Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Enjeux locaux, impasses supranationales

Panthéon fin de siècle en Provence1

Jean-Marie Guillon

Texte intégral

  • 1 Cette contribution reprend d’une manière condensée celle que nous avions donnée pour le colloque e (...)

1En général, les noms de rue ne prêtent guère à polémiques. Les plaques sont souvent posées dans l’indifférence. Le nom d’usage garde longtemps la préférence des habitants. Les choix paraissent d’un intérêt médiocre car relevant d’une histoire très locale, ou de l’hommage obligé aux morts glorieux et peu contestés. Pourtant plusieurs affaires récentes ont attiré l’attention sur l’enjeu symbolique de ces choix et les fractures qu’ils révélaient. La contestation d’Alexis Carrel a engendré le retrait de son nom dans plusieurs villes, comme à Paris il y a peu. La municipalité de Montpellier a défrayé la chronique en juin 1998 en baptisant, provisoirement, une « rue de Vichy 22 juin 1940-6 juin 1944 » pour dénoncer la collusion entre la présidence du conseil régional et le FN. Quant à ce parti, il s’est fait remarquer par certaines initiatives municipales après ses conquêtes de 1995. Mais, en novembre 1970, la décision du conseil municipal de Paris de donner le nom de Charles de Gaulle à la place de l’Étoile avait suscité de vifs remous. En fait, même ce qui paraît banal ne l’est pas autant qu’on pourrait le croire. La nomination de l’espace public est un geste politique quel que soit le choix. Une certaine représentation du passé s’y projette, s’y accumule même, strate après strate, au fur et à mesure que les agglomérations s’étendent, ce qui fait de la toponymie urbaine un livre d’histoire à ciel ouvert. C’est donc un outil de premier ordre en histoire des représentations et des sensibilités et une source documentaire en matière d’évolution de la mémoire collective, tout particulièrement pour le XXe siècle puisque la plupart des références y renvoient.

  • 2 « Batailles de mémoires en Provence », in J.-C. Bouvier et J.-M. Guillon (dir.), La Toponymie urba (...)

2Cette contribution prolonge des travaux antérieurs sur le territoire provençal auquel on se réfèrera pour une analyse dans la durée2. Rappelons que cette région constitue un observatoire d’autant plus pertinent qu’elle connaît une mutation démographique profonde depuis les années 60 et un changement de sensibilité politique avec la fin du cycle « républicain avancé » commencé au milieu du XIXe siècle et clos au milieu des années 80.

Marqueurs idéologiques

  • 3 Le choix du nom, le 6 janvier 1978, dans une conjoncture politique particulière, a été justifié pa (...)

3Dans une région traditionnellement dominée par la gauche, le panthéon toponymique a été à son image et a suivi son évolution. Mais aujourd’hui les choses sont moins simples et pas seulement parce que son influence se rétrécit. Tout se passe comme si la politique nationale en général et la gauche en particulier ne parvenaient plus à fabriquer des héros contemporains. François Mitterrand a été ici et là honoré après sa mort, mais peu. Gaston Defferre, qui a pourtant dominé la scène politique régionale depuis la Libération, moins encore. Pierre Mendès-France lui-même n’a guère fait recette. La tendance générale n’épargne même pas les municipalités communistes dont la toponymie était reconnaissable entre toutes, associant au panthéon républicain celui du mouvement ouvrier, complété par les héros du Parti, les martyrs de la Résistance et de nombreux artistes, savants et autres mis en scène de façon souvent didactique. Mais, après Maurice Thorez, Benoît Frachon et Gagarine, le culte des grands hommes s’est affaibli et s’est réfugié dans les valeurs sûres de la Résistance et de la Déportation (Marcel Paul, Marie-Claude Vaillant-Couturier, etc.). À vrai dire, la gauche ne se singularise plus guère par ses choix, sinon à la marge. Certains anniversaires ont offert des opportunités qui ont été peu utilisées. Le contexte de 1986 ne donnait guère de chance à celui du Front populaire et la « rue des Congés-Payés 7 juin 1936-7 juin 1986 » de Volx (Alpes-de-Haute-Provence) reste un exemple assez isolé. Le choix de Léon Blum est moins rare, souvent plus ancien et lié à d’autres circonstances comme à Marseille en 19783. Le Bicentenaire de 1789 a connu, évidemment, son lot d’inaugurations, d’arbres de la liberté, de stèles. Mais, comme pour la Résistance, sa charge idéologique n’était que relative, tant la référence révolutionnaire s’était (heureusement) banalisée. Finalement, la marque spécifique de la gauche s’est exprimée, dans quelques communes, par le recours à des héros étrangers, martyrs de la cause antifasciste ou combattants des Droits de l’Homme, en particulier Salvador Allende et Nelson Mandela (alors emprisonné) partagé par les socialistes et les communistes. Ajoutons chez ces derniers Juan Grimau et Pablo Neruda, tandis qu’à Draguignan ou Vitrolles les socialistes ont honoré Yshak Rabin, prix Nobel de la Paix en 1994 et assassiné l’année suivante. C’est à Vitrolles que ce type de marquage par une municipalité socialiste a été le plus significatif puisque Marcel Paul et François Mitterrand voisinaient non seulement avec Rabin, Mandela et Allende, mais aussi avec Olof Palme, Dulcie September et Jean-Marie Tjibaou.

  • 4 La plaque mentionne « a vécu pour la paix, mort pour les principes ».

4Mais la droite n’est pas forcément en reste sur ce terrain très politique des Droits de l’Homme. François Léotard à Fréjus a pris l’initiative en attribuant le nom de Lech Walesa dès 1980 et celui de Sakharov en 1984. D’autres municipalités de même tendance honorent le père Popielusko. Aix-en-Provence a fait un choix rare en consacrant Anouar-El-Sadate4. Celui de Jan Palach a été attribué en général pour le 20e anniversaire de son immolation en 1989. Mais Marseille l’ayant fait sous la municipalité Vigouroux en 1991, son successeur, Jean-Claude Gaudin, a choisi de panthéoniser Mère Térésa (en 1998).

  • 5 28 références dont 10 pour la Marine. Le pourcentage tombe à moins de 3 % à Marseille. À Toulon, i (...)
  • 6 M. Audin, assistant de physique à l’Université d’Alger, militant communiste, a « disparu » dix jou (...)

5Y a-t-il d’autres marqueurs politiques de droite ? La question est moins simple que pour la gauche puisque, par tradition, elle cultive l’apolitisme et le repli sur le culturel ou le local. Mais, comme la gauche n’est plus en reste en ce domaine, la distinction entre les deux s’estompe. L’observateur attentif repèrera cependant la précocité ou la réitération de certains choix. La date à laquelle le général de Gaulle a été intégré au panthéon local, la présence de Georges Pompidou, le poids relativement important du militaire dans la toponymie, comme à Toulon (22 % hors Seconde Guerre mondiale, dont plus du tiers pour la Marine5) constituent des indicateurs. Il en est de plus provocants. L’attribution du nom du colonel Érulin à une rue d’Aix-en-Provence, peu après son décès en 1979, est d’autant moins innocente que le héros de Kolwezi a participé à la « Bataille d’Alger » et a été mis en cause dans l’Affaire Audin6. En fait, le marquage franchement politique est à droite le plus souvent lié à des conjonctures particulières de radicalisation. Alors son imprégnation par la droite extrême ressort, à moins qu’elle ne cherche, après coup, à s’en dédouaner.

Troubles de la République

  • 7 Il s’agit de souligner un tournant dans les relations avec l’extrême droite, la fin de la période (...)
  • 8 Membre des « Amis de la Résistance » de l’ANACR.
  • 9 Var Matin, 5 et 28 septembre 1991.

6L’un des moments d’affrontement les plus significatifs se situe au début des années 80 lorsque la droite confirme son ancrage régional alors que la gauche est au sommet du pouvoir. C’est une droite radicalisée que ne trouble pas encore l’émergence du Front national qui conquiert en 1983 des municipalités emblématiques à l’issue d’élections dont on a trop tendance aujourd’hui à minimiser la rudesse. C’est alors que réapparaît un phénomène inédit depuis Vichy, celui de l’épuration symbolique. La municipalité de Draguignan passée au PR (médeciniste) remplace Allende au début de 1984 par un pompier mort en service commandé. Celle de Saint-Raphaël (fief RPR) envisage de l’éliminer au profit du Bachaga Boualam, puis finalement y renonce (1985). Le choix du Bachaga, récemment décédé (en Camargue) est souvent fait par la droite qui satisfait ainsi les associations de rapatriés qui portent la demande. Ce nom est et restera un marqueur idéologique. C’est la mémoire « Algérie française » qui est ainsi affichée, dans une région où, depuis 10 ans, les attentats ou les propos racistes ont fait souvent la une. C’est aussi le moment où Stalingrad chasse Staline du paysage toponymique de La Seyne – c’était, paraît-il, la dernière commune à l’avoir conserver –, mais la décision, appliquée par un conseil à majorité PR, avait été prise par la municipalité communiste battue. Le deuxième temps de radicalisation se place autour de l’élection présidentielle de 1988 et au début des années 90. La commémoration du Bicentenaire a failli donner lieu à un choc frontal. Il est évité par l’amorce du tournant « républicain » d’une partie de la droite7. Cependant, sous la pression d’une extrême droite désormais bien présente, il est des gestes révélateurs. Les plaques et stèles à la mémoire des gendarmes d’Ouvéa en font partie. À La Seyne, Maurice Thorez perd tout en janvier 1990, le boulevard, l’école et le gymnase qui portaient son nom. On lui préfère le maréchal Juin, André Malraux et Marcel Cerdan, soit un choix équilibré entre le militaire dont le nom satisfait les associations de militaires et de rapatriés, l’écrivain que ni les gaullistes, ni la gauche ne peuvent contester et le sportif qui correspond à des tendances bien affirmées (apolitisme, promotion du sport, vedettariat). À Toulon, en 1991, l’extrême droite et une partie de la majorité PR veulent débaptiser le quai qui porte, depuis 1946, le nom de Stalingrad. Embarrassé par cet activisme, le maire8 suggère une position de repli honorable en proposant « la Libération », ce que le chef de file du FN, futur maire en 1995, refuse puisque celle-ci ne marque pas seulement la fin de l’occupation allemande, mais aussi « le début de l’occupation marxiste en France ». Il propose « quai du Port ». Ce sera finalement « quai de Cronstadt », soit le retour au nom donné en 1893 pour honorer la venue de la flotte du tsar9. La même municipalité UDF-PR inaugure deux ans après, au Champ-de-Mars, une stèle à la mémoire des Toulonnais massacrés par l’armée révolutionnaire en décembre 1793 et, au début de 1995, devant la Faculté de Droit, non loin de là, une esplanade des Droits de l’Homme. On comprend la logique morale qui pouvait l’animer. Mais pour l’historien, le dernier geste était de peu de poids par rapport au premier qui, replacé dans une lignée symbolique, était en quelque sorte annonciateur. Quelques mois après, une triangulaire donnait l’hôtel de ville au FN. À Vitrolles, une concession de même type avait été faite par la municipalité socialiste en 1994 avec l’inauguration d’un rond-point « des Anciens Combattants d’Indochine » devant le Lycée Pierre Mendès-France. En termes de mémoire collective, la promotion des troupes coloniales n’est pas neutre sur le plan idéologique. Surtout pas en Provence dans ces années-là.

  • 10 Si les épurés sont significatifs, les maintenus le sont aussi : M. Luther King et Y. Rabin pour ne (...)
  • 11 Selon M. Mégret (La Marseillaise, 25 septembre 1997). C’est le mois suivant que la municipalité te (...)
  • 12 La citation est du maire (R. Martin, Orange amère. Une ville à l’heure lepéniste, Paris, Calmann-L (...)
  • 13 50e anniversaire de sa mort…
  • 14 La dénomination « Général-Raoul-Salan » renvoie clairement à cet engagement et non à la libération (...)
  • 15 Monument dédié aux morts français de l’Empire, inauguré le 14 février 1971, sous l’égide d’un comi (...)
  • 16 À noter ici, comme souvent, l’intégration d’Albert Camus à cette mémoire « pied-noir ». Dans ce ca (...)

7L’arrivée du FN à la tête de quatre villes de la région en 1995 et son emprise dans quelques localités de moindre importance marque le troisième temps des affrontements symboliques. Vitrolles se distingue en éliminant le 25 juin 1999 les noms que nous avons déjà évoqués pour leur préférer Mère Térésa (ex-Allende), Jean-Pierre Stirbois (ex-Tjibaou), Marguerite de Provence (ex-September), le colonel de Courson (ex-M. Paul), Antoine de Saint-Exupéry (ex-Palme), tandis que l’avenue Mitterrand devient celle « de Marseille »10. Le nom même de la Provence (que la municipalité a voulu accoler au nom de la localité) est donné à la place Mandela au centre de la ville neuve, non loin de l’hôtel de ville. La volonté explicite « d’enraciner la ville dans son identité provençale »11 s’exprime aussi de façon plus classique par le choix de noms « typiques » pour les artères du seul quartier nouveau qui est inauguré (Bastides, Santonniers, Tambourinaires, etc.). À Orange, la municipalité FN choisit, elle, de mettre à la place d’honneur – place de la République – Raimbaud II, « chevalier provençal et européen » qui s’est illustré lors de la 1e croisade12. En revanche, à Toulon, le héros du moment, c’est Raimu avec, en 199613, l’inauguration d’une place à son nom et l’érection d’une statue devant l’Opéra municipal, alors qu’il existait depuis 1969, à quelques pas de là, un buste de l’acteur. À travers ces trois cas, on voit l’utilisation que fait l’extrême droite du registre de l’identité locale et de la provençalité. Elle s’inscrit habilement dans une continuité, celle d’un patrimoine où chacun peut se retrouver et où, droite et gauche, à des degrés divers selon les lieux, ont largement puisé. Mais elle a un deuxième registre de prédilection, c’est celui de l’« Algérie Française ». Le FN à Vitrolles a promu le Bachaga Boualam ce qui lui a permis d’effacer le 19 mars 1962. À Toulon, on a fait mieux encore en faisant entrer au panthéon local, en 1997, avec nom de square et stèle, l’abbé Dahmar, le curé des barricades d’Alger, et, en mars 2001, le général Salan14. Mais ce registre, qui dénote le poids des associations de nostalgiques, se situe lui aussi dans une continuité caractéristique de la droite locale. Toulon possédait déjà, Porte d’Italie, un mémorial des « martyrs de l’Algérie Française », lieu de cérémonies très officielles, érigé en 1980 non loin de la Maison du Combattant, et un monument funéraire au cimetière ouest, édifié, lui, en 197115. Quant à Marignane, l’arrivée du FN au pouvoir ne constitue pas plus une rupture sur le plan toponymique que sur les autres, le registre « Algérie Française » y était en place bien avant avec tout un « bloc » de mémoire consacré à ses héros (Bidault, Salan, etc.) et à ceux de la colonisation en Afrique du Nord16.

Les guerres et leurs enjeux

8S’il subsiste un enjeu de mémoire « chaud », partout, c’est sur la guerre d’Algérie qu’il porte. Cette guerre est en cours d’inscription dans le paysage toponymique où elle rejoint les précédentes.

  • 17 Place des combattants en Afrique du Nord 1952-1962, située au bas du cours Mirabeau avec une stèle (...)
  • 18 Dont le « Mémorial à l’Armée d’Afrique » inauguré le 15 août 1975, jour du Débarquement en Méditer (...)
  • 19 Cet affrontement n’est évidemment pas propre à la Provence. C. Mauss-Copeaux signale la rivalité q (...)
  • 20 Mais c’est dès 1983 qu’un « Mémorial des Guerres en Indochine » avait été érigé à Fréjus. F. Mitte (...)
  • 21 Voir notre contribution à l’enquête IHTP, La mémoire des Français. Quarante ans de commémorations (...)
  • 22 Il participe à l’entretien de la mémoire de la Résistance, parfois même à celle des insurgés de 18 (...)

9Deux visions des événements s’opposent, qui recoupent, plus ou moins confusément, le clivage droite/gauche. Si la FNACA occupe depuis quelques années l’essentiel du terrain avec le « 19 mars 1962 » et continue d’en conquérir, une proportion non négligeable de communes de droite, sous la pression d’associations de rapatriés ou de militaires coloniaux, l’ont refusé et ont choisi les « Combattants d’Afrique du Nord », comme à Marignane ou à Aix17, ou l’« Armée d’Afrique », comme à Toulon ou Saint-Raphaël18. Certaines, comme à Fréjus, y ont ajouté les « Harkis ». Les mêmes préfèrent, évidemment, célébrer les événements au mois d’octobre plutôt qu’au mois de mars19. Cette mémoire est intimement liée à tout ce qui touche au souvenir militaire. Comment ne pas relever que la guerre d’Indochine qui n’a jamais été saillante émerge dans les années 90 ? Le cas de Vitrolles (1994) est loin d’être isolé et Marseille, avec un rond-point France-Indochine (1995), ou Toulon, avec la promotion des combattants d’Indochine en 1992, en fournissent d’autres exemples20. La promotion des guerres coloniales est d’autant plus aisée qu’elle s’inscrit dans une tradition de valorisation des faits d’armes. Les soldats morts durant la guerre d’Algérie entrent désormais dans les panthéons locaux et prolongent ceux des deux guerres mondiales. L’inscription toponymique de ceux de 14-18, qui s’est faite pour l’essentiel dans l’entre-deux-guerres, connaît même un récent regain. Celle des morts de la Seconde Guerre mondiale a connu un rebond avec les ressauts de mémoire des années 80-90. Tandis que l’affrontement se déplaçait vers l’amont, la guerre d’Algérie, la Seconde Guerre devenait, par excellence, le lieu du consensus politique. Son souvenir, tragique, sacralisé, s’est intégré dans les références communes. Il s’est, sur ce plan, banalisé avec l’unification des mémoires dominantes des années 40. Le mouvement est ancien, mais il s’est accéléré. Il cache une réelle bataille de mémoire. On a connu une panthéonisation massive des « martyrs » de la Résistance et de la Libération entre 1944 et 1949, qui a été complétée régulièrement depuis. Mais les ajouts ont surtout bénéficié à une autre mémoire, qui prenait ainsi sa revanche, en particulier lors des commémorations décennales, celle des troupes régulières (françaises) débarquées en août 1944. Ont été valorisés d’abord les unités, puis leurs chefs, enfin récemment les soldats (d’origine européenne) morts lors des combats ou y ayant participé21. Or la mémoire militaire de la Libération est indissociable de l’histoire de l’Empire colonial. Portée par des groupes spécifiques, elle relève de représentations sensiblement différentes de celles de la Résistance. Ce retour aux guerres, aux morts, à la patrie, dans ses formes les plus traditionnelles est lié à l’activisme de quelques associations, en particulier le Souvenir Français qui connaît une montée spectaculaire depuis une vingtaine d’années. Sans doute, ce phénomène est-il particulièrement sensible dans une région qui, depuis longtemps, accueille de nombreux retraités. Alors que les associations spécifiques perdent des forces, ce mouvement devient l’un des grands acteurs de la commémoration régionale. Jamais, depuis sa création, il n’a eu ici autant d’influence et l’on ne compte plus le nombre de places et d’artères auxquelles son nom a été récemment attribué. Même si sa composition est hétérogène et son action éventuellement ouverte22, il n’en participe pas moins à une significative résurgence de la mémoire patriotique et militaire. Derrière cette mémoire « vive », ou plutôt revivifiée par les rejeux récents, c’est une certaine conception de la France qui tente de s’imposer, souvent à l’insu des acteurs eux-mêmes.

Consensus républicain

10Les gestes symboliques spectaculaires et de combat ne doivent donc pas masquer la tendance lourde qui caractérise cette fin de siècle. Une sorte de patrimoine commun de références s’est élaboré en dépit de la persistance de clivages politiques souvent vifs. On pourrait s’en réjouir – et on doit à l’occasion le faire – s’il ne s’accompagnait d’un brouillage des références qui n’est pas sans danger puisqu’il sacralise, au nom de la terre et des morts, des héros et des martyrs, des objets d’histoire qui ne portent pas les mêmes valeurs. On en a vu quelques exemples.

  • 23 Notons ici une autre poussée mémorielle du même type, celle des massacres d’Arméniens que jusqu’ic (...)
  • 24 La ville comptait déjà au moins 17 sites consacrés à la Résistance, certains inaugurés dès 1944-45 (...)
  • 25 Nous en avons compté une douzaine de baptêmes de rues ou apposition de plaques. Le mouvement a été (...)

11Ce mouvement est aussi une manifestation du « consensus républicain »caractéristique des dix dernières années. À gauche, il a été favorisé par l’effondrement des références révolutionnaires ou le rejet de celles qui pouvaient apparaître comme sectaires (qui oserait proposer le nom de Robespierre aujourd’hui ?). Il reflète à droite le choix, majoritaire, d’une démarcation nette vis-à-vis de l’extrême droite à partir de la fin des années 80. C’est cette poussée de l’extrême droite qui a stimulé un rapprochement entre les deux camps pour mettre en place comme une sorte de barrage mémoriel. Le regain de succès de certaines références liées aux années 40 s’explique aussi par là. Le souvenir de l’extermination des Juifs joue ce rôle, mais il s’inscrit dans la géographie symbolique des cités surtout par l’érection de monuments ou de stèles, en particulier depuis l’entrée dans le calendrier commémoratif du 16 juillet en 199223. C’est plus vrai encore pour la toujours très active mémoire de la Résistance, ce qui ne va pas sans quelques redondances parfois. À Draguignan, ville déjà bien pourvue en plaques et monuments qui lui étaient dédiés, la municipalité socialiste du moment a tenu à honorer autour de 1997 sept autres résistants locaux ou nationaux24. Si l’on procède encore à quelques rattrapages de « martyrs » oubliés, l’heure est à l’intégration dans le panthéon communal de résistants ou de déportés récemment décédés, à moins que l’on ne recoure à Jean Moulin dont le culte est la manifestation la plus spectaculaire de ce regain. Seule grande figure de la Résistance encore « active », en particulier dans le domaine scolaire, il est devenu un symbole face à l’extrême droite. D’autres panthéonisations, celle de Malraux ou de Marcel Paul, plus encore celle de René Cassin autour de 1987, avec un engouement plus vif à droite, jouent ce rôle. C’est l’évidence pour le général de Gaulle qui ne suscite plus, à partir des années 80, les polémiques soulevées en 1970. Sa présence toponymique (à travers son nom ou l’appel du 18 juin) est aujourd’hui généralisée dans une région qui, pourtant, n’a jamais été gaulliste. D’abord marque de conquête du terrain local par la droite réunifiée dans les années 1970-1980 (Toulon s’y rallie en 1976), elle tend depuis à devenir signe de ralliement pour tous ceux qui refusent l’extrême droite, qui, par fidélité à l’« Algérie Française », le récuse encore. C’est ce même front du refus qui explique pour partie le succès de la commémoration du 150e anniversaire de l’insurrection républicaine de 1851, en particulier dans le Var. Si des municipalités de gauche, communistes ou socialistes (mais pas toutes), se sont distinguées, certaines municipalités de droite n’ont pas été en reste, confortées par le soutien que le Conseil général du Var (à majorité UDF) apportait à l’initiative25. Mais la commémoration du Bicentenaire de la Révolution Française, en dépit du contexte électoral, avait préfiguré cette convergence. De ce point de vue, il est vrai que le légendaire de la République, installé par les pères fondateurs de la IIIe, continue à évoluer. Syncrétique, il amalgame des apports divers et associe victimes civiles et militaires, résistants et déportés, référence gaullienne et droits de l’homme, la Patrie dans sa version la plus traditionnelle, mais aussi, de façon plus surprenante, la construction européenne. Le succès toponymique de l’Europe et de son père fondateur, Jean Monnet, dont le nom est presque toujours attribué à de grandes voies d’accès, est d’autant plus remarquable que le débat politique ou les mouvements d’opinion ne le laissent pas pressentir. Cette promotion de l’Europe a ceci d’original qu’elle renvoie moins au passé qu’à l’avenir et qu’elle constitue un acte politique volontariste. Mais peut-être n’est-elle pas perçue ainsi, pas plus que ne sont perçues politiquement bien des attributions que nous venons de signaler, tant la tendance générale est à la dépolitisation.

L’illusion du passé

12Tout se passe en effet comme si se terminait une ère, celle où l’on voulait fabriquer du citoyen, celle des pouvoirs instituteurs cherchant à éclairer le peuple. Le phénomène toponymique caractéristique de ces trente dernières années est l’investissement massif de l’espace par des dénominations « neutres », aseptisées, stéréotypées. Passéisme, dépolitisation, recherche de dénominations consensuelles et d’une prétendue « couleur locale » caractérisent désormais les choix.

13Commencé dans les communes littorales et suburbaines, le mouvement touche désormais l’ensemble de l’habitat au fur et à mesure de l’avancée de la rurbanisation. En fait, la politique publique a prolongé les choix faits par les lotisseurs privés dès les années soixante, d’où le recours massif aux dénominations culturelles ou « naturelles ». C’est ainsi qu’à Bandol en 1975, après injonction des P & T qui avaient besoin d’une voirie enfin dénommée, le choix municipal s’est porté sur 124 noms d’écrivains, de musiciens, de villes, de provinces, d’oiseaux, de plantes, etc. Il va sans dire que la sélection des peintres, sculpteurs, musiciens, écrivains, savants (en nombre limité) et autres ne relève pas de la connaissance des œuvres, mais d’un imaginaire collectif dans lequel la fabrication médiatique tient une large place. D’où le recours systématique aux mêmes stocks de dénominations (celui des impressionnistes paraissant en tête). L’arrivée d’artistes de variétés et de sportifs dans ce panthéon annonce probablement un investissement plus massif à venir, d’autant que, pour eux, le décès ne paraît plus être une condition d’accès. C’est ainsi que Marignane a consacré tout un quartier à des gloires sportives plus ou moins passées, mais non encore disparues (Jazy, Drut, Hinault, Mimoun, etc.).

  • 26 D. Milo, dans sa contribution à Pierre Nora, Les lieux de mémoire. La Nation, Paris, Gallimard, 19 (...)

14Mais, plus significatif que ce recours à des dénominations « culturelles », est le choix massif de dénominations-refuges qui font de l’espace symbolique construit par la toponymie un espace virtuel. Triomphent de nouveaux marqueurs qui se veulent identitaires, les références au passé, la nostalgie du « monde que nous avons perdu », la nature, la tradition, la province. Oiseaux de préférence, autres animaux à condition qu’ils soient « présentables », arbres, fleurs, plantes exotiques naturalisées (comme, sur la côte, le mimosa), rappel des traditions, en particulier agricoles (moisson, travail de la vigne) ont envahi la toponymie nouvelle. Le passé mis en scène est non daté, a historique26. C’est l’« ancien temps », un monde de crèches, de bergers et de paysans, une représentation champêtre en décalage avec le paysage réel sur lequel il se surimpose, comme pour le faire oublier puisque, précisément, l’urbanisation « tue » ce qu’elle met en scène. La nature choisie est le plus souvent régionalisée, provençalisée. Elle est « typique » : les cigales, le romarin, la farigoulette, etc. Cette image folklorique, régionaliste, touristique (même si elle est à destination des autochtones ou des néo-résidents) de la Provence est véritablement la caractéristique de la phase d’urbanisation galopante et de généralisation de l’habitat individuel (avec villas « provençales » de préférence). Dans le même temps, on reconstruit des puits factices, on restaure des lavoirs qui ne servent plus à rien, sinon au décor, et on place au centre des nouveaux ronds-points des mêmes quartiers les vestiges d’activités disparues (charrettes, pressoirs, barques de pêcheurs, et.). Ce triomphe du stéréotype folklorisé et – au sens propre – réactionnaire est à mettre en relation avec la prolifération de nouvelles formes de festivités historiques et plutôt estivales.

15Le repli sur le local et la rétromanie conduisent à redécouvrir les noms anciens, la toponymie ante-républicaine dans les centres villes, et à placer, comme à Aix, une deuxième plaque sous la traditionnelle plaque bleue, une plaque plus « jolie », parfois en terre cuite, souvent décorée, au moins des armoiries de la ville, et de préférence dans une langue provençale que plus grand monde ne pratique. Dans ce décor nouveau que les groupes régionalistes contribuent à construire, prennent place naturellement les grands hommes (non politiques) de la région, artistes locaux et écrivains. Eux aussi ont « leurs » espaces consacrés dans les nouveaux quartiers. Frédéric Mistral (s’il n’a pas été honoré dans le centre-ville pour le centenaire de sa naissance en 1930) et les félibres « historiques » (plus d’autres de moindre envergure) sont les chefs de file du bataillon des « écrivains régionaux » dans lequel Marcel Pagnol, depuis son décès, se taille une place à part, mais où Giono, qui n’en peut mais, est lui aussi embrigadé.

16Aucune commune n’échappe au phénomène, quelles que soient ses traditions politiques. Prenons Fos-sur-Mer dont la construction symbolique est exemplaire puisque son expansion se fait toute entière durant la période qui nous intéresse ; on distingue au fur et à mesure que l’on s’éloigne du rocher sur lequel le village originel est bâti (avec, à ses pieds, les signes de l’expansion républicaine que sont la place Clemenceau, les avenues Jaurès et Camille Pelletan), un quartier consacré aux oiseaux (des échassiers), un autre aux Félibres et à la Provence (cigales comprises), puis un long alignement de noms d’arbres et, tout autour, d’un côté des fleurs et les passereaux communs et, de l’autre, des plantes diverses, quelques oiseaux « typiques » et oubliés jusque-là (les bartavelles), des illustrations provençales et un quartier « romain » (oppidum, Colisée, etc.), enfin, comme il se doit dans les zones à vocation industrieuse, un espace réservé aux savants (Marie Curie, Lavedan et Perrin).

  • 27 In G. borrios, L’Histoire des noms de rues de Port-de-Bouc, Port-de-Bouc, vers 1994, p. 3.

17Mais une ville ouvrière et toujours communiste comme Port-de-Bouc, passée de la toponymie républicaine classique d’avant-guerre (municipalité radicale) à celle du PCF triomphant d’après 1944 (de Danièle Casanova, Ambroise Croizat, Maurice Thorez, etc., à Pablo Neruda), connaît une évolution identique que présente ainsi un ouvrage consacré à ses noms de rues : « Avec la construction du groupe HLM des Amarantes apparaissent d’autres dénominations qui ressortent de l’apparition sur la scène sociale du mouvement écologique. On honore la nature avec l’allée des Romarins, l’allées des Genêts, l’allée de la Saladelle. Et avec ceux-là ont été aussi honorés nos félibres : l’immortel Frédéric Mistral, Roumanille, Aubanel… L’aménagement du lotissement de la Bergerie a permis l’utilisation de noms d’origine provençale : rue des Cades, rue des Fabres, etc. »27. Laissons l’écologie – encore qu’elle participe du même phénomène culturel – pour souligner la banalisation et l’acculturation qui en résulte.

  • 28 On notera par ailleurs le désignatif « en-Provence » accolé à Carnoux, très caractéristique du cho (...)

18Carnoux-en-Provence, autre commune des Bouches-du-Rhône, a tout pour se distinguer de la commune précédente, puisqu’elle a été fondée ex nihilo au début des années 1960 par des rapatriés d’Afrique du Nord. Explorateurs, navigateurs, aviateurs et autres champions de l’Empire, dont le cardinal Lavigerie, fournissent un lot appréciable de toponymes. Ils sont parfois, comme Lyautey et Juin, à la place d’honneur, Pourtant, le choix dominant s’est porté sur les références à la géographie et la culture provençales (30 % des voies) et sur les noms d’artistes, poètes et savants (26 %)28.

19Finalement l’extrême droite innovait moins qu’elle ne reflétait, dans ce domaine comme dans d’autres, des tendances antérieures qu’elle canalisait par son argumentaire identitaire. Elle s’est greffée sur une tendance générale au repli sur le local et la « petite patrie », au repli sur le passé neutralisé et idéalisé, sur les valeurs nationales (au sens de patriotico-militaire), sur un imaginaire du passé, soit une version renouvelée du culte de la « terre et des morts ».

20L’évolution du panthéon toponymique dans la période qui court des années 1970 à aujourd’hui est un révélateur. Elle marque en Provence une rupture culturelle profonde dans la représentation du passé et les usages qui en sont faits. Elle traduit le basculement politique de la région. Les choix toponymiques ne font pas que refléter des changements, ils contribuent à les préparer. Ils les anticipent parfois.

Notes

1 Cette contribution reprend d’une manière condensée celle que nous avions donnée pour le colloque et qui est disponible sur le site du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris) http://histoire-sociale.univ-paris1.fr/Collo/usages.htm.

2 « Batailles de mémoires en Provence », in J.-C. Bouvier et J.-M. Guillon (dir.), La Toponymie urbaine. Significations et enjeux, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 123-139.

3 Le choix du nom, le 6 janvier 1978, dans une conjoncture politique particulière, a été justifié par l’expérience du Front populaire (A. Bles, Dictionnaire historique des rues de Marseille, Marseille, Jeanne Laffitte, rééd. 2001, p. 69). Le square Léon-Blum a été inauguré par François Mitterrand peu après.

4 La plaque mentionne « a vécu pour la paix, mort pour les principes ».

5 28 références dont 10 pour la Marine. Le pourcentage tombe à moins de 3 % à Marseille. À Toulon, il faudrait y ajouter la part des « libérateurs » (unités et chefs) encore intégrés depuis 1970, plus l’inauguration de diverses stèles, pas forcément liées à une attribution de nom.

6 M. Audin, assistant de physique à l’Université d’Alger, militant communiste, a « disparu » dix jours après son arrestation le 11 juin 1957 par le 1er REP.

7 Il s’agit de souligner un tournant dans les relations avec l’extrême droite, la fin de la période d’alliance ou de rapprochement. Il se traduit par un ralliement aux symboles républicains jusque-là plutôt revendiqués par la gauche.

8 Membre des « Amis de la Résistance » de l’ANACR.

9 Var Matin, 5 et 28 septembre 1991.

10 Si les épurés sont significatifs, les maintenus le sont aussi : M. Luther King et Y. Rabin pour ne pas prêter le flanc à l’accusation de racisme, les résistants (dont Fabien) pour ne pas être accusé de vichysme. À noter que le retour de la gauche à la mairie ne s’est pas encore traduit par celui des noms épurés.

11 Selon M. Mégret (La Marseillaise, 25 septembre 1997). C’est le mois suivant que la municipalité tente de passer à Vitrolles-en-Provence (documents reproduits in J. Gonac’h, Analyse des pratiques de dénomination de rues dans 3 municipalités, Marignane, Toulon, Vitrolles, maîtrise, Université de Rouen, 2002).

12 La citation est du maire (R. Martin, Orange amère. Une ville à l’heure lepéniste, Paris, Calmann-Lévy, 1998, p. 162). La statue du croisé était depuis près de 40 ans sur la colline Sainte-Eutrope.

13 50e anniversaire de sa mort…

14 La dénomination « Général-Raoul-Salan » renvoie clairement à cet engagement et non à la libération de Toulon à laquelle le colonel Salan a participé. Le conseil municipal à majorité UDF, élu 14 jours après cette inauguration immédiatement contestée à gauche, vient de modifier cette désignation en « Colonel-Salan. Libération de Toulon, août 1944 » (24 juin 2005), comme demandé par la LDH dans un souci de compromis.

15 Monument dédié aux morts français de l’Empire, inauguré le 14 février 1971, sous l’égide d’un comité présidé par le général Jouhaud. Le colonel Reymond, conseiller municipal chargé des affaires culturelles dans les municipalités Arreckx de 1965 à 1976, ancien rapatrié du Maroc et militant « Algérie Française » en était l’initiateur. À sa mort, le conseil municipal décidait de donner son nom à l’espace du mémorial dont il était aussi le maître d’œuvre (juillet 1983). Ce mémorial, comme le monument « aux martyrs de l’Algérie française » de Nice (dans les Jardins d’Alsace-Lorraine où se trouve la statue de Déroulède…), porte l’effigie du terroriste OAS Roger Degueldre, fusillé en 1962.

16 À noter ici, comme souvent, l’intégration d’Albert Camus à cette mémoire « pied-noir ». Dans ce cas, ce n’est évidemment pas sa qualité d’écrivain et de philosophe qui est première.

17 Place des combattants en Afrique du Nord 1952-1962, située au bas du cours Mirabeau avec une stèle (1987).

18 Dont le « Mémorial à l’Armée d’Afrique » inauguré le 15 août 1975, jour du Débarquement en Méditerranée, par M. Poniatowski, ministre de l’Intérieur, est précédé par une esplanade « Bachaga Boualam 1906-1982 / En hommage aux combattants d’Algérie 1954-1962 », l’ensemble étant longé par la route de corniche dédiée au général de Gaulle (le maire d’alors étant un gaulliste « historique », mais aussi un ancien conseiller de la République au titre de l’Afrique).

19 Cet affrontement n’est évidemment pas propre à la Provence. C. Mauss-Copeaux signale la rivalité qui opposait dans les Vosges au début des années 90 sur le terrain commémoratif la FNACA et une association de droite, l’UNCAFN (Appelés en Algérie, Paris, Hachette, rééd. Pluriel, 2002, p. 47-48).

20 Mais c’est dès 1983 qu’un « Mémorial des Guerres en Indochine » avait été érigé à Fréjus. F. Mitterrand était venu inaugurer l’ensemble de la réalisation dix ans après.

21 Voir notre contribution à l’enquête IHTP, La mémoire des Français. Quarante ans de commémorations de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Éditions du CNRS, 1986, p. 303 et suiv.

22 Il participe à l’entretien de la mémoire de la Résistance, parfois même à celle des insurgés de 1851. Ses animateurs locaux n’ont pas forcément conscience de la signification « politique » de leur engagement.

23 Notons ici une autre poussée mémorielle du même type, celle des massacres d’Arméniens que jusqu’ici presque rien ne rappelait. Érection de stèles et inaugurations de voies (Marseille dès 1980, Aix en 1983, La Ciotat, Draguignan, etc.) ont répondu aux demandes de reconnaissance d’un groupe bien présent en Provence.

24 La ville comptait déjà au moins 17 sites consacrés à la Résistance, certains inaugurés dès 1944-45. Parmi les promus de 1997, les deux figures nationales étaient Fred Scamaroni et Daniel Mayer, soit un choix politique équilibré. C’est évidemment la création de ronds-points et de rocades qui a permis une telle fournée.

25 Nous en avons compté une douzaine de baptêmes de rues ou apposition de plaques. Le mouvement a été lancé aux Mées, l’un des hauts lieux de l’insurrection bas-alpine, à municipalité communiste, avec l’inauguration le 7 octobre 2000 d’une « Avenue de la Liberté et-des-Insurgés ». Mais Hyères (municipalité UDF) a fait apposer en grande pompe trois plaques commémoratives. Sur cette mémoire de l’insurrection et ses avatars récents, notre contribution à Montagnes, Méditerranée, Mémoire. Mélanges offerts à Philippe Joutard, Aix-en-Provence-Grenoble, Musée Dauphinois-PUP, 2002, p. 265 et suiv.

26 D. Milo, dans sa contribution à Pierre Nora, Les lieux de mémoire. La Nation, Paris, Gallimard, 1984, t. 2 (« Les noms de rue »), fait le même constat à propos des villes nouvelles et pose la question de l’avènement d’une après-histoire et d’une anti-mémoire.

27 In G. borrios, L’Histoire des noms de rues de Port-de-Bouc, Port-de-Bouc, vers 1994, p. 3.

28 On notera par ailleurs le désignatif « en-Provence » accolé à Carnoux, très caractéristique du choix effectué. On l’a vu ressurgir à Vitrolles sous la municipalité FN qui, le 3 octobre 1997, en arguait ainsi de la nécessité d’affirmer « l’appartenance à une communauté » et de se référer « aux sources et aux racines de la commune ».

Auteur

Université de Provence – UMR Telemme

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540