Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Concurrences et controverses

« Maudite soit la guerre ! ». Mémoires de conflit et conflits de mémoire : autour des cérémonies du 11-Novembre

Frédéric Rousseau

Texte intégral

1Chaque 11-Novembre, depuis plus d’une décennie, un certain nombre d’associations pacifistes réunissent leurs membres et sympathisants autour de monuments aux morts qu’elles ont estampillés « pacifistes ». De Sarajevo à Sarajevo, du Chemin des Dames à New York, Kaboul et Bagdad, ces mouvements établissent des passerelles entre les guerres du passé et celles du présent et font un usage politique de l’histoire. Ce papier se propose d’analyser le rapport à l’histoire du mouvement des Amis des monuments pacifistes.

  • 1 Tous lieux confondus.

2Ce mouvement réunit une nébuleuse d’associations qui bien qu’ayant été créées sous l’égide de la Fédération Nationale de la Libre Pensée, regroupent des militants d’origine diverse, certains appartenant effectivement à la LP, d’autres à l’Union pacifiste ; d’autres encore sont des syndicalistes ou simples membres d’associations aux dimensions plus locales ; d’autres enfin n’appartiennent à aucune organisation ; ce qui rassemble périodiquement autour des monuments aux morts de la Grande Guerre ces militants très dispersés, et dont le nombre peut être estimé lors des cérémonies à quelques centaines1, ce sont les convictions pacifistes, l’antimilitarisme, l’internationalisme et l’anticléricalisme ; et plus encore, la haine de la guerre.

  • 2 Interview réalisée le 10 novembre 2002.
  • 3 Cf. P. Roy, « Nous perpétuons [...] une tradition pacifiste très fortement ancrée dans ce que l’on (...)

3Ce mouvement dont nous privilégions volontairement ici le caractère anti-guerre revendique clairement une filiation trouvant sa source à l’époque de la Première Guerre mondiale, voire en amont de celle-ci ; interrogé à ce sujet, Joachim Salamero, président de la Fédération nationale de la LP a tenu à souligner que pour la LP, « le combat pacifiste a toujours été d’actualité » et évoqué les préoccupations pacifistes des militants réunis au Congrès international de la LP de 19052. Malgré ce rappel, il reste que dans leur intention, dans leur forme et dans leur localisation autour des monuments aux morts de la Grande Guerre, les manifestations pacifistes des dernières années renouent surtout avec les pratiques d’une certaine tradition pacifiste de l’entre-deux-guerres. Autrement dit, l’utilisation des monuments qui marquent dans le paysage public l’horreur de la guerre ne constitue pas en soi une nouveauté. Il s’agit plutôt d’une redécouverte, presqu’au sens archéologique du terme ; on peut aussi parler d’un fil renoué avec une tradition plus ou moins perdue, chose qu’admettent d’ailleurs tout à fait les militants de ces associations3.

La Grande Guerre, événement historique de référence

  • 4 P. Roy, Émission de la Libre Pensée sur France Culture, 11 novembre 2001.

4Pourquoi la plupart de ces manifestations pacifistes se déroulent-elles le11-Novembre ou autour de cette date ? À cette question, les militants apportent une réponse qui pour eux est d’évidence : « Quant au choix du 11-Novembre, il est très simple : il est dicté par l’Histoire »4... Mais pourquoi la Grande Guerre ? Dans le manifeste qu’elle publie au moment de sa fondation en juillet 1994, la Fédération nationale laïque des Associations des amis des monuments pacifistes, républicains et anticléricaux fournit un élément de réponse :

  • 5 D. et P. Roy, Autour de monuments pacifistes en France, Histoire et présentation d’édifices de la (...)

[...] après la Guerre de 1914-1918 qui a été une véritable saignée du genre humain, avant que le Traité de Versailles ne découpe les frontières préparant les conflits futurs, la permanence du combat contre la guerre a toujours été malheureusement d’actualité.
En ce XXe siècle finissant, à l’aube de l’An 2000, le spectre hideux de la guerre est toujours là. Il plane du Koweit au Liban, de Sarajevo au Rwanda, de Géorgie en Arménie…5

  • 6 Dans leur ouvrage, Autour des monuments pacifistes…, op. cit., D. et P. Roy en ont recensé un peu (...)
  • 7 En novembre 1999, elle est chantée notamment à Saint-Martin-d’Estreaux, à Dardilly, à Aniane, cf. (...)

5De fait, pour la plupart de ces associations, l’hécatombe de la Grande Guerre constitue l’événement de référence, à l’aune duquel une lecture de l’actualité contemporaine est effectuée ; au-delà de la volonté de perpétuer les messages de paix portés par certains monuments aux morts et de faire connaître leur existence, la Grande Guerre sert de socle aux combats politiques d’aujourd’hui et notamment à la dénonciation de tous les conflits contemporains. Par les listes de noms dont ils sont porteurs, les monuments symbolisent pour ces militants les ravages humains de la guerre en général ; et seulement cela, car la guerre est considérée comme un mal absolu ; par les messages de paix que certains d’entre eux transmettent6, les monuments matérialisent la cause et sont capables de fédérer tous les pacifistes, quelles que soient par ailleurs leurs convictions. Comme son frère ennemi le patriotisme qui est également mis en scène à date fixe autour des monuments aux morts, ce pacifisme a besoin de lieux et d’un calendrier pour scénographier son combat contre la guerre et le donner à voir. En fournissant des points de ralliement hautement symboliques et facilement identifiables, les monuments aux morts à connotation pacifiste permettent à ces pacifistes d’aujourd’hui d’éveiller l’attention, de mobiliser, de rassembler, de manifester. Ainsi, depuis quinze ans, ces monuments sont-ils redevenus des lieux de contre-mémoire ou de mémoire alternative autour desquels peut être observé un véritable rituel qui, pour être décalé avec celui des commémorations officielles, n’en est pas moins frappé d’un étonnant parallélisme avec ce dernier ; cela est particulièrement apparent à Saint-Martin-d’Estreaux où le monument aux morts possède deux faces : l’une est une façade de facture patriotique classique et peut être vue depuis la rue ; l’autre regarde le mur de l’église et est invisible depuis les rues adjacentes ; il faut aller derrière le monument pour lire un long texte pacifiste gravé à l’initiative du maire de la commune en 1921 ; ici, et à quelques minutes d’intervalle, aux rassemblements d’anciens combattants devant la liste des morts de la commune, répondent ceux des militants pacifistes devant l’inscription pacifiste ; de chaque côté du monument, les drapeaux claquent au vent ; chacun à leur place : en façade, les drapeaux tricolores ; au revers, les drapeaux rouges des Fédérations de la LP, les drapeaux noirs des militants anarchistes, et les banderoles pacifistes ; aux discours consensuels du maire de la commune, à la lecture du message officiel du Secrétaire d’État aux Anciens Combattants succèdent les déclarations des animateurs de ce mouvement pacifiste ; à l’arrière du monument encore, ce n’est pas la Marseillaise qui est entonnée, mais la chanson de Craonne en passe de devenir l’hymne de ces militants7. Le parallélisme des deux rituels est poussé jusqu’au double dépôt de gerbes de fleurs… Peut-on parler d’un détournement de rituel ? Non, car cela supposerait l’existence d’un usager plus légitime que l’autre. Il ne s’agit pas non plus d’une parodie de rituel. Ce n’est en rien un carnaval. Dans l’une comme dans l’autre cérémonie, les gestes, les objets, les discours sont réglés selon une liturgie ayant un fonds commun. La contestation s’approprie les formes de l’adhésion. La commémoration minoritaire recourt aux formes de la commémoration dominante. L’inscription ou l’expression d’un message dans l’espace public est indépendante du contenu du message lui-même.

  • 8 Ce phénomène mérite d’être relevé car il intervient au moment même où les cérémonies officielles e (...)

6En même temps, ces monuments deviennent des salles de classe à ciel ouvert8 où s’enseigne périodiquement un seul et même chapitre d’histoire associant la lutte des années 20 et 30 contre la guerre et la condamnation de celle-ci au travers du souvenir de l’hécatombe de 14-18 ; ces monuments subissent alors une seconde transformation et deviennent autant de tribunes politiques à partir desquelles s’effectue la dénonciation des guerres présentes ou annoncées ; ainsi, chaque hommage aux victimes et aux pacifistes d’hier fournit-il l’occasion de dénoncer publiquement un certain nombre de dirigeants du monde d’aujourd’hui comme des fauteurs de guerre. Ainsi, depuis chaque commémoration effective, un glissement s’opère vers la manifestation politique au cours de laquelle la Grande Guerre est intensément vécue comme l’événement-source de toutes les barbaries survenues jusqu’à nos jours. Pour ainsi dire, tout au moins dans les manifestations publiques de ces militants, l’histoire de la Grande Guerre se résume à cette idée que les peuples ont alors été victimes de leurs dirigeants, qu’ensuite la leçon de 14-18 n’a pas été tirée, et qu’aujourd’hui même le sacrifice continue ; en conséquence, le passé n’est pas révolu ; le combat doit continuer…

7Lors d’une manifestation, l’un des animateurs du mouvement déclare :

  • 9 Extrait du discours prononcé à Dardilly par Jean Bonhomme, au nom de la Fédération nationale de la (...)

Que notre modeste participation à cette cérémonie en souvenir de ceux, de tous ceux qui sont morts pour rien, de tous ceux qui meurent pour rien, puisse donner aux femmes et aux hommes épris de justice et de paix et aimant la vie, la détermination à poursuivre le combat afin de préparer aux futures générations un monde meilleur et plus éclairé9.

8Pour ces militants, il apparaît en effet clairement que le passé éclaire le présent, voire l’avenir du monde.

La résurgence de la fin des années 1980 et la chronologie du mouvement

  • 10 D. et P. Roy, Autour de monuments pacifistes en France…, op. cit.

9Concernant plus précisément la chronologie du mouvement, on peut noter l’importance de ce dernier et son développement depuis la fin des années 1980. La date du démarrage de ce mouvement est d’ailleurs intéressante : en effet, si c’est en 1990 qu’est fondé le premier Comité laïque des Amis des Monuments aux morts pacifistes, celui de Gentioux (Creuse), à l’instigation de militants locaux de la LP, l’idée a germé dès 1985 et c’est dès 1988 qu’un premier rassemblement a eu lieu autour du monument de Gentioux ; à partir de cette initiative locale relayée par la Fédération nationale de la LP auprès de ses antennes départementales, une enquête destinée à répertorier les monuments aux morts pacifistes a été lancée, suivie d’un appel à la création d’associations ; de ce point de vue, 1994 apparaît comme une année de fort développement : en janvier est fondée l’association de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) ; en avril, sous l’égide de la Fédération de la LP de la Loire, est fondée l’Association laïque des Amis du Monument Pacifiste de Saint-Martin-d’Estreaux ; en juin, les monuments pacifistes de Dardilly et de Villié-Morgon (Rhône) ont aussi leur association. Puis en 1996, naît l’Association Émile Mompart, du nom du sculpteur du monument de Saint-Aubin-de-Nabirat (Dordogne) ; en 1997, une association du même type voit le jour dans l’Yonne ; puis le mouvement s’étend en 1998-1999 successivement à l’Hérault (Aniane), l’Isère (Pontcharra), l’Oise (Creil), au Var (Mazaugues) ; depuis le 14 juillet 1994, les diverses associations se sont fédérées au sein de la Fédération nationale laïque des Amis des monuments pacifistes, républicains et anticléricaux, sous le parrainage de la Fédération nationale de LP. Aujourd’hui près d’une vingtaine d’associations ont rejoint la Fédération nationale. Par ailleurs, l’enquête lancée en 1990 a débouché sur la réalisation et la publication d’un premier inventaire des monuments aux morts pacifistes de France publié sous l’égide de la Fédération nationale laïque des Amis des monuments pacifistes, républicains et anticléricaux10.

10À l’exception de l’association des monuments pacifistes d’Émile Mompart, qui a pour particularité d’organiser un rassemblement pacifiste le 16 juillet de chaque année, date anniversaire de la rafle du Vélodrome d’hiver de Paris des 16-17 juillet 1942, toutes ces associations se réunissent généralement à une date ayant un rapport direct avec la Grande Guerre ; généralement le 11-Novembre ou à une date approchante.

11Plusieurs remarques sont à faire concernant la chronologie de ce mouvement ; la première pour relever qu’il a été initié un an avant la chute du Mur de Berlin ; ce qu’il est convenu d’appeler le retour de 14-18 précède bien l’implosion de l’URSS et de son glacis européen. D’ailleurs, il n’est pas certain qu’il faille parler d’un « retour de 14-18 », car pour ce qui concerne Gentioux, 14-18 n’a jamais quitté l’esprit des habitants de la commune. Et sans remonter à l’entre-deux-guerres, on peut noter que lors des grands rassemblements occitanistes et antimilitaristes des années 70, ceux notamment suscités par le projet d’extension d’un camp militaire sur le plateau du Larzac, un certain nombre de militants pacifistes en quête de lieux symboliques s’étaient déjà rassemblés autour du monument de Gentioux.

  • 11 Réveil en cours effectivement, puisque dès 1997, des démarches étaient entreprises par l’associati (...)
  • 12 N. Offenstadt, Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Paris, Odile (...)

12Pour autant, cela ne signifie pas que ce mouvement soit déconnecté de la conjoncture politique et géopolitique présente. Il apparaît que l’accélération du développement de ce mouvement est contemporaine de l’implosion de l’URSS et surtout de celle de la Yougoslavie avec son cortège de guerres et d’atrocités ; de la même façon, l’importante médiatisation qui a entouré le quatre-vingtième anniversaire de la fin de la guerre, la polémique engendrée par le discours de Craonne du Premier ministre en 1998 semblent avoir joué un rôle non négligeable en donnant une impulsion supplémentaire au mouvement ; d’ailleurs, le geste et les mots de Craonne n’ont pas seulement paru légitimer au plus haut niveau la démarche de ces militants mobilisés pour certains depuis dix ans. Incontestablement, la fameuse phrase de Lionel Jospin concernant les fusillés a dynamisé le réveil en cours11 d’une autre cause tombée en léthargie depuis la fin des années trente, celle des mutins et des fusillés pour l’exemple12. Depuis lors, une campagne nationale pour la réhabilitation des mutins et des fusillés a été lancée sous diverses formes telles que lettres aux autorités, campagnes de signatures, pose et inauguration de stèles comme à Ambierle (Loire) en 2001. Dans cette dernière commune, la stèle a été installée à l’entrée du village, sur la Place des Martyrs de Vingré à l’initiative de l’association des Amis du monument de Saint-Martin-d’Estraux ; depuis le 20 février 1999 (date anniversaire de la parution au Journal Officiel de la réhabilitation des fusillés de Vingré), un hommage est rendu chaque année aux six soldats fusillés pour l’exemple à Vingré durant la Grande Guerre. Deux soldats d’Ambierle en faisaient partie. Ainsi, cette cause dans la cause offre-t-elle aux associations une autre occasion annuelle de manifester et de mobiliser contre la guerre. Mais là encore, ces associations ne font que renouer avec certaines manifestations de l’entre-deux-guerres. Notons enfin que comme beaucoup d’autres entreprises mémorielles ou historiennes, ce mouvement a grandement profité des millésimes en 14 (1994) et 18 (1998) ; à ces moments-clés, la médiatisation des commémorations officielles et traditionnelles a permis une plus grande couverture médiatique de ce mouvement pacifiste.

  • 13 S. Audoin-Rouzeau, « La Grand Guerre, le deuil interminable », Le Débat, mars-avril 1999, n° 104, (...)

13Il reste à essayer de comprendre pourquoi ce mouvement surgit avec autant de force à la fin des années 80. Plusieurs hypothèses semblent pouvoir être avancées. L’influence de l’actualité internationale accompagne et amplifie certainement le mouvement, mais elle n’explique pas son apparition ou plutôt sa résurgence. Stéphane Audoin-Rouzeau a parlé de « résurgence du deuil »13 ; peut-être vaudrait-il mieux parler de « poursuite du deuil ». Car en l’occurrence, pour de nombreux militants pacifistes, le travail de deuil n’a semble-t-il jamais cessé. En post-scriptum d’une lettre qu’il m’adresse, l’un d’eux souffle cet aveu :

  • 14 Lettre de J.-P. Roy, 10 juin 2002.

ce qui m’a marqué toute ma vie – tapi quelque part en moi (j’ai 65 ans) – c’est le regret profond de ne pas avoir pu connaître mon oncle mort un certain 13 août 1917 du côté de Saint-Quentin, à 20 ans à peine14.

14Un autre pacifiste explique :

  • 15 Lettre de J.-F. Amary, 12 décembre 2002.

Habituellement, je n’ai pas de regrets dans la vie. Je fais quand même une exception, pour n’avoir pas su quand il était temps, questionner mon grand-père qui ne demandait que cela…15

  • 16 Cf. N. Offenstadt, op. cit., p. 138.
  • 17 « Entretien avec Jean Rouaud », in 14-18, Aujourd’hui, Today, Heute, n° 2, 1999, Paris, Noêsis, 19 (...)

15En ce sens, oui, on peut parler de deuil interminable. Plus largement, des remarques identiques peuvent être faites à propos du dessinateur-écrivain Tardi profondément marqué par le « récit de la tradition familiale, autour du personnage du grand-père gazé »16, ou encore de l’écrivain et prix Goncourt Jean Rouaud qui commença à s’intéresser à la Grande Guerre en retrouvant une image pieuse intitulée « Les Champs d’honneur » sur laquelle était mentionné le nom d’un grand oncle paternel, blessé en Belgique et mort en 1916, à 21 ans et puis deux cartes postales de son grand-père paternel adressées du front à sa femme17… Le dernier des grands livres de Jean-Baptiste Duroselle est aussi consacré à la Grande Guerre. Dans ce qu’il appelle son « introduction personnelle », l’historien fait au lecteur cette confidence : « Pendant toute ma vie, ce sujet, “La Grande Guerre des Français”, m’a hanté ». Et Jean-Baptiste Duroselle de rappeler la guerre de son père Albert… Les exemples de ce type peuvent être multipliés, de Christine Bussières, metteure en scène de Mémoire d’un rat d’après Pierre Chaine à Daniel Mermet producteur d’émissions consacrées à 14-18 sur France-Inter. Alors, deuil interminable ? Oui, sans doute. À des titres et avec des statuts divers, tous ces individus remuent la mémoire de 14-18 en puisant dans le deuil familial. Mais pourquoi ce deuil est-il interminable ? Qu’est-ce qui le rend impossible ? Et pourquoi s’exprime-t-il avec autant de force à partir des années 80 ?

  • 18 « Entretien avec Jean Rouaud », art. cit., p. 205-206.

16On peut essayer de répondre à la dernière question par une autre question : est-ce parce que les acteurs et les témoins de la Seconde Guerre mondiale disparaissent que l’on recommence à s’intéresser à la Première18 ? Il semble en effet que le travail de mémoire et de deuil de la Première Guerre ait été recouvert, voire stoppé, par celui qui a succédé la Seconde. Pour autant, d’autres facteurs ont aussi pu faciliter le « retour de 14-18 » : je citerai d’une part la discussion voire la contestation de l’unicité absolue de la Shoah (elle prend de l’ampleur dans les années 80 en France ; l’entreprise négationniste a-t-elle eu un impact ?) et de l’autre, le déclin irréversible de l’attraction du modèle alternatif communiste (en France, L’Archipel du Goulag jaillit en 1974). Un certain espace se libère alors pour d’autres formes de militantisme contestataire ou/et victimaire. Par ailleurs, les années 80 sont incontestablement des années d’une plus grande tolérance qu’il s’agisse de mœurs ou d’expression politique. Autant d’éléments propices à l’émergence de ce mouvement pacifiste.

17Maintenant, pourquoi ce deuil est-il interminable, voire impossible ? Si l’on accepte de suivre Stéphane Audoin-Rouzeau qui voit dans les années 90 un « retour du refoulé », il est peut-être possible d’avancer une explication ; à condition toutefois de se demander précisément ce qui fut précédemment refoulé. Or, si l’on en juge d’après quelques recensions d’ouvrages récents consacrés à l’histoire de la Grande Guerre rédigés par des militants pacifistes, il existe un désaccord profond sur le contenu du refoulé.

  • 19 N. Offenstadt, Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Paris, Odile (...)

18Ainsi, dans le compte-rendu qu’il consacre aux Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999)19, Pierre Roy, l’un des animateurs de ce mouvement « constate son plaisir » :

  • 20 La Raison, n° 448, février 2000.

ce livre opère des mises au point et remet en mémoire les faits, les actions entreprises pour réhabiliter la mémoire des fusillés… » ; « le procès moral, intenté par les partisans du pacifisme populaire et laïque aux fauteurs de guerre qui ne désarment pas, voire étendent leurs activités mercenaires à l’échelle du globe, trouvera dans le livre de Nicolas Offenstadt des faits et des arguments, lui conférant un supplément de légitimité, même si ce n’est pas le but explicitement visé par l’auteur…20

  • 21 F. Rousseau, La Guerre censurée, Une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 19 (...)
  • 22 10 juin 2002.

19C’est par un couriel non moins chaleureux, mais parfaitement révélateur des attentes de ces militants, que Pierre Roy m’annonce qu’il vient de terminer La Guerre censurée21 : « Merci pour ce livre qui sait donner avec la science de l’historien des arguments aux pacifistes d’aujourd’hui22… ».

  • 23 Privat, Toulouse, 2001.

20Enfin, sous le titre Un nouveau regard sur la Première Guerre mondiale, Pierre Roy livre un compte-rendu du petit ouvrage que j’ai écrit avec Rémy Cazals, 14-18, le Cri d’une génération23 :

  • 24 Présentées par T. Bonzon et J.-L. Robert, Paris, Les Éditions ouvrières, 1989.
  • 25 La Raison, n° 473, p. 22.

[...] Ceux qui comme nous, sur la base de leur compréhension du monde, voyaient dans ce gigantesque conflit européen une boucherie totalement inhumaine [...] ne trouvaient pas chez la plupart des historiens une vue des choses qui leur fût proche. Et même ils prenaient connaissance d’historiens qui comme Audouin-Rouzeau (sic) ou Annette Becker, développaient une interprétation complètement inverse de la leur, puisque pour cette école historique, les soldats de 14-18 étaient animés d’un véritable esprit de consentement, seul à même de fournir, expliquent-ils, une clé pour comprendre comment les poilus français et ceux d’en face avaient pu tenir dans les conditions atroces où ils étaient placés. [...] Par bonheur, deux historiens viennent de sortir un petit ouvrage qui se lit très facilement et qui remet bien les choses au point. [...] Pour les pacifistes internationalistes que sont les libres penseurs, c’est un livre à lire et à faire lire. Personnellement, je l’ai rangé sur un rayon de ma bibliothèque à côté de cet ouvrage, très passionnant lui aussi, plus immédiatement “politique”, à savoir Nous crions grâce : 154 lettres de pacifistes, juin-novembre 191624. Faisons connaître de tels livres25.

21Pierre Roy suggère-t-il que certains historiens rendent le deuil impossible ? Ce n’est évidemment pas le lieu ici de débattre des préférences historiographiques de Pierre Roy et de ses camarades. Toutefois, il ressort nettement de ces extraits de compte-rendus que des militants pacifistes comme Pierre Roy recherchent dans les livres d’historiens des arguments pouvant conforter leur propre vision de l’histoire et légitimer leur engagement. On voit aussi qu’aux yeux du recenseur, ces livres ont tous pour principal mérite de « remettre les choses en place », comme si l’Histoire avait été dite, un jour, de façon définitive. Finalement, ces militants n’acceptent la révision de l’Histoire que dans la mesure où cette révision leur paraît conforter leurs convictions. Que des historiens publient des témoignages pacifistes, que certains contribuent au travers d’un livre d’histoire à réveiller la mémoire des fusillés, ou que d’autres se démarquent de la thèse du consentement patriotique, et cela suffit à les faire adouber par ces pacifistes. Or, et pour ne prendre qu’un exemple, bien que La Guerre censurée tente de dévoiler le jeu complexe d’un faisceau de facteurs mobilisateurs dont on ne saurait exclure le sentiment patriotique, le militant pacifiste ne retient que ce qu’il attend, c’est-à-dire l’évocation de la contrainte. Ce faisant, il commet sans doute une erreur parallèle à celle des tenants de la thèse du consentement. Cependant, pour ces militants, l’enjeu est d’une autre nature ; la lecture d’ouvrages d’histoire est pleinement utilitaire, strictement « politique » pour reprendre un terme employé par Pierre Roy lui-même. Ainsi, le modèle explicatif de ces militants s’organise-t-il autour des différents refus de la guerre, depuis les refus impossibles et totalement inaudibles d’août 14 jusqu’aux refus exprimés malgré toutes les pressions après la guerre, en passant par les refus exprimés mais demeurés très minoritaires durant les deux premières années et les refus plus importants mais sévèrement réprimés en 1917 (mutineries et fusillés). Passé et présent sont indissolublement liés.

22Aussi, à l’assertion imprudente selon laquelle la fin des années 80 aurait marqué la fin des horizons en « isme », l’éclosion publique et l’essor de ce petit mouvement pacifiste apportent une espèce de démenti ; il ressort encore de cette trop brève étude associée à de nombreux autres indices concordants, que 1914-1918 est en train de s’affirmer comme un autre passé qui ne passe pas. Et malgré le caractère parfaitement illusoire des pronostics, on peut aussi se demander jusqu’à quel point ce passé-là n’a pas plus d’avenir que quelques autres…

Notes

1 Tous lieux confondus.

2 Interview réalisée le 10 novembre 2002.

3 Cf. P. Roy, « Nous perpétuons [...] une tradition pacifiste très fortement ancrée dans ce que l’on pourrait appeler le tissu républicain profond de notre pays. [...] je veux parler d’élus locaux, maires, conseillers municipaux qui, pour certains, ont conservé un vieux fonds pacifiste, une méfiance atavique et saine vis-à-vis des va-t-en guerre de toutes obédiences. Ce courant a été particulièrement fort à la sortie de la Première Guerre mondiale et il a eu pour résultat que dans un certain nombre de communes des monuments aux morts à caractère pacifiste ont été érigés… », Émission sur France Culture, 11 novembre 2001. Voir à ce sujet A. Prost, « Les monuments aux morts. Culte républicain ? Culte civique ? Culte patriotique ? », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, I. La République, Paris, Gallimard, 1984, p. 195-225.

4 P. Roy, Émission de la Libre Pensée sur France Culture, 11 novembre 2001.

5 D. et P. Roy, Autour de monuments pacifistes en France, Histoire et présentation d’édifices de la mémoire pacifiste et laïque et évocation de leur actualité : rassemblements de commémoration et d’action contre la guerre, Fédération Nationale Laïque des monuments, 1999, p. 135.

6 Dans leur ouvrage, Autour des monuments pacifistes…, op. cit., D. et P. Roy en ont recensé un peu moins de 40. Ce nombre est à rapprocher du nombre total de monuments érigés après la Première Guerre mondiale en France estimé à 30 000…

7 En novembre 1999, elle est chantée notamment à Saint-Martin-d’Estreaux, à Dardilly, à Aniane, cf. La Raison, n° 447, p. 24-25.

8 Ce phénomène mérite d’être relevé car il intervient au moment même où les cérémonies officielles et traditionnelles semblent avoir (définitivement ?) perdu leur substance à la fois mémorielle et éducative.

9 Extrait du discours prononcé à Dardilly par Jean Bonhomme, au nom de la Fédération nationale de la Libre Pensée le 11 novembre 1999, cf. La Raison, n° 447, p. 25.

10 D. et P. Roy, Autour de monuments pacifistes en France…, op. cit.

11 Réveil en cours effectivement, puisque dès 1997, des démarches étaient entreprises par l’association des Amis du Monument de Saint-Martin-d’Estreaux auprès de la municipalité de Saint-Étienne pour demander la modification du nom de la rue des Martyrs de Vingré en rue des Fusillés de Vingré avec la mention réhabilités en février 1921, cf. LP Loire, Bulletin trimestriel d’humeur de la Fédération de la Loire de Libre Pensée et d’action sociale, supplément n° 7 au n° 12 (décembre 1997-janvier 1998), p. 2, et supplément n° 1 au n° 16 (janvier 1999), p. 10.

12 N. Offenstadt, Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Paris, Odile Jacob, 1999, poche 2003.

13 S. Audoin-Rouzeau, « La Grand Guerre, le deuil interminable », Le Débat, mars-avril 1999, n° 104, p. 117-130.

14 Lettre de J.-P. Roy, 10 juin 2002.

15 Lettre de J.-F. Amary, 12 décembre 2002.

16 Cf. N. Offenstadt, op. cit., p. 138.

17 « Entretien avec Jean Rouaud », in 14-18, Aujourd’hui, Today, Heute, n° 2, 1999, Paris, Noêsis, 1998, p. 201.

18 « Entretien avec Jean Rouaud », art. cit., p. 205-206.

19 N. Offenstadt, Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Paris, Odile Jacob, 1999, rééd. Poche, 2003.

20 La Raison, n° 448, février 2000.

21 F. Rousseau, La Guerre censurée, Une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 1999, rééd. Poche coll. Points-Seuil, 2003, avec une préface inédite « 14-18, Continuons le débat ! ».

22 10 juin 2002.

23 Privat, Toulouse, 2001.

24 Présentées par T. Bonzon et J.-L. Robert, Paris, Les Éditions ouvrières, 1989.

25 La Raison, n° 473, p. 22.

Auteur

Université Paul Valéry-Montpellier, ESID, UMR 5609 CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540