Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Enjeux locaux, impasses supranationales

Les affres de l’histoire locale 1970-2000

Loïc Vadelorge

Texte intégral

  • 1 Ch. Bromberger et M. Meyer (dir.), « Cultures régionales. Singularités et revendications », Ethnol (...)

1L’objet de cet article est d’interroger les rapports souvent ambigus qui se nouent depuis trois décennies entre l’histoire et le pouvoir local. Il peut sembler en effet légitime de rapprocher la montée en puissance des collectivités territoriales, amorcée dès le milieu des années 1970, et le regain d’intérêt de nombreux historiens pour les sujets d’histoire locale. Le premier réflexe de la corporation historienne sera de suspecter ce rapprochement. Comment éviter en effet que l’histoire locale ne serve à la promotion identitaire du lieu sur lequel elle s’exerce ? Comment contrôler les appétits de communication des élus locaux, la récupération idéologique des régionalistes1 voire les nécessaires compromis de la diffusion auprès d’un grand public volontiers nombriliste aussitôt qu’on parle de sa petite patrie ? Ces problèmes classiques ne peuvent plus être réglés en feignant de dissocier la tour d’ivoire de la recherche universitaire et la bassesse du monde environnant. L’isolement de l’historien a vécu et son rôle social peut et doit aussi s’exercer à cette échelle-là.

2La question qu’on entend ici poser est à la fois déontologique et historio­graphique. Il s’agit en effet de tenter de prendre l’exacte mesure des risques encourus, mais aussi de comprendre en quoi l’histoire locale participe d’un glissement historiographique. Pour se faire, on partira d’une analyse du statut contemporain de l’histoire locale, pour s’interroger ensuite sur son instrumen­talisation par les pouvoirs politiques et culturels locaux.

L’histoire locale est-elle une technique ou un horizon ?

  • 2 Terme choisi par A. Prost pour décrire ce tournant dans Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seu (...)
  • 3 J. Revel (dir.), Jeux d’échelle. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1996 (...)
  • 4 J.-C. Martin, « La Vendée, région-mémoire », Les Lieux de Mémoire, La République, Paris, Gallimard (...)
  • 5 -M. Mayeur, « Une mémoire-frontière : l’Alsace », Les Lieux de Mémoire, La Nation, Paris, Gallimar (...)
  • 6 À en croire l’enquête conduite par Bruno Benoit, Michel Boyer et Georges Durand auprès d’une soixa (...)
  • 7 Cf. l’article « Sociétés savantes » dans É. de Waresquiel (dir.), Dictionnaire des politiques cultu (...)
  • 8 Mais évidemment pas unique comme le montre l’investissement de Jean-Louis Biget à Albi, de Philipp (...)
  • 9 J.-P. Chaline, Une élite urbaine au XIXe s : les bourgeois de Rouen, Paris, Presses de la fondatio (...)
  • 10 Bulletin de la Société des Amis des Monuments rouennais, Connaître Rouen, Précis de l’Académie des (...)

3Pour la majorité des historiens français, le milieu des années 1970 marque une rupture dans l’historiographie. Renonçant aux synthèses ambitieuses permises par le développement de l’histoire économique et sociale, les historiens se tournent – ou se replient2 – sur des sujets limités dans le temps et dans l’espace3. Ce repli traduit aussi un abandon du référent national qui cautionnait la démarche historique depuis les débuts de la IIIe République et questionne le statut de l’histoire locale. Entre 1984 et 1992, les livraisons successives des Lieux de Mémoire attestent de l’importance de la problématique territoriale au sein de l’historiographie. Encore limitée à l’exemple vendéen en 19844, la question s’étend en 1986 à l’Alsace et au patrimoine5 pour finalement se retrouver au cœur même de la diversité des « France » en 1992. Sur le terrain, de nombreux indices témoignent de l’intérêt, sinon nouveau, du moins renouvelé, des historiens professionnels pour les territoires locaux6. Dès les années 1970, les collections « Histoire des villes » et « Histoire des provinces » des éditions Privat traduisent aux yeux du grand public cette rencontre, qui concerne toutes les périodes de l’histoire : Philippe Wolff pour Toulouse, Paul Bois pour Nantes, Michel Mollat pour Rouen, François Lebrun pour Angers, mais aussi Jean Delumeau pour la Bretagne, Robert Fossier pour la Picardie, Maurice Crubellier pour la Champagne se chargeront de diriger des entreprises éditoriales qui font parfois encore autorité. Cet investissement de la profession dans le champ de l’édition régionale ou locale dès les années 1970, ne relève aucunement d’une opportunité de publication. De nombreux historiens professionnels investissent aussi la vie culturelle locale7. Le cas de Rouen est ici exemplaire8. Les travaux universitaires de Jean-Pierre Bardet, Jean-Pierre Chaline et Nadine-Josette Chaline, effectués dans les années 19709, s’accompagnent de très nombreuses publications dans les revues savantes locales10. La double carrière de Jean-Pierre Chaline, à la fois professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-IV Sorbonne et principal historien rouennais, est révélatrice de l’intérêt que portent désormais les historiens aux territoires locaux. Membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, de la Société des Amis des Monuments rouennais et directeur de la revue Études Normandes, Jean-Pierre Chaline est incontestablement devenu une pièce maîtresse au sein de l’échiquier culturel rouennais. Depuis le début des années 1980, il se trouve au croisement de la quasi-totalité des dossiers patrimoniaux locaux (archives, musées, monuments historiques, secteur sauvegardé) et assure une médiation de qualité entre le monde de la recherche et le « grand public » local. En ce sens, il y a bien rupture avec le splendide isolement des historiens de la génération précédente, qui rechignaient à se mêler à la cohorte des érudits locaux.

  • 11 J. Rougerie, « Faut-il départementaliser l’histoire de France », Annales ESC, janvier-février 1966 (...)
  • 12 Ph. Vigier, « La prise en compte du local par les historiens actuels », in A. Mabileau (dir.), À l (...)
  • 13 L. Chevalier, Les fondements économiques et sociaux de l’histoire politique de la région parisienn (...)
  • 14 Ph. Vigier, La Seconde république dans la région alpine. Étude politique et sociale, Paris, PUF, 1 (...)
  • 15 M. Agulhon, La République au village, Paris, Plon, 1970. A. Corbin, Archaïsme et modernité en Limo (...)

4À bien des égards cependant, l’intérêt des historiens professionnels pour l’échelle locale ne date pas du milieu des années 1970. Dès les années 1950, les grandes thèses d’histoire régionale issues de l’École des Annales, butent sur le statut épistémologique des territoires. Chacun connaît les conditions de production de ces thèses « classiques » d’histoire économique et sociale. Profitant d’une nomination dans un grand lycée de province, des générations de chercheurs entreprirent l’exploitation systématique de fonds d’archives départementales, selon des grilles explicatives concoctées au sein des séminaires parisiens d’Ernest Labrousse ou de Fernand Braudel. D’où le risque, naguère souligné, de « départementalisation de l’histoire de France »11. À bien y regarder cependant, ces thèses ne se contentèrent pas de vérifier localement les hypothèses parisiennes, voire l’écho en province des grands événements de l’histoire de France12. Les travaux pionniers de Louis Chevalier sur la région parisienne13, ceux de Philippe Vigier sur les Alpes14, suivis de ceux de Maurice Agulhon sur la Provence, d’Alain Corbin sur le Limousin ou de Pierre Lévêque sur la Bourgogne15 soulignent très tôt la spécificité des perceptions politiques régionales. Ils suggèrent les limites de l’histoire nationale, telle que l’avait définie Ernest Lavisse. Ils confirment l’intérêt des études monographiques, non seulement à l’échelle d’une région ou d’un département, mais aussi à celle d’une simple commune, envisagée sur la longue durée. En ce sens la rupture entre cette génération d’historiens et la suivante doit être nuancée.

  • 16 C. Ginzburg et C. Poni, « La micro-histoire ». Le Débat, 17, 1981, p. 133-136.
  • 17 J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface à G. Levi, Le pouvoir au village. Paris, Gallimard (...)
  • 18 Au point de devenir parfois le centre de la recherche. Cf. P.-Y. Saunier, L’esprit lyonnais XIXe-X (...)
  • 19 A. Croix et D. Guyvarc’h (dir.), Guide de l’histoire locale. Paris, Éd. du Seuil, 1990, p. 347.
  • 20 P. Leuillot, « Défense et illustration de l’histoire locale ». Annales ESC, janvier-février 1967, (...)

5Trois facteurs me semblent toutefois renforcer le statut de l’histoire locale au sein de l’historiographie française depuis les années 1970. Le premier est l’incontestable écho de la micro histoire italienne, révélée aux historiens français dans les années 1980. La traduction des livres de Giovanni Levi et de Carlo Ginzburg16, et plus encore la très riche préface de Jacques Revel à l’édition française du Pouvoir au village17, incitèrent de nombreux chercheurs à creuser davantage à l’échelon local. L’histoire locale perdit alors son caractère suranné ou didactique pour apparaître comme le lieu d’un renouvellement possible du questionnement historiographique18. Le second facteur tient dans la modification des conditions de la recherche universitaire. La substitution, à partir du milieu des années 1980, de la thèse nouveau régime à l’ancienne thèse d’État, contribua au resserrement géographique de certaines problématiques, résolvant notamment la question de l’accessibilité des archives. Le troisième facteur est l’émergence, encore mal connue, d’une génération d’historiens du dimanche qui n’avaient plus d’amateurs que le nom. La massification des études supérieures, attestée dès le milieu des années 1960, augmenta mécaniquement le nombre de diplômés en histoire. Nombre d’entre eux, titulaires d’une maîtrise et devenus enseignants dans le secondaire, s’adonnèrent à l’histoire, sans pour autant s’engager dans une thèse. Si leur problématique de travail diffère généralement de celles des historiens – ils s’intéressent en effet le plus souvent à l’origine des choses et au comment, alors que les universitaires cherchent le pourquoi –, leurs méthodes d’investigation n’ont rien à envier à celles des professionnels. Leurs travaux, qui trouvent – grâce au développement de la micro-informatique dans les années 1990 – beaucoup plus de débouchés éditoriaux qu’auparavant, concurrence la production des universitaires, qui tentent parfois de les organiser à leur profit19. C’est dire que l’histoire locale a établi depuis la fin des années 1970 une légitimité à laquelle ne rêvaient même pas ses rares défenseurs dans les années 196020. Reste que cette légitimité ne va pas sans poser un certain nombre de problèmes.

Où l’histoire devient lisse, l’histoire locale est un long fleuve tranquille

  • 21 H. Glevarec et G. Saez, Le patrimoine saisi par les associations, Paris, La Documentation français (...)
  • 22 A. Bensa et D. Fabre, Une histoire à soi. Figurations du passé et localité, Paris, Éditions de la (...)

6Le développement récent de l’histoire locale, qui traduit un profond besoin social comme en témoignent la multiplication des associations patrimoniales21, s’accompagne d’une mutation de sens22. L’accélération du temps quotidien entraîne la perte rapide de mémoire des événements récents, y compris à l’échelle locale. Le temps présent devient légitimement un objet d’histoire, dans la mesure où la plupart de nos contemporains se révèlent incapables d’ordonner leur propre temporalité. Le cas de l’histoire des villes nouvelles est ici particulièrement suggestif. Relevant par définition d’un temps court – les décisions sont postérieures à 1965, les premiers habitants arrivent vers 1972-75 –, ces espaces urbains expriment depuis une vingtaine d’années un profond désir de mémoire pour lequel ils requièrent l’investissement des historiens.

  • 23 Au traditionnel clivage droite-gauche, qui passe pour Saint-Quentin-en-Yvelines au cœur même de la (...)
  • 24 J-D. Gladieu, « Saint-Quentin-en-Yvelines : le dur apprentissage de l’intercommunalité », Ethnolog (...)

7Très rapidement les décideurs (urbanistes, élus locaux) comprennent tout l’intérêt qu’ils ont à produire leur propre mémoire. À Saint-Quentin-en-Yvelines par exemple, le directeur de l’Établissement Public d’Aménagement, Jean-Paul Alduy, confie la fin des années 1980 à sa chargée de communication, la tâche d’écrire l’histoire de l’aménagement trentenaire de la ville nouvelle. Disposant de nombreux documents d’urbanisme (plans, maquettes, photographies aériennes, archives), l’EPA s’adresse alors à une société d’historiens privés, Clio-Média, pour rédiger une histoire de la ville. De ce projet sont issus 6 volumes illustrés, intitulés Si Saint-Quentin m’était conté, qui constituent à ce jour la seule histoire continue de la ville nouvelle. Le recours à des historiens de métier assure dans ce cas un travail de qualité – notamment une remarquable mise en perspective du local et du national – mais qui ne va pas sans danger. Le rapport de force existant alors entre l’Établissement aménageur et les collectivités locales23 ne permet guère d’aborder frontalement les dossiers sensibles. L’histoire de la ville nouvelle est filtrée et l’ouvrage reproduit la chronologie qui est acceptée par l’ensemble des acteurs locaux : 1. Le temps des décisions autoritaires (1965-1980) ; 2. Le temps des décisions partagées avec les élus locaux (1981-1990). La relecture récente de cette histoire24 révèle qu’il faut à la fois revisiter les séquences chronologiques et questionner la complexité des antagonismes politico-administratifs.

  • 25 « La mémoire des villes nouvelles d’Ile de France. Un enjeu pour l’avenir », colloque tenu le 14 n (...)
  • 26 « Si Cergy a depuis le départ un rayonnement particulier, ce n’est pas la 7e merveille du monde » (...)

8Autre exemple de lissage, celui plus récent de l’histoire de Cergy-Pontoise. À la fin des années 1990, au moment où se précise la fin de l’opération nationale d’aménagement (fermeture de l’EPA en décembre 2002), la ville nouvelle entreprend de mettre en mémoire son histoire. Par deux fois – novembre 200125 et septembre 2002 – elle accueille des manifestations à caractère historique, liées à la Mission d’Histoire et d’Évaluation des villes nouvelles, constituée en 1998. Le colloque Inventer une ville, tenu le 5 septembre 2002, est un modèle de confusion des registres historiques. Organisé selon un cadrage strictement chronologique, menant des débuts de la Mission d’études (fin des années 60) jusqu’à la fermeture de l’EPA (2002), réunissant témoins et universitaires, la manifestation débouche sur une histoire totalement neutre de la ville nouvelle, la présentant comme un lieu d’expérimentations continues et de réussites dues au volontarisme conjugué des techniciens et des élus. Les conflits politiques, les choix discutés d’urbanisation et les problèmes sociaux rencontrés par certains quartiers de la ville sont évoqués de manière feutrée, le dernier mot revenant au maire de Cergy, président du Syndicat d’agglomération nouvelle. Significativement la principale critique de cette réécriture de l’histoire de Cergy viendra de Jean-Eudes Roullier, ancien secrétaire général du Groupe central des Villes nouvelles, qui se chargera de rappeler que l’histoire de Cergy-Pontoise ne pouvait décemment pas se lire comme un long fleuve tranquille26.

  • 27 M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, 1925, réédition, Paris, Albin Michel, 1994. (...)

9Ces deux exemples renvoient à la confusion classique entre mémoire et histoire27, qui ne saurait effrayer les historiens. Chacun s’accorde à faire la distinction entre le travail universitaire, appuyé sur un appareil critique, et la participation occasionnelle de l’historien à des entreprises commémoratives, patrimoniales ou de vulgarisation. Mais cette séparation, bien comprise par le milieu universitaire, l’est beaucoup moins pour le grand public, qui a une haute vue de l’expertise historienne et qui tient souvent l’historien pour celui qui dit la vérité. Or, les enjeux politiques locaux sont devenus tellement importants avec la décentralisation que des professionnels, les chargés de communication, font désormais écran entre l’élu et l’historien. On ne demande certes pas à ce dernier de falsifier l’histoire, ce qui serait indigne d’une société démocratique avancée, mais on n’hésite pas à lui réclamer de gommer les aspérités politiques, économiques ou sociales de son sujet. On ne s’étonnera donc pas de trouver à l’échelle locale, les plus fervents défenseurs de l’histoire culturelle.

Où l’histoire devient officielle, l’histoire locale comme téléologie de l’identité locale

  • 28 C. Bertho, « L’invention de la Bretagne. Genèse sociale d’un stéréotype ». Actes de la Recherche e (...)
  • 29 P. Ory, Les collaborateurs 1940-1945, Paris, Éd. du Seuil, 1976.
  • 30 M. Lebesque, Comment peut-on être breton ? Essai sur la démocratie française, Paris, Le Seuil, 197 (...)
  • 31 Op. cit., p. 43-45.
  • 32 Voir notamment les textes en français des albums La découverte ou l’ignorance (1976) (Marzelle/Pho (...)
  • 33 C. Bertho-Lavenir, « Pourquoi ces menhirs ? Les métamorphoses du mythe celtique », Ethnologie Fran (...)
  • 34 R. Le Coadic, L’Identité bretonne. Thèse de sociologie, sous la direction d’Anne Guillou, Universi (...)

10Le principal risque encouru par l’histoire locale, c’est évidemment de servir de caution aux idéologies séparatistes. Dès le milieu des années 1970, les historiens professionnels vont s’attacher à prévenir ce risque en travaillant sur les multiples aspects du régionalisme28. Dans son étude sur les collaborateurs29, Pascal Ory rappelle l’engagement profasciste de certains régionalistes bretons ou alsaciens, travail d’autant plus nécessaire que la vogue régionaliste des années 1970 s’apparentait à une relecture de l’histoire de France. Certains textes des groupes folk bretons par exemple (Tri Yann, Alan Stivell) et de nombreux essais régionalistes de l’époque (Xavier Grall, Morvan Lebesque, Jean-Pierre Le Dantec) défendent une alternative historique30. Pour Lebesque, l’histoire de France n’est qu’une « théologie », une « fable », du « temps truqué »31. Au sein du groupe Tri Yann, Jean-Louis Jossic, ancien professeur d’histoire-géographie, construit l’histoire idéale et continue d’une autonomie culturelle bretonne32. La diffusion massive de ces textes contribue à nourrir la revendication régionaliste et ne va pas sans séduire un certain nombre d’élus locaux. Alors que le régionalisme breton des années 1950 – celui du CELIB – visait pour l’essentiel les questions économiques, il se mâtine de culture vingt ans plus tard. Ce mouvement, qui connaît son apogée entre 1977 et 1978 (naissance du mouvement Diwan, discours présidentiel de Ploërmel, combats écologistes autour de la centrale de Plogoff) retombe dans les années 1980 puis renaît à l’appui de la seconde vague celtique des années 199033. Dans une thèse de sociologie consacrée à l’Identité bretonne, Ronan Le Coadic reprend les idées de Morvan Lebesque et n’hésite pas à affirmer que « certains peuples, conquérants, ont usé de l’universalisme et d’un contrat social postulé pour faire régner leur culture et leurs valeurs »34. Certes, il ne s’agit pas d’histoire, mais ce travail universitaire, qui vise à décrire les différentes composantes du régionalisme breton contemporain est financé par la région Bretagne. C’est dire que les collectivités locales n’ont pas d’a priori sur le sens de leur histoire et sont susceptibles de s’ouvrir à d’autres récits.

  • 35 A.-M. Thiesse, Écrire la France, Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la (...)
  • 36 J.-Y. Guiomar, « Le Barzaz-Breiz », in Les Lieux de Mémoire, réédition Quarto, tome 3, p. 3479-351 (...)
  • 37 Le dernier catalogue des Presses Universitaires de Rennes (mai 2003) présente ainsi les titres d’o (...)

11Bien entendu les historiens n’ont pas été dupes de cette dérive. Dès les années 1970, ils démontent la construction du mythe régionaliste en démontrant que la prétendue continuité identitaire est le fruit d’une reconstruction35. Ce faisant ils reprennent et développent les attendus de la critique philologique qui dès le milieu du Second Empire avait pu mettre en cause la validité de la collecte d’un Théodore Hersart de la Ville marqué36. Reste à s’interroger sur la diffusion de leur démonstration auprès du grand public. Comment par exemple comparer le poids respectif des ouvrages consacrés à l’histoire de la Bretagne et publiés par les Presses universitaires de Rennes et les multiples productions d’histoire diffusées par Coop Breizh ou les revues spécialisées comme Pays de Bretagne ? Comment éviter que la production universitaire ne vienne – à son insu – cautionner le réflexe identitaire ? Le jeu des titres est ici redoutable37, même s’il faut bien tenir compte des impératifs économiques et politiques.

Où l’histoire devient plurielle, l’histoire locale comme prisme de la post-modernité

12Dans notre analyse du statut contemporain de l’histoire locale on a jusqu’ici raisonné en termes bipolaires, en opposant termes à termes la vision de l’historien et celle de l’élu, l’universel au particulier, l’histoire et la mémoire. Ces alternatives simples ne couvrent cependant pas l’ensemble de la problématique actuelle de l’histoire locale. En se densifiant, la production de récits historiques locaux est progressivement devenue polyphonie, ce qui fait courir à l’histoire un autre risque, celui d’être ramenée à une pure légende, au double sens du mot, récit mythique ou carton d’illustration d’une image des lieux. Deux exemples nous serviront ici à illustrer cette dérive : celui des écomusées et celui du courant patrimonial.

  • 38 Musées et sociétés, actes du colloque national Mulhouse-Ungersheim, juin 1991, Paris, DMF, 1993.
  • 39 A. Bleton-Ruget, « Pays et noms de pays : l’invention de la Bresse louhannaise, XIXe-XXe siècles » (...)
  • 40 J. Guiyot-Corteville, « L’écomusée de Saint-Quentin-en-Yvelines : acteur ou témoin de la ville nou (...)

13Les écomusées, créés pour la plupart depuis les années 1970 sont par définition des musées de territoires38. Ils n’ont pas pour vocation d’exposer une seule histoire mais d’interroger les composantes identitaires d’un territoire donné. Dans l’absolu, l’écomusée peut exister sans collections, se contentant de mettre en scène la mémoire des lieux et des habitants. Ici se joue la rencontre aussi ambiguë que stimulante entre l’historien et l’ethnologue. Là où le premier hiérarchise les discours pour donner sens à la continuité, le second prend acte de la contemporanéité des récits qui tous selon lui font sens, quelque soient leur représentativité. Là où les historiens mettent en avant les spécificités de l’histoire économique et sociale d’un lieu – l’histoire industrielle au Creusot, l’histoire agricole dans la Bresse39 – les ethnologues s’interrogent sur les traces atypiques qu’expriment les récits de vie où s’entremêlent des registres de temporalité et de références spatio-culturelles concurrentes. L’écomusée de Saint-Quentin-en-Yvelines, créé en 197740 pourra ainsi tour à tour servir la mémoire de Trappes, celle de l’Établissement public d’Aménagement de la Ville Nouvelle, celle des associations de sauvegarde s’intéressant au passé de la ville nouvelle, celle des nouveaux habitants, celle enfin de l’intercommunalité en devenir. Dans la plupart des cas, les écomusées ont fait appel aux historiens – souvent universitaires – pour déchiffrer le sens du passé. Au Creusot, cas limite sans doute, se succèdent les grands noms – Georges Duby, Yves Lequin, Louis Bergeron ou Christian Devillers – qui contribueront à expliciter le système paternaliste que l’écomusée prétendait justement interroger. Très rapidement cependant, les écomusées ont souhaité s’affranchir des historiens pour des raisons à la fois muséologiques – le didactisme historien étant jugé trop académique – et ethnologiques. Pour un ethnologue, l’histoire est une science auxiliaire, une démarche parmi d’autres, qui doit évidemment avoir une place centrale dans le dispositif de révélation du sens d’un territoire mais qui ne saurait constituer la seule forme d’explication.

  • 41 L’esprit pionnier ou l’aventure des premiers habitants de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yve (...)

14À l’arrivée, la production de mémoire locale par les écomusées – expositions, catalogues – joue sur l’ambivalence des registres. Par exemple, lorsque l’écomusée de Saint-Quentin-en-Yvelines s’intéresse au « mouvement pionnier », il restitue la force du discours et accumule les preuves audiovisuelles de l’acuité de ce mouvement41 en villes nouvelles dans les années 1970, lors même que les historiens trouvent les mêmes traces de mouvement pionnier dans les années 1950-1960 au sein des grands ensembles. Le problème de l’écomusée n’est pas d’interroger la question des ruptures et des continuités mais de rendre compte d’un mythe fondateur. L’histoire, en tant que discipline visant à établir une vérité scientifique, s’en trouve de fait marginalisée. L’historien, qui se voulait metteur en scène, est strictement rappelé à son rôle de figurant.

  • 42 D. Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, Pari (...)
  • 43 Sur le lien ambivalent entre le travail de l’historien et la mise à distance de l’objet sur lequel (...)

15La seconde dérive qu’on se doit d’évoquer est celle de la confusion entre histoire et patrimoine, particulièrement active sur le terrain local. Le cas de l’histoire urbaine contemporaine est révélateur de cette évolution. Alors que la Reconstruction ou les Grands Ensembles avait longtemps été considérés comme des échecs, ils entrent dans les années 1990 dans une phase de patrimonialisation, au moment précis où les historiens investissent le champ42. À leur corps défendant, ces derniers contribuent à neutraliser l’objet sur lequel ils travaillent, en replaçant sur la longue durée les traditionnelles ruptures architecturales, en révélant l’importance des contraintes et le poids de l’héritage des conceptions et des pratiques, bref en mettant à distance des moments récents de l’histoire urbaine. En faisant sortir ces objets urbains de l’histoire formelle négative dans laquelle ils étaient jusqu’à une date très récente enfermés, les historiens préparent – sans le vouloir – la récupération de ces mêmes formes par les différentes institutions patrimoniales. Écriture définitive, l’histoire contribue au travail de deuil43. L’objet d’étude, déconnecté de ses enjeux sociaux contemporains, retrouve sa dimension purement plastique. À la limite ce que demande le milieu local à l’historien, c’est de fournir la légende des différents tableaux d’une exposition. De la même manière qu’un visiteur de musée s’approche un temps du carton pour prendre ensuite du recul par rapport à l’œuvre exposée, le touriste ou l’habitant d’un lieu demandent à l’historien de contribuer à la patrimonialisation de ce lieu, c’est à dire sa mise hors-jeu social.

  • 44 J.-Y. Andrieux, « Les politiques du patrimoine industriel en France (1972-2000). Bilan et perspect (...)
  • 45 Ph. Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

16On sait le rôle déterminant qu’ont joué les historiens dans la promotion, depuis la fin des années 1970, de nouvelles formes de patrimoine44. Ce mouvement s’explique par la conjonction de la forte demande sociale et du poids grandissant de l’histoire culturelle au sein de la discipline historique45. Il me semble cependant que si cet investissement a permis de sauver un certain nombre d’édifices d’une destruction certaine, le risque est aujourd’hui grand de voir l’histoire ramenée à un simple argumentaire patrimonial. Il peut être urgent dans certains cas de prendre de la distance par rapport à cette finalité, qui ne peut plus être lue comme un simple débouché du travail de l’historien mais qui apparaît bel et bien comme le risque de sa dilution dans un système culturel indifférencié.

  • 46 « La reconstruction des sociétés pourrait bien se faire par leur base et non par le sommet comme n (...)
  • 47 « On ne comprend bien Rouen qu’en en sortant… » écrit J.-P. Chaline dans la préface de Rouen, un s (...)
  • 48 A. Prost, « Sociale et culturelle, indissociablement », in J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), (...)

17Au final les relations entre l’historien et le territoire du local s’avèrent beaucoup plus ambiguës qu’il n’y paraît. Si l’on a pu célébrer il y a dix ans46, les perspectives de redécouverte du local, il semble aujourd’hui qu’il faille l’aborder avec certaines précautions. Deux me semblent particulièrement nécessaires. D’une part, l’horizon de la recherche historique ne peut être uniquement local. Quand bien même un historien s’acharnerait à fouiller un territoire, il n’en épuiserait pas la signification, tant l’échelle d’analyse dépend des questions que l’on se pose. De nombreux historiens, pourtant attachés à l’histoire locale, conviennent aujourd’hui qu’on ne connaît bien un territoire que lorsqu’on s’en éloigne47. D’autre part, la dérive patrimoniale du travail historique doit fondamentalement être interrogée par la discipline. Passée dans les manuels du secondaire, cette conception qui ramène la science historique de la production de « documents » à la production de « monuments » menace incontestablement le sens de la démarche historique. Comme le rappellent la plupart des manuels, l’histoire doit être sociale avant d’être culturelle48, faute de quoi l’historien risque fort de confondre le statut de conseiller et celui de courtisan.

Notes

1 Ch. Bromberger et M. Meyer (dir.), « Cultures régionales. Singularités et revendications », Ethnologie Française, 2003-3, juillet-septembre 2003, p. 357-464.

2 Terme choisi par A. Prost pour décrire ce tournant dans Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, 1996, p. 298.

3 J. Revel (dir.), Jeux d’échelle. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1996 et J. Boutier et D. Julia (dir.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’Histoire. Éditions Autrement, 150-151, janvier 1995.

4 J.-C. Martin, « La Vendée, région-mémoire », Les Lieux de Mémoire, La République, Paris, Gallimard, 1984, réédition Quarto, 1997, p. 519-534.

5 -M. Mayeur, « Une mémoire-frontière : l’Alsace », Les Lieux de Mémoire, La Nation, Paris, Gallimard, 1986, réédition Quarto, 1997, p. 1147-1170 et F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », Les Lieux de Mémoire, La Nation, op. cit., p. 1545-1574.

6 À en croire l’enquête conduite par Bruno Benoit, Michel Boyer et Georges Durand auprès d’une soixantaine de chercheurs au début des années 1990, la découverte de la vie intellectuelle provinciale est récente et loin d’être partagée par l’ensemble des chercheurs. B. Benoit, M. Boyer et G. Durand (dir.), « Vie intellectuelle : quand la province s’éveillera… Existe-t-il une vie intellectuelle en France hors de Paris ? », Historiquement vôtre, Lyon, PUL, 1995.

7 Cf. l’article « Sociétés savantes » dans É. de Waresquiel (dir.), Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, Paris, Larousse, CNRS Éditions, 2001, p. 564-566.

8 Mais évidemment pas unique comme le montre l’investissement de Jean-Louis Biget à Albi, de Philippe Joutard au sein du Club Cévenol ou encore du médiéviste Jean Richard en Bourgogne. On trouvera sur cette question des analyses historiographiques plus poussées dans Ph. Poirrier, Municipalité et culture au XXe siècle : Des Beaux-arts à la politique culturelle. L’intervention de la Municipalité de Dijon dans les domaines artistiques et culturels. (1919-1995). Dijon, Université de Bourgogne, 1995, thèse de doctorat d’histoire, (dir.) P. Lévêque, p. 205-207 et P.-Y. Saunier, B. Dumons et G. Pollet (dir.), Pouvoirs locaux et élites municipales en Rhône-Alpes 1880-1930, Paris, CNRS, 1997.

9 J.-P. Chaline, Une élite urbaine au XIXe s : les bourgeois de Rouen, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1982 ; N.-J. Chaline, Des catholiques normands sous la Troisième République. Crises. Combats. Renouveaux, Roanne, Horvath, 1985.

10 Bulletin de la Société des Amis des Monuments rouennais, Connaître Rouen, Précis de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen ainsi que la revue universitaire Études normandes.

11 J. Rougerie, « Faut-il départementaliser l’histoire de France », Annales ESC, janvier-février 1966, p. 178-193.

12 Ph. Vigier, « La prise en compte du local par les historiens actuels », in A. Mabileau (dir.), À la recherche du local, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 43-51.

13 L. Chevalier, Les fondements économiques et sociaux de l’histoire politique de la région parisienne (1848-1870), thèse de doctorat d’État, Université de Paris-Sorbonne, 1951, dactyl.

14 Ph. Vigier, La Seconde république dans la région alpine. Étude politique et sociale, Paris, PUF, 1963, 2 tomes (soutenue en 1959).

15 M. Agulhon, La République au village, Paris, Plon, 1970. A. Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle, 1845-1880, Paris, Marcel Rivière, 1975, 2 vol. P. Lévêque, Une société provinciale : la Bourgogne sous la Monarchie de Juillet et au milieu du XIXe siècle, Paris, Touzot, 1983.

16 C. Ginzburg et C. Poni, « La micro-histoire ». Le Débat, 17, 1981, p. 133-136.

17 J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface à G. Levi, Le pouvoir au village. Paris, Gallimard, Bibliothèque historique, 1989, p. I-XXXIII.

18 Au point de devenir parfois le centre de la recherche. Cf. P.-Y. Saunier, L’esprit lyonnais XIXe-XXe siècle. Genèse d’une représentation sociale, Paris, CNRS, 1995.

19 A. Croix et D. Guyvarc’h (dir.), Guide de l’histoire locale. Paris, Éd. du Seuil, 1990, p. 347.

20 P. Leuillot, « Défense et illustration de l’histoire locale ». Annales ESC, janvier-février 1967, p. 154-177.

21 H. Glevarec et G. Saez, Le patrimoine saisi par les associations, Paris, La Documentation française, Comité d’Histoire du Ministère de la Culture, 2002.

22 A. Bensa et D. Fabre, Une histoire à soi. Figurations du passé et localité, Paris, Éditions de la MSH, 2002.

23 Au traditionnel clivage droite-gauche, qui passe pour Saint-Quentin-en-Yvelines au cœur même de la cité dont le centre est partagé entre une commune de droite et une commune de gauche, s’ajoute des rapports de force entre les différents acteurs de la majorité de gauche au sein des communes et du Syndicat communautaire d’aménagement.

24 J-D. Gladieu, « Saint-Quentin-en-Yvelines : le dur apprentissage de l’intercommunalité », Ethnologie Française, 1, 2003, p. 59-68 et thèse en cours de F. Theulé, L’intercommunalité à Saint-Quentin-en-Yvelines de 1965 à 2002.

25 « La mémoire des villes nouvelles d’Ile de France. Un enjeu pour l’avenir », colloque tenu le 14 novembre 2001 à Cergy-Pontoise. Les actes ont été édités sous forme dactylographiée en 2003.

26 « Si Cergy a depuis le départ un rayonnement particulier, ce n’est pas la 7e merveille du monde » (propos de l’auteur qui critique à la fois les problèmes sociaux, le développement économique réduit et la panne de l’intercommunalité). Sur ce point voir également l’article très critique de Libération, 29 mars 2002.

27 M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, 1925, réédition, Paris, Albin Michel, 1994. Pour cette problématique Histoire/Mémoire appliquée aux villes nouvelles : S. Ostrowetsky, L’Imaginaire bâtisseur. Les villes nouvelles en France, Paris, Librairie des Méridiens, coll. Sociologie des Formes, 1983 et Cl. Brossaud, Le Vaudreuil Ville Nouvelle et son imaginaire bâtisseur. Identification d’un champ autour d’une ville, Paris, L’Harmattan, 2003.

28 C. Bertho, « L’invention de la Bretagne. Genèse sociale d’un stéréotype ». Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 35, novembre 1980, p. 45-62.

29 P. Ory, Les collaborateurs 1940-1945, Paris, Éd. du Seuil, 1976.

30 M. Lebesque, Comment peut-on être breton ? Essai sur la démocratie française, Paris, Le Seuil, 1970 ; J.-P. Le Dantec, Bretagne : renaissance d’un peuple, Paris, Gallimard, La France Sauvage, 1974 ; X. Gral, Le cheval couché, Paris, Hachette, 1977.

31 Op. cit., p. 43-45.

32 Voir notamment les textes en français des albums La découverte ou l’ignorance (1976) (Marzelle/Phonogram 9286197) et Urba (1978) (Marzelle/phonogram 9199917).

33 C. Bertho-Lavenir, « Pourquoi ces menhirs ? Les métamorphoses du mythe celtique », Ethnologie Française, 1998, 3, juin-septembre, tome XXVIII, p. 303-311.

34 R. Le Coadic, L’Identité bretonne. Thèse de sociologie, sous la direction d’Anne Guillou, Université de Bretagne occidentale, Brest, 1997, p. 7.

35 A.-M. Thiesse, Écrire la France, Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, Presses universitaires de France, 1991.

36 J.-Y. Guiomar, « Le Barzaz-Breiz », in Les Lieux de Mémoire, réédition Quarto, tome 3, p. 3479-3514.

37 Le dernier catalogue des Presses Universitaires de Rennes (mai 2003) présente ainsi les titres d’ouvrages suivants : Les orfèvres de Basse Bretagne ; Les premiers bretons d’Armorique ; Les Bretons de Nominoë.

38 Musées et sociétés, actes du colloque national Mulhouse-Ungersheim, juin 1991, Paris, DMF, 1993.

39 A. Bleton-Ruget, « Pays et noms de pays : l’invention de la Bresse louhannaise, XIXe-XXe siècles », Ruralia, 8, 2001, p. 35-57.

40 J. Guiyot-Corteville, « L’écomusée de Saint-Quentin-en-Yvelines : acteur ou témoin de la ville nouvelle », Ethnologie Française, 1, 2003, p. 69-80.

41 L’esprit pionnier ou l’aventure des premiers habitants de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, catalogue de l’exposition L’esprit pionnier 19 novembre 1998-25 septembre 1999, SQY, SAN, 1999.

42 D. Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997 et « La patrimonialisation de la Reconstruction » dans Pour une Histoire des politiques du patrimoine, Paris, La Documentation Française, Comité d’Histoire du Ministère de la Culture, 2003, p. 351-360 ; A. Fourcaut et T. Paquot (dir.), 2002, « Le grand ensemble, histoire et devenir », Urbanisme, janvier-février, 322 : 35-88.

43 Sur le lien ambivalent entre le travail de l’historien et la mise à distance de l’objet sur lequel il travaille par le corps social voir la réflexion très stimulante proposée par Octave Debary, La fin du Creusot ou l’art d’accomoder les restes, Paris, Éditions du CTHS, 2002.

44 J.-Y. Andrieux, « Les politiques du patrimoine industriel en France (1972-2000). Bilan et perspectives », dans Pour une Histoire des politiques du patrimoine, op. cit., p. 451-468.

45 Ph. Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

46 « La reconstruction des sociétés pourrait bien se faire par leur base et non par le sommet comme nous l’enseigne la tradition, au moins en France » écrivait en 1993 le politologue A. Mabileau en introduction du colloque À la recherche du local, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 27.

47 « On ne comprend bien Rouen qu’en en sortant… » écrit J.-P. Chaline dans la préface de Rouen, un siècle de vie 1900-2000, Fécamp, Éditions des Falaises, 2002.

48 A. Prost, « Sociale et culturelle, indissociablement », in J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Le Seuil, 1997, p. 131-146.

Auteur

Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540