Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les classes zoologiques en Grèce ancienne

 | 
Arnaud Zucker

Classèmes relatifs à la morphologie

Texte intégral

1Tous les termes étudiés dans cette section sont originellement des adjectifs. Pour la plupart d’entre eux, et même dans les écrits aristotéliciens où ces termes se rencontrent sous forme substantivée, la forme adjective est la plus fréquente. Les parties animales qui servent à la dénomination des animaux sont (1) le tégument, (2) le pied, (3) la dentition et (4) l’aile, mais chaque critère anatomique n’est utilisé que dans un champ limité même lorsqu’il pourrait (comme le tégument ou les dents) servir de critère de distinction universelle des animaux.

Les déterminations liées à la nature du tégument

  • 1 S.E., P. I, 14 [50].

2Tous les termes classificatoires qui mettent en valeur des propriétés relatives au tégument ou à la chair concernent des animaux aquatiques ou amphibies. Ils sont formés à partir des mots signifiants l’écaillé (λεπίς), la carapace (ϕoλίς), la coquille (ὄστpακoν), la peau (δέpµα), la chair (σάpξ), l’éclat <de la peau> (σέλας), la spirale <de la coquille> (στpóµβoς), et d’adjectifs indiquant la mollesse (µαλακóς) ou la délicatesse (άπαλóς), et inversement la dureté (σκληρóς). Sextus Empiricus dresse ainsi à l’aide d’un vocabulaire largement improvisé une typologie originale et complète de l’animalité selon le type de phanères que présentent les animaux : “comment pourrait-on dire que les animaux à coquille (τά ỏσρακóδερµα), les animaux à enveloppe de chair (τά σαρκoϕανῆ), les animaux à piquants (τά ἠκανθωµένα), les animaux à plumes (τά ἐπτερωµένα) les animaux à écailles (λελεπιδωµένα) se trouvent affectés de la même manière quant au toucher ?”1.

  • 2 Hdt. 2, 68.
  • 3 Hdt. 9, 22 ; cf. D.C. 78, 37, 4, 3. Le mot λεπίς désigne divers types d’enveloppe : gousse d’oigno (...)
  • 4 Arist., PA 692 b 11 ; voir GA 783 b 1 ; PA 671 a 12, a 27, b 12. Ce mot est souvent associe, dans (...)
  • 5 HA 505 a 22. Aristote ne dit jamais expressément que les batraciens sont des λεπιδωτοί et cette ca (...)

3L’adjectif λεπιδωτóς [lepidôtos] (53/63) sert à dénommer les poissons “à écailles” ou poissons osseux (ostéichthyens). Son sens est initialement plus large puisqu’il qualifie chez Hérodote, qui en est le premier utilisateur, la peau du crocodile2 ou une cuirasse3. Mais Aristote s’empare de l’adjectif pour désigner un type plus précis de tégument animal, distinct à la fois des plumes et des poils, et qu’il oppose surtout aux plaques cornées des reptiles : “En effet, chez <les autres animaux> les parties du corps sont couvertes tantôt d’une carapace (ϕoλιδωτά), tantôt d’écailles (λεπιδωτά), alors que les oiseaux sont couverts de plumes (πτερωτoί)”4 ; selon ce cadre général, il semble que les poissons ne soient pas les seuls à posséder des écailles mais que certains quadrupèdes ovipares (les batraciens ou des reptiles) ont le même type de phanères qu’eux : “<les poissons> n’ont pas de poils comme les vivipares terrestres, ni de plaques cornées (ϕoλίδας) comme certains quadrupèdes ovipares (ἒνια τῶν ῴoτoκoύντων τετραπóδων), ni de plumes comme la plupart des oiseaux”5. En fait, comme les autres termes de cet ensemble, λεπιδωτóς ne désigne pas un tégument définitivement isolable des autres et l’usage de ce mot relève davantage de la perception du locuteur que d’une tradition commune.

  • 6 PA 697 a 4 ; même remarque en HA 505 a 24 : “la plupart <des poissons> ont des écailles (λεπιδωτοί) ; certains p</des> (...)
  • 7 D’ou certains énonces schématiques tels que οἱ μὲν οὖμ ἰχθύες λεπδωτοὶ ὄντες (GA 733 a 20 ; voir G (...)
  • 8 Le terme est employé treize fois comme substantif et six fois comme adjectif zoologique.
  • 9 HA 597 a 7. Voir GA 733 a 13 : les sélaciens ne sont ni πτερωτά ni φολιδωτά ni λεπιδωτά ; voir Ar. (...)
  • 10 Ar.Byz., Epit. 1,1
  • 11 Ainsi HA. 517 b 14 ; PA 670 b 2 & 671 a 12 & 692 b 12 ; GA 783 b 4 ; cf. Gal., Temp. 1,6, 2, 8.
  • 12 À propos de la rate (PA 670 b 2), de la vessie (ibid. 671 a 12), des reins (ibid. 671 a 27).
  • 13 Arist., HA 505 b 3 (voir ibid. 567 a 13 ; GA 733 a 20 sq.).
  • 14 Hdt. 2, 72 (τòν καλεóµενον λεπιδωτóν).
  • 15 Voir Ath. 7,309 b (Cyprinnus bynni) ; cf. Eudoxe, Fr. 292,2 ; Str. 17,1,40, 10 ; Ath. 7, 312 b.

4Toutefois Aristote utilise surtout ce terme de façon spécialisée dans le domaine ichtyologique, pour distinguer trois types de peau correspondant respectivement aux poissons à écailles, aux sélaciens plats et aux squales : “quant à la peau (δέρµα) certains l’ont couverte d’écaillés (λεπιδωτóν) les autres l’ont rugueuse (τραχύ)…, mais il y en a très peu qui ont la peau lisse (τὰ λεῖα)”6. Le Stagirite emploie le plus souvent ce mot en fonction de substantif pour distinguer les poissons à écailles, qui sont la majorité7, et les poissons sans écailles (άλεπίδωτα), c’est-à-dire les sélaciens8 : “les sélaciens n’ont pas d’écaillés (άλεπίδωτα) et leur peau est rugueuse”9. C’est ce seul sens qui est retenu par Aristophane de Byzance : “on appelle animaux à écailles, toutes les familles de poissons (πάντα τά τῶν ἰχθύων γένη) à l’exclusion des sélaciens10. Il recourt surtout à ce lexème lorsqu’il traite de questions ayant trait aux phanères11, à l’anatomie interne des poissons12, ou à leur reproduction, car, à la différence des sélaciens, “tous les poissons à écailles (oί λεπιδωτoί) sont ovipares”13. Le substantif λεπιδωτóς est d’autre part employé couramment à partir d’Hérodote14 pour désigner une espèce ichtyologique identifiée avec le barbeau (Cyprinus lepidotus)15

  • 16 Une seule fois comme adjectif en PA 697 a 7.
  • 17 Mnes., Fr. 38, 5 ap. Ath. 8, 357 b.
  • 18 Id., Fr. 38, 8.
  • 19 Id., Fr. 38, 12. La même distinction tripartite des peaux des poissons est faite par Aristote (PA (...)

5Aristote n’emploie pas sous une forme substantivée l’adjectif άλεπίδωτoς [alepidôtos] (2/3)16, mais on le rencontre dans un fragment de Mnésithée, pour désigner un autre groupe de poissons de mer que les sélaciens : “le genre des poissons sans écailles, comme les thons, les maquereaux, les thunnis, les congres et les requins, il se trouve qu’ils sont par ailleurs grégaires”17. Mnésithée distingue parmi eux ceux qui sont grégaires (τά ἀγελαῖα γένη τῶν ίχθύων τoύτων) et ceux qui ne sont ni solitaires ni grégaires (µήτε καθ αύτά ϕανóµενα, µήτ’ ἐν ταῖς άγέλαις ἐκϕερóµενα), comme les congres et les requins18. Les sélaciens autres que les squales, comme les raies et les anges de mer, appartiennent à une autre catégorie : celle des poissons que l’on appelle “à écorcher” (τά καλoύµενα δαρτά), dont la peau est “rugueuse” (τραχύς), c’est-à-dire intermédiaire entre le lisse (λεῖος) et l’écailleux (λεπιδωτος)19.

  • 20 Les 150 occurrences se répartissent ainsi : σελάχη (73 + 1 σελάχεα, + 1 σελάχεια), σελαχώδης (39), (...)
  • 21 Gal., Aliment. fac. 6,737, 4.
  • 22 Arist, HA 511 a 5. Hippocrate utilise toujours ce terme, sauf une fois (σελάχια seul dans Affect. (...)
  • 23 Voir Ar.Byz., Épit. 1,1 ; Apulée, Ap. 38 ; Ael., NA 11, 37. Pour un emploi au singulier voir PA 69 (...)
  • 24 Voir Byl & Schouls, 1990.
  • 25 Voir Arist., HA 489 b 30 ; en HA 505 a 2 sont distingués les πλατέα (νάρκη, βάτoς) et les πρoµήκη (...)
  • 26 Arist., HA 505 a 25 (τά µέν τραχέα ἐστὶ τά δὲ λεῖα) ; cf. PA 697 a 7 : “les sélaciens sont à la fo (...)
  • 27 HA 598 à 12 (voir Luc, Lex. 1, 6, 9 : τῶν δὲ ὑπoβρυχίων τά σελάχια πoλλά).
  • 28 HA 505 à 1 & PA 696 b 10.
  • 29 PA 655 à 37. C’est la raison pour laquelle ces poissons sont aussi appelés χoνδρώδη (“cartilagineu (...)
  • 30 Ils sont ovipares intérieurement, forment un œuf complet (τέλειoν ῴóν) à l’intérieur et mettent au (...)
  • 31 Aristote insiste sur cette exception (HA 505 b 3 & 564 b 8 & 565 b 29 ; GA 749 a 23 ; cf. Arist., (...)
  • 32 Ar.Byz., Épit. 1, 2 (id. in Ael., NA 11, 37). Aristote est pourtant sans ambiguïté sur la séparati (...)
  • 33 Outre le passage cité, voir Artem. 2,14 (= Arist., Fr. 280). Il s’agit de malacoptérygiens. C’est (...)
  • 34 Ath. 7,318 f.

6Pour la classe des sélaciens on rencontre avec la même acception les quatre dénominations suivantes : τò σέλαχoς [selachos], τò σελάχιoν [selachion], σελάχιoς [selachios], σελαχώδης [selachôdès] (153/247)20. Ce nom, si l’on en croit Galien, serait dû à l’éclat de la peau de ces poissons : “Sur les sélaciens (περί σελαχίων) : la peau des animaux de ce genre est rugueuse et brille la nuit (λάµπoν ἐν τῆ νυκτί) ; c’est ce qui fait dire à certains qu’on les appelle sélaciens [éclatants] parce qu’ils ont de l’éclat”21. Bien qu’Hippocrate soit le premier auteur à en faire usage, il faut attendre Aristote pour rencontrer de cette classe la première définition et les premiers exemples : “on appelle sélacien (σέλαχoς) tout animal sans pieds et pourvu de branchies qui est vivipare”22. Ce terme, exceptionnellement employé au singulier, est tellement marqué par l’empreinte aristotélicienne qu’il est cité par la suite comme le premier des lexèmes zoologiques aristotéliciens23. Aristote isole nettement les sélaciens et distingue les deux groupes que sont les pleurotrèmes à fentes branchiales latérales appelés “les longs” (πρoµήκη) et les hypotrèmes à fentes branchiales ventrales appelés “les plats” (πλατέα)24. On peut, à travers les textes, retrouver la répartition suivante des espèces de sélaciens qu’il signale selon ces groupes : 1) les longs ou les squales (γαλεώδη) comprenant : άλώπηξ, άστερίας, γαλεòς ó λεῖoς, κύων σκύλια, άκανθίας ; 2) les sélaciens “plats et pourvus de queue” (πλατέα καὶ κερκoϕóρα) comprenant : ἀετóς, βατίς, βάτoς, βoῦς λάµια, λειóβατoς, νάρκη, ῥινóβατoς, τρνγών, auxquels s’ajoutent ῥίνη et βάτραχαoς25. Les premiers ont la peau lisse tandis que les seconds ont la peau rugueuse26. D’un point de vue zoologique cette classe est assez homogène et ses sujets sont essentiellement caractérisés par l’habitat pélagique27, par la possession de branchies couvertes28 et de cartilage à la place d’os29 et surtout par l’ovoviviparité30 qui la démarque radicalement du reste des poissons (λεπιδωτά). Ce groupe contient pourtant un individu marginal, la baudroie (βάτραχoς), dont Aristote, sans remettre en cause son appartenance à cette famille d’ovovivipares, signale inlassablement l’ovi parité stricte31. Après Aristote les auteurs tendent à inclure sous ce terme, sans renoncer à la définition péripatéticienne, la seconde famille d’animaux aquatiques non ovipares, que le Stagirite avait soigneusement distinguée : “on appelle sélaciens (σελάχια) tous les poissons qui n’ont pas d’écailles (ὅσα λεπίδας oὐκ ἔχει), comme la murène, le congre, la torpille, la pastenague, la raie cornue, et ceux qui sont plus grands et qu’on appelle aussi cétacés (καί kητώδη λεγόµεvα), comme le dauphin, la baleine, le phoque. Ce sont les seuls animaux marins qui sont vivipares”32. Sont en outre compris à tort parmi les sélaciens certains poissons sans écailles mais ovipares comme le congre et d’autres poissons serpentiformes qu’Aristote avait mis à part33. La valeur immédiate de l’adjectif a sans doute favorisé ces rapprochements, comme elle permet d’expliquer l’emploi atypique qu’en fait Athénée pour désigner un poulpe : “les gens de l’Attique disent « poulpe » (πoυλύπoυς au lieu de πoλύπoνς) ; il fait partie des sélaciens : on appelle ainsi les animaux cartilagineux (χoνδρώδη) : les poulpes et les squales (γαλεoί τε κύες)34.

  • 35 II apparaît aussi sous la forme µαλάκεια (cf. Opp. H 1,638 : ἀναίµων et ἀνόστεoς).
  • 36 Hp., Nat. mul. 2,21. Plutarque fait normalement dériver leur nom de cette propriété : “tous les (...)
  • 37 Gal., Ling. Hp. exp. 19, 119, 15. Le mot ἀκαλήϕη ne désigne en effet nulle part un mollusque cépha (...)
  • 38 Gal., Aliment. fac. 6,736, 8.
  • 39 Selon Plutarque, ils ont la chair digeste et tendre (Plu. 916 b 3) mais les spécialistes les décon (...)

7Le nom τµαλάκιov [malakion] (115/185), dérivé de µαλακός (mou), désigne les animaux marins à corps mou35. Leur nature molle est signifiée dès la première occurrence du mot, dans un traité d’Hippocrate : “qu’il prenne des aliments mous (µαλθακoῖσι), des poulpes et d’autres céphalopodes (µαλακίoισιν)”36. D’après Galien, il semble que ce vocable n’ait pas d’extension précise dans le corpus hippocratique car il vaut aussi pour les actinies : “malakia : c’est ainsi qu’on appelle tous les animaux marins qui n’ont pas d’arêtes (ἅκανθαν), comme le poulpe, le calmar, la seiche et l’actinie (ὰκαλὴϕη)”37. Ce mot a une pertinence diététique incontestable et il organise une classe alimentaire explicitement reconnue comme telle38, bien que ses vertus soient ambiguës39.

  • 40 C’est une des classes aristotéliciennes citées dans les listes d’Aristophane (Ar.Byz., Épit. 1,1), (...)
  • 41 Comme tels ils n’ont pas de viscères (HA 524b 14 ; Ar.Byz., Épit. 1,3), mais possèdent tous les se (...)
  • 42 Voir GA 720 b 5 : “il reste à étudier quatre genres, premièrement les crustacés, deuxièmement les (...)
  • 43 Arist., HA 523 b 2 (voir Ar.Byz., Épit. 1, 3 ; Ael., NA 11, 37 ; cf. Ael., NA 17, 10). Voir Gal., (...)
  • 44 …comme les autres non sanguins aquatiques : GA 761 b 5 ; PA 679 b 25 sq.
  • 45 Arist., HA 487 b 16 ; voir PA 654 a 10 : “il semble qu’ils n’aient rien d’osseux ni de terreux qui (...)
  • 46 PA 679 b 32 ; ibid. 685 a 9. Toutefois, certains habitent dans des coquilles (HA 525 a 20).
  • 47 HA 489 b 34 (ὅσα δὲ δοκεῖ πόδας ἔχειν, καθάπερ καί τὰ µαλάκια, τoύτoις νεῖ).
  • 48 Aristote rappelle qu’il s’agit d’un groupe biologique homogène (PA 644 b 10).
  • 49 Il en nomme huit, mais distingue trois variétés de poulpes (voir aussi Ath. 7, 318 e).
  • 50 Arist. HA 524 a 20. Cette différence concerne surtout le manteau et les pieds (HA 523 b 22).
  • 51 En particulier sur leur système digestif (PA 678 b 25 sq.).
  • 52 HA 523 b 21 sq.
  • 53 HA 621 b 28. Il note surtout qu’ils sont tous carnivores (HA 590 b 20 & 591 b 10) et qu’ils jetten (...)
  • 54 La distinction sexuelle existe parmi les céphalopodes (GA 715 b 1 ; HA 537 b 26). Ils s’accouplent (...)
  • 55 Voir PA 684 b 21.

8Néanmoins il s’agit surtout d’une classe biologique à laquelle Aristote accorde une place considérable40. Elle constitue un des quatre groupes d’animaux non sanguins41, à côté des crustacés, des testacés et des arthropodes42, et elle est définie par le Stagirite de la façon suivante : “il s’agit de tous les non sanguins qui ont la partie charnue (τò σαρκῶδες) à l’extérieur, et la partie solide (στερεόν), quand ils en ont une, à l’intérieur, exactement comme les sanguins ; tel est le genre des seiches”43. Ces animaux sont naturellement froids44 et caractérisés par le manque de protection externe45. La disposition des parties molle et dure constituant un critère de distinction parmi les non sanguins aquatiques, la nature des céphalopodes les oppose aux deux autres classes, les crustacés et surtout les testacés (durs dehors et tendres dedans)46. Considérés comme des animaux “nageurs”, malgré leurs pieds47, ils présentent entre eux des différences anatomiques mineures, et la classe ne donne pas lieu à une subdivision systématique48. Toutefois, le Stagirite, qui mentionne une dizaine d’espèces49, note à plusieurs reprises l’écart qui existe entre les octopodes et les décapodes, c’est-à-dire les poulpes : “il existe une différence entre les poulpes et les autres céphalopodes dont il a été question”50. Aristote leur consacre de longs développements particuliers, portant sur l’anatomie interne51 et externe52, sur leur comportement53, et leur mode de reproduction originale54, et il avait sûrement établi des croquis pour illustrer leur constitution55.

  • 56 Bien que l’escargot soit compris dans ce genre, les ὀστρακόδερµα sont globalement considérés comme (...)
  • 57 Arist. GA 720 b 6. Elle est considérée comme une classe canonique (Ar.Byz., Épit. 1,1 ; Ph., Her. (...)
  • 58 Cf. Lexique s.v. ὅστρεoν.
  • 59 Arist., HA 490 b 10 (voir Gal., Simp. med. 12, 343, 14 ; Arist., GA 761 a 29) ; mais le plus souve (...)
  • 60 Arist., HA 523 b 9.
  • 61 Arist., HA 527 b 35 sq.
  • 62 HA 529 b 20.
  • 63 HA 530 a 31 ; PA 679 b 34 sq.
  • 64 HA 531 a 8 ; PA 680 a 4.
  • 65 PA 681 b 9.
  • 66 HA 531 a 31 ; PA 681 a 36.
  • 67 PA 681 a 36. Sur l’identité des deux derniers zoonymes, voir Eupolis ap. Ath. 3, 89 f.
  • 68 Voir Arist., HA 548 a 22 : “les animaux qui n’ont pas de coquille, comme les orties de mer et les (...)
  • 69 HA 539 a 9 ; Arist. HA 546 b 17. Ce statut n’est pas sans rapport avec sa froideur (Arist., GA 761 (...)
  • 70 Arist. GA 731 b 8 (voir Arist. GA 761 a 29 & 715 b 17). Cette idée revient souvent dans les autres (...)
  • 71 Les testacés n’ont certes pas d’yeux (Arist., HA 491 b 27), mais parfois une sorte de langue (HA 5 (...)
  • 72 Arist., PA 681 a 32 (voir ibid. 681 b, à propos des actinies -κνῖδαι-).
  • 73 Il n’y a pas de différence sexuelle parmi les testacés (Arist., HA 537 b 25 ; Ar.Byz., Epit. 1,43) (...)

9Sous le terme τὰ ὀστρακόδερµα [ostrakoderma] (154/270), traduit conventionnellement via sa forme latine par le mot “testacés”, sont désignés tous les animaux marins qui n’appartiennent pas aux classes des monstres marins, des poissons, des crustacés, et des céphalopodes56. Cette classe fourre-tout, dénommée par un adjectif substantivé signifiant : “dont la peau (δέρµα) est une coquille (ὅστρακoν)”, presque toujours employé au pluriel, apparaît d’abord chez Aristote comme un des quatre groupes de non sanguins57. Elle est parfois désignée par le métonyme ὅστρεα, qui peut englober l’ensemble des coquillages58 : “un autre genre est celui des testacés, qu’on appelle coquillages (ὅστρεoν)”59. La définition que tâche d’en donner le Stagirite est plus restrictive, mais ne convient pas à tous les sujets : “ce sont les animaux dont la partie charnue (τò σαρκῶδες) est à l’intérieur, la partie solide (τò στερεόν) à l’extérieur (...) ; tel est le genre des escargots et celui des huîtres”60. Le biologiste y inclut en fait des animaux qui ont une chair externe comme la patelle, pas de chair du tout comme l’oursin, ou pas de coquille, comme les actinies ou les éponges61. Il existe donc dans cette catégorie de nombreuses espèces marginales, qui sont dûment signalées : le pagure (καρκίνιoν)62, l’oursin (ἐχῖνoς)63, les ascidies (τὴθυα)64, l’étoile de mer (ἀστὴρ)65, l’actinie (ἀκαλὴϕη)66, les orties de mer (κνῖδαι)67. Il arrive parfois à Aristote de restreindre l’extension du terme aux seuls animaux effectivement pourvus de coquilles68. Ce genre composite est considéré comme le plus bas des genres, et il présente une forme intermédiaire entre l’animal et la plante69 : “quant aux testacés, qui occupent une place intermédiaire entre les animaux et les végétaux, comme ils appartiennent à la fois aux deux groupes, ils n’accomplissent la fonction ni de l’un ni de l’autre”70. Bien qu’il les crédite de sensibilité, Aristote en certains cas n’hésite pas à nommer certains d’entre eux des plantes71 : “les ascidies et les autres animaux de ce genre, on est en droit de les qualifier de végétaux (ϕυτικόν)”72. La génération spontanée, qui est le mode de reproduction le plus répandu – sinon le seul – chez ces animaux contribue aussi à les rapprocher des végétaux73.

  • 74 PA 679 b 15 ; cf. ibid. 680 a 19 ; ibid. 683 b 11. Il distingue aussi, selon la place de la chair, (...)
  • 75 Aristote emploie l’adjectif pour parler des téguments des animaux non sanguins : “c’est pourquoi l (...)
  • 76 Voir Alex, Pr. 1, 8 ; S.E., M. 1, 50, 3 : “les animaux à coquille, à chair apparente, à arêtes, à (...)
  • 77 Ath. 3, 106 d ; voir Ael., NA 11, 37 : “des ostracodermes : huîtres, pourpres, buccins, bigorneaux (...)

10Aristote distingue toutefois trois sous-catégories parmi les ὀστρακόδερµα : les turbines, les bivalves et les univalves : “il existe d’ailleurs beaucoup de genres et d’espèces de testacés. Les uns sont en spirale (στρoµβώδη) comme ceux dont nous venons de parler, d’autres sont bivalves (δίθυρα), d’autres univalves (µoνόθυρα)”74. Après Aristote ce lexème est souvent délaissé au profit d’ὅστρεα, et lorsque le mot est employé, il n’est pas rare qu’il retrouve son sens littéral75 et s’applique indifféremment aux animaux marins sans écailles ni peau molle, c’est-à-dire aussi bien aux vrais testacés qu’aux crustacés76. C’est même exclusivement cette dernière classe que désigne en général ce mot chez les diététiciens et chez Élien : “à propos de ces ostracodermes Diphilos de Siphnos écrit : Parmi les ostracodermes, la crevette, le homard, la langouste, le crabe et le crabe-lion, quoique de même genre, présentent des différences”77.

  • 78 Élien, qui emploie les deux lexemes, n’use d’ὀστρακόδερµoς avec le sens classique que dans des pas (...)
  • 79 Il s’agit d’une sorte d’huître ou de moule (voir Thompson, 1936, s.v ; et Keller, 1913, II, p. 561 (...)
  • 80 Ael., NA 9,6.
  • 81 Teucer, ap. Ath. 10, 455 e. On trouve aussi en fonction d’adjectif le mot ὀστρακόρινα, qui signifi (...)

11L’adjectif ὀστρακỏνωτoς [ostraκonôtos] (2/2), signifiant littéralement “au dos (νῶτoν) formé par une coquille (ὅστρακoν)”, constitue un doublet non aristotélicien d’ὀστρακόδερµoς78 : “voici encore un trait particulier aux testacés (τῶν ὀστρακoνώτων) et aux crustacés. Ces animaux ont coutume, lorsque la lune décroît, de devenir à la fois un peu plus vides et un peu plus légers. Mon assertion est confirmée, du côté des testacés (τῶν ὀστρακoνώτων), par les murex, les buccins, les sphondyles79 et les animaux de même naturel80. On trouve également ce terme dans la définition de l’escargot que donne Teucer dans ses Définitions (‘Oρισµoί) : “animal sans pattes, sans arêtes, sans os, au dos formé d’une coquille, avec des yeux allongés qui sortent et se rétractent”81.

  • 82 Arist. (60/73). II est cite comme tel par Aristophane (Epit. 1,1), Apulee (Mag. 38) et Elien (NA 1 (...)
  • 83 Arist., HA 523 b 5 ; voir Ar.Byz., Epit. 1,4 : “On qualifie de crustaces les differentes varietes (...)

12Le terme μαλακόστρακος [malakostrakos] (75/97) fait partie du vocabulaire aristotelicien traditionnel82 : il designe les “animaux à coquille (ὄστρακον) molle (μαλακός)”, c’est-a-dire les crustaces. Aristote en donne la definition suivante : “un autre genre [de non sanguins] est celui des crustacés ; ce sont tous ceux qui ont la partie rigide (τὸ στερεόν) a l’exterieur, la partie molle et charnue (τὸ μαλακὸν καὶ σαρκῶδες) a l’intérieur. Leur partie dure n’est pas friable mais se brise en gros eclats. C’est par exemple le genre des langoustes et des crabes”83.

  • 84 G A 743 b 11 : “chez les autres animaux le visqueux est sec (voila pourquoi les téguments des anim (...)
  • 85 Arist., HA 525 b 12-13 ; voir FA 654 a 1 ; Gai., Aliment. fax. 6, 735, 14.
  • 86 Ce genre est en effet “anonyme” (voir HA 490 b 10 : “un autre genre, celui des crustaces, qui n’a (...)
  • 87 HA 601 a 17.
  • 88 Ael., NA 9,22.

13Leur tégument, qui est defini lui-meme comme μαλακόατρακος84, a la fonction d’une peau et la durete d’une coquille : “ils ont la partie rigide et du type de la coquille (ỏστρακῶδες), a l’exterieur, a la place de la peau, et la partie charnue a l’intérieur”85. Ce terme, comme la plupart des lexèmes aristotéliciens, a une valeur littérale : il n’est pas considère comme un “nom”86, et son emploi comme classème n’interdit pas d’autres acceptions comme dans le passage suivant ou l’adjectif permet de distinguer deux types de crustacés dont le tégument est plus ou moins dur : “les crabes perdent aussi leur dépouille ; le fait est communément admis pour ceux à carapace molle (μαλακόατρακοι), mais on prétend qu’il en est de même pour ceux dont la carapace est dure (ὀστρακοδέρμους), comme les araignées de mer”87. Élien en use aussi avec cette liberté : “les étoiles de mer sont des animaux marins ; et elles ont, elles aussi, une coquille molle (μαλακόστρακοι)”88.

  • 89 HA 534 b 12.
  • 90 HA 525 a 30. Ils sont cites dans le meme ordre en PA 683 b 26.
  • 91 HA 525 a 34 : “Il y a de nombreuses varietes de crevettes et de crabes”, et il les nomme.
  • 92 Voir Resp. 476 b 31 & 477 a 3 ; HA 537 a 1 & 541 b 19 ; PA 607 b 3 & 661 a 13 ; GA 757 b 33 ; etc.
  • 93 Dioclès, Fr. 134, ap. Ath. 3, 105 b : “Dioclès de Caryste dit : les crevettes, crabes, langoustes, (...)
  • 94 Speus., Fr. L 8, ap. Ath. 3, 105 b ; voir Gai., Aliment, foc. 6, 735, 14 & Temp. 1,639, 13 ; Ael., (...)
  • 95 Gal., Vict. Alt. 1, 64, 1 ; cf. Gai., Aliment. fac. 6,735, 18.

14Les μαλακόστρακα constituent un des quatre genres de non sanguins : “les autres genres d’animaux [= les non sanguins] se repartissent en quatre genres qui englobent la masse des animaux qui restent : ce sont les céphalopodes, les crustacés, les testacés et enfin les arthropodes”89. Cette classe est elle-même subdivisée en quatre familles nettement distinguées dans les analyses : “parmi les crustacés, une première famille (γένος) est celle des langoustes (καράβων) ; une autre, voisine de la précédente, est celle de ceux qu’on appelle les homards (ἀστακῶν) ; ceux-ci se distinguent des langoustes par la pince qu’ils ont et par quelques autres différences peu nombreuses. Une autre est celle des crevettes (καρίδων) et une autre encore celle des crabes (καρκίνων)”90. Ces familles comptent elles-mêmes de nombreuses espèces et le Stagirite mentionne trois variétés de crevettes et six de crabes91 ; mais ce sont les langoustes (κάραβοι) qui sont les exemples de loin les plus souvent cites par Aristote pour illustrer cette classe92. Ces quatre familles sont aussi celles qui figurent dans un fragment de Dioclès93 et Speusippe range, pour sa part, sous le nom de “crustacé”, six espèces dont une est inconnue d’Aristote : “Speusippe, dans le deuxième livre des Semblables (‘Ομοίων) dit que se ressemblent, parmi les crustacés, la langouste, le homard, la nymphe, l’ourse, le crabe et le pagure (κάραβον, ἀστακόν, νύμϕην, ἄρκτον, καρκίνον, τάγουρον)”94. Ce terme est, a n’en pas douter, un classème qui déborde le cadre de la biologie aristotélicienne et auquel Galien reconnait, âpres d’autres, une pertinence diététique : s’ils ont bon gout (εὒστομα), le médecin pourtant les déconseille car ils ont une chair dure (σκληρός) et sont indigestes (δυσμετάβλητα)95.

  • 96 HA 487 b 16.
  • 97 PA 683 b 25.
  • 98 GA 743 b 11 ; pour Galien, seule leur “peau” est seche (Gal., Temp. 1,639, 13).
  • 99 GA 761 b 2 : “[comme l’eau potable est froide] les animaux depourvus de sang et dont la nature n’a (...)
  • 100 GA 733 b 10 ; voir ibid. 732 b 8 & 733 a 29.
  • 101 GA 733 a 21.

15Ces êtres font partie des animaux nageurs : “certains sont nageurs (νευστικά), comme par exemple les crustacés tels que les langoustes”96 ; mais aussi des marcheurs : “tous les crustacés sont aussi des marcheurs (πορευτικά) car ils ont un grand nombre de pattes”97. Ils sont secs98 et froids99 ; et c’est pourquoi ils pondent des œufs inachevés : “ceux dont la nature est plus froide produisent un œuf mais cet œuf n’est pas achève (ού τέλειον) ; il achève son développement a l’extérieur. C’est le cas du genre des poissons à écailles, des crustacés et des céphalopodes”100 ; comme ils sont également terreux, ils font des œufs à enveloppe dure101.

  • 102 Voir Xenocr., ap. Orib. 2, 58, 12 ; Mnes., Fr. 38, 16.
  • 103 PA 649 b 31 (leur partie dure est externe au lieu d’etre interne).
  • 104 HA 539 a 9 ; il existe d’ailleurs un animal (le pagure) qui est entre les testaces et les crustace (...)

16Les animaux non sanguins ne sont pas strictement hiérarchises et les crustacés apparaissent a des places variables dans les listes ; toutefois ils sont moins proches des poissons que les céphalopodes102. D’un autre cote, ils sont très souvent associes a ces derniers avec lesquels ils partagent un grand nombre de traits et desquels ils se distinguent essentiellement par une inversion de la place de leurs parties dure et molle103. Leur place est grossièrement entre les testacés et les céphalopodes : “il faut commencer d’abord (πρῶτον δ’ ἀρκτέον) par les testacés, passer ensuite aux crustacés et prendre dans l’ordre les autres genres, c’est-a-dire les céphalopodes et les insectes...”104.

  • 105 GA 715 b 1 (voir HA 537 b 26 ; GA 755 b 35).
  • 106 GA 755 b 33.
  • 107 GA717a3.
  • 108 Sur cette communaute, voir aussi les remarques d’Aristote sur le sommeil (HA 537 b 5), sur la pont (...)
  • 109 GA 720 b 9 (voir HA 541 b 19) ; ils couvent ensuite leurs œufs sous leur corps (ibid. 550 a 32).
  • 110 HA 525 a 30-527 b 35 ; et PA 683 b 25-684 b 5.
  • 111 HA 526b21sq.
  • 112 PA 678 b l0 ; ibid 679 a 31.
  • 113 PA 661 a 13.
  • 114 PA 681 b 3.
  • 115 HA 534 b 16. Galien precise que le siege de leur sensation se trouve dans le thorax car ils n’ont (...)
  • 116 HA 535 b 14 : “aucun crustace n’emet de son ni ne produit de bruit naturel”.
  • 117 HA 526 a 8.
  • 118 HA 599 b 28.
  • 119 HA 590 b 10 : “les crustaces se nourrissent de la meme facon. Eux aussi sont omnivores ; en effet (...)

17Leurs principales propriétés sexuelles sont les suivantes : dans tout le genre il existe une distinction sexuelle105 ; leur accouplement dure longtemps106 ; les femelles ont un utérus double107. Ces propriétés sont aussi communes aux céphalopodes108, mais l’accouplement des crustacés est original, car leur queue les force, comme les animaux “qui urinent par derrière”, a se présenter “l’un sur le dos, l’autre sur le ventre, en se tenant queue contre queue”, τὸ μὲν ὕπτιον τὸ δὲ πρανὲς ἐπαλλάξῃ τὰ ούραῖα109. Le Stagirite leur consacre deux études anatomiques très détaillées, a la fois globales et particulières110. Il énumère les traits communs des crustacés dans un paragraphe synthétique111 : ils ont tous deux dents112, une sorte de langue113, un estomac qui fait directement suite à la bouche, un hépatopancréas (μύτις ἢμήκων), et les femelles portent les œufs prés de l’intestin114. Ils ont tous les sens115, mais n’émettent pas de son116 ; leurs yeux “sont durs et se meuvent vers le dehors, vers le dedans et obliquement”117. Concernant leur mode de vie, Aristote souligne qu’ils hibernent pendant les jours les plus froids118, et qu’ils sont omnivores119.

  • 120 Arist, HA 528 b 1. L’exemple d’ ỏστρακόδερμα laisse penser que ce terme qui, litteralement, renvoi (...)

18L’adjectif σκληρόστρακος [sklêrostrakos] (1/1), compose de σκληρός (dur), est un hapax aristotélicien, employé au pluriel substantive, comme synonyme d’ὀστρακόδερμα : “un point commun à ces animaux (Le. les turbines) et aux autres coquillages c’est d’avoir l’intérieur de la coquille lisse”120.

  • 121 GA 718 b 16 (voir ibid. 753 a 2 et 754 a 18). La remarque est reprise pour les oiseaux (HA 559 a 1 (...)
  • 122 GA 733 a 18 ; voir ibid. 758 a 19.
  • 123 Arist., Sens. 438 a 24 ; cf. PA 657 a 32 ; Pr. 958 b 32. On trouve par ailleurs une occurrence sus (...)
  • 124 IA 713 b 27.

19L’adjectif σκληρόδερμος [sklêrodermos] (20/24) est un terme strictement aristotélicien. Il est surtout employé (1) à propos des œufs : les oiseaux et les quadrupèdes ont des “œufs qui doivent avoir, pour les protéger, une peau dure (σκληρόδερμα εἶναι) ; ils l’ont molle (μαλακόδερμα) tant qu’ils n’ont pas atteint leur complet développement”121 ; les poissons et les crustacés ont également des œufs à enveloppe dure, signe de froideur et de nature terreuse122 ; (2) et parfois à propos des yeux : “les yeux des animaux non sanguins ont une peau dure (σκληρóδερµοι)”123. (3) Enfin, il qualifie le tégument des crustacés : la flexion des crabes se fait sur le cote, “parce que leurs membres sont couverts d’une peau dure et de la nature de la coquille (σκληρóδερµα καὶ ὀστρακώδη)”124.

  • 125 II est substantive dans quatre cas.
  • 126 HA 490 a 2 ; cf. IA 713 b 23 : “chez les langoustes, qui ont une enveloppe dure (ὄντων σκληροδέρμω (...)
  • 127 HA 549 b 31. P. Louis traduit incomprehensiblement par “testaces”. II est evident qu’il s’agit des (...)
  • 128 PA 657 b 30 ; voir ibid. 658 a 1 : “la nature a rendu mobiles les yeux des insectes et plus encore (...)

20Mais l’adjectif est aussi usité en cinq occasions comme substitut de µαλακόστρακα, et donc comme classème pour designer les crustacés125 : “Les animaux à peau dure (τὰ σκληρóδερµα) comme la langouste nagent au moyen de leur partie caudale”126. Ainsi la “peau dure” et la “coquille molle” (µαλακόστρακος) définissent un seul et même type de tégument. Ce terme apparait précisément lorsqu’il est question d’œufs ou d’yeux et conserve donc une valeur littérale : “ [l’œuf des céphalopodes] devient avec le temps granuleux, comme les œufs des animaux à peau dure (τῶν σκληροδέρµων)”127 ; “quant aux poissons, aux arthropodes et aux animaux à peau dure, ils ont diverses formes d’yeux, mais aucun ne possède de paupières. En effet, les animaux à peau dure n’ont pas du tout <de paupières>”128.

  • 129 Voir Arist., HA 489 b 15 : “les œufs tantοt ont pour peau une coquille et sont bicolores – comme c (...)
  • 130 Arist., GA 718 b 36 ; voir ibid. 718 b 17 & 749 a 22 & 754 a 31 ; cf. ibid. 718 a 38 : “parce qu’i (...)
  • 131 Ath. 8,353 e.
  • 132 Cf. Arist., GA 755 b 33 : “c’est le cas egalement des cephalopodes et des crustaces que l’on voit (...)

21L’adjectif µαλακόδερµος [malakodermos] (11/15) “qui a une peau ou une enveloppe (δέρµα) molle (µαλακός)”, s’applique aux œufs inachevés des sélaciens par rapport aux autres œufs qui ont une enveloppe dure129 : “<les sélaciens> produisent des œufs à enveloppe molle (µαλακόδερµα)”130. L’adjectif est une seule fois employé comme classème zoologique, mais il est difficile de déterminer exactement quelle est son extension : “<Aristote> dit que la copulation des animaux à peau molle (µαλακόδερµα), des testacés, des sélaciens et des arthropodes dure longtemps”131. On doit sans doute ranger sous ce terme les céphalopodes, et peut-être aussi les crustacés132.

  • 133 Aristote parle bien une fois des turbines (“coquillages univalves spires”, d’apres Littre) qui ont (...)
  • 134 On ne trouve qu’une occurrence chez Athenee (3, 89 b), qui est une paraphrase d’Aristote (HA547 b (...)
  • 135 HA 4 529 a 14.
  • 136 PA 679 b 15 : “certains sont turbines, d’autres bivalves, d’autres univalves” (id. en PA 683 b 12  (...)
  • 137 HA 528 b 17. La meme idee est developpee quelques lignes plus haut (b 11).
  • 138 PA 684 b 20 & 34. Il existe aussi des animaux qui sont entre les turbines et les crustaces (HA 529 (...)

22Les animaux appelés στροµβώδης [strombôdès] (26/38), ou στροµβοειδής [stromboeidès] (2/2) sont les “turbines”, c’est-a-dire les gastéropodes a coquille133. Ce terme, forme sur le mot στρóµβος qui, des Homère, désigne des coquillages (peut-être les bigorneaux), n’est employé que par Aristote134 et vise les gastéropodes marins comme terrestres : “cela vaut pour tous les turbines, aussi bien les terrestres que les marins (τοῖς χερσαίοις καί τοῖς θαλαττίοις)”135. Ces animaux qui font partie des testacés, dont ils constituent un des trois embranchements136, forment un groupe particulièrement homogène : “la nature de tous les turbines est identique ; elle ne diffère, nous l’avons dit, que du plus au moins (καθ’ ὑπεροχήν)”137. Ces animaux se signalent aussi par le fait qu’ils présentent certaines affinités notables avec les crustacés et les céphalopodes138.

  • 139 Voir HA 528 b 20-529 a 25.
  • 140 HA 528 a 34 : “tous les turbines se meuvent et rampent”.
  • 141 HA 528 a 7.
  • 142 HA 528 b 23-529 a 1.
  • 143 HA 528 b 6 sq. Ces trois proprietes typiques sont reprises ailleurs : l’helice (GA 763 a 22), l’op (...)
  • 144 HA 528 a 7 sq.

23Aristote décrit la coquille et les organes de ces animaux avec une extrême minutie qui suppose, a l’évidence, une observation attentive139. Leurs principales caractéristiques sont les suivantes : ils sont mobiles (a la différence de nombreux testacés)140, leur chair est invisible sauf la tête141, ils ont une langue térébrante, deux cornes sur la tête et un estomac immédiatement raccorde a la bouche142 ; en ce qui concerne leur coquille, le Stagirite note : “une particularité de la coquille chez ces derniers est que l’extrémité opposée a la tête forme toujours une spirale. En outre tous ont de naissance un opercule. D’autre part tous les turbines parmi les testacés ont la coquille à droite (ἔστι δὲ πάντα τὰ στροµβώδη τῶν ὀστρακοδέρµων δεξιά) et se meuvent non pas dans le sens des spires mais dans le sens contraire”143. Les principales espèces mentionnées sont les escargots (χερσαῖοι κοχλίαι), les cagouilles (κοκάλια), et dans la mer, les murex (πορϕύραι), les buccins (κήρνκες), la littorine (κόχρλος)144 … et les bigorneaux (στρόµβοι).

  • 145 Mich., In/ PA 71,23.
  • 146 HA 528 a 11 sq. (et son echo en PA 679 b 16 sq.)
  • 147 HA4 528 a 12.
  • 148 Voir HA 529 a 25.
  • 149 HA 529 a 26 (voir PA 679 b 34). Ils ont aussi un pied, et leur partie charnue adhere a la coquille (...)

24L’adjectif μονόθυρος [monothuros] (12/14) forme de μὀνος (unique) et de θύρα (porte, volet) est strictement aristotélicien dans l’acception biologique, et Michel d’Ephese, commentant Aristote, est le seul auteur à le réutiliser dans ce sens145. Il apparait dans deux passages principalement146, et qualifie un des trois grands groupes de testacés à coquilles, a cote des turbines (en spirales) et des bivalves. La définition du groupe est claire : “j’appelle bivalves ceux qui sont enfermes dans deux coquilles, univalves ceux qui n’en ont qu’une : la partie charnue est alors à découvert, comme pour la patelle (λέγω δὲ δίθυρα τά δυςίν ὀστράκοις περιεχόμενα, μονόθυρα δὲ τὰ ἑνί τò δὲ σαρκῶδες ἑπιπολῆς οἶον ἡ λεπάς)”147. Mais outre que cette tripartition n’intègre pas tous les testacés, la différence notée par μονόθυρος est suivie d’une série de distinctions parmi les coquillages qui apparaissent aussi importantes entre les animaux a coquilles lisses (λειόστρακα) vs a coquille rugueuse (τραχυόστρακα) ; ceux a coquille a bord mince (λεπιοχειλῆ) vs coquille a bord épais (παχυχειλῆ) ; les mobiles (κινητικά) vs les fixes (ἀκίνητα). Bivalves et univalves ne présentent en fait, a part le nombre de coquilles, pratiquement aucune différence148 : ils ont une tête, des cornes, une bouche et une sorte de langue149 ; et leur anatomie est étudiée conjointement.

  • 150 Aristote l’emploie aussi pour qualifier des graines (Juv. 468 b ; GA 751 a 22 ; voir Thphr. HP 8,2 (...)
  • 151 Notons qu’en PA 681 a 10 les ascidies sont pourtant bien distinguees des testaces.
  • 152 HA 528 a 14. L e type le plus proche des univalves est le second, si c’est bien lui qu’Aristote de (...)

25L’adjectif δίθυρος [dithuros] (20/22) “a deux volets”, bivalve, est le pendant du terme précédent150. Aristote distingue différentes façons d’être bivalves : “Parmi les bivalves les uns peuvent s’ouvrir (τὰ μέν ἐστιω ἀναπικτά), par exemple les pétoncles et les moules : car tous ces coquillages ont leurs valves jointes d’un cote et libres de l’autre (τῇ μέν συμπὲφυκε τῇ δὲ διαλέυται), de sorte qu’elles peuvent se fermer ou s’ouvrir. D’autres sont bivalves mais soudes des deux côtés (συγκἐκλεισται ἐπ’ ἀμΦότερα), par exemple les couteaux. Il y en a encore qui sont entièrement enveloppes par la coquille (ὃλα περιέχεται τῷ ὀστράκῳ) et ne laissent apparaitre extérieurement aucune partie de chair a nu, ceux qu’on appelle les ascidies151, par exemple”152.

  • 153 Aristote l’emploie pour les hommes (An. 421 a 25-26) et pour les oiseaux (HA 486 b 9) ; un auteur (...)
  • 154 Par exemple un homme de la campagne a une chair dure (Gai., Simp. med. 12, 299, 16 ; etc.) ; les p (...)
  • 155 Les oiseaux a chair dure (Gal., Meth. med. 11, 35, 1) sont les oiseaux des marais et ils s’opposen (...)
  • 156 Voir Aliment, fac. 6, 727,6 sq. ; Rebus boni malique suci 6, 796, 11 ; Comp. med. 13, 174, 3 ; mai (...)
  • 157 Gal., Aliment. fac. 6, 726, 14.
  • 158 II est applique a l’ensemble des crustaces et des testaces (Gal., in Hp. aphor. 17b, 485, 1). Hier (...)

26La catégorie de τὰ σκληρóσαρκα, pluriel substantive de σκληρόσαρκος [sklêrosarkos] (40/82), apparait avec Galien (27/40). Avant lui, l’adjectif σκληρóσαρκος (“a chair dure”) est employé par Aristote et dans le corpus hippocratique indifféremment pour les hommes, les oiseaux, ou les poissons, comme adjectif spécifique ou individuel153. L’emploi littéral et général persiste chez Galien qui, lui aussi, utilise ce mot pour qualifier des individus154 ; l’adjectif introduit une différence pertinente parmi les oiseaux, les testacés et surtout les poissons155. Mais τὰ σκληρóσαρκα est spécialise, sans doute au moins depuis le médecin Phylotimos, dans le sens de “poissons a chair dure”, et s’oppose à τὰ μαλακóσαρλα ou τὰ ἁπαλóσαρκα, “les poissons a chair tendre”156. Galien, dans le De alimentorum facultatibus intitule une de ses rubriques περὶ τῶν σκληροσάρκων ἰχθύων157. Pourtant, ce lexème ne correspond pas à une classe naturelle et applique une distinction qui concerne les produits de la mer en général et relève essentiellement de la gastronomie158.

  • 159 Arist., An. 421 a 25-26 ; HA 486 b 9.
  • 160 Pour ce second emploi voir Puis. 9, 523, 1 & Meth. med. 10, 342, 15 & Simp. med. 12, 179, 17, etc.
  • 161 Gal., Med. meth. 11,35,1.
  • 162 Ath.8, 357 f.
  • 163 Ath. 7, 305 b ; cf. Id. 309 c & 320 d ; Gal., Aliment fac. 6,746, 12.
  • 164 Gal., Aliment. fac. 6, 720, 3. On trouve aussi cette classe dans le corpus hippocratique : “sur le (...)
  • 165 Voir Galien (Hist. phil. 488, 11), qui cite entre autres comme (μαλακóσαρκα) les selaciens (τὰ σελ (...)

27L’adjectif contraire μσλακόσαρκος [malakosarkos] (35/66), signifiant “a chair (σάρξ) molle (μαλσκός)”, se retrouve chez les mêmes auteurs et s’oppose au précédent terme des Aristote159. Galien (22/35) l’emploie aussi souvent comme adjectif classificatoire pour les poissons qu’individuellement pour des hommes160 ; il en use même une fois comme d’un classème pour les oiseaux : “les oiseaux à chair molle (τῶν πτηνῶν τὰ μαλακóσαρκα)”161. Mais “la classe <des poissons> qu’on dit à chair molle (γένος τò καλούμενον μαλκóσαρκον)” est plus homogène que celle des poissons a chair dure162. Elle désigne, selon Dioclès, une subdivision des “poissons de roche” : “Dioclès écrit, dans le premier livre de son Hygiène : les poissons de roche appelés à chair molle (καλούμενοι μαλακóσαρκοι), les merles, les labres, les goujons, les physis, les mangeurs de farine ( ?)...”163. Galien consacre également une rubrique aux poissons a chair molle (τερὶ τῶν μσλακοσάρκων ἰχθύων), a l’instar de Phylotimos : “Phylotimos, dans son troisième livre de l’ouvrage De la nourriture, consacre aux poissons à chair molle, les énumère ainsi...”164. Mais ce lexème surtout gastronomique peut s’appliquer a tous les produits de la mer dont la chair est molle ou fondante, y compris les céphalopodes et les coquillages (mais non pas les crustacés)165.

  • 166 Xenocrate, ap. Orib. 1, 124 qualifie d’ ἁπαλóσρκοι les poissons definis comme μαλακóσαρκοι (compar (...)
  • 167 Gal., Aliment fac. 6, 747, 14 (voir ibid. 6, 724, 8 & 720, 8 ou, parmi les poissons, le groupe a c (...)
  • 168 Gal., Meth. med. 10, 537, 9 ; voir Id., Comp. med. 12, 518, 2 & Rebus boni malique suci 6,812, 7.

28L’adjectif ἁπαλóσαρκος [hapalosarkos] (47/66), dont Galien (32/41) est encore le principal utilisateur, est employé comme doublet de µαλακóσαρκος dans le vocabulaire ichtyologique, bien qu’il qualifie principalement dans la littérature médicale les corps humains166 : “mais tu pourrais trouver un milieu entre les poissons a chair dure et les poissons a chair molle (τῶν µαλακοσάρκων), <une espèce> qui n’ait ni une chair tendre (ἁπαλóσαρκον), ni une chair dure”167. Galien l’applique huit fois a des poissons, comme équivalent de πετραῖοι, et jamais a une autre catégorie animale : “des poissons à chair tendre, comme le sont tous les poissons de roche et ceux qu’on appelle merluches”168.

  • 169 Posidip., Fr. 26, 8 ; Arr. Tact. 1, 3, 5 ; Luc , V.H 1, 14 ; Plu., Lucull. 28, 1, 3 ; Str. 15, 3, (...)
  • 170 Ce terme fait partie du vocabulaire typique d’Aristote (voir Ap., Mag. 38 ; Ael., NA 11, 37) ; mai (...)
  • 171 Arist., HA 490 b 2 4 ; Id. , PA 692 b 11 ; Ar., Epit. 1, 1.
  • 172 Ar. Byz., Epit. 1, 13.
  • 173 Voir Gal., Temp. 1, 612, 7 ; Aristote, passim (e.g. GA 716b 25). Parmi les sujets de cette classe (...)
  • 174 PA 657 b 11.
  • 175 Comme les plumes des oiseaux, l’enveloppe des Φολιδωτἀ est “une sorte de coquille epaisse qui empe (...)
  • 176 Arist., GA 733 a 7 ; voir I d , Resp. 475 b 22.
  • 177 Arist., HA 600 b 19 ; Ar.Byz., Epit. 1, 13.
  • 178 HA 594 a 4. Ils ont tous des crocs (καρχαρὀδοντα : HA 503 a 10).
  • 179 HA 599 a 30 : “il y a meme un grand nombre d’animaux sanguins qui hibernent (фωλεῖ), par exemple l (...)
  • 180 Arist., HA 503 a 7.
  • 181 Arist., PA 658a 12 ; Ιd., HA 504 a27.
  • 182 Arist., PA 664 b 24.
  • 183 Arist., PA 671 a 12.

29C’est aussi par le tégument que sont définis les “reptiles”. Le terme φολιδωτóς [pholidôtos] (58/69), dérive de φολίς (carapace) et signifiant “couvert de plaques cornées”, est souvent oppose comme catégorie générale au pluriel a λεπιδωτά. Comme ce dernier mot, il qualifie avant tout des objets et en particulier des cuirasses169. C’est Aristote qui l’emploie sous forme d’adjectif ou de substantif pour designer la peau squameuse ou cornée des reptiles170 : “le genre des serpents (τò τῶν ὄφεων γένος) est sanguin et se meut sur terre ; il a des plaques cornées (φολιδωτóν)”171. Aristophane de Byzance en donne la définition suivante : “sont des animaux à plaques cornées le lézard, la salamandre, la tortue, le crocodile et la famille entière des serpents”172. De tous ces exemples le plus paradigmatique est le serpent173. Ces animaux qui rassemblent tous les quadrupèdes ovipares et les serpents174 sont associes aux oiseaux qui ont la même composition thermique qu’eux175 : “les oiseaux et les animaux à plaques cornées enfantent des petits complets (τελεσιονργοῦσι) en raison de leur chaleur, mais sont ovipares en raison de leur sécheresse”176. Les principales caractéristiques des sujets de cette classe sont la mue177, le régime omnivore178, et l’hibernation179. En ce qui concerne leur anatomie, ils n’ont ni oreilles, ni seins, ni génitoires extérieurs, ni poils180, ni paupière supérieure181, ni épiglotte182, ni vessie -sauf la tortue183.

  • 184 Arist. (113), Thphr. (1), Ar. Byz. (7), Alex. (5), Gai. (2), Ath. (1) ; mais Clement d’Alexandrie (...)
  • 185 L’acception sacrificielle de l’adjectif est cependant rare (Hdt. 2,119 ; Id. 7, 191 ; Plu. 857 b 6 (...)
  • 186 Arist., HA 523 b 13-18. La premiere definition donnee par Aristote est plus schematique : “J’appel (...)
  • 187 Aristote emploie exceptionnellement ξῷα avec ἔντομα (seulement en PA 654 a 10 et HA 550 b

30Le terme suivant est unique en son genre et ne repose pas sur une détermination anatomique précise : il s’agit des animaux dont le corps est “divise” ou “segmente”. Dans la mesure où cette caractéristique concerne l’enveloppe externe de l’animal, nous l’examinons dans le cadre de ce premier ensemble anatomique. Le classème τὰ ἔντομσ [entorna] (135/263) est incontestablement un néologisme aristotélicien, et on ne le rencontre que dans les ouvrages spécialises184. Le substantif neutre τò ἔντομον, forme sur l’adjectif ἔντομος (dérive de τέμνειν= couper) est employé par Hérodote uniquement pour designer des victimes sacrificielles ; il conserve en biologie sa valeur originale de “segmente”, et désigne globalement les arthropodes, selon la définition qu’en donne Aristote185 : “les segmentés comprennent tous les animaux qui, comme leur nom l’indique, présentent des segments soit a la partie ventrale, soit a la partie dorsale, soit aux deux, et qui n’ont pas une partie osseuse et une partie charnue séparée, mais une substance intermédiaire (ἔστι δ’ ἔντομα ὃσα κστὰ τοὒνομὰ ἐστιν ἐντομὰς ἔχοντα ἢ έν τοῖς ὑπτίοις ἢ ἐν τοῖς πρανέσιν ἢ ἐν ἀμφοῖν, καὶ οὒτε ὀστῶδες ἔχει ἕν κεχωρισμένον οὔτε σαρκῶδες, ἀλλὰ μέσον ἀμφοῖν). En effet leur corps est dur aussi bien intérieurement qu’extérieurement. Il y a d’autre part des segmentés qui n’ont pas d’ailes, <...> d’autres qui sont ailes”186. Ce terme est presque exclusivement employé comme un substantif et apparait toujours au pluriel187.

  • 188 HA 523 b 11 ; voir ibid. 531 b 20 : “c’est un genre qui comprend de nombreuses especes”.
  • 189 Cela est vrai chez tous les auteurs (Arist., HA 532 a 17 ; Ar.Byz., Epit. 1,10 ; Alex., Pr. 1, 64, (...)
  • 190 Les references donnees ci-apres ne representent pas toutes les occurrences des zoonymes mais les s (...)

31Aristote, qui cite une bonne trentaine de zonâmes relevant de cette classe insiste sur son hétérogénéité : “ce genre renferme un grand nombre d’espèces différentes d’animaux (ὃ <γένoς> πολλὰ καὶ ἀνóμοια εἲδη ζῴων”188. Les génériques-spécimens le plus souvent mentionnes sont les abeilles (μέλισσαι), les guêpes (σφῆκες), les fourmis (μύρμηκες) et les mouches (μυῖδι), qui font figure de paradigmes de la classe189 ; mais les ἒντομα débordent en fait nettement la classe des insectes : on y compte des arthropodes de toutes sortes : myriapodes comme l’iule ou la scolopendre, octopodes comme l’araignée, et mérostomes comme le scorpion190. Outre ces animaux pédestres, il faut inclure aussi des “vers” : nématodes, platodes et annélides. Ainsi la classe couvre au moins quatre embranchements de la classification moderne, et le classème “arthropodes”, quoiqu’approximatif et lui aussi partial, apparait moins inexact que celui d’ “insectes”.

  • 191 Ce sont generalement les animaux terrestres que les auteurs ont a l’esprit quand ils parlent d’ ἔν (...)
  • 192 Sur les epizoa aquatiques, voir HA 557 a 24 (“il n’existe qu’une espece de poux de mer, et elle se (...)
  • 193 Ainsi ὰά (HA 623 b 7) ; τά ἒντομα καὶ τρόμκα (IA 707 a 31 ; cf. PA 682 a 5 : ἰουλώδεις (...)
  • 194 Ces distinctions figurent dans le long passage consacre a l’anatomie des insectes (HA 682 a 35 sq. (...)

32Cette classe comprend des animaux terrestres191 mais aussi des marins (essentiellement des parasites animaux) et des ailes qui reçoivent le nom de πτιλωρά192. Les hyponymes signales par Aristote sont les suivants : les “mellifères” (τἀ κηριοποιά), et les insectes longs (τἁ ἒντομα καὶ πρóμηκα vel τά μῆκος ἒχοντα) qui correspondent aux vers et aux myriapodes193 ; mais c’est surtout parmi les insectes ailes qu’Aristote procède aux plus fines divisions, distinguant les coléoptères (τὰ κολεóπτερα), les diptères (τὰ δίπτεα), les tétraptères (τὰ τετράπτεπα), les homoptères (τὰ όλόπτερα), les polyptères (τὰ πολύπτερα), les insectes sans élytres (τὰ ἀνέλυτπ) ; et encore les ptérygotes a dard antérieur (τὰἐμροσθόκεντρα) et a dard postérieur (τά ỏπισθόκεντρα)194.

  • 195 Sur la vision des insectes (PA 657 b 30), leur olfaction (ibid. 659 b 16), leur gustation (ibid. 6 (...)
  • 196 Ils meurent au contact de l’huile (Arist., HA 605 b 20 ; Thphr., CP 6, 5, 3 ; Ar.Byz., Epit. 1,27 (...)
  • 197 Le sens premier d’evxouoc est bien “decoupe”, et la traduction par “segmente” euphemise l’idee, ex (...)
  • 198 PA 682 b 28 ; voir Id., Long. 467 a 18 : “les plantes ressemblent aux segmentes comme on l’a dit p (...)

33La pertinence très étendue de ce terme lui vaut de figurer dans tous les traites biologiques d’Aristote, et d’être invoque tant lors de développements anatomiques que pour des questions de reproduction, de respiration ou de sensation195. Les deux particularités les plus typiques des sujets de cette classe sont leur antipathie à l’huile et leur faculté de survivre lorsqu’ils ont été découpes196. Ce dernier trait contribue à rapprocher cette classe, qui partage de nombreux caractères avec les testacés, de la vie végétale197 : “il appartient a leur essence d’avoir plusieurs principes vitaux, et sur ce point ils se rapprochent des végétaux (προσέοικε τοῖς φυτοῖς)”198.

Les déterminations liées à la forme du pied

34Les différents groupes de quadrupèdes et d’oiseaux sont distingues sur la base de la nature de leurs pieds. Cette détermination constitue le critère central pour tous les animaux pédestres. Sur les mots ὄνυξ (ongle), πούς (pied), χηλή (pince), σκέλος (jambe), δάκτυος (doigt) sont forges des adjectifs qui reçoivent dans les traites d’Aristote, même lorsqu’ils apparaissent antérieurement, une acception conventionnelle et une forme substantivée.

  • 199 On considere que le mot viendrait de *σμ-ῶνυξ, presentant le vocalisme zero de *sem- (cf. εἷς, un) (...)
  • 200 On denombre 34 occurrences chez Homere, toujours au pluriel.
  • 201 Hes., Fr. 30, 4 ; Thgn. 1,997 ; Id. 2, 1253 ; Solon, Fr. 23,1, ap. Pl., Lys. 212 e 3 ; etc.
  • 202 Hp., Art. 1, 8, 27 (id. in Gal., Hum. 18 a, 359, 6). Le traite des Articulations fait partie des o (...)
  • 203 Pl., Plt. 265 d 10.

35L’adjectif μῶνυξ [mônux] (110/173), forme sur le nom grec de l’ongle (ὄνυξ), est un vocable épique, toujours employé au pluriel, qui signifie littéralement “au sabot indivis”199. Il est initialement réserve, dans les épopées homériques, a la qualification du cheval, dont il est une épithète de nature particulièrement fréquente200. La locution μώνυχες ἳπποι devient par la suite un syntagme récurrent dans la poésie201. Le premier auteur à employer l’adjectif de façon substantive pour designer une catégorie animale plus vaste, Le. Les solipedes (chevaux, anes, mulets, etc.) est Hippocrate : “les animaux qui ont une sole unique, dans la mesure ou ils ont une double dentition complete, peuvent brouter et peuvent refermer leur machoire sur l’herbe basse”202. Platon atteste que cette denomination est deja conventionnelle quand il l’emploie pour distinguer, parmi l’ensemble des animaux domestiques depourvus de cornes, ceux qui ont le pied divise (τò σχιστòν <μέρος>) et ceux qui ont le pied indivis (τό καλούμενον μὠνυχον)203.

  • 204 Aristote emploie le mot 38 fois, et une seule fois dans une acception differente (PA 659 a 26), co (...)
  • 205 Arist., HA 499 b 11. Cette classe est surtout opposee a la seconde (ibid. 499 b 13). Elle est cite (...)
  • 206 Arist., PA 642 b 30 ; ibid. 690 a 4 ; GA 771 a 20 (τò μὠνυχον (=τό άσχιδές), τò πολυσχιδές ; voir (...)
  • 207 Arist., PA 690 a 6.
  • 208 Arist., GA 771 b 2.
  • 209 W i 7 7 1 b l 0 s q.
  • 210 Arist., GA 774 b 6 & 771 a 20 & 773 b 1 ; Ar.Byz., Epit. 1, 118. L e porc constitue sur ce point u (...)

36Mais c’est Aristote qui consacre cette classe (τὰ µώνυχα) qu’il emploie en système avec τὰ πολυσχιδῆ et τὰ δίχηλη, pour exprimer les principales subdivisions de l’ensemble des quadrupèdes vivipares204 : “Parmi les quadrupèdes sanguins vivipares, les uns ont les pieds a plusieurs fentes <...>, d’autres ont le pied fourchu et au lieu d’ongles ont des sabots <...>, d’autres n’ont pas de fentes (τὰ δ’ ἀσχιδῆ), a savoir les solipèdes, comme le cheval et le mulet”205. Cette tripartition cruciale, et souvent rappelée206, ne repose pas seulement sur une différence morphologique. Aristote établit autour d’elle un réseau de corrélations et retrouve cette division a quatre autres niveaux : la taille, la composition élémentaire des animaux, le mode de reproduction, et divers traits anatomiques : “sont à sole unique les animaux chez lesquels, par suite de leur grande taille et de l’abondance de l’élément terreux, cette partie (Le. le pied) bénéficie d’une sécrétion qui, au lieu de servir aux cornes ou aux dents, se transforme en ongles”207 ; il ajoute qu’ “en règle générale, les solipèdes sont unipares, <que> les bifurques ont quelques petits, <et que> les fissipèdes sont multipares. La cause en est que la plupart du temps les différences de taille correspondent a ces différences-la. Cependant la règle n’est pas valable pour tous, car c’est la taille plus ou moins grande du corps qui est la cause d’une progéniture plus ou moins nombreuse et non le fait que le genre est solipède ou fissipède ou a les pieds fourchus”208. Cette mise au point, qui n’établit de vrai rapport de causalité qu’entre la taille et la reproduction, permet de rendre compte d’exceptions comme celle de l’éléphant et du chameau qui, tous deux parmi les plus grands animaux sont unipares bien que le premier soit fissipède et l’autre bifurque209. Le fait d’être solipède est également lie (bien que la cause naturelle en soit encore une fois la grande taille) a l’absence de superfétation chez ces animaux et donc a une plus grande perfection : “les solipèdes ont des petits parfaitement formes (τετελειωµένα) <...>. La raison est que les solipèdes sont unipares”210.

  • 211 En revanche les bifurques sont pourvus de deux cornes, au nombre des divisions de leur sabot : “la (...)
  • 212 HA 499 b 17 (voir Arist., PA 663 a 1 & 663 a 19 sq.). L’ane indien (rhinoceros ou antilope) est ex (...)
  • 213 Voir Ar.Byz., Epit. 1,14 (les exemples donnes - cheval, ane, mulet - sont les memes que ceux que d (...)
  • 214 Arist., GA 771 a 20 ; Ar.Byz., Epit. 2, 573 ; Ael., NA 11,37.
  • 215 GA 677 a 31.
  • 216 Arist., HA 500 a 30.
  • 217 Arist., PA 674 a 26.
  • 218 Arist., PA 688 a 32 (le texte de P. Louis : τὰ μὲν γὰρ όλιγοτόκα καὶ μώνυχα καὶ κερατοφόρα, doit e (...)
  • 219 Arist., PA 689 a 35.

37Enfin, morphologiquement, il n’est pas dans la nature des solipèdes d’avoir des cornes et ceux qui en ont, au nom d’une correspondance naturelle entre le nombre de divisions du pied et le nombre de cornes, n’en ont nécessairement qu’une seule211 : “on n’a jamais vu d’animal solipède avec deux cornes. Un petit nombre d’animaux ont une seule corne et sont solipèdes, par exemple l’âne de l’Inde”212. Les autres traits de cette classe d’animaux également appelée λάφουρα213, et dont le cheval demeure l’exemple caractéristique214, sont l’absence de bile215 et, chez les males, de mamelles216, l’existence d’un seul estomac217, la position des mamelles des femelles entre les cuisses218, et le fait qu’aucun sujet n’urine par derrière219.

  • 220 On le rencontre 7 fois dans les Problemes d’Alexandre qui touchent a des questions anatomiques (Pr (...)
  • 221 Gal., Hum. 18 a, 359, 8. Il s’agit donc d’un synonyme (ὄνομα συνώνυμον) obtenu par ellipse (ἔλλειψ (...)
  • 222 Gai., Anat. 2,545,10 ; voir ibid. 2,548, 8.

38L’adjectif μονῶνυξ [moniaux] (11/16), construit par combinaison de µóνoς (seul) et d’ὄνυξ (ongle) est un doublet laborieux mais exact de θῶνυξ. Selon les étymologistes grecs, nous dit Galien, ce vocable (qui n’est pourtant pas atteste avant Alexandre d’Aphrodisie)220 serait même la forme archaïque de μῶμηξ que le médecin fait dériver du nom de l’âne (ὂνος) : “les animaux a double dentition complète (τά ἀμφόδοντα) sont mônucha, ce nom étant une corruption, selon ce qu’affirment ceux qui s’attachent a l’étymologie, du mot monônuchas puisqu’ils ont les sabots des ânes (ἔχουσιν ὄνων ὄνυχας)”221. Galien lui-même l’emploie deux autres fois, lorsqu’il dresse la hiérarchie décroissante des animaux selon leur ressemblance avec l’homme : “d’abord les singes, en second lieu les animaux qui lui ressemblent, en troisième lieu d’ours, en quatrième lieu les carnivores et les porcins, en cinquième lieu les solipèdes (μονώνυχα). En sixième lieu les ruminants”222.

  • 223 On rencontre indifferemment les deux formes chez Aristote (de plus l’accent n’est pas stable...).
  • 224 II sert aussi a designer la fourche des jambes (Gal., Introd. 14, 707 ; Luc, Lex. 6 ; etc.), la di (...)
  • 225 Hdt. 2, 71. Voir aussi l’expression Sixntov eupacw (E., Ba. 740) pour parler des sabots des geniss (...)
  • 226 Voir la liste d’Ar.Byz., Epit. 1,1.
  • 227 PA 642 b 29 (voir ibid. 690 a 5) ; toute la tradition peripateticienne l’emploie (Phlp., in GA 14, (...)
  • 228 Arist., GA 771 b 8.
  • 229 Arist., GA 771 a 36.
  • 230 Arist., GA11A b 8.
  • 231 C’est ce qui justifie l’ordre suivi par Aristophane de Byzance dans la presentation des animaux
  • 232 Arist., HA 499 b 14 sq. ; Id., PA 663 a 28.
  • 233 Gai., Anat. 2,430, 18 (cf. Eust., in IL, 2,65,7).
  • 234 Arist., HA 499 b 16 (voir PA 662 b 35 & 663 a 18 ; HA 499 a 2).
  • 235 Arist., PA 663 a 19.
  • 236 Ils sont seulement associes par Aristote aux animaux cornus (PA 673 b 32 : τὰ κερατοφóρα καὶ
  • 237 Philostr., VA 2, 13, 26 ; Alex., Ref. soph. 1, 132, 7. En fait le rhinoceros est un perissodactyle (...)
  • 238 Ils ont d’ordinaire plusieurs estomacs, sauf le porc - qui en fait au lieu de trois (comme le cham (...)
  • 239 Arist., HA 502 a 10 ; voir ibid. 499 b 22 ; PA 690 a 21 ; voir Apollon., Mirab. 21 ; Ar.Byz., Epit (...)

39L’adjectif δίχηλος [dichêlos] (65/132) ou δίχαλος [dichalos] (24/32)223 forme du préfixe δι- (deux) et de χηλή (pince), est employé pour designer les animaux “bisulques” ou “bifurques”, comme synonyme - plus usuel – de δισχιδής Ce terme a, de fait, une acception zoologique dans la majorité de ses emplois224. La première occurrence du mot se trouve chez Hérodote pour qualifier l’hippopotame : “il est quadrupède et a le pied fendu (δίχηλον) comme le bœuf”225. Mais il s’agit surtout d’un lexème technique aristotélicien226, et c’est dans son œuvre que l’on rencontre la première occurrence de l’adjectif dans sa forme substantivée : “il en est de même pour le fait d’avoir des pieds : <les pédestres> sont tantôt a fentes multiples, tantôt a fente unique (c’est le cas des animaux à pieds fourchus - τὰ διχαλά-) tantôt sans fente ni division (c’est le cas des solipèdes)”227. Ce genre (γένος)228 d’animaux est souvent associe aux deux autres genres de quadrupèdes vivipares, les trois groupes étant hiérarchises selon la perfection de leurs produits, qui est fonction du nombre de petits engendres229 : les bifurques, qui sont généralement unipares ou bipares (ἢ μονοτóκα ἢ διτóκα)230 obtiennent le second rang231. Mais les bifurques sont surtout distingues des solipèdes qui sont morphologiquement le groupe le plus proche232 : “<un des genres> est celui des animaux qui ont des cornes, qui sont bifurques et ruminent, l’autre, celui de ceux qui n’ont pas de cornes ni de sabot divise (ἂκερó τε καὶ ἂχηλον)”233. La corrélation entre la forme du pied et la possession de cornes est effectivement une des plus valorisées, bien que tous les animaux pourvus de cornes ne soient pas des bifurques : “or la plupart de ceux qui ont des cornes ont naturellement le pied fourchu (διχαλά), par exemple le bœuf, le porc et la chèvre”234 ; mais le cas de l’âne indien, qui est solipède et possède des cornes235, n’empêche pas certains, moins prudents que le Stagirite236, de considérer cette corrélation comme universelle : “d’ailleurs, le fait d’avoir des cornes est réserve aux animaux qui ont le pied fourchu237 ; ils sont aussi pour la plupart des ruminants (µηρυκάζοντα)238. Le trait distinctif universel, et sur lequel tous les auteurs mettent l’accent, est qu’ils possèdent un astragale : “<l’hippopotame> a aussi un astragale, comme les <autres> bifurques239.

  • 240 Arist., PA 688 b 24 ; GA 771 b 10 ; HA 499 a 24 (mais il est διχηλος de facon particuliere).
  • 241 Arist., PA 663 a 8 & 674 a 27 ; il est parfois aussi solipede (Id., GA 774 b 18).
  • 242 Ar.Byz., Epit. 1, 15 ; voir Arist., Fr. 281.
  • 243 Arist., PA 630 b 4.
  • 244 Arist, HA 499 b 31.
  • 245 Ar.Byz., Epit. 2, 520.
  • 246 Arist, PA 663 a 24 ; Id., HA 499 b 19.
  • 247 Arist., HA 499 a 2.
  • 248 Thphr., Fr. 172,2.
  • 249 Arist., PA 663 a 19.
  • 250 Arist, HA 502 a 12 ; D S. 1, 35, 8, 3.
  • 251 Arist., PA 695 a 18 & 697 b 21 ; D S. 2, 50, 4, 5.

40Aristophane de Byzance donne une liste des exemples typiques de cette classe : “sont bifurques le chameau240, le cerf, le cochon241, le bœuf, le chevreuil, etc.”242. Outre ces animaux, sont qualifies de δὶχηλος des mammifères bisulques comme le bœuf243, le bison244, la chèvre245, l’oryx246, l’antilope et la gazelle247, le renne248, mais aussi des quadrupèdes qui sont en fait périssodactyles (le rhinocéros)249 ou artiodactyles (l’hippopotame)250 et un oiseau (l’autruche)251.

  • 252 Il n’a son sens zoologique que dans 43 occurrences (Arist. [26] ; Ar.Byz. [17]).
  • 253 A propos d’organes : Arist., HA 459 b 1 ; Gal., Caus. resp. 4, 466, 6 ; etc. ; de parties végétale (...)
  • 254 En médecine, il est aussi appliqué à des fractures complexes (Hp., Fract. 24 ; Opp., H 4,409).
  • 255 À propos de la main : Arist., PA 687 b 7 ; Gal., UP 3, 36, 12 ; à propos du pied : Arist., PA 690 (...)
  • 256 Arist., HA 497 b 20 ; ibid. 499 b 7 & 502 b 34 ; etc.
  • 257 Arist., GA 771 a 21 ; Ar.Byz., Épit. 2,167.
  • 258 Arist., HA 499 b 7 et 25, etc. ; Ar.Byz., Épit. 2,33.
  • 259 Arist., GA 771 a 22 ; Ar.Byz., Épit. 2,207.
  • 260 Ar.Byz., Épit. 2, 308.
  • 261 Ar.Byz., Épit. 2, 390.
  • 262 Ar.Byz., Épit. 2,295.
  • 263 Ar.Byz., Épit. 2,245.
  • 264 Arist., HA 499 b 24.
  • 265 Étrangement, Aristote cite une fois le porc parmi les πολνσχιδή à côté de l’homme et du chien : “t (...)
  • 266 Arist., GA 771 a 23 ; Ar.Byz., Épit. 2,345.
  • 267 Ar.Byz., Épit. 2, 373.
  • 268 Ar.Byz., Épit. 2,283.
  • 269 Ar.Byz., Épit. 2,436.
  • 270 Arist., HA 581 a 7.
  • 271 Arist., GA 771 b 8 ; Ar.Byz., Épit. 2,68.
  • 272 Ar.Byz., Épit. 1, 16 ; voir Ael., NA 11, 37 ; Arist., HA 499 b 25, etc. ; GA 774 a 33 ; Ar.Byz., É (...)
  • 273 Arist., HA 504 a 6 (cf. Philostr., VA 2, 13, 27). Aristote dit aussi, dans le même passage qu’ils (...)

41L’adjectif πολνσχιδής [poluschidès] (142/194) est un terme qui apparaît dans le corpus hippocratique, mais qui n’acquiert sa valeur zoologique et sa forme substantivée que dans l’œuvre d’Aristote (40/139). Ses acceptions non zoologiques sont les plus nombreuses252, et il exprime, conformément à son étymologie (πολύς = nombreux, et σχίζειν = diviser), l’existence de divisions multiples, à propos d’objets tant concrets qu’abstraits253. Il est employé en biologie254, soit à propos de la main ou de la patte, avec le sens de “divisé en doigts”255, soit à propos des animaux eux-mêmes avec le sens de “dont le pied présente plusieurs divisions”256. C’est dans cette acception qu’il est substantivé dans les textes aristotéliciens où il désigne surtout les quadrupèdes fissipèdes. En effet, les animaux paradigmatiques de cette classe sont le chien257 et le lion258, toujours cités en exemple, et la classe comprend en outre parmi les canins et les félins : le loup259, la hyène260, le renard261, le chat262, la panthère263, le lynx (λύγξ)264 ; mais elle compte en fait tous les animaux terrestres à l’exception des solipèdes et des bifurques265 : la souris266, la musaraigne (µυγαλῆ)267, la civette (θώς)268, la chauve-souris269, l’ours270, l’éléphant271, et l’homme : “sont fissipèdes l’homme, le chien, le lion, la souris, etc.”272. Aristote applique même ce terme aux oiseaux qui, littéralement, sont polydactyles : “ils sont tous en quelque sorte des fissipèdes”273.

  • 274 Arist., HA 499 b 6 sq.
  • 275 Arist., PA 642 b 28 (voir trad. infra et supra).
  • 276 Ce terme, en effet, recoupe presque celui de πoλυσιδῆ, sinon théoriquement du moins dans son usage (...)
  • 277 Arist., GA 770 a 37 ; voir ibid. 771 b 3 & 774 a 33 ; PA 668 a 34 & 668 b 22 ; Ar.Byz., Épit. 1,16
  • 278 Arist., HA 580 a 4 ; Arist., GA, 774 b 6.
  • 279 Phlp., in GA 14, 3, 188,24.

42Mais on ne peut nier que ce classème vise tout particulièrement les mammifères, surtout lorsqu’il est en système avec les deux autres termes δισχιδής et άσχιδής, ou δίχηλα et µώνυχα, qui renvoient respectivement aux bifurques et aux solipèdes274 ; la première triade est fondamentalement une triade d’adjectifs, comme le signale Aristote, en doublant les deux premiers termes d’un substantif plus officiel : “il en est de même pour le fait d’avoir des pieds (ποδότης) : ceux-ci sont tantôt à fentes multiples (πoλυσχιδής), tantôt à fente unique comme chez les animaux à pieds fourchus (τά διχαλά), tantôt sans fente ni division, comme chez les solipèdes (τά µώνυχα)”275- Le critère morphologique du pied n’est toutefois pas aussi significatif que pour le bétail, et il semble que cette classe soit née par extension de la distinction faite à partir du pied entre les équidés (µώνυχα) et le bétail (δίχηλα) - d’où la relative rareté de ce lexème, les fissipèdes principaux, c’est-à-dire les mammifères carnivores, étant plus généralement caractérisés par leurs dents (καρχαρόδοντα)276. Les animaux de cette classe sont généralement carnivores, vivipares et le plus souvent multipares (πολντόκα)277 ; la corrélation avec la pluriparité (qui signifie aussi que les petits sont imparfaits à la naissance)278 étant plus fréquente encore qu’avec la sarcophagie279.

  • 280 Arist., PA 642 b 28 sq. ; voir Ar.Byz., Épit. 2,476 : “le cerf fait partie des animaux qui ont les (...)
  • 281 Arist., HA 499 b 6-11.

43Le mot δισχιδής [dischidès] (16/19) est un doublet peu usité de δίχηλoς. Il appartient surtout au vocabulaire médical et, malgré la tentation euphonique d’un système de différences reposant sur le suffixe -σχιδής, il n’est employé dans le domaine zoologique qu’une fois comme substantif et une fois comme adjectif, avec le sens de “qui a des pieds fourchus” : “parmi les quadrupèdes sanguins vivipares, les uns ont les pieds à plusieurs fentes, <...> d’autres ont le pied fourchu et au lieu d’ongles ont des sabots (ἀντί τῶν ỏνύχων χηλάς ἔχει), par exemple le mouton, la chèvre, le cerf, l’hippopotame, d’autres n’ont pas de fentes...”280. Il apparaît en fait plutôt comme une détermination abstraite : “<les pieds> sont tantôt à fentes multiples, tantôt à fente unique, comme chez les animaux à pieds fourchus (τὰ διχαλά), tantôt sans fente ni division, comme chez les solipèdes”281.

  • 282 L’aristotélicien Michel d’Éphèse (2/9) est le seul autre auteur à employer ce terme pour les anima (...)
  • 283 Le Stagirite emploie ce terme à propos du foie (HA 507 a 12) et de figues (Pr. 930 b 33) Théophras (...)
  • 284 HA 499 b 11 (voir ibid. 642 b 30).

44L’adjectif άσχιδής [aschidès] (7/9) est créé par Aristote à partir de πoλυσχιδής dans une intention évidente d’homogénéité lexicale et entre en système avec πoλυσχιδής et δισχιδής pour la distinction des quadrupèdes. Il désigne littéralement dans le domaine zoologique282, les “animaux aux pieds non (ά-) divisés (σχίζειν)”283, autrement dit les “solipèdes”, toujours en fonction de substantif. Cette classe recoupe exactement celle des µώνυχα dont le classème est beaucoup plus usuel et auquel άσχιδής ne fait pas véritablement concurrence : “les animaux aux pieds indivis (τά άσχιδῆ), à savoir les solipèdes, comme le cheval et le mulet”284.

  • 285 Ar.Byz., Épit. 1, 8. S’il ne s’agit pas d’une corruption du texte, il serait à mettre en rapport a (...)

45Le mot ὁλόσϕ rendition="#T10">υρα [holosphura] (1/1), de l’adjectif ὁλόσϕυρος (ou d’un substantif neutre τò ỏλóσϕυρο) est un hapax Aristophane de sens mystérieux, sans doute synonyme d’άσχιδῆ (au sabot indivis), cité parmi les classèmes aristotéliciens mais qui est le seul terme de la liste à ne pas être explicité285.

  • 286 Ноm., Il. 16, 428 ; id. in : Od. 22, 302 ; cf. Od. 16, 217 : “des oiseaux de proie, orfraies ou va (...)
  • 287 A.Pr 488. Cf. Ar., Av. 1306 : “il viendra ici des milliers de personnes te demander des ailes et l (...)

46Les adjectifs γαµΨῶνυξ [gampsônux] et γαµΨώνυχoς [gampsônuchos] (101/145), régulièrement utilisés sous la forme des pluriels masculins γαµΨώνυχoι et γαµΨώνυχες, ou neutre γαµΨώνυχα, signifient littéralement “aux ongles (νυξ) recourbés (γαµΨός)” et désignent dans la majorité des cas des oiseaux. Ce terme fait partie des lexèmes épiques intégrés dans la terminologie aristotélicienne et zoologique en général, puisqu’il est employé par plus de vingt auteurs d’Homère à Élien. Dans l’épopée, il est utilisé uniquement comme adjectif spécifique de αἰγυπιός : “comme des vautours aux ongles crochus et au bec recourbé (ὣς τ’ αἰγυπιoὶ γαµψώνυχες, άγκυλoχεῖλαι)”286 ; puis étendu à l’ensemble des oίωνoί : “je déterminais fermement ce que signifie le vol des rapaces (oἰωνῶν) aux ongles recourbés287.

  • 288 HA 563 b 7.
  • 289 HA 593 b 29.
  • 290 HA 597 b 25.
  • 291 On la retrouve dans les listes de classes aristotéliciennes données par Aristophane de Byzance (Ép (...)
  • 292 PA 694 a 14 sq. (oἱ γαµψoὶ ὄνυχες = les ongles crochus) ; cf. HA 503 а 30 et Ps.-Arist., Phgn. 810 (...)
  • 293 Ar.Byz., Épit. 1, 22 (voir Arist., PA 662 b 1 : “en effet ceux qu’on appelle oiseaux à serres reco (...)
  • 294 HA 563 b 11.
  • 295 HA 592 b 1 sq.
  • 296 HA 609 b 30.
  • 297 HA 592b8.
  • 298 En outre, les rapaces ont un doigt opposable alors que les perroquets ont deux doigts dirigés en a (...)
  • 299 HA 597 b 25s q.

47Aristote (56/80) est le premier à l’employer comme substantif pour désigner la classe des oiseaux à bec crochu et serres recourbées, qui correspond globalement aux rapaces ; mais il hésite, dans les textes, entre une tournure elliptique oἱ γαµψώνυχες288 ou oἱ γαµψώνυχoι (scil. ὄρνιθες)289, et une formule plus nettement substantivée : τὰ γαµψώνυχα290. Le Stagirite ne donne pas de définition de cette classe canonique291, mais il semble qu’elle repose d’abord sur la conformation des serres292. En fait la courbure du bec apparaît rapidement comme un caractère beaucoup plus décisif et définitoire : “on appelle gampsônucha tous les oiseaux dont le bec est recourbé et descend sous la mâchoire inférieure (τήν ἐπιρρυγχίδα γεγάψωκεν ὑπò τὴν γένυν), comme c’est le cas de l’aigle, du faucon, de la crécerelle et des autres oiseaux qui ne boivent pas”293. Les sujets nommés de cette classe sont la corneille (κoρώνη)294, le milan (ἰκτῖνoς), la buse (τριόρχης), l’orfraie (ϕήνη), le vautour (γύψ), la hulotte (νυκτικόραξ), la chouette (γλαῦξ), le hibou (βύας), l’effraie (ἐλεός), la chevêche (αἰγώλιoς), le petit duc (σκώψ)295, l’émerillon (αἰσάλων)296. Aristote distingue parmi eux les oiseaux nocturnes : “de plus un certain nombre d’oiseaux de nuit ont des serres recourbées (γαµψώνυχες), par exemple la hulotte, la chouette, le hibou”297. Il est tout à fait remarquable qu’Aristote compte parmi les γαµψώνυχα un oiseau au bec recourbé, mais qui n’est pas un rapace et ne possède pas de serres : le perroquet298. “En général tous les oiseaux à serres recourbées ont le cou très court, la langue large et des dons d’imitation ; l’oiseau de l’Inde, en effet, le perroquet, qu’on appelle l’oiseau à voix humaine (τò λεγóµενoν ἀνθρωπόγλωττoν), est dans ce cas”299.

  • 300 Arist., HA 592 а 29 : “les oiseaux qui ont les serres recourbées sont tous carnivores” (voir HA 59 (...)
  • 301 Arist., HA 488 a 1 : “aucun oiseau à serres recourbées ne vit en troupe”.
  • 302 Arist., GA 749 b 18 : “les pigeons tiennent le milieu entre les oiseaux à serres recourbées (γαµΨω (...)
  • 303 Arist., GA 750 a 6 : “ils ne sont pas ardents à saillir ni prolifiques” (voir ibid. 749 b 1 sq. ; (...)
  • 304 Épicharme, ap. Ath. 3,105 b.
  • 305 Arist., HA 517 a 30 (voir Plu. 670 с ; cf. Démocr., Fr. В 157).

48Les principales caractéristiques de ces animaux sont les suivantes : ils sont carnivores300, et solitaires301 ; leur vol est ample302 et ils sont peu ardents à l’amour et peu prolifiques303. Mais ce lexème persiste aussi en fonction d’adjectif, y compris chez Aristote, avec une valeur littérale qui lui vaut, par exemple, d’être appliqué, hors du domaine ornithologique, aux homards304 ou aux prédateurs terrestres : “parmi les animaux qui ont des ongles, [...] les uns ont des ongles droits (εὐθυώνυχα), comme l’homme, les autres des ongles recourbés (γαµΨώνυχα), comme le lion parmi les pédestres, et l’aigle parmi les volatiles”305.

  • 306 Aristote ne mentionne pas les sujets de cette classe qui sont globalement les oiseaux mauvais voil (...)
  • 307 II est donc pertinent pour tous les animaux pourvus de pied (sauf l’éléphant : Arist., HA 517 a 31 (...)

49L’opposé de γαμΨῶνυξ est εὐθυῶνυξ [euthuônux] (3/3), “aux ongles (ὄνυξ) droits (εὐθύς)”, mais le terme εύθυώνυχα est nettement plus rare et se rencontre seulement chez Aristote. Il n’est pas autrement défini que par son opposition à γαµΨώνυχα306. Ce mot apparemment destiné à constituer une classe ornithologique est également utilisé comme adjectif avec son sens littéral, et extensible à tous les animaux pourvus d’ongles, oiseaux comme pédestres307.

  • 308 Voir Alex., Top. 1, 381, 25 (cette détermination est superflue (περιττῶς) dans la définition de l’ (...)
  • 309 Def. plat. 415 a11 ; voir D.L. 6, 40, 9 ; S.E., P. 1, 2, 28 ; Alex., Top. 1,45,23.
  • 310 Voir Ael., NA 11,37. Les palmipèdes n’ont pas vraiment les ongles plats mais plutôt atrophiés et d (...)
  • 311 Ar. Byz., Epit. 1, 17.

50L’adjectif πλατννυξ [platuônux] (15/45), qui signifie “dont les ongles (ὄνυξ) sont plats ou larges (πλατύς)”, doit sa faveur à Platon qui y a recours dans sa définition de l’homme, laquelle fit l’objet de critiques et de commentaires abondants de la part des philosophes308 : “l’homme est un animal sans ailes, bipède, et aux ongles plats (ἂνθρωπoς ζῷoν ἂπτεoν, δίπoυν πλατυώνυχoν) ; il est le seul être capable d’acquérir le savoir qui passe par le discours”309. Aristophane de Byzance reprend apparemment cet adjectif à Aristote310 et l’emploie en corrélation avec στεγανóπoδα pour qualifier les palmipèdes : “on appelle pieds palmés (στεγανóπoδα) et ongles plats (πλατνώνυχα) le cygne, l’oie, le pélican et le genre entier des canards ; ils ont pour particularité d’aimer l’eau”311.

  • 312 Alexandre d’Aphrodise et Galien.
  • 313 Arist., Meta. 1038 a 10 sq. ; PA 642 b 28 sq. Alexandre d’Aphrodise (in Meta. 521, 23) reprend ce (...)

51À partir du mot πούς, Aristote a forgé le terme σχιζóπονς et les classèmes τὰ σχιζóποδες [schizopoda] et οἰ σχιζóποδες [schizopodes] (18/34), signifiant “ceux qui ont les pieds (πούς) divisés (σχίζειν)”, lesquels ne sont employés que par des lecteurs du Stagirite312. L’adjectif au neutre singulier sert à noter un caractère différentiel qui affecte certains animaux pourvus de pieds (ύπóποδα) et qui est virtuellement utilisable pour toutes les catégories de pédestre : “pour l’animal pédestre, la division doit concerner la façon dont il est pédestres, de sorte qu’il faut dire qu’il a le pied divisé ou qu’il a le pied indivis (τό μὲv σχιζóπουν τò δ’ ἂσχιστον), car ce sont là les différences du pied”313.

  • 314 GA 756 b 33.
  • 315 Ael., NA 5, 50. Voir Gal., UP 3, 848, 14 (“les animaux appelés carnivores fissipèdes (σχιζóποδα)”)
  • 316 PA 695 a 16. La palmure (membrane interdigitale) est considérée comme faisant du pied une sole uni (...)
  • 317 HA 593 a 25 (voir PA 694 b 2, où la distinction est faite entre ces deux types d’oiseaux dits πλωτ (...)

52Lorsque le mot est substantivé, il désigne logiquement tous les animaux pédestres (y compris les oiseaux), à l’exception seulement des solipèdes : “la belette enfante des petits minuscules, comme les autres animaux aux pieds divisés (τἇλλα σχιζóποδα) sur lesquels nous reviendrons plus loin”314. Il semble que ce terme évacue pratiquement les ruminants et évoque surtout les fissipèdes : “Tous les animaux à pieds divisés (les louves, les chiennes, les lionnes, et les panthères) se mettent sur le dos pour présenter leurs mamelles à leurs nourrissons”315. Mais l’adjectif reçoit aussi, dans les écrits du Stagirite uniquement, une acception plus étroite et entre dans une autre opposition, cette fois strictement ornithologique, avec le mot στεγανóτους : “tous les oiseaux ont quatre doigts, qu’ils soient à pied divisé (σχιζóπους) ou palmipèdes (στεγανóπους)”316. Aristote oppose ainsi les palmipèdes au reste des oiseaux, ce qui lui permet de lier à une distinction morphologique la différence entre oiseaux aquatiques et paraquatiques : “d’autres vivent dans les régions marines, tous les palmipèdes passant l’essentiel de leur temps dans l’eau (ἐν αὐτῷ τῷὓδατι), et tous les oiseaux à pied divisé au bord de l’eau (περὶ αὐτò τò ὓδωρ)”317.

  • 318 Le radical σχιδ- à l’origine de *σχιδανóς est de même racine que σχιίζειν.
  • 319 Une seule autre occurrence chez Clément d’Alexandrie (Str. 7, 18, 109,4).
  • 320 Arist. ap. Ath. 9, 397 b.
  • 321 Arist. ap. Ath. 9, 389 a : ὁ πέρδιξ ἐστὶ µὲν χερσαῖος, σχιδανóπους.
  • 322 Arist. ap. Ath. 9, 390 e (sur l’identification de cet oiseau voir Thompson, 1936, p. 252).
  • 323 Arist. ap. Ath. 9,392 b ; voir pour l’outrade Arist. ap. Ath. 9, 390 e.

53Le terme σχιδανóπονς [schidanopous] (5/6) est un doublet du précédent318 que l’on ne rencontre que dans des Fragments d’Aristote cités par Athénée319. Mais il est uniquement employé, parfois au génitif partitif, pour caractériser des gallinacés : caille, outarde, paon320, perdrix321, poule d’eau322 (les deux premiers faisant également partie des oiseaux nomades) : “Aristote dit que la caille appartient aux oiseaux qui ont les pieds divisés et sont migrateurs (τῶν ἐκτοπιζóντων καὶ σχιδανοπóδων)”323.

  • 324 Ar.Byz., Épit. 1, 17 (voir Ael., NA 11, 37) ; le cygne et l’oie sont les sujets de cette classe le (...)
  • 325 On trouve 22 occurrences du mot dans ses ouvrages biologiques. Si l’on en croit Strabon, Alcman em (...)
  • 326 HA 615 a 24 ; voir HA 504 a 6 : “la plupart des oiseaux ont des doigts séparés, mais ceux qui nage (...)
  • 327 PA 662 b 9 : “tous les herbivores et ceux qui habitent près des marais, tels les animaux qui nagen (...)

54La classe des στεγανóπονδα [steganopoda] issue de l’adjectif στεγανóπονς (29/39), composé de στεγανóς (couvert, imperméable) et de πούς (pied), ne connaît pas pour sa part une semblable ambiguïté entre un sens littéral large et une acception réduite ; elle désigne toujours les oiseaux aux pieds palmés : “on appelle palmipèdes (στεγανóποδα) et ongles plats (πλγτυώνυχα) le cygne, l’oie, le pélican et tout le genre des canards ; ils ont aussi la particularité d’aimer l’eau”324. Aristote est le premier et pour ainsi dire le seul auteur à faire usage de ce terme soit au neutre, soit au masculin (le genre grammatical d’ ὄρνις)325. Comme on l’a entrevu dans la rubrique précédente, tous ces oiseaux sont aquatiques : “absolument tous les palmipèdes (οἱ στεγανóποδες) vivent dans des régions marines, fluviales ou lacustres”326 ; indépendamment de leur ressemblance morphologique, ils ont aussi pour caractère commun d’être herbivores327.

  • 328 Il signifie “les grandes jambes” dans Gal., UP 4, 105, 18.
  • 329 Il qualifie aussi des hommes fabuleux (Str. 2, 1, 9, 10).
  • 330 Arist., PA 632 b 11 (voir Ar.Byz., Épit. 1, 118et 117 ; et Arist., HA 623 a 26, où il caractérise (...)
  • 331 Arist., PA 692 b 23 (voir ibid. 692 b 5).
  • 332 Arist., PA 695 a 21 (voir Gal. UP 3, 848, 3).
  • 333 L’adjectif est lié à ἔλειος et à στεγανóπονς : “certains oiseaux ont de grandes jambes ; cela tien (...)

55L’adjectif µακροσκελής [makroskelès] (15/26)328, “qui a de longues jambes ou pattes”, forgé à partir de σκέλος (jambe), n’est pas strictement réservé à un domaine zoologique329 : “les animaux à longues jambes (µακροσκελῆ) sont sujets aux flux de ventre <...> : l’observation vaut d’une manière générale aussi bien pour les quadrupèdes et pour les oiseaux que pour les humains”330. Mais il est surtout pertinent en ornithologie où il est opposé à βραχνσκελής, sous forme substantivée au neutre331, et où il désigne les échassiers : “chez les échassiers (µακροσκελῶν) <le doigt> est de taille réduite, comme c’est le cas pour le râle d’eau”332. Ces oiseaux sont des oiseaux des marécages333.

  • 334 Arist., PA 692 b 5.
  • 335 Arist., IA 714 a 13 sq. : “si les oiseaux de ce genre ont les jambes courtes (βραχνσκελεῖς), c’est (...)
  • 336 Arist., PA 692 b 23.
  • 337 Gal., UP 3,181, 17 (cf. S., Fr. 314 et 304, à propos d’un monstre indescriptible).

56L’adjectif βραχνσκελής ; [brachuskelès] (6/9), “qui a de courtes pattes”, définit chez Aristote une importante différence ornithologique : “parmi les oiseaux, les uns ont les pattes longues, les autres ont les pattes courtes (οἱ µἐν µακροσκελεῖς οἱ δὲ βραχνσκελεῖς)”334 ; il est employé sous forme substantivée au neutre pour désigner un groupe d’oiseaux mal défini et peut-être intuitif qui inclut les palmipèdes335 : “les oiseaux à longues pattes ont un long cou, les oiseaux à pattes courtes l’ont court, sauf les palmipèdes (χωρὶς τῶν στεγανοπóδων)”336. Galien reprend cet adjectif mais avec une extension plus imprécise, apparemment surtout pour qualifier des quadrupèdes ovipares337.

  • 338 Arist., HA 499 b 8.
  • 339 Voir Arist., HA 502 b 34 : πολνδάκτνλα καὶ πολνσχιδῆ. La multiplicité de doigts coïncide avec la p (...)
  • 340 Arist., PA 674 a 26.
  • 341 Une preuve en est qu’ils sont moins “nains” que les autres (Arist., PA 686 b 19).
  • 342 Arist., PA 659 a 23 (voir ibid. 687 b 29).
  • 343 Arist., PA 688 a 8 (τά δὲ µικρὰ τῶν πολνδακτύλων).
  • 344 Arist., PA 688 a 3.

57L’adjectif πολνδάκτνλος [poludactulos] (11/18), “pourvu de plusieurs (πολύς) doigts (δάκτνλος)”, est un qualificatif strictement aristotélicien, qui désigne une partie des mammifères : “parmi les quadrupèdes sanguins vivipares, certains ont des pieds à fentes multiples (πολνσχιδῆ), à l’instar des mains et des pieds de l’homme (en effet, certains ont plusieurs doigts (πολνδάκτνλα), par exemple le lion, le chien, la panthère)”338. En fait, l’adjectif est un équivalent de πολνσχιδής auquel il se substitue parfois339 : “<les vivipares sanguins à double dentition complète> ont un seul estomac, par exemple l’homme, le chien, le lion et tous les autres animaux qui ont plusieurs doigts (ὃσα πολνδάκτνλα) ; il en est de même pour les solipèdes <...> ainsi que pour les animaux à pied fourchu et à double dentition complète”340. Aristote insiste sur le fait que les animaux de ce groupe (τά πολνδάκτνλα), qui est supérieur aux autres groupes de quadrupèdes341, utilisent leurs pattes de devant comme des mains : “les quadrupèdes polydactyles utilisent leurs pattes antérieures comme des mains (ἀντὶ χειρῶν)”342. Parmi eux, certains ont cinq doigts à chaque patte, comme les petits fissipèdes343, d’autres n’ont pas le même nombre de doigts aux pattes avant et arrière : “certains polydactyles ont pour cette raison cinq doigts aux pieds de devant et quatre à ceux de derrière, par exemple les loups et les lions, ou encore les chiens et les panthères”344.

Les déterminations liées aux dents

58À partir du nom de la dent (ὀδούς) est formée une série d’adjectifs utilisés surtout, mais non exclusivement, pour les quadrupèdes. Cette détermination n’est pas uniquement anatomique puisque le régime alimentaire des animaux est fonction de leur type de dentition. On étudiera conjointement dans cette section les classèmes formés à partir de κέρας (la corne), car les Grecs considéraient ces appendices comme des équivalents ou des substituts des dents.

  • 345 On trouve une fois le doublet καρχαρóδων (Théoc. 24, 87).
  • 346 Dérivé de κάρχαρος = qui coupe, qui scie (cf. skr. khára- : dur, pointu). Hésiode applique l’adjec (...)
  • 347 Hom., Il. 10,360 & 13,198 ; Hés., Op. 604 et 796 & Sc. 303 ; A., Fr. 445,2 ; Ar., Cav. 1017 ; etc.
  • 348 Vingt auteurs emploient le terme dont 4 avec une valeur classificatoire (Arist., Ari.Byz., Gal., A (...)
  • 349 Nous préférons croc à canine (dent de chien) dont le nom (κυνóδονς) est peu technique et appliqué (...)
  • 350 Arist., HA 501 a 16. Le deuxième membre de phrase semble contenir un pléonasme (les animaux à dent (...)

59L’adjectif καρχαρóδονς [karcharodous] (120/141)345 est un adjectif épique signifiant “qui a les dents pointues et qui déchirent”346. Il est employé comme épithète de nature du chien par Homère, et c’est à cet animal qu’il est le plus souvent appliqué dans la littérature347. Aristote est le premier - mais non le seul348- à l’utiliser en fonction de substantif pour désigner l’ensemble des animaux qui ont les dents pointues, autrement dit des “canines” ou des “crocs”349 : “de plus les uns ont des crocs (καρχαρóδοντα), comme le lion, la panthère, le chien, les autres ont les dents qui ne s’emboîtent pas les unes dans les autres (ἀνεπάλλακτα), comme le cheval et le bœuf. En effet tous les animaux dont les dents aiguës <des deux mâchoires> s’imbriquent (ὃσα ἐπαλλάττει τοὺς ὀδóντας τοὺς ὀξεῖς) sont des animaux à crocs350.

  • 351 Arist., HA 501 a 9.
  • 352 Arist., PA 661 b 16. Les deux classes sont associées (ibid. 655 b 11). Dans l’Épitomé d’Aristophan (...)
  • 353 Theoc. 24, 87. Le mot κάρχαρος est aussi appliqué à un chien (Lyc, Alex. 1, 34 ; Luc, Luct. 4 ; Ae (...)
  • 354 Ar.Byz., Épit. 1,6.
  • 355 Ar.Byz., Épit. 2,345 ; cf. Arist., HA 595 a 8 (τῶν µὴ καρχαροδóντων οἶον οἱ µύες).

60Cette classe, qui est une subdivision des άµϕώδοντα (animaux à double dentition complète)351 s’oppose donc à celle des άνεπάλλακτα, et aussi à celle des χανλιóδοντα : “Quant à ceux qui ont des dents à la fois pour se défendre et pour attaquer, les uns ont des dents saillantes (χανλιóδοντας ἔχει), comme le sanglier, d’autres les ont aiguës et entrecroisées (ὀξεῖς καὶ ἐπαλλάττοντας), d’où le nom qu’on leur donne d’animaux à crocs352. Les sujets les plus représentatifs de cette classe sont, outre le chien, le loup353 et le lion354, de sorte qu’il est chez Aristophane de Byzance systématiquement associé à πολυσχιδής (fissipède). Mais ce caractère est en fait plutôt lié au régime alimentaire qu’à la configuration du pied : les fissipèdes non carnivores, comme la plupart des rongeurs, sont exclus de cette classe, bien qu’il y ait, sur ce point, une divergence entre le Stagirite et Aristophane de Byzance qui définit la souris comme “καρχαρóδονς”355.

  • 356 Gal., Anat. 2,430, 16 & 2, 535, 16 (de même τὰ καρχαρóδοντα ὀνοµαζóµενα : UP 3,616, 5 &. 3, 843, 3 (...)
  • 357 Arist., HA 505 a 28 ; voir PA 691 a 11 ; Ath. 7, 277 e & 7,282 d, etc.
  • 358 Arist., PA 697 a 2 (sur cette corrélation voir HA 594 a 26).
  • 359 Arist., HA 503 a 8.

61D’autre part, cette qualité n’est pas l’apanage des seuls quadrupèdes carnivores, bien que traditionnellement, comme l’atteste Galien, τὰ καρχαρóδοντα καλούµενα ne vise que ceux-ci356. Aristote applique en effet ce terme aux poissons en général : “d’autre part, tous les poissons ont des crocs (καρχαρóδοντες), à l’exception du scare”357 ; ou aux seuls poissons carnivores, ce qui prouve encore la corrélation entre dentition et régime alimentaire : “tous les <poissons> carnivores ont la bouche largement fendue, comme ceux qui ont des crocs (τὰ καρχαρóδοντα), parce que toute la force de ces poissons réside dans leur bouche...”358. Les sauriens (ϕολιδωτά) eux aussi, quoique certains d’entre eux ne soient ni carnivores ni pourvus de canines, sont qualifiés de καρχαρóδοντα : “ils sont tous recouverts d’écaillés ; et de plus ils ont tous des crocs (καρχαρóδοντα πάντα)”359.

  • 360 Ainsi ἀμϕώδοντα (57/65) : Arist. (42), Phlp. (6), Mich. (9) ; ἀμϕόδοντα (18/22) : Arist (1), Alex. (...)
  • 361 Arist., HA 501 a 12 (voir ibid. 630 b 3). Les bovins, en effet, ont un bourrelet caleux à la place (...)
  • 362 Ar.Byz., Épit. 1, 5.
  • 363 Ar.Byz., Épit. 1, 7 (voir Ael., NA 11, 37). La classe renvoie aux mêmes animaux en médecine (Érot. (...)
  • 364 Arist., HA 501 a 6 sq.
  • 365 Arist., HA 501 a 9 : “tous les quadrupèdes sanguins vivipares ont des dents ; mais, d’abord les un (...)
  • 366 PA 651 b 31 (ἀμϕώδοντα καὶ πολυσχιδῆ.)
  • 367 HA 501 a 16 sq. (voir Ar.Byz., Épit. 2, 373).
  • 368 PA 651 a 30 (τὰ μὴ ἀμϕώδοντα ἀλλὰ κερατώδη).

62Les termes τὰ άµϕώδοντα [amphôdonta] (47/66) et τά άµφόδοντα (22/35), parfois utilisés au singulier (άµϕώους, άµφόδους) désignent “les animaux à dentition (complète) aux deux (ἅµϕω) mâchoires”, dans une tradition presque uniquement aristotélicienne360. Le sens précis de ce terme curieux est net dans la phrase suivante : “les animaux à cornes n’ont pas une double dentition complète (οὐκ ἀμφώδοντα), car ils n’ont pas les dents de devant à la mâchoire supérieure (οὐ γὰρ ἒχει τοὺς προσθιους ἐτῆς ἂνω σιαγόνος)”361. La première mention de ce groupe est due à Hippocrate, mais il fait partie des classes aristotéliciennes typiques signalées par Aristophane de Byzance362, lequel en donne la liste suivante : “sont amphodonta l’homme, le cheval, l’âne, l’éléphant et tous ceux dont les dents ne s’emboîtent pas les unes dans les autres (ὃσα ούκ ἐνηλλαγένους τοὺς ὀδóντας ἔχει)”363. Aristote mentionne cette propriété dans sa discussion sur les différentes dentitions καρχσρόδοντα, χαυλιόδοντα, ἀμφόδοντα, συνόδοντ364 mais cette classe ne s’oppose rigoureusement à aucune autre sinon à celle des “animaux qui n’ont pas une double dentition complète” (τά, μὴ άμφώδοντα)365. Ce groupe réunit théoriquement les fissipèdes366 et les solipèdes367 et s’oppose donc au bétail et surtout au bétail à cornes368.

  • 369 Voir Alex., Réf. soph. 1, 112, 25 “le fait d’avoir des cornes (τò κεραφόρον) n’est pas un nom mais (...)
  • 370 Arist., A. Po. 94 a 16 ; voir Alex., in Top. 1, 93, 4 & 1, 122, 25 ; mais “il n’est pas vrai que t (...)
  • 371 Arist., PA 663 b 31 sq. ; HA 501 a 12 ; PA 651 b 31 & 674 a 31.
  • 372 Arist., HA 632 b 1 ; seuls “quelques animaux à double dentition complète ruminent également, par e (...)
  • 373 Arist., HA 521 b 29.
  • 374 Arist., HA 520 a 14 sq ; PA 651 a 33 ; GA 745 b 30 & 746 a 9 ; cf. Ar.Byz., Épit. 1, 7 ; Ael. NA 1 (...)
  • 375 Arist., HA 519 b 9.
  • 376 Arist., HA 507 b 15 sq. ; PA 675 a 24.
  • 377 Arist., HA 507 b 29 sq.
  • 378 Arist., HA 511 a 28 (il existe trois exceptions : le lièvre, la souris et la chauve-souris) ; cf. (...)
  • 379 Les animaux à double dentition incomplète sont le bœuf, le cerf, la chèvre, le mouton (Alex, in To (...)

63Le groupe inverse exprimé par τὰ µή άμφώδοντα ne constitue pas véritablement un “classème”369, et il n’exprime en réalité qu’un attribut, parmi d’autres, des animaux à cornes : “dans les animaux qui ont des cornes <nous relevons comme propriétés communes> le fait de posséder un troisième estomac et de n’avoir pas de dentition complète aux deux mâchoires (τò μὴ ἀμφώδοντα)”370. De fait la possession de cornes (ou de défenses) exclut la possession d’une dentition complète371. Les ἀμφώδοντα se distinguent encore des μὴ ἀμφώδοντα par le fait qu’ils ne ruminent pas : “ruminent les animaux qui n’ont pas une double dentition complète, comme les bovins, les moutons et les chèvres”372 ; que leur lait ne coagule pas373, qu’ils ont de la graisse et non du suif374, l’épiploon graisseux375, un seul estomac petit et non trois376, l’intestin droit377, et l’utérus lisse et sans cotylédons378. Cette liste montre l’importance pour l’anatomie de cette distinction, et le souci de valoriser les différences qui isolent le bétail à cornes379 du reste des quadrupèdes.

  • 380 Le lièvre (Arist., HA 522 b 9), la souris et la chauve-souris (Arist., HA 511 a 28), le lion, le l (...)
  • 381 Hp., Artic. 1, 8, 27 (“les solipèdes, dans la mesure où ils ont une double dentition complète, peu (...)
  • 382 Gal., Hp. nat. hom. 15, 132, 14 (τὰ μηρυκἀζοντα ζῷα νs τὰ δ’ ἀμφόδονρα) ; voir Id, Hum. 18 a, 358, (...)
  • 383 Gal., Hum. 18 a, 359,6.

64Mais si Aristote cite le plus souvent en exemple pour les ἀμφώδοντα des animaux fissipèdes380, Hippocrate vise surtout par ce caractère à démarquer les solipèdes des ruminants381 comme Galien382, qui va jusqu’à assimiler solipèdes et ἀμφόδοντα : “les animaux à double dentition complète sont solipèdes (μώνυχα)”383.

  • 384 Le premier élément (parfois rapproché de χαῦνος = spongieux) est obscur (voir Chantraine s.v.). La (...)
  • 385 Il fait partie de la liste d’Aristophane de Byzance des lexèmes aristotéliciens (Épit. 1, 5). Aris (...)
  • 386 Agathar. Fr. Hist. 19 (2 occ.) ; Opp., C 2, 492 et 3, 253 ; Ael., ΝA 4, 31 et ibid. 5, 45 ; etc.
  • 387 Alex., Pr. 4, 157, 2-159, 1 ; D.S. 1, 35, 3, 6.
  • 388 Ces significations sont données par ordre chronologique d’apparition.
  • 389 Voir Hdt. 2,68 à propos du crocodile (“des dents grandes et saillantes (χαυλιóδοντας)”).
  • 390 Hdt. 2,71.
  • 391 Arist., PA 663 b 35 ; etc. (voir infra). L’éléphant, qui fait partie des χαυλιóδοντσ (Ar.Byz., Épi (...)

65L’adjectif χαυλιóδους [chauliodous] (48/62)384 est également un terme poétique antérieur à Aristote mais auquel le Stagirite donne une grande extension zoologique et qui est largement attesté dans la tradition péripatéticienne385. Il est possible de distinguer deux acceptions pour l’adjectif comme pour le substantif : (Al) “aux dents saillantes”386 ; (A2) “saillant” (qualifiant des dents) ; (S1) dent saillante ou “défense” (au masculin)387 ; (S2) animal à dents saillantes (au masculin ou au neutre)388. De ces emplois le plus discret est A2389, et le plus fréquent est de loin S1, qui apparaît aussi chez Hérodote, pour la première fois, à propos de l’hippopotame : “il est quadrupède... et montre des dents saillantes (χαυλιόδοντας φαῖνον)”390. Même dans les textes d’Aristote ou de ses successeurs le terme est surtout employé comme adjectif pour qualifier les dents, et il définit rarement l’animal lui-même ou un groupe d’animaux391.

  • 392 Hes., Sc. 387 ; voir Opp., C 2, 465 (σῦν χαυλιóδοντα).
  • 393 HA 501 a 15.
  • 394 Arist., HA 501 a 19 (voir ibid. 538 b 21 & PA 661 b 18). Chez Oppien, ces animaux (χαυλιóδοντα γέν (...)
  • 395 Arist., PA 663 a 7.
  • 396 Léo, Nat. hom. 1, 51, 6 ; Melet., Nat. hom. 82, 25.
  • 397 Arist., PA 661 b 18-25 (voir Ar.Byz., Épit. 2, 476). Les organes défensifs sont énumérés par Arist (...)

66C’est Hésiode qui use le premier de l’adjectif comme épithète “épique” qualifiant le sanglier (κάπρος χαυλιόδων)392. Aristote reprend cet adjectif (comme il avait emprunté les adjectifs spécifiques μῶνυξ et καρχαρόδους à Homère) et s’en sert pour caractériser une certaine forme de dentition. Le texte le plus explicite sur la portée de cette “différence” se trouve dans un passage du deuxième livre de HA qui établit une série de distinctions concernant les dents : “certains animaux ont des défenses (χαυλιόδοντας), comme les verrats, d’autres n’en ont pas”393. La possession de défenses est contradictoire, nous dit-il également, avec la possession de cornes et avec la possession de crocs394. Il n’emploie lui-même l’adjectif sous forme substantivée qu’une seule fois pour mettre à nouveau en rapport la forme du pied et la dentition : “les animaux qui ont des défenses (τά χαυλιόδοντα, comme le genre des suidés, sont bifurques”395 ; et le substantif ne se rencontre que rarement dans la littérature postérieure396. Le finalisme aristotélicien permet de donner un sens à cette particularité, et fonde l’opposition avec les carnivores et les animaux cornus car les dents saillantes sont un des moyens parmi d’autres (et à l’exclusion d’un autre) fournis par la nature pour la défense des animaux397.

  • 398 Ar.Byz., Épit. 1, 9 (voir id en Ael., NA 11, 37 ; Melet., Nat. hom. 82, 25).
  • 399 Voir cependant la question longuement débattue par Philostrate de savoir si l’éléphant a des corne (...)
  • 400 Arist., HA 533 a 15.
  • 401 Arist., HA 503 a 10 ; voir Hdt. 2, 68.
  • 402 Arist., HA 503 a 8.
  • 403 Ar.Byz., Épit. 2,446.
  • 404 Arist., HA 502 a 12 ; D.S. 1, 35, 8, 4 ; Paus. 5, 12, 2, 12.
  • 405 Oppien (H 5, 326) dit que la baleine, elle aussi, a de redoutables défenses δεινοὺς χαυλιóδοντας).
  • 406 Voir HA 595 a 8, où elles sont exclues des animaux à dents pointues (καρχρóδοντα).

67Aristophane de Byzance définit ainsi cette classe d’animaux : “sont chauliodonta les animaux dont les dents sont visibles hors de la bouche (τὰ ὑποφαίνονταἔξω τοὺς ỏδόντας) comme le porc, l’éléphant, la taupe et d’autres”398. Mais, en définitive, la différence entre les animaux “à double dentition complète” et les animaux “à dents saillantes” est floue, voire arbitraire ; si elle est relativement claire dans le cas de l’éléphant399 et de la taupe400, elle ne l’est plus dans les autres cas : pour Aristote comme pour Hérodote, le crocodile a des dents saillantes401, mais le Stagirite dit ailleurs qu’il est καρχαρόδους402 ; le chameau, lui aussi, passe pour avoir des dents saillantes403 (quoiqu’on puisse se demander en quoi elle sont plus “saillantes” que celles des solipèdes), alors qu’Aristote semble affirmer le contraire ; pour ne404 et du porc, pour lesquels cette qualification peut paraître également surprenante rien dire de l’hippopotame 405, et des souris pour lesquelles on peut par défaut la supposer406.

  • 407 Il s’agit d’une espèce, d’un genre, voire d’une famille de brèmes, qui compte de nombreuses variét (...)
  • 408 Épich., Fr. 69, ap. Ath. 4, 131 e ; Antiphanes, Fr. 132 ; Pl. Com., Fr. 646, ap. Ath. 1, 5 c ; Opp (...)
  • 409 Ar.Byz., Épit. 1, 5.
  • 410 Ar.Byz., Épit. 1, 8 (id. en Ael., NA 11, 37).
  • 411 Voir Ar.Byz., Epit. 1,7.
  • 412 Voir Arist., HA 501 a 11 & 520 a 9, où les animaux qui ont du suif au lieu de graisse sont les mêm (...)
  • 413 Voir le système de Léon (ixe siècle), Nat. hom. 51, 5 sq. (τὰ δὲ συνóδοντα, οἶον πρόβατα καὶ ὅµοια (...)
  • 414 Arist., HA 595 a 9.
  • 415 Elle n’est pas évoquée par le Stagirite lors de la discussion générale sur cette question (HA 501 (...)
  • 416 La girafe (Ar.Byz., Épit. 2,271) et le cerf (ibid. 476).

68Le terme συνόδους [sunodous] (33/35), également construit à partir du mot ὀδούς (la dent) avec le préfixe συν- (indiquant l’assemblage), a le sens de “qui a les dents soudées” ou “dont les dents sont au même niveau”. Il désigne avant tout une espèce particulière de poisson (le Dentex vulgaris)407, mentionné dans de très nombreux textes à partir du vie siècle408. Aristophane de Byzance le cite toutefois dans sa liste de lexèmes aristotéliciens généraux409 et en fait la présentation suivante : “ont les dents soudées (συνόδοντα) le bœuf, le mouton, la chèvre et tout ceux qui ont du suif et non de la graisse”410. Cette classe correspond apparemment aux ruminants et exclut les solipèdes qui ont de la graisse411. La complétude de la dentition est indifférente et la classe comprend non seulement les animaux qui n’ont pas une double dentition complète (τὰ μὴἀμφώδοντα) et qui sont généralement pourvus de cornes (κερατοφόρα)412, mais aussi les animaux à double dentition complète (ἀμφὠδοντα) qui ne sont ni καρχαρόδοντα, ni χαυλιόδοντα. Cette dénomination n’apparaît en fait qu’une fois dans les traités aristotéliciens, et elle est exploitée seulement dans les traités zoologiques ultérieurs413. Aristote n’y fait référence qu’accidentellement avec une extension plus large que dans la définition d’Aristophane de Byzance : “ceux qui ont les dents au même niveau (τά συνόδοντα) boivent en humant, comme les bœufs et les chevaux”414. Cette détermination transversale qui exclut seulement les animaux à dents externes ou à crocs ne peut être mise sur le même plan que les autres différences relatives aux dents établies par Aristote415, et elle n’a d’importance que dans l’Epitomé d’Aristophane de Byzance, qui cite encore comme exemple de ce groupe la girafe et le cerf416.

  • 417 Il est formé de ἀν- (indiquant privation ou absence) et du verbe ἐπαλλάττειν (s’imbriquer).
  • 418 Arist., HA 501 a 8.

69L’adjectif ἀνεπάλλακτος [anepallactos] (l/l)417 est un hapax aristotélicien utilisé pour caractériser les animaux (à dentition complète ou incomplète) dont les dents sont opposées et ne s’emboîtent pas les unes dans les autres : “les uns ont des crocs (καρχαρóδοντια), les autres ont des dents qui n’alternent pas (ἀνεπάλλακτα), comme le cheval et le bœuf”418.

  • 419 S., Fr. 89, 3.
  • 420 Pour Bacchos (Orph., H 1, 53, 8 ; Luc, Bacch., 1,2, 3 ; etc.), Alexandre (Clem. AL, Protr. 4, 54, (...)
  • 421 Alex., Ref. soph. 1, 112,9.
  • 422 Thphr., Fr. 172, 2, ap. Phot., Bibl. (278) 525 b 4.
  • 423 S.E., M. 1, 226, 6.
  • 424 Gal., Simp. med. 12, 324, 11 (voir Aret., SA 2, 13, 4, 2).
  • 425 Philostr., VA 2, 13, 26.
  • 426 Alex., Ref. soph. 1, 132,7 (voir Gal., Anat. adm. 2, 430, 18 :...et aussi ruminant (µŋρνκάζον).
  • 427 Alex., Pr. 4, 158, 8 (voir Gal., Anat. adm. 2, 546, 12 ; Alex., Top. 1, 93, 4 & 1, 122, 25 & 1, 53 (...)
  • 428 Alex., Réf. soph. 1,112, 26.
  • 429 Pl., Plt. 265 c 6 (voir Gal., Met. med. 10, 21, 9 : “tout animal est sauvage ou domestique, avec d (...)

70À partir du substantif κέρας (corne) et du verbe φέρειν (porter) a été formé le mot κερασφόρος [kerasphoros] (44/56) qui s’applique à des êtres “pourvus de cornes”. Ce mot employé par une vingtaine d’auteurs et dont les occurrences les plus anciennes se trouvent chez Sophocle419, Euripide et Lycophron est souvent employé comme qualificatif d’un dieu ou d’un héros420 ; il sert d’attribut particulier à de nombreux bovidés ou cervidés : la chèvre421 le renne422 etc. ; et, par image, un serpent qui semble avoir des cornes : le céraste423. Il est rarement substantivé424, sinon au neutre singulier : “d’ailleurs, le fait de porter des cornes (τò κέρας φορῖν) est réservé aux animaux qui ont le pied fourchu (τά δίχηλα) <...> et chez tous les animaux à cornes sans exception, la nature place à l’intérieur de celles-ci des os poreux et fait pousser la corne extérieurement”425. C’est Aristote qui affirma le premier que tous les animaux qui portent des cornes sont bifurqués (πᾶν κερασϕóρον διηλóν)426, et qu’ils n’ont pas une double dentition complète, car ce serait posséder deux moyens de défenses427 ; la seule exception à cette corrélation est le rhinocéros, ou “âne sauvage” (ό ἂγριος ὄνος) qui possède une double dentition complète et une corne428. Pour Platon il s’agit, dans une perspective “zootrophique”, d’une différence essentielle à laquelle il recourt pour diviser en deux le bétail terrestre : “la science qui a trait à l’élevage des marcheurs, étant divisée en deux, nous appliquons l’une des portions à la partie du troupeau qui a des cornes (ἐπὶ τῷ κερασϕóρῳ µέρει τῷ τῆς ἀγέλης), et l’autre à la partie dépourvue de cornes”429.

  • 430 Seuls Aristote, Aristophane de Byzance, Philopon et Michel l’utilisent. L’adjectif κερατώδης, qui (...)
  • 431 Voir Arist., HA 499 b 15 (ἔστι δἐ καἰ τά µἐν κερατοфóρα τŵν ζῴων τἀ δ’ ἅκερα).
  • 432 Arist., HA 501 a 12 (voir ibid. 630 b 3).
  • 433 PA 664 a 1. Les cornes sont comme des dents saillantes (ibid. 664 a 11). Il poursuit en disant que (...)
  • 434 PA 663 a 18.
  • 435 Voir PA 688 b 22 (τά δὲ µὴ πολυσχιδῆ ὰλλ’ ὀλιγοτóκα ἢ κερατοфóρα).

71L’adjectif κερατοϕóρος [keratophoros] (32/37) est le doublet aristotélicien du précédent430. Il s’agit, pour Aristote comme pour Platon, d’un caractère particulièrement important et qui n’est qu’accessoirement opposé à la privation de cornes431. Le Stagirite le met en effet en corrélation avec un certain nombre de caractères anatomiques, et en particulier avec la nature des pieds et des dents : “les animaux à cornes n’ont pas une double dentition complète (οὐκἀµϕώδοντα). Car ils n’ont pas de dents sur le devant de la mâchoire supérieure”432. Aristote en donne la raison suivante : “car ce que la nature enlève en cet endroit, elle l’attribue aux cornes, et la nourriture qui serait destinée à ces dents est employée à la croissance des cornes”433. La corrélation avec le pied est également placée sous le signe de la nécessité naturelle : “la plupart des animaux à cornes sont bifurques (διχαλά) <...>. La plupart de ces animaux, de même qu’ils ont le corps divisé en deux moitiés grâce auxquelles ils se meuvent, la droite et la gauche, ont également reçu de la nature deux cornes, pour cette raison”434. Ces animaux sont donc pourvus d’une dentition incomplète et bifurques, et Aristote emploie parfois διχηλά pour κερατοφόρα435.

  • 436 A. Po. 98 a 15-19.
  • 437 HA 507 a 35.
  • 438 PA 675 a 5 (voir Pr. 895 b 13).
  • 439 PA 676 a 6 sq.
  • 440 Elle est arrondie (στρογγύλος), alors que celle des autres animaux est allongée (PA 673 b 32).
  • 441 HA 511 a 28 ; ibid 510 b 18.
  • 442 PA 651 b 31.
  • 443 PA 663 b 26 (voir ibid. 675 b 3 et HA 507 b 33).
  • 444 PA 674 a 30.
  • 445 HA 500 a 6 ; voir Ar. Byz., Épit. 2, 477.
  • 446 PA 688 a 32. Il signale aussi que certains d’entre eux ont une crinière (HA 498 b 31 ; ibid. 500 a (...)

72Sans doute sous l’influence de Platon, et alors qu’il établit rarement des connexions univoques entre les caractères anatomiques, Aristote fait de cette propriété la cause des autres caractères anatomiques signalés : “Il faut considérer de quelles espèces un caractère est l’attribut et quelles propriétés lui appartiennent ; par exemple, pour les animaux qui ont des cornes (τοῖς κέρατα ἔχονσι) le fait de posséder un troisième estomac et de n’avoir de dentition complète qu’à une mâchoire. La question à se poser ensuite c’est : de quelles espèces la possession des cornes (τòῖς κέρατα ἔχουσι) est-elle un attribut ? Car on voit bien en vertu de quoi les attributs indiqués appartiendront à ces animaux : ce sera par le fait d’avoir des cornes”436. En raison probablement de l’importance économique de ces animaux, c’est par l’étude de leur cas qu’il commence un grand nombre de ses analyses anatomiques (estomac, dent, matrice, etc.). Car Aristote lie cette propriété avec de nombreux autres caractères systématiques ; ainsi tous ces animaux ont quatre estomacs : “tous les animaux à cornes qui n’ont pas une double dentition complète (ὃσα µὴ ἔστιν ἀµφώδοντα τῶν κερατοφόρων) possèdent quatre réceptacles de ce genre”437. Ce sont donc des ruminants : “en effet, les animaux qui n’ont pas une double dentition complète mais qui ont des cornes ruminent (µηρυκάζει)”438. L’originalité de leur système digestif est cause que leur lait caille, à la différence de celui des autres vivipares : “tous les animaux à plusieurs estomacs possèdent ce qu’on appelle la présure <...> Aussi le lait des animaux à cornes se caille tandis que celui des animaux sans cornes (τῶν ἀκεράτων) ne se caille pas”439. Aristote mentionne encore la forme particulière de leur rate440, et la présence de cotylédons dans la matrice des femelles : “les animaux à cornes qui n’ont pas une double dentition complète ont des cotylédons dans l’utérus, quand ils portent l’embryon”441. Ils se démarquent aussi par le fait qu’ils ont du suif au lieu de graisse et c’est pourquoi “<la moelle>, chez les animaux à cornes et qui n’ont pas une double dentition complète, est pareille au suif, tandis que chez ceux qui ont une double dentition complète et les pieds à fentes multiples (τοῖς δ’ ἀµϕώδονσι καὶ πολνσχιδέσι), elle est semblable à la graisse”442. Ces animaux se caractérisent enfin par un trait, sur lequel Aristote insiste beaucoup, qui est leur grande taille, due à un surcroît de terre dans leur constitution : “d’abord les éléments corporels et terreux sont plus nombreux dans les animaux plus grands, et nous savons qu’aucun animal tout petit n’a de cornes (κερατοϕóρον)”443. Ce groupe est homogène et ne se subdivise pas ; le chameau qui partage de nombreux traits avec ces animaux mais ne possède pas de cornes est mentionné par Aristote pour souligner la cohérence de cette classe444. Le Stagirite consacre aussi quelques analyses à la nature des cornes445 et à la position particulière des mamelles de ces animaux446.

  • 447 Cf. Plat., Plt. 265 b 11 (ἅκερων) et ibid. 265 c 8 (ὰκεράτον).
  • 448 Democr., Fr. B 155,1 sq. (voir Ar.Byz., Épit. 2, 516, sur les vaches (ἅκεpοι) ; cf. Str. 7, 3, 18, (...)
  • 449 Voir Arist., HA 499 bl 6 (τὰ µὲν κερατοϕóρα τῶν ζῴων τὰ δ’ ἂκερα ; Gal., Meth. med. 10, 21, 9).
  • 450 Voir la généralisation de la corrélation des caractères du pied, des dents et des cornes chez Aris (...)
  • 451 Les exceptions sont le chameau, qui ne possède ni cornes, ni double dentition complète (Arist., HA(...)

73Les adjectifs ἂκερος [akeros] (12/12) et ἀκέρατος [akeratos] (11/13), avec le préfixe privatif α-, désignent de leur côté les animaux (terrestres) “sans cornes” et s’opposent aux précédents. Ils sont employés indifféremment par les mêmes auteurs447. Le terme se rencontre dans un témoignage rapportant les analyses de Démocrite sur l’existence de bovins sans cornes, et l’on peut imaginer qu’il était effectivement utilisé par Démocrite448. C’est la seule occasion où il n’apparaît pas en opposition à κερατοϕóρα449. L’exclusion entre la possession de cornes et la présence d’une double dentition complète implique que, symétriquement, ces animaux, qui sont globalement450 les solipèdes et les fissipèdes, sont les seuls à être ἀµϕώδοντα451.

  • 452 Ce chiffre ne tient pas compte du substantif µονóκερως comme nom de l’unicorne (12/153) en particu (...)
  • 453 Arist., PA 663 a 24.
  • 454 Arist., PA 663 a 28.
  • 455 Archil., Fr. 181 (µουνóκερος).
  • 456 Arist., HA 499 b 18.
  • 457 Arist., HA 499 b 18 et PA 663 a 23 ; Ael., NA 3, 41 & 13, 25 & 15, 15 ; Str. 15, 1, 56, 8.
  • 458 Antig. 66.
  • 459 Anaxag., Fr. B 16 ; Plu., Per. 6, 2. C’est également le surnom d’un oiseau (Ael., NA 17, 10).

74Les adjectifs µονóκερως [monokerôs] (16/43)452, et µονóκερας [monokeras] (4/13) signifient “pourvu d’une seule (µóνος) corne (κέρας)” ; le second n’est employé qu’une fois par Aristote sous forme substantivée : “Les animaux à corne unique (τὰ µονοκέρατα) la portent au milieu de la tête”453. Aristote justifie la présence d’une corne plutôt que deux chez certains solipèdes par une convergence naturelle des propriétés du pied et de la corne : “Il semblerait rationnel que le solipède eût une corne unique (µονóκερων εἶναι) plutôt que l’animal à sabot fendu. En effet, le sabot fendu ou non est de la même nature que la corne ; aussi les sabots et les cornes sont-ils divisés de la même façon et chez les mêmes animaux”454. Présent déjà dans un fragment d’Archiloque455, cet adjectif caractérise surtout des espèces, des variétés ou des individus anormaux : oryx456, ânes ou chevaux d’Inde457, porcs458 ou béliers monstrueux459.

  • 460 En revanche, il constitue un qualificatif de quelques divinités : Dionysos (Orph., H 30, 3), Pan ( (...)
  • 461 Arist., HA 498 b 18.
  • 462 Antig. 53.

75L’adjectif δίκερως [dikerôs] (14/18) est peu employé dans un contexte zoologique, car il ne marque pas une différence comme µονóκερως460. Il ne se trouve chez Aristote qu’une fois comme adjectif : “on n’a jamais vu de solipède à deux cornes461 ; et dans les Merveilles d’Antigone, sous forme substantivée, pour nommer la classe du bison (µóναπος)462.

Les déterminations liées à l’aile

76Tous les volatiles (πτηνά), oiseaux, chiroptères ou insectes ailés sont caractérisés essentiellement par la nature, la forme et le nombre de leurs ailes. C’est le mot πτερóν (aile) qui, dans presque tous les cas, sert à la formation des adjectifs classificatoires de cet ensemble.

  • 463 Arist., IA 709 b 30 & 713 a 4-8.
  • 464 Arist., A. Po. 96 b 38 (un volatile est ὀλóπτερον ou σχιζóπτερον) ; Arist., IA 710 a 4.
  • 465 Arist., PA 692 b 12.
  • 466 Voir Alex., A.Pr. 1, 306, 34.
  • 467 Arist., IA 710 a 25.
  • 468 Ibid. 713 a 10.
  • 469 Ibid. 710 a 25.
  • 470 Ibid. 709 b 30 (óλοπτέpοις τοῦ πτεροῦ, τoῖς δ’ ὄρνισι τῆς πτέρυγος).
  • 471 HA 615 b 30.
  • 472 IA 710 a 9.
  • 473 Ibid. 710 a 1 sq.
  • 474 Voir Arist., Somn. Vig. 456 a 14 sq.
  • 475 PA 697 b 11 (et s.v. σχιζόπτερον).

77Le mot óλóπτερος [holopteros] (17/45), formé par ajout au nom de l’aile (πτερóν) de l’adjectif ὃλος (complet, intégral) et toujours employé sous la forme substantivée, est un terme exclusivement aristotélicien qui désigne les animaux “à ailes pleines”, c’est-à-dire explicitement les insectes volants (πτιλωτά), en opposition aux oiseaux tantôt désignés par le mot ὄρνιθες463, tantôt, plus techniquement, par le mot σχιζóπτερα464 : “les oiseaux sont couverts de plumes. Chez eux, ces plumes sont séparées et leurs ailes n’ont pas la même forme (ούχ ὃµοιον τῷ εἲδει) que celles des animaux à ailes pleines465. La différence entre ces deux classes de πτηνά466 est une différence d’aile, celle des “holoptères” étant appelée πτερóν467 ou πτίλον468, alors que celle des oiseaux est appelée πτερóν469, πτέρνξ470 ou πτεpύιον471. Les insectes ailés sont subdivisés en deux groupes, celui des κολεóπτερα et celui des ἀνέλυτρα : “<aucun holoptère n’a de croupion>, qu’il s’agisse des coléoptères, comme les escarbots et les hannetons, ou des insectes sans élytres comme les abeilles et les guêpes”472. Aristote recourt à ce terme surtout dans son traité IA pour différencier le mode de déplacement des animaux ailés473, et attribue au bourdonnement des ailes des insectes une fonction de refroidissement474. Bien que les δεpµοπτέpα soient littéralement compris dans cette classe475, ils ne sont jamais mentionnés, et les analyses d’Aristote ne les prennent pas en compte.

  • 476 Voir Ar.Byz., Épit. 1, 1 ; Apulée, Mag. 38.
  • 477 Ar.Byz., Épit. 1, 18 (et Ael., HA 11, 37).
  • 478 Arist., HA 490 a 5.
  • 479 Arist., HA 487 b 23 (καὶ γὰρ τὰ δερμóπτερα πεζεύύει).
  • 480 Ibid. 490 a 10.
  • 481 Arist., PA 697 b 11.

78Le terme δεpµóπτεpος [dermopteros] (10/12) désigne les animaux “qui ont des ailes (πτερóν) en peau (δέpµα)” dans la terminologie aristotélicienne476. Il est forgé pour marquer la spécificité des chiroptères, mais n’est guère employé que pour la chauve-souris, comme le montre le singulier employé par Aristophane de Byzance pour définir ce classème : “Possède des ailes en peau (δεpµóπτεpος) la chauve-souris, qui est le seul des animaux qui volent à être vivipare”477. Aristote, dans la définition qu’il donne de ce terme, mentionne deux espèces et n’en signale aucune autre dans ses traités : “Parmi les animaux qui volent, les uns ont les ailes formées de plumes (πτερωτά) <...>, d’autres des membranes sèches (πτιλωτά) <...>, d’autres ont l’aile formée de peau, comme l’oreillard et la chauve-souris (ἀλώπŋξ καί νυκτερίς). Les volatiles à plumes sont tous des animaux sanguins, les animaux à ailes formées de peau (δεpµóπτερα) également”478. Aussi emploie-t-il de préférence le substantif νυκτερίς dans ses analyses biologiques, et les seuls traits qu’il attribue à cette classe en tant que telle sont la faculté de marcher479 et la possession de pieds480 et d’ailes indivises481.

  • 482 Par fente il faut entendre soit la séparation des plumes constituant l’aile (par opposition aux ai (...)
  • 483 Alex., Top. 1, 306, 15 (voir ibid. 1, 435, 6 ; Arist., A.Po. 96 b 39 & IA 710 a 5).
  • 484 Arist., PA 697 b 10 (voir aussi IA 710 a 7).

79Le mot σχιόζόπτερος [schizopteros] (6/46), qui s’oppose au précédent et désigne les “animaux à ailes fendues (σχίζειν)”482, recouvre exactement le sens d’ ὄρνιθες, ce qui explique sans doute son faible emploi chez Aristote : “ou encore, pour l’oiseau, son genre est ailé (πτηνóν) et sa différence est qui a des ailes fendues (τò σχιζόπιερον)”483. Le Stagirite exclut explicitement de cette classe les chauves-souris, comme il distingue les δερμόπτερα des ὄρνιθες : “<les chauves-souris n’ont ni queue ni croupion> ; en effet leurs ailes sont des membranes ; or aucun animal n’a de croupion si ses ailes ne sont formées de plumes séparées (μὴ σχιζόπτερον)”484.

  • 485 HA 490 a 14. Le κάνθαρος apparaît comme le modèle de la classe (HA 601 a 4 ; Basile, H.hex. 8, 3, (...)
  • 486 HA 490 a 19.
  • 487 HA 601 a 3.
  • 488 HA 552 b 30.
  • 489 Cette classe aristotélicienne ne correspond à aucun découpage moderne même si elle intègre et info (...)
  • 490 Ar.Byz., Épit. 1, 19.
  • 491 Ar.Byz., Épit. 1, 120 (πὰντα τὰ ἔντοηα καὶ τά κολεόπτερα).
  • 492 Phlp., А. Ро. 13, 3, 405 (alors qu’il nomme ailleurs le κάνθαρος : ibid. 13, 1, 112).

80L’adjectif κολεόπτερος [koleopteros] (8/11), formé avec un premier élément (κολεός) signifiant “étui” ou “gaine”, est employé, au-delà d’Aristote, par Basile et Philopon. Il désigne les insectes dont les ailes sont pourvues d’élytres : “ils ont leurs ailes dans un élytre (ἐν ἐλύτρῳ), comme les hannetons et les escarbots”485 ; ces animaux n’ont pas de dard (οὐδὲν ἔχει κέντρον)486, muent (ἐκδύνει τò γῆρας)487, et pondent parfois leurs larves dans la boue488. L’extension de ce groupe est imprécise et affaire d’appréciation489 ; et elle semble, pour les lecteurs d’Aristote, prêter à confusion : Aristophane de Byzance, qui sans donner une définition reprend les deux exemples aristotéliciens490, paraît les distinguer du reste des insectes491, et Philopon cite même comme exemples, à côté des cigales (jamais cataloguées par Aristote), les mouches ( !)492.

  • 493 Sur la critique d’une classification qui repose sur des disjonctions à l’issue desquelles un group (...)
  • 494 Voir Arist., IA 710 a 11 (ὁμοίως <δὲ>τά τὲ κολεόπτεροα, ..... καὶ τὰ άνέλυτρσ).
  • 495 Arist., HA 490 a 13 (voir ibid. 532 a 24).

81Le terme ἀνέλυτρος [anelutros] (3/3), strictement aristotélicien, désigne les insectes sans “fourreau” ou “élytres”, le mot grec ἔλυτρον étant donné comme un équivalent exact de κολεóς. Il désigne donc tous les insectes exclus du groupe des κολεóπτερα (i.e. le. les diptères et les tétraptères). Cependant, en partie parce qu’il repose sur une privation493, il ne constitue pas un classème biologiquement fonctionnel, car la particularité morphologique qu’il note n’est mise en rapport avec aucune autre différence, même en ce qui concerne le mode de déplacement494 : “parmi les animaux qui volent et qui n’ont pas de sang, les uns sont des coléoptères (ils ont leurs ailes dans un élytre, par exemple les hannetons et les escarbots), les autres n’ont pas d’élytres (τὰ δ’ ἀνέλυτρα) et ont tantôt deux ailes, tantôt quatre”495.

  • 496 Luc, Dips. 13 ; au sujet de la mouche, voir Id., Musc. Enc. 1, 8 (κατὰ τὰς ἀκρίας .... ὑμενόπτερος (...)
  • 497 C’est aussi le cas dans un extrait de Julius Africanus (Broderies, 1,17) : “Il y a un animal volan (...)
  • 498 Phlp., A.Po. 13, 3, 405 (voir Str. 15, 1, 37, 21 : “ des serpents aux ailes membraneuses comme les (...)

82L’adjectif (μενπτερος) [humenopteros] (4/6) s’applique aux animaux “qui ont les ailes constituées d’une membrane (ὺμήν)”. Il n’apparaît pas dans le corpus aristotélicien et ne qualifie pas un type d’aile précis. Lucien caractérise ainsi les ailes de tous les insectes volants (=ὁλόπτερα) et des chauves-souris : “l’autre <espèce de scorpion> est aérienne, vole, et a des ailes membraneuses (ὑμενόπτερον) comme sont les ailes des sauterelles, des cigales et des chauves-souris”496 ; de son côté Philopon, sans doute pour pallier une imprécision dans le vocabulaire aristotélicien, l’emploie pour les seules chauves-souris (=δερμόπρεα)497 et l’oppose à κολεόπτερα qui désigne chez lui tous les insectes volants (=πτιλωρά) : “on appelle holoptères (ὁλόπτερσ) soit les hyménoptères, comme les chauves-souris, soit les coléoptères comme les cigales et les mouches”498.

  • 499 Cf. PA 683 a 18.
  • 500 PA 682 b 11 sq. Les hannetons semblent ici un exemple non pas des coléoptères, mais des insectes c (...)
  • 501 HA 486 b 11.

83Le mot πολύπτεπος [polupteros] (3/3) est rare et purement descriptif. Il désigne les insectes tétraptères et coléoptères, et, sous forme substantivée, s’oppose à δίπτερος499 : “les petits insectes ont deux ailes, par exemple le genre des mouches. Ceux qui sont courts et dont la vie est sédentaire (τὰ δὲ βραχέα καὶ ροῖς βίοις ὲδραῖα) ont des ailes multiples à l’instar des abeilles, mais des élytres recouvrent leurs ailes afin de protéger la puissance des ailes : tel est le cas des hannetons et des insectes analogues”500. L’adjectif s’oppose aussi à ὀλιγόπτερος apparemment non plus avec le sens de polyptère mais de “bien pourvu de plumes”, dans une distinction unique et sommaire, qui ne fournit pas de réfèrent explicite mais semble s’appliquer plutôt aux oiseaux501.

  • 502 Arist. (8/9) ; il est repris par Michel d’Éphèse (1/9).
  • 503 Arist., HA 490 a 13.
  • 504 Arist., PA 683 a 14.
  • 505 Arist., HA 490 a 19.

84Le mot δίρτερος [dipteros] (8/9), “pourvu de deux (δι-) ailes (πτερόω)”, est également aristotélicien502. Les diptères sont définis dans un des systèmes les plus détaillés qu’on trouve chez Aristote : “parmi les animaux qui volent et qui n’ont pas de sang, les uns sont des coléoptères, les autres n’ont pas d’élytre (άνέλυτρα) et ont tantôt deux ailes, tantôt quatre (τούρων τὰ μέν δίπτερα τὰ δὲ τετράπτερα) : sont tétraptères ceux qui sont de grande taille ou qui portent l’aiguillon à l’arrière : sont diptères ceux qui sont de faible taille ou qui ont l’aiguillon à l’avant (ὃσα ἢ μέγεθος μὴ ἔχει ἢ ἐμπρσθόκενρτρὰ ἐστιν). Mais aucun coléoptère n’a un aiguillon”503. Les insectes diptères sont en outre faibles (άσθενῆ)504 et les exemples de la classe sont la mouche (μυῖα) le taon (μύωψ) l’œstre (οἶστρος) et le cousin (ἐμπίς)505.

  • 506 HA 490 a 16.
  • 507 HA 532 a 22.
  • 508 PA 682 b 8.
  • 509 HA 532 a 21.
  • 510 S., Fr. 29. Les emplois tardifs se rencontrent surtout dans les lexiques.

85Le mot τετράπτερος [tetrapteros] (6/11), “pourvu de quatre (τέσσαρα) ailes (πτερóν)” est employé par Aristote pour désigner un ensemble d’insectes à l’extension variable : tantôt les tetraptera se distinguent des coléoptères (ils sont grands et ont le dard à l’arrière, ὀπισóκεντρα)506 ; tantôt ils les intègrent implicitement : “d’autre part, parmi les insectes qui volent (τῶν πτηνῶν) les uns ont un élytre pour leurs ailes, par exemple le hanneton, les autres n’ont pas d’élytre, par exemple l’abeille”507. C’est leur vie nomade (ὁ βίος νομαδικóς) qui justifie qu’ils aient quatre ailes (alors que deux suffiraient)508. Le modèle de ce groupe est l’abeille509, l’adjectif étant premièrement appliqué par Sophocle aux guêpes (τετράπτεροί σφηκοί)510.

Autres déterminations anatomiques

86Le vocabulaire classificatoire anatomique est essentiellement composé d’adjectifs. Certains sont “durcis” et employés fréquemment sous forme substantivée, tandis que d’autres n’apparaissent qu’accidentellement sous cette forme, et comme par un hasard syntaxique. Sans prétendre dresser la liste exhaustive de ces classèmes occasionnels, nous en donnons un aperçu aussi complet que possible, et qui comprend, en particulier, tous les adjectifs de ce type qui figurent dans le corpus aristotélicien.

  • 511 Voir Hp., Épid. 2, 1, 8 ; etc.
  • 512 Tphr., Sens. 38.
  • 513 PA 648 a 17. Voir le long développement sur les paupières en PA 657 a 25 sq.
  • 514 HA 537 b 12 ; PA 683 a 27.
  • 515 PA 657 b 34.
  • 516 PA 691 a 24.
  • 517 PA 657 b 11 sq.
  • 518 HA 537 b 12 ; voir An. 421 a 13.
  • 519 PA 691 a 24.

87L’adjectif σκηρóφαλμος [sklêrophthalmos] (21/40) caractérise les “animaux qui ont les yeux (ὀφθαλμóς) secs (σκλμρóς)”. Surtout employé en médecine où il note un symptôme maladif pour l’homme511, on le rencontre aussi dans les écrits aristotéliciens et théophrastéens512, où il ne dessine pas une catégorie biologiquement pertinente. Le fait d’avoir des yeux secs est un corollaire de l’absence de paupières : “si par exemple on considère deux espèces avec des yeux, l’une a des yeux durs (σκληρóθαλμα) l’autre humides (ὑγρόφαλμα) la première n’a pas de paupières tandis que la seconde en possède pour que sa vision soit plus nette”513. Les insectes514 et les crustacés515, les reptiles516 et implicitement tous les quadrupèdes ovipares517 ont les yeux durs. Ce caractère implique une déficience oculaire : “en effet, tous les animaux aux yeux durs (τὰ σκλνρóφαλμα) ont la vue faible”518. Mais il constitue plutôt une détermination relative, comme le prouve l’emploi du comparatif : “les reptiles ont les yeux plus durs (σκληροφθαλμóτερα) que les oiseaux”519.

  • 520 Voir PA 657 a 25 sq. Il n’est rien dit des monstres marins qui font, implicitement, partie de ce g (...)

88Beaucoup moins fréquent et seulement aristotélicien, l’adjectif contraire γρόφθαλμος [hugrophthalmos] (3/3), “dont les yeux (ὀφθαλμóς) sont humides (ὐγρóς)” concerne les autres animaux pourvus d’yeux c’est-à-dire les poissons, les quadrupèdes vivipares (y compris les hommes) et les oiseaux520. Les poissons constituent une exception par rapport à la corrélation indiquée plus haut car, bien que sans paupières, ils n’ont pas les yeux durs : “ils ont tous des yeux sans paupières, bien que leurs yeux ne soient pas durs (οὐ σκληρóφθαλμοι)”521.

  • 521 Antig. 29. Il peut métaphoriquement qualifier un imbécile (Luc., Τim. 23, 2 ; etc.).
  • 522 GA 783 a 1.
  • 523 Hp., Morb. 2, 74.
  • 524 HA 781 b 22 (l’homme est, relativement à sa taille, celui qui a la peau la plus fine ; cf. PA 657 (...)
  • 525 Phlp., in GA 14, 3, 226, 34.

89L’adjectif παχδερμος [pachudermos] (8/21), “qui a la peau (δέρμα) épaisse (παχύς)”, qui qualifie le renne521 est employé une fois par Aristote de façon substantivée : “certains des animaux à peau épaisse ont les poils fins (λεπτότριχα)”522. Apparemment uniquement pertinent pour les vivipares, ce terme n’est jamais explicité. L’adjectif opposé, λεπτóερμος [leptodermos] (8/10), qui apparaît chez Hippocrate523 et figure toujours sous la forme comparative chez Aristote524, n’est substantivé que dans l’œuvre de Philopon525.

  • 526 Hippocrate l’emploie avant lui, mais pour les hommes (Hp., Morb. pop. 2, 1, 8 ; cf. E., Phen. 1173 (...)
  • 527 Arist., HA 595 a 11 (voir ibid. 597 b 26 où le mot est employé à propos du perroquet ; voir PA 660 (...)

90L’adjectif μακρύχενος [makrauchenos] (4/5) est usité sous forme substantivée par Aristote pour désigner certains oiseaux526, parmi lesquels il ne mentionne que le flamant : “parmi les oiseaux, tous les autres aspirent (σπάσει) <leur boisson>, avec cette particularité, pour les oiseaux à long cou, qu’ils s’interrompent et lèvent la tête ; seul le flamant boit par lampées (κάψει)527.

  • 528 HA 504 b 2 ; voir ibid. 597 b 26 & PA 660 a 23.

91Τὰ πλατύγλωττα [platuglôtta] (3) “ceux qui ont une langue large”, est un lexème qu’Aristote n’emploie qu’à propos des oiseaux parleurs comme le perroquet : “certains genres d’oiseaux émettent des sons articulés (γράμματα) : tels sont en particulier les oiseaux dont la langue est large528.

  • 529 HA 632 b 11.

92Le lexème τὰ εὐρυστήθη [eurustèthè] (1) désigne les animaux qui ont une large (εὐρύς) poitrine (στῆθος) en un passage de HA où il est opposé aux animaux qui ont de longue jambes : “les animaux à longues jambes (τὰ μακροσκελῆ τῶν ζῴψν) sont sujets aux flux de ventre, ceux dont la poitrine est large (τὰ δ’εὐρυσρήθη) le sont aux vomissements : l’observation vaut d’une manière générale aussi bien pour les quadrupèdes et pour les oiseaux que pour les humains”529. La précision d’Aristote montre que le terme dénote une particularité plus individuelle que générique.

  • 530 HA 504 a 35.

93Les oiseaux à longues pattes et à pieds palmés (μακροσκελεῖς καὶ στεγανóποδες) sont aussi appelés οἱ μικρουρροπύγιοι [mikrourrhopugioi] <scil. ὄρνιθες), “ceux qui ont le croupion (ὀρροπύγιον) petit (μικρóς)530.

  • 531 HA 504 b 8.
  • 532 Voir PA 694 a 12 sq.

94Τὰ πλμκτροφóρα [plêktrophora] (1), les oiseaux”qui ont (φέρειν) un ergot (πλῆκτρον) rassemblent une partie des oiseaux à vol lourd (οἱ βαρεῖς) et s’opposent aux rapaces : “les oiseaux à serres recourbées figurent parmi les bons voiliers, ceux à ergots font partie des oiseaux à vol lourd”531. Ces ergots sont en effet des moyens de défense qui, utiles sur terre, seraient inutiles en l’air à des oiseaux qui, en outre, ont déjà dans leurs serres un moyen de défense532.

  • 533 Voir HA 517 a 2 (“le rôle des os est joué chez les sélaciens par du cartilage (χονδρῶδες)
  • 534 Ainsi Galien (80) ne l’emploie jamais pour des poissons mais pour la tête des souris (Anat. adm. 2 (...)
  • 535 Aristote ne l’emploie que pour des parties (HA 549 a 25 & b 1 ; PA 654 b 25), et en particulier de (...)
  • 536 Simonide, ap. Ath. 7, 318 f (voir Hikésios, ap. Ath. 7, 320 e, à propos du scorpion de mer -σκορπί (...)

95Le vocable τὰ χονδρώδη [chondrôdè] (1) désigne les poissons cartilagineux, autrement dit les sélaciens533. L’adjectif est fréquent (152/192) mais relève essentiellement du vocabulaire médical534, y compris dans les traités aristotéliciens535. Il apparaît une seule fois sous forme substantivée dans les Deipnosophistes, et avec une extension qu’a parfois σελάχη puisque les céphalopodes (ici, le poulpe) sont intégrés dans ce groupe :”les gens de l’Attique disent poulype (πουλύπουν) (il fait partie des “sélaciens” -σελαχωδῶν, nom que l’on donne aux poissons cartilagineux)”536.

Notes

1 S.E., P. I, 14 [50].

2 Hdt. 2, 68.

3 Hdt. 9, 22 ; cf. D.C. 78, 37, 4, 3. Le mot λεπίς désigne divers types d’enveloppe : gousse d’oignon, coquille d’œuf, cuirasse métallique, etc. (cf. λέπω : éplucher, décortiquer, etc.).

4 Arist., PA 692 b 11 ; voir GA 783 b 1 ; PA 671 a 12, a 27, b 12. Ce mot est souvent associe, dans les développements d’Aristote, a celui de φολιδωτά(voir HA 517 b 14 ; voir aussi la liste des classes dans Ar.Byz., Epit. 1, 1, et ibid. 1, 12 et 13) ; mais la différence de sens entre les deux termes est tenue comme le montre l’emploi par Hérodote du mot λεπιδωτóς pour caractériser la peau du crocodile, qui est justement qualifiée par Aristote de φολιδωτóς (cf. Ar.Byz., Epit. 1, 13 ; etc.). Il est aussi employé par Galien à propos d’une membrane protectrice (σκέπασµα : Gal., Aliment, fac. 6, 736, 12). Signalons que le φωλίς (Arist., HA 621 b 8) est le nom d’un poisson non identifie.

5 HA 505 a 22. Aristote ne dit jamais expressément que les batraciens sont des λεπιδωτοί et cette caractérisation demeure hypothétique, dans la mesure où la peau squameuse des serpents est appelé <t>OMC (cf. HA 490 b 23 ; ibid. 508 a 11) ; voir aussi HA 490 b 21 : “les ovipares ont des plaques cornées : la plaque cornée (φολίς) ressemble a l’écaille par sa place, mais elle est naturellement plus dure”.

6 PA 697 a 4 ; même remarque en HA 505 a 24 : “la plupart <des poissons> ont des écailles (λεπιδωτοί) ; certains peu nombreux ont la peau rugueuse, enfin un très petit nombre a la peau lisse”.

7 D’ou certains énonces schématiques tels que οἱ μὲν οὖμ ἰχθύες λεπδωτοὶ ὄντες (GA 733 a 20 ; voir Gai., Temp. 1, 612, 8). Aucun poisson n’est cite en priorité pour illustrer cette classe ; citons néanmoins λάβρσξ, κεστρεύς, κὲφαλος, ἐτελίς (Arist., HA 567 a 19) et κέφαλος (Gal., Aliment, fac. 6,708, 15)

8 Le terme est employé treize fois comme substantif et six fois comme adjectif zoologique.

9 HA 597 a 7. Voir GA 733 a 13 : les sélaciens ne sont ni πτερωτά ni φολιδωτά ni λεπιδωτά ; voir Ar.Byz., Epit. 1,2).

10 Ar.Byz., Epit. 1,1

11 Ainsi HA. 517 b 14 ; PA 670 b 2 & 671 a 12 & 692 b 12 ; GA 783 b 4 ; cf. Gal., Temp. 1,6, 2, 8.

12 À propos de la rate (PA 670 b 2), de la vessie (ibid. 671 a 12), des reins (ibid. 671 a 27).

13 Arist., HA 505 b 3 (voir ibid. 567 a 13 ; GA 733 a 20 sq.).

14 Hdt. 2, 72 (τòν καλεóµενον λεπιδωτóν).

15 Voir Ath. 7,309 b (Cyprinnus bynni) ; cf. Eudoxe, Fr. 292,2 ; Str. 17,1,40, 10 ; Ath. 7, 312 b.

16 Une seule fois comme adjectif en PA 697 a 7.

17 Mnes., Fr. 38, 5 ap. Ath. 8, 357 b.

18 Id., Fr. 38, 8.

19 Id., Fr. 38, 12. La même distinction tripartite des peaux des poissons est faite par Aristote (PA 697 a 4), mais les ἀλεπιδωτά sont d’après lui uniquement des sélaciens, groupe auquel n’appartiennent ni les thons, ni les maquereaux.

20 Les 150 occurrences se répartissent ainsi : σελάχη (73 + 1 σελάχεα, + 1 σελάχεια), σελαχώδης (39), σελάχιoς et σελάχιoν (36 -dont 2 au pluriel masculin σελάχιoι-), la dernière forme étant d’usage plus tardif que les deux premières. Σελαχώδης et σελάχιoς sont à l’origine des adjectifs, mais ils sont couramment substantivés et utilisés comme des noms.

21 Gal., Aliment. fac. 6,737, 4.

22 Arist, HA 511 a 5. Hippocrate utilise toujours ce terme, sauf une fois (σελάχια seul dans Affect. int. 12, 68) comme un déterminatif d’ίχθύς (ίχθῦς σελάχη) : Morb. I, 2, 50, 23 ; ibid. 2,74, 10 ; Mul affect. 1, 133, 194 ; ibid. 1, 66, 44 ; ibid. 2, 48, 32). D’après Galien, il aurait rangé sous ce terme les mêmes poissons qu’Aristote : σελάχεσιν [10] oὕτως καλεῖται ὄσα ίχθύων λεπίδας oὐκ ἔχει καὶ ζωoτoκῖ (Gal. Ling. Hp. exp. 19, 136, 15).

23 Voir Ar.Byz., Épit. 1,1 ; Apulée, Ap. 38 ; Ael., NA 11, 37. Pour un emploi au singulier voir PA 695 b 9.

24 Voir Byl & Schouls, 1990.

25 Voir Arist., HA 489 b 30 ; en HA 505 a 2 sont distingués les πλατέα (νάρκη, βάτoς) et les πρoµήκη (λαλεώδη) ; voir aussi HA 540 b 8 (πλατέα καὶ κερκoϕóρα -βάτoς, τρυγώδν καὶ τά τoιαῦτα-, auxquels s’ajoutent βoῦς, λάµια, άετóς, νάρκη, βάτραχoς, καὶ πάντα τά γαλεώδη. Par métonymie : τά σελάχη, γαλεoὶ τε καὶ βάτoι (HA 489 b 6 ; cf. Ath. 7, 318 f : σελάχια δέ τά τῶν ῥινῶν ϕῦλα). Les deux derniers zoonymes sont des cas particuliers : l’ange (ῥίνη) est en effet entre les deux groupes car elle est considérée comme un squale (γαλεóς) rugueux (HA 565 b 25 ; PA 697 a 6) ; l’ambiguïté semble être surtout le fait du mot γαλεóς (HA 505 a 4 ; ibid. 565 a 27 & b 28 à propos de la raie) ; sur le cas exceptionnel de la baudroie voir infra.

26 Arist., HA 505 a 25 (τά µέν τραχέα ἐστὶ τά δὲ λεῖα) ; cf. PA 697 a 7 : “les sélaciens sont à la fois sans écailles et rugueux, car ils ont des arêtes cartilagineuses”, τά δὲ σελάχη ἀλεπίδωτα µέν τραχέα δ’ ἐστὶ διά τó χoνδράκανθα εἶναι. Le terme rugueux, comme celui de lisse, est ambigu (voir HA 505 a 23).

27 HA 598 à 12 (voir Luc, Lex. 1, 6, 9 : τῶν δὲ ὑπoβρυχίων τά σελάχια πoλλά).

28 HA 505 à 1 & PA 696 b 10.

29 PA 655 à 37. C’est la raison pour laquelle ces poissons sont aussi appelés χoνδρώδη (“cartilagineux” : Ath. 7,318 f ; Arist., HA 517a 1 : ταὑτα γάρ ἐστι χoνδράκανθα ; PA 655 a 23 ; ibid. 696 b 6).

30 Ils sont ovipares intérieurement, forment un œuf complet (τέλειoν ῴóν) à l’intérieur et mettent au monde un vivant à l’extérieur (GA 754 a 23 ; voir Juv. 475 b 21 ; HA 564 b 16 ; PA 676 b 4).

31 Aristote insiste sur cette exception (HA 505 b 3 & 564 b 8 & 565 b 29 ; GA 749 a 23 ; cf. Arist., ap. Ath. 7, 286 b) et en propose une explication (GA 754 a 26). En fait il ne s’agit pas, pour les systématiciens modernes, d’un sélacien ; d’ailleurs Oppien à juste titre, ne range pas la baudroie parmi les sélaciens (H 2, 86) : il le qualifie de µαλθακòς ἰχθύς ; Pline (HN, 78), en revanche, suit exactement le Stagirite.

32 Ar.Byz., Épit. 1, 2 (id. in Ael., NA 11, 37). Aristote est pourtant sans ambiguïté sur la séparation de ces classes (voir HA 489 b 2 & 492 a 27 ; PA 696 b 26, etc.). Aristophane de Byzance lui-même semble hésiter entre un sens large et un sens restreint puisqu’il en exclut parfois les cétacés (Épit. 1,124) ; cf. aussi Ath. 7,330 a (= Arist., Fr. 280) qui, des sélaciens, donne la liste suivante qui inclut un cétacé (µῦς) : βoῦς, τρυγών, νάρkη, βατίς, βάτραχoς... βoύγλωττoς, Ψῆττα... µῦς ; mais il distingue par ailleurs les deux groupes : ibid. 8, 353 e.

33 Outre le passage cité, voir Artem. 2,14 (= Arist., Fr. 280). Il s’agit de malacoptérygiens. C’est sans doute HA 505 a 26 qui est à l’origine de cette méprise (renouvelée par P. Louis dans sa traduction moderne) : “parmi les sélaciens les uns sont rugueux, les autres lisses ; et le congre, l’anguille et le thon font partie des poissons lisses”. Le mot λεῖoς a plusieurs emplois : (1) il désigne avec une valeur relative un sous-groupe des sélaciens (les squales, etc.) ; (2) mais il caractérise aussi, avec un sens purement descriptif et général, la peau des poissons sans écailles ; le congre, l’anguille, le thon sont donc bien lisses au sens (2) mais ne sont pas des sélaciens. Sur ce point le Stagirite est formel (voir HA 591 a 10 ; ibid. 598 a 12 ; ibid. 489 a 27 ; GA 571 a 28).

34 Ath. 7,318 f.

35 II apparaît aussi sous la forme µαλάκεια (cf. Opp. H 1,638 : ἀναίµων et ἀνόστεoς).

36 Hp., Nat. mul. 2,21. Plutarque fait normalement dériver leur nom de cette propriété : “tous les céphalopodes (µαλάκια) sont frileux par nature, car leur chair est nue et dégarnie, et elle n’est enveloppée ni de coquille, ni de peau, ni d’écaille, mais elle a la partie dure et osseuse à l’intérieur, d’où leur nom d’animaux mous (µαλάκια)”, (Plu. 916 a 9 ; voir aussi Xénocrate ap. Orib. 2, 55.

37 Gal., Ling. Hp. exp. 19, 119, 15. Le mot ἀκαλήϕη ne désigne en effet nulle part un mollusque céphalopode. Mais J. Berner (1972, p. 47) pense que µαλθακός a le sens strict de mollusque dans le passage d’Hippocrate.

38 Gal., Aliment. fac. 6,736, 8.

39 Selon Plutarque, ils ont la chair digeste et tendre (Plu. 916 b 3) mais les spécialistes les déconseillent car ils ont la chair alourdissante (Gal., Vïct. Att. 1, 63, 1), dure et indigeste (Gal., Aliment, fac. 6, 736, 10 ; voir aussi Ath. 8, 357 c). En revanche, leur vertu aphrodisiaque n’est pas contestée (Dioclès, ap. Ath. 7, 316 c).

40 C’est une des classes aristotéliciennes citées dans les listes d’Aristophane (Ar.Byz., Épit. 1,1), d’Apulée (Mag. 38) et d’Élien (Ael., NA 11, 37). Le Stagirite emploie le mot 88 fois mais ne prétend pas être l’inventeur de ce terme (voir HA 523 b 2 : τὰ καλoύµενα µαλάκια) ; il n’est pas sûr cependant que ce soit Mnésithée qui l’introduise, comme le prétend J. Bertier (1972, p. 47).

41 Comme tels ils n’ont pas de viscères (HA 524b 14 ; Ar.Byz., Épit. 1,3), mais possèdent tous les sens (HA 534 b 16), dorment (HA 537 a 1 ; Somn. 454 b 17) et aspirent de l’eau (Resp. 476 b31).

42 Voir GA 720 b 5 : “il reste à étudier quatre genres, premièrement les crustacés, deuxièmement les céphalopodes (τò τῶν µαλακoστράκων), troisièmement les arthropodes, quatrièmement les testacés” ; voir HA 490 b 9 & 534 b 14. L’ordre d’évocation ne constitue pas un signe de hiérarchie univoque car ils sont parfois cités à une autre place dans la série (voir HA 539 a 11).

43 Arist., HA 523 b 2 (voir Ar.Byz., Épit. 1, 3 ; Ael., NA 11, 37 ; cf. Ael., NA 17, 10). Voir Gal., Aliment. fac. 6, 736, 8 : “on appelle µαλάκια ceux qui n’ont ni écaille, ni peau, qu’elle soit rugueuse ou de la nature de la coquille”.

44 …comme les autres non sanguins aquatiques : GA 761 b 5 ; PA 679 b 25 sq.

45 Arist., HA 487 b 16 ; voir PA 654 a 10 : “il semble qu’ils n’aient rien d’osseux ni de terreux qui soit distinct et dont il vaille la peine de parler. Mais les céphalopodes (µαλάκια) sont presque entièrement faits de chair et sont mous (µαλακά)”.

46 PA 679 b 32 ; ibid. 685 a 9. Toutefois, certains habitent dans des coquilles (HA 525 a 20).

47 HA 489 b 34 (ὅσα δὲ δοκεῖ πόδας ἔχειν, καθάπερ καί τὰ µαλάκια, τoύτoις νεῖ).

48 Aristote rappelle qu’il s’agit d’un groupe biologique homogène (PA 644 b 10).

49 Il en nomme huit, mais distingue trois variétés de poulpes (voir aussi Ath. 7, 318 e).

50 Arist. HA 524 a 20. Cette différence concerne surtout le manteau et les pieds (HA 523 b 22).

51 En particulier sur leur système digestif (PA 678 b 25 sq.).

52 HA 523 b 21 sq.

53 HA 621 b 28. Il note surtout qu’ils sont tous carnivores (HA 590 b 20 & 591 b 10) et qu’ils jettent leur encre quand ils ont peur (HA 524 b 16).

54 La distinction sexuelle existe parmi les céphalopodes (GA 715 b 1 ; HA 537 b 26). Ils s’accouplent par la bouche (GA 720 b 16 ; HA 541 b 1) ou sur le dos (GA 720 b 36), et produisent des œufs inachevés (ἀτελῆ τὰ ᾠά :GA 733 a 22 et 29 & 755 b 33 & 732 b 7 ; HA 549 a 19 ; etc.).

55 Voir PA 684 b 21.

56 Bien que l’escargot soit compris dans ce genre, les ὀστρακόδερµα sont globalement considérés comme des aquatiques : “aucun genre de testacés ne naît dans la terre ou seulement un genre peu important, comme celui des escargots ou quelque autre espèce semblable ; mais elles sont rares tandis que dans la mer et dans les eaux de cette sorte il y en a beaucoup et de formes variées” (Arist., GA 761 a 20) ; ils vivent surtout en eau salée (Id., GA 761 b 5).

57 Arist. GA 720 b 6. Elle est considérée comme une classe canonique (Ar.Byz., Épit. 1,1 ; Ph., Her. 211,1 ; Apulée, Ap. 38 ; Gal., Rebus boni malique suci 6, 769, 10 ; Ael., MA 9,6 & 17,10).

58 Cf. Lexique s.v. ὅστρεoν.

59 Arist., HA 490 b 10 (voir Gal., Simp. med. 12, 343, 14 ; Arist., GA 761 a 29) ; mais le plus souvent, chez Aristote, ὅστρεα a un sens réduit (Arist., PA 654 a 3 ; voir Ath. 3, 85 c ; etc.).

60 Arist., HA 523 b 9.

61 Arist., HA 527 b 35 sq.

62 HA 529 b 20.

63 HA 530 a 31 ; PA 679 b 34 sq.

64 HA 531 a 8 ; PA 680 a 4.

65 PA 681 b 9.

66 HA 531 a 31 ; PA 681 a 36.

67 PA 681 a 36. Sur l’identité des deux derniers zoonymes, voir Eupolis ap. Ath. 3, 89 f.

68 Voir Arist., HA 548 a 22 : “les animaux qui n’ont pas de coquille, comme les orties de mer et les éponges, naissent de la même façon que les testacés” (= Ath. 3, 89 f) Cette acception restreinte est naturellement plus conforme au sens littéral et à l’origine du mot (Gal., Aliment. Fac. 6, 734, 3 ; voir Id., Temp. 1, 639, 12).

69 HA 539 a 9 ; Arist. HA 546 b 17. Ce statut n’est pas sans rapport avec sa froideur (Arist., GA 761 b 6).

70 Arist. GA 731 b 8 (voir Arist. GA 761 a 29 & 715 b 17). Cette idée revient souvent dans les autres traités (HA 537 b 31 & 538 a 18 & 588 b 16 ; PA 681 a 32 & 683 b 18).

71 Les testacés n’ont certes pas d’yeux (Arist., HA 491 b 27), mais parfois une sorte de langue (HA 532 a 7 ; cf. PA 678 b 11), et possèdent le sens de l’odorat (Sens. 443 a 4 ; HA 535 a 6), du goût et des saveurs (HA 535 a 6), et la sensibilité en général (PA 681 b 31 ; voir Alex, in Sens., 90,10).

72 Arist., PA 681 a 32 (voir ibid. 681 b, à propos des actinies -κνῖδαι-).

73 Il n’y a pas de différence sexuelle parmi les testacés (Arist., HA 537 b 25 ; Ar.Byz., Epit. 1,43) de sorte qu’il n’y a pas chez eux de reproduction sexuée (Arist., HA 546 b 17 ; GA 715 b 17 & 761 a 15 ; Alex., Pr. 1, 153), sauf pour l’escargot (κoχλίας : GA 761 a 32 ; Ar.Byz., Epit. 1, 133). Aristote prétend parfois que certains émettent une substance analogue à la semence (κὴρυκες, πoρϕύραι ; GA 761 b 23 ; ibid. 763 a 8) ; parfois qu’ils se forment tous par génération spontanée (Arist., GA 763 a 26 ; voir Ath. 3, 88 d).

74 PA 679 b 15 ; cf. ibid. 680 a 19 ; ibid. 683 b 11. Il distingue aussi, selon la place de la chair, ceux qui ont une chair invisible (turbinés : κoχλίαι, κoκάλια, πoρϕύραι, κὴρυκες, κόχλoς, στρoµβώδη), ceux qui ont une chair protégée (δίθυρα, µoυόθυρα), et ceux qui n’en ont pas (ἐχῖνoι) : Arist., HA 528 a 6 (la même bipartition se trouve en Arist., HA 527 b 35 et en Ar.Byz., Epit. 1, 5). Il isole aussi parmi eux les testacés qui font de la cire (τὰ κηριάζoντα τῶν ὀστρακoδέρµων) comme les κὴρυκες (HA 546 b 27).

75 Aristote emploie l’adjectif pour parler des téguments des animaux non sanguins : “c’est pourquoi les téguments des animaux non sanguins sont ostracodermes ou malacodermes” (Arist., GA 743 b 10 ; et à propos des œufs : Arist., HA 489 b 14 ; etc.)

76 Voir Alex, Pr. 1, 8 ; S.E., M. 1, 50, 3 : “les animaux à coquille, à chair apparente, à arêtes, à plumes, à écailles” (τὰ τε ὀστρακόδερμα καί τὰ σαρκoϕανῆ καί τὰ ἠκανθωµένα καί τὰ ἐπτερωµέvα ἣ λελεπιδωµέvα; cf. Batr. 1, 295. Notons, à titre de curiosité, la macédoine terminologique que l’on trouve dans les Cyranides (4, 32) : “l’écrevisse de rivière est un tout petit testacé de lac qui ressemble à part ça à la langouste” καραβίς, πoτάµιoς ὀστρακόδερµόν έστι λιµvαῖoν σµικρότατoν µἐν τò µέγθoς ἐoιkὼς δ’ ὰσταKῷ.

77 Ath. 3, 106 d ; voir Ael., NA 11, 37 : “des ostracodermes : huîtres, pourpres, buccins, bigorneaux, oursins, langoustes” (cf. Ps.-Hp., Ptol. 1, 488, où l’auteur range parmi les ostracodermes buccins, huîtres, homards, pagures, crabes, langoustes et crevettes) ; Erot., Voc. Hp. 1, 121, 2 (ὀστρακoδέρμoις, oἶoν καράβoις, καρκίνoις, kὴρυξι) ; voir aussi Ruf., Ren. Ves. 3, 22, 5 ; Cyranides 4,4 (ἀστακòς θαλάττιας ζῷόν ἐστι ὀστρακόδερµoν) et 4, 32 (καραβὶς πoτάµιoς ὀστρακόδερμoν). Théophraste désigne même par ce nom des animaux qui parasitent les branches de chêne, et qui ne peuvent être des testacés au sens aristotélicien (HP 4, 6, 8).

78 Élien, qui emploie les deux lexemes, n’use d’ὀστρακόδερµoς avec le sens classique que dans des passages en rapport avec Aristote (NA 11, 37 & 17, 10) ; ailleurs il lui donne le sens de crustacé.

79 Il s’agit d’une sorte d’huître ou de moule (voir Thompson, 1936, s.v ; et Keller, 1913, II, p. 561).

80 Ael., NA 9,6.

81 Teucer, ap. Ath. 10, 455 e. On trouve aussi en fonction d’adjectif le mot ὀστρακόρινα, qui signifie littéralement : “dont le tégument est une coquille” (voir Opp., H 1,313 & 5, 589).

82 Arist. (60/73). II est cite comme tel par Aristophane (Epit. 1,1), Apulee (Mag. 38) et Elien (NA 11,37).

83 Arist., HA 523 b 5 ; voir Ar.Byz., Epit. 1,4 : “On qualifie de crustaces les differentes varietes de homards et de crevettes, ainsi que les varietes de crabes, de tourteaux et d’animaux semblables. On dit par ailleurs qu’ils sont les seuls animaux aquatiques a muer”. La mue est aussi notee par Elien (NA 11, 37) comme typique alors qu’Aristote n’est pas categorique pour toutes les especes (HA 601 a 17 ; voir Gai., Simp. med. 12, 313,12).

84 G A 743 b 11 : “chez les autres animaux le visqueux est sec (voila pourquoi les téguments des animaux non sanguins sont testaces ou crustaces)”.

85 Arist., HA 525 b 12-13 ; voir FA 654 a 1 ; Gai., Aliment. fax. 6, 735, 14.

86 Ce genre est en effet “anonyme” (voir HA 490 b 10 : “un autre genre, celui des crustaces, qui n’a pas de nom unique pour les designer et qui comprend par exemple les langoustes et des genres de crabes et de homards”).

87 HA 601 a 17.

88 Ael., NA 9,22.

89 HA 534 b 12.

90 HA 525 a 30. Ils sont cites dans le meme ordre en PA 683 b 26.

91 HA 525 a 34 : “Il y a de nombreuses varietes de crevettes et de crabes”, et il les nomme.

92 Voir Resp. 476 b 31 & 477 a 3 ; HA 537 a 1 & 541 b 19 ; PA 607 b 3 & 661 a 13 ; GA 757 b 33 ; etc.

93 Dioclès, Fr. 134, ap. Ath. 3, 105 b : “Dioclès de Caryste dit : les crevettes, crabes, langoustes, homards ont bon gout et sont diuretiques”.

94 Speus., Fr. L 8, ap. Ath. 3, 105 b ; voir Gai., Aliment, foc. 6, 735, 14 & Temp. 1,639, 13 ; Ael., NA 11,37 ; etc.

95 Gal., Vict. Alt. 1, 64, 1 ; cf. Gai., Aliment. fac. 6,735, 18.

96 HA 487 b 16.

97 PA 683 b 25.

98 GA 743 b 11 ; pour Galien, seule leur “peau” est seche (Gal., Temp. 1,639, 13).

99 GA 761 b 2 : “[comme l’eau potable est froide] les animaux depourvus de sang et dont la nature n’a pas de chaleur ne naissent pas dans les lacs ni dans les eaux saumatres qui sont encore potables, sinon en petit nombre, comme les testaces, les cephalopodes et les crustaces (car tous ces animaux sont prives de sang et froids par nature)” (voir Resp. 475 b 9 & 476 b 31).

100 GA 733 b 10 ; voir ibid. 732 b 8 & 733 a 29.

101 GA 733 a 21.

102 Voir Xenocr., ap. Orib. 2, 58, 12 ; Mnes., Fr. 38, 16.

103 PA 649 b 31 (leur partie dure est externe au lieu d’etre interne).

104 HA 539 a 9 ; il existe d’ailleurs un animal (le pagure) qui est entre les testaces et les crustaces (ibid. 529 b 21) ; cf. cependant GA 720 b 4 : “il reste a etudier quatre genres : premierement les crustaces, deuxiemement les cephalopodes, troisiemement les insectes et quatriemement les testaces”.

105 GA 715 b 1 (voir HA 537 b 26 ; GA 755 b 35).

106 GA 755 b 33.

107 GA717a3.

108 Sur cette communaute, voir aussi les remarques d’Aristote sur le sommeil (HA 537 b 5), sur la ponte (ibid. 549 a 14), sur le fait qu’ils avalent l’eau en prenant leur nourriture (ibid. 589 b 20), sur les organes de la nutrition (PA 678 a 27), et sur leur mode de reproduction (GA 757 b 32).

109 GA 720 b 9 (voir HA 541 b 19) ; ils couvent ensuite leurs œufs sous leur corps (ibid. 550 a 32).

110 HA 525 a 30-527 b 35 ; et PA 683 b 25-684 b 5.

111 HA 526b21sq.

112 PA 678 b l0 ; ibid 679 a 31.

113 PA 661 a 13.

114 PA 681 b 3.

115 HA 534 b 16. Galien precise que le siege de leur sensation se trouve dans le thorax car ils n’ont pas de tete (Gai., UP 3, 614, 13).

116 HA 535 b 14 : “aucun crustace n’emet de son ni ne produit de bruit naturel”.

117 HA 526 a 8.

118 HA 599 b 28.

119 HA 590 b 10 : “les crustaces se nourrissent de la meme facon. Eux aussi sont omnivores ; en effet ils mangent des cailloux, de la vase, des algues, des excrements, <...> et ils mangent aussi de la viande”.

120 Arist, HA 528 b 1. L’exemple d’ ỏστρακόδερμα laisse penser que ce terme qui, litteralement, renvoie uniquement aux “testaces a coquille”, s’etend virtuellement a tous les testaces.

121 GA 718 b 16 (voir ibid. 753 a 2 et 754 a 18). La remarque est reprise pour les oiseaux (HA 559 a 15 ; GA 749 a 18), et la tortue (HA 558 a 4 ).

122 GA 733 a 18 ; voir ibid. 758 a 19.

123 Arist., Sens. 438 a 24 ; cf. PA 657 a 32 ; Pr. 958 b 32. On trouve par ailleurs une occurrence suspecte, a propos des poissons : “certains <poissons> ont une peau dure (σκληρόδερμα), tel le porc de mer” (Arist., Fr. 294, ap. Ath. 7,305 d ; corrige par Rose en σκληρότατα).

124 IA 713 b 27.

125 II est substantive dans quatre cas.

126 HA 490 a 2 ; cf. IA 713 b 23 : “chez les langoustes, qui ont une enveloppe dure (ὄντων σκληροδέρμων), les pattes sont <cagneuses> car elles sont faites pour nager et non pour marcher”.

127 HA 549 b 31. P. Louis traduit incomprehensiblement par “testaces”. II est evident qu’il s’agit des crustaces dont il vient d’etre question (ibid. 549 a 14) et pour les œufs desquels le Stagirite emploie le meme adjectif qu’ici : ψαθυρός (ibid. 549 a 20).

128 PA 657 b 30 ; voir ibid. 658 a 1 : “la nature a rendu mobiles les yeux des insectes et plus encore ceux des animaux a peau dure (σκληροδέρμοις)” (voir HA 526 a 8).

129 Voir Arist., HA 489 b 15 : “les œufs tantοt ont pour peau une coquille et sont bicolores – comme ceux des oiseaux – tantot ont une enveloppe molle (μαλακόδερμα) et sont monochromes – comme ceux des selaciens – ”

130 Arist., GA 718 b 36 ; voir ibid. 718 b 17 & 749 a 22 & 754 a 31 ; cf. ibid. 718 a 38 : “parce qu’ils sont froids, ils pondent des œufs mous (μαλακόδερμα) ; et parce qu’ils pondent des œufs mous, ils ne les produisent pas au dehors”. La vipere pond aussi des œufs mous (HA 558 a 27).

131 Ath. 8,353 e.

132 Cf. Arist., GA 755 b 33 : “c’est le cas egalement des cephalopodes et des crustaces que l’on voit accouples parce que leur accouplement dure longtemps”. La generalisation d’Athenee est contestable et Aristote distingue parmi ces groupes des especes dont la copulation est plus longue que d’autres. Quoi qu’il en soit il semble qu’Athenee aie en vue tous les animaux marins, exceptes les poissons et les cetaces qu’il evoque a la ligne suivante de facon particuliere. C’est avec une tout autre acception que Galien emploie ce mot : “en ce qui concerne les animaux a peau molle (μαλακóδερμων) comme l’homme, plus la peau est seche et chaude, plus elle favorise la croissance des poils” (Gal., Temp. 1, 612, 11).

133 Aristote parle bien une fois des turbines (“coquillages univalves spires”, d’apres Littre) qui ont une helice (τῶν στρομβωδῶν τὰ ἒχοντα τὴν ἑλίκην : PA 683 b 10) mais il attribue partout ailleurs cette qualite a tous les turbines, et ce passage ne permet pas d’inclure les autres gasteropodes –nus- a cette classe.

134 On ne trouve qu’une occurrence chez Athenee (3, 89 b), qui est une paraphrase d’Aristote (HA547 b 3).

135 HA 4 529 a 14.

136 PA 679 b 15 : “certains sont turbines, d’autres bivalves, d’autres univalves” (id. en PA 683 b 12 ; voir HA 527 b 35 ; IA 706 b 1).

137 HA 528 b 17. La meme idee est developpee quelques lignes plus haut (b 11).

138 PA 684 b 20 & 34. Il existe aussi des animaux qui sont entre les turbines et les crustaces (HA 529 b 19).

139 Voir HA 528 b 20-529 a 25.

140 HA 528 a 34 : “tous les turbines se meuvent et rampent”.

141 HA 528 a 7.

142 HA 528 b 23-529 a 1.

143 HA 528 b 6 sq. Ces trois proprietes typiques sont reprises ailleurs : l’helice (GA 763 a 22), l’opercule (HA 547 b 3 et M 679 b 18), le mouvement inverse au sens des spires (IA 706 a 13).

144 HA 528 a 7 sq.

145 Mich., In/ PA 71,23.

146 HA 528 a 11 sq. (et son echo en PA 679 b 16 sq.)

147 HA4 528 a 12.

148 Voir HA 529 a 25.

149 HA 529 a 26 (voir PA 679 b 34). Ils ont aussi un pied, et leur partie charnue adhere a la coquille dans les deux cas (HA 528 b 4). La seule variable nette est peut-etre la place des “œufs” (PA 680 a 24).

150 Aristote l’emploie aussi pour qualifier des graines (Juv. 468 b ; GA 751 a 22 ; voir Thphr. HP 8,2, 2), et il a sinon, dans ses nombreux autres emplois, son sens litteral.

151 Notons qu’en PA 681 a 10 les ascidies sont pourtant bien distinguees des testaces.

152 HA 528 a 14. L e type le plus proche des univalves est le second, si c’est bien lui qu’Aristote designe plus loin comme “bivalve et ferme’ (δίθυρς, συγκλειστὰ δέ : ibid. 528 b 14). Absents generalement des eaux douces les bivalves, a la difference des univalves tres sensibles au froid, peuvent exceptionnellement se rencontrer dans des rivieres (HA 603 a 25).

153 Aristote l’emploie pour les hommes (An. 421 a 25-26) et pour les oiseaux (HA 486 b 9) ; un auteur hippocratique l’emploie comme attribut specifique pour des oiseaux (Hp., Alim. 480, 3 & 484, 11) ou des poissons (ibid. 486, 21), et une fois pour des poissons et des crustaces, pele-mele (ibid. 488, 8).

154 Par exemple un homme de la campagne a une chair dure (Gai., Simp. med. 12, 299, 16 ; etc.) ; les perdrix et les pigeons, selon leur biotope (montagne ou marais), ont une chair tendre ou dure (Meth. med. 10, 482, 3).

155 Les oiseaux a chair dure (Gal., Meth. med. 11, 35, 1) sont les oiseaux des marais et ils s’opposent aux oiseaux de montagne a chair tendre (Gai., Aliment fac. 6,703, 6 & Meth. med. 10, 482, 3). Les testaces comptent des especes a chair dure (Aliment fac. 6, 734, 12 & 15) comme les “huitres” (ibid. 6, 735, 4) ; de meme parmi les requins (ibid. 6, 727, 6 ; ibid. 6,727, 10 & 14-16) ; en revanche les crustaces (Aliment. fac. 6, 736, 2) et les cephalopodes (ibid. 6, 736, 13) ont tous une chair dure.

156 Voir Aliment, fac. 6, 727,6 sq. ; Rebus boni malique suci 6, 796, 11 ; Comp. med. 13, 174, 3 ; mais il ne s’agit que d’une difference de degre, et Galien reconnait l’existence d’un milieu (xi 16-725, 1 ; 6, 729, 9-10).

157 Gal., Aliment. fac. 6, 726, 14.

158 II est applique a l’ensemble des crustaces et des testaces (Gal., in Hp. aphor. 17b, 485, 1). Hierophile, apres lui, utilise le terme une fois dans le cadre d’une tripartition des ix8uc en “poissons a chair molle” (μαλακóσαρκα), “poissons a chairs dure” (σκληρóσαρκα) et “testaces” (ὀστρακóδερμα), dans laquelle la classe qui nous interesse reunit, comme dans le passage du traite hippocratique, a la fois des poissons et des crustaces : “<on peut> consommer tous les animaux a chair molle ; mais il faut se garder des bars, capitons, iulares[ ?], trigles, scorpions de mer, pagres, langoustes, crabes et tous les animaux qui sont a enveloppe de coque (ὀσρτακóδερμσ) et à chair dure (σκληρóσαρκα)” (Hierophile, 462, 10-13).

159 Arist., An. 421 a 25-26 ; HA 486 b 9.

160 Pour ce second emploi voir Puis. 9, 523, 1 & Meth. med. 10, 342, 15 & Simp. med. 12, 179, 17, etc.

161 Gal., Med. meth. 11,35,1.

162 Ath.8, 357 f.

163 Ath. 7, 305 b ; cf. Id. 309 c & 320 d ; Gal., Aliment fac. 6,746, 12.

164 Gal., Aliment. fac. 6, 720, 3. On trouve aussi cette classe dans le corpus hippocratique : “sur les poissons a chair molle : ce sont les poissons de la famille de la merluche, les murenes, etc.” (Hp., Alient. 486, 11) ; elle comprend aussi des selaciens comme la torpille (Gal., Aliment. fac. 6, 737, 7).

165 Voir Galien (Hist. phil. 488, 11), qui cite entre autres comme (μαλακóσαρκα) les selaciens (τὰ σελάχια) les thons (θύνναι), les poulpes (πουύποδες) les buccins (κῆρυξ) et les huitres (ὄστρεα).

166 Xenocrate, ap. Orib. 1, 124 qualifie d’ ἁπαλóσρκοι les poissons definis comme μαλακóσαρκοι (comparer Pnylotimos, ap. Gai., Aliment. fac. 6,720 ou le medecin emploie alternativement les deux lexemes). C’est surtout la femme qui, par ailleurs, est ἁπακοσάρκος (Hp., Mull. affect. 1, 38) et l’espece humaine en general (Gal., Meth. med. 10, 393, 5 ; Id., Glauc. 11, 137, 8 ; etc.)

167 Gal., Aliment fac. 6, 747, 14 (voir ibid. 6, 724, 8 & 720, 8 ou, parmi les poissons, le groupe a chair tendre (πᾶν τὀ τῶ ἀπαλοσἀρκων γἐνος) est identifie a l’ensemble des poissons a chair molle.

168 Gal., Meth. med. 10, 537, 9 ; voir Id., Comp. med. 12, 518, 2 & Rebus boni malique suci 6,812, 7.

169 Posidip., Fr. 26, 8 ; Arr. Tact. 1, 3, 5 ; Luc , V.H 1, 14 ; Plu., Lucull. 28, 1, 3 ; Str. 15, 3, 19, 6 ; etc.

170 Ce terme fait partie du vocabulaire typique d’Aristote (voir Ap., Mag. 38 ; Ael., NA 11, 37) ; mais l’adjectif est employe par d’autres auteurs pour qualifier la peau d’un animal (dragons : Philostr., VA 1, 3,6, 13 ; baleines : Arr., Ind. 1, 39).

171 Arist., HA 490 b 2 4 ; Id. , PA 692 b 11 ; Ar., Epit. 1, 1.

172 Ar. Byz., Epit. 1, 13.

173 Voir Gal., Temp. 1, 612, 7 ; Aristote, passim (e.g. GA 716b 25). Parmi les sujets de cette classe est aussi mentionnee la tortue d’eau douce (ἐμὐς : Arist., HA 600 b 21).

174 PA 657 b 11.

175 Comme les plumes des oiseaux, l’enveloppe des Φολιδωτἀ est “une sorte de coquille epaisse qui empeche l’evaporation de l’humidite a travers la porosite des chairs” (Arist., A4 671 a 21).

176 Arist., GA 733 a 7 ; voir I d , Resp. 475 b 22.

177 Arist., HA 600 b 19 ; Ar.Byz., Epit. 1, 13.

178 HA 594 a 4. Ils ont tous des crocs (καρχαρὀδοντα : HA 503 a 10).

179 HA 599 a 30 : “il y a meme un grand nombre d’animaux sanguins qui hibernent (фωλεῖ), par exemple les animaux a ecailles (фολιδωτά), serpents, lezards, stellions, crocodiles de riviere, pendant les quatre mois les plus froids, sans prendre aucune nourriture”.

180 Arist., HA 503 a 7.

181 Arist., PA 658a 12 ; Ιd., HA 504 a27.

182 Arist., PA 664 b 24.

183 Arist., PA 671 a 12.

184 Arist. (113), Thphr. (1), Ar. Byz. (7), Alex. (5), Gai. (2), Ath. (1) ; mais Clement d’Alexandrie l’emploie deux fois ; cf. Philop. (44) et Mich. (43). Le premier chiffre donne (131) ne tient compte que des emplois zoologiques alors que le second (259) inclut les autres emplois de l’adjectif.

185 L’acception sacrificielle de l’adjectif est cependant rare (Hdt. 2,119 ; Id. 7, 191 ; Plu. 857 b 6 ; A.R. 1, 587 & 2, 926 ; Call., Fr. 43, 80 et 694).

186 Arist., HA 523 b 13-18. La premiere definition donnee par Aristote est plus schematique : “J’appelle segmentes (ἔντομα) les animaux dont le corps presente des segments soit sur le dos, soit sur le dos et le dessous du corps” (ibid. 487 a 32 ; voir Ar.Byz., Epit. 1,10).

187 Aristote emploie exceptionnellement ξῷα avec ἔντομα (seulement en PA 654 a 10 et HA 550 b

22. Galien use plus frequemment de la locution τἀ ἔντομα ξῴα (Simp. med. 11, 382, 17 & 11, 475, 13 & 11, 515, 6).

188 HA 523 b 11 ; voir ibid. 531 b 20 : “c’est un genre qui comprend de nombreuses especes”.

189 Cela est vrai chez tous les auteurs (Arist., HA 532 a 17 ; Ar.Byz., Epit. 1,10 ; Alex., Pr. 1, 64, 2 ; etc.).

190 Les references donnees ci-apres ne representent pas toutes les occurrences des zoonymes mais les seuls cas ou ils figurent explicitement comme un exemple d’ ἔντομα : ἴουλος (HA 523 b 18), σκολὀπενδρα (HA 523 b 18 ; ibid. 532 a 5 ; IA 707 a 31), πυγολαμπίδες (vers luisant : HA 523 b 21), άράχνια (HA 622 b 4 & 22 ; GA 758 b 9), φαλάγγια (tarentule : HA 538 a 27), σκορπίος (HA 532 a 17 ; M 683 a 11).

191 Ce sont generalement les animaux terrestres que les auteurs ont a l’esprit quand ils parlent d’ ἔντομα (voir Ar.Byz., Epit. 1, 118).

192 Sur les epizoa aquatiques, voir HA 557 a 24 (“il n’existe qu’une espece de poux de mer, et elle se developpe partout, en particulier autour des trigles. Tous ces parasites ont de nombreuses pattes, ils n’ont pas de sang et sont segmentes”) ; pour les ailes, voir ibid. 490 a 9 (“tous les non sanguins <ailes> sont ptilôta, a savoir les segmentes”).

193 Ainsi ὰά (HA 623 b 7) ; τά ἒντομα καὶ τρόμκα (IA 707 a 31 ; cf. PA 682 a 5 : ἰουλώδεις καὶ μακροὶ) ; ils ont la possibilite de “se replier sur eux-memes” (συνελίττεσθαι) tandis que les autres (les insectes) ne peuvent se replier (τὰ µὴ ἑλικτά : PA 682 b 22 sq.).

194 Ces distinctions figurent dans le long passage consacre a l’anatomie des insectes (HA 682 a 35 sq.).

195 Sur la vision des insectes (PA 657 b 30), leur olfaction (ibid. 659 b 16), leur gustation (ibid. 661 a 15), leur bouche (ibid. 678 b 14), leurs dents (ibid. 678 b 21), leur absence de visceres (ibid. 678 a 31), leur vessie (ibid. 671 a 11), la disposition de leurs organes internes (ibid. 684 a 31). Les segmentes engendrent des larves (GA 733 a 24 :τά δ’ ἔντομα πάντα σκωληκοτκεῖ) avec ou sans accouplement (GA 21 a 2 & 732 b 10 & 758 a 27) par infiltration de la femelle (Arist., GA 723 b 21 & 729 b 25 & 730 a 3 ; Ar.Byz., Epit. 1, 154 ; Gai., Sem. 4, 519, 14) ou bien naissent spontanement (HA 539 a 24) ; les segmentes ne respirent pas (Arist., Resp. 471 b 20 ; HA 490 b 14 & 535 b 4 ; GA 742 a 4 ; Ar.Byz., Epit. 1, 119 ; Alex., in Sens. 100, 21 ; etc.)

196 Ils meurent au contact de l’huile (Arist., HA 605 b 20 ; Thphr., CP 6, 5, 3 ; Ar.Byz., Epit. 1,27 et 1,120 ; Clem. Al., Pedag. 2, 8,66 ; etc.), mais survivent apres qu’on les a coupes (Arist., An. 411 b 20 et 413 b ; Id., Resp. 479 a 3 ; Id., HA 531 b 31 ; etc.).

197 Le sens premier d’evxouoc est bien “decoupe”, et la traduction par “segmente” euphemise l’idee, exprimee par Aristote, que ces animaux sont veritablement constitues de parties accolees et qu’ils sont pour ainsi dire “plusieurs animaux en un” (IA 707 b 2).

198 PA 682 b 28 ; voir Id., Long. 467 a 18 : “les plantes ressemblent aux segmentes comme on l’a dit plus haut” (cf. Juv. 468 b 2). Ils sont aussi rapproches des cephalopodes (PA 654 a 10) et surtout des testaces (GA 758 a 26 & 763 a 7 ; PA 682 a 2).

199 On considere que le mot viendrait de *σμ-ῶνυξ, presentant le vocalisme zero de *sem- (cf. εἷς, un). Sur l’etymologie retenue par les Grecs, voir Gai., Hum. 18 a, 359, 6 ; Hdn., Path. 3, 2,259.

200 On denombre 34 occurrences chez Homere, toujours au pluriel.

201 Hes., Fr. 30, 4 ; Thgn. 1,997 ; Id. 2, 1253 ; Solon, Fr. 23,1, ap. Pl., Lys. 212 e 3 ; etc.

202 Hp., Art. 1, 8, 27 (id. in Gal., Hum. 18 a, 359, 6). Le traite des Articulations fait partie des oeuvres anciennes mais fortement remaniees du corpus hippocratique. On ne peut donc dater avec certitude cette occurrence.

203 Pl., Plt. 265 d 10.

204 Aristote emploie le mot 38 fois, et une seule fois dans une acception differente (PA 659 a 26), comme qualificatif de πούς (à l’instar de χαυλιóδους, voir s.v.).

205 Arist., HA 499 b 11. Cette classe est surtout opposee a la seconde (ibid. 499 b 13). Elle est citee dans la liste d’Aristophane de Byzance (Ar.Byz., Epit. 1, 6 ; voir aussi Ael., AM 11,37).

206 Arist., PA 642 b 30 ; ibid. 690 a 4 ; GA 771 a 20 (τò μὠνυχον (=τό άσχιδές), τò πολυσχιδές ; voir Ar.Byz., Epit. 2, 2 : “Je vais tache de traiter <des vivipares> en commencant par les fissipedes, puis les bifurques, ensuite les solipedes”.

207 Arist., PA 690 a 6.

208 Arist., GA 771 b 2.

209 W i 7 7 1 b l 0 s q.

210 Arist., GA 774 b 6 & 771 a 20 & 773 b 1 ; Ar.Byz., Epit. 1, 118. L e porc constitue sur ce point une exception double car il est multipare et bifurque (comme un symetrique de l’elephant qui est lui unipare et fissipede : HA 499 b 18) : “car le porc est multipare comme les fissipedes, mais c’est un animal a pieds fourchus ou un solipede : il existe, en effet, quelque part, des porcs solipedes (μώνυχες ὒες)” (GA 774 b 19). L’existence dc porcs solipedes, en Illyrie et en Paenonie (Arist., HA 499 b 12) ou en Macedoine et en Emathie (Anst., Mir. 835 a 35) est reprise par Antigone dans ses Mirabilia (66).

211 En revanche les bifurques sont pourvus de deux cornes, au nombre des divisions de leur sabot : “la plupart des animaux qui ont des cornes sont par nature des bifurques (διχαλά)...“ (Arist., HA 499 b 16). Cette correspondance suggeree est explicite en PA 663 a 28 : “en effet, le sabot fendu ou non est de la meme nature que la corne ; aussi les sabots et les cornes sont-ils divises de la meme facon et chez les memes animaux”.

212 HA 499 b 17 (voir Arist., PA 663 a 1 & 663 a 19 sq.). L’ane indien (rhinoceros ou antilope) est exceptionnel dans la mesure ou il a un astragale, marque distinctive des bifurques (Arist., PA 690 a 23) ; ces deux caracteristiques sont reprises par Antigone (Antig. 66).

213 Voir Ar.Byz., Epit. 1,14 (les exemples donnes - cheval, ane, mulet - sont les memes que ceux que donne Aristote pour la classe des λóφουρα (HA 491 a 1).

214 Arist., GA 771 a 20 ; Ar.Byz., Epit. 2, 573 ; Ael., NA 11,37.

215 GA 677 a 31.

216 Arist., HA 500 a 30.

217 Arist., PA 674 a 26.

218 Arist., PA 688 a 32 (le texte de P. Louis : τὰ μὲν γὰρ όλιγοτόκα καὶ μώνυχα καὶ κερατοφόρα, doit etre corrige a partir de deux importants manuscrits qui donnent :τά μὲν γὰρ ὀλιγοτóκα ἢ μώνυχα ἢ κερατοφόρα, en accord avec PA 688 b 24, puisqu’aucun solipede n’a de corne (sauf le rhinoceros - voir HA 499 b 19-).

219 Arist., PA 689 a 35.

220 On le rencontre 7 fois dans les Problemes d’Alexandre qui touchent a des questions anatomiques (Pr. 1,131-137). Il n’est par ailleurs employe que par Philon (Spec. 1,4, 109).

221 Gal., Hum. 18 a, 359, 8. Il s’agit donc d’un synonyme (ὄνομα συνώνυμον) obtenu par ellipse (ἔλλειψις : Tryph., Trop. 1, 198, 19 ; voir Hdn., Path. 3, 2, 259, 6 )

222 Gai., Anat. 2,545,10 ; voir ibid. 2,548, 8.

223 On rencontre indifferemment les deux formes chez Aristote (de plus l’accent n’est pas stable...).

224 II sert aussi a designer la fourche des jambes (Gal., Introd. 14, 707 ; Luc, Lex. 6 ; etc.), la division des feuilles (Dsc 3, 141,1), etc. Le verbe διχηλεῖν (avoir le sabot fendu) est employe dans la litterature juive (LXX, Ph.). Par extension il est aussi employe a propos des pinces d’un crabe (AP 6, 92 ; ibid. 6, 196).

225 Hdt. 2, 71. Voir aussi l’expression Sixntov eupacw (E., Ba. 740) pour parler des sabots des genisses. Dans la mesure ou l’hippopotame a visiblement quatre doigts et le bœuf evidemment un pied fendu en deux le terme pourrait signaler une division du pied, quel que soit le nombre de doigts. Mais cette acception, qui n’est pas relayee dans le corpus aristotelicien, n’est etayee par aucun autre exemple, meme dans la litterature non technique. Par ailleurs les suides ont quatre doigts egalement, mais deux seulement en contact avec le sol et servant directement a la station et a la marche (chez tous les artiodactyles le 1er doigt manque et les 2e et 5e sont reduits et n’appuient pas). Il est vraisemblable que ces appendices non fonctionnels n’etaient pas comptes comme parties de la sole ou du pied.

226 Voir la liste d’Ar.Byz., Epit. 1,1.

227 PA 642 b 29 (voir ibid. 690 a 5) ; toute la tradition peripateticienne l’emploie (Phlp., in GA 14, 3, 191, etc.)

228 Arist., GA 771 b 8.

229 Arist., GA 771 a 36.

230 Arist., GA11A b 8.

231 C’est ce qui justifie l’ordre suivi par Aristophane de Byzance dans la presentation des animaux

vivipares (Ar.Byz., Epit. 2, 2). La plus ou moins grande division du pied est en soi un autre critere - implicite- de hierarchie, et ce dernier aboutit a la meme serie, la division du sabot etant un defaut de la nature (ἔλλειψις τῆς φύσεως : PA 663 a 31).

232 Arist., HA 499 b 14 sq. ; Id., PA 663 a 28.

233 Gai., Anat. 2,430, 18 (cf. Eust., in IL, 2,65,7).

234 Arist., HA 499 b 16 (voir PA 662 b 35 & 663 a 18 ; HA 499 a 2).

235 Arist., PA 663 a 19.

236 Ils sont seulement associes par Aristote aux animaux cornus (PA 673 b 32 : τὰ κερατοφóρα καὶ

δίχαλα).

237 Philostr., VA 2, 13, 26 ; Alex., Ref. soph. 1, 132, 7. En fait le rhinoceros est un perissodactyle qui n’a ni un sabot (Aristote), ni une sole double (Philostrate), mais trois doigts.

238 Ils ont d’ordinaire plusieurs estomacs, sauf le porc - qui en fait au lieu de trois (comme le chameau) ou quatre (comme les bovins) a deux estomacs seulement - (PA 61A a 27 ; cf. Ruf., Corp. hum. 1, 127, 6).

239 Arist., HA 502 a 10 ; voir ibid. 499 b 22 ; PA 690 a 21 ; voir Apollon., Mirab. 21 ; Ar.Byz., Epit. 1, 135.

240 Arist., PA 688 b 24 ; GA 771 b 10 ; HA 499 a 24 (mais il est διχηλος de facon particuliere).

241 Arist., PA 663 a 8 & 674 a 27 ; il est parfois aussi solipede (Id., GA 774 b 18).

242 Ar.Byz., Epit. 1, 15 ; voir Arist., Fr. 281.

243 Arist., PA 630 b 4.

244 Arist, HA 499 b 31.

245 Ar.Byz., Epit. 2, 520.

246 Arist, PA 663 a 24 ; Id., HA 499 b 19.

247 Arist., HA 499 a 2.

248 Thphr., Fr. 172,2.

249 Arist., PA 663 a 19.

250 Arist, HA 502 a 12 ; D S. 1, 35, 8, 3.

251 Arist., PA 695 a 18 & 697 b 21 ; D S. 2, 50, 4, 5.

252 Il n’a son sens zoologique que dans 43 occurrences (Arist. [26] ; Ar.Byz. [17]).

253 A propos d’organes : Arist., HA 459 b 1 ; Gal., Caus. resp. 4, 466, 6 ; etc. ; de parties végétales : Thphr., HP 3, 12, 5 ; Gal., Plac. Hp. et Pl. 6, 3, 12,7 ;etc. ; d’objets artificiels : Ath. 6,259 d ; Nic, Ther. 39 ; etc. ; de réalités abstraites : Ph., spec. Il, 63,4 ; Plu. 959 b 1 ; etc. Ce dernier sens est globalement postérieur à notre période.

254 En médecine, il est aussi appliqué à des fractures complexes (Hp., Fract. 24 ; Opp., H 4,409).

255 À propos de la main : Arist., PA 687 b 7 ; Gal., UP 3, 36, 12 ; à propos du pied : Arist., PA 690 b 6 ; Gal., UP 3, 175, 17 ; etc.

256 Arist., HA 497 b 20 ; ibid. 499 b 7 & 502 b 34 ; etc.

257 Arist., GA 771 a 21 ; Ar.Byz., Épit. 2,167.

258 Arist., HA 499 b 7 et 25, etc. ; Ar.Byz., Épit. 2,33.

259 Arist., GA 771 a 22 ; Ar.Byz., Épit. 2,207.

260 Ar.Byz., Épit. 2, 308.

261 Ar.Byz., Épit. 2, 390.

262 Ar.Byz., Épit. 2,295.

263 Ar.Byz., Épit. 2,245.

264 Arist., HA 499 b 24.

265 Étrangement, Aristote cite une fois le porc parmi les πολνσχιδή à côté de l’homme et du chien : “tous les animaux fissipèdes ont la rate allongée (c’est le cas du porc, de l’homme et du chien)” (Arist., P. A. 674 a 1) ; pourtant le porc est ailleurs défini avec insistance comme δίχŋλος (ou éventuellement μῶνυξ), mais en aucun cas πολνσχιδής (Arist., GA 774 b 17 sq.).

266 Arist., GA 771 a 23 ; Ar.Byz., Épit. 2,345.

267 Ar.Byz., Épit. 2, 373.

268 Ar.Byz., Épit. 2,283.

269 Ar.Byz., Épit. 2,436.

270 Arist., HA 581 a 7.

271 Arist., GA 771 b 8 ; Ar.Byz., Épit. 2,68.

272 Ar.Byz., Épit. 1, 16 ; voir Ael., NA 11, 37 ; Arist., HA 499 b 25, etc. ; GA 774 a 33 ; Ar.Byz., Épit. 2,7.

273 Arist., HA 504 a 6 (cf. Philostr., VA 2, 13, 27). Aristote dit aussi, dans le même passage qu’ils ont plusieurs ongles (πoλυώνυχoι. δ’εἰσι πάντες oἱ ὄρνιθες) ; mais cet adjectif n’est pas repris.

274 Arist., HA 499 b 6 sq.

275 Arist., PA 642 b 28 (voir trad. infra et supra).

276 Ce terme, en effet, recoupe presque celui de πoλυσιδῆ, sinon théoriquement du moins dans son usage courant, puisque les πoλυσχιδῆ apparaissent comme une sous-catégorie des τετράπoδα (voir GA 742 a 8).

277 Arist., GA 770 a 37 ; voir ibid. 771 b 3 & 774 a 33 ; PA 668 a 34 & 668 b 22 ; Ar.Byz., Épit. 1,16.

278 Arist., HA 580 a 4 ; Arist., GA, 774 b 6.

279 Phlp., in GA 14, 3, 188,24.

280 Arist., PA 642 b 28 sq. ; voir Ar.Byz., Épit. 2,476 : “le cerf fait partie des animaux qui ont les pieds fourchus (δισχιδῶν) et les dents soudées”. On rencontre 11 fois le mot chez Galien, mais toujours à propos de parties internes : veines (Anat. adm. 2, 378 ; etc.), tendons ou os (Anat. adm. 2, 323,9 ; etc.).

281 Arist., HA 499 b 6-11.

282 L’aristotélicien Michel d’Éphèse (2/9) est le seul autre auteur à employer ce terme pour les animaux.

283 Le Stagirite emploie ce terme à propos du foie (HA 507 a 12) et de figues (Pr. 930 b 33) Théophraste (3/9) l’applique à des feuilles (HP 3, 10, 1 & 3, 14,1 & 3, 17, 6).

284 HA 499 b 11 (voir ibid. 642 b 30).

285 Ar.Byz., Épit. 1, 8. S’il ne s’agit pas d’une corruption du texte, il serait à mettre en rapport avec τò σΦυρόν (la cheville du pied ; cf. Arist., HA 497 b 24).

286 Ноm., Il. 16, 428 ; id. in : Od. 22, 302 ; cf. Od. 16, 217 : “des oiseaux de proie, orfraies ou vautours aux ongles crochus” (oἰωνoί, фῆναι ἢ αἰγυπιoὶ γαµψώνυχες) ; cf. Hes., 5c. 405.

287 A.Pr 488. Cf. Ar., Av. 1306 : “il viendra ici des milliers de personnes te demander des ailes et les gestes des rapaces (γαµψωνύχων)” ; voir Orph., Lapid. 1, 145 & 1, 553 (et S., OR 1199 à propos du Sphinx : τὰν γαµώνυχα παρθένoν).

288 HA 563 b 7.

289 HA 593 b 29.

290 HA 597 b 25.

291 On la retrouve dans les listes de classes aristotéliciennes données par Aristophane de Byzance (Épit. 1, 1) et Élien (NA 11, 37 ; voir 5, 27 et, sous forme substantivée, 17,17).

292 PA 694 a 14 sq. (oἱ γαµψoὶ ὄνυχες = les ongles crochus) ; cf. HA 503 а 30 et Ps.-Arist., Phgn. 810 а 22.

293 Ar.Byz., Épit. 1, 22 (voir Arist., PA 662 b 1 : “en effet ceux qu’on appelle oiseaux à serres recourbées ont tous le bec recourbé, parce qu’ils sont carnivores et ne se nourrissent jamais de végétaux”. Antigone (Mir. 42) rapporte que d’après Aristote le bec de l’aigle se recourbe avec l’âge (cf. HA 619 a 16-18).

294 HA 563 b 11.

295 HA 592 b 1 sq.

296 HA 609 b 30.

297 HA 592b8.

298 En outre, les rapaces ont un doigt opposable alors que les perroquets ont deux doigts dirigés en arrière et deux dirigés en avant.

299 HA 597 b 25s q.

300 Arist., HA 592 а 29 : “les oiseaux qui ont les serres recourbées sont tous carnivores” (voir HA 593 b 25 ; Ar.Byz., Épit. 1, 29) C’est sans doute la raison (voir Plu. 727 f) de l’interdiction pythagoricienne de nourrir un rapace (Pyth., Fr. с б, 42 ; D.L. 8, 17, 8 ; Trypho, Trop. 1, 194, 2).

301 Arist., HA 488 a 1 : “aucun oiseau à serres recourbées ne vit en troupe”.

302 Arist., GA 749 b 18 : “les pigeons tiennent le milieu entre les oiseaux à serres recourbées (γαµΨωνύχων) et les oiseaux à vol pesant” (sur ces deux extrêmes, voir Arist., HA 504 b 7 ; PA 657 b 25 ;/A 710 a 25).

303 Arist., GA 750 a 6 : “ils ne sont pas ardents à saillir ni prolifiques” (voir ibid. 749 b 1 sq. ; HA 558 b 28) ; en outre comme la plupart des oiseaux, ils ne boivent pas (Arist., HA 601 a 32) et 0148 n’urinent pas (Ar.Byz., Épit. 1, 140 = ibid. 2,62).

304 Épicharme, ap. Ath. 3,105 b.

305 Arist., HA 517 a 30 (voir Plu. 670 с ; cf. Démocr., Fr. В 157).

306 Aristote ne mentionne pas les sujets de cette classe qui sont globalement les oiseaux mauvais voiliers et paraquatiques (Arist., HA 633 a 31 ; ibid. 600 a 19).

307 II est donc pertinent pour tous les animaux pourvus de pied (sauf l’éléphant : Arist., HA 517 a 31). Voir supra Arist., HA 517 a 30. C’est seulement dans le cadre de cette opposition que le mot γαµΨώνυχα reçoit un sens élargi (puisque le lion est cité en exemple).

308 Voir Alex., Top. 1, 381, 25 (cette détermination est superflue (περιττῶς) dans la définition de l’homme ; cf. Top. 1, 421, 30 & Réf. soph. 1, 112, 21 ; cf. S.E., P. 1, 2, 211 (ζῷον γελατικòν πλατνώνυχον) et Id., M. 1, 7, 281.

309 Def. plat. 415 a11 ; voir D.L. 6, 40, 9 ; S.E., P. 1, 2, 28 ; Alex., Top. 1,45,23.

310 Voir Ael., NA 11,37. Les palmipèdes n’ont pas vraiment les ongles plats mais plutôt atrophiés et du coup faiblement arqués, et la traduction par “aux ongles à plat” serait plus juste. La détermination est en fait surtout l’expression positive d’une opposition particulière aux rapaces “aux ongles incurvés”.

311 Ar. Byz., Epit. 1, 17.

312 Alexandre d’Aphrodise et Galien.

313 Arist., Meta. 1038 a 10 sq. ; PA 642 b 28 sq. Alexandre d’Aphrodise (in Meta. 521, 23) reprend ce propos dans ses commentaires, en remplaçant ἅσχιστον par ὰσχιστóπουν (voir ibid. 522,7).

314 GA 756 b 33.

315 Ael., NA 5, 50. Voir Gal., UP 3, 848, 14 (“les animaux appelés carnivores fissipèdes (σχιζóποδα)”).

316 PA 695 a 16. La palmure (membrane interdigitale) est considérée comme faisant du pied une sole unie.

317 HA 593 a 25 (voir PA 694 b 2, où la distinction est faite entre ces deux types d’oiseaux dits πλωτοί). Les oiseaux σχιζóποδες ne sont naturellement pas tous des oiseaux paraquatiques : “un grand nombre d’oiseaux à pieds divisés (σχιζοπóδων) vivent près de l’eau et des marais” (HA 615 a 26).

318 Le radical σχιδ- à l’origine de *σχιδανóς est de même racine que σχιίζειν.

319 Une seule autre occurrence chez Clément d’Alexandrie (Str. 7, 18, 109,4).

320 Arist. ap. Ath. 9, 397 b.

321 Arist. ap. Ath. 9, 389 a : ὁ πέρδιξ ἐστὶ µὲν χερσαῖος, σχιδανóπους.

322 Arist. ap. Ath. 9, 390 e (sur l’identification de cet oiseau voir Thompson, 1936, p. 252).

323 Arist. ap. Ath. 9,392 b ; voir pour l’outrade Arist. ap. Ath. 9, 390 e.

324 Ar.Byz., Épit. 1, 17 (voir Ael., NA 11, 37) ; le cygne et l’oie sont les sujets de cette classe les plus souvent cités (cf. Arist. ap. Ath. 9, 393 d : “il fait partie des palmipèdes (στεγανοπóδων) herbivores” ; voir aussi HA 615 a 32). Aristote donne une liste plus longue de ces oiseaux : “parmi les palmipèdes ceux qui ont un vol lourd hantent les rivières et les étangs (c’est le cas du cygne, du canard, de la poule d’eau, du grèbe, ainsi que de la sarcelle, <...> et de l’oiseau qu’on appelle cormoran ; citons encore l’oie, et la petite oie qui vit en troupe, la tadorne, la « chèvre », le pénélope)” (HA 593 b 15).

325 On trouve 22 occurrences du mot dans ses ouvrages biologiques. Si l’on en croit Strabon, Alcman employait ce mot pour désigner un peuple d’hommes exotiques (Alcm. ap. Str. 7, 3,6, 38 ; ces hommes sont aussi appelés Sciapodes : Ar., Av. 1553). Après notre période, Michel d’Éphèse est le seul à l’utiliser (10/38).

326 HA 615 a 24 ; voir HA 504 a 6 : “la plupart des oiseaux ont des doigts séparés, mais ceux qui nagent sont palmipèdes” (cf. PA 694 b 2 ; IA 714 a 8).

327 PA 662 b 9 : “tous les herbivores et ceux qui habitent près des marais, tels les animaux qui nagent et sont palmipèdes...”.

328 Il signifie “les grandes jambes” dans Gal., UP 4, 105, 18.

329 Il qualifie aussi des hommes fabuleux (Str. 2, 1, 9, 10).

330 Arist., PA 632 b 11 (voir Ar.Byz., Épit. 1, 118et 117 ; et Arist., HA 623 a 26, où il caractérise une araignée -µακροσκελέστερον-).

331 Arist., PA 692 b 23 (voir ibid. 692 b 5).

332 Arist., PA 695 a 21 (voir Gal. UP 3, 848, 3).

333 L’adjectif est lié à ἔλειος et à στεγανóπονς : “certains oiseaux ont de grandes jambes ; cela tient à ce que les oiseaux de ce genre vivent dans les marécages” (Arist., PA 694 b 12) ; voir Arist., HA 504 a 32 : “les oiseaux à longues jambes et à pieds palmés ont un petit croupion” (Id., PA 674 b 31 : “les animaux à longues jambes et qui vivent dans les marégages ont un vaste jabot” ; cf. ibid. 694 b 16).

334 Arist., PA 692 b 5.

335 Arist., IA 714 a 13 sq. : “si les oiseaux de ce genre ont les jambes courtes (βραχνσκελεῖς), c’est que la nature a enlevé à la longueur des jambes ce qu’elle a ajouté aux pieds”.

336 Arist., PA 692 b 23.

337 Gal., UP 3,181, 17 (cf. S., Fr. 314 et 304, à propos d’un monstre indescriptible).

338 Arist., HA 499 b 8.

339 Voir Arist., HA 502 b 34 : πολνδάκτνλα καὶ πολνσχιδῆ. La multiplicité de doigts coïncide avec la pluridivision du pied : “tous ceux qui ont des doigts ont des ongles, et tous ceux qui ont des pieds ont des doigts sauf l’éléphant (ce dernier a des doigts non séparés et à peine articulés, et il n’a pas d’ongles du tout)” (ibid. 517 a 30). Cependant δάκτνλος a dans ce composé un sens large qui inclut justement les pachydermes (ibid. 659 a 25 : οἱ δ’ ἐλέϕαντες τῶν πολνδακτύλων εἰσί). Comme tous les fissipèdes, ils n’ont pas d’astragale (PA 690 a 24).

340 Arist., PA 674 a 26.

341 Une preuve en est qu’ils sont moins “nains” que les autres (Arist., PA 686 b 19).

342 Arist., PA 659 a 23 (voir ibid. 687 b 29).

343 Arist., PA 688 a 8 (τά δὲ µικρὰ τῶν πολνδακτύλων).

344 Arist., PA 688 a 3.

345 On trouve une fois le doublet καρχαρóδων (Théoc. 24, 87).

346 Dérivé de κάρχαρος = qui coupe, qui scie (cf. skr. khára- : dur, pointu). Hésiode applique l’adjectif à une serpe (Hes., Th. 175 & 180) et Aristote, métaphoriquement, aux pinces du homard (Arist., HA 526 a 19).

347 Hom., Il. 10,360 & 13,198 ; Hés., Op. 604 et 796 & Sc. 303 ; A., Fr. 445,2 ; Ar., Cav. 1017 ; etc.

348 Vingt auteurs emploient le terme dont 4 avec une valeur classificatoire (Arist., Ari.Byz., Gal., Ath.). Aristophane traite Cléon de chien, en le désignant par l’adjectif substantivé (Vesp. 1031).

349 Nous préférons croc à canine (dent de chien) dont le nom (κυνóδονς) est peu technique et appliqué en grec au sanglier ou au cheval (Arist. HA 576 b 17).

350 Arist., HA 501 a 16. Le deuxième membre de phrase semble contenir un pléonasme (les animaux à dents aiguës ont des dents pointues) ; mais il indique plutôt une lexicalisation avancée du terme homérique : tous ceux qui ont des canines alternantes sont des carnassiers. Il n’est pas certain que l’image des “dents de scie”, qui convient mal au travail davantage percutant et lacérant des canines, soit impliquée dans ce terme ; par ailleurs les dents de scie n’expriment pas davantage que la pointe l’idée d’entrecroisement souvent soulignée dans le contexte d’emploi du mot grec.

351 Arist., HA 501 a 9.

352 Arist., PA 661 b 16. Les deux classes sont associées (ibid. 655 b 11). Dans l’Épitomé d’Aristophane de Byzance le vocable est distingué de χαυλιóδοντα, συνóδοντα et ἀµϕóδοντα (sic) ; Aristophane ne donne d’ailleurs pas les mêmes exemples pour les deux classes, comme si elles étaient exclusives (Épit. 1,6-7).

353 Theoc. 24, 87. Le mot κάρχαρος est aussi appliqué à un chien (Lyc, Alex. 1, 34 ; Luc, Luct. 4 ; Ael., NA 16, 18) et à un loup (Babr. 94).

354 Ar.Byz., Épit. 1,6.

355 Ar.Byz., Épit. 2,345 ; cf. Arist., HA 595 a 8 (τῶν µὴ καρχαροδóντων οἶον οἱ µύες).

356 Gal., Anat. 2,430, 16 & 2, 535, 16 (de même τὰ καρχαρóδοντα ὀνοµαζóµενα : UP 3,616, 5 &. 3, 843, 3 & 3, 848, 15 ; cf. aussi ibid. 3, 878, 10 ; 4, 296, 17).

357 Arist., HA 505 a 28 ; voir PA 691 a 11 ; Ath. 7, 277 e & 7,282 d, etc.

358 Arist., PA 697 a 2 (sur cette corrélation voir HA 594 a 26).

359 Arist., HA 503 a 8.

360 Ainsi ἀμϕώδοντα (57/65) : Arist. (42), Phlp. (6), Mich. (9) ; ἀμϕόδοντα (18/22) : Arist (1), Alex. (9), Ar.Byz. (8).

361 Arist., HA 501 a 12 (voir ibid. 630 b 3). Les bovins, en effet, ont un bourrelet caleux à la place du front de dents de la mâchoire supérieure.

362 Ar.Byz., Épit. 1, 5.

363 Ar.Byz., Épit. 1, 7 (voir Ael., NA 11, 37). La classe renvoie aux mêmes animaux en médecine (Érot., Voc. Hp. 1,54, 8 : “ceux qui possèdent des dents en haut et en bas”).

364 Arist., HA 501 a 6 sq.

365 Arist., HA 501 a 9 : “tous les quadrupèdes sanguins vivipares ont des dents ; mais, d’abord les uns ont une double dentition complète, les autres l’ont incomplète (πρῶτον τὰ μέν ἐστιν ἀμϕώδοντα, τὰ δ’ oὐκ ἀμϕώδοντα”).

366 PA 651 b 31 (ἀμϕώδοντα καὶ πολυσχιδῆ.)

367 HA 501 a 16 sq. (voir Ar.Byz., Épit. 2, 373).

368 PA 651 a 30 (τὰ μὴ ἀμϕώδοντα ἀλλὰ κερατώδη).

369 Voir Alex., Réf. soph. 1, 112, 25 “le fait d’avoir des cornes (τò κεραφόρον) n’est pas un nom mais une définition” ; et ibid. 1, 112, 8 : “<il faut utiliser une définition> pour les animaux pour lesquels il n’existe pas de nom qui embrasse leur ressemblance, comme les animaux qui ont une double dentition complète (en effet il n’existe pas de nom unique pour les désigner)”.

370 Arist., A. Po. 94 a 16 ; voir Alex., in Top. 1, 93, 4 & 1, 122, 25 ; mais “il n’est pas vrai que tout animal qui a des cornes n’a pas une double dentition complète” (Alex., Réf. soph. 1, 113, 2) ; en effet l’âne indien a des cornes et a une double dentition complète (Alex., Réf. soph. 1, 112,25).

371 Arist., PA 663 b 31 sq. ; HA 501 a 12 ; PA 651 b 31 & 674 a 31.

372 Arist., HA 632 b 1 ; seuls “quelques animaux à double dentition complète ruminent également, par exemple les hermines du Pont” (HA 632 b 8).

373 Arist., HA 521 b 29.

374 Arist., HA 520 a 14 sq ; PA 651 a 33 ; GA 745 b 30 & 746 a 9 ; cf. Ar.Byz., Épit. 1, 7 ; Ael. NA 11,37.

375 Arist., HA 519 b 9.

376 Arist., HA 507 b 15 sq. ; PA 675 a 24.

377 Arist., HA 507 b 29 sq.

378 Arist., HA 511 a 28 (il existe trois exceptions : le lièvre, la souris et la chauve-souris) ; cf. Ar.Byz., Épit. 1, 78 : “aucun animal à double dentition complète n’a de cotylédons dans l’utérus” (voir ibid. 1, 31).

379 Les animaux à double dentition incomplète sont le bœuf, le cerf, la chèvre, le mouton (Alex, in Top. 1, 118,29) ; le chameau, parmi les animaux qui n’ont pas une double dentition complète, constitue une exception : Arist., HA 499 a 23 ; ibid. 501 a 14 ; Id., PA 674 a 32.

380 Le lièvre (Arist., HA 522 b 9), la souris et la chauve-souris (Arist., HA 511 a 28), le lion, le loup, le chacal, l’homme, l’ours et le porc (Arist., HA 507 b 15), et le chien (Arist., HA 495 b 29).

381 Hp., Artic. 1, 8, 27 (“les solipèdes, dans la mesure où ils ont une double dentition complète, peuvent manger de la chair σαρκάξειν”.

382 Gal., Hp. nat. hom. 15, 132, 14 (τὰ μηρυκἀζοντα ζῷα νs τὰ δ’ ἀμφόδονρα) ; voir Id, Hum. 18 a, 358, 13.

383 Gal., Hum. 18 a, 359,6.

384 Le premier élément (parfois rapproché de χαῦνος = spongieux) est obscur (voir Chantraine s.v.). La plupart des codices donne χαυλιóδων, contrairement à la loi énoncée en Hdn., Part. 1, 208 qui exige soit χαυλιόδυς soit χαυλιώδντες. Il est essentiellement employe dans sa forme masculine (χαυλιόδων, χαυλιόδοντες) : ainsi par Hesiode, Herodote, et souvent Aristote. L’homographie des formes masculine et neutre aux cas indirects du pluriel ne permet pas de trancher dans la plupart des cas. De meme que pour στεγανόποδες on peut penser que le neutre, en particulier dans les listes, s’est developpe surtout par contamination. Absent egalement de l’oeuvre de Theophraste et d’Elien, il s’agit d’un terme mineur.

385 Il fait partie de la liste d’Aristophane de Byzance des lexèmes aristotéliciens (Épit. 1, 5). Aristote (17), Alexandre (2) et Aristophane de Byzance (6) totalisent à eux seuls les deux tiers des occurrences. Le terme est peu employé en médecine (il est absent du corpus hippocratique), mais connu (2 occurrences chez Galien, seulement pour qualifier les dents : Gal., UP 3, 2, 17 & Sem. 4, 628, 17).

386 Agathar. Fr. Hist. 19 (2 occ.) ; Opp., C 2, 492 et 3, 253 ; Ael., ΝA 4, 31 et ibid. 5, 45 ; etc.

387 Alex., Pr. 4, 157, 2-159, 1 ; D.S. 1, 35, 3, 6.

388 Ces significations sont données par ordre chronologique d’apparition.

389 Voir Hdt. 2,68 à propos du crocodile (“des dents grandes et saillantes (χαυλιóδοντας)”).

390 Hdt. 2,71.

391 Arist., PA 663 b 35 ; etc. (voir infra). L’éléphant, qui fait partie des χαυλιóδοντσ (Ar.Byz., Épit. 1,9) “possède deux défenses à la mâchoire supérieure” (χαυλιóδοντας ἄνω δύο : Ar.Byz., Epit. 2,68).

392 Hes., Sc. 387 ; voir Opp., C 2, 465 (σῦν χαυλιóδοντα).

393 HA 501 a 15.

394 Arist., HA 501 a 19 (voir ibid. 538 b 21 & PA 661 b 18). Chez Oppien, ces animaux (χαυλιóδοντα γένεθλα) sont distingués des fissipèdes carnassiers (Opp., C 3, 6-7).

395 Arist., PA 663 a 7.

396 Léo, Nat. hom. 1, 51, 6 ; Melet., Nat. hom. 82, 25.

397 Arist., PA 661 b 18-25 (voir Ar.Byz., Épit. 2, 476). Les organes défensifs sont énumérés par Aristote (ὀδóντες, χαυλιόδοντες, κέρατα, πλῆκτρα : HA 538 b 16 ; PA 655 b 11 & 661 b 32 & 684 a 30).

398 Ar.Byz., Épit. 1, 9 (voir id en Ael., NA 11, 37 ; Melet., Nat. hom. 82, 25).

399 Voir cependant la question longuement débattue par Philostrate de savoir si l’éléphant a des cornes (κέρατα) ou des dents (ὀδóντες) : Philostr., VA 2, 13, 18 ; cf. Ar.Byz., Épit. 2, 112.

400 Arist., HA 533 a 15.

401 Arist., HA 503 a 10 ; voir Hdt. 2, 68.

402 Arist., HA 503 a 8.

403 Ar.Byz., Épit. 2,446.

404 Arist., HA 502 a 12 ; D.S. 1, 35, 8, 4 ; Paus. 5, 12, 2, 12.

405 Oppien (H 5, 326) dit que la baleine, elle aussi, a de redoutables défenses δεινοὺς χαυλιóδοντας).

406 Voir HA 595 a 8, où elles sont exclues des animaux à dents pointues (καρχρóδοντα).

407 Il s’agit d’une espèce, d’un genre, voire d’une famille de brèmes, qui compte de nombreuses variétés (Opp., H 3, 577 ; ibid. 1, 170) ; voir la longue notice d’Athénée (7, 322 b-e ; voir aussi Ael., NA 1, 46).

408 Épich., Fr. 69, ap. Ath. 4, 131 e ; Antiphanes, Fr. 132 ; Pl. Com., Fr. 646, ap. Ath. 1, 5 c ; Opp., H 3, 186 ; Arist., HA 591 b 5 (σινóδων) ; Ath. 8, 356 f (συνοδοντίς) ; etc.

409 Ar.Byz., Épit. 1, 5.

410 Ar.Byz., Épit. 1, 8 (id. en Ael., NA 11, 37).

411 Voir Ar.Byz., Epit. 1,7.

412 Voir Arist., HA 501 a 11 & 520 a 9, où les animaux qui ont du suif au lieu de graisse sont les mêmes.

413 Voir le système de Léon (ixe siècle), Nat. hom. 51, 5 sq. (τὰ δὲ συνóδοντα, οἶον πρόβατα καὶ ὅµοια).

414 Arist., HA 595 a 9.

415 Elle n’est pas évoquée par le Stagirite lors de la discussion générale sur cette question (HA 501 a 8).

416 La girafe (Ar.Byz., Épit. 2,271) et le cerf (ibid. 476).

417 Il est formé de ἀν- (indiquant privation ou absence) et du verbe ἐπαλλάττειν (s’imbriquer).

418 Arist., HA 501 a 8.

419 S., Fr. 89, 3.

420 Pour Bacchos (Orph., H 1, 53, 8 ; Luc, Bacch., 1,2, 3 ; etc.), Alexandre (Clem. AL, Protr. 4, 54, 2), les fleuves (Comut, Nat. deor. 1, 42, 17), l’erreur (ἅταν : E., Fr. 12, 83), des femmes (Lyc, Alex. 1, 1238) ; etc.

421 Alex., Ref. soph. 1, 112,9.

422 Thphr., Fr. 172, 2, ap. Phot., Bibl. (278) 525 b 4.

423 S.E., M. 1, 226, 6.

424 Gal., Simp. med. 12, 324, 11 (voir Aret., SA 2, 13, 4, 2).

425 Philostr., VA 2, 13, 26.

426 Alex., Ref. soph. 1, 132,7 (voir Gal., Anat. adm. 2, 430, 18 :...et aussi ruminant (µŋρνκάζον).

427 Alex., Pr. 4, 158, 8 (voir Gal., Anat. adm. 2, 546, 12 ; Alex., Top. 1, 93, 4 & 1, 122, 25 & 1, 534,10).

428 Alex., Réf. soph. 1,112, 26.

429 Pl., Plt. 265 c 6 (voir Gal., Met. med. 10, 21, 9 : “tout animal est sauvage ou domestique, avec des pieds ou apode, cornu ou sans corne (κερασфóρον ἣ ἅκερον)”).

430 Seuls Aristote, Aristophane de Byzance, Philopon et Michel l’utilisent. L’adjectif κερατώδης, qui n’apparaît qu’une fois dans un contexte zoologique, a le même sens : “les animaux à cornes (τὰ δὲ κερατώδη τŵν ζῴων) tant domestiques que sauvages <...> sont tous frugivores et herbivores” (Arist., HA 595 a 13).

431 Voir Arist., HA 499 b 15 (ἔστι δἐ καἰ τά µἐν κερατοфóρα τŵν ζῴων τἀ δ’ ἅκερα).

432 Arist., HA 501 a 12 (voir ibid. 630 b 3).

433 PA 664 a 1. Les cornes sont comme des dents saillantes (ibid. 664 a 11). Il poursuit en disant que les femelles, qui ont la même dentition, n’ont pas de cornes car cela les incommoderait (βλάπτεσθαι)...

434 PA 663 a 18.

435 Voir PA 688 b 22 (τά δὲ µὴ πολυσχιδῆ ὰλλ’ ὀλιγοτóκα ἢ κερατοфóρα).

436 A. Po. 98 a 15-19.

437 HA 507 a 35.

438 PA 675 a 5 (voir Pr. 895 b 13).

439 PA 676 a 6 sq.

440 Elle est arrondie (στρογγύλος), alors que celle des autres animaux est allongée (PA 673 b 32).

441 HA 511 a 28 ; ibid 510 b 18.

442 PA 651 b 31.

443 PA 663 b 26 (voir ibid. 675 b 3 et HA 507 b 33).

444 PA 674 a 30.

445 HA 500 a 6 ; voir Ar. Byz., Épit. 2, 477.

446 PA 688 a 32. Il signale aussi que certains d’entre eux ont une crinière (HA 498 b 31 ; ibid. 500 a 2).

447 Cf. Plat., Plt. 265 b 11 (ἅκερων) et ibid. 265 c 8 (ὰκεράτον).

448 Democr., Fr. B 155,1 sq. (voir Ar.Byz., Épit. 2, 516, sur les vaches (ἅκεpοι) ; cf. Str. 7, 3, 18, 9.

449 Voir Arist., HA 499 bl 6 (τὰ µὲν κερατοϕóρα τῶν ζῴων τὰ δ’ ἂκερα ; Gal., Meth. med. 10, 21, 9).

450 Voir la généralisation de la corrélation des caractères du pied, des dents et des cornes chez Aristote (PA 651 a 34 ; voir ibid. 686 b 19) ; et chez Galien (Anat. 2, 430, 18).

451 Les exceptions sont le chameau, qui ne possède ni cornes, ni double dentition complète (Arist., HA 501 a 14 ; PA 674 a 32), le cheval unicorne (Arist., HA 499 b 18), et certains porcs cornus (Antig. 66).

452 Ce chiffre ne tient pas compte du substantif µονóκερως comme nom de l’unicorne (12/153) en particulier dans la littérature chrétienne commentant une expression biblique (Nombres 23, 22 ; etc.)

453 Arist., PA 663 a 24.

454 Arist., PA 663 a 28.

455 Archil., Fr. 181 (µουνóκερος).

456 Arist., HA 499 b 18.

457 Arist., HA 499 b 18 et PA 663 a 23 ; Ael., NA 3, 41 & 13, 25 & 15, 15 ; Str. 15, 1, 56, 8.

458 Antig. 66.

459 Anaxag., Fr. B 16 ; Plu., Per. 6, 2. C’est également le surnom d’un oiseau (Ael., NA 17, 10).

460 En revanche, il constitue un qualificatif de quelques divinités : Dionysos (Orph., H 30, 3), Pan (Orph., H 34,25), Adonis (Orph., H 56, 1), etc.

461 Arist., HA 498 b 18.

462 Antig. 53.

463 Arist., IA 709 b 30 & 713 a 4-8.

464 Arist., A. Po. 96 b 38 (un volatile est ὀλóπτερον ou σχιζóπτερον) ; Arist., IA 710 a 4.

465 Arist., PA 692 b 12.

466 Voir Alex., A.Pr. 1, 306, 34.

467 Arist., IA 710 a 25.

468 Ibid. 713 a 10.

469 Ibid. 710 a 25.

470 Ibid. 709 b 30 (óλοπτέpοις τοῦ πτεροῦ, τoῖς δ’ ὄρνισι τῆς πτέρυγος).

471 HA 615 b 30.

472 IA 710 a 9.

473 Ibid. 710 a 1 sq.

474 Voir Arist., Somn. Vig. 456 a 14 sq.

475 PA 697 b 11 (et s.v. σχιζόπτερον).

476 Voir Ar.Byz., Épit. 1, 1 ; Apulée, Mag. 38.

477 Ar.Byz., Épit. 1, 18 (et Ael., HA 11, 37).

478 Arist., HA 490 a 5.

479 Arist., HA 487 b 23 (καὶ γὰρ τὰ δερμóπτερα πεζεύύει).

480 Ibid. 490 a 10.

481 Arist., PA 697 b 11.

482 Par fente il faut entendre soit la séparation des plumes constituant l’aile (par opposition aux ailes des holoptères qui forment un voile continu et d’une seule pièce), soit la séparation de deux parties d’ailes au niveau de l’articulation du poignet (par opposition aux ailes des holoptères qui ne sont pas articulées et sont d’un seul tenant). Le sens des différents composés grecs formés sur la racine -σχισ plaident pour la première interprétation, d’autant que l’articulation de l’aile n’est pas, chez Aristote, un aspect important de l’anatomie aviaire.

483 Alex., Top. 1, 306, 15 (voir ibid. 1, 435, 6 ; Arist., A.Po. 96 b 39 & IA 710 a 5).

484 Arist., PA 697 b 10 (voir aussi IA 710 a 7).

485 HA 490 a 14. Le κάνθαρος apparaît comme le modèle de la classe (HA 601 a 4 ; Basile, H.hex. 8, 3, 13).

486 HA 490 a 19.

487 HA 601 a 3.

488 HA 552 b 30.

489 Cette classe aristotélicienne ne correspond à aucun découpage moderne même si elle intègre et informe l’ordre actuel des coléoptères. Ainsi l’ordre des hétéroptères (punaises) et une partie des homoptères (surtout les cicadelles), par leurs ailes partiellement ou intégralement coriaces semblent aussi destinées à figurer dans cette classe plutôt que dans tout autre.

490 Ar.Byz., Épit. 1, 19.

491 Ar.Byz., Épit. 1, 120 (πὰντα τὰ ἔντοηα καὶ τά κολεόπτερα).

492 Phlp., А. Ро. 13, 3, 405 (alors qu’il nomme ailleurs le κάνθαρος : ibid. 13, 1, 112).

493 Sur la critique d’une classification qui repose sur des disjonctions à l’issue desquelles un groupe est défini par un manque, autrement dit une négation d’attribut, voir Arist., PA 642 b 5 sq.

494 Voir Arist., IA 710 a 11 (ὁμοίως <δὲ>τά τὲ κολεόπτεροα, ..... καὶ τὰ άνέλυτρσ).

495 Arist., HA 490 a 13 (voir ibid. 532 a 24).

496 Luc, Dips. 13 ; au sujet de la mouche, voir Id., Musc. Enc. 1, 8 (κατὰ τὰς ἀκρίας .... ὑμενόπτερος).

497 C’est aussi le cas dans un extrait de Julius Africanus (Broderies, 1,17) : “Il y a un animal volant aux ailes membraneuses (ὑμενóπτερον) qui vit dans les endroits obscurs et dont les petits sont les seuls, parmi les volatiles ovipares à être allaités”.

498 Phlp., A.Po. 13, 3, 405 (voir Str. 15, 1, 37, 21 : “ des serpents aux ailes membraneuses comme les chauve-souris”).

499 Cf. PA 683 a 18.

500 PA 682 b 11 sq. Les hannetons semblent ici un exemple non pas des coléoptères, mais des insectes courts sédentaires. Dans la mesure où certains coléoptères n’ont pas d’ailes postérieures (membraneuses) et sont donc pratiquement diptères, la qualification de polyptère vaut universellement pour les abeilles et tétraptères assimilés mais non pas entièrement pour les coléoptères. Du coup, les insectes sédentaires au corps ramassé semblent emprunter le nombre de leurs ailes à un groupe, et leur texture à un autre.

501 HA 486 b 11.

502 Arist. (8/9) ; il est repris par Michel d’Éphèse (1/9).

503 Arist., HA 490 a 13.

504 Arist., PA 683 a 14.

505 Arist., HA 490 a 19.

506 HA 490 a 16.

507 HA 532 a 22.

508 PA 682 b 8.

509 HA 532 a 21.

510 S., Fr. 29. Les emplois tardifs se rencontrent surtout dans les lexiques.

511 Voir Hp., Épid. 2, 1, 8 ; etc.

512 Tphr., Sens. 38.

513 PA 648 a 17. Voir le long développement sur les paupières en PA 657 a 25 sq.

514 HA 537 b 12 ; PA 683 a 27.

515 PA 657 b 34.

516 PA 691 a 24.

517 PA 657 b 11 sq.

518 HA 537 b 12 ; voir An. 421 a 13.

519 PA 691 a 24.

520 Voir PA 657 a 25 sq. Il n’est rien dit des monstres marins qui font, implicitement, partie de ce groupe.

521 Antig. 29. Il peut métaphoriquement qualifier un imbécile (Luc., Τim. 23, 2 ; etc.).

522 GA 783 a 1.

523 Hp., Morb. 2, 74.

524 HA 781 b 22 (l’homme est, relativement à sa taille, celui qui a la peau la plus fine ; cf. PA 657 b 2, etc.)

525 Phlp., in GA 14, 3, 226, 34.

526 Hippocrate l’emploie avant lui, mais pour les hommes (Hp., Morb. pop. 2, 1, 8 ; cf. E., Phen. 1173).

527 Arist., HA 595 a 11 (voir ibid. 597 b 26 où le mot est employé à propos du perroquet ; voir PA 660 a 23).

528 HA 504 b 2 ; voir ibid. 597 b 26 & PA 660 a 23.

529 HA 632 b 11.

530 HA 504 a 35.

531 HA 504 b 8.

532 Voir PA 694 a 12 sq.

533 Voir HA 517 a 2 (“le rôle des os est joué chez les sélaciens par du cartilage (χονδρῶδες)

534 Ainsi Galien (80) ne l’emploie jamais pour des poissons mais pour la tête des souris (Anat. adm. 2, 331, 1), les doigts (UP 3, 136, 12), les os (Oss. 2, 750, 10), des parties (Anat. adm. 2, 608, 5), des artères (UP 3, 521, 16), etc. Τὰ χονδρώδη désigne chez lui les parties cartilagineuses (Gal., Hp. Art. comm. 18 a 489, 7).

535 Aristote ne l’emploie que pour des parties (HA 549 a 25 & b 1 ; PA 654 b 25), et en particulier des os (HA 567 a 11 ; PA 655 b 29) mais jamais pour qualifier directement des poissons.

536 Simonide, ap. Ath. 7, 318 f (voir Hikésios, ap. Ath. 7, 320 e, à propos du scorpion de mer -σκορπίος-).

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540