Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Concurrences et controverses

Usages politiques du Moyen Âge en France de 1970 à 2004

Christian Amalvi

Texte intégral

1L’utilisation partisane du Moyen Âge pose d’emblée de sérieuses questions de méthode. En effet, il ne suffit pas d’évoquer spontanément la récupération printanière de la figure de Jeanne d’Arc par le Front national pour conférer une signification politique à toutes les manifestations médiévales qui fleurissent en France depuis une trentaine d’années. Autant on peut comprendre que le XIXe siècle, voire une partie du XXe siècle, n’ait cessé de décliner toutes les conséquences politiques, sociales et religieuses de la Révolution française, autant l’instrumentalisation d’une période aussi lointaine dans le temps que le Moyen Âge pose problème sur le plan idéologique : peut-elle constituer encore aujourd’hui un enjeu majeur pour notre époque par rapport auquel les Français devraient encore se déterminer ; incarner un type d’organisation politique et sociale qui représenterait, selon chaque camp, un modèle indépassable ou, au contraire, un repoussoir dangereux ? Ne risque-t-on pas de confondre les usages commémoratifs, festifs, folkloriques d’un Moyen Âge caricatural dans l’idéalisation ou le rejet, et de toute façon recomposé de manière anachronique à la lumière de nos hantises actuelles, avec les vraies batailles de mémoire de notre temps qui portent sur les interprétations conflictuelles d’un passé brûlant qui, pendant longtemps, ne passait pas : hier Vichy et la Seconde Guerre mondiale, aujourd’hui Le livre noir du colonialisme ?

2D’autre part, même si effectivement le Moyen Âge bouge encore et conserve des effets politiques, comment en évaluer concrètement la portée dans l’opinion publique sans valoriser de manière excessive la pression de groupes minoritaires ? En admettant enfin que le Moyen Âge demeure un enjeu de premier plan, à quel système référentiel nous renvoie ce combat douteux ? À une période engloutie depuis plus de cinq siècles ou à un phénomène bien contemporain repeint avec des couleurs pseudo-médiévales de la nostalgie : la France d’avant les bouleversements provoqués par les Trente Glorieuses et la Mondialisation ? Il convient donc de rester prudent devant une dramaturgie plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord.

3Certes, de la commémoration du septième centenaire de la mort de saint Louis en 1970, voulue par Edmond Michelet, ministre de la Culture de Georges Pompidou, au défilé du Premier Mai en l’honneur de Jeanne d’Arc organisé par le Front national en 2002, entre les deux tours de l’élection présidentielle, on assiste à la multiplication de manifestations médiévales, dont les principales étapes seraient, sans souci d’exhaustivité, le retour en force de la mémoire cathare en Languedoc ; le millénaire capétien en 1987 ; le neuvième centenaire de la naissance de saint Bernard en 1990 ; le quinzième centenaire du baptême de Clovis en 1996. Mais peut-on vraiment les mettre sur le même plan et les soumettre aux mêmes grilles d’analyse ?

4Afin de saisir dans toute leur complexité l’impact réel de ces manifestations dans l’opinion publique, il convient d’une part de les analyser à la lumière des précédentes batailles de mémoire médiévale de 1870 à 1940, et, d’autre part, de prendre la mesure du phénomène, en liaison étroite avec le puissant courant de redécouverte culturelle de nos origines médiévales qui s’exprime dans les lettres depuis 1975 – du succès de Montaillou, village occitan d’Emmanuel Le Roy Ladurie à celui des œuvres romanesques d’Umberto Eco (le Roman de la Rose en 1980, Baudolino en 2002, etc.) – au cinéma (les films de Jacques Rivette et Luc Besson entre autres), dans les expositions qui déplacent les foules, de Saint Louis à la Conciergerie en 1970 à Jean Fouquet à la Bibliothèque Nationale de France en 2003…

Usages partisans limités du Moyen Âge en Languedoc

  • 1 Ph. Martel, « Qui n’a pas son Albigeois ? Le souvenir de la croisade et ses utilisations politiques (...)

5En s’appuyant sur les travaux de Philippe Martel on peut rappeler les grandes lignes du discours nationaliste occitan dans les années 70. Cessant d’être réservé, comme au XIXe siècle, aux élites, le débat se répand rapidement sur la place publique méridionale et trouve sa dynamique à l’extrême-gauche de l’échiquier politique. Un de ses supports les plus célèbres est probablement Le petit Livre de l’Occitanie, ouvrage collectif et anonyme publié en 1971, dont les chapitres historiques sont rédigés par Jean Larzac, écrivain d’oc et prêtre, qui se proclame volontiers en guerre contre l’État français depuis le XIIIe siècle ! Par un anachronisme délibéré et revendiqué, l’antagonisme entre la France du Nord et la France méridionale au XIIIe siècle y est décrit de manière radicale à la lumière des phénomènes totalitaires du XXe siècle. La Croisade menée contre les Albigeois est ainsi assimilée à l’Anschluss ; l’invasion des barons du Nord débouche sur une « Occupation » du Languedoc, qui suscite la « Résistance » des populations locales victimes de l’Inquisition, explicitement qualifiée de « Gestapo »1.

  • 2 A. Touraine, F. Dubet, M. Wieviorka, Les Pays contre l’État : luttes occitanes, Paris, Seuil, 1981, (...)

6Sur le terrain, l’apogée de ce mouvement occitaniste – dont la propagation est favorisée par l’immense écho rencontré dans le Midi par l’émission de Stellio Lorenzi et Alain Decaux « la Caméra explore le temps » consacrée en 1966 au Drame cathare, phénomène médiatique prolongé par le succès des ouvrages de Michel Roquebert – se situe en 1973 lorsqu’une fête organisée par Lutte occitane rassemble à Montségur près de dix mille personnes2

7Trois raisons expliquent probablement cette relecture polémique du passé médiéval occitan dans les années soixante-dix : l’anticolonialisme qui, après l’indépendance de l’Algérie, s’oriente, sous l’influence du livre de Frantz Fanon, Les Damnés de la terre, vers la critique de la politique centralisatrice séculaire menée par l’État jacobin contre les régions périphériques, Bretagne, Occitanie, Pays basque entre autres ; l’esprit de contestation interne à l’Église, consécutif au Concile de Vatican II, qui voit des ecclésiastiques, Jean Larzac notamment, dénoncer rétrospectivement dans l’Église médiévale une puissance totalitaire, qui s’est associée au bras séculier pour faire taire les voies discordantes en son sein comme dans la société laïque ; enfin la tentation gauchiste, fille de Mai Soixante-huit, qui rejette tous les mythes fondateurs de la nation française véhiculés sous la IIIe République par le Petit Lavisse, et plus particulièrement celui qui, au nom d’une unité nationale sacralisée, légitimait la croisade du XIIIe siècle. Cependant cette tendance critique et révisionniste de l’histoire occitane à double détente – une idéalisation du passé indépendant du Languedoc, liée à une diabolisation de la conquête du Sud par le Nord – s’est fortement atténuée depuis la fin des années quatre-vingt, probablement en raison des effets positifs de la décentralisation bien rôdée depuis vingt ans : dans la mesure où désormais le label « Pays cathare » est une marque déposée efficacement gérée, sur le plan économique, par le département de l’Aude et la ville de Carcassonne, l’interprétation qui est donnée des Cathares, notamment dans les dépliants touristiques, valorise davantage l’exploitation des retombées gastronomiques, viticoles et culturelles des événements du XIIIe siècle que les polémiques partisanes des années soixante-dix. Priorité est à présent donnée en Languedoc aux retombées du tourisme médiéval de masse.

8Mais, par une sorte de phénomène de vases de mémoire communicants, si l’extrême-gauche délaisse les champs d’honneur du Moyen Âge, n’est-ce pas désormais l’extrême-droite qui tente, non sans succès, de récupérer le Moyen Âge ?

De l’affaire Clovis au détournement de Jeanne d’Arc : l’extrême-droite à l’assaut du Moyen Âge chrétien

9L’application parfois bâclée des décisions libérales prises par le concile Vatican II a probablement contribué à favoriser la récupération par les chrétiens les plus traditionalistes de pans entiers de l’histoire de l’Église jetée aux orties avec la liturgie du concile de Trente, le latin et la soutane : en particulier le baptême de Clovis comme symbole de la naissance chrétienne de la France et l’épopée de Sainte Jeanne d’Arc, patronne et protectrice de la « Fille aînée de l’Église », thèmes que le Front national ne manque pas d’exploiter.

  • 3 Le Monde, 16 avril 1996, p. 7.

10Le 13 avril 1996, par exemple, les Frontistes célébrent à la Mutualité le 1500e anniversaire du baptême de Clovis3. D’autre part, comme il le fait depuis 1988, cette année-là le Front national fleurit le 1er-Mai la statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramides. Cependant, en dépit des bruyantes manifestations en l’honneur de Clovis et de Jeanne d’Arc, je reste convaincu que la tentative de récupération du Baptême de Clovis par le FN a été un échec cinglant pour lui, et que son culte de Jeanne, même si le défilé du 1er mai 2002 s’est fait aux couleurs johanniques, doit être relativisé.

  • 4 Cité par La Croix, 30 avril 2002.
  • 5 Ibid. Voir aussi X. Ternisien, L’extrême-droite et l’Église, Paris, Éd. Brépols, 1997.

11Les diatribes racistes, xénophobes et antisémites du Front national n’ont en effet guère eu d’écho dans le grand public en 1996, notamment en raison de la volonté conjointe de Jean-Paul II, de l’épiscopat français et des catholiques pratiquants de réfuter et de combattre les idées de Jean-Marie Le Pen4. De fait « les enquêtes réalisées par les sociologues montrent depuis des années que plus la pratique des catholiques est élevée, moins il sont tentés par l’extrême-droite »5.

12Si l’affaire Clovis ne constitue qu’un événement éphémère dans ce phénomène de récupération du passé médiéval, il paraît plus difficile de minimiser le détournement de la mémoire johannique perpétré de manière rituelle par le Front national depuis le milieu des années quatre-vingt, et qui a fini par devenir, dans le paysage politique et médiatique français, une véritable tradition. Cinq arguments complémentaires montrent cependant que le Front national ne possède pas le monopole du culte de Jeanne d’Arc.

  • La parade de ses troupes ne représente pas dans l’histoire contemporaine une nouveauté. Dans Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Gerd Krumeich nous rappelle que depuis 1909, date de la béatification de l’héroïne lorraine, l’Action française a pris l’habitude de défiler devant la statue de la Place des Pyramides. Jean-Marie Le Pen ne fait donc que renouer avec une tradition qui connut son heure de gloire entre 1920 et 1939.

  • Malgré son vacarme, la grosse caisse du Front national ne parvient pas à étouffer les sons plus mélodieux, plus subtils et plus variés que suscite l’épopée de Jeanne dans la culture contemporaine : Jeanne, aujourd’hui si présente au théâtre grâce aux reprises du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc de Péguy, à l’opéra (celui de Tchaikowsky), au cinéma et dans les librairies, n’est-elle pas l’antithèse de celle que détourne à son profit le Front national ? Le dernier roman de Michel Ragon, anarchiste et spécialiste de littérature prolétarienne, Un amour de Jeanne, est ainsi aux antipodes des interprétations xénophobes.

    • 6 La Gazette de Montpellier, 5-11 mars 1999.

    Malgré les bruyantes manœuvres de l’extrême-droite, Jeanne compte encore aujourd’hui nombre d’amis à gauche, qui célèbrent publiquement sa mémoire. En se rendant à deux reprises, en 1982 et en 1989, à Orléans pour les fêtes du 8-Mai, François Mitterrand a respecté la règle républicaine non écrite qui veut que le Président de la République honore de sa présence les fêtes d’Orléans qui suivent l’année de son élection. En mai 1990, le maire socialiste de la ville, Jean-Pierre Sueur, accueille Michel Rocard Premier ministre. En mars 1999, le maire socialiste de Montpelllier, Georges Frêche, justifie lors d’un conseil municipal, la réfection de la statue de Jeanne d’Arc, boulevard Pasteur, aux frais de la ville et affirme son attachement à la Vierge lorraine : « Nous ne devons pas laisser Jeanne à l’extrême-droite. Moi je suis un admirateur de cette femme »6.

13Surtout, à Rouen le 2 juin 1996, en écho au grand discours prononcé en ce lieu par André Malraux le 30 mai 1964, maître Robert Badinter, qui « a toujours ressenti une sorte de malaise à voir comment la droite extrême avait entrepris de détourner au profit de son idéologie la mémoire de Jeanne d’Arc », rend un vibrant hommage, à « Jeanne la suppliciée », symbole de toutes les victimes de l’intolérance :

  • 7 Le Nouvel Observateur, n° 1649, 13-19 juin 1996, p. 82.

Dieu ne saurait souffrir l’injustice ni nous l’accepter. Nous voici bien loin des passions et des exaltations nationalistes. Le message de Jeanne d’Arc a valeur universelle. […] Ce visage déformé par les pleurs, la sueur et l’angoisse, cette voix brisée qui prononce le nom de son Sauveur, dont la Passion est devenue la sienne, nous les reconnaissons. Ce visage-là, tout au long des siècles, c’est celui de tous les êtres humains qui ont été torturés, condamnés, exécutés, parce qu’ils ne voulaient pas renier leur conviction, la cause sacrée qui était leur raison d’être. Jeanne, à cet instant ultime, n’est pas différente de la petite marrane juive brûlée à Tolède, du protestant cévenol abattu par les dragons de Louis XIV, des carmélites montant à l’échafaud, du résistant torturé jusqu’à la mort par les miliciens, du dissident liquidé par les commissaires staliniens et, aujourd’hui encore, du moine tibétain dans sa prison chinoise. La liste de ces martyrs est sans fin, comme celle de l’histoire de l’humanité dont ils sont les héros. C’est eux tous que nous saluons ici en commémorant le sacrifice de Jeanne. Parce qu’elle savait, elle la petite paysanne, face aux docteurs en théologie et aux mauvais juges, que le reniement est pour toute âme fière qui soutient une juste cause la mort morale. Et que celle-ci est plus cruelle encore que la mort physique, qui attend chacun de nous au terme de sa pauvre existence terrestre7.

    • 8 La Croix, 25 avril 2002.

    De plus, alors même qu’au début du XXe siècle la figure de Jeanne est brandie par les catholiques nationalistes pour combattre la mémoire républicaine, l’épiscopat réfute aujourd’hui les récupérations frontistes précisément au nom de l’héritage républicain et de l’humanisme laîque étroitement associés. Ainsi après le « coup de tonnerre » du 21 avril 2002, Mgr Dagens, évêque d’Angoulême, appelle à faire barrage au second tour au Front national en invoquant « une mémoire commune (qui) passe par Clovis et Jeanne d’Arc et aussi par Victor Hugo et Jean Jaurès (incluant) le grand dialogue entre la tradition catholique et la tradition laïque »8.

    • 9 Plantu, Bonne année à tous, Paris, La Découverte/Le Monde, 1985, p. 77 ; La Vie, n° 2958, 9 mai, p. (...)

    Jeanne en personne, par le biais de ses dessinateurs a dit sans fard à Le Pen ce qu’elle pensait de ses idées racistes. En 1985, dans un dessin de Plantu : « Ne comptez pas sur moi pour bouter les immigrés hors de France ! » Fin avril 2002, La Croix publie une photographie en couleurs du monument de Frémiet avec cette légende : « La statue de Jeanne d’Arc attend tremblante l’hommage des lepénistes lors de leur défilé du 1er-Mai ». Et toujours dans La Croix on voit Le Pen, un bouquet de fleurs à la main, devant la statue de Jeanne, fort désappointé. De fait il n’y a plus que la monture sans son cavalier avec cet écriteau explicite : « À la manif anti Le Pen moi aussi »9.

14Cependant, si nous laissons à part le cas quelque peu exceptionnel de la Pucelle d’Orléans, ne peut-on relever à travers la multiplication des commémorations médiévales de 1990 à 2000 autant d’occasions pour la gauche comme pour la droite non de s’affronter, mais plutôt de s’accorder ? Comme si les autorités ecclésiastiques et les responsables de la gauche gouvernementale avaient par avance refusé de rejouer, à la fin du XXe siècle, les querelles d’autrefois.

De saint Bernard aux Terreurs de l’An Mil, un Moyen Âge infiniment plus consensuel que polémique

15Pour prendre l’exacte mesure du changement de climat politique qui accompagne désormais la célébration du Moyen Âge, rappelons le déroulement de quatre commémorations déterminantes. En 1905, saint Bernard est une des principales victimes des laïcisations intempestives opérées par les admirateurs du Petit Père Combes : considéré avec Bossuet, dans la première édition de 1877 du Tour de la France par deux enfants : devoir et patrie de Giordano Bruno, comme une figure de proue de la Bourgogne, il est « épuré » dans la version de 1905, en raison de sa dimension cléricale. En revanche, la Caisse nationale des monuments historiques organise en 1990 à la Conciergerie, sans polémique, une mémorable exposition consacrée à Saint Bernard.

16À Clermont-Ferrand, la célébration, de 1895 à 1899, du 8e centenaine de la première croisade a pris, dans le camp catholique, la tournure d’une croisade contre la République laïque, qui se concrétise par l’érection d’un monument à la gloire du pape Urbain II demeuré inachevé. Face à cette manifestation cléricale, les républicains répliquent en faisant élever par Bartholdi, sur la place Jaude, une statue de Vercingétorix inaugurée en 1903 par Émile Combes en personne ! Or, en 1995, une plaque commémorative est posée sur le monument d’Urbain II à l’initiative de la municipalité socialiste de Clermont-Ferrand…

17Même si, en 1996, des personnalités d’extrême-gauche se déchaînent contre la célébration du baptême de Clovis – Cavanna intitule sans sourciller son article de Charlie-hebdo « Clovis = SS » – l’universitaire catholique Michel Rouche a rappelé de manière convaincante que cet anniversaire n’avait rien à voir avec une manifestation contre-révolutionnaire, comme ce fut le cas en 1896 lorsque les catholiques les plus intransigeants tentèrent vainement de faire de l’année Clovis un antidote au premier centenaire de la Révolution française :

  • 10 F. Cavanna, « Clovis = SS », Charlie-Hebdo, n° 193, 28 février 1996 ; Entretien avec M. Rouche, La (...)

À travers Clovis que commémore-t-on ? La majeure partie des valeurs dont nous vivons aujourd’hui. L’acceptation libre de l’autre : Clovis encourage les mariages mixtes, le brassage des populations. […] C’est l’Église, d’entrée, qui a mis en exergue la notion de laïcité, refusé que le roi soit prêtre et, par conséquent, que l’État et la religion soient confondus. En 1996, les laïques pourront redécouvrir l’origine de leurs propres valeurs : des valeurs chrétiennes sans référence au christianisme10.

18D’autre part, à gauche, répondant à « l’armée hétéroclite des papophobes, anars, écolos, francs-maçons, laïcs, guillotistes [qui, le 22 septembre 1996, à Paris et à Valmy] se mobilisent contre la visite de Jean-Paul II », Jean Daniel et Jacques Julliard s’en prennent dans le Nouvel Observateur aux dérives anticléricales de l’extrême-gauche et font un éloge appuyé de Jean-Paul II :

  • 11 Libération, 17 septembre 1996, p. 14 ; Le Nouvel Observateur, 26 septembre-2 octobre 1996, p. 48-49

Une certaine bassesse d’âme – manifeste dans les mômeries antireligieuses qui ont accompagné la visite de Jean-Paul II – est d’abord le signe d’une capitulation intellectuelle.
Tout était prêt pourtant, en vue d’un grand happening à la française : à ma droite, le pape, avec son cortège de fanatisme et d’idées réactionnaires ; à ma gauche, les laïques, porteurs de tolérance et d’ouverture. Depuis des mois, publicistes et journalistes avaient fait monter la tension : Clovis, l’argent du voyage, la laïcité, le préservatif…
Seulement voilà, Jean-Paul II a refusé de jouer le jeu, et tout s’est écroulé. Il est venu avec des paroles de paix et de dialogue entre les religions ; il s’est affirmé respectueux de la laïcité, exaltant les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité. Il a fait de Clovis un baptisé comme les autres. Il a réclamé pour chacun le droit au travail, au logement, à la santé et pour l’étranger un accueil fraternel. Seuls s’en étonneront ceux qui refusent obstinément de lire ses textes, et de prendre la mesure de son action. Depuis le succès de son combat antitotalitaire, il n’a cessé de dénoncer l’égoïsme et l’inhumanité du capitalisme triomphant. […] Pour le reste, prenons garde : quand l’intolérance change de camp, la gauche doit s’interroger sur elle-même11.

19Notons enfin que le basculement dans le deuxième millénaire, entre 1999 et 2001, ne servit pas de prétexte à rappeler, comme le fit Eugène Sue dans les Mystères du peuple, que les terreurs de l’An Mil furent instrumentalisées par l’Église pour terroriser des populations crédules et se remplir les poches. Le passage d’un millénaire à un autre fut au contraire l’occasion pour l’Église et l’État de célébrer ensemble cette transition temporelle par une exceptionnelle exposition au palais du Tau à Reims : Vingt siècles en cathédrales, dont le catalogue fut préfacé par Jacques Le Goff.

20La présence du grand médiéviste à cette manifestation artistique de grande ampleur n’est pas fortuite, mais résume l’action efficace exercée depuis une trentaine d’années par les figures de proue de l’École des Annales – Georges Duby, Jean Favier, Jacques Le Goff, Emmanuel Le Roy Ladurie entre autres – pour transformer en profondeur dans l’opinion publique l’image du Moyen Âge. Grâce à eux, à la version apocalyptique, héritée des manuels scolaires de la IIIe République, succède une interprétation plus bienveillante, notamment dans les expositions récentes, qui présentent une facette quasi conviviale et bucolique du Moyen Âge : Sur la terre comme au ciel, jardins d’Occident à la fin du Moyen Âge au Musée de Cluny en 2002 et Vivre au Moyen Âge, au Musée de Normandie à Caen puis au cloître des Jacobins de Toulouse en 2002/2003.

  • 12 L’Express, 11 octobre 2001, p. 28.

21Ce nouveau regard porté sur le Moyen Âge a même des retombées inattendues sur le jugement des hommes politiques. Ainsi Robert Hue, ancien secrétaire national d’un parti, qui naguère envisageait avec mépris les ténèbres médiévales, considère aujourd’hui, sous l’influence de Georges Duby, « le Moyen Âge [comme une] période d’essor productif considérable qui a vu naître les communes »12.

22Non seulement, grâce à l’École des Annales, le Moyen Âge n’est plus décrit comme le repoussoir de la modernité, mais il apparaît de plus en plus comme la préfiguration de notre époque pour le meilleur et sans le pire. En effet, nombre de médiévistes s’accordent à valoriser les fondements médiévaux de l’Europe. En 1997, une exposition franco-allemande, présentée au Musée du Petit Palais à Paris s’intitule Les Francs précurseurs de l’Europe. Au cours de l’été 2001, la commémoration du 900e anniversaire de la fondation du monastère de Fontevraud par Robert d’Arbrissel est l’occasion de célébrer, à travers l’exposition, L’Europe des Anjou, la dynastie angevine qui, de 1266 à 1480, a régné sur l’Europe centrale et méridionale.

23Entre 1880 et 1940, on peut relever sans anachronisme des usages politiques du Moyen Âge émanant de catholiques, hostiles à la Révolution, d’essence satanique à leurs yeux, et nostalgiques d’un ordre ancien qui est toujours bien vivant dans l’ordonnancement quasi immuable de l’Église. De plus la correspondance entre un clocher et une paroisse témoigne de manière sensible de la forte empreinte du Moyen Âge dans les terroirs jusqu’à la fin des années cinquante. Dans ces conditions, rêver, dans la première moitié du XXe siècle, à la restauration d’un Moyen Âge intemporel n’est pas totalement incongru malgré les transformations profondes de la société rurale.

  • 13 P. Nora, « De l’histoire contemporaine au présent historique », dans Écrire l’histoire du temps pré (...)

24En revanche peut-on en dire autant au cours des années soixante ? Pierre Nora a démontré comment, au plus fort des « Trente Glorieuses », la société française a définitivement largué les amarres avec la civilisation paysanne et médiévale13 : sur le plan politique, l’adhésion sincère et définitive des catholiques aux principes fondateurs de la République, déjà amorcée par le combat des catholiques dans la Résistance, est parachevée par la constitution de la Cinquième République en 1958, et prolongée par la réconciliation définitive de la France « capétienne » de Charles de Gaulle et du Saint-Empire romain germanique de Konrad Adenauer dans la cathédrale de Reims en juillet 1962. Sur le plan religieux, les réformes initiées par le Concile Vatican II ouvrent de manière irréversible à deux battants les lourdes portes de bronze qui maintenaient l’Église dans son sanctuaire médiéval à l’abri des tentations modernes. Désormais, toute nostalgie médiévale ne peut être qu’obsolète et désuète.

25Enfin, depuis une quarantaine d’années, le renouvellement historiographique en profondeur opéré par l’École des Annales – en particulier par Jacques Le Goff depuis sa Civilisation de l’Occident médiéval publiée en 1964 jusqu’à son plus récent ouvrage en 2003 : À la recherche du Moyen Âge – relayé dans le grand public par des collections de haute vulgarisation, des catalogues d’exposition et les médias (Arte) a probablement contribué à placer définitivement le Moyen Âge hors du champ des polémiques partisanes. En contrepoint à toute une historiographie romantique qui métamorphosait les origines médiévales de la France en une période d’insoutenable noirceur, Jacques Le Goff affiche, comme le souligne avec raison Jean-Pierre Rioux,

  • 14 J.-P. Rioux, « Espérance médiévale », La Croix, 3 avril 2003.

haut et clair qu’il y eut bien un millénaire d’espoirs et de projets, une mi-temps humaine où la violence s’accoupla, féconde, avec la civilisation ! Merci à lui d’avoir inventé au sens propre et de conter avec malice un Moyen Âge à visage humain14.

  • 15 Éditorial de L’Histoire, n° 283, janvier 2004, p. 7.

26Les publications historiques les plus récentes destinées au grand public cultivé, confirment que, à l’aube du XXIe siècle, la réhabilitation du Moyen Âge est désormais un fait acquis. En novembre 2003, une livraison de Notre Histoire s’intitule : « Vieux clichés, idées neuves : le Moyen Âge réhabilité » ; en janvier 2004, la revue L’Histoire consacre un numéro spécial aux « Grandes heures du Moyen Âge », concernant plus particulièrement le « beau Moyen Âge » des XIIe et XIIIe siècles, qualifié même des « Cent ou Cent Vingt Glorieuses du Moyen Âge15 » !…

Notes

1 Ph. Martel, « Qui n’a pas son Albigeois ? Le souvenir de la croisade et ses utilisations politiques », Heresis, 1994, n° 7, p. 336.

2 A. Touraine, F. Dubet, M. Wieviorka, Les Pays contre l’État : luttes occitanes, Paris, Seuil, 1981, p. 40-47.

3 Le Monde, 16 avril 1996, p. 7.

4 Cité par La Croix, 30 avril 2002.

5 Ibid. Voir aussi X. Ternisien, L’extrême-droite et l’Église, Paris, Éd. Brépols, 1997.

6 La Gazette de Montpellier, 5-11 mars 1999.

7 Le Nouvel Observateur, n° 1649, 13-19 juin 1996, p. 82.

8 La Croix, 25 avril 2002.

9 Plantu, Bonne année à tous, Paris, La Découverte/Le Monde, 1985, p. 77 ; La Vie, n° 2958, 9 mai, p. 51 ; La Croix, 27-28 avril 2002, p. 3 ; La Croix, 4-5 mai 2002.

10 F. Cavanna, « Clovis = SS », Charlie-Hebdo, n° 193, 28 février 1996 ; Entretien avec M. Rouche, La Croix, 4 avril 1996.

11 Libération, 17 septembre 1996, p. 14 ; Le Nouvel Observateur, 26 septembre-2 octobre 1996, p. 48-49.

12 L’Express, 11 octobre 2001, p. 28.

13 P. Nora, « De l’histoire contemporaine au présent historique », dans Écrire l’histoire du temps présent : en hommage à François Bédarida, Paris, CNRS Éditions, 1993, p. 46-47 et « Entretien Pierre Nora – Emmanuel de Roux », Le Monde, 29 novembre 1994, p. 2.

14 J.-P. Rioux, « Espérance médiévale », La Croix, 3 avril 2003.

15 Éditorial de L’Histoire, n° 283, janvier 2004, p. 7.

Auteur

Université Paul Valéry, Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540