Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Enjeux locaux, impasses supranationales

Comment répondre à la demande du politique d’ancrer l’idée de la paix sur des champs de bataille ?

Denis Maréchal

Texte intégral

  • 1 C’est dans ce contexte que je participais à l’une puis à l’autre de la mise en œuvre de ces deux p (...)

1Pour le récit de cette pratique de l’histoire sur le terrain à Caen autour du projet du Mémorial pour la Paix (1985-1990) puis au Centre Mondial de la Paix à Verdun (1992-1997), j’ai délibérément maintenu mon propos dans le registre du témoignage marquant ici, comme ce fut le cas en son temps, la profonde adhésion qui fut la mienne1, aux choix de conception et de réalisation de ces deux programmes de développement culturel, selon la formulation de l’époque.

2Le travail de distanciation, par nature relatif en la circonstance, se devait d’être ici d’emblée souligné. De même ai-je borné le récit au temps effectif de mon engagement sur place. On l’aura compris cette intervention se veut cependant une tentative de réflexion raisonnée, sur une expérience professionnelle vécue en son temps dans la passion et l’effervescence de projets à aboutir dans l’urgence, trois ans à Caen, deux années à Verdun avant leur inauguration respective.

Retour sur le contexte des années 1985-1990

3Le thème de la paix ! Que de fois, hauts fonctionnaires du ministère de la Culture et des anciens combattants, journalistes, historiens apparurent interloqués, stupéfaits et incrédules avant de réagir un brin sardoniques, railleurs et en tous les cas toujours sceptiques à l’idée qu’à Caen, puis à Verdun puissent être édifiés une entreprise culturelle dédiée à la paix. Il y avait là plus qu’une opposition de principe, une fin de non recevoir à s’avancer plus avant dans une discussion autour de ce qui n’était alors que des projets de papier.

4Jugée non crédible sur le plan de l’idée elle-même, elle ne l’était pas davantage sur celui de la conception : un musée de la paix ? Avec quels objets ?et pour quoi faire ? Dès lors la demande de subvention auprès de l’État ne pouvait être sérieusement envisagée, ni même instruite. Il faudra toute la détermination et l’opiniâtreté d’élus du suffrage universel pour qu’à Caen comme à Verdun ces deux projets puissent en définitive voir le jour et que Jean-Marie Girault, sénateur – maire de Caen, et Chantal Rivière, maire adjoint aux affaires culturelles ; Gérard Longuet, président du Conseil régional de Lorraine, Line Rousseau, conseiller régional de Lorraine, Rémi Herment, président du Conseil général et sénateur de la Meuse et Jean-louis Dumont, député maire de Verdun, puissent impulser et accompagner l’émergence de ces deux monuments. Un projet de l’architecte Jacques Millet surgit de terre en lisière de Caen, la réhabilitation du Palais épiscopal édifié par Robert de Cotte au XVIIIe à Verdun en ville haute.

5Pratiquement au jour le jour ces hommes et ces femmes politiques, élus de partis politiques différents UDF à Caen, UDF, PR et PS à Verdun, surent par leur implication convaincre de leur intuition en défricheurs pugnaces. Cela en application d’une autre aventure politique conduite dans le cadre de la décentralisation au lendemain des lois de 1982. Ces deux initiatives sont d’abord à inscrire au compte d’une première application concrète de la décentralisation dans le domaine de la mémoire et de la culture en Basse-Normandie et en Lorraine.

6L’opinion publique, à Caen comme à Verdun, était plutôt attentiste, indifférente, même si autour des deux projets une association d’opposants manifestaient leur hostilité par des actions publiques parfois spectaculaires. À Caen une pétition circulait sur le marché du centre-ville « À quoi bon édifier un mausolée tourné vers le passé ? » emmené par un groupe de contribuables caennais. À Verdun l’association des amis de la vieille ville constituée pour la circonstance mena une longue guérilla judiciaire déposant quatorze recours devant le tribunal administratif de Nancy contre le projet architectural « ce que la guerre a préservé, la paix le détruit » s’exclamaient-ils.

7Dans un cas comme dans l’autre, il n’y avait pas à proprement parlé une demande sociale particulière en matière de mémoire et de paix même si deux associations, l’association des amis du musée de la bataille de Normandie (sic) et l’association des amis du Centre mondial de la paix composées de bénévoles avaient à cœur d’accompagner et d’encourager par des actions spécifiques, accueil, rencontres et conférences la naissance de ces deux programmes.

8Ces deux opérations s’inscrivaient dans un calendrier électoral court – l’ouverture du Mémorial en juin 1988 soit huit mois avant les élections municipales de mars 1989, l’ouverture du Centre mondial de la Paix le 1er juillet 1994 soit dix mois avant les échéances municipales de mars 1995. Cette contrainte de délais dans la mise en forme de ces projets – tout à la fois obstacle et atout – apparut a posteriori décisive à leur faisabilité même si elle conditionne très fortement chacune des étapes de la réalisation : – réflexion, conception, fabrication. Autre contrainte, les budgets : la maîtrise d’ouvrage relevait des villes de Caen et de Verdun avec l’implication forte de plusieurs services de l’administration communale pour en assurer la faisabilité avec des budgets d’investissement abondés par les villes elles-mêmes, les départements et régions concernés ainsi que par la participation de l’État, et des fonds de développement européen à Verdun.

9Cette même double contrainte, il faut y insister, des coûts et les délais se retrouvait omniprésente dans les différents moments de leur mise en œuvre administratives, – délibérations municipales, appels d’offres, contentieux juridiques, dans l’avancement d’un chantier de pierres et de ses aléas climatiques, d’approvisionnement etc. Dans les structures, une fois hors d’eau, c’est-à-dire couvertes, l’organisation spatiale confiée à Yves Devraine au Mémorial et à Guy Claude François à Verdun pour la scénographie, s’enrichissait de la production audiovisuelle confiée au producteur Jacques Perrin pour le Mémorial et à la société Riff productions à Verdun.

10Au carrefour de ces nombreuses contingences la question du contenu, sans n’être jamais résiduelle devait savoir parfois tantôt s’effacer ou au contraire s’opposer aux orientations de dernière heure… C’est dans ce foisonnement simultané d’activités que devait continuer de germer une représentation de la paix accessible, compréhensible et évolutive jusqu’après la livraison des équipements. On peut dès lors s’interroger sur la motivation des élus à choisir une voie, en définitive, particulièrement complexe et risquée pour ce qui ne devaient « en aucun cas devenir un musée comme les autres » selon l’expression consacrée.

Pourquoi les hommes politiques s’intéressent-ils à transposer l’idée de la paix sur des champs de bataille ?

11Il y a à cela plusieurs réponses. À Caen le sénateur-maire était l’un des témoins de la destruction de la ville en 1944, une fois achevée les phases successives de la reconstruction le souvenir devait désormais pouvoir s’exprimer par un acte d’espérance : un mémorial pour la paix. Témoin du bombardement de la ville à dix-huit ans, Jean-Marie Girault veut perpétuer le souvenir de cette destruction auprès des jeunes générations qui n’ont pas connu la guerre.

12À Verdun plusieurs élus, maire, député, sénateur, président de conseil général et du conseil régional entendaient renouveler et diversifier l’offre de mémoire en la déployant au-delà du souvenir et du tourisme de mémoire de la Grande guerre dans une perspective plus ample : Verdun symbole de paix.

13Le paysage historique local et régional dans le Calvados comme en Meuse avaient été, sinon encombré, à tout le moins investi par un grand nombre de musées de site ouverts une décennie après la fin des deux guerres mondiales. La volonté d’aménagement et de développement économique du tourisme se heurtait parfois au début des années quatre-vingt aux conservatismes et aux attentismes des gestionnaires de site. Au fil du temps, l’épuisement commémoratif, l’essoufflement des formes du pèlerinage traditionnel sur les champs de bataille des vétérans et des anciens combattants ayant vécu les événements inclinaient à rechercher des voies nouvelles pour le développement local dans un cadre neuf.

14Impulser et faire naître en région des grands travaux à l’échelle régionale faisant le pendant, toute proportion gardée, aux grandes opérations d’architecture lancées par François Mitterrand à Paris, était également un point de vue assez largement partagé par le personnel politique.

La paix : le détour par l’histoire

15Reste alors à explorer rétrospectivement les voies suivies sur la façon de répondre à la demande du politique d’ancrer cette idée de la paix sur des champs de bataille ?

16Le retour au passé par le biais de la discipline historique : évidente pour un public d’historiens cette voie n’était pas toujours aisée à faire partager et à mettre en pratique. Rappelons quelques-uns des enjeux du moment. Le cadre chronologique ne devait pas rester prisonnier de l’événement, la critique des sources et leur indispensable croisement, la mise en perspective du récit avec l’usage des nouvelles technologies de communication, mais aussi la limite à ne pas verser dans le spectaculaire et le ludique du parc d’attraction, la place essentielle du dispositif pédagogique au service de l’enseignement de l’histoire sont quelques-unes des règles sur lesquelles il fallut inlassablement veiller.

17La tension lien local – perspective international, au sens ou l’on portait l’horizon du savoir et de la réflexion bien au-delà du cadre normand et meusien figurait également au nombre des préoccupations majeures du déploiement de ce qui n’étaient alors que des projets.

18Évoquer la paix c’était d’abord retrouver le temps long de l’histoire. Dans les deux cas la scénographie des deux parcours historiques s’articulent autour de cet axe du temps.

  • 2 Le comité scientifique chargé de la réalisation du parcours était le suivant : l’historien Françoi (...)

19À Verdun le visiteur, en suivant un cheminement dans le temps sous la forme d’une évocation multi média réalisée par une équipe d’universitaires pluridisciplinaires2 prend contact avec le sujet par le truchement d’une évocation de la guerre dans l’histoire et sur un rappel de plusieurs définitions de la guerre données par Karl von Clausewitz : « La guerre n’est que la continuation de la politique par d’autres moyens » Raymond Aron : « la guerre est de tous les temps historiques et de toutes les civilisations », Gaston Bouthoul : « La guerre est une sorte d’épidémie mentale », sans oublier le dicton de la Rome ancienne : « Si vis pacem, para bellum »

20Un second temps conduit le public à se rappeler les grands traités, et bien entendu celui de Verdun de 843, ce traité qui préfigure la naissance des grandes nations médiévales avec le partage de l’empire d’occident entre les 3 fils de Louis le Pieux. Le congrès de Vienne de 1815, le traité de Versailles en 1919, le traité de paix américano-japonais de San Francisco en 1951, tour à tour évoqués sous l’angle de l’histoire du droit. Contenir la guerre, contenir la barbarie, avec la mention d’extraits de la convention de La Haye de 1907 sur les prisonniers de guerre ou encore la convention de Genève de 1949.

21De manière thématique les perceptions de la paix sont ensuite observées dans le domaine de la mémoire, des médias, du sport, de l’art et de la littérature, de la non violence et du sacré. Autre temps fort les droits de l’homme autour de quatre axes : le mur des déclarations de 1789 et 1948, le contexte historique, le mur des exclus et la conquête des droits. La salle analysant et témoignant de la construction de la paix est toute entière consacrée à l’ONU, sa création, ses actions pour le maintien de la paix, l’action en faveur du développement, ses limites. Autre espace muséal l’Europe avec un diaporama rétrospectif de la guerre et de la paix : la paix de Dieu et les royaumes barbares, la guerre des États et des religions, le bel instant des lumières, la guerre des nations, l’Europe de la paix avec la réconciliation franco-allemande. Un dernier espace enfin vouloir – rêver la paix donnait la parole à quatre intellectuels Federico Mayor alors directeur général de l’Unesco, François Heisbourg, directeur de l’Institut international d’études stratégiques de Londres, Jean Christophe Ruffin, médecin, spécialiste de l’action humanitaire, et l’économiste Edmond Malinvaud, professeur au Collège de France.

Le mémorial pour la paix

  • 3 L’équipe alors constituée par une convention ville de Caen – CNRS Ihtp jusqu’à l’inauguration étai (...)

22Expliquer la Seconde Guerre mondiale, ses causes son déroulement et ses conséquences pour éviter un nouveau conflit, c’est le leitmotiv du parcours historique du Mémorial de Caen auquel participa de manière décisive l’équipe de l’Institut d’Histoire du temps présent emmenée par l’historien François Bédarida3. La Faillite de la paix première étape du parcours évoquait, grâce à une scénographie particulièrement suggestive la période de l’entre-deux-guerres, la France des années noires, guerre mondiale, guerre totale, les préparatifs du débarquement, le Jour J et la bataille de Normandie. Un film d’une quinzaine de minutes « Espérance » retraçait la vie internationale du monde de 1945 au début des années quatre-vingts et venait conclure une visite bientôt augmentée d’une galerie dédiée aux Prix Nobel de la Paix. À l’époque l’idée proposée au maire de la ville par le scénographe et moi-même au lendemain de l’inauguration, d’insister sur le thème de la paix alors insuffisamment affirmé, est très rapidement validée et sera achevée au printemps 1991.

23La place dévolue aux images – affiches, collections de photographies, bandes sonores, films d’archives – portées par une scénographie suggestive, contribuait de manière primordiale à un dispositif muséal non figé. Augmenté d’objets de la vie quotidienne et de plusieurs objets de guerre représentés parfois par des maquettes à l’échelle un, le Mémorial était parvenu à interroger le passé tout en s’éloignant de la seule exposition de l’objet de guerre et des collections militaria.

La paix au jour le jour

24L’observatoire de la Paix implantée au cœur du hall du Mémorial devait égrener les dernières nouvelles en faveur de la paix en affichant les dépêches du monde entier depuis un fil d’agences, cette vocation à muséographier l’immédiat se heurta à la rareté des nouvelles en ce sens, le caractère irénique de la démarche ne porta pas les fruits escomptés. Il y eut dès lors bien d’autres initiatives prises, heureusement plus prometteuses. Elles relèvent en fait de l’action culturelle en faveur de la paix. Le recours à l’art contemporain, le projet d’un jardin de la paix, des activités culturelles, danse contemporaine, concerts, expositions temporaires ou encore un concours international de plaidoieries, contribuent aussi à l’indispensable animation des lieux.

25Les classes de paix lancées par le Centre Mondial de la Paix à Verdun à travers ses expériences de vivre ensemble entre jeunes issus de territoires en conflits, avec des échanges successifs entre jeunes issus des théâtres d’affrontements de la fin du XXe siècle : conflit israelo palestinien, catholiques et protestants d’Irlande, jeunes de Roumanie et de Hongrie, jeunes du Liban... poursuivent inlassablement cet apprentissage du respect de l’autre.

26Dans cet inventaire à la Prévert des façons de répondre au concret, au discours politique puis à la mise en acte de ceux-ci, restait à comparer ces initiatives sur le plan international.

  • 4 Peace Museums Worldwide, United Nations, Publications on Peace, 1995, 72 p. Préface d’U.-M. Ruser e (...)

27La publication par l’ONU en 1995 d’une brochure4 sur les musées de la paix est révélatrice de la représentation de la paix à travers le monde et de ses lieux d’implantation. Sur les quelques cinquante musées recensés, quinze sont implantés au Japon dont Hiroshima, Nagasaki et Okinawa, dix sont situés en Allemagne et en Autriche. À l’exception des initiatives américaines privées, tous ces sites puisent leur origine dans une évocation des guerres du passé. Seule exception majeure, les trois initiatives de musées et centre de rencontres crées en Inde autour de Gandhi avec le Gandhi Memorial Museum de Madurai, le Gandhi Smarak Sangrahalaya d’Ahmedabad et la National Gandhi Museum de New Delhi.

28À Verdun comme à Caen, l’exposition de l’histoire pérennisait la vocation de ces deux sites à des fins pacifiques et non en un lieu dédié au pacifisme comme d’aucuns purent un instant le redouter ou le souhaiter. Dans les médias enfin ces sites sont perçus pour ce qu’ils sont en définitive, des lieux de mémoire indissociables du lieu dans lequel ils s’inscrivent : ceux de champs de bataille.

29Une surface médiatique relativement modeste, rehaussée par des campagnes de publicité à Caen ; à Verdun, une fois passée l’inauguration, le parti pris d’orienter le centre vers l’échange et la réflexion avec des programmes d’une université de la paix, contribuent bel et bien chacun à leur manière à la culture de paix.

30Rendre intelligible le passé, par l’exposition des faits, à partir de la contribution d’une partie de la communauté des historiens qui accepta d’en prendre le risque hors du cadre traditionnel de l’université en se frottant à une médiation scénographique, documentaire, filmique et photographique apportait une lecture de l’histoire apte à mieux comprendre les causes et le déroulement de la guerre.

  • 5 L’émergence ultérieure à celui de Caen de programmes muséales à Lyon, Péronne, Izieu, notamment co (...)

31Un préalable indispensable à toute exposition de la paix sur les champs de bataille. Le postulat guidé par cet axiome : « comprendre le passé pour ne pas être condamné à le revivre » parfaitement accepté dans notre réponse initiale à la demande du politique devait en définitive guider, tout au long de la gestation de ces deux projets la volonté collective commune des intervenants d’alors. Une orientation depuis lors, toujours confirmée, jamais remise en cause à Caen, plus délicate à Verdun au gré d’un changement de municipalité en 1995. Pour autant, l’évolution respective des deux sites avec d’autres équipes au lendemain de leur ouverture aboutissait au prolongement de l’expérience. Avec le rayonnement d’équipements désormais bien implantés dans la vie locale malgré les fortes contraintes économiques du temps et en proposant par le biais d’une activité soutenue l’opportunité pour qui veut comprendre le XXe siècle ils ont ouvert une voie originale et alors inédite5 à la découverte de l’histoire de son temps.

Notes

1 C’est dans ce contexte que je participais à l’une puis à l’autre de la mise en œuvre de ces deux programmes, comme conseiller historique à la mairie de Caen de 1985 à 1988 avant de rejoindre la Sem le Mémorial jusqu’en octobre 1990, puis à Verdun comme directeur de projet de 1992 à 1994 et de poursuivre la concrétisation du programme jusqu’en septembre 1997.

2 Le comité scientifique chargé de la réalisation du parcours était le suivant : l’historien François Roth, pour « la guerre, la terre et les frontières », les juristes Gérard Cahin et André Moine pour « De la guerre à la paix » l’historienne Madeleine Rébérioux pour « Les droits de l’homme », Jean-Denis Mouton professeur de droit international pour les Nations Unies pour la paix, Michel Foucher géographe et Marianne Schaub, philosophe pour l’Europe. Il convient également de mentionner la participation active de Serge Bonnet, CNRS – André Brigot, Ehess – John Peter Nelson sociologue et André Wild conservateur du musée de Mayence. Enfin il faut souligner l’implication constante et très active de l’éducation nationale à travers l’engagement des inspecteurs régionaux d’histoire Hélène Pomme et Philippe Claus et de Gérard Domange professeur agrégé d’histoire, responsable du service éducatif.

3 L’équipe alors constituée par une convention ville de Caen – CNRS Ihtp jusqu’à l’inauguration était la suivante : Étienne Fouilloux, Denis Peschanski, pour la faillite de la paix, Jean-Pierre Azéma et Henry Rousso pour la France des années noires, Robert Frank et Denis Maréchal pour Guerre Mondiale – Guerre Totale, Philippe Buton, Le général Delmas et Dominique Veillon pour le débarquement, la bataille de Normandie et la libération. Relevons également la participation pour des aspects particuliers de Christian Delage, Antoine Lefébure, Martin Blumenson et l’implication forte de deux enseignants d’histoire du secondaire Rémy Desquesnes et Jean Quellien. Un conservateur Michèle Périssère recrutée un an avant l’ouverture constitua avec une équipe de documentalistes une première collection d’objets. Geneviève Lecacheux devenait responsable du centre de documentation, Alain Tapié directeur du musée des Beaux-Arts de Caen participait au traitement scénographique de l’évocation de la destruction de Caen dans le Hall d’accueil, Jean-Louis Déotte avec le collège international de philosophie intervenait sur la fresque de l’histoire intellectuelle de l’humanité située également dans le hall d’accueil. À partir de novembre 1990, le Centre de Recherche d’histoire Quantitative, implanté à l’université de Caen dirigé par Claude Quétel prit le relais.

4 Peace Museums Worldwide, United Nations, Publications on Peace, 1995, 72 p. Préface d’U.-M. Ruser et P. vandenDungen.

5 L’émergence ultérieure à celui de Caen de programmes muséales à Lyon, Péronne, Izieu, notamment confirme un besoin particulier de représentation de l’histoire contemporaine.

Auteur

Docteur en histoire, chargé de la valorisation à l’Inathèque de France, INA

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540