Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Enjeux locaux, impasses supranationales

Des Escartons aux Interreg. Quand le passé est utilisé pour légitimer des recompositions transnationales : l’exemple des Alpes occidentales

Anne-Marie Granet-Abisset

Texte intégral

  • 1 Selon l’expression popularisée par L. Stephen, et depuis que ces territoires ont été redécouverts (...)

1Parler des territoires alpins, c’est en général avoir à l’esprit plusieurs images : celle de territoires périphériques et pour tout dire, restés longtemps à l’écart de la norme et de la modernité (exception faite de quelques vallées industrielles aujourd’hui déclassées) ; celle d’un « terrain de jeu » pour les populations citadines1, devenu depuis les années soixante surtout, zone touristique et espaces protégés et à protéger, dévolus aux populations y séjournant saisonnièrement. Des territoires toujours considérés pourtant comme majoritairement aux marges des décisions et des initiatives « centrales ». Si la périphérie n’est plus sociale, comme aux siècles précédents, elle reste géographique et politique.

2Or, depuis une vingtaine d’années mais plus réellement depuis dix ans, émergent des revendications fortes, portées et souvent initiées par les acteurs politiques locaux. Ceux-ci proposent et fabriquent des territoires transfrontaliers, en utilisant la tradition et l’histoire pour légitimer des regroupements. Ce sont les Escartons entre Briançonnais et Piémont ou l’espace Mont-blanc entre Haute-Savoie, Valais et Val d’Aoste. Moins anecdotiques ou théoriques qu’il n’y paraît, ces manières de concevoir de nouveaux territoires régionaux utilisent au premier chef la construction européenne et les cadres nouveaux que cette dernière propose. Celle-ci, depuis 1992 surtout, favorise indirectement ces mouvements de recomposition transnationale par les possibilités que proposent entre autres les programmes Interreg, aidée en cela par les structures régionales fortes de l’Italie ou de la Suisse.

3Même s’il reste encore en gestation, ce mouvement est une façon nouvelle de penser la question de la frontière, au rôle longtemps magnifié pour accompagner la notion de nation. C’est aussi envisager sous un mode nouveau le sentiment d’appartenance des habitants de ces territoires qui ont partagé des siècles durant, si ce n’est une histoire commune, du moins des problèmes similaires vécus dans la complémentarité, l’association, l’affrontement ou l’évitement. Penser l’existence de territoires transfrontaliers, c’est nécessairement fonder la légitimité de leur construction – légitimité politique, économique mais aussi culturelle – pour les faire accepter par les populations. L’histoire et la mémoire sont alors convoquées pour donner des bases à ces constructions ; elles sont mises au service d’objectifs qui restent avant tout politiques et économiques, portés qu’ils sont par ce type d’acteurs.

4Plusieurs exemples pris au sein de la chaîne alpine ont servi de base à l’analyse de la manière dont des Alpins réorganisent, dans cette perspective, une histoire parfaitement assimilée et instrumentalisée. Il est intéressant, semble-t-il, de saisir des similitudes et des différences dans cette démarche entre les secteurs alpins, comme par exemple les Hautes-Alpes et la Haute-Savoie. D’emblée, on le pressent, ces recompositions font voler en éclat les cadres administratifs territoriaux comme le département.

5Une série de questions arrive très vite : quels en sont les acteurs ? S’agit-il d’une construction neuve ou au contraire s’agit-il de remettre en évidence des structures enfouies durant la période des constructions étatiques nationales ? Quelles modalités sont utilisées pour retrouver des habitudes si ce n’est des réflexes anciens ? Peut-on d’ores et déjà en mesurer les résultats, c’est-à-dire la modification des identités, des référents et des pratiques ?

Le recours au passé pour exister dans le contexte européen

6L’exemple des escartons du Briançonnais est particulièrement éclairant d’un « collage » ou d’un bricolage du temps entre passé et présent. L’initiative vise à redonner une existence à une structure vivace et vivante entre les XIVe et XVIIIe siècles dans cette région frontalière (voir carte).

  • 2 Pour tout le fonctionnement des Escartons, se reporter à A. Fauché-Prunelle, Essai sur les ancienn (...)
  • 3 Il a cependant suffisamment étonné pour expliquer le nombre de publications qui lui sont consacrée (...)

7Mais faisons un rappel succinct de ce que l’on appelle les Escartons2, système relativement original au sein des communautés de montagne, même si certaines réalités de fonctionnement se retrouvent dans des communautés proches3. En 1343, les communautés du Briançonnais, du Queyras, du Valcluson, d’Oulx et de Château-Dauphin, soit au total cinquante et une communautés du Briançonnais et du Piémont, rachètent au Dauphin Humbert II l’ensemble des droits seigneuriaux, moyennant une somme très importante de 12000 florins-or. Cet acte est matérialisé par la rédaction d’une Charte scellée par le Dauphin. Ainsi les communautés s’affranchissent-elles des redevances financières et de l’essentiel des impôts, tout en obtenant des franchises municipales importantes.

8Les communautés peuvent se réunir pour la gestion de leurs affaires communes. L’ensemble des chefs de famille (y compris les femmes lorsqu’elles sont veuves) élisent chaque année des consuls et nomment des officiers, signe d’une réelle autonomie de gestion. Si toutes les communautés composent ce que l’on appelle le Grand Escarton qui doit s’occuper des affaires et défendre les intérêts communs auprès du Parlement de Grenoble ou auprès du roi, chaque escarton jouit d’une belle autonomie. Les seuls impôts que doivent les habitants sont la gabelle sur la laine, en raison de l’importance économique de l’activité pastorale, et la taille.

9La fonction principale de l’escarton, comme son nom l’indique, est de répartir les contributions entre les membres de la communauté. Les consuls doivent alors faire l’avance des impôts. Pour cette raison, cette fonction théoriquement élective et alternante revient régulièrement aux familles les plus aisées. Les consuls doivent aussi gérer la levée des troupes et leur répartition chez l’habitant. Ils ont surtout la charge d’assurer le fonctionnement des corvées nécessaires au bon déroulement de la vie collective et de veiller aux pratiques et aux usages collectifs. À chaque nouveau règne, ces privilèges sont réaffirmés et ce, jusqu’à la Révolution française qui en les annulant, annule aussi toutes les exceptions. Auparavant, en 1713, lors des redéfinitions de la frontière avec le Duché de Savoie, les trois escartons du Piémont avaient été cédés, fractionnant cet ensemble transfrontalier. Pour autant la tradition de gestion et d’autonomie reste forte et les structures de l’escarton perdurent en s’insérant dans la nouvelle organisation administrative née de la Révolution et de l’Empire. Par exemple, on retrouve aux fonctions municipales les mêmes familles qui endossaient les charges de consuls. L’organisation des corvées perdure jusqu’aux années récentes selon le même principe : un signe du maintien actif de cette organisation malgré sa suppression théorique.

10C’est par référence à cette organisation que ces territoires du Briançonnais ont été qualifiés de « petites républiques », et dans la version dépréciative, de « démocraties de la pauvreté », si ce n’est de la misère. En contrepartie, ces institutions ont laissé dans la mémoire commune la conscience d’avoir été le terreau expérimental de la démocratie locale. Peut-on penser que, parce que sur les marges et sans pouvoir économique réel, elles n’étaient guère gênantes dans la configuration et la construction étatique de la France ou de l’Italie ?

Cartes extraites de M.-P. Mallé, L’habitat du nord des Hautes Alpes. Patrimoine architectural et mobilier, L’inventaire, Cahiers du Patrimoine, 1999, p. 17

  • 4 D’après J. Mathieu, Geschichte der Alpes, 1500-1900, Umwelt, Entwicklung, Gesellschaft, Vienne, Bö (...)
  • 5 J.-F. Bergier, Guillaume Tell, Paris, Fayard, 1988.
  • 6 G.-F. Dumont (dir.), Les racines de l’identité européenne, Paris, Économica, 1996, p. 44 et sq. Po (...)
  • 7 Voir toutes les publications érudites ou grand public autour du Musée de la Révolution à Vizille.

11La tradition de démocratie fédère en effet sans conteste l’espace alpin occidental4. Sans être un élément identitaire comme les Suisses ont pu le construire autour du mythe de Guillaume Tell5, la démocratie locale correspond à une longue pratique sociale diffuse au sein de l’espace alpin occidental6. La liste serait longue de vallées où les formes d’organisations communautaires étaient efficaces, que figure le rôle de l’assemblée des chefs de famille : entre autres, Briançonnais, Embrunais, Oisans, Beaufortin, vallées de Chamonix, de Vallorcine, mais aussi Tessin et vallée d’Aoste. Ces assemblées élisaient leurs délégués qui les représentaient dans les instances régionales ou les défendaient face à une administration centrale de plus en plus présente. Ce rappel à la tradition d’auto administration est régulièrement revendiqué, dès lors que les communautés, les communes ou les populations ont l’impression que le pouvoir leur échappe ou qu’on leur impose des décisions. L’imaginaire collectif autour de Vizille et des États de 1788 fait partie de ce rappel à l’histoire et cette revendication de « berceau de la démocratie »7.

  • 8 Le Dauphiné Libéré.

12Le Briançonnais, siège de la République des Escartons durant cinq siècles et symbole de cette tradition des républiques alpines, incarne particulièrement cette occultation et cette résurgence de la revendication historique. Occultée pendant des décennies le sujet des « petites Républiques » préoccupait seulement un public d’érudits et d’historiens. Depuis une dizaine d’années, de manière concomitante avec les orientations déjà évoquées, les associations patrimoniales puis les élus ont réinvesti la thématique des Escartons. Cette réapparition s’est d’abord manifestée par la création d’une association culturelle Le Grand Escarton, informant des activités organisées par le biais du quotidien local8 puis d’un journal spécifique. D’abord simple titre d’un cadre culturel, le thème de l’escarton devient au fil des articles du Dauphiné Libéré non seulement récurrent mais il est utilisé à des fins diverses. Le rappel à l’histoire est toujours plus fréquent, focalisant sur quelques éléments forts : la charte, la démocratie, l’autonomie, l’originalité du système et maintenant le partage d’un territoire et d’une culture. L’analyse de ces discours est particulièrement éclairante des motifs, des arguments retenus pour constituer ou renouveler un savoir pour ne pas dire une mémoire commune. Par exemple le rappel de cette période historique régulièrement retracé dans la presse, l’est aussi dans les ouvrages, les revues ou les guides touristiques qui paraissent sur le territoire.

13Le texte de ce prospectus, distribué largement durant le printemps et l’été 1999, est intéressant à plusieurs niveaux et à plusieurs titres. Pour notre propos, c’est l’ancrage historique affirmé de manière prioritaire. L’histoire est présentée comme un bien commun, une mémoire que les habitants doivent se réapproprier pour se fédérer au sein d’une entité territoriale dont on veut recréer l’existence (sauf que l’Argentièrois et le Guillestrois n’étaient pas compris dans l’ancien territoire). Rappelons que les Escartons en tant que structure nationale ont été dissous en 1790 dans le mouvement d’abolition des privilèges et des particularismes locaux, parachevé par celui de l’uniformisation administrative.

  • 9 Vallée de Freissinières pour l’essentiel, celles du Queyras étaient reconnues comme telles jusqu’a (...)

14Le deuxième élément historique valorisé, à côté d’autres sujets à orientation patrimoniale (les mines, les cadrans solaires, le patrimoine religieux ou les fortifications), est celui des vallées vaudoises. L’association est intéressante : même renvoi au passé, mais un passé inséré durablement dans la culture et l’identité partagée de part et d’autre de la frontière. Si certaines vallées haut-alpines gardent le qualificatif de vallées vaudoises9, ce sont surtout les vallées piémontaises qui actuellement sont identifiées ainsi. Le recouvrement avec le territoire des Escartons n’est pas total mais l’important ne semble pas là.

  • 10 R. Chanaud, Le Briançonnais aux XIVe et XVe siècles. Aspects de la vie économique, Thèse de l’Écol (...)

15Sans que cela ne soit explicitement dit, c’est le renvoi à un passé dont on sait, par les études historiques justement, qu’il était glorieux et qu’il a correspondu à un moment de forte activité et d’intense dynamisme économique dans le Briançonnais, en particulier pour la ville de Briançon10. Il suffit de penser aux manifestations culturelles organisées en 1985 autour du retour de la Charte des Escartons à la ville de Briançon.

  • 11 Correspondant au canton d’Aiguilles et au territoire historique du Queyras, excluant la commune de (...)

16Les élus se sont emparés du sujet. Ils y ont vu un moyen d’affirmer leur spécificité et leur place au sein de la région PACA et ainsi de légitimer les réorganisations territoriales à venir, en créant le territoire du Grand Escarton qui a son siège, ses institutions, son budget… Peut-on y voir la version historicisée de la communauté de communes de la haute Durance nouvellement créée ? À une échelle plus réduite, la communauté de communes du Queyras récemment créée11, qui se superpose ou relaie le « district du Queyras », a pris le nom de Escarton du Queyras. Une recréation du premier niveau des escartons, inséré dans le Grand Escarton, comme une reprise adaptée des anciennes structures.

17Si cette recréation a rencontré un large écho chez les habitants et pu être assez facilement réappropriée, c’est que la mémoire commune en avait conservé la trace. Comme dans d’autres territoires ayant fonctionné selon des formes d’organisations communautaires similaires, par exemple dans la vallée de Chamonix ou dans le Beaufortin (Savoie) pour élargir à l’échelle alpine, ces formes avaient été gardées en mémoire par certains. Cependant les Escartons en tant que tels étaient entrés dans l’histoire. Leur mise en retrait allait de pair avec l’affirmation de la modernité. Jusqu’aux années récentes, pour la plupart des élus et des responsables politiques, ce qui touchait au passé ne pouvait renvoyer qu’à une image du retard. Le renversement de position n’est pas seulement lié à la mode ou au goût récent pour l’histoire. Il semble correspondre à une nouvelle utilisation de l’histoire au service d’un discours sur le dynamisme de ces hautes vallées, qui a comme projet de retrouver la position avantageuse, gommant les siècles de périphérie négative, associée au rappel d’une certaine autonomie. Ne nous y trompons pas, et d’ailleurs le phénomène est en cela passionnant à analyser : il illustre de manière concrète et poussée l’utilisation économique et politique de l’histoire. Dans les objectifs affichés très clairement figure celui du développement touristique (« valorisation du patrimoine culturel à des fins touristiques ») : le patrimoine lui apparaît plus comme un thème porteur, à la mode si ce n’est un faire-valoir ou une caution. Bref un bel exemple d’une lecture politique du passé et d’un usage économique du patrimoine, le tout au service d’une reconnaissance et de la revendication d’une place au sein de l’arc alpin. Encore une fois les arguments du prospectus sont particulièrement explicites de cette dimension.

18« S’ils ne veulent pas nous considérer et prendre en compte nos difficultés et les besoins des Hautes-Alpes, nous allons demander notre rattachement au Piémont ». Cette parole provocatrice a été prononcée par le député maire de Briançon, lors d’un épisode où les tensions étaient manifestées en raison de la décision d’annuler la construction de l’autoroute Grenoble-Sisteron. Or celle-ci est considérée par les élus haut-alpins mais aussi ceux de la région PACA comme un moyen de désenclaver le département, éternel serpent de mer des communications.

  • 12 Voir par exemple, les relations ferroviaires : il est plus court d’aller prendre le TGV pour Paris (...)

19Au-delà de son côté frondeur, la prise de position de cet élu traduit l’évolution récente des attitudes des responsables politiques comme d’une partie des populations. Le sentiment qu’un rapprochement avec le Piémont devient avantageux est une donnée inédite mais de plus en plus attestée12. Le dynamisme de la région Piémont surtout est un argument non négligeable, très porteur face à l’éloignement ressenti de la métropole marseillaise. Les futurs Jeux Olympiques de Turin en 2006 qui seront organisés en Italie pour l’essentiel, et partiellement dans le Briançonnais, renforcent cette proximité d’intérêt. Cet événement devient un argument touristique évident mais il semble fonctionner aussi comme le réactiveur ou le recréateur d’une identité commune ancrée sur ce ancien territoire alpin transnational : hormis Turin, les stations concernées sont toutes inscrites dans les escartons historiques. Le projet du Grand Escarton, et son affirmation comme cadre pour différents programmes européens, en sort d’autant plus renforcée.

Construire une histoire : la modernité de la tradition

  • 13 Programmes européens qui doivent obligatoirement relier, dans le cadre d’objectifs ou de sujets pr (...)
  • 14 Les transports, la gestion des risques naturels entre autres exemples. Citons un tout récent, et p (...)

20Il devient intéressant de commencer à mesurer l’importance des programmes définis par l’Europe dans leur rôle structurant et rassembleur malgré les difficultés de mise en œuvre. Actuellement, les principaux sont les programmes Interreg13. Ce sont des outils particulièrement incitatifs de coopération transnationale, en raison des budgets extrêmement importants qui sont proposés et distribués. Mis en place depuis la fin des années 1980, ces structures très lourdes et aux méandres administratifs incommensurables – ce qui en rend la maîtrise complexe – tendent de plus en plus à fédérer les projets et à court-circuiter d’autres organismes. Si les programmes Interreg apportent des subsides particulièrement efficaces et appréciables à ces territoires, ils génèrent des pratiques communes pour gérer ensemble des questions et des problématiques identiques14, dépassant des habitudes nationales ou locales et surtout des contextes administratifs parfois opposés. Avant eux les programmes Leader et Leader plus, initiés par l’Union européenne ne sont spécifiques ni des Alpes ni des montagnes, ni même de l’espace transfrontalier. Ces premiers programmes, qui ont débuté en 1991, avaient pour objectif de soutenir des actions « innovantes de développement rural dans les régions désavantagées de l’Union ». Les territoires alpins ont su profiter de ces textes pour obtenir des subventions nécessaires à la mise en place de projets de développement. On retrouve dans la version 2002-2006 un projet intitulé Grand Briançonnais qui couvre finalement le territoire du grand Escarton.

21Ainsi ce retour périodique à l’histoire et cette revendication d’une mémoire commune s’inscrit dans une tradition ancienne de la maîtrise bien comprise des intérêts locaux, profitant des opportunités pour s’affirmer ou au contraire pour se fondre dans la tendance générale. Ce recours à un passé commun, parfois durablement interrompu, est clairement revendiqué comme fondement d’un futur à bâtir. On n’est plus seulement dans une revendication d’une mémoire permettant d’assumer le passé mais bien dans celle qui est conçue pour négocier le futur. Les circonstances européennes sont vues comme une chance pour donner aux régions alpines une nouvelle légitimité, une nouvelle reconnaissance que certains habitants revendiquent.

  • 15 Historiquement dauphinois et entièrement inscrit dans le département des Hautes Alpes, et maintena (...)

22Il faut relever que cette reconstruction ne s’embarrasse pas d’arrangements étonnants. Ainsi, profitant de la conduite en commun de programmes patrimoniaux (notamment la remise en valeur des fortifications alpines) la Haute-Maurienne savoyarde tend à se rattacher à cet ensemble15, transformant encore davantage la signification historique. Cependant, plus que cet arrangement, ce sont les discours tenus pour justifier ce rattachement qui sont particulièrement intéressants, notamment les non-dits sur les rivalités traditionnelles entre Maurienne et Tarentaise que l’évolution économique et les Jeux Olympiques de 1992 ont renforcé.

  • 16 Voir le « Rapport du Sous-préfet de Briançon, lettre du 26 mai 1945 », cité par M. Lengereau, 1943 (...)

23Le panorama ne serait pas complet si nous n’évoquions pas une utilisation antérieure des Escartons, avec des objectifs très proches, inscrivant cette construction dans une longue tradition utilitaire. Le 19 janvier 1946 s’était en effet constitué sous l’autorité du Conseil général des Hautes-Alpes, un « comité régional des intérêts culturels et économiques des Alpes ». Dirigé par les hommes issus de la Résistance, il fait suite aux tentatives de réunification de ce que l’on appelle traditionnellement d’un nom significatif, « les vallées cédées », lors des discussions portant sur la future frontière des Alpes16. Les pressions exercées par A. Heitz, vice-président du CDL haut-alpin et président de la mission « escartons », sont nombreuses mais non suivies d’effet. Voilà ce qu’il écrit à propos des vallées « dites vallées françaises du Piémont » :

(…) Il est incontestable que dans cette région qui groupe 20 à 25 communes ou hameaux soit approximativement 10 000 habitants, d’origine essentiellement rurale, un mouvement très net en faveur d’un rattachement à la France s’est dessiné au lendemain de la libération de l’Italie.

Pour comprendre la portée de ce mouvement, il faut remonter assez loin dans l’histoire des rapports entre la France et l’Italie. Avant que le traité d’Utrecht ne scinde en deux le Briançonnais qui s’étendait primitivement en deçà et au-delà de la frontière actuelle, cette région constituait une unité actuelle linguistique, et même économique que l’on appelait alors la République des escartons (…) Aujourd’hui encore malgré la frontière, les rapports familiaux et les affinités de toutes sortes sont encore nombreuses entre les Briançonnais français et les Piémontais de Cézanne, Oulx, Bardonnèche qui, après le français leur langue maternelle, parlent le même dialecte et portent les mêmes noms. (…) Il faut bien le dire, les sympathies des habitants de cette région ne vont à la France que par l’intermédiaire du Briançonnais qui demeure pour eux le centre naturel d’attraction. Il y a là un cas de particularisme assez peu connu, mais très vivace, en tout point comparable à celui du Roussillon ou à celui du pays Basque.

  • 17 Fort italien qui menace la ville de Briançon et qui a été un des enjeux majeurs de la ligne Magino (...)

24Ce qui est surtout intéressant c’est la nature des arguments avancés dans ses discours, ses articles de presse et ses courriers : une belle continuité avec ceux d’aujourd’hui. Ajoutons que le territoire concerné est une adaptation moderne des anciens Escartons. N’est revendiquée que la vallée de Bardonnèche et non plus celles d’Oulx et de Suse. À nouveau le but reste avant tout économique, qui prévoit la construction d’un tunnel sous le col du Montgenèvre pour relier Turin à Marseille et plus encore stratégique, pour faire tomber la menace du Chaberton17.

  • 18 Qui les a décrit dans Les Misérables. A.-M. Granet-Abisset, « Entre Autodidaxie et scolarisation ; (...)
  • 19 W. Beatties, The Waldenses, or protestants valleys of Piemont and Dauphiny, Londres, 1838.

25Encore une fois, il s’agit d’une histoire en construction. C’est là son intérêt et sa difficulté. Si certains habitants se saisissent de ces nouvelles opportunités, d’autres restent plus circonspects ou tout simplement peu intéressés. La référence à l’histoire des escartons est généralement bien acceptée en raison de son côté valorisant. Au-delà de la tradition démocratique, les escartons incarnent la maîtrise des savoirs et une avance en matière culturelle. Rien d’étonnant à ce qu’un des emblèmes retenus soit la gravure du régent d’école, ces instituteurs ambulants que j’ai nommé les « colporteurs en écriture », dont la notoriété à l’extérieur des vallées doit beaucoup à V. Hugo18. Une image positive du haut-alpin qui contredit celle plus répandue du « crétin des Alpes » ; une image qui nourrit également des récits de ces voyageurs du premier XIXe siècle, s’étonnant de la culture de ces paysans jouant le soir à la veillée des pièces de Molière19. Ce rappel à une telle histoire partagée ne peut qu’être approuvé voire sollicité. Cependant, une telle référence trouve particulièrement son sens dans le contexte récent, oublieux des tensions ou simplement des différences plus marquées entre les deux côtés de la frontière durant la période de décalage économique de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années cinquante du XXe siècle. En revanche le fait que les évolutions récentes soient portées par les cadres institutionnels européens rend une partie des habitants attentistes voire méfiants face à ces nouvelles structures imposées qui, même au nom d’un renvoi à l’histoire, peuvent sembler les déposséder de la leur. L’analyse des attitudes et des comportements à venir dans leurs différences est un beau chantier de recherche dans la perspective que nous avons développée.

  • 20 Voir Habilitation à diriger des recherches soutenue en décembre 2002 portant sur Les usages de la (...)

26Ainsi, le contexte récent de la construction européenne laisse les Alpes trouver une nouvelle légitimité, une nouvelle reconnaissance que certains habitants revendiquent. La position du massif les réinsère au cœur de l’Europe, intermédiaires entre l’Europe du nord et l’Europe méditerranéenne. Bastion séparateur ou plutôt « gigantesque commutateur » selon l’expression de C. Raffestin, les Alpes affirment leur place de passage obligé, voire de centre de décision et d’impulsion. Qui plus est, elles se revendiquent comme un modèle de régionalisation de l’espace européen, de laboratoire dans la mise en place de politiques transfrontalières pour des régions qui partagent la même identité, la même « personnalité » et pas seulement des problèmes similaires : une manière de se réinscrire au centre, de quitter les périphéries nationales pour une transnationalité centrale, mais aussi une posture en avance sur l’évolution générale des territoires, comme une avance sur l’histoire. On tient là un bel exemple de recompositions territoriales, emboîtement d’espaces d’échelles différentes, remettant en cause, notamment dans certains États comme la France, les découpages administratifs issus des deux derniers siècles ainsi que les logiques politiques. Construction volontariste sous l’action d’un certain nombre d’acteurs – individus comme institutions – jusqu’alors plus affichée que réelle, mais recomposition en devenir. Celle-ci utilise à satiété et contre toute attente la mémoire et l’histoire, considérée comme nécessaires pour fonder une mémoire commune : un croisement entre mémoire et territoire mais aussi un métissage entre mémoire transmise et mémoire « voulue ». Un thème qui par ailleurs s’insère particulièrement dans notre réflexion générale sur les usages de la mémoire et de l’histoire20.

Notes

1 Selon l’expression popularisée par L. Stephen, et depuis que ces territoires ont été redécouverts et pratiqués, lancés par la mode de l’alpinisme et de l’excursionnisme.

2 Pour tout le fonctionnement des Escartons, se reporter à A. Fauché-Prunelle, Essai sur les anciennes institutions autonomes ou populaires des Alpes Cottiennes-Briançonnaises, Grenoble, Paris, 1856-1857, 2 vol. , J. Tivollier et P. Isnel, Le Queyras, Marseille, Lafitte reprints, 1977, 2e partie, p. 288-314, ou encore R. Marin, « Le territoire des Escartons, délimitation et structure d’ensemble » dans Bull. de la Société d’Études des Hautes Alpes, 1972, p. 32-35 et V. Chomel, « Bourgs francs, communautés rurales et escartons en Dauphiné », Annales AESC, XI, 1956, p. 347-360.

3 Il a cependant suffisamment étonné pour expliquer le nombre de publications qui lui sont consacrées.

4 D’après J. Mathieu, Geschichte der Alpes, 1500-1900, Umwelt, Entwicklung, Gesellschaft, Vienne, Böhlau Verlag, 1998, la situation des Alpes orientales est bien différente puisque les structures sociales sont marquées par la présence de grands propriétaires nobles.

5 J.-F. Bergier, Guillaume Tell, Paris, Fayard, 1988.

6 G.-F. Dumont (dir.), Les racines de l’identité européenne, Paris, Économica, 1996, p. 44 et sq. Pour le Haut-Dauphiné voir H. Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné au XIIIe siècle, Grenoble, PUG, 1997. Pour l’ensemble occidental, P. Guichonnet, Histoire et civilisation des Alpes, Toulourse/Lausanne, Privat/Payot, 1980 ou P.-P. Viazzo, Upland communities : environnment, population and social structure in the Alps since the sixteenth century, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

7 Voir toutes les publications érudites ou grand public autour du Musée de la Révolution à Vizille.

8 Le Dauphiné Libéré.

9 Vallée de Freissinières pour l’essentiel, celles du Queyras étaient reconnues comme telles jusqu’au XIXe siècle.

10 R. Chanaud, Le Briançonnais aux XIVe et XVe siècles. Aspects de la vie économique, Thèse de l’École des Chartes, 1974. H. Falque-Vert, op. cit. R. Favier, Les villes du Dauphiné, aux XVIIe et XVIIIe siècles, Grenoble, PUG, 1993, et plus généralement les ouvrages qui portent sur le Briançonnais au Moyen Âge et au début de l’époque moderne.

11 Correspondant au canton d’Aiguilles et au territoire historique du Queyras, excluant la commune de Ceillac. Or celle-ci a été rattachée au Queyras depuis le milieu des années 1960, à la fois dans la structure du Parc naturel régional mais aussi dans les structures touristiques, et elle revendique son rattachement au « label » Queyras.

12 Voir par exemple, les relations ferroviaires : il est plus court d’aller prendre le TGV pour Paris à Bardonnechia que de prendre le Briançon-Paris et, pourtant, il faut franchir le col du Montgenèvre, peu facile en hiver.

13 Programmes européens qui doivent obligatoirement relier, dans le cadre d’objectifs ou de sujets proposés par les institutions de la communauté européenne, des projets unissant et portés par des territoires (régions, provinces, départements, cantons) frontaliers.

14 Les transports, la gestion des risques naturels entre autres exemples. Citons un tout récent, et phénomène exceptionnel qui est lancé à l’initiative d’historiens, qui s’intitule Mémoire des Alpes qui vise entre autres à aborder de manière comparée la période de la Seconde Guerre mondiale.

15 Historiquement dauphinois et entièrement inscrit dans le département des Hautes Alpes, et maintenant dans la région PACA.

16 Voir le « Rapport du Sous-préfet de Briançon, lettre du 26 mai 1945 », cité par M. Lengereau, 1943-1945, Le Général de Gaulle, la vallée d’Aoste et la frontière italienne des Alpes, Aoste, Musumeci, 1980, p. 124-127.

17 Fort italien qui menace la ville de Briançon et qui a été un des enjeux majeurs de la ligne Maginot des Alpes et des combats menés sur la frontière.

18 Qui les a décrit dans Les Misérables. A.-M. Granet-Abisset, « Entre Autodidaxie et scolarisation ; les Alpes briançonnaises » in Histoire de l’Éducation, n° 70, 1996, p. 111-141.

19 W. Beatties, The Waldenses, or protestants valleys of Piemont and Dauphiny, Londres, 1838.

20 Voir Habilitation à diriger des recherches soutenue en décembre 2002 portant sur Les usages de la mémoire et les représentations de l’histoire dans les sociétés alpines contemporaines, R. Frank (dir.), Paris I, à paraître.

Table des illustrations

Légende Cartes extraites de M.-P. Mallé, L’habitat du nord des Hautes Alpes. Patrimoine architectural et mobilier, L’inventaire, Cahiers du Patrimoine, 1999, p. 17
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5973/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Auteur

Grenoble II/UMR 5190 LARHRA

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable