Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Concurrence des passés

 | 
Maryline Crivello
, 
Patrick Garcia
, 
Nicolas Offenstadt

Enjeux locaux, impasses supranationales

Introduction

Patrick Garcia et Christian-Marc Bosséno

Texte intégral

  • 1 D. Fabre, « L’histoire a changé de lieux » in A. Bensa et D. Favre, Une histoire à soi, Paris, Édi (...)

1« L’histoire a changé de lieux ». Cette caractérisation de la scène contemporaine proposée par Daniel Fabre1 peut servir de fil conducteur pour présenter les contributions qui suivent.

  • 2 Cf. F. Hartog, Régimes d’historicité, Présentisme et expériences de l’histoire, Paris, Seuil, 2003.

2Elle souligne d’abord la démultiplication des émetteurs d’histoire et la diversité des échelles géographiques que ceux-ci mobilisent. Lieu par excellence d’un usage intensif de l’histoire, le national apparaît désormais comme une échelle parmi d’autres, souvent moins investie que le local ou le régional et fragilisée par l’émergence du supranational, que celui-ci prenne la forme d’une Europe politique en construction, de la mondialisation ou encore de références universelles. Or, à travers ce premier changement de lieux, c’est toute l’économie des mobilisations de l’histoire qui est bouleversée, inaugurant peut-être un type d’historicité où « rendre présent » voire « sortir du temps » l’emportent sur l’esquisse d’un devenir commun, où l’historique le cède au patrimonial2.

  • 3 C.-O. Carbonnell, Histoire et historiens. La mutation idéologique des historiens français, Toulous (...)

3Cette configuration nouvelle n’est pas sans effet sur les historiens professionnels, sur le lieu même de production du discours historique. Certes les sollicitations à leur égard se multiplient mais l’opération de clôture conduite par les historiens méthodiques à la fin du XIXe siècle3 – la constitution d’une communauté organisée autour d’une méthode commune, possédant ses modes de reconnaissance et d’agrégation et tranchant ses débats selon des procédures spécifiques – est remise en cause. Elle est fragilisée tant par la démultiplication des producteurs d’histoire que par la concurrence des associations à vocation mémorielle ou patrimoniale. Nombre de contributions témoignent du désarroi des historiens confrontés à une intense demande sociale mais dont la parole, bien que sollicitée, a du mal à s’imposer.

L’embellie des échelles infra-nationales

  • 4 J.-F. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996 et A.-M. Thiesse, I (...)

4Comme le montrent, notamment, les travaux de Jean-François Chanet ou de Anne-Marie Thiesse4, l’échelle locale n’a jamais disparu autant qu’une certaine critique convenue de la centralisation et du « jacobinisme » français l’affirmait volontiers. Au reste ce qui est vrai pour le récit national, où l’amour de la grande patrie était censé se nourrir de celui porté à la petite, l’était tout autant du récit de classe. Ainsi en 1939, quand, dans la suite du Front Populaire, le PCF se pose en continuateur de l’histoire nationale et de ses combats émancipateurs, sa direction préconise d’organiser les commémorations locales du cent-cinquantième anniversaire autour de figures locales de la Révolution française. L’émergence de cette échelle n’est donc pas, en elle-même, nouvelle et ne suffit pas à individualiser les trente dernières années.

5Toutefois l’articulation du local au national s’est profondément modifiée. Alors que l’exaltation du local participait d’un enracinement dans le national ou était l’une des dimensions du combat de classe, ce qui change, au cours des dernières années, c’est la promotion du local pour lui-même. L’idéal d’une complémentarité hiérarchisée, selon un principe de dignité et d’importance, des échelles géographiques tend à laisser place au mieux à un rééquilibrage au profit des échelles les plus proches, parfois à une concurrence. L’apparition puis la diffusion d’une signalétique locale, dont le département de la Vendée a donné l’exemple, bientôt suivi de toutes les collectivités territoriales des conseils régionaux ou départementaux jusqu’aux communes – même de taille restreinte –, en constitue un indice, à tel point que l’État a récemment été contraint de repenser sa propre image et d’imposer à l’ensemble de ses services un logo unique pour réaffirmer sa présence.

6On peut voir dans cet éclatement symbolique un effet des lois de décentralisation qui conduit chaque unité territoriale à affirmer une identité propre. Mais l’Europe y contribue aussi fortement, qu’il s’agisse de la Charte sur les langues régionales de 1992 dont Marc Bergère montre l’incidence en Bretagne comme point d’appui aux revendications des autonomistes ou bien des programmes transfrontaliers qu’analyse Anne-Marie Granet-Abisset. Exister dans l’Europe dite des régions impose aux collectivités territoriales de mettre en avant leur spécificité.

7Cette logique d’individuation d’un territoire et d’une collectivité au sein de l’ensemble national et européen est l’un des vecteurs de mobilisation de l’histoire.

8On la retrouve dans l’exemple alpin exposé par Anne-Marie Granet-Abisset où la mémoire et l’histoire des Escartons, institution communautaire née au XIVe siècle, est réinvestie pour inverser l’image des territoires alpins concernés et les poser comme étant – depuis toujours – un espace très individualisé, marqué par une tradition démocratique et à vocation transfrontalière, quitte à annexer des zones étrangères à ce phénomène pour les intégrer au découpage administratif contemporain et faire des Escartons une « version historicisée de la Communauté de la haute Durance nouvellement créée ».

  • 5 A. Micoud (textes rassemblés par), Des Hauts-Lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Pari (...)
  • 6 Le commentaire de la vidéo qui se trouve sur le site du Conseil général de Vendée présente l’écriv (...)
  • 7 Cf. la contribution de L. Vadelorge ci-après.
  • 8 Cf. la contribution de M. Crivello ci-après.

9Sans minimiser leur dimension pédagogique, le Mémorial de Caen ou Centre mondial de la paix de Verdun présentés par Denis Maréchal participent de la même politique d’affirmation du lieu et tendent chacun à s’ériger en un haut-lieu chargé d’exemplarité5 presque un « hors-lieu » marqué du sceau de l’universalité. Sous d’autres formes, et avec un autre contenu, on trouverait la même volonté dans l’élévation de la Vendée au rang de terre martyre qui vaut au Mémorial de Vendée, érigé sur la commune des Lucs-sur-Boulogne théâtre d’un massacre en 1794, d’être inauguré par Alexandre Soljenitsyne le 27 septembre 19936. À un moindre degré, cette stratégie de mobilisation de l’histoire, somme toute assez classique dans son principe, est aussi le fait des villes nouvelles7 ou encore de petites communes comme celles qui jalonnent la route Napoléon8.

  • 9 Cf. la contribution de C. Amalvi section suivante.

10L’histoire constitue ainsi un capital symbolique dont les élus peuvent user quitte à récupérer un mouvement de contestation initial, comme l’invention du « pays cathare » en fournit l’exemple9. Elle est une ressource dont usent aussi, une fois surmontées les réticences initiales, les chefs d’entreprises, comme le montre l’analyse d’Hubert Bonin et qui peut, dans ce cadre, servir d’argument aussi bien contre les nationalisations que pour soutenir que celles-ci ne modifient pas la dynamique historique de l’entreprise.

  • 10 Selon l’expression de P. Mauroy.
  • 11 Cf. J.-C. Martin, « Quand l’histoire fait son cinéma », Mots/Les langages du politique, n° 31, juin (...)

11On ne peut cependant pas réduire les usages contemporains de l’histoire à un marketing territorial et à une politique de communication. L’affirmation de ces nouvelles échelles, même si elle passe par le biais des communicants, n’est pas exempte d’engagement. Il suffit de penser au programme commémoratif développé par le département du Nord lors du Bicentenaire s’efforçant de marier « la mémoire et l’allant »10, ou au travail de mémoire conduit par la ville de Nantes pour affronter son passé colonial et esclavagiste (« Les anneaux de la mémoire ») ou encore à la façon de présenter la Vendée comme une terre de tradition et, grâce à cela même, d’innovation et de défi11.

  • 12 Cf. R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditio (...)
  • 13 Cf. P. Garcia, Le Bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémoration, (...)

12Tant et si bien qu’on assiste, en définitive, à des opérations de recomposition de récits locaux organisées suivant le même schème que les grands récits nationaux articulant étroitement un passé, un présent et un futur – soit les caractéristiques du régime d’historicité moderne12 – et sollicitant une histoire tout aussi plastique et téléologique que celle dénoncée par les critiques du mythe national. Le recours à l’histoire ne va pas, cependant, sans quelque prudence ou, pour le dire autrement, toutes les histoires ne sont pas pareillement propres à être instrumentalisées. L’étude des débats de l’assemblée départementale de Loire-Atlantique, que propose Didier Guyvarc’h, témoigne des embarras face à l’histoire et montre une prudence qui n’est pas sans évoquer celle dont l’État lui-même fait preuve. En définitive, les débats directement liés à des thèmes historiques sont rares. Dans le cas de ce dernier conseil général, ils concernent essentiellement la Révolution française et la mémoire de la Seconde Guerre mondiale à travers la question de l’attitude des nationalistes bretons face aux occupants. Dans les deux cas, c’est la pression de l’actualité – approche de la commémoration du bicentenaire de la Révolution française ou entreprises de réhabilitation conduites par les nationalistes bretons – qui impose à l’assemblée d’évoquer ces questions. En ce qui concerne la Révolution, comme nous l’avions constaté dans la plupart des départements13, il convient alors de distinguer les débats qui servent de marqueur idéologique au sein de l’assemblée – traduisant aussi des affrontements et des positionnements locaux complexes – et les délibérations plus consensuelles finalement adoptées – parfois à l’unanimité. Cette relative prudence s’exprime aussi dans l’analyse des nouvelles dénominations des rues et places provençales présentée par Jean-Marie Guillon. Celui-ci analyse les modifications significatives des noms de rue qui surviennent lors des changements de majorité et témoignent de la volonté d’inscrire le changement de majorité dans l’espace urbain jusqu’à, parfois, participer d’un programme proclamatoire alternatif. Il met aussi l’accent sur un autre facteur majeur des changements de dénomination ou des attributions de noms aux nouvelles rues et places : l’action des « porteurs de mémoire », principalement les associations d’anciens combattants ou de rapatriés d’Afrique du Nord. Il reste cependant significatif que la tendance la plus forte que décèle Jean-Marie Guillon soit d’opter pour des dénominations neutres – animaux, plantes, artistes –, de préférence provençaux, rompant ainsi avec une tradition de mobilisation de l’histoire.

13Ainsi s’il n’y a pas forcément de disjonction totale avec l’histoire nationale, si les usages locaux du passé s’accrochent parfois aux points nodaux et conflictuels de cette histoire celle-ci, est le plus souvent acclimatée, « bricolée » pour être rendue propre à ce qu’on en attend.

14Les enjeux peuvent être plus intimes voire existentiels. Comme le montrent plusieurs contributions à travers la multiplication des spectacles historiques ou des éco-musées c’est la question de la construction d’une identité collective, volontiers intemporelle, qui est posée. « Se souvenir de ce que nous sommes » est un leitmotiv des brochures présentant les spectacles ou des déclarations d’intention qui président à la réalisation des « maisons du patrimoine ».

  • 14 Cf. « Les racines du succès : la célébration des vertus du lieu lors du bicentenaire de la Révoluti (...)

15L’histoire alors convoquée confine à un récit des origines. Ainsi la fête analysée par Guillaume Mazeau, qui se déroule en 1993 à Omonville-la-Rogue dans le Cotentin, s’intitule « Omonville 50 ans avant Jésus Christ ». Elle participe, comme beaucoup des spectacles étudiés par Maryline Crivello, de ces grandes « fresques historiques locales » s’inscrivant dans « une durée historique de 1000 à 2000 ans » qui proposent un récit des « ancêtres ». Que ces spectacles s’accrochent à une période ou à un événement particulier n’en modifie pas forcément le sens. Ce qui importe, c’est que le dynamisme de ces évocations du passé contraste, comme le note Guillaume Mazeau, avec la tiédeur qui accompagne les célébrations nationales annuelles. Au reste, les grands rendez-vous commémoratifs nationaux comme le Bicentenaire de la Révolution française sont souvent le prétexte à des déploiements de l’histoire locale exaltant les vertus du lieu et c’est très judicieusement que la Mission du Bicentenaire a proposé de faire de la plantation des arbres de la Liberté, rituel d’enracinement s’il en est, le geste central de la commémoration locale, et ceci avec le succès que l’on sait14.

16Fondés sur la collecte d’objets et de témoignages, les écomusées ou les musées de terroir mobilisent une échelle de temps comparativement plus réduite. Il s’agit néanmoins, selon d’Hervé Glevarec, d’une « fenêtre historique longue » – le temps imprécis des « grands-pères » – qui absorbe largement le XIXe siècle et entend restaurer une continuité. De ce point de vue, l’absence de datation des objets présentés dans ces « maisons du patrimoine » est, comme le souligne l’auteur de la contribution, un trait distinctif du projet qui le sépare nettement des musées historiques « classiques ». L’un des effets de ce dispositif est, comme la fresque historique, d’abolir le temps, de rendre présent.

17Au-delà de cette différence qui tient à la nature de la manifestation (exposition ou spectacle – ce dernier amenant à explorer par goût de l’exotisme et du dépaysement un passé plus lointain) il faut remarquer l’importance du thème de la vie quotidienne, aussi bien dans les spectacles que dans les musées de terroir – expression préférée par leurs promoteurs à celle d’écomusée. C’est bien souvent cette vie des « gens ordinaires » qui est donnée en spectacle et qui permet en retour d’inviter les spectateurs à « se regarder », voire à « s’admirer ». Des gestes relevant des métiers traditionnels sont fréquemment mis en scène. L’exemple extrême étant la construction, en temps réel et avec les techniques médiévales, d’un château à Guédelon en Bourgogne, réitération censée abolir le temps et donner en spectacle « un fragment de notre histoire qui vit encore »…

18Ainsi le geste de mémoire et la mémoire des gestes seraient capables de conjurer le temps et de ressusciter l’histoire, ambition que les historiens ont, pour leur part, abandonnée depuis longtemps.

Qui sont les acteurs et destinataires de ces entreprises ?

19La contribution d’Hervé Glevarec s’interroge, en ce qui concerne les musées du patrimoine, sur les initiateurs de ces gestes. L’auteur conclut qu’il faut « un certain habitus pour investir dans ce rapport au passé ». Comme d’autres contributeurs il souligne l’implication massive des retraités. Cela dit si les retraités sont nombreux ils ne constituent pas, loin s’en faut, l’ensemble de la population des associations. Dans le cas des spectacles vivants, à l’exemple des pays anglo-saxons, c’est toute une partie de la population voire la presque totalité qui s’investit dans la préparation et le déroulement. Tant et si bien que lorsque le spectacle de Montsecret (Orne), né dans la foulée de la préparation du Bicentenaire, est montré au Québec, il faut recourir à la gendarmerie pour surveiller le village déserté !

20Il y a là assurément une enquête à poursuivre et à approfondir tant ces réseaux jouent un rôle important et peuvent être le moyen d’obtenir ou de consacrer une reconnaissance au sein du groupe territorial concerné comme le montrent de nombreux exemples étudiés par Maryline Crivello.

21À ces mobilisations il faut, de surcroît, ajouter les groupes constitués autour du partage d’une expérience et d’une mémoire particulière comme ceux que met en scène Jean-Marie Guillon à propos des dénominations de rue.

  • 15 Cf. l’article de G. Mazeau ci-après.

22En l’absence d’études précises, les destinataires du geste ne se laissent guère mieux saisir. Certains sont les seuls habitants du lieu. Ce fut le cas pour nombre de spectacles donnés lors du Bicentenaire dont quelques-uns se sont déroulés le dernier samedi de juillet 1989 alors que les touristes venaient de partir et que ceux d’août n’étaient pas encore arrivés. C’est également le cas de ceux dont les acteurs parlaient en patois. D’autres, au contraire, participent aussi d’une politique touristique. Denis Maréchal rappelle ainsi que le Centre mondial pour la paix installé à Verdun a en outre pour objectif de pallier la baisse du tourisme de pèlerinage drainé par les institutions et les musées créés au lendemain du conflit. Toutefois, il semble bien exister une ligne de démarcation entre, d’une part, le recours exclusif à des professionnels, comme dans l’exemple de Saint-Vaast15 et d’autre part, une forte mobilisation de la population avec ou sans l’aide de professionnels. Dans ce dernier cas les motivations transparaissent nettement lorsque l’on interroge les habitants-acteurs. Un leitmotiv revient : il s’agit de se mieux connaître, de « faire quelque-chose ensemble » pour reprendre les paroles d’un des acteurs du spectacle de Montsecret, de tisser une nouvelle sociabilité. Ainsi à Omonville-la-Rogue la préparation de la fête devient un rituel d’agrégation qui permet de faire œuvrer ensemble les gens du lieu et ceux, bien plus nombreux, qui sont y sont venus avec la création de l’usine de traitement des déchets nucléaires de la Cogéma.

  • 16 J.-C. Martin et C. Suaud, Le Puy du Fou en Vendée. L’histoire mise en scène, Paris, L’Harmattan, 1 (...)

23La même dynamique se retrouve au Puy du Fou où les acteurs constituent, selon les souhaits de Philippe de Villiers, une véritable communauté qui possède son propre bulletin : le Puyfolais !16 Dans cette perspective, l’histoire est l’aliment de la réunion des gens du lieu, elle permet de tisser des liens entre les habitants et de les enraciner dans une histoire. Elle fonctionne là encore, mutatis mutandis, sur le modèle du récit national français à la Lavisse qui entendait, par le partage de l’histoire, faire de chacun, quelles que soient ses origines, un Français inscrit dans une généalogie héroïque ouverte par Vercingétorix… Il ne s’agit donc pas d’une simple mise en scène de l’histoire mais d’une véritable fabrique identitaire qui se donne pour but une « réappropriation collective » de l’histoire.

  • 17 P. Laslett, Un monde que nous avons perdu, Paris, Flammarion, 1969 (pour la traduction française).

24Les musées de terroir procèdent d’une démarche sensiblement différente puisqu’ils ne sollicitent pas le même engagement collectif – encore que l’on puisse citer des cas de restauration de villages désertés au début du siècle qui requièrent des mois de travail avant de devenir lieux d’exposition et de remplir leur fonction patrimoniale. Ainsi que les décrit Hervé Glevarec, ils sont d’abord un lieu de collecte avant de devenir un lieu de sélection et de présentation. D’après les enquêtes conduites par ce chercheur ils visent « deux publics significatifs les scolaires et les retraités » et tendent à faire découvrir ou redécouvrir, selon la formule de Peter Laslett sans cesse reprise, « un monde que nous avons perdu17 ». L’enjeu est alors de rétablir une continuité entre le passé et le présent et là encore, l’auteur y insiste, de mobiliser l’émotion, l’affect et de nouer un lien sensible. Les objets rassemblés sont un bien commun, une « fenêtre » ouverte sur un passé déclaré commun.

  • 18 Selon le titre de l’ouvrage dirigé par A. Bensa et D. Favre, op. cit.
  • 19 Selon la formule de G. Lenclud citée par J. Davallon, « Le patrimoine : une “filiation inversée” ? (...)
  • 20 G. Laferté, « Le spectacle historique de Meaux (1982-2000) : l’invention locale d’un modèle nation (...)

25L’enjeu est donc souvent la construction collective d’une « histoire à soi18 », l’invention d’une « filiation inversée19 » tant il est vrai que l’on est les héritiers des ancêtres que l’on désigne pour tels. Il n’en demeure pas moins, comme en témoigne l’exemple de Meaux étudié par Gilles Laferté, que les initiatives peuvent relever de plusieurs configurations en même temps : légitimation du personnel politique, création de liens et aussi promotion extérieure de la ville par le biais du spectacle20. Au demeurant comme les reconstitutions militaires, les maisons du terroir ou les spectacles historiques s’inscrivent dans un réseau plus ou moins formel où les expériences des uns servent à construire celles des autres en fonction des moyens propres dont les initiateurs disposent. Les échelles locales ne sont pas fermées sur elles-mêmes. Elles participent de la mondialisation dont leur émergence et leur affirmation est aussi un symptôme.

  • 21 Selon la formule d’Éric Hobsbawm. É. Hobsbawm et T. Ranger,The Invention of Tradition, Past and Pr (...)
  • 22 Selon la formule de B. Anderson, L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 1996.

26L’ensemble de ces manifestations, auxquelles il faudrait ajouter les fêtes, s’apparentent à une « invention de traditions21 », à la construction de « communautés imaginées »22. Elles manifestent un tropisme local fort que l’on retrouve y compris dans les contributions de Julian Mischi, de Xavier Vigna et de Vincent Porhel qui montrent comment le grand récit de classe se désagrège et comment s’affirme la valeur propre du lieu. Ainsi Julian Mischi analyse comment la stratégie d’enracinement du PCF dans l’Allier, abondamment fondée sur une exploitation de l’histoire locale des Jacqueries à la Résistance en passant par l’opposition au coup d’État du 2 décembre 1851, finit en un geste œcuménique qui associe toutes les strates de ceux qui ont un temps milité dans les rangs communistes et prend finalement la forme d’un geste historien. Vincent Porhel, quant à lui, montre comment la langue et les symboles bretons prennent progressivement place dans les luttes sociales de la région à partir des années 1970 et comment, notamment, l’appropriation de la révolte des Bonnets rouges permet au mouvement nationaliste breton de se refonder à gauche. Tandis que Xavier Vigna analyse l’épuisement d’une mémoire longue des combats ouvriers aux confins des années soixante-dix et quatre-vingt.

Un suprational évanescent

  • 23 Cf. la façon dont la Résistance est mise en avant comme geste fondateur quitte à reformuler le sens (...)
  • 24 Hormis la première – 1996 – qui évoque le discours que prononça Robert Schuman le 9 mai 1950. Elle (...)
  • 25 Au demeurant les historiens qui se sont attelés à proposer une histoire de l’Europe, dont Jacques (...)
  • 26 H. Rousso, « Das Dilemma eines europäischen Gedächtnisses » in Zeithistorische Forschungen, 3 / 20 (...)

27Si le national s’efface et si les collectivités s’inscrivent de plain pied dans un espace qui l’excède, la mobilisation de l’histoire à une échelle suprationale n’en est pas pour autant aisée. Faute d’un récit charpenté qui puisse susciter l’adhésion de militants venus des diverses traditions nationales l’enquête menée par Sylvie Ollitrault montre que les ONG procèdent à une mise en histoire minimale qui se limite, bien souvent, au geste des fondateurs et à quelques références universelles. L’étude des débats européens n’est guère plus probante. Comme l’analyse Sylvie Guillaume à l’occasion du débat autour de la ratification du traité de Maastricht, ce sont surtout les anti-européens qui utilisent l’histoire et opposent la naturalité des vieilles nations à l’artificialité de l’Union. De fait, l’histoire mobilisée par les partisans de l’Europe et par les institutions européennes elles-mêmes est une histoire courte qui remonte, le plus souvent, à la Seconde Guerre mondiale23. C’est le récit de la stabilité de cette partie du continent européen assurée par la coopération de plus en plus étroite entre les États que suscite la construction européenne. De façon emblématique aucune des affiches émises par l’Union pour célébrer la journée de l’Europe – le 9 mai – n’évoquent un événement de l’histoire européenne24, n’inscrivant celle-ci que sur le seul terrain de la promesse et de l’avenir. Ou, si l’histoire est convoquée, c’est celle d’une rupture dans le processus de civilisation qui tend à faire d’Auschwitz l’événement fondateur négatif de la construction européenne. De telle sorte que l’Europe ne présente pas de roman substitutif aux romans nationaux25 qu’elle participe à déconstruire à tel point, pour reprendre une formule d’Henry Rousso, que l’on semble proposer aux habitants de l’Union européenne de « renaître européens »26.

Histoire et historiens : « le temps des doutes » à l’échelle du local ?

  • 27 R. Chartier, Au bord de la falaise, Paris, Albin Michel, 1998 et G. Noiriel, Sur la « Crise » de l (...)

28Effet de focale ? Ce sont des historiens qui ont écrit ces contributions et la question des relations entre histoire locale et historiens professionnels traverse beaucoup de ces textes. À une autre échelle, elles disent les craintes fréquemment exprimées (notamment par Gérard Noiriel et Roger Chartier27) sur le statut contemporain de la parole historienne et la construction du récit historique. Elles posent également le problème de la frontière, parfois ténue, qui sépare ici professionnels et amateurs dans les modes de légitimation de l’histoire locale ou, pour choisir une catégorie plus large, de la mémoire collective des communautés considérées, la distinction étant parfois difficile à établir tant les cartes semblent brouillées entre histoire et mémoire.

Concurrences : la valeur de la parole académique en question28

  • 28 M. Crivello et N. Offenstadt traitent à une autre échelle de cette mise en concurrence du discours (...)

29À qui appartient, à l’heure du « tout patrimoine », le bien commun qu’est l’histoire, ce bien que la plupart des initiatives locales considérées ici entendent, précisément, « restituer » à des communautés qu’il s’agit de souder ou ressouder – voire de créer, dans le cas des villes nouvelles – dans une mémoire commune ? Qui peut valider ou infirmer le récit historique ?

30Loïc Vadelorge rappelle qu’il existe une longue tradition d’histoire locale à laquelle ont aussi contribué les œuvres des historiens universitaires. Cependant cette histoire qui participait, en raison de ses problématiques, d’un programme d’ensemble, n’était pas vraiment considérée comme relevant de l’histoire locale, celle-ci étant traditionnellement réservée aux érudits locaux et aux sociétés savantes.

31Cette situation a changé. Il recense, pour sa part plusieurs facteurs qui ont contribué à revitaliser cette historiographie : la diffusion dans les années 1980-1990 des travaux de la micro-histoire italienne qui a fourni une justification théorique, l’élargissement du nombre de producteurs d’histoire docteurs nouveau régime ou enseignants titulaires d’une maîtrise s’engageant dans des travaux sans pour autant poursuivre un cursus universitaire et l’accroissement de la demande sociale – en premier lieu celle des collectivités locales amatrices de publications et pourvoyeuses de subventions. Le constat est mitigé. Certes, la demande d’histoire locale a accru le nombre des travaux sollicitant des chercheurs de plus en plus nombreux mais cette généralisation entre en concurrence avec la multiplication des discours historiques émis par d’autres institutions et organes.

32Dans le cadre de cette expansion de la production d’histoire, l’historien professionnel n’apparaît plus que comme un intervenant parmi d’autres et se trouve confronté, avec un avantage académique réduit, tant aux porteurs de mémoire qu’aux non-professionnels qui ont bénéficié d’une formation universitaire, sans compter les nouveaux vecteurs du discours sur l’histoire, à commencer par les médias. Tous participent d’un marché de l’histoire en forte expansion dans lequel les historiens sont en en porte-à-faux.

  • 29 M. DeCerteau, L’invention du quotidien, Arts de faire, tome 3, UGE, 1980 ; rééd., Paris, Gallimard (...)

33En effet, les sensibilités qui s’expriment font de l’Histoire non pas une culture savante mais une véritable pratique sociale et culturelle, « où le quotidien [le passé ? suggère Maryline Crivello] s’invente par mille manières de braconner29 ». Ce « braconnage », souvent éloigné des grands conflits contemporains et qui s’attache fréquemment à un temps médiéval mythifié ne serait-il pas, comme le soutient cette histoire, un moyen d’échapper non seulement au présent mais encore à l’histoire elle-même ?

34Autant de vecteurs qui ramènent l’histoire à sa plus simple définition de récit collectif, de scénario libre de droits dans lequel chacun peut puiser à loisir et contribuent à constituer une mémoire composite, où l’historien « professionnel » joue souvent un rôle purement subsidiaire – ou pas de rôle du tout, lorsque cette mémoire entend précisément réagir contre une « histoire officielle » imposée par les institutions académiques ou nationales, une « grande histoire » que l’histoire locale aurait pour vocation de contredire et corriger. Si le concours et l’expertise de l’historien restent indispensables aux « grands travaux » de mémoire régionaux à vocation nationale comme le Mémorial de Caen et le Centre mondial de la paix de Verdun, le rôle traditionnel de l’historien semble singulièrement battu en brèche par de nombreuses initiatives locales.

35À ce titre, le choix de faire débuter la période étudiée à l’orée des années 1970 semble particulièrement opératoire ici, tant la décennie 1970-1980 a été celle de la construction de « contre-cultures » et de « contre-récits » de nature régionaliste, visant à une « décolonisation de la province » mais aussi d’un ébranlement poursuivi des autorités et des institutions.

36Il en résulte, pour les historiens, un sentiment d’impuissance que mentionnent certains articles. Ainsi Marc Bergère fait état de la déstabilisation des historiens face à la réactivation de polémiques historiques « réglées » sur un plan académique et souligne la suspicion entretenue à l’égard des archives qui, bien sûr, seraient fermées et renfermeraient les vérités que l’on veut taire. Il fait état d’un fossé entre la corporation historienne et le public et montre les chercheurs et universitaires obligés, à la demande des élus, de tenir un colloque – fortement médiatisé – pour aborder des domaines où les réponses sont déjà acquises. Il dresse ainsi le portrait d’un historien « rarement autant sollicité », mais « paradoxalement peu écouté ».

37Sur un autre registre, Loïc Vadelorge s’interroge sur le fait que l’historien n’est qu’une pièce parmi d’autres et déplore l’instrumentalisation de la profession par les politiques de communication des élus. Il souligne que, pris dans des dynamiques qui visent à produire du consensus, « à leur corps défendant, les historiens contribuent à neutraliser l’objet sur lequel ils travaillent ». L’historien en serait réduit, au propre comme au figuré, à « fournir la légende des différents tableaux d’une exposition », puisque la patrimonialisation aboutit à la « mise hors jeu social » de ce qui est patrimonialisé.

38Certes, toutes les initiatives que nous avons rencontrées se montrent bien souvent très exigeantes sur le plan de l’exactitude historique. Les mises en scène sont soucieuses d’éviter les anachronismes, les conseillers historiques nombreux, mais il s’agit d’une histoire sûre de ses faits, d’une histoire qui se situe aux antipodes de l’histoire telle que la pratiquent aujourd’hui les historiens professionnels, qui s’accepte désormais comme problématique et relative quand celle que réclament les élus et les promoteurs des spectacles doit être « définitive ». Quant aux maisons de terroir, les historiens y sont souvent marginalisés puisque celles-ci privilégient une approche esthétique et qu’au demeurant l’enjeu même est de procéder à une déshistoricisation qui permette d’échapper au temps qui passe, aux ruptures qu’il engendre pour restaurer une continuité.

39Face à cette demande, les choix de l’historien sont limités soit devenir un courtisan et s’intégrer dans le jeu local, soit apparaître comme sacrilège avec le handicap constant, dès lors qu’il prend une position différente de celle attendue, d’être perçu comme l’agent d’un complot destiné à conforter une histoire « officielle ».

  • 30 F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences de l’histoire, op. cit. Sur la notion (...)

40Cette configuration est-elle le révélateur d’un changement de régime d’historicité, valide-t-elle le diagnostic présentiste émis par François Hartog30 ?

  • 31 Cf. P. Garcia et J. Leduc, Enseigner l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Ar (...)

41Il convient d’être prudent, comme l’auteur de ce concept l’est lui-même. En effet la perception sociale du temps, pas plus hier qu’aujourd’hui, ne peut être réduite à un seul type d’agencement. Même si on ne retient que le cadre restreint des sociétés européennes plusieurs types d’historicité ont cours en même temps. Que l’on songe au caractère résolument moderne, liant fortement un champ d’expérience et un horizon d’attente, que véhicule de façon constante, depuis le XIXe siècle, l’histoire scolaire tout en intégrant, à certains moments, l’idée d’une exemplarité préventive de l’histoire directement héritée de l’historia magistra vitae31. Au reste ce qui est vrai pour le collectif l’est tout autant d’un même individu selon la scène où il se positionne et se projette.

42L’interrogation sur le type d’historicité propre aux trois dernières décennies n’est pas, pour autant, superflue. Loin s’en faut ! Les contributions qui suivent attestent toutes d’une inflexion par rapport aux conceptions précédemment dominantes de l’histoire et, partant, des usages de celle-ci. Elles le font d’autant plus qu’elles se placent au cœur de ce qui est aujourd’hui le plus mouvant : le bouleversement des échelles, les processus conjoints de déterritorialisation et de reterritorialisation. Est-ce à dire que le présentisme serait une façon d’appréhender l’historicité du moment post-national en Europe de l’Ouest et ce qu’il comporte de ruptures avec la façon de se penser comme « formant groupe » ? C’est, d’une certaine manière, la voie empruntée par Pierre Nora quand il diagnostique un « présent dilaté » et qualifie notre temps comme « moment-mémoire » et « ère de la commémoration ». N’est-ce pas, en définitive, l’effacement simultané de la nation et du combat de classe comme horizon d’attente, et sans qu’un autre horizon assez concret pour donner un sens global ne se dégage, qui marque le présent tel qu’il se reconfigure dans la décennie quatre-vingt, et qui libère les usages de l’histoire de leurs assignations précédentes ?

Notes

1 D. Fabre, « L’histoire a changé de lieux » in A. Bensa et D. Favre, Une histoire à soi, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001, p. 13-41.

2 Cf. F. Hartog, Régimes d’historicité, Présentisme et expériences de l’histoire, Paris, Seuil, 2003.

3 C.-O. Carbonnell, Histoire et historiens. La mutation idéologique des historiens français, Toulouse, Privat, 1976 ; G. Noiriel, Sur la « Crise » de l’histoire, Paris, Belin, 1996 ; Ch. Delacroix, F. Dosse et P. Garcia, Les courants historiques en France XIXe/XXe siècles, Paris, Armand Colin, 1999.

4 J.-F. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996 et A.-M. Thiesse, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la MSH, 1997.

5 A. Micoud (textes rassemblés par), Des Hauts-Lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

6 Le commentaire de la vidéo qui se trouve sur le site du Conseil général de Vendée présente l’écrivain comme un « symbole des luttes pour la liberté » concourant ainsi à l’universalisation de ce lieu. Sur le massacre lui-même et ses évaluations lire : J.-C. Martin et X. Lardière, Le Massacre des Lucs Vendée 1794, La Crèche, (Deux-Sèvres), Geste éditions, 1992.

7 Cf. la contribution de L. Vadelorge ci-après.

8 Cf. la contribution de M. Crivello ci-après.

9 Cf. la contribution de C. Amalvi section suivante.

10 Selon l’expression de P. Mauroy.

11 Cf. J.-C. Martin, « Quand l’histoire fait son cinéma », Mots/Les langages du politique, n° 31, juin 1992, p. 56-71. Dans cet article Jean-Clément Martin cite ces propos du P.D.G de Fleury-Michon à propos du film Le vent de Galerne qui retrace un épisode des guerres de Vendée : « Cette opération doit être un prétexte pour canaliser les énergies, et dans le domaine économique, aboutir à ce que l’on pourrait appeler une “Silicone-Vendée” » (cit., p. 62).

12 Cf. R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de L’EHESS, 1990 (pour la traduction française).

13 Cf. P. Garcia, Le Bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémoration, Paris, CNRS Éditions, 2000, chapitre 8, p. 173-204.

14 Cf. « Les racines du succès : la célébration des vertus du lieu lors du bicentenaire de la Révolution française », in D.-J. Grange et D. Poulot, L’esprit des lieux. Le patrimoine et la cité, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1997, p. 315-328.

15 Cf. l’article de G. Mazeau ci-après.

16 J.-C. Martin et C. Suaud, Le Puy du Fou en Vendée. L’histoire mise en scène, Paris, L’Harmattan, 1996.

17 P. Laslett, Un monde que nous avons perdu, Paris, Flammarion, 1969 (pour la traduction française).

18 Selon le titre de l’ouvrage dirigé par A. Bensa et D. Favre, op. cit.

19 Selon la formule de G. Lenclud citée par J. Davallon, « Le patrimoine : une “filiation inversée” ? », in Espaces Temps, « Transmettre aujourd’hui. Retours vers le futur », n° 74/75, 2000, p. 6-16.

20 G. Laferté, « Le spectacle historique de Meaux (1982-2000) : l’invention locale d’un modèle national », Genèses, « Fabrique des lieux », n° 40, sept. 2000, p. 81-107.

21 Selon la formule d’Éric Hobsbawm. É. Hobsbawm et T. Ranger,The Invention of Tradition, Past and Present publications, U. P. Cambridge, 1983.

22 Selon la formule de B. Anderson, L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 1996.

23 Cf. la façon dont la Résistance est mise en avant comme geste fondateur quitte à reformuler le sens de celle-ci, P. Lagrou, Mémoires patriotiques et Occupation nazie, Bruxelles/Paris Complexe/IHTP, notamment p. 249-251.

24 Hormis la première – 1996 – qui évoque le discours que prononça Robert Schuman le 9 mai 1950. Elles sont visibles sur le site de l’Union européenne (http://europa.eu.int/abc/symbols/9-may/gallery_fr.htm).

25 Au demeurant les historiens qui se sont attelés à proposer une histoire de l’Europe, dont Jacques Le Goff qui dirige la collection « Faire l’Europe » aux éditions du Seuil, se montrent fort soucieux de ne pas s’inscrire dans le schéma téléologique qui structurait les histoires nationales : [L’Europe] « est préfigurée par l’histoire, mais l’histoire ne lui dicte pas un destin préétabli ». J. Le Goff cité par B. Vigezzi, « Histoire et historiens de l’Europe » in R. Frank (dir.), Les identités européennes au XXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 183.

26 H. Rousso, « Das Dilemma eines europäischen Gedächtnisses » in Zeithistorische Forschungen, 3 / 2004, revue en ligne à partir du site du Zentrum für Zeithistorische Forschung de Potsdam (www.zzf-pdm.de). Le titre de la version française inédite confiée par l’auteur est « Born again Europeans. Les dilemmes d’une mémoire européenne ». Commentant les affiches du 9 mai celui-ci écrit : « Ces images semblent nous inviter à fêter une deuxième naissance, en s’adressant aux citoyens que nous sommes comme des “Born again Europeans”, et laissant dans le néant de l’oubli, les souvenirs de l’Holocauste et du “continent sombre” ».

27 R. Chartier, Au bord de la falaise, Paris, Albin Michel, 1998 et G. Noiriel, Sur la « Crise » de l’histoire, op. cit.

28 M. Crivello et N. Offenstadt traitent à une autre échelle de cette mise en concurrence du discours des historiens dans l’introduction de la seconde partie de ce volume.

29 M. DeCerteau, L’invention du quotidien, Arts de faire, tome 3, UGE, 1980 ; rééd., Paris, Gallimard, coll. « folio », 1990.

30 F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences de l’histoire, op. cit. Sur la notion d’historicité cf. aussi J. Revel, « Pratiques du contemporain et régimes d’historicité », Le genre humain, « Actualité du contemporain », février 2000.

31 Cf. P. Garcia et J. Leduc, Enseigner l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Armand Colin, collection « U », 2003.

Auteurs

IUFM de Versailles / IHTP

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540