Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Enjeux locaux, impasses supranationales

Le crible de la mémoire : usages du passé dans les luttes ouvrières des années 68

Xavier Vigna

Texte intégral

1En avril 1976, la section CGT de l’usine des Câbles de Lyon à Gennevilliers, rédige un tract dans lequel elle s’insurge contre une décision de justice aboutissant à la condamnation de trois délégués et au licenciement de l’un d’eux :

  • 1 Tract du 10/4/1976. BDIC, Fonds Cahiers de Mai (CDM-BDIC désormais), F Δ Rés. 578/59.

[…] la justice de ce pays a été “engrossé” [sic] par le profit capitaliste. Son ventre produit de monstrueux jugements reflets des monstrueuses injustices que subit le peuple dans cette société :
– Monstrueuse la condamnation du syndicaliste Durand devenu fou après avoir été condamné à mort sur une fausse accusation. C’était en 1910.
– Ultraréactionnaire la condamnation d’André Marty condamné à 7 ans de forteresse pour avoir en 1919, entre autres, refusé de tirer sur la jeune république des Soviets, espoir de tout le monde du travail.
– La justice a toujours suivi ce même chemin de répression des militants progressistes, Henri Martin emprisonné pour avoir pris parti pour le Viet Nam uni autour de l’oncle Ho, Yvetot [sic] fusillé guillotiné en pleine jeunesse pour s’être mis résolument au côté du peuple algérien1.

  • 2 J’appelle textes d’usines des textes rédigés par des ouvriers, qui ont l’usine, le travail et les (...)
  • 3 L’histoire d’Homère à Augustin. Textes réunis et commentés par F. Hartog, Paris, Seuil, 1999, 289 p
  • 4 Jules Durand (1880-1926), secrétaire du syndicat des Charbonniers du Havre, fut accusé à tort par (...)

2Ce tract fournit un exemple de l’usage courant, mais pourtant complexe, du passé dans les luttes ouvrières. Dans les tracts et les récits, des références historiques apparaissent qui attestent de mémoires vives, sinon conformes aux faits historiques. Cette présence du passé dans les textes d’usines2 se comprend si l’on songe au poids de l’histoire dans la catégorie même de mouvement ouvrier. La notion évoque en effet, entre autres aspects, une accumulation successive de « bagarres », mais aussi des « expériences » des « conquêtes », qu’il s’agit de défendre et d’étendre. Le mouvement ouvrier se déploie par conséquent dans l’histoire et entretient une mémoire. Dans le tract cité, l’argumentation pose une continuité linéaire, une filiation sans brisure. On retrouve par là une articulation fondamentale entre l’histoire, le passé et la catégorie de mouvement ouvrier : ce dernier, toujours victime et toujours renaissant, s’incarne au travers de militants dans l’histoire. Celle-ci, fidèle à son usage antique, parce qu’elle est un recueil d’exempla, édifie3 : elle apporte la preuve de la dénaturation de la justice et permet de dresser un véritable martyrologe des militants4. On repère ainsi un usage didactique de l’histoire grâce à une mémoire militante.

  • 5 Y. Lequin, J. Metral, « À la recherche d’une mémoire collective : les métallurgistes retraités de (...)
  • 6 Notre propos n’aborde pas la mémoire ouvrière immigrée. Une étude de l’articulation entre mémoires (...)

3À côté de cet usage didactique, les mémoires d’ouvriers, souvent militants – car les militants sont souvent des porteurs de la mémoire5 – donnent forme à la perception d’événements et nourrissent des analyses. Elles sont par conséquent réactives. Comme le montre le tract cité, elles croisent également trois passés qui s’entremêlent : une histoire nationale de ce siècle, scandée par les guerres ; un passé ouvrier ensuite, nourri par l’histoire nationale et celle du mouvement ouvrier, entendu ici comme l’ensemble des organisations syndicales et politiques censées défendre les intérêts de la classe ouvrière ; une histoire des générations successives enfin, marquées parfois par des épisodes fondateurs. Pour saisir ces usages du passé et les mémoires qu’ils révèlent, un examen successif des événements évoqués, s’avère le plus commode6. Les références au passé permettent ainsi de repérer quelques usages pendant « les années 68 », c’est-à-dire la séquence entre 1965 et 1979 dans laquelle le mouvement de grèves de mai-juin joue un rôle pivot. À côté des usages savants donc, des usages ouvriers, moins précis sans doute, mais qui livrent des lectures passionnantes de l’histoire du pays au service de luttes politiques.

Le Front populaire : une référence prégnante

4La référence au Front populaire s’impose lors des grèves de mai-juin 1968. La coïncidence des saisons, le choix des occupations d’usines et les bals qui sont organisés dans les ateliers, concourent à raviver une mémoire magnifiée. Cette prégnance est particulièrement vive dans le Nord où les grévistes retrouvent la geste célébrée. Plus exactement, ils intègrent cette réactivation du passé de 1936 opérée par les plus anciens d’entre eux et se conforment à la tradition qu’elle charrie. La Liberté, le quotidien communiste local, caractérise ainsi le début du mouvement dans la région de Valenciennes :

  • 7 19 mai 1968.

L’on a revu pour la première fois samedi à midi, les grandes et émouvantes scènes de juin 1936, lorsque les ouvriers, occupant les usines, étaient ravitaillés par leurs femmes ou par les municipalités ouvrières7.

5L’article est illustré par la photographie d’une femme remettant un sac à un ouvrier chaudement vêtu, coiffé d’une casquette. Deux jours plus tard, le journaliste récidive :

Pour les anciens qui avaient connu 36, cela rappelait de bons et joyeux souvenirs. Une lutte unie et pour finir la victoire complète en obtenant plus que ce que l’on avait espéré. Nous qui avons connu cette période nous nous trouvions rajeuni de plus de 30 ans.

6Une étude précise des images de la grève serait nécessaire, qui les confronterait à celles de 1936 et repérerait les déplacements à l’œuvre. Nous faisons cependant l’hypothèse que les photographies figent le mouvement de grèves de 1968 dans un cadre mémoriel élaboré en 1936, et peut-être pour le Nord en 1947-48. Les photographies fonctionneraient ainsi comme des clichés. Le journal Nord Matin daté du 21 mai par exemple, publie une photographie de la grève chez Kulhmann qui montre une partie de cartes ; en retrait, un ouvrier semble tenir un accordéon. L’image suggère les bals organisés dans les usines durant le Front populaire.

  • 8 À bientôt j’espère. Film de C. Marker, 1967, Prod. SLON-ISKRA, NB, 43 mn.

7Cette réactivation de 1936 en 1968 s’explique par la force de la mythologie du Front populaire. On peut la percevoir dans le propos d’un ouvrier bisontin de Rhodiaceta en 19678. Alors qu’il explique espérer la révolution, il en vient à évoquer le Front populaire : âgé de 38 ans et donc né en 1929, il était enfant au moment des grèves dont il garde un souvenir flou. Selon lui, les grèves seraient parties du textile dans un contexte d’unité syndicale. L’inexactitude du propos importe peu. Il faut plutôt souligner à quel point le Front populaire fixe le paradigme d’un mouvement de grèves victorieux, jusque pour ceux qui n’y ont pas, ou guère, participé, et explique sa réactivation en 1968.

  • 9 AD Nord 1008 W 18. Remarquons au passage que la comparaison est menée presque terme à terme, fonct (...)

8Il est également un second, et double, usage du Front populaire à l’intérieur de la stratégie de la CGT en mai-juin 1968. La prégnance de la référence à 1936 génère fréquemment une comparaison entre les configurations de 1936 et de 1968 dans les analyses des responsables cégétistes. Ainsi, dans le cadre d’une réunion du Comité fédéral du PCF du Nord, le 21 mai 1968, Léon Leschaeve, membre du Comité central et secrétaire de l’Union départementale CGT, compare les deux configurations pour en conclure que, par rapport à 1936, la situation s’avère meilleure en raison du plus grand nombre de grévistes, mais plus délicate en raison de la désunion des syndicats ouvriers et de la présence de Pompidou, à la place de Blum, au pouvoir9. Cette référence s’inscrit dans la stratégie du Parti communiste et de la CGT qui, depuis 1962-1963, ont adopté la stratégie d’union de la gauche autour d’un programme commun. En mai 1968, fidèle à ce choix stratégique, le souci constant de la CGT est d’assurer un débouché politique au mouvement et la référence à 1936, en tant que paradigme du mouvement de grèves, à la fois dans son déroulement et sa conclusion, la sert. L’article déjà cité du 21 mai de Liberté, quotidien communiste régional, se poursuit d’ailleurs ainsi :

Mais ce n’est pas tout à fait la même chose : 36 était venu sur une victoire électorale et politique. Aujourd’hui il faut préparer cette victoire mais c’est avec la même détermination que les travailleurs la veulent.

  • 10 Un rapport d’un inspecteur valenciennois des RG précise ainsi le 29 mai 1968 : « Une fois de plus, (...)
  • 11 M. Zancarini-Fournel, « Retour sur “Grenelle” : la cogestion de la crise » in G. Dreyfus-Armandet (...)
  • 12 Parmi bien des exemples, le film de P. Seban, La CGT en Mai 1968, Prod. CGT, 1968, NB, 1 h 32 min  (...)

9Le propos assigne donc aux grèves un objectif strictement politique, qui correspond sans doute aux vœux des couches populaires10. À l’occasion des négociations de Grenelle également, la CGT instruit la réactivation de la mémoire de 1936, notamment en faisant conduire sa délégation par Benoît Frachon11. Par-là, la CGT promeut un cadre mémoriel dans lequel, comme en 1936, les négociations doivent se terminer par un accord, au terme duquel les ouvriers peuvent reprendre le travail. C’est dire que l’usage de 1936 participe dans un premier temps de la canalisation – ce qui ne signifie pas sa limitation – du mouvement de grèves. Mais la référence au Front populaire, comme le montre l’analyse du dirigeant de la CGT et du PC du Nord, permet également d’anticiper puis de légitimer les résultats en demi-teinte obtenus dans le cadre de Grenelle et du mouvement de grèves dans son ensemble. Cette justification par la comparaison devient d’ailleurs un lieu commun de la rhétorique de la CGT en juin 196812.

10Un troisième usage de la référence au Front populaire se remarque dans le débat sur le choix des délégués du personnel, créés par les Accords Matignon. Pour certains militants de Lutte ouvrière, le système mis en place en 1936 s’avère le meilleur :

  • 13 Tract du 17/9/1973 : « Délégués syndicaux ou délégués d’atelier », Fonds GEC-Alsthom Le Bourget, A (...)

Il serait normal que nous puissions choisir nous-mêmes les camarades que nous voulons voir figurer sur nos listes de délégués. Pour que ce soit démocratique, ce choix devrait se faire par atelier. Ainsi nous pourrions élire les camarades que nous connaissons bien, en qui nous avons confiance, les contrôler et éventuellement les révoquer s’ils ne font pas correctement leur travail de délégué. Le système a déjà existé, c’est celui qui a été imposé au patronat par les grèves victorieuses de juin 36. Il a été changé en 1946 par Ambroise Croizat ministre communiste du travail qui a imposé aux travailleurs un mode d’élection non démocratique : celui des délégués présentés par le syndicat, sous prétexte d’empêcher un syndicat jaune de se développer13.

  • 14 « Il y a eu du changement par rapport à 1936. Avant c’était peut-être une forme d’anarchosyndicali (...)

11La référence positive aux grèves de 1936 sert d’argument pour refuser un contrôle syndical sur les candidats, tandis que la position inverse est adoptée sans surprise par des responsables syndicaux. Ainsi, selon le dirigeant de l’Union locale CGT de Saint-Fons (Rhône) en 1968, le libre choix relève de l’anarcho-syndicalisme et doit comme tel être soigneusement proscrit14. Au terme de cet examen, on doit constater la relative faiblesse de la référence au Front populaire dans les tracts et les récits des années 68. Il s’agit sans doute moins d’une faiblesse de la mémoire – tout porte à croire qu’elle est encore très vive et positive pendant notre séquence, que d’une caractéristique des faits : parce qu’ils conjuguent un grand mouvement de grèves conclu par des conquêtes sociales majeures, les événements du Front populaire sont exceptionnels et ne peuvent par conséquent que rarement servir de référence, sauf en 1968 précisément. À l’inverse, les références à la Seconde Guerre mondiale, à l’Occupation et à la Résistance, abondent.

Lectures de la France pendant la guerre

  • 15 « Mai et juin 1968 vus de l’usine », Les Temps Modernes, février 1972, n° 307, p. 1280-1311. Une n (...)

12Les années noires alimentent de nombreuses références, qui témoignent que la guerre a fixé des paradigmes de la dureté, de la violence ou de la lâcheté. Un bon indice en est fourni par le « journal » tenu par un ouvrier de Renault-Flins pendant la grève de mai-juin 196815. Dans ce récit à ras le sol d’une grève, le temps structurant est bien celui de l’Occupation. C’est elle qui est évoquée quand il s’agit de décrire les problèmes de ravitaillement :

  • 16 P. 1290.

[…] au point de vue approvisionnement, c’est toujours restreint, certains commerçants en profitent pour augmenter leurs prix, surtout ceux des légumes. C’est le marché noir que nous avons connu pendant la guerre de 39-45, ces gens-là on devrait les dévaliser sans payer et même leur donner une bonne raclée, ça leur apprendrait à profiter des ouvriers, c’est dégoûtant de voir des Français qui abusent de leurs compatriotes qui eux luttent pour avoir une vie meilleure16.

  • 17 L. Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’occupation. Imaginaire et comportement d’une sortie de (...)

13La description des pénuries appelle la référence à l’Occupation et au marché noir ; mieux, elle génère une opposition entre les bons Français (« compatriotes […] qui luttent », et donc qui souffrent) et les profiteurs, souvent « commerçants », qui « abusent » perfidement. Un tel discours témoigne de la perpétuation d’un système de représentations forgées à la Libération opposant ceux qui ont souffert à ceux qui ont joui17. Dans le même temps, la guerre a fixé le paradigme de la violence répressive. Dès lors, le comportement des forces de l’ordre est perçu à travers cette grille interprétative. L’assimilation des forces de l’ordre aux organes de répression allemands revient à trois reprises, notamment dans le propos suivant :

  • 18 Ibid., p. 1310. Les autres assimilations aux SS et aux nazis sont p. 1303 et 1306.

Pour imaginer la violence des CRS, des flics et toute la bande, il faut les avoir vus à l’œuvre, nous, nous pouvons dire que ce sont des “SS”, pire que ceux qui ont été vus pendant 39-45 et qu’ils se conduisaient en véritables sadiques, notamment envers les étudiantes qui étaient arrêtées18.

14Une telle comparaison, généralisée en mai et juin 1968, et qui témoigne d’une grave sous-estimation de la violence nazie, montre le poids de la guerre dans les représentations. La mémoire de la guerre est en cette occasion d’autant plus vive qu’elle permet de constituer un système d’oppositions à partir de couples antithétiques : aux couples déjà mentionnés (ouvriers vs commerçants renvoyant à l’opposition bons vs mauvais Français, ouvriers vs CRS renvoyant à Résistants vs SS), s’en rajoute un troisième le 6 juin 1968. En ce jour anniversaire du débarquement anglo-américain, les forces de l’ordre investissent l’usine et en chassent les grévistes, on n’ose écrire les occupants. Dès lors, le rédacteur commente : « Comme vous voyez, ce n’est pas comme le 6 juin 1944, mais nos chers amis CRS ont débarqué à Flins ». Cette multiplicité de références aux années noires prouve l’acuité de la mémoire de la guerre.

15Celle-ci se remarque également à la manière dont les ouvriers désignent leurs adversaires. Un entretien avec un ouvrier de l’usine Ducellier d’Issoire (équipements automobiles), militant communiste syndiqué à la CGT, en apporte la preuve. Alors que nous l’interrogions sur une grève en 1967, il répond ainsi :

  • 19 Entretien avec Jacky Dos Santos, Charbonnier-les-Mines, 25/10/2002.

– 67, 67, il me semble qu’il y a eu une grève. Et après, disons qu’on refaisait surface, parce que de 60 à 67… sur Issoire on était bridé. C’était le… on appelait ça le camp de concentration,… le stalag 1,… Feld Maréchal Untel, vous pensez (il rit)… C’est toute une histoire…
– Et c’était les chefs que vous appeliez Feld Maréchal… ?
– Oui, ceux qui étaient les plus virulents. Parce que il y en avait qui étaient corrects. On peut pas mettre tout le monde dans le même panier19.

  • 20 Le film de C. Marker, À bientôt j’espère, op. cit.
  • 21 V. Bultez, Le « mal de vivre » des ouvriers spécialisés géré par la CFDT à travers l’étude de deux (...)
  • 22 Notes des Renseignements généraux, des 24 et 25 janvier 1973, AN 860581/28.
  • 23 L’Express, 12-18 mars 1973.
  • 24 X. Vigna, Actions ouvrières et politiques à l’usine en France dans les années 68, Thèse d’histoire (...)

16Au début des années 1960, des ouvriers de Ducellier usent d’un vocabulaire évoquant la guerre pour disqualifier l’univers usinier. Une fois encore, on est surpris des approximations et des confusions qui témoignent de la mémoire de la guerre dans les années 1960 : pour ces ouvriers, et peut-être pour bien des Français, tous les camps, de prisonniers, de concentration, d’extermination peut-être, équivalent. De fait, c’est l’usage d’un vocabulaire allemand qui importe dans ce recours à l’histoire : utiliser un mot allemand pour désigner une réalité, c’est une manière de la déprécier, de la condamner, et de l’injurier quand il s’agit d’un individu. L’on retrouve ce recours à la mémoire de la guerre aux usines Rhodiaceta de Besançon en 1967. À l’occasion de la grande grève de février-mars, des ouvriers couvrent les enceintes de l’usine d’inscription parmi lesquelles cette équation : « usine = KZ »20. Le raccourci veut désigner la dureté de la condition ouvrière et dans le même temps, assimile le personnel d’encadrement aux bourreaux nazis. On retrouve un procédé similaire à l’usine Hutchinson de Châtellerault : l’atelier de fabrication de botte en caoutchouc, où les conditions de travail sont les plus difficiles, est surnommé le « Stalag » par les ouvriers en 197221. Un ultime exemple, peut-être controuvé, témoigne de ces raccourcis de la mémoire. En janvier 1973, des ouvriers de l’usine Jeudy à Schirmeck (Bas-Rhin) séquestrent puis enlèvent deux cadres de leurs usines et les retiennent quelques heures dans une maison forestière22. Or, une source précise également que les deux hommes auraient été retenus dans un premier temps dans l’ancien camp du Struthof23. Le camp se trouve en effet à proximité de la bourgade. Il faut se garder de toute surinterprétation de par la fragilité de la source, d’autant que le journaliste a pu confondre le Struthof avec le camp d’internement de Schirmeck destiné à « rééduquer » les Alsaciens rebelles à la germanisation de leur région. Il est cependant probable que des ouvriers ont retenu quelques heures dans un ancien camp deux cadres. Or, dans la mesure où la séquestration de cadres, largement utilisée dans les années 68, organise l’inversion des conditions entre les ouvriers et l’encadrement24, ces grévistes prétendent peut-être faire éprouver aux deux cadres ce à quoi ils pensent être réduits. Au total, l’Occupation et l’univers concentrationnaire alimentent un répertoire de l’injure et de la diffamation.

  • 25 Ch. Piaget, LIP. Charles Piaget et les LIP racontent, Paris, Stock, 1973, p. 74.

17Enfin, la mémoire de la Guerre, du côté de la Résistance cette fois, permet la légitimation de la sécession ouvrière. Nous ne songeons pas ici aux fantasmagories de certains militants de la Gauche prolétarienne mués en Nouvelle Résistance Populaire, mais à des références directes dans les luttes d’usines. Une employée de Lip, Colette, dit ainsi : « Il y en a bien qui ont osé pendant la guerre, faire toutes sortes de choses, on a l’air d’être partis pareils et de faire le même maquis »25. Cette comparaison, sans doute suscitée par l’illégalité que constituent la prise des montres, puis la remise en route de l’usine, permet de légitimer l’action. « Faire le même maquis », comme le contracte joliment cette employée, c’est tout à la fois faire la même pagaille et prendre le maquis. Actions illégales donc mais non illégitimes, puisqu’on s’autorise des maquisards qui ont fait preuve de la même audace.

18La guerre, l’Occupation et la Résistance offrent ainsi une masse de références dans laquelle les ouvriers viennent puiser, d’autant plus facilement que les épisodes, clairement identifiés et compris par tous, appartiennent à une mémoire inter-générationnelle. De fait, dans les années 68, ils constituent la dernière grande césure nationale, à la différence des deux épisodes suivants.

Une mémoire discrète des grèves de 1947-1948

  • 26 Sur les grèves de 1947, R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Syllepse, 1998, 307 p. Sur le (...)
  • 27 Pourquoi la grève ? Film CGT, 1970, NB, 44 minutes. Il s’agit très vraisemblablement d’une erreur p (...)

19Les conflits très durs de 1947, qui culminent avec les grèves insurrectionnelles de l’automne, puis de 1948, marquées en particulier par le violent conflit dans les mines, apparaissent peu dans nos sources26. Seul un film de la CGT, Pourquoi la grève ? mentionne l’année 1947, et évoque des affrontements qui auraient fait six morts à Firminy à l’automne 194727. Pourtant, nous pensons pouvoir affirmer que les grèves de 1947 au moins sont bien présentes dans la mémoire de certains acteurs en mai – juin 1968. Il est très probable que les grèves de 1947, qui se sont soldées par un échec et aboutissent à la scission de Force ouvrière, jouent en effet le rôle de contre-référence pour la CGT. La confédération a sans doute fait le bilan de cet échec qui a précipité une baisse sensible des effectifs. Dès lors, la stratégie qu’adopte la CGT en mai et juin, correspond presque exactement à l’inverse de celle de l’automne 1947. À cet égard, l’inclusion dans le film de Paul Seban, La CGT en mai 1968, du discours de Benoît Frachon, prononcé en 1962 au Congrès de la Fédération des Métaux, en apporte une confirmation. Frachon y explique que

[les dirigeants CGT] ne lanceront jamais la classe ouvrière dans des aventures où, sous prétexte du tous ensemble, elle se retrouverait affaiblie et divisée parce qu’une partie seulement, son avant-garde, aurait engagé une action isolée du reste. Mais tout ce qui pourra entraîner une large masse, nous le ferons.

20Ce propos peut être lu comme un bilan critique, fût-il involontaire, de la stratégie suivie en 1947. À l’autre bout du spectre également, le général De Gaulle utilise également l’année 1947. Sa célèbre intervention du 30 mai 1968 campant un adversaire communiste prêt à instaurer une dictature calque le discours qu’il avait tenu à Rennes le 27 juillet 1947, qui disait déjà :

  • 28 R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 103.

Voici où nous en sommes : sur notre sol, au milieu de nous, des hommes ont fait vœu d’obéissance aux ordres d’une entreprise étrangère de domination, dirigée par les maîtres d’une grande puissance slave. Ils ont pour but de parvenir à la dictature chez nous, comme leurs semblables ont pu réussir à la faire ailleurs, avec l’appui de cette puissance. Pour eux, qui invoquent à grands cris la justice sociale et l’affranchissement des masses, il s’agit en réalité de plier notre beau pays à un régime de servitude totalitaire […]28.

21De fait, le propos gaullien qui en 1968 réinstalle la thématique de la guerre froide, permet sans doute de réactiver la mémoire des grèves insurrectionnelles de 1947 contre celle du Front populaire.

  • 29 Il s’agit du bassin houiller de Brassac-les-Mines aux confins de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme. (...)
  • 30 G. Noiriel, Vivre et lutter à Longwy, Paris, Maspero, 1980, 262 p.
  • 31 Lors de l’entretien, Jacques Dos Santos, communiste, dénonça Jules Moch à la grande fureur d’Olga (...)

22Chez les ouvriers, la mémoire des grèves de 1947-1948 est encore présente. Elle semble d’abord une mémoire des combats, et de la répression. Dans deux entretiens que nous avons menés avec d’anciens ouvriers de Ducellier, la grève des houillères a été citée, marquée par la présence des forces de l’ordre et de l’armée qui patrouillaient dans le bassin houiller29. De même, G. Noiriel insiste sur l’acuité de la mémoire des grandes grèves de 1947 dans la Lorraine sidérurgique, qui est réactivée en 1978-1979 lors de la lutte contre les licenciements30. Ainsi, chez les ouvriers, cette mémoire alimente une vive hostilité envers les « casqués », pour reprendre la synecdoque par laquelle Jacques Dos Santos désigne les forces de l’ordre, et qui se manifeste à la moindre de leur intervention. Enfin, la responsabilité des ministres socialistes, de Jules Moch au premier chef, dans la répression en 1947-1948 semble nourrir un anti- socialisme chez les ouvriers communistes31.

Un événement référentiel négatif : la guerre d’Algérie

  • 32 Ce silence sur la guerre ne signifie cependant pas qu’elle n’ait pas marqué ces hommes. Chez les o (...)
  • 33 Entretien avec Bernard Peloin, ancien appelé puis délégué CGT, Charbonnier-les-Mines, 25/10/2002.

23À la différence des autres événements, la guerre d’Algérie n’appartient à la mémoire que d’une seule génération dans les années 68 : celle des appelés. Les autres n’en parlent pas. Mieux, cette guerre est tue jusque chez d’anciens appelés de l’époque32, comme aux usines Ducellier où les soldats de la guerre se (re)connaissent sans pour autant évoquer ces épisodes33. À l’usine sidérurgique de Rehon, qui jouxte Longwy, en revanche,

  • 34 D. Marcel, Cœur d’acier. Souvenirs d’un sidérurgiste de Lorraine, Paris, Payot, 1994, p. 231.

... il ne se passe guère de semaine sans qu’il y ait accrochage au sujet de ce conflit, que des camarades essaient de se justifier. Quelques-uns racontent dans les moindres détails comment ils ont participé à des ratonnades suivies d’emprisonnement et de torture34.

  • 35 J’emprunte la notion d’événement référentiel négatif à Ingrid Gilcher-Holtey qui l’avait exposée l (...)

24Sordides épopées contées seulement dans l’espace semi-privé du lieu de travail. De fait, seuls les adversaires de la guerre évoquent publiquement ce conflit parce qu’il constitue leur événement référentiel négatif, et qu’il les marque comme génération35. La guerre d’Algérie fonctionne donc comme un clivage : en parlent publiquement les ouvriers qui sont contre.

25Quelques récits ouvriers contemporains évoquent cet épisode et cette césure. Ainsi, Roland Vittot, militant CFDT chez Lip, raconte :

  • 36 Ch. Piaget, LIP. Charles Piaget et les LIP racontent, op. cit., p. 128.

Je suis un non-violent. J’ai fait la guerre d’Algérie, je suis parti en Algérie le 1er février 1954 et je suis resté quatre mois là-bas dans les Aurès. Quand je suis revenu, mon fusil, il était plein de toiles d’araignées, il était tout rouillé36.

  • 37 Ph. Gavi, Les ouvriers, du tiercé à la révolution, Paris, Mercure de France, 1970, 315 p. Citation (...)
  • 38 Une exception toutefois : l’autobiographie de M. Donati, Cœur d’acier, op. cit., p. 200-217. Mais (...)

26Ce récit pose problème car la guerre ne commence qu’en novembre 1954. On peut simplement y voir une défaillance de la mémoire, ou considérer qu’il veut se rattacher à la génération de la guerre à laquelle pourtant il n’appartiendrait pas exactement. Plusieurs ouvriers signalent ailleurs la rupture que la guerre a opérée. Un ouvrier sochalien, militant au PSU et à la CFDT déclare ainsi : « L’Algérie a joué un grand rôle dans ma détermination. Là-bas, j’étais en opposition avec les positions de l’armée française ». Hervé, ouvrier syndiqué à la CFDT des Batignolles à Nantes, explique son trajet de la manière suivante : « Et puis, il y a eu la guerre d’Algérie. J’étais perplexe. Un jour un curé m’a demandé : “Est-ce que ce peuple n’a pas le droit de vivre ?”. J’ai ouvert les yeux ». Un sidérurgiste CGT d’Hagondange salarié à Lorraine-Escaut tient un propos similaire : « Rappelé en Afrique du Nord, là-bas, j’ai alors vraiment pris conscience d’un tas de choses. L’injustice, je l’ai vue là-bas ». Enfin, un ouvrier de chez de Wendel d’Hayange, ancien séminariste et militant communiste : « Je suis ensuite affecté en Algérie, six mois au Lido. Là, je me suis rendu compte du drame algérien : j’ai vu ce que les pieds-noirs, les colons avaient fait : carcasses de voitures criblées de balles, immeubles calcinés. Les Algériens avec qui je discutais m’ont ouvert les yeux »37. Ces quatre exemples d’ouvriers, témoignent que la guerre a constitué une césure et facilité une prise de conscience, préalable à un engagement syndical et parfois politique. Écrire que la guerre d’Algérie a façonné une génération militante ouvrière serait cependant sans doute excessif. La raison se trouve dans les citations présentées. Ces hommes ne parlent jamais d’une opposition ouverte à la guerre, de même qu’ils n’évoquent jamais les violences, pourtant très réelles, commises sur les individus38. Ce silence sur la violence, et la torture en particulier, montre les limites de leur opposition à la guerre, à laquelle certains ont probablement plus consenti voire participé qu’ils ne peuvent (se) le dire.

  • 39 J. Capdevielle et R. Mouriaux, « L’ouvrier conservateur », Cahiers du LERSCO n° 6, décembre 1983, (...)

27La guerre d’Algérie a donc concerné une génération de jeunes ouvriers qui ont autour de trente ans en 1968. Pour les uns, qui évoquent publiquement l’épreuve, la guerre fonde un engagement : usage classique d’un passé qui légitime un présent ; pour les autres, refoulée, la guerre alimente sans doute une animosité envers les ouvriers immigrés39. En ceci, elle se distingue des autres références qui croisent l’histoire ouvrière et l’histoire nationale.

  • 40 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, Paris, Seuil, 1986, 317 p.

28Au final, les luttes ouvrières des années 68 multiplient les références à trois passés qui se superposent : passé national, passé ouvrier, et vécu générationnel. Ces échos du passé dessinent un cadre mémoriel profondément façonné par l’histoire la plus récente, et notamment par le cycle héroïque (1936-1955) isolé par Gérard Noiriel40. Le passé fournit ainsi un lexique pour les luttes politiques, en particulier dans le registre de l’injure et de la dépréciation. À côté d’un usage didactique voire édifiant, le passé fixe également des paradigmes. Par-là, il alimente un argumentaire, et structure des cadres interprétatifs. Enfin, cet usage pragmatique du passé s’inscrit dans un combat ouvrier : les références, qui constituent les bribes d’un récit historique par et pour les ouvriers d’usine, s’attachent à tisser une mémoire unifiante et doivent ainsi contribuer à la victoire. C’est dire que l’usage du passé sert aussi à constituer la classe ouvrière que les militants s’efforcent continûment de faire advenir.

Notes

1 Tract du 10/4/1976. BDIC, Fonds Cahiers de Mai (CDM-BDIC désormais), F Δ Rés. 578/59.

2 J’appelle textes d’usines des textes rédigés par des ouvriers, qui ont l’usine, le travail et les luttes pour cadre. Ils peuvent correspondre à des tracts, mais également à des autobiographies, des discours, etc.

3 L’histoire d’Homère à Augustin. Textes réunis et commentés par F. Hartog, Paris, Seuil, 1999, 289 p.

4 Jules Durand (1880-1926), secrétaire du syndicat des Charbonniers du Havre, fut accusé à tort par la Compagnie générale Transatlantique d’avoir prémédité un assassinat en août 1910. Condamné à mort, il sombra dans la folie. Voir sa notice dans le DBMOF, tome 12, p. 124-125. Henri Martin, jeune marin communiste, fut arrêté en mai 1950 pour avoir distribué des tracts hostiles à la guerre d’Indochine. Condamné le 19 juillet 1951 à 5 ans de détention, il est finalement libéré le 2 août 1953.
Fernand Iveton (1926-1957), militant communiste en Algérie, fut condamné à mort et exécuté pour avoir organisé des attentats causant uniquement des dégâts matériels. Voir J.-L. Einaudi, Pour l’exemple : l’affaire Fernand Iveton, L’Harmattan, 1986, 250 p. Le cas d’André Marty est bien connu.

5 Y. Lequin, J. Metral, « À la recherche d’une mémoire collective : les métallurgistes retraités de Givors », Annales ESC, 1980, n° 1, p. 149-166.

6 Notre propos n’aborde pas la mémoire ouvrière immigrée. Une étude de l’articulation entre mémoires nationales, mémoire ouvrière et mémoire de l’immigration serait passionnante, mais elle excède notre propos.

7 19 mai 1968.

8 À bientôt j’espère. Film de C. Marker, 1967, Prod. SLON-ISKRA, NB, 43 mn.

9 AD Nord 1008 W 18. Remarquons au passage que la comparaison est menée presque terme à terme, fonction à fonction sans tenir compte de la modification de l’équilibre institutionnel qu’a opérée la constitution de la Ve République.

10 Un rapport d’un inspecteur valenciennois des RG précise ainsi le 29 mai 1968 : « Une fois de plus, comme toujours antérieurement, le Valenciennois ouvrier apparaît comme un “secteur rouge”, où la vieille nostalgie du “Front Populaire” trouve maintenant un regain d’espérance dans le “Gouvernement Populaire” qui fait peur à la classe moyenne », AD Nord 1008 W 18.

11 M. Zancarini-Fournel, « Retour sur “Grenelle” : la cogestion de la crise » in G. Dreyfus-Armandet alii (dir.), Les Années 68, Le temps de la constestation, Bruxelles, Complexe, 2000, p. 443-460.

12 Parmi bien des exemples, le film de P. Seban, La CGT en Mai 1968, Prod. CGT, 1968, NB, 1 h 32 min ; Le Peuple n° 799-800-801, 15 mai-30 juin 1968, « La grève générale de mai 1968 », p. 56.

13 Tract du 17/9/1973 : « Délégués syndicaux ou délégués d’atelier », Fonds GEC-Alsthom Le Bourget, AD Seine-Saint-Denis, 72 J 8.

14 « Il y a eu du changement par rapport à 1936. Avant c’était peut-être une forme d’anarchosyndicalisme de dire que il y a la grève, en fait un comité de grève. Les DP ne sont plus DP, les dirigeants syndicaux ne sont plus dirigeants syndicaux… C’est les gars du comité de grève qui dirigent. C’était bien à cette époque peut-être. En mai-juin 68, ça s’est passé dans certains endroits et là où ça s’est passé, il y a eu la panique. Et dans certains endroits, elle y est encore. C’est pas pensable que des gars qui arrivent tout neufs puissent diriger la grève parce que si il y a des gars qui sont là, que ce soit très large, très agrandi, il le faut, mais il y a une continuité des choses ». p. c 13. FDM-BDIC, F Δ Rés. 578/88.

15 « Mai et juin 1968 vus de l’usine », Les Temps Modernes, février 1972, n° 307, p. 1280-1311. Une notule introductive explique l’origine de ce texte : un ouvrier, syndiqué à la CGT, puis qui s’en détache pour devenir un contact de la Base ouvrière, aurait tenu son journal pendant la grève. Le contenu même du journal permet d’affiner ce portrait : le narrateur appartient à une famille ouvrière Ce journal aurait ensuite circulé dans l’usine. Au moment où le texte paraît, l’ouvrier aurait réintégré les organisations syndicales et serait délégué. Une lecture attentive du texte montre cependant que ce journal n’en est pas exactement un : on constate un décalage entre ce qui devrait être le temps du récit et les informations factuelles délivrées qui prouve qu’il y a eu, à tout le moins, une réécriture ultérieure.

16 P. 1290.

17 L. Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’occupation. Imaginaire et comportement d’une sortie de guerre, 1944-1945, Rennes, PUR, 1999, ch. 12 et 20 en particulier.

18 Ibid., p. 1310. Les autres assimilations aux SS et aux nazis sont p. 1303 et 1306.

19 Entretien avec Jacky Dos Santos, Charbonnier-les-Mines, 25/10/2002.

20 Le film de C. Marker, À bientôt j’espère, op. cit.

21 V. Bultez, Le « mal de vivre » des ouvriers spécialisés géré par la CFDT à travers l’étude de deux conflits : Penarroya et Hutchinson de Châtellerault, Mémoire de Maîtrise, Paris Nord, 1996, p. 40.

22 Notes des Renseignements généraux, des 24 et 25 janvier 1973, AN 860581/28.

23 L’Express, 12-18 mars 1973.

24 X. Vigna, Actions ouvrières et politiques à l’usine en France dans les années 68, Thèse d’histoire, Université Paris VIII, 2003, p. 53-58 et 154-160.

25 Ch. Piaget, LIP. Charles Piaget et les LIP racontent, Paris, Stock, 1973, p. 74.

26 Sur les grèves de 1947, R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Syllepse, 1998, 307 p. Sur le conflit de 1948 dans les mines, Les Cahiers de l’Institut d’histoire sociale minière : « Grève générale dans les houillères. 4 octobre-29 novembre 1948 », n° 15, septembre 1998.

27 Pourquoi la grève ? Film CGT, 1970, NB, 44 minutes. Il s’agit très vraisemblablement d’une erreur puisque ni R. Mencherini ni M. Luirard (La région stéphanoise dans la guerre et la dans la paix (1936-1951), Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1980, p. 736-738) ne mentionnent ce fait.

28 R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 103.

29 Il s’agit du bassin houiller de Brassac-les-Mines aux confins de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme. Entretiens avec Olga Martins et Jacques Dos Santos, militants CGT, Charbonnier-les-Mines, 24 et 25/10/2002.

30 G. Noiriel, Vivre et lutter à Longwy, Paris, Maspero, 1980, 262 p.

31 Lors de l’entretien, Jacques Dos Santos, communiste, dénonça Jules Moch à la grande fureur d’Olga Martins, demeurée militante socialiste. Cela donna lieu à un vif accrochage entre eux.

32 Ce silence sur la guerre ne signifie cependant pas qu’elle n’ait pas marqué ces hommes. Chez les ouvriers, on pourrait montrer que cela aboutit à tendre encore davantage les rapports traditionnellement conflictuels avec la maîtrise. Sur la mémoire des appelés, le beau livre de C. Mauss-Copeaux, Appelés en Algérie. La parole confisquée, Paris, Hachette, 1999.

33 Entretien avec Bernard Peloin, ancien appelé puis délégué CGT, Charbonnier-les-Mines, 25/10/2002.

34 D. Marcel, Cœur d’acier. Souvenirs d’un sidérurgiste de Lorraine, Paris, Payot, 1994, p. 231.

35 J’emprunte la notion d’événement référentiel négatif à Ingrid Gilcher-Holtey qui l’avait exposée lors d’une conférence sur « L’École de Francfort et les événements de 68 », Université Paris VIII, 29 mars 1999. Elle désignait par là un événement qui marque un individu dans sa période de formation, qui constitue ensuite une contre-référence absolue, et qui explique des prises de position et des analyses ultérieures.

36 Ch. Piaget, LIP. Charles Piaget et les LIP racontent, op. cit., p. 128.

37 Ph. Gavi, Les ouvriers, du tiercé à la révolution, Paris, Mercure de France, 1970, 315 p. Citations, p. 33, 135-136, 197 et 203.

38 Une exception toutefois : l’autobiographie de M. Donati, Cœur d’acier, op. cit., p. 200-217. Mais son récit date de 1994.

39 J. Capdevielle et R. Mouriaux, « L’ouvrier conservateur », Cahiers du LERSCO n° 6, décembre 1983, p. 78 et 83 sur la xénophobie qui vise d’abord les « Arabes ». L’enquête date des années 1971-1972.

40 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, Paris, Seuil, 1986, 317 p.

Auteur

MCF, Université de Bourgogne

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540