Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Concurrences et controverses

Les mutins de 1917 dans l’espace public ou les temporalités d’une controverse (1998- ?)1

Nicolas Offenstadt

Texte intégral

  • 1 Nous complétons et actualisons ici des analyses présentées dans, N. Offenstadt, Les Fusillés de la (...)
  • 2 S. Audoin-Rouzeau, « La Grande Guerre, le deuil interminable », Le Débat, n° 104, mars-avril 1999, (...)
  • 3 Cf. pour notre sujet, F. Audrenet alii, « Temps, histoire et historicité : un point de vue historie (...)

1Les historiens le constatent souvent, la Grande Guerre semble occuper une place croissante dans l’espace public contemporain2. Une fois le constat établi, il est moins aisé de qualifier l’historicité du phénomène ? Ce regain d’intérêt procède-t-il d’une nouvelle configuration du rapport au temps dont la Grande Guerre ne constitue qu’un élément (autour d’une « crise du présent du futur », d’une repentance à large spectre etc.) ? Avons-nous aussi à faire à une mémoire propre qu’il convient de situer, avant tout, dans le temps long, irrégulier et parfois mal cerné de la construction mémorielle du Premier conflit mondial touchant à la fois les identités familiales et locales ? Comme souvent, la controverse est un bon observatoire des changements de configurations sociales et culturelles. Elle met à nu des enjeux plus opaques en temps ordinaire3. C’est pourquoi, pour donner des éléments de réponse aux questions avancées, la polémique produite par le discours de Lionel Jospin, alors Premier ministre, sur les soldats de 1917 (Craonne, 5 novembre 1998) apparaît comme un lieu pertinent, d’autant plus que les acteurs de la controverse eux-mêmes ont situé leurs discours dans différentes temporalités.

À Craonne, sur le plateau…

  • 4 C. Carlier, « Les cérémonies nationales commémoratives du 80e anniversaire de la Grande Guerre, 19 (...)

2La commémoration du 80e anniversaire de l’armistice prévoyait tout un ensemble de cérémonies4 mais celle de Craonne eut un goût particulier. Dans son discours du 5 novembre 1998, Lionel Jospin a souhaité que les soldats « fusillés pour l’exemple », « épuisés par des attaques condamnées à l’avance, glissant dans une boue trempée de sang, plongés dans un désespoir sans fond », qui « refusèrent d’être des sacrifiés », victimes « d’une discipline dont la rigueur n’avait d’égale que la dureté des combats, réintègrent aujourd’hui, pleinement, notre mémoire collective nationale ». Ces quelques mots ont suscité une polémique nationale, prolongée à l’étranger, comme en témoignent les propos du ministre italien de la Défense.

  • 5 Du choix du lieu, R. Riquier dira « C’était quand même bien pour la gauche, on était dans un conte (...)

3Avant de reprendre ces lignes tant commentées, il convient de souligner qu’elles ne constituent qu’un court passage d’un discours beaucoup plus long. Que dit d’autre le Premier ministre ? Il évoque d’abord le lieu même du Chemin des Dames. Cette attention dépasse la simple formule de circonstance. En effet, le Premier ministre crée une rupture en se rendant à Craonne – lieu symbole de la terrible offensive Nivelle5 et de ses suites (les mutineries notamment) – qui avait été largement tenu à l’écart des commémorations officielles comme l’ont rappelé les journaux locaux et nationaux à cette occasion. La visite de René Monory, Président du Sénat, en avril 1997, est à cet égard éclairante : le Sénateur centriste visite plusieurs parties du Chemin des Dames mais évite Craonne. Le journaliste de L’Union pointe ce trajet trop officiel à son goût :

  • 6 F. Littamé, « Monory, éclaireur de l’Europe sur le Chemin des Dames », L’Union, 27 avril 1997.

En se rendant d’un site à l’autre, la caravane des officiels a évité Craonne, tout juste effleuré Craonnelle. Le premier village représente en effet le symbole de l’hécatombe humaine d’avril 17, quand les poilus se sont élancés vers la mort sur les pentes escarpées de la crête axonaise. Son nom tabou reste associé à la boucherie et arpenter son territoire équivaut à refaire surgir de terre les vieux démons de l’État : la faute impardonnable de ses généraux d’alors, au premier rang desquels figure Nivelle6.

  • 7 Entretien avec R. Riquier, cité.

4Raymond Riquier, auteur du discours du Premier ministre, dit encore « C’était un endroit maudit »7.

  • 8 Il y a quatre autres œuvres de création qui font partie de la commande publique pour cette commémo (...)

5Le Premier ministre, après cette entrée en matière, évoque la sculpture d’Haïm Kern qu’il vient inaugurer8 et qui ornera désormais le plateau de Californie. C’est ensuite le fameux hommage à « tous les soldats de la République » et aux fusillés en particulier qui se prolonge par des réflexions sur les anciens combattants. Le discours insiste, assez longuement, sur les commémorations du 80e anniversaire (hommages aux troupes coloniales, cérémonies bilatérales) puis rappelle les destructions dans les départements du front. Le propos se conclut par un éloge de la paix et de la construction européenne.

6Noël Genteur, le maire de Craonne, dans son discours qui précède celui de Lionel Jospin, tient des propos sans fard :

Reconnaître les fautes d’un État, facilite la réconciliation entre les peuples. L’opinion publique a besoin de savoir, d’être éclairée, à propos des zones sombres du XXe siècle. 80 ans après, le dossier de la Grande Guerre en général et du premier grand crime contre l’humanité en particulier, que fut l’offensive de 1917, attend toujours son dénouement.

7Comme chez le Premier ministre, le basculement se fait immédiat du passé à l’avenir. Évoquant les populations du Chemin des Dames, le maire dit : « Ils gardent la volonté de mettre en valeur leur patrimoine d’hier et manifestent le désir de créer celui de demain ». Les deux discours se font sans conteste dénonciateurs et mettent de la compassion dans la description des souffrances des poilus.

Mise en forme

  • 9 M. Abélès, Anthropologie de l’État, Paris, Armand Colin, 1990, p. 128-138.

8Cette journée du 5 novembre aurait-elle pu rester une performance supplémentaire d’un rituel de cohésion, le voyage en province ? Sans doute. Pourtant il n’en fut pas ainsi. L’attention se focalise sur la phrase évoquant les fusillés. Pourquoi ? Rien d’étonnant, de prime abord. Il est courant que les médias ne retiennent d’une tournée présidentielle ou gouvernementale que les « petites phrases » qui – selon leurs critères – semblent faire mouche9. Dans une large mesure, cependant, la presse a forgé l’événement, et de l’événement, fait une controverse. Le Monde choisit de consacrer la une de son édition datée du samedi 7 novembre au discours de Craonne en l’orientant exclusivement sur le passage en question. Le journal titre ainsi « La République honore les mutins de 1917 ». Une double formalisation est à l’œuvre. Lionel Jospin parlant à Craonne devient l’incarnation même de la République et le passage en question se transforme en hommage.

9Il paraît très vraisemblable que c’est cette même une du journal de référence des élites politiques qui a fait réagir la Présidence de la République et par là enclenché les discussions que nous allons aborder. Une dépêche AFP du 7 novembre rapporte :

La présidence n’a cependant décidé d’intervenir qu’au vu de l’importance accordée aux propos de M. Jospin, notamment par le journal Le Monde qui titrait en Une dans son édition datée de samedi : “La République honore les mutins de 1917”. À partir de là, le président ne pouvait pas ne pas intervenir, faisait-on valoir dans l’entourage présidentiel.

  • 10 Entretien avec R. Riquier, op. cit.

10De fait, son cabinet avait été largement tenu au courant du déplacement à Craonne et le Président n’a pas réagi lors du retour du Premier ministre10. C’est donc la formalisation de l’événement par le quotidien qui décide, en partie, de l’interprétation dominante de la journée, de son identité de controverse. Dès lors, les unes et les couvertures sur la « polémique » se multiplient. Pariant sans doute sur le succès des débats touchant à la Seconde Guerre mondiale, les médias reproduisent les mêmes recettes en favorisant la controverse. On ne doit pas, pour autant, neutraliser le discours du Premier ministre qui, assurément, rompt avec les traditionnelles célébrations de l’Armistice.

  • 11 Le Monde, 7 novembre 1998, p. 8 et Libération 7/8 novembre 1998, p. 2.
  • 12 Union pacifiste, 358, décembre 1998, p. 2.
  • 13 Cf. N. Offenstadt, « Le pacifisme extrême à la conquête des masses. La Ligue Internationale des Com (...)

11Comment expliquer ce discours de rupture, rupture par le choix du lieu et par les paroles prononcées ? La presse propose immédiatement un récit historicisé en rappelant la mémoire du père de Lionel Jospin, Robert11. Un récit partagé par les pacifistes12. Robert Jospin (né en 1899 dans l’Aisne) vécut une partie de son adolescence sous l’occupation allemande pendant la Grande Guerre dans les régions sinistrées. Par la suite, c’est au sein de la Ligue Internationale des Combattants de la Paix et de la SFIO que Robert Jospin trouve sa principale activité militante13. Son engagement se caractérise par la centralité de la paix, considérée comme un absolu. Le pacifiste est encore actif dans les années 80.

  • 14 Entretien avec R. Riquier, op. cit.
  • 15 Sur le rôle de Riquier dans le discours de Craonne cf. J.-M. Aphatie, « Un geste mûrement réfléchi (...)

12Le parti socialiste de François Mitterrand puis de Lionel Jospin ne peut guère s’inscrire directement dans cette filiation. Difficile d’établir un récit linéaire. En revanche, on imagine aisément une familiarité du fils avec les thèmes du discours paternel. La LICP avait défendu âprement la mémoire des fusillés. Or c’est Lionel Jospin qui a inséré lui-même, semble-t-il, le terme de « fusillés pour l’exemple » dans le discours14. Bien avant 1998, il devait être imprégné des discours critiques sur la conduite de la guerre. Certains membres de son cabinet avait aussi une sensibilité particulière aux souffrances de la guerre tel Raymond Riquier, chef adjoint du cabinet, très marqué par les régions du front, et, ainsi que le présente Le Monde, l’« inspirateur » et le « maître d’œuvre » de cette commémoration15.

  • 16 Entretien avec R. Riquier, op. cit. « Quand on va sur les champs de bataille, quand on va sur les (...)

13Si l’on peut constater une brisure à ce moment dans la mémoire étatique de la guerre, il n’en est rien si l’on observe celle d’autres types d’acteurs (militants, responsables locaux…). Elle s’inscrit en effet dans un phénomène plus large sans doute bien perçu par les responsables de la cérémonie16. Jean-Pierre Masseret, le secrétaire d’État chargé des anciens combattants plaide aussi pour des commémorations nouveau genre. Il déclare que les commémorations ne peuvent :

s’arrêter, au risque de se scléroser, aux manifestations symboliques du souvenir (...) elles sont aujourd’hui insuffisantes pour offrir des repères aux jeunes générations.

  • 17 J.-P. Masseret, « Pour une mémoire de la citoyenneté combattante », Le Monde, 11 novembre 1998.
  • 18 Ce point est traité en détail in N. Offenstadt, Les Fusillés… op. cit., p. 176 et suiv.

14Il convient, selon le secrétaire d’État, de prêter attention au calvaire des populations civiles, aux prisonniers, aux « malgré-nous » etc. Il faut faire vivre la mémoire par de nouvelles initiatives et le « décloisonnement des mémoires nationales »17. On constate, pour s’en tenir au cas des fusillés, que, dans les années 1990, leur mémoire, à travers le développement d’un souvenir ancré localement (commémorations, inscriptions de noms dans des lieux publics), revient dans l’espace public18.

  • 19 O. Ihlin Le Journal du CNRS, novembre 1998, p. 24.

15Par ailleurs il semble que la commémoration prenne un petit air frondeur. Plusieurs médias (presse, radio ou télévision) présentent une version « critique » de la guerre. Un tournant commémoratif se dessine dont le Premier ministre est un acteur majeur. Avec le discours de Craonne, pour la première fois depuis longtemps, le 11-Novembre n’est pas une « Toussaint politique »19.

La droite et les mutins

16Ce tournant commémoratif ne suscite pas l’unanimité. Plusieurs représentants de la droite, surtout du RPR, et de l’extrême-droite dénoncent le propos et les intentions du Premier ministre (B. Mégret, FN, juge « scandaleuse » la déclaration de L. Jospin). Mais ces condamnations semblent ne pas pouvoir se dispenser d’une reconnaissance du « drame humain incontestable » (Nicolas Sarkozy) vécu par poilus, mutins et fusillés. C’est de cette dualité de discours dont il convient de rendre compte : attaque des propos tenus à Craonne et reconnaissance des souffrances endurées. Les dénonciations du discours de Craonne empruntent principalement trois chemins parallèles : le registre de l’honneur, une pragmatique de la défense, l’opposition des bons et des mauvais soldats.

17Quelques parlementaires RPR tentent de placer – sans être beaucoup suivis – la polémique sur le terrain de l’honneur. Jacques Godfrain demande au Premier ministre de venir s’expliquer à l’Assemblée sur les paroles qui « ont souillé l’esprit de ce pays ». L’explication demandée au Premier ministre devrait en quelque sorte faire office de rite de purification. Il faut effacer la transgression, revenir à l’ordre.

  • 20 Sur l’usage analogique de la référence historique et les autres usages disponibles, cf. N. Offenst (...)

18Ces discours cependant ne sont pas dominants parce que les classifications qui soutiennent l’ordre social n’apparaissent pas réellement ébranlées par les propos de Craonne. Valéry Giscard d’Estaing, évidemment en lien avec les concurrences au sein de la droite, peut ainsi trouver « justifiée » la déclaration du Premier ministre. Les critiques de l’« hommage » aux mutins usent plutôt, par analogie, d’une pragmatique de la défense nationale20. Que se serait-il passé si tous les soldats s’étaient mutinés ? Le propos de Jospin s’avère dangereux pour l’avenir. Jean-Louis Debré et René Galy-Dejean (RPR) disent s’inquiéter d’un discours « de nature à justifier dans l’avenir des actes de mutinerie qui ne pourraient qu’être préjudiciables à la défense des intérêts supérieurs du pays et à la sécurité des Français » et l’on retrouve cette inquiétude chez Philippe Séguin. La « remontée aux principes » permet une attaque qui ne se fonde guère sur les événements eux-mêmes.

19Le troisième registre d’attaque procède par décalage. Il oppose, autre récit, les bons soldats, ceux qui ont « tenu », aux mutins. La Présidence de la République fournit le modèle discursif dans l’intervention qui suit le discours de Craonne en séparant les mutins des autres combattants :

Au moment où la nation commémore le sacrifice de plus d’un million de soldats français qui ont donné leur vie entre 1914 et 1918 pour défendre la patrie envahie, l’Élysée trouve inopportune toute déclaration publique pouvant être interprétée comme la réhabilitation de mutins.

20Bruno Mégret oppose « ceux qui ont failli et ceux qui ont accompli leur devoir ».

  • 21 L. Boltanski, La Souffrance à distance, Paris, Métailié, 1993, p. 69-70.
  • 22 Souligné par nous.

21Quelles que soient les critiques émises par la droite ou l’extrême-droite, force est de constater qu’il leur semble impossible d’éviter des propos de compassion. Les propos sur la souffrance ne peuvent s’affranchir de « contraintes morales », en rester à la simple description21. Celui qui parle doit se rendre présent dans le discours sous peine d’être taxé d’inhumanité. De fait, les discours de droite ne cherchent pas, dans l’ensemble, l’extériorité. Charles Millon s’engage explicitement : « autant je comprends qu’on puisse comprendre, autant je comprends qu’on puisse pardonner, autant je ne comprends pas qu’on puisse réhabiliter »22. Bref, énoncer « la souffrance à distance » (historique) implique de se conformer à des règles du discours qui transcendent les positions politiques. Pour la droite, il convenait de critiquer la gauche tout en respectant ces règles.

Les Mutins en série

  • 23 Sur cet usage du temps dans la mise à l’épreuve, cf. B. Lepetit, « Le présent de l’histoire », in (...)

22Ces discours témoignent de récits qui peuvent se rejoindre sur la description de la souffrance, sur des considérations « humaines ». Les critiques en appelant à l’ordre civique restent isolées. Il faut alors, pour renforcer l’attaque, se déplacer sur des enjeux plus discriminants23. La droite convoque la période de Vichy. Sous une forme ou une autre, des élus de droite assimilent les mutins aux « collabos » de 1940. Philippe Séguin feint de se demander où vont s’arrêter les « réhabilitations » de la gauche.

S’agissant de Vichy, est-ce qu’il s’agit de réhabiliter les Waffen SS, les gens qui ont adhéré aux partis de Doriot et de Déat, et en particulier peut-être des personnalités de gauche, des miliciens, des collaborateurs moyens. Pour la guerre d’Algérie, il s’agit je suppose des clandestins, mais lesquels, ceux de droite, ceux d’extrême-gauche ?

23Jacques Godfrain tient le même langage. Puisque les mutins suscitent compassion et sympathie, le discours, pour gagner en force, déplace l’enjeu vers des acteurs plus contestés de l’histoire. Une veuve de guerre (d’Indochine) écrit ainsi au Premier ministre en novembre :

  • 24 Double conservé à la Marie de Craonne.

Or, on n’arrête pas depuis quelques années de remuer la fange (procès Papon, PACS, Chemin des Dames… et j’en passe), d’attiser la haine entre les Français…24

  • 25 Cf. Libération, 16 novembre 1998, p. 3.
  • 26 D. Baupin, « Devoir de mémoire, devoir de parole », Vert contact, 519, 5-11 décembre 1998.
  • 27 L’Humanité, 7 novembre 1998.

24Les Verts, eux, se déplacent vers la Guerre d’Algérie, tel Daniel Cohn-Bendit qui explique à la télévision qu’il convient désormais de se pencher « sur les déserteurs de la guerre d’Algérie »25. Ce déplacement vers l’aval fait le pendant à la faible présence des Verts dans le débat sur les mutins et fusillés, eu égard à leurs engagements anti-guerres, et témoigne de leurs caractéristiques propres. La Guerre d’Algérie, enjeu qui s’ancre dans la mémoire des contemporains, s’insère aisément dans l’ensemble de leur lutte, de la défense des pays du Sud à l’antiracisme. L’éditorial de Denis Baupin dans le journal des Verts est à cet égard éclairant. Les mutins fusillés prennent place aux côtés des victimes kanakes, de celles de la dictature de Pinochet. L’auteur enchaîne un peu plus loin sur les « mutins » de 1998 : « les sans-papiers »26. Bref, les Verts contemporéanisent plus que d’autres la polémique sur les mutins. Du côté communiste, la mise en perspective historique et l’analyse des mutineries vont de pair. Charles Silvestre considère que les mutins « ont ouvert le grand livre de la révolte contre l’ordre imbécile ». Défilent alors les résistants à Vichy, les marins et dockers contre la Guerre d’Indochine puis les insoumis et opposants à la Guerre d’Algérie27.

  • 28 À l’Assemblée Nationale, dépêche AFP, 7 novembre 1998.

25Les réponses de la gauche gouvernementale aux différentes mises en cause passent par la « dépolitisation » de l’affaire et l’euphémisation du discours, déniant en quelque sorte le statut de controverse au débat. Au sein du cabinet, on rappelle qu’il ne s’agit pas d’une véritable « réhabilitation » mais d’un» souhait inspiré par le sens de l’humanité ». À Craonne, le Premier ministre n’aurait pas tenu des propos politiques mais un discours humain. Paul Quilès tient à clarifier les choses : « je n’ai pas eu un seul instant le sentiment qu’il s’agissait de glorifier la désobéissance »28. Lionel Jospin répond à ses critiques sur le même mode. Il affirme avoir dit simplement des « choses humaines, justes et nécessaires » et ne veut pas se répandre en commentaires. Il apparaît clair que le gouvernement, à la différence des médias, ne cherche pas à faire du discours un enjeu de polémique, – ce que confirme Raymond Riquier –, au-delà des réponses obligées aux accusations de l’opposition. Deux éléments peuvent expliquer cette attitude apaisante. Sans doute, le gouvernement tient-il à préserver l’équilibre de la cohabitation, même si la controverse s’insère aussi dans la concurrence pour la représentation de l’État qui emprunte ici le terrain historique (on se rappellera les propos de Jacques Chirac sur les « fautes » de l’État sous l’occupation, 1995). D’autre part la continuation des débats impliquerait de sérieuses discussions sur les mutineries, les exécutions, la discipline et la désobéissance pendant la guerre qui risqueraient de gauchiser l’image du gouvernement alors même que la droite l’accuse d’avoir satisfait, à Craonne, l’aile « pacifiste » de la majorité.

Légitimations

  • 29 F. Hartog, J. Revel, « Note de conjoncture historiographique », in Les usages politiques du passé, (...)
  • 30 F. Audrenet alii, art. cit.

26Les historiens semblent être restés relativement en retrait du débat. Comme en bien d’autres cas, ils « n’en ont plus la maîtrise »29. Leur présence effective s’est montrée plus discrète que leur invocation par les acteurs politiques et médiatiques pour trancher entre des récits divergents30. Pour clore la discussion, Lionel Jospin, à Lyon (9 novembre), en appelle à leur caution :

Tous les documents publiés depuis, les témoignages des historiens, la façon dont se sont exprimés les quelques survivants du Chemin des Dames ont montré que, tout simplement, j’avais dit des choses humaines, justes et nécessaires.

  • 31 Libération, 7/8 novembre 1998, p. 2.

27La parole a été notamment donnée à trois historiens : Guy Pedroncini, Jean-Jacques Becker et Pierre Miquel. Guy Pedroncini, le meilleur connaisseur de la question, bien que très proche de l’armée, a déclaré qu’il partageait l’opinion du Premier Ministre31. Son intervention dans l’ensemble est restée discrète. Jean-Jacques Becker est interrogé dans Le Monde daté du 7 novembre puis par La Voix du Nord. Comme Guy Pedroncini, il :

  • 32 La Voix du Nord, 10 novembre 1998, p. 26.

... trouve la déclaration de M. Jospin acceptable à 95 % (...) Pourquoi 95 % ? J’aurais préféré qu’il emploie le mot condamnés plutôt que l’expression “fusillés pour l’exemple”, trop forte et trop connotée si l’on s’en tient au strict contexte de l’époque32.

  • 33 Les sources montrent pourtant que la volonté de faire des « exemples » guide encore, pour une part (...)
  • 34 L’Humanité, 11 novembre 1998.

28Il précise le propos dans Valeurs actuelles (14 novembre) qui titre rapidement : « Jean-Jacques Becker : Il n’y eut aucun fusillé pour l’exemple ». Il est vrai que l’historien, visiblement peu au fait de la question des exécutions, affirme qu’il « n’y eut pas de caractère exemplaire donné à ces exécutions… »33. Un troisième historien appelé comme expert par les journalistes est Pierre Miquel, bien connu du grand public : il souligne que les mutins n’étaient ni des « dégonflés », ni des « révolutionnaires ». Comme ses pairs, il trouve naturel qu’« ils aient place dans la mémoire de la guerre »34. Les historiens ont donc, dans l’ensemble, légitimé le discours du Premier ministre, donné force à son récit.

Le national et le local

  • 35 Marianne, 7-13 décembre 1998.
  • 36 A. Genestar, « Remue-mémoire », Le Journal du dimanche, 8 novembre 1998.

29Ces débats et discussions ont par ailleurs suscité un regain d’intérêt pour les « martyrs » de la guerre. Les courriers des lecteurs se peuplent de propositions en leur faveur. Un lecteur de Marianne affirme : « Il faut non seulement les réhabiliter mais les remercier officiellement, car leur action et leur sacrifice ont obligé le haut commandement à changer ses méthodes de combat ». Un autre souhaite leur réhabilitation qui « doit être réalisée absolument »35. La mémoire de la guerre reste une cause populaire où la parole de chacun peut s’exprimer. Alain Genestar, éditorialiste du Journal du Dimanche, illustre ce sentiment en considérant que : « L’initiative du Premier ministre a été saluée par tous les Français qui savent [...] que ces mutins étaient des martyrs »36.

  • 37 Union pacifiste, janvier 1999, p. 14.

30La prise de position du Premier ministre a réactivé l’engagement de la gauche pacifiste et antimilitariste. Il est frappant de constater que le gouvernement semble avoir occupé la place traditionnelle des mouvements protestataires qui se sont trouvés ainsi débordés. L’Union pacifiste – mouvement anti-système par excellence – écrit même : « Jospin nous a “doublés au poteau”, à Craonne »37.

  • 38 Le Télégramme de Brest, 12 novembre 1998, La Voix de l’Aisne, 12 novembre 1998, Le Monde, 22-23 nov (...)
  • 39 Cf. L’Écho du centre, 12 novembre 1998, « Les mutins de Riom », Le Figaro, 12 novembre 1998, La Mon (...)

31Dans le prolongement du discours du Premier ministre, plusieurs manifestations du 11-Novembre ont ainsi commémoré le destin tragique des fusillés. Un auditeur de France Inter a proposé de déposer des roses rouges aux monuments aux morts en souvenir des soldats exécutés. Il semble avoir suscité des émules ce 11-Novembre en lien avec le discours de Craonne : à Brest, à Saint-Quentin, à Tauves où le caporal Dauphin et François Brugière, deux soldats mutins, sont honorés par un bouquet anonyme de roses rouges38. Plus généralement, le discours de Craonne a stimulé la tradition des contre-commémorations : plusieurs cérémonies sont organisées autour de plaques ou monuments à la mémoire des fusillés39.

  • 40 L’Écho du Centre, 12 novembre 1998.
  • 41 Le Monde Libertaire, 3 décembre 1998.

32Si le discours de Craonne a provoqué des manifestations largement inédites, il a également renforcé les démonstrations autour des monuments aux morts à connotation pacifiste, amplifié le mouvement évoqué précédemment40. L’impulsion gouvernementale est nette : « Suite au discours de Jospin à propos des mutineries du Chemin des Dames, la Libre Pensée à rendu hommage aux mutins et déserteurs creusois dès 1915 »41.

  • 42 Cf. les discours transcrits in D. et P. Roy, Étude sur le monument pacifiste de Saint-Martin d’Estr (...)
  • 43 Sur ces enjeux, ou cette « crise de l’avenir », cf. la synthèse riche en références de P. Zawadzki(...)

33Cette commémoration des fusillés se prolonge au-delà du 11-Novembre et continue de nos jours pour les plus actifs. Incontestablement une nouvelle cérémonie se met en place renouvelant en quelque sorte les démonstrations de l’entre-deux-guerres lors des campagnes de réhabilitation : celle de l’hommage aux fusillés (même si des militants anti-guerre, lors de cérémonies précédentes, avaient déjà évoqué les mutineries de 1917 et les fusillés)42. L’effet Craonne s’est exercé en premier lieu sur les militants de gauche antimilitaristes. Il s’inscrit indéniablement dans les évolutions/disparition des « horizons d’attente » politiques (selon les termes, repris de Koselleck, proposés pour ce colloque) de ces derniers43.

  • 44 D’après la correspondance à ce sujet de Dauphin et d’Alain Orrière qui nous a été aimablement comm (...)

34Le discours de Lionel Jospin motive aussi des demandes de réhabilitation juridique, réactivant encore le combat des années vingt. Autour du souvenir du caporal Dauphin, de ses héritiers se sont rassemblés plusieurs militants de la mémoire. Ils s’évertuent, stimulés d’abord par l’émission de Daniel Mermet (novembre 1997) puis par les propos de Craonne, à obtenir sa réhabilitation en s’adressant aux autorités44.

35En France particulièrement, la disparition du service militaire obligatoire au profit d’une armée de métier ouvre un espace discursif nouveau, plus souple sans doute, pour les questions militaires, y compris du passé. Il convient par ailleurs de souligner que les controverses sur les années noires ou sur la manifestation du 17 octobre 1961 facilitent en quelque sorte tout retour sur de plus ou moins semblables « points chauds ». En ce sens, les débats sur la Grande Guerre ne peuvent s’en séparer.

  • 45 Le Monde, 11 novembre 1998, p. 16.
  • 46 La Raison, novembre 2002.

36Les évolutions politiques de temps long de l’Europe occidentale doivent enfin être prises en compte pour comprendre le rejeu des cérémonies aux mutins et aux fusillés. La baisse du militantisme partisan, la désyndicalisation, l’illégitimité croissante des engagements fondés sur la théorie politique ou « l’effondrement des contenus utopiques dans les représentations du temps » (P. Zawadzki), peuvent pousser à l’investissement politique du passé (Max Gallo souligne d’ailleurs que Lionel Jospin réactive « les mythes de la gauche » alors que les socialistes mènent une politique économique de privatisation et d’« union sacrée »45) ou contraindre des individus réformateurs à se replier sur les combats passés. Ils investissent alors les polémiques d’antan pour réactiver l’engagement présent. La Fédération Nationale de la Libre pensée ne vient-elle pas encore d’adresser (2002) une lettre aux autorités de la République demandant, « Justice pour les fusillés pour l’exemple », « Justice pour les mutins », en rappelant les propos de Craonne46 ?

37Dans cette utilisation politique du passé, les uns et les autres s’appuient sur le succès de « l’histoire » dans de larges couches de la population. L’intérêt pour la question des fusillés s’inscrit dans les mémoires communautaires, sans doute bien saisies par l’entourage du Premier ministre : familles, parenté, village… Le « revival » de l’histoire locale trouve dans la Première Guerre mondiale une abondante matière et l’on a dit son rôle dans la mémorialisation des fusillés. De nombreuses lettres écrites au maire de Craonne ou au Premier ministre expriment leur satisfaction de l’hommage aux mutins. Les discours publics sanctionnent officiellement des évolutions douces. Après tout, c’est bien là une fonction politique élémentaire que de formaliser et de légitimer des discours épars et parfois inachevés.

Notes

1 Nous complétons et actualisons ici des analyses présentées dans, N. Offenstadt, Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Paris, Odile Jacob, 1999, édition Odile Jacob poches, 2002, 352 p.

2 S. Audoin-Rouzeau, « La Grande Guerre, le deuil interminable », Le Débat, n° 104, mars-avril 1999, p. 117-130.

3 Cf. pour notre sujet, F. Audrenet alii, « Temps, histoire et historicité : un point de vue historien », in P. Laborier, D. Trom (dir.), Historicités de l’action publique, Paris, PUF, 2003, p. 521 et suiv.

4 C. Carlier, « Les cérémonies nationales commémoratives du 80e anniversaire de la Grande Guerre, 1918-1998 », Historiens et géographes, 369, février, 2000, p. 367-376.

5 Du choix du lieu, R. Riquier dira « C’était quand même bien pour la gauche, on était dans un contexte de confirmation avec les Régionales ». Entretien avec Raymond Riquier, Paris, 22 avril 2003.

6 F. Littamé, « Monory, éclaireur de l’Europe sur le Chemin des Dames », L’Union, 27 avril 1997.

7 Entretien avec R. Riquier, cité.

8 Il y a quatre autres œuvres de création qui font partie de la commande publique pour cette commémoration. Voir, malgré son approche esthétisante, le texte autobiographique d’A. Becker., in Cl Andrier, M.-Cl. Lavabre, D. Tartakowsky (éds), Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006.

9 M. Abélès, Anthropologie de l’État, Paris, Armand Colin, 1990, p. 128-138.

10 Entretien avec R. Riquier, op. cit.

11 Le Monde, 7 novembre 1998, p. 8 et Libération 7/8 novembre 1998, p. 2.

12 Union pacifiste, 358, décembre 1998, p. 2.

13 Cf. N. Offenstadt, « Le pacifisme extrême à la conquête des masses. La Ligue Internationale des Combattants de la Paix (1931-1939) et la propagande », Matériaux pour l’histoire de notre temps n° 30, janvier-mars 1993, p. 35-39.

14 Entretien avec R. Riquier, op. cit.

15 Sur le rôle de Riquier dans le discours de Craonne cf. J.-M. Aphatie, « Un geste mûrement réfléchi à Matignon », Le Monde, 7 novembre 1998, que nous avons complété par l’entretien cité.

16 Entretien avec R. Riquier, op. cit. « Quand on va sur les champs de bataille, quand on va sur les nécropoles, on voit bien ce qui est écrit dans les carnets. Moi j’en ai consulté des dizaines et des dizaines ».

17 J.-P. Masseret, « Pour une mémoire de la citoyenneté combattante », Le Monde, 11 novembre 1998.

18 Ce point est traité en détail in N. Offenstadt, Les Fusillés… op. cit., p. 176 et suiv.

19 O. Ihlin Le Journal du CNRS, novembre 1998, p. 24.

20 Sur l’usage analogique de la référence historique et les autres usages disponibles, cf. N. Offenstadt, « Guerres justes et usages du passé », Cahiers de la Villa Gillet, « Penser la guerre aujourd’hui », n° 16, 2002, p. 121-130.

21 L. Boltanski, La Souffrance à distance, Paris, Métailié, 1993, p. 69-70.

22 Souligné par nous.

23 Sur cet usage du temps dans la mise à l’épreuve, cf. B. Lepetit, « Le présent de l’histoire », in B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale. Paris, Albin Michel, 1995, p. 280.

24 Double conservé à la Marie de Craonne.

25 Cf. Libération, 16 novembre 1998, p. 3.

26 D. Baupin, « Devoir de mémoire, devoir de parole », Vert contact, 519, 5-11 décembre 1998.

27 L’Humanité, 7 novembre 1998.

28 À l’Assemblée Nationale, dépêche AFP, 7 novembre 1998.

29 F. Hartog, J. Revel, « Note de conjoncture historiographique », in Les usages politiques du passé, Enquête, Paris, Éd. de l’EHESS, 2001, p. 17, 21-22.

30 F. Audrenet alii, art. cit.

31 Libération, 7/8 novembre 1998, p. 2.

32 La Voix du Nord, 10 novembre 1998, p. 26.

33 Les sources montrent pourtant que la volonté de faire des « exemples » guide encore, pour une part, la répression des mutineries. De Victor Milleret, le général Gaucher écrit en août 1917 : « C’est un individu dangereux : son exécution s’impose dans l’intérêt de la discipline et de l’exemple », SHAT, 19 N 840. Cf. encore, 16 N 1522 à propos du soldat Debacker, in D. Rolland, La grève des tranchées, Paris, Imago, 2005, p. 54-55.

34 L’Humanité, 11 novembre 1998.

35 Marianne, 7-13 décembre 1998.

36 A. Genestar, « Remue-mémoire », Le Journal du dimanche, 8 novembre 1998.

37 Union pacifiste, janvier 1999, p. 14.

38 Le Télégramme de Brest, 12 novembre 1998, La Voix de l’Aisne, 12 novembre 1998, Le Monde, 22-23 novembre 1998.

39 Cf. L’Écho du centre, 12 novembre 1998, « Les mutins de Riom », Le Figaro, 12 novembre 1998, La Montagne, 12 décembre 1998.

40 L’Écho du Centre, 12 novembre 1998.

41 Le Monde Libertaire, 3 décembre 1998.

42 Cf. les discours transcrits in D. et P. Roy, Étude sur le monument pacifiste de Saint-Martin d’Estreaux et sur le maire Pierre Monot, Association Laïque des Amis du Monument Pacifiste de Saint-Martin d’Estreaux…, dactyl., 1997, p. 36 et sq.

43 Sur ces enjeux, ou cette « crise de l’avenir », cf. la synthèse riche en références de P. Zawadzki, « Malaise dans la temporalité. Dimensions d’une transformation anthropologique silencieuse », in P. Zawadzki (dir.), Malaise dans la temporalité, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 11-66, notamment, p. 37, 46, 49, 54.

44 D’après la correspondance à ce sujet de Dauphin et d’Alain Orrière qui nous a été aimablement communiquée par eux.

45 Le Monde, 11 novembre 1998, p. 16.

46 La Raison, novembre 2002.

Auteur

Université Paris I

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540