Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les classes zoologiques en Grèce ancienne

 | 
Arnaud Zucker

Classèmes relatifs à la sauvagerie et à la domesticité

Texte intégral

1Une des oppositions les plus fondamentales et les plus fréquentes que l’on trouve dans les textes est celle qui distingue les animaux sauvages (τά ἂγρια) et les animaux domestiques (τά ἣµερα). Ces deux “classes” sont désignées par deux adjectifs que l’on trouve tantôt accompagnés de ζῴα, tantôt seuls (c’est le cas le plus fréquent), sous forme substantivée. Ces deux adjectifs, et leurs synonymes, constituent le deuxième ensemble lexical.

La sauvagerie

  • 1 Ptol., Tetr. 2, 8,7.

2Les bêtes sauvages sont désignées soit par des substantifs, soit par des adjectifs qui ont souvent les mêmes connotations que θήρ vel θηρίoν mais sont plus facilement extensibles à tous les types d’animaux et permettent en outre de systématiser dans le domaine zoologique l’opposition entre la sphère domestique et la sphère sauvage. Les termes exprimant ce registre se répartissent en deux groupes nets, et ils sont, dans leur groupe respectif, presque équivalents. Ptolémée en témoigne lorsqu’il décrit l’action sympathique des constellations zodiacales sur les êtres terrestres homologues : “les signes d’animaux féroces <exercent une action> sur les bêtes non domestiques et nuisibles pour l’espèce humaine, tandis que les signes d’animaux domestiques ont une action, chacun selon leur forme, sur les animaux domestiques utiles qui contribuent à la prospérité de l’homme (τὰ µὲν θηριώδη περὶ τὰ άνὴµερα τῶν ζῴων καὶ βλαπτικὰ τοῦ τῶν άνθρώπων γἐνoνς τὰ δἐ ῆµερα περὶ τὰ χρηστικὰ καί χειροήθη καὶ σνερητικὰ πρòς τάς εύετηρἰας άναλóλως τοῖς καθ ἔκαστα µoρφώµασιν)”1

  • 2 Pour l’opposition explicite entre πóλις et ὰγρóς, voir par exemple Hom., Od. 1, 185 et 189-190 ; i (...)
  • 3 Cf. Schol. à S., O.T. 1103 : champêtres (ὰγρóνoµoι) : là où se nourrissent les bêtes sauvages, c’e (...)
  • 4 Les plus anciens textes grecs témoignent déjà de cette extension métonymique ; cf. Horn., Il. 19, (...)
  • 5 Le mot ἂγρα s’applique non seulement à la chasse aux herbivores sauvages mais également à la chass (...)
  • 6 Voir Arist., HA 544 a 25 ; Id. 564 b 5 ; Id. 571 b 26 ; Id. 594 a 25 ; Id. 606 b 7 ; Id. 616 b 2 ; (...)

3L’adjectif ἂγριoς [agrios] (+ 3300) appartient à une famille de mots largement répandus dans les langues indo-européennes et dont le substantif de référence en grec est ὰγρóς. Il s’applique donc initialement à tout ce qui est du domaine de la “campagne” et s’oppose aux terres cultivées (ἂρoνρα) et aux lieux habités par l’homme (πóλις)2. Ainsi ce terme vise tout particulièrement, surtout lorsque il est mis en regard du mot ἣµερα, les quadrupèdes terrestres3. Mais par une extension qui montre bien l’importance culturelle de ces oppositions le terme a servi, sans doute très tôt, à désigner indifféremment n’importe quel animal non domestique et pas uniquement les quadrupèdes sauvages4. Cette extension du mot a sûrement été également encouragée par la proximité phonétique des mots de la famille d’ἂγρα (la chasse) qui favorisa l’assimilation entre gibier de toute sorte et “animal de la campagne”5. La classe que ce mot recouvre comprend donc tous les animaux qui ne vivent pas dans l’intimité de l’homme, les animaux “de l’extérieur”. Cependant les animaux prioritairement évoqués par ce mot n’en restent pas moins les quadrupèdes sauvages bien qu’il soit souvent difficile de le prouver, les textes ne se souciant pas de préciser la teneur de cette classe par des noms spécifiques. On comprend en effet sans mal que cette appellation trouve son maximum de pertinence quand elle renvoie à des animaux qui ne sont pas seulement exclus du champ du domestique mais lui sont rétifs, voire opposés. Ainsi Aristote a recours à ce raccourcis qu’est le terme ἂγρια uniquement lorsqu’il désire marquer une distinction parmi les quadrupèdes (vivipares) ou les oiseaux : dans les classes qui ne comptent aucun spécimen domestique à quoi servirait de parler de sauvagerie ?6

  • 7 Horn., Il. 5,52.
  • 8 Pour τὰ ἂγρια seul voir Hp., Vict. 3,81, 15 ; Platon (7) ; Xénophpn (2) ; Aristote (18) ; Eratosth (...)

4Le premier emploi sûr de ce terme comme substantif et donc comme désignation lexicalisée d’une classe est fourni par Homère : “toutes les bêtes sauvages (ἂγρια) que la forêt nourrit dans les montagnes”7. Les emplois substantivés appliqués aux animaux abondent par la suite même s’ils restent en nombre très inférieur aux emplois adjectivaux8. Ce qui est remarquable, c’est que le terme ne fait pas partie du lexique technique d’un groupe de spécialistes, comme c’est le cas pour de nombreux autres termes mais qu’il constitue une catégorie parfaitement “vulgaire”. Cette classe à la pertinence universelle et modulable est présente aussi bien dans les poèmes homériques que dans les textes (médicaux) d’Hippocrate, (philosophiques) de Platon, (biologiques) d’Aristote, ou (théologiques) de Philon.

  • 9 Cet adjectif a des emplois innombrables qu’il est inutile d’indiquer ici puisque ses connotations (...)
  • 10 Ainsi les lions (E., Ion 1162), les serpents (Id., Andr. 269), etc.
  • 11 Élien donne un portrait du buffle d’Éthiopie qu’il présente comme le plus ἂγριoς de tous les anima (...)
  • 12 Pl., Plt.264 a 3.
  • 13 Arist., Pr. 895 b 31 (cf. aussi, encore plus lapidairement Pr. 896 a 4 : τò δὲ ἣµερoν βέλτιoν, τò (...)
  • 14 HA 488 a 26 ; cf. Id., PA 643 b 4.
  • 15 Arist., Pr. 895 b 23.

5L’adjectif ἂγριoς implique à divers degrés dans tous ses usages l’idée de cruauté, de férocité et de violence9. C’est cette valeur ajoutée que manifeste spécialement l’adjectif lorsqu’il est épithète d’un animal définitivement sauvage10. Et ces connotations propres à l’adjectif s’imposent et se superposent à la valeur dénotative du terme : les ἂγρια ne sont pas seulement les animaux qui demeurent dans la sauvagerie, ils sont ceux qui, par méchanceté et vice, refusent la complicité avec l’homme11. C’est ainsi que Platon, le plus naïvement du monde, définit les ἂγρια : “car les animaux qui sont d’un naturel à se laisser apprivoiser sont dits paisibles (ἣµερα), et ceux qui s’y refusent (τά δὲ µὴ ‘θέλoντα) on les appelle sauvages ”12. De leur côté, les Problèmes aristotéliciens établissent une analogie entre la domestication et l’éducation d’où il ressort que l’animal sauvage est à l’animal apprivoisé ce que l’enfant est à l’homme : “tous les animaux, y compris les animaux domestiques, sont d’abord sauvages (ἂγρια γίνoνται τò πρῶτoν) plutôt que domestiques (de même que l’enfant est plus vorace et vit davantage sur le registre de l’émotion que l’homme fait), mais ils ont moins de valeur”13. Aristote distingue en fait trois catégories d’animaux sous le rapport de la sauvagerie : les sauvages par nature, les domesticables et les domestiques : “Les animaux sont encore soit apprivoisés (ἣµερα), soit sauvages, tantôt de manière constante (par exemple l’âne et la mule sont constamment domestiques, alors que la panthère et le loup sont constamment sauvages), tantôt ils peuvent être rapidement apprivoisés, comme l’éléphant. Mais on peut voir les choses autrement, car toutes les espèces apprivoisées sont également sauvages, comme les chevaux, les bœufs, les cochons.”14 Mais l’état sauvage est, selon lui, le seul état naturel pour un animal, et tous les animaux domestiques ont une forme sauvage, comme il l’exprime à nouveau dans le dixième livre des Problèmes : “pourquoi les animaux domestiques existent aussi tous à l’état sauvage (πάντως καί ἂγρια) alors que les animaux sauvages n’existent pas tous à l’état domestique ?”15.

  • 16 Entre deux variétés d’animaux également “sauvages”, la plus agressive ou la plus coriace peut être (...)
  • 17 Voir Aristote, Pr. 924 a 21 : “on les appelle cultivés (ἣµƐρα) parce qu’ils profitent d’un art, co (...)

6Le statut de sauvage n’a pas simplement une signification culturelle ou écologique, il a également une valeur éthique et éthologique16. On trouve plus de 3 000 occurrences de ce mot dans la littérature grecque, et dans un peu moins d’un tiers des cas il s’applique à des animaux ou aux “animaux sauvages” en général. Dans de nombreux cas aussi il est utilisé comme adjectif discriminant pour marquer, en botanique, une distinction analogue à celle qui concerne les animaux, entre les espèces cultivées et les espèces sauvages17. L’adjectif substantivé τά ἂγρια n’a presque aucun concurrent lexical pour désigner la classe des animaux sauvages. Les quatre synonymes d’ἂγριoς les plus employés : (θηριώδης (282), άνήµερα (238), άτιθάσεντα (86), (θὴρεια (75) qualifient très rarement des animaux et ne sont presque jamais substantivés.

  • 18 Ce mot a les mêmes connotations que l’adjectif ἂγριoς, mais elles se trouvent renforcées du fait q (...)
  • 19 Voir Arist., HA 502 b 4.
  • 20 Voir Aret, S.A. 2, 11,7, 6 ; Gal., passim
  • 21 Arist., PA 663 a 13.

7L’adjectif θηριώδης [thêriôdès] (123/282), formé à partir de θήρ accompagne le plus souvent dans les cas qui nous concernent les mots βίoς, χώρα, ϕύσίς, ἕθνoς ou encore ἂνθρωπoς18. Il est très rare qu’il caractérise des animaux et s’utilise dans ce cas plutôt au comparatif ou au superlatif19. Substantivé, il a généralement le sens médical d’ulcère20. Aristote est le seul à l’employer une fois avec un sens proche de τά ἂγρια pour désigner les prédateurs de l’antilope : “elles se défendent avec leurs cornes contre certains ennemis, mais en présence des animaux féroces et agressifs (τά θηριώδη καί µάχιµα) elles prennent la fuite”21.

  • 22 Formé par adjonction du préfixe privatif (ά-, άν-) à l’adjectif ἣµερoς.
  • 23 Ce mot est employé essentiellement pour des hommes avec le sens de “cruel”. Il qualifie de façon n (...)
  • 24 Voir Cyranides 2,40 : “la hyène est un animai quadrupède, farouche et à la nature ambiguë”.
  • 25 Thphr., HP 8, 9, 2 ; Plu., 776 c 6 ; joint à ἄγριoι et à θηριώδεις : Épict., ap. Arr., Epict. 1, 3 (...)
  • 26 Ph., Contempi. 1,9, 5.
  • 27 P., Décal. 78, 1.

8L’adjectif ἀνήµερoς [anêmeros] (54/238)22 est aussi peu utilisé comme terme classificatoire puisqu’il est substantivé deux fois seulement, alors qu’il est employé le plus souvent en fonction d’adjectif attribut23. De plus il est très rarement utilisé seul24 : il renforce le plus souvent l’adjectif ἄγριoς25 ; ainsi en est-il aussi dans les deux cas où il est substantivé : “les bêtes rétives et farouches (τἀ άνήμερα καì άτίθασα)”26 ; et “les bêtes les plus cruelles et les plus indomptables parmi les animaux sauvages (τῶv άvημέρωv τἀ ἀγριώτατα καì τἀ άτιθασώτατα)”27.

  • 28 Philon d’Alexandrie totalise à lui seul 41 des 75 cas recensés.
  • 29 Æsop. 206, 1.
  • 30 Voir D.S. 3, 35, 5, 5 (ἀγριώτατα ταῦτα τἀ ζῷα καì παvτελῶς άτιθσευτα) ; et, de façon encore plus n (...)
  • 31 Ph., Praem. 88,3. C est le seul cas d un emploi substantivé. L adjectif accompagne souvent le mot (...)

9L’adjectif ἀτιθάσευτoς [atithaseutos] (ou son doublet ἀτιθασ(σ)oς [atithasos]), dérivé de τιθασευτoς (apprivoiser, + αν- privatif) est beaucoup moins fréquent (51/86) et appartient presque entièrement au vocabulaire des auteurs juifs et chrétiens (75/84)28. La première occurrence du mot se trouve dans les Fables d’Ésope, comme attribut de la pauvreté (πovηρíα), chargé du sens abstrait de “impossible à calmer”, “impossible à adoucir”29. Mais à la différence des deux précédents adjectifs, il s’applique principalement aux animaux et qualifie ceux qui ne peuvent être apprivoisés ou polis - voire qui sont irréductibles à toute forme de domestication30. Comme les précédents il est rarement employé seul et n’apparaît qu’exceptionnellement, dans un passage de Philon, en fonction de substantif : “les bêtes indomptées (τἀ ἀτíθασα) seront un jour dociles (χειρoήθή)”31.

  • 32 Hp., Aff. 52, 22 ; Id, Mul. Aff. 11, 70. Dans les deux cas ces viandes sont opposées à celles que (...)
  • 33 Le mot θήρεoις comme adjectif naturel de ὁ ó θήρ (τò θηρίoν) a d’ailleurs un sens légèrement disti (...)

10Enfin l’adjectif θήρειoς [thêreios] (24/75) est rarement appliqué directement aux animaux mais évoque plutôt la chasse et qualifie presque toujours depuis Hippocrate les viandes de gibier32. Il n’est jamais substantivé de façon à désigner les animaux sauvages33.

  • 34 Sor., Gyn. 1,51,2.
  • 35 Ath. 12, 549 f (& Ath. Epit. 2,97) ; cf. Pap. Lond. 3,1159,73.

11Indiquons au passage l’adjectif άγριµαῖοζ [agrimaios] (3/3), dérivé de ἂγρα (la chasse), toujours employé avec un article, qui désigne les animaux sauvages et plus particulièrement le gibier de terre : “il faut surtout prévoir, en ce qui concerne le gibier (τῶν ἀγριµίων), la répartition de la viande de lièvre et d’antilope”34. Seuls Athénée et Soranos utilisent ce mot35.

  • 36 Voir Pl., R. 589 b 2 ; Pseudo-Arist., Mu. 401 a 8.

12Aucun de ces synonymes ne sert donc à dénommer une classe, fût-ce comme substitut original de τά ἂγρια ; toutefois ils soulignent tous l’importance de cette unité zoologique populaire en venant doubler maintes fois le mot ἂγριoς. Cette classe forme une sorte de système qui reste le plus souvent implicite mais qui est parfois explicitée, avec celle des “animaux apprivoisés” : τά ἣµερα, qui constitue l’ensemble complémentaire dans cette division culturelle de l’animalité bien qu’il soit moins employé que ἂγρια36.

La domesticité

  • 37 Re rustica 6, praef 6.

13Les adjectifs de cette section renvoient à une réalité à la fois géographique (la maison, oἶκoς) et affective (la douceur, πρᾳóτης). Les différents usages “domestiques” de l’animal (travail, agrément, alimentation, sacrifice, etc.) ne sont pas marqués par l’emploi de lexèmes distincts et cette sphère, opposée à celle de l’ἀγριóτης et traversée de connotations multiples, demeure objectivement assez vague et indifférenciée. En effet, les Grecs ne proposent pas, pour les animaux domestiques, de typologie subtile comme celle qu’esquisse par exemple Columelle : “Il y a deux catégories de quadrupèdes [domestiques], ceux que nous nous procurons pour qu’ils participent à nos travaux (in consortium operum), comme le bœuf, la mule, le cheval, l’âne, et ceux que nous possédons pour le plaisir, le profit et la garde (voluptatis ac reditus et custodiae causa), comme le mouton, la chèvre, le porc et le chien”37.

  • 38 Il s’applique à des terres marquées par la présence de l’homme et travaillées (Hp., Aër. 12) ; Ari (...)

14L’adjectif ἥµερoς [hèmeros] (+ 2000), dont l’étymologie reste mystérieuse, caractérise des êtres ou des réalités naturelles qui ne sont plus dans leur état primitif mais ont été adaptés aux besoins humains et intégrés dans le système économique et social de l’homme. Tout comme l’adjectif ἄγριοζ il peut qualifier aussi bien des hommes que des animaux, des plantes ou des terres avec le sens de “cultivé” ou “domestique”38.

  • 39 Нom., Od. 15,162.
  • 40 Il est toutefois utilisé parfois de façon quasi redondante dans la poésie.
  • 41 À ces oiseaux se joignent éventuellement des colombidés (Arist., HA 488 a 27 ; cf. Keller, 1887,28 (...)
  • 42 Hp., Vict. 2, 49. Ce n’est pas le seul exemple dans le corpus hippocratique (voir Mul. Affect. 11, (...)
  • 43 Pl., PU. 264 a 5 & 265 b 8, e 4 ; voir aussi Id., R. 589 b, 620 d 5 ; Id., Crit. 114e 8 ; Id., Sph (...)
  • 44 Arist., HA 521 b 30 ; Id. 602 Ы5 ; Id., PA 661 b 6 ; Id., É.E., 1236 b 8 ; Id., Pol, 1254 b 11 ; I (...)

15La première occurrence du mot se trouve chez Homère où il qualifie une oie39. Il est utilisé, comme son antonyme ἂγριoς, soit seul, soit accompagné de ζῷoν. Dans ses emplois adjectivaux il sert rarement à évoquer des animaux dont l’espèce entière est domestique et s’applique plutôt aux animaux qui, individuellement, présentent des signes de philanthropie ou de douceur et s’accoutument à la présence de l’homme. Aussi est-il plus souvent employé comme attribut que comme épithète40. Les emplois substantivés qui consacrent cette catégorie mentale ne se rencontrent pas avant Hippocrate même s’il est plus que probable que cette classe est ancienne et qu’elle a pesé sur les représentations bien avant le ve siècle. Dans ces emplois ἣµερoς ne désigne pas des animaux exceptionnellement apprivoisés mais l’ensemble des espèces qui servent l’homme par le travail, la nourriture ou le confort qu’elles lui assurent. Plus encore que les animaux de basse-cour (les oies, d’abord, auxquelles se joignent plus tard les gallinacés) τά ἣµερα vise surtout les quadrupèdes domestiques (bœufs, chevaux, chiens, etc.)41. Hippocrate est en effet le premier, semble-t-il, à faire de ce mot un emploi substantivé dans son traité Du régime : “les animaux sauvages (τά ἂγρια) sont plus secs que les animaux domestiques, et les animaux qui mangent de la viande crue, des matières végétales ou une faible quantité d’aliments davantage que les gros mangeurs”42. Platon y a recours lui aussi à plusieurs reprises dans le célèbre passage du Politique, où il cherche à donner un exemple systématique de l’analyse diérétique des concepts et à proposer un mode de classification binaire rigoureux43. Aristote en fait également un usage fréquent, usant souvent de τά ἣµερα en face de τά ἂγρια44 ; mais cette opposition a une pertinence biologique très réduite et elle apparaît principalement dans les œuvres non zoologiques.

  • 45 Hésychius donne pour unique définition de ἣµερoς : πρᾷoς
  • 46 Contrairement à ce qu’affirme É. Cougny & É. Saglio (Darembert & Saglio, DAGR, I, p. 689 a) les Gr (...)

16Pas plus que le mot ἂγριoς ce mot n’est attaché à un type de littérature ou à une perspective particulière et ses connotations (qui sont contraires à celles d’ἂγριoς) sont également très homogènes : les ἣµερα ne sont pas seulement les animaux domestiques mais aussi les animaux paisibles, dociles, tempérants, laborieux, etc. - en un mot acquis aux vertus et aux valeurs humaines45. Ce terme confond par ailleurs les animaux familiers et les animaux véritablement domestiques, et intègre tous les animaux qui, à titre individuel ou spécifique, ont été apprivoisés ou domestiqués46.

  • 47 Arist., Fr. 398, 16 : τῶν ἡµέρων καὶ συντρóφων.
  • 48 Cf. X., Mem. 2, 3,4 ; Luc, Lex. 6 (ὂρνις) ; Plu., Aem. 10 (κυvίδιoν) ; X., Éph. (8) ; etc.
  • 49 Une seule fois il apparaît substantivé dans une formule, fréquente par la suite, ou l’adjectif est (...)
  • 50 Æsop. 129, 3 ; cf. Hdt. 2, 65 : σύντρoφα τoῖσι ἀνθρώoπoισι.
  • 51 Pour la colombe, voir Ph., Her. 234, 1 ; pour le lion, voir Arist., HA 629 b 11 et note supra.
  • 52 L’homme est le σύντρoφoς du troupeau : Pl., Plt. 267 e 5.
  • 53 Them., Or. 10, 9, 3 : τῶν ἡµέρων καὶ συντρóφων ζῷων (cf. Pl., Lg. 821 a 5 ; Lg. 669 d 7 ; Cat. Maj (...)

17L’adjectif σύντρoφoς [suntrophos] (206/383), dérivé de τρέφιν (élever et σύν = avec), qu’emploie Aristote47 et qui suggère une sous-classe d’animaux familiers, est employé de façon régulière en ce sens48. Mais ce terme ne constitue pas une véritable catégorie et n’est d’ailleurs jamais substantivé49. Il a presque toujours un sens relatif et est le plus souvent accompagné du datif de la personne avec lequel l’animal a été “élevé” ou “nourri” : ainsi le chien de la fable reproche à la corneille de n’inspirer pas même confiance aux “oiseaux qui ont grandi avec elle (τῶν συντρóφων σoι oἰωvῶν)”50. Le ζῷoν σύντρoφoν est généralement l’animal “familier” mais peut caractériser n’importe quelle familiarité : celle de la colombe par rapport à l’homme comme celle du lion pour ses congénères51. D’autre part ce terme peut aussi s’appliquer au bétail et, par un renversement de la perspective, l’homme lui même peut être dit σύντρoφoς52 En fait, il n’est employé absolument pour désigner les animaux familiers de l’homme que dans les œuvres de Plutarque où il vise explicitement les chiens et les chevaux53.

  • 54 La moitié des cas où ce mot est appliqué à un animal se trouve chez Galien (9/32) et Dioscoride (6 (...)
  • 55 Oiseaux de basse-cour (ὂρνιθες) : Ar.Byz., Épit. 2, 388 ; Nic, Ther. 196 & 558 ; Dionys., Av. 1, 7 (...)
  • 56 Voir Cyranides 3, 34 : “l’oiseau domestique (κατоικίδιoς) que l’on appelle aussi la poule est bien (...)
  • 57 Democr., Fr. B 300, 7 a, 8 ; Ar.Byz., Épit. 2, 387 ; Dsc. 2, 25, 1. On sait que la belette était a (...)
  • 58 Or. Chald. 1, 224, 3.
  • 59 Antig. 137, 1, 3 ; Plu. 730 b 6 (= Arist., Fr. 375) ; Gal., Simp. med. 12, 263, 5 ; Dsc. 2,69, 1 ; (...)
  • 60 La punaise (κóρις) : Ar.Byz., Épit. 1, 115 (cf. Arist., Fr. 375) ; la blatte (σίλΦη) : Dsc, Eup. 1 (...)
  • 61 Ils ne sont pas non plus des animaux “ domestiques”. Précisons que les oiseaux nommés font partie (...)
  • 62 Voir Darembert & Saglio, t.I, p. 689 sq. Pour τά κυvίδια Mελιτταῖα voir Arist., HA 612 b 10 ; Str. (...)
  • 63 Galien nous rapporte que le type de colombes qui s’oppose aux κατоικίδια est appelé de différentes (...)
  • 64 Ph., Virt. 19, 4 (et D.H. 3, 53, 2, 3, où l’opposition est la même mais n’est pas exprimée par πoλ (...)

18Il existe un autre mot assez bien attesté qui semble avoir un sens voisin de “familier”. Il s’agit de κατоικίδιoς [katoikidios] (57/113), adjectif formé sur le mot oἶκoς (maison et κατἁ au contact de, vers). Surtout employé dans les traités médicaux, il désigne tous les animaux “domestiques” au sens littéral (ceux qui résident dans la maison, dans l’oἶκoς), mais n’implique aucun type de relation particulière ou privilégiée entre l’homme et ces animaux54. Il suffit pour s’en convaincre d’examiner la liste des animaux qui se voient attribuer cette épithète : les oiseaux de basse-cour (colombes, gallinacés, perdrix55, et en particulier la poule, paradigme du κατоικίδιoς ὂρvις )56 et la belette (γαλῆ])57, mais aussi des lézards (σαύρα)58, des rats (µῦς )59, et divers insectes ou crustacés terrestres comme les punaises, les blattes et les cloportes60. Nul doute que ces derniers animaux, pour proches qu’ils soient de l’homme et associés à l’espace domestique, ne correspondent pas à la définition de l’animal familier...61 Les mascottes et autres animaux d’appartement choyés par les Grecs, comme les chiens de Méléda, les oiseaux chanteurs, les lièvres, etc. ne sont jamais affectés de cette épithète62. Ajoutons que cet adjectif, qui constitue une épithète discriminante de première importance pour distinguer des espèces, n’est jamais employé de façon substantivée, ni au singulier, ni au pluriel, ce qui rend douteuse l’existence même d’une catégorie des animaux de l’oἶκoς. Cet adjectif a en outre une valeur non pas affective mais purement locale : il distingue l’espace domestique, intérieur, et en quelque sorte “urbain”, de l’espace champêtre et “extérieur”63. On retrouve une opposition analogue dans les emplois non zoologiques de ce terme, où le contraire de κατоικίδιoς (casanier, retiré) est πoλιτικóς (engagé, responsable civil) ou un mot de sens équivalent64.

  • 65 Voir E., Andr. 818 ; S., Él. 372.
  • 66 Ar., Ec. 151, 584 (cf. E., Cyc. 250 ; etc.)
  • 67 Dans six cas sur huit (cf. infra), et dans quatre cas il est épithète.
  • 68 À propos d’oiseaux de basse-cour : Ar.Byz., Épit. 2, 383, 1 ; Arist., Fr. 253 ; Ael., NA 7,7 (où l (...)
  • 69 Paus. 5,27, 4, 5 ; Id. 3,14, 10,2.

19L’adjectif ἠθάς [hêthas] (17/125) est d’emploi assez rare avant le IIe siècle et sa signification n’est pas très précise. Conformément au sens du substantif ἦθoς dont il dérive, il exprime une vague idée d’habitude. C’est ainsi qu’il caractérise des personnes familières (amis, orateurs, etc.) ou éventuellement des événements fréquents ou connus65. Le substantif pluriel τὰ ἠθάδα, d’emploi peu fréquent, n’a pas d’autres sens que celui de “choses habituelles”66. On ne rencontre donc ἠθάς avec des noms d’animaux que sous la forme adjective. Dans presque tous les cas recensés l’adjectif accompagne le mot ὂρvις67. Mais sa valeur n’est pas stable : il qualifie tantôt des oiseaux de basse-cour, tantôt des oiseaux dressés pour servir d’appât, tantôt des oiseaux vulgaires mais non domestiqués68 ; dans deux cas il qualifie, chez Pausanias, d’autres animaux dressés : un cheval et un sanglier69. Ce terme qui n’est attesté chez Aristote que dans un fragment n’a ni un sens technique, ni une valeur classificatoire.

  • 70 Pour une pareille liste d’animaux cf. Luc, Syr. D. 41,4 ; pour les serpents : Agatharch., Fr. Hist (...)
  • 71 Plu., Demetr. 6, 4 : καθάπερ τά ζῷα χειρoήθης γενóµενoς ; cf. Philon qui décrit la métamorphose, a (...)
  • 72 Voir X., Hip. 2, 3,1 (πῶλoς) ; D.C. 66, 25, 2, 5.

20De même que pour la classe précédente, on trouve peu de termes de sens identique à côté de ἣµερα. Le mot χειρoήθης [cheiroêthès] (96/155), composé à partir de χείρ (la main) et ἦθoς (l’habitude), est employé beaucoup moins fréquemment que le terme majeur ἣµερoς. Littéralement il signifie “accoutumé à la main”, c’est-à-dire amadoué, docile ou familier, et désigne au premier chef les animaux qui sont passés par une domestication ou un dressage particuliers. En effet, ce terme porte rarement sur des espèces entières : il s’applique à des animaux spontanément sauvages mais individuellement acquis à l’homme, qu’il s’agisse de lion, de loup, de crocodile, de serpent, d’ours, d’aigle ou encore d’anguille70. Aussi cet adjectif est souvent employé, surtout chez Plutarque (35) avec des verbes comme πoιεῖν ou παρέχειν qui marquent le processus de domestication à l’issue duquel ces animaux ont acquis cette docilité71. Mais il arrive aussi que le mot soit employé pour désigner des animaux spécifiquement domestiques, en particulier à propos des quadrupèdes72.

  • 73 Hdt. 2,69.
  • 74 J., AJ. 46,5.
  • 75 Ainsi la femme d’Ischomaque est, de l’aveu de son mari, χειρoήθης (X., Oec. 7, 10, 3) ; cf. D. 3, (...)

21Le premier texte contenant ce mot se trouve dans les Enquêtes d’Hérodote, où il est appliqué à un crocodile73 ; et il est utilisé tout au long de la période dans des textes variés comme un terme commun. Aussi ne doit-on pas être surpris qu’il endosse également les connotations qui affectent le mot ἣµερoς, comme le montre un passage de Flavius Josèphe où l’auteur déclare que “les ibis sont paisibles et ne se montrent agressifs (ἂγριoι) qu’avec le genre des serpents”74. Par extension le mot désigne des personnes douces ou soumises et, plus largement, peut s’appliquer à une ville qui se rend, un commandement débonnaire ou une panoplie supportable75.

  • 76 Plu., 994 b 5 et CD. 66, 25, 2, 5.

22Il n’est jamais employé comme substantif à deux exceptions près, qui ne sont pas concluantes, dans des passages de Plutarque et de Dion Cassius76. Dans le texte de Plutarque χειρoήθης apparaît dans une liste de termes adjectivaux exceptionnellement promus au rang de substantifs, comme un déterminatif parmi d’autres pour caractériser les animaux consommables dont l’auteur cherche à souligner l’innocence et la bienveillance : “on agresse et on égorge les animaux inoffensifs, dociles et dépourvus de dard ou de dents (ἀβλαβῆ καὶ χειρoήθη καὶ ἂκεvτρα καὶ νωδά) susceptibles de nous blesser”.

  • 77 Voir aussi le terme τιθασσευικά “des animaux doux et domesticables (τιθασσευικά) comme l’éléphant” (...)

23L’adjectif τιθασ(σ)óς [tithasos] (95/144), de la famille de τιθασεύεν (apprivoiser) apparaît comme un synonyme presque parfait de χειρoήθης dont il a à la fois l’extension et les limites, puisqu’il ne se rencontre lui aussi qu’exceptionnellement dans une fonction de substantif, et ne semble pas plus menacer τὰ ἣµερα comme appellation canonique de la catégorie des animaux domestiques77.

  • 78 Pour le lion : Ar.Byz., Épit. 2, 159 ; Ael., NA 12,23 et Id. 17,26 ; le léopard : Ael., NA 15,14 ; (...)

24Cet adjectif, dont est dérivé l’opposé ἀτίθασσoς s’applique également de préférence aux animaux et, dans la plupart de ses emplois, à des animaux habituellement sauvages ou dont la domestication est problématique ou exceptionnelle : lion, léopard, singe, renard, cerf, éléphant, souris, serpent, loup de mer, anguille, poissons divers, perdrix, canard, mouette, paon, colombe...78.

  • 79 Voir Ph., Sacrif. 1, 104, 5 (à propos du bétail) ; cf. aussi par exemple X., Éphes. 4,6, 6 (κύνες (...)

25Cette liste est très proche du catalogue des espèces susceptibles d’être qualifiées de χειρoήθη, à ceci près que les oiseaux y semblent mieux représentés. Mais il arrive aussi que ce terme affecte des individus dont on veut signaler la douceur et l’innocuité, malgré leur appartenance spécifique traditionnelle à l’espace domestique79.

  • 80 A., Eu. 356. À la même époque à peu près Sophocle emploie ce mot pour qualifier une oie (χήν) : Fr (...)
  • 81 Voir Plu., Cor. 3, 4, 2 ; etc.
  • 82 Hp., Vict. 2,49.
  • 83 Ph., Spec. I, 162, 4. Cette phrase offre plusieurs difficultés car le partage entre la valeur conn (...)

26Eschyle est le premier auteur chez lequel se rencontre ce terme dans un sens peu courant puisqu’il semble signifier “domestique”, à propos d’Arès - et de la dissension à l’intérieur de la famille des Atildes80. D’une manière générale, τιθασσóς a pratiquement la même extension que l’adjectif majeur de cette catégorie et s’applique aux hommes et aux plantes comme aux animaux81. Hippocrate détaille ainsi l’ensemble formé par τά ζῷα τά τιθασσά : “ceux qui paissent dans les bois ou qui paissent dans les champs, et ceux qui sont élevés sous abri (τά ὑλóνoµα καὶ ὑγρóνoµα, τά ἒνδoν τρεφóµενα)”82. Ce mot s’applique en effet aux animaux de pacage et aux animaux familiers, et donc en priorité au bétail. Il s’agit d’une appellation assez floue et l’adjectif n’est substantivé que deux fois, une fois à propos d’arbres, avec la valeur exacte d’ἣµερoς, et une fois à propos d’animaux de façon accidentelle : “la colombe et la tourterelle, puisque la colombe est le plus doux des oiseaux naturellement grégaires et paisibles (τῶν φύσει τιθασῶν καὶ ἀγελαστικῶν), et la tourterelle le moins farouche (τιθασώταoν) des oiseaux solitaires”83.

  • 84 L’adjectif νωδóς qui signifie littéralement “édenté” fait partie du vocabulaire de la comédie (4) (...)
  • 85 L’adjectif ἐνoίκιoς ne s’emploie qu’une fois avec un nom d’animal : ἐνoίκιoς ὂρνις (A., Eu. 866).
  • 86 Voir D.H. (13+13), J. (16+19), Ph. (64), Th. (4+13), etc. De même l’adjectif χρήσιµoς est très peu (...)

27Signalons brièvement des adjectifs synonymes sans vraie valeur classificatoire : νωδά [nôda] (21/59) ne correspond à ἣµερα qu’en une occasion chez Plutarque84, et les adjectif ἐvoίκιoς [enoikios] et ἐvoικίδιoς [enoikidios] (28/62) qui sont d’un usage relativement tardif ne s’appliquent qu’exceptionnellement aux animaux85. Les adjectifs ὑπoχείριoς [hupocheiros] (685) et son doublet poétique χείριoς [cheirios] (10), ainsi qu’ὑπήκooς [hupêkoos] (1340) d’usage beaucoup plus étendu ne s’appliquent pas non plus aux animaux. Ces deux termes, présents surtout dans la littérature historique et théologique, caractérisent des peuples ou des cités qui sont aux mains d’un ennemi (ὑπoχείρια) ou qui lui sont assujettis par un contrat officiel ou tacite (ὑπήκoα)86.

  • 87 Voir Appendice (Hdn., Hésych., etc.). Eustathe donne comme synonymes d’ἣµερoς :χείριoς, ὑπήκooς, τ (...)

28Ainsi aucun des adjectifs qui sont présentés par les dictionnaires ou par les lexiques et lexicographes byzantins comme des synonymes d’ἣµερoς n’a assez d’ampleur ou offre suffisamment d’emplois substantivés pour constituer véritablement un nom de classe87.

Notes

1 Ptol., Tetr. 2, 8,7.

2 Pour l’opposition explicite entre πóλις et ὰγρóς, voir par exemple Hom., Od. 1, 185 et 189-190 ; ibid. 11, 188 ; etc. Cf. aussi Chantraine, DELG. s.v. ἂγριoς.

3 Cf. Schol. à S., O.T. 1103 : champêtres (ὰγρóνoµoι) : là où se nourrissent les bêtes sauvages, c’est-à-dire les bêtes non domestiquées (τά µὴ ἣµερα θηρία)”. Dans Sophiste 222 b Platon ne distingue les animaux domestiques et les animaux sauvages qu’après avoir séparé les marcheurs des autres animaux ; cf. Arist., HA 602 b 15 et HA 595 a 13 (τά δὲ κεραπώδη. τῶν ζῴων, καί ἣµερα καί ἂγρια).

4 Les plus anciens textes grecs témoignent déjà de cette extension métonymique ; cf. Horn., Il. 19, 30 où Homère appelle les mouches (µνίας) des ἂγρια ϕῦλα. Cf. HA 544 a 25, à propos des oiseaux.

5 Le mot ἂγρα s’applique non seulement à la chasse aux herbivores sauvages mais également à la chasse aux oiseaux et même à la pêche ; il en va de même pour θὴρα (voir Pl., Lg. 823 b 3 ; cf. Id., Sph. 220 a 5 sq.).

6 Voir Arist., HA 544 a 25 ; Id. 564 b 5 ; Id. 571 b 26 ; Id. 594 a 25 ; Id. 606 b 7 ; Id. 616 b 2 ; Id. 611 a 15 ; Id. 630 b 18 ; Id. 632 b 3 ; Id., GA 786 a 31 ; cf. Ath. 1, 9 d. Toutefois Aristote vise aussi par ce mot les poissons (HA 642 b 31).

7 Horn., Il. 5,52.

8 Pour τὰ ἂγρια seul voir Hp., Vict. 3,81, 15 ; Platon (7) ; Xénophpn (2) ; Aristote (18) ; Eratosthène, Cat. 1,28 ; Machon, Fr. 15,241 ; Apollod. 2, 107, 2 ; Ph. (3) ; Epict., Fr. 31,25 ; etc.

9 Cet adjectif a des emplois innombrables qu’il est inutile d’indiquer ici puisque ses connotations générales sont relativement sommaires. Lorsqu’il est appliqué à des hommes il signale la barbarie et peut être rendu parfois par “inhumain” (voir Hdt. 4, 191, etc.) ; il s’applique aussi à une terre inculte (Pl., Phd. 113b ; Id., Lg. 905 b ; etc.).

10 Ainsi les lions (E., Ion 1162), les serpents (Id., Andr. 269), etc.

11 Élien donne un portrait du buffle d’Éthiopie qu’il présente comme le plus ἂγριoς de tous les animaux : il est carnivore, invulnérable, agressif à l’égard de tous les animaux, domestiques comme sauvages, et présente une monstruosité : ses cornes sont tantôt rotatives, tantôt fixes (Ael., NA 17,45).

12 Pl., Plt.264 a 3.

13 Arist., Pr. 895 b 31 (cf. aussi, encore plus lapidairement Pr. 896 a 4 : τò δὲ ἣµερoν βέλτιoν, τò δὲ ἂγριoν φαῦλoν).

14 HA 488 a 26 ; cf. Id., PA 643 b 4.

15 Arist., Pr. 895 b 23.

16 Entre deux variétés d’animaux également “sauvages”, la plus agressive ou la plus coriace peut être distinguée par l’adjectif ἂγριoς (cf. pour les poux : Arist., HA 557 a 5, oί ϕθεῖρες oί ἂγριoις). L’adjectif a aussi le sens d’asocial, farouche, misanthrope (= ἂµικτoς, Hp., Aër. 116, 110 ; cf. Hésychius : ἂγριoς : ἂµικτoν, άνήµερoν).

17 Voir Aristote, Pr. 924 a 21 : “on les appelle cultivés (ἣµƐρα) parce qu’ils profitent d’un art, comme s’ils étaient éduqués (παιδενóµsεα) ; au contraire les produits qui ne le peuvent pas ou qui se forment dans des conditions opposées, ces produits sont sauvages et ne veulent pas pousser dans un terrain travaillé”. Théophraste à lui seul utilise 115 fois le mot ἂγριoς dans ses ouvrages de botanique (contre 47 pour Aristote, tous textes confondus). Il semble d’ailleurs que les emplois botaniques soient à la fois plus rigoureux et plus pertinents, sinon plus anciens. Voir τὰ δένδρα τὰ ἂγρια (Hdt. 3, 106 et 3, 114 ; cf. P., Fr. 46) ; et plus tard, les plantes sauvages opposées aux plantes cultivées : X., Oec. 1,16, 5,3 ; Id., Cyn. 1, 5, 5 ; Thphr., HP 1, 4, 1 ; etc. Cf. l’expression consacrée “λάχανα ἣµερα” qui désigne les plantes potagères (æsop. 121 ; Ar., Plut. 298 & Thesm. 456 ; Hp., Mul. affect. 1, 115, 23 & 1,118, 18 ; Philostr., Her. 711, 8 ; Gal., Aliment, fac. 6,686, 4 & 12, 128,16 ; etc. Parfois λάχανα seul est opposé à τά ἂγρια : Cratin., Fr. 313 ; Épicur. 11,15 ; Thphr., HP 1, 3,1 ; etc.). Ainsi on ne rencontre nulle part de définition des (ζῴα) ἂγρια comme c’est le cas pour les (ϕντά) ἂγρια (cf. supra ; voir Arist., Pr. 926 a 31 et Gal., Aliment, fac. 6, 619, 6 : “tous les hommes qualifient ordinairement de sauvages les plantes qui poussent dans la campagne sans être l’objet de soins agricoles”.

18 Ce mot a les mêmes connotations que l’adjectif ἂγριoς, mais elles se trouvent renforcées du fait qu’il souligne, d’ordinaire, la situation scandaleuse d’une réalité qui, normalement, n’appartient pas au domaine de la sauvagerie. Le mot θήρ dont l’adjectif est dérivé a d’ailleurs un sens beaucoup plus nettement péjoratif.

19 Voir Arist., HA 502 b 4.

20 Voir Aret, S.A. 2, 11,7, 6 ; Gal., passim

21 Arist., PA 663 a 13.

22 Formé par adjonction du préfixe privatif (ά-, άν-) à l’adjectif ἣµερoς.

23 Ce mot est employé essentiellement pour des hommes avec le sens de “cruel”. Il qualifie de façon négative des êtres qui manquent d’humanité, et sont comme dégénérés ; cf. Anacréon, Fr. 1,7 ; A., Pr. 716 ; Ath. 10,415 b ; D.H. 1, 42, 2, 3 ; Str. 1, 2, 5, 26 ; etc. Héraclès est censé en avoir débarrassé les hommes : Orph., H 1, 12, 7. Il s’applique aussi à une terre inhospitalière : A., Eu. 14 ; Plu., Cam. 15, 3.

24 Voir Cyranides 2,40 : “la hyène est un animai quadrupède, farouche et à la nature ambiguë”.

25 Thphr., HP 8, 9, 2 ; Plu., 776 c 6 ; joint à ἄγριoι et à θηριώδεις : Épict., ap. Arr., Epict. 1, 3, 7 ; seulement à θηριώδεις : Plu., 518 c 10 ; Ph., Leg. Il, 11,11 ; ἀτíθασα : Ph., Contempl. 1,9,5 ;etc.

26 Ph., Contempi. 1,9, 5.

27 P., Décal. 78, 1.

28 Philon d’Alexandrie totalise à lui seul 41 des 75 cas recensés.

29 Æsop. 206, 1.

30 Voir D.S. 3, 35, 5, 5 (ἀγριώτατα ταῦτα τἀ ζῷα καì παvτελῶς άτιθσευτα) ; et, de façon encore plus nette, J., B.J. 6, 336, 2 (...καὶ δíκην τῶν ἀτιθασεύτων έρπετῶν τoῖς σαίvoυσι τòv ἰòν ἐvαφήκατε).

31 Ph., Praem. 88,3. C est le seul cas d un emploi substantivé. L adjectif accompagne souvent le mot θηριov (Ph., Mos. 1, 109, 4 ; Id., Spec. III, 103,7 & IV, 119,2 ; Id., Ios. 36,2 & 25, 8, où il renforce l’adjectif σαρκoβóρoς). Il est également souvent lié à άνήµερoς (Ph., Leg. 11, 1, 2 ; Id., Contempi. 9,5) qui est, selon Hérodien, son synonyme le plus proche (Orthogr. 3, 2,480).

32 Hp., Aff. 52, 22 ; Id, Mul. Aff. 11, 70. Dans les deux cas ces viandes sont opposées à celles que fournissent les animaux domestiques (τv ἡµέρων) ; cf. également Str. 11, 13, 11, 13 & 15, 1, 44, 14 (κρέασι θηρεoις/ ἣµερα θρέµµατα) ; ibid. 11, 5, 6, 7 & 12, 3, 18, 15 (θηρείωv ασρκῶν) ; X., Cyr. 1, 3, 6, 4 (κρέα θ./ τv ἡµέρωv)) ; etc. L’adjectif renvoie à la chasse chez les Tragiques (A., Ch. 232 ; S., Tr. 1059).

33 Le mot θήρεoις comme adjectif naturel de ὁ ó θήρ (τò θηρίoν) a d’ailleurs un sens légèrement distinct d’ἂγριoς.

34 Sor., Gyn. 1,51,2.

35 Ath. 12, 549 f (& Ath. Epit. 2,97) ; cf. Pap. Lond. 3,1159,73.

36 Voir Pl., R. 589 b 2 ; Pseudo-Arist., Mu. 401 a 8.

37 Re rustica 6, praef 6.

38 Il s’applique à des terres marquées par la présence de l’homme et travaillées (Hp., Aër. 12) ; Aristote oppose les régions acquises à l’homme aux régions montagneuses ou boisées : τά ὂρεινα assimilés à τά ὑγóvoµα (HA 624 b 28). Pour cette classe la même réflexion que nous faisions à propos d’ἂγριoς s’impose sur la plus grande pertinence de cette distinction dans le domaine botanique (cf. Emp., Fr. B 154, 18 : ἡµέρωv καρπῶv ; Pl., Tim. 77 b ; X., Cyn. 1,5, 5, 8 ; etc. Théophraste emploie 92 fois l’adjectif, contre 32 dans l’ensemble des textes aristotéliciens.

39 Нom., Od. 15,162.

40 Il est toutefois utilisé parfois de façon quasi redondante dans la poésie.

41 À ces oiseaux se joignent éventuellement des colombidés (Arist., HA 488 a 27 ; cf. Keller, 1887,286 sq.). L’oie n’apparaît pas comme animal domestique dans le monde mycénien et fait son apparition dans l’Odyssée (voir Keller, 1913, t. II, 221) ; on ne trouve pas de coq avant le vr siècle en Grèce (Keller, 1913, II, 132).

42 Hp., Vict. 2, 49. Ce n’est pas le seul exemple dans le corpus hippocratique (voir Mul. Affect. 11,69).

43 Pl., PU. 264 a 5 & 265 b 8, e 4 ; voir aussi Id., R. 589 b, 620 d 5 ; Id., Crit. 114e 8 ; Id., Sph. 222 b 5 ; etc.

44 Arist., HA 521 b 30 ; Id. 602 Ы5 ; Id., PA 661 b 6 ; Id., É.E., 1236 b 8 ; Id., Pol, 1254 b 11 ; Id. 1256 b 17 ; Id, Oec, 1343 b 15 ; cf. aussi X., Суп. 1,5, 5 ; Id., Cyr., 3, 6, 4.

45 Hésychius donne pour unique définition de ἣµερoς : πρᾷoς

46 Contrairement à ce qu’affirme É. Cougny & É. Saglio (Darembert & Saglio, DAGR, I, p. 689 a) les Grecs n’ont jamais nettement distingué les cicures (mansuetae) et les pecudes (domesticae). Les adjectifs ἐνoίκια et ἐνoικίδία qui sont donnés comme des traductions de mansuetae bestiae sont d’emploi rare et tardif : ἐνoίκιoς (28/62) n’est appliqué qu’une seule fois à un animal, comme adjectif (ἐνoίκις ὂρνις : A., Eu. 866) et ἐνoικίδιoς apparaît seulement avec Clément d’Alexandrie (τά σκεύη. τά ἐvoικίδια : Pœd. 1, 436). Du verbe συνανθρωπεύειν est tiré un participe συνανθρωπευµóεα qui peut à l’occasion, soit comme participe, soit comme adjectif, caractériser un animal domestique (voir Arist., HA 542 a 27 ; Id. 599 a 21 ; cf. Thphr., HP 3, 2, 2).

47 Arist., Fr. 398, 16 : τῶν ἡµέρων καὶ συντρóφων.

48 Cf. X., Mem. 2, 3,4 ; Luc, Lex. 6 (ὂρνις) ; Plu., Aem. 10 (κυvίδιoν) ; X., Éph. (8) ; etc.

49 Une seule fois il apparaît substantivé dans une formule, fréquente par la suite, ou l’adjectif est associé à συvήθης : τά σύντρoφα καὶ συνήθη. (Arist., HA 629 b 11 ; cf. Ar.Byz., Épit. 2, 163). Cette expression, dans un passage consacré au lion, vise les animaux sauvages qui ont partagé le même espace que cet animal et ne s’applique donc pas à des animaux “apprivoisés”.

50 Æsop. 129, 3 ; cf. Hdt. 2, 65 : σύντρoφα τoῖσι ἀνθρώoπoισι.

51 Pour la colombe, voir Ph., Her. 234, 1 ; pour le lion, voir Arist., HA 629 b 11 et note supra.

52 L’homme est le σύντρoφoς du troupeau : Pl., Plt. 267 e 5.

53 Them., Or. 10, 9, 3 : τῶν ἡµέρων καὶ συντρóφων ζῷων (cf. Pl., Lg. 821 a 5 ; Lg. 669 d 7 ; Cat. Maj. 5,4, 3) ; voir aussi Epict., ap. Arr., Épict. 4, 11, 31 : τά ζῷα τά ἀvθρώπoις σύντρoφα qui est détaillé par κύων et ἵππoς.

54 La moitié des cas où ce mot est appliqué à un animal se trouve chez Galien (9/32) et Dioscoride (6/32).

55 Oiseaux de basse-cour (ὂρνιθες) : Ar.Byz., Épit. 2, 388 ; Nic, Ther. 196 & 558 ; Dionys., Av. 1, 7 ; Id. 1,16 ; Id. 1, 29 ; Clem. Alex., Str. 3, 24, 3 ; et spécialement les colombes (περιστερά) : Gal, Vict. Att. 58,3 ; Hdn, Phil. 1, 50, 1 ; Sor., Gyn. 2, 25, 2,3 ; et les perdrix [πέρδιζ : Archig., Fr. 24,34.

56 Voir Cyranides 3, 34 : “l’oiseau domestique (κατоικίδιoς) que l’on appelle aussi la poule est bien connu de tout le monde” (voir Id. 3, 3 : ἀλέκτωρ).

57 Democr., Fr. B 300, 7 a, 8 ; Ar.Byz., Épit. 2, 387 ; Dsc. 2, 25, 1. On sait que la belette était apprivoisée en Grèce (cf. Keller, 1913, t. I, p. 164) ; Aristophane de Byzance l’oppose à la fouine (ἰκτίς) qu’il appelle ἂγρια γαλῆ.

58 Or. Chald. 1, 224, 3.

59 Antig. 137, 1, 3 ; Plu. 730 b 6 (= Arist., Fr. 375) ; Gal., Simp. med. 12, 263, 5 ; Dsc. 2,69, 1 ; Bolos 7 ; Cyranides 2,26 ; Sor., Gyn. 1, 41, 1 , etc.

60 La punaise (κóρις) : Ar.Byz., Épit. 1, 115 (cf. Arist., Fr. 375) ; la blatte (σίλΦη) : Dsc, Eup. 1, 54, 4 ; le cloporte (ὂvoς) : Gal., Comp. med. 12, 634, 2 ; Dsc, Eup. 1, 54, 4.

61 Ils ne sont pas non plus des animaux “ domestiques”. Précisons que les oiseaux nommés font partie de l’oἶκoς au sens large, même si les colombes, par exemple, pouvaient être des oiseaux d’appartement.

62 Voir Darembert & Saglio, t.I, p. 689 sq. Pour τά κυvίδια Mελιτταῖα voir Arist., HA 612 b 10 ; Str. 6, 2, 11 ; Artem. 2, 11 ; etc. Le sens de Mελιταῖoς n’est pas sûr : on y voit souvent l’adjectif correspondant à Mελίτη (Malte, mais l’île dont était originaire cette race de chiens de compagnie gloutons mais très appréciés (voir Alciphron, Lettres 2, 19, 3) était sans doute plutôt Méléda, une île de l’Adriatique (voir Pline, NH 3, 26, 152).

63 Galien nous rapporte que le type de colombes qui s’oppose aux κατоικίδια est appelé de différentes façons : νoµάδες (Gal., Simp. med. 12, 302,5), βoσκάδες (Id., Comp. med. 13, 515, 1), ou encore αἱ ἐκ τῶν πύργων (Id., Vict. Att. 58, 3). Les deux premiers termes évoquent le bétail et indiquent un élevage extensif, à la campagne ; le dernier terme, qui désigne un espace clos coupé de la maison, signale peut-être, à l’instar de nos pigeonniers, l’usage des colombes comme moyens de transmission et renverrait donc également à l’espace extérieur.

64 Ph., Virt. 19, 4 (et D.H. 3, 53, 2, 3, où l’opposition est la même mais n’est pas exprimée par πoλιτικóς) ; cf. Ph., Spec. I, 4, 226, 1. Outre βίoς le mot peut qualifier des hommes : D.H. 5,25, 1,4 (ὂχλoς) ; Hp., Art. 1, 78, 6 (τιvες) ; etc.

65 Voir E., Andr. 818 ; S., Él. 372.

66 Ar., Ec. 151, 584 (cf. E., Cyc. 250 ; etc.)

67 Dans six cas sur huit (cf. infra), et dans quatre cas il est épithète.

68 À propos d’oiseaux de basse-cour : Ar.Byz., Épit. 2, 383, 1 ; Arist., Fr. 253 ; Ael., NA 7,7 (où le coq est donné en exemple ; voir Id. 2, 30 et 5, 50) ; à propos de perdrix dressées pour servir d’appât : Plu., Syl. 28, 3, 6 ; à propos d’un oiseau “habitué à la chasse” : Opp., H 4, 122 ; à propos d’oiseaux ordinaires : Ar., Av. 272.

69 Paus. 5,27, 4, 5 ; Id. 3,14, 10,2.

70 Pour une pareille liste d’animaux cf. Luc, Syr. D. 41,4 ; pour les serpents : Agatharch., Fr. Hist. 78 ; Plu., Alex. 2, 9, 3 ; Ael., NA 17, 5 ; pour les anguilles : Plu. 976 a ; pour le lion : D.S. 1,48 ; pour les poissons : Ael., NA 8,4 ; Id. 12,29 ; Id. 12,30 ; Id. 13,17 ; pour des paons : Ael., NA 13. 18 ; pour des oiseaux : Dionys., Av. 3,1 ; pour des éléphants : Ael., NA 3,46 ; etc.

71 Plu., Demetr. 6, 4 : καθάπερ τά ζῷα χειρoήθης γενóµενoς ; cf. Philon qui décrit la métamorphose, au moment de la création, des bêtes les plus sauvages (ἀγριώτατα) en animaux totalement soumis (χειρoηθέστατα) à la simple vue de l’homme : Opif. 1, 83, 6.

72 Voir X., Hip. 2, 3,1 (πῶλoς) ; D.C. 66, 25, 2, 5.

73 Hdt. 2,69.

74 J., AJ. 46,5.

75 Ainsi la femme d’Ischomaque est, de l’aveu de son mari, χειρoήθης (X., Oec. 7, 10, 3) ; cf. D. 3, 31. Il est même utilisé à propos d’un dieu, Apis, représenté il est vrai sous la forme d’un veau, par Cambyse qui se demande si le dieu est “conciliant” (Hdt. 3, 28) ; etc. Pour le sens large voir Plu., Num. 15, 1 (πóλις) ; Id., Publ. 10, 7 (ἀρχή) ; Id., Phil. 9, 14 (ὅπλα). Se dit également d’événements (Id., Mar. 16,4), du souffle et du sang (Plu., 506 b).

76 Plu., 994 b 5 et CD. 66, 25, 2, 5.

77 Voir aussi le terme τιθασσευικά “des animaux doux et domesticables (τιθασσευικά) comme l’éléphant” (Arist., HA 488 b 22).

78 Pour le lion : Ar.Byz., Épit. 2, 159 ; Ael., NA 12,23 et Id. 17,26 ; le léopard : Ael., NA 15,14 ; le singe : Ael., NA 16, 10 ; le renard : Ael., NA 4, 26 ; le cerf : Arist., HA 540 a 8 ; l’éléphant : Id. 610 a 25 ; la souris : Ael., NA 12, 5 ; les serpents : Luc, Alex. 1, 7, 3 (ἡµέρoυς καὶ τιθασσούς; Ael., NA 4, 36 ; le loup de mer (λάβραξ) et l’anguille (ἔγχελυς) : Nymphodore ap. Ath. 8,330 e ; les poissons : Hdn., Pros. att. 3, 1, 200, 24 ; Ael., NA 12,30 et Id. 14,1 ; la perdrix : Æsop. 23 & 205 ; Arist., HA 614 a 9 ; Str. 1, 14, 2, 5 ; Ael., NA 4, 16 ; le canard (vivrai) et la mouette (αἴθυια) : Thphr., Fr. 6, 28, 2 ; le paon : Alexis, ap. Ath. 14, 654 f ; la colombe (περιστερά) et la tourterelle (τρυγών) : Ph., Spec. I, 162, 4 ; voir Ael., VA 1, 15 ; différents oiseaux : Ael. NA 4, 16 ; Id. 17, 46 ; etc. Voir Plat., Pit. 264 c sur l’élevage de poissons pratiqué en Grèce comme ailleurs.

79 Voir Ph., Sacrif. 1, 104, 5 (à propos du bétail) ; cf. aussi par exemple X., Éphes. 4,6, 6 (κύνες τιθασὶ καὶῆµεροι).

80 A., Eu. 356. À la même époque à peu près Sophocle emploie ce mot pour qualifier une oie (χήν) : Fr. 866.

81 Voir Plu., Cor. 3, 4, 2 ; etc.

82 Hp., Vict. 2,49.

83 Ph., Spec. I, 162, 4. Cette phrase offre plusieurs difficultés car le partage entre la valeur connotative et le sens proprement dénotatif du terme n’est pas clair : Philon ne semble pas établir une distinction de statut entre la colombe et la tourterelle mais brise la symétrie en écrivant μoνωτικῶν en face de τιθασν qu’on n’a cependant aucune raison de prendre pour un synonyme ni pour un contraire. Pour les arbres voir Plu., Cor. 3,4 où il est opposé à ἂγριoς.

84 L’adjectif νωδóς qui signifie littéralement “édenté” fait partie du vocabulaire de la comédie (4) ou il s applique aux hommes. Anstote (5) le connaît mais remploie dans cette seule acception ; Plutarque (4) le substantive une fois avec son sens littéral : τά δ’ βλαβ καἰ χειρoήθη καἰ κεντρα καἰ νωδά (Plu. 994 b 5).

85 L’adjectif ἐνoίκιoς ne s’emploie qu’une fois avec un nom d’animal : ἐνoίκιoς ὂρνις (A., Eu. 866).

86 Voir D.H. (13+13), J. (16+19), Ph. (64), Th. (4+13), etc. De même l’adjectif χρήσιµoς est très peu employé pour caractériser des animaux et jamais de façon discriminante pour désigner les animaux domestiques.

87 Voir Appendice (Hdn., Hésych., etc.). Eustathe donne comme synonymes d’ἣµερoς :χείριoς, ὑπήκooς, τιθασóς, χειρoήθης, χρήσιµoς (in Od. 2, 107, 32).

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540