 1 ; Horap. 2,110, 2.

3 Anaxim., Fr. A 30, 12, ap. Plu. 730 e (cf. Anaxim., Fr. A 11 et Censorinus, die natali 4, 7).

4 En tout onze poètes comiques utilisent ce mot, ce qui est un signe sûr de popularité.

5 Gal., Aliment. fac. 6, 727, 12 ; cf. ibid. 6, 726, 16.

6 Sans doute en raison de leur peau, ils sont par ailleurs associés aux céphalopodes, comme les sélaciens en général (Arist., Fr. 324, 2 ; Anaxandride, Fr. 41, 52 ; Arist., HA 508 b 17).

7 Arist., HA 489 b 6 ; voir Ar.Byz., Épit. 1, 2 ; Thphr., HP 7, 14, 3 (γαλεῶν καὶ ῥινῶν).

8 Voir HA 566 а 28 (οί μὲν οὖν γαλεοὶ καὶ οἱ γαλεοειδεῖς, ... καὶ οἱ πλατεῖς ἰχθύες ; ibid. 511 a 4 & 540 b 19 & 565 b 23 ; cf. Hp., Affect. int. 12, 70.

9 L’ange de mer (ῥίνη), qui présente pour les scientifiques contemporains un stade intermédiaire entre les raies et les squales est défini comme un “sélacien squale rugueux” (HA 565 b 25 ; voir Arist., Fr. 310, ap. Ath. 7, 294 d (cité infra) où l’ange est compté parmi les squales ; cf. Opp., H 1, 380. Même la raie (βατός) est parfois presque assimilée aux squales (HA 565 a 27 & b 28).

10 Gal., Aliment. fac. 6,727, 8(εἶδος signifie ici espèce et forme extérieure ; cf. Opp., H 1, 379).

11 Arist., Fr. 310, ap. Ath. 7, 294 d. Sont également nommés dans cette classe l’ἀστερίας (Arist., HA 543 a 17 & 566 a 17), le γλαυκός (Hp., Affect. int. 1, 30) et τὰ σκύλια (Arist., HA 565 a 25) ; voir Ath. 7, 286 a.

12 Ael., NA 15, 11 (Ar.Byz., Épit. 2, 384) ; cf. Opp., H 4, 243 (γαλεοί τε κύνες).

13 Ath. 7, 294 c-295 b. Athénée hésite à ranger parmi eux l’esturgeon (ἀκκιπήσιος, ibid. 7, 294 f).

14 Ils sont vendus déjà écorchés (Archippos, Fr. 25, 2) et consommés dans une sauce aux herbes (voir Antiph., Fr. 222, 3) ; on appelle aussi ces poissons “ceux qu’on mange à la mayonnaise” (ὂσα τε τῶν γενῶν І ἐν ὀξυλιπάρμῳ τρίμματι σκευάζεται : Timocl., Fr. 451 ap. Ath. 7, 295 b).

15 Mis à part ὁ παρὰ ’Ρωμαίοις ἓνδοξος γαλαξίας, les galéoi ont la chair dure (Gal., Aliment, fac. 6, 727, 15).

16 Cf. Φωλεός et Φωλάς = qui vit dans des trous (Théoc. 1, 115).

17 Ce phénomène est lié à l’intermittence de l’apparition de ces animaux – selon les saisons (voir Arist., GA 684 a 14 sq. et Ath. 8, 354 a).

18 Arist., GA 783 b 11. Il ajoute un peu plus loin que, contrairement aux cheveux, les poils, les plumes et les feuilles repoussent (ibid. 784 a 12).

19 Voir aussi Arist., HA 600 a 18 : “hibernent indistinctement des oiseaux à serres recourbées et des oiseaux à ongles droits”.

20 Thphr., HP 1, 3, 8 (κσθςσπρτ οἳ τε ἒλαΦοι τὰ κέρατα).

21 Voir D.L. 5, 44, 2.

22 Thphr., Fr. 177, ap. Ath. 3, 105 d.

23 Arist., GA 783 b 24 : “<la chute des feuilles> a lieu en hiver comme pour les animaux qui hibernent (τοῖς Φωλεύουσι τῶν ζᾡων) : ils ont, en effet, une nature moins humide et moins chaude que l’homme”. Théophraste explique ainsi l’hibernation de la torpille (Thphr. ap. Ath. 7, 314 b ; cf. Gal., Hp. aph. 18 a, 172).

24 Gal., Nat.fac. 2, 116, 18. Voir Id., Loc. affect. 8, 416, 4. Mais les Φωλεύοντα comptent aussi des sanguins (Gal., Loc. affect. 8, 281, 18 ; voir ibid. 8, 299, 6).

25 Elle porte surtout sur des questions énergétiques (Gal., Ven. sect. 11, 183, 13 sq. ; Hp. aph. 17b 517) ; la nécessité de se nourrir malgré le ralentissement des fonctions vitales veut que ces animaux soient plus gras et plus froids (Gal., Temp. 1, 606, 12 ; voir Thphr., Fr. 171, 9 -τροΦῆς γὰρ ὀλίγης δεῖται-).

26 Arist., Mir. 835 a 16 ; HA 542 b 21 ; ibid. 617 b 25. Voir Cyranides 3, 13 (ἐρωδιός).

27 Le traité de Théophraste devait en signaler un certain nombre. Voir HA 599 a (οί Φωλοῦντες) ; ibid. 534 a 16 ; ibid. 599 b 1 ; Ael., NA 9, 38. Sur les poissons qui hibernent, voir Strömberg, 1943, p. 83 sq.

28 C’est le seul poisson qui hiberne... l’été : Arist., Fr. 326, 6, ap. Ath. 7, 315 e.

29 Arist., Fr. 327, 7, ap. Ath. 7, 315 a.

30 Thphr., Fr. 178, ap. Ath. 7, 314 b.

31 Gal., Ther. 14, 264, 8 ; Nic., Alex. 523 ; Théoc. 24, 85. Pour les serpents, le terme évoque aussi leur retraite ordinaire : Lucien distingue ainsi “les serpents qui s’enfouissent et gîtent dans les profondeurs du sable et ceux qui évoluent à la surface de la terre” (Luc., Dips. 3, 8).

32 HA 628 a 8.

33 HA 552 a 17.

34 HA 542 a 29.

35 Arist., HA 503 b 27 ; ibid. 547 a 14 ; cf. Ath. 3, 89 b.

36 Ils hibernent surtout l’été, sur la terre et dans les arbres (Thphr., Fr. 176 ap. Ath. 2, 63 c).

37 Arist., HA 579 a 26 ; Mir. 835 a 31.

38 HA 503 b 27. Timothée (Tim. Gaz. 47, 8) ajoute deux lacertiens (ἀσκαλαβῶται, γαλεῶται).

39 Ael., NA 10, 21.

40 HA 544 a 8.

41 HA 579 b 30. Voir Clem. Al., Paed. 2, 10, 88 : “Le lièvre couvre sa femelle en toute saison et, quand elle est tapie à côté de lui, il la saisit en venant à elle par l’arrière. Cet animal en effet saillit par derrière (ὀπισθοβατικόν-sic-)”.

42 HA 579 a 32 ; Ar.Byz., Épit. 2, 136.

43 HA 546 b 1 ; Ar.Byz., Épit. 2, 446.

44 Ar.Byz., Épit. 2, 409.

45 HA 500 b 15 ; voir PA 689 a 34 ; HA 539 b 22 : “ils s’unissent croupe contre croupe (πυγηδόν)”.

46 HA 540 a 24.

47 GA 720 b 10 ; voir HA 541 b 21 ; Ath. 3, 105 c.

48 HA 540 a 24.

49 Mais Aristote ne les identifie pas aux ὀπισθουρητικά car ils leur sont toujours comparés.

50 PA 689 a 32 (ὀλίγα ἐστὶν ὀπισθουρητικὰ μώνυχον δ’οὐδέν ἐστιν ὀπισθουρητικόν).

51 HA 540 a 27.

52 HA 540 a 32.

53 HA 540 b 6.

54 HA 540 b 22.

55 HA 541 b 34.

56 HA 541 b 1.

57 HA 509 b 3.

58 Arist., HA 490 b 34-491 a 3. Arist. (8), Thphr. (6), Ar.Byz. (1), Alex. (1).

59 Ar.Byz., Épit. 1, 14. Théophraste les oppose aux ruminants (HP 3, 10,2 ; voir ibid. 2, 7, 4) ; il reprend exactement le mot ὐποζύγιον (Arist., Pr. 895 b 12 et 15 ; cf. Thphr., HP 5, 7, 6 : τὰ ζυγὰ ρῶν λοΦούρων).

60 Les autres occurrences du mot se trouvent chez Philon où l’adjectif désigne les sacrifices expiatoires...

61 Arist., HA 488 b 4.

62 Ainsi au sujet de la biche (Ar.Byz., Épit. 2, 485), la perdrix (Arist., HA 613 b 26 ; Antig. 39), le corbeau (οὐκ ὰϕροδισιαστικóς : Arist., GA 756 b 25 ; ibid. 114 a 15), la jument, les chattes (Arist., HA 540 a 12), les hommes (Arist., HA 582 a 22 ; Id., GA 774 b 2), les coqs (Ath. 9, 391 d), les boucs (Gai., Temp. 1,624,10).

63 On trouve le doublet βληχητικóς. (1) pour désigner le bélier (Basile, Hom. Psalm. 29, 281).

64 Ael., NA 2,54. Voir Suid. A 2030 et Σ 541 qui renvoie explicitement à Élien.

65 Arist., HA 488 a 13.

66 HA 488 a 14.

67 Arist., Fr. 345, ap. Ath. 9, 392 b.

68 Arist., HA 623 b 7.

69 Voir l’analyse faite en HA 546 b 18 sq.

70 HA 547 b 11.

71 Arist., HA 546 b 26.

72 Voir GA 761 b 31 : “les buccins, les pourpres et les coquillages dont on dit qu’ils sécrètent leur cire (τὰ λεγóμενα κηριάζειν), émettent des liquides gluants qui sont comme les produits d’une substance séminale. Mais aucun ne doit être considéré comme du sperme” (voir HA 546 b 18 sq.).

73 Ael., NA 12, 32.

74 HA 487 b 7 (voir GA 715 a 26).

75 Arist., HA 488 a 1.

76 Ibid.

77 Arist., HA 488 a 11.

78 HA 487 b 14. Les deux formes sont presque synonymes : “beaucoup d’animaux restent attachés à la même place et n’ont pas de mouvement autonome”, πολλὰ τῶν ζῴων μóνιμα καὶ ἀκίνητα (An., 432 b 20). L’adjectif ἀκίνητος (voir Arist. Phys. 261 a 16, pour les plantes) est substantivé deux fois : HA 528 b 16 & 535 a 24.

79 HA 487 b 6.

80 PA 683 b 5 (τῶν ὀστρακοδέρµων µóνιµος ἡ φύσις) ; voir Id., An. 410 b 19.

81 HA 537 b 25.

82 HA, 487 b 7. Aristote donne l’exemple des ὂστρεα.

83 HA 535 a 24 (τῶν δἐ πορευτικῶν ἐχῖνος, τῶν δ’ ἀκινήτων τήθυα καὶ βάλανοι).

84 HA 621 b3 (voir HA 487 b 14).

85 Les chiffres donnent le nombre d’emplois zoologiques du terme. Mais deux de ces termes sont très usités : νυκτερινóς (215/460), νυκτερóβιος (1/2) et ἡµερινóς (98/180).

86 Voir aussi τὰ νυκτίνοµα (...τῶν σαρκοφάγων) = les rapaces nocturnes (Plu. 286 b 9).

87 Ar.Byz., Épit. 1, 23. Voir Dyonis., Av. 3, 17 (τὴν γλαῦκα γὰρ τὸ νυκτερινὸν ὂρνεον).

88 Arist., HA 488 a 25 ; voir ibid. 592 b 8 (νυκτικόραξ, γλαῦξ, βύας) ; voir Arist. Fr. 355 ap. Ath. 9, 390 f (ό ὦτος <...> οὐκ ἒστι νυκτερινός).

89 Thphr., Fr. 171, 8 ; voir aussi ibid. 12. Le mot ὀρυκτός (136/199) a de nombreuses autres acceptions.

90 Paradox, palat. 11.

91 Arist., HA 532 a 28 ; voir ibid. 622 b 30 ; PA 683 a 33.

92 Mich., in PA 1, 79, 12 (“les pattes postérieures sont plus grandes pour qu’ils puissent se soulever de terre : le fait est très net chez les animaux sauteurs (τῶν πηδητικῶν), comme les sauterelles et les puces”).

93 Voir Opp., H 1, 440 (οἱ μέν πλάζονται... οἳ τ’ ἀγελαῖοι | κέκληνται).

94 HA 488 a 6 : “de nombreuses espèces de poissons qu’on appelle nomades (δρομάδας)” ; voir ibid. 570 b 21 (οί καλούμενοι δρομάδες).

95 Voir HA 534 a 27 & 543 b 14. L’expression οἱ χύτοι, également employée par Aristote, désigne dans le vocabulaire des pêcheurs les poissons “que l’on attrape au filet” (voir HA 543 a 1 : καλοῦνται δέ χυροί οί τῷ δικτύῳ πετιεχόμενοι).

96 Hp., Vict. 2, 48, 2 (voir Ael., NA 9, 52 ; reprise de Opp., H 1, 438 sq.).

97 Ael., NA 9, 46 (ῥυάδες ὂνομα θαλαττίου ζᾡου).

98 IA 713 b 10.

99 HA 488 a 24.

100 HA 488 a 25.

101 Ibid.

102 HA 488 a 32. Tous ces adjectifs concernent au premier chef les animaux terrestres, mais certains sélaciens aussi “émettent des bruits” (voir HA 535 b 24).

103 HA 488 a 33. Outre les oiseaux et les quadrupèdes vivipares, ont une voix les monstres marins comme le dauphin (HA 535 b 33), et les ovipares sanguins comme le serpent, la grenouille, la tortue (HA 536 a 4).

104 HA 488 a 33. Les céphalopodes, les crustacés, {les testacés}, la plupart des poissons (HA 535 b 14). On dit pourtant, maladroitement, que certains poissons ont une voix (HA 535 b 16 ; voir Arist., HA 535 b 21).

105 HA 488 a 34.

106 HA 488 a 33 : il s’agit de l’homme (HA 536 b 1) ; et de certains oiseaux (HA 536 a 21).

107 HA 488 a 34-35 pour tous les termes. Aucun de ces adjectifs n’est employé de façon substantivée.

108 Les cigales en font partie bien qu’elles n’aient pas de voix (HA 535 b 6 ; cf. Ael., NA 1, 20).

109 Ael., NA 14, 30 ; voir ibid. 1, 20 : “les autres oiseaux chanteurs (τῶν ᾠδικῶν ὀρνέων) ont une belle voix et émettent des sons harmonieux avec leur langue, à la manière des hommes ; seules les cigales émettent leur stridulation incessante (λαλίστατοι) à partir de leurs flancs” (et Ael., NA 4, 13).

110 HA 488 a 20-22.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540