Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les classes zoologiques en Grèce ancienne

 | 
Arnaud Zucker

Classèmes relatifs à l’espace et à la locomotion

Texte intégral

  • 1 Il est souvent difficile de faire le partage entre les termes qui marquent une différence spatiale (...)

1Un autre ensemble, beaucoup plus riche en noms mais dont les membres ont une extension souvent moindre, rassemble tous les termes liés au biotope et qui signalent une spécificité spatiale ou motrice1. Ce sont ces termes que nous allons maintenant examiner.

La terre

  • 2 Voir Zucker, 1996.

2Une des divisions les plus fréquentes dans les textes grecs sur les animaux distingue les animaux “terrestres” et les animaux “aquatiques” ou, plus exactement, “les animaux du sec” et “les animaux de l’eau”. Les textes hésitent en fait entre un système ternaire qui oppose trois lieux de vie qui sont aussi trois “éléments” (terre/mer/eau), et un système binaire qui oppose deux milieux (terre/mer)2.

  • 3 Son sens est donc distinct de celui de ξηρóς comme en témoigne l’absence de chevauchement de leurs (...)
  • 4 A., Th. 64.
  • 5 Hdt. 2, 123. Hérodote définit aussi par ce nom le crocodile (Hdt. 2, 68 & 4, 192) et qualifie ains (...)
  • 6 Notons toutefois qu’il peut qualifier un ἐvoyage ou une ville qui se trouve à l’intérieur des terr (...)
  • 7 Thphr., CP 3, 17, 2 ; cf. Id. 2, 3, 5 ; Id., HP 1,4,2 ; Id. 1,14, 3 ; Id. 4, 13 ,1 ; etc.

3Le terme le plus courant pour nommer les animaux terrestres est le mot χερσα [chersaios] (408/749). Cet adjectif tout comme le mot dont il est dérivé (ἡ χέρσoς : la terre ferme), implique fondamentalement une opposition à l’élément liquide et caractérise essentiellement la matière solide3. L’adjectif se rencontre pour la première fois dans une formule d’Eschyle où se manifeste sa valeur originelle et qui constitue un oxymore : “on entend mugir la vague terrestre des assaillants”4. Hérodote est le premier auteur à l’employer pour qualifier un animal et à consacrer sa valeur de classème en le substantivant : “lorsque <l’âme> a parcouru tous les êtres de la terre, de la mer et de l’air (τὰ χερσαῖoα καὶ τὰ θαλάσσια καὶ τὰ πετειvά)...”5. Les emplois de ce terme étrangers au domaine biologique sont très rares et la forme substantivée, qui est au moins aussi fréquente que la forme adjectivale, n’est également utilisée que pour désigner les animaux terrestres6. Théophraste, affranchi de l’espace aérien, cite pour sa part comme une des premières différences entre les plantes l’opposition ἔvυδρα | χερσαῖα qu’il reprend en de nombreuses occasions7.

  • 8 Voir par exemple : χερσαῖα | θαλάσσια (Aesop. 118) ; χερσαῖα ἔνυδρα (Alex., in Top. 425, 13) ; etc (...)

4La matière solide équivalant aux terres émergées les “animaux du solide” sont avant tout les animaux au contact immédiat de la terre : quadrupèdes, reptiles, et insectes. Toutefois χερσαῖoς ne déterminant pas strictement une différence spatiale mais plutôt un contexte matériel, le mot peut aussi éventuellement (et en vertu de la valeur de base de χερσαῖoς), s’appliquer à tous les animaux non aquatiques et inclure les animaux de l’air. Ce terme a ainsi une extension variable et se rencontre dans deux types de systèmes : un système tripartite dans lequel les χερσαῖα sont opposés aux animaux de l’eau et aux animaux de l’air (et où l’adjectif définit véritablement un biotope) ; et un système binaire où ils s’opposent aux animaux de l’eau. Cette ambiguïté montre assez combien les différences matérielles et les différences spatiales sont corrélées et parfois confondues dans la représentation. Tous les termes généraux que nous allons voir, et qui peuvent être considérés comme des synonymes de τὰ χερσαῖα ou de τὰ ἔνυδρα sont susceptibles d’être combinés entre eux de presque toutes les façons pour résumer l’ensemble du règne animal, soit à l’intérieur de ce système binaire, soit à l’intérieur d’un système ternaire dans lequel les oiseaux (τὰ πτηvά ou un terme équivalent) ont une position ambiguë8.

  • 9 VoirArist.,/ HA 487 18.
  • 10 Pl., Sph. 220 b : oiseaux et poissons ἐpratiquent une forme de “nage”, dans l’air ou dans l’eau, d (...)

5En effet, lorsque le terme est seulement opposé à “aquatique” (τὰ θαλάσσια ou τὰ ἔvυδρα) il n’est pas toujours possible de déterminer dans quelle mesure les animaux de l’air sont, dans ce système “réduit”, englobés par χερσαῖoς ou répartis entre la mer et la terre. Tantôt les χερσαῖα absorbent entièrement la catégorie des animaux de l’air comme dans un des schémas aristotéliciens qui distingue parmi les χερσαῖα les animaux ailés (τὰ πτηνά) et les animaux marcheurs (τὰ πεζά)9. Tantôt il faut entendre par χερσαῖα les animaux qui habitent sur la terre et s’y nourrissent, comme le fait ailleurs Aristote lorsqu’il cite parmi les animaux “aquatiques” des échassiers et des palmipèdes. Tantôt enfin, quoique plus rarement, les χερσαῖα excluent entièrement les oiseaux et sont distingués de tous les animaux de l’air et de la mer, à l’instar de la division platonicienne qui groupe ces derniers sous l’appellation originale de νευστικά10.

  • 11 Voir aussi τὰ ἀµϕίβια.

6Ces trois modèles d’intégration des oiseaux dans un système binaire montrent que χερσαῖoς peut désigner un lieu d’attache (auquel cas les oiseaux sont globalement sujets de cette classe), renvoyer à un lieu de séjour habituel (auquel cas les oiseaux sont partagés entre oiseaux terrestres et oiseaux aquatiques) ou encore impliquer un certain mode de locomotion : la marche (auquel cas les oiseaux, par leur vol, apparaissent plus proches des poissons)11.

  • 12 II sert aussi de qualificatif discriminant, voire de surnom pour distinguer plusieurs espèces d’un (...)

7L’adjectif est aussi utilisé en fonction d’épithète avec des noms d’animaux qui présentent une ambiguïté dans la mesure où ils sont appliqués à plusieurs espèces de façon “métaphorique”. Il permet ainsi de distinguer le hérisson (ἐχῖνoς χερσαῖoς) de l’oursin (ἐχῖνoς ἔνυδρoς) ou le scorpion (σκoρπίoς χερσαῖoς) du poisson appelé “scorpion de mer” (σκoρπίoς ἔνυδρoς)12 ; etc.

  • 13 Alex., Pr, (Sp.1 ,Pr. 7).
  • 14 Le quatrième des genres cités par Platon dans le Timée est τò πεζòv καὶ τò χερσαῖov (Tim. 40 a 1).
  • 15 Ce chiffre est celui des occurrences du mot au pluriel seulement. La somme des occurrences, toutes (...)
  • 16 Avant l’utilisation du cheval comme monture, les πεζοί s’opposent aux combattants portés par un ch (...)
  • 17 Le mot reçoit une autre valeur lorsqu’il est appliqué au discours : il désigne la prose face à la (...)

8Dans la définition canonique qu’Aristote donne des χερσαῖα les “animaux pédestres” τὰ πεζά (ou τὰ πετά)13 occupent une place de choix14. Pourtant le terme πεζóς [pezos] formé à partir du mot pied (πoύς) et lié au sol (πέδoν), relève pour l’essentiel du vocabulaire militaire et on le rencontre principalement dans les textes d’historiens (env. 515/740)15. Il désigne avant tout sous forme adjective ou substantive l’infanterie, distinguée de la cavalerie ou, secondairement, l’ensemble de l’armée de terre en face de la marine16. L’opposition la plus pertinente est celle qui distingue, sur terre, deux modes de locomotion, l’un impliquant un contact direct avec la terre, tandis que l’autre introduit une médiation. Employé comme épithète apposée l’adjectif qualifie un voyage, un combat, etc., qui se fait “à pied” ou “par voie de terre” selon la même structure oppositive17.

  • 18 Ce “substantif” suppose néanmoins, comme dans les autres cas de substantifs dérivés d’adjectifs, l (...)
  • 19 Avant Platon on ne rencontre aucun emploi de ce terme, ni substantivé ni adjectif, dans son accept (...)
  • 20 Chantraine (DELG, s.v. πεζóς) donne comme valeurs de l’adjectif : “qui va à pied” et “qui vit ou v (...)
  • 21 L’adjectif πεζευτικóς est un hapax aristotélicien (ga 715 a 28) : il est employé comme attribut et (...)
  • 22 Les grammairiens anciens dérivaient en fait le mot πεζóς de πέδoν (voir Eust., in Il. 1428, 4 ; Et (...)
  • 23 Arist., HA 487 b 20.
  • 24 Cf. Plu. 966 b 1 : ἐv τoῖς πεζoῖς καὶ γηγεvέσι. Les animaux sont les êtres liés à la terre (voir A (...)
  • 25 Gal., Aliment, fac. 6, 668, 13. Galien qui fait entrer “de force” l’escargot parmi les pédestres s (...)

9Les emplois “zoologiques” de πεζóς représentent environ un cinquième des occurrences (144/740). La qualité de πεζóς étant rarement une qualité problématique, ce terme est en zoologie plus rarement utilisé comme adjectif qualificatif que comme nom de classe, accompagné de ζῷα ou seul, sous forme. substantivée18. L’appellation τὰ πεζά constitue de fait, depuis Platon (qui est le premier à en faire usage), une formule courante pour désigner, surtout dans les textes de zoologues, les “animaux qui marchent”19. Conformément à son sens étymologique, ce mot s’applique à des êtres dotés de pattes (ou de pieds) et signifie littéralement “pédestre”20 ; son champ d’application apparaît donc au premier abord bien différent de celui de χερσαῖoς puisqu’il est défini par une particularité anatomique et non par l’appartenance à un certain milieu21. En fait il n’en est rien et le terme a un sens zoologique très élastique, puisqu’il peut couvrir non seulement les animaux dotés de pieds mais également tous les animaux terrestres, et il en vient ainsi à concurrencer le mot χερσαῖoς dont il devrait constituer une subdivision22. Les êtres apodes font partie intégrante des πεζά : tous les auteurs, sans être sur ce point aussi explicites que sait l’être Aristote, le laissent clairement entendre. Alistote, qui totalise à lui seul 89 des 144 emplois “zoologiques” de ce terme, le déclare en effet sans ambages dans le fameux texte introducteur à son Histoire des Animaux : “Parmi les pédestres, les uns marchent, d’autres rampent, d’autres se meuvent par ondulation (καὶ τῶν πεζῶν τὰ µὲν πoρευτικά, τὰ δ’ ἑρπυστικά, τὰ δ ’ἰλυσπαστικά)”23. Est donc πεζóς tout ce qui se déplace sur terre24. Dans le même passage, Aristote présente la classe des πεζά comme une des deux branches des χερσαῖα, l’autre branche étant celle des πτηνά. Cette assimilation n’est pas sans poser quelques difficultés comme en témoigne Galien, familier du terme, qui affiche quelques scrupules à y inclure le κoχλίας, animal certes terrestre, mais fort peu πεζóς selon lui : “il est absolument évident qu’il ne faut ranger cet animal ni parmi les volatiles, ni parmi les animaux aquatiques (oὔτ’ ἐν τoῖς πτηνoῖς oὔτ’ ἐν τoῖς ἐνύδρoις) ; et si nous ne le mentionnons pas non plus parmi les animaux qui marchent (εἰ δὲ µηδ’ ἐν τoῖς πεζoῖς αὐτoῦ µvηµovεύσαιµεν), nous ne pourrons rien dire de la nourriture que procure l’escargot”25.

  • 26 Voir par exemple Pl., Lg 823 b 4 ; Str. 17,1,48 ; avec ἒνυδρα à la place de θαλάσσια : Thphr., Fr. (...)
  • 27 Alex., in Top. 533, 22.
  • 28 Aristote, à propos de l’ambiguïté de la chauve-souris, dit qu’elle appartient ῆà ῆla ῆfois aux πεζ (...)

10Par ailleurs, cette spécialisation de τά πεζά ne constitue pas seulement un élargissement : elle représente aussi un rétrécissement de l’extension potentielle de cette classe, dans la mesure où dans la plupart des cas les animaux pédestres non terrestres n’y sont pas compris. Le terme n’introduit donc pas une nouvelle perspective, qui serait anatomique et indépendante des biotopes, mais elle se règle sur la perspective “matérielle” en détaillant - ou doublant - la classe des “terrestres”. Et il est fréquent de trouver πεζά à la place de χερσαῖα dans la triade que constitue habituellement ce terme avec τὰ θαλάσσια et τὰ πτηνά26. C’est cette valeur “ajoutée” du terme qui fait dire à Alexandre d’Aphrodise qu’il n’y a qu’un seul δίπoυς πεζóς, l’homme, considérant les oiseaux (qu’ils soient ou non aptes au vol) comme exclus d’une désignation à ses yeux univoque27. Dans ces conditions il n’est pas étonnant que τὰ πεζά soit parfois employé, au prix d’une exclusion minime (la chauve-souris)28 et d’une omission courante (les insectes non volant) à la place de τὰ τετράπoδα.

  • 29 Voir Pl., Plt. 276 a 4 : πεζoῖς τε καὶ ἀπτῆσι ; Pl., Smp. 207 a 9 ; Plt. 264 e ; Arist., HA 490 a (...)
  • 30 “...et il y en a d’autres qui n’absorbent ni l’un ni l’autre, mais dont la complexión est adaptée (...)
  • 31 Voir HA 589 b 2 :“en effet il n’est pas facile de définir chacun de ces animaux restrictivement co (...)
  • 32 Ainsi Arist., GA 761 b 10 : “On peut en effet attribuer les végétaux à la terre, les animaux aquat (...)

11En système binaire, cette classe est le plus souvent corrélée ou opposée à τὰ πτηνά (les volatiles) dont elle semble être en quelque sorte le “contraire”, tandis que τὰ χερσαῖα lui est généralement préféré, lorsqu’il s’agit d’opposer les terrestres aux animaux marins (τὰ ἒνυδρα, τὰ πλωτά, etc.) ; de sorte que la distinction majeure qui sous-tend l’emploi de πεζά, en zoologie comme dans les contextes militaires, est celle qui passe entre ceux qui sont sur la terre et ceux qui sont au-dessus de la terre29. Toutefois l’opposition peut également se situer entre les “pédestres” et les aquatiques, surtout lorsque la respiration est en jeu. Dans ce cas non seulement la classe des πεζά est opposée à celle des ἒvυδρα, mais elle englobe même les animaux ailés au nom d’une différence spatiale entre mer et terre : “les animaux se divisent suivant les lieux qu’ils habitent (κατά τóὺς τóπoυς). En effet, les uns sont terrestres, les autres aquatiques. Cette distinction peut s’entendre de deux façons : les animaux sont appelés les uns terrestres, les autres aquatiques, parce que les premiers absorbent l’air et les seconds l’eau (τὰ µὲv τῷ) δέχεσθαι τòν άέρα, τὰ δὲ τῷ τò ὕδωρ)”30. Aussi Aristote a toutes les difficultés à situer les cétacés à partir de cette alternative31. Les πεζά peuvent même être rattachés à l’élément aérien, et distingués des plantes (terrestres) et des aquatiques (marins)32. On voit, à travers cette catégorie complexe, combien le sens des termes classificatoires, même lorsqu’il s’agit de termes consacrés, est relatif ; et non seulement il est relatif au réseau de termes dans lequel il se trouve pris, mais il est également sélectionné en fonction du contexte et, dans certains cas, du projet argumentatif particulier de l’auteur.

  • 33 D.H. 2, 64, 5, 1 ; parfois avec d’autres termes (τά αἰθέρια, τὰ ἐπoυράνια...) : D.L., 5, 32, 6 ; C (...)
  • 34 Ainsi Théophraste distingue deux sortes de lierre : “le lierre a des aspects variés : un type est (...)
  • 35 “Dans son Histoire des Plantes il écrit : les souterraines (ὑπóγεια) sont comme ceci et les terres (...)

12L’adjectif ἐπίγειoς ; [epigeios] (127/711), lié à la terre (γῆ et ἐπί = sur) est un terme surtout employé dans la prose tardive et la tradition juive. Sous forme substantivée il désigne les réalités sublunaires, qui sont opposées aux corps célestes (τὰ oὐpάνια) et aux corps aériens (τά µετάρσια)33. L’adjectif est employé de façon discriminante en botanique pour distinguer des espèces voisines dont l’une est rampante, l’autre grimpante34. Plus généralement Théophraste distingue les plantes “terrestres” et les plantes “souterraines”35.

  • 36 Lucien distingue deux espèces de scorpions dans le désert des Dipsades : “l’un est terrestre et pé (...)
  • 37 Plat., R. 546 a 4 (où ἐπίγειoς apparaît comme une épithète “de nature” de l’animal).
  • 38 Democr., Fr. B 5, 34 (= D. S. 1, 7, 5, 5 sq.) ; il n’est pas impossible que le mot ἐπίγειoς soit l (...)

13Cet adjectif est rarement discriminant quand il accompagne un nom d’espèce zoologique mais il lui arrive de caractériser le mot ζῷoν soit pour désigner l’ensemble des animaux, soit pour renvoyer aux seuls animaux terrestres36 : “non seulement pour les plantes qui vivent dans la terre mais aussi pour les animaux qui vivent sur la terre (oὐ µóνoν ϕυτoῖς ἐγγείoις, ἀλλὰ καὶ ἐν ἐπιγείoις)”37. Diodore, dans une évocation des théories physiques de Démocrite, offre un des rares exemples de la forme substantivée de l’adjectif qui équivaut à τά χερσαῖα : “ceux d’entre [les animaux] qui participent de la plus grande chaleur sont dotés d’ailes et s’élèvent vers les régions supérieures ; ceux dont le mélange est terreux se rangent dans la classe des reptiles et autres animaux terrestres (ἐν τῇ τῶν ἑρπετῶν καὶ τῶν ἄλλων τῶv ἑπιείων τάξει) ; et ceux qui participent le plus de la substance humide se rassemblent dans la région conforme à leur nature et reçoivent le nom d’aquatiques”38.

  • 39 Pl., Plt. 264 d. Le nom auquel se rapporte ξηρoβατικóς n’est pas précisément ζῷoν mais τρo ϕή (l’é (...)
  • 40 Platon n’emploie pas le mot ἀερoβατικóς dans le passage mentionné ῆqu’Athénée cite, sans doute de (...)
  • 41 Arist., HA 559 a 18.

14L’adjectif ξηρoβατικóς [xêrobatikos] (3/3), de ξηρóς (sec) et βαίvειv (marcher), est employé par Platon qui distingue deux types d’élevage et oppose ce terme à ἒvυδρoς39, tandis qu’Athénée l’oppose à τά ἀερoβατικά dans un passage où il évoque le texte de Platon40 ; il est utilisé une fois par Aristote pour distinguer les oiseaux terrestres des aquatiques : “mais il existe une différence entre les œufs des oiseaux de rivière ou de lac et les œufs des oiseaux de terre ferme (τὰ τῶν ξηρβατικῶν <ᾠά>)41. Malgré sa pertinence, ce terme est toutefois numériquement insignifiant.

  • 42 Dérivé de γίγνεσθαι (naître) et γῆ (terre).
  • 43 Lyc, Alex. 1, 127 ; A.R. 3, 1048 ; Philostr., Im. 2, 27, 3 ; D.S. 1, 86, 3, 3 ; à propos des créa (...)
  • 44 Titans, Géants ou dieux : A.R. 1,410 ; D. S. 3, 62,6,4 ;...
  • 45 Zῴωv ἒθη νoµάς τε καὶ ϕύσεις ἃµᾳ τῶν γηγεvv πτηῶv τε καὶ θαλαττίων : Ar.Byz., Épit. 1,1-2.
  • 46 Plu. 966 b 11.
  • 47 Formé à partir de πέδov (sol) et βαίvειv (marcher).
  • 48 A., Ch. 591.

15Mentionnons brièvement l’adjectif γηγεvής [gêgenès] (né de la terre)42 qui, d’ordinaire employé à propos des hommes43 ou de la plus ancienne génération de dieux44, désigne deux fois, sous forme substantivée, les animaux terrestres : en tête de la Syllogè de Constantin Porphyrogénète, où il est en système avec τά πτηνά et τά θαλάττια45 ; et dans un passage de Plutarque où cet adjectif renforce τά πεζά et désigne la moitié de l’animalité : “parmi les animaux terrestres et terriens (ἐν τoῖς πεζoῖς καὶ γηγεvέσι)”, qui sont opposés aux animaux aquatiques46. On rencontre aussi une fois l’adjectif πεδoβάµων [pedobamôn] (l/l)47 au neutre pluriel avec valeur classificatoire : “les bêtes ailées et marchant sur le sol (πτανά τε καὶ πεδoβάµoνα)”48.

  • 49 Ce mot apparaît sous forme substantivée dans les textes d’Aristote : IA 710 b 11 ; Id. 711 a 10, e (...)
  • 50 Cette classe passe outre quantité de distinctions fondamentales aux yeux des Grecs à la fois sur l (...)
  • 51 IA 708 a 22 (voir ibid. passim). Aristote a surtout en tête les quadrupèdes, comme en témoignent s (...)

16Le seul mot qui désigne littéralement et sans ambiguïtés les “animaux pourvus de pattes” est un adjectif très rare et exclusivement péripatéticien : ύπóπoυς [hupopous] (10/26), pourvu sous (ύπó) lui de pieds (πoύς). On a construit sur cette adjectif un substantif neutre : τò ύπóπoυν <εἶναι> (le fait d’avoir des pieds), qui désigne au pluriel (τὰ ύπóπoδα <ςῷα>) l’ensemble des animaux pourvus de pieds, quel que soit la forme de vie ou le biotope auxquels ils appartiennent49. Cette discrétion du terme dans les textes ne peut être due qu’à une très faible pertinence tant zoologique que culturelle de cette détermination50. C’est surtout lorsqu’il s’agit d’analyser l’anatomie des pattes et la marche des animaux qu’Aristote et ses successeurs ont recours à ce terme : “tout animal pourvu de pieds (ἃπαν δὲ τò ύπóπoυν) a nécessairement des pieds articulés”51.

  • 52 Cf. Phlp., in Cat.13, 1, 41, 25.
  • 53 Ces distinctions ne sont pas groupées mais éparpillées dans plusieurs textes (voir surtout HA 487 (...)
  • 54 Cf. également l’adjectif platonicien ( ?) πoρεύσιµα (Pl., Épin. 981 d 2).
  • 55 Le suffixe en -ικóς “a été d’un grand secours pour la constitution d’un vocabulaire philosophique” (...)
  • 56 Aristote (31) est presque le seul, dans notre période, à employer ce terme (ajoutons Alex. (2), At (...)
  • 57 Voir Arist., M 715 b 16 et GA 732 a 14 ; pour les “exsangues” voir Id., PA 667 b 3 ; pour les crus (...)
  • 58 Arist., HA 588 b 16 ; GA 732 a 14 sq. Les πoρευτικά sont les animaux les plus achevés : Alex., An. (...)

17Ce n’est pas dans la mesure où ils possèdent des pattes que ces animaux peuvent être différents des apodes mais bien plutôt par le fait qu’ils se déplacent d’une manière déterminée : l’important n’est pas d’avoir des pieds mais de marcher52. Tὰ πoρευτικὰ (ou πoρεύσιµα), de l’adjectif πoρευτικóς [poreutikos] (38/138), venant de πoρεύεσθαι (cheminer), désigne précisément les êtres qui sont “conformés pour la marche”, en les distinguant de ceux qui sont “conformés pour la reptation” (τὰ ἑρπυστικά), de ceux qui sont “conformés pour l’ondulation” (τὰ ίλυσπαστικά), de ceux qui volent (τὰ πτηνά), de ceux qui sont “conformés pour la natation” (τὰ νευστικά), et des immobiles (τὰ µóνιµα)53. On reconnaît là le souci aristotélicien d’établir des différences fonctionnelles et de privilégier la fonction sur la forme particulière de l’organe54. Ces termes formés par suffixation de -ικóς mettent en valeur, en tout cas chez Aristote, le rôle fondamental des “moyens” de locomotion et soulignent la cohérence anatomique des êtres qui sont façonnés par la nature pour se déplacer de telle ou telle manière55. Si le terme πoρευτικóς est plus employé que le précédent, il reste presque exclusivement aristotélicien56. Cette classe est indifférente aux distinctions spatiales : elle peut, selon les cas, concerner les pédestres terrestres ou amphibies, les insectes aptères ou les crustacés57. Elle permet des remarques générales sur les mécanismes de la marche et surtout des considérations axiomatiques d’ensemble sur le degré de perfection des animaux58.

  • 59 Cf. Mich., in PN 138, 12 (<oί ίχθύες> oύ γὰρ δὴ ἕρπoντες oύ γὰρ είσιν ἑρπυστικοί).
  • 60 Tὰ ἑρπυστικά (ἕλκη) désigne les ulcères purulents. Les premières occurrences se trouvent dans le c (...)
  • 61 Ptolémée établit une stricte équivalence entre reptiles (opheis et semblables) et herpustika lorsq (...)
  • 62 La racine de ce mot a donné lieu à une grande variété de formations lexicales parmi lesquelles on (...)
  • 63 Voir Arist., PA 688 a 9. Il va sans dire que cela tient à un flottement réel (et perceptible dans (...)

18Les deux autres modes de locomotion terrestre distingués par Aristote donnent lieu à des dénominations peu courantes : τὰ ἑρπυστικά, de l’adjectif ἑρπυστικóς [herpustikos] (11/15), construit à partir du verbe ἕρπειν (ramper), désigne les animaux apodes qui se déplacent par reptation59. Le terme, avant Aristote, a une signification médicale technique qu’il conserve ensuite et qui domine largement dans les textes (9/11)60. Le Stagirite est avec Ptolémée61 le seul à employer ce mot, sans doute négligé au profit de ἕρπετά62. Encore cet emploi est-il peu rigoureux puisqu’Aristote use de ce mot à propos des petits animaux grimpeurs pourvus de pattes et même polydactyles !63.

  • 64 Arist., HA 487 b 21 ; en IA 709 a 24 sq., le Stagirite explique la différence, pour les apodes, en (...)
  • 65 Aristote sans reprendre exactement les termes ἑρπυστικά et ἰλυσπαστικά rappelle cette distinction (...)
  • 66 Gal., Anat. adm. 2, 537, 10.

19Sur είλυσπᾶσθαι (se tortiller) a été formé un hapax aristotélicien, τὰ ίλυσπαστικά [iluspastika] qui vise les animaux dont le déplacement se fait par ondulation plus que par reptation64. En fait cette classe fugitive est censée réunir les vers dont le mouvement est, en une seule occasion dans les textes aristotéliciens, distingué par un nom particulier65. Ces deux termes sont assez obscurs pour entraîner des malentendus importants : Galien utilise même précisément le second mot pour évoquer le mode de locomotion du serpent : “tous les animaux qui rampent (ἕρπει) comme les belettes et les rats, et tous les animaux qui ondulent (είλυσπᾶται), comme le serpent”66.

  • 67 Arist., HA 489 b 19 ; voir également Ph., Aet. 1, 487, 2 : “parmi les terrestres les animaux pourv (...)
  • 68 N. B. : Les chiffres donnés pour ἂπoυς ne tiennent compte que des emplois du mot au pluriel.
  • 69 Hp., Mul. qffect. 1,135,5 : “quatre cantharides, privées de leurs ailes, de leurs pattes et de leu (...)
  • 70 Pl., Tim. 92 a 7 (ἂπoδά αύτὰ καί ίλυσπώµεvα έπί γῆς). On trouve aussi ce mot dans l’œuvre académiq (...)
  • 71 Cf. Mich. (12) et Phlp. (10) = 22/43.

20Les deux précédentes “classes” réunissent une partie des animaux nommés apodes, τὰ ἂπoδα [apoda] (43/57), terme dont l’extension ne se limite toutefois pas aux seuls animaux terrestres et qui s’oppose globalement à tous les animaux qui possèdent des pieds : “et encore, parmi les animaux, certains ont des pieds et certains sont apodes (ἔτι δὲ τῶν ζῴων τ µὲν ἔχει πóδας τ δ’ ἂπoδα)”67. L’adjectif ἂπoυς (54/97)68, formé du préfixe à- privatif et du nom du pied (πoύς) est curieusement d’emploi relativement rare et récent puisqu’il est attesté pour la première fois dans un texte d’Hippocrate. Il est donc tout à fait absent des épopées homériques comme des fragments des Présocratiques. Hippocrate emploie le mot à propos des “cantharides” avec le sens de “auquel on a enlevé les pattes”, associé à ἂπτερoς qui a un sens analogue : “auquel on a coupé les ailes”69. La première acception du terme n’en fait donc pas un simple adjectif privatif (“qui n’a pas de pieds”) : elle est “dynamique” et le mot qualifie un animal qui n’est pas naturellement mais artificiellement apode. Platon, pour sa part, use de ce terme pour définir le troisième genre des vivants, dans un sens qui est le seul retenu dans les textes ultérieurs, celui d’animaux naturellement apodes70. L’usage de ce terme est globalement strict et homogène, et il est presque exclusivement aristotélicien71.

  • 72 Voir Cyranides 2, 30 ; Ael., NA 6, 18 ; etc.
  • 73 Ce mot, en fonction de substantif, est appliqué à ἔχεις et σελἀχη (Arist., GA 732 b 21 ; Id., HA 5 (...)
  • 74 Arist., HA. 487 b 25. Il s’agit des Hirundinidae (cf. HA 618 a 31). On trouve un emploi analogue c (...)
  • 75 Pour les poissons, voir Resp. 476 a 3 et IA 714 a 21 ; pour les poissons et les serpents, voir HA (...)

21Les serpents sont, au long de la période, les animaux les plus directement visés par la classe des ἂπoδα qui apparaît comme telle pour la première fois dans le texte aristotélicien. Toutefois le terme ne perd rien de son sens littéral et qualifie souvent, dans les textes d’obédience aristotélicienne, en plus des serpents72 et des vers, les sélaciens, les poissons, les cétacés et les testacés73. Dans les développements qui concernent les oiseaux, cet adjectif désigne, dans un emploi qui semble être traditionnel, ceux dont les pattes sont relativement insignifiantes : “certains oiseaux ont les pieds faibles (κακóπoδες), et pour cette raison on les appelle apodes (ἅπoδες)”74. Mais dans cet usage ce n’est pas le neutre qui est employé mais le masculin, l’adjectif gardant sa fonction qualificative et s’accordant avec ὂρνις. Cette absence d’usage substantivé de l’adjectif distingue cette acception de la précédente, pour laquelle l’adjectif au masculin ἂπoδες est d’ailleurs également usuel, à côté de ἂπoδα, en particulier pour les serpents et les poissons (ἂπoδες ὂρνιθες, ἂπoδες ὂϕεις)75.

  • 76 Arist., IA 704 a 12 ; Id. 706 a 31 ; Id. 706 b 5 ; Id., PA 686 b 31 ; cf. aussi Plu. 636 e 6 ; Ph. (...)
  • 77 Ath. 8,353 f.

22Il entre fréquemment en combinaison avec τὰ δίπoδα et τὰ πoλύπoδα ou/et τὰ τετράπoδα quand, sans donner d’exemples, Aristote propose une distinction systématique des animaux76. On trouve également ce réseau de termes dans un passage d’Athénée : “les animaux sont apodes, bipèdes <ou quadrupèdes> (τῶν ζῴων ἢ ἄπoδά έστιν ἢ δίπoδα <ἢ τετράπoδα>)”77. La perspective abstraite qui guide ces discriminations pousse les auteurs aristotéliciens à user souvent en ce cas du neutre singulier.

  • 78 Avec le préfixe δι = deux.
  • 79 Aristote et Alexandre totalisent à eux deux 434 des 506 occurrences. Il est seulement usité chez u (...)
  • 80 Le Stagirite l’emploie 100 fois dans l’Organon et la Métaphysique contre 52 seulement dans le corp (...)
  • 81 L’adjectif δίπoής est employé aussi comme terme de mesure (= long de deux pieds) : Pl., Men. 83 d (...)
  • 82 Cf. Arist., Méta. 1020 a 34 : “la qualité se dit en un premier sens de la différence de l’essence  (...)
  • 83 Voir (parmi de nombreux passages) Arist., Top. 101 b 30 : “— est-ce que animal terrestre bipède (...)
  • 84 ...ὅ µόνσν τῶν ὅντων ἐπιστἠµης τῆς κατὰ λόγονς δεκτικόν ἐστιν, Def. Plat. 415 a 11 ; cette dern (...)
  • 85 Voir Arist., An. Post. 92 a 1 sq. ; Id. 96b 32 sq. ; Id., Int. 20 b 17 ; etc.
  • 86 Arist., PA 643 b 36 : “il arrive que la dernière différence semble être seule, par exemple celle d (...)

23L’adjectif δίποής [dipous] (507/942)78 est principalement employé par Aristote et ses successeurs79, et, qui plus est, il apparaît surtout dans les ouvrages logiques et métaphysiques80. Il ne constitue pas un lexème important dans la terminologie zoologique81. Les Péripatéticiens s’interrogeant sur le rapport entre essence et attribut82 et sur le phénomène de prédication recourent fréquemment à ce caractère pour poser la question de la définition de l’homme83. Le choix de cet exemple est traditionnel et s’inspire de la définition classique de l’homme dans l’école académique : “l’homme est un animal sans ailes, bipède et aux ongles plats”84. Aristote s’interroge sur l’ordre des attributs de l’homme85, et considère que seule la différence ultime est nécessaire dans la définition de l’homme : bipède est donc un attribut définitoire de l’homme86.

  • 87 Voir Plu. 636 e 6. Les chauve-souris sont également bipèdes (cf. Arist., HA 490 a 10) mais elles n (...)
  • 88 Pl., Plt. 266 e 6.

24En zoologie, il est rarement question de la classe des δίπoδα, et ce terme est peu employé sous forme substantivée au pluriel. Les deux ensembles de bipèdes sont les hommes et les oiseaux87, que Platon distingue par la possession ou la privation de plumes : “je soutiens qu’il faut encore diviser le troupeau de bipèdes (τὴν δίπoδα ἀγέλην) en nu (ψιλῷ) et pourvu de plumes (πτεροφνεῖ)”88.

  • 89 Id., Plt. 266 e 3 & Id. 266 a 3 sq.

25Cette distinction permet d’isoler plus rapidement l’homme des autres animaux, dans la division des troupeaux que propose l’Étranger dans le Politique, mais elle est aussi plus juste, car elle met l’homme en parallèle avec l’oiseau, dont il est naturellement plus proche, plutôt qu’avec les quadrupèdes89.

  • 90 Voir PA 643 a 1-3 : “s’il n’est pas possible qu’une seule forme de substance une et indivisible ap (...)
  • 91 Arist., IA 704 a 13.
  • 92 Les bipèdes sont tous des animaux sanguins (HA 489 a 32).
  • 93 L’homme est le seul bipède vivipare (HA 539 a 15 ; cf. Id. 509 b 24 ; Id. 510 b 15 ; Id. 510 b 23) (...)
  • 94 Cf. Ath. 8, 353 f.
  • 95 Arist., IA 711 a 12.
  • 96 Arist., PA 693 b 3 ; cf. Id., HA 498 a 29 ; Id., IA 704 a 17 ; etc.
  • 97 Arist., PA 695 a 7. Galien ajoute que les oiseaux n’ont pas le thorax plat (Gal., UP 4, 125, 3).
  • 98 Arist., IA 706 a 27 : “Tous les animaux chez lesquels le haut et le devant sont distincts, par exe (...)
  • 99 IA 706 b 4-5.
  • 100 IA 706 9-10.
  • 101 PA 693 b 5 sq.
  • 102 GA 732 b 20 ; cf. Id. 732 b 16.
  • 103 ...si l’on excepte le fait qu’à l’inverse des quadrupèdes, tous ont les membres antérieurs plus po (...)

26Aristote, sans insister sur les caractères distinctifs les plus immédiats, s’attache à montrer la différence existant “dans la façon d’être bipède” de l’un et de l’autre, puisque la bipédie n’a ni le même sens ni la même forme chez l’oiseau et chez l’homme90. C’est en effet dans le cadre de l’enquête sur la locomotion que cet adjectif acquiert toute sa pertinence91. Aristote considère que l’élément déterminant n’est pas tant le nombre de pattes, puisque tous les animaux sanguins92, ovipares ou vivipares93, quel que soit ce nombre, prennent appui en quatre points94, que le sens de la flexion de leurs membres : “les hommes et les oiseaux, qui sont bipèdes les uns et les autres, fléchissent leurs membres en sens contraire (ἐναντιως)”95. Et Aristote précise : “<l’oiseau> a deux jambes (σκἐλη δύο) comme l’homme, mais qui se fléchissent vers l’intérieur [= vers l’arrière], comme celles des quadrupèdes, et non vers l’extérieur [= vers l’avant] comme celles de l’homme”96. L’autre différence entre les deux groupes de bipèdes est que l’homme possède seul la rectitude physique : “L’homme, en effet, se tient droit (ὀρθóν) <...> tandis que les oiseaux d’abord ne se tiennent pas droits, parce que leur conformation est celle des nains, et ensuite ne possèdent pas de membres antérieurs (σκἐληἐµπρóσθια)”97. La position droite est clairement valorisée par Aristote qui insiste sur ce privilège de la nature humaine98 : “les bipèdes ont le haut dirigé vers le haut de l’univers, les polypodes et les apodes vers le milieu, et les végétaux vers le bas”99 ;<...> “les bipèdes sont dirigés vers le haut, parce qu’ils sont droits, l’homme tout particulièrement : car c’est par excellence le bipède conforme à la nature (µἀλιστα γἀρ κατἀ φύσιν ἐστί διποής)”100. Mais alors que chez l’homme cette position est uniquement déterminée par la perfection de sa nature, la bipédie de l’oiseau est rendue nécessaire par le fait qu’il est sanguin et qu’il ne peut donc avoir plus de quatre points d’appui ; comme il en possède déjà deux avec ses ailes “il ne lui reste plus qu’à être bipède (γειπεται αύτοῖς ἐξ ἀνἀγκης δίποσίν εἶναι)”101. Le mode de génération ne dépend pas directement du nombre de pieds, ni ne tient au fait d’avoir des pieds ou de ne pas en avoir102 ; et les deux types de bipèdes n’ont aucun caractère commun qui les distinguent des autres sanguins103.

  • 104 Arist., HA 502 b 22 (cf. PA 689 b 33).
  • 105 Arist, PA 697 b 21.
  • 106 Voir A., Supp. 895 : “il bondit vers moi, le serpent à deux pieds ((δίποής), pareil à une vipère [(...)
  • 107 Thphr., Fr. 174 (ap. Phot., Bibl. 278, 7) ; la source est Hérodote (Hdt. 4, 192 : “on les appelle (...)

27Le singe est un être intermédiaire car il est à la fois bipède et quadrupède : “il n’a ni fesses du fait qu’il est quadrupède, ni queue du fait qu’il est bipède (ώς δίποήν)”104 ; et pour d’autres raisons l’autruche : “en tant qu’oiseau elle est bipède et comme quadrupède (ὡς τετρἀποής) elle a les pieds fendus en deux”105. Tout autre bipède ne peut être qu’un monstre106 : on rencontre en Égypte, selon le témoignage d’Hérodote, une souris fabuleuse : “on raconte qu’il y a en Egypte des souris bipèdes (δίποδας µύας) et de grande taille ; elles ont des pattes antérieures (ἐµπροσθίοήπδα) mais elles ne marchent pas avec et s’en servent comme de mains (οἶα χερσιν)”107.

  • 108 Anaxag., Fr. A 114,2.
  • 109 Arist. (259/531), Gal. (41/531).
  • 110 Æsop. 120 ; cf. Id 251.
  • 111 Voir e.g. Alex., Ref. soph. 1, 112, 25 : “le mouton est quadrupède terrestre mais n’a pas une doub (...)

28L’adjectif τετρἀπσής [tetrapous] (567/1005), qui signifie “pourvu de quatre pieds”, est employé par près de cinquante auteurs de façon sporadique. Les premières occurrences du mot se rencontrent chez Épicharme et Anaxagore108 mais les principaux utilisateurs en sont Aristote et Galien109. Son emploi comme adjectif est, de loin, le plus fréquent dans les autres textes, et il apparaît déjà dans deux fables d’Ésope, comme attribut de mammifères : “le castor est un animal quadrupède (ζῷον τετρἀπσήν) qui vit dans les lacs”110. Il intervient aussi, mais moins souvent que δίποής , dans les discussions philosophiques portant sur la définition111

  • 112 Arist, IA 704 a 13 (cf. Id., HA 489 b 19).
  • 113 Voir Arist., HA 498 b 5. Ils forment un niveau unique dans le tableau de la création présenté par (...)
  • 114 À la différence des bipèdes, les autres animaux (apodes, polypodes ou quadrupèdes) n’ont pas de pa (...)
  • 115 Voir Alex., Top. 1, 373, 3 ; ld 371, 17 sq. ; cf. Arist., PA 655 b 13. Ils sont rarement associés (...)
  • 116 Alex., Top. 1, 371, 6.
  • 117 D’où la difficulté de l’énigme du Sphinx (voir Apollod., Bibl. 1, 3, 53, 2 ; Plu., Fr. 136, 31, et (...)
  • 118 Voir Arist., Méta. 1020 a 33.
  • 119 Gal., Aliment, fac. 6, 680, 13 : “Sur l’estomac, l’utérus et les intestins des quadrupèdes (έν τoῖ (...)

29La quadrupédie est avant tout un attribut de certains animaux et se distingue de la bipédie, de la “polypodie” et de l’“apodie” : “parmi les animaux, les uns n’ont pas de pieds, d’autres en ont deux, d’autres en ont quatre, d’autres en ont plus de quatre (τὰ µὲν ἅπσδα, τὰ δὲ δίποδα, τὰ δὲ τετρἀποδα, τὰ δὲ πολύαποδα τῶν ζᾠων ἐστί)”112. Les quadrupèdes sont souvent associés aux polypodes113, mais ils sont en revanche nettement opposés aux bipèdes114, et souvent démarqués de l’homme115 : “on dit en effet bipède par rapport à quadrupède (πρòς τò τετρἀποήν γἀρ λἐγεται δίποήν)”116. Capitale pour la distinction et la mesure de l’homme”117, la classe des quadrupèdes a une pertinence non seulement d’un point de vue philosophique118 et biologique, mais également d’un point de vue diététique, et elle se rencontre fréquemment dans les textes de Galien119.

  • 120 Arist., HA 489 a 32.
  • 121 En outre, il n’y a pas de nom (comme “homme” pour les bipèdes) pour désigner l’ensemble du genre ( (...)
  • 122 Les oiseaux fléchissent leurs membres de la même façon (Arist., GA 712 b 22) ; et les serpents se (...)
  • 123 IA 704 a 23.
  • 124 Voir Arist., HA 498 a 16 ; IA 704 b 5 ; sur la locomotion des quadrupèdes voir HA 490 a 29 ; Id. 4 (...)
  • 125 Voir Arist., GA 732b 17.
  • 126 Arist., HA 490 b 19.

30Mis à part le fait d’avoir quatre pattes ces animaux, qui sont tous sanguins120, ont en fait peu de traits à la fois communs et distinctifs pour étoffer leur pertinence classificatoire121. Même leur mode de locomotion n’est pas sans analogie avec celui des serpents, des insectes et des oiseaux122. “Les quadrupèdes vivipares, dit Aristote, ont des flexions contraires à celles de l’homme et opposées entre elles (τοῖς τ’ ἀνθρὡποις ἐναντίως κάµπτει κάὶ αὐτὰ αὑτοῖς)”123 : “les jambes de devant [des quadrupèdes vivipares] ont une flexion convexe, celles de derrière une flexion concave”, tandis que les quadrupèdes ovipares fléchissent vers l’avant avec une légère inclinaison sur le côté124. Ils n’ont pas non plus le même mode de reproduction car ce caractère est sans rapport avec le nombre de pieds125 : “les quadrupèdes qui ne volent pas (τά τετράπoδα καί µή πτερωτά) sont tous sanguins, mais les uns sont vivipares, les autres ovipares”126.

  • 127 En particulier, mais non seulement, pour l’étude des caractères sexuels : la position des organes (...)
  • 128 Arist., HA 501 a 10 ; cf. Id. 499 b 6.
  • 129 Arist., GA 717 b 5.
  • 130 Arist., GA 718 b 16.
  • 131 Arist., HA 505 b 28 (voir Id. 502 b 28 ; cf. Arist., GA 716 b 22 et Ar.Byz., Épit. 1,116).

31La division cardinale de cette classe, et qui est déterminante pour l’étude anatomique127, est, de fait, celle qui passe entre les quadrupèdes vivipares (τετράπoδα καί ςῳoτóκα)128 et les quadrupèdes ovipares (τὰ ᾡoτóκα τῶν τετράπoδων129 vel τὰ τετράπoδα τῶν ᾡoτóκων)130 qui sont considérés comme deux “grands genres” (µέγιστα γένη) : “[dans le groupe des sanguins, les grands genres sont] l’homme, les quadrupèdes vivipares (τὰ ςῳoτóκα τῶν τετραπóδων), mais aussi les quadrupèdes ovipares (τὰ ᾡoτóκα τῶν τετραπóδων), les oiseaux, les poissons, les cétacés...”131.

  • 132 Arist., PA 657 b 11 : τά δὲ τετράπoδα τῶν ᾡoτóκων ϕoλιδωτά ἐõτιν (cf. GA 719 b 11).
  • 133 Arist., PA 691 a 31 ; Resp. 476 b 1 ; “les quadrupèdes ovovivipares ont des crocs non pas comme le (...)
  • 134 Arist., PA 676 a 23 ; Id. 690 b 14 : “pour le reste [Le. indépendamment de la différence de pattes (...)
  • 135 Arist., HA 536 b 30.
  • 136 Arist., PA 669 b 5.
  • 137 Pl., Leg. 824 a 7 ; et même Aristote parfois (voir Arist., PA 657 a 13, où il est question des ore (...)
  • 138 Arist., Resp. 476 a 33
  • 139 Kαθάπερ τὰ τετράποδα : Arist., HA 567 a 3 ; Id. 566 b 6 ; cf. Id. 565 b 16 ; Id. 591 b 23 ; PA 662 (...)
  • 140 Arist., HA 490 b 31

32Les quadrupèdes ovipares, qui ont tous un tégument corné132, présentent des affinités avec les oiseaux et les poissons133, et sont très proches des serpents : “la nature des serpents est analogue (ἡ τῶν ὄϕεων ϕύσις έστί συγγενής) à celle des quadrupèdes ovipares : un serpent ressemble à un grand lézard qui n’aurait pas de pattes”134. Mais ce sont les quadrupèdes vivipares qui sont traités le plus complètement135. Ils sont valorisés par rapport aux ovipares : “<la chaleur> rend aussi les corps plus droits, et c’est pourquoi l’homme est plus droit que les quadrupèdes. En effet, aucun vivipare, qu’il marche ou soit dépourvu de pieds (oὓτ’ ἂπoυν oὓτε πεζεῦoν), ne se terre (τρωγλoδυτεῖ) comme les quadrupèdes ovipares”136 ; et c’est à eux surtout que les auteurs se réfèrent lorsqu’ils parlent de quadrupèdes sans précision137 : “chez les animaux quadrupèdes qui ont du sang (τoῖς τετράπoσι καί έναίµoις), la trachée artère a l’épiglotte comme une espèce de couvercle. Mais il n’y a pas d’épiglotte chez les oiseaux et chez les quadrupèdes ovipares (τῶν τετραπóδων τoῖς ᾡoτóκoις)”138. En outre, les animaux de ce groupe servent souvent de référence pour illustrer des analyses qui concernent des animaux d’une autre classe139. Cependant, cette classe qui comprend de nombreuses espèces n’est pas l’objet, traditionnellement, de subdivisions lexicalisées : “le genre des quadrupèdes vivipares renferme de nombreuses catégories, mais qui n’ont pas de nom (εἲδη µἐν πoλλὰ ὰνώνυµα δέ) ; on les désigne pour ainsi dire par le nom de l’individu (καθ’ ἔκαστoν)”140.

  • 141 Arist., HA 578 a 6 ; cf. Id. 518 b 31
  • 142 Arist., HA 516 b 20
  • 143 Arist., Pr. 898 a 9
  • 144 Arist., HA 540 a 27
  • 145 Arist., HA 507 a 34.
  • 146 Arist., PA 632 a 5.
  • 147 Arist., HA 611 a 15 ; GA 786 a 30 (cf. HA 594 a 25).
  • 148 Arist., IA 713 a 16 (cf. Id. 713 b 18)
  • 149 Arist., Fr. 290, 5 = Plu. 670 c 1.
  • 150 Voir Arist., HA 522 b 30 : τὰ ϕαγεῖν δυνὰµενα τῶν τετραπóδων; Id. 536 a 5 : τῶν δ’ ἐχóντων γλῶτταν (...)
  • 151 E. g. par l’expression ἔνια τῶν τετραπóδων : Arist., GA 781 b 14 ; HA 492 a 32 ; Id. 496 a 19 ; Id (...)

33En marge de cette division majeure, Alistóte s’intéresse souvent à des groupes plus précis et qui ne sont pas systématiquement lexicalisés comme les jeunes quadrupèdes (τὰ νέα τετράπoδα)141, les grands quadrupèdes ovipares (τῶν τετραπóδων µἐν ᾡoτoκoύντων δὲ τῶν µἐν µειςóνων)142, les petits quadrupèdes (τὰ τετράπoδα τὰ µὴ µεγάλα)143, les quadrupèdes ovipares terrestres (τῶν πεςῶν τὰ τετράπoδα καὶ ᾡoτóκα)144, les quadrupèdes vivipares cornus et sans double dentition complète (τῶν τετραπóδων καί ζῳoτóκων ὂσα µὴ ἔστιν ἀµθώδoντα τῶν κερατoϕóρων)145, les quadrupèdes châtrés (τῶν τετραπóδων τῶν ἐκτεµένων)146, les quadrupèdes sauvages (τῶν ἀγρίων καί τετραπóδων)147, les quadrupèdes ovipares qui vivent dans des trous (τἀ δὲ τρωγλóδυτα τῶν τετραπóδων καί ᾡoτóκων)148, les quadrupèdes aux ongles recourbés (τῶν γαµψωνύχων τετραπóδων)149, etc.150. Le fait qu’il y a peu de caractères communs au groupe entier et, d’autre part, l’attention particulière que l’homme porte à ce groupe et à ses sujets conduit, par ailleurs, Aristote à restreindre souvent ses analyses à quelques cas151.

  • 152 IA 714 b 13. Sur le phoque voir HA 498 a 32 (“un quadrupède handicapé”, πεπηρωµένον τετρὰποήν) et (...)
  • 153 Arist., HA 490 b 1 (cf. Id. 552 b 21 ; Antig. 85).
  • 154 Arist., HA 589 b 28.
  • 155 Arist., PA 697 b 17.
  • 156 Arist, HA 490 b 31.
  • 157 Arist., HA 502 a 17 ; cf. Id. 502 a 23. Mais le singe n’est pas considéré comme sujet intégré de c (...)

34Le Stagirite signale un certain nombre d’animaux qui sont partiellement ou imparfaitement “quadrupède”. C’est le cas du phoque et de la chauve-souris, qui ont des membres tronqués : “[les testacés] se meuvent comme s’il s’agissait d’animaux pourvus de pieds auxquels on aurait rogné les membres : leur cas est comparable à celui du phoque ou de la chauve-souris. Car ces animaux sont des quadrupèdes mais ils le sont incomplètement (καί γάρ ταῦτα τετράπoδα, κακῶς δ’ ἐστί)”152. Parmi les insectes, l’éphémère constitue également une exception : “l’animal appelé éphémère a quatre pieds et quatre ailes : il se singularise non seulement par la durée de sa vie, qui lui vaut son nom, mais encore par cette particularité qu’il est ailé tout en étant quadrupède (πτηνóν ἐστι τετράπoυν ὄν)”153 ; comme le triton parmi les animaux marins : “un seul animal [terrestre et pourvu de branchies] a été observé à ce jour, celui qu’on appelle triton ; il n’a pas de poumon, mais des branchies et il est quadrupède (τετράπoυν) et semble fait pour marcher sur la terre (πεζεύειν πεϕυκóς)”154. L’autruche, elle, possède “certains caractères de l’oiseau et certains autres de l’animal quadrupède (ζᾡoυ τετράπoδoς) : dans la mesure où elle n’est pas un quadrupède (ώς oύκ ὣν τετράπoυζ), elle a des ailes <...> ; et dans la mesure où elle est quadrupède (ώζ τετράπoυς), elle a des cils aux paupières supérieures, le tour de sa tête et le haut de son cou sont nus, et ses cils ressemblent à des poils <...> ; et en tant que quadrupède, ses pieds sont fourchus”155. On voit qu’il y a, dans le dernier cas, une sorte de glissement du sens littéral de “quadrupède”, à sa valeur classificatoire : l’autruche est, en quelque façon, un quadrupède, non parce qu’elle a quatre pattes, mais parce qu’elle possède certains caractères propres aux sujets de la classe des quadrupèdes ; de façon plus implicite, mais tout aussi révélatrice, Aristote, en un passage traduit plus haut, mentionne l’homme comme exemple du genre des quadrupèdes vivipares : les nombreuses catégories de quadrupèdes vivipares sont anonymes “et dans leur cas on traite des animaux plutôt individuellement (καθ’ ἔκαστoν) comme : l’homme, le lion, le cerf, le cheval, le chien...”156. Le singe, enfin, présente une nature à cheval entre les quadrupèdes et les hommes : “certains animaux ont une nature intermédiaire entre celle de l’homme et celle des quadrupèdes (ἐπαµφοτερίζει τὴν φύσιν τῷ τ᾿ἀνθρώπῳ καὶ τοῖς τετρἀποσιν), par exemple les singes, les cèbes, les cynocéphales”157.

  • 158 Dans tous les textes qui suivent, la valeur supragénérique, sans être incontestable, semble pouvoi (...)
  • 159 De plus ce terme a un emploi médical et désigne un chancre (ou ulcère), ou ce que nous désignons a (...)

35Le mot πολύποής [polupous] (179/313) ou ποήλύποής (147/153), qui exprime la possession de plusieurs (πολς) pattes ou de plusieurs pieds, caractérise différents types d’animaux. Sous forme substantivée, généralement au singulier, il désigne le poulpe ou la famille des céphalopodes octopodes158. La majorité des occurrences du mot correspond à cette acception. D’autre part, et suivant la signification littérale de l’adjectif, il est appliqué, surtout dans les traités biologiques d’Aristote, aux animaux “polypodes” et plus précisément aux animaux qui ont plus de quatre pattes, opposés ainsi aux bipèdes et aux quadrupèdes. Cette propriété est un des caractères définitoires des arthropodes, dans la zoologie d’Aristote, de sorte que le pluriel collectif neutre τἀ πολύποδα désigne constamment ces animaux chez le Stagirite. Seule la différence de genre (οἱ πολύποδες vs τἀ πολύποδα) limite pratiquement l’ambiguïté littérale de ce mot159.

  • 160 Hom., Od. 5, 432 ; h. Ap., 77 ; S., Fr. 289 ; Anaxandride, Fr. 41, 29, ap. Ath. 4, 131 d ; etc.
  • 161 HA 525 a 3 sq. ; etc.
  • 162 Cf. S., Él. 488 (il qualifie la vengeance). Plat., Épin. 981 d 1 (ὃσα πολύπσδα καί ἅποδα).
  • 163 Cf. aussi HA 489 b 19 : “chez les animaux, les uns ont des pieds, les autres n’en ont pas. Parmi l (...)
  • 164 Arist., IA 704 a 13 ; cf. Plu. 636 e 6 (alors que la viviparité est un mode de reproduction restre (...)
  • 165 Arist., IA 706 b 5.

36Le substantif masculin (ὁ ποήλύποής) pour nommer le poulpe, est la première forme sous laquelle apparaît ce vocable dans la littérature, puisqu’on le rencontre dans l’Odyssée160. Aristote (qui emploie naturellement aussi très souvent le substantif dans ce sens)161 est le premier à utiliser aussi ce terme pour noter une qualité commune à certains animaux. L’adjectif est déjà, sporadiquement, usité avant Aristote162, mais c’est ce dernier qui lui donne une véritable dimension biologique. Dès le début du traité sur la Marche des Animaux, il divise les animaux terrestres en quatre types, selon leurs organes de locomotion163 : “on verra ensuite pourquoi les animaux sanguins possèdent quatre pattes, tandis que les non sanguins en ont davantage et d’une façon générale pour quelle raison certains animaux sont apodes, d’autres bipèdes, quadrupèdes ou polypodes (πολύπσδα)”164. Plus loin, il réduit ce schéma à trois cas correspondant aux trois orientations possibles de l’animal, assimilant du même coup les animaux à quatre pieds (quadrupèdes) et ceux qui ont plus de quatre pieds (polypodes) : “comme il existe trois sortes de localisation dans l’espace, le haut, le milieu et le bas, les bipèdes ont le haut dirigé vers le haut de l’univers, les polypodes et les apodes (τἀ δἐ πολύπσδα ἣ ἅπσδα) l’ont vers le milieu et les végétaux vers le bas”165.

  • 166 Cf. Arist., PA 686 a 24, où Aristote reprend les spéculations de Platon sur la nature aérienne de (...)
  • 167 Pl., Tim. 92 a.
  • 168 Avoir plus de quatre pieds est superflu (IA 708 b 4).
  • 169 Arist., IA 706 a 30.
  • 170 C’est ce qu’il explique dans une analyse en PA 686 b 2-687 a 3, sans évoquer le cas des oiseaux, e (...)

37Cette évaluation de l’animal en fonction de sa position dans l’univers, et de son “adhésion” à la terre correspond presque exactement à la hiérarchie des animaux dans le Timée où Platon, lui aussi, considère les quadrupèdes et les polypodes comme relevant d’un type unique166 : “avec quatre pieds se formait donc une sorte de ces animaux, ou avec plus de pieds (τετρἀποήν τε τò γένος αύτῶν φύετο καί πολύποήν), toujours par ce motif : le Dieu soutenait de supports plus nombreux ceux qui étaient plus insensés, car ils étaient d’avantage attirés vers la terre”167. La portée axiologique d’une telle division est claire et explicite y compris chez le Stagirite, la possession de plus de deux pieds constituant la preuve d’une imperfection168 : “au contraire, les animaux où se confondent le devant et le haut ont quatre pieds, des pieds multiples ou n’ont pas de pieds (τετρἀποδα καί πολύποδα καί ἅποδα)169. Le partage axiologique des animaux terrestres, plus encore que par le nombre de pieds, se fait entre ceux qui possèdent une main, ceux dont les membres sont seulement locomoteurs, et ceux qui ne décollent pas de la terre170.

  • 171 Arist., IA 713 a 26.
  • 172 Arist., PA 682 b 2 ; cf. ibid. 686 b 31 : “et à mesure que la chaleur qui élève devient plus faibl (...)
  • 173 IA, 707 b 1 ; cf. HA 532 a 2.

38La polypodie au sens restreint (la possession de plus de quatre pieds) est en outre liée au fait d’être non sanguin : “les non sanguins pourvus de pieds (τὰ ἅναιµα τῶν ύποπóδων) ont un grand nombre de pattes (πολύποδα) et aucun d’entre eux, nous l’avons dit plus haut, n’est quadrupède”171 ; et d’avoir une nature froide : “et ceux qui ont le plus grand nombre de pattes (µἀλιστα πολύποδα) sont ceux qui sont les plus froids par suite de leur longueur, comme les iules. De plus, les insectes ayant plusieurs principes vitaux sont partagés en segments et c’est en fonction de cela qu’ils ont plusieurs pattes (πολύποδα κατὰ ταῦτ’ ἐστίν)”172. Elle est aussi le signe d’une moindre unité organique et d’une dispersion du principe vital dans le corps qui se traduit dans le fait que ces animaux peuvent vivre divisés : “la raison pour laquelle ils vivent encore une fois divisés, c’est que chacun d’eux est constitué comme un agrégat de plusieurs animaux (σήνεχἐς ἐκ πολλῶν ζῴων σήγκείµενον)173.

  • 174 Arist., PA 684 b 12.
  • 175
  • 176 Arist., IA 713 b 24. P. Louis traduit “...des quadrupèdes ovipares qui n’ont pas de sang et possède (...)
  • 177 Signalons les insectes appelés oἱ ὅνοι oἱ πολύποδες (les cloportes) : Arist., HA 557 a 23 ; cf. Ds (...)
  • 178 Cf. HA 490 b 15 : “tous ces animaux [i.e. τὰ ἔντοµα] sont des non sanguins et ceux qui sont munis (...)
  • 179 Arist., HA 531 b 29 ; Id. 505 b 5 ; Id. 532 a 2 ; PA 642 b 19 ; Id. 682 b 2 ; IA 707 a 30 ; Id. 70 (...)

39Bien que les arthropodes ne soient pas les seuls animaux à pattes multiples, le classème τὰ πολύποδα leur est consacré : “les autres animaux [que les céphalopodes] pourvus de pattes les ont tantôt devant et derrière, tantôt sur le côté comme les non sanguins à pieds multiples (τὰ πολύποδα καὶ ἅναιµα τῶν ζῴων)”174. Certes, les céphalopodes et les crustacés sont également polypodes175 ; mais dans presque tous les cas, τὰ πολύποδα renvoie manifestement aux seuls arthropodes terrestres, comme le montre ce passage de IA où les crabes sont opposés aux polypodes : “la flexion des crabes se fait sur le côté car leurs pattes ne sont pas cagneuses comme celles des quadrupèdes ovipares ou des non sanguins qui ont plusieurs pattes (τοῖς ἀναίµοις καὶ πολύποσι)”176. Par suite de cette assimilation globale de πολύποδα  ἔντοµα177, - bien que les deux termes ne se recoupent pas exactement, les derniers comptant aussi théoriquement des apodes178- Aristote emploie l’expression τὰ µακρὰ καὶ πολύποδα de façon univoque pour les myriapodes : “chez ceux qui sont longs et ont plusieurs pieds (ὅσα δἐ µακρὰ καὶ πολύποδα), la partie intermédiaire [qui équivaut à la poitrine des sanguins] présente presque autant d’intervalles qu’il y a de segments”179.

L’air

40Le second espace, qui est aussi un milieu élémentaire, est d’une certaine façon le plus homogène, dans la mesure où il ne correspond qu’à un seul type de locomotion et ne concerne globalement que deux types d’animaux différenciés : les oiseaux et les insectes volants.

  • 180 II est vain de chercher, dans le choix d’un auteur pour telle ou telle forme, une arrière-pensée “ (...)
  • 181 De la même façon κτῆvoς est formé à partir de κτάοµαι ; voir Chantraine (1933, p. 420).
  • 182 La distribution des adjectifs, selon les auteurs, se fait grossièrement ainsi : πτηνóς, qui est le (...)

41Le terme clé pour désigner les animaux de l’air, est le mot πτηνóς [ptênos]. C’est le plus employé de tous les mots de cette section consacrée au critère spatial, et il apparaît soit sous cette forme (588/1154) soit sous la forme dorienne πτανóς (22/46), soit enfin sous des formes non contractes : πετεινóς (179/658), πετηνóς (10/22), πετεεινóς (1/3), πετεηνóς (33/43). Il ne s’agit, entre ces termes, que de différences graphiques180. Comme cela apparaît surtout dans ses formes non contractes - qui sont aussi les plus anciennes - cet adjectif est formé sur πέτοµαι (voler) par l’adjonction du suffixe -νος, et il signifie littéralement “qui vole, volant”181. On envisagera conjointement, dans cette notice, les trois adjectifs ποτανóς (19/21), ποτηνóς (1) et ποτηóς (2), qui sont formés à partir du verbe ποτάοµαι, qui n’est autre que le fréquentatif de πέτοµαι. Ces neuf adjectifs ont une racine commune, partagent la même signification et se distinguent seulement par leur fréquence et leurs utilisateurs182.

  • 183 Nous utilisons πτηνóς de façon générale, pour toutes les formes citées.
  • 184 Ainsi avec ιοι, βέλη (S., Ph. 166 ; E., HF 179 ; Plu., Cross. 18, 3,9) ; ἃρµα (Pl., Phdr. 246 e ; (...)
  • 185 Pl., Ion 534 b 4 ; cf. P., N. 7, 22 (ποτανᾷ µαχανᾷ) ; Id. 5, 14 & 8, 34.
  • 186 Voir Pl., Phdr. 252 b 8 ; cf. E., Hipp. 1275 ; Plu., Fr. 137, 3. Flavius-Josèphe appelle les chéru (...)

42Les emplois figurés de πτηνóς sont très nombreux, et ce mot reçoit aussi bien des acceptions concrètes qu’abstraites183. Il est utilisé pour signifier des projectiles empennés, des chars ou des sandales aériennes, mais aussi des chemins célestes, des paroles légères ou fumeuses, des songes creux, des espoirs vains, etc.184 ; il est appliqué à des hommes, avec des valeurs multiples : il peut en particulier connoter la nature poétique d’un aède185 ; par ailleurs, il est pour ainsi dire l’épithète de nature d’’’Epως (Amour)186.

  • 187 Ainsi ἴππος (E., IT 193 ; Men., Pk. 342 ; Str. 8, 6, 21, 34) ; σκορπίος (Str. 15, 1, 37, 25 ; Luc, (...)
  • 188 A., Th. 1020 : πετηνῶν οἰωνῶν (cf. Ar., Av. 1393) ; cf. πτηνòν ỏρνίθων γένος (Ar., Av. 1707).
  • 189 Hom., Il. 2,459-60 ; cf. Eust., in Il. 1, 389,13 qui explique ainsi l’adjectif : “peut-être pour l (...)
  • 190 Épich., Fr. 152 (= Ath. 2,57 d).
  • 191 Hom., Od. 16, 216. Eustathe glose ainsi le sens de πετεηνά dans ce passage : “sont peteêna les [oi (...)
  • 192 Le contraire de πτηνός est ἃπτηρος (Str. 17, 3, 11,2 ; cf Arist., PA 643 b 1). Aristote met plutôt (...)
  • 193 Les oiseaux le plus fréquemment qualifiés de πτηνός sont aussi ceux qui apparaissent le plus souve (...)
  • 194 Voir E., Ion 505 (cf. ibid. 106 et 903 ; cf. S., Ant. 1082-83).
  • 195 Voir Orac. Sib. 1, 3,224 (oἰωνoπόλων πετεεινά) ; cf. Id. 1,95.

43Dans ses emplois zoologiques, l’adjectif est le plus souvent en fonction d’épithète et détermine surtout des oiseaux, même s’il peut éventuellement qualifier n’importe quel animal ailé, qu’il soit réel ou fantastique187 Cette épithète se rencontre plusieurs fois dans les poèmes homériques avec ὄρνις et dans les textes tragiques où il peut également déterminer οἰωνóς188. Les oiseaux qui reçoivent cette épithète sont surtout les oiseaux qui sont de bons voiliers et, dans sa première occurrence, l’adjectif est effectivement appliqué à des oiseaux migrateurs : “comme plusieurs tribus d’oiseaux qui fendent l’air (ỏρνἰθων πετεηνῶν ἕθνεα), des oies, des grues ou bien des cygnes au long cou...”189. Toutefois cette qualité ne semble pas indispensable puisque des poules peuvent aussi être qualifiées de πτηνóς190. Dans un passage de l’Odyssée πτηνóς a, exceptionnellement, le sens de ‘capable de voler’ : “ils pleuraient et leur cri était plus déchirant que celui des orfraies, des vautours aux serres recourbées, auxquels des paysans ont ravi leurs petits avant qu ‘ils ne puissent s’envoler (πάρος πετεηνὰ γενέσθαι)”191. Si, étymologiquement, ce terme renvoie directement à la faculté de voler, la possession d’ailes paraît être effectivement un critère au moins aussi décisif sinon plus dans l’emploi de cet adjectif192. Cependant, en raison de leur caractère équivalent, le départ entre ces deux déterminations est pratiquement irréalisable. Il n’est possible en fait d’émettre que des généralités sur les oiseaux plus particulièrement concernés par cet adjectif car il semble qu’aucun n’y échappe193. Au moins dans la littérature archaïque l’adjectif paraît surtout employé pour des rapaces, comme s’il valorisait l’amplitude de leurs ailes, dans des passages qui évoquent leur nature carnassière ; il en acquiert une connotation négative et inquiétante en particulier dans les tragédies d’Euripide194 ; πτηνός accompagne fréquemment aussi le nom oἰωνός pour désigner des oiseaux (parfois les mêmes) qui jouent un rôle dans la mantique (aigle, corbeau, etc.)195.

  • 196 Notons qu’Hippocrate n’use jamais de ce mot sans pertinence alimentaire (alors qu’on en trouve 37 (...)
  • 197 Hom., Il. 17,674.
  • 198 Pl., Sph. 220 b 4 ; et en Plt. 266 e 6, Socrate dit que pour isoler l’homme parmi les bipèdes il f (...)

44Πτηνός est, dans la terminologie classifïcatoire, un des adjectifs les plus tôt substantivés et consacrés dans l’usage196. Dans les poèmes homériques, il est employé seul, comme substitut d’ὄρνις ou d’oἰωνóς, dans sept cas sur dix ; il reçoit même une fois une épithète, signe d’une substantivation achevée (ύπoυρανίων-πετεηνῶν)197. Il est par la suite très usuel pour désigner les oiseaux et particulièrement employé par les poètes, de préférence au pluriel. Les emplois de τά πτηνά diffèrent en fait très peu de ceux de oἱ ὄρνιθες, qui reste plus usité. De nombreux textes témoignent même de l’identité totale qui peut exister entre les deux termes : “quant à la chasse au genre qui vole, nous l’appelons toute, je crois, chasse aux oiseaux (τoῦ πτηνoῦ µὴν γένoυς πᾶσα ἡµῖν ἡ θήρα λέγεταί πoύ τις ὀρνιθευτικἠ)”198.

  • 199 Aristophane dit que l’escarbot (κάνθαρoς) est “le seul volatile (πετεινῶν) à être allé chez les di (...)
  • 200 II convient de signaler que πτηνóς peut également être une subdivision de τὰ ἒντoµα (les insectes) (...)
  • 201 Pl., R. 552 c 6. Cette acception est claire aussi dans les emplois aristotéliciens de l’adjectif ( (...)
  • 202 Arist., HA 490 a 5. Aristote détaille dans la suite la catégorie des insectes ailés (τὰ πτιλωτά) : (...)
  • 203 GA 758 a 25. Il n’en reste pas moins qu’Aristote, la plupart du temps, emploie πτηνά dans son sens (...)
  • 204 Arist., IA 710 a 4 ; voir Id., A.Po. 96 b 39 : “tout animal n’est pas à aile entière ou à aile div (...)
  • 205 La tradition juive donne à l’espace une valeur critériologique essentielle comme on peut le voir t (...)

45Mais à côté de ce sens commun, il développe, sans doute avant Aristote, le sens plus vague et plus large de “volatile”199. Selon cette seconde acception la classe des πτηνά ne désigne pas seulement les oiseaux mais englobe tous les êtres volants, et en particulier les insectes ailés200. Cette signification large qui est fidèle au sens littéral et étymologique de πτηνός est manifeste dans des emplois adjectivaux antérieurs au Stagirite : “la divinité a fait naître sans aiguillon tous les frelons ailés (πτηνoὺς κηφῆνας)”201. Par ailleurs il est souvent difficile, en l’absence de contexte précis ou d’exemples clairs donnés pour illustrer cette classe de décider si τὰ πτηνά inclut ou n’inclut pas les animaux aériens dépourvus de plumes. Quoi qu’il en soit c’est le Stagirite qui donne de cette classe la seule définition franche et univoque : il la subdivise en trois catégories distinctes : τὰ πτερωτά, qui désigne les oiseaux exclusivement ; et deux ensembles d’animaux ailés sans plumes : τὰ πτιλωτά, les insectes volants, et τὰ δερµόπτερα, les chiroptères : “parmi les animaux qui volent (τῶν πτηνῶν), les uns ont des ailes formées de plumes, comme l’aigle et le faucon, d’autres des membranes sèches, comme l’abeille et le hanneton, d’autres ont l’aile formée de peau, comme l’oreillard et la chauve-souris”202. Cette analyse et ces distinctions, placées en tête de son Histoire des Animaux restent assez théoriques et ne modifient pas profondément la représentation de cette classe - d’autant qu’Aristote lui-même ne fait pas toujours de ce mot l’usage rigoureux qu’il établit, et emploie souvent τὰ πτηνά comme substitut de oἱ ὄρνιθες, comme le montre l’exemple suivant : “nous avons parlé de la génération des animaux qui marchent, qui volent et qui nagent (καὶ πεζῶν καὶ πλωτῶν καὶ πτηνῶν ), il nous reste encore à parler des arthropodes et des testacés, en suivant le plan que nous nous sommes tracé”203. Il lui arrive d’ailleurs aussi de diviser cette classe non en trois mais en deux ensembles seulement, en recourant à une terminologie distincte fondée sur la structure de l’aile : τὰ ὁλóπτερα (les insectes), et τὰ σχιζóπτερα (les oiseaux et les chiroptères)204. Ce second sens large de πτηνóς (comprenant oiseaux et insectes) qui met au second plan les différences entre formes de vie, et qui privilégie l’identité morphologique et la communauté spatiale, est à la fois plus littéral et plus technique, mais il n’est pas circonscrit aux ouvrages théoriques, biologiques ou médicaux et constitue un sens latent, toujours susceptible d’émerger si l’on prétend parler de tous les êtres qui volent205.

  • 206 Voir e.g. Ael., NA 7, 19 : “il y a aussi des espèces timorées parmi les volatiles : les moineaux ; (...)
  • 207 Theoc. 15,118 (voir Hdt. 1, 140, 12 ; Id. 3,106,6) ; cf. Orac. Sib. 3,70 ; Id. 1, 207 & 277 ; Id. (...)
  • 208 Voir Alex, in Meta. 381 a : “certains genres sont opposés et ne peuvent non plus être subordonnés (...)
  • 209 Democr., Fr. В 5,31.

46Si les textes non biologiques donnent rarement des exemples de cette classe “bien connue”, elle figure souvent comme pôle d’un système d’oppositions binaire ou ternaire qui aide à en apprécier la valeur206. La classe qui lui est ordinairement opposée est celle des animaux terrestres, exprimée par τὰ τετράπoδα, τὰ χερσαῖα ou τὰ ἑρπετά comme dans ce vers : “tous les volatiles et tous les rampants sont ici, à ses côtés (πάντ’ αὐτῷ πετεηνά καἰ ἐρπετὰ τεῖδε πάρεστι)”207. Des combinaisons comme celle-là mettent l’accent sur une différence particulièrement pertinente : celle qui passe entre les animaux qui se déplacent sans toucher terre et comme sans pesanteur, et ceux qui traînent à terre, sans arrachement possible208. Mais il s’agit, dans ce cas, d’une différenciation choisie, qui vise à souligner le contraste entre deux modèles contraires d’animalité, et qui ne résume en rien le règne animal. lorsqu’il figure dans un système “complet”, c’est à côté de deux termes qui désignent, l’un les animaux de la terre, l’autre les animaux de la mer : “ceux d’entre eux qui participent de la plus grande chaleur deviennent ailés (γενόµενα πτηνά) et s’élèvent vers les régions supérieures ; ceux dont le mélange est terreux se rangent dans la classe des reptiles et autres animaux terrestres (ἐν τῇ τῶν ἐρπετῶν καὶ τῶν ἄλλων τῶν ἐπιγεἰων τάξει) ; et ceux qui participent le plus de la substance humide se rassemblent dans la région conforme à leur nature et reçoivent le nom d’<animaux> aquatiques (ὀνοµασθέντα πλωτά)”209.

  • 210 On peut trouver, dans les textes aristotéliciens, les combinaisons suivantes : πεζά¦ πλωτά ¦ πτηνά (...)

47Mais la particularité de cette catégorie est de n’offrir qu’un seul terme pour l’ensemble des animaux ailés, qu’il existe une certaine palette de termes pour les autres classes qui correspondent à un des biotopes majeurs. Il n’y a, pour cette classe, aucune dénomination usuelle fondée sur le milieu (comme χερσαχῖο∑, et ἔνήδρο∑ ou εἰνάλιο∑) qui soit un synonyme de πτηνó∑. ce caractère irremplaçable du mot πτηνó∑ apparaît clairement dans les systèmes ternaires de classification des animaux où πτηνó∑ se présente comme le seul terme stable présent dans toutes les combinaisons, et accompagnant, selon les cas, πεζó∑., χερσαῖο∑ ou πεζεήτικó∑, et ἔνήδρο∑, εἰνάλιο∑, πλωτó∑ ou νηκτó∑210.

  • 211 Voir Ar., Aν. 797 : “devenir ailé  ύπόπτερον), cela ne vaut-il pas tout ?”.
  • 212 Pour l’amour : Pl., Ale. 135 e 2 ; Euboulos, ap. Ath. 13, 562 с ; Apollod. 1, 60, 3 ; un char : Pl (...)
  • 213 E., Fr. 1132, 15 : ὑπóπτερον λέοντα.
  • 214 P., O. 9, 24 ; Pl., Phdr. 256 b 4 ; Id, Crit. 116 d 8 ; Luc, Somn. 15, 5 ; Id., Hist. Conscr. 8,6.
  • 215 E., Hel. 1236 ; Ion, ap. Ath. 6,267 d.
  • 216 Hdt. 3, 107 & 3, 109 : ὄφιε∑ ὑπóπτεροι ; cf. Luc, Philops. 3, 14 : δρακóντων ὑποπτέρων ; Plu. 832 (...)
  • 217 Ar., Av. 786 : “supposez que l’un de vous, spectateurs, soit muni d’ailes (ὑπóπτερο∑)...”.
  • 218 Arist., HA 552 b 12 ; Id., Fr. 359 ; cf. S., Phil. 288 ( ὑποπτέροή∑ πελεία∑) ; Pl., R. 573 a 1 ( ὑ (...)
  • 219 Ael. NA 9,58.

48L’adjectif πóπτερ∑ [hupopteros] (61/135), “soutenu par des ailes”211, formé de ὑoπ- (sous) et πτέρον (plume, au pluriel : aile) est surtout employé soit de façon métaphorique212, soit pour qualifier des individus particuliers qui, tels un lion213, un cheval214, un homme215 ou des serpents216, sont d’ordinaire justement dépourvus d’ailes217. Il est parfois employé, y compris par Aristote, comme épithète équivalant à πτηνó∑218 ; et Élien est le seul à utiliser le mot sous sa forme substantivée : “<les plus grands animaux sont> pour les aquatiques (τῶν ἐνὑδρων) le crocodile, pour les animaux pourvus d’ailes (τῶν ὑποπτέρων) l’autruche, pour les quadrupèdes (τῶν τετραπóδων), l’éléphant”219.

  • 220 Aristote emploie aussi très souvent l’adjectif substantivé au masculin : oἱ (µὴ) πτητικοὶ ὄρνιθε∑. (...)
  • 221 Thphr., Fr. 181,2 ; on voit qu’il peut être renforcé par un adjectif descriptif (ici βραχέα). Voir (...)
  • 222 Ar.Byz., Épit. 1,18 (cf. Id. 1,28 & 2,439). Aristophane n’emploie jamais ce mot avec un autre sens (...)

49L’adjectif πτητικó∑ [ptêtikos] (36/41), formé sur la même racine que πτηνό∑, est quant à lui d’emploi rare et presque exclusivement aristotélicien (27/36). Dans les textes du Stagirite son extension est très réduite : il marque l’aptitude au vol mais n’est employé pratiquement que pour distinguer les oiseaux qui sont bons voiliers (comme les rapaces en général) des oiseaux à vol lourd (comme les gallinacés), qui sont appelés soit τὰ βαρέα, soit τὰ µὴ πτητικά220 : “les oiseaux ont aussi entre eux cette différence ; les uns sont ramassés et mauvais voiliers (βραχέα καὶ µὴ πτητικά), comme le francolin, la perdrix, le coq, le faisan, qui sont de bons marcheurs et bien pourvus de plumes (βαδιστικὰ καὶ δασέα)”221. Toutefois τὰ πτητικά est employé plus tard par Aristophane de Byzance avec le sens exact de τὰ πτηνά : “la chauve-souris a des ailes membraneuses et elle est le seul volatile (τῶν πτητικῶν) vivipare222.

  • 223 Arist., Cat. 6 b 38 sq
  • 224 Voir Ptol. Tetr. 2, 8, 8, où le mot vise les constellations ailées (aussi bien le cygne que l’arch (...)
  • 225 Cet emploi est surtout tardif : τῶν πτερωτῶν λόγων (Aristid., περι το παραφέγµατο∑ 1, 390, 29) ; (...)
  • 226 Pour une arme de jet (E., HF 571 ; etc.), un char (A., Pr. 135 ; etc.), un navire (Lyc, Alex. 1, 3 (...)
  • 227 Anacr., Fr. 35,10-13. Les emplois figurés sont relativement rares puisque les emplois littéraux de (...)
  • 228 Voir Arist., Cat. 7 a 2 ; πτερωτó∑ définit vaguement un type de phanères, à côté de φολιδωτó∑, λεπ (...)
  • 229 Ainsi ὄφι∑ : Hdt. 2, 75 ; Arist., HA 490 a 10 ; Paus. 9, 21, 6, 9 ; D. Chrys., Orat. 5, 13, 3 ; Ae (...)
  • 230 Arist., HA 523 b 17 sq. (cf. Id, PA 643 b 20 ; Id, Met. 1058 a 36 ; cf. Alex., in Met. 522, 22 ; e (...)
  • 231 Dans les textes aristotéliciens il n’est pas rare de rencontrer cet adjectif à propos d’insectes : (...)

50L’adjectif πτερωτó∑ [pterôtos] (138/366), est aussi ambigu que le mot πτερóν (plume aile) à partir duquel il est formé et auquel il est explicitement rapporté223. Initialement il correspond à l’acception la plus générale de πτερóν et apparaît donc, en extension du moins, comme un équivalent de πτηνó∑. S’il fallait néanmoins marquer une distinction (en vérité très discrète dans les textes) entre les deux adjectifs, il conviendrait de souligner le caractère plus concret et plus physique de πτερωτó∑224. Même si ces deux mots partagent aussi le même champ métaphorique, l’emploi de πτερωτó∑ pour les réalités abstraites est en effet très rare225. Quand πτερωτó∑ ne détermine pas un nom d’animal, on le rencontre avec des noms d’armes (flèches, lances,...) ou comme épithète de divinités226. Il est cependant voué, dans la majorité de ses emplois, à caractériser des animaux - et ce, dès sa première apparition dans un fragment d’Anacréon : “un petit serpent ailé m’a piqué (ὄφι∑ µ’ ἔτήψε µικρò∑ πτερωτó∑), que les paysans appellent... une abeille”227. Tous les animaux ailés, quelle que soit la nature de leurs ailes, oiseaux, chiroptères ou insectes volants, sont susceptibles d’être qualifiés de πτερωτὀ∑ même si l’adjectif est surtout requis pour marquer une particularité spécifique à l’intérieur d’un genre228. C’est pourquoi on le rencontre principalement comme attribut (et quelquefois comme épithète) d’animaux qui ne sont pas naturellement ailés ou parmi lesquels se trouvent des espèces qui ne le sont pas : serpent, cheval, fourmi,...229. Πτερωτó∑ forme en effet avec ἅπτερο∑ un couple traditionnel de contraires : “il y a d’autre part des arthropodes qui n’ont pas d’ailes, par exemple l’iule et la scolopendre, d’autres qui sont ailés, comme l’abeille, le hanneton et la guêpe ; ou encore le même genre est ailé ou sans ailes (καὶ πτερωτòν καὶ ἄπτερον), comme les fourmis qui sont ailées ou sans ailes, et ceux qu’on appelle les vers luisants”230. Il est effectivement souvent appliqué à des insectes, et indirectement aux chauves-souris, mais il est plus rare de le rencontrer comme épithète d’un terme général pour désigner les oiseaux231.

  • 232 E., Hel. 746-47 ; cf. A., Sup. 510 et E., Ba. 257.
  • 233 Τὰ πτερωτά peut, malgré les apparences, ne renvoyer qu’aux oiseaux : περὶ δὲ τὰ πτερωτὰ τῶν ζῴων, ο (...)
  • 234 Arist., HA 490 a 12. Le fait d’être πτερωτóν constitue même la marque distinctive des oiseaux par (...)
  • 235 Arist., HA 490 a 5. Cette partition est peut-être inspirée par une distinction établie dans les mê (...)
  • 236 Ar.Byz., Épit. 1,1 ; Id. 1,21 et 1,22.
  • 237 Arist., HA 534 b 18.

51Si l’adjectif a une valeur classificatoire très vague et renvoie à tout animal capable de se déplacer dans les airs, il semble, au premier abord, qu’il n’en soit pas de même pour la forme substantivée. Eschyle, en effet, et après lui Euripide, emploie τὰ πτερωτά pour désigner les seuls oiseaux, et plus précisément les oiseaux auguraux : “il n’est donc rien de bon dans ce qu’on appelle divination par la flamme, ou bien présage tiré des cris des oiseaux (πτερωτῶν ϕθέγµατα)”232. Il est en vérité assez naturel que, par synecdoque, ce terme désigne souvent le groupe majoritaire et l’ensemble le plus clair et homogène des πτερωτά (comme d’ailleurs des πτηνά) : les oiseaux233. Aristote dit même expressément que cette appellation équivaut rigoureusement à ὄρνι∑ : “le genre des animaux ailés [ou à ailes formées de plumes] est appelé oiseau (τò µὲν οὖν πτερωτòν γένο∑ τῶν ζῴων ὄρνι∑ καλεῖται)”234. On doit également au Stagirite une tripartition systématique de la catégorie des animaux ailés qui établit la première distinction nette entre τὰ πτερωτά et τὰ πτηνά, puisqu’il réserve aux oiseaux la dénomination τὰ πτερωτά qui signifie dès lors les animaux empennés ou animaux à plumes : “parmi les animaux qui volent (τῶν πτηνῶν), les uns ont des ailes formées de plumes (πτερωτά), comme l’aigle et le faucon, d’autres des membranes sèches <...>, d’autres des ailes formées de peau”235. Aristophane de Byzance cite cette catégorie comme une classe aristotélicienne canonique, dans l’introduction à son Épitomé, et en use lui-même seulement à propos des oiseaux236. Mais cette norme est illusoire et les hasards du style alliés aux impératifs de la syntaxe (qui, à l’occasion, transforment un attribut en adjectif substantivé) sont cause que ce mot dénote également, quand il est accompagné de l’article, des animaux ailés autres que les oiseaux ; si bien que la distinction terminologique entre les trois sortes d’ailés s’évanouit : “en effet les insectes sentent de loin, qu’ils soient ailés ou sans ailes (καί τὰ πτερωτὰ καὶ ἅπτερα), par exemple les abeilles et les petites fourmis sont sensibles au miel”237. Même si la proximité du mot ἔντοµα ôte à ce mot toute ambiguïté, on doit reconnaître que cet emploi constitue une infraction à la distinction fixée par Aristote.

  • 238 Arist., Somn. Vig. 456 a 18 ; cf. Id., HA 553 a 14, et GA 758 b 27.

52Ainsi le Stagirite est le premier à donner une définition restrictive et pour ainsi dire technique de la classe dénommée τὰ πτερωτὰ mais ni lui ni ses successeurs ne percevront cette définition comme normative. Non seulement il utilise maintes fois l’adjectif à propos d’insectes volants mais il emploie plusieurs fois pour les désigner l’appellation substantivée τὰ πτερωτά même lorsque le contexte proche ne comporte aucun hyperonyme renvoyant aux insectes (τὰ πτιλωτά ou τὰ ἔντοµα) ; ainsi écrit-il, à propos de la sensibilité et de l’aération chez les animaux qui ne respirent pas : “c’est pourquoi aussi les ailés (τὰ πτερωτὰ) bourdonnent, quand ils se meuvent, à cause du frottement de l’air qui tombe sur le corselet des animaux à ailes pleines (τῶν ὁλοπτέρων)”238. En fait, τὰ πτερωτά est une subdivision (ou plus exactement, une “différence”) à la fois de τὰ πτηνά et de τὰ ἔντοµα, et c’est le contexte qui est chargé de suggérer, dans chaque cas, la valeur de ce mot. On voit combien la signification commune, littérale et vague de l’adjectif s’impose jusque dans le discours biologique qu’il grève de son imprécision.

  • 239 Arist., Juv. 475 b 19. Aristophane utilise ce mot comme épithète d’ἀετó∑ (Eq. 1086).
  • 240 Les oiseaux semblent les seuls animaux ailés & ovipares & à respiration pulmonaire, et il paraît c (...)

53Enfin, l’adjectif πτερήλωτóς [pterugôtos] (5/6), formé sur πτέρυξ (aile, dérivé de πτερóν) qui est très peu usité, est employé une fois par Aristote avec l’article : “les vivipares en eux-mêmes et non seulement au dehors <...> et, parmi les ovipares, les animaux ailés (τὰ πτερήγωτὰ ), comme les oiseaux, ont un poumon”239. Bien que les ὄρνιθε∑ soient présentés comme un exemple de la classe il est vraisemblable que ce terme, qui n’est jamais employé que pour des oiseaux, n’avait pas d’extension plus grande240.

  • 241 Dans les Homélies sur l’Héxaéméron 7, 8 et 9, qui traitent du cinquième jour de la création, Basil (...)
  • 242 On rencontre chez Hérodote l’expression πτίλα οὐ πτερωτά à propos d’un serpent (Hdt 2, 76). C’est (...)
  • 243 490 а 6 & 9.
  • 244 Ibid. (voir Id., A.Pr. 96 b 39).
  • 245 Ar. Byz., Épit. 1, 20 : “on appelle ptilôta l’abeille, la guêpe, la cigale, le genre des criquets, (...)

54L’adjectif πτιλωτó∑ [ptilôtos] (4/5) formé sur πτίλον est d’usage aristotélicien. Outre Aristote et Aristophane de Byzance, seul Basile, au ive siècle, utilise ce mot, dans ses homélies Sur les six jours de la création241. Пτίλον désigne avant tout une aile immature ou un duvet, et secondairement une membrane qui a l’apparence d’une aile242. Aristote n’emploie ce mot qu’à l’occasion de la mise au point terminologique qu’il fait au début du premier livre de l’Histoire des Animaux243. Ce terme qui désigne les insectes volants a pour but de démarquer les animaux non sanguins de l’ensemble des ailés, face aux deux autres groupes, τὰ πτερωτά et δερµóπτερα, qui partagent le fait d’être sanguins et sont, à ce titre, plus étroitement associés : “les volatiles à plumes (πτερωτά) sont tous des animaux sanguins, les animaux à ailes formées de peau également. Au contraire, les animaux à ailes membraneuses, à savoir les insectes (πτιλωτὰ oἷoν τὰ ἔΏτοµα), sont tous des non sanguins”244. Aristophane de Byzance cite six “espèces” de πτιλωτά et présente le mot comme un terme à la fois conventionnel et peu familier245. Dans aucun de ses emplois ce mot n’est substantivé.

  • 246 Voir ἃµµo∑ (D.S. 17, 49, 3, 6), νεϕέλη (Orph., H 1, 21, 1), ψυχή (Anaximen., Fr. 23, 1), ϕύσι∑(Ps (...)
  • 247 Ps.-Arist., Mu. 397 a 17 ; peu après l’auteur explicite l’équivalence de ce mot avec πτηνó∑ en rep (...)
  • 248 Cyranides 4, 78 ; voir Opp., С 1, 380 : ἠερίοι∑ τ’ ὄρνισι καὶ εἰναλίοι∑ νεπóδεσσιν ; Corp. Herm. 4 (...)
  • 249 E., Fr. 27,1 (= Plu. 98 e 5) ; on peut hésiter pour le référent implicite des deux termes χθóνια e (...)

55Il n’existe comme on l’a dit, aucun terme usuel, en dehors de πτηνά, pour désigner les animaux de l’air. L’adjectif ἀέριο∑ [aerios] (ἠέpιο∑) (56/231) formé sur ἀἠρ (air) est d’un emploi fréquent mais concerne essentiellement des réalités atmosphériques ou abstraites246. Il n’est utilisé pour caractériser des animaux que dans sept cas. Un texte pseudo-aristotélicien l’emploie en lieu et place de πτηνó∑ : “<le démiurge> distingua les natures des animaux marins, des animaux pédestres et des animaux aériens (ἀερίων ϕύσει∑) et il régla leur vie en fonction de leur mode de déplacement (ταῖ∑ ἑαήτοῦ κινήσειν)”247. Il apparaît dans un esprit semblable à la fin des Cyranides : “et voilà ce que la divine nature a offert, dans l’intérêt des hommes, à tous les animaux aériens, terriens et marins (ἀερίοι∑ τε καταχθονίοι∑ καὶ ἐνύδροι∑ ζῴοι∑)...”248. Mais il n’est employé qu’une seule fois comme substantif, dans un fragment lyrique attribué à Euripide : “mais par la variété de leur intelligence, les redoutables tribus <d’animaux> de la mer triomphent du savoir des animaux de la terre et de l’air (χθoνίων τ’ ἀερίων τε) ”249.

  • 250 Avec préfixe ἐν- = dans.
  • 251 Gal., Thrasib. 5,883, 3. L’adjectif se trouve chez Timée (Fr. [Sp.] 220, 17) et Athénée (3, 99 b).

56L’adjectif composé ἐναέριο∑ [enaerios] (12/46)250 est pour sa part employé deux fois comme adjectif déterminant ζῷα, pour désigner vaguement les oiseaux, et à deux reprises avec l’article, dans un texte de Galien où il représente les animaux de l’air face aux animaux de la mer : “la première division exige d’ajouter les êtres ignés et les êtres terrestres (ἔµπήρά τε καὶ ἔλλεια) ; car ils sont homologues aux animaux aériens et aquatiques (τοῖ∑ ἐναερίοι∑ τε καὶ ἐνύδροι∑)”251.-

  • 252 A notre connaissance cet adjectif n’est l’épithète d’aucun animal naturellement aérien. Il qualifi (...)
  • 253 Thphr., Ign. 3 ; Alex., in Meté. 133, 18 ; Clem. Al., Strom. 5, 1, 3, 2 ; etc. L’ouvrage de Théoph (...)
  • 254 J., AJ 6, 186, 8. Précisons qu’en la circonstance il recourt à une opposition traditionnelle en as (...)
  • 255 Ph., Cherub. 89, 3.

57L’adjectif µετάρσιο∑ [metarsios] (ou πεδάρσιο∑) (280/375), formé à partir de µετ-αίρειν (élever) ne constitue pas non plus un lexème classificatoire. Fréquemment utilisé avec un sens dynamique pour évoquer l’élévation dans les airs, il ne s’applique qu’exceptionnellement aux oiseaux252. Le substantif pluriel, τὰ µετὰρσια, désigne presque toujours les “régions célestes”253 ; seuls Flavius-Josèphe et Philon d’Alexandrie renvoient par ce mot, chacun en une seule occasion, aux animaux aériens. Josèphe décrit ainsi la fin de Goliath : “David proclama qu’il allait donner en pâture aux animaux de l’air et de la terre (τοῖ∑ ἐπιγείοι∑ καὶ τοῖ∑ µεταρσίοι∑) les chairs de Goliath”254 ; tandis que Philon oppose ”les animaux de l’air” (τὰ µετὰρσια) à ceux de la terre et de l’eau (τὰ χερσαῖα ἢ καθ’ὔδατο∑)255.

  • 256 Ph., Opif. 84, 4. Aux trois passages du traité “sur la création du monde” dans lesquels ὰερπóρoς a (...)
  • 257 Avec une valeur plus abstraite l’adjectif est aussi employé au singulier pour distinguer les diffé (...)

58L’adjectif ἀεροπóρο∑ [aeroporos] (14/22), se déplaçant (πoρεύειν) dans les airs (ἀήρ), est aussi employé par Philon (11), comme substantif, pour désigner, sans doute par goût de la variation, les animaux de l’air, surtout à l’intérieur d’un système ternaire : “le Père fit de l’être né pour commander le roi de toutes les créatures sublunaires, terrestres, aquatiques ou aériennes (χερσαίων καὶ ἐνύδρων καὶ ἀεροπóρων)”256 ; chez aucun autre auteur τὰ ἀεροπóρα n’apparaît comme un substitut éventuel de τὰ πτηνά257.

  • 258 oἱ βαρεῖς ὂρνιθες : PA 657 b 16 ; ou oἰ βαρεῖς seul : HA 504 a 24.
  • 259 Dans un même passage, les oiseaux à vol lourd sont successivement appelés oἰ βαρεῖς τῶν πτερωτῶν ((...)
  • 260 Arist., PA 657 b 7.
  • 261 Voir HA 593 b 15 : “parmi les palmipèdes ceux qui sont lourds (τῶν στεγανoπóδων τὰ (βαρύτερα) hant (...)
  • 262 HA 504 b 8 ; cf. PA 694 a 12.

59Le substantif pluriel neutre τὰ βαρέα [barea] (de βαρύ∑, lourd), ou le masculin o βαρεῖ∑ [bareis] (scil. ὂρνιθε∑)258, ainsi que le comparatif τὰ βαρύτερα [barutera] (10) désignent les oiseaux au vol lourd259 : “chez les oiseaux pesants, par suite de leur inaptitude au vol, la croissance des plumes arrive à épaissir la peau (oἱ µὲν γὰρ βαρεῖ∑ τῶν πτερωτῶν, διὰ τò µὴ πτητικoὶ εἶναι τὴν τῶν πτερῶν αὒξησιν εἰς τὴν τoῦ δέρµατoς παχύτητα τετραµµέην ἔχoυσιν)”260. Ce groupe réunit les gallinacés, certains échassiers et certains palmipèdes261 et il englobe tous les animaux qui ont un ergot : “les oiseaux à serres recourbées figurent parmi les bons voiliers (τῶν πτητικῶν), ceux à ergots font partie des oiseaux à vol lourd (τὰ δὲ πληκτρoϕóρα τῶν βαρέων)”262.

L’eau

60Il existe de nombreux adjectifs pour désigner les animaux qui relèvent du troisième biotope majeur, l’eau, qui mettent tantôt l’accent sur le lieu lui-même, tantôt sur l’originalité du mode de locomotion qu’il implique. L’ambiguïté de ces lexèmes tient à ce qu’ils s’appliquent non seulement aux animaux qui vivent sous l’eau mais à des animaux qui, tels les oiseaux de mer ou les amphibies vivent sur l’eau ou en partie dans l’eau.

  • 263 Voir la définition donnée par Arist., GA 761 a 33 : τὰ ἐν τῷ ὑγρῷ
  • 264 Parmi ces derniers, une trentaine utilise ἔνυδρoς dans son acception zoologique. Les chiffres donn (...)
  • 265 Hp., Aër. 24, 5 & 22 ; A., Ag. 1128,... Pour l’acception botanique voir Hdt. 3, 7 ; Ar., Ra. 234 ; (...)
  • 266 Nous ne prenons pas en compte les témoignages tardifs portant sur les auteurs préplatoniciens (Pyt (...)
  • 267 Pl., Sph. 220 b 2 sq. ; Id. 288 a 4 ; Tim. 40 a 1 ; Id. 92 b 1 ; Id., Lg. 823 b 3 sq. Platon emplo (...)
  • 268 On trouve parfois τὰ ἔνυδρα ζῷα : Arist., PA 677 b 21.

61Le terme usuel pour les animaux aquatiques est ἔνυδρoς [enudros] (294/555). Littéralement il renvoie à tout ce qui se trouve dans (ἐν) l’eau (ὒδωρ), quelle que soit sa nature263. Il représente la dénomination la plus répandue et la plus vague pour tous les animaux qui vivent dans cet élément : 95 auteurs l’utilisent, dont 48 sont antérieurs au ive siècle ap. J-.C.264. D’après les emplois les plus anciens il semble que le champ d’application initial du mot est géographique ou botanique, et qu’il ne s’est étendu que secondairement au domaine animal : Hippocrate, Eschyle, Sophocle, Euripide emploient le plus souvent le mot avec un nom de lieu tandis qu’Hérodote, Aristophane et Théophraste l’appliquent à des végétaux aquatiques265. C’est dans les écrits de Platon, au ive siècle seulement, qu’il qualifie pour la première fois des animaux266. L’adjectif est d’ailleurs immédiatement employé de façon substantive et permet surtout au philosophe de développer (dans le Timée) des généralités sur les formes de vie qu’il faut distinguer, et de mettre en place (dans le Sophiste) une classification méthodique des animaux267. Aristote et les Péripatéticiens consacrent cet usage en en faisant l’appellation canonique dans les distinctions, abondantes chez ces auteurs, entre les animaux (ou plantes) terrestres et les animaux (ou plantes) marin(e)s : le plus souvent le terme est employé sans le substantif ζῷον268. À lui seul Aristote totalise 97 emplois soit plus du tiers des occurrences. Théophraste (27), Alexandre d’Aphrodise (27), et plus tard Philopon (38) et Michel d’Éphèse (29) perpétuent cette tradition lexicale. Philon (30) en fait un usage important tandis que Plutarque, y compris dans son traité sur l’intelligence des animaux qui porte le titre πότερα τῶν ζῴων ϕρονιμώτερα τὰ χερσαῖα ἤ τὰ ἔνυδρα ne l’emploie que très rarement (5).

  • 269 Signalons que le nom de la loutre est ἡ ἐνυδρίς ou ὁ ἔνυδρoς. On rencontre cette deuxième forme ch (...)
  • 270 Ce système ternaire est celui que retient l’école péripatéticienne (Divisiones Aristoteleae, 63, 1 (...)
  • 271 C’est sans doute le cas dans le passage suivant d’Aristote : “ni les pédestres sur la terre, ni le (...)
  • 272 Les deux passages où Aristote fait cette mise au point (HA 487 a 14 sq. & 589 a 10) manquent de cl (...)
  • 273 Voir HA 589 a 31 : “le plus extraordinaire de tous ces animaux est le dauphin”. Tout ce qu’Aristot (...)
  • 274 Arist., HA 559 a 21.
  • 275 Dans ce traité Aristotime, l’avocat des “animaux terrestres”, qui est le premier à s’exprimer, déc (...)

62L’extension de ce terme ne se limite pas aux animaux immergés, puisqu’y sont compris non seulement les amphibies (amphibiens, sauriens, crocodiliens et rongeurs aquatiques) mais également des oiseaux (les échassiers et les palmipèdes)269. En fait les limites en extension de cette catégorie dépendent du système qui, implicitement ou explicitement, en constitue l’arrière-fond. Si τὰ ἔνυδρα prend place dans un système ternaire, à côté de τά πεζά et τὰ πτηνά, comme c est le cas le plus fréquent (en particulier dans les écrits aristotéliciens), les oiseaux sont naturellement exclus du champ sémantique de τά ἔνυδρα270. Si en revanche c’est à un système binaire (τὰ ἔνυδρα νs τὰ πεζά) que l’on a affaire, les oiseaux peuvent se répartir dans les deux classes271. En outre, la persistance forte chez les utilisateurs de ce terme du sens littéral du mot alimente cette ambiguïté. Aristote, dans l’Histoire des Animaux, signale en effet qu’il y a deux façons d’être ἔνυδρος : soit en vertu du système de refroidissement qui est l’eau et non l’air, soit en vertu du lieu de vie aquatique. Il combine ces deux critères et distingue trois sortes d’animaux ἔνυδρα : 1) ceux qui vivent et se reproduisent dans 1 eau, et en outre aspirent 1 eau (= les poissons), 2) ceux qui vivent dans l’eau, mais se reproduisent sur terre et “aspirent” l’air (= les amphibies), 3) ceux qui vivent dans l’eau sans “aspirer” ni air, ni eau (= les testacés)272. Mais cette division n’est pas exhaustive et ne peut intégrer les cétacés qui vivent uniquement dans l’eau comme les poissons, mais aspirent à la fois l’eau et, comme les amphibiens, l’air273. Pour sa part, Aristote a plutôt tendance à exclure tout à fait les oiseaux de la catégorie désignée par ce vocable. La seule exception se trouve dans un passage où il s’agit de marquer une différence à l’intérieur même de la classe des oiseaux entre les oiseaux de terre ferme (τὰ τῶν ξηροβατικῶν <ᾠά> et les oiseaux aquatiques τὰ τῶν  ἐνύδρων <ᾠά>)274. Plutarque lui-même, qui pourtant choisit dans le traité cité le système binaire, ne cite qu’un seul oiseau (d’ailleurs semi-légendaire puisqu’il s’agit de l’alcyon) parmi les animaux ἔνυδρα275

  • 276 Ainsi avec τόπος : Thphr., HP 3, 2, 5 ; χώρα : Id., Fr. 171, 11 ; δένδρον : Id., HP 3, 8, 5 ; φυτά (...)
  • 277 Galien (Simp. med. 11, 444, 6) oppose les deux éléments terrestre (τò χερσαῖον) et aquatique (τò ἔ (...)
  • 278 Ath. 3, 99 b ; voir Thphr., CP 2, 3, 5. Cet adjectif ne se substitue jamais à ἔνυδρος en fonction (...)
  • 279 Pr. 896 b 1 ; voir ibid. 964 a 36 et Arist., Spir. 482 a 21 et 25. Ailleurs Aristote use du mot da (...)

63L’adjectif ἔνυγρος [enugros] (43/59) de même sens (ύγρός = humide) qui pourrait se prêter à un usage similaire, n’est presque jamais employé pour qualifier un animal. Fréquent dans les textes de botanique, son champ d’application est plutôt la terre ou les plantes et on le rencontre surtout comme épithète de τóπος ou ϕντóν276Il exprime l’humidité interne de certains corps et non une situation277. Il arrive toutefois qu’il soit employé à la place d’ἔνυδρς : “<Platon> parle des animaux terrestres, aquatiques et aériens (ἐπὶ ζῴων χερσαίων καὶ ἐνύγρων καὶ έναερίων ἐπιλέγει)”278. Mais les seuls emplois aristotéliciens de τὰ ἔνυγρα comme terme classificatoire (4/7) se trouvent dans des textes non biologiques, dont deux dans les Problèmes : “pourquoi les animaux qui n’ont pas d’articulations, comme les animaux aquatiques (ὡς τὰ ἔνυγρα vivent-ils moins longtemps”279.

  • 280 Les principales îles “flottantes” sont Délos (Hom., Od. 10, 3) et Chemmis (Hdt. 2, 156).
  • 281 Ce sont surtout pour les fleuves que cette qualité est problématique. Voir Str. 1, 4, 6, 10, 9 et (...)

64Le terme τὰ πλωτά en revanche, de l’adjectif πλωτός [plôtos] (161/199), se substitue en certains cas à τὰ ἔνυδρα. Pourtant son champ d’application originel est nettement différent : le mot est en effet employé par Homère à propos d’îles qui sont considérées comme mobiles ou flottantes, conformément à la signification de πλέειν νel πλώειν (flotter, naviguer)280. Cette signification perdure tout au long de la période mais le mot s’enrichit, à partir d’Hérodote, d’une nouvelle acception qui domine par la suite chez les historiens comme Polybe, Strabon, Diodore de Sicile, Arrien et Cassius Dion : il qualifie un fleuve navigable ou une mer ouverte à la navigation281. Ce dernier sens constitue l’acception passive de l’adjectif, tout aussi littéralement déduite de πλέω

  • 282 Ne sont comptabilisés que les cas où le mot πλωτός est employé avec une extension supragénérique e (...)
  • 283 Voir S., Fr. 941, 9 : ἰχθύων πλωτῷ γένει ; ce sens est présent également dans un fragment lyrique (...)
  • 284 Hp., Flat. 3. Aristote recourt 10 fois à ce système ternaire, véritable résumé des possibilités an (...)
  • 285 Aristote les distingue pourtant des animaux sédentaires (µόνιµα) : “tous les animaux aquatiques, a (...)
  • 286 Arist., GA 758 a 27 ; en revanche Oppien, dans les Halieutiques (1, 260), estime que laύ langouste (...)

65Parallèlement à ces emplois, le mot acquiert, sans doute au ve siècle comme l’attestent un fragment attribué à Sophocle et un passage d’Hippocrate, une signification zoologique (31/157)282: il sert d’adjectif qualifiant les animaux “nageurs”, autrement dit les poissons283. Mais dès le traité hippocratique περὶ ϕνσῶν l’extension du mot semble assez élastique et imprécise, dans le cadre d’un système maintes fois repris littéralement par Aristote, où τὰ πλωτά est opposé à τὰ πτɳνά et à τὰ πƐζά284. Par une sorte de contamination ou de généralisation ce terme englobe implicitement dans cette combinaison tous les animaux marins, même s’il ne s’applique qu’inadéquatement aux crustacés, et surtout aux coquillages ou globalement aux testacés285. Cet élargissement n’est toutefois jamais clairement assumé et ne concerne que les cas où τὰ πλωτά a manifestement une valeur globale et approximative. Autrement dit, même si, dans ce système ternaire, on peut sous-entendre par ce vocable les animaux marins qui ne nagent pas, jamais les testacés ne sont qualifiés dans les textes de πλωτά. Dans un passage Aristote exclut même explicitement les crustacés de cet ensemble, sans doute parce que le fait d’avoir des pieds lui semble alors contradictoire avec la nage286.

  • 287 Le mot πλώς est d’ailleurs le nom d’une espèce de poisson de mer qui est appelé aussi κεστρεύς et (...)
  • 288 Arist., HA 621 b 3 ; cf. Id. 607 b 6. Ce mot a exceptionnellement le sens de “qui flotte à la surf (...)
  • 289 Opp., H 3, 63 et 3, 183. Cet auteur applique également πλωτά aux poissons (Id. 1, 2) ou plus vague (...)
  • 290 Pour οἱ ῥυάδες : HA 534 a 27, ibid. 543 b 14, ibid. 570 b 11, ibid. 598 a 28, ibid. 598 b 22-29 ; (...)

66Plus rarement, mais toujours dans le respect de la signification littérale de sa racine, ce nom permet à Aristote de marquer une distinction interne à la classe des poissons entre ceux qui sont migrateurs et ceux qui ne le sont pas287. Il oppose alors τὰ πλωτά (ceux qui se déplacent) à τὰ µόνιµα (les poissons sédentaires)288. Ce caractère semble assez important aux yeux des ichtyologues anciens, car Oppien s’y réfère plusieurs fois dans ses Halieutiques289 ; en deux occasions, il emploie lui aussi le terme πλωτά mais recourt ailleurs à d’autres termes, tout comme Aristote qui use de préférence, en ce sens, du mot οἱ ῥυάδες οἱ δρµάδες ou éventuellement οἱ χυτοί 290.

  • 291 En revanche les échassiers (οἱ µακροσκελεῖς) ne sont pas des πλωτά (Arist., PA 694 b 13).
  • 292 Arist., HA 504 a 7 ; PA 662 b 11 ; Id. 694 a 8 ; Id. 694 b 3 ; Id. 694 b 14 ; IA 710 a 13. Ces esp (...)
  • 293 Alexandre d’Aphrodise (2) et Philopon (2) eux-mêmes n’utilisent ce terme que pour désigner les nag (...)

67Il existe d’autres animaux qui, sans être marins, flottent sur l’eau : ce sont les palmipèdes comme le canard et la poule d’eau291. Bien que ces animaux soient sans hésitation àranger parmi les πτηνά si l’on se place dans le système ternaire dont nous avons signalé le caractère évidemment approximatif, ces espèces sont très logiquement considérées par Aristote comme des πλωτά. Cette inclusion constitue la preuve, s’il en était besoin, que ce terme ne correspond à aucune forme de vie particulière ni, a fortiori, à aucune classe délimitée du monde animal. Ce dernier sens est d’ailleurs celui qu’Aristote exploite et développe le plus abondamment : sur les huit passages où Aristote explicite par des exemples spécifiques la notion de πλωτά il fait six fois référence aux oiseaux tantôt appelés οἱ πλωτοὶ τῶν ὀρνίθων tantôt simplement τὰ πλωτά292 Parmi ces trois acceptions zoologiques, seules les deux premières sont aussi présentes chez les auteurs non aristotéliciens, tandis que son extension ornithologique est seulement attestée dans les commentaires de Michel d’Éphèse (l/l)293.

  • 294 Soit un total de 170 occurrences environ. Les deux mots εἰνάλιος et ἐνάλιος constituent deux varia (...)
  • 295 La première forme est la seule attestée dans les épopées homériques mais on trouve également ἔναλο (...)
  • 296 Voir A.P. (33) ; Nonnos (35). Le premier adjectif est le plus fréquent, en raison sans doute de so (...)
  • 297 Voir Chantraine, DELG, s.v. ἅλς, qui ajoute une précision : ce terme “désigne surtout la mer vue d (...)
  • 298 Pour les plantes : Dsc. 1, 121, 1 et Plu. 911 d 2 ; pour les pierres : Clem. Alex, Protr. 9, 86, 2 (...)
  • 299 Sur plus de 200 occurrences du mot ἅλιος nous n’avons pas relevé plus de quatre cas où cet adjecti (...)
  • 300 Ainsi ϕώκη | κῆτος : Ноm., Od. 4, 442-443. Les oiseaux sont κορώνη : Od. 5, 66-67 ; et κήξ : Od. 1 (...)

68À côté du terme prosaïque ἔνυδρος existe, pour désigner les animaux marins, un mot qui appartient au registre poétique et qui est attesté sous trois formes différentes : εἰνάλιος [einalios] (91/170), ἐνάλιος [enalios] (50/69), ἔναλος [enalos] (46/47)294. Si, globalement, les deux premiers termes sont plus archaïques que le troisième, les auteurs ne s’en tiennent pas toujours à un seul de ces adjectifs. Les avantages métriques offerts par ces différentes formes sont évidentes : on trouve ainsi, selon les cas, dans les textes homériques, la première ou la troisième forme ; et Euripide emploie alternativement les trois dans ses tragédies295. Ces adjectifs sont très appréciés et employés, tout au long de la période et au-delà, principalement par les poètes296. Ils font partie des très nombreux adjectifs composés sur ἅλς, qui signifie originellement le “sel” mais désigne surtout par extension la “mer”, à partir d’Homère297. Leur champ d’application est aussi vaste que celui d’ἔνυδρος : ils peuvent caractériser une terre, une route, une île, une pierre, une plante, etc.298. Et, à la différence de l’adjectif simple ἅλιος, il s’est employé très tôt particulièrement pour les animaux “qui se trouvent dans la mer”299. Composé sur le même modèle que ἔνυδρος, par préfixation de la préposition ἐν à un mot renvoyant à l’élément liquide, εἰνάλιος devrait voir ses emplois partagés entre deux horizons : les animaux proprement marins (poissons, cétacés, etc.), et les oiseaux de mer. Cette ambivalence est en effet sensible dans les premiers textes puisque Homère, dans les trois emplois qu’il fait de ce mot dans l’Odyssée, qualifie une fois un phoque et les deux autres fois des oiseaux300.

  • 301 On le trouve avec ϕώκη (Call., Del. 243), δελϕίς (Lyr. Adesp., Fr. 21, 1, 9), κύνες (Opp., H 5, 29 (...)
  • 302 Orph. 1, 37, 5 et 1, 78,11 ; puis : Plu. 669 d 8 ; Id. 729 e 5 ; etc. ; Opp., H 2, 420 & 638 ; etc (...)
  • 303 Cf. Or. Sib. 1, 357 et 8, 275. Voir Emp., Fr. В 72 : “εἰνάλιοι καµασῆνες” ; ce mot rare désignerai (...)
  • 304 Epicrate ap. Ath. 15, 699 f ; voir Gal., Meth. med. 10, 128, 18 ; Opp., H 3,12 ; Plu., 669 d 8 ; A (...)

69Pourtant l’adjectif n’est plus appliqué après Homère qu’aux seuls animaux vivant dans l’eau, à l’exclusion des oiseaux : il est employé comme épithète pour qualifier le phoque, le dauphin, le requin, la tortue, les calmars, les astéries, les grenouilles et divers poissons301 ; il concerne donc des espèces relevant des grandes classes d’animaux marins distinguées dans l’antiquité (céphalopodes et testacés, poissons, monstres marins) ainsi que des “amphibies”, l’absence d’un nom de crustacé n’étant sans doute que le fait du hasard. La première occurrence de la forme substantivée se trouve dans des Hymnes Orphiques, les seuls auteurs à en faire usage par la suite étant Plutarque et Oppien, Aristote n’employant que l’adjectif302. Comme il arrive pour une grande partie des termes inusités dans les ouvrages aristotéliciens, il est difficile de déterminer exactement les limites de cette classe et il est probable qu’elle n’en avait pas de précises. Il paraît clair, pourtant, d’après les emplois de l’épithète, qu’elle excluait les oiseaux, et concernait avant tout les poissons. L’adjectif est effectivement employé de façon générale avec ἰχθύς, dont il est parfois le synonyme303 ; et il apparaît surtout dans les contextes de pêche, souvent associé à θήρ304.

  • 305 Av. 3, 22 : τοὺς δ’ ἐναλίους ὄρνιθας.
  • 306 Arat., Phén. 942 ; cf. Opp., H 1,164, où l’adjectif simple ἅλιος est épithète de ὄρνις.
  • 307 Orph., H. 37,5 ; cf. Id. 78, 11 et A.P. 6, 185 : θηρῶν | οἰωνῶν | εἰνλίων. Voir Ps.-Arist., Mu. 39 (...)
  • 308 Plu. 960 a 9 ; Id. 965 e 3 ; Id. 970 b 7 ; Id. 975 f 4 ; Id. 977 e 7. Voir, d’autre part, l’opposi (...)

70Aratos, qui est le seul auteur avec Denys305 à appliquer une fois l’adjectif à des oiseaux établit une distinction entre les oiseaux de mer et les oiseaux d’étang : “souvent, des oiseaux de lac ou de mer (λιµναῖαι ἢ εἰνάλιαι ὄρνιθες) secouent longuement leurs ailes en se baignant dans l’eau”306. Outre le fait que cette distinction concerne dans le texte les oiseaux et non les poissons, elle est unique dans la littérature, et même si εἰνάλιος désigne souvent des animaux strictement “marins” il n’est jamais employé ailleurs pour marquer une opposition entre la mer et les eaux douces. Il signifie donc usuellement “aquatique”, comme on peut s’en convaincre par la fréquence des systèmes ternaires dans lesquels il figure, comme dans ces deux vers d’un hymne orphique : “les principes et les sources de tous les mortels misérables, aquatiques, volatiles, et animaux qui vivent sur la terre (εἰναλίων πτηνῶν τε καὶ οἵ χθόνα ναιετάουσιν)”307. Il apparaît même en système duel dans les traités de Plutarque sur les animaux où il est un substitut exact de τά ἔνυδρα, en face de τά χερσαῖα ou de τά πεζά308.

  • 309 L’étymologie de ce mot non grec reste obscure (voir Chantraine, DELG, s.v. θάλασσα).
  • 310 Ainsi θαλάσσιοι sont opposes aux agriculteurs, oi yewpyoi : Th. 1, 142, 7 ; cf. Hdt. 7, 144 ;
  • 311 Voir A., Pers. 558.
  • 312 Par commodité on écrit seulement θαλάσσις dans la suite pour renvoyer aux deux formes.

71Avec l’adjectif θαλάσσιος [thalassios] ou θαλάττιος (802/1439) on a affaire à un mot théoriquement de sens plus restreint, puisqu’il est censé par son origine (θάλασσα)309 désigner seulement la “mer” et non n’importe quel espace aquatique. Il est cependant beaucoup plus employé et répandu que ἔνυδρος puisqu’on le rencontre chez plus de cent vingt auteurs. Ses emplois non zoologiques sont nombreux : il s’applique à tout ce qui relève du domaine maritime (terres, îles, routes, navires...) et désigne souvent les marins, le substantif neutre τά θαλάσσια pouvant, de son côté, renvoyer vaguement aux “choses de la mer”310. Dans ces valeurs qui sont présentes chez tous les auteurs, θαλάσσιος s’oppose, au moins implicitement, à πεζóς, γεωργóς ou χερσαῖος311. Les applications zoologiques sont toutefois très abondantes bien qu’elles se rencontrent chez un plus petit nombre d’auteurs : presque toutes les occurrences de ce mot, dans les ouvrages d’Aristote (56), d’Athénée (96), de Dioscoride (69) et de Galien (116) appartiennent en effet au domaine zoologique, et l’on peut estimer que cette valeur concerne au moins la moitié du nombre total des emplois de θαλάσσις ou θαλάττιος, soit près de 350 cas312.

  • 313 Cette ambiguïté n’est pas propre aux emplois zoologiques (voir CD., 61, 9, 5, 3 ; Arist., Pr. 933 (...)
  • 314 CD. 74, 4, 2 ; cf. Arist., Pr. 897 b 14 : Διὰ τί τὰ θαλάττια ζῷα τῶν ἐν τῇ γῇ µείζω ; La répartiti (...)
  • 315 315 Lucien, VH 1, 31 ; cf. Ar.Byz., Épit. 1, 28 : οἱ θαλάσσιοι τῶν ὀρνίθων ; cf. S.E., M. 1, 264, (...)
  • 316 Ath., Epit. 2,78.

72Dans le cadre zoologique, θαλάττιος peut avoir un sens large ou un sens restreint : il renvoie soit à l’idée d’eau en général, soit à l’élément marin à proprement parler313. Il peut en effet désigner des êtres aquatiques de façon globale, comme on le voit surtout lorsqu’il est opposé à un mot qui signifie la terre : “entouré de têtes d’animaux terrestres et aquatiques (θηρίων χερσαίων τε καὶ θαλασσίων)”314 ; les oiseaux aquatiques comme les échassiers et la plupart des palmipèdes sont également appelés marins : “on pouvait même voir des oiseaux de mer (ὄρνεα θαλάττια) goélands et alcyons, faire leur nid dans les arbres”315. Cette extension est sans doute inspirée par l’opposition traditionnelle, notée par cet adjectif, entre les activités humaines qui relèvent de la mer, et celles qui relèvent de la terre ferme. Plus souvent, θαλάσσιος figure dans un système ternaire où il renvoie seulement aux animaux sub-aquatiques : “Antiochos fit amener des viandes d’animaux terrestres, d’oiseaux et d’animaux marins (θαλασσίων ζῴων) entiers, qu’on avait préparées sans les couper”316.

  • 317 Voir Ath. 6, 224 b et 7, 297 c ; Pausanias rapporte avec étonnement l’existence d’un fleuve (1, 32 (...)
  • 318 Ar.Byz., Épit. 1,23 ; cf. Ael., NA 7,7 (= Arist., Fr. 42) où le troisième terme est λιµναῖος au li (...)
  • 319 Vict. 2, 48, 25 (cf. Ath., Epit. 2, 1, 14). Aristote ajoute un quatrième terme (τελµατιαῖα), mais (...)

73Mais θαλάσσιος est aussi employé, de façon restrictive, uniquement à propos des animaux qui habitent la mer pour les différencier de ceux qui vivent dans les fleuves ou les étangs. Lorsqu’Athénée, dans son catalogue des poissons, parle de θαλάσσιαι ἐγχέλεις, c’est pour les distinguer des anguilles du lac Copaïs, tout comme il marque la différence, parmi les poissons, entre les θαλάσσιοι et les λιµναῖοι317. Aristophane de Byzance, de son côté, valorise, pour les oiseaux, la différence entre la mer et le fleuve, en opposant entre eux les biotopes marin, fluvial et terrestre : “parmi les oiseaux ailés, les uns sont marins, d’autres fluviatiles, d’autres terrestres (τῶν δὲπτερωτῶν ὀρνίθων <...> ἅ μὲν <ἐστιν> θαλάσσια, ἅ δὲ ποτὰµια, ἅ δὲ χερσαῖα)”318. La distinction la plus complète, exprimée par Hippocrate, distingue trois espaces aquatiques : “parmi les poissons en saumure, ceux de mer sont les plus secs, en second lieu ceux de rivières ; les plus humides sont ceux des lacs”319.

  • 320 Il arrive souvent que le nom de l’animal terrestre soit également accompagné d’une épithète (génér (...)
  • 321 Avec ἐχῖνος : Arist., HA 530 b 10 ; κοχλίας | κόχλος : Arist, HA 529 a 24 ; κύων : Alex., in Top. (...)
  • 322 Thphr., Fr. 6, 52, 6.
  • 323 Ainsi ὁ ποτὰµιος ἵππος (l’hippopotame : Ael., NA 7, 19) à ne pas confondre avec le cheval de terre (...)

74L’adjectif θαλάσσις sert donc à distinguer des variétés selon l’espace aquatique qu’elles occupent, mais il a une valeur classificatoire encore plus profonde, au niveau linguistique, dans la mesure où il permet très souvent, en fonction d’épithète, de différencier deux animaux homonymes. Il est en effet très fréquent que le même nom soit porté par un animal terrestre et un animal marin : dans ce cas c’est θαλάσσις qui est le plus souvent requis comme épithète discriminante pour lever l’ambiguïté320. Plus qu’une épithète, θαλάσσις constitue donc pour ainsi dire une partie du nom de bon nombre d’animaux dont les plus souvent cités sont l’oursin (ἐχῖνος), la littorine ou l’escargot de mer (κοχλίας, κóχλος), le requin (κύων ), une sorte de murène (ὄϕις), le scorpion de mer (σκορπίος), l’exocet (χελιδών ) et la tortue (χελώνη)321. Comme épithète θαλάσσιος peut également porter sur des oiseaux marins qui partagent leur nom avec des espèces ‘terrestres’, comme γλαῦξ322. Il convient de noter que tous les animaux ainsi qualifiés sont littéralement marins, même si certains d’entre eux ne sont pas exclusivement marins : si l’opposition presque systématique de χερσαῖος et θαλάσσιος pour les espèces homonymes montre bien que θαλάσσιος a ici le sens général d’ “aquatique” dans une opposition des deux éléments, il n’en reste pas moins qu’il est, là aussi, en accord avec son sens restreint de “marin”. Il arrive en outre que certains zoonymes homonymiques reçoivent l’épithète ποτὰµιος s’ils désignent des animaux qu’on ne rencontre que dans les fleuves, et si l’épithète θαλάσσιος est déjà accaparé par un autre animal marin323.

  • 324 Aristote emploie l’adjectif 39 fois, le plus souvent comme épithète, et le substantif 17 fois.
  • 325 II est en réalité impossible d’exclure l’existence de cas où τὰ θαλάσσια renvoie globalement à tou (...)
  • 326 Hdt. 2, 123 ; cf. Aret., CD 2,13,11 ; Alex., An. 67,3.
  • 327 Hp., Morb. 2,69, 15 ; et, aussi explicitement : Hp., Morb. sacr 1,32 ; cf. Hp., Affect. 1, 43, 2 ; (...)

75Hippocrate est le premier, semble-t-il, à employer la forme substantivée τὰ θαλάσσια pour désigner les animaux marins, et l’on retrouve ce substantif dans les textes de tous les auteurs cités plus haut324. Cette classe présente les deux valeurs de l’adjectif et, bien qu’aucun texte ne soit explicite sur ce point ni ne fasse état de l’élasticité de cette classe, on peut donc distinguer deux emplois distincts de la forme substantivée. Conformément à la signification globale de θαλάσσιος, τὰ θαλάσσια peut d’abord renvoyer à tous les espaces aquatiques. Dans ce cas la classe semble s’appliquer uniquement aux animaux strictement aquatiques, et elle exclut donc les oiseaux, parfois de façon explicite, dans un système d’opposition ternaire qui comprend τὰ πτηνά et τὰ χερσαῖα325. On trouve exprimée en ces termes, chez Hérodote, la bipartition du monde animal : “après avoir parcouru tous les êtres de la terre, de la mer et de l’air (τὰ χερσαῖα καὶ τὰ θαλάσσια καὶ τὰ πετεινά), <l’âme> entre à nouveau dans le corps d’un homme naissant”326. Dans les textes médicaux, le sens de τὰ θαλάσσια hésite entre “les animaux aquatiques” et “les nourritures venant de l’espace aquatique”. En effet, il n’est pas toujours facile de déterminer si le nom auquel implicitement cette désignation renvoie est ζῷα ou σιτια. Quoi qu’il en soit τὰ θαλάσσια vise toujours dans ces cas des produits animaux et non végétaux, qui sont en outre explicitement opposés aux chairs des oiseaux et des quadrupèdes : “et prends des nourritures salées et grasses, plutôt parmi les produits de la mer (<σιτιοισι> τοῖσι θαλασσίοισι) que parmi les viandes”327. Cette dernière acception ne manifeste donc pas à proprement parler un sens nouveau mais développe, sur le terrain alimentaire, la valeur générale de τὰ θαλάσσια.

  • 328 Si l’opposition terre/mer peut justifier l’agrégation aux animaux aquatiques de certains oiseaux, (...)
  • 329 Cette signification n’est pas explicitée mais elle est conforme à la subdivision établie par Arist (...)
  • 330 Cette subdivision raffinée est largement formelle, puisque les différences entre animaux marins, l (...)
  • 331 Ath. 3,120 e.

76Suivant le sens restreint de θαλάσσιoς la classe peut également (2) désigner uniquement les animaux marins par opposition aux animaux fluviaux ou lacustres. Dans ce cas également, notre terme ne s’applique pas aux oiseaux mais seulement aux marins stricto sensu328. Cette valeur précise de θαλάσσιoς qui correspond le mieux à sa signification première, semble la plus répandue dans les ouvrages spécialisés de zoologie329, mais elle n’est pas évidente dans les traités médicaux où la différence est rarement faite entre les différents espaces aquatiques, du moins par le biais des dénominations telles que τὰ θαλάσσια, τὰ λιµναῖα et τὰ ποτὰµια330 ; Athénée témoigne cependant de sa pertinence dans un contexte alimentaire : “Diphilos de Siphnos dit : les saumures faites à partir de poissons de mer τὰ ταρίχη τὰ ἐκ τῶν θαλασσίων de lac ou de fleuve sont peu nourrissantes”331.

  • 332 Arist., HA 488 b 6 ; cf. cependant ibid. 490 b 30, où τὰ θαλάσσια pourrait bien avoir le sens (1).
  • 333 Cette distinction n’est en effet reprise, à travers les formes adjectivales, que pour les poissons (...)

77Aristote qui n’emploie apparemment le substantif que dans le sens (2) subdivise cette classe en trois sous-classes : ceux qui vivent en pleine mer (πελὰγια), ceux qui vivent près de la côte αἰγιαλώδη et ceux qui vivent parmi les pierres πετραῖα332. La nature de ces différences, qui sont surtout pertinentes (et d’usage) dans le domaine purement ichtyologique, témoigne de la place prépondérante et pour ainsi dire paradigmatique des poissons dans cette classe333.

  • 334 Le mot νηκτικóς n’est employé qu’une fois dans un epitomé d’Élien (Ar.Byz., Épit. 2, 112) et, aux (...)
  • 335 Cf. Orac. Sib. 1, 209 (οὐ ζῷα νηκτά θάλασσαν ὅλως ἔτι νηχήσονται).
  • 336 Anacr., Fr. 24, 5.
  • 337 Oracula Sibylla (5), Plutarque (3), Clément d’Alexandrie (3), Flavius Josèphe (3), Clément de Rome (...)
  • 338 Voir Vert. Val. 344, 15 (νηκτóν πλῆθος ἰχθύων).
  • 339 Ptol., Tetr. 2, 8,8-9.
  • 340 Hdn., Part. 1,91,7.
  • 341 Ph., Opif. 63,11. Les 11 occurrences du mot dans l’ouvrage de Philopon qui porte le même titre et (...)
  • 342 Voir Sph. 220 a 9 et s.v. νενστικóς.
  • 343 Le mot πτερύγιον qui désigne généralement les nageoires peut, à l’occasion, désigner les ailes des (...)

78Les animaux aquatiques peuvent également être désignés par le mot νηκτóς [nêktos] (27/104), ou éventuellement νηκτικóς [nêktikos] (8/8) ou νηχώµενος [nêchômenos] (3)334. Ces trois termes ont en commun de dériver de la même racine et d’appartenir à la famille de νήχω, “nager”335. Non seulement cet adjectif est rare (26/90) mais ses occurrences sont très dispersées puisqu’on le rencontre dans treize textes différents ; il apparaît pour la première fois dans une œuvre lyrique d’Anacréon, sous la forme d’un neutre substantivé, où il fait référence “la faculté de nager (τò νηκτóν)” que la nature a donné aux poissons336. Ce mot, dont les emplois sont globalement tardifs337, désigne les animaux aquatiques, de façon trop vague pour qu’on puisse discerner les marges de son champ d’application même si, comme pour πλωτóς, les poissons représentent la catégorie de référence338. La classe comprend tous les animaux aquatiques, d’après Ptolémée qui décrit ainsi l’action des constellations sur les êtres vivants correspondants : “les signes qui nagent (τοῖς νηκτοῖς) exercent leur action sur les animaux aquatiques et les poissons (τὰ ἔνυδρα καὶ τοὺς ἰχθύς ) ; et parmi eux les signes marins comme le Crabe, le Capricorne et le Dauphin agissent sur la faune marine et la navigation des flottes tandis que les signes fluviaux comme le Verseau et les Poissons ont à voir avec la faune des fleuves et des sources ; quant à Argô, son action s’exerce sur les deux types de genres d’animaux (ἀµϕότερα τὰ γένη)”339Hérodien dans ses Partitions donne même ce mot comme un synonyme d’ἰχθύες : “nager = flotter, d’où nageurs = les poissons (νήχω, τò πλέω, ὅθεν καὶ νηκτὰ οἱ ἱχθύες )”340. Mais Philon considère que ce mot exprime une qualité commune des poissons et des oiseaux, qu’il qualifie également de νηκτά, justifiant ainsi leur création simultanée (le cinquième jour) racontée dans la Genèse par le fait qu’elles glissent également dans leur milieu : “et dès le début, il a fait des espèces des oiseaux pour ainsi dire des sœurs (ἀδελϕά) des espèces d’animaux qui sont dans l’eau - car les deux genres sont nageurs (νηκτά ) - sans laisser aucune espèce d’oiseau inachevée”341. Philon reprend là une proposition de Platon342, qui ne devait pas paraître absurde à Aristote puisqu’il note lui-même à plusieurs reprises l’analogie qui existe au niveau à la fois anatomique et locomoteur entre les “nageant” et les “volant”, et qui est sensible jusque dans le vocabulaire descriptif de leurs organes de locomotion (πτερύγια)343.

  • 344 Anon. Med. 1,2, 9 (ἐν νηκτοῖς ϕώκη) ; S.E., M. 9, 171,4 (“la grenouille et le dauphin sont par nat (...)
  • 345 Orac. Sib. 1, 8, 354 ; cf. Plu. 636 e 4. Les prédictions contenues dans le recueil des Oracula Sib (...)

79Néanmoins les seuls exemples donnés de cette “classe” sont le phoque, le dauphin et la grenouille, tous animaux pourvus d’organes natatoires344. D’après les contextes on doit estimer que les testacés, par globalisation, ont pu être implicitement compris sous cette dénomination, mais que les oiseaux, malgré l’exception philonienne, ne le sont jamais. Le premier emploi du substantif τὰ νηκτά pour désigner des animaux aquatiques est difficile à dater : Plutarque en donne la première occurrence sûre, mais l’oracle sibyllin qui contient également ce substantif paraît être d’une rédaction antérieure : “les tribus des quadrupèdes, des nageurs et des oiseaux au grand vol (ϕῦλα τετραπóδων νηκτῶν τε καὶ ὀρνίθων πετεηνῶν)”345.

  • 346 Voir Plu. 976 c 10 et LXX, Sap. 19, 19, 2.
  • 347 Plu. 636 e 4 (l’auteur ajoute à cette liste ἀµϕἰβια, et des classes qui relèvent d’un autre princi (...)
  • 348 Voir Ps.-Arist., Mu. 398 b 29 sq.
  • 349 Voir e.g. Plu. 991 d 5 (οὔτε τι πτηνòν οὔτε νηκτòν ώς ἔπος εἰπεῖν οὔτε χερσαῖον) ; τò νηκτóν est o (...)

80Il n’est presque jamais employé dans un contexte précis, mais sert essentiellement à marquer le biotope marin dans les systèmes ternaires qui expriment la tripartition élémentaire du monde animal346. Plutarque soutient dans un Propos de table qu’il se trouve des espèces ovipares parmi les νηκτά, les πτηνά et les χερσαῖα, c’est-à-dire dans l’ensemble du monde animal347. Aristote ne l’emploie pas, même quand il traite du mode de locomotion des animaux (IA) mais le traité pseudo-aristotélicien Du monde, qui l’utilise comme adjectif avec fonction d’épithète, lui donne exactement la même extension que le mot ἔνυδρον en mettant en parallèle les triades (ζῷον) ἔνυδρον | χερσαῖον | πτηνόν, et νηκτóν | χερσαῖον | ἀέριον348 ; Plutarque et Galien l’emploient également au neutre avec un sens abstrait349. On retrouve ce système ternaire sous diverses formes chez de nombreux auteurs qui substantivent l’adjectif :

    • 350 Clem. Al., Paed. 12, 99, 2,4.

    “il apprivoise les bêtes, prend à l’hameçon les nageurs, et extermine les oiseaux (θηρὶα τιθασεύεται καὶ νηκτά δελεάζεται καὶ πτηνὰ κατασύρεται)”350 ;

    • 351 Clem. Al., Protr. 94, 2, 6.

    “les oiseaux, les nageurs et les animaux de la terre (τὰ πτηνά καὶ τὰ νηκτὰ καὶ τὰ ἐπὶ τῆς γῆς)”351 ;

    • 352 Clem. Rom., Hom. 3, 36, 3.

    “chasser les nageurs, les oiseaux, les bêtes (νηκτὰ πτηνὰ θηρἰα ἀγρεύειν)”352 ;

    • 353 J., AI 1, 102, 5 ; voir encore πεζά | νηκτά | πετεηνά (Orac. Sib. 8, 453) ; τετράποδα | νηκτά | ὄρ (...)
    • 354 Cette triade s’élargit parfois à ἑρπετὰ, κτήνεα,... (voir Clem. Al., Strom. 5, 40, 2 ; Clem. Rom., (...)

    “les animaux terrestres, les nageurs, et tous ceux qui se tiennent et se suspendent dans les airs (τῶν τε χερσαίων καὶ νηκτῶν καὶ ὅσα τὴν µετάρσιον αἰώραν ἔχει καὶ ϕορὰν)”353 ; etc.354.

  • 355 Aristote (4) ; Michel d’Ephèse (8).
  • 356 À savoir GA, HA, PA et IA. Quatre auteurs seulement utilisent ce mot : Aristote et Michel, Platon (...)

81L’adjectif νευστικóς [neustikos] (19/27) est le mot qu’Aristote utilise de préférence pour désigner les animaux nageurs. Plus explicite, le sens de ce mot est également plus précis, et le terme apparaît du coup plus technique. Dérivé de qui νέω a le même sens et globalement les mêmes applications que νήχω, il est surtout classique, et presque exclusivement aristotélicien355 ; et on le rencontre dans tous les grands traités aristotéliciens356

  • 357 Thphr., Phys. op. 12,98 ; Ph., Aet. 136, 5. Le texte, dans les deux cas, désigne une pente.
  • 358 PL, Sph. 220 a 9-b l.
  • 359 Voir PA 642 b 5 sq
  • 360 Cf. Pl., Tim. 40 a 2 sq., où Platon distingue quatre genres vivants et divise en trois les vivants (...)
  • 361 Voir s.v. νηκτóς
  • 362 Philopon, qui insiste sur les analogies entre “nageant” et “volant”, ne se fait pas faute de préci (...)

82Si l’on met de côté l’homographe rare νευστικóς qui provient de νεύειν (et signifie “inclinant vers”) il reste à distinguer trois emplois distincts de νευστικά357. Son sens le plus large, qui est aussi son sens original, est attesté dans un passage du Sophiste de Platon, grand amateur de noms en -ικóς. Dans son entreprise de division bipartite et systématique du monde animal, sa première distinction sépare en effet τò μὲν πεζοῦ γένους<εἶδος> et τò δὲ νευστικοῦ γένους <εἶδος>358. Selon cette division, le deuxième genre rassemble les animaux de l’air et ceux de la mer, comme Platon l’explicite aussitôt : “dans le genre nageur, nous distinguons la tribu des animaux qui volent (πτηνóν) et celle des aquatiques (ἔνυδρον)” Même si Aristote ne met pas directement en cause ce passage dans sa critique de la diérèse platonicienne359, il est évident que cette curieuse et exceptionnelle réunion sous un vocable des animaux ailés et aquatiques est en grande partie motivée par l’exigence dogmatique de procéder, par principe, à une division bipartite360. On aurait tort pourtant d’y voir une catégorie tout à fait artificielle puisque Philon, dans son traité sur la création du monde, présente ces deux familles animales comme jumelles et qu’Aristote reconnaît leur parenté361. Si, dans les autres textes, c’est la locomotion qui paraît être le critère retenu comme discriminant pour cette classe, dans le discours platonicien, en revanche, ce terme semble moins caractériser une locomotion particulière (qui se ferait par d’autres organes que les pieds) qu’évoquer l’idée d’une suspension dans l’eau ou dans l’air, sans soutien physique “solide”362.

  • 363 Arist., GA 715 a 27.
  • 364 L’adjectif νευστικóς peut toutefois, comme attribut, qualifier un animal qui sait nager : l’oiseau (...)
  • 365 Arist, HA 487 b 6 sq.

83Dans les ouvrages aristotéliciens τὰ νευστικά s’applique uniquement aux animaux marins et se trouve opposé à τὰ πτηνά et à τὰ πεζευτικά363. Cette valeur spatiale n’est pourtant pas très représentée dans les textes du Stagirite et ce terme désigne bien plus fréquemment stricto sensu les animaux qui sont conformés pour la nage sous-marine. Non seulement τὰ πλωτά τῶν ὀρνίθων en sont exclus mais également les animaux marins qui, anatomiquement, sont destinés à la marche ou immobiles364. Aristote donne en effet un tableau particulièrement précis des différents groupes d’animaux aquatiques distingués selon leur mode de déplacement, qui met en valeur le fait que la marche et la nage sont en quelque sorte deux options divergentes des êtres marins. Il distingue cinq groupes distincts : (1) les animaux qui vivent attachés (τὰ µóνιµα), (2) les animaux qui vivent tantôt attachés, tantôt détachés (ἅ προσϕύεται καὶ ἀπολύεται), (3) les animaux qui n’ont pas de points d’attache mais restent immobiles (ἀπολελνμένα μέν, ἀκίνητα δέ), enfin (4) les nageurs (νευστικά) et (5) les marcheurs (πρευτικά)365. Aristote doit reconnaître qu’ἔνυδρος et νευστικóς ne sont pas des synonymes.

  • 366 Arist, HA 487 b 15 sq.
  • 367 Arist, PA 684 a 18. Le crabe ne nage pas (ὁ δὲ οὐ νευστικóς : Id., IA 713 b 30) car c’est un anima (...)
  • 368 Voir Arist, PA 685 a 15 : “les seiches et les calmars ne sont pas comme les poulpes vu que les pre (...)
  • 369 C’est le sens de la phrase suivante : “aucun animal ne se borne à voler à la différence du poisson (...)

84Il procède même, à cette occasion, à un éclatement des classes canoniques que sont les céphalopodes (µαλάκια) et les crustacés (µαλακóστρακα), dont certains sont exclus du groupe commun des marins mobiles dans la définition restrictive de τὰ νενστικά : “d’autres sont des nageurs (νευστικά), par exemple les poissons, les céphalopodes, et les crustacés comme les langoustes ; d’autres sont des marcheurs (πορευτικά ), par exemple le genre des crabes ; ceux-ci en effet sont des marcheurs, bien qu’ils soient aquatiques”366. Il écarte ainsi plusieurs fois du nombre des νενστικά le crabe (καρκίνος ) bien qu’il considère que les crustacés globalement y appartiennent à l’instar de la crevette qui n’a “pas moins de dispositions à marcher qu’à nager (µὴ) νευστικώτερά ἐστιν ἢ πορευτικώτερα)”367. Cette dernière formule, dans laquelle le mot νευστικóς est au comparatif, laisse entendre qu’il y a en fait des animaux qui sont plus “nageurs” que d’autres, et qu’existe une gradation à l’intérieur même des classes naturelles puisque le crabe, mais aussi le poulpe, hésitent entre la nage et la marche368. A cet égard, les “nageurs” par excellence sont les poissons qui n’ont aucun autre moyen de locomotion possible369.

  • 370 Ce mot qui a le sens de “sous-marin” en grec moderne est employé pour la première fois par Eschyle (...)
  • 371 Luc, Lex. 6, 8 ; cf. Luc, Dips. 3, 8 (τὰ ὑποβρύχια ἑρπετὰ ). Lucien évoque des serpents fabuleux (...)
  • 372 Oppien, qui emploie ce mot neuf fois dans les Halieutiques, ne lui donne jamais ce sens.

85Il n’existe pas d’autre mot qui embrasse un aussi grand nombre d’animaux marins que les cinq termes que nous avons étudiés. ϒποβρύχιος [hupobruchios] (56/228) mérite cependant une brève mention. Il signifie d’ordinaire “submergé” ou “sous les flots”, et s’applique aux personnes, aux travaux de la mer, et dans le vocabulaire médical aux fièvres rampantes370. En deux occasions pourtant, chez Lucien, il qualifie des animaux : il est une fois épithète d’ἐρπετὰ, où il se trouve glosé par ϕωλεύοντα avec le sens de “qui vit sous terre” ; et dans un autre texte il se trouve employé comme substantif pour désigner les animaux marins dans leur ensemble : “parmi les animaux des fonds marins (τῶν ὑποβρυχίων), un grand nombre de sélaciens et tous ceux qui ont la peau comme une coquille (ὀστράκινα)”371. Cette acception reste pourtant exceptionnelle372.

  • 373 Littéralement l’adjectif ἀµϕίβιος signifie “qui mène une double (ἀµϕί) vie (βίος)”, ou “qui s’adap (...)
  • 374 Thphr., HP 1,4, 3.
  • 375 Les animaux amphibies sont un témoignage zoologique de la conjonction des éléments (voir Opp., H 1 (...)
  • 376 Thphr., Fr. 171.
  • 377 Democr., Fr. A 155 b.
  • 378 Voir Ar.Byz., Épit. 1, 1 ; Ap., Mag. 38 ; Ael., NA 11, 37 (= Arist., Fr. 281).
  • 379 Ar.Byz., Épit. 1,1 ; Ael. NA 11, 37 ajoute le castor (κάστωρ).
  • 380 Voir des détails en Ar.Byz., Épit. 2, 37 sq.
  • 381 Strab. 1, 16, 17 ; cf. Plat., Spur. 368 b 7 : “l’homme aux pieds sur terre (ἐπίγειος) s’est jeté à (...)
  • 382 Batrach. 1, 59.
  • 383 Dsc. 2, 24, 1,2 ; Ael., NA 6, 34.
  • 384 Arist., Fr. 320, ap. Ath. 7, 306 b ; cf. Opp., H 1,306.
  • 385 Opp., H 1,281-82
  • 386 Opp., H 1, 306 (πoνλύπoδες) et 307 (òσµύλος) ; cf. Eust., in Od. 1,225,19.
  • 387 Opp., H 1, 307. La murène également selon Marcellus, Fisc Frg. 48 ; et d’autres poissons (Dionys, (...)
  • 388 Pour Philopon ἀµϕίβια désigne tous les animaux qui ont affaire avec l’eau sans être des poissons : (...)
  • 389 Dionys., Av. 2, 1. Les exemples donnés ensuite sont : καταράκτης (oiseau des ravins), τροχίλοι (pl (...)
  • 390 Il est aussi employé pour dénoter une ambiguïté sexuelle (Luc, Astr. 11,6 : Tirésias) ; Clem. Alex (...)
  • 391 Ath. 7, 353 f ; cf. Arist., HA 552 b 10. Dans tous les genres, dit Plutarque, on trouve des animau (...)

86Le dernier terme de cette section s’applique aux animaux ambigus qui sont “à cheval” sur la mer et la terre. Initialement, le terme ἀµϕίβιος [amphibios] (51/100)373 désigne en effet tous les animaux (ou les plantes)374 qui vivent tantôt sur la terre ferme, tantôt dans la mer375. Théophraste s’intéresse au cas de ces animaux dans son traité intitulé “Sur les poissons qui vivent au sec (περὶ ἰχθύων τῶν ἐν τῷ ξηρῷ διαµενόντων)”376 ; il traite dans le fragment conservé de l’exocet (ἐξώκοιτος), et semble inclure dans ce groupe tous les animaux marins qui s’enterrent (τὰ ὀρνκτά) dans la boue ou le sable lors de l’assèchement de leur lieu de vie. Ces réflexions, qui s’inspirent de travaux de Démocrite, visent surtout à aborder la question de la respiration des animaux amphibies : “il est clair que <ceux qui s’enfoncent dans le sable> ont l’humidité pour milieu. Et il est bien plus vraisemblable que pour ceux qui s’enfouissent (τοῖς ὀρυκτοῖς) et pour les autres, qu’ils soient uniquement <aquatiques> ou amphibies (τοῖς μὲν ἁπλῶς, τοῖς δ’ ὡς ἀµϕιβίοις), comme le pense Démocrite, il leur arrive la même chose qu’à d’autres animaux : quelques-uns tirent parti de l’air, de la manière que nous avons précédemment décrite”377. Ce vocable est toutefois considéré par Aristophane de Byzance, Apulée et Élien comme un terme typiquement aristotélicien... alors que le Stagirite ne l’emploie jamais dans ses traités conservés378. L’Alexandrin en donne la définition suivante : “on appelle amphibies (ἀµϕίβια ὠνόµασται) tous les animaux qui vivent dans l’eau et sur la terre ferme, comme l’hippopotame, la loutre et le crocodile. On peut dire aussi que l’homme est amphibie : il y a en effet des hommes qui vivent à la fois dans l’humide et dans le sec (οἵ ἅμα καὶ ἐν τῷ ύγρῷ καὶ ἐν τῇ ξηρᾷ διαιτῶνται), comme en Egypte et dans de nombreux autres endroits”379 ; ces Egyptiens amphibies (peut-être des siréniens si ce ne sont pas des hommes) qui vivraient dans l’eau le jour et sur terre la nuit380, ne sont pas une exception car, littéralement, on peut dire, selon Strabon, que les hommes sont effectivement amphibies : “nous sommes en effet, d’une certaine façon, des amphibies et pas plus des êtres terrestres que des êtres aquatiques (ἀµϕίβιοι γὰρ τρόπον τινά ἐσµεν καὶ οὐ µᾶλλον χερσαῖοι ἤ θαλάττιοι)”381 Outre les animaux précités, peuvent être encore rangés parmi les “amphibies” la grenouille382383, le castor384, le triton, les crabes, crevettes et pagures385, le poulpe386, et selon Oppien, qui les évoque abondamment, les reptiles marins (ἑρπυστῆρες ἁλός) comme la scolopendre387 : “eux aussi sont amphibies”, οἱ δὲ καὶ αὐτοὶ / ἁµϕίβιοι388. Cet ensemble intègre donc des sujets de presque tous les groupes animaux, y compris les oiseaux : “il faut maintenant parler des oiseaux amphibies (περὶ τῶν ἀµϕιβίων ὀρνέων), de tous ceux qui aiment la mer, s’établissent sur les promontoires et nichent en bord de mer (ταῖς ἀκταῖς ἐϕιζάνονσι καὶ πρòς τοῖς αἰγιαλoῖος ποιοῦνται τὰς καλιάς). Il y en a un grand nombre d’espèces de toutes sortes car la mer ne nourrit pas moins d’oiseaux que la terre ; et en fait les oiseaux amphibies et les oiseaux terrestres n’ont pas la même nature (oὐ µὴν μία ϕύσις τούτοις τε καὶ τοῖς χερσαίoις ἐστίν)”389. Malgré l’absence de limites précises, due aux emplois extrêmes de l’adjectif390, il faut noter que les amphibies forment un groupe nettement constitué, qui est mis sur le même plan que les terrestres, les aquatiques et les volatiles : “certains animaux sont terrestres, d’autres aquatiques, d’autres ignés, <...> d’autres amphibies, comme l’hippopotame, le crocodile et la loutre”391.

Les biotopes régionaux de la mer

  • 392 Les adjectifs qui apparaissent entre parenthèses sont signalés en note à la fin de la rubrique con (...)

87Le mot “mer” est ici employé de façon large pour tous les espaces aquatiques. Toutes les distinctions topographiques opérées par les géographes dans ce domaine (et qui vont bien au-delà de l’opposition entre régions d’eau douce et régions d’eau salée) sont utilisées dans le cadre zoologique et créditées d’une pertinence à la fois biologique et diététique. Parmi les biotopes aquatiques sont privilégiées dans l’usage zoologique les différences marquées par l’espace maritime, les rochers (marins) et leur pourtour, l’espace fluviatile, et l’espace lacustre ; mais les distinctions sont en fait plus nombreuses et représentées par les termes suivants : πελάγιο∑, πετραῖο∑, ποτάµιο∑, (εὐριπώδη∑), λιµναῖο∑, (ἕλειο∑), τελµατιαῖο∑, (τεναγώδ∑), πρóσγειο∑ , παράγειο∑, αἰγιάλειο∑ , αἰγιαλώδη∑, ἀκταῖο∑392.

  • 393 Cette notion de haute mer est elle-même assez imprécise, surtout en l’absence de port ou de rade. (...)
  • 394 Strabon (36), Diodore de Sicile (20), Plutarque (19), Appien (7), Arrien (5), Thucydide (4), Denys (...)
  • 395 A., Pers. 427 et 467 ; cf. πελαγα θαλάσσα (Dsc. 2, 76, 5 ; Ibid. 2,83,1 ; Ibid. 5,72,2 ;...) ; et (...)
  • 396 Ainsi ἂκρα (Plb. 1, 2 9, 2 ; etc.) ; et surtout νῆσος (D.S. 3, 38, 4, 11 ; Str. 1, 2, 2 3, 2 ; Id. (...)
  • 397 Il qualifie des hommes (Æsop. 81 ; Th. 8, 4 4, 3 ; Plu., Dio 25,10 ;...) ou des navires (Th. 8,39, (...)
  • 398 Aristote (15), Galien (17), auxquels il faut ajouter une occurrence chez Euripide (1/4), Aristopha (...)
  • 399 Cela est évident dans tous les passages aristotéliciens (15) ; la rigueur lexicale dont Aristote f (...)

88Si les animaux marins sont le plus souvent groupés de façon grossière sous un vocable commun, il leur arrive d’être rattachés à des biotopes plus précis. L’adjectif πελάγιο∑ [pelagios] (197/307), de πέλαγο∑ (mer, haute mer) sert à distinguer des autres espaces aquatiques le domaine marin et plus précisément la haute mer393. Ce terme appartient avant tout au lexique des géographes et des historiens394. Dans les Perses d’Eschyle, où se trouve la plus ancienne occurrence, il est épithète de ἅλ∑395. L’adjectif renvoie, plus généralement, à tout ce qui se trouve dans la mer ou bien relève de l’espace maritime et détermine surtout promontoires et îles396. Plus souvent encore, πελάγιο∑ est employé en apposition pour des marins ou des navires qui sont en pleine mer397. Aristote, Athénée et Galien sont pour ainsi dire les seuls à utiliser πελάγιο∑ comme adjectif classificatoire ou discriminant à propos d’animaux (39/187)398. Alors que cet adjectif a, dans les emplois non zoologiques, un sens souvent imprécis, dans la plupart des occurrences qui nous intéressent-ils désigne clairement et strictement des animaux de haute mer399.

  • 400 Arist., HA 488 b 7.
  • 401 Gai., Rébus boni malique sud 6, 762, 14.
  • 402 Arist., HA 602 a 15.
  • 403 Arist., HA 598 a 2 ; voir ibid. 525 a 15 ; Id., Fr. 327, 9 ; cf. aussi Ath. 7, 315 b. Ces deux adj (...)
  • 404 Gal., Sanitat. 6, 333,6 ; cf. ibid. 6,435, 1 ; Aliment, fac. 6,719, 10 ; ibid. 6, 721, 1 ; Id., Re (...)
  • 405 Gal., Puer, epilept. 11, 373, 6. Les sélaciens sont, d’ordinaire, rangés parmi les poissons πελάγι (...)

89Aristote, le premier, établit nettement une distinction entre trois biotopes marins, qui concerne l’ensemble de la faune marine : “parmi les animaux marins, les uns vivent en haute mer, d’autres sur le bord du rivage, d’autres dans les rochers (καὶ τῶν θαλαττίων <ζῴων> τὰ µὲν πελάγια, τὰ δ’ αἰγιαλώδη, τὰ δὲ πετραῖα)”400. Nous retrouvons, à une petite variation lexicale près, la même tripartition marine chez Galien, où elle ne concerne que les poissons : “et encore les poissons de roche, les poissons du littoral et les poissons de haute mer (ἔτι τε πετραίων ἰχθύων αἰγιαλείων τε καὶ πελαγίων)”401. Mais, en général, y compris dans les textes aristotéliciens, les animaux marins de roche et du littoral se trouvent évoqués par un seul mot, et la distinction entre biotopes marins est réduite à deux termes. Aristote s’appuie de préférence sur une distinction strictement spatiale, qui se réfère à l’appréciation des navigateurs et des marins et qui distingue haute mer et littoral : “d’autres part, le lieu où vit chaque espèce a de l’importance pour sa santé (τóποι δ’ἑκάστοι∑ σήµφέροήσι πρò∑ εὐθηνίαν). Les poissons qui sont faits naturellement pour rester près des côtes ou en haute mer doivent vivre dans l’un ou l’autre de ces endroits, ceux qui sont faits pour les deux habitats (ὅσα ἐπαµφοτερίζει) s’y rencontrent indifféremment”402. Plutôt que παράγειο∑ ou αἰγιαλώδη∑, Aristote emploie le plus souvent l’adjectif πρσγειο∑ pour désigner les animaux du littoral : “les <poissons> qui vivent près de la terre (οἱ πρóσγειοι) sont meilleurs que ceux qui vivent en haute mer”403. Galien, pour sa part, use presque toujours d’une distinction directement liée à la pêche et au savoir des pêcheurs, qui oppose les animaux du large et les animaux de roche : “la plupart des poissons, qu’ils soient de roche ou de haute mer (ὅσοι πετραῖοί τε καὶ πελάγιοι)”404. Mais chez Galien la perspective est moins globale que chez Aristote, puisque ces adjectifs ne s’étendent pas à tous les animaux marins mais seulement aux poissons ; il exclut même parfois de ces deux classes les poissons sélaciens, ne retenant que les poissons à écailles405.

  • 406 Voir Diphilos, ap. Ath. 8, 355 b. Athénée n’emploie l’adjectif que pour les poissons (7, 320 d).
  • 407 Ainsi τεῦθο∑ (HA 524 a 32) ; τεήθί∑ (PA 679 a 14) ; πολύποή∑ (HA 525 a 15) ; καρκίνοι (ibid. 684 a (...)
  • 408 Arr., Ind. 26,7,2. Voir Plu. 581 f 10.

90La spécialisation de πελάγιο∑, surtout en opposition avec πετραῖο∑ pour les poissons semble dominer à partir du iiie siècle au moins, et l’on trouve souvent dans ce sens l’adjectif au masculin pluriel accompagné seulement de l’article : οἱ πελάγιοι (scil. ἰχθῦς)406. C’est en fait la seule acception dans laquelle il a une pertinence zoologique et diététique : quand il est employé pour d’autres animaux il a une valeur simplement topographique. Aristote, qui emploie couramment πελάγιο∑ pour les poissons, est aussi le seul auteur à appliquer cet adjectif à des animaux marins autres que les poissons : calmars, grands calmars, poulpes et crabes407. Ce mot détermine même en deux occasions des oiseaux (dans des textes non zoologiques) : “il dit que la chair des moutons a un goût de poisson, comme celle des oiseaux de haute mer (τῶν ὀρνίθων τῶν πελαγίων)”408.

  • 409 Gai., Aliment, fac. 6, 708, 16 ; cf. Id, Meth. med. 10,549 1 ; et pour distinguer deux espèces (ou (...)
  • 410 E., Hipp. 1274-7.
  • 411 D.S. 19, 17, 3, 13.
  • 412 Arist., HA 621 b 23 (voir ibid. 602 a 16). Le neutre pluriel ne se rencontre nulle part ailleurs q (...)

91Πελάγιο∑ a aussi une valeur discriminante puisqu’il sert, en fonction d’épithète, à distinguer dans un même genre deux espèces voisines aux habitats différents : “c’est pourquoi les diverses sortes de capitons présentent une grande différence entre eux au point que les capitons de mer semblent appartenir à un autre genre (ὡ∑ δοκεῖν ἕτερον εἶναι γένο∑ τοῦ πελαγίοή κεφάλοή) que ceux qui vivent dans les lacs, les fleuves, les étangs où les canaux qui évacuent les ordures des villes”409. Si l’adjectif a indubitablement une grande pertinence classificatoire, surtout pour distinguer les poissons, il faut remarquer qu’il n’est presque jamais substantivé. Euripide, qui emploie τὰ πελάγια dans un passage lyrique, lui donne une extension très lâche puisque ces animaux sont opposés à ceux de la montagne : “Éros adoucit le naturel des petits animaux de la montagne, de la mer (ὀρεσκóων σκήλάκων πελαγίων τε), et de tous ceux que la terre porte”410. Dans le passage suivant de Diodore de Sicile le sens paraît plus fin : “<ce fleuve> se déverse dans la mer Erythrée et contient de nombreux poissons de mer et des bêtes parmi celles qui vivent en haute mer (θηρία τῶν πελάγιων) et qui sont surtout visibles aux débuts de la canicule”411. Et les deux occurrences du neutre pluriel qu’on rencontre chez Aristote, une fois à propos des animaux marins en général et une fois à propos des seuls poissons n’autorisent pas à attribuer à τὰ πελάγια le statut d’une classe indépendante et consistante : “les poissons qu’on trouve autour de Lesbos, tous ceux de haute mer comme ceux qui habitent le détroit (τὰ πελάγια π ντα καὶ τὰ εὐριπώδη), déposent leur frai dans le détroit”412.

  • 413 Nous ne tenons pas compte, dans ce chiffre, des cas où πετραῖο∑ est prénom ou nom propre.
  • 414 A., Pr. 1019 ; S., Phil. 459 ; E., Cycl. 382 et 401 ; A.R. 2, 705 ; Opp., H 4, 480 ; etc. (et un e (...)
  • 415 Voir Nicandre, ap. Ath. 9, 371 c ; Gal., Simp. med. 12,133, 17 ; Dsc. 4, 9, 1, 1 ; etc. C’est auss (...)
  • 416 Alexandre d’Aphrodise (3/3), Anaxippe (1/1), Archigène [Apamée] (1/1), Aratos (4/4), Aristophane d (...)

92L’adjectif qui forme le plus souvent système avec πελάγιοσ est πετραῖο∑ [petraios] (182/305)413, formé sur πέτρα (rocher). À la différence de πελάιο∑ cet adjectif est très nettement consacré à qualifier des animaux, et c’est à peine si l’on rencontre ce terme, çà et là, dans des textes poétiques, avec les valeurs courantes de l’adjectif πετρώδη∑ qui, pour sa part, détermine exclusivement des réalités géologiques414. Seule exception notable, l’emploi dans les textes scientifiques du substantif τò πετραῖον ou de la locution τò σύµφήτον πετραῖον désigner des plantes précises415. Dix-sept auteurs emploient ce mot comme classème pour un ensemble de poissons : les poissons de roche ; et la grande diversité des textes (essentiellement médicaux, zoologiques, gastronomiques et comiques) prouve que cette appellation est nettement établie416.

  • 417 Ps.-Hp., Ptol. 1,485,18.
  • 418
  • 419 Diphilos ap. Ath. 8, 355 b ; Gal., Sanitat. 6, 333,6 ; ibid. 6,434,15 ; Id, Aliment, fac. 6,719, 6 (...)
  • 420 Il n’est que de comparer le nombre des occurrences respectives de πετραῖος et de πελάγιος avec une (...)
  • 421 Τὰ πετραῖα (sc ζῷα ?) : Arist., HA 598 a 16 ; cf. ibid. 538 a 30 ; ibid. 543 a 5 ; ibid. 598 a 12  (...)
  • 422 Aret., S.D. 1, 10, 9, 4.

93C’est dans un traité du Pseudo-Hippocrate que se trouve la première définition des poissons de roche : “sur les poissons de roche : on appelle poissons de roche les poissons qui vivent là où il y a des rochers ou près des escarpements rocheux (περὶ τῶν πετραίων πετραίοή∑ ὀνοµάζοήσιν ἰχθύα∑ τοὺ∑ διατρίβοντα∑ ἔνθα πέτραι καὶ ἀκταί εἰσιν)”417. Cette définition sans surprise est reprise plus longuement au iie siècle par un autre médecin, Galien : “sur les poissons de roche : les poissons de roche sont ainsi nommés en raison du lieu de vie où on les trouve (πετραίοή∑ ὀνοµάζοήσιν ἰχθύα∑ ἀπò τῶν χωρίων, ἐν οἶ∑ εὑρίσκονται διατρίβοντε∑) ; ce n’est pas près des grèves plates, terreuses ou sablonneuses qu’ils se cachent et qu’ils fraient mais là où il y a des pierres et des escarpements rocheux (πέτραι τινέ∑ καὶ ἀκταί)418 ”. Notre classe s’oppose en maints endroits, comme on l’a vu, à celle des poissons de haute mer419 ; mais oἱ πετραῖοι (scil. ἰχθῦ∑) est aussi employé indépendamment de tout système et déborde largement cette distinction420. La consistance de ce classème peut se mesurer au fait que πετραῖο∑, à partir d’Aristote, apparaît beaucoup plus souvent au neutre pluriel substantivé pour désigner les poissons, que son homologue πελάγιο∑ : “mais ces poissons présentent aussi des différences suivant les lieux : ainsi, près de la Crète, les goujons et tous les animaux de rochers (τὰ πετραῖα) deviennent gras”421. Il peut même être tout bonnement apposé aux autres animaux de la mer, comme s’il visait un espace indépendant ou un cadre autonome : “s’il n’est pas enroué, il faut lui donner parmi les animaux de mer et de roche (θαλασσίων ἢ πετραίων) ce que la région peut offrir de meilleur”422.

  • 423 Hp., Vict 2, 48. Voir aussi Mnésithée (Fr. 38, 49), qui emploie également l’adjectif κήµατοπλῆγε∑ (...)

94Cet ensemble jouit en effet d’une grande homogénéité, en face des πελάγιοι qui comprennent des classes aussi diverses que sélaciens, poissons migrateurs et cétacés. Cet avantage est net dans le traité hippocratique du Régime où apparaît la première occurrence de cette classe d’emblée nettement identifiée et qui est distinguée des poissons migrateurs (οἱ δὲ πλανῆται καὶ κήµατοπλῆγε∑), des poissons de vase (ὁκóσοι δὲ τῶν ἰχθύων ἐν τοῖσι πηλώδεσι καὶ ὑδρηλοῖσι χωρίοισι τὰ∑ τροφὰ∑ ἔχοήσιν), des poissons de rivière (οἱ δὲ ποτὰµιοι) et des poissons de lac (οἱ λιµναῖοι)423.

  • 424 Voir Gal., Aliment, fac. 6, 719, 6 ; cf. Id., Rébus boni malique suci 6, 795, 11. Ils ont aussi un (...)
  • 425 Même Aristote signale cette supériorité alimentaire des poissons côtiers sur les poissons du large (...)
  • 426 Machon, Fr. 5, 28, ap. Ath. 6, 244 b.

95Galien souligne que l’homogénéité de cette classe tient à la pureté des eaux que ses sujets fréquentent424. Mais c’est surtout en raison de la pertinence gastronomique de cette classe que ce classème connaît une grande popularité. Les poissons de roche sont en effet dans leur ensemble les poissons les plus réputés pour leur saveur et la tendresse de leur chair, et “un plat varié de poissons de roche” passe pour un plat de gourmet425 : “le parasite Archéphon fut invité à dîner par le roi Ptolémée, après son retour d’Attique en Egypte. Toutes sortes de poissons de roche étaient présentées sur la table (ὂψοή πετραίοή) παρατεθέντο∑ ποικίλοή ἐπὶ τῆ∑ τραπέζη∑) ainsi que d’authentiques langoustes”426.

  • 427 Gal., Aliment, fac. 6, 708, 7-738, 14. Galien, au troisième livre de ce traité, passe en revue les (...)
  • 428 Gal., Meth. med. 10, 537, 9 ; Id., Aliment, fac. 6, 720, 16 ; Ibid. 6, 742 sq. ; Ruf, Sat. Gon. 1, (...)

96Cette perspective est si dominante qu’elle prend nettement le pas chez les médecins et les gastronomes sur la distinction spatiale. Dans le traité que Galien consacre aux vertus des aliments, il s’attarde sur la distinction cruciale entre poissons à chair tendre et poissons à chair ferme et ne reconnaît pour les poissons, comme classème indépendant de ces déterminations alimentaires, que les cétacés et les πετραῖοι427. Cette dernière classe est en fait intégralement comprise dans celle des poissons à chair tendre : “les poissons à chair tendre, dont font partie tous les poissons de roche et ceux qu’on appelle merluches (τῶν ἀπαλοσάρκων ἰχθύων, οἶοί περ οἱ πετραῖοι πάντε∑ εἰσὶ καὶ οἱ ὀνίσκοι καλούµενοι)”428

  • 429 Arist., HA 590 b 10 ; voir Nic, Ther. 789-90 et Ael., NA 7, 24 (cf. Ibid. 1, 30). Hippocrate menti (...)
  • 430 Opp., H 3, 179-81. Le mot ἕλµι∑ est ambigu puisqu’il désigne non seulement le ver intestinal (Hp., (...)
  • 431 P., Fr. 43, ap. Ath. 12, 513 c (voir aussi Luc, Salt. 1,67).
  • 432 Ion, Fr. 36 (ap. Ath. 7, 318 d). Ici l’adjectif est une épithète de nature.
  • 433 Ce fragment, attribué par Aristote à Eschyle (Arist., HA 633 a 19), est classé aussi parmi les fra (...)

97Si, comme πελάγιο∑, ce terme n’a de pertinence zoologique que dans le cadre strictement ichtyologique, il convient de signaler quelques emplois divergents. Aristote, Nicandre et Élien emploient chacun une fois ce terme à propos des crabes : “<les crustacés> mangent des cailloux, de la vase, des algues, des excréments, comme font par exemple les crabes de rochers (οἱ πετραῖοι τῶν καρκίνων)”429. Et Oppien attribue ce qualificatif à des vers de mer (πετραίαι∑ θ’ ἑλµῖσι)430. Dans un fragment pindarique rapporté par Athénée, πετραῖο∑ est épithète du mot θήρ qui désigne clairement dans le contexte un poulpe : “ah ! mon enfant, tâche de rendre ton esprit tout à fait semblable à la peau de cette créature marine familière des rochers (ποντίοή θηρò∑ πετραίοή), dans toutes les villes où tu te rends”431 ; un passage de Ion, également transmis par Athénée, est encore plus explicite sur cette attribution : “je déteste aussi le poulpe familier des rochers (πετραῖον), aux tentacules dépourvus de sang, qui sait changer de couleur”432. Plus atypique encore peut sembler l’attribution, chez deux auteurs, de cet adjectif à des oiseaux : le “κύανο∑” et la huppe. “Cet oiseau, la huppe, témoin de ses propres malheurs, il l’a bariolé de multiples couleurs et a dévoilé un fier oiseau des rochers (θρασὺν πετραῖον ὄρνιν) armé de toutes ses armes”433. Ces emplois restent toutefois isolés dans notre corpus et signalent seulement qu’aucun terme, fût-il consacré, ne renonce pour autant à son sens immédiat de sorte que πετραῖο∑ peut servir à distinguer tout animal “qui vit dans les rochers”. Encore convient-il de noter que l’adjectif, dans ces emplois marginaux, ne s’applique qu’à des espèces et non à des classes.

  • 434 Dans le premier chiffre donné ne sont pas comprises les occurrences du mot comme nom propre (du dè (...)
  • 435 À propos d’embarcations (Ath. 5,204 d ; Str. 3, 2, 3, 11 ; etc.) ; d’îles (D. Chrys. 11, 5,1) ; de (...)
  • 436 On distingue en effet l’eau de fleuve de l’eau de mer (Ps.-Hp., Ptol. 485,9), de l’eau de source ( (...)
  • 437 Notons qu’il est une fois employé par Ptolémée sous forme substantivée sans cloute pour désigner l (...)
  • 438 Arist., HA 558 a 14. Le crocodile terrestre est un grand lézard (Psammosaurus griseus ; voir Hdt. (...)
  • 439 Str. 15, 1, 73, 17 (voir également Élien, NA 16,4) ; cf. Arist., HA 540 a 29. Voir s.v. θαλάσσιο∑.
  • 440 Ael., NA 14, 21 ; voir Paus. 4, 34, 3, 5 (où il s’agit sûrement de requins). La loutre est ailleur (...)

98L’adjectif ποτάµιο∑ [potamios] (261/445), dérivé de ποταµó∑ (fleuve) est un adjectif plus fréquent mais de moindre pertinence classificatoire que πετραῖο∑434. Comme θαλάσσιο∑, ce mot s’applique, surtout chez les géographes, à des navires, des îles, des vagues, etc., ou à des régions arrosées par un fleuve435. Il est aussi souvent requis dans le cadre d’exposés hydrologiques436. En ce qui concerne ses emplois zoologiques, ποτάµιο∑ est essentiellement utilisé, en fonction d’épithète discriminante, pour différencier deux animaux qui portent le même nom437. C’est ainsi qu’on le rencontre chez de nombreux auteurs, à côté d’ἵππο∑ et de κροκóδειλο∑, pour distinguer respectivement deux mamifères homonymes ὁ ἵππο∑ et ὁ ἵππο∑ ὁ ποτάµιο∑) et deux espèces de sauriens (ὁ κροκóδειλο∑ et ὁ κροκóδειλο∑ ὁ χερσαῖο∑) : “les lézards et les crocodiles, ceux de la terre comme ceux de rivière (οἱ χερσαῖοι καὶ οἱ ποτάµιοι), pondent eux aussi dans la terre”438. On trouve mentionnée également dans un passage de Strabon une “tortue de rivière”, quoique les deux espèces de tortue les plus fréquemment distinguées soient la tortue terrestre et la tortue marine : “il y a aussi de grandes vipères, un serpent de dix coudées et une tortue de rivière qui en mesure trois”439. Enfin la loutre est appelée chez Élien ὁ πóταµιο∑ κύων, et porte donc le même nom que le chien et le requin (ὁ θαλάσσιο∑ κύων)440.

  • 441 Hp., Vict. 2, 48, 21 ; cf. Dsc, Eup. 1, 145, 4 ; Ibid. 2, 122, 5, 3 ; Gal., Comp. med. 13, 264, 1  (...)
  • 442 Ath. 3, 90 c ; Dsc. 2, 9, 1, 5. Dans ce dernier exemple, où ποτάµιο∑ n’est pas épithète mais attri (...)

99Si, pour les deux premiers noms de quadrupèdes, l’adjectif permet de distinguer un animal fluviatile d’un animal terrestre, ποτάµιο∑ caractérise majoritairement des espèces dont le genre comprend parallèlement des espèces marines : en particulier les crabes pagures (οἱ πάγοήροι) et les crabes ordinaires (οἱ καρκίνοι), dont les nombreuses vertus médicinales expliquent la mention si fréquente, d’Hippocrate à Dioscoride et Galien : “les crabes, surtout ceux de rivière, mais aussi ceux de mer (καρκίνοι, µᾶλλον µὲν οἱ ποτάµιοι, ἀτὰρ καὶ οἱ θαλάσσιοι) : ils sont diurétiques”441 ; parmi les “ostracodermes”, Athénée distingue les tellines de rivière (αἱ τελλῖναι ποτάµιαι) des tellines dites royales (αἱ βασιλικαὶ scil. τελλῖναι) qui sont marines ; et Dioscoride les escargots de rivière (αἱ κοχλίαι) des escargots de mer et de terre442.

  • 443 Ainsi ὁ π. κεστρεύ∑ (Dorion ap. Ath. 7, 306 e), ὁ π. κωβιó∑ (Dorion ap. Ath. 7, 309 e), ὁ π. κορακ (...)
  • 444 Il existe cependant des noms de poissons qui ne se rencontrent que dans les rivières (βάλαγρο∑, βά (...)

100Mais ce qualificatif accompagne surtout des noms de poissons. Presque toujours épithète, ποτάµιο∑ distingue, ici aussi, des espèces homonymes qu’on rencontre dans des habitats distincts : le κεστρεύ∑, le κωβιó∑, le κορακῖνο∑, le φάγρο∑, le κέφαλο∑, la θρίσση ou la µύραινα sont des poissons qu’on trouve soit dans la mer, en eau salée, soit en eau douce, dans les rivières443. Aucun de ces poissons n’est strictement fluviatile et, sans autre précision, ces noms désignent le plus souvent des poissons de mer, comme si les espèces de rivière n’étaient que des variantes des espèces marines qui constitueraient en quelque sorte les branches mères444.

  • 445 Arist., HA 567 a 28. Hippocrate (3/8), Philémon (2/2), Aristote (12/38), Athénée (6/42), Dioscorid (...)
  • 446 Cette opposition est nette mais elle n’est pas absolue. La “douceur” de l’eau suffit à expliquer p (...)
  • 447 La chair des poissons de rivière est comme celle des poissons lacustres, pleine de petites arêtes (...)
  • 448 Diphilos, ap. Ath. 3, 120 e ; voir Hp., Vict. 2,48, 24 ; Gai., Aliment, fac. 6,711, 17.
  • 449 II semble, d’après la quarantaine de fragments donnée par Athénée, que ce savant ichthyologue de l (...)
  • 450 Ath. 7, 309 b. Voir Hp., Vict. 3, 82,16 ; Arist., HA 568 a 11 et 602 b 19 ; cf. Gal., Aliment, fac(...)
  • 451 Hippocrate (Vict. 2, 48, 1 sq.) distingue, quant à lui, 1) les poissons de roche (οἱ πετραῖοι), 2) (...)

101À la différence de πετραῖο∑, πελάγιο∑ et θαλάσσιο∑, ποτάµιο∑ n’est jamais employé au neutre pluriel substantivé, pour désigner les poissons de rivière. En revanche, il apparaît chez six auteurs au masculin pluriel, accompagné de l’article, et éventuellement du mot ίχθῦ∑ qui peut être sous-entendu : “ainsi donc, des œufs se forment par copulation chez les poissons qui s’accouplent, mais les poissons ont aussi des œufs sans copulation. On le voit chez certains poissons de rivière (ἒνιοι τῶν ποταµίων)”445. Comme pour les adjectifs précédents, ce sont essentiellement Aristote et les médecins qui évoquent cette classe. Au nom d’une distinction clairement établie entre l’eau douce (γλήκὺ ὕδωρ) et l’eau salée (ἁλµήρóν vel θαλάσσιον ὕδωρ), et en raison de la pertinence alimentaire de cette distinction, les poissons de rivière sont le plus souvent, au cours des analyses, opposés simplement aux poissons de mer446. La faune marine est en effet systématiquement valorisée et l’on attribue à l’alimentation saine de ses sujets la plus grande saveur de leur chair447. Mais ils prennent place éventuellement dans une opposition à trois termes dans laquelle ils sont aussi distingués des poissons d’étang : “Diphilos de Siphnos dit : les saumures faites à partir de poissons de mer, de lac ou de fleuve sont peu nourrissantes”448. En fait, ces derniers sont en général étroitement associés, voire assimilés aux poissons de lac dont on ne les distingue pas radicalement : “Voici ce qu’écrit Dorion449, lequel range ce poisson parmi ceux de lac et de rivière (ἐν τοῖ∑ λιµναίοι∑ καὶ ποταµίοι∑ καταλέγων)...”450. Les divisions les plus fines se trouvent chez Aristote et Hippocrate qui énumèrent quatre ou cinq types de poissons différents451.

  • 452 E., Rh. 618.
  • 453 Ar., Av. 1140-41 ; Ar.Byz., Épit. 1,23.
  • 454 Ar.Byz., Épit. 1, 24. Il convient de noter qu’Aristophane réserve le pluriel de ce terme aux oisea (...)

102À l’instar des autres biotopes aquatiques, l’espace fluvial n’est pas ressenti comme un biotope exclusif des poissons, mais comme l’habitat commun des poissons et des oiseaux aquatiques. Si τοτάµιο∑ n’apparaît qu’une fois comme épithète d’un nom d’espèce ornithologique (ὁ κύκνο∑)452, il est employé chez deux auteurs de façon globale pour désigner la classe des “oiseaux fluviátiles” : “l’eau était apportée d’en bas dans les airs par les pluviers et les autres oiseaux de rivière (τἄλλα τοτάµι’ ὄρνεα)”453. Et de la même façon que pour les poissons, les oiseaux de lac et de rivière ne sont pas distingués : “sont à la fois fluviatiles et lacustres (ποτάµιοι δέ εἰσι τῶν ὀρνίθων ἅµα καὶ λιµναῖοι) le pélican, le plongeon, l’oie sauvage, l’ionis, le cygne et d’autres encore”454.

  • 455 Le nom Λιµναῖο∑, épithète de Dionysos (Call., Fr. 230, etc.) n’est pas comptabilisé ici.
  • 456 Cet adjectif a la même imprécision que le substantif λίµνη. (cf. λειµών, λίµνη) à partir duquel il (...)
  • 457 Les distinctions hydrologiques et botaniques sont généralement plus fines que pour les animaux. At (...)
  • 458 On ne peut parler que de tendances, du reste fort dépendantes des objectifs de l’auteur.

103Si la rivière ne constitue pas un biotope aussi déterminant que la mer, l’étang apparaît comme un espace encore plus mineur et comme une variante de la rivière. L’adjectif λιµναῖο∑ [limnaios] (84/130)455 qui sert à le noter désigne en fait n’importe quel plan d’eau stagnante, qu’il s’agisse d’un lac, d’un étang ou même d’un marais456. Il est fréquemment joint à ὕδωρ ou à un nom de plante, car il sert à dénommer, dans la classification des végétaux de Théophraste les plantes lacustres457. Quand il désigne les animaux, λιµναῖο∑ est plus ambigu encore que les termes précédents, car il est utilisé, dans des proportions équivalentes, pour nommer une catégorie d’oiseaux et une catégorie de poissons. Cette affectation change selon les auteurs : ainsi les médecins, Hippocrate et Galien, ainsi qu’Athénée, emploient λιµναῖο∑ de préférence pour les poissons, mais seul Hippocrate ne l’emploie que pour eux. Inversement, Aristote ou Strabon qualifient plutôt les oiseaux par cet adjectif, mais il leur arrive parfois d’évoquer οἱ λιµναῖοι ἰχθῦ∑458.

  • 459 Cyranides 4, 32.
  • 460 Ainsi λ. ἔγχελή∑ (Ath. 8, 355 d), χελώνη λ. (Gal., Comp. Med. 12, 575, 15), λ. κάστωρ (Nic., Alex(...)
  • 461 Ar., Av. 272 (voir Thompson, 1933, p. 304).
  • 462 Le canard est un oiseau complet puisqu’il est fluviatile, lacustre et terrestre à la fois (Cyranid (...)
  • 463 Cyranides 4, 37 : κήπρῖνο∑. ἰχθύ∑ ἐστι ποτάµιο∑ καὶ λιµναῖο∑.
  • 464 Cyranides 4, 13 : γλάνεο∑. (sic) ἰχθύ∑, ἐστι ποτάµιο∑ καὶ λιµναῖο∑.

104Cet adjectif est rarement épithète d’un nom d’espèce ; il permet toutefois de signaler des variétés lacustres d’animaux aquatiques : l’anguille (ἔγχελή∑), la tortue (χελώνη) le castor (κάστωρ) ou l’écrevisse (καραβί∑)459, et des animaux typiquement marécageux comme le crapaud (φρύνη) ou la grenouille460 ; il est par ailleurs employé pour qualifier des espèces d’oiseaux comme le flamant (φοινικóπτερο∑)461 et le canard (νῆσσα)462 ; et des poissons qui sont en même temps fluviatiles, comme la carpe κήπρῖνο∑)463 et le silure (γάνεο∑)464.

  • 465 Ath. 6,224 b. Sur l’association courante des poissons de rivière et de lac, voir supra (Arist., HA(...)
  • 466 Hippocrate (3/7), Aristote (4/11), Strabon (1/9), Pausanias (1/1), Galien (2/10), Athénée (4/10). (...)

105Utilisé de façon générale pour des animaux aquatiques, il ne concerne que les poissons parmi les animaux sous-marins. Les poissons lacustres ne forment toutefois pas un ensemble très bien cerné ; ils sont, comme on a vu, à peine distingués des poissons de rivière et sont rarement mis, seuls, en parallèle avec les poissons de mer, comme dans ce passage d’Athénée : “de jeunes esclaves entrèrent donc en nous apportant sur des plateaux d’argent une foule de poissons de mer et de lac ( πλῆθο∑ ὅσον ἰχθύων φέροντε∑ θαλασσίων λιµναίων τε)”465Classe annexe, elle est toutefois relativement bien établie puisque six auteurs (dont Strabon et Pausanias) y font allusion466.

  • 467 Gal., Puero consil. 11, 372,14 ; voir ibid. 11, 373, 20
  • 468 Arist., Fr. 253,43, ap. Ael., NA 7,7.
  • 469 Cf. Ath. 7, 309 b.
  • 470 Hdt.7, 119.
  • 471 Arat, Phen. 942-43. Hérodote (1/2), Aristophane (1/3), Aristote (5/11), Aratos (1/1), Aristophande (...)
  • 472 Gal., Meth. med. 10, 549, 3 (voir Ath. 9, 395 e, et Str. 5, 2, 9, 26). Le neutre pluriel désigne é (...)

106La classe des oiseaux lacustres que cet adjectif sert aussi à nommer apparaît quant à elle plus indépendante des autres classes d’oiseaux : “la viande de presque tous les oiseaux à l’exception des oiseaux lacustres467. Elle peut être, seule, mise sur le même plan que les oiseaux de mer : “d’autre part, lorsque les oiseaux de mer et de lac (ὄρνιθε∑ οἱ µὲν θαλάττιοι καὶ οἱ λιµναῖοι) se réfugient sur la terre, ils savent qu’il va y avoir une terrible tempête, et les oiseaux de terre (οἱ δὲ χερσαῖοι) qui se pressent vers les lieux humides sont annonciateurs de beau temps”468. Elle n’est cependant pas totalement affranchie de la classe des oiseaux de rivière, dont le voisinage s’explique par l’opposition entre eau salée et eau douce : “les animaux de mer fuyant l’eau de fleuve, et ceux de fleuve et de lac l’eau de mer”469. Le premier auteur à signaler et individualiser cette classe est Hérodote, qui la distingue des oiseaux terrestres : “ils élevaient de la volaille terrestre et lacustre en basse-cour et dans les mares (ἔτρεφóν τε ὄρνιθα∑ χερσαίή∑ καὶ λιµναίοή∑ ἔν τε οἰ κήµασι καὶ λάκκοισι)”470 ; et elle est mentionnée, par la suite, par huit auteurs dont Strabon et Aratos : “souvent, des oiseaux de lac ou de mer secouent longuement leurs ailes en se baignant dans l’eau”471. La pertinence légèrement plus grande de la classe des oiseaux lacustres par rapport à celle des poissons de lac se traduit par le fait qu’elle est la seule à être évoquée sous la forme du neutre pluriel substantivé : “parmi les oiseaux, sont laxatifs tous ceux qui ne font pas d’exercice, ainsi que tous les oiseaux de lac et de marais (τὰ λιµναῖα σύµπαντα καὶ ἑλώδη)”472.

  • 473 L’adjectif τελµατώδη∑ n’est jamais appliqué à un animal : il ne qualifie que des lieux (Dsc. 1, 4, (...)
  • 474 Aristote distingue parmi les eaux stagnantes (τὰ στάσιµα) les eaux alimentées par une source et le (...)
  • 475 Arist., HA 487 a 26 ; voir supra.
  • 476 Arist., HA 626 a 9. Jamais, en effet, Aristote ne distingue différentes espèces de βάτραχοι ; elle (...)

107Très rare, l’adjectif τελµατιαῖο∑ [telmatiaios] (4/5) formé sur τέλµα (endroit marécageux) ne se rencontre que dans les textes d’Aristote473. En deux occasions, il désigne un certain type d’eaux stagnantes474. Il est employé une fois de façon “théorique” pour distinguer les animaux des marécages de ceux qui habitent les fleuves, les étangs ou la mer475. Enfin, il apparaît une fois comme épithète de la grenouille, sans valeur discriminante476.

  • 477 Cet adjectif est employé 44 fois sous la forme comparative à propos d’astres ou de planètes. Parmi (...)
  • 478 Str. 2, 5, 19, 30 (cf. Arist., Mété. 368 b 33 ; Alex., in Mété. 1, 126, 2 ; voir s.v. πελάγιο∑ ).
  • 479 Théophraste distingue parmi les arbres : τὰ πρóσγεια, τὰ πóντια, τὰ ἀµφοτέρων τῶν πóπων κοινά ( (...)
  • 480 Dix occurrences seulement dont six chez Aristote.
  • 481 Arist., PA 684 a 4 ; voir Arist., PA 679 a 10 ; Plu. 727 e 9 ; Gal., Vict. com. 15,443, 12.
  • 482 Plu. 727 e 9 (à propos de l’hirondelle -χελιδών-) ; voir Gal., Vict, com. 15, 443, 12
  • 483 Ainsi σηπια (Arist., PA 679 a 10), πολύπους (Arist., HA 525 a 14) et κέϕαλος (Arist., HA 591 a 23)
  • 484 Arist., HA 598 a 2. On retrouve la même distinction à propos des seuls poulpes (Arist., HA 525 a 1 (...)
  • 485 Arist., HA 598 a 10 ; voir s.v. πελάγιος et πετραῖος.

108Les termes restants servent à nommer des zones paraliques. Le plus fréquent d’entre eux, πρóσγειο∑ [prosgeios] (74/103), signifiant “près (πρó∑) de la terre (γῆ)” relève surtout du lexique de l’astronomie, où il définit, au positif ou au comparatif, la place des planètes par rapport à la terre477. Il appartient aussi au vocabulaire de la navigation puisqu’il permet de distinguer les îles d’origine continentale des îles d’origine océanique478 ; il permet également d’établir parmi les plantes des distinctions de deux ordres puisqu’il désigne tantôt les plantes paraliques, tantôt les plantes rampantes479. Les emplois zoologiques sont tout à fait mineurs480 ; de surcroît l’adjectif qualifie plus rarement un animal de façon directe qu’un type de vie : “<la queue> ne rendrait aucun service aux crabes qui passent leur vie près de la terre (διὰ τò πρóσγειον εἶναι τòν βίον αὐτῶν) et gîtent dans des trous”481. Comme pour les plantes, cette proximité de la terre peut être relative soit à l’air, soit à la mer, et concerne ainsi des oiseaux482, mais aussi – et même surtout - des animaux marins qui sont, outre le crabe : la seiche, le poulpe et le mulet483. Une fois seulement οἱ πρóσγειοι désigne collectivement les poissons du bord de mer et est opposé aux poissons du large  : “les poissons qui vivent près du bord sont meilleurs que les poissons de haute mer (ἀμείνους δ’ εἰσὶν οἱ πρóσγειοι τῶν πελαγίων)”484 ; et l’auteur énumère au passage une dizaine de poissons familiers des rivages et inclut l’ensemble des poissons de roche : “vivent près du bord (εἰσὶ δὲ πρóσγειοι) le dentex, la brème de mer, l’orphe, la tous les poissons de roche (καὶ τὰ πετραῖα πάντα)”485.

  • 486 Arist., HA 602 a 15. Le préfixe παρα- a dans ce mot le même sens que προσ-. Dans l’Histoire des Pl (...)

109On rencontre une fois, chez Aristote, l’adjectif παράγειος [parageios] (2/2) au neutre avec le même sens, et pour exprimer la même opposition : “D’autre part, le lieu où vit chaque espèce a de l’importance pour sa santé. Les animaux qui sont faits naturellement pour rester près des côtes ou en haute mer (ὅσα μέν ἐστι ϕύσει παράγεια ἢ πελια) doivent vivre dans ceux qui sont faits pour les deux habitats s’y rencontrent indifféremment”486.

  • 487 Paus. (9), Str. (3), App. (3).
  • 488 Gal., Aliment, fac. 6, 719, 10.
  • 489 Gal., Rebus boni malique suci 6, 762, 13.

110L’adjectif αγιάλειος [aigialeios] (20/35), dérivé d’αἰγιαλóς (littoral) et qui appartient au vocabulaire des géographes487 a exactement la même extension goujon de mer)488 et une autre fois, de manière globale, pour désigner, dans un système ternaire, les poissons du littoral : “les chairs des poissons de roche, du littoral et de la haute mer (<αἱ σάρκες> ἔτι τε πετραίων ἰχθύων αἰγιαλείων τε καὶ πελαγίων)”489.

  • 490 Voir Mich., in PA 1,71, 12.
  • 491 Arist., HA 488 b 6. Dans ce cas Aristote distingue animaux de roche et animaux du littoral (compar (...)

111Formé également sur αἰγιαλός l’adjectif αγιαλώδης [aigialôdès] (1/4) a le même sens490. Il n’est employé qu’une fois, comme attribut, mais avec une extension plus large que dans la citation précédente puisqu’il concerne apparemment l’ensemble de la faune paralique : “parmi les animaux marins (τῶν θαλττίων), les uns vivent en haute mer, d’autres sur le bord du rivage, d’autres dans les rochers”491.

  • 492 Voir Gal., Aliment, fac. 6,718.
  • 493 Hp., Affect. 1, 52, 29 ; cf. Hp., Morb. 2, 74, 9.
  • 494 Marcellus, Pisc. Fr. 14 : καὶ ἀκταῖoι µελάνoυρoι.
  • 495 Babr. 25, 6. Ἀκταῖoς qualifie des côtes, caps, cités, divinités marines (et c’est l’ancien nom de (...)

112L’adjectif ἀκταῖoς [aktaios] (17/99), formé sur ἀκτή (côte, promontoire), est employé par Hippocrate pour désigner les poissons du littoral, qui se confondent en fait non pas avec les poissons πρόσγειoι mais avec les poissons de roche (= περαῖoι)492 : “les poissons lacustres, gras et fluviatiles sont plus lourds, les poissons qui vivent près des escarpements rocheux sont plus légers (oἱ µὲν λιµναῖoι καὶ πίoνες καὶ πoτάµιoι βαρύτερoι, oἱ δὲ ἀκταῖoι κoυϕότερoι) ; ils sont plus légers bouillis que grillés”493 ; mais cet emploi n’a pas fait florès et c’est à peine si l’on peut mentionner deux autres cas où l’adjectif est appliqué à un poisson (l’oblade)494 et à la grenouille dans un sens beaucoup plus vague puisqu’il désigne simplement le bord de l’eau495.

Les biotopes régionaux de la terre

113Sur terre, les distinctions géographiques ont beaucoup moins de répercutions sur le classement des animaux ; un lieu est toutefois mis en valeur dans le vocabulaire classificatoire : la montagne, sans générer pour autant une distinction systématique des animaux terrestres selon un critière topographique. Globalement la montagne, espace marqué et sauvage, est distinguée de la plaine, et à l’occasion des zones marécageuses, espace terrestre plus proche de la prairie que du lac.

  • 496 Ap., Ill. 1, 1,72, 5 ; etc. Il qualifie aussi des nymphes (Hes., Fr. 123,1 ; h. Merc. 244 ; Str. 1 (...)
  • 497 Voir Ath. 2, 62 d : “les asperges : on les appelle soit palustres soit montagnardes” (il est possi (...)
  • 498 Philostr., VA 2, 12,4. Même répartition pour les lièvres (Ael., NA 4,26 ; voir ibid. 13,14).
  • 499 Cf. Philostr., VA 3, 8, 1 (ὄρειoι δράκoντες) ; cf. ibid. 3 ,8, 19 ; cf. Gal., Vict Att. 1, 58, 4 : (...)
  • 500 Peripl. M. Rubr. 15, 16 (χελώνη ὀρεινή) ; voir Ael., NA 14, 17.
  • 501 Voir Élien, NA 10, 48, où le terme montagnard sert à désigner la chasse aux quadrupèdes, distingué (...)
  • 502 Arist., HA 488 b 2. Ailleurs le Stagirite n’use que de la seconde classe.
  • 503 Gal., Vict.Att. 1, 55,2. Il poursuit en disant que “les oiseaux des étangs, des lacs et des plaine (...)
  • 504 Gal., Sanitat. 6, 435, 2 ; cf. Gal., Vict.Att. 1, 59, 7 ; Id., Sanitat. 6, 261, 13 ; ibid. 6, 281, (...)
  • 505 Gal., Simp. med. 12, 304, 3.
  • 506 X., Cyn. 1, 5, 17.

114Le terme ὄρειoς [oreios] (159/230) “montagnard”, formé sur ὄρoς (montagne), est consacré avant tout à définir des régions496. Mais il est aussi largement employé comme adjectif discriminant pour distinguer plusieurs espèces végétales497. De la même façon, il permet de marquer des différences à l’intérieur d’un genre : “voici ce qu’ils disent avoir entendu à propos de cette bête (les éléphants) : les uns sont palustres, d’autres montagnards, et il y a encore une troisième espèce qui vit en plaine (oἱ µὲν αὐτῶν ἕλειoι, oἱ δ’ αὖ ὄρειoι, καὶ τρίτoν ἤδη γένoς πεδινoί εἰσιν)”498. Ce terme est employé de la même façon pour des serpents et des sangliers499, et une variété de tortue500. Bien que cet espace soit identifié avec le biotope des quadrupèdes sauvages501 le terme est d’une pertinence particulière dans le domaine ornithologique : Aristote, sans même préciser qu’elle concerne exclusivement les oiseaux, établit la distinction suivante : “certains vivent dans les plaines (τὰ µὲν ἄγρoικα) comme le ramier, d’autres dans les montagnes (τὰ δ’ὄρεια), comme la huppe, d’autres avec les hommes (τὰ δὲ συνανθρωπίζει), comme le pigeon commun”502. Galien recommande pour ceux qui cherchent un régime amincissant “des poissons de roche et de petits oiseaux de montagne503. Les “oiseaux de montagne” constituent une classe officielle très souvent citée par Galien qui en célèbre la chair saine et tendre et qu’il oppose à celle des oiseaux de marais ou de plaine : “la plupart des oiseaux que l’on appelle de montagne (πoλλὰ τῶν ὀρείων ὀνoµαζµένων ὀρίθων)”504. Il s’agit là selon le médecin d’une division fondamentale : “il faut que tu gardes à l’esprit le cadre général concernant tous les animaux <... et saches> que la différence qui sépare ceux qu’on appelle montagnards des animaux des plaines, des marais, des lacs ou de la maison prend de multiples formes (παµπóλλην εἷναι τὴν διαϕoρὰν τῶν ὀρείων καλoυµένων, παρά τε τὰ κατὰ πεδία καὶ ἕλη καὶ λίµνας καὶ κατὰ τὴν oἰκίαν)”505. On retrouve cette distinction et une valorisation semblable de la montagne à propos des chiens dans le traité de Cynégétique de Xénophon : “les chiens de montagne sont les meilleurs coureurs, ceux de plaine (oἱ πεδινoί) sont moins bons, et les plus lents sont les chiens de marais (oἱ ἕλειoι)”506.

  • 507 X., Anab. 5, 2, 2 ; Thphr., HP 9, 11, 9 ; D.H. 5, 37, 4 ; etc. Strabon totalise à lui seul 129 occ (...)
  • 508 Cf. Théon, Prog. 1,79,10.
  • 509 Thphr., HP 8, 1,14 ; cf. Thphr., HP 3, 11, 5 ; ibid. 2, 5,6 ; Id, CP 4,13,2 ; ibid. 3,7,2.
  • 510 Arist., HA 607 a 9
  • 511 Thphr., HP 3,2,4.
  • 512 Arist., HA 624 b 28. Voir Hdn., Épim. 210, 4 (καὶ ὀρεσκώεις θήρ, ὁ ὀρεινóς). Par la bouche de Socr (...)

115L’adjectif ὀρείνóς [oreinos] (553/439), de même étymologie, appartient lui aussi au lexique géographique et détermine donc le plus souvent un pays ou une région507. La différence entre la plaine et la montagne est en effet une différence capitale dans la définition d’un lieu508 ; et c’est non seulement le terme ỏρείνóς mais l’opposition entre ὀρείνóς et πεδεινός que la biologie et la zoologie “importent”. Théophraste revient souvent à cette opposition : “les plantes des montagnes sont globalement plus odorantes que les plantes de plaine et les plantes sèches plus que les plantes palustres”509. Aristote considère ces variations topographiques comme également pertinentes dans le domaine animal : “les lieux amènent aussi des différences dans les caractères : ainsi les régions montagneuses et escarpées (oἱ ὀρεινoι καὶ τραχεῖς <τóπoι>) façonnent différemment de celles qui se trouvent en terrain plat et doux”510. Cette différence revient souvent à l’opposition entre le domaine cultivé et le domaine sauvage : “les plantes sauvages relèvent plutôt de la montagne, µᾶλλoν ὀρεινὰ τὰ ἄγρια511 ; Aristote en témoigne aussi quand il écrit : “les produits des abeilles diffèrent selon que celles-ci exploitent des régions cultivées ou des régions montagneuses (ἀπò τῶν τὰ ἥµερα νεµoµένων καὶ ἀπò τῶν τὰ ὀρεινά)”512.

  • 513 Thphr., HP 6, 8, 3. Voir Dsc. 1, 9 (ὀ. νάρδoς) ; Id. 1, 112 (ὀ. µυρσίνη) ; Id. 3, 25 (ὀ. ὕσσωπoς)  (...)
  • 514 Dsc. 2, 80, 1. Cf. Arist., HA 592 b 17 : “il existe trois sortes d’engoulevents : le premier est l (...)

116Ce mot est enfin souvent employé comme épithète discriminante, mais surtout en botanique : “le safran montagnard qui est inodore, et le safran cultivé (ἥµερoς)”513. D permet toutefois de distinguer une espèce de chèvres et une espèce d’engoulevents : “du crottin de chèvre, de préférence des chèvres de montagne514. Mais jamais ὀρεινóς n’est employé comme substantif neutre pour désigner une classe d’animaux.

  • 515 Pour le lion : Hom., Il. 12, 299 ; les loups : Hom., Od. 10, 212 ; les sangliers : E., Or. 1460 ; (...)
  • 516 Un exemple intrigant est fourni par les Cyranides (1, 14) à propos de la pierre nommée épée : “les (...)

117Les adjectifs ὀρειβάτης (8/9), ὀρεσκῷoς (23/33), ὀρεσιτρóϕoς (5/14) et ὀρέστερoς (13/15) sont toujours employés comme épithètes poétiques pour des espèces particulières515 et ne constituent pas à proprement parler des classèmes516.

  • 517 Principalement un lieu (τóπoς, χώρα) : Esope, 20 & 44 ; Hdt 7,98 ; X. An. 5, 5,2 (cf. Id., Cyr. 6, (...)
  • 518 Voir Synésios, Éloge de la calvitie, 12, 27.
  • 519 Str. 11, 8, 6.

118L’adjectif πεδινός [pedinos] (79/281) formé sur le nom de la plaine (πέδινος) est employé par de nombreux auteurs pour qualifier un terrain517. Il est opposé au domaine montagnard et éventuellement associé au milieu marécageux518. Strabon distingue ainsi à propos des Massagètes quatre lieux de vie différents aux implications culturelles : les montagnes (ὄρη), les plaines (πεδία), les marais formés par les fleuves (ἕλη ἃ πoιoύσιν oἱ πoταµoί), les îles situées dans ces marais (αἱ ἐν τoῖς ἕλεσι νῆσoι)519.

  • 520 Arist., HA 607 a 9.
  • 521 Philostr, VA. 2,12,4 (cf. Ibid. 2, 13, 39 & 45). Sur les chiens : X., Cyn. 5, 17 ; sur les serpent (...)

119La différence de relief a théoriquement, d’après Aristote, des implications importantes sur les animaux, en particulier sur leur tempérament, mais elle n’intervient que de manière très limitée, et seulement au niveau des variétés : “Les lieux déterminent des différences dans les caractères ; ainsi les régions montagneuses et escarpées façonnent différemment de celles qui se trouvent en terrain plat et doux. Ces animaux ont un aspect plus sauvage et vigoureux (ἀγριώτερα καὶ ἀλκιµώτερα), comme on le voit avec les cochons de l’Athos : c’est au point qu’ils ne supportent pas les femelles des terres basses (τῶν κάτω)”520. Ce critère porte en effet sur des espèces terrestres à l’habitat varié, mais toujours à l’intérieur d’un genre et non de façon générale pour des types d’animaux. La distinction concerne explicitement trois animaux : les chiens, les éléphants et les serpents dragons, pour lesquels il existent des formes montagnardes, palustres et de plaine : “Certains éléphants habitent les marais, d’autres la montagne, et une troisième espèce habite la plaine (τρίτoνἤδη γένoς πεδινoί εἰσιν)”521.

  • 522 Aucun terme moderne (marais, marécage, marigot fondrière, palus...) ne correspond exactement à ce (...)
  • 523 Pour des eaux : Hp., Aër. 1, 10, 47 (cf. Pl., Lg. 824 a 17)... ; pour des régions : Str. 8, 3, 1 9 (...)
  • 524 Cette inclination à percevoir cette interface comme plutôt terrestre correspond aussi à l’apprécia (...)
  • 525 Ael., NA 8,25.
  • 526 Xénophon (1), Aristote (2), Aristophane de Byzance (1), Galien (5), Plutarque (1), Élien (1).
  • 527 Gal., Vict.Att. 1,57, 1.
  • 528 Arist., PA 674 b 30. Souvent l’adjectif ne porte pas directement sur le mot “oiseau” mais sur un g (...)
  • 529 Gal., Meth. med. 10, 482, 1. Voir Gal., Glauc. 11, 38, 14. C’est le caractère impur car mixte (ter (...)
  • 530 Gal., Vict. Att. 1, 56, 6 ; voir Gai., Aliment, fac. 6, 705, 6. Aristophane dans la panégyrie des (...)
  • 531 Philostr., VA 2,12,4.
  • 532 X., Cyn. 5, 17, 2. Théophraste, à propos des plantes reprend la même tripartition (ὀρεινά | πεδειν (...)

120L’adjectif ἕλειoς [heleios] (63/110) est d’emploi restreint et présente la même ambiguïté que le substantif ἕλoς sur lequel il est formé522. Il s’applique essentiellement aux terrains, aux eaux et aux végétaux palustres523. L’espace qu’il note est mixte puisqu’il s’agit d’un terrain à cheval entre la terre et l’eau, qui pourrait figurer dans les biotopes mineurs de l’un ou l’autre élément ; mais il appartient en fait davantage (et très nettement dans les contextes zoologiques) au domaine terrestre524, et parafluvial, comme le dit Élien : “le pluvier est un oiseau qui fait partie des <oiseaux> de marais ; il évolue le long des berges des fleuves (παρὰ τὰς ὄχθας τῶν πoταµῶν)”525. Son acception zoologique est d’usage assez limité et l’on ne compte que onze occurrences partagées entre six auteurs526. Dans la majorité des cas l’adjectif sert à nommer une catégorie ornithologique, celle des oiseaux palustres : “<on peut> manger des étourneaux, des grives, des merles, des perdrix ainsi que les autres passereaux de montagne (τoῖς ἄλλoις στρoυθoῖς τoῖς ὀρείoις), mais <on doit> s’abstenir de canards et des autres oiseaux des zones humides (τῶν ἄλλων ἑλείων ὀρνίθων)”527. Cette catégorie, qui n’apparaît jamais nettement sous la forme du neutre pluriel substantivé comprend essentiellement les échassiers et quelques palmipèdes : “il existe des oiseaux qui n’ont rien de tout cela mais seulement un vaste jabot -ceux qui ont de grandes jambes et qui habitent les marais (ὅσα µακρoσκελῆ καὶ ἕλεια) -, en raison de l’humidité de leur nourriture”528. Ils partagent la caractéristique, due à leur nourriture lourde et variée, de présenter une chair coriace et indigeste : “<il faut> ainsi consommer des perdrix et des moineaux qui habitent en montagne et ont la chair tendre, et s’abstenir des oiseaux qui vivent en terrain humide et ont une chair coriace (oὕτω δὲ καὶ πέρδιξι καὶ στρoυθoῖς χρῆσθαι τoῖς ὀρείoις τε καὶ µαλακoσάρκoις, ϕυλάττεσθαι δὲ τά θ’ ἕλεια καὶ σκληρóσαρκα)”529. Ces oiseaux sont plusieurs fois distingués des oiseaux de plaine et des oiseaux de montagne : “il me semble que les moineaux [ou passereaux] de montagne, non seulement en raison de la subtilité de l’air, mais aussi à cause de leur nourriture l’emportent considérablement sur les oiseaux qui vivent dans les marais ou les plaines (τῶν ἐν ἕλεσί τε καὶ πεδίoις διαιτωµένωoν)”530. Cette distinction, véritable tripartition des habitats terrestres, se retrouve également dans les deux cas où l’adjectif ne détermine pas un groupe d’oiseaux. Cette distribution qui intègre l’ἕλoς dans les aires du sec concerne les éléphants531 et les chiens : “les chiens de montagne sont les meilleurs coureurs, ceux de plaine sont moins bons, et les plus lents sont les chiens de marais”532.

Notes

1 Il est souvent difficile de faire le partage entre les termes qui marquent une différence spatiale et ceux qui soulignent une particularité motrice, la frontière passant parfois à l’intérieur d’un mot. C’est pourquoi nous les présentons ici conjointement.

2 Voir Zucker, 1996.

3 Son sens est donc distinct de celui de ξηρóς comme en témoigne l’absence de chevauchement de leurs champ d’application respectifs : ξηρóς désigne le sec en tant qu’il s’oppose à l’humidité ; il s’agit moins pour ce terme de marquer une consistance ou une densité que de signaler le déséquilibre d’une composition élémentaire.

4 A., Th. 64.

5 Hdt. 2, 123. Hérodote définit aussi par ce nom le crocodile (Hdt. 2, 68 & 4, 192) et qualifie ainsi certains oiseaux (Hdt. 7,119).

6 Notons toutefois qu’il peut qualifier un ἐvoyage ou une ville qui se trouve à l’intérieur des terres (Pl., Lg. 704 b) ; Thucydide l’emploie pour désigner les hommes de la terre, qu’il oppose aux marins : Th. 7, 67, 2 (voir aussi E., Andr. 457) ; et le substantif féminin ἡ χερσαῖα désigne la chasse terrestre (Pl., Sph. 223 b).

7 Thphr., CP 3, 17, 2 ; cf. Id. 2, 3, 5 ; Id., HP 1,4,2 ; Id. 1,14, 3 ; Id. 4, 13 ,1 ; etc.

8 Voir par exemple : χερσαῖα | θαλάσσια (Aesop. 118) ; χερσαῖα ἔνυδρα (Alex., in Top. 425, 13) ; etc. Les combinaisons ternaires sont χερσαῖoς | ἔναλoς | αἰθέριoς (Plu. 956 c 5) χερσαῖoς | νηκτóς | πτηνóς (Plu. 991 d 5), χερσαῖα | πετεινά | θαλάσσια (Hdt. 2, 123), ἐπίγεια | πλωτά | πτηνά (D.S. 1, 7), etc.

9 VoirArist.,/ HA 487 18.

10 Pl., Sph. 220 b : oiseaux et poissons ἐpratiquent une forme de “nage”, dans l’air ou dans l’eau, distincte de la marche. De toute façon, l’existence de natures amphibies et d’espaces intermédiaires interdit toute partition rigoureuse qui respecterait exactement les biotopes. Ainsi Hérodote (2, 68) n’hésite pas à qualifier les crocodiles d’animaux de terre et d’étang (χερσαῖoν καὶ λιµvαῖoν)

11 Voir aussi τὰ ἀµϕίβια.

12 II sert aussi de qualificatif discriminant, voire de surnom pour distinguer plusieurs espèces d’un même genre : c’est ainsi que l’une des trois espèces d’aspic recensées par Philoumenos se nomme “ ὁ χερσαῖoς” (Ven. 16, 1, 2 sq.). Plus intéressant encore est son emploi, pour distinguer le pigeon (ὁ στρoυθóς) de l’autruche (ὁ στρoυθóς ό χερσαῖoς) qui est effectivement un oiseau “terrestre”. Seul Élien (NA 14, 13) semble user de cette formule (cf. ὁ στρoυθoκάµηλoς, ὁ στρoυθóς ὁ κατάγαιoς : Hdt. 4, 199 ; etc.).

13 Alex., Pr, (Sp.1 ,Pr. 7).

14 Le quatrième des genres cités par Platon dans le Timée est τò πεζòv καὶ τò χερσαῖov (Tim. 40 a 1).

15 Ce chiffre est celui des occurrences du mot au pluriel seulement. La somme des occurrences, toutes périodes confondues est 971 : Appien (62) ; Arrien (73) ; D.H. (53) ; D.S. (103) ; J. (42) etc.

16 Avant l’utilisation du cheval comme monture, les πεζοί s’opposent aux combattants portés par un char.

17 Le mot reçoit une autre valeur lorsqu’il est appliqué au discours : il désigne la prose face à la poésie, ou plus exactement un λóγoς “nu”, sans mètre ni accompagnement, face au verbe rythmé, chanté ou accompagné.

18 Ce “substantif” suppose néanmoins, comme dans les autres cas de substantifs dérivés d’adjectifs, l’ellipse de ζῷα. Le nombre impressionnant des références justifie qu’on s’en tienne ici aux seules occurrences pleinement pertinentes pour notre propos : les emplois du mot comme dénomination de classe.

19 Avant Platon on ne rencontre aucun emploi de ce terme, ni substantivé ni adjectif, dans son acception zoologique. Dans les cinq occurrences qui se trouvent chez Homère le registre est toujours militaire. L’absence totale de cette valeur dans le corpus hippocratique est des plus surprenantes comme aussi la désaffection qu’il semble connaître dans les œuvres aristotéliciennes de Philopon et Michel d’Éphèse qui font usage, presque exclusivement, de l’abstrait singulier τò πεζóς pour montrer que la classe repose sur une détermination ambiguë. Cette apparition tardive dans les textes ne signifie cependant nullement que cette acception n’entre dans l’usage qu’au ive siècle.

20 Chantraine (DELG, s.v. πεζóς) donne comme valeurs de l’adjectif : “qui va à pied” et “qui vit ou va sur terre”.

21 L’adjectif πεζευτικóς est un hapax aristotélicien (ga 715 a 28) : il est employé comme attribut et caractérise les animaux de la terre qui sont opposés aux animaux nageurs (νευστικά) et aux animaux “volant” (πτηνά).

22 Les grammairiens anciens dérivaient en fait le mot πεζóς de πέδoν (voir Eust., in Il. 1428, 4 ; Etym. M., 658, 33) ; Aristote rapproche aussi ce mot de πέδoν car “il semble en effet que le mot pieds (πóδες) vienne du mot sol (πέδoν)” (Arist., IA 706 a 32). Dans son Thesaurus de la Langue Grecque H. Étienne conteste la priorité du mot πέδoν sur πεζóς mais soutient que ce dernier mot renvoie plutôt à l’idée de terre qu’à celle de pied (TLG, VIII, p. 656). Il semble que πεζóς hésite en fait entre ces deux options.

23 Arist., HA 487 b 20.

24 Cf. Plu. 966 b 1 : ἐv τoῖς πεζoῖς καὶ γηγεvέσι. Les animaux sont les êtres liés à la terre (voir Arist., Long. Brev. 466 a 7).

25 Gal., Aliment, fac. 6, 668, 13. Galien qui fait entrer “de force” l’escargot parmi les pédestres semble en effet prisonnier d’une triade rigide qui, de loin, peut paraître appropriée, mais s’avère inadaptée lorsqu’on traite singulièrement des espèces. Il n’est pas impossible qu’en la circonstance ses scrupules soient également motivés par la similitude de l’escargot avec de nombreuses espèces marines...

26 Voir par exemple Pl., Lg 823 b 4 ; Str. 17,1,48 ; avec ἒνυδρα à la place de θαλάσσια : Thphr., Fr. 171, 3 ; Str. 17, 1,40 ; ou πλωτά : Arist., Somn. 454 b 16 ; Id., HA 488 a 1 ; Id. 542 a 23 ; Id. 586 a 22 ; Id., GA 771 b 10, etc. ; voir aussi : vηκτv καὶ πετεηνῶν πεζῶv τε (Orac. Sib., 8, 454) etc.

27 Alex., in Top. 533, 22.

28 Aristote, à propos de l’ambiguïté de la chauve-souris, dit qu’elle appartient ῆà ῆla ῆfois aux πεζά et aux πτηvά, mais reprend le premier terme par τετράπoδα au cours de son développement (PA 693 b 9).

29 Voir Pl., Plt. 276 a 4 : πεζoῖς τε καὶ ἀπτῆσι ; Pl., Smp. 207 a 9 ; Plt. 264 e ; Arist., HA 490 a 33 ; Gal., UP 3,443,14 ; Id., Aliment fac. 6, 703 ,4 ; Id. 705,6 ; Id., Rebus boni malique suci 6, 788, 7 ; Id., Glauc. 1,105, 5 ; etc.

30 “...et il y en a d’autres qui n’absorbent ni l’un ni l’autre, mais dont la complexión est adaptée à la température réfrigérante de chacun de ces éléments, ce qui leur suffit ; on dit que les uns sont terrestres, les autres aquatiques, bien qu’ils ne respirent pas et n’absorbent pas l’eau” (HA 589 a 10). Cf. Arist., Long. Brev. 466 b 26, et à propos de la respiration : Resp. 478 a 8 ; PA 669 a 7 ; Id. 697 a 30, etc.

31 Voir HA 589 b 2 :“en effet il n’est pas facile de définir chacun de ces animaux restrictivement comme terrestre ou comme aquatique s’il faut définir comme pédestre les animaux qui aspirent de l’air, et aquatiques ceux qui, de par leur nature, aspirent de l’eau, car le dauphin participe des deux” ; et un peu plus loin en conclusion : “De la vient le fait que parmi les animaux les uns sont pédestres, les autres aquatiques. Et les uns sont à cheval sur les deux groupes, les autres ne relèvent que d’un seul (Id. 590 a 7).

32 Ainsi Arist., GA 761 b 10 : “On peut en effet attribuer les végétaux à la terre, les animaux aquatiques à l’eau, ceux qui sont pédestres (πεζά) à l’air”.

33 D.H. 2, 64, 5, 1 ; parfois avec d’autres termes (τά αἰθέρια, τὰ ἐπoυράνια...) : D.L., 5, 32, 6 ; Clem. Al, P.1, 6, 1, 3 ; Luc, Im. 1, 13, 18 ; Plu. 955 b 7 ; Sor., Gyn. 1,41, 1 ;... A ce titre τὰ ἐπίγεια désigne, entre autres, les animaux : “tous les corps terrestres, les animaux et les plantes” (Ph., Opif. 1, 113, 11) ; il peut aussi désigner les mortels en général : D.S. 1,13, 1.

34 Ainsi Théophraste distingue deux sortes de lierre : “le lierre a des aspects variés : un type est rampant (ἐπίγειoς) et un autre grimpant” (Thphr., HP 3, 18,6 ; cf. Id. 6, 2, 2 ; Id. 6, 5, 3).

35 “Dans son Histoire des Plantes il écrit : les souterraines (ὑπóγεια) sont comme ceci et les terrestres (ἐπίγεια) comme cela” (Thphr., Fr. 168, 1).

36 Lucien distingue deux espèces de scorpions dans le désert des Dipsades : “l’un est terrestre et pédestre, l’autre est aérien et volant” (Luc, Dips. 3, 12) ; il est employé avec λέων pour distinguer l’animal du signe zodiacal du même nom (S.E., M. 5, 100, 8) ; ὁ βίoς ἐπίγειoς signifie chez Aristote une vie à ras de terre : “quelques oiseaux ne sont pas de bons voiliers mais ont un vol lourd et leur vie se passe sur le sol (ὁ βίoς ἐπίγειoς)” (Arist., PA 694 a 6).

37 Plat., R. 546 a 4 (où ἐπίγειoς apparaît comme une épithète “de nature” de l’animal).

38 Democr., Fr. B 5, 34 (= D. S. 1, 7, 5, 5 sq.) ; il n’est pas impossible que le mot ἐπίγειoς soit littéralement repris de Démocrite. Les “animaux terrestres” (τῶν ἐπιγείων ζῴων) sont aussi opposés aux aquatiques (τv ἐνύδρων) : Gal., Loc. affect. 8, 183, 16 ; aux marins (τv θαλασσίων) : S. E., M. 9, 5, 79 ; ou aux aquatiques et aux aériens (τv vηκτv καὶ τv ἀερίων) : J., A.J. 8, 44, 3.

39 Pl., Plt. 264 d. Le nom auquel se rapporte ξηρoβατικóς n’est pas précisément ζῷoν mais τρo ϕή (l’élevage).

40 Platon n’emploie pas le mot ἀερoβατικóς dans le passage mentionné ῆqu’Athénée cite, sans doute de mémoire, inexactement (Ath. 3, 99 b).

41 Arist., HA 559 a 18.

42 Dérivé de γίγνεσθαι (naître) et γῆ (terre).

43 Lyc, Alex. 1, 127 ; A.R. 3, 1048 ; Philostr., Im. 2, 27, 3 ; D.S. 1, 86, 3, 3 ; à propos des créatures : Ph., Jud. 1,132, 3 ; Id, Spec. I, 1,9,3 ;...

44 Titans, Géants ou dieux : A.R. 1,410 ; D. S. 3, 62,6,4 ;...

45 Zῴωv ἒθη νoµάς τε καὶ ϕύσεις ἃµᾳ τῶν γηγεvv πτηῶv τε καὶ θαλαττίων : Ar.Byz., Épit. 1,1-2.

46 Plu. 966 b 11.

47 Formé à partir de πέδov (sol) et βαίvειv (marcher).

48 A., Ch. 591.

49 Ce mot apparaît sous forme substantivée dans les textes d’Aristote : IA 710 b 11 ; Id. 711 a 10, etc.

50 Cette classe passe outre quantité de distinctions fondamentales aux yeux des Grecs à la fois sur le plan anatomique, physiologique et écologique. Même si cette qualité paraît sans aucune incidence dans le domaine culturel, il ne faut pas oublier qu’elle peut être marquée sans toutefois être nettement lexicalisée.

51 IA 708 a 22 (voir ibid. passim). Aristote a surtout en tête les quadrupèdes, comme en témoignent ses exemples, mais il faut reconnaître que ni les insectes (IA 713 a 26) ni les crustacés (Id. 713 b 11) ne sont oubliés.

52 Cf. Phlp., in Cat.13, 1, 41, 25.

53 Ces distinctions ne sont pas groupées mais éparpillées dans plusieurs textes (voir surtout HA 487 b 20 ; IA 714 b 15 ; Id. 732 a 22).

54 Cf. également l’adjectif platonicien ( ?) πoρεύσιµα (Pl., Épin. 981 d 2).

55 Le suffixe en -ικóς “a été d’un grand secours pour la constitution d’un vocabulaire philosophique” (Chantraine, 1979, p. 387 ; cf. p. 384-396). Aristote fournit 700 exemples de dérivés en -ικóς, qui constituent pour la plupart des formations nouvelles (ibid., p. 390). “Dans le vocabulaire des sophistes, <ces dérivés> ont également servi pour désigner les aptitudes ou les dispositions d’une personne” (ibid., p. 391). Les exemples que donne Chantraine des emplois aristotéliciens invitent à penser que cette valeur d’aptitude ou de faculté était privilégiée aussi par le philosophe surtout dans les adjectifs techniques (σωστικóς : capable de sauver ; πτητικóς : qui aide à la digestion ; ἑµετικóς : émétique ; εύµενικóς : disposé à la bienveillance ; άγνευτικóς : propre à purifier ; άϕρoδιαστικóς : porté à l’amour...). On ne s’étonnera donc pas qu’elle soit sensible également dans les termes zoologiques marqués par ce suffixe.

56 Aristote (31) est presque le seul, dans notre période, à employer ce terme (ajoutons Alex. (2), Ath. (2), Plb. (2) ; et les commentateurs d’Aristote que sont Philopon (34) et Michel d’Ephèse (10)).

57 Voir Arist., M 715 b 16 et GA 732 a 14 ; pour les “exsangues” voir Id., PA 667 b 3 ; pour les crustacés : Id. 683 b 25 ; Id. 685 a 15 ; Id., 1A 714 b 16, etc.

58 Arist., HA 588 b 16 ; GA 732 a 14 sq. Les πoρευτικά sont les animaux les plus achevés : Alex., An. 93, 21. Le fait qu’ils soient plus chauds par nature (Arist., GA 732 a 22) et qu’ils présentent tous un dimorphisme sexuel (Id. 730 b 33) en sont des signes sûrs.

59 Cf. Mich., in PN 138, 12 (<oί ίχθύες> oύ γὰρ δὴ ἕρπoντες oύ γὰρ είσιν ἑρπυστικοί).

60 Tὰ ἑρπυστικά (ἕλκη) désigne les ulcères purulents. Les premières occurrences se trouvent dans le corpus hippocratique (Coa praes. 618, 1 & Ulc. 3, 4) et par la suite chez Galien et Dioscoride.

61 Ptolémée établit une stricte équivalence entre reptiles (opheis et semblables) et herpustika lorsqu’il décrit l’action des constellations sur les êtres terrestres homologues : celles qui ont figure humaine affectent les hommes, et “parmi les autres signes de terre les quadrupèdes exercent une action sur les animaux à quatre pattes, et les bêtes rampantes (ἑρπυστικά) sur les serpents et les animaux de ce genre” (Ptol., Tetr. 2, 8,6).

62 La racine de ce mot a donné lieu à une grande variété de formations lexicales parmi lesquelles on peut citer (en dehors d’ἑρπετóν) τὰ ἑρπυστά (Orac. Sib. 8, 454), oί ἑρπυστῆρες (Id. 1, 370), et l’adjectif ἑρπυστής qui, chez Oppien, désigne tantôt un ophidien particulier (Opp., H. 2, 362), tantôt les serpents (Id. 2, 541 et 3, 202 : θῆρεσσι καί ἑρπυστῆσσιν), et qui se trouve appliqué également aux poulpes (Id. 1,305 et 2,455 ; cf. Id. 1, 312) et aux astéries (Id. 2,181). Les substantifs et adjectifs de la famille de ἕρπειν sont de formation tardive et surtout présents dans les textes juifs et chrétiens.

63 Voir Arist., PA 688 a 9. Il va sans dire que cela tient à un flottement réel (et perceptible dans de nombreux autres textes) dans la signification de ἕρπειv et non à une inadvertance du Stagirite. Le fait qu’Aristote considère qu il existe un mode de reptation verticale (illustré par les chenilles) et qu’il voit dans la reptation ophidienne un mouvement par flexions peut expliquer cette extension (cf. GA 729 a 24). Le même terme καµπή s’emploie d’ailleurs indifféremment pour désigner la flexion et l’articulation des membres. Cf. Gai., Anat. adm. 2, 537, 10 : “tous les animaux qui rampent (ἕρπει) comme les belettes et les rats, et tous ceux qui se tortillent (είλυσπάται) comme le serpent”.

64 Arist., HA 487 b 21 ; en IA 709 a 24 sq., le Stagirite explique la différence, pour les apodes, entre la progression par ondulation glissante ou ondulation décollante (équivalent de ἕρπετά (ici κυµαιvovτα) et par rétractation (ίλυαπάσει χρώµενα) \ cf. également le participe ίλυσπώµεvα : Pl., Tint. 92 a 7 ; Ph., Spec. IV, 113, 1.

65 Aristote sans reprendre exactement les termes ἑρπυστικά et ἰλυσπαστικά rappelle cette distinction dans son traité sur la Marche des Animaux, où il distingue trois modes de reptation : la reptation terrestre illustrée par les serpents, la reptation verticale (τ δ’ είς τò ἂνω, ὥσπερ αί κάµπαι) qui en est une variation et qui constitue le mode de locomotion des chenilles, et enfin l’ondulation des vers et des sangsues (IA 709 a 24 sq).

66 Gal., Anat. adm. 2, 537, 10.

67 Arist., HA 489 b 19 ; voir également Ph., Aet. 1, 487, 2 : “parmi les terrestres les animaux pourvus de pieds (ύπóπoδα) se déplacent d’une façon, les apodes d’une autre”.

68 N. B. : Les chiffres donnés pour ἂπoυς ne tiennent compte que des emplois du mot au pluriel.

69 Hp., Mul. qffect. 1,135,5 : “quatre cantharides, privées de leurs ailes, de leurs pattes et de leur tête” (voir Pseudo-Lucien, Alcyon 3,7,12).

70 Pl., Tim. 92 a 7 (ἂπoδά αύτὰ καί ίλυσπώµεvα έπί γῆς). On trouve aussi ce mot dans l’œuvre académique apocryphe Épin. 981 d 2, où il désigne les animaux terrestres apodes (ὅσα πoλύπoδα καί ἄπoδα). Comparer le passage d’Hippocrate avec Arist., HA 515 b 24, où Aristote parle des animaux naturellement ἄπoδα καί ἄχειρα ; cf. aussi Plu. 797 F 6.

71 Cf. Mich. (12) et Phlp. (10) = 22/43.

72 Voir Cyranides 2, 30 ; Ael., NA 6, 18 ; etc.

73 Ce mot, en fonction de substantif, est appliqué à ἔχεις et σελἀχη (Arist., GA 732 b 21 ; Id., HA 511 a 3 ; Id., Resp. 476 a 3), ainsi qu’à ϕάλλαινα et δελϕίς (Id., GA 732 b 26 ; cf. Id., Resp. 476 b 16 et HA 509 b 10) et plus généralement aux poissons (HA 489 b 23 ; cf. aussi Id. 515 b 24 ; Id. 540 b 29 ; Id. 586 a 35). Aristote donne également comme exemple des ἅπoδα un serpent de mer (ὓδρoς). Il évoque une subdivision des testacés sous le nom de τὰ ἂπoδα (HA 621 b 10). Artémidore annonce, après avoir parlé des animaux sauvages et domestiques, un développement sur les apodes : il réunit sous ce nom les serpents, les poissons et éventuellement les batraciens et autres reptiles sur lesquels il enchaîne son exposé (Artem. 2, 12, 126).

74 Arist., HA. 487 b 25. Il s’agit des Hirundinidae (cf. HA 618 a 31). On trouve un emploi analogue chez Xénophon à propos de chiens qui manquent de résistance à la course (X., Cyn. 1, 3, 3). Et de fait, le préfixe a- n’est pas toujours privatif et désigne souvent seulement un manque relatif ou une défaillance (voir ἅναιµος).

75 Pour les poissons, voir Resp. 476 a 3 et IA 714 a 21 ; pour les poissons et les serpents, voir HA 505 b 12 et PA 696 a 11.

76 Arist., IA 704 a 12 ; Id. 706 a 31 ; Id. 706 b 5 ; Id., PA 686 b 31 ; cf. aussi Plu. 636 e 6 ; Ph., Spec. IV, 113, 1, etc.

77 Ath. 8,353 f.

78 Avec le préfixe δι = deux.

79 Aristote et Alexandre totalisent à eux deux 434 des 506 occurrences. Il est seulement usité chez une vingtaine d’auteurs.

80 Le Stagirite l’emploie 100 fois dans l’Organon et la Métaphysique contre 52 seulement dans le corpus biologique.

81 L’adjectif δίπoής est employé aussi comme terme de mesure (= long de deux pieds) : Pl., Men. 83 d 5 ; Thphr., Lapid. 63,4 (Fr. 2) ; Str. 3, 3, 6, 3 ; etc.

82 Cf. Arist., Méta. 1020 a 34 : “la qualité se dit en un premier sens de la différence de l’essence ; par exemple, l’homme est un animal qui a la qualité d’être bipède, le cheval la qualité d’être quadrupède” ; cf. Id. 991 a 28 ; Id. 1006 a 30 sq. ; cf. Id., An. Pr. 31 b 28 ; Id. 32 a 5 ; Id. 57 a 12 ; Id., An. Post. 79 a 29 ; Id. 83 b 3 ; Id. 90 b 36 sq.

83 Voir (parmi de nombreux passages) Arist., Top. 101 b 30 : “— est-ce que animal terrestre bipède (ζῷον πεζòν  διποήν) est la définition de l’homme ? <...> est une prémisse ; mais si l’on dit - peut-on dire que animal terrestre bipède est la définition de l’homme ou non ?, c’est un problème”.

84 ...ὅ µόνσν τῶν ὅντων ἐπιστἠµης τῆς κατὰ λόγονς δεκτικόν ἐστιν, Def. Plat. 415 a 11 ; cette dernière qualité ne constitue pas une différence biologique comme le remarque Aristote (en Cat. 1 b 19) bien qu’il la reprenne en Top. 112 a 17 : “en disant d’un sujet qu’il est un homme, on dit du même coup qu’il est un animal, qu’il est un être vivant, qu’il est bipède, qu’il est apte à l’intelligence et au savoir (ἐπιστἠµης δεκτικόν)” ; cf. D.L. 6, 40, 6 ; cf. S.E., M. 7, 281, 3. Pour Platon, la bipédie est caractéristique de l’homme (Pl., Plt. 266 b 3 : “la nature départie à notre genre humain comporte-t-elle donc une autre sorte de marche que celle qu’exprime la diagonale puissance deux pieds (ἡ  διἀµετρος ἡ  δυνάμει διποής) ?”.

85 Voir Arist., An. Post. 92 a 1 sq. ; Id. 96b 32 sq. ; Id., Int. 20 b 17 ; etc.

86 Arist., PA 643 b 36 : “il arrive que la dernière différence semble être seule, par exemple celle d’animal à pied à fentes multiples ou de bipède, et les distinctions d’animal pourvu de pieds et d’animal à plusieurs pieds sont superflues” ; cf. Id., Méta. 1037 b 29.

87 Voir Plu. 636 e 6. Les chauve-souris sont également bipèdes (cf. Arist., HA 490 a 10) mais elles ne sont pas examinées séparément par Aristote qui doit les assimiler aux oiseaux lorsqu’il traite de la locomotion (cf. aussi HA 489 b 19 : “chez les animaux, les uns ont des pieds, les autres n’en ont pas. Parmi les premiers, les uns ont deux pieds, comme l’homme et l’oiseau - ce sont les seuls-, d’autres...”.

88 Pl., Plt. 266 e 6.

89 Id., Plt. 266 e 3 & Id. 266 a 3 sq.

90 Voir PA 643 a 1-3 : “s’il n’est pas possible qu’une seule forme de substance une et indivisible appartienne à des êtres d’espèce différente, si au contraire il doit toujours exister une différence entre eux (par exemple entre l’oiseau et l’homme : en effet la qualité de bipède (ἡ διποδία) est toute différente chez l’un et chez l’autre)...

91 Arist., IA 704 a 13.

92 Les bipèdes sont tous des animaux sanguins (HA 489 a 32).

93 L’homme est le seul bipède vivipare (HA 539 a 15 ; cf. Id. 509 b 24 ; Id. 510 b 15 ; Id. 510 b 23) ; cf. Ar. Byz., Épit. 1,98 ; Id. 2,7 ; pour l’oiseau voir Ar. Byz., Épit. 1,116.

94 Cf. Ath. 8, 353 f.

95 Arist., IA 711 a 12.

96 Arist., PA 693 b 3 ; cf. Id., HA 498 a 29 ; Id., IA 704 a 17 ; etc.

97 Arist., PA 695 a 7. Galien ajoute que les oiseaux n’ont pas le thorax plat (Gal., UP 4, 125, 3).

98 Arist., IA 706 a 27 : “Tous les animaux chez lesquels le haut et le devant sont distincts, par exemple l’homme et les oiseaux, sont des bipèdes”.

99 IA 706 b 4-5.

100 IA 706 9-10.

101 PA 693 b 5 sq.

102 GA 732 b 20 ; cf. Id. 732 b 16.

103 ...si l’on excepte le fait qu’à l’inverse des quadrupèdes, tous ont les membres antérieurs plus poilus que les postérieurs (voir Id., Pr. 896 b 30).

104 Arist., HA 502 b 22 (cf. PA 689 b 33).

105 Arist, PA 697 b 21.

106 Voir A., Supp. 895 : “il bondit vers moi, le serpent à deux pieds ((δίποής), pareil à une vipère [i.e. Échidna]” ; cf. A., Ag. 1258 : “c’est elle [Clytemnestre], la lionne bipède qui dormait avec le loup en l’absence du noble lion”.

107 Thphr., Fr. 174 (ap. Phot., Bibl. 278, 7) ; la source est Hérodote (Hdt. 4, 192 : “on les appelle bipèdes”) ; voir Ar. Byz., Épit. 2,361, qui reprend la version de Théophraste ; cf. Arist., HA 490 a 10 : “on dit qu’il y a des serpents bipèdes du côté de l’Ethiopie. Cf. aussi la tradition de l’énigme du Sphinx : Apollod. 1, 3, 53,3 ; Id. 1, 3, 54, 8 ; D.S. 4, 64, 4, 4 ; cf. Anaxilas, Fr. 22, 26, ap. Ath. 13,558 a ; etc.

108 Anaxag., Fr. A 114,2.

109 Arist. (259/531), Gal. (41/531).

110 Æsop. 120 ; cf. Id 251.

111 Voir e.g. Alex., Ref. soph. 1, 112, 25 : “le mouton est quadrupède terrestre mais n’a pas une double dentition complète”.

112 Arist, IA 704 a 13 (cf. Id., HA 489 b 19).

113 Voir Arist., HA 498 b 5. Ils forment un niveau unique dans le tableau de la création présenté par Platon, Tim. 92 a 2.

114 À la différence des bipèdes, les autres animaux (apodes, polypodes ou quadrupèdes) n’ont pas de partie haute ; “au contraire, les animaux où se confondent le devant et le haut ont quatre pieds (τετράπoδα), des pieds multiples, ou n’ont pas de pieds” (Arist., IA 706 a 30 ; cf. pourtant Id. 706 b 6 sq. ; GA751 a 17).

115 Voir Alex., Top. 1, 373, 3 ; ld 371, 17 sq. ; cf. Arist., PA 655 b 13. Ils sont rarement associés à l’homme (cf. pourtant PA 684 b 23).

116 Alex., Top. 1, 371, 6.

117 D’où la difficulté de l’énigme du Sphinx (voir Apollod., Bibl. 1, 3, 53, 2 ; Plu., Fr. 136, 31, etc.) ; cf. Arist., HA 501 a 3 : “...dans la première enfance il se traîne à quatre pattes (παιδίoν ὄν ἔρπει τετραπoδίoνζ)”.

118 Voir Arist., Méta. 1020 a 33.

119 Gal., Aliment, fac. 6, 680, 13 : “Sur l’estomac, l’utérus et les intestins des quadrupèdes (έν τoῖς τετράπoσι ζῴοις)” (titre) ; Id. 6, 701, 4 ; Meth. med. 10, 492, 10 ; Puero epilept. 11, 372, 14 ; Simp. med. 12, 280, 10 ; etc. Hippocrate (2) emploie rarement le mot parce que les quadrupèdes sont désignés par les termes ἃγρια vs ἥµερα ou τιθασσά, ou bien sont nommés spécifiquement mais non génétiquement. C’est aussi, dans un autre registre, la catégorie retenue dans la collection des Cyranides dont le second livre est consacré aux quadrupèdes (Περì ζῴων τετραπóδων).

120 Arist., HA 489 a 32.

121 En outre, il n’y a pas de nom (comme “homme” pour les bipèdes) pour désigner l’ensemble du genre (Alex., Top. 1, 533, 21 ; cf. Id. 397, 7). Dans toutes les espèces de quadrupèdes, existe une différence entre les sexes (Arist., HA 537 b 30 ; cf. Id. 608 a 24) ; en outre “la position du fœtus dans l’utérus est la suivante : les quadrupèdes sont tous allongés” (Id. 586 a 35) ; et ils ont tous des os durs (Arist., HA 499 a 31).

122 Les oiseaux fléchissent leurs membres de la même façon (Arist., GA 712 b 22) ; et les serpents se déplacent comme eux (Arist., IA 707 b 22).

123 IA 704 a 23.

124 Voir Arist., HA 498 a 16 ; IA 704 b 5 ; sur la locomotion des quadrupèdes voir HA 490 a 29 ; Id. 498 a 6 ; Id. 497 b 18 ; Id. 513 b 36 ; GA 728 b 8.

125 Voir Arist., GA 732b 17.

126 Arist., HA 490 b 19.

127 En particulier, mais non seulement, pour l’étude des caractères sexuels : la position des organes reproducteurs (Arist., GA 718 b 3), et en particulier de l’utérus (Id, HA 510 b 16) ; sur leur copulation (Id., GA 717 b 30 ; cf. HA 497 b 13) ; etc.

128 Arist., HA 501 a 10 ; cf. Id. 499 b 6.

129 Arist., GA 717 b 5.

130 Arist., GA 718 b 16.

131 Arist., HA 505 b 28 (voir Id. 502 b 28 ; cf. Arist., GA 716 b 22 et Ar.Byz., Épit. 1,116).

132 Arist., PA 657 b 11 : τά δὲ τετράπoδα τῶν ᾡoτóκων ϕoλιδωτά ἐõτιν (cf. GA 719 b 11).

133 Arist., PA 691 a 31 ; Resp. 476 b 1 ; “les quadrupèdes ovovivipares ont des crocs non pas comme le lion mais comme les poissons” (Arist., PA 691 a 10).

134 Arist., PA 676 a 23 ; Id. 690 b 14 : “pour le reste [Le. indépendamment de la différence de pattes], le genre des serpents a un aspect très proche de celui des quadrupèdes ovipares” ; cf. Id. 692 b 1 ; Id. 697 a 13. Mais comme formes de vie serpents et quadrupèdes sont bien distincts : Gai., Comp. med. 13, 919, 16.

135 Arist., HA 536 b 30.

136 Arist., PA 669 b 5.

137 Pl., Leg. 824 a 7 ; et même Aristote parfois (voir Arist., PA 657 a 13, où il est question des oreilles des quadrupèdes ; or les ovipares n’ont pas d’oreilles : Arist., PA 657 a 21). Pour des remarques générales sur les poils des quadrupèdes : ibid. 658 a 16 ; sur la queue des quadrupèdes qui s’épaissit après la parturition : Id., HA 573 a 21 ; sur les pieds des quadrupèdes (en fait seuls les cas des vivipares sont pris en compte) : Arist., PA 690 a 5 ; cf. Alex., Pr. 2,68, 12. Tετράπονς est lié à θήρ (τετράποδα θήρια) : Aret., S.A. 1, 15, 7 ; cf. LXX, Job. 41, 17 ; LXX, Baruch, 3, 32 ; ou à βóσκηµα (Tετράποδα Boσκήµατα) : Ar., Fr. 42, 15 ; cf. Ar., Nub. 659.

138 Arist., Resp. 476 a 33

139 Kαθάπερ τὰ τετράποδα : Arist., HA 567 a 3 ; Id. 566 b 6 ; cf. Id. 565 b 16 ; Id. 591 b 23 ; PA 662 b 13 ; etc.

140 Arist., HA 490 b 31

141 Arist., HA 578 a 6 ; cf. Id. 518 b 31

142 Arist., HA 516 b 20

143 Arist., Pr. 898 a 9

144 Arist., HA 540 a 27

145 Arist., HA 507 a 34.

146 Arist., PA 632 a 5.

147 Arist., HA 611 a 15 ; GA 786 a 30 (cf. HA 594 a 25).

148 Arist., IA 713 a 16 (cf. Id. 713 b 18)

149 Arist., Fr. 290, 5 = Plu. 670 c 1.

150 Voir Arist., HA 522 b 30 : τὰ ϕαγεῖν δυνὰµενα τῶν τετραπóδων; Id. 536 a 5 : τῶν δ’ ἐχóντων γλῶτταν καί πλεύµονα ὄσα µὲν ᾡοτóκα ἐστὶ καὶ τετρὰποδα ; PA 659 a 23 : τὰ πολυδάκτυλα τῶν τετραπóδων; ibid. 541 b 21 : τὰ ỏπισθουρητιὰ τῶν τετραπóδων.

151 E. g. par l’expression ἔνια τῶν τετραπóδων : Arist., GA 781 b 14 ; HA 492 a 32 ; Id. 496 a 19 ; Id. 539 a 15 ; Id. 594 b 28 ; Id. 630 a 14 ; Id., PA 658 a 1 ; cf. aussi HA 488 a 23 ; Id. 496 b 27 ; Id. 505 a 23 ; Id. 505 a 33 ; Id. 506 a 22 ; Id. 539 b 26.

152 IA 714 b 13. Sur le phoque voir HA 498 a 32 (“un quadrupède handicapé”, πεπηρωµένον τετρὰποήν) et GA 781 b 23 ; sur la chauve-souris voir PA 697 b 8 (cf. LXX, Job 35, 11). Basile (Hex., 8, 181 A) appelle la chauve-souris un oiseau (τετρὰποήν τó αύτò καὶ πτηνòν ἡ νήκτερὶς). Dans Cyranides 2,28 la chauve-souris est traité au milieu des quadrupèdes et présentée avec la mention : “la chauve souris est un animal quadrupède ailé connu de tous ; elle vole comme une hirondelle et procrée et allaite comme un quadrupède”.

153 Arist., HA 490 b 1 (cf. Id. 552 b 21 ; Antig. 85).

154 Arist., HA 589 b 28.

155 Arist., PA 697 b 17.

156 Arist, HA 490 b 31.

157 Arist., HA 502 a 17 ; cf. Id. 502 a 23. Mais le singe n’est pas considéré comme sujet intégré de cette classe : Id. 502 b 15 ; voir Gal., UP 1, 4, 126, 12 (il est à cheval (ἐπαµφοτερἱζει) sur les deux catégories (οὔτε διπσήν ἐστἱν ἀκριβῶς οὔτε τετρἀποήν) ; cf. ibid. 1, 4, 251, 10. Certains animaux sont également marginalisés à l’intérieur de leur groupe, par des qualités extraordinaires, mais de façon minime : le chameau (Arist., HA 499 a 13), la tortue de mer (Id. 506 b 27), le hérisson (Id. 539 b 33), etc.

158 Dans tous les textes qui suivent, la valeur supragénérique, sans être incontestable, semble pouvoir se déduire du contexte (cf. Bonitz, Index Aristotelicus, s.v. πολύποής) : Hp., Vict. 2, 48, 14 ; Mull. affect. 59, 20 ; Morb. pop. 217, 34 ; Id., Superfet. 29, 34. Cf. Arist., PA 642 b 19 : τῶν πολήπóδων γἀρ ἐστι τἀ µἐν ἐν τοῖς πεζοῖς τἀ δ’ ἐν τοῖς ἐνύδροις (dans le passage, Aristote reproche aux divisions académiques de séparer des espèces ỏµογενῆ  et il ne peut s’agir ici que des céphalopodes octopodes et non des insectes) ; cf. Arist., PA 654 a 20 ; Id. 678 b 28 ; Id. 679 a 8 ; Id. 685 a 14 ; HA 523 b 14 ; Id. 524 b 28 ; Id. 558 a 6 ; Resp. 477 a 4 ; cf. Gal., Aliment, fac. 6, 736, 11 ; Rebus boni malique suci 6, 769, 8 ; Arist., Fr. 300 ap. Ath. 7, 318 e ; cf. Arist., PA 685 a 24 : τἀ πολήποδώδη, “les animaux de la famille du poulpe”.

159 De plus ce terme a un emploi médical et désigne un chancre (ou ulcère), ou ce que nous désignons aussi par le terme “polype” : Hp., Fract. 3, 517, 29 ; cf. Gai., Comp. med. 12, 684, 17 ; etc.

160 Hom., Od. 5, 432 ; h. Ap., 77 ; S., Fr. 289 ; Anaxandride, Fr. 41, 29, ap. Ath. 4, 131 d ; etc.

161 HA 525 a 3 sq. ; etc.

162 Cf. S., Él. 488 (il qualifie la vengeance). Plat., Épin. 981 d 1 (ὃσα πολύπσδα καί ἅποδα).

163 Cf. aussi HA 489 b 19 : “chez les animaux, les uns ont des pieds, les autres n’en ont pas. Parmi les premiers, les uns ont deux pieds <...>, d’autres en ont quatre <...>, d’autres en ont davantage (τἀ δἐ πλείοής) encore comme la scolopendre et l’abeille”.

164 Arist., IA 704 a 13 ; cf. Plu. 636 e 6 (alors que la viviparité est un mode de reproduction restreint à quelques animaux, il existe des espèces ovipares dans toutes les catégories animales ; cf. Ph., Spec. IV, 113, 2).

165 Arist., IA 706 b 5.

166 Cf. Arist., PA 686 a 24, où Aristote reprend les spéculations de Platon sur la nature aérienne de la pensée et l’attraction terrestre des êtres psychiquement et intellectuellement lourds.

167 Pl., Tim. 92 a.

168 Avoir plus de quatre pieds est superflu (IA 708 b 4).

169 Arist., IA 706 a 30.

170 C’est ce qu’il explique dans une analyse en PA 686 b 2-687 a 3, sans évoquer le cas des oiseaux, et qu’il conclut par ces mots : “nous avons dit pourquoi certains animaux ont deux pieds, d’autres plusieurs (τἀ δὲ πολύπσδα), alors que certains en sont dépourvus” ; même réflexion chez Galien (cf. Gai., UP 3, 178, 18). Quadrupèdes et polypodes ont aussi le même type de déplacement : “tous les animaux se meuvent de la même façon, qu’ils aient quatre pieds ou davantage (πολύποδα) ; ils se meuvent en diagonale” (Arist., HA 490 b 4 ; cf. Id. 498 b 6).

171 Arist., IA 713 a 26.

172 Arist., PA 682 b 2 ; cf. ibid. 686 b 31 : “et à mesure que la chaleur qui élève devient plus faible et l’élément terreux plus abondant, le corps des animaux est plus petit et les pattes nombreuses (πολύποδα) : les pattes finissent même par disparaître et le corps traîne sur le sol. En continuant dans cette voie, tes êtres vont jusqu’à avoir le principe vital en bas et la partie où se trouve la tête finit par être immobile et insensible : ils deviennent des plantes”. Cf. ibid. 682 a 37.

173 IA, 707 b 1 ; cf. HA 532 a 2.

174 Arist., PA 684 b 12.

175

176 Arist., IA 713 b 24. P. Louis traduit “...des quadrupèdes ovipares qui n’ont pas de sang et possèdent plusieurs pieds”, ce qui n’a aucun sens car aucun quadrupède n’est dépourvu de sang (sauf l’éphémère), ni... n’a plus de quatre pieds ! Ici il est clair que πολύποδα est synonyme d’ἔντοµα.

177 Signalons les insectes appelés oἱ ὅνοι oἱ πολύποδες (les cloportes) : Arist., HA 557 a 23 ; cf. Dsc. 2, 35, 1, 1 ; Cyranides 2, 32 : “les ânes qu’on trouve sous les cruches sont de petites bestioles à plusieurs pattes”.

178 Cf. HA 490 b 15 : “tous ces animaux [i.e. τὰ ἔντοµα] sont des non sanguins et ceux qui sont munis de pieds, en ont un grand nombre (πολύποδα)” ; à propos des poux de mer, Aristote joint les deux caractères : “tous ces animaux sont polypodes ; ils sont non sanguins et segmentés” (Id. 557 a 26).

179 Arist., HA 531 b 29 ; Id. 505 b 5 ; Id. 532 a 2 ; PA 642 b 19 ; Id. 682 b 2 ; IA 707 a 30 ; Id. 708 b 5 ; les scolopendres de mer ont plus de pieds (πολύποδες µᾶλλον) que les terrestres : HA 505 b 16.

180 II est vain de chercher, dans le choix d’un auteur pour telle ou telle forme, une arrière-pensée “étymologisante” (cf. EM, p. 666, 35 : peteinon : certains distendent la voyelle, raportant le mot, étymologiquement à pterux (aile) et teinein (tendre)”). Une étude systématique des rapports entre la forme utilisée et le mètre en poésie serait sûrement plus fructueuse.

181 De la même façon κτῆvoς est formé à partir de κτάοµαι ; voir Chantraine (1933, p. 420).

182 La distribution des adjectifs, selon les auteurs, se fait grossièrement ainsi : πτηνóς, qui est le terme usuel, est employé par une centaine d’auteurs, généralement en prose attique, à partir d’Eschyle. C’est le terme qu’emploie Aristote (62) ; πτανóς se trouve surtout dans les passages lyriques des tragédies (Euripide (11), Sophocle (3), Eschyle (2) ; cf. Pindare (2)) ; πετεινóς est la forme la plus fréquente dans les textes chrétiens (LXX (98) ; cf. J. Chrys. (156)) et ne se rencontre sinon que de façon isolée (Hérodote (3), Flavius Josèphe (4)), plutôt dans les textes de prose, à partir de Théognis (1) ; πετηνóς est une forme archaïque utilisée en poésie (Aristophane (2), Eschyle (1), Hésiode (1)), et présente dans un fragment d’Anaxagore ; πετεεινóς ne se trouve que dans un oracle sibyllin (et deux épigrammes de l’Anthologie Palatine) ; πετεηνóς est le terme homérique par excellence (Homère (11), Hésiode (1), Oracles Sibyllins (9) ; cf. Eustathe (6)). Des trois formes de l’adjectif construit sur ποτὰοµαι seule la forme dorienne ποτανóς est usuelle dans les textes lyriques ou les passages lyriques de tragédies (Épicharme (1), Euripide (6), Pindare (4)) ; ποτηνóς n’apparaît qu’une fois dans un vers attribué aux “Homérides” (Pl., Phdr. 252 b 8), et ποτηνóς dans un vers d’Apollonios de Rhodes (4,1240) et une liste d’Hérodien (Pros. cath. 3, 1, 220, 6).

183 Nous utilisons πτηνóς de façon générale, pour toutes les formes citées.

184 Ainsi avec ιοι, βέλη (S., Ph. 166 ; E., HF 179 ; Plu., Cross. 18, 3,9) ; ἃρµα (Pl., Phdr. 246 e ; Plu. 740 b 7 ; Id. 1102 e 7) ; πέδιλα (E., Él. 460) ; δίωγµα, κ.τ λ. (E., Or. 989 ; Pl., Prt. 320 e 3) ; µῦθοι, λóγοι (E., Or. 1176 ; Pl., Le. 717 d 1 et 823 b) ; ὄνειροι, έλπἰδες (E., IT 7 571 ; Id., Phen. 1539 ; Id., Fr. 271) ; etc.

185 Pl., Ion 534 b 4 ; cf. P., N. 7, 22 (ποτανᾷ µαχανᾷ) ; Id. 5, 14 & 8, 34.

186 Voir Pl., Phdr. 252 b 8 ; cf. E., Hipp. 1275 ; Plu., Fr. 137, 3. Flavius-Josèphe appelle les chérubins ζῷα πετεινά (AJ 3, 137,2).

187 Ainsi ἴππος (E., IT 193 ; Men., Pk. 342 ; Str. 8, 6, 21, 34) ; σκορπίος (Str. 15, 1, 37, 25 ; Luc, Dips. 3, 14) ; ὄϕις (J., A.J. 2, 245, 4) ; σῦς (Ar.Byz., Épit. 2, 564) ; τευθίς (Epich., ap. Ath. 7, 318 e). Les aigles sont appelés “chiens volants”, ππανοῖσ κυσί (E., Ag. 136). Le mot acquiert tardivement le sens de “rapide” en Lib., Ép. 219, 5 (παρδάλεις) et Ibid., 1402, 3 (κάµηλοι).

188 A., Th. 1020 : πετηνῶν οἰωνῶν (cf. Ar., Av. 1393) ; cf. πτηνòν ỏρνίθων γένος (Ar., Av. 1707).

189 Hom., Il. 2,459-60 ; cf. Eust., in Il. 1, 389,13 qui explique ainsi l’adjectif : “peut-être pour les dissocier des oiseaux de basse-cour”. Les autres oiseaux zainsi qualifiés sont αἰετός (l’aigle : Il. 15, 690 ; Id. 8, 247 ; Id. 17, 675 ; Id. 21, 253) et κίρκος ou ἴρηξ κίρκος (le faucon : Il. 22, 139 ; Od. 13, 187).

190 Épich., Fr. 152 (= Ath. 2,57 d).

191 Hom., Od. 16, 216. Eustathe glose ainsi le sens de πετεηνά dans ce passage : “sont peteêna les [oiseaux] capables de voler et pour ainsi dire en mesure de quitter le nid” (in Od. 2, 121, 24). Dans un passage controversé des Troyennes d’Euripide πτηνός semble au contraire qualifier des oisons et connoter la jeunesse d’une couvée (E., Tr. 146-8).

192 Le contraire de πτηνός est ἃπτηρος (Str. 17, 3, 11,2 ; cf Arist., PA 643 b 1). Aristote met plutôt l’accent sur le mode de locomotion (voir PA 643 b 3 : πορευτικά vs πτηνά) mais lie intimement anatomie et mouvement (GA 715 a 27).

193 Les oiseaux le plus fréquemment qualifiés de πτηνός sont aussi ceux qui apparaissent le plus souvent dans les textes.

194 Voir E., Ion 505 (cf. ibid. 106 et 903 ; cf. S., Ant. 1082-83).

195 Voir Orac. Sib. 1, 3,224 (oἰωνoπόλων πετεεινά) ; cf. Id. 1,95.

196 Notons qu’Hippocrate n’use jamais de ce mot sans pertinence alimentaire (alors qu’on en trouve 37 occurrences chez Galien) et préfère ὂρνις, plus usuel et plus concret.

197 Hom., Il. 17,674.

198 Pl., Sph. 220 b 4 ; et en Plt. 266 e 6, Socrate dit que pour isoler l’homme parmi les bipèdes il faut encore le distinguer du πτηνòν γένoς ; ces deux genres se distinguent en ceci que l’homme est ψιλóς (nu) alors que le πτηνòν est πτερoφυές (emplumé). Aristote attribue plusieurs fois aux πτηνὰ en général des qualités qui ne peuvent convenir qu’aux oiseaux, en particulier lorsqu’il est question de reproduction (HA 542 a 29 ; GA 746 a 23 ; Id. 758 a 27 ; Id. 771 b 11 ; cf. PA 685 b 22...).

199 Aristophane dit que l’escarbot (κάνθαρoς) est “le seul volatile (πετεινῶν) à être allé chez les dieux” (Pax 130).

200 II convient de signaler que πτηνóς peut également être une subdivision de τὰ ἒντoµα (les insectes) sans que cette variante soit significative (Arist., HA 535 b 6 : τὰ πτηνά <τῶν ἐντόµων> ; Id. 532 a 19).

201 Pl., R. 552 c 6. Cette acception est claire aussi dans les emplois aristotéliciens de l’adjectif (voir HA 490 b 3 sq).

202 Arist., HA 490 a 5. Aristote détaille dans la suite la catégorie des insectes ailés (τὰ πτιλωτά) :HA 490 a 13 sa. Il ne cite parmi les δερµóπτερα que deux espèces de chauves-souris dont l’oreillard (voir HA 697 b 2).

203 GA 758 a 25. Il n’en reste pas moins qu’Aristote, la plupart du temps, emploie πτηνά dans son sens littéral et n’illustre pas uniquement cette classe par des noms d’oiseaux (voir HA 487 b 19 ; Id. 532 a 19). Les successeurs, disciples et commentateurs d’Aristote s’inscrivent dans cette tradition (voir Alex, in Top. 118, 28 (τὰ ἔντοµα τῶν πτηνῶν) ; Id. 139, 15 (ἐν τoῖς πτηνoῖς τὰ ἔντοµα) etc.) ; cf. Ph., Heres 239, 3. On trouve, dans les Divisiones Aristotelae 63, 14 : “volatiles (πτηνά) : comme les oiseaux, les guêpes, les abeilles, et tous les autres animaux qui, en vertu d’une spécificité de leur nature, se déplacent à travers les airs”.

204 Arist., IA 710 a 4 ; voir Id., A.Po. 96 b 39 : “tout animal n’est pas à aile entière ou à aile divisée : [l’alternative concerne] seulement tout animal ailé (πτηνóν)”.

205 La tradition juive donne à l’espace une valeur critériologique essentielle comme on peut le voir tant dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau Testament (N.T., Actes 10, 12,2 ; voir ibid. 11, 16, 4 ; Rom. 1,23,3, ect.). Les occurrences de mot dans la Septante mériteraient un examen particulier, ne serait-ce qu’en raison de leur nombre (98). Dans les passages du Pentateuque qui évoquent la création et les prescriptions alimentaires imposées aux Hébreux, on rencontre le mot τὰ πτηνά avec le sens de “volatiles”. L’oiseau est appelé dans la traduction grecque πετεινoν πτερωτόν (Gen. 1, 21, 3), tandis que les insectes volants dont il est fait souvent mention (en particulier en Lev. 11, et Deut. 20) sont appelés, par une sorte d’oxymore, τὰ ἐρπετὰ τῶν πετεινῶν (Lev. 11, 20, 1 ; voir Id. 23, 1) ; ils sont dissociés des insectes terrestres, des quadrupèdes et des apodes terrestres (ainsi que des poissons), et réunis aux oiseaux sous le vocable collectif de πετεινὰ τoῦ oνρανoῦ (Gen. 1,28,3). Il faut toutefois remarquer que le plus souvent dans la Septante et chez les exégètes πετεινὰ τoῦ oὐρανoῦ renvoie aux seuls oiseaux (voir N.T., Luc 8, 5, 3 ; Id. 9, 58, 3, ect. ; Ph., Alleg. 1, 2, 9, ect.). La classification grecque des animaux dans le Pentateuque se démarque légèrement de la version du texte massorétique.

206 Voir e.g. Ael., NA 7, 19 : “il y a aussi des espèces timorées parmi les volatiles : les moineaux ; et parmi les animaux aquatiques : les mulets”.

207 Theoc. 15,118 (voir Hdt. 1, 140, 12 ; Id. 3,106,6) ; cf. Orac. Sib. 3,70 ; Id. 1, 207 & 277 ; Id. 3,28 ; Id. 8, 344 & 364 ; Orph., H 1,78, 10 ; Ph., Confus. 24, 5 et Vit. Mosis 1, 192, 8 ; Clem. Rom., Нот. 6, 23,1, 4 ect.

208 Voir Alex, in Meta. 381 a : “certains genres sont opposés et ne peuvent non plus être subordonnés l’un à l’autre, comme animal terrestre et animal volant, ou agir et subir”. En revanche τὰ έρπετά est très rarement opposé à τὰ ἔνήδρα.

209 Democr., Fr. В 5,31.

210 On peut trouver, dans les textes aristotéliciens, les combinaisons suivantes : πεζά¦ πλωτά ¦ πτηνά (Arist., HA 542 а 23 ; Id., GA 743 b 24), πεζά ¦ ἔνήδρα ¦ πτηνά (Arist., Cat. 15 а 2), χερσαῖα ¦ ἔνήδρα ¦ πτηνά (Ps.-Arist., Mu. 398 b 30), πεζεήτικά ¦ νεήστικά ¦ πτηνά (Arist., GA 715 а 27),...

211 Voir Ar., Aν. 797 : “devenir ailé  ύπόπτερον), cela ne vaut-il pas tout ?”.

212 Pour l’amour : Pl., Ale. 135 e 2 ; Euboulos, ap. Ath. 13, 562 с ; Apollod. 1, 60, 3 ; un char : Pl., Phdr. 246 a 7 ; Aristid., Eleusin. 257, 14, 5 ; l’âme ou le souvenir, etc. : A., Choeph. 602 ; E., Нес. 1264 ; Id., Hel. 618 ; Ath. 11,470 b ; Ph., Spec. I, 1, 2, 45, 6 ; etc.

213 E., Fr. 1132, 15 : ὑπóπτερον λέοντα.

214 P., O. 9, 24 ; Pl., Phdr. 256 b 4 ; Id, Crit. 116 d 8 ; Luc, Somn. 15, 5 ; Id., Hist. Conscr. 8,6.

215 E., Hel. 1236 ; Ion, ap. Ath. 6,267 d.

216 Hdt. 3, 107 & 3, 109 : ὄφιε∑ ὑπóπτεροι ; cf. Luc, Philops. 3, 14 : δρακóντων ὑποπτέρων ; Plu. 832 a 4 : ἁρπήία∑ τινὰ∑ ὑποπτέροή∑. Il qualifie des chevaux mythiques (Palaephat. 28 et 29), la Sphinge (Ael., NA 12. 38), etc.

217 Ar., Av. 786 : “supposez que l’un de vous, spectateurs, soit muni d’ailes (ὑπóπτερο∑)...”.

218 Arist., HA 552 b 12 ; Id., Fr. 359 ; cf. S., Phil. 288 ( ὑποπτέροή∑ πελεία∑) ; Pl., R. 573 a 1 ( ὑπóπτερον καὶ µἐγαν κηφῆνὰ τινα) ; Aristid., Panath. 102, 9 (µύρµηκα∑ ὑποπτέροή∑) ; Luc, Nav. 44, 12 (γρὺψ ὑπóπτερον θηρίον) ; Id., VH 1, 16 (θηρία ὑπóπτερα) ; etc.

219 Ael. NA 9,58.

220 Aristote emploie aussi très souvent l’adjectif substantivé au masculin : oἱ (µὴ) πτητικοὶ <ὄρνιθε∑>. Les oiseaux à vol lourd peuvent être appelés oί ἐπίγειοι <ὄρνιθε∑> (Arist., HA 633 a 31 ; cf. Ath. 9, 387 b).

221 Thphr., Fr. 181,2 ; on voit qu’il peut être renforcé par un adjectif descriptif (ici βραχέα). Voir PA 657 b 24). On trouve également l’adjectif à la forme comparative : Arist., Long. Brev. 485 a 18.

222 Ar.Byz., Épit. 1,18 (cf. Id. 1,28 & 2,439). Aristophane n’emploie jamais ce mot avec un autre sens. Cette valeur peut s’expliquer pas la contamination de mots tels τὰ νεήστικὰ ou τὰ πεζεήτικά qui ont un sens large.

223 Arist., Cat. 6 b 38 sq

224 Voir Ptol. Tetr. 2, 8, 8, où le mot vise les constellations ailées (aussi bien le cygne que l’archer) : “Les signes souverains qui se trouvent dans les signes à forme ailée (πτερωτῶν), comme la Vierge, le Sagittaire, le Cygne, l’Aigle et les figures semblables, exercent une action sur les oiseaux et principalement sur ceux qui sont comestibles pour l’homme”.

225 Cet emploi est surtout tardif : τῶν πτερωτῶν λόγων (Aristid., περι το παραφέγµατο∑ 1, 390, 29) ; πτερωτό∑ qualifie une fois le tonnerre (βροντή : S., OC 1460). Platon en use dans Phèdre pour qualifier l’âme, mais dans un tableau qui, dans son ensemble, est très imagé et concret (Phdr. 249 d 6 sq.) ; de même lorsque Lucien décrit les πτερωτοὶ ὄρνειροι, habitants matériels de l’île des Songes (VH 2, 34).

226 Pour une arme de jet (E., HF 571 ; etc.), un char (A., Pr. 135 ; etc.), un navire (Lyc, Alex. 1, 314), une divinité (Apollod. 3, 199,4, etc. ; surtout Éros : Pl., Phdr. 252 b 9 ; Corn., ND 1,47, 6). À l’instar de πτηνó∑, cet adjectif qualifie éventuellement un homme “rapide comme le vent” (E., HF 628 et 1158).

227 Anacr., Fr. 35,10-13. Les emplois figurés sont relativement rares puisque les emplois littéraux de πτερωτó∑ représentent plus des quatre cinquièmes des cas. Πτερωτó∑ qualifie toujours l’animal dans son entier (à l’exception de D.S. 3, 28, 2, 6, où il qualifie les flancs [τὰ∑ πλεήρὰ∑] de l’autruche). Notons que πτερωτó∑ est absent du corpus homérique et des poèmes hésiodiques dans lequel on ne trouve que πτερóει∑ (jamais substantivé, il qualifie des traits (Hom., Il. 16, 773) et surtout des oiseaux (Il. 1,201)) ; alors qu’on trouve comme dans la langue classique les substantifs πτερóν ετ πτέρήξ pour désigner l’aile (le plus souvent au pluriel : Hom., Il. 2,422 ; Od. 2,149, etc.). Sans doute parce que πτερωτóν se confond souvent complètement avec ὄρνι∑, peut-être aussi parce qu’il s’agit d’un mot attique avant tout, on ne le rencontre non plus dans aucun texte médical.

228 Voir Arist., Cat. 7 a 2 ; πτερωτó∑ définit vaguement un type de phanères, à côté de φολιδωτó∑, λεπιδωτó∑ (Id., GA 733 a 12) et θρἱξ (Id. 783 b 4).

229 Ainsi ὄφι∑ : Hdt. 2, 75 ; Arist., HA 490 a 10 ; Paus. 9, 21, 6, 9 ; D. Chrys., Orat. 5, 13, 3 ; Ael., NA 2, 38 ; δράκων : Corn., ND 1, 54, 1 ; σκορπί∑ : Ael., NA 6,20 et Id. 16, 41 et 42 ; ἵππο : Luc, VH 1, 18 ; µύρµηξ : Str. 15, 1, 69, 7 ; Cyranides 2, 25.

230 Arist., HA 523 b 17 sq. (cf. Id, PA 643 b 20 ; Id, Met. 1058 a 36 ; cf. Alex., in Met. 522, 22 ; etc.) Voir les commentateurs d’Aristote : Philopon (30), Michel d’Ephèse (27).

231 Dans les textes aristotéliciens il n’est pas rare de rencontrer cet adjectif à propos d’insectes : πτερωτὰ ζῷα ἃ∑ καλοῦµεν ψήχὰ∑ (Arist., HA 554 a 24 ; Id. 551 b 26 ; Id. 552 a 20...) ; voir Agatharch, ap. Ar.Byz., Épit. 2, 57 ; Cyran. 3, 26. Hérodote compare l’aile des serpents fabuleux de Libye à celle de la chauve-souris (Hdt. 2, 76 ; Id. 3,110). En revanche l’adjectif est rare avec un nom d’oiseau (voir cependant Clem. Alex., Str. 1, 19, 95, 5 ; cf. Id. 5, 14, 122, 1). Dans la traduction grecque de l’Ancien Testament, les oiseaux sont appelés le plus souvent ὄρνεα πτερωτά (LXX, Deut. 4, 17, 2) ou πετεινά πτερωτά (Id., Ps. 77, 27, 2 ; etc.).

232 E., Hel. 746-47 ; cf. A., Sup. 510 et E., Ba. 257.

233 Τὰ πτερωτά peut, malgré les apparences, ne renvoyer qu’aux oiseaux : περὶ δὲ τὰ πτερωτὰ τῶν ζῴων, οἶον τοὺ∑ ὄρνιθα∑... (HA 518 b 35) ; car οἶον introduit parfois non pas un exemple, mais le seul représentant d’un groupe (voir HA 489 b 20 : τὰ µὲν δύο πóδα∑ ἔχει, οἶον ἄνθρωπο∑ καὶ ὄρνι∑ µóνα) ; cf. infra.

234 Arist., HA 490 a 12. Le fait d’être πτερωτóν constitue même la marque distinctive des oiseaux par rapport à tous les autres animaux (Arist., PA 692 b 10). Aristote reprend parfois ὄρνιθε∑ par πτερωτά (PA 657 b 4-7). Sur la chauve-souris les Cyranides semblent marquer l’incompatibilité entre le vol et la quadrupédie à travers une formule suggestive : “ophéa est un animal volant, celui qu’on appelle chauve-souris ; c’est un volatile [ou oiseau] (πτερωτóν), à ceci près qu’il a quatre pattes” (Cyranides 3, 33 ; voir Id. 2,28).

235 Arist., HA 490 a 5. Cette partition est peut-être inspirée par une distinction établie dans les mêmes termes par Hérodote (Hdt. 2,76).

236 Ar.Byz., Épit. 1,1 ; Id. 1,21 et 1,22.

237 Arist., HA 534 b 18.

238 Arist., Somn. Vig. 456 a 18 ; cf. Id., HA 553 a 14, et GA 758 b 27.

239 Arist., Juv. 475 b 19. Aristophane utilise ce mot comme épithète d’ἀετó∑ (Eq. 1086).

240 Les oiseaux semblent les seuls animaux ailés & ovipares & à respiration pulmonaire, et il paraît clair que ni les chiroptères, ni les insectes, ni les poissons, malgré l’usage fréquent de πτέρήξ pour désigner les nageoires, ne sont concernés par cette dénomination. On ne doit pas s’étonner outre mesure de la formule d’Aristote car il lui arrive d’employer οἷον non pour introduire un exemple parmi d’autres mais pour expliciter la nature d’une classe par un nom familier.

241 Dans les Homélies sur l’Héxaéméron 7, 8 et 9, qui traitent du cinquième jour de la création, Basile suit assez fidèlement la terminologie aristotélicienne, bien qu’il en use de façon maladroite ; il est vraisemblable qu’il lût peu avant leur composition un Épitomé ou un Glossaire établi à partir de HA.

242 On rencontre chez Hérodote l’expression πτίλα οὐ πτερωτά à propos d’un serpent (Hdt 2, 76). C’est peut-être ce passage qui a inspiré les dénominations aristotéliciennes qui distinguent l’aile empennée (πτερωτóν¦πτίρóν) de l’aile membraneuse (πτιλωτóν │ πτίλον).

243 490 а 6 & 9.

244 Ibid. (voir Id., A.Pr. 96 b 39).

245 Ar. Byz., Épit. 1, 20 : “on appelle ptilôta l’abeille, la guêpe, la cigale, le genre des criquets, des mouches et des sauterelles” ; Basile marque la même distance à l’égard de ce terme : τὰ δὲ <ὠνóµασαν> πτιλωτά (Hex. 8, 3, 12

246 Voir ἃµµo∑ (D.S. 17, 49, 3, 6), νεϕέλη (Orph., H 1, 21, 1), ψυχή (Anaximen., Fr. 23, 1), ϕύσι∑(Ps.-Arist., Mu. 397 a 17)...

247 Ps.-Arist., Mu. 397 a 17 ; peu après l’auteur explicite l’équivalence de ce mot avec πτηνó∑ en reprenant la triade ἔνήδρον │ χερσαῖον │ πτηνóν par νηκτóν │ χερσαῖον │ ἀέριον (...µετάρσιον) : Id. 398 b 30.

248 Cyranides 4, 78 ; voir Opp., С 1, 380 : ἠερίοι∑ τ’ ὄρνισι καὶ εἰναλίοι∑ νεπóδεσσιν ; Corp. Herm. 4, 2 : τὰ ἀέρια ζῷα.

249 E., Fr. 27,1 (= Plu. 98 e 5) ; on peut hésiter pour le référent implicite des deux termes χθóνια et ἀέρια entre “animal” et “région”. La proximité de πóντοή ainsi que les acceptions courantes de ἀέριο∑ (cf. Luc, Am. 1, 22, 12 : “les oiseaux qui sillonnent les airs (ἀέρια)”) plaident en faveur de la seconde attribution, mais le pluriel χθoνίων convient mal pour la terre même s’il s’agit d’évoquer les différentes aires terrestres (cf. aussi Phlp., Opif. 217, 17). Ἀέριο∑ est également présent dans un texte de Flavius-Josèphe : “sur le bétail, tous les animaux terrestres, les nageurs et les aériens τῶν ἀερίων <ζῴων>)” (J., AJ 8, 44, 6). L’adjectif apparaît enfin dans l’Epitomé des Lapidaires Orphiques, avec le sens de “porté par le vent” : le texte énumère les ennemis des cultures parmi lesquels figurent, réunis sous cette appellation, la rouille (ἐρνσίβη), la sauterelle (ἀκρίς) et la pluie (βρoῦχoς (sic)).

250 Avec préfixe ἐν- = dans.

251 Gal., Thrasib. 5,883, 3. L’adjectif se trouve chez Timée (Fr. [Sp.] 220, 17) et Athénée (3, 99 b).

252 A notre connaissance cet adjectif n’est l’épithète d’aucun animal naturellement aérien. Il qualifie Pégase dans un traité d’Aristide (Poseid. 24, 29).

253 Thphr., Ign. 3 ; Alex., in Meté. 133, 18 ; Clem. Al., Strom. 5, 1, 3, 2 ; etc. L’ouvrage de Théophraste en trois volumes intitulé Mεταρσιολογικῶν (D.L. 5, 44, 22) devait traiter d’astronomie.

254 J., AJ 6, 186, 8. Précisons qu’en la circonstance il recourt à une opposition traditionnelle en astronomie entre les régions proches de la terre (τὰ ἐτίγεια) et les régions éloignées (τὰ µετὰρσια) ; voir Ph., Deter. 87, 8 ; voir Id. 154, 5 ; Sor., Gyn. 1, 41, 1, 3 ; D.H. 2, 64, 4, 7 ; cf. Ph., Spec. IV, 236, 2 ; Porph., ap. Eus., PE 3, 9.

255 Ph., Cherub. 89, 3.

256 Ph., Opif. 84, 4. Aux trois passages du traité “sur la création du monde” dans lesquels ὰερπóρoς a une valeur classificatoire (63,12 ; 65,6 ; 84,4), il faut ajouter un texte du De vita contemplativa (1, 8, 4), et un autre du traité Sur les lois particulières (1, 162,2) ; cf. encore Ph., ibid. 111,4 & 115, 4.

257 Avec une valeur plus abstraite l’adjectif est aussi employé au singulier pour distinguer les différentes natures animales ; cf. Ph., Her. 338,6 ; CD. 7, 30, 4 ,4. Il peut être corrélé à πτηνóς (Pl., Tim. 40 a 1). Nul adjectif formé sur la racine depoi- n’est employé comme terme taxinomique (ni ὰερoδρóµoς, ni ὰερoπεής).

258 oἱ βαρεῖς ὂρνιθες : PA 657 b 16 ; ou oἰ βαρεῖς seul : HA 504 a 24.

259 Dans un même passage, les oiseaux à vol lourd sont successivement appelés oἰ βαρεῖς τῶν πτερωτῶν (PA 657 b 16 ; voir aussi PA 694 a 7-12) et τὰ ἐπίγεια καὶ µὴ πτητικά (ibid. 657 b 24).

260 Arist., PA 657 b 7.

261 Voir HA 593 b 15 : “parmi les palmipèdes ceux qui sont lourds (τῶν στεγανoπóδων τὰ (βαρύτερα) hantent les rivières et les étangs”.

262 HA 504 b 8 ; cf. PA 694 a 12.

263 Voir la définition donnée par Arist., GA 761 a 33 : τὰ ἐν τῷ ὑγρῷ

264 Parmi ces derniers, une trentaine utilise ἔνυδρoς dans son acception zoologique. Les chiffres donnés ici tiennent compte aussi bien des formes au singulier que des formes au pluriel (197/526).

265 Hp., Aër. 24, 5 & 22 ; A., Ag. 1128,... Pour l’acception botanique voir Hdt. 3, 7 ; Ar., Ra. 234 ; Thphr. (24). Hippocrate emploie une fois le mot avec ἔθνƐα ; Aristophane (Ra. 247) et Euripide (El. 733) à propos de nuages ; etc.

266 Nous ne prenons pas en compte les témoignages tardifs portant sur les auteurs préplatoniciens (Pyth., Fr. d 8, 80 ; Emp., Fr. A 73, 2, etc.). S’il est probable que cette acception existait auparavant, dans la tradition orale, aucun texte ne nous permet de remonter avant Platon.

267 Pl., Sph. 220 b 2 sq. ; Id. 288 a 4 ; Tim. 40 a 1 ; Id. 92 b 1 ; Id., Lg. 823 b 3 sq. Platon emploie le mot comme adjectif (τῶν ἐνύδρων ζῴων) dans Lg. 823 e 1.

268 On trouve parfois τὰ ἔνυδρα ζῷα : Arist., PA 677 b 21.

269 Signalons que le nom de la loutre est ἡ ἐνυδρίς ou ὁ ἔνυδρoς. On rencontre cette deuxième forme chez Hérodote (2, 7), Aristophane (Ach. 880) et même, d’après les papyri, dans un passage d’Aristote (Arist., HA 487 a 22). Pour le crocodile : Ar.Byz., Épit. 2, 109 ; les batraciens et les crocodiles : Plu. 982 c-d ; Ph., Opif. 220, 24 ; le crocodile, l’hippopotame, la tortue, le phoque, le dauphin et la grenouille : Arist., HA 589 a 24 ; le poulpe, la seiche, le calmar : Gai., Rebus boni malique suci 6, 769, 7 ; l’alcyon : Plu. 982 f ; etc. D’ordinaire, dans les textes de Plutarque, tous les oiseaux sont du côté de la terre (voir Plu. 667 c 1, sur la question de savoir si c’est la terre ou la mer qui donne le plus d’aliments à la table).

270 Ce système ternaire est celui que retient l’école péripatéticienne (Divisiones Aristoteleae, 63, 11). La division binaire est préférée par les physiciens (voir à propos d’Empédocle, Arist., Resp. 478 a 8).

271 C’est sans doute le cas dans le passage suivant d’Aristote : “ni les pédestres sur la terre, ni les aquatiques dans la mer” (GA 669 a 7) ; la même expression se trouve dans De la longévité et de la brièveté de la vie, 466 b 26. Τὰ ἔνυδρα est d’ailleurs très souvent opposé particulièrement à οἱ ὄρνεις sans qu’il soit fait mention des πεζα (GA 775 b 7).

272 Les deux passages où Aristote fait cette mise au point (HA 487 a 14 sq. & 589 a 10) manquent de clarté. Aristote semble considérer qu’il n’y a que deux acceptions du terme ἔνυδρα, jugeant sans doute que le troisième groupe se rattache au second dans la mesure où leur caractère aquatique tient à une question de convenance physique qui n’est pas conditionnée par la nécessité d’aspirer l’eau pour refroidir leur température interne (voir Resp. 480 a 16). Il mentionne toutefois, très distinctement dans le premier passage les trois types de vie “aquatique”. Aristote cite parmi les membres de la seconde catégorie d’ἔνυδρα la loutre, le rat d’eau et le crocodile (ἔνυδρις καὶ λάταξ καὶ κροκόδειλος), la mouette, le grèbe (αἴθυια καὶ κολυμβίς) et le serpent d’eau (ὔδρος). Il s agit là d animaux qui sont en outre πεζά ου πτηνά.

273 Voir HA 589 a 31 : “le plus extraordinaire de tous ces animaux est le dauphin”. Tout ce qu’Aristote dit sur l’ambiguïté de ces animaux s’applique également aux autres cétacés (voir Resp. 473 b 13).

274 Arist., HA 559 a 21.

275 Dans ce traité Aristotime, l’avocat des “animaux terrestres”, qui est le premier à s’exprimer, déclare que tous les oiseaux participent de la même nature que les autres πεζά et interdit presque à Phaidimos, avocat de la classe adverse, de chercher parmi eux des exemples. Ce dernier cite pourtant l’alcyon (982 f), qu’Aristote distingue lui aussi des autres oiseaux et qualifie de πάρυδρος (HA 593 b 8).

276 Ainsi avec τόπος : Thphr., HP 3, 2, 5 ; χώρα : Id., Fr. 171, 11 ; δένδρον : Id., HP 3, 8, 5 ; φυτά (et sim.) : Id., CP 1, 21,6 ; etc.

277 Galien (Simp. med. 11, 444, 6) oppose les deux éléments terrestre (τò χερσαῖον) et aquatique (τò ἔνυγρον).Ὀτόπος ἔνυγρος est opposé aux lieux appelés λιμνώδης, ξηρός, γεώδης, et πετρώδης (Thphr., HP 3, 2, 5) ; Hippocrate, pour sa part, caractérise par ce mot la langue (γλῶσσα carn. 17, 21). Les deux idées peuvent en fait parfois se rejoindre : les plantes les plus numides sont aussi celles que l’on trouve dans les lieux correspondants (Thphr., CP 6, 11, 13 ; cf./d. 1, 21,6).

278 Ath. 3, 99 b ; voir Thphr., CP 2, 3, 5. Cet adjectif ne se substitue jamais à ἔνυδρος en fonction d’épithète discriminante, accolée à un nom d’animal ; on ne le rencontre qu’une fois avec cette valeur (S.E., M. 11, 29), et c’est avec le mot ζῷον (τò ἔνυγρον ζῷον). Il est ici substitut de θαλάσσιος puisque l’animal appelé ἔνυγρον ζῷον est un requin (ὁ θαλάσσιος κύων).

279 Pr. 896 b 1 ; voir ibid. 964 a 36 et Arist., Spir. 482 a 21 et 25. Ailleurs Aristote use du mot dans son acception courante : Meté. 351 a 19 (τόπος), HA 569 b 2 (ἔτος), Pr. 926 b 9 (πεδίον).

280 Les principales îles “flottantes” sont Délos (Hom., Od. 10, 3) et Chemmis (Hdt. 2, 156).

281 Ce sont surtout pour les fleuves que cette qualité est problématique. Voir Str. 1, 4, 6, 10, 9 et 1, 5, 2, 10, 29. Il peut s’agir aussi de régions marines où la navigation est possible (Hdt. 2, 102) ; de régions facilement accessibles par mer ou bien desservies par des voies d’eau (Str. 1, 3, 2, 4, 34) ; de régions périodiquement inondées de sorte qu’elles deviennent “navigables” (Str. 1, 3, 3, 1, 13 ; voir aussi Lyc, Alex. 1, 889) ; l’adjectif vise encore la bonne saison pendant laquelle les bateaux peuvent sortir en mer (Plb. 1, 37,4). “Le champ sémantique de cette famille, écrit Chantraine (DELG, s.v. πλώω), est assez mal défini, couvrant à la fois les notions de inonder, flotter, nager, naviguer”.

282 Ne sont comptabilisés que les cas où le mot πλωτός est employé avec une extension supragénérique et non pas quand il est épithète d’un nom d’espèce (e.g. la murène ou la dorade en Ath. 7,277 d). Il convient également de préciser que certaines citations sont parfois reprises par le même auteur : ceci vaut surtout pour Athénée qui répète neuf fois (9/16) les vers d’Épicharme contenant le mot πλωτός. On doit donc considérer que le nombre d’occurrences (157) est exagéré.

283 Voir S., Fr. 941, 9 : ἰχθύων πλωτῷ γένει ; ce sens est présent également dans un fragment lyrique anonyme (Lyr. Adesp. 21, 1, 4 : πλωτoὶ θῆρες) ; si ce fragment est bien d’Arion (Fr. 1) cela permettrait peut-être de remonter la date d’apparition de cette acception au vie siècle. Le grammairien Hérodien mentionne le nom πλώς dont il fait même le synonyme de ἰχθύς : “le poisson est dit plôs, d’après le verbe pleein (naviguer)” (Hdn., Pros. cath. 3, 2, 713, 7). Mais ce mot n’est pas attesté ailleurs avec ce sens général.

284 Hp., Flat. 3. Aristote recourt 10 fois à ce système ternaire, véritable résumé des possibilités animales : Somn. Vig. 454 b 15 ; HA 488 a 1 ; Id. 488 a 5 ; Id. 542 a 24 ; Id. 571 b 3 ; Id. 586 a 21 ; GA 743 b 34 ; Id. 746 a 23 ; Id. 758 a 27 ; Id. 771 b 11 ; et enfin dans un traité non biologique : Pol. 1258 b 19.

285 Aristote les distingue pourtant des animaux sédentaires (µόνιµα) : “tous les animaux aquatiques, aussi bien ceux qui se déplacent que ceux qui restent au même endroit se nourrissent dans les lieux qui les ont vus naître” (HA 621 b 3) ; mais tous les testacés ou apodes ne sont pas sédentaires (ibid. b 9 ; cf. Id. 528 a 30) ; cela signifie que même chez Aristote les πλωτά ne sont pas seulement des poissons et que des testacés, au moins virtuellement, peuvent être πλωτά.

286 Arist., GA 758 a 27 ; en revanche Oppien, dans les Halieutiques (1, 260), estime que laύ langouste (κάραβoς) et le homard (ἀστακός) “nagent” véritablement (έπιπλώoνσι). Cet auteur n’établit pas de nettes différences entre les poissons et les crustacés (Id. 1, 273) ; le verbeε πλόειν lui semble convenir globalement aux animaux marins (Opp., H. 1, 80-81).

287 Le mot πλώς est d’ailleurs le nom d’une espèce de poisson de mer qui est appelé aussi κεστρεύς et qui est identifié avec le muge ou mulet de mer. Aristote ignore cette dénomination particulière qu’Athénée attribue au naturaliste Polémpn (Ath. 7, 307 b) ; il n’est pas sûr que ce mot désigne le même poisson dans le fragment d’Épicharme cité maintes fois par Athénée (Épich., Fr. 44,2 ap. Ath. 7, 322 f ;...).

288 Arist., HA 621 b 3 ; cf. Id. 607 b 6. Ce mot a exceptionnellement le sens de “qui flotte à la surface” dans un passage d’Oppien où il est appliqué aux anguilles et aux murènes (Opp., H 1, 627). Athénée rapporte aussi des vers d’Archestrate dans lesquelles πλωτός est le surnom d’une murène (Ath. 1,4 c).

289 Opp., H 3, 63 et 3, 183. Cet auteur applique également πλωτά aux poissons (Id. 1, 2) ou plus vaguement aux proies des pêcheurs (Id. 1, 273).

290 Pour οἱ ῥυάδες : HA 534 a 27, ibid. 543 b 14, ibid. 570 b 11, ibid. 598 a 28, ibid. 598 b 22-29 ; οἱ δῥοµάδες : HA 488 a 3, ibid. 610 b 4 ; οἱχυτοί : HA 543 a 1.

291 En revanche les échassiers (οἱ µακροσκελεῖς) ne sont pas des πλωτά (Arist., PA 694 b 13).

292 Arist., HA 504 a 7 ; PA 662 b 11 ; Id. 694 a 8 ; Id. 694 b 3 ; Id. 694 b 14 ; IA 710 a 13. Ces espèces font partie des oiseaux peu doués pour le vol (οὐ πτητικά vel µὴ πτητικά). Ils sont πλωτά à la manière des bateaux et dans cette mesure répondent plus exactement encore que les poissons au sens ancien du mot. Voir Arist., Cael. 294 a 28, où Aristote, à propos de la position de Thalès qui considérait que la terre flottait sur l’eau, glose πλωτός par ἐϕ’ ὕδατος.

293 Alexandre d’Aphrodise (2) et Philopon (2) eux-mêmes n’utilisent ce terme que pour désigner les nageurs immergés. Il est bien évidemment absent des ouvrages de Théophraste sur les plantes mais on peut s’étonner avec plus de raison qu’il ne se rencontre pas dans l’œuvre immense de Philon dans laquelle on retrouve l’essentiel des termes aristotéliciens.

294 Soit un total de 170 occurrences environ. Les deux mots εἰνάλιος et ἐνάλιος constituent deux variantes “parenthétiques” du mot ἔναλος (voir Tryphon, Path. 1,16, 5).

295 La première forme est la seule attestée dans les épopées homériques mais on trouve également ἔναλος dans les Hymnes Homériques (h. Ap. 180). Il y a une prédilection des auteurs pour l’une ou l’autre forme.

296 Voir A.P. (33) ; Nonnos (35). Le premier adjectif est le plus fréquent, en raison sans doute de son “cachet” homérique.

297 Voir Chantraine, DELG, s.v. ἅλς, qui ajoute une précision : ce terme “désigne surtout la mer vue de la terre” (sic).

298 Pour les plantes : Dsc. 1, 121, 1 et Plu. 911 d 2 ; pour les pierres : Clem. Alex, Protr. 9, 86, 2, 2 et Vert. Val., Ant. 108, 30. Le mot qualifie le plus souvent, dans les textes poétiques, les divinités marines, ce qui constitue une originalité notable par rapport aux valeurs d’ἔνυδρος. Cette acception est postérieure à Homère qui emploie presque systématiquement dans ces cas-là le simple ἅλιος également usité en prose après lui avec ce sens. Chez les auteurs tragiques, et tout particulièrement chez Euripide, ἔνάλιος apparaît même comme un doublet exact de ἅλιος dont il partage toutes les valeurs (à propos d’une divinité : Andr. 253 ; etc. ; à propos de navires ou de rames : Нес. 39 ; etc.).

299 Sur plus de 200 occurrences du mot ἅλιος nous n’avons pas relevé plus de quatre cas où cet adjectif est appliqué à des animaux : le dauphin (Mosch., Fr. 1, 141 ; cf. P., Fr. (incert.) 140 b 5), la tortue (Nic, Alex. 557) et l’alcyon (A.R. 1, 1096). Le mot est d’ordinaire appliqué à Protée, Nérée et d’autres divinités marines. Il existe pourtant un exemple de ce mot employé de façon générale à propos des oiseaux de mer (Opp., H 1, 164). Et on trouve dans deux épigrammes de l’Anthologie Palatine le mot ἅλια pour désigner, de façon substantivée, les proies du pêcheur (A.P. 6, 184 - de Zosime- ; cf. aussi ἅλια opposé à ὄρνιθες, A.P. 6, 187 -d’Alphée-).

300 Ainsi ϕώκη | κῆτος : Ноm., Od. 4, 442-443. Les oiseaux sont κορώνη : Od. 5, 66-67 ; et κήξ : Od. 15,479. Il s’agit de deux sortes de mouettes (voir Thompson 1936, p. 172 et 133).

301 On le trouve avec ϕώκη (Call., Del. 243), δελϕίς (Lyr. Adesp., Fr. 21, 1, 9), κύνες (Opp., H 5, 29 ; Gai., Meth. med. 10, 128, 18), σκύλακες (Lyr. Adesp., Fr. 21, 1, 9), χέλυς (Nic, Ther. 700) τευθίδες (Opp., H 1, 427 sq.), ἀστέρες (Id. 2, 182), βάτραχοι (Plu. 982 f 3), ἴρηξ, ὅρϕος, σαργóς, χελιδών (Opp., H 1, 533 ; Id. 4, 310 ; Ath. 7, 305 с ; etc.).

302 Orph. 1, 37, 5 et 1, 78,11 ; puis : Plu. 669 d 8 ; Id. 729 e 5 ; etc. ; Opp., H 2, 420 & 638 ; etc. Un seul exemple dans le corpus aristotélicien : Ps.-Arist., Mu. 397 a 17.

303 Cf. Or. Sib. 1, 357 et 8, 275. Voir Emp., Fr. В 72 : “εἰνάλιοι καµασῆνες” ; ce mot rare désignerait, d’après Athénée, l’ensemble des poissons (Ath. 8, 334 b). J. Bollack estime que cette dénomination vient de la forme allongée des poissons (Bollack, 1992, III, p. 400). Voir aussi Plu. 729 e 5, où τά ἔναλα est repris dans la même phrase par le mot ἰχθῦς ; cf. également Opp., H 2,420 et 638 ; Id. 4, 524.

304 Epicrate ap. Ath. 15, 699 f ; voir Gal., Meth. med. 10, 128, 18 ; Opp., H 3,12 ; Plu., 669 d 8 ; A.P. 6,185.

305 Av. 3, 22 : τοὺς δ’ ἐναλίους ὄρνιθας.

306 Arat., Phén. 942 ; cf. Opp., H 1,164, où l’adjectif simple ἅλιος est épithète de ὄρνις.

307 Orph., H. 37,5 ; cf. Id. 78, 11 et A.P. 6, 185 : θηρῶν | οἰωνῶν | εἰνλίων. Voir Ps.-Arist., Mu. 397 a 17, également comme adjectif (cf. S., Ant. 345) ; et éventuellement dans des systèmes plus développés (N.T., Ép.Jac. 3, 7, 2 ; Luc, Astrolog. 1, 6, 7).

308 Plu. 960 a 9 ; Id. 965 e 3 ; Id. 970 b 7 ; Id. 975 f 4 ; Id. 977 e 7. Voir, d’autre part, l’opposition mer vs. air : ἠερίοις τ’ ὄρνισι καὶ εἰναλίοις, νεπόδεσσιν (Opp., С 1, 380).

309 L’étymologie de ce mot non grec reste obscure (voir Chantraine, DELG, s.v. θάλασσα).

310 Ainsi θαλάσσιοι sont opposes aux agriculteurs, oi yewpyoi : Th. 1, 142, 7 ; cf. Hdt. 7, 144 ;

pour τά θαλάσσια voir A p . , Lyb. 408, 3 ; C D . 48,48, 3 ; Lucien, Nav. 6, 10 ; etc.

311 Voir A., Pers. 558.

312 Par commodité on écrit seulement θαλάσσις dans la suite pour renvoyer aux deux formes.

313 Cette ambiguïté n’est pas propre aux emplois zoologiques (voir CD., 61, 9, 5, 3 ; Arist., Pr. 933 a 12 ; Paus. 7,1, 12,4 : λουτρὰ θαλάσσια ; etc.

314 CD. 74, 4, 2 ; cf. Arist., Pr. 897 b 14 : Διὰ τί τὰ θαλάττια ζῷα τῶν ἐν τῇ γῇ µείζω ; La répartition des oiseaux dans les deux catégories est toutefois incertaine.

315 315 Lucien, VH 1, 31 ; cf. Ar.Byz., Épit. 1, 28 : οἱ θαλάσσιοι τῶν ὀρνίθων ; cf. S.E., M. 1, 264, 6 (θαλασσίους ὄρνεις).

316 Ath., Epit. 2,78.

317 Voir Ath. 6, 224 b et 7, 297 c ; Pausanias rapporte avec étonnement l’existence d’un fleuve (1, 32, 7, 10) rempli de poissons de mer (τῶν θαλασσίων ἰχθύων), et de poissons de mer qui remontent un fleuve (Id. 4, 3, 1, 5).

318 Ar.Byz., Épit. 1,23 ; cf. Ael., NA 7,7 (= Arist., Fr. 42) où le troisième terme est λιµναῖος au lieu de ποτάµιος : “D’un autre côté, les oiseaux de mer et d’étangs qui se rendent sur la terre ne sont pas sans savoir qu’il y aura un violent orage, tandis que les oiseaux de terre...”.

319 Vict. 2, 48, 25 (cf. Ath., Epit. 2, 1, 14). Aristote ajoute un quatrième terme (τελµατιαῖα), mais que lui-même ne reprend pas, et qui n’est pas non plus exploité comme différence pertinente par les autres auteurs (Arist., HA 487 a 26). La distinction majeure, comme l’atteste Aristote lui-même (HA 490 a 25) oppose la mer - salée - (ἐν θαλάττῃ) aux eaux douces (ἐν τῖος γλυκέσιν ὓδασιν).

320 Il arrive souvent que le nom de l’animal terrestre soit également accompagné d’une épithète (généralement χερσαῖος) alors qu’elle n’est pas nécessaire pour le sens et vise l’espèce de référence.

321 Avec ἐχῖνος : Arist., HA 530 b 10 ; κοχλίας | κόχλος : Arist, HA 529 a 24 ; κύων : Alex., in Top. 556,8 ; ὄϕις : Arist., HA 505 b 8 ; 621 a 2 ; σκορπίος : Hp., Nat. mul. 1, 97, 1 ; χελιδών : Arist., HA 535 b 28 χελώνη : Arist., Resp. 475 b 29 ; Id., HA 506 b 26 ; PA 671 a 17 sq., etc. Cette liste n’a rien d’exhaustif (voir θαλάσσιος λαγóς (sic) : Amips., Fr. 18 ; θαλάσσιος ὗς : Str. 3, 2, 7, 34 ;...).

322 Thphr., Fr. 6, 52, 6.

323 Ainsi ὁ ποτὰµιος ἵππος (l’hippopotame : Ael., NA 7, 19) à ne pas confondre avec le cheval de terre ou le cheval de mer (Opp., H 1,97) ; ὁ κύων ὁ ποτὰµιος (la loutre) : Ael., NA 14, 21 ; cf. Hp., Vict. 2, 48, 22 : <τῶν καρκίνων > οἱ θαλάσσιοι | οἱ ποτὰµιοι. Il faut remarquer qu’en revanche aucune espèce lacustre désignée par un nom déjà portée par un homonyme marin ou fluviatile ne reçoit comme épithète essentielle l’adjectif λιµναῖος, cette “différence” n’étant sans doute pas considérée comme pertinente. Dans le mot λιµνόστρεα (huîtres de parc, Arist., HA 528 a 23) l’adjectif préfixé n’a pas la valeur d’épithète discriminante qu’a ποτὰµιοςdans les exemples précédents mais signale seulement une variété d’ὄστρεα.

324 Aristote emploie l’adjectif 39 fois, le plus souvent comme épithète, et le substantif 17 fois.

325 II est en réalité impossible d’exclure l’existence de cas où τὰ θαλάσσια renvoie globalement à tous les animaux qui vivent en contact avec l’espace aquatique, y compris les oiseaux. Mais il n’y a pas un seul texte, à notre connaissance, qui cite un nom d’oiseau comme membre d’une classe appelée τὰ θαλάσσια. Plutarque qui oppose τὰ θαλάσσια et τὰ χερσαῖα (962 d 10) ne cite pas d’exemple de la première classe. Il est probable cependant que τὰ θαλάσσια ait pu, à l’occasion, s’entendre comme une classe susceptible de comprendre certains oiseaux aquatiques, à l’instar de τὰ εἰνάλια.

326 Hdt. 2, 123 ; cf. Aret., CD 2,13,11 ; Alex., An. 67,3.

327 Hp., Morb. 2,69, 15 ; et, aussi explicitement : Hp., Morb. sacr 1,32 ; cf. Hp., Affect. 1, 43, 2 ; Hp., Morb. 2, 46, 20 ; Id. 2, 64, 19... Les nourritures marines végétales sont effectivement qualifiées de θαλλάσιος Hp., Nat. mul. 1, 27, 2 ; etc.), mais aucun végétal ne figure dans les listes qui sont données des θαλάσσια recommandés pour telle ou telle diète (Hp., Mul. affect. 1, 115, 24...).

328 Si l’opposition terre/mer peut justifier l’agrégation aux animaux aquatiques de certains oiseaux, il semble que, dans le cadre d’une distinction mineure, la nette originalité de cette forme de vie par rapport aux autres empêche les oiseaux de figurer dans la même classe que les poissons.

329 Cette signification n’est pas explicitée mais elle est conforme à la subdivision établie par Aristote des animaux aquatiques (où les termes apparaissent en tant qu’adjectifs attributs) : “parmi les aquatiques, certains sont marins (θαλάττια), d’autres fluviatiles, d’autres lacustres, d autres palustres’ (Arist., HA 487 a 26) ; voir aussi Ath., Epit. 2,1, 14.

330 Cette subdivision raffinée est largement formelle, puisque les différences entre animaux marins, lacustres et fluviaux sont notées souvent, mais à l’aide de l’adjectif.

331 Ath. 3,120 e.

332 Arist., HA 488 b 6 ; cf. cependant ibid. 490 b 30, où τὰ θαλάσσια pourrait bien avoir le sens (1).

333 Cette distinction n’est en effet reprise, à travers les formes adjectivales, que pour les poissons. Voir Ath. 8, 355 b (τῶν θαλασσίων ἰχθύων οἱ μὲν πετραῖοί εἰσιν εὔϕθαρτοι <...> οἱ δὲ πελὰγιοι δνσϕθαρτότεροι<...> καὶ τῶν πετραίων...) ; cf. Id. 8, 357 f sq. où Athénée (s’inspirant de Mnésithée) établit une échelle des qualités gustatives des poissons sur la base de leur lieu de résidence. Cf. Arist., HA 602 b 20 sq.

334 Le mot νηκτικóς n’est employé qu’une fois dans un epitomé d’Élien (Ar.Byz., Épit. 2, 112) et, aux marges de notre corpus, deux fois par Sextus Empiricus (M. 9, 171, 4 et 5) avec le même sens que νηκτóς ; Oppien use quant à lui du mot νηχώµενος une fois comme adjectif épithète d’ἰχθύς (H 2, 76), et deux fois comme substantif pour qualifier les poissons (τὰ νηχώµενα : H 1,51 et 437).

335 Cf. Orac. Sib. 1, 209 (οὐ ζῷα νηκτά θάλασσαν ὅλως ἔτι νηχήσονται).

336 Anacr., Fr. 24, 5.

337 Oracula Sibylla (5), Plutarque (3), Clément d’Alexandrie (3), Flavius Josèphe (3), Clément de Rome (2), Galien (2), Ptolémée (1).

338 Voir Vert. Val. 344, 15 (νηκτóν πλῆθος ἰχθύων).

339 Ptol., Tetr. 2, 8,8-9.

340 Hdn., Part. 1,91,7.

341 Ph., Opif. 63,11. Les 11 occurrences du mot dans l’ouvrage de Philopon qui porte le même titre et suit la même interprétation sur la naissance conjuguée des animaux du cinquième jour montre que cet usage étendu est en fait quasi métaphorique : “il existe une grande parenté entre les animaux nageurs [i.e. mobiles marins] (νηκτῶν) et les animaux ailés : ils sont, les uns et les autres, pourvus d’ailes avec lesquelles ils nagent (νήχεται ), les uns dans l’eau, les autres dans l’air” (Opif. 212, 3 ; voir là. 214,4 et 217, 16 ; cf. LXX, Gen. 1,20 sq

342 Voir Sph. 220 a 9 et s.v. νενστικóς.

343 Le mot πτερύγιον qui désigne généralement les nageoires peut, à l’occasion, désigner les ailes des oiseaux, à la place du mot usuel de même famille πτέρυξ (voir Arist., HA 615 b 10 ; PA 693 b 12). Cette analogie est criante et particulièrement marquée lorsqu’Aristote évoque les poissons volants (HA 535 b 26-32 ; voir aussi IA 712 a 9 sq. L’idée se trouve également chez Homère : Od 11,125 ; Id. 23,272.

344 Anon. Med. 1,2, 9 (ἐν νηκτοῖς ϕώκη) ; S.E., M. 9, 171,4 (“la grenouille et le dauphin sont par nature des nageurs (νηκτικοὺς ὄντας)” ; cf. Greg. Nysse, Or. 1 (“le dauphin est le plus royal des nageurs (τῶν νηκτῶν)”).

345 Orac. Sib. 1, 8, 354 ; cf. Plu. 636 e 4. Les prédictions contenues dans le recueil des Oracula Sibyllina composé sans doute vers le ve s. ap. J.-C. remontent, pour certaines jusqu’au iie siècle, av. J.-C.

346 Voir Plu. 976 c 10 et LXX, Sap. 19, 19, 2.

347 Plu. 636 e 4 (l’auteur ajoute à cette liste ἀµϕἰβια, et des classes qui relèvent d’un autre principe classificatoire : δίποδα, ἂποδα et πολύποδα ).

348 Voir Ps.-Arist., Mu. 398 b 29 sq.

349 Voir e.g. Plu. 991 d 5 (οὔτε τι πτηνòν οὔτε νηκτòν ώς ἔπος εἰπεῖν οὔτε χερσαῖον) ; τò νηκτóν est opposé à τò πτηνόν et à τò χερσαῖον dans un traité de Galien (Thrasyb. 5, 883, 10) ; cf. aussi Gal., advenus Lycum libellus 18 a, 207, 6 (πτηνόν, πεζόν, νηκτóν).

350 Clem. Al., Paed. 12, 99, 2,4.

351 Clem. Al., Protr. 94, 2, 6.

352 Clem. Rom., Hom. 3, 36, 3.

353 J., AI 1, 102, 5 ; voir encore πεζά | νηκτά | πετεηνά (Orac. Sib. 8, 453) ; τετράποδα | νηκτά | ὄρνιθες πετεηνοί (Id. 8, 364).

354 Cette triade s’élargit parfois à ἑρπετὰ, κτήνεα,... (voir Clem. Al., Strom. 5, 40, 2 ; Clem. Rom., Hom. 8, 12, 5).

355 Aristote (4) ; Michel d’Ephèse (8).

356 À savoir GA, HA, PA et IA. Quatre auteurs seulement utilisent ce mot : Aristote et Michel, Platon (4) et Philostrate (1).

357 Thphr., Phys. op. 12,98 ; Ph., Aet. 136, 5. Le texte, dans les deux cas, désigne une pente.

358 PL, Sph. 220 a 9-b l.

359 Voir PA 642 b 5 sq

360 Cf. Pl., Tim. 40 a 2 sq., où Platon distingue quatre genres vivants et divise en trois les vivants zoologiques, correspondant aux trois biotopes majeurs.

361 Voir s.v. νηκτóς

362 Philopon, qui insiste sur les analogies entre “nageant” et “volant”, ne se fait pas faute de préciser que c’est le mouvement qui est déterminant dans l’identification de ces classes (Phlp., Opif. 217, 16 sq.).

363 Arist., GA 715 a 27.

364 L’adjectif νευστικóς peut toutefois, comme attribut, qualifier un animal qui sait nager : l’oiseau de mer appelé κόραξ (HA 593 b 18) et la plupart des πεζά (HA 487 b 31) ; Aristote considère que tous les palmipèdes “nagent” : <τὰ σκέλη> ὄντα πρòς τὴν νεῦσιν χρήσιµα (IA 713 b 12).

365 Arist, HA 487 b 6 sq.

366 Arist, HA 487 b 15 sq.

367 Arist, PA 684 a 18. Le crabe ne nage pas (ὁ δὲ οὐ νευστικóς : Id., IA 713 b 30) car c’est un animal du sol (πρόσγειον : Id., PA 684 a 3).

368 Voir Arist, PA 685 a 15 : “les seiches et les calmars ne sont pas comme les poulpes vu que les premiers sont strictement des nageurs (νευστικαί), tandis que les poulpes sont aussi des marcheurs (καὶ πορευτικούς)”.

369 C’est le sens de la phrase suivante : “aucun animal ne se borne à voler à la différence du poisson qui est exclusivement un nageur (νευστικòν µόνoν)” (HA 487 b 21). Les animaux ailés peuvent marcher et les animaux dont le moyen de locomotion naturel est la marche savent généralement nager.

370 Ce mot qui a le sens de “sous-marin” en grec moderne est employé pour la première fois par Eschyle, et dérivé directement d’un adverbe homérique : ὑπόβρυχα (Od. 5,319 = sous l’eau). Il a été rapproché de βρέχειν (submerger) et βρυχᾶθαι (gronder), mais l’adjectif simple βρύχιος est postérieur.

371 Luc, Lex. 6, 8 ; cf. Luc, Dips. 3, 8 (τὰ ὑποβρύχια < ἑρπετὰ >). Lucien évoque des serpents fabuleux qui se cachent et vivent sous le sable ; voir aussi Hp., Prorrh. 2, 11, 20 (οἱ κρυπτοὶ καρκίνοι οἱ ὑποβρύχιοι).

372 Oppien, qui emploie ce mot neuf fois dans les Halieutiques, ne lui donne jamais ce sens.

373 Littéralement l’adjectif ἀµϕίβιος signifie “qui mène une double (ἀµϕί) vie (βίος)”, ou “qui s’adapte à la fois à deux (ἀµϕί) modes de vie (βίος)”.

374 Thphr., HP 1,4, 3.

375 Les animaux amphibies sont un témoignage zoologique de la conjonction des éléments (voir Opp., H 1, 422). Élien parle d’amphibies étranges qui sont sans doute des dugons (Halicore dugong), une espèce de Siréniens, qui mangent de l’herbe et vivent la plupart du temps dans l’eau (Ael., NA 16,18).

376 Thphr., Fr. 171.

377 Democr., Fr. A 155 b.

378 Voir Ar.Byz., Épit. 1, 1 ; Ap., Mag. 38 ; Ael., NA 11, 37 (= Arist., Fr. 281).

379 Ar.Byz., Épit. 1,1 ; Ael. NA 11, 37 ajoute le castor (κάστωρ).

380 Voir des détails en Ar.Byz., Épit. 2, 37 sq.

381 Strab. 1, 16, 17 ; cf. Plat., Spur. 368 b 7 : “l’homme aux pieds sur terre (ἐπίγειος) s’est jeté à l’eau comme un amphibie (ἀµϕίβιος)”. Sont également amphibies les Naïades (D.H., Th. 1, 6, 25).

382 Batrach. 1, 59.

383 Dsc. 2, 24, 1,2 ; Ael., NA 6, 34.

384 Arist., Fr. 320, ap. Ath. 7, 306 b ; cf. Opp., H 1,306.

385 Opp., H 1,281-82

386 Opp., H 1, 306 (πoνλύπoδες) et 307 (òσµύλος) ; cf. Eust., in Od. 1,225,19.

387 Opp., H 1, 307. La murène également selon Marcellus, Fisc Frg. 48 ; et d’autres poissons (Dionys, Av. 2, 16). Strabon parle aussi de cétacés amphibies (κήτη δ’ ἀµϕίβια) en Inde (Str. 15, 15, 11). Il faut aussi compter, dans le sens étendu, les cerfs (Opp., C 2, 217) et certaines espèces de chèvres qui savent nager (σοῦβος : Opp., C 2, 385).

388 Pour Philopon ἀµϕίβια désigne tous les animaux qui ont affaire avec l’eau sans être des poissons : ainsi dit-il que tous les amphibies ne parlent pas puisque ni les testacés (τὰ ὀστρακóδερµα), ni les crustacés (τὰ µαλακóστρακα) ne parlent. Seuls le crocodile et l’hippopotame parlent (Phlp., in An. 15, 377, 15 sq.). Selon lui il y a des amphibies dans tous les milieux, aussi bien parmi les animaux ailés que parmi les aquatiques (ϕῶκαι κτλ. Phlp. Opif. 212,21-24).

389 Dionys., Av. 2, 1. Les exemples donnés ensuite sont : καταράκτης (oiseau des ravins), τροχίλοι (pluvier) αἴθυιαι (mouettes) θεóκρονος (hybride d’aigle et de faucon -sic-).

390 Il est aussi employé pour dénoter une ambiguïté sexuelle (Luc, Astr. 11,6 : Tirésias) ; Clem. Alex., Pœd. 3, 3, 18 ; Eust., in Il. 2,789,10.

391 Ath. 7, 353 f ; cf. Arist., HA 552 b 10. Dans tous les genres, dit Plutarque, on trouve des animaux ovipares : “les volatiles, les nageurs par milliers, les terrestres (les lézards), les amphibies (les crocodiles) en produisent”, (Plu. 636 e 5). Un oracle sibyllin (8, 454) met également les amphibies (ἀµϕιβίων) dans une série qui comprend aussi les nageurs, les volants, les marcheurs et les rampants, comme s’il s’agissait d’un moyen de locomotion.

392 Les adjectifs qui apparaissent entre parenthèses sont signalés en note à la fin de la rubrique consacrée au mot qui les précède dans la liste, mais ils n’ont pas justifié d’analyse développée. Les diététiciens sont ceux qui établissent les plus nombreuses distinctions : Mnésithée (Fr. 38) distingue ainsi - outre ceux que nous mentionnons ici - d’autres biotopes marins pertinents dans l’étude des qualités des poissons : “les embouchures de fleuves et d’étang» ”“les langues et les golfes”, “les rivages proches de la mer et exposés”, “les fonds marins abrités du vent” ; et distingue aussi “les poissons de mer qui remontent le cours des fleuves” (οἱ µετεκβαίνοντε∑ ἐκ τῆ∑ θαλάσση∑ εἴ∑ τε ποταµοὺ∑ καἱ λίµνα∑ ; Le. les poissons qui vivent entre deux eaux) des authentiques poissons de rivière et d’étang (οἱ τελείω∑ ἐν τοῖ∑ ποταµοῖ∑ καὶ λίµναι∑ βιοτεύοντε∑) ; cf. aussi Xénocrate (Fr. 3 ap. Orib. 2,58,3).

393 Cette notion de haute mer est elle-même assez imprécise, surtout en l’absence de port ou de rade. Il ne semble pas nécessaire que la côte soit hors de vue (ou, si l’on prend en compte la perspective inverse, que le navire soit hors de vue des gens qui sont à terre) pour que l’on parle de pleine mer, même si c’est apparemment le critère le plus pertinent (voir Plu., 593 F 1).

394 Strabon (36), Diodore de Sicile (20), Plutarque (19), Appien (7), Arrien (5), Thucydide (4), Denys d’Halicarnasse (4)...

395 A., Pers. 427 et 467 ; cf. πελαγα θαλάσσα (Dsc. 2, 76, 5 ; Ibid. 2,83,1 ; Ibid. 5,72,2 ;...) ; et la mer en général (Ar., Ra. 1438 ; D.S. 2,48, 8,2 ;...), ou éventuellement des étangs immenses et “grands comme la mer” : Str. 17,1,35,20 (cf. Id. 12,2, 8,14 ; etc.). Il accompagne aussi des mots signifiant le flot (Ath. 8, 333 c ; Plb. 10, 10, 3 ; etc.), ou le vent (Hp.,Vict. 1, 37 ; Plb. 1, 56,4 ; etc.).

396 Ainsi ἂκρα (Plb. 1, 2 9, 2 ; etc.) ; et surtout νῆσος (D.S. 3, 38, 4, 11 ; Str. 1, 2, 2 3, 2 ; Id. 3,5, 1, 5 ; etc.).

397 Il qualifie des hommes (Æsop. 81 ; Th. 8, 4 4, 3 ; Plu., Dio 25,10 ;...) ou des navires (Th. 8,39, 3 ;...) ; il peut aussi etre epithete de divinites marines (Plu. 161 d 2 ; D. S. 3, 4 2, 1, 4).

398 Aristote (15), Galien (17), auxquels il faut ajouter une occurrence chez Euripide (1/4), Aristophane de Byzance (1/1), Diodore (1/20), Plutarque (1/19) et Arrien (1/7).

399 Cela est évident dans tous les passages aristotéliciens (15) ; la rigueur lexicale dont Aristote fait preuve ici mérite d’autant plus d’être soulignée qu’elle est dans ses ouvrages rarement systématique.

400 Arist., HA 488 b 7.

401 Gai., Rébus boni malique sud 6, 762, 14.

402 Arist., HA 602 a 15.

403 Arist., HA 598 a 2 ; voir ibid. 525 a 15 ; Id., Fr. 327, 9 ; cf. aussi Ath. 7, 315 b. Ces deux adjectifs servent précisément à distinguer la situation des îles par rapport à la côte (Str. 2,5,19, 29). Au lieu de l’adjectif, on trouve parfois, comme second terme de l’opposition, des locutions : πρò∑ τῆ∑ γῆ∑ (HA 550 b 12), πρò∑ τῇ γῇ (ibid. 598 a 9) ; cf. aussi τò πρóσγειον εἶναι τòν piov (PA 684 a 5). Signalons que l’adjectif αἰγιαλώδη∑ n’apparaît qu’une fois dans les textes aristotéliciens.

404 Gal., Sanitat. 6, 333,6 ; cf. ibid. 6,435, 1 ; Aliment, fac. 6,719, 10 ; ibid. 6, 721, 1 ; Id., Rebus boni malique suci 6, 797, 7.

405 Gal., Puer, epilept. 11, 373, 6. Les sélaciens sont, d’ordinaire, rangés parmi les poissons πελάγιοι. (cf. Ar.Byz., Épit. 2, 384). Galien ne retient donc dans ce passage que les poissons qu’Aristote appelle τὰ λεπιδωτά.

406 Voir Diphilos, ap. Ath. 8, 355 b. Athénée n’emploie l’adjectif que pour les poissons (7, 320 d).

407 Ainsi τεῦθο∑ (HA 524 a 32) ; τεήθί∑ (PA 679 a 14) ; πολύποή∑ (HA 525 a 15) ; καρκίνοι (ibid. 684 a 6). Dans tous ces cas, l’adjectif détermine uniquement le nom de l’animal, comme attribut et une fois comme épithète (HA 524 a 15).

408 Arr., Ind. 26,7,2. Voir Plu. 581 f 10.

409 Gai., Aliment, fac. 6, 708, 16 ; cf. Id, Meth. med. 10,549 1 ; et pour distinguer deux espèces (ou familles) de scorpions de mer (Hikésios, ap. Ath. 7, 320 d) ou de crabes (Arist., PA 684 a 6).

410 E., Hipp. 1274-7.

411 D.S. 19, 17, 3, 13.

412 Arist., HA 621 b 23 (voir ibid. 602 a 16). Le neutre pluriel ne se rencontre nulle part ailleurs que dans les exemples donnés dans cette rubrique. La distinction qui apparaît dans la phrase citée montre, en fin de compte, la souplesse des oppositions dans lesquelles est susceptible d’entrer πελάγιο∑ (voir Gai., Aliment, fac. 6, 614, 6). Il n’existe pas d’adjectif *πελαγώδη∑ . Quant à l’adjectif εὐριπώδη∑ (2/3) il n’a aucun autre emploi biologique.

413 Nous ne tenons pas compte, dans ce chiffre, des cas où πετραῖο∑ est prénom ou nom propre.

414 A., Pr. 1019 ; S., Phil. 459 ; E., Cycl. 382 et 401 ; A.R. 2, 705 ; Opp., H 4, 480 ; etc. (et un exemple chez Aristote : HA 570 b 26 ; πετρώδη∑ (129/205) n’est en effet jamais employé pour qualifier des animaux et ni chez Théophraste (10), ni chez Dioscoride (17) il ne désigne une seule fois une plante ; il détermine exclusivement des montagnes, des îles, des terrains, des pays, etc.

415 Voir Nicandre, ap. Ath. 9, 371 c ; Gal., Simp. med. 12,133, 17 ; Dsc. 4, 9, 1, 1 ; etc. C’est aussi un des douze noms que reçoit le câprier (κάππαρι∑ : Dsc. 2, 173, 1, 3). Tὰ πετραῖα désigne éventuellement les herbes de garrigue (Philem., Fr. 1, 98, 5). L’adjectif est aussi employé de façon discriminante pour distinguer différentes variétés d’une même espèce de plante : l’asperge (ἀσπάραγο∑ : Gal., Simp. med. 11, 841, 1) et le figuier (σήκῆ : Archil., Fr. 331, 1).

416 Alexandre d’Aphrodise (3/3), Anaxippe (1/1), Archigène [Apamée] (1/1), Aratos (4/4), Aristophane de Byzance (1/1), Aristote (11/14), Athénée (28/34,), Dioscoride (1/10), Galien (47/50), Hippocrate (7/7), Machon (1/1), Oppien (1/6), Rufus [Ephèse] (2/2), Soranos (1/1), Sotades (1/1), Théopompe (1/1) et Dioclès [ap. Ath.] (2/2). Il s’agit d’une appellation “officielle” (τὰ καλούµενα πετραῖα : Ath. 8, 357 f ; etc.).

417 Ps.-Hp., Ptol. 1,485,18.

418

419 Diphilos ap. Ath. 8, 355 b ; Gal., Sanitat. 6, 333,6 ; ibid. 6,434,15 ; Id, Aliment, fac. 6,719, 6. Cf. πελάγιος. C’est l’opposition canonique qu’on retrouve dans les textes tardifs (voir Mich., in PA 1, 16, 5). Car les poissons de roche vivent tous pres de la rive (voir Arist., HA 598 a 9).

420 Il n’est que de comparer le nombre des occurrences respectives de πετραῖος et de πελάγιος avec une signification zoologique. Il faut remarquer que les poissons de roche ne sont pas mis en parallele avec des poissons d’eau douce, sauf dans un texte de Galien ou le medecin se penche sur la saveur comparee des poissons en relation avec la nature des eaux qu’ils habitent (voir aussi Hp., Met 2, 48, 3 sq.)

421 Τὰ πετραῖα (sc ζῷα ?) : Arist., HA 598 a 16 ; cf. ibid. 538 a 30 ; ibid. 543 a 5 ; ibid. 598 a 12 ; Mnesith., Fr. 38, 32 (τὰ καλούµενα πετραῖα) ; Ath. 8, 357 f ; Thphr., Fr. 62, 3 ; Ruf., Ren. Ves. 2, 25, 2.

422 Aret., S.D. 1, 10, 9, 4.

423 Hp., Vict 2, 48. Voir aussi Mnésithée (Fr. 38, 49), qui emploie également l’adjectif κήµατοπλῆγε∑ pour désigner une classe opposée. Aristote les oppose une fois aux sélaciens et, comme Hippocrate, aux poissons migrateurs, c’est-à-dire aux poissons “grégaires” (Arist., HA 538 a 30). C’est la seule classe lexicalisée dans le traité pseudo-hippocratique Sur la différence des aliments, à Ptolémée, face aux poissons de mer (ὅσα µὲν ἐν θαλάσση διατρίβοήσιν) et aux poissons de rivière (ὅσα δὲ ἐν ποταµοῖ∑) : Hp., Ptol. 485, 18-486, 13. Galien, étrangement, les distingue une fois des poissons du large et des poissons du littoral (Rébus boni malique suci 6, 762, 13). Ces poissons sont souvent assimilés aux petits poissons (τὰ πετραῖα ἰχαθύδια : Hp., Morb. pop. 7,1, 3, 38 ; Sotades, Fr. 22 ap. Ath. 7, 293 d ; Arist., HA 505 b 18 ; Ath. 7, 311 c ; S.E., P. 1, 81,2 ; etc.

424 Voir Gal., Aliment, fac. 6, 719, 6 ; cf. Id., Rébus boni malique suci 6, 795, 11. Ils ont aussi une alimentation simple (Gal., Aliment, fac. 6, 721, 4).

425 Même Aristote signale cette supériorité alimentaire des poissons côtiers sur les poissons du large (voir Arist., HA 598 a 2 sq.)

426 Machon, Fr. 5, 28, ap. Ath. 6, 244 b.

427 Gal., Aliment, fac. 6, 708, 7-738, 14. Galien, au troisième livre de ce traité, passe en revue les différents poissons ; il consacre une rubrique aux πετραῖοι (718,1-12), une autre aux ὀστρακóδερµα (lamellibranches, tuniciers, etc.), une aux µαλακóστρακα (crustacés), une aux µαλάκια (céphalopodes), une aux σελάχια (sélaciens), et une aux ζῷα κητώδη. (monstres marins) ; un sort spécial est réservé à quelques poissons qui se partagent entre deux habitats (κέφαλο∑, λάβραξ, κωβιó∑) ou qui présentent de nombreuses variétés en raison de la diversité de leur alimentation (τρίγλη). Mais les plus longues rubriques sont celles qui traitent des µαλακóσαρκοι et des σκληρóσαρκοι (sc.ἰχθῦ∑), où il discute - et réfute - plusieurs affirmations du médecin Phylotimos [Cos, iiie av. J.-CJ, et dont la distinction sert de guide à toutes les autres rubriques

428 Gal., Meth. med. 10, 537, 9 ; Id., Aliment, fac. 6, 720, 16 ; Ibid. 6, 742 sq. ; Ruf, Sat. Gon. 1, 50, 3 ; cf. Dioclès, ap. Ath. 7, 305 b. Les deux termes άπαλóσαρκο∑ et µαλακóσαρκο∑ ont exactement la même signification et sont employés indifféremment. Athénée distingue les poissons de roche et les poissons à chair tendre mais les exemples qu’il donne de cette seconde classe sont précisément ceux qui, dans le texte de Galien et ailleurs, illustrent la classe des πετραῖοι(Ath. 8, 857 f)- De manière générale, les classements particuliers peuvent varier sensiblement d’un auteur à l’autre (cf. Gal., Aliment, fac. 6, 728, 2).

429 Arist., HA 590 b 10 ; voir Nic, Ther. 789-90 et Ael., NA 7, 24 (cf. Ibid. 1, 30). Hippocrate mentionne des crabes de mer et de rivière (Hp., Vict. 2,48, 22 ; cf. Arist., HA 525 b 6).

430 Opp., H 3, 179-81. Le mot ἕλµι∑ est ambigu puisqu’il désigne non seulement le ver intestinal (Hp., Morb. 4, 54), mais aussi un autre ver aquatique, qui vit dans les éponges (Arist., HA 548 b 15) ou parasite les poissons de rivière (ibid. 602 b 26).

431 P., Fr. 43, ap. Ath. 12, 513 c (voir aussi Luc, Salt. 1,67).

432 Ion, Fr. 36 (ap. Ath. 7, 318 d). Ici l’adjectif est une épithète de nature.

433 Ce fragment, attribué par Aristote à Eschyle (Arist., HA 633 a 19), est classé aussi parmi les fragments de Sophocle (Fr. 581). Aristote qualifie également le κήάνο∑ d’oiseau de roche (HA 617 a 23). Cet oiseau, mal identifié (voir Thompson, 1936, p. 178) fréquente les rochers comme la huppe.

434 Dans le premier chiffre donné ne sont pas comprises les occurrences du mot comme nom propre (du dème attique ou de la région proche de la Bithynie) ou doublet (ou diminutif) de ποταµó∑.

435 À propos d’embarcations (Ath. 5,204 d ; Str. 3, 2, 3, 11 ; etc.) ; d’îles (D. Chrys. 11, 5,1) ; de courants (E., Él. 152 ; Dsc. 2, 76,6 ; etc.) ; et comme épithète de nom de ville (P., P. 6,6 ; Str. 1, 2, 25, 20).

436 On distingue en effet l’eau de fleuve de l’eau de mer (Ps.-Hp., Ptol. 485,9), de l’eau de source (Arist., Mete. 353 b 28 ; etc.), et des eaux de pluie et de source (Plu., Aetia Physica 912 c 2).

437 Notons qu’il est une fois employé par Ptolémée sous forme substantivée sans cloute pour désigner la faune fluviatile mais avec une extension peut-être plus large : “les signes fluviaux comme le Verseau et les Poissons ont à voir avec les êtres des fleuves (τὰ ποτάµια) et des sources” (Ptol., Tetr. 2, 8,9). Ce qualificatif désigne une seule fois une plante (Str. 6, 3,9, 36). Théophraste pose, au premier livre de son Histoire des Plantes, comme son maître l’avait fait pour les animaux en tête de son Histoire des Animaux, une série de classifications, dont la distinction entre les plantes de fleuve, de marais et d’étang : “il faut cependant classer [les espèces] aussi en fonction des lieux, selon qu’elles sont davantage palustres, lacustres ou fluviatiles (ποτάµια), ou encore se trouvent également dans tous ces lieux” (Thphr., HP 4, 10, 1).

438 Arist., HA 558 a 14. Le crocodile terrestre est un grand lézard (Psammosaurus griseus ; voir Hdt. 4, 192 ; Ael., NA 1, 58, etc.). L’adjectif n’affecte κροκóδειλο∑ que dans les textes aristotéliciens (Arist., HA 492 b 24 ; Id., PA 691 a 18 ; etc.) et chez Antigone de Caryste (Antig. 65 et 91) ; on le rencontre en revanche chez de très nombreux auteurs avec ἵππο∑ (Hdt. 2, 71 ; Alex., Fr. 204,3 ; Arist., HA 499 b 10 ; Str. 15, 1,13,25 ; Plu. 962 e 2 ; Arr., Ind. 1, 6, 8 ; Ath. 8,353 f ; etc.). L’éléphant est, selon les termes d’Aristote παραποτάµιο∑ οὐ ποτάµιο∑ (Arist., HA 630 b 26).

439 Str. 15, 1, 73, 17 (voir également Élien, NA 16,4) ; cf. Arist., HA 540 a 29. Voir s.v. θαλάσσιο∑.

440 Ael., NA 14, 21 ; voir Paus. 4, 34, 3, 5 (où il s’agit sûrement de requins). La loutre est ailleurs appelée ἡ ἐνυδρί∑ (Arist., HA 487 a 22 ; etc.).

441 Hp., Vict. 2, 48, 21 ; cf. Dsc, Eup. 1, 145, 4 ; Ibid. 2, 122, 5, 3 ; Gal., Comp. med. 13, 264, 1 ; Id., Antidot. 4, 169, 2 ; etc. Outre leur vertu diurétique et laxative, ces crabes sont efficaces contre la rage (Gal., Simp. med. 12, 356, 10) et des pertes trop abondantes chez les femmes (Hp., Mul. affect. 1, 192, 30) ; les prescriptions deviennent très précises à la fin de la période (Dsc, Eup. 2, 65, 4, 5) ; et Galien dénonce les précisions abusives de certains médecins dans des domaines où la distinction entre poissons de mer et poissons de rivière relève de l’imposture pédante (Gal., Simp. med. 12, 331, 13).

442 Ath. 3, 90 c ; Dsc. 2, 9, 1, 5. Dans ce dernier exemple, où ποτάµιο∑ n’est pas épithète mais attribut, Dioscoride différencie en réalité six sortes différentes de κοχλίαι. On en trouve également la mention dans un traité du Pseudo-Galien (Gai., Succedaneis 19, 734, 2-3).

443 Ainsi ὁ π. κεστρεύ∑ (Dorion ap. Ath. 7, 306 e), ὁ π. κωβιó∑ (Dorion ap. Ath. 7, 309 e), ὁ π. κορακῖνο∑ (Diphilos ap. Ath. 3, 121 b), ὁ ποτάµιο∑ φάγρο∑ (Ath. 8, 355 f). ὁ π. κέφαλο∑ (Gal., Aliment, fac. 6,713, 10), ἡ. π. θρίσση (Dorion ap. Ath. 7,328 e), ἡ π. µύραινα (Dorion ap. Ath. 7, 312 d). Ces animaux sont tous d’ordinaire rangés parmi les poissons océaniens ou de bord de mer (voir Arist., HA 598 a 9 sq. ; ibid. 621 b 15). Le ποτάµιο∑ κεστρεύ∑ est distingué du θαλάττιο∑ κεστρεύ∑ et du λιµναῖο∑ κεστρεύ∑ (Ath. 8, 355 f). Ce sont les seuls noms de poissons qui sont accompagnés de l’épithète ποτάµιο∑. Il va sans dire que cet adjectif peut être attribut de noms de poissons qui ne prêtent pas à confusion (voir Arist., ap. Ath. 8, 331 e).

444 Il existe cependant des noms de poissons qui ne se rencontrent que dans les rivières (βάλαγρο∑, βάλερο∑, τίλων, πέρκαι... : Arist., HA 568 a 11 ; Ibid. 602 b 22).

445 Arist., HA 567 a 28. Hippocrate (3/8), Philémon (2/2), Aristote (12/38), Athénée (6/42), Dioscoride (2/14), Galien (4/17).

446 Cette opposition est nette mais elle n’est pas absolue. La “douceur” de l’eau suffit à expliquer pourquoi tous les poissons de mer migrent volontiers dans les fleuves alors que peu de poissons de rivière aiment la mer (Gai., Aliment.fac. 6, 712, 12).

447 La chair des poissons de rivière est comme celle des poissons lacustres, pleine de petites arêtes (Gal., Aliment, fac. 6, 712, 9). Les poissons d’eau douce sont en général moins appréciés que ceux de mer, car plus puisqu’ils car il se nourrissent de fange (Philem., Fr. 79, 18). Les meilleurs d’entre eux sont ceux qui, comme la truite, vivent dans les cours d’eau les plus rapides (voir Mnésithée, Fr. 38). Parmi les poissons de mer, ceux qui peuvent vivre dans les eaux douces et salées sont en effet les moins digestes (Ath. 8, 358 b) ; et, entre les poissons de rivière et les poissons de lac, ce sont les poissons de rivière qui sont les meilleurs -et, parmi ces derniers, ceux qui vivent dans les fleuves qui ont le courant le plus fort (Gal., Aliment, fac. 6, 711,15 sq.).

448 Diphilos, ap. Ath. 3, 120 e ; voir Hp., Vict. 2,48, 24 ; Gai., Aliment, fac. 6,711, 17.

449 II semble, d’après la quarantaine de fragments donnée par Athénée, que ce savant ichthyologue de l’Ier siècle classait systématiquement les poissons selon leur habitat naturel, et qu’il rapprochait étroitement les poissons de lac et de rivière.

450 Ath. 7, 309 b. Voir Hp., Vict. 3, 82,16 ; Arist., HA 568 a 11 et 602 b 19 ; cf. Gal., Aliment, fac. 6,711, 18.

451 Hippocrate (Vict. 2, 48, 1 sq.) distingue, quant à lui, 1) les poissons de roche (οἱ πετραῖοι), 2) les poissons qui vont en banc (οἱ πλενῆται καὶ κήµατοπλῆγε∑), 3) les poissons de vase (ὁκóσοι τῶν ἰχθύων ἐν τοῖσι πηλώδεσι καὶ ὑδρηλοῖσι χωρίοισι τά∑ τροφά∑ ἔχοήσιν), et 4 & 5) les poissons de rivière et de lac (ο ποτάµιοι καὶ λιµναῖοι). Là encore les deux dernières classes sont étroitement associées (voir Arist., HA 487 a 27 (et s.v. πετραῖο∑). On trouve également des distinctions partielles, comme celle que propose Hippocrate entre poissons d’étang, poissons de rivière et poissons de bord de mer (Hp., Affect. 1, 52,28).

452 E., Rh. 618.

453 Ar., Av. 1140-41 ; Ar.Byz., Épit. 1,23.

454 Ar.Byz., Épit. 1, 24. Il convient de noter qu’Aristophane réserve le pluriel de ce terme aux oiseaux et qu’il ne mentionne jamais les poissons de rivière. L’adjectif εὐριπώδη∑ (2/2) n’apparaît qu’une fois, dans le livre IX de l’Histoire des Animaux d’Aristote (621 b 23), pour désigner les poissons qui vivent dans les embouchures de fleuves (τά πελάγια καὶ τά εὐριώδη) ; il qualifie ailleurs un milieu caractérisé par un constant mouvement de flux et de reflux des eaux (τὀπο∑ : Arist., GA 763 b 3).

455 Le nom Λιµναῖο∑, épithète de Dionysos (Call., Fr. 230, etc.) n’est pas comptabilisé ici.

456 Cet adjectif a la même imprécision que le substantif λίµνη. (cf. λειµών, λίµνη) à partir duquel il est formé. Par commodité nous le rendons, dans cette rubrique, par le seul mot “lacustre”. Λιµναῖο∑ qualifie plutôt les marais d’eau douce quoique la différenciation des divers types de marais ne soit jamais explicitée (les marais salants n’étant, en tout cas, jamais individualisés) ; τελµατιαῖο∑ désigne les marais d’eau saumâtre tandis qu’ ἕλειο∑ semble appartenir davantage au domaine terrestre qu’aux espaces aquatiques. La lagune, milieu paralique particulier (λιµνοθάλαττα [17/21]), constitue pour les Grecs un biotope intimement rattaché au lac (εἰσὶ δὲ καὶ λίµναι τινὲ∑ τοιαῦται, καὶ καλοῦσιν ἐνία∑ αὐτῶν λιµνοθαλαττα∑ : Gal., Aliment, fac. 6, 711, 10 ; cf. Gai., Aliment.fac. 6,714, 5 ; ibid. 6,719, 1 ; corrélé à ἕλη : Str. 13, 1, 31 ,7) ou associé aux embouchures des fleuves (ἐν δὲ ταῖ∑ λιµνοθαλάτται∑, καὶ πρò∑ ταῖ∑ ἐκβολαῖ∑ τῶν ποταµῶν : Arist., GA 761 b 7) ; quoique cette distinction soit importante pour les poissons (γίνονται δὲ καὶ ἐν ταῖ∑ λιµνοθαλάτται∑ πολλοὶ τῶν ἰχθύων : Arist., HA 598 a 19) et pour les autres animaux marins (Arist., GA 761 b 5) il n’existe aucun adjectif correspondant à ce nom. La chair des poissons qui se trouvent dans ces eaux douces mêlées d’eau salée est d’une qualité intermédiaire entre celle des poissons de mer et celle des poissons de fleuves (Gal., Aliment, fac. 6,711, 10).

457 Les distinctions hydrologiques et botaniques sont généralement plus fines que pour les animaux. Athénée (2, 46 b) range ce type d’eau parmi les eaux stagnantes (τὰ τῶν ὑδάτων στάσιµα) parmi lesquelles il distingue l’eau de marais (τά ἑλώδη) et qu’il oppose aux eaux de source (τῶν κρηναίων) ; il est aussi distingué de l’eau de pluie (Hp., Aër. 1, 7, 4 ; voir Gal., Dif. feb. 7, 285, 1 ; Thphr., CP 2, 6, 3, 12 ; Gal., Sanitat. 6, 56, 6 ; etc.). Théophraste distingue les plantes de marais (ἕλεια) des plantes de lac ποτάµια) et de rivière (λιµναῖα) : Thphr., HP 4,10, 1 ; voir ibid. 5, 3, 12). Comme on le voit τὰ λιµναῖα peut désigner les plantes lacustres (voir aussi ibid. 4,11, 12 ; Id., CP 6, 11, 11 ; ibid. 6, 14,2).

458 On ne peut parler que de tendances, du reste fort dépendantes des objectifs de l’auteur.

459 Cyranides 4, 32.

460 Ainsi λ. ἔγχελή∑ (Ath. 8, 355 d), χελώνη λ. (Gal., Comp. Med. 12, 575, 15), λ. κάστωρ (Nic., Alex. 307), λ. φρύνη (Nic, Alex. 576 ; cf. Ar., Ra. 211) ; il est aussi attribut de κροκóδειλο∑ (Hdt. 2, 68). Dans le cas du castor et du crocodile, l’adjectif a sans doute une valeur purement descriptive (“qui vit dans les étangs”).

461 Ar., Av. 272 (voir Thompson, 1933, p. 304).

462 Le canard est un oiseau complet puisqu’il est fluviatile, lacustre et terrestre à la fois (Cyranides 3,31 ).

463 Cyranides 4, 37 : κήπρῖνο∑. ἰχθύ∑ ἐστι ποτάµιο∑ καὶ λιµναῖο∑.

464 Cyranides 4, 13 : γλάνεο∑. (sic) ἰχθύ∑, ἐστι ποτάµιο∑ καὶ λιµναῖο∑.

465 Ath. 6,224 b. Sur l’association courante des poissons de rivière et de lac, voir supra (Arist., HA 568 a 11 ; Ibid. 602 b 20 ; Ibid. 607 b 34 ; Ath. 7,309 b...).

466 Hippocrate (3/7), Aristote (4/11), Strabon (1/9), Pausanias (1/1), Galien (2/10), Athénée (4/10). On a déjà signalé la subdivision en quatre classes de l’ensemble des animaux marins dans l’Histoire des Animaux d’Aristote (θαλάσσια, ποτάµια, λιµναῖα, τελµατιαῖα, HA 487 а 26).

467 Gal., Puero consil. 11, 372,14 ; voir ibid. 11, 373, 20

468 Arist., Fr. 253,43, ap. Ael., NA 7,7.

469 Cf. Ath. 7, 309 b.

470 Hdt.7, 119.

471 Arat, Phen. 942-43. Hérodote (1/2), Aristophane (1/3), Aristote (5/11), Aratos (1/1), Aristophande de Byzance (1/1)), Strabon (2/9), Galien (3/10), Athénée (2/10). Aristophane de Byzance (Épit. 1,24) énumère quelque oiseaux lacustres qui sont aussi de rivière (ποτάµιοί εἰσι ἅµα καὶ λιµναῖοι).

472 Gal., Meth. med. 10, 549, 3 (voir Ath. 9, 395 e, et Str. 5, 2, 9, 26). Le neutre pluriel désigne également les plantes de bords de lac (voir supra) et l’espace lacustre ou périlacustre (Arist., HA 593 b 24). L’adjectif λιµνώδη∑ (20/27) n’est jamais employé pour des animaux sauf dans un passage où Diodore (1,43, 2,7) rapporte la croyance égyptienne d’après laquelle l’homme serait constitué de limon fangeux (ἕλειον καὶ λιµνῶδε∑ ζῷον) Ailleurs il note des lieux, des eaux ou des plantes (Thphr., HP 1, 10,5 ; cf. Ibid. 8, 1, 7 [τὰ λιµνώδη]).

473 L’adjectif τελµατώδη∑ n’est jamais appliqué à un animal : il ne qualifie que des lieux (Dsc. 1, 4, 1,7).

474 Aristote distingue parmi les eaux stagnantes (τὰ στάσιµα) les eaux alimentées par une source et les eaux confluantes ou mortes (Arist., Mété. 354 b 24 ; voir Id., GA 742 b 2 ; Basile, H.Hex. 4, 4,26).

475 Arist., HA 487 a 26 ; voir supra.

476 Arist., HA 626 a 9. Jamais, en effet, Aristote ne distingue différentes espèces de βάτραχοι ; elles sont précisément l’exemple que choisit Aristote, avec κορδύλο∑ (le triton), pour illustrer la classe des animaux τελµατιαῖα. Sans constituer un classème, l’adjectif τεναγώδη∑ (39/44) est employé comme épithète discriminante avec le nom σκορπίο∑, pour désigner une espèce de scorpion (poisson) de mares et non de mer (Hikésios ap. Ath. 7,320 d et 8,355 f)- Dans tous les autres cas, cet adjectif affecte un nom de lieu, le substantif τὰ τεναγώδη. désignant sans équivoque les régions vaseuses (Str. 1,3,4,9). Ce terme ne renvoie pas à un biotope particulier puisqu’il qualifie aussi bien un étang (Plb. 10, 8, 7, 3 ; Hdt. 1, 202) qu’une mer, un fleuve, un rivage, un isthme, une terre, voire une ville (D.S. 20,74, 2,1).

477 Cet adjectif est employé 44 fois sous la forme comparative à propos d’astres ou de planètes. Parmi les corps célestes, c’est la lune qui, depuis les textes des Présocratiques, apparaît le plus souvent comme “le plus proche de la terre” (Her., Fr. 1,66 ; Leuc, Fr. 1,27 ;...). Il peut aussi désigner la zone aérienne la plus proche de la terre (Luc, Gal. 23,20).

478 Str. 2, 5, 19, 30 (cf. Arist., Mété. 368 b 33 ; Alex., in Mété. 1, 126, 2 ; voir s.v. πελάγιο∑ ).

479 Théophraste distingue parmi les arbres : τὰ πρóσγεια, τὰ πóντια, τὰ ἀµφοτέρων τῶν πóπων κοινά (Thphr., HP 4, 6, 2 ; voir ibid. 4, 6, 4 et 4, 6, 9) ; à propos de plantes rampantes voir Dsc. 4, 179, 1 ; voir aussi Luc, Anach. 20,42 : πρóσγεια καὶ νήπια φήτά).

480 Dix occurrences seulement dont six chez Aristote.

481 Arist., PA 684 a 4 ; voir Arist., PA 679 a 10 ; Plu. 727 e 9 ; Gal., Vict. com. 15,443, 12.

482 Plu. 727 e 9 (à propos de l’hirondelle -χελιδών-) ; voir Gal., Vict, com. 15, 443, 12

483 Ainsi σηπια (Arist., PA 679 a 10), πολύπους (Arist., HA 525 a 14) et κέϕαλος (Arist., HA 591 a 23).

484 Arist., HA 598 a 2. On retrouve la même distinction à propos des seuls poulpes (Arist., HA 525 a 14), et dans le même passage à propos des lieux (ibid. 598 a 7).

485 Arist., HA 598 a 10 ; voir s.v. πελάγιος et πετραῖος.

486 Arist., HA 602 a 15. Le préfixe παρα- a dans ce mot le même sens que προσ-. Dans l’Histoire des Plantes de Théophraste, les mêmes arbres (δρῦς, ἐλάτη) sont appelés παράγειοι (Thphr., HP 4, 6, 7, 1) et πρóσγειοι (Thphr., HP 4, 6, 2 et 4, 6, 9), ce qui confirme l’équivalence de ces deux termes.

487 Paus. (9), Str. (3), App. (3).

488 Gal., Aliment, fac. 6, 719, 10.

489 Gal., Rebus boni malique suci 6, 762, 13.

490 Voir Mich., in PA 1,71, 12.

491 Arist., HA 488 b 6. Dans ce cas Aristote distingue animaux de roche et animaux du littoral (comparer Id., HA 598 a 10). Basile, au cours de ses Homélies sur les six jours de la création reprendra ce terme dans une liste de classes très confuse (H.Hex. 7, 1,49).

492 Voir Gal., Aliment, fac. 6,718.

493 Hp., Affect. 1, 52, 29 ; cf. Hp., Morb. 2, 74, 9.

494 Marcellus, Pisc. Fr. 14 : καὶ ἀκταῖoι µελάνoυρoι.

495 Babr. 25, 6. Ἀκταῖoς qualifie des côtes, caps, cités, divinités marines (et c’est l’ancien nom de l’Attique).

496 Ap., Ill. 1, 1,72, 5 ; etc. Il qualifie aussi des nymphes (Hes., Fr. 123,1 ; h. Merc. 244 ; Str. 10, 3,19,6).

497 Voir Ath. 2, 62 d : “les asperges : on les appelle soit palustres soit montagnardes” (il est possible qu’ἀoπάραγoς désigne ici une tige quelconque). Voir aussi Thphr., HP 3, 11, 2 : ζυγία (orme) ; Ath. 15, 680 e (cf. Thphr, HP 6, 8, 1) : ἀνεµώνη (anémone) ; Dsc. 3,45, 1 : πήγανoν (rue).

498 Philostr., VA 2, 12,4. Même répartition pour les lièvres (Ael., NA 4,26 ; voir ibid. 13,14).

499 Cf. Philostr., VA 3, 8, 1 (ὄρειoι δράκoντες) ; cf. ibid. 3 ,8, 19 ; cf. Gal., Vict Att. 1, 58, 4 : “de la même façon les porcs des montagnes sont plus nourrissants que les porcs domestiques” ; cf. aussi S., Ant. 352 : “un infatigable taureau des montagnes. Dans les textes tragiques, l’adjectif accompagne parfois le mot θήρ avec la même valeur que ἄγριoς (E., Supp. 57 ; cf. E., Alc. 495 ; S., Ph. 936-37).

500 Peripl. M. Rubr. 15, 16 (χελώνη ὀρεινή) ; voir Ael., NA 14, 17.

501 Voir Élien, NA 10, 48, où le terme montagnard sert à désigner la chasse aux quadrupèdes, distinguée justement de celle des oiseaux (τῆς ἄγρας τῆς ὀρείoν ἢ τῆς πτηνῆς).

502 Arist., HA 488 b 2. Ailleurs le Stagirite n’use que de la seconde classe.

503 Gal., Vict.Att. 1, 55,2. Il poursuit en disant que “les oiseaux des étangs, des lacs et des plaines” sont plus humides et lourds, et que “les animaux qui vivent dans les montagnes” (τὰ δ’ ἐν τoῖς ὄρεσι διαιτώµενα ζῷα) sont tous plus secs, plus chauds, et que leur chair n’est pas du tout flasque et gluante.

504 Gal., Sanitat. 6, 435, 2 ; cf. Gal., Vict.Att. 1, 59, 7 ; Id., Sanitat. 6, 261, 13 ; ibid. 6, 281, 15 ; ibid. 6, 435, 2 ; Id., Meth. med. 10, 482, 1 ; Gal., Posth. 4, 14, 647, 4. Les espèces qui se distinguent sont les pigeons et les perdrix (Gal., Meth. med. 10,482, 1 et 549,4 ; Gal., Vict.Att. 1, 59, 7 ; Gal., Sanitat. 6, 435, 7).

505 Gal., Simp. med. 12, 304, 3.

506 X., Cyn. 1, 5, 17.

507 X., Anab. 5, 2, 2 ; Thphr., HP 9, 11, 9 ; D.H. 5, 37, 4 ; etc. Strabon totalise à lui seul 129 occurrences. L’adjectif qualifie éventuellement des (hommes) montagnards (Th. 2, 96, 2 ; Paus. 4,11,3).

508 Cf. Théon, Prog. 1,79,10.

509 Thphr., HP 8, 1,14 ; cf. Thphr., HP 3, 11, 5 ; ibid. 2, 5,6 ; Id, CP 4,13,2 ; ibid. 3,7,2.

510 Arist., HA 607 a 9

511 Thphr., HP 3,2,4.

512 Arist., HA 624 b 28. Voir Hdn., Épim. 210, 4 (καὶ ὀρεσκώεις θήρ, ὁ ὀρεινóς). Par la bouche de Socrate, Platon, dans le poème étymologique du Cratyle, souligne qu’Oreste porte bien son nom puisqu’il s’y révèle “la bestialité de sa nature, sa sauvagerie et son caractère montagnard (τò ὀρεινόν)” (Pl., Crat. 394 e 8).

513 Thphr., HP 6, 8, 3. Voir Dsc. 1, 9 (ὀ. νάρδoς) ; Id. 1, 112 (ὀ. µυρσίνη) ; Id. 3, 25 (ὀ. ὕσσωπoς) ; Id. 1,40(ὀ. δάϕνη).

514 Dsc. 2, 80, 1. Cf. Arist., HA 592 b 17 : “il existe trois sortes d’engoulevents : le premier est la grande mésange, <...>, le second le montagnard (ὀρεινός) - car il vit dans les montagnes...” ; voir ibid. 618 b 3.

515 Pour le lion : Hom., Il. 12, 299 ; les loups : Hom., Od. 10, 212 ; les sangliers : E., Or. 1460 ; certains serpents : Hom., Il. 22,93 ; etc.

516 Un exemple intrigant est fourni par les Cyranides (1, 14) à propos de la pierre nommée épée : “les gens de la région d’Assyrie la pilent et en font des fumigations auprès de leurs animaux vivant à la montagne, (ὀρεσίτρoϕα) avant de les lâcher ainsi immunisés contre les fauves”.

517 Principalement un lieu (τóπoς, χώρα) : Esope, 20 & 44 ; Hdt 7,98 ; X. An. 5, 5,2 (cf. Id., Cyr. 6, 3, 2) ; Arist., HA 619 a 25 ; Str. 12,2,7 ; Dsc. 1, pr. 6 ; etc. ; éventuellement une route (ὁδóς) : X, Cyr. 1, 6, 43 ; D.S. 14,29,2). Sur une fine distinction des reliefs, voir Pollux (1,186).

518 Voir Synésios, Éloge de la calvitie, 12, 27.

519 Str. 11, 8, 6.

520 Arist., HA 607 a 9.

521 Philostr, VA. 2,12,4 (cf. Ibid. 2, 13, 39 & 45). Sur les chiens : X., Cyn. 5, 17 ; sur les serpents : Philostr, VA. 3, 8,3 (voir Phot., Bibl. 326 a 13).

522 Aucun terme moderne (marais, marécage, marigot fondrière, palus...) ne correspond exactement à ce mot. Il désigne des espaces très humides, parfois franchement immergés, et présentant une végétation assez verdoyante et abondante (voir Ar., Ran. 352). Comme λίµνη et τέλµα, il est compté parmi les plans d’eau douce mais se distingue du premier par sa taille généralement plus réduite, sa faible profondeur et le fait d’être alternativement immergé et découvert. Il constitue une sorte d’interface entre plaine et étang et, à ce titre, il est cité tantôt dans une série de lieux aquatiques, tantôt dans une série de lieux terrestres, ce qui n’est le cas pour aucun des deux autres espaces proches. Il se distingue aussi de τέλµα, lieu vaseux, et peu fertile. Le premier chiffre ne tient compte ni des tribus d’hommes nommés ἕλειoι (Str. 16, 1, 20, 33 ; Th. 1, 110, 3), ni du nom propre, pour un héros (Apollod. 2, 60, 7) ou les Hilotes (Str. 8, 5, 4, 19).

523 Pour des eaux : Hp., Aër. 1, 10, 47 (cf. Pl., Lg. 824 a 17)... ; pour des régions : Str. 8, 3, 1 9, 1 6 ; pour des plantes : Plu. 400 b 10. Les plantes dites ἔλεια sont celles qui se trouvent en bordure d’étang (Hp., Epist. 1, 16,22), comme les régions (Plu. 451 f 4). L’adjectif qualifie les plantes ordinaires des lieux détrempés (Thphr., HP 4, 10, 1, 3 ; Gal., Glauc. 11, 86, 7 ; Dsc. 4, 52, 1, 1 ; etc.), et permet de différencier entre des variétés (Hp., Affect. 1,54,5 ; Thphr., HP 1,4,2 ; Gal., Comp. med. 13, 233, 1 ; c’est le nom du laurier-nain (Gal., Vict.Att. 1, 24, 3). Les espaces marins dont la distinction est pertinente pour les plantes sont : ἔλος λίµνη ποταµóς, θαλάττη (cf. Thphr., HP 4, 5, 6).

524 Cette inclination à percevoir cette interface comme plutôt terrestre correspond aussi à l’appréciation du statut du λειµών, défini comme ἀνθηρòς τóπος par la Souda (A 364) et dont l’analogue animal est l’éponge, comme l’illustre élégamment un poème de l’Anthologie (χύτης λειµών θαλάσσης : AP 6, 66, 7). Ce ralliement du marais à la terre est perceptible dans certains traits de synonymie. Ainsi une variété d’ail (Apium graevolens L) appelée σέλινον κηπαῖον (ail des jardins) est aussi connue sous le nom έλεοσέλινον (ail des marais), ou σέλινον πεδινóν (ail de plaine), ύδροσέλινον (ail d’eau), σέλινον ἄγριον (ail sauvage, cf. apium rusticum) : Dsc. 3, 64 (recensio e Vindob. Med. Gr. 1). Voir Hephaestion, Apotelesmatiques, 324.

525 Ael., NA 8,25.

526 Xénophon (1), Aristote (2), Aristophane de Byzance (1), Galien (5), Plutarque (1), Élien (1).

527 Gal., Vict.Att. 1,57, 1.

528 Arist., PA 674 b 30. Souvent l’adjectif ne porte pas directement sur le mot “oiseau” mais sur un genre de vie, i.e. sur le mot βίος (Arist., PA 694 b 11 ; voir ibid. 693 a 15).

529 Gal., Meth. med. 10, 482, 1. Voir Gal., Glauc. 11, 38, 14. C’est le caractère impur car mixte (terre/eau) de ces lieux qui vaut mauvaise réputation à leurs habitants (Plu. 725 d 10). Cette qualité a parfois pour conséquence de les isoler du reste des oiseaux (voir Galien, Glauc. 11, 143, 12).

530 Gal., Vict. Att. 1, 56, 6 ; voir Gai., Aliment, fac. 6, 705, 6. Aristophane dans la panégyrie des oiseaux prononcée par la huppe (Av. 243) mentionne les habitants des marais, gobeurs de moustiques, entre les oiseaux des montagnes (ὄρεα) et ceux des prairies (λειμῶνα). On considère que ces animaux relèvent de la terre (voir supra) ou de l’eau (Plu. 980 d 9, à propos du trochile). Aristote, si l’on suit la lecture de P. Louis (Belles Lettres), connaîtrait une espèce de faucons appelés “palustres (ἔλειοι)” (Arist., HA 620 a 19 ; mais nous pensons qu’il vaut mieux lire, avec J. Tricot, ἕλειoι “chasseurs de loirs”).

531 Philostr., VA 2,12,4.

532 X., Cyn. 5, 17, 2. Théophraste, à propos des plantes reprend la même tripartition (ὀρεινά | πεδεινά | ἕλεια : HP 1, 8, 1, 15), à côté d’une tripartition qui se règle sur les différents types d’eau douce (ἕλεια | λιµναῖα | πoτάµια : Thphr., HP 4, 8, 1 ; ibid. 5, 9, 4) ; voir Pl., Crit. 114 e. Aristophane de Byzance (Épit. 2, 111) considère que l’éléphant est “pour ainsi dire palustre” (ὡς ἂν εἴπoις ἕλειoς). Notons que l’adjectif ἑλώδης (155/177) qualifie surtout des régions (τὰ ἑλώδη : Arist., Pr. 861 a 33 ; ibid. 926 b 7 ; etc. ; cf. Arist., HA 564 a 12 ; ibid. 569 b 10 ; voir Thphr., CP 4, 12,4 ; etc.) des eaux (ὕδατα ἑλώδη : Ath. 2,46 b ; cf. Hp., Aër. 1,15 ; ibid. 7,4 ; ibid. 13,13). Il qualifie en HA 659 a 2 l’éléphant, “à la fois palustre et terrestre” (ἑλῶδες ἅµα τò ζῷόν ἐστι καὶ πεζóν) et une fois des oiseaux dans un passage de Galien (Meth. med. 10, 549, 8), où il est associé à lacustre (τὰ λιµναῖα καὶ έλώδη).

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540