Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Enjeux locaux, impasses supranationales

Présentations de soi des ONG sur Internet : créer une histoire « sans frontière » ?

Sylvie Ollitrault

Texte intégral

  • 1 M. Keck, K. Sikkink, Activists Beyond Borders, Ithaca & London, Cornwell University Press, 1998. S (...)
  • 2 J. Smith, « Globalizing resistance: the battle of Seattle and the future of social movements », Mo (...)
  • 3 B. Klandermans, D. Oegema, « Potentials, Networks, Motivations and Barriers Steps Toward Participa (...)
  • 4 E. Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, Gallimard, 1996, p. 88.
  • 5 L’échantillon est constitué des ONG internationales, ayant une existence d’au moins une vingtaine (...)

1L’usage d’Internet a été souvent, étudié sous l’angle de la production de réseaux transnationaux, des échanges entre militants1 ou encore comme instrument de mobilisation lors des contre-sommets, par exemple à Seattle2. Toutefois, son caractère de soutien à une mobilisation de consensus3 n’a pas été étudié dans le sens de la production d’une empathie, nécessaire à récolter des dons, des sympathies ou encore des signatures pour les pétitions. L’activité d’un certain nombre d’organisations à vocation internationale comme les ONG demande de constituer une réserve de soutiens, de sympathie qui permettent de les légitimer lors des interactions avec des acteurs étatiques ou des institutions internationales. À cette légitimation toute symbolique qui consiste à agiter une opinion publique qui les soutiendrait, s’ajoute une dimension stratégique plus prosaïque, la récolte de dons qui garantit une aisance financière, voire une indépendance à l’égard des bailleurs de fonds institutionnels. Cette mobilisation de consensus qui aurait été appelée antérieurement un travail politique de mobilisation4 pourrait être observée en étudiant de manière exhaustive l’ensemble des matériaux composant ces campagnes (tracts, vidéos, programmes de TV, signature de pétitions…). Notre analyse se réduira à l’observation des présentations de soi qui se trouvent sur les sites Internet de certaines ONG5. Ce matériau comporte des caractéristiques singulières puisqu’il s’agit de donner une identité à l’organisation en visant essentiellement un grand public averti : des chercheurs ou étudiants, des journalistes. Le travail sur la constitution de la mémoire, de l’histoire de chacune de ces organisations comporte des caractéristiques dominantes comme celle de rappeler la dimension transnationale et universelle, ou celle de souligner les valeurs qu’elles diffusent et auxquelles elles adhèrent. La construction de la mémoire militante renvoie donc autant à la dimension identitaire de l’organisation qu’à celle de ce militantisme particulier qui a pour velléités de s’identifier à des valeurs universelles. Ce support Internet introduit également une dimension réflexive sur leurs propres actions. Les ONG, du fait des profils sociaux des militants, ont intégré un discours d’autocritique ou de réflexion sur leurs pratiques qui est flagrant dans ces présentations de soi destinés à un public éclairé.

2La mémoire militante des ONG contient des traits saillants qui semblent dépasser les secteurs (environnement, humanitaire et droits de l’Homme) ou encore les origines nationales (suisse, britannique ou française). En construisant la figure emblématique des personnalités fondatrices des ONG, ces présentations de soi reprennent des dimensions héroïques que l’on retrouve traditionnellement dans les histoires des nations, des organisations. Néanmoins, se surajoute la question de l’enracinement territorial : ces ONG se pensent-elles de manière nationale ou universelle ? Ces présentations de soi insistent sur les mutations liées aux évolutions du contexte d’action, rappelant que la montée vers un Universel est due à une progression des périls internationaux, à une forme d’interconnexion des crises impliquant des actions spécifiques à dimension internationale. Ainsi, l’Humanité doit être protégée au nom de son caractère universel. Ce dernier aspect permet d’amorcer une réflexion sur la construction d’une identité, d’une mémoire de ces organisations qui se veulent militantes d’un autre monde, qui reposerait sur des régulations internationales influençant les intérêts nationaux.

Le courage des personnalités fondatrices

  • 6 P. Dauvin, J. Siméant, Le travail humanitaire, les acteurs des ONG, du siège au terrain, Paris, Pr (...)
  • 7 E. Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, op. cit., p. 89.

3Héroïser les fondateurs se vérifie dans tout roman des origines, a fortiori les histoires militantes. La spécificité des ONG se manifeste par une inscription croisée entre une histoire nationale et une histoire universelle, qui bien que jamais avouée est a priori occidentale. Trois thématiques majeures se distinguent. De manière très homogène quels que soient l’origine ou leur secteur d’intervention, les ONG vantent l’exceptionnalité de leurs fondateurs qui ont déployé des qualités particulières. À ces qualités morales ou de remarquable courage6 physique ou mental (résistance à des valeurs dominantes) se croisent des capacités d’entrepreneur en action collective qui se dévoilent par l’aptitude à construire un cadre originel d’injustice7 ainsi que l’identité collective de l’organisation. Selon les cas, ces figures héroïques sont situées dans une histoire nationale ou dans une histoire sectorielle (humanitaire, environnement, défense des droits).

L’intégrité d’exception des personnes

  • 8 Engagés contre la guerre du Vietnam.

4L’histoire de l’ONG est strictement reliée à la personnalité du/des fondateurs, parce que de manière générale, l’identité militante de l’ONG est fortement associée au militantisme d’exception de ces figures. Notamment, la foi des individus est mise en avant. Par exemple, Amnesty International rappelle la conviction des trois fondateurs. Peter Benenson est présenté en homme de foi catholique et défenseur des droits de l’Homme tout comme Sean Mac Bride, irlandais militant et juriste ayant fait une carrière de commissaire aux Nations Unies (obtenant le prix Nobel en 1974) ou encore Éric Bader, quaker militant pacifiste. Ailleurs, la conviction est mise en relief jusqu’au sacrifice de soi tel Victor Basch, qui certes n’est pas fondateur de la Ligue des Droits de l’Homme mais est devenu une figure imposante du mouvement. Pour les ONG britanniques Save the Children ou encore Oxfam, les figures fondatrices sont féminines. Les fondatrices de Save the Children dénoncent le blocus anglais affamant les populations civiles en Allemagne et en Autriche, protestation qui les a conduites en prison en 1919. Cet engagement physique face à l’injustice est encensé sous différentes formes. Ainsi, Henry Dunant, fondateur de la Croix Rouge, prend l’initiative de soigner les blessés sur le champ de bataille. Et, évidemment un siècle plus tard, Médecins sans frontière (1969), ces médecins français, tout en combattant la maladie ou les effets des guerres, fondent cette ONG, contestent la Croix Rouge, jugée excessivement institutionnalisée et d’une coupable neutralité. Dix ans plus tard, Médecins du Monde se forme en critiquant la frilosité de Médecins sans frontières à user des médias pour dénoncer les scandales. Là, encore, le courage physique est valorisé de manière franche quand il s’agit de rappeler les conditions des premières missions (Afrique, Afghanistan…) ou de manière induite en énonçant « l’exaspération de ce groupe de docteurs français » (site MSF-UK). Le courage physique est glorifié également dans le roman des origines de Greenpeace où la présentation accentue le rapport de force inégal symbolisé par une frêle embarcation luttant contre les essais nucléaires américains au large de la côte nord-ouest des États-Unis/Canada, peuplée d’indiens, victimes potentielles. Ces militants sont présentés comme des hommes de foi (quakers) ou encore de jeunes étudiants déjà écologistes8. Les ONG qui mettent l’accent sur l’engagement physique sont nées dans le sillage des années 60-70 alors que les ONG antérieures, y compris les Amis de la Terre, développent davantage un discours sur la neutralité et la clairvoyance de leurs fondateurs à repérer ces scandales, ces injustices qui mobilisent peu ou aucunement la majorité de l’opinion.

Des constructeurs de drama

  • 9 W. Gamson, D. Meyer, « Framing political opportunity », in D. McAdam, J. McCarthy, M. Zald, Compar (...)
  • 10 S. Ollitrault, « De la Caméra à la pétition web, les mobilisations médiatiques des écologistes », (...)

5Les fondateurs ont évidemment pour fonction dans de nombreux romans des origines de construire le cadre originel d’injustice9, c’est-à-dire rendre cohérent une revendication tout en imposant une contestation. Or, les fondateurs doués d’une lucidité particulière construisent ce que les Anglo-saxons nomment des drama, d’où les victimes à sauver émergent et certaines pratiques se trouvent stigmatisées. À leur lucidité étonnante se mêle à un élan de générosité ; ces fondateurs ont vu ou compris avant tout le monde la situation des victimes : Dorothy Buxton et Eglantyne Jebb se révoltaient de la condition faite aux enfants allemands et autrichiens en 1919 ; les fondateurs de Liberty (relais de la FIDH en Grande-Bretagne) dénonçaient les provocations policières, conduisant à des arrestations, lors de la marche des chômeurs (Hunger marches) dans les années 30 ; à Oxford, en pleine Seconde Guerre mondiale, le sort des grecs qui souffraient de la famine en partie à cause du blocus britannique, indignait les militants d’Oxfam ; les médecins dans les camps de réfugiés cambodgiens découvraient le drame des civils mutilés par les mines antipersonnel puis fondaient Handicap International ; Greenpeace10 lutte, dès le début, auprès des victimes contre l’armée ou les intérêts industriels (nucléaires), et se veut être des témoins (witness). Les ONG précisent ainsi les combats qui ont constitué la genèse, voire l’esprit de l’organisation. Cette étape primordiale fonde un socle d’histoire militante de ces organisations. Néanmoins, l’inscription dans un contexte national et sectoriel (humanitaire, environnement, des droits de l’homme) est, selon les ONG, soit reléguée comme un environnement non signifiant, soit incorporée dans les histoires intimes des organisations.

S’implanter dans une histoire nationale ou une histoire sectorielle ?

  • 11 D. Chartier, Le rôle de Greenpeace et du WWF dans la résolution des problèmes environnementaux. Qu (...)

6Ces organisations partagent dans tous les cas retenus la volonté de participer aux arènes internationales, d’imposer sur les agendas diplomatiques des questions sociales qualifiées de second plan. Or, cette dimension internationale marque de manière spécifique l’identité militante de ces organisations. L’inscription historique d’une ONG, est à la jonction de deux dimensions. L’histoire de l’organisation s’enracine dans des contextes nationaux précis (français, britannique), dans l’histoire de la construction de secteur militant à visée transnationale (écologie, humanitaire) ayant des référents qui se veulent universels. Une forte majorité des ONG évoque un contexte national déterminé marquant la naissance de l’organisation puis relie l’histoire de l’ONG à celle du secteur qu’elle a permis de constituer. Une seule ONG a d’emblée situé son histoire dans celle d’un secteur à promouvoir : le WWF qui, clairement a voulu promouvoir à un niveau international l’intérêt de la conservation des milieux naturels et des espèces11 (à un niveau moindre les Amis de la Terre/Friends of the Earth). Les autres ONG présentent leur histoire comme s’implantant dans une histoire nationale pour ensuite se libérer de cet enracinement et participer à la constitution d’un secteur international. Ce type de trajectoire caractérise les ONG suivantes : Save the Children, Oxfam, Amnesty International, la Croix Rouge, Greenpeace. Handicap International semble avoir opté pour une implantation sectorielle pour chercher ensuite à se construire une identité nationale, voire à investir le niveau national par des programmes spécifiques sur la question du handicap en France. Une variante s’observe pour MSF-France, MDM-France qui se présentent dès leur naissance en French Doctors, forme d’engagement à la française d’un humanitaire aspirant à être témoin des injustices subies, tout en ayant la velléité de construire un secteur international. La FIDH, Liberty, en revanche, insistent sur leurs luttes nationales et leur rôle de contre-pouvoir en France, en Grande-Bretagne. Leur inscription dans l’histoire sectorielle de la défense internationale des droits de l’Homme apparaît en fond de carte ou comme un allant de soi qu’il n’est pas nécessaire de démontrer. La grande variété d’inscription de ces ONG dans des histoires différentes marque que toutes n’ont pas eu pour objectif initial de « faire de l’international », voire de générer un secteur à part entière (humanitaire, environnement etc.). Pour ne prendre que Greenpeace, leur histoire révèle que leur origine est autant pacifiste que réellement environnementale. Mais, les ONG reconstruisent a posteriori leur évolution en les ancrant dans des histoires nationales, internationales ou encore sectorielle.

7Si les figures des personnalités fondatrices restent centrales et ont pour finalité de montrer la voie à suivre dans une histoire nationale ou sectorielle, cette histoire témoigne des origines militantes qui sont loin d’être évidentes actuellement tant ces ONG ont connu une institutionnalisation croissante, les transformant en bras droits de nombre de politiques publiques internationales.

Inventer l’inimaginable ou justifier les évolutions

  • 12 Phénomène occulté pour préserver l’esprit des origines.

8Dans tous les cas, le futur, synonyme d’institutionnalisation12, est qualifié d’inimaginable. C’est une manière d’encenser les origines « artisanales » reposant sur un noyau de personnalités et de rappeler que le désintéressement constituait leur seule motivation : l’institutionnalisation n’étant que le résultat d’une évolution liée à la multiplication des causes. Or, l’agenda international des années 90 semble avoir accéléré le processus d’institutionnalisation et d’internationalisation. Même les ONG, les plus internationalisées dès leur origine, absorbent de nouvelles causes dans leurs rhétoriques militantes et leur agenda. Elles reconnaissent qu’elles ont été rattrapées par l’histoire contemporaine qui, du moins pour les humanitaires, se réfère de manière obsessionnelle à la Seconde Guerre mondiale, au génocide des juifs.

Ouverture à d’autres causes : symptôme d’institutionnalisation ?

  • 13 D. Cefaï, D. Trom, Les formes de l’action collectives : mobilisations dans des arènes publiques, P (...)
  • 14 Pour l’humanitaire : P. Dauvin, J. Siméant, Cahier, Le travail humanitaire, les acteurs des ONG, d (...)

9L’inimaginable se concrétise également par ce que les tenants de l’analyse des cadres d’interprétation13 nomment une « frame extension » ou ce qui pourrait être compris comme un élargissement à de nouvelles causes du noyau dur et originel de l’objet de l’association ou de l’ONG. La question des femmes (mise sous la rubrique gender pour les Anglo-saxons) ou encore celle des homosexuels sont arrivées sur le prime-time des causes militantes à partir des années 70 pour Liberty, La Ligue des droits de l’Homme et de manière nettement plus récente pour Amnesty International. Ces questions permettent de définir des victimes encore plus vulnérables comme le montrent les discours de MDM ou MSF qui en resserrant sur la question des femmes isolent des crimes, des formes de discrimination particulières. Les ONG oublient pourtant, de préciser que ces thématiques, en particulier gender (plus rarement concernant les homosexuels) ont été impulsées par des sommets internationaux comme la conférence de Pékin en 1995 sur les droits des femmes ou figurent parmi les contraintes internationales pour obtenir des fonds d’un certain nombre de bailleurs (ECHO-UNESCO etc.). D’ailleurs, dans les présentations, le terme inimaginable apparaît autant pour rappeler l’institutionnalisation que l’internationalisation faisant qu’une cause limitée et portée par quelques individus a fait naître une entreprise en militantisme comme Amnesty International avec leur personnel, leurs enquêteurs. L’explication donnée reste cette transformation de l’environnement national et sectoriel qui a commencé à se produire dans les années 90. Ce phénomène a produit une forme de regain de militantisme lié à sa mutation d’un bénévolat quasi-artisanal à une expertise professionnalisée14.

L’agenda international des années 90 : un militantisme dans un contexte de « crise »

10L’imbrication étroite entre un discours sur la montée de nombreux périls internationaux et la justification d’une forme de professionnalisation est constante à la lecture des présentations de soi des ONG. Les organisations reconnaissent à l’unisson la multiplication des conflits, des génocides ayant des aspects de déjà vus pendant la Seconde Guerre mondiale. Avec des niveaux différents, un regret s’exprime face aux crimes contre l’Humanité, aux crimes de guerre qui rappellent ceux des nazis ou des communistes. D’une manière générale, il y a un fort effet de dépolitisation des causes : on positionne rarement ces génocides sur un curseur idéologique. Le seul souci est de défendre les victimes, en particulier, les civils. Prenons acte que la FIDH est la seule avec sa consœur britannique à souligner sa position antifasciste qui fondamentalement est sa ligne de force depuis sa création.

11En revanche, les ONG environnementales diversifient leurs enjeux et entreprennent de critiquer les règles économiques dominantes. Ainsi, leurs luttes contre les OGM, contre l’effet de serre, contre des formes de brevet sur le vivant amènent à contester l’économie libérale et à rejoindre des luttes altermondialistes. Les ONG humanitaires, quant à elles, se retrouvent sur la question de l’accès aux médicaments, sur les problèmes de ressources vitales (eau) à développer une forme de contestation anti-libérale. Ce tournant des années 90 donne parfois l’impression que des ONG, y compris les moins contestataires, rejoignent une forme de front antimondialisation, en réactualisant cette capacité à s’indigner qui existait dès leur origine. MSF, MDM, HI, construisent des programmes d’action, voire des missions en France auprès des démunis, des malades du sida (toxicomanes, prostituées). Bref, les individus exclus du système de santé occidental sont intégrés parmi la catégorie des victimes, ce qui induit un élargissement aux questions sociales et un nouveau discours sur les victimes économiques, qui sont rarement intégrées dans un questionnement social ou idéologique, hormis la FIDH, Liberty ou OXFAM mémoires du réseau « make Traid Fair » sur les questions de développement. Greenpeace et les Amis de la Terre dénoncent davantage les effets du libéralisme outrancier que les conditions des victimes. Les catégories de victimes sont davantage pensées de manière universelle qu’en catégories sociales. Ces ONG apparaissent avoir pris le tournant des années 90 pour entrer de façon plus radicale dans un discours universaliste, tout en ayant des pratiques s’inscrivant réellement dans une histoire sectorielle qui se veut « sans frontières ».

Une Humanité essentialisée, mondialisée

12Dans l’histoire des ONG, s’agrègent des éléments de cette histoire qui aurait une vocation universelle comme la référence unanime aux prix (Nobel), aux déclarations, aux agendas onusiens (année pour les réfugiés, jour de la Terre). Il s’agit de se montrer dans un sillage international qui recherche des valeurs de défense des droits, de la paix tout en se référant à une vision occidentale de cette description des droits.

Société civile mondiale : juxtaposition de militantismes

13En parlant de société civile mondiale, on reprend autant un terme de sociologie des relations internationales qu’un terme instrumentalisé par les acteurs. Cette référence légitime les acteurs à devenir des partenaires de politiques internationales (qu’ils mettent rarement en valeur lors de la présentation de soi) ou à être des porte-parole pour ces causes dites secondaires (non-gouvernementales).

14Le curriculum vitae de ces ONG s’honorent de prix internationaux prestigieux avec pour l’humanitaire, l’aura singulière du Prix Nobel. OXFAM est nominé en 1992, Amnesty International l’obtient en 1977 et Sean MacBride, un de ses fondateurs le remporte en 1974, MSF en 1999, HI lors de la campagne contre les mines antipersonnel en 1997, le CICR le décroche en 1917, en 1944, en 1963 puis encore en 1997 en tant que membre de la coalition contre les mines antipersonnel. L’obtention du titre n’est jamais commentée. Il est évocateur en soi. On peut ajouter rapidement des prix internationaux comme le Prix Hansen concernant les réfugiés décerné par le Haut Commissariat aux Réfugiés. HI s’enorgueillit de l’avoir remporté en 1996, tout comme MSF en 1993. En 1978, Amnesty International obtient les prix des Nations Unies pour les droits de l’Homme.

15En outre, ces ONG s’inscrivent volontiers dans les agendas internationaux comme Save the children qui en 1999 célèbre les 80 ans de son organisation et les 10 ans de la Convention des Nations Unies sur les droits des enfants. OXFAM, le CICR, HI rappellent leur lobbying préparant la Convention d’Ottawa (1997) ayant pour objet l’interdiction de la vente et de la fabrication des mines antipersonnel à un niveau international. MSF souligne qu’à partir des années 90, la nécessité de faire du lobbying international a obligé l’organisation à ouvrir des bureaux pour avoir une représentation à l’ONU, à Genève (au HCR) ou encore auprès de l’Union européenne.

  • 15 S. Ollitrault, « De la Caméra à la pétition web, les mobilisations médiatiques des écologistes », (...)

16Pour les ONG environnementales, l’inscription des préoccupations écologiques sur l’agenda international a été un objectif originel. Dès les années 60, le WWF a une ambition transnationale, les Amis de la Terre ouvrent leurs bureaux dans plusieurs pays européens grâce à des relais locaux15. David Brower, le fondateur américain, ayant préparé « le premier jour de la Terre » en 1969, a voulu, dès le début, imposer la question environnementale comme une cause planétaire. Dans les années 70, Greenpeace a eu, en prenant en charge la question de la disparition des baleines et celle des essais nucléaires, une visibilité médiatique qui a ciblé d’emblée le niveau international, en incriminant essentiellement les États. Or, progressivement dans les années 90, l’agenda environnemental semble s’être déplacé de la question écologique (conservation de l’environnement stricto sensu) aux questions économiques et sociales conduisant les ONG vertes à moins viser les États que les entreprises.

17À cette volonté internationale spécifique des ONG d’environnement par rapport à leurs consœurs de l’humanitaire, s’ajoutent des manières différenciées de légitimer cet accès à des arènes internationales selon la volonté primaire d’action collective de l’ONG. Par exemple, les ONG qui avaient dès le début l’objectif d’entrer ou de fonder un secteur (WWF, par exemple) accentueront moins leur passage au lobbying que les ONG ayant un passé national qui parle de l’international comme un tremplin ou une entrée dans une arène qui apparaît nouvelle (les humanitaires surtout). Toutefois, ces différences de militantisme, perceptibles dans l’analyse des présentations de soi, semblent insignifiantes pour ces groupes d’intérêt transnationaux puisque les ONG entreraient dans cette histoire universelle des justes, des défenseurs des valeurs humanistes surplombant les égoïsmes nationaux, les replis étatiques. Le dénominateur commun consiste à s’inscrire dans une histoire universelle celle de la déclaration des droits de l’Homme.

La référence aux droits : socle commun des ONG occidentales

  • 16 S. Ollitrault, The WIDF/la FIDF, a new transnational Women’s Movement in a Globalization Context, (...)

18Leur fierté consiste à appartenir à cette communauté aux contours flous des défenseurs des droits de l’homme (humanitaire ou écologique). Les revendications prennent d’ailleurs ce fondement. Ainsi dans un autre registre (discours d’introduction d’une conférence) une ONG, d’origine communiste, a transformé son discours, son identité en adoptant la rhétorique de la défense des droits. Nouvelle convertie dans les années 1990 à la rhétorique libérale des droits, cette ONG féministe, fruit du militantisme communiste de la Guerre Froide (siège à Berlin-Est), témoigne d’un socle de défense des droits de l’Homme qui se solidifie remarquablement16, absorbe des représentations d’intérêts forts diversifiés.

19Ajoutons que cette universalité passe également par l’image de ces victimes qu’il faut prendre en charge au nom de principes dépassant les frontières. Pour réaliser cet objectif de rendre visible les victimes (droit des victimes), le témoignage, les valeurs du journalisme (comme le droit à l’information constitué de l’accès à l’information et de la liberté de la diffuser) représentent les moyens les plus légitimes d’action internationale et sont largement mis en valeur sur les sites Internet. Ces valeurs universelles du témoignage et d’une certaine déontologie du journalisme se mêlent étroitement autant dans les discours et les pratiques de ces premiers militants de Greenpeace qui embarquaient des journalistes, que dans la présentation historique de Save the Children qui au début du XXe siècle avait diffusé dans de petites brochures intitulées « Starving baby », un authentique reportage sur les enfants de Vienne mourant de faim à cause du blocus des britanniques. N’insistons pas sur le Biafra et l’appel des médecins dans le journal Tonus lançant Médecins sans Frontières : « Faire tomber tous les barrages, toutes les frontières qui se dressent encore entre ceux qui ont vocation de sauver, de soigner et les victimes (…) ». Oxfam rappelle sans état d’âme sa stratégie médiatique développée dès les années 50. Le recours aux mobilisations médiatiques considérées comme tapageuses par les uns ou nécessaires pour les autres a pu conduire à des scissions comme celle de MDM avec MSF ou encore celle des Amis de la Terre s’opposant au Sierra Club-US. Mais, en dépit de quelques variantes, toute ONG recourt à ce procédé de mobilisation et est capable de le légitimer au nom de sa vocation à divers degrés à être des témoins, portant la parole des victimes (victimes humaines mais également animales, végétales ou « vivantes » pour les ONG vertes).

20D’une certaine manière, la dimension universelle qui s’accroche, se justifie en termes de défense de droits universels est une composante qui déterritorialise ces ONG, les place dans un cadre rhétorique transcendant les frontières, se prétendant transnational. Toutefois, gardons en mémoire, d’abord le fait que certaines d’entre elles gardent un enracinement national plus net notamment la FIDH, la Ligue des Droits de l’Homme et Liberty. En outre, s’il est certain que leur universalité se rattache à une révolution libérale occidentale accentuant sur le droit des individus, la mise en pratique des politiques humanitaires ou environnementales s’éloigne des discours de légitimation. Car, il s’agit d’adapter les règles aux contextes locaux qui ne raisonnent pas forcément en termes de droits individuels. Pourtant, la légitimation de leur action, leur orgueil militant et la mise en scène de leur militantisme qui s’assignent l’objectif de susciter le soutien (ou les vocations) des visiteurs internautes, puisent largement dans une rhétorique de défense des droits. Leur ambition consiste à protéger les droits bafoués et à en promouvoir de nouveaux (droits des enfants, droit d’ingérence humanitaire, droit d’ingérence écologique, droit de poursuivre les crimes contre l’Humanité…). Cette volonté d’étoffer le corpus législatif international de nouvelles conventions constitue un fondement de leur militantisme. Toutes les ONG s’honorent d’être les promotrices de cette universalisation des droits.

  • 17 B. Pouligny, « Acteurs et enjeux d’un processus équivoque. La naissance d’une “internationale civi (...)

21Cette étude prouve que les ONG occidentales, ayant un accès Internet, mettent en scène une forme d’égalité, de promotion de l’individu et de structuration des intérêts qui a germé dans un terreau historique particulier. Une autre étude composée d’un échantillon plus large éluciderait comment certaines ONG originaires des autres parties du globe se légitiment, comment elles s’approprient cette rhétorique des droits ou encore comment elles essaient de les contrer, de les adapter à leurs histoires spécifiques. Cela nous mènerait, indubitablement sur un autre terrain qui permettrait d’entamer une comparaison internationale, repérant des distinctions entre les acteurs, partageant l’acronyme ONG tout en ayant une histoire, un positionnement spatial et d’accès aux ressources différencié17. À moins que l’on puisse penser comme ces ONG dominantes nous le suggère, que leur rhétorique des droits, du fait de leurs valeurs supérieures puisse s’émanciper de toutes pesanteurs territoriales.

Notes

1 M. Keck, K. Sikkink, Activists Beyond Borders, Ithaca & London, Cornwell University Press, 1998. S. Ollitrault, « Internet, soutien au militantisme sans frontières ? », V. Serfaty (dir.), L’Internet en politique des États-Unis à l’Europe, Presses Universitaires de Strasbourg, 2002.

2 J. Smith, « Globalizing resistance: the battle of Seattle and the future of social movements », Mobilization, 6 (01), 2001, p. 1-19.

3 B. Klandermans, D. Oegema, « Potentials, Networks, Motivations and Barriers Steps Toward Participation in Social Movements », American Sociological Review, vol. 52, 1987, p. 519-531.

4 E. Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, Gallimard, 1996, p. 88.

5 L’échantillon est constitué des ONG internationales, ayant une existence d’au moins une vingtaine d’années et ayant un rôle central dans les secteurs de l’environnement, de l’humanitaire ou de la défense des droits de l’homme. Nous avons ainsi, retenu des ONG occidentales et opté pour une comparaison des sites (France/Grande-Bretagne) : OXFAM, Save the Children, Croix Rouge/ CICR, Amnesty International, FIDH, Ligue des droits de l’Homme, Liberty, Médecins Sans Frontières, Médecins du Monde/Doctors of the World, Handicap International Greenpeace, Les amis de la Terre/ Friends of the Earth, WWF.

6 P. Dauvin, J. Siméant, Le travail humanitaire, les acteurs des ONG, du siège au terrain, Paris, Presses de Sciences Po, 2002.

7 E. Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, op. cit., p. 89.

8 Engagés contre la guerre du Vietnam.

9 W. Gamson, D. Meyer, « Framing political opportunity », in D. McAdam, J. McCarthy, M. Zald, Comparative Perspectives on Social Movements, Cambridge University Press, 1996, p. 275-291.

10 S. Ollitrault, « De la Caméra à la pétition web, les mobilisations médiatiques des écologistes », Réseaux, vol. 17, n° 17, 1999, p. 153-187.

11 D. Chartier, Le rôle de Greenpeace et du WWF dans la résolution des problèmes environnementaux. Quel espace politique pour quelles ONG ?, Orléans, Université d’Orléans, thèse de géographie, 2002.

12 Phénomène occulté pour préserver l’esprit des origines.

13 D. Cefaï, D. Trom, Les formes de l’action collectives : mobilisations dans des arènes publiques, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001.

14 Pour l’humanitaire : P. Dauvin, J. Siméant, Cahier, Le travail humanitaire, les acteurs des ONG, du siège au terrain, op. cit.
A. Collovald, M.-H. Lechien, S. Rozier, L. Willemetz, L’humanitaire ou le management des dévouements : enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde, Res Publica, Rennes, PUR, 2002.

15 S. Ollitrault, « De la Caméra à la pétition web, les mobilisations médiatiques des écologistes », Réseaux, vol. 17, n° 17, 1999, p. 153-187.

16 S. Ollitrault, The WIDF/la FIDF, a new transnational Women’s Movement in a Globalization Context, ECPR Joint Sessions Mannheim 1999, papier non-publié.

17 B. Pouligny, « Acteurs et enjeux d’un processus équivoque. La naissance d’une “internationale civile” », Critique Internationale, n° 13, 2001, p. 163-176.

Auteur

CNRS, CERAPS Lille II

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540