Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les classes zoologiques en Grèce ancienne

 | 
Arnaud Zucker

Classèmes relatifs à la physiologie

Texte intégral

1Dans cette section sont réunis trois groupes d’adjectifs qui intéressent directement des organes internes des animaux (cœur, estomac, parties sexuelles). Il s’agit des termes caractérisant la sanguinité, le mode de reproduction et le régime alimentaire, qui sont formés, respectivement, à partir des mots αἷµα (sang) τόκoς (cf. τίκτω ; engendrement) et ϕαγεῖν (manger). Aux deux derniers groupes qui concernent des fonctions animales (πράξεις) on a joint les adjectifs qui ont trait à la nature sanguine car ce caractère détermine fondamentalement la nature “physique” et biologique des animaux.

Le sang

2Les adjectifs de cet ensemble, qui sont tous formés à partir du mot αἷµα, servent tantôt à opposer les animaux sanguins (“enaimes”) et les animaux non sanguins (“anaimes” ou “exsangues”), tantôt à souligner la différence (quantitative) entre les animaux “riches en sang” et les animaux “pauvres en sang”.

  • 1 Les premières occurrences de ce mot se trouvent dans des tragédies (Trag. Adesp., Fr. 732, 8 ;
  • 2 Voir Hpc, Humid. 1, 2, 22 ; Pl., Tim. 81 a 6 ; Gal., Comp. med. 13, 800, 8 ; Arist., GA 718 a
  • 3 Voir Hp., Morb. 7, 1, 34, 2 ; Ruf., Ren. Vert. 9, 2 , 5 ; Gai., Simp. med. 12, 375, 17 ; Dsc. 1,68
  • 4 Voir Hp., Fract. 1, 29, 16 ; Thphr., HP 4,7, 2 ; Dsc. 5,21 ; etc.

3L’adjectif ἔναιµoς [enaimos] (458/ 685), formé sur αἷµα (le sang) qualifie principalement des organes ou des organismes qui possèdent du sang1. Dans un contexte médical, l’adjectif a trois emplois principaux : il désigne un partie sanguine (ἄναιµα µόρια)2, une blessure sanguinolente (ἔναιµoν τραῦµα, ἕλκoς)3, ou le traitement qu’on applique à ces plaies (ἔναιµoν ϕάρµακoν)4.

  • 5 HA 489 a 30 sq.
  • 6 HA 490 b 7.
  • 7 Voir HA 505 b 28 sq. ; cf. Gai., Simp. med. 12,310, 3.

4Dans les écrits biologiques d’Aristote, τὰ ἔναιµα désigne ce que nous considérons comme le sous-embranchement des vertébrés et s’oppose à τὰ ἄναιµα : “les animaux se divisent en sanguins (τὰ µὲν ἔναιµα τυγχάνει ὂντα), par exemple l’homme, le cheval et tous ceux qui n’ont pas de pieds bien que leur développement soit achevé, ou qui ont deux ou quatre pieds, et en non sanguins (τὰ δ’ ἄvaiua)”5. À l’intérieur de ce groupe Aristote retrouve des catégories traditionnelles : “Les très grands genres entre lesquels se répartissent les animaux (γένη δὲ µέγιστα τῶν ζῴων) autres que les non sanguins sont les suivants : l’un est celui des oiseaux, un autre celui des poissons, un autre celui des monstres marins. Ces animaux sont tous des sanguins”6. Les autres genres (γένη) à savoir les quadrupèdes vivipares, les quadrupèdes ovipares et l’homme ainsi que les espèces simples (εἴδη) que cette classe comprend (serpent, crocodile, etc.) n’ont pas de nom propre7.

  • 8 Voir PA 642 b 15 : “d’autres divisions n’ont pas de nom, comme le groupe des animaux qui ont du sa (...)
  • 9 Voir aussi Arist., PA 678 a 8 ; Id., Resp. 474 b 3.
  • 10 Thphr., HP 1,2, 5.

5Le caractère sanguin constitue, selon les propres termes d’Aristote, une différence “anonyme”8, c’est-à-dire qu’elle ne peut être exprimée que par des adjectifs ; Théophraste rappelle, à son tour, qu’il n’existe même aucun terme pour désigner l’humeur qui se trouve chez les animaux non sanguins9 : seule l’humidité des animaux qui ont du sang porte un nom (µόνη γὰρ ἡ τῶν ἐναίµων ὑγρότης ὠνόµασται) ; aussi la division est-elle faite par la carence à cet égard : on dit des uns « les animaux dépourvus de sang (ἄναιµα) » et des autres « les animaux qui ont du sang ». Cette partie (τοῦτο τò µέρoς) en est donc bien une ainsi que la chaleur qui lui est liée (τò τούτῳ συνηρτηµένoν ”10.

  • 11 Voir PA 678 a 33 : “le fait que les uns aient du sang et que les autres n’en aient pas est contenu (...)
  • 12 HA 505 b 25.
  • 13 Gal., Plac. Hp. Pl. 7, 3, 2, 17 ; cf. Arist., HA 520 b 11 : “pour le sang, voici ce qu’il en est. (...)
  • 14 Voir Juv. 469 a 7 sq. (cf. PA 667 b 26) ; il est aussi le principe du mouvement (Somn. 456 a 5).
  • 15 GA 742 b 36 ; voir Juv. 468 b 28 ; GA 740 a 17 : “le cœur est manifestement le premier organe à av (...)
  • 16 Voir PA 650 a 35 ; il transcende le cadre moriologique et Aristote dit qu’il n’est pas exactement (...)
  • 17 GA 726 b 2 ; cf. ibid. 766 a 6 ; Somn. 456 a 35 ; Juv. 469 a 1 ; HA 511 b 1 sq. ; PA 645 b 10 ;

6Néanmoins, cette distinction est “essentielle”11 et primordiale, et l’adjectif est très fréquemment substantivé pour qualifier une classe qui, aux yeux d’Aristote et des biologistes, est une des plus pertinentes : “il faut maintenant parler de la disposition des organes internes, et d’abord de leur disposition chez les animaux sanguins. En effet, les grands genres se distinguent du reste des animaux selon ce critère qui est que les uns sont sanguins et les autres non sanguins (τῷ τὰ µὲν ἔναιµα τὰ δ’ ἄναιµα εἶναι)”12. La possession de sang est, comme le souligne Galien, la qualité fondamentale chez tous les sanguins : “l’origine du sang est chez nous comme chez tous les animaux sanguins la partie la plus importante (µέγισπoν µέρoς)”13. Aussi le cœur, qui en est le siège et qui est à ce titre le principe de l’âme sensible et nutritive14, est-il logiquement et chronologiquement le premier organe à se développer : “tous les animaux sanguins ont le cœur en premier lieu”15. Le sang est aux yeux d’Aristote la nourriture ultime du corps16, de sorte que tous les animaux qui en sont dépourvus doivent avoir (et ont effectivement) un “analogue” du sang : “nous avons dit précédemment que la forme finale de la nourriture élaborée est le sang chez les animaux sanguins, et ce qui en tient lieu (τò άνάλoγoν) chez les non sanguins”17.

  • 18 Voir HA 500 b 27 sq. ; HA 536 b 25 ; ibid. 538 a 22 ; ibid. 539 b 20 ; ibid. 557 b 32 ; PA 660 a 3 (...)
  • 19 On rencontre chez eux les quatre humeurs : “tu sais que toutes les humeurs - qui sont au nombre de (...)
  • 20 Arist., PA 682 a 34.
  • 21 Arist., PA 666 a 22 : “le cœur est le principe (ἀρχή) de la nature propre aux animaux sanguins”.
  • 22 Voir HA 527 b 2 et PA 665 a 29. Ils possèdent un foie et une rate (PA 670 a 27 ; voir ibid. 666 a (...)
  • 23 Voir HA 508 a 5 :δέρµα µὲν οὖν ἄπαντ ἔχει τὰ ἔναµια ζῷα τρἱχας δ’οὐ πάντα.
  • 24 Voir Arist., GA 715 a 20 : “dans l’ensemble des animaux sanguins, à quelques exceptions près,le mâ (...)
  • 25 Voir GA 720 b 1.
  • 26 Voir GA 721 a 30 ; GA 734 b 18
  • 27 Mais aucun n’a plus de quatre pattes (IA 704 a 11 ; voir Ath. 8, 353 f).
  • 28 Voir HA 490 a 27 ; PA 687 b 7 et 693 b 28.
  • 29 IA 707 a 2 0 ; IA 708 a 13 ; etc
  • 30 GA 732 b 8 : “tous les vivipares ont du sang et les animaux sanguins sont ou vivipares ou ovipares (...)
  • 31 Cf. Juv. 469 b 9 : “il est donc nécessaire que le principe de cette chaleur <vitale> se trouve dans le cœu</vitale> (...)
  • 32 Voir GA 732 a 20 : “à considérer les choses en général, les animaux sanguins sont plus grands que (...)
  • 33 Les plus chauds des sanguins sont, dans la biologie aristotélicienne, les vivipares car ils ont pl (...)
  • 34 Voir GA 777 b 20 ; et en général : Long. Brev. 466 a 4 sq
  • 35 Arist., HA 533 a 1.
  • 36 Voir Arist., An. 420 b 10.

7Parmi les animaux ce sont les sanguins (et parmi ces derniers les vivipares)18 qui retiennent le plus l’attention du Stagirite car ils sont les plus complets et les plus parfaits19 : “<il faut commencer par les animaux non sanguins>, afin qu’après avoir traité de ces êtres qui exigent moins de temps notre étude ait le loisir de s’étendre davantage sur les animaux perfectionnés que sont les sanguins (ἐπί τῶν τελεὶµων ζῴων)”20. Ils ont naturellement tous un cœur21, des viscères intérieurs22 et une peau23. Chez la plupart d’entre eux existe une différence sexuelle24 ; et leurs organes génitaux sont diversement disposés25 mais ils émettent tous du sperme26. En ce qui concerne leur locomotion, ils peuvent être bipèdes, apodes ou quadrupèdes27, mais ils ont tous quatre points d’appui28 : “il est clair qu’aucun animal sanguin ne peut se mouvoir avec plus de quatre points d’appui, et que si un être ne se meut naturellement qu’avec quatre points d’appui, c’est nécessairement un animal sanguin29. Ils sont d’autre part répartis entre vivipares et ovipares, aucun sujet de la classe n’engendrant de larve30. Le sang est un principe de chaleur31 de sorte que les animaux sanguins sont par nature plus grands32 et plus chauds que les autres33 ; et ils vivent plus longtemps34. Ils ont tous les sens (vue, ouïe, odorat, goût, toucher) : “ils ont tous manifestement l’ensemble de ces sens, sauf si un genre donné présente une mutilation (εἲ τι πεπήρωται γένoς ἕν), comme celui des taupes”35. En outre, ils ont tous une voix sauf les poissons36.

  • 37 Gai., Praesag. 9, 425, 6.
  • 38 Mais ceci ne remet pas en cause la division entre sanguins et non sanguins, qui dépend en dernier (...)
  • 39 Voir GA 732 b 33 : “la chaleur naturelle est fonction du poumon là où il est plein de sang (ἔναιµζ (...)

8Il faut noter que l’adjectif a une valeur absolue (= sanguin) et une valeur relative (= très sanguin) qui apparaît nettement dans un passage de Galien où le médecin attribue la dilatation et la contraction des artères et du cœur (τoῦ διαστέλλεσθαί τε καὶ συστέλλεσαι τάς ἀρτηίας καὶ τὴν καρδίαν) à “tous les animaux chauds, et tout particulièrement les animaux riches en sang (καὶ µάλιστα τά ἔναιµα) [qui] manifestent cette faculté de la façon la plus évidente et la plus nette”37. Le Stagirite lui-même, quand il s’agit d’organes38, oppose à maintes reprises ἔναιµoς (= riche en sang) à ὀλίγαιµoς (= pauvre en sang)39.

  • 40 Aristote (24/66).
  • 41 Arist., HA 489 a 25 ; voir GA 728 a 34. Le sang est la nourriture ultime du corps (τροφὴ αἱµατική  (...)
  • 42 GA 738 b 4.

9L’adjectif αἱµατικóς [haimatikos] (66/165) de même racine a exactement le même sens que l’adjectif précédent mais il est beaucoup moins fréquemment employé comme classème sous forme substantivée par Aristote40. C’est dans ses écrits qu’on en trouve la première occurrence, mais il est appliqué de préférence aux parties sanguines : “pour revenir au toucher, il a son siège dans une partie homéomère, comme la chair ou une partie de ce genre, et d’une manière générale dans les parties sanguines (ἐν τoῖς αίµατικoκς) chez tous les animaux qui ont du sang, chez les autres dans une partie analogue”41. Tὰ αίµατικά est plus descriptif que classificatoire et à la différence de τὰ ἔναιµα il n’est jamais explicitement opposé aux ἄναιµα ; il renvoie toujours de façon immédiate au fait d’avoir du sang : “ainsi donc chez toutes les femelles, il est nécessaire qu’un résidu se forme [Le. les menstrues], plus abondant chez les animaux qui ont du sang (τoῖς αίµατικoῖς), et en particulier dans l’espèce humaine”42.

  • 43 Dans un dixième des cas (21/222) l’adjectif est au comparatif ou au superlatif. L’adverbe άναιµωτἱ (...)
  • 44 L’adjectif άναἱµακτος (33/115) n’est jamais appliqué à un animal.
  • 45 Il. 5, 341-42. Comme en écho, Cambyse se moque des dieux égyptiens en ces termes : “voilà donc vos (...)
  • 46 Pour une blessure voir Théon, Util. math. 1,48, 3 ; Gal., Comp. med. 12, 982, 4 ; etc.
  • 47 Gal., Smpt. 7, 226, 9
  • 48 Pl., Prt. 321 b 2 (cf. Gai., Trem. 7,634, 1).
  • 49 Gal., Hp. art. 18 a, 578, 16 (ὀστoῖς καὶ χóνδροις).
  • 50 Gal., Hp. epid. 17 b, 134,10 (ὅσα γὰρ ἐζ ὀστῶν πἐφνκεν σώµατα).
  • 51 Gal., Hp. art. 18 a, 691, 13.
  • 52 Gal., Hp. aph. 17 b, 832, 18.
  • 53 Gal., Aliment, fac. 6, 672, 5.
  • 54 Plu. 913 e 12.
  • 55 Pl., Tim. 72 c 7.
  • 56 Arist., GA 718 a 14 ; ibid. 739 a 1 (voir aussi HA 510 a 17 et PA 671 b 15).
  • 57 Arist., HA 520 b 33.
  • 58 Pl., Tim. 70 c 6 (et de manière plus surprenante : Arist., PA 669 b 9 -ὀ πλεύµων-).
  • 59 Le cerveau est de toutes les parties humides du corps la plus dépourvue de sang (PA 652 a 35 ; voi (...)

10Les adjectifs ἄναιµoς [anaimos] (222/403)43, et ἀναίµων [anaimôn] (6/21) ont un sens contraire à celui des adjectifs précédents et qualifient un être ou une partie anatomique dépourvus de sang44. Le mot apparaît sous la forme ἀναίµων à propos des dieux dans l’épopée, où il dénote positivement l’immortalité : “ils ne mangent pas de pain et ne boivent pas de vin noir ; c’est pourquoi ils n’ont pas de sang (ἀναίµoνές είσι) et on les appelle immortels”45. Mais dans tous les autres emplois il s’applique à des êtres mortels avec un sens négatif, la possession de sang étant au contraire valorisée et signe de sentiment et de vie. L’emploi physiologique de cet adjectif correspond à celui de l’adjectif opposé46 et concerne des parties anatomiques pauvres en sang ou exsangues : il qualifie la chair47, la peau48, les os, les cartilages49 et leurs dérivés50, les nerfs51, les glandes52, la langue53, les mollets et les pieds54, le tissu de la rate55, les canaux spermatiques56, la graisse57, le poumon (sic)58 et surtout le cerveau59.

  • 60 Hp., Vict. 2,46,10 ; voir Hp., Morb. pop. 5, 1, 7 1, 2 (χοιρείων ἐναιμοτἐρων).
  • 61 Voir Gal., Temp. 1,568,11 ; Gal., Temp. 1,601,3 ; Gal., Natfac. 2, 116,16 ; etc.
  • 62 Hp., Flat. 1, 8, 10. Voir Arist., Long. 466 b 25 (τῶν ζῴων τῶν ὀλιγαίµων ἣ ἀναίµων).

11Ce mot est ambigu car il désigne des organes ou des êtres tantôt absolument, tantôt relativement dépourvus de sang. Cette hésitation est sensible dans l’emploi hippocratique du mot : “la viande de chevreau est plus légère que celle de chèvre parce qu’elle a moins de sang et plus d’humidité (ἀναιµóτερα καί ύγρóτερα). Les porcelets sont plus lourds que les porcs, car cet animal étant par nature bien en chair et pauvre en sang (ϕύσει γάρ εὒσαρκoν ὂν τó ζῴoν καὶ ἄναιµoν) il a un excès d’humidité tant qu’il est jeune”60. Elle est confirmée par le fait que ce mot est souvent employé au comparatif ou au superlatif (ou encore accompagné d’un adverbe qui lui donne un sens absolu : παντελῶς, παντῶς, κ.τ.λ.)61. Mais l’adjectif a ce sens relatif même sous la forme positive : “certains viscères du corps sont riches en sang (πoλύαιµα), d’autres sont pauvres en sang (τὰ δὲ ἄναιµα)”62.

  • 63 Democr., Fr. B 148.
  • 64 Democr., Fr.B 5 b 93.
  • 65 Arist., PA 665 a 30.
  • 66 Voir HA 527 b 3 ; cf. HA 532 b 8 : “aucun <insecte> n’a de viscères (σπλάγχνον) ni de graisse,pas plus d’ai</insecte> (...)

12Aussi est-il possible qu’ἄναιµoς ait signifié “pauvre en sang” pour Démocrite63 et n’ait pas nécessairement désigné, comme on a voulu le croire, les invertébrés : “(toutes les créatures) qui participaient essentiellement de la nature terreuse, à savoir les plantes et les arbres, ont été enracinées dans la terre, la tête en bas, avec cette différence par rapport aux autres animaux pauvres en sang et dépourvus de pieds (τῶν ἀναιµoτέρων καί ἀπóδων ζῴων), que ces derniers sont mus et passent la tête hors de terre”64. Aristote lui reproche de croire que ces animaux ont des viscères, mais il s’agit peut-être d’un malentendu : “ aucun non sanguin n’a de viscères. Et Démocrite semble ne pas avoir convenablement distingué ces animaux, si du moins il croyait que les entrailles des non sanguins ne sont pas visibles à cause de leur petitesse”65 ; mais il reconnaît lui-même qu’ils possèdent un estomac, un intestin et un œsophage66.

  • 67 Cet auteur totalise la moitié des occurrences du mot (111).
  • 68 Cf. HA 489 a 32.
  • 69 Cf. PA 642 b 15.
  • 70 Cf. HA 505 b 27
  • 71 Voir aussi Ar.Byz., Épit. 1,77.
  • 72 Voir Arist., GA 728 a 21 ; ibid. 726 b 2 ; PA 650 a 34 ; etc. Ils ont un “analogue” de règles (GA (...)
  • 73 Le premier emploi d’ ἄναιμος pour un invertébré est dû à Anacréon (Fr, 34, 17), si l’on accepte la (...)
  • 74 Arist., GA 720 b 2 ; cf. HA 490 b 14 ; ibid. 523 b 1 ; Aristophane de Byzance, victime des apparen (...)
  • 75 HA 489 a 34.

13On a dit que dans les écrits d’Aristote67 cette distinction “anonyme” entre sanguins et non sanguins était établie au début de HA68 et de PA69 et qu’elle était déterminante surtout en ce qui concerne les organes internes70. Mais les non sanguins ont nécessairement eux aussi un analogue du sang et du cœur71, sans lesquels la vie est impensable72. Le Stagirite distingue quatre groupes de non sanguins qui correspondent aux invertébrés73 : “il reste quatre genres, l’un est celui des crustacés, le second celui des céphalopodes, le troisième celui des arthropodes, et le quatrième celui des testacés”74. Les exemples par lesquels Aristote illustre cette classe sont : “l’abeille, la guêpe, et parmi les animaux marins (τῶν θαλαττίων) la seiche, la langouste et tous ceux qui ont plus de quatre pattes”75.

  • 76 Voir aussi Ar.Byz., Épit. 1, 132
  • 77 Arist., GA 758 a 5 ; ibid. 761 b 2 ; ibid. 761 b 6 ; PA 654 a 6 ; Cf. Gal., Vict. corn. 15, 694, 2 (...)
  • 78 Arist., GA 743 b 11.
  • 79 Voir PA 651 a 26 : “ce qui fait qu’aucun animal non sanguin n’a ni graisse ni suif c’est qu’il n’a (...)
  • 80 PA 648 a 25
  • 81 Arist., IA 707 a 24 ; voir ibid. 707 a 27 : “certains animaux non sanguins (ἀναἰµων) polypodes peu (...)

14Cette distinction est axiologique autant que biologique et recouvre des différences qui ne sont pas sans a priori : (1) De l’avis d’Aristote ces animaux sont froids, la possession de sang étant indissolublement liée dans les esprits à une nature chaude76 : “ils n’ont pas de sang (ἄναιµά ἐστι), et par suite leur nature est froide”77 ; ils sont également secs (c’est ce qui explique que leur tégument soit testacé ou crustacé)78 de sorte qu’ils sont marqués par la combinaison la plus défavorable pour un vivant et sont à l’opposé des quadrupèdes vivipares (chaud/humide) ; comme ils ne sont pas humides, ils n’ont ni graisse ni suif79. Mais Aristote s’oppose sur la définition thermique de ces animaux à certains de ses prédécesseurs : “Certains, <comme Parménide et quelques autres> prétendent que les non sanguins (τὰ ἄναιµα) sont plus chauds que les sanguins”80. (2) Leur principe vital est dispersé dans le corps de sorte qu’ils peuvent vivre une fois divisés81.

  • 82 GA 715 a 22 ; cf. ibid. 716 b 1 ; ibid. 763 a 7.
  • 83 GA 732 a 29.
  • 84 Voir GA 733 a 26. Il y a une réelle ambiguïté sur ce point. Le Stagirite affirme que tous les inse (...)

15(3) Ces êtres n’ont pas tous une reproduction sexuée : “parmi les non sanguins, tantôt il y a mâle et femelle et le produit engendré ressemble aux parents, tantôt il y génération mais pas de ressemblance. Tels sont les êtres qui naissent non de l’accouplement d’animaux, mais de la terre en putréfaction et des résidus”82. En outre, ils engendrent tous un petit inachevé qu’Aristote définit comme une larve : les non vivipares “enfantent un être indistinct qui n’a pas reçu sa forme définitive. Parmi ceux-ci, les sanguins pondent des œufs, les non sanguins font des larves (τὰ δ’ ἄναιµα σκωληκοτοκεῖ)83 ; mais, en fait, il s’agit d’une généralisation hâtive visant à renforcer l’écart entre sanguins et non sanguins, car le Stagirite reconnaît lui-même qu’il n’y a pas de limite nette entre larve et œuf imparfait chez les sanguins aquatiques (poissons), les crustacés et les céphalopodes84.

  • 85 Arist., GA 732 a 21.
  • 86 HA 490 a 21.
  • 87 Cf. HA 466 a 5.
  • 88 HA 466 a 11.
  • 89 GA 713 a 26 ; voir IA 704 a 11 ; ibid. 708 a 18 ; cf. Ar.Byz., Épit. 1, 115 ; Antig., Mir. 63.

16(4) Ces animaux à quelques exceptions près sont également plus petits85 : “les animaux non sanguins sont tous de taille moins grande que les sanguins, à l’exception de quelques non sanguins qui vivent dans la mer et qui sont plus grands, comme certains céphalopodes”86. (5) Même si la règle n’est pas absolue87, les non sanguins sont moins longévives que les sanguins : “les animaux qui ont la vie la plus longue se rencontrent plutôt (µᾶλλoν) chez les animaux sanguins que chez les animaux non sanguins88. (6) Ils ont plus de quatre pattes alors que ce chiffre correspond au nombre de points d’appui nécessaire et suffisant pour se mouvoir : “les non sanguins pourvus de pieds (τὰ ἄναιµα τῶν ύπoπóδων) ont un grand nombre de pattes et aucun d’entre eux n’est quadrupède”89.

  • 90 PA 650 b 30.
  • 91 PA 650 b 24 ; voir ibid. 648 a 4

17(7) Leur froideur naturelle a aussi des implications psychologiques : elle les prédispose à être plus lâches : “les animaux non sanguins sont dans l’ensemble (ὡς ἁπλῶς εἰπεῖν) plus lâches que les sanguins”90 ; et moins intelligents, bien qu’il n’y ait pas là de hiérarchie absolue : “même certains animaux non sanguins ont l’âme plus intelligente (συνετωτέραν ἔχει τὴν ψυχὴν) que certains animaux sanguins”91.

  • 92 Voir PA 666 a 35 : “ce qui définit l’animal c’est la sensibilité, et ce qui est le premier sensibl (...)
  • 93 M 681 b 13-682 a 8.
  • 94 Emp., Fr. B 86, 44, ap. Thphr., Sens. 23,6. Cette critique vise en effet Empédocle.
  • 95 PA 656 b 19 ; ibid. 666 a 16. Il s’agit à la fois de maintenir que le sang est le siège de la sens (...)

18Bien qu’ils soient dépourvus de cœur - qui est le siège de la sensibilité92 - ils ont eux aussi une partie qui joue le rôle de “principe des sensations” (τó κύριoν τῶν αίσθήσεων) : c’est, chez les céphalopodes, les crustacés, et plus obscurément, chez les testacés une humeur contenue dans une membrane et que l’on appelle “foie” ; pour les insectes cet organe réside entre la tête et la cavité abdominale93. Si Aristote ne fait pas du sang une condition indispensable à la sensibilité (qu’il attribue à tous les animaux), son disciple Théophraste va encore plus loin : “faire du sang la condition de la réflexion est totalement absurde. De nombreux animaux n’ont pas de sang (ἄναιµα) et, chez les animaux sanguins, les parties sensitives sont les plus pauvres en sang de toutes (ἀναιµóτατα τῶν µερῶν)”94. Cependant le caractère sanguin et la sensibilité sont irrésistiblement associés, y compris par Aristote, qui est assez confus sur ce point : “or aucune partie privée de sang (ἄναιµoν) n’est sensible, pas plus que le sang lui-même ; au contraire n’importe quelle partie composée de sang (τῶν ἐκ τoύτoν τι) est sensible”95.

  • 96 A., Supp. 842 : “un sanglant massacre” (πoλναίµων φóνιoς) ; Emp., Fr. 148, 149 & 150 (πoλναίµατoν (...)
  • 97 Voir Hp., Flat. 8, 10 ; ibid. 14,25 ; cf. Hp., Oss. nat. 1, 12, 2 ; Arist., HA 521 a 25.
  • 98 Voir Hp., Nat. mul. 1, 1, 6 ; cf. Gal., Meth. med. 10, 607, 1 ; Id , Comp. med. 12, 560.
  • 99 Voir Parm., ap. Arist., PA 648 a 30.
  • 100 Hp., Vict. 2,49 ; cf. ibid. 2, 46
  • 101 Arist., HA 515 a 19
  • 102 Voir PA 669 a 26 : “les <sanguins> vivipares, en raison de leur chaleur naturelle sont plus grands et (...)
  • 103 HA 520 b 17.
  • 104 Arist., HA 521 a 26. Parménide pensait, à tort selon Aristote (GA 765 b 18), que les femmes étaien (...)
  • 105 Arist., An. 484 a 35 sq.

19L’adjectif πoλύαιµoς [poluaimos] (41/78), “riche en sang”, formé par préfixation de πoλν- (beaucoup), apparaît pour la première fois dans une tragédie d’Eschyle et des fragments d’Empédocle96. Il sert principalement à caractériser les parties anatomiques en opposition à ἄναιµα97. Dans la littérature médicale, lorsque ce terme définit des animaux, il s’applique à des individus plutôt qu’à des groupes zoologiques ; la richesse en sang est fonction de l’âge98 et du sexe99 autant que de la nature, et quand Hippocrate affirme que “les animaux riches en sang sont plus secs que les animaux pauvres en sang ou exsangues (τά πoλύαιµα <ξηρóτερα> τῶν ἀναίµων καί όλιγίµων)” il établit une distinction individuelle et non générique100. Aristote, qui emploie le mot six fois, ne l’utilise qu’à deux occasions sous forme substantivée : “<la disposition des vaisseaux> n’est cependant pas visible chez tous ; elle l’est surtout chez ceux qui ont une importante quantité de sang et qui sont très grands (ἐν τoῖς µἀλιστα πoλυαίoις καί µεγίστoις). En effet, chez les petits et chez ceux qui n’ont pas beaucoup de sang (ἐν τoῖς µικρoῖς καί µὴ πoλναίµoις), soit naturellement, soit par suite de l’engraissement de leur corps, il n’est pas également possible de procéder à l’examen”101. Ainsi, la richesse en sang, même chez Aristote, n’est pas seulement considérée comme une propriété naturelle, et elle peut être aussi accidentelle. Mais le Stagirite use malgré tout de ce critère dans une perspective axiologique et hiérarchise les animaux selon leur sanguinité. Ainsi parmi les sanguins les vivipares, parce qu’ils sont plus chauds102, ont plus de sang que les ovipares : “ils ont plus de sang (πoλυαιµóτερα) que les sanguins qui sont ovipares”103. L’homme est l’animal le plus sanguin, par nature et presque par définition : “de tous les animaux femelles c’est la femme qui a le plus de sang (πoλύαιµoν)”104. Après lui viennent les quadrupèdes vivipares, les autres sanguins n’étant pas πoλύαιµoι : [le sang se diffuse dans toutes les chairs des quadrupèdes vivipares, mais] ” c’est un mensonge de dire qu’il en est de même pour les autres animaux, comme les oiseaux, les serpents, les poissons et tous les ovipares ; c’est une particularité des animaux riches en sang (τῶν πoλυαίµων τoῦτ’ ἲδιoν), puisque même lorsqu’on coupe la poitrine des oiseaux, on n’y trouve pas du sang mais une sérosité”105.

  • 106 Il qualifie des parties : Hp., Vtct. 2, 46 ; Arist., HA 495 a 23 ; Gal., Temp. 1, 605, 15 ; etc.
  • 107 Vict. 2,49. Un autre passage du corpus hippocratique laisse à penser que cette curiosité pourrait (...)
  • 108 Gal., Anim. mor. 4, 910, 7.
  • 109 Cf. GA 732 b 35 (µŋδ’ ὀλίγαιμoν ἀλλ ἔναιμoν).
  • 110 Arist., Long. brev. 466 b 25.
  • 111 Arist., PA 651 b 9.
  • 112 HA 594 a 9 : “ont <le poumon> spongieux tous les animaux qui ont peu de sang (τὰ όλίγαιμα) et les (...)
  • 113 Voir PA 692 a 22 (ó χαµαιλέων... ὀλιγαιµóτατoς).
  • 114 Voir Arist., An. 484 a 37.
  • 115 Voir Id., Resp. 477 b 11 ; GA 762 b 24.
  • 116 PA 652 a 14

20L’adjectif ὀλίγαιµoς [oligaimos] (36/57), formé à l’aide du préfixe ὀλίγo-(peu), est employé avec des valeurs et dans des contextes analogues à ceux du terme précédent106. Hippocrate le révèle dans un curieux passage, qui n’est commenté ni par Aristote ni par Galien, où il déclare les individus peu sanguins moins secs que les animaux riches en sang107. Or cette qualité est pour Galien, comme pour Aristote, liée à la chaleur : le médecin oppose “la constitution chaude et très sanguine des jeunes à la constitution pauvre en sang et humide des vieux (ὴ δὲ τῶν γερóντων ὀλίγαιµóς τε καί ψνχρά <κρᾶσις>)”108. Le Stagirite use diversement de cet adjectif, qu’il emploie accidentellement sous forme substantivée, parfois en l’opposant à ἔναιµoς109 ou en l’associant à ἄναιµoς : “parmi les animaux qui ont peu de sang ou qui n’en ont pas (τῶν ζῴων τῶν ὀλιγαίµων ἣ ἀναίµων), les uns ne se rencontrent généralement pas dans les régions septentrionales, ni sous la forme d’animaux terrestres sur terre, ni sous celle d’animaux aquatiques sur mer, les autres s’y trouvent mais ils sont plus petits et leur existence est plus courte”110. La richesse en sang est bien aux yeux d’Aristote une propriété à la fois individuelle (“les animaux gras> ont peu de sang (ὀλίγαιµα) parce que leur sang est passé à les engraisser ; les animaux pauvres en sang (τὰ ὀλίγαιµα) s’acheminent déjà vers la corruption”)111, et générique, puisque cette pauvreté en sang est caractéristique des sanguins ovipares112 comme les reptiles113, les oiseaux114, et les poissons à écailles115 : “en effet, ces animaux [i.e. les poissons] possèdent naturellement peu de sang (ὀλίγαιµά τε γὰρ ϕύσει ύπάρχει ὂντα) et ils n’ont de creuse que la grande arête”116.

Le mode de reproduction

21Concernant le mode de génération, les différences notées et lexicalisées sont également de nature qualitative et quantitative puisqu’elles distinguent le type de reproduction et le nombre de rejetons qui sont mis au monde à chaque parturition. La différence entre la reproduction par accouplement, la reproduction non sexuée et la génération spontanée ne fait pas l’objet d’une typologie usuelle et c’est en fait moins le mode de procréation que la nature (forme et nombre) du produit de la génération qui apparaît le critère fondamental dans ce domaine. Les termes qui suivent sont pour ainsi dire strictement aristotéliciens.

  • 117 Respectivement 62/158 (ζῳoτόκα) et 96/ 158 (ζῳoτoκoῦντα). Les formes conjuguées du verbe ne sont p (...)
  • 118 Theoc. (1), Opp. (1), Philostr. (1), Ph. (1), S.E. (1), Ael. (1).
  • 119 Arist., HA 489 a 34 ; comparer avec la curieuse tripartition de S.E., P. 1, 42, 4 (“parmi les anim (...)
  • 120 Arist., GA 718 b 28 ; voir HA 489 b 11, etc. ;ibid. 496 b 2 (ζῳoτoκoῦσιν έν αύτoῖς τε καὶ ἐκτóς).A (...)
  • 121 GA 720 a 19.
  • 122 L’homme est le seul bipède vivipare : Ar. Byz., Épit. 2,7.
  • 123 Arist, GA 764 a 35
  • 124 HA 492 a 26 : “les vivipares, à l’exception du phoque, du dauphin et des animaux du genre des céta (...)
  • 125 GA 732 b 24 ; pour le phoque voir ibid. 781 b 23.
  • 126 Ar. Byz., Épit. 2,2.

22L’adjectif au neutre pluriel ζῳoτóκα [zôiotoka] (constitué du nom de l’animal -ζῷoν- et du radical -τoκ- qui signifie l’engendrement), ainsi que le participe pluriel du verbe correspondant ζῳoτoκoῦντα [zôiotokounta] (159/263)117 désignent les vivipares et sont employés exceptionnellement dans la littérature non aristotélicienne (6/159)118. Il apparaît pour la première fois chez Aristote, en système avec ῴoτóκα et σκωληκóτoκα pour exprimer la tripartition canonique des animaux selon le mode de reproduction : “certains animaux sont vivipares, d’autres ovipares, d’autres engendrent des larves (τὰ µὲν ζῴoτóκα τὰ δ’ῴoτóκα τὰ δὲ σκωληκoτóκα) ; sont vivipares par exemple l’homme, le cheval, le phoque et les autres animaux qui ont des poils, et parmi les animaux aquatiques les monstres marins (τά κητώδη) comme le dauphin, et ceux qu’on appelle sélaciens”119. Ce groupe comprend à la fois les authentiques vivipares et les ovovivipares, c’est-à-dire, dans la terminologie aristotélicienne, les “vivipares internes” et les “vivipares externes” : “Les vivipares présentent aussi des différences entre eux. Les uns non seulement mettent au monde des petits vivants mais les portent aussi vivants en eux-mêmes (oύ µóνoν θύραζε ζῳoτoκεῖ ἀλλὰ καί ἐν αύτoῖς)”120 ; les autres “engendrent des œufs à l’intérieur mais produisent des vivants à l’extérieur (ῴoτoκἠσαντα ὲν αύτoῖς ζῴoτoκεῖ ἐκτóς)”121. Cette classe compte donc deux types d’animaux, des pédestres (quadrupèdes et bipèdes)122 et des poissons : “chez tous les vivipares, parmi les pédestres comme parmi les poissons (καί ὲν τoῖς πεζτoῖς καί ὲν τoῖς ίχθύσιν)...”123. Parmi les uns ou les autres il faut ranger les monstres marins (κήτη) dont le phoque, animaux qui très curieusement ne sont qu’une seule fois signalés comme tels parmi les animaux vivipares124. Aristote les omet presque toujours lors de ses considérations sur les vivipares internes qui se réduisent donc pratiquement aux animaux terrestres, bien qu’il n’ignore pas leur mode de reproduction : “parmi ceux qui sont intérieurement vivipares (ἐν αύτoῖς δὲ ζῳoτoκεῖ), on trouve des animaux à pieds, comme l’homme, et des animaux sans pieds, comme la baleine et le dauphin”125. Cette discrétion est sans doute à l’origine de la méprise d’Aristophane de Byzance qui compte les monstres marins parmi les sélaciens et dénombre quatre classes de vivipares : les πoυσχιδῆ, les διχηλά, les µώνυχα, et les σελαχώδεις λεγόµενoι ἰχθῦς.126

  • 127 G A 774 b 5.

23La différence entre les trois sous-groupes de quadrupèdes vivipares (terrestres) déjà identifiés par Aristote, tient au degré de perfection du produit : “parmi les vivipares les uns mettent au monde des petits inachevés (ἀτελῆ), les autres des petits achevés (τετελειωµένα). Les solipèdes et les animaux à pieds fourchus ont des petits parfaitement formés, tandis que chez la plupart des fissipèdes les petits sont inachevés”127.

  • 128 GA 720 a 19.
  • 129 HA 497 b 14 sq ; ibid. 504 b 20.
  • 130 HA 501 a 9.
  • 131 HA 506 b 24 ; ibid. 519 b 5.
  • 132 HA 536 a 32
  • 133 GA 7 5 6 a l.
  • 134 GA 716 b 25.
  • 135 Ibid. 749 a 29.
  • 136 Voir Ar. Byz., Épit. 1, 122 ; Aristote dit aussi qu’ils ont deux paupières, mais il n’est pas sûr (...)

24Aristote s’étend longuement sur le cas hybride des sélaciens : “ils combinent les deux dispositions parce qu’ils participent aux deux groupes (διὰ τò µετειληϕέναι ὰµϕoτέρων) et sont à la fois vivipares et ovipares”128. Mais le groupe qui retient le plus son attention est celui des vivipares terrestres qu’il examine souvent séparément, pour certaines propriétés qu’ils ont en commun concernant le cou129, les dents130, la vessie131, la voix132, etc. Ce traitement séparé s’explique par le fait que les deux groupes présentent de nombreuses différences morphologiques. Les points communs que note le Stagirite concernent surtout les parties génitales ; il existe en effet une division des sexes chez tous les vivipares133 : les testicules des mâles sont devant134, et l’utérus en haut près du diaphragme pour les sélaciens, et en bas près des parties sexuelles pour les quadrupèdes135 ; en outre, ils ont tous une vessie136.

  • 137 Ailleurs il semble établir une certaine relation entre locomotion et génération (GA 728 b 7 ; voir (...)
  • 138 GA 732 b 27.
  • 139 GA 732 b 28-31 (voir Tphr., Fr. 171, 6).
  • 140 GA 737 b 26.
  • 141 GA 732 b 8 (voir HA 490 b 20).
  • 142 Les sanguins vivipares ont le poumon plus grand et plus sanguin (PA 669 a 25).
  • 143 GA 737 b 15. Cet ordre est en léger décalage avec l’ordre physique : testacés, crustacés, céphalop (...)

25La différence de mode de reproduction n’a pas de cause organique précise et surtout aucun lien avec le mode de locomotion car certains sont apodes, d’autres quadrupèdes137 : “la cause de cette différence ne réside aucunement dans les organes de locomotion (τῶν πoρευτικῶν ὀργάνων)”138. En fait, la viviparité se présente seulement comme un signe d’excellence chez les animaux, conditionnée par une nature chaude et humide : “tout simplement sont vivipares les animaux dont la nature est plus parfaite (τὰ τελεώτερα τὴν φύσιv τῶν ζῴων) et qui participent à un principe plus pur. Car aucun n’est vivipare intérieurement (ζῳoτokεῖ ἐν αύτῷ) s’il n’absorbe pas l’air et ne respire pas. Les animaux les plus parfaits sont ceux qui ont par nature plus de chaleur et d’humidité et pas de terre”139. La viviparité est donc présentée explicitement comme un indice de perfection et utilisée comme un critère décisif de hiérarchisation des êtres : “pour le moment il faut commencer par les animaux qui sont les premiers. Or ce sont les animaux parfaits qui tiennent le premier rang (ἔστι δἐ τὰ τἐλεια ζῷα πρῶτα), c’est-à-dire les vivipares, et parmi eux l’homme est le premier”140. Puisque tous les vivipares sont des animaux sanguins141, cette hiérarchie, qui n’est qu’une autre version - physiologique -d’un même schéma physico-thermique de valorisation du pôle chaud/humide par rapport au pôle froid/sec, n’a aucun mal à coïncider avec l’axe sanguin, d’autant que la richesse du sang chez les sanguins est en relation directe avec le mode de reproduction142 : “les vivipares internes, c’est-à-dire les animaux parfaits (τὰ δἐ ζῳoτoκoῦντα ἐν αύτoῖς, τὰ τἐλεια τῶν ζῴων)”143.

  • 144 Voir GA 717 a 3 ; ibid. 739 b 7 ; ibid. 718 b 1 ; HA 505 b 2 ; Ar.Byz., Épit. 1,149.
  • 145 GA 749 a 23 ; voir s.v. σελάχŋ pour d’autres références. Les expressions ἐν αύτῷ ou ἐν αύτoῖς que (...)
  • 146 Ar.Byz., Épit. 1, 144 ; Arist., HA 511 a 16.
  • 147 Ar.Byz., Épit. 2, 439.

26Cette détermination divise donc un genre naturel, celui des poissons, qui sont soit vivipares, soit ovipares144. Il existe en outre des exceptions individuelles comme la baudroie (βάτρχoζ) : “le seul sélacien à ne pas être vivipare (εἷς δὲ µóνoς oύ ζῴoτoκεῖ) est le poisson appelé baudroie”145 ; la vipère : “la vipère est le seul serpent vivipare (ή ἒχις µóνη τῶν őφεων ζῴoτoκεῖ)”146 ; et la chauve-souris qui “est le seul animal vivipare parmi les volatiles (ἒστι δὲ τoῦτo µóνoν τῶν πτŋτικῶ ζῴoτóκoν)”147.

  • 148 Arist. (163), Ar.Byz. (6) ; cf. Phlp. (51). L’adjectif se rencontre 74 fois et le participe 89.
  • 149 Arist., HA 489 a 34 ; cf. Pol, 1256 b 13 ; Ar.Byz., Épit. 2, 2.
  • 150 Arist., GA 732 b 2.
  • 151 Les trois principaux groupes (quadrupèdes ovipares, oiseaux et poissons) sont examinés successivem (...)
  • 152 Voir aussi Opp., H 1, 750 (ώoτoκῆες) et ibid. 1, 596 (iχθύες ώoτóκoι).
  • 153 Cf. Antig., 76 ; Nic, Ther. 136 (ᾠoτóκoι ὅφιες).
  • 154 GA 731 a 34.
  • 155 GA 732 a 25. On trouve une formule génétique curieuse dans les Broderies de Julius Africanus (1, 1 (...)

27Les termes ᾠoτóκα [ôiotoka] et ᾠoτoκoῦντα [ôiotokounta] (183/265), adjectif et participe au pluriel, formé du nom de l’œuf (ᾠóν) et du radical de l’engendrement (τок-), ne se rencontrent que dans les textes d’Aristote ou de ses successeurs148. Presque toujours employés au pluriel, ils mettent en valeur un des trois modes de reproduction distingués par Aristote et sont en système avec ζῳóτκα et σκωληκoτóκα : “les uns sont vivipares, d’autres ovipares (ῴоτóкα), d’autres larvipares”149. Des trois classes c’est celle qui est la plus nettement analysée : “parmi les ovipares, les uns pondent leur œuf achevé (τέλειoν), comme les oiseaux, les quadrupèdes ovipares et les animaux sans pieds, par exemple les lézards, les tortues et la plupart des serpents (les œufs de ces animaux, une fois sortis, ne prennent plus d’accroissement -oύκέτι λαµβάvει αὒξησιν-) ; les autres ont des œufs inachevés (ὰτελῆ), par exemple les poissons, les crustacés et ceux qu’on appelle les céphalopodes : leurs œufs continuent de s’accroître une fois sortis (αύξάνεται)”150. Les groupes que le Stagirite a présents à l’esprit quand il traite des ovipares151 sont surtout les poissons152, les oiseaux et les reptiles153, au point d’affirmer parfois contre sa propre description de la classe qu’“aucun animal non sanguin n’est ovipare (oύθὲν λàp ἂναιµoν ῴοτοκεῐ ζῴoν)”154. Les ovipares sont aussi définis comme les animaux sanguins qui ne mènent pas à terme leur petits mais engendrent un petit indistinct : “parmi les animaux, les uns conduisent à terme et mettent au monde à l’extérieur un être semblable à eux : ce sont ceux qui donnent le jour à des petits vivants. Les autres enfantent un être indistinct qui n’a pas reçu sa forme définitive. Parmi ces derniers, les sanguins pondent des œufs, les non sanguins font des larves (τῶν δἐζῴων τὰ μἐν τελεσιουργεῖ καὶ ἐκπέμπει θύραζε ὅμοιον έαυτῷ, οἷον ὅσα ζῳοτοκεῖ εἰς τοὐμφανές, τὰ δἐ άδιάρθρωτον ἐκτίκτει καὶ οὐκ ἀπειληφòς τἠν αύτοῦ μορφήν. Τῶν δἐ τοιούτων τὰ μἐν ἔναιμα ᾠοτοκεῖ, τ>ὰ δ’ ἄναιμα σκωληκοτοκεῖ) 155

  • 156 GA 749 a 17.
  • 157 GA 718 b 6 sq. ; cf. ibid. 755 b 29
  • 158 GA 752 b 35.
  • 159 Ils sont opposés en GA 757 a 28.
  • 160 Voir aussi Thphr., CP 1, 21, 5.
  • 161 GA 733 a 17 ; voir ibid. 733 a 7 (διά δὲ ξηpóτητα ῴoτoκoύσι) et ibid. 733 a 10 (ᾠoτoκεῖ µὲv ὄτι ψν (...)
  • 162 En tout cas pas les anguilles (voir HA, 570 a 2).
  • 163 HA 505 b 1. Voir HA 564 b 16 (car les sélaciens ne sont pas ovipares : Ar. Byz., Épit. 2,2).
  • 164 GA 755 b 2.
  • 165 L’ovoviviparité est exprimée par des locutions multiples : ἐν αύτοῖς μἐν φοτοκοῦσιν εἰς δἐ τò φανε (...)
  • 166 GA 720 a 17 ; cf. GA 719 a 5 : “aussi les animaux de ce genre ont-ils l’utérus différent aussi bie (...)

28Bien qu’il intègre des non sanguins parmi les ovipares, Aristote cherche à faire coïncider les deux séries physiologiques : parmi les ovipares il établit des distinctions congruentes qui ont trait à la nature de l’œuf : dur et bicolore chez les oiseaux, mou et monochrome chez les sélaciens, monochrome chez les autres poissons156 ; achevé (τέλεια ᾠά) chez les reptiles, oiseaux et sélaciens, inachevé (άτελῆ) chez les autres poissons157. Les deux extrémités de cette échelle axiologique des ovipares sont les oiseaux (souvent associés aux reptiles)158, et les poissons159. La hiérarchie selon le mode de reproduction tient en fait à la composition chimique des êtres puisque la nature du produit dépend de la chaleur interne160 : plus l’animal est sec et froid, et plus l’œuf est imparfait et mou161. La position des poissons est singulière car ils n’entrent pas tous dans cette classe162. Le Stagirite dans HA reconnaît deux cas parmi le grand genre naturel des poissons : “le genre entier des poissons est sanguin, mais les uns sont ovipares (ᾠoτóκoι) tandis que d’autres sont vivipares”163 ; il prétend cependant dans GA que tous les poissons sont ovipares : “il est manifeste que le genre des poissons tout entier est ovipare (δῆλoν γάρ őτι τò γένoς őλoν ἐoτìν ῴoτóκoν τò τῶν ίχθύων)”164. C’est que l’ovoviviparité des sélaciens n’est pas interprétée à cet endroit comme un cas à part mais comme un cas intermédiaire, permettant à Aristote de les compter soit dans un groupe, soit dans l’autre165 : “ceux qui engendrent des œufs en eux-mêmes et mettent au jour des vivants (őσα δ’ ᾠoτoκήσαντα ἐν αύτῖς ζῴoτoκεῖ ῖκτóς) participent aux deux groupes et sont à la fois vivipares et ovipares”166.

  • 167 HA 495 b 3 ; PA 669 b 24.
  • 168 PA 669 a 26.
  • 169 HA. Byz., Épit. 1, 115.
  • 170 HA 506 b 25.
  • 171 HA 504 b 4.
  • 172 HA 506 a 13.
  • 173 HA 538 a 23.
  • 174 HA 540 b 22.
  • 175 HA 536 b 31 ; en revanche, l’oviparité ne tient pas au nombre de pieds (GA 732 b 15 sq. ; Ar.Byz., (...)

29L’oviparité est liée enfin à de nombreuses particularités anatomiques concernant la séparation des deux poumons167 (à la fois secs et petits pour les sanguins terrestres)168, la place du sexe169, l’absence de vessie170, l’absence d’épiglotte171, la taille de la rate172, la plus grande taille des femelles173, la brièveté de la copulation174, l’absence probable de faculté onirique175.

  • 176 Le verbe σκυµνoτoκέω) devrait signifier “mettre bas”, à propos de mammifères, mais il ne se trouve (...)
  • 177 Arist., Fr. 324, 2, ap. Ath. 7, 314 c. On peut hésiter, sur la foi de ce seul exemple, à restreind (...)

30Comme on l’a vu, les ovovivipares sont tantôt assimilés aux ovipares, tantôt aux vivipares. Mais Aristote use, exceptionnellement, d’un terme particulier qu’il n’applique qu’aux poissons ovovivipares, τὰ σκυµνoτoκoύντα [skumnotokounta] (4/4), formé sur la base d’un terme susceptible de désigner le petit de n’importe quel vivipare (σκύµνoς)176 : “la torpille, comme le dit Aristote, fait partie des sélaciens et des vivipares (τῶή σκυµνoτoκoύτων)”177.

  • 178 Ce chiffre comprend les formes adjectives et participiales du verbe σκωληκoτoκεῖv qui apparaît sou (...)
  • 179 Voir supra.
  • 180 HA 489 a 34 (voir GA 733 b 27 ; Ar.Byz., Épit. 2,2 ; Thphr. CP 4, 6, 4 ; ibid. 4, 15, 2).
  • 181 Arist., HA 489 b 6. Dans l’œuf, une partie fournit le germe et une autre la nourriture.
  • 182 GA 733 a 27 ; cf. GA 757 a 30 : “<les poissons>, d’une certaine façon, ressemblent aux larvipares”
  • 183 Ar.Byz., Épit. 2, 3 (λεπτóν καì άσθεvἐς καì оύκ ἂξιov ίστoρίας).
  • 184 Sur le σκώληξ comme άτελέστατoν κύηµα voir GA 758 a 33.
  • 185 GA 733 a 24 ; voir ibid. 732 b 10. Aristote introduit une précision sur ce mode de reproduction (θ (...)
  • 186 Voir GA 732 a 29 (<parmi les non vivipares> τά µὲν ἕvαιµα ῴоτокεῖ, τά δ’ ἂναιµα σкωληкоτокεῖ).
  • 187 GA 762 b 20.
  • 188 HA 489 b 7.
  • 189 GA 774 b 10-13 (sur la croissance extérieure des larves voir GA 755 a 15).

31Les termes σκωληκoτóκα [skôlêkotoka] et σκωληκoτoκoῦvτα [skôlêkotokounta] (14/18)178, formé d’après le nom de la larve (σκώληξ)179, n’ont pas d’équivalent en français mais pourraient se rendre par “larvipares”. C’est Aristote qui introduit ce vocable pour désigner les animaux qui ne sont ni ovipares, ni vivipares : “certains animaux sont vivipares, d’autres ovipares, d’autres engendrent des larves (σκωληκoτóκα)”180. Les larves se distinguent théoriquement des œufs, non par la mollesse de l’enveloppe ou leur forme oblongue, mais dans la mesure où l’animal se développe à partir de l’ensemble du produit et non d’une partie seulement181. Car les larves peuvent être, morphologiquement, très proches des œufs des animaux aquatiques : “il y a des chevauchements entre les insectes qui produisent des larves (τά τ’ ἔντoµα τά σκωληκoτoκoῠντα) et les animaux dont l’œuf est imparfait comme les poissons à écailles, les crustacés et les céphalopodes. Leurs œufs ressemblent en effet à des larves (σκωληκώδη) car ils se développent au dehors, et les larves des premiers en arrivent à ressembler à des œufs (γíγvoνται πpoïóντες ᾠoειδεῖς)”182. La classe des larvipares, qu’Aristophane de Byzance juge indigne de l’histoire naturelle183 et dont les produits sont les plus imparfaits184, englobe de fait entièrement la classe des arthropodes : “tous les arthropodes engendrent des larves (σκωληκoτoκεῖ)”185. Mais elle ne se confond toutefois pas avec elle, et bien qu’elle ne soit censée concerner que les animaux non sanguins186, elle comprend quelques poissons : “Quant aux animaux, certains naissent de larves (σκωληκoτoκεῖται) ; il s’agit de tous les non sanguins qui ne naissent pas d’animaux, et de quelques sanguins, par exemple d’un genre de mulets et d’autres poissons de rivière, et aussi du genre des anguilles”187. Le manque de netteté biologique de la larve (σκώληξ), malgré une définition judicieuse proposée par Aristote188, est sans doute cause de cette imprécision - d’autant que les trois poissons cités sont des exemples seulement et ne forment pas la liste complète des sanguins larvipares -. Ce flou occasionne de curieux rapprochements, comme celui que fait Aristote entre les larves et les embryons des fissipèdes : “tous les fissipèdes qui font des petits inachevés (őσα άτελῆ τίκτει) sont sans exception des multipares. Quand <leurs embryons> se développent et prennent de l’ampleur, leur corps ne peut les conduire à terme et ils les mettent au monde à la façon des animaux qui engendrent des larves (καθάπεp τά σκωληκoτóκα τῶν ζῴων)”189.

  • 190 Arist., GA 771 b 1. On trouve πоλυτóкα vs óλιγoτóκα, dans une liste de contraires (Philon, Her. 21 (...)
  • 191 Arist., GA 771 b2.
  • 192 Arist., GA 771 b 5 ; voir GA 771 a 16-22.
  • 193 Pour les oiseaux, Aristote emploie aussi les adjectifs πoλύγoνoς et ὀλιγóγoνoς (HA 558 b 24-28).
  • 194 Arist., GA 771 b 10 ; elle vaut même à première vue, pour les végétaux (ibid. 771 b 13).
  • 195 Alex., Pr. 2, 68, 1. Théophraste est le premier à signaler le fait (absent des ouvrages aristotéli (...)
  • 196 Arist., GA 772 b 3 (voir ibid. a 33 ; Ar.Byz., Épit. 1, 101). Aristote indique que les naissances (...)
  • 197 Voir Ar.Byz., Épit. 1,91 ; Gal., Uteri diss. 2, 890,14.

32Les animaux se distinguent aussi, génétiquement, par leur plus ou moins grande fécondité. Les multipares, πoλυτóκα [polutoka] (45/90), adjectif (πoλυτóκoς) formé de πoλύς (nombreux) et du radical τoκ- (engendrer), sont opposés par Aristote aux unipares et aux paucipares : “certains animaux sont unipares, d’autres paucipares, d’autres multipares (µoνoτóκα δέ, τά δ’ óλιγoτóκα, τά δὲ πoλυóκα τῶν ζῴων ἐστίν)”190. Cette distinction suit globalement les ensembles naturels des quadrupèdes : “car de manière générale, les solipèdes sont unipares, les bifurqués paucipares et les fissipèdes multipares”191. Mais la fécondité tient fondamentalement à la taille de l’animal : “c’est la taille plus ou moins grande du corps qui est la cause d’une progéniture plus ou moins nombreuse (τῆς óλιγoτoκíας καì πoλντoκíας) et non le fait que le genre est solipède ou fissipède ou a les pieds fourchus”192. Cette règle d’une fécondité inversement proportionnelle à la taille est d’ailleurs valable aussi pour les classes qui sont moins directement concernées par cette différence, c’est-à-dire les animaux de l’air et de l’eau193 : “non seulement chez les pédestres mais chez les volatiles et les animaux marins”194. Curieusement, Aristote ne reprend pas la théorie hérodotéenne qui met davantage l’accent sur le rapport entre pauciparité et nocivité, pas plus qu’il ne mentionne une convergence entre pauciparité et longévité, qui apparaît plus tard dans les écrits péripatéticiens : “Pourquoi certains animaux sont plus féconds, d’autres moins. À mon avis ceux auxquels la nature a donné une moindre longévité, elle les a rendus multipares”195. La multiparité est aussi liée à la chaleur interne de l’organisme, et c’est ce qui permet à Aristote de rendre compte de la fécondité variable de la femme : “<la nature de l’homme> est multipare du fait de l’humidité et de la chaleur de son corps, <...> paucipare et unipare du fait de sa taille (διὰ µὲν τἠν ύγpóτητα : τoῦ σώµατoς καὶ θερµότητα πoλντόκov <...>, διὰ δὲ τò µέλεθoς ὀλιόoτόκoν καì µoνoτóκoν)”196. Mais cet adjectif n’est pas substantivé dans les textes et il possède une trop grande extension pour constituer un classème biologiquement pertinent197.

  • 198 PA 688 a 32 (voir PA 688 b 22).
  • 199 Alex., Pr. 2,68,5.
  • 200 Arist., GA 725 a 29

33L’adjectif ὀλιγoτόνoς [oligotokos] (35/45), formé sur le même modèle avec ὀλíγoς (peu nombreux), est toujours employé en opposition à πoλντóκoς, et peut inclure les animaux unipares en système binaire198. La pauciparité est en rapport avec la durée de vie : “les animaux longévives (πoλυχρóνια) sont paucipares”199 ; et avec la taille : “les grands animaux sont paucipares200.

  • 201 Arist., GA 746 a 12.
  • 202 GA 771 b 1.
  • 203 Voir GA 750 a 16 : “aucun oiseau n’est unipare (µoνoτόκoς) sauf le coucou”.
  • 204 Voir GA 774 b 8 (et Plu. 93 f 8).
  • 205 GA 770 a 8 (voir Ar.Byz., Épit. 1, 91). Les unipares sont proches de la stérilité en vertu de la t (...)
  • 206 GA 771 a 17 sq. : “d’abord, la raison pour laquelle certains animaux sont multipares, les autres u (...)
  • 207 II tient le précédent examen pour problématique (άπoρία : ibid. 771 b 16).
  • 208 C’est la raison que donne Aristote (GA 771 a 3 ; voir GA 111 a 27 -διὰ τò µἐγεθoς-).
  • 209 Ibid. 771 b 18
  • 210 GA 112 b 2 ; cf ibid. 773 b 22 : “cependant, parce que l’homme est par nature pluripare...”.

34L’adjectif µoνoτόκoς [monotokos] (35/46), “unipare” (du radical τок-joint à µόνoς = unique), est exclusivement aristotélicien et s’oppose à ὀλιγoτόκoς et πoλυόκoς201 : “et les animaux sont unipares, paucipares ou multipares (µoνoτόκoα δέ, τὰ δ’ὀλιγoτόκα, τὰ δἐ πoλυόκα τῶν ζῴωv ἐστὶν)”202. L’uniparité est réservée aux vivipares203 et constitue aux yeux d’Aristote une forme de perfection204, la multiparité étant, elle, liée à la monstruosité205. Aristote s’interroge longuement sur le sens de l’uniparité206, et il conclut - sans grande satisfaction207- que cette forme de reproduction est à mettre sur le compte de la grande taille208 : “de fait, les animaux les plus grands (µέγιστα) sont unipares”209. L’homme est, lui, à la fois multipare, paucipare et unipare210.

Le régime

35Les différences de régime, exprimées par des termes formés pour la plupart à l’aide du suffixe -φάγоς ne sont pas corrélées de façon systématique, même dans les écrits du Stagirite. L’opposition majeure qui se dégage toutefois des emplois de ces termes en biologie et surtout en diététique, sépare les carnivores, d’une part, et les herbivores, de l’autre.

  • 211 Le radical βoρ- a la même signification que φαγ- et le mot κρέας (viande) est un équivalent de σάρ (...)
  • 212 Lyc, Alex. 1,660.
  • 213 Hdt. 4,186.
  • 214 L’adjectif κρεoφάγoς est seulement appliqué à des hommes (Hdt. 4, 186, 2 ; Str. 16, 4, 9, 25 ; etc (...)
  • 215 Voir Arist., HA 488 a 15 (τὰ µἐν σαρκoφάγα, τὰ δἐ καρπoφάγα, τὰ δἐ παµфάγα, τὰ δ’ ιδιóτρoφα ; cf. (...)
  • 216 Ainsi Plu. 971 e 7 ; Ph., los. 1,25, 8 ; Ph., Mos. 1, 1, 43, 3.

36L’adjectif σαρкоφάγα [sarkophaga] (97/131), composé de σάρζ (= chair) et φαγ- (manger), est le déterminatif alimentaire le plus employé. Les adjectifs σαρкоβόρα [sarkobora] (18/52), кρεоφάγα [kreophaga] (5/36), кρεωφάγα [kreôphaga] (3/32)211 sont légèrement plus anciens (les premières occurrences se trouvent chez Lycophron212 et Hérodote213), mais employés avec un sens identique et qualifiant les animaux carnivores214. Cette grande fréquence est due au fait qu’il s’agit d’un caractère inquiétant et donc important pour l’homme, mais elle s’explique aussi par le fait que la plupart des animaux, aux yeux des Grecs, sont carnivores ; le régime carné, opposé au régime végétal215, est signe de bestialité. L’homme est rarement qualifié de Carnivore (on lui préfère le terme objectivement plus adéquat d’omnivore), sauf quand l’auteur veut précisément souligner sa sauvagerie216.

  • 217 Il est souvent utilisé en fonction d’attribut pour le loup (Ar.Byz., Épit. 2,212), le chien (Arist (...)
  • 218 Arist., HA 594 a 26.
  • 219 Gal., UP 3, 175, 17 (voir ibid 3, 176,9).
  • 220 Voir Gal., Anat. adm. 2,546, 11 ; Id., UP 3, 176, 4 ; Plu. 733 b 4. Le signe de la peste, d’après (...)
  • 221 Gal., UP 3, 175,19. Dans cet exemple il inclut les rapaces.

37(1) Le premier groupe de carnivores est représenté par les carnivores terrestres217 : “parmi les quadrupèdes vivipares, tous les animaux sauvages qui ont des crocs sont carnivores (σαρkoφάγα)”218. Il arrive même que l’adjectif vaille, sans précision, pour ce seul groupe : “tous les carnivores ont des pieds divisés en plusieurs sections (πoλυσχιδεῖς τoύτων oί πόδες)”219. La forme substantivée de l’adjectif se rencontre une quinzaine de fois dans les textes, sans que l’on puisse affirmer qu’il a véritablement dans ces cas une fonction de classème220 : “tous les carnivores (τὰ σαρκoφάγα) sont forts dans l’absolu, et c’est pourquoi non seulement leurs pieds sont divisés de façon variée ( πoλυειδῶς ), mais aussi ils ont des ongles rigides et recourbés (στερεoύς τε καὶ γαµνoύς ὅνuχας)”221.

  • 222 Ar.Byz., Épit. 1, 29 (τὰ yαµψώνυχα καì ὶσαρκoφάγα; voir Arr., An. 2, 26, 4 ; Arist., HA 593 a 29 (...)
  • 223 Voir HA 592 b 15 (hibou, petit duc et chouette).
  • 224 Arist, HA 592 a 29.
  • 225 Plu. 956 c 6.
  • 226 Arist., PA 693 a 3 ; voir Plu. 286 b 6. Voir aussi Cyranides 3, 36 : “après l’arrivé d’une guerre (...)
  • 227 Ar.Byz., Épit. 1, 29 ; voir Arist, HA 563 a 12 ; ibid. 592 b 16 ; Plu. 727 e 8.

38(2) Le second groupe est constitué par les rapaces222, diurnes comme nocturnes223 : “tous les oiseaux qui ont les serres recourbées (γαµψνήχες) sont carnivores”224. Ce sont les oiseaux les plus humides et à ce titre ils boivent encore moins que les autres : “les animaux carnivores (τὰ σαρκoβóρα τῶν ζᾠων), dont Aristote dit que quelques-uns ne boivent pas, vivent grâce à leur humidité intérieure”225. L’adjectif est en fait plus souvent substantivé lorsqu’il s’applique aux oiseaux : “<parmi les oiseaux> chez les carnivores (τoῖς κρεωφάγoις), la longueur du cou les empêcherait de trouver leur vie”226. L’hirondelle est le seul oiseau Carnivore qui ne soit pas un “oiseau aux ongles recourbés” (rapace) et “l’hirondelle est le seul Carnivore (µόνη τῶν σαρκoφάγων) à pondre deux fois par an”227.

  • 228 Arist., HA 594 a 6 (surtout les serpents : ibid. 594 a 12 ; cf. Philumen., Ven. 1, 31, 3).
  • 229 Arist., HA 621 b6.
  • 230 Ar.Byz., Épit. 1,6 (voir Arist., HA 591 a 9) ; cela détermine la forme de leur bouche (PA 662 a 31 (...)
  • 231 Arist., HA 591 b 9 ; Arist., Fr. 308, ap. Ath. 7, 277 e.
  • 232 VoirArist.,HA 590 b 20.
  • 233 Voir Arist., HA 590 b 12.
  • 234 VoirArist.,HA 556 b 21.
  • 235 Voir Arist., HA 590 b 2.

39(3) Sont également carnivores les reptiles228, et la grande majorité des animaux aquatiques : “ceux qui se déplacent le plus sont les aquatiques carnivores (<τὰ πλωτὰ> τὰ σαρκoφάγα) ; or ils le sont presque tous à quelques exceptions près”229. (4) Traditionnellement, les poissons à écailles230, les sélaciens231, les céphalopodes232 et les crustacés233 sont réputés pour leur régime carné. (5) On compte même des carnivores parmi les insectes234 et les testacés235.

  • 236 Hom., Il. 5, 782 ; ibid. 7,256 ; ibid. 15,292 ; cf. Théoc. 13,62
  • 237 Hom., Il. 11,479 ; Arist., HA 610 a 14.
  • 238 Hom., Il. 16,157 (voir Arist., HA 609 b 2 ; cf. h. Ven. 124 -θῆρες ώµoфάγoι-).
  • 239 Th., 3, 94, 5 ; Str. 15, 1, 57, 28 ; Luc, V. H 1,3 & L. 35 ; E., Ba. 139 ; Luc, Bacch. 2, 21 (voir (...)
  • 240 Ibycus, Fr. 40,4 (voir Opp., H 2, 141 : le sélacien appelé “bœuf” -ώµoфάγoς βoῦς-).
  • 241 L’épervier (Arist., HA 609 b 4), l’aigle (ibid. 609 b 14), le faucon (ibid. 615 a 4).
  • 242 Voir Hp., Vict. 2,49 ; Opp., H 5,23.
  • 243 Arist., HA 608 b 26.
  • 244 Arist., PA 693 b 28 (cf. Arist., PA 693 a 13).

40L’adjectif ώµoφάγoς [ômophagos] (30/52), avec comme premier élément ώµός (cru), a le même sens que les termes précédents et apparaît dès l’épopée, comme attribut du lion236, du chacal237 et du loup238. Il qualifie par la suite des humains239 et, outre les quadrupèdes signalés, des poissons240 ou des oiseaux241. On le rencontre sous la forme substantivée pour désigner les carnivores terrestres242 : “tous les animaux sont en guerre avec les carnassiers (τoῖς ώµoφάγoς), et ceux-ci avec les autres, car leur nourriture est faite d’animaux (άπò γὰρ τῶv ζᾠων ήτρoφὴ αύτoῖς)”243 ; ou les rapaces : “de plus, parmi les oiseaux, les uns sont aptes à voler et ont les ailes grandes et puissantes, par exemple les rapaces et les carnivores (oἱ γαµψώνυχες καὶ oἱ ὠµoφάγoι)”244.

  • 245 Sur l’ambiguïté du mot καρπός voir s.v. καρπoφάγς.
  • 246 Arist., HA 595 a 15.
  • 247 S.E., P. 1, 56, 3.
  • 248 Hp., Vict. 2,49. Nous adoptons la correction de Joly (χopτoφάγα au lieu de χλωρoφάλα).
  • 249 Gal., UP 3, 175, 18.
  • 250 Gal., UP 3, 176, 3 ; cette détermination est liée à l’idée de domesticité (Ph., Spec. 1,4, 104,4).
  • 251 Arist., HA 595 b 6.
  • 252 Arist., HA 595 b 23 ; cf. Dsc. 2, 80, 3,9 ; App., Lyb. 1,471,4.
  • 253 Ar.Byz., Épit. 2,78.
  • 254 Arist., HA 596 a 13.
  • 255 Arist., PA 662 b 10 ; voir ibid. 693 a 15. L’adjectif équivaut à ῥιζoφάγoς (voir Arist., PA 662 b (...)
  • 256 Arist. ap. Ath. 9, 393 d. Certains hommes sont herbivores (App., Lyb. 1, 499, 8 & Mythr. 1, 328,1)

41L’adjectif πoηφάγoς [poêphagos] (29/38), “herbivore” (formé avec πόα = herbe) est distingué de “granivore” ou “frugivore”245 : “Les animaux qui ont des cornes, domestiques ou sauvages, et qui n’ont pas des crocs, sont tous granivores et herbivores (καρπoφάγα καὶ πoηфάγα)”246. Les subtiles distinctions en la matière sont innombrables et Sextus Empiricus donne une liste libre des différents régimes animaux : “parmi les animaux, les uns sont herbivores, d’autres mangent des buissons, d’autres du bois, d’autres des graines, d’autres de la chair, d’autres du lait (τῶν τε ζᾠων τὰ ἐµν έστι πoηφάγα τὰ δὲ θαµvoφάγα τὰ δὲ ύληνόµα τὰ δὲ σπερµoφάγα τὰ δὲ σαρκoφάγα τὰ δὲ γαλακτoφάγα)”247. Mais c’est Hippocrate qui le premier emploie l’adjectif sous la forme substantivée, déjà avec une grande précision : “ceux qui mangent du foin (τὰ χoρτoφάγα) sont plus secs que ceux qui mangent de l’herbe (τῶν πoηφάγα), ceux qui mangent des graines, plus que ceux qui n’en mangent pas”248. Cette différence concerne au premier chef les quadrupèdes : “tous les herbivores ont soit des soles, soit des sabots fendus”249 ; et s’oppose à la sarcophagie : “aucun herbivore (τῶν πoηфάγωv oύδέν) n’est aussi fort qu’un Carnivore”250. Les bœufs251, les chevaux, les ânes252 et l’éléphant253 sont à la fois herbivores et granivores, tandis que les chèvres ne sont qu’herbivores254. Mais cette détermination s’applique également aux oiseaux paraquatiques qui vivent près des plans d’eau255 ; ainsi le cygne “fait partie des animaux à pieds palmés et herbivores”256.

  • 257 Voir Hp., Vict. 2,49 : il s’agit d’une nourriture dessiccante. Le mot grec Kαρπός désigne aussi bi (...)
  • 258 Voir πoηφάγoς (et Arist., HA 593 a 14 : καρπoφάγoῦντα καὶ πooφάγoῦντα).
  • 259 Arist., PA 694 a 7 : les oiseaux mauvais voiliers sont “soit les espèces qui vivent à terre et se (...)
  • 260 Arist., Pol. 1256 a 25 (voir Id, HA 488 a 15).

42L’adjectif καρπoфάγoς [karpophagos] (15/19) désigne les granivores, plutôt que les frugivores257, pour autant que l’on puisse suggérer une distinction entre les graines et les fruits qui n’apparaît ni dans l’adjectif ni dans le substantif καρπός. Il est, comme on l’a vu258, presque toujours associé à πoηφάγoς, et parfois employé sous forme substantivée. Comme lui, il est appliqué soit aux quadrupèdes, soit aux oiseaux259. Aux yeux d’Aristote, le régime détermine en partie la nature des animaux, et dans ses deux énumérations des différents régimes le terme καρπoφάγoς désigne le régime végétal en général : “les uns sont carnivores, d’autres végétivores, d’autres omnivores (τὰ έµν ζῳoφάγα τὰ δὲ καρπoφάγα τὰ δὲ παµφάγα)”260.

  • 261 Voir E., Med. 1187 ; cf. Mésodème, Fr. 13,6 ; Orph., H 12,6 ; Plu. 956 e 7 ; etc.
  • 262 Voir Alcm., Fr. 42 ; Arist., ÉN 1149 b 34 ; Plu. 991 c 4 ; etc.
  • 263 Alcm., Fr. 42, ap. Ath. 10, 416 c. Cf. E., Med. 1187.
  • 264 HA 488 a 15 (voir Id, Pol. 1256 a 25).
  • 265 Arist., HA 593 b 25.
  • 266 Alex., Pr. 4, 132,3.
  • 267 Arist., HA 593 b 14.
  • 268 Plu. 662 e 13.
  • 269 Str. 17, 2, 4, 31.
  • 270 Arist., HA 594 b 5 (voir Ar.Byz., Épit. 2, 334).
  • 271 Arist., HA 594 a 5.
  • 272 Arist., HA 590 b 10.
  • 273 Arist., HA 596 b 10.
  • 274 Arist., HA 596 b 12 (des insectes comme les mouches sont omnivores car ils goûtent à tous les sucs (...)
  • 275 Thphr., HP 9, 15, 4. Sur les insectes omnivores, voir Ar., Av. 1065.
  • 276 Ainsi, d’après les textes, pour l’ours : fruits, miel, insectes, crabes, viande ; pour les crustac (...)
  • 277 Arist., GA 786 a 34.

43L’adjectif παµφάγoς [pamphagos] (38/71), “omnivore” (formé avec πᾶς = tout), est originellement appliqué au feu261 et à l’homme262 par Alcman et Euripide263. Il sert aussi à définir un certain type d’alimentation : “certains animaux sont carnivores, d’autres herbivores, d’autres omnivores, d’autres ont un régime particulier (τὰ έµv σαρkoφάγα, τὰ δἐ καρπoфάκα, τὰ δἐ παµφάλα, τὰ δ’ίδιóτρoφα)”264 ; et caractérise le régime d’un grand nombre d’animaux : la majorité des oiseaux265, comme les coqs266, les corneilles de mer267, les corbeaux268, les cigognes269, mais aussi l’ours270, les reptiles271, les crustacés272, les insectes pourvus de dents273 et, parmi ceux qui en sont dépourvus, les mouches274, et enfin des scarabées275. Omnivore peut prendre des significations différentes selon les animaux et indique plutôt une alimentation variée276 qui influe sur l’apparence de l’animal : les animaux plutôt omnivores (τὰ παµφαγώτερα) sont généralement parlant de couleurs plus variées”277. Cet adjectif n’est substantivé nulle part ailleurs.

  • 278 Str 1, 16, 4, 9, 1 : οἱ ῥιζoφάγoι καì ἔλειoι ; ibid. 16, 4, 9, 9 ; ibid. 7, 3, 15, 49 ; cf. D.S. 3 (...)
  • 279 HA 595 a 16 : “le porc est l’animal qui a le plus de goût pour les racines (ῥιζoφάγoν) parce que s (...)
  • 280 Arist., PA 662 b 16.

44L’adjectif ῥιζoφάγoς [rhizophagos] (7/8), “qui mange des racines” (ρίζα), sert d’éponyme ou de qualificatif à des peuples exotiques chez Strabon278. Mais il est appliqué par Aristote au cochon279 et, sous forme substantivée, à certains oiseaux : “les oiseaux qui mangent des racines (τὰ ῥιζoφάγα τῶν ὀρνἐων) et certains de ceux qui vivent comme eux (τῶν ὀµoιoβίων ἔνια), ont l’extrémité du bec aiguisé”280.

  • 281 Gal., Anat. adm. 2,548, 9 (voir ibid. 2,545, 10 : ἓκτoν µηρνκάζoντα).
  • 282 Thphr., HP 3, 10,2, 7 : “on prétend que si des « animaux à crinière » mangent des feuilles [de l’i (...)
  • 283 Arist., HA 632 b 1.
  • 284 Arist., HA 632 b 6-7.

45Le participe µηρuκάζων [mêrukazôn] (8/11) est employé sous forme substantivée au pluriel pour désigner les animaux “qui ruminent” (µηρukάζειν). Bien que le verbe soit fréquent, surtout dans les ouvrages de médecine, le participe est peu usité. Il s’agit d’un genre nettement circonscrit et qui, d’après Galien, serait le plus éloigné morphologiquement de l’homme parmi les vivipares terrestres : “le sixième [et dernier] genre est celui des ruminants (τὰ µηρuκάζoντα)”281. Ce groupe d’animaux est constitué par les herbivores bisulques et domestiques, et s’oppose aux animaux à crinière282 et aux animaux qui ont une double dentition complète (fissipèdes et solipèdes) : “ruminent (µηρuκάζει) les animaux qui n’ont pas une double dentition complète (τὰ µὴ άµφώδoντα) comme les bovins, les moutons et les chèvres. En ce qui concerne les animaux sauvages, aucune observation n’a encore été faite, sauf pour ceux qui sont parfois domestiqués, comme le cerf, qui rumine”283. Ils sont répartis en “animaux nourris en étables” (τὰ τε καί’ oίκιαν τρεφόενα), et en “animaux qui vivent en troupeaux” (τὰ δ’άγελαία)284, mais il s’agit d’une distinction intraspécifique et non biologique.

  • 285 Gal., Hp. nat. hom. 15, 132,13 ; voir Ael., NA 5,41 : “les ruminants ont trois (sic) estomacs”.
  • 286 Arist., HA 522 b 8.
  • 287 Arist., HA 523 a 6.

46Leur principale caractéristique anatomique est la possession de quatre estomacs : “que les animaux ruminants (τὰ µηρνκάζoντα ζῷα) ont quatre estomacs et les animaux à double dentition complète un seul, cela ne nécessite aucune démonstration, mais une simple observation”285.Ils ont en outre tous de la présure286 et “les ruminants donnent un lait abondant et bon pour faire du fromage”287.

  • 288 Voir Arist., Fr. 520 ; Ath. 10,412 b ; ibid. 10,415 c-d ; Str. 1,4,5,4,6.
  • 289 Hp., vict. 2,49.

47L’adjectif πoλνφάγ [poluphagos] (14/16), “qui mange beaucoup”, qualifie presque toujours des hommes288. Dans le domaine zoologique il est opposé de manière générale à ὀλιγoφάγoς (1/1), “qui mange peu”, par l’auteur du Régime : “ceux qui mangent peu (τὰ óλιγoφάγα) sont plus secs que ceux qui mangent beaucoup (τῶν τoνλνφάγων)”289.

  • 290 Hp., Vict. 2, 49 ; voir Arist., HA 601 b 4 (les oiseaux non rapaces sont πoλύπoτα).
  • 291 PA 669 a 34 ; ibid. 671 a 9 ; ibid. 676 a 31.
  • 292 Les serpents (HA 594 a 7) et les oiseaux (Arist., HA 593 b 29).

48Signalons au passage l’adjectif πoλύπoτoς [polupotos] ou πoυλυπότoς (2/3), dérivé de πότoς (boisson, boire), qui est également substantivé dans le Régime : “les animaux qui boivent peu sont plus secs que les animaux qui boivent beaucoup (τὰ ὀλιγóπoτα τῶν πoυλυπóτων <ζηpóτερα>)”290. Il est opposé à ὀλιλóπoτoς [oligopotos] (7/9), “qui boit peu”, lequel, chez Aristote, qualifie surtout les quadrupèdes ovipares terrestres, dont le poumon est spongieux291, et de façon générale les ovipares terrestres292.

  • 293 Ainsi les’ϒλoϕάγoι (Agatharchide ap. Ar.Byz., Épit. 2, 50 et D.S. 3, 24, 1, 1 ; cet adjectif désig (...)
  • 294 Nous respectons dans cette liste le nombre (singulier/pluriel) et le statut (adjectif/substantivé) (...)
  • 295 HA 596 b 12 : parmi les insectes sans dents, les uns sont omnivores, d’autres herbivores, d’autres (...)
  • 296 Arist., HA 592 b 30.
  • 297 Il désigne une variété de scorpion : Nic, Ther. 784.
  • 298 SE., P. 1, 56, 3.
  • 299 Arist., Pol. 1256 a 5 : “certains animaux mangent des êtres vivants, d’autres sont herbivores, d’a (...)
  • 300 S.E., P. 1, 56,3.
  • 301 C’est le sens de l’adjectif en Arist., HA 488 a 15 où il vise les abeilles et les araignées (les p (...)
  • 302 Ar., Av. 231
  • 303 Ar., Av. 240.
  • 304 Ar., Av. 240.
  • 305 Il désigne un vers non identifié : ξυλоϕάγоυ τι σκώληκоς είδoς (Str. 12, 7, 3, 18).
  • 306 L’adjectif caractérise le régime du pic (Arist., HA 593 a 3). Sur le sens de σκνίψ, voir Beavis, 1 (...)
  • 307 Arist., HA 592 16 & 19.
  • 308 S.E., P. 1, 56, 3 (ou : oί σπεpµoλóγoι (picoreurs de graines) : Ar., Av. 232).
  • 309 SE., P. 1, 56, 3.
  • 310 Ath.7, 305f
  • 311 Hp., Vict. 2, 49 : “Les animaux qui se nourrissent de foin sont plus secs que ceux qui se nourriss (...)
  • 312 Ph., Spec. I, 164, 2 : “<le bétail> tout entier est χλоηϕάγоς et aucun de ces animaux n’est Carnivore”.

49On trouve par ailleurs d’innombrables adjectifs formés à l’aide du suffixe -ϕάγoς, caractérisant un régime particulier, qui fournissent de nombreux éponymes (ou “édonymes”) à des peuples exotiques293, mais qui sont aussi appliqués à des animaux. Ces adjectifs, parmi lesquels on compte quelques hapax hippocratiques ou aristotéliciens, sont parfois substantives, mais seulement de façon accidentelle et par une sorte de mécanisme syntaxique naturel et fréquent en grec, sans que leur valeur classificatoire en soit nécessairement accrue. La possibilité de créations nouvelles est illimitée et nous n’en donnons qu’un échantillon294 : αἱµβóρoς (4/39), “qui se nourrit de sang”295 ; ἀκανθoφάγoς (1), “qui se nourrit d’épines”296 ; γαιoφάγoς (1) “qui se nourrit de terre”297 ; τὰ γαλακτoφάγα “ceux qui se nourrissent de lait”298 ; ζῳoφάγoς (3), “qui se nourrit de viande”299 ; τὰ θαµνoφάγα (1), “ceux qui se nourrissent de buissons”300 ; ίδιoτpóφoς (1), “qui a un régime particulier
8301 ; oἰ κριθoτράγoι (1), “[les oiseaux] qui se nourrissent d’orge”302 ; τ κoµαpoϕάγα (1), “[les oiseaux] qui se nourrissent d’arbouses”303 ; τ κoτινoτpάγα (1), “[les oiseaux] becqueteurs d’olives sauvages”304 ; ξυλoϕάγoς (2), “qui se nourrit de bois”305 ; σκνιπoϕάγoς (1), “qui se nourrit de moucherons”306 ; σκωληκoϕάγoς (2), “qui se nourrit de vers”307 ; τ σπεpµoϕάγα (2), “ceux qui se nourrissent de graines”308 ; τ ύληνóµα (1), “ceux qui se nourrissent de bois”309 ; ϕυκoϕάγoς (1), “qui se nourrit d’algues”310 ; χopτoϕάγoς (1), “qui se nourrit de foin”311 ; χλoηϕάγoς (1), “qui se nourrit d’herbe”312...

Notes

1 Les premières occurrences de ce mot se trouvent dans des tragédies (Trag. Adesp., Fr. 732, 8 ;

A. Fr. 464, 14). Il est accessoirement employé pour désigner des sacrifices sanglants (Ph.,

Spec. /, 171,4) etc.

2 Voir Hpc, Humid. 1, 2, 22 ; Pl., Tim. 81 a 6 ; Gal., Comp. med. 13, 800, 8 ; Arist., GA 718 a

12 ; etc.

3 Voir Hp., Morb. 7, 1, 34, 2 ; Ruf., Ren. Vert. 9, 2 , 5 ; Gai., Simp. med. 12, 375, 17 ; Dsc. 1,68,

2 ; etc.

4 Voir Hp., Fract. 1, 29, 16 ; Thphr., HP 4,7, 2 ; Dsc. 5,21 ; etc.

5 HA 489 a 30 sq.

6 HA 490 b 7.

7 Voir HA 505 b 28 sq. ; cf. Gai., Simp. med. 12,310, 3.

8 Voir PA 642 b 15 : “d’autres divisions n’ont pas de nom, comme le groupe des animaux qui ont du sang et celui des animaux qui n’en ont pas. En effet, pour l’un comme pour l’autre groupe, il n’existe pas de nom unique qui l’embrasse” âλλαι δ’ είσὶν άνώννµοί, οῖον καὶ τò ἄναιµον ἐφ’ ἐκατέρῴ ƴὰρ τούτω ού κεῖται ἐν ὅνοµα

9 Voir aussi Arist., PA 678 a 8 ; Id., Resp. 474 b 3.

10 Thphr., HP 1,2, 5.

11 Voir PA 678 a 33 : “le fait que les uns aient du sang et que les autres n’en aient pas est contenu dans la définition même de leur essence”, ὅτι γάρ ἐστι τὰ µἐν ἔναιµα τὰ δ’ ᾶναιµα, ἐν τῴ λὀγῴ ἐνήπάρχει τῴ ὀρἱςοντι τῆν οῦσιαν αῦτῶν.

12 HA 505 b 25.

13 Gal., Plac. Hp. Pl. 7, 3, 2, 17 ; cf. Arist., HA 520 b 11 : “pour le sang, voici ce qu’il en est. C’est la partie nécessaire et commune par excellence à tous les sanguins (πᾶσιν ἀναγκαιóτατoν καὶ κoινóτατoν τoῖς ἐναίµoις) ; elle n’est pas accessoire, mais essentielle à tous tant qu’ils ne sont pas détruits”.

14 Voir Juv. 469 a 7 sq. (cf. PA 667 b 26) ; il est aussi le principe du mouvement (Somn. 456 a 5).

15 GA 742 b 36 ; voir Juv. 468 b 28 ; GA 740 a 17 : “le cœur est manifestement le premier organe à avoir une existence distincte chez tous les sanguins. Car c’est lui le principe des parties homéomères et anoméomères” ; comme son analogue chez les non sanguins (cf. ibid. 741 b 16).

16 Voir PA 650 a 35 ; il transcende le cadre moriologique et Aristote dit qu’il n’est pas exactement (ou seulement) une “partie” : oύδἐν γὰρ τῶν ζᾠων µὀριν (PA 656 b 21).

17 GA 726 b 2 ; cf. ibid. 766 a 6 ; Somn. 456 a 35 ; Juv. 469 a 1 ; HA 511 b 1 sq. ; PA 645 b 10 ;

ibid. 647 a 31 ; ibid. 650 a 2 ; cf. Alex., Mixt. 238, 14.

18 Voir HA 500 b 27 sq. ; HA 536 b 25 ; ibid. 538 a 22 ; ibid. 539 b 20 ; ibid. 557 b 32 ; PA 660 a 31 ; ibid. 673 b 18 ; ibid. 685 b 29.

19 On rencontre chez eux les quatre humeurs : “tu sais que toutes les humeurs - qui sont au nombre de quatre - se trouvent chez tous les animaux sanguins (τῶν ἐναἰµων ζᾡων) : le sang, le flegme, la bile jaune et la bile noire” (Gal., Simp. med. 12, 275, 12 ; voir Gal., Hp. nat. hom. 15, 51, 9).

20 Arist., PA 682 a 34.

21 Arist., PA 666 a 22 : “le cœur est le principe (ἀρχή) de la nature propre aux animaux sanguins”.

22 Voir HA 527 b 2 et PA 665 a 29. Ils possèdent un foie et une rate (PA 670 a 27 ; voir ibid. 666 a 25), un diaphragme (PA 672 b 13), un cerveau (PA 652 b 23) ; “l’épiploon, le mésentère et tout ce qui se rapporte à la nature des intestins, ainsi que le diaphragme et le cœur ; tous ont le poumon et la trachée-artère et l’œsophage, à l’exception des poissons » (PA 676 b 10 ; sur leurs organes, voir aussi HA 515 a 16 sq.).

23 Voir HA 508 a 5 :δέρµα µὲν οὖν ἄπαντ ἔχει τὰ ἔναµια ζῷα τρἱχας δ’οὐ πάντα.

24 Voir Arist., GA 715 a 20 : “dans l’ensemble des animaux sanguins, à quelques exceptions près,le mâle et la femelle sont parfaitement distincts” (Aristote est parfois moins réservé : ibid. 716 a 34 (ἐν πάσι τοῖς έναὶµοις) et ibid. 716 b 2). Les exceptions concernent uniquement les poissons (GA 762 b 22 ; HA 570 a 6 ; GA 763 a 6).

25 Voir GA 720 b 1.

26 Voir GA 721 a 30 ; GA 734 b 18

27 Mais aucun n’a plus de quatre pattes (IA 704 a 11 ; voir Ath. 8, 353 f).

28 Voir HA 490 a 27 ; PA 687 b 7 et 693 b 28.

29 IA 707 a 2 0 ; IA 708 a 13 ; etc

30 GA 732 b 8 : “tous les vivipares ont du sang et les animaux sanguins sont ou vivipares ou ovipares, à moins qu’ils soient absolument inféconds” (te. des individus ou les hybrides stériles comme le mulet).

31 Cf. Juv. 469 b 9 : “il est donc nécessaire que le principe de cette chaleur <vitale> se trouve dans le cœur, chez les animaux qui ont du sang, et dans une partie analogue, chez ceux qui n’ont pas de sang, car tous élaborent et digèrent la nourriture grâce à cette chaleur naturelle, et c’est surtout l’organe principal qui remplit cette fonction”.

32 Voir GA 732 a 20 : “à considérer les choses en général, les animaux sanguins sont plus grands que les animaux non sanguins” (voir HA 490 a 22).

33 Les plus chauds des sanguins sont, dans la biologie aristotélicienne, les vivipares car ils ont plus de sang que les autres (HA 520 b 27 ; PA 669 a 24 ; voir PA 655 a 17 ; ibid. 668 b 35 ; voir aussi Thphr., Fr. 171, 6 ; Gai., Simp. med. 11, 552, 5 ; Gai., Nat.fac. 2, 116, 18), et les mâles plus que les femelles (GA 766 b 20).

34 Voir GA 777 b 20 ; et en général : Long. Brev. 466 a 4 sq

35 Arist., HA 533 a 1.

36 Voir Arist., An. 420 b 10.

37 Gai., Praesag. 9, 425, 6.

38 Mais ceci ne remet pas en cause la division entre sanguins et non sanguins, qui dépend en dernier ressort de la présence d’un cœur (GA 762 b 24).

39 Voir GA 732 b 33 : “la chaleur naturelle est fonction du poumon là où il est plein de sang (ἔναιµζ). Car d’une manière générale les animaux qui ont un poumon sont plus chauds que ceux qui n’en ont pas, et, parmi les premiers, ont plus de chaleurs ceux dont le poumon n’est ni spongieux, ni compact, ni pauvre en sang, mais au contraire plein de sang et mou“ (voir PA 669 a 24 : “certain ont <le poumon> plein de sang et développé ; les autres plus petit et spongieux”) ; PA 670 b 17 & 33 ; ibid. 671 a 17 & 35 ; Resp. 470 b 24 ; ibid. 480 b 6 (πλε ύµων ἔναιµος = poumon riche en sang) ; voir l’usage non positif : ἐναιµότερα (PA 634 b 18) et ἐναιµότατον (PA 653 a 30).

40 Aristote (24/66).

41 Arist., HA 489 a 25 ; voir GA 728 a 34. Le sang est la nourriture ultime du corps (τροφὴ αἱµατική : Arist., GA 726 b 10 ; ibid. 745 b 29 ; etc.) ; le lait est une humeur sanguine (GA 111a 7, etc. ; cf. Ar.Byz., Epit. 1, 58 ; Gai., Sem. 4, 623, 14), parmi d’autres (Alex., Pr. 1, 2,4, 2 ;Gal., Loc. affect. 8,309,4) ; le sang est une question de nature(φύσις : Arist., HA 647 a 35 ; voir Gai., Foet. form. 4,658,9 ; Sor., Gyn. 36,7, 1 : oύσἰα). Il qualifie aussi des organes (Arist., PA 665 b 5 ; ibid. 673 b 2 ; Alex., Pr. 1, 102,6 ; etc.).

42 GA 738 b 4.

43 Dans un dixième des cas (21/222) l’adjectif est au comparatif ou au superlatif. L’adverbe άναιµωτἱ (“sans effusion de sang”) apparaît quatre fois chez Homère (Il. 17, 363 & 497 ; Od. 18, 149 & 24,532).

44 L’adjectif άναἱµακτος (33/115) n’est jamais appliqué à un animal.

45 Il. 5, 341-42. Comme en écho, Cambyse se moque des dieux égyptiens en ces termes : “voilà donc vos dieux, faits de sang (ἔναιµοι) et de chair...  !” (Hdt. 3, 29).

46 Pour une blessure voir Théon, Util. math. 1,48, 3 ; Gal., Comp. med. 12, 982, 4 ; etc.

47 Gal., Smpt. 7, 226, 9

48 Pl., Prt. 321 b 2 (cf. Gai., Trem. 7,634, 1).

49 Gal., Hp. art. 18 a, 578, 16 (ὀστoῖς καὶ χóνδροις).

50 Gal., Hp. epid. 17 b, 134,10 (ὅσα γὰρ ἐζ ὀστῶν πἐφνκεν σώµατα).

51 Gal., Hp. art. 18 a, 691, 13.

52 Gal., Hp. aph. 17 b, 832, 18.

53 Gal., Aliment, fac. 6, 672, 5.

54 Plu. 913 e 12.

55 Pl., Tim. 72 c 7.

56 Arist., GA 718 a 14 ; ibid. 739 a 1 (voir aussi HA 510 a 17 et PA 671 b 15).

57 Arist., HA 520 b 33.

58 Pl., Tim. 70 c 6 (et de manière plus surprenante : Arist., PA 669 b 9 -ὀ πλεύµων-).

59 Le cerveau est de toutes les parties humides du corps la plus dépourvue de sang (PA 652 a 35 ; voir HA 514 a 18 ; An. 438 b 29 ; Sens. 444 a 9 ; Somn. 457 b 29 (ψήχρóτατον) ; etc.)

60 Hp., Vict. 2,46,10 ; voir Hp., Morb. pop. 5, 1, 7 1, 2 (χοιρείων ἐναιμοτἐρων).

61 Voir Gal., Temp. 1,568,11 ; Gal., Temp. 1,601,3 ; Gal., Natfac. 2, 116,16 ; etc.

62 Hp., Flat. 1, 8, 10. Voir Arist., Long. 466 b 25 (τῶν ζῴων τῶν ὀλιγαίµων ἣ ἀναίµων).

63 Democr., Fr. B 148.

64 Democr., Fr.B 5 b 93.

65 Arist., PA 665 a 30.

66 Voir HA 527 b 3 ; cf. HA 532 b 8 : “aucun <insecte> n’a de viscères (σπλάγχνον) ni de graisse,pas plus d’ailleurs qu’aucun des non sanguins”. Aristote emploie le mot ai&.σπλάγνον dans un sens plus restreint que notre mot “viscère”, sans doute uniquement pour le cœur, le poumon et le foie.

67 Cet auteur totalise la moitié des occurrences du mot (111).

68 Cf. HA 489 a 32.

69 Cf. PA 642 b 15.

70 Cf. HA 505 b 27

71 Voir aussi Ar.Byz., Épit. 1,77.

72 Voir Arist., GA 728 a 21 ; ibid. 726 b 2 ; PA 650 a 34 ; etc. Ils ont un “analogue” de règles (GA 729 a 23) et un analogue de cœur (Juv., 468 b 30 ; cf. Juv., 469 b 6 & 11 ; PA 647 a 30).

73 Le premier emploi d’ ἄναιμος pour un invertébré est dû à Anacréon (Fr, 34, 17), si l’on accepte la lecture de H. Etienne (TLG, t.1, p. 377) ἄναιμ’ ἄσαρκε au lieu de ᾶναιμóσαρκε à propos de la cigale.

74 Arist., GA 720 b 2 ; cf. HA 490 b 14 ; ibid. 523 b 1 ; Aristophane de Byzance, victime des apparences, considère pour sa part que la punaise a du sang, mais se garde cependant de la qualifier d’ἔναιμος (Ar.Byz., Épit. 1, 115 : µόνος πολύπoνς ύπάρχων αἰµα ἔχει).

75 HA 489 a 34.

76 Voir aussi Ar.Byz., Épit. 1, 132

77 Arist., GA 758 a 5 ; ibid. 761 b 2 ; ibid. 761 b 6 ; PA 654 a 6 ; Cf. Gal., Vict. corn. 15, 694, 2 (ἅναιμα γὰρ ὅντα καὶ διὰ τοῦτo ψνχρά) ; voir aussi Gai., Hp. aph. 1, 17 b, 571, 16 ; ibid. 1, 17 b, 833,1 (τò γὰρ ἅναιμον ἅπαν ψνχρóν) ; ibid. 1,17 b, 803, 14 ; Gal., UP 3,176,16.

78 Arist., GA 743 b 11.

79 Voir PA 651 a 26 : “ce qui fait qu’aucun animal non sanguin n’a ni graisse ni suif c’est qu’il n’a pas non plus de sang” ; cf. GA 727 b 2 ; cf. Alex., Sens. 1, 27, 17.

80 PA 648 a 25

81 Arist., IA 707 a 24 ; voir ibid. 707 a 27 : “certains animaux non sanguins (ἀναἰµων) polypodes peuvent, une fois sectionnés, vivre longtemps dans chacune de leurs parties” (voir PA 673 a 30 ; ibid. 682 a 4 ; etc.

82 GA 715 a 22 ; cf. ibid. 716 b 1 ; ibid. 763 a 7.

83 GA 732 a 29.

84 Voir GA 733 a 26. Il y a une réelle ambiguïté sur ce point. Le Stagirite affirme que tous les insectes sont larvipares (ibid. 733 a 25), que l’œuf est une sécrétion du sang (ibid. 751 a 34), et qu’aucun non sanguin n’est ovipare (ibid), mais il appelle toujours les produits des céphalopodes et des crustacés des “œufs” (ᾠά : ibid. 758 a 7 ; etc.) ; les produits des testacés sont également appelés couramment ᾠά, usage contre lequel s’élève, cette fois, Aristote qui n’y voit qu’une sorte de boule de graisse (πιότŋς : PA 680 a 25).

85 Arist., GA 732 a 21.

86 HA 490 a 21.

87 Cf. HA 466 a 5.

88 HA 466 a 11.

89 GA 713 a 26 ; voir IA 704 a 11 ; ibid. 708 a 18 ; cf. Ar.Byz., Épit. 1, 115 ; Antig., Mir. 63.

90 PA 650 b 30.

91 PA 650 b 24 ; voir ibid. 648 a 4

92 Voir PA 666 a 35 : “ce qui définit l’animal c’est la sensibilité, et ce qui est le premier sensible c’est ce qui est le premier à avoir du sang (τὸ πρῶτον ἔναιµον), ce qui est précisément le cas du cœur”.

93 M 681 b 13-682 a 8.

94 Emp., Fr. B 86, 44, ap. Thphr., Sens. 23,6. Cette critique vise en effet Empédocle.

95 PA 656 b 19 ; ibid. 666 a 16. Il s’agit à la fois de maintenir que le sang est le siège de la sensibilité (chez les sanguins) et de laisser ouverte la possibilité pour les non sanguins d’avoir la sensibilité. Voir sur ce point l’embarras d’Alexandre (Alex., An. 1, 97, 4). Le Stagirite ne parle pas explicitement de la sensibilité des animaux exsangues sauf pour ce qui est du goût : “tous les animaux qui sont privés de sang (τὰ µὴ ἔναιμα) possèdent l’organe qui perçoit les saveurs” (PA 660 b 11) ; et de l’odorat (Anst., An. 421 b 11). Le lien entre sang et sensibilité se manifeste dans d’autres textes par la corrélation des trois adjectifs ἅψνχoς/άναἰσθŋτoς/ἅναιμoς (Plu. 980 b 11, à propos de l’éponge ; voir Id. 660 f 1 ; cf. D.C., Orat. 20, 45, 3 : ἅναιμoς, ἅσαρκoς, ἅψνχoς). Le fait que les non sanguins n’aient pas de voix contribue à les représenter comme des êtres insensibles (Arist., An. 420 b 9).

96 A., Supp. 842 : “un sanglant massacre” (πoλναίµων φóνιoς) ; Emp., Fr. 148, 149 & 150 (πoλναίµατoν τò ἧπαρ).

97 Voir Hp., Flat. 8, 10 ; ibid. 14,25 ; cf. Hp., Oss. nat. 1, 12, 2 ; Arist., HA 521 a 25.

98 Voir Hp., Nat. mul. 1, 1, 6 ; cf. Gal., Meth. med. 10, 607, 1 ; Id , Comp. med. 12, 560.

99 Voir Parm., ap. Arist., PA 648 a 30.

100 Hp., Vict. 2,49 ; cf. ibid. 2, 46

101 Arist., HA 515 a 19

102 Voir PA 669 a 26 : “les <sanguins> vivipares, en raison de leur chaleur naturelle sont plus grands et ont plus de sang (πoλύαιμoν)” ; cf. ibid. 669 b 3. On remarque que l’ordre de causalité est inverse dans GA 758 a 5, où le Stagirite dit que les exsangues sont froids parce qu’ils sont non sanguins.

103 HA 520 b 17.

104 Arist., HA 521 a 26. Parménide pensait, à tort selon Aristote (GA 765 b 18), que les femmes étaient plus chaudes et plus sanguines que les hommes (Arist., PA 648 a 30).

105 Arist., An. 484 a 35 sq.

106 Il qualifie des parties : Hp., Vtct. 2, 46 ; Arist., HA 495 a 23 ; Gal., Temp. 1, 605, 15 ; etc.

107 Vict. 2,49. Un autre passage du corpus hippocratique laisse à penser que cette curiosité pourrait être une faute de manuscrit : “les chairs jeunes sont en général plus numides et plus sanguines tandis que les chairs âgées sont plus sèches et pauvres en sang (ὀλίγαιμoι)” (Hp., Nat. mul.1, 7). Les chairs pauvres en sang sont les plus légères (ibid. 49,13).

108 Gal., Anim. mor. 4, 910, 7.

109 Cf. GA 732 b 35 (µŋδ’ ὀλίγαιμoν ἀλλ ἔναιμoν).

110 Arist., Long. brev. 466 b 25.

111 Arist., PA 651 b 9.

112 HA 594 a 9 : “ont <le poumon> spongieux tous les animaux qui ont peu de sang (τὰ όλίγαιμα) et les ovipares”.

113 Voir PA 692 a 22 (ó χαµαιλέων... ὀλιγαιµóτατoς).

114 Voir Arist., An. 484 a 37.

115 Voir Id., Resp. 477 b 11 ; GA 762 b 24.

116 PA 652 a 14

117 Respectivement 62/158 (ζῳoτόκα) et 96/ 158 (ζῳoτoκoῦντα). Les formes conjuguées du verbe ne sont pas comptabilisées (Aristote : ζῳoτoκεὶν + ζῳoτόκoς= 242).

118 Theoc. (1), Opp. (1), Philostr. (1), Ph. (1), S.E. (1), Ael. (1).

119 Arist., HA 489 a 34 ; comparer avec la curieuse tripartition de S.E., P. 1, 42, 4 (“parmi les animaux, globalement, certains sont enfantés vivants (ζῳoτoκεῖται) comme les hommes, d’autres sous forme d’œuf (ῴoτoκεῖαι) comme les oiseaux, d’autres sous forme de paquet de chair (σαρκoτoκεῖται), comme les ours”).

120 Arist., GA 718 b 28 ; voir HA 489 b 11, etc. ;ibid. 496 b 2 (ζῳoτoκoῦσιν έν αύτoῖς τε καὶ ἐκτóς).Aristote dit aussi être vivipare “externe” (εὶς δἐ τò φανερόν) et “immédiats” (τὰ εύθύς ζῳoτoκoῦντα) : GA 719 a 13-b 23

121 GA 720 a 19.

122 L’homme est le seul bipède vivipare : Ar. Byz., Épit. 2,7.

123 Arist, GA 764 a 35

124 HA 492 a 26 : “les vivipares, à l’exception du phoque, du dauphin et des animaux du genre des cétacés, ont tous des oreilles”. Mais Aristote ne parle jamais pour eux d’un autre mode de reproduction.

125 GA 732 b 24 ; pour le phoque voir ibid. 781 b 23.

126 Ar. Byz., Épit. 2,2.

127 G A 774 b 5.

128 GA 720 a 19.

129 HA 497 b 14 sq ; ibid. 504 b 20.

130 HA 501 a 9.

131 HA 506 b 24 ; ibid. 519 b 5.

132 HA 536 a 32

133 GA 7 5 6 a l.

134 GA 716 b 25.

135 Ibid. 749 a 29.

136 Voir Ar. Byz., Épit. 1, 122 ; Aristote dit aussi qu’ils ont deux paupières, mais il n’est pas sûr qu’il pense aux sélaciens (PA 657 a 27). Il remarque encore que tous les animaux poilus sont vivipares (cf. Antig. Mir. 64 ; voir ibid. 76 ; Arist., HA 490 b 28) ; mais l’inverse n’est pas vrai (ibid 490 b 21 & 25), et seuls les vivipares terrestres sont poilus (ibid. 517 b 5).

137 Ailleurs il semble établir une certaine relation entre locomotion et génération (GA 728 b 7 ; voir HA 498 a 5) ; mais il n’y a de lien ni entre le fait d’être vivipare et le fait d’avoir des pieds (voir GA 732 b 24) ni entre la viviparité et le nombre de pieds (ibid. 732 b 16).

138 GA 732 b 27.

139 GA 732 b 28-31 (voir Tphr., Fr. 171, 6).

140 GA 737 b 26.

141 GA 732 b 8 (voir HA 490 b 20).

142 Les sanguins vivipares ont le poumon plus grand et plus sanguin (PA 669 a 25).

143 GA 737 b 15. Cet ordre est en léger décalage avec l’ordre physique : testacés, crustacés, céphalopodes, insectes, poissons, oiseaux, quadrupèdes (ovipares/ vivipares) ; cf. HA 539 a 9.

144 Voir GA 717 a 3 ; ibid. 739 b 7 ; ibid. 718 b 1 ; HA 505 b 2 ; Ar.Byz., Épit. 1,149.

145 GA 749 a 23 ; voir s.v. σελάχŋ pour d’autres références. Les expressions ἐν αύτῷ ou ἐν αύτoῖς que comportent les manuscrits semblent des ajouts, et nous les mettons entre crochets. L’expression ἐν αύτῷ - que choisit P. Louis (Belles Lettres) - est en contradiction avec tous les autres passages sur les sélaciens et leur définition comme vivipares externes ; l’autre lecture ἐν αύτoῖς, théoriquement acceptable (“parmi les sélaciens”) n’est guère plus satisfaisante, car elle constitue un pléonasme.

146 Ar.Byz., Épit. 1, 144 ; Arist., HA 511 a 16.

147 Ar.Byz., Épit. 2, 439.

148 Arist. (163), Ar.Byz. (6) ; cf. Phlp. (51). L’adjectif se rencontre 74 fois et le participe 89.

149 Arist., HA 489 a 34 ; cf. Pol, 1256 b 13 ; Ar.Byz., Épit. 2, 2.

150 Arist., GA 732 b 2.

151 Les trois principaux groupes (quadrupèdes ovipares, oiseaux et poissons) sont examinés successivement en GA 717 b 5 ; Arist., GA 716 b 21 (τά ᾠoτoκoῦτα τετpάπoδα) ; ibid. 719 b 11 (τά ᾠoτóκα καì. τετράπoδα τῶv φoλιδωῶv). Les crustacés et les céphalopodes ne sont pas explicitement nommés comme tels bien que leur mode de reproduction soit sans ambiguïté (GA 720 b 22).

152 Voir aussi Opp., H 1, 750 (ώoτoκῆες) et ibid. 1, 596 (iχθύες ώoτóκoι).

153 Cf. Antig., 76 ; Nic, Ther. 136 (ᾠoτóκoι ὅφιες).

154 GA 731 a 34.

155 GA 732 a 25. On trouve une formule génétique curieuse dans les Broderies de Julius Africanus (1, 17) où il est apparemment question de la chauve-souris, tellement oiseau qu’elle devient ovipare : “Il y a un animal volant aux ailes membraneuses qui vit dans les endroits obscurs et dont les petits sont les seuls, parmi les volatiles ovipares (τῶν ᾠoτoκoύτων πτηνῶν) à être allaités”.

156 GA 749 a 17.

157 GA 718 b 6 sq. ; cf. ibid. 755 b 29

158 GA 752 b 35.

159 Ils sont opposés en GA 757 a 28.

160 Voir aussi Thphr., CP 1, 21, 5.

161 GA 733 a 17 ; voir ibid. 733 a 7 (διά δὲ ξηpóτητα ῴoτoκoύσι) et ibid. 733 a 10 (ᾠoτoκεῖ µὲv ὄτι ψνχpά) ; cf. PA 697 a 13. Notons que Théophraste, après Aristote (et Empédocle), établit une analogie entre les bourgeons et les œufs (Thphr., CP 1, 7, 1 ; cf. GA 718 b 8 et ibid. 731 a 5).

162 En tout cas pas les anguilles (voir HA, 570 a 2).

163 HA 505 b 1. Voir HA 564 b 16 (car les sélaciens ne sont pas ovipares : Ar. Byz., Épit. 2,2).

164 GA 755 b 2.

165 L’ovoviviparité est exprimée par des locutions multiples : ἐν αύτοῖς μἐν φοτοκοῦσιν εἰς δἐ τò φανερòν ζῳοτοκοῦσιν (GA 719 b 23 ; HA 511 a 2) ; τὰ δ’ ᾠοτοκήσαντα έν αύτοῖς ζῳοτοκεῖ έκτòς (GA 720 a 18) ; τὰ δ’ἐν αύτοῖς ῶοτοκήσαντα πρῶτον οὔτω ζῳοτοκεῖ θύραζε (GA 732 b 1 ; cf. ibid. 733 b 5 ; ibid. 737 b 18) ; τα δ’ ᾠοτοκήσαντα ζᾠοτοκεῖ ἐν αύτοῖς (ibid. 733 a 5) ; ἐν αύτοῖς μἐν ᾠοτοκεῖ τέλειον ᾠòν ἔξω δἐ ζῳοτοκεῖ (ibid. 754 a 21 ; à propos de la vipère : HA 558 a 25) ; ζῳοτοκεῖ μόνον, ᾠοτοκήσας ἐν αύτῷ πρῶτον (ibid. 511 a 16, à propos de la vipère).

166 GA 720 a 17 ; cf. GA 719 a 5 : “aussi les animaux de ce genre ont-ils l’utérus différent aussi bien de celui des vivipares que de celui des ovipares (τoῖς ῴoτóκoις) parce qu’ils participent à la fois des deux groupes” ; cela signifie qu’ils ont l’utérus à la fois en haut et en bas (sic : GA 719 a 11), et à la fois dans la partie dorsale et ventrale (GA 720 a 17). Ces animaux comprennent aussi la vipère qui n’est pas, comme le reste des serpents, un strict ovipare (GA 718 b 32).

167 HA 495 b 3 ; PA 669 b 24.

168 PA 669 a 26.

169 HA. Byz., Épit. 1, 115.

170 HA 506 b 25.

171 HA 504 b 4.

172 HA 506 a 13.

173 HA 538 a 23.

174 HA 540 b 22.

175 HA 536 b 31 ; en revanche, l’oviparité ne tient pas au nombre de pieds (GA 732 b 15 sq. ; Ar.Byz., Épit. 1, 98). Dans tous les cas, ces animaux se développent après avoir quitté l’utérus et hors de lui (GA 746 b 27).

176 Le verbe σκυµνoτoκέω) devrait signifier “mettre bas”, à propos de mammifères, mais il ne se trouve qu’avec l’extension indiquée. Le mot σκύµνoς désigne avant tout le petit du lion (Poll. 5, 15 ; Hsch., Σ 1176 ; Phot., Σ 525 ; etc.) ; par extension celui des fissipèdes carnivores en général et des singes (Ael., NA 7, 47 ; Hsch., Σ 1177). Le principal groupe des sélaciens (les squales) étant appelés “chiens” (de mer), il est possible que cette affinité onomastique ait favorisé l’usage de ce mot pour exprimer leur mode de reproduction.

177 Arist., Fr. 324, 2, ap. Ath. 7, 314 c. On peut hésiter, sur la foi de ce seul exemple, à restreindre le terme aux seuls ovovivipares mais un autre passage (Fr. 324, 6, ap. Ar.Byz., Épit. 1, 41) confirme cette limite.

178 Ce chiffre comprend les formes adjectives et participiales du verbe σκωληκoτoκεῖv qui apparaît sous d’autres formes une quinzaine de fois. Philopon (ve siècle ap. J.-C.) est le seul à reprendre, au-delà du iie siècle av. J.-C., ce vocable strictement péripatéticien (Arist., Thphr., Ar.Byz.).

179 Voir supra.

180 HA 489 a 34 (voir GA 733 b 27 ; Ar.Byz., Épit. 2,2 ; Thphr. CP 4, 6, 4 ; ibid. 4, 15, 2).

181 Arist., HA 489 b 6. Dans l’œuf, une partie fournit le germe et une autre la nourriture.

182 GA 733 a 27 ; cf. GA 757 a 30 : “<les poissons>, d’une certaine façon, ressemblent aux larvipares”.

183 Ar.Byz., Épit. 2, 3 (λεπτóν καì άσθεvἐς καì оύκ ἂξιov ίστoρίας).

184 Sur le σκώληξ comme άτελέστατoν κύηµα voir GA 758 a 33.

185 GA 733 a 24 ; voir ibid. 732 b 10. Aristote introduit une précision sur ce mode de reproduction (θύpαζε), qui n’est toutefois pas discriminante comme elle l’est pour les vivipares : “tous les insectes sont dépourvus de sang : voilà pourquoi tous aussi mettent au monde des larves à l’extérieur” (ibid. 733 a 25).

186 Voir GA 732 a 29 (<parmi les non vivipares> τά µὲν ἕvαιµα ῴоτокεῖ, τά δ’ ἂναιµα σкωληкоτокεῖ).

187 GA 762 b 20.

188 HA 489 b 7.

189 GA 774 b 10-13 (sur la croissance extérieure des larves voir GA 755 a 15).

190 Arist., GA 771 b 1. On trouve πоλυτóкα vs óλιγoτóκα, dans une liste de contraires (Philon, Her. 211,2).

191 Arist., GA 771 b2.

192 Arist., GA 771 b 5 ; voir GA 771 a 16-22.

193 Pour les oiseaux, Aristote emploie aussi les adjectifs πoλύγoνoς et ὀλιγóγoνoς (HA 558 b 24-28).

194 Arist., GA 771 b 10 ; elle vaut même à première vue, pour les végétaux (ibid. 771 b 13).

195 Alex., Pr. 2, 68, 1. Théophraste est le premier à signaler le fait (absent des ouvrages aristotéliciens et surtout du traité sur la longévité) : “en effet, les animaux qui ont le plus de petits [en une portée] vieillissent et meurent plus vite” (Thphr., CP 2, 11, 1) ; comparer avec Arist. GA 771 b 14 sq. Hérodote exprime sa théorie en ces termes : “sans doute la divine providence a-t-elle, dans sa sagesse - ainsi d’ailleurs qu’on peut s’y attendre -, donné aux animaux craintifs et bons à manger une fécondité exceptionnelle pour en sauvegarder l’espèce, et peu de fécondité aux animaux féroces et malfaisants” (Hdt. 3, 108).

196 Arist., GA 772 b 3 (voir ibid. a 33 ; Ar.Byz., Épit. 1, 101). Aristote indique que les naissances monstrueuses sont plus fréquentes chez les pluripares (Arist., GA 770 a 9).

197 Voir Ar.Byz., Épit. 1,91 ; Gal., Uteri diss. 2, 890,14.

198 PA 688 a 32 (voir PA 688 b 22).

199 Alex., Pr. 2,68,5.

200 Arist., GA 725 a 29

201 Arist., GA 746 a 12.

202 GA 771 b 1.

203 Voir GA 750 a 16 : “aucun oiseau n’est unipare (µoνoτόκoς) sauf le coucou”.

204 Voir GA 774 b 8 (et Plu. 93 f 8).

205 GA 770 a 8 (voir Ar.Byz., Épit. 1, 91). Les unipares sont proches de la stérilité en vertu de la théorie aristotélicienne des rapports entre forme et matière (voir Arist., GA 748 a sq.)

206 GA 771 a 17 sq. : “d’abord, la raison pour laquelle certains animaux sont multipares, les autres unipares (µoνoτόκα), peut raisonnablement être l’objet d’étonnement”.

207 II tient le précédent examen pour problématique (άπoρία : ibid. 771 b 16).

208 C’est la raison que donne Aristote (GA 771 a 3 ; voir GA 111 a 27 -διὰ τò µἐγεθoς-).

209 Ibid. 771 b 18

210 GA 112 b 2 ; cf ibid. 773 b 22 : “cependant, parce que l’homme est par nature pluripare...”.

211 Le radical βoρ- a la même signification que φαγ- et le mot κρέας (viande) est un équivalent de σάρζ

212 Lyc, Alex. 1,660.

213 Hdt. 4,186.

214 L’adjectif κρεoφάγoς est seulement appliqué à des hommes (Hdt. 4, 186, 2 ; Str. 16, 4, 9, 25 ; etc.).

215 Voir Arist., HA 488 a 15 (τὰ µἐν σαρκoφάγα, τὰ δἐ καρπoφάγα, τὰ δἐ παµфάγα, τὰ δ’ ιδιóτρoφα ; cf. SE., P. 1,56,4).

216 Ainsi Plu. 971 e 7 ; Ph., los. 1,25, 8 ; Ph., Mos. 1, 1, 43, 3.

217 Il est souvent utilisé en fonction d’attribut pour le loup (Ar.Byz., Épit. 2,212), le chien (Arist., PA 688 b 4), le lion (Arist., HA 594 b 17). Il existe aussi des variétés normalement herbivores et exceptionnellement carnivores (ταῦρoς : D.S. 3, 35,7, 2 ; Str. 16,4, 16, 17).

218 Arist., HA 594 a 26.

219 Gal., UP 3, 175, 17 (voir ibid 3, 176,9).

220 Voir Gal., Anat. adm. 2,546, 11 ; Id., UP 3, 176, 4 ; Plu. 733 b 4. Le signe de la peste, d’après Thucydide, était l’étrangeté du comportement des rapaces qui ne touchaient plus aux cadavres. Voir aussi Alex., Sens. 1,10,24 ; Thphr., CP 1,22,1 ; Ph., Virt. 1,136, 4 ; Opp., C 3,5.

221 Gal., UP 3, 175,19. Dans cet exemple il inclut les rapaces.

222 Ar.Byz., Épit. 1, 29 (τὰ yαµψώνυχα καì ὶσαρκoφάγα; voir Arr., An. 2, 26, 4 ; Arist., HA 593 a 29 ; ibid. 606 a 27 ; Plu., Brut. 39,5, 1 ; Clem. Al., Str. 2, 15, 68, 3 ; ibid. 6,16,133,4.

223 Voir HA 592 b 15 (hibou, petit duc et chouette).

224 Arist, HA 592 a 29.

225 Plu. 956 c 6.

226 Arist., PA 693 a 3 ; voir Plu. 286 b 6. Voir aussi Cyranides 3, 36 : “après l’arrivé d’une guerre on peut voir des blessés parmi les corneilles et les autres bandes nombreuses des oiseaux carnivores”).

227 Ar.Byz., Épit. 1, 29 ; voir Arist, HA 563 a 12 ; ibid. 592 b 16 ; Plu. 727 e 8.

228 Arist., HA 594 a 6 (surtout les serpents : ibid. 594 a 12 ; cf. Philumen., Ven. 1, 31, 3).

229 Arist., HA 621 b6.

230 Ar.Byz., Épit. 1,6 (voir Arist., HA 591 a 9) ; cela détermine la forme de leur bouche (PA 662 a 31 ; ibid. 697 a 2). Voir aussi HA 602 a 21 ; Ath. 7, 282 d & 301 c & 309 a & 310 e & 315 a & 319 e.

231 Arist., HA 591 b 9 ; Arist., Fr. 308, ap. Ath. 7, 277 e.

232 VoirArist.,HA 590 b 20.

233 Voir Arist., HA 590 b 12.

234 VoirArist.,HA 556 b 21.

235 Voir Arist., HA 590 b 2.

236 Hom., Il. 5, 782 ; ibid. 7,256 ; ibid. 15,292 ; cf. Théoc. 13,62

237 Hom., Il. 11,479 ; Arist., HA 610 a 14.

238 Hom., Il. 16,157 (voir Arist., HA 609 b 2 ; cf. h. Ven. 124 -θῆρες ώµoфάγoι-).

239 Th., 3, 94, 5 ; Str. 15, 1, 57, 28 ; Luc, V. H 1,3 & L. 35 ; E., Ba. 139 ; Luc, Bacch. 2, 21 (voir Thgn. 542).

240 Ibycus, Fr. 40,4 (voir Opp., H 2, 141 : le sélacien appelé “bœuf” -ώµoфάγoς βoῦς-).

241 L’épervier (Arist., HA 609 b 4), l’aigle (ibid. 609 b 14), le faucon (ibid. 615 a 4).

242 Voir Hp., Vict. 2,49 ; Opp., H 5,23.

243 Arist., HA 608 b 26.

244 Arist., PA 693 b 28 (cf. Arist., PA 693 a 13).

245 Sur l’ambiguïté du mot καρπός voir s.v. καρπoφάγς.

246 Arist., HA 595 a 15.

247 S.E., P. 1, 56, 3.

248 Hp., Vict. 2,49. Nous adoptons la correction de Joly (χopτoφάγα au lieu de χλωρoφάλα).

249 Gal., UP 3, 175, 18.

250 Gal., UP 3, 176, 3 ; cette détermination est liée à l’idée de domesticité (Ph., Spec. 1,4, 104,4).

251 Arist., HA 595 b 6.

252 Arist., HA 595 b 23 ; cf. Dsc. 2, 80, 3,9 ; App., Lyb. 1,471,4.

253 Ar.Byz., Épit. 2,78.

254 Arist., HA 596 a 13.

255 Arist., PA 662 b 10 ; voir ibid. 693 a 15. L’adjectif équivaut à ῥιζoφάγoς (voir Arist., PA 662 b 16).

256 Arist. ap. Ath. 9, 393 d. Certains hommes sont herbivores (App., Lyb. 1, 499, 8 & Mythr. 1, 328,1).

257 Voir Hp., Vict. 2,49 : il s’agit d’une nourriture dessiccante. Le mot grec Kαρπός désigne aussi bien les “fruits” de la terre (principalement céréaliers) que les fruits des arbres.

258 Voir πoηφάγoς (et Arist., HA 593 a 14 : καρπoφάγoῦντα καὶ πooφάγoῦντα).

259 Arist., PA 694 a 7 : les oiseaux mauvais voiliers sont “soit les espèces qui vivent à terre et se nourrissent de graines (καρπoφάγα), soit celles qui nagent et vivent au bord l’eau” (voir Ath. 9, 398 c).

260 Arist., Pol. 1256 a 25 (voir Id, HA 488 a 15).

261 Voir E., Med. 1187 ; cf. Mésodème, Fr. 13,6 ; Orph., H 12,6 ; Plu. 956 e 7 ; etc.

262 Voir Alcm., Fr. 42 ; Arist., ÉN 1149 b 34 ; Plu. 991 c 4 ; etc.

263 Alcm., Fr. 42, ap. Ath. 10, 416 c. Cf. E., Med. 1187.

264 HA 488 a 15 (voir Id, Pol. 1256 a 25).

265 Arist., HA 593 b 25.

266 Alex., Pr. 4, 132,3.

267 Arist., HA 593 b 14.

268 Plu. 662 e 13.

269 Str. 17, 2, 4, 31.

270 Arist., HA 594 b 5 (voir Ar.Byz., Épit. 2, 334).

271 Arist., HA 594 a 5.

272 Arist., HA 590 b 10.

273 Arist., HA 596 b 10.

274 Arist., HA 596 b 12 (des insectes comme les mouches sont omnivores car ils goûtent à tous les sucs).

275 Thphr., HP 9, 15, 4. Sur les insectes omnivores, voir Ar., Av. 1065.

276 Ainsi, d’après les textes, pour l’ours : fruits, miel, insectes, crabes, viande ; pour les crustacés : cailloux, vase, algues, excréments ; pour les mouches : tous les sucs (πάντων γὰρ γεύεται τῶν χυµῶν).

277 Arist., GA 786 a 34.

278 Str 1, 16, 4, 9, 1 : οἱ ῥιζoφάγoι καì ἔλειoι ; ibid. 16, 4, 9, 9 ; ibid. 7, 3, 15, 49 ; cf. D.S. 3, 23,

279 HA 595 a 16 : “le porc est l’animal qui a le plus de goût pour les racines (ῥιζoφάγoν) parce que son grouin est par nature adapté à la fouille (voir PA 662 b 14).

280 Arist., PA 662 b 16.

281 Gal., Anat. adm. 2,548, 9 (voir ibid. 2,545, 10 : ἓκτoν µηρνκάζoντα).

282 Thphr., HP 3, 10,2, 7 : “on prétend que si des « animaux à crinière » mangent des feuilles [de l’if], ils meurent ; mais que les ruminants (µηρνκάζovτα) n’en ressentent aucun effet”.

283 Arist., HA 632 b 1.

284 Arist., HA 632 b 6-7.

285 Gal., Hp. nat. hom. 15, 132,13 ; voir Ael., NA 5,41 : “les ruminants ont trois (sic) estomacs”.

286 Arist., HA 522 b 8.

287 Arist., HA 523 a 6.

288 Voir Arist., Fr. 520 ; Ath. 10,412 b ; ibid. 10,415 c-d ; Str. 1,4,5,4,6.

289 Hp., vict. 2,49.

290 Hp., Vict. 2, 49 ; voir Arist., HA 601 b 4 (les oiseaux non rapaces sont πoλύπoτα).

291 PA 669 a 34 ; ibid. 671 a 9 ; ibid. 676 a 31.

292 Les serpents (HA 594 a 7) et les oiseaux (Arist., HA 593 b 29).

293 Ainsi les’ϒλoϕάγoι (Agatharchide ap. Ar.Byz., Épit. 2, 50 et D.S. 3, 24, 1, 1 ; cet adjectif désigne également des animaux qui “vivent dans les bois” (Hes., Op. 591 ; Hp., Vict. 2, 49), mais jamais “qui se nourrissent de bois”) ; les Πoλυϕάγoι (Str. 1, 11, 5, 7) ; les’Iχϕυoϕάγoι (peuples de la mer Rouge, mangeurs de poisson : Hdt. 3,19 ; Agatharchide ap. Ar.Byz., Épit. 2, 44 ; etc.) ; les’ Eλεϕαντoϕάγoι (Agatharchide ap. Ar.Byz., Épit. 2, 53) ; les Στpoυθoϕάγoι, (ibid. 2,56) ; les ‘ Aκpιδoϕάγoι, (ibid. 2, 57,1) ; etc.

294 Nous respectons dans cette liste le nombre (singulier/pluriel) et le statut (adjectif/substantivé) sous lequel le mot apparaît.

295 HA 596 b 12 : parmi les insectes sans dents, les uns sont omnivores, d’autres herbivores, d’autres “se nourrissent de sang (αίµoβopα) comme le taon et l’œstre” (voir Théocrite 24, 18, pour des serpents).

296 Arist., HA 592 b 30.

297 Il désigne une variété de scorpion : Nic, Ther. 784.

298 SE., P. 1, 56, 3.

299 Arist., Pol. 1256 a 5 : “certains animaux mangent des êtres vivants, d’autres sont herbivores, d’autres omnivores” ; “mais même les mangeurs de vivants différent entre eux, comme aussi les herbivores” (ibid. 1256 a 28) ; voir Arist., PA 696 b 30 : les sélaciens sont tous ζῳoϕάγα.

300 S.E., P. 1, 56,3.

301 C’est le sens de l’adjectif en Arist., HA 488 a 15 où il vise les abeilles et les araignées (les premières se nourrissant de miel et les secondes de mouches). Cet adjectif a un tout autre sens chez Platon (Plt. 261 d 7).

302 Ar., Av. 231

303 Ar., Av. 240.

304 Ar., Av. 240.

305 Il désigne un vers non identifié : ξυλоϕάγоυ τι σκώληκоς είδoς (Str. 12, 7, 3, 18).

306 L’adjectif caractérise le régime du pic (Arist., HA 593 a 3). Sur le sens de σκνίψ, voir Beavis, 1988, p. 246.

307 Arist., HA 592 16 & 19.

308 S.E., P. 1, 56, 3 (ou : oί σπεpµoλóγoι (picoreurs de graines) : Ar., Av. 232).

309 SE., P. 1, 56, 3.

310 Ath.7, 305f

311 Hp., Vict. 2, 49 : “Les animaux qui se nourrissent de foin sont plus secs que ceux qui se nourrissent d’herbe”. Les manuscrits donnent, à la place de χорτоϕάγоς, le mot χλωроϕάγоς (1/1), “qui se nourrit d’herbe verte”, qui est également un hapax.

312 Ph., Spec. I, 164, 2 : “<le bétail> tout entier est χλоηϕάγоς et aucun de ces animaux n’est Carnivore”.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540