Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les classes zoologiques en Grèce ancienne

 | 
Arnaud Zucker

Termes supragénériques courants

Texte intégral

1Le premier ensemble lexical comprend les termes qui servent à nommer les formes de vie et les principales classes usuelles dans la littérature. L’essentiel en est constitué par des substantifs “naturels” attestés très tôt dans les textes, mais qui souvent ont un sens flottant et difficile à cerner.

Les formes de vie

  • 1 Voir l’Introduction.

2Il n’existe pas de substantifs pour désigner toutes les formes de vie animales1. Ainsi, il n’y a pas de substantif pour nommer la forme de vie “quadrupède” : le grec n’offre que des adjectifs substantivés et une certaine quantité de noms dont aucun ne correspond exactement à cet ensemble naturel. Bien que l’extension exacte des termes qui suivent ne soit pas absolument fixée, on peut toutefois distinguer des autres substantifs classificatoires les termes correspondant à ce niveau très général et qui désignent l’oiseau, le poisson et le coquillage.

  • 2 La forme ὄρνιξ est la forme dorienne : “les Doriens disent au nominatif omix et prononcent le génit (...)
  • 3 Le radical du mot grec se retrouve dans le nom de l’aigle en hittite et en germanique mais aucune h (...)
  • 4 Voir Antig. : “la chauve-souris est le seul oiseau à avoir des dents” (όνον τν όρνιθων).
  • 5 Cf. Luc, Musc. Enc. 1-2 : “la mouche n’est pas le plus petit des oiseaux, comme le sont le mouchero (...)
  • 6 Tous les oiseaux même marginaux comme l’autruche peuvent être nommés ὄrνιξ (cf. X., An. 1, 2 ,7).

3Le substantif ό ρνιξ [omis] ou ὄρνιξ (env. 1950/3300) correspond assez exactement au mot oiseau en français2. Dans la mesure où il constitue le terme le plus usuel pour désigner cette “forme de vie”, les contours de la classe qu’il exprime sont assez vagues3. Stricto sensu il désigne les volatiles à plumes, mais il englobe tacitement, et parfois explicitement, les chiroptères4 ; et intègre souvent les insectes volants5. Il s’applique aussi bien aux oiseaux de proie qu’aux passereaux ou aux oiseaux de basse-cour6.

  • 7 Voir ὄθί (interprétant les oracles : Hes., Op. 826), ί ὄ(oiseaux augura (...)
  • 8 Ar., Av. 719-721 (voir A., Th. 597 ; E., HF 730 ; Plat., Phlb. 67 c ; etc.).

4Ce mot qui apparaît dans les épopées homériques peut, en concurrence avec oicovôç, renvoyer aux oiseaux consultés dans “l’ornithomancie”7 ; il va même jusqu’à désigner les présages qui sont sans rapport avec les oiseaux, une valeur qui est aussi - et plus proprement - celle d’olcovc-ç : “vous estimez oiseau tout signe ayant trait à la divination : une rumeur pour vous est un oiseau ; un éternuement, vous l’appelez oiseau ; une rencontre, oiseau ; une voix, oiseau ; un serviteur, oiseau ; un âne, oiseau”,ρνιν τε νομίζετε πάνθ’σαπερ περ μαντείας διακρίνει·| φήμη γ’ύμν ρνις έστί, πταρμόν τ’ρνιθα καλετε, ξύμβολον ρνιν, φωνν ρνιν, θεράποντ’ρνιν, νον ρνιν 8. Les bons augures sont par suite appelés “oiseaux propices” αἵσιοι ôpviSeç (Theoc, 17, 72) et les mauvais “mauvais oiseaux” ὄρνιξ (Hom., Il. 24, 219).

  • 9 X., An. 4, 5, 25 ; cf. Ar., Av. 102 ;S., Él. 18 ; Id., Fr. 791 ; Theoc. 24, 63.
  • 10 A, Eu. 866 (ce vers vise les rivalités intestines au sein d’une même famille) ; cf. αἱ κατοικίδιαι (...)
  • 11 Cf. ὀρνιθοκόμος (éleveur de poules), ὀρνιθών et ὀρνιθοβοσκεῖον (poulailler), ὀρνιθικός (de la poule (...)
  • 12 Ath. 9, 373 a-374 d. L’usage est, au temps d’Athénée, de réserver ce mot aux femelles (Id. 373 a) a (...)
  • 13 Ibid., 373 b. Littéralement “oiseaux à acheter” (il s’agit de la volaille).
  • 14 S., Fr. 329 (ὄρνις πέρδιξ, perdrix), Hom., Il. 7, 59 (ὄ. αἰγυπός, vautour), Id., Od. 5, 51 (ὄ. λάρο (...)
  • 15 Cela est dû en partie au fait que les noms d’oiseau désignent presque toujours d’abord les oiseaux, (...)

5Dès le ve siècle toutefois, il désigne, dans une acception restreinte, surtout dans le dialecte attique, la poule ou le coq : “chèvres, brebis, vaches, poules (ὄ), et leurs petits”9 ; dans cet emploi, il est parfois accompagné d’un adjectif déterminatif qui précise son caractère domestique : “J’interdis les combats entre volailles domestiques (ἐνοκίου ὄρνιθος)”10 ; et cette spécialisation se retrouve également dans de nombreux composés d’ôpviç11. C’est même le seul sens attesté par Athénée à son époque, et, dans le catalogue des oiseaux qu’il dresse dans Les Deipnosophistes, il n’est question à l’article ôpveiç que de poules et de présages12 ; il fait lui-même remarquer que l’emploi ancien était plus étendu : “les Anciens employaient ôpviç pour le mâle ou la femelle de divers oiseaux, et non seulement pour cette espèce qu’on appelle familièrement ‘oiseaux du marché’ (ὄρνιθας ὠνήσασαθαι)”13. Il arrive en outre souvent que ce mot accompagne un nom d’espèce, comme s’il s’agissait de le distinguer d’un animal homonyme habitant la mer ou la terre, alors que ce nom ne présente aucune ambiguïté, comme le mot πέρδιξ qui ne s’applique, en zoologie, qu’à une espèce d’oiseau14 ; on ne relève en revanche aucun exemple d’όρνις employé de façon discriminante pour dissiper l’ambiguïté d’un nom qu’un oiseau partage avec une autre espèce animale15.

  • 16 Il est employé au singulier chez Homère (Il. 13, 64). Aux cas obliques du pluriel on ne peut d’aill (...)
  • 17 Ar., Av. 115. Cf. ibid. 287 et 291, où ὄρνεον reprend exactement ὄρνις ; voir “les oiseaux et les q (...)
  • 18 Ar., Av. 302-305.

6Le mot τò ρνεον [orneon] (639/1104) ne constitue guère plus qu’un doublet d’ὄ, en usage depuis Homère16. Il peut désigner n’importe quel oiseau : “tous les oiseaux perdent leurs plumes pendant l’hiver”17. Aristophane donne, dans les Oiseaux, une liste de dix-huit espèces, qui vont du faucon à la colombe, et qu’il appelle tous ὄρνεα18.

  • 19 Horn., II. 13,21-23 ; voir Plu. 680 E (à propos d’un aigle).
  • 20 X., An. 6,1, 23.
  • 21 Ar., Av. 13. Il est probable que dans ces marchés on vendait volaille et oiseaux vivants (oiseaux c (...)
  • 22 Voir Cyranides 3, 1 (κυρανίδος βιβλίον τρίτον περ ρνέων) ; de même pour Denys (Av. 2, 1 : Λεκτὲον (...)

7Et c est un fait que ce terme, en apparence diminuant, peut désigner, dès l’époque homérique, les grands prédateurs comme le faucon (ἴρηξ)19. Les auteurs emploient ce mot sans aucune considération oour la taille : “les oiseaux (ὄρνεα) s attaquent à l’aigle de préférence quand il est posé”20 ; τὰ ὄρνεα est d’ailleurs le nom que l’on donne aux marchés aux oiseaux21. Il est préféré par certains auteurs qui réservent ôpviç pour la volaille domestique22.

  • 23 Ces deux mots ne se rencontrent que chez Élien (NA 4, 41 & 7, 47 & 9, 37) avec le sens d’ὀρνἰθιν.
  • 24 Voir Chantraine, 1933, p. 76
  • 25 Antig., Mir. 28. Élien qui rapporte ce trait de solidarité (NA 2, 42) et précise qu’il s’agit d’ois (...)
  • 26 Hdt. 2, 77. Il n’est pas impossible qu’en certains cas cette expression désigne non des espèces mai (...)
  • 27 Nicostrate, ap. Ath. 14,654 b (voir Cratinos, ap. Ath. 9, 373 c : ὀρνίθιον).

8Les mots τò όρνίθιον [ornithion] (ou ὀρνίφιον, ou ὀρνύφιον)23 et τό όρνιθάριον [ornitharion] (81/117) sont formés sur ὄρνις avec l’adjonction du suffixe - qui ne semble pas avoir eu toujours une valeur diminutive24. Certes, ils désignent d’ordinaire des oiseaux de petite taille, souvent des oiseaux chanteurs, c’est-à-dire virtuellement familiers, mais ce caractère ne paraît pas être déterminant. Les ὄθια peuvent être globalement opposés à un prédateur ; ainsi Antigone de Caryste rapporte qu’en Thrace “les hommes et les faucons chassent ensemble les Oiseaux (τά όρνιθάρια)”25. Ces mots sont souvent accompagnés de l’adjectif μικρός : “ils mangent crus les cailles, les canards et les menus oiseaux (τά σμικρτων όρνιθίων)”26. Ils peuvent, à l’instar d’όρνις, désigner plus précisément les petits de la poule, sans autre indication : “voici ce qui me plaît : un petit poulet (τούρνιθάριον), un petit pigeon, et un petit saucisson”27.

  • 28 Cf. Chantraine, DELG, s.v.οωνός.Bouché-Leclercq adopte l’interprétation de Schœmann (Griechische A (...)
  • 29 Voir Hdn., Part. 1, 213,3 (οιωνός· τό όρνεον) ; cf. Horn., Od. 20,530. Il n’y a pas de différence n (...)
  • 30 Sur leur rapport avec la divination voir Halliday, 1913, p. 248
  • 31 La qualité mantique des oiseaux carnassiers serait à rechercher, selon Bouché-Leclercq, dans le fai (...)

9Le mot οωνός [oiônos] (361/579) n’est pas un doublet d’ὄρνις, bien qu’il puisse parfois, lui aussi, désigner n’importe quel oiseau. L’étymologie la plus vraisemblable est d’ailleurs celle qui rapproche ce mot du nom indo-européen de l’oiseau (skr. vayah, lat. avis)28. Dans les textes les plus anciens, il arrive qu’il soit en effet mis exactement sur le même plan qu’όρνις, et Hérodien le donne pour un strict équivalent d’ὄρνεον29. Cette valeur large d’ὁρνις qui perdure, surtout dans les textes poétiques, en raison de la coloration épique du terme, ne doit pas occulter la double spécialisation ancienne de ce mot. Ce mot désigne en effet tout particulièrement parmi les oiseaux les grands prédateurs carnivores et les oiseaux mantiques30. Ces deux valeurs, manifestement corrélées, apparaissent dès les épopées homériques. Il semble même qu’elles renvoient à une seule et même classe d’oiseaux, les oiseaux observés dans l’ornithomancie étant aussi souvent des oiseaux de proie31.

  • 32 Horn., Il. 1,4-5 (voir Id. 2,393 & 8, 379 & 13,831 & 17,241 ; etc. À ces deux mots s’ajoutent parfo (...)
  • 33 Voir Emp., FK 21,15 ; A.R. 1,1011 ; Opp., H 2, 539.
  • 34 Emp., Fr. 130,3 ; E., Él. 897 ; Orac. Sib. 5,471 ; D.H. 6,9, 5 ; Opp., H 1, 704 ; etc.
  • 35 Hom., Od. 24, 292 ; cf. Hes., Op. 277 ; Clem. Al., Str. 29, 181, 6. Voir Emp., Fr. 117,4 : “car j’a (...)
  • 36 Ces oiseaux sont souvent qualifiés de carnivores (ώμηστής) : Horn., Il.11, 453 ; Opp., H 2,

10Le mot forme avec κύων le couple typique des charognards aux aguets dans la plaine de Troie : “<la colère> qui fit des héros la pâture de tous les chiens et les oiseaux (κύνεσσιν οίωνοϊσί τε)”32; il est aussi traditionnellement associé à ίχθς33, à θρες34, ou aux deux à la fois pour résumer l’animalité : “les poissons dans la mer l’auraient-ils dévoré ?... ou sur terre serait-il devenu la proie des fauves et des rapaces (θηρσκαοωνόσιν) ?..,”35. Ces trois termes ont au reste des connotations également inquiétantes. L’emploi d’οιωνός·pour désigner les oiseaux de proie se retrouve dans de très nombreux textes et déborde largement le cadre épique36.

  • 37 Hom., Il. 24, 293 ; P., O. 13,21 ; Id, P. 1,7 ; Id., 1. 6,50. Jean Tzétzès note, au xr siècle, dans (...)
  • 38 Hom., II. 8, 247 ; etc.
  • 39 Hom., Od. 13, 87 (voir Ath. 1, 12 f).
  • 40 Hom., Od. 16,216.
  • 41 Hom., Il. 10, 274 ; Paus. 10, 29,2.
  • 42 Plu. 405 c 10 ; Ael., NA 1,48.
  • 43 Plu. 400 a 2.
  • 44 Plu. 405 c 10
  • 45 Ibid
  • 46 Parœmiogr. Grœc, t.I, p. 228, 231, 352.
  • 47 Porph., Abst. 3,5.
  • 48 Épict., Ench. I, 17, 19. Mais tous les oiseaux ne portent pas des présages (voir Horn., Od. 2,182).
  • 49 Æsop. 129, 3 ; cf. Id. 127, 8, où il est dit : “ce n’est qu’une corneille, et son cri ne porte aucu (...)

11Mais un οωνός est aussi, ou plutôt à la fois un messager des dieux dont la présence est toujours significative. Le représentant par excellence de cette classe théologique est assurément l’aigle, le roi des οιωνν37 ; et les représentants de cette classe les plus souvent cités sont des carnassiers : l’aigle (αίετός)38, l’autour (φήνη, ρηξ, κίρκος)39, et le vautour (αίγυπιός, γύψ)40. Mais outre ces oiseaux on compte parmi les oiseaux mantiques (οιωνοί) de nombreuses espèces, dont certaines ne sont pas carnivores : le butor (ὄκνος)41, le corbeau (κόραξ)42, le faucon (έραξ)43, le héron (ἐρδιός)44, le roitelet (τρόχιλος οu βασιλίσκος)45, la chouette (γλαύξ)46, la mouette (κρέξ)47 et le pivert (δρυοκολάπτης)48. La corneille (κορώνη) a, selon Esope, une place à part, car elle fait partie des οωνοί sans que ses cris ne soient pris en compte par les hommes : “la déesse te déteste au point de t’avoir mise à l’écart de tes congénères les oiseaux mantiaues (τν συντρόφων σοι οιωνν) et de t’avoir retiré sa confiance”49.

  • 50 Hom., Od. 14,133.
  • 51 Alcm. Fr. 49, 1 G ; cf. h. Mere. 213.
  • 52 A., Pr. 488 ; App., BC 4, 13, 103.
  • 53 Ar., Av. 254 & 1394.
  • 54 Voir Krékoukias, p. 16 sq. Sur les οωνοί comme oiseaux migrateurs, voir Halliday, p. 260.
  • 55 E., Hel. 1478-83 ; il s’agit apparemment des grues. Cf. Hom., Od. 3,321-22 : “c’est si loin dans la (...)

12Les adjectifs qui qualifient ces oiseaux sont nombreux mais relativement homogènes : rapide (ταχύ)50, aux larges ailes (τανυσίπτερος)51, aux ongles recourbés (γαμψνυξ)52, au long cou (ταναόδειρος)53Ce dernier adjectif peut surprendre car il évoque plutôt des oiseaux migrateurs, mais la dénomination d’οἰωνός pour des espèces d’oiseaux apparemment non mantiques peut s’expliquer par la valeur significative de leur apparition ou de leur chant54 : “Ah ! que ne pouvons-nous nous-mêmes nous envoler dans l’air ainsi que les oiseaux de Libye qui, par troupes (οίωνο στοχάδες), fuyant les pluies d’hiver, s’en vont dociles au sifflet du plus vieux...”55.

  • 56 Hom., Il. 12, 243 ; cf. Plu. 282 d 3 ; etc. Néanmoins dans les tragédies, même lorsque le mot est à (...)
  • 57 A., Ag. 110-115.
  • 58 Voir οἰνίζομαι : prédire ; οἰώνιομα : présage ; οἰωνιστής : interprète du vol des oiseaux ; etc. Le (...)

13Par extension, óς peut aussi désigner n’importe quel présage : “il n’y a qu’un présage (ες οωνός·), et il est excellent : c’est de se battre pour sa patrie”56. Le mot ὄρνις signifiant aussi présage, il arrive même que les valeurs typiques de ces deux mots soient inversées : “un présage (ὄρνις) accompagne <des Atrides> vers la terre de Teucros : deux chefs des oiseaux apparaissant aux chefs (οιωνν βασιλεύς βασιλεσι) des vaisseaux, l’un noir, l’autre au dos blanc”57. De plus, tous les composés formés sur οιωνός relèvent du champ de l’ornithomancie58.

  • 59 Cette distinction est très nette dans un passage d’Apollonios de Rhodes (2, 528-552) où la colombe (...)
  • 60 Ces deux auteurs n’emploient οωνός que dans des citations de poètes (Arist., Met. 1000 a 31, etc.  (...)

14Le mot οωνός évoque donc plutôt une fonction (oiseau mantique) et un comportement (oiseau de proie), tandis que le mot ὄρνις est plus simplement descriptif59 ; mais cette distinction est seulement globale, et le partage entre οιωνός et ὄρνις, au-delà des tendances de chacun de ces mots, tient en fin de compte moins au sens qu’à la nature du texte : les textes poétiques emploient de préférence le premier terme qui, en revanche, n’apparaît nulle part dans les œuvres d’Aristote et d’Athénée qui lui préfèrent ὄρνις,même pour désigner un présage60.

  • 61 On ne s’arrêtera pas aux sens marginaux d’ιχθύς à côté de celui de “poisson” ; signalons cependant (...)

15Le mot χθύς·[ichthus] (env. 3050/4750) est le mot le plus courant et pour ainsi dire le seul pour désigner les poissons61. Il apparaît dans les plus anciens textes et l’on en compte 17 occurrences chez Homère. La caractéristique d’ιχθύς, plus nette que dans le cas d’όρνις, est de présenter un éventail de sens correspondant à une acception plus ou moins étendue du terme. Entre le sens le plus large et le sens le plus restreint, on compte cinq valeurs distinctes.

  • 62 Cf. aussi Opp., C 1,47-48 ; Opp., H 1,701.
  • 63 Xénocr., ap. Orib. 2, 58, 12. Le mot νηχαλέος n’apparaît dans aucun autre texte ; et quant à όστράκ (...)

16χθύς peut, par extension métonymique, désigner au-delà d une forme de vie (1) tous les habitants de l’espace aquatique. C’est ainsi que, associé à θήρ et όρνις par exemple, il acquiert implicitement la même extension que le mot είνάλια et englobe crustacés, céphalopodes et coquillages. Dans tous les systèmes tripartites où ce mot figure, en particulier dans les poèmes homériques, les fragments d’Empédocle ou les oracles sibyllins, χθύς désigne de fait, métonymiquement, l’ensemble de la faune aquatique62. Le médecin Xénocrate cite tous les marins comme étant des genres de poissons : “parmi les poissons, les uns sont des nageurs (νηχαλέα), d autres des sélaciens, d’autres des céphalopodes, d’autres des animaux à coquilles”63.

  • 64 Alex., in Sens. 1, 90, 9.
  • 65 Opp., H 1, 542. Plus loin (H 2, 399-420) il nomme côte à côte trois poissons exceptionnels (μονοι (...)
  • 66 Élien, NA 6,28.

17Plus souvent encore, et cette fois de façon plus explicite, χθύς signifie comme νηκτός (2) tous les animaux mobiles qui vivent sous l’eau et exclut seulement les coquillages : Alexandre soutient que, même dans l’eau, les animaux qui ne respirent pas, “les poissons et les coquillages (οστρακόδερμων)” sont doués d’odorat64. Plus clairement encore, Oppien cite les crustacés parmi les χθύς : “les crabes, les petits crabes et les autres poissons”65. Élien, de son côté, rapporte que “le poulpe est le poisson le plus incontinent de tous”66.

18En général notre terme englobe (3) poissons et cétacés : “mais parmi les animaux aquatiques

  • 67 Gal., Aliment, fac. 6, 769, 9. L’adjectif substantive κητώδης peut avoir un sens vague mais désigne (...)
  • 68 Ar.Byz., Épit. 1, 149.

19(τν ένύδρων ζώων), ceux qu’on appelle les mollusques, calmars, seiches et poulpes et tous les autres de ce genre ont une consistance épaisse et gluante, tout comme les poissons du genre des cétacés (οί κητώδεις τν χθύων) parmi lesquels il faut aussi compter le thon”67. Il comprend ainsi à la fois des ovipares et des vivipares : “parmi les poissons, les ovipares sont gras au printemps, les vivipares le sont à l’automne”68.

  • 69 Alex., in Top. 1, 69, 16 ; cf. Hom., Od. 15, 479 : “des phoques et des poissons” (φώκησι κα ίχθύσι(...)
  • 70 Arist., GA 649 a 19.

20De manière plus restrictive χθύς est appliqué aux seuls (4) animaux aquatiques apodes à respiration branchiale, et est opposé aux cétacés, reconnus comme des mammifères aquatiques : cherchant à savoir quels sont les animaux qui ne respirent pas, Alexandre d’Aphrodise nomme “parmi les animaux aquatiques, les poissons (ce sont ceux qui ont des branchies -ούτοι δείσίν οί τά βράγχια χοντες-)”69. C’est la signification la plus courante dans les textes aristotéliciens : “chez les poissons, les sélaciens sont intérieurement ovipares <...> mais mettent au monde des petits vivants”70.

  • 71 “On appelle poissons à écailles (λεπιδωτά) toutes les familles de poissons (χθύων γένη) à l’except (...)
  • 72 Ael., TVA 12, 27 ; mais un peu plus loin, dans la même notice, il emploie le mot χθύς pour qualifi (...)

21Enfin, ίχθύς est éventuellement opposé aux sélaciens sur la base d’une divergence dans le mode de reproduction et d’une différence d’enveloppe, les seconds ayant une peau lisse et une charpente cartilagineuse, tandis qu’χθύς est réservé aux (5) poissons à écailles et à charpente osseuse71 qui apparaissent comme la forme typique de la classe : “Il y a aussi un singe (πίθηκος), qui n est pas un poisson (οκ χθύς) mais un sélacien (σελαχδες ζον)”72.

  • 73 Arist., GA 732 a 21.

22Aristote en use de même dans certains passages de la Génération des Animaux : “car même des animaux sans pieds sont vivipares, par exemple les vipères et les sélaciens, et d’autres sont ovipares comme le genre des poissons (τό τν χθύων γένος) et le reste des serpents”73.

  • 74 Ael., NA 11,24. Un autre moyen de distinguer des homonymes de ce type est de les détermina par leur (...)

23Les deux premières significations du mot, les plus générales, sont des valeurs implicites et apparaissent dans des systèmes qui ne prétendent pas exprimer l’ensemble du monde animal mais le cerner dans ses grandes lignes. Il est donc légitime, même s’il s’agit d’un largissement métonymique de l’extension du mot, de compter ces sens parmi ceux d’χθύς. Une partie des exemples sont extraits de l’œuvre biologique d’Aristote afin de montrer que l’existence de ces divers usages ne tient pas à la scientificité plus ou moins grande des textes et qu’ils peuvent apparaître sous une même plume et coexister dans un même esprit. L’ichtyologue poète Oppien de Cilicie emploie lui-même fréquemment ce terme avec les acceptions larges (1) ou (2). Comme on s’imagine, il est néanmoins souvent impossible de déterminer le degré de précision du terme, en raison du caractère vague du contexte, exception faite des textes savants des érudits, des médecins ou des zoologues. Signalons enfin que ce mot accompagne parfois, en particulier dans l’œuvre d’Elien, un nom d’animal porté à la fois par un animal terrestre et par un poisson comme dans la formule πάρδαλις χθύς (poisson-léopard)74.

  • 75 Hdn., Orth. 3,2,457, 14.

24Le diminutif de χθύς est τò χθύδιον [ichthudion] (157/235) : “l’hypocoristique se forme en ajoutant un iota comme dans petit poisson (χθύδιον), petit cochon (δελάκιον)”75.

  • 76 Ar. Byz., Épit. 1,2.

25Mais ce terme ne désigne pas nécessairement dans les textes un poisson de petite taille : “on appelle donc sélaciens tous les poissons qui n’ont pas d’écaillés (ὃσα λεπίδας ούκ χει των χθυδίων), comme la murène, le congre, la torpille, la pastenague, la raie, le squale ainsi que ceux qui sont de plus grande taille et qu’on nomme cétacés (κητώδη λεγόμενα)”76.

  • 77 Arist., HA 548 b 16 ; Ath. 8, 355 b ; Id., 14, 649 b ; etc. Il est en outre souvent accompagné de l (...)
  • 78 Arist., HA 565 a 10.
  • 79 Arist., HA 567 b 6-569 a 20.

26Dans cet exemple, ce n’est que relativement aux cétacés que les squales peuvent être appelés des ‘petits poissons’. Si ce mot est souvent déterminé par πετραος, c’est que la plupart des poissons de roche sont effectivement assez petits77. Son sens semble hésiter entre poisson relativement petit et petit de poisson : “la nourriture que l’on trouve dans l’estomac des jeunes poissons (τος ίχθυδίοις) est identique à celle que l’on trouve dans 1 estomac des jeunes oiseaux (τος τν òρνίθων νεοττος)”78. Dans la longue étude qu’Aristote consacre à la reproduction des poissons dans l’Histoire des Animaux, il emploie clairement ce mot à plusieurs reprises pour désigner les jeunes poissons79.

  • 80 Voir Chantraine, DELG, p. 747. Les auteurs anciens l’ont interprété de quatre façons : 1)= ποδες ( (...)
  • 81 La première occurrence du mot, dans un passage de l’Odyssée (A, 404-405), semble conduire à la trad (...)
  • 82 Call., Fr. 533 (ap. Hdn., Pros, cath., 3, 1, 142, 29).
  • 83 Opp., H 1,93-94. Dans les 14 occurrences tardives, le sens est également celui de poisson.
  • 84 Oppien emploie aussi ce terme quatre fois : “les oiseaux des airs et les poissons de la mer”(ήερίοι (...)
  • 85 Opp., H 2,398.
  • 86 Hdn., Part. 90, 10.

27Le mot ο νέποδες [nepodes] (41/55), uniquement employé au pluriel dans les textes, est d’origine obscure80, et son usage est strictement poétique. Bien que l’étymologie la plus probable lui donne le sens de “descendants”, il signifie, dans la plupart des cas (34/41), “poissons”, sans doute en raison d’une interprétation ancienne de νέ-πους = sans pied81. Le sens de poisson n’est pas encore sûr dans le fragment suivant de Callimaque : “beaucoup plus silencieux encore que les poissons [rejetons ?] (νεπόδων) de la mer”82 ; mais il est très net, dans les occurrences ultérieures, en particulier dans le texte des Halieutiques qui offre à lui seul 23 occurrences du mot : “les poissons (ίχθύσι) diffèrent par leur famille, leurs mœurs, et leur résidence marine ; la pâture non plus n’est pas semblable pour tous les poissons (νεπόδεσσιν)”83. Oppien l’emploie en vérité de façon vague et sans jamais l’illustrer d’un exemple comme un très strict doublet d’χθύς84.Le sens de νέποδες est au fond aussi flottant que celui d’Ιχθύς puisqu’Oppien parle de l’écrevisse (κάραβος) à propos de la respiration des νέποδες85. Et Hérodien peut conclure de fait à la synonymie parfaite de νέπους et χθύς86.

  • 87 Gal., Simp. med. 12, 443, 16.
  • 88 Hérodien donne les deux formes comme équivalentes (Hdn., Pros. 3, 1, 355, 20 : ὄστρεον, ὄ καὶ ὄστρε (...)
  • 89 Ath. 3,92 e : “les anciens disaient uniquement ostreia (δστρεια)”.Il signale que Platon use des deu (...)

28Il existe deux substantifs pour désigner collectivement les coquillages : τδτρεα et τκογχύλια. Le premier est le neutre τό στρεον [ostreon] (190/321) apparaissant aussi sous la forme το στρειον [ostreion] (49/80), et qui appartient à la même famille de mots qu’ὄστρακον (coquille). Il se rencontre le plus souvent au pluriel sous la forme du collectif τάστρεα pour désigner des animaux marins à coquilles. Galien signale une différence entre les deux termes : “Certains appellent ostreia l’ensemble des animaux qu’Aristote appelle testacés (òστρακόδερμα) ; et ce que la plupart des gens nomme ostreon, en deux syllabes, sans iota, ils le considèrent comme une espèce particulière de ces ostreia. Ils englobent dans le genre entier des ostreia les buccins, les pourpres, les chames, les pinnes et tous ceux qui leur ressemblent”87. Théoriquement, il semble donc exister une différence d’extension entre les deux formes ; mais pratiquement, cette différence se révèle artificielle88, et la valeur des deux mots se confond, la seconde forme paraissant plus archaïque, plus fréquente en attique89, et parfois imposée par le mètre dans la poésie ancienne.

  • 90 Il semble désigner les coquillages de façon générale au moins dans les textes suivants : Dioclès, a (...)
  • 91 Cf. Arr., Ind. 1, 21, 13 (= huître) vs. ibid. 1, 29, 14 (= bivalves) vs. ibid. 1, 22, 10, 2 (= coqu (...)
  • 92 Arist., Fr. 304, 2, ap. Ath. 3, 88 b.
  • 93 Indépendamment des listes, le sens restreint est parfois clair, comme lorsqu’il est question des pe (...)
  • 94 Cf. Anaxandride, Fr. 41, 61, ap. Ath. 4, 131 e.
  • 95 Épicharm., Fr. 42, 3, ap. Ath. 3, 85 c. Voir Philippide, Fr. 4 ; Philyllios, Fr. 13 ; Archestrate, (...)
  • 96 Comparer Gal., 12, 346, 11 et Gal., 12, 457, 10. Dans le premier cas, le mot peut désigner non l’hu (...)
  • 97 Gal., Simp. med. 12, 346, 3.
  • 98 Voir Plat., Tim. 92 b (τò <θνος> τν όστρέων συναπάντων ; cf. Arist., HA 487 b 9) ; Id., PA 681 b (...)
  • 99 L’ormeau (ος θαλάττιον) est appelé ὄ (Antig., ap. Ath. 3, 88 a) ; la pinne est un οστρεον (Ch (...)

29L’extension de ce mot est, dans les cas précis, particulièrement difficile à établir, et son sens paraît osciller entre huître, bivalve ou coquillage bombé, et animal marin à coquille en général90. Il est impossible d’affirmer, même lorsque le terme est employé de façon spécifique, qu’il s’agit de l’huître et non d’un autre coquillage voisin, l’acception pouvant varier selon les auteurs ou les lieux. De plus, chez un même auteur on peut rencontrer les trois acceptions signalées91. Cette absence de distinction entre les valeurs, ou plutôt l’éventail métonymique du terme produit parfois des formules étranges comme dans cette citation d’Aristote : “les ostrea, dit-il, sont la pinne, l’ostreon, la moule, le pétoncle, le couteau, la conche, la patelle, l’ascidie, l’anatife”92. Il est seulement possible d’affirmer qu’ὄστρεον désigne un spécième lorsqu’il figure comme ici dans une liste d’animaux qui comprend d’autres bivalves93. C’est le cas dans de nombreux fragments de Comiques cités par Athénée, comme celui-ci (d’Épicharme)94 : “il apporte toutes sortes de coquillages (κογχύλια) <...> des anatifes, des pourpres, des huîtres (ὄστρεια) bien fermées (qu’il est difficile d’ouvrir mais facile d’avaler)”95. Chez aucun auteur et dans aucune tradition il n’existe d’emploi rigoureux du terme, cantonné dans l’une ou l’autre de ces acceptions. Galien, qui est confronté aux inconvénients de cette polyvalence -mais emploie néanmoins lui aussi ce vocable dans tous les sens96- tâche parfois de les dissiper : “j’emploie [dans ces cas-là] une coquille cuite de ce qu’on appelle spécifiquement les huîtres(τν òνομαζόμνων δίως òστρέων)”97.Les auteurs insistent souvent sur la grande quantité de formes ou d’espèces d’ὄστρεα,ce qui tendrait a prouver que c’est le sens large qui prévaut d’ordinaire98 ; en outre, la plupart des espèces de testacés sont qualifiées, ici ou là, d’όστρεον99.

  • 100 De la présence d’une coquille dépend l’utilisation qu’on fait des ὄστρεα (voir Str. 15, 2, 2, 8 : “ (...)
  • 101 Voir la fréquence du couple ὄστρεια / ἐχνοι (Alexis, ap. Ath. 3, 107 b ; Lyncée, ap. Ath. 4,132 b  (...)
  • 102 Voir Plu., Fr. 193, 67.
  • 103 VoirAel., NA 3,29.
  • 104 Voir Luc, VH 1, 42,1.
  • 105 Voir Hp., Ptol. 1, 488,2 ; Gal., 19, 732, 3 & 19, 739,15 & 14,425, 6 ; ou les escargots (Arist., HA (...)
  • 106 Str. 1, 3, 4 (voir Id. 15, 2, 2).
  • 107 En effet, ὄστρεον désigne le pigment que l’on extrait de coquillages comme le pourpre et le buccin (...)
  • 108 Gal., 13, 441, 6. Les trois noms sont souvent liés dans le traité galénique De compositione medicam (...)

30La difficulté tient aussi au caractère vague de la forme de vie des testacés, ὄστρεον pouvant avoir un sens supragénérique, mais ne pas inclure certaines familles d’animaux aquatiques immobiles qui n’ont pas littéralement de coquille dure100 comme les oursins101, les anémones102, les pinnes marines103 ou les éponges104, ou d’autres, qui n’ont pas de coquille bombée mais en spirale comme les turbines105. Cette dernière distinction est très importante et les ὄστρεα forment souvent une paire avec les coquillages en forme de conque : “dans l’intérieur des terres on trouve, en de nombreux endroits, une grande quantité de conques, de bivalves et de chames (κόγχων καστρέων κα χαραμύδων πλθος)”106. On trouve souvent aussi le groupe ὄστρεα, κήρυκες, πορφύραι, mais on ne peut malheureusement en conclure que la distinction entre turbines et autres coquillages est constante dans la mesure où l’huître est, en tant qu’espèce, économiquement et thérapeutiquement très proche des buccins et des pourpres, car on tire de ces trois animaux teinture107 et remèdes : “les pourpres et les huîtres ont, une fois cuits, à peu près les mêmes vertus”108.

  • 109 Arist., HA 490 b 10. On remarque qu’Aristote emploie ici ὄ dans le sens que Galien attribue (...)
  • 110 L’équivalence entre les deux mots est évidente en GA 761 a 31.
  • 111 Arist., HA 470 b 32. Le Stagirite réfute cette idée (cf. HA 487 a 26), mais Lucien le raille à son (...)
  • 112 Pl., Tim 92 b 6 ; voir Id., R ?. 611 d 5 & 612 a 1 ; Nicandre, ap. Ath. 3,92 c : “tous les coquilla (...)
  • 113 Ath. 1,13 c.

31À l’autre bout de cet éventail de sens, le mot désigne, comme le rappelle Galien, l’ensemble des testacés, autrement dit τὰ òστρακόδερμα dans la terminologie du Stagirite109. C’est ainsi qu’Aristote emploie très souvent le mot110 : “Anaxagore et Diogène, qui prétendent que tous les animaux respirent, disent de quelle manière les poissons et les coquillages (τνστρεια) respirent”111Cette acception est par ailleurs bien attestée, tant avant qu’après Aristote, la langue grecque, hormis κογχύλια, ne possédant pas de terme pour désigner cette forme de vie : “de là est né le peuple des poissons, celui des coquillages(ττν òστρέων συναπάντων [έθνος]) et de tous les êtres aquatiques ; en châtiment de leur ignorance la plus basse, le sort leur a donné les plus basses demeures”112. C’est ce mot qu’emploie aussi Athénée lorsqu’il évoque le goût des contemporains d’Homère pour les produits marins, malgré l’absence totale de ces aliments sur les tables des héros homériques : “ils mangeaient non seulement du poisson mais aussi des coquillages”113.

  • 114 L’extension du terme pose des problèmes y compris dans le corpus aristotélicien (voir HA 528 a 1 ; (...)

32Les problèmes d’identification que pose ὄστρεον ne concernent donc pas les deux significations extrêmes (testacés/huîtres), mais le flottement imperceptible entre des valeurs contiguës (huîtres > huîtres et bivalves semblables > bivalves > univalves et bivalves > coquillages)114.

  • 115 En revanche òστρειώδης (2/2) est employé exclusivement comme adjectif et caractérise un tégument (A (...)
  • 116 Alex., An. 1, 67, 3 ; cf. Arist., HA 607 b 3 (τμν γρ òστρακόδερμα, οον κτένες καπαντα τά όσ (...)
  • 117 Str.3, 2, 7, 3.

33L’adjectif στρεώδης [ostreôdès] (4/4)115 est employé sous forme substantivée au neutre pour désigner les testacés ou les coquillages : “tous les animaux ont part à la sensation mais non, apparemment, à l’imagination que n’ont pas les testacés parmi les animaux marins (τά όστρεώδη τν θαλασσίων), ni les vers”116 ; ou seulement les bivalves : “tous les animaux de type bivalve (όστρεώδη) ou les coquillages à spirale (κογχοειδῆ)”117.

  • 118 Ce terme désigne, ça et là, une espèce de coquillage (genre Tridacna ; voir Thompson, 1947, p. 118)
  • 119 C’est le mot qu’emploie Athénée pour des chames géantes, les ελωρίδες (Ath. 3, 92 f). Il a parfois (...)
  • 120 On le rencontre chez 17 auteurs différents.
  • 121 Voir Hdt. 2, 12 ; l’argument des coquillages fossiles dans les montagnes égyptiennes, comme preuve (...)
  • 122 Hp., Vict. 2,48 ; cf. Dioclès, ap. Ath. 3, 86 b & ap. Ath. 3, 86 c.
  • 123 Arr., Ind. 1, 29. Il pourrait s’agir ici, comme dans l’emploi latin de conchylia, d’un terme désign (...)
  • 124 Épicharme, ap. Ath. 3, 85 c ; cf. Sophron, Fr. 38, ap. Ath. 3, 86 e.
  • 125 Comme nourriture humaine (cf. supra), ou animale : Arist., HA 547 b 7 & 590 b 3 & 591 a 1 ; PA 661 (...)

34Le mot τ κογχύλιον [konchulion] (53/75), formé sur κόγχη (coquille)118, n’a pas le sens d’un diminutif et désigne toutes sortes de coquillages119. Assez répandu, il est employé aussi bien par des poètes que par des prosateurs, tant par des médecins que par des philosophes ou des historiens120, pour des animaux marins, dont la présence sur la terre est immédiatement interprétée comme le signe d’une présence ancienne des eaux121. C’est aussi le terme général qu’emploient Hippocrate et Dioclès pour les testacés : “Les coquillages comme les pinnes, les pourpres, les patelles, les buccins, les huîtres (ὄστρεα)”122 ; il semble parfois désigner de préférence des turbines : “ils pèchent des langoustes, des bivalves et les turbinés (ὄστρεια κατκογχύλια)”123. D’autre part, ce vocable est appliqué par Épicharme à tous les animaux marins pourvus de carapace : “apporte toutes sortes de coquillages (παντοδαπκογχύλια), des patelles, des homards, des crabes, des chames, des coques, des pétoncles, des anatifes, des pourpres, des huîtres bien fermées (qu’il est difficile d’ouvrir mais qu’il est facile d’avaler), des moules, des escargots, des buccins, des couteaux”124. Ces animaux sont surtout mentionnés dans un contexte alimentaire125.

Le bétail

35S’il n’y a pas de nom global pour désigner les quadrupèdes, hormis l’adjectif substantive ττετράποδα, il existe en revanche de nombreux termes qui dénomment soit les quadrupèdes domestiques soit les animaux terrestres sauvages. Le premier groupe correspond globalement à celui du “bétail”. L’examen des racines de ces mots suffit à convaincre que ces classèmes sont tous étroitement liés à l’exploitation économique de ses sujets par l’homme : assujettir (ύποζεύγω), posséder (κτάομαι, en partie προβαίνειν), conduire (γειν), nourrir (βόσκειν, νέμειν, τρέφειν, φέρβειν).

  • 126 C’est le seul régime qui leur soit attribué (voir Thphr., HP 9, 20,3,15 ; Gai., Vïcr. 14,1 ; etc.).
  • 127 Str. 17,2, 1,9.
  • 128 S., Tr. 762.
  • 129 Voir E., Hipp. 1356 ; voir aussi J., AJ 6, 133, 4 ; Gai., Meth. med. 10, 133, 12 (ὄνος).Xénophon n (...)

36Le terme le plus usuel pour désigner le bétail est le substantif neutre τό βόσκημα [boskêma] (319/506). Construit sur le verbe βόσκειν (faire paître), il s’applique au cheptel constitué d’herbivores domestiques126 : “leur bétail (τά βοσκήματα), ovins, capnns et bovins (πρόβατα κα αγες κα βόες) est de petite taille”127. Quand le contexte ne donne aucune précision, le mot vise plutôt des bovins : “il conduisit alors à l’autel un troupeau mêlé de cent bœufs (συμμιγβοσκήματα)”128. Cette classe d’animaux est souvent associée à celle des équidés qui apparaît sous le nom d’ύποζύγιον : “les hommes, les betes de somme et le bétail (ἀνθρώποις τε καποζυγίοις καβοσκήμασιν)” ; il arrive parfois que des équidés, et exceptionnellement des chiens, soient appelés βοσκήματα129.

  • 130 E., Ba. 677-78 ; voir J., AJ 5, 48, 3 : “des troupeaux de bœufs” (άγέλας βοσκημάτων).Platon met en (...)
  • 131 D. Chrys. 6, 13, 4 ; cf. Plat., R. 586 a 7 : “à la manière du bétail (βοσκημάτων δίκην), toujours p (...)
  • 132 X., Mem. 2 4, 2 ; cf. D.H. 3,29, 6 : “esclaves, bétail et autres biens” ; D. Chrys. 1, 55, 1 : “les (...)
  • 133 D. Chrys. 13, 32, 1 ; voir X., Hell. 6, 2, 6.
  • 134 X, Mem. 4, 3, 10, 8 ; on retrouve la même expression chez Diodore (3, 8, 6) et Strabon (7, 3, 17, 3 (...)

37La vie grégaire caractérise ces animaux autant que leur régime herbivore : “je venais de mener le troupeau de mes bœufs (ἀγελαα βοσκήματα) sur le plateau de la montagne”130 ; aussi évoquent-ils la docilité ou la bêtise : “être plus bêtes que des bœufs (τν βοσκημάτων)”131. Mais la connotation centrale de ce terme est celle de “bien”, de “propriété” : “des maisons, des terrains, des esclaves, du bétail, du mobilier, il disait qu’on s’appliquait à se les procurer...”132. Il figure à ce titre souvent à côté d’ἀνδράποδον parmi les “instruments” de l’homme : “quantité de bétail, des attelages et des esclaves (πλθος βοσκημάτων κα ζεύγη κα άνδράποδα)”133. Dans la plupart des cas c’est donc la valeur utilitaire des herbivores domestiques qui est marquée par ce terme : “<les hommes> vivent en se nourrissant du lait, du fromage et de la viande de leur bétail ; tous, ils apprivoisent et domestiquent les animaux utiles (τχρήσιμα τν ζων) à la guerre et à leurs autres activités et s’en servent comme d’auxiliaires (συνεργοΐς χρώνται)”134.

  • 135 Arist., M.M. 2,7,3 ; cf. D. Chrys. 23, 41,5 : “pour ce qui est de l’amitié et du partage mutuels, i (...)
  • 136 Str. 16, 4, 16, 12.
  • 137 D.H. (38), J. (34), Str. (29), X. (20), D.S. (13), etc. Eschyle emploie le premier ce mot avec le s (...)
  • 138 Arist., M.M. 2,1,1 ; J., A .J. 4,272. Il qualifie aussi des oiseaux domestiques picoreurs comme les (...)
  • 139 Aristote (17), Galien (6) ; ce terme est relativement discret dans l’œuvre d’Athénée (16).

38Ce mot s’oppose, plusieurs fois explicitement, au mot θήρ ou θηρίον, ce qui peut lui donner la même extension qu’un terme comme ἤμερα : “<le plaisir> existe chez tous : chez les mauvais comme chez les bons, chez les bêtes sauvages comme chez les bestiaux (ἐν θηρίκαὶ ἐν βοσκήματι)”135. Et Strabon montre bien que ce mot entre dans un réseau d’oppositions (sauvage/domestique, herbivore/carnivore, inoffensif/agressif, etc.) quand il écrit, au sujet de la girafe : “ce n’est pas une bête sauvage (θηρίον) mais plutôt un animal paisible (βόσκημα), car il ne manifeste aucune agressivité (γριότητα)136. Compte tenu de ces valeurs, on ne s’étonnera pas que ce terme, de formation récente (puisqu’il n’apparaît pas dans les épopées homériques et ne semble pas antérieur à Sophocle avec le sens de bétail), soit en revanche très courant dans les œuvres des historiens et des géographes137. Il apparaît presque toujours au pluriel et désigne au singulier un type de bétail de façon générale138. Il ne constitue pas un classème technique, et si Aristote et Galien emploient parfois ce terme, c’est, dans le cas du premier, uniquement dans des œuvres non biologiques, et, pour le second, principalement dans des commentaires d’Hippocrate139.

  • 140 Plu. 408 c 5. Ce nom peut figurer dans un contexte de sacrifice pour désigner la victime (A., Ag. 1 (...)
  • 141 Opp., H 5,33 : l’auteur les oppose aux féroces poissons appelés “béliers” (κριοί). Il ésigne explic (...)
  • 142 Alcman, Fr. 1,47 et S., Aj. 232.
  • 143 Ar., Nu. 1427.
  • 144 Opp., H 4,630. Il est même une fois employé pour des animaux marins (βοτά πόντου, dans D.P., 597, a (...)

39Le nom τό βοτόν [boton] (60/71), qui appartient à la même famille (βόσκω), est à la fois plus rare et plus vague que le terme précédent. Il désigne lui aussi le bétail : “les présages les plus importants pour les cités concernent les récoltes, les naissances dans les troupeaux, et la santé des individus”140 ; il est surtout appliqué aux bêtes qu’on mène paître, les bœufs ou les chèvres : “les béliers des pasteurs sont des bestiaux paisibles (τιθασòν βοτόν)...”141 ; mais il s’étend également aux chevaux142 et éventuellement, comme dans le cas de βόσκημα, à la volaille domestique : “surveiller les poules et les autres bêtes d’élevage (τλλα τβοτά) que voici”143. Sans doute en raison de la collusion de cette catégorie avec celles des herbivores et des proies de bêtes sauvages, Oppien désigne par ce mot l’autruche : “la bête (βοτόν) ailée de Libye, au cou recourbé”144.

  • 145 Sem., Fr. 1,4.
  • 146 D.C. 51, 22, 5 ; cf. Id. 66,25, 1 & 68, 15, 1 & 76, 1,5 & 77, 10, 1 ; etc.
  • 147 Plat., Men. 237 d 4.

40Cette classe est distinguée de l’espèce humaine : “l’esprit n’habite pas les humains : êtres d’un jour, ils vivent la vie des bêtes (ἂ δβοτζώουσιν), sans savoir quelle fin le dieu fixera à chacun”145 ; mais elle s’oppose surtout aux animaux sauvages : “il fit mettre à mort des bêtes sauvages (θηρία), du bétail (βοτά) et une foule d’autres animaux, rhinocéros ou hippopotames, que l’on voyait à Rome pour la première fois”146 ; cette opposition exprime plus qu’une différence objective liée au rôle économique des bêtes, elle traduit un ensemble d’oppositions qui donne à βοτά le sens de “bête grégaire, pacifique et apprivoisée” : “au temps lointain où la terre produisait et faisait croître partout des êtres de toutes sortes, bêtes sauvages et bêtes domestiques (θηρία τε και βοτὰ), la nôtre s’est montrée alors vierge et pure de bêtes sauvages (θηρίων αγρίων)”147.

  • 148 Horn., Il. 18, 521 (les troupeaux de toutes sortes (πάντεσσι βοτοσιν) sont repris trois vers plus (...)

41Les connotations attachées à l’élevage et impliquées par le verbe βόσκειν : familiarité, régime généralement herbivore, utilité et richesse sont aussi présentes dans βοτόν que dans βόσκημα. Βοτόν, que 1 on rencontre principalement dans les textes en vers et dont la première occurrence se trouve dans l’Iliade, constitue en fait comme un doublet poétique - et une forme archaïque – de βόσκημα148.

  • 149 Ce mot désigne aussi un fruit rond variable (pomme, coing, pêche, abricot).
  • 150 Voir Luc, Menip. 9, 14 & Astr. 24, 8 qui constituent deux exemples flagrants. Les occurrences du mo (...)
  • 151 Il est souvent difficile, dans les poèmes homériques, d’identifier auquel de ces deux animaux le le (...)
  • 152 Voir h. Ap. 412 : “paissent les moutons aux toisons épaisses” ; voir A., Eum. 944 ; Hom., Od. 9, 24 (...)

42Le mot τό μλον [mêlon] (219/406)149 est un terme courant, dès l’époque homérique, pour désigner le bétail et en particulier le petit bétail. Il se rencontre exclusivement en poésie - si l’on néglige les cas d’évidentes parodies du style épique150. Rare au singulier, il peut viser, dans l’épopée, soit une chèvre soit un mouton151, les ovins étant la valeur apparente dans tous les cas où le terme n’est pas explicité152. Plus largement le mot est au pluriel l’équivalent de

  • 153 Voir Hom., Od. 9, 184 (μλιές τε κααγες ίαυεσκού).
  • 154 Straton, ap. Ath. 9, 382 d. Eustathe confirme l’identité de sens des deux mots chez Homère (Eust., (...)
  • 155 Hes., Fr. 198, 11 ; h. Wen. 169 ; Horn., Il. 5, 556 & 8, 505 ; etc. Voir aussi Horn., Od. 10, 85 ; (...)
  • 156 Ar.Byz., Fr. 125 ; voir Theoc. 25, 281 ; cf. Orac. Sib. 3,575. L’ambiguïté du terme se retrouve dan (...)
  • 157 Hom., Od. 23, 356 ; voir Horn.,Il. 12, 319 ; Antimach., Fr. 1, 86 ; A.R. 2, 501 et 513.
  • 158 A., Ag. 1057 ; voir Horn., Il. 9,466 & Od. 11,45 ; Bacch., Épinic. 1, 5,109
  • 159 Sim., Fr. 249 (Ar.Byz. ap. Eust., in II. 877, 57 : “Il invoque en outre des exemples tirés de Simon (...)
  • 160 Cf. A.R. 4,672-675 : “des bêtes qui n’avaient pas l’aspect de bêtes sauvages ... s’avançaient en fo (...)
  • 161 Soph. ap. Ar.Byz., Fr. 125.

43πρόβατα153 : “est-ce que tu sacrifies un porc vorace ? - je répondis que non - alors un boeuf au front large ? - non, pas un bœuf, mon pauvre ami, - peut-être sacrifies-tu du petit bétail - non, par Zeus, aucun d’eux, il s’agit d’un agneau (προβάτιον) -mais fit-il des moutons (πρόβατα) n’est-ce pas du petit bétail (μήλα) ? - mouton, petit bétail ? Je ne te suis pas. Je ne connais rien à tout ça et je ne veux rien savoir...”154 ; aussi les μλα sont-ils souvent dans une formule binaire opposés au gros bétail, c’est-à-dire surtout aux bœufs155. Par extension ce terme peut renvoyer à l’ensemble des richesses en bétail, y compris les bœufs : “Aristophane ajoute une autre acception : le bétail (μήλα) : bœufs cornus, brebis et chèvres grasses”156. La connotation la plus forte de ce terme est celle de prospérité économique : “il faudra m’occuper des biens (κτήματα) qu’en ce manoir nous possédons encore, et des troupeaux que ces bandits m’ont décimés”157 ; il apparaît très souvent aussi dans un contexte sacrificiel : “déjà, au cœur de la maison, devant le foyer, les victimes (μλα) sont prêtes, attendant le couteau”158. Il existe deux emplois ‘anormaux’remarqués dans la littérature : le premier, noté par Aristophane de Byzance puis Eustathe, est le fait de Simonide qui désigne par ce mot un taureau159 ; Sophocle, plus singulièrement encore, applique le terme aux animaux sauvages qui sont à l’opposé du champ sémantique et symbolique de μλα160 : Sophocle, dit-il, semble appliquer le terme de mêla à toutes les bêtes (τά θηρία πάντα) car il dit qu’Achille grandit sur le mont Pélion, en chassant toutes sortes de bêtes (πάν μλον)”161.

  • 162 Ce terme est très utilisé par les auteurs chrétiens : LXX (262), J. Chrys. (219), Orig. (85), Eust. (...)
  • 163 On rencontre moin d’une dizaine d’occurrences du mot pour des richesses qui ne consistent pas en bé (...)
  • 164 Pl., Crit. 109 c 1. Même valeur en Hdt. 2, 128 & 4,53 & 4, 58 ; Hp., Aër. 1, 18, 17 ; X., Cyr. 5, 4 (...)
  • 165 Hdt. 7, 187 (voir Id. 4,46 & 7,43 ; X., An. 3, 1, 19 ; Plu., Alex. 39, 3 ; Str. 15, 1, 52, 5 & 15,2 (...)
  • 166 Voir Ael. NA 16,16 : “Les Indiens amènent plus de trois mille têtes de bétail : des moutons, des ch (...)
  • 167 Gal., Hp. epid. com. 1, 17a, 929 (voir aussi Hdt. 4, 58). Mais Hippocrate (Aff. 1, 52, 24) laisse e (...)
  • 168 Hdt. 2, 38 (...“un homme examine l’animal τῇνoς) debout, puis couché, et il lui fait tirer la lan (...)
  • 169 Ce mot reprend couramment βoς ou peut le désigner de façon implicite (voir Dorieus, ap. Ath.10, 41 (...)
  • 170 Cf. aussi Plb. 12,4, 14.
  • 171 Hdt. 2, 45. Pour la chèvre (Antig. 60 b), le porc (Hp., Cord. 1, 2, 6 ; X., An. 5, 2, 3). Athénée ( (...)
  • 172 Hdt. 2, 64. Le terme a souvent une acception négative : “ils s’empiffrent comme des bêtes (ὄκωσπερ (...)
  • 173 Voir Ctésias ap. Ar. Byz., Epit 2, 67 qui énumère successivement béliers, moutons, ânes et mules et (...)
  • 174 Thphr., Fr. 159, 1, 56 ; cf. Plu., Publ. 11,6 (πρoβατƐίαις κα κτηvoτpoθίαις). Dans Ctésias ap. Ar. (...)
  • 175 Hp., Nat. Puer. 30,78 ; cf. Orac. Sib. 1, 3, 12 ; M. Ant. 5,11 ; cf. Arist., Pol. 1256 a 33 sq.

44Un des autres termes usuels pour nommer le bétail est le neutre τό κτῆvoς [ktênos] (253/1266)162. Ce substantif formé sur le verbe κτάoµαι (acquérir), désigne originellement toutes formes de biens, mais il est nettement spécialisé dans le sens de “cheptel vif, richesses consistant en têtes de bétail”163. Ce mot désigne les bêtes qui vivent “en troupeau”, ou que l’on rassemble en enclos, comme l’âne, et peut être appliqué au bétail qu’on fait paître : “comme des pasteurs qui mènent paître leur bétail à coup de trique (πoιµένες κτήη πληγῇ έµonτες)”164 ; ou aux bêtes de sommes utilisées par les armées : “les animaux d’attelage et les autres bêtes de somme (ὑπoζvγίωv τε καì τῶv ἂλλωv κτήvη τῶv ἀχθoόρωv)”165. Il s’agit principalement des grands herbivores domestiques166 : “nous appelons ktênè les animaux qui mangent l’herbe printanière”167. Cette classe se confond pratiquement avec les animaux sacrifïables, surtout dans l’œuvre d’Hérodote : “Voilà donc le genre d’examen auquel est soumis l’animal (τò κτῆvoς), et voici quel rituel ils suivent pour le sacrifice. Ils conduisent l’animal qui porte la marque à l’autel où doit se dérouler le sacrifice, allument un feu...”168. Cette catégorie est en réalité assez extensive : elle comprend naturellement le bœuf qui est le κτῆvoς par excellence169, le mouton, le cheval, la chèvre, le cochon170 et inclut même l’oie dans des textes d’Hérodote : “il est formellement interdit aux Égyptiens de sacrifier le bétail, sauf les porcs, les taureaux, les veaux (pourvu qu’ils soient purs) et les oies”171. Hérodote affirme en outre que seuls les Égyptiens et les Grecs font la différence entre les hommes et les autres “animaux grégaires” tandis que presque tous les peuples “pensent que les hommes sont comme les autres espèces de bétail (τά ἄλλα κτήvεα)”172. Les κτήvεα comptent en effet de nombreuses espèces, et si le mot s’emploie principalement au pluriel il peut au singulier désigner n’importe quel sujet de la classe173. Mais on distingue parfois par ce terme le gros bétail du petit, qui est appelé πρóβατα : “le petit et le gros bétail (τά πρóβατα καì τά κτήvη)”174. On oppose naturellement les κτήvη aux animaux sauvages, ce qui a pour conséquence de leur donner une valeur proche de celle de τά ἣµερα : “et, en vertu du même principe, pour le bétail comme pour les bêtes sauvages (τoῖσι θηρίoισιv)...”175.

  • 176 Les occurrences anciennes sont : h.Terr. 10. ; Hes., Fr. 198 & 200 ; Heraclit., Fr. 29 ; Democr., F (...)
  • 177 Il est la base de l’alimentation (Hdt. 1,216 & 2,91 ; voir Arist., Pol. 1256 a 33 ; X., Ages. 1,2, (...)
  • 178 Arist. (2). Galien et Athénée n’en font pas un usage plus important : Gal. (3), Ath. (5).

45Ce terme, qui renvoie donc à l’idée de bêtes à la fois domestiques, sacrifiables et grégaires, est présent dès Hésiode et attesté dans un fragment d’Héraclite176. Il est très fréquent dans l’œuvre d’Hérodote et pourrait bien être un mot ionien pour les animaux domestiques. Il appartient au registre économique car il marque un lien de possession et d’usage177. On ne le trouve pas en revanche dans l’œuvre biologique d’Aristote178.

  • 179 Dans la sphère domestique πρόβατov s’oppose à ἄvθρωπoς (Hes., Op. 558 ; Hdt. 1, 203).
  • 180 C’est la thèse longuement développée par H. Lommel dans un article de 1914, et réfutée par Benvenis (...)
  • 181 Benveniste, 1949, p. 96 (voir p. 95 : “πρoβαίvω n’a jamais [le] sens de ‘marcher en tête’”). Ce ter (...)
  • 182 Comme le rappelle Benveniste (ibid., p. 92) “Hérodote a 31 exemples de πρóβατα, pas un seul de πρóβ (...)
  • 183 Hom., Il. 23, 549 (voir ibid., 14, 124 : “il possédait d’immenses troupeaux (πρóβατα)” ; il apparaî (...)
  • 184 Hdt. 2, 41. Voir Hp., Art. 1, 8 : “Homère a bien compris que de tous les animaux de troupeaux (πάvτ(...)
  • 185 Hdt. 1, 207 et 4,61 ; Th. 2, 51, 4 ; Antiphon 5, 29.
  • 186 Th. 2, 14, 1 (les Athéniens rentrent à Athènes les biens qu’ils ont à la campagne et mettent leur b (...)

46Le mot τò πρóβαιov [probaton] (env. 1300/ env. 4000) est un substantif très courant pour désigner le bétail179. Si ce mot vient effectivement de πρoβαίvειv (avancer), il ne désigne pas fondamentalement, comme on l’a prétendu180, le petit bétail qui “marche devant” le gros bétail, mais bien tout le bétail, gros ou petit. Le collectif τὰ πρóβατα désigne les possessions vivantes qui avancent (πρoβαίvει), distinctes des κειµήλια, les possessions immobiles, qui gisent (κεeῖται)181. De fait, le collectif τά πρóβατα est la seule forme sous laquelle apparaît ce mot dans les poèmes homériques et l’œuvre d’Hérodote182, Пρόβατον a le sens général de bétail chez Hésiode et dans les épopées homériques où ce mot est présent deux fois : “il y a dans ta maison de l’or en abondance, du bronze et des troupeaux (πρóβατα ), des captives et des chevaux au sabot uni”183. Cet usage fait autorité et le mot est effectivement appliqué par les auteurs les plus anciens au bétail de façon générale : “tous les Egyptiens sans distinction révèrent les vaches infiniment plus que tous les autres bestiaux (πρoβάτωv πάτω µάλιστα) ”184. Ce vocable est en outre souvent associé au sacrifice ou lié à la consommation185. Comme on le voit déjà chez Homère, ce terme est lié à une certaine place dans l’économie agricole, et les πρóβατα peuvent être opposés aux bêtes de somme d’un point de vue fonctionnel : “les troupeaux et les bêtes de somme (ὑπoζύγια), ils les firent passer en Eubée et dans les villes avoisinantes”186.

  • 187 Cf. Hdt. 1, 133 : “ce jour-là les riches se font servir un bœuf, un cheval, un chameau, un âne, rôt (...)
  • 188 Gal., Hum. 18 a, 356, 7. Aristophane de Byzance (Fr. 123, 15 ap. Eust.) commente l’acception homéri (...)
  • 189 C’est dans un texte ancien du corpus hippocratique que l’on rencontre sans doute le premier emploi (...)
  • 190 Leg. Gort. A, 35 (le terme καρταίπoυς n’apparaît qu’une fois dans la littérature (P., 01. 13, 81), (...)

47Mais si cette signification large constitue, au ve siècle encore187, le sens traditionnel, πρóβατo est aussi employé - et de façon croissante - avec une valeur plus restrictive pour désigner seulement le petit bétail. L’acception homérique choque les lettrés, dès l’époque alexandrine, et Galien confirme à la fin de notre période le caractère archaïque de ce sens large : “<Hippocrate> appelle en fait probata tous les bestiaux (ἄπαvτα τὰ βoσκήµατα) et ce sens figure dans le traité sur la Maladie sacrée, qui dit textuellement : “leur probaton consiste uniquement en vaches et en chèvres” ; nous trouvons pour ainsi dire la même chose chez le Poète qui dit : “il avait de nombreux troupeaux ; il désignait évidemment les troupeaux de bestiaux (ἀγέλας, βoσκηµάτωv) ; d’autres auteurs anciens ont d’ailleurs également employé ce mot avec cette acception”188. De fait, avec une signification plus restreinte, ce substantif désigne dès l’époque classique le petit bétail, par opposition au grand bétail189. Cette distinction apparaît de diverses façons dans de nombreux textes, et sa présence dans la loi de Gortyne en confirme la pertinence culturelle : “le petit bétail et le grand bétail (τά πρóβατα καὶ καρταίπoδα)”190. Les exemples de cet emploi abondent dans les textes classiques et alexandrins. Mais le partage entre l’usage large et l’usage restreint suit aussi, grossièrement, la frontière linguistique entre l’ionien-dorien (bétail) et l’attique (petit bétail) : son acception est large dans les écrits ioniens alors que dans les textes de prose ou les comédies attiques, le mot désigne presque toujours le petit bétail.

  • 191 Cf. Benveniste, 1949, p. 99 : “Le nom du bétail ainsi obtenu devient à son tour terme spécial ; il (...)
  • 192 Ar.Byz., Épit. 1, 52. Voir Ar., Av. 714 ; Th. 2, 14 ; Antig. 7 ; Antig. 103 (αγας καὶ πρóβατα) ; A (...)
  • 193 Voir D.H. 13, 4, 2 (“le petit bétail et les bêtes de somme”, πρoβάτω καὶ τῶv ὑπoζυγίω), etc.

48Par une spécialisation supplémentaire, le mot désigne même souvent spécifiquement les moutons, à l’exclusion des chèvres191 : “la durée de gestation de la brebis (πρóβατ) est de cinq mois, comme pour la chèvre”192. Mais cette spécialisation du terme n’empêche nullement l’utilisation occasionnelle de ce mot pour nommer le grand bétail, tant il est vrai que, même si l’usage conditionne les emplois d’un terme, le sens fondamental de πρóβατo renvoie plus à la sphère de la domesticité et à une fonction pastorale qu’à une espèce ou un ensemble biologique particulier193. L’hypothèse ancienne selon laquelle ce mot désignerait originellement les troupeaux mêlés de chèvres et de moutons qui avançaient devant les plus grands animaux se heurte donc aussi à l’argument historique : on constate en effet que ce mot, tout comme ὑπoζύγιov, va au contraire vers une spécialisation croissante et que le sens le plus large est attesté dans les textes les plus anciens.

  • 194 Plu., 83 a 8 ; cf. Arr., An. 6, 25, 2,6 ; cf. Dsc. 4, 183, 2,6 : “les crinières des chevaux”, τoὐς (...)
  • 195 X., Éc. 18, 3, 5 ; voir X., An. 2, 1, 6 : “cependant l’armée tirait comme elle pouvait sa subsistan (...)
  • 196 Cf. J, B.J. 2, 546, 3 : “les mulets et les ânes avaient été anéantis - et jusqu’aux bêtes de somme, (...)
  • 197 X., Anab. 1, 7, 20 (voir Th. 2, 3, 3 ; Plu., Luc. 11, 5 ; Id., Syl. 12,6 ; Id., 280 d 10). On trouv (...)

49Le terme consacré pour désigner les équidés dans leur usage comme bête de somme est le mot τò ὑπoζύγιo [hupozugion] (419/674). Ce substantif neutre désigne en effet très couramment les chevaux : “tout comme les bêtes de somme qui ont été correctement dressées, même quand leur maître leur laisse la bride lâche, ne cherchent pas à se dévoyer et à quitter la route, mais avancent de façon disciplinée, comme ils en ont l’habitude...”194. Toutefois ce mot construit sur le nom du joug ou du bât (ζυγó et ὑπó = sous) ne correspond pas à un genre biologique précis mais bien davantage à une fonction. Xénophon, dans l’Économique en donne une définition qui comprend tout le grand bétail, bœufs, mulets et chevaux : “- eh bien, dit-il, voici un point que tu sais : on utilise les bêtes de somme pour le battage. - Bien entendu, je le sais, et je sais aussi que l’on appelle bête de somme indistinctement bœufs, mulets, chevaux (καὶ ὑπoζύγιά γε καλoύµεvα πάvτα ὁµoίως, βoῦς, ἡµιóvoυς, ἵππυς)”195. Tous ces animaux, et particulièrement les bœufs, ne sont pas biologiquement des ὑπoζύγια mais seulement accidentellement, lorsqu’ils sont commis au transport, quel qu’il soit196 : “les soldats faisaient pour la plupart porter leurs armes sur des chariots et des bêtes de somme”197. Dans la pratique ce sont cependant les équidés (et tout spécialement les chevaux) qui sont les sujets privilégiés de cette classe.

  • 198 Voir Arist., HA 595 b 22 (ἵππoι καὶ ὀρεῖς καὶ ὂνoι).
  • 199 D.H. 8, 12 ,2 (voir D.H. 3, 32,6). Arist., Pr. 895 a 15 : “pourquoi les équidés (τά ὑπoζύγια), les (...)
  • 200 D.H. 12, 6, 1. On retrouve souvent cette trinité, avec de légères variations : πρóβατα │ κτήvη │ ὑπ (...)
  • 201 Arist., Pr. 895 a 36 ; voir Arist., HA 491 a ; Thphr., HP 3, 10,2. Voir aussi Thphr., HP 5, 7,6 : “ (...)

50Et, de fait, la répartition des tâches entre les différentes espèces de grand bétail fait des équidés les bêtes de somme par excellence198. Par un déplacement du statut fonctionnel à la définition biologique, le mot devient l’équivalent de solipèdes : τά ὑπoζύγια sont alors distingués des bovidés : “un grand nombre de citoyens romains et d’esclaves fut fait prisonnier et on saisit une quantité non négligeable de bœufs, de bêtes de somme, et d’autres espèces de bétail (τῶν ἄλλω βoσκηµάτων)”199. Avec la catégorie des πρóβατα, ils constituent la trinité grecque classique des bestiaux : “il y eut une pénurie complète de petit bétail (πρoβάτω), de chevaux (ὑπoζυγίων) et de bœufs”200. Un problème aristotélicien distingue même les ὑπoζύγια de tous les autres mammifères quadrupèdes appelés oί πoλvυώvυχoι (“ceux qui ont plusieurs ongles”) - opposition qui revient à identifier les ὑπoζύγια avec les ongulés ; ce mot est d’ailleurs repris plus loin par τά λóoυρα qui est le terme consacré dès avant Aristote pour désigner les équidés201.

  • 202 Ce mot est employé, dans les textes chrétiens, pour désigner l’âne (Év. Matt. 25, 5 ; Ép. Pet. 2, 1 (...)
  • 203 Thgn., Fr. 126. Voir Phérécrate, Fr. 65 ; Hp., Morb. pop. 1,3, 13 & 7,1, 89 ; etc.
  • 204 Voir Plat., Leg. 761 a 5 (cf. Id., R. 370 e 2 : “pour fournir aux laboureurs des bœufs de labour, p (...)
  • 205 Voir Plat., Leg. 936 e 3 : “si une de ses bêtes de trait (ὑπoζύγιo), un cheval, un chien ou quelqu (...)
  • 206 X. An. 4, 5, 36 (Xénophon distinguant des bêtes du convoi les petits chevaux arméniens qui viennent (...)
  • 207 Ce terme a une très faible pertinence biologique, comme en témoigne sa discrétion dans la littératu (...)

51Sans mettre en cause la valeur d’ὑπoζύγιo comme désignation zoologique pour nommer les équidés, il est essentiel de remarquer que ce classème évoque moins une classe naturelle qu’une classe fonctionnelle : celle des animaux propres à tirer ou à porter pour l’homme : le cheval, le mulet, et le bœuf202. Cette dénotation est sensible dès la première occurrence du mot, dans un poème de Théognis : “on ne saurait juger des sentiments d’un homme ou d’une femme sans les avoir mis à l’épreuve comme des bêtes de somme”203. Les ὑπoζύγια sont moins distingués des bœufs que des βoσκήµτα204 ; il arrive même que les ὑπoζύγια soient distingués des chevaux de monte et le mot réservé aux équidés de trait ou de charge (mulets, ânes, bardots)205 : “là, le commarque apprit aussi aux soldats à entourer de petits sacs les pattes des chevaux et des bêtes de somme (τῶν ἵππων καὶ τῶν ὑπoζυγίων) lorsqu’ils progressaient dans la neige”206. Comme les autres termes de cet ensemble, il est en faveur chez les historiens mais guère fréquent dans les textes zoologiques ou médicaux207.

  • 208 Ce mot a aussi le sens de “commun, ordinaire”, surtout à propos des hommes par opposition à ἂρχovτε (...)
  • 209 Le mot ἀγέλη (troupeau) est lui aussi toujours appliqué à des bœufs dans les poèmes homériques, à u (...)
  • 210 Hes., Scut. 168.
  • 211 Soph., Aj. 168.
  • 212 Ar.Byz., Épit. 2, 127. C’est parce que le substantif ἀγέλη avait vu ses emplois se diversifier que (...)
  • 213 Arist., HA 610 b 4 ; Opp., H 3,639 ; Ael., NA 12,43.
  • 214 P., Fr. 112.
  • 215 La Souda, bien plus tard, définit ὁ ἀγελήτης (l’animal de troupeau) par ó βoῦς (le bœuf). Voir E., (...)
  • 216 Le premier sens est très net dans Hom., Il. 11,729. et Od. 10,410 ; le second est manifeste dans un (...)
  • 217 D’après une scholie à Homère (ad Od. 20, 251 B) cet état grégaire correspondrait à un stade immatur (...)
  • 218 X., Éq. 1, 5, 8 (voir aussi Luc, Asin. 27, 15). De la même façon, le bœuf ἀγέλαις ; n’est pour Aris (...)

52Mentionnons ici également l’adjectif ἀγελαῖος ; [agelaios] (111/162), construit sur le verbe ἄγειν (conduire) et qui a fourni un classème précieux pour désigner les animaux grégaires208. Cet adjectif est toujours appliqué à (βoῦς dans les épopées homériques où on le rencontre huit fois209. Mais il cesse d’être une épithète de nature dans les textes ultérieurs puisqu’Hésiode l’emploie à propos de porcs210 et on le rencontre par la suite comme épithète pour qualifier des oiseaux211, des éléphants212, des poissons213, et même des jeunes filles214. Le bœuf constitue néanmoins l’animal ἀγελαῖoς par excellence215. Alors qu’il a le sens de “qui fait partie d’un troupeau” chez Homère, il revêt rapidement celui de “qui vit en troupeau” ou “qui forme une bande”216. Cet adjectif ne marque pas nécessairement une qualité naturelle d’une espèce et peut servir à distinguer à l’intérieur d’une même espèce les sujets qui sont élevés en troupeau217 : “les juments élevées en troupeau ἀγελαῖαι) ne se laissent pas aussi bien approcher des ânes tant qu’elles ont les crins longs”218.

  • 219 Pl., Plt. 264 d 2 (c’est ce que dit Socrate après avoir évoqué les oies et les grues). Il forge mêm (...)
  • 220 Les poissons ἀγελαῖoι étaient auparavant des poissons d’élevage “nourris dans des étangs” (Hdt. 2,9 (...)
  • 221 “Il est évident que l’homme est un animal plus politique que toutes les abeilles ou que n’importe q (...)
  • 222 Arist., HA 487 b 34 ; cf. Id., Pol. 1256 a 23 : “parmi les bêtes, les unes sont grégaires, les autr (...)
  • 223 Arist., HA 488 a 21. Aristote cite dans ce passage parmi les animaux grégaires la colombe, le cygne (...)
  • 224 “Il en est de même chez les poissons, par exemple chez les petits sélaciens, la plupart des poisson (...)
  • 225 Voir néanmoins Ath. 8, 357 b ; on trouve aussi le mot chez le grammairien Harpocration : “grégaires (...)
  • 226 Ainsi cette classe n’est nullement une création abstraite mais s’inspire d’un terme à l’origine trè (...)

53C’est Platon qui, le premier, use de ce mot comme classème au neutre substantivé : “dans l’élevage des animaux grégaires (τῶ ἀγελαῖων), un type est aquatique, un autre terrestre”219. Ce terme, qui ne désignait jusqu’alors que des animaux domestiques ou du moins élevés par l’homme, s’élargit à désigner objectivement tous les animaux naturellement grégaires220. Aristote reprend et développe cette “différence”221. Il fait même de la différenciation entre les animaux grégaires et les animaux solitaires un critère fondamental de distinction morale entre les animaux : “voici les différences dans le genre de vie et le comportement des animaux : les uns sont grégaires (ἀγελαῖα), les autres solitaires, parmi les animaux de la terre, de l’air ou de l’eau - les autres sont entre les deux. Et parmi les grégaires comme parmi les solitaires on distingue ceux qui vivent en communauté (πoλιτικά) et ceux qui sont isolés (σπoραδικά :)”222. Cette distinction est pertinente pour tous les animaux et tout spécialement pour les poissons223. Car il ne s’agit pas, du moins chez Aristote, d’une classe artificielle et purement théorique : le Stagirite y fait référence plusieurs fois comme à un ensemble pertinent qui englobe certaines espèces pélagiques224. Mais ces deux philosophes et leurs disciples, particulièrement attentifs au degré de socialité, sont pour ainsi dire les seuls à faire usage de ce classème qui a peu de succès et disparaît presque de la κοιή225. Comme d’autre termes, c’est donc un adjectif épique réservé d’abord à un animal, et qui acquiert au ive siècle une valeur globale et classificatrice226.

  • 227 Arist. ap. Ath. (4), ap. Apulée (1), Ar.Byz. (3), Alex. [Myndos] ap. Ath. (1) ; on le trouve égalem (...)
  • 228 Ar.Byz., Épit. 1,25.
  • 229 Diogenianus, Proverbes, 1, 61 : “ces animaux pratiquent la vie en couple et sont grégaires”, συνδνα (...)
  • 230 M. Aur. 11, 18, 4 : “les abeilles ne le font même pas, ni aucune des espèces naturellement sociales (...)
  • 231 Arist. (Fr. 321) ap. Ath. 7, 309 a. Aristote préfère d’ordinaire à ce mot le lexème γελαîoς.

54L’adjectif συναγελαστικóς [sunagelastikos] (11/35), de même racine (+ σύν = avec) exprime la socialité. Il fait traditionnellement partie du lexique aristotélicien, même si on ne le rencontre que dans des fragments d’Aristote rapportés par Athénée et dans des passages de l’épitomé aristotélicien rédigé par Aristophane de Byzance227. Ce dernier signale cette faculté dans une liste des qualités psychologiques par lesquels se distinguent les animaux : “les uns sont sociables et bien disposés à l’égard de leurs congénères (συναγελαστικὰ καì ϕιλάλληλα), comme les grues, les autres sont solitaires et malveillants, comme les milans et consorts, d’autres enfin sont à la fois sociables et solitaires (συναγελαστικὰ ἅµα καì µονήρovrῖpη) comme les hommes”228. Les autres animaux qui sont qualifiés de sociables sont les abeilles, les choucas229, mais surtout des poissons : les thons, les carpes, les mulets230. Une fois seulement l’adjectif est employé de façon substantivée, comme un véritable classème : “la carpe : comme en témoigne Aristote elle compte aussi parmi les poissons carnivores et sociables (τῶν σαρκoϕάγω καὶ σναγελαστικν)”231.

  • 232 Ph., Spec. I, 162, 3
  • 233 Ph., Decal. 132. Voir aussi Photios (Bibl, § 279, 535b, 23), au sujet des abeilles (“ce genre est f (...)
  • 234 Max., Dial. 29,7.

55L’adjectif simple γελαστικóς [agelastikos] (4/7) est presque inexistant. Philon l’utilise avec le sens du composé, à propos de la colombe : “la colombe est le plus doux des animaux naturellement dociles et sociables”232 ; et de l’homme : ”la nature a fait de l’homme, l’être le plus apprivoisé, un animal sociable et convivial (άγελαστικóν καì σύννoµoν)”233. Et il apparaît dans une énumération non systématique de catégories zoologiques chez Maxime de Tyr : τὰ πετóµενα, τὰ βαδíζoντα, τὰ ἕρπoντα, τὰ τὴν ὑγρὰν δίαιταν ἀσπαζóµενα, τὰ σαρκoϕάγα, τὰ πoιηϕάγα, τὰ καρπoϕάγα, τὰ ἀγελαστικά, τὰ ἥµερα, τὰ γρια, τὰ εὔκερω, τὰ κερω234.

  • 235 Arist., HA 604 a 22.
  • 236 Plu., Aem. 33, 2.
  • 237 Dans plus de la moitié des cas, ce mot est un nom propre et désigne le fils du soleil ou la ville t (...)
  • 238 L’adjectif substantivé, au féminin, désigne à lui seul la jument : Opp., C 1,386.

56Un certain nombre d’autres adjectifs sont utilisés en fonction d’épithète pour préciser le mode d’élevage des animaux : Aristote distingue ainsi les chevaux qui sont élevés en troupeau, dans les pâturages (ϕoρβάδες) de ceux qui sont gardés à l’écurie (τρoϕíαι) : “Parmi les chevaux, ceux qui paissent librement (αἱ ϕoρβάδες) sont épargnés par les maladies autres que la goutte <...> Au contraire les chevaux qui vivent en écurie (oἱ τρoϕίαι) sont sujets à un nombre considérable de maladies”235. Si le second adjectif, τρoϕίας [trophias] (2/4) n’est utilisé ailleurs qu’une seule fois236, l’adjectif ϕoρβάς [phorbas] (49/89)237 est souvent employé avec le sens de “paissant” ou “champêtre”, le plus souvent pour des chevaux, mais aussi pour des bœufs, des chèvres ou des porcs238.

  • 239 Cet adjectif est très usité (612/789) mais n’est employé qu’une vingtaine de fois pour des animaux.
  • 240 Voir cependant voµàς ἔλαϕoς (S., Fr. 89), ππoυς νoµάδας (S., Tr. 272) ; et Bolos 6, 1 : “les cheva (...)
  • 241 Gal., Sanitat. 6,435, 9 (voir Æsop. 302).
  • 242 Selon Athénée, les voµάδες ὄρνιθες sont les oiseaux qui sont élevés dans un aviarium et font partie (...)
  • 243 Gal., Simp. med. 12, 302, 13 : “la fiente des pigeons voyageurs (νµάδων περιστερν) - c’est le term (...)
  • 244 Arist., HA 593 b 7 (Anas crecca) ; voir Ath. 9, 395 c. On trouve parfois βασκάς (Ar., Av. 885) ou ϕ (...)
  • 245 Gal., Comp. med. 13, 515, 1 : “enduisant au préalable de sang de colombe - pas de colombes domestiq (...)
  • 246 On rencontre une fois cette valeur avec un mot de la même racine que voµάς : "le chêne fournit un a (...)

57Les adjectifs νoµάς [nomas] (env. 25/35)239, dérivé de νέµειν (faire paître) et βoσκάς [boskas] (9/20), dérivé de βóσκειν (nourrir) sont également employés pour désigner des animaux élevés de façon extensive, le plus souvent à la campagne. Ils impliquent l’idée de vagabondage. En fait ces adjectifs sont presque exclusivement appliqués à des oiseaux240. Galien définit clairement ce que signifie voµάς, à propos des pigeons : “si l’on manque d’oiseaux de montagnes (i.e. sauvages), on peut prendre des oiseaux élevés à la campagne et des pigeons voyageurs gardés dans les pigeonniers (τν κατὰ τoύς πύργoυς περιστερν νoµάδων)”241. Ils sont distingués autant des colombes sauvages (ὄρειoι)242 que des colombes domestiques (κατoικίδιoι)243. Dans cinq cas βoσκάς désigne une espèce de canard (ὄµoιoς νἡττη)244 ; mais trois fois il est épithète d’un oiseau et paraît signifier que l’animal vit en volière ou dans une situation de semi-liberté245. Mais il n’est jamais employé comme classème, au neutre pluriel246.

Les “bêtes” et “bestioles”

58Les substantifs suivants s’appliquent, pour la plupart, à des animaux sauvages, mais avec une extension fluctuante ou incertaine.

  • 247 Notons que le mot est invariable, même lorsqu’il désigne une femelle : θὴρ πᾶσα θἡλεια (Ar.Byz., Ép (...)
  • 248 Cf. Hdt. 3, 129 ; Pl., R. 559 d ; Id., Sph. 235 a ; X., Cyr. 4, 6, 4 ; etc. ; Aristote ne l’emploie (...)
  • 249 Sous cette forme sont toujours visés depuis Homère les Centaures (Horn., II. 10, 268 ; D.C., Orat. (...)
  • 250 A., Eum. 70 ; cf. Emp., Fr. 26, 4 : dans leurs transformations, les êtres “deviennent hommes et aut (...)
  • 251 Voir h. Dian. 8 et 10 (cf. θηρητἡρ : Hom., Il. 5, 51 ; etc.) ; le mot est également lié à la pêche  (...)
  • 252 Cf. Opp., H 4, 627 : òλoòς θἠρ ; ibid. 5, 228 : θἠρ òλoòς ; ibid. 5, 239 : oύλóµενoς θἡρ ; Orph., L (...)
  • 253 Hom., Il. 10, 360 sa ; voir P., Fr. 106 ap. Ath. 1, 28 a : ἐπì θηρσì κύνα τρέχειν (voir Hom., Il. 1 (...)
  • 254 A., Eu. 147-148 ; voir E., Hec. 1173 : “et moi, levé d’un bond comme une bête fauve (θἠρ ς) je me (...)
  • 255 Opp., H 1,15 ; voir Orph., Lapid. 1,446 : θἡρεσσι µάχεσθαι ; etc.
  • 256 On compte 20 occurrences du mot dans les épopées et 8 dans les Hymnes.

59Le substantif masculin θρ [thêr] (522/735)247 est un lexème zoologique fondamental, de nature essentiellement poétique, mais qui se rencontre aussi à l’occasion dans la prose attique248 ; on trouve également la forme éolienne ϕρ [phêr] (11/40)249. Ce mot peut désigner l’animal en général, en opposition aux dieux et aux hommes : “[les Érinyes], vieilles filles d’un antique passé que n’approchent jamais ni dieu, ni homme, ni bête (θήρ)”250. Mais il est initialement lié à la chasse (θἡρα)251, à la fois comme prédateur252 (éventuellement de l’homme) et comme proie253 : “elle s’est échappée des filets ; elle est loin, la bête (ὁ θήρ)... vaincu par le sommeil j’ai perdu ma proie (ἂγραν)”254. Il constitue le premier adversaire de l’homme : “la bête et l’homme (θήρ τε καì άνήρ) luttent ensemble en sûreté sur la terre”255. Et il n’est employé dans l’épopée homérique que pour désigner les quadrupèdes sauvages256.

  • 257 Hes., Op. 276.
  • 258 Hom., Od. 24,292. Ce passage appartient à un livre qui, dans son entier, était considéré par les Al (...)
  • 259 Emp., Fr. B 21, 14 ; c’est toujours le mot θήρ qui représente les bêtes terrestres : “tel est aussi (...)

60Il représente les animaux terrestres, dans le premier “système” (hésiodique) de distribution des animaux : “telle est la loi que le Cronide a prescrite aux hommes ; que les poissons, les fauves, les oiseaux ailés (χθύσι µὲν καὶ θηρσὶ καὶ οωνoῖς πετεηνoῖς) se dévorent, puisqu’il n’est point parmi eux de justice”257. Cette tripartition se trouve déjà dans l’Odyssée : “mais, loin de tous les siens et du pays natal, les poissons (χθύες) de la mer l’auraient-ils dévoré ?... sur terre, serait-il devenu la pâture des fauves et des rapaces (θηρσì καì oíωνoῖσιν) ?...”258. Elle se rencontre (dans les mêmes termes) dans les œuvres d’Empédocle : “[c’est des éléments que] les arbres ont surgi, et les hommes et les femmes, et les bêtes, et les oiseaux, et dans l’eau les poissons (θῆρές τ’οωνο τε καὶ ύδατοθρέµµoνες χθῦς), et les dieux...”259.

  • 260 Emp., Fr. B 130, 1. Pour θῆρες opposés aux oiseaux voir Mésodème, Fr. 12,4 : οὔτ’ὄρνις ὄλoν δἐµας ο (...)
  • 261 Alcm., Fr. 49,4 (Garzya).

61Il constitue le terme de base pour désigner l’animalité, et se trouve parfois seulement corrélé aux oiseaux : “car tous étaient apprivoisés et domestiques, bêtes sauvages et oiseaux (θῆρές τ’οωνοí τε)”260. Si l’on doit voir dans ces évocations du monde animal un véritable résumé de l’animalité et non seulement une formule allusive, il faut regarder θἡρ comme le terme le plus compréhensif pour nommer les animaux, susceptible de désigner toutes les formes de vie qui ne sont pas lexicalement distinguées : si seuls les oiseaux (οωνο) sont nommés, alors θήρ signifie tous les autres animaux. On trouve par ailleurs, d’autres résumés du monde animal, où l’extension de θήρ est plus réduite, comme dans le fragment 49 d’Alcman, où il ne semble désigner que les quadrupèdes sauvages : “<dorment> les tribus des animaux qui rampent (έρπετά), toutes celles que nourrit la terre noire, et les bêtes de la montagne, la race des abeilles et les monstres (κνώδαλα) des abysses de la mer ténébreuse ; dorment aussi les tribus des oiseaux (οωνν φλα) aux larges ailes”261.

  • 262 Des Centaures : S., Track. 556, 568, 680, 707 et 1162 (voir Hdn., Pros. cath. 3, 1, 398 : θήρ, ήρ (...)

62Dans la plupart des cas, lorsqu’il n’est pas employé comme collectif au pluriel mais comme terme anaphorique au singulier, il ne renvoie pas à une classe d’animaux précise, mais constitue plutôt une qualification affective et fonctionne comme un “titre de sauvagerie”, virtuellement applicable à n’importe quel animal que l’auteur désire évoquer sous l’angle de la monstruosité, de la bestialité ou de la cruauté. Et il n’est en cette valeur pas même réservé aux bêtes, mais peut qualifier des monstres, des hybrides ou des hommes262.

  • 263 Archil., Fr. 82,6 sq. ; cf. Ar.Byz., Épit. 2, 305 ; ibid. 2, 259, 6.
  • 264 Gal., Animi mores 4, 771, 19 ; voir Hésychius : θήρ λέων (voir E„ HF 465 ; Ad., NA 12, 7 ; Mésodème (...)
  • 265 Opp., H 2, 539 ; voir Ael., NA 12, 7 (= Emp., Fr. B 127) : “Empédocle dit encore que la plus noble (...)
  • 266 Orac. Sib. 11, 215 ; voir aussi A. R. 2, 45 : “la vaillance et la fougue [d’Héraklès] égalaient cel (...)

63Si ce terme peut donc signifier l’animalité entière, son champ d’extension privilégié est celui des quadrupèdes carnivores terrestres : “[puisque Zeus a fait la nuit en plein midi] nul ne doit s’étonner parmi vous s’il voit un jour les fauves échanger leur terre ferme contre le pacage marin des dauphins (δελῖσι θῆρες ἀνταµεψωνται νοµòν ἐνάλιον) et emprunter les flots sonores de ces derniers, tandis que les dauphins s’enfonceront dans la montagne (ύλέειν ὄρος)”263. Le θἡρ par excellence, celui qui peut être désigné sans équivoque par ce seul nom et qui est consacré par Homère comme paradigme des θῆρες est le lion : “on emploie le mot thèr de façon particulière (ἐξαιρέτως) pour le lion, et par extension (κατ’έξοχήν pour les autres animaux qui lui ressemblent”264. C’est lui l’exemple, le modèle et le roi des θῆρες : “les lions sont les rois des bêtes carnivores (θήρεσσιµετ’ώµηστῆσι)”265 ; car il incarne les valeurs de la bestialité et de la sauvagerie : “le terrible lion se jettera sur toi, la bête carnivore (ὠµοβόρος θήρ), sauvage, impie, les épaules enveloppées d’un vêtement de peau”266.

  • 267 Bon nombre de ces connotations se retrouvent dans les locutions examinées nar Hérodien : Hdn. Part. (...)
  • 268 A.R.1, 1243 ; voir P., P. 3, 4 : ϕῆρ’ἀρότερo ; A.Ch. 998 : ἂρενµα θηρός ; Anacr., Fr. 3, 3 ; PH. (...)
  • 269 La violence est la qualité caractéristique de la bête, comme la lâcheté celle de la femme ( !) : Al (...)
  • 270 H Ven. 123. Nombreuses variations sur cet aspect : θηρῖ (E., Ion 505) ; θῆρες µη (...)
  • 271 Thcr. 25, 242. Voir aussi Orph., Arg. 1, 725 : τòν δ’ἔκτειεν θήρ, σς  ; Simias, Fr. 26, 17 : (...)
  • 272 Call., H 4, 119 ; cf Hom., Il. 1, 266 : ϕρòιν ò ; h. Vulc. 4 : ἄvτρòι vαιετάασκoν ἐν oὔρε (...)
  • 273 Sim., Épigr. 6, 217,7 ; voir Théoc. 23,10 : θὴρ ύλαῆoς (et Hes., Op. 510-511 ; Hom., Il. 10,184).
  • 274 E., Fr. 421, 1 ; voir A.R. 1, 1144 : “des bêtes sauvages (θήρες), quittant tanières et fourrés arri (...)
  • 275 Cf. Ar.Byz., Épit. 2, 120.
  • 276 Nie, Alex. 38 ; voir Orph., Lapid. 1, 127 : πελώιoς άµϕέχανεν θήρ.

64Les principales connotations de ce terme267, souvent soulignées en poésie par les déterminants qui l’accompagnent, concernent le tempérament de l’animal : la sauvagerie (θὴρ ἄγριος)268, la violence (ἡ σφοδρότης θός)269, le caractère sanguinaire et carnivore (θῆρες ώµoϕάγοι)270, l’agressivité (ἠ )271 ; son lieu de vie : la montagne (θῆρς έν oὒρεσι)272, la forêt (ύλovόµoµ ἠ)273, ou les grottes (λ έἂντρος ἄλυχνος, ὣστε θήρ, µόνος)274 ; ainsi que sa taille275 ou son aspect redoutable (θήρεσσι πελώροις)276.

  • 277 E., Ba. 922. Ce sont les mots que Penthée prononce dans son délire où il croit voir Dionysos (voir (...)

65Comme notre mot “bête”, - et c’est là une fonction non négligeable de ce terme - il sert enfin à appréhender un être mal identifié ou inquiétant : “et toi qui me conduis, tu as l’air d’un taureau, et des cornes, je crois, ont poussé sur ta tête ; étais-tu une bête avant ? te voici devenu taureau”277.

  • 278 Call., H 2, 100 : θήρ, αἰνòς ὄϕις (le serpent Python).
  • 279 Cf. Ar., Av. 1064.
  • 280 Opp., H 5, 40 (voir ibid. 5,62).
  • 281 Ph., Plant. 1, 151, 3 : θὴρ ó θαλάττιoς κύων.
  • 282 P., Fr. 43 ap. Plu., 978 e 3 et Ath. 12, 513 c : “πoντἰoυ θηρòς <πετραἰoυ>” (voir Luc., Salt. 67, 4 (...)
  • 283 Opp., H l,700 : είναλίη θήρ.
  • 284 Arion (Lyr. Adesp., Fr 21, 1, 5) ap. Ael., NA 12, 45 (voir Épicrat., Fr. 7, 13 : ἐναλἰων θηρῶν).
  • 285 A.R. 4, 672 (mais ce ne sont pas les dauphins que le poète vise par cette expression ; voir ibid. 1 (...)
  • 286 Ael., NA 12, 45. Ce terme n’a pas toujours une valeur négative et peut servir au contraire à mettre (...)
  • 287 S., Aj. 364-366.

66Si l’on n’affecte pas d’emblée une signification exclusive, objective et zoologique à ce terme, mais qu’on le considère comme le moyen d’exprimer emphatiquement un ou plusieurs des traits que nous avons relevés, on comprend mieux qu’il puisse aussi s’appliquer à des êtres qui ne correspondent absolument pas, biologiquement ou symboliquement, au modèle constitué par le lion. Il peut en effet désigner des serpents278, de la vermine279, et même des animaux marins : “telles sont les bêtes qui hantent la mer”280. Ces animaux ne sont pas seulement des bêtes cruelles comme les squales281 ou effrayantes comme le poulpe282, mais aussi des créatures inoffensives comme le phoque283, ou les dauphins (πλωτοὶ θῆρες)284 qui sont, pour reprendre une formule d’Apollonios de Rhodes, des “bêtes qui ne ressemblent pas à des bêtes sauvages (θῆρες δ’oύ θἡρεσσιν ἐoικóτες ώµηστησιν)”285. L’énormité ou le caractère impressionnant (θαυµαστóν) de l’animal suffisent, en dehors de toute connotation négative, à motiver ce titre. Dans chaque cas, l’emploi du terme ne peut se justifier que par l’analyse du contexte et de l’intention de l’auteur. C’est justement, dans la citation suivante, le souci de souligner le contraste entre la bestialité définitoire et la politesse des dauphins, qui donne toute sa force à l’emploi de θήρ : “les bêtes dansent en cercle... dauphins mélomanes (ϕιλóµoυσoι δελϕῖνες), nourrissons de la mer”286. Il peut même, chargé de cette brutalité foncière, désigner scandaleusement le bétail, comme dans ces vers prononcés par Ajax après qu’il eut massacré des béliers : “moi qui n’ai jamais tremblé dans les batailles effroyables, j’ai fait de mon bras le bourreau terrible de bêtes inoffensives (άϕóβoις θηρσί)”287. Ce terme est donc très proche, dans ses emplois limites, de mots comme πέωρ ou τέρας et n’est que partiellement un classème zoologique.

  • 288 Dès la première occurrence le mot désigne de fait un grand animal (ἔλαϕoς µέγας : Hom., Od. 171 ; c (...)
  • 289 Il s’agit en effet de généralités : on remarque que les Tragiques n’emploient pas ce terme (sauf S. (...)
  • 290 Hom., Od. 171 et 180 (= ἔλαϕoς µέγας, = πέλωρoν).
  • 291 Voir H Ven. 4 : oἰωνoύς τε διιπετέας καἰ θηρία πάντα. On trouve la même combinaison chez Homère ave (...)
  • 292 Pour exemple Aristote, qui emploie ce terme surtout dans le dernier livre de HA et les traités non (...)

67Le substantif τò θηρίoν [thêrion] (env. 2580/ 5550), est beaucoup plus fréquent que le mot θήρ. Ce mot n’est un diminutif que formellement, car pour le sens il ne se distingue pas nettement du terme simple288. Il constitue la forme prosaïque ionienne-attique de θήρ sans que la frontière d’emploi soit absolue289. Ce mot, qui apparaît pour la première fois dans un passage de l’Odyssée pour désigner un cerf d’une taille impressionnante (µέγας)290 sert à évoquer tous les animaux, à l’exclusion parfois des oiseaux et des poissons291. Comme pour le mot “bête”, l’extension de ce terme n’est pas fixée et il est impossible d’en donner une définition unique ni de le circonscrire dans des frontières zoologiques, car il tire sa valeur du contexte. Ce classème extrêmement compréhensif est virtuellement applicable à n’importe quel animal, et l’on ne peut pas conclure, lorsqu’il est en corrélation avec d’autres lexèmes, qu’il est employé de façon restrictive ou systématique. Il se laisse traduire, selon les cas, par “gibier”, “fauve”, “bête sauvage”, “bête terrestre”, “bestiole”, “bête”, ou “monstre”, sans qu’un auteur jamais se limite, dans son œuvre, à une seule des ces significations. Il constitue même un des rares lexèmes universellement employés par les auteurs, y compris par les techniciens, les médecins et les biologistes292.

  • 293 Ar.Byz., Épit. 2,589 ; Hes., Fr. 7,15 ; Democr., Fr. 153,18 = Ael., NA 12,18 ; X., Cyn. 1, 5, 3, et (...)
  • 294 Ar.Byz., Épit. 2, 577. Il est souvent accompagné de l’adjectif ἄγριoς qui est une surdétermination (...)
  • 295 Ael., NA 16,20.

68On le rencontre très souvent dans un contexte de chasse, car sa valeur de gibier est une des connotations fondamentales et originelles de ce lexème : “les chevaux thessaliens sont excellents pour poursuivre le gibier (θηρίoν)”293. Mais il est employé, plus largement, et comme par extension, pour évoquer les animaux sauvages en général : “la terre de Libye est cependant la mère de toutes les bêtes fauves”294 ; au point d’être souvent synonyme de τά ἄγρια : “<en Inde, les montagnes> recèlent les mêmes animaux que ceux que notre terre nourrit mais sous forme sauvage (ἄγρια δέ). Et même les brebis de là-bas, à ce qu’on dit, sont des bêtes sauvages, comme les chiennes, les chèvres et les vaches, et elles choisissent elles-mêmes et en toute liberté leur pâturage, sans être contrôlées par aucun berger”295.

  • 296 Platon distingue les θηρία des hommes et des dieux (Plat., R. 571 d : ἀvθρώπων | θεῶν | θηρίων), ai (...)
  • 297 Pl., R. 588 с 7 ; les θηρία se trouvent dans tous les espaces (voir Ar., Vesp. 23 ; Plu. 960 a ; et (...)
  • 298 Hdt. 2, 47.
  • 299 Hdt. 4, 192.
  • 300 Hdt. 2, 68.
  • 301 Hdt. 2, 65 ; Id. 2, 76.
  • 302 Hdt. 2, 66.
  • 303 Hdt. 2, 68.

69Mais il peut aller jusqu’à équivaloir en extension à ζῷoν et désigner toute l’animalité296. Ainsi même des animaux domestiques peuvent être évoqués par ce terme : “façonne donc une espèce de bête multiforme et polycéphale, ayant, disposées en cercle, des têtes d’animaux dociles et d’animaux féroces (ήµέρων δὲ θηρίων καὶ άγρίων)”297. C’est le cas chez Hérodote où le terme désigne tantôt les animaux non domestiques et non sacrifiables (en opposition à κτήνη), tantôt l’ensemble des animaux, pouvant qualifier aussi bien un porc298 qu’un oryx299 ou un crocodile300, et dans un même passage des animaux sacrés (θηρίων ίρῶν)301, domestiques (ὁµoτρóϕων)302 ou sauvages303.

  • 304 Voir Bodson, 1978, p. IX.
  • 305 Pl., Lach. 196 e 4.
  • 306 Cf. Æsop. 279 : ὧ κάκιστov θηρίo ; le θηρίov est souvent attaché à la montagne : “quelle est la (...)
  • 307 Ar.Byz., Épit. 2,163.
  • 308 Pour le loup (Æsop. 100), le renard (Harp., Lex. 177, 13 = κίναδoς), le lynx (Hdn., Clis. onom. 3, (...)
  • 309 Pour le cerf (Ar.Byz., Épit. 2, 506), le sanglier (Ar.Byz., Épit. 2, 566), l’antilope (Hdn., Clis. (...)
  • 310 Voir Antig. 35, où ce mot désigne clairement les prédateurs du cerf ; c’est le fléau des troupeaux  (...)
  • 311 Pour le requin : Hdt. 6,44 ; la murène : Hdn., Clis. onom. 3, 2, 425 (σµύραινα εἶδoς θαλαττίoυ θηρί (...)
  • 312 Cf. Ar.Byz., Épit. 1,38 : “mis à part le dauphin, et en fait une espèce de petite taille inoffensiv (...)
  • 313 Le dragon (Hdn., Clis. onom. 3, 2, 733, 17) ; le serpent (Hdn., Pros. cath. 3, 1, 404 : κvώψ, sans (...)
  • 314 Il est souvent employé de manière insultante et méprisante, chez les orateurs et les auteurs comiqu (...)
  • 315 Ar., Lys. 1014 ; cf. Pl., R. 336 b 4 (ὥσπερ θηρίov ἧκεv ἐϕ’ήµᾶς ώς διαρπασóµεvoς).

70Les θηρία sont cependant avant tout de grands mammifères terrestres304, et les premiers animaux qui viennent à l’esprit de qui veut se les représenter sont “le lion, le léopard ou le sanglier”305. De fait le lion est bien le θηρίoν par excellence306, comme il est l’animal par excellence, le roi des animaux (ó τῶν ζῴωv βασιλεύς)307. Mais à côté des fauves et des prédateurs carnivores comme le loup, la panthère, le lynx, le chacal, la hyène, la belette ou le chat, le chien, etc.308, on trouve, en raison de la proximité lexicale et sémantique de ce mot avec les termes de la famille de θήρα, du gibier comme le cerf, le sanglier ou l’antilope, ainsi que l’éléphant309. Ces animaux ont en commun de présenter un aspect de la sauvagerie et de l’agressivité310. C’est cette valeur qui explique l’application du terme à des animaux marins réputés pour leur pouvoir meurtrier : le requin ou la murène311. Et si le dauphin et la baleine sont également appelés de ce nom, c’est autant en raison de la menace qu’ils constituent pour les poissons que de leur taille impressionnante312. Ce terme désigne spécialement les animaux venimeux et il est consacré dans ce sens particulier par les médecins313. Ces connotations diverses se retrouvent dans l’usage métaphorique du vocable à propos des hommes, stigmatisés comme pervers et insidieux314, ou comme hargneux et redoutables : “il n’y a pas de bête plus redoutable à combattre qu’une femme (θηρίo ἀµαχώτερo)”315.

  • 316 Pour le moustique : Ael., NA 17,40 ; etc. Dans un passage d’Antigone (57) ce mot désigne en premier (...)
  • 317 Arist., HA 552 b 11-13 ; Pl. R. 559 d.

71Enfin, la valeur diminutive du suffixe, rare dans les premiers emplois attestés, apparaît nettement dans certains usages de ce terme surtout à partir du ive siècle : le mot est appliqué à toutes sortes d’insectes et de petits animaux qui, comme l’araignée ou le moustique, présentent aussi généralement la particularité d’être des animaux “nuisibles” pour l’homme316. Cependant cette connotation négative est loin d’être présente dans toutes les occurrences : “il se forme dans le feu des bestioles qui sont un peu plus grandes que les grosses mouches, qui ont des ailes et qui sautent et cheminent à travers le feu”317.

  • 318 Cf. Arist., HA 563 a 24.
  • 319 C’est par exemple le mot qu’emploie l’esclave Xanthos pour désigner Empuse (Ar., Ran. 288 : θηρίoν (...)

72Le rapport de ce terme avec le champ symbolique de la chasse ou plus largement encore de la prédation est donc fondamental318, et il s’exprime dans l’emploi de ce mot pour des animaux qui y sont impliqués, soit passivement, soit activement : les prédateurs (fauves, animaux venimeux, insectes piqueurs) ou les proies farouches. Mais une synthèse des significations de θηρίoν ne pourrait être que trompeuse car, moins encore que les termes de l’ensemble précédent, ce mot dénote un animal précis ou une classe zoologique homogène. Les nombreuses valeurs de ce terme se croisent et parfois se contredisent puisqu’il se prête autant à noter les énormes bêtes que les insectes, les bêtes sauvages que les hommes, les prédateurs que le gibier, tant sur terre que dans la mer ou dans le ciel. Il sert, en fait, à exprimer un certain rapport à l’animal : un θηρίoν est un animal qu’on aborde ou qu’on évoque avec crainte, admiration ou répulsion - un animal qui impressionne319.

  • 320 En particulier les insectes appelés κίς, ἷψ, κvίψ (voir Plu. Proverbes 2, 2, 2 : κvὶψ γάρ ἐστι θηρί (...)
  • 321 Les ἷπες responsables de la caprification : Thphr., HP 2, 8, 3.
  • 322 Thphr. HP 3, 15,4.
  • 323 Il désigne des parasites responsables de maladies des graines (Thphr. HP 8, 10, 1) ; voir Plu., Fr. (...)
  • 324 Voir Plu., Fr. 65, 8 : “il naît des bestioles (θηρίδία) de ce type dans les bois sucrés et tendres” (...)
  • 325 Plu., 733 c 5.
  • 326 Il définit le mystérieux pinnothère (ou bernard l’ermite) : “c’est une petite bête (θηρίδιov) qui r (...)
  • 327 Des parasites humains (Poll. 2,24 : τριχoβρῶτες θηρίδιά τινα σινόµενα τὰς τρίχας) ou animaux : les (...)
  • 328 Galien (Syn. De pulsibus, 9, 506) décrit le foumillement (µυρµήkιζoν) comme la sensation qu’une pet (...)
  • 329 Arr., Epict. 2, 9, 6.

73Le substantif τò θηρίδιov [thêridion] (25/73) est un véritable diminutif, spécialisé dans la définition de certains insectes xylophages320, et surtout représenté dans la littérature lexicographique. Théophraste est le premier à l’employer comme déterminatif vague pour des insectes comparés au moucheron321, ou de “petites bestioles semblables à des moucherons (θηρίδια κωvωπoειδῆ)”322. Leur caractère parasite et nuisible323 est aussi souvent souligné que leur milieu végétal324 et ce terme semble hériter des connotations négatives du θήριoν des iologues : “nous savons, dit Plutarque à propos de maladies rares, que notre hôte Ephèbos a éjaculé à Athènes, au milieu d’un sperme abondant, une petite bestiole velue (θηρίδιov δασύ), pleine de pattes et qui avançait vite”325. Mais ce terme allusif peut aussi désigner des animaux marins326 ou des parasites animaux327 et il constitue l’équivalent microscopique328 de la bête sauvage. Traitant de l’avilissement de l’homme qui cède aux passions Epictète nous définit ainsi : “certains d’entre nous sont de grosses bêtes sauvages (µεγ άλα θηρία), d’autres de toutes petites bestioles nuisibles (θηρίδια κακoήθη καὶ µικρά)”329.

  • 330 Le terme ζᾠδιoν (+ de 1000 occurrences) a seulement un sens astrologique (un signe du zodiaque) ou (...)
  • 331 Anaxil., Fr. 140.
  • 332 Cf. Arist., PA 662 b 8 : “chez les petits <oiseaux, le bec est> fin pour leur permettre de picorer les graines et d’attr</oiseaux> (...)
  • 333 Arist., HA 557 b 1.
  • 334 Athénée (5, 210 c) parle d’un cratère présentant en relief des figures de petits animaux (ζῳδάρια), (...)
  • 335 Arist., HA 557 b 1 (il s’agit sans doute d’acariens).
  • 336 Arist., HA 550 b 30 sq.
  • 337 Arist., HA 551 b 21 : “des bestioles plates (πλατέων ζωδαρίων) qui, dans les fleuves, courent à la (...)

74Les substantifs neutres τò ζδάριoν [zôidarion] (17/17), τò ζδάριoν [zôidion] (2/3) et τò ζδαρδιo [zôidaridion] (3/5) sont des diminutifs de τò ζῷov (animal) et désignent des petits animaux, sans acception précise330. La première occurrence de ζῳδάριov se trouve dans un fragment d’Anaxilas331, et on le rencontre plusieurs fois dans les écrits d’Aristote, souvent comme collectif de sens vague332 : “il se forme encore d’autres petits animaux (ζῳδάρια), ainsi que nous l’avons dit plus haut, certains dans les laines et dans tout ce qui est fait en laine, par exemple les mites”333. Les ζῳδάρια sont des animalcules, la taille étant décisive dans cette dénomination334 qui s’applique aussi bien à des cirons, des psènes, ou des larves perce-bois, que de “minuscules scorpions sans queue”335 ; et ils équivalent aux arthropodes (ἔvτoµα) qui naissent par génération spontanée de la rosée, de la boue ou du fumier, du bois, des poils, chairs ou excréments. Aristote donne aussi l’exemple de vers intestinaux, de chenilles et de papillons qui naissent sur les feuilles336. La plupart d’entre eux ne sont pas identifiables avec certitude337.

  • 338 Par exemple en Alex., Pr. 1, 59, 1 ; il semble désigner aussi des zoophytes en S.E., P. 1, 44, 4 (v (...)
  • 339 Paus. 6, 26, 6 : “une bestiole que les Grecs appellent ‘ver à soie’”.
  • 340 P., Fr. 296, 1 : ἀράχνας (ἀρσενικῶς τò ζωΰφιoν).
  • 341 Cyranides 4,47 : “les cloportes qui se concentrent sous les bombones à eau sont des bestioles (ζωῢф (...)
  • 342 Cf. Gal., Aliment fac. 6,721, 3, à propos de parasites marins qui ressemblent à de minuscules crabe (...)
  • 343 Gal., Aliment, fac. 6, 666, 11.

75Le substantif τò ζωфιoν [zôuphion] (16/64) est également un diminutif de ζῷoν qui désigne un animal généralement petit338, comme un ver339, une araignée340, un cloporte341 ou un acarien342 mais peut aussi s’appliquer à une bête étrange de plus grande taille comme ce koύνιkλος ibérique que mentionne Galien et qui n’est autre que le lapin : “cette bestiole qui ressemble aux lièvres et qu’on appelle cuniculus”343.

  • 344 On trouve aussi chez Nicandre le substantif masculin de même sens kνώψ (= kινώπετoν : Nic, Th. 499, (...)
  • 345 Voir Boisacq, s.v.
  • 346 Voir A., Choe. 601-602 : “l’amour en délire qui s’empare des femelles détruit l’union des couples c (...)
  • 347 S., Fr. 314 = Lim. 303 sq.
  • 348 ...sauf une fois chez Philopon. Il est surtout employé dans le théâtre, tragique (13) et comique (5 (...)
  • 349 H., Od. 17,317 ;A.,Ch.601 ; Id., Supp. 1000.
  • 350 A., Ch. 587 ;Alcm.,Fr. 60,7 ; Nic, Alex. 391 & 504.
  • 351 Hes., Théo. 582. Voir Hésychius : κvώδαλ(a) κυρίως τὰ θαλάττια θηρία. Voir les deux rubriques de la (...)
  • 352 Voir κ. βρoτoфθόρων : A., Supp. 264 (cf. Soph., Frg. 905) ; ὓβριν κνωδάλων : P., P. 10, 36 (et Pind (...)
  • 353 A., Ch. 587 ; cf. Nic, Ther. 760.
  • 354 Pl., Spuria 365 c 7. Le mot, employé de façon métaphorique à propos des hommes, signifie “brutes” : (...)

76Le substantif τò kνώδαλoν [knôdalon] (41/85) n’a pas une extension zoologique très précise344. Sans doute dérivé du verbe νύειν (= gratter, mordre, démanger)345, il pourrait être approximativement traduit par “bête hargneuse” et s’oppose normalement à l’humanité346. Dans un fragment de Sophocle ce terme s’applique, comiquement, à un animal qui est entre le chat, la panthère, le scarabée (Lucanus cervus) et le coquillage (σύoνoς τῶν ὀστράkων)347. Présent tout au long de la période, depuis Homère, et se perpétuant dans la littérature ecclésiastique où il est très employé, on ne le rencontre nulle part dans la tradition péripatéticienne348. Dans la poésie archaïque et classique, il désigne une créature sauvage349, de préférence marine350, mais qui peut être également terrestre : “la foule des bêtes que nourrissent la terre et la mer”351. Par ce mot les auteurs suggèrent généralement une créature plutôt reptilienne, effrayante352, primordiale353 et répugnante : “quel que soit l’endroit où je serai étendu, pourrissant, me transformant en vers et en bestioles (εἰς εύλὰς  κνώδαλα)”354.

  • 355 Adraste l’emploie pour qualifier Tydée et Polynice que Thésée vient d’appeler θήρ (θηρσίν / νωδάλo (...)
  • 356 P., NA, 50 ; Pl., Ar. 365c ; Nic, Th. 98 ; Eust., Od. 2, 149,3 (ἐν βένθεσι γὰρ τὰ κvώδαλα; Eust., (...)
  • 357 E., Supp. 146 : “leur combat fit qu’en eux je crus voir les deux bêtes (kνωδάλoιν)” [il s’agit du l (...)
  • 358 H Mere. 188 : έρoντα kνώδαλoν εῦρε νέµoντα ; P., P. 10, 36.
  • 359 A., Supp. 1000 : . πτερoῦντα καὶ πεδoστιβῆ.
  • 360 Nic, Th.760.
  • 361 D’où, peut-être, sa fortune dans la littérature chrétienne qui joua beaucoup sur cette valeur.
  • 362 Théoc. 24, 85 (voir βένθoς in Hom., Od. 17, 317 et Eust., Od. 2, 149, 1).

77Les animaux désignés dans les textes par ce terme, - dont l’éventail de sens et de valeurs affectives est comparable à celui de θήρ ou d’ἑρπετόν355 - sont de toutes sortes : il qualifie très souvnt des serpents356, mais aussi un sanglier ou un lion357, comme un bœuf, un âne358, ou encore des oiseaux359, voire - pourvu qu’il soit terrible (δεινός) - un papillon : “considère maintenant les bêtes (κνώδαλα) que nourrit la funeste terre d’Égypte comme la phalène (φάλλαινα) que le repas du soir attire en papillonnant autour des lampes”360. Une connotation majeure, même si elle n’est pas sensible dans tous les passages, est celle de résidence obscure, de vie dans les profondeurs361 - qu’il s’agisse des profondeurs de la terre, de la mer, ou même des retraites sauvages dans la montagne comme les ώδαλα φωλεύovτα362.

  • 363 Voir Chantraine, DELG, s.v. ίναδoς (voir Schol. ad Théoc. 5, 25).
  • 364 Theocr. 5, 25. Telle est la réponse d’un berger à un collègue qui lui propose un marché de dupes. C (...)
  • 365 S. Aj. 103 (voir aussi Ar., Nub. 448).
  • 366 Fr. B 259 ; voir Id., Fr. B 300 7 a, 2 : “le basilic, bête venimeuse (kινάδης) - c’est ainsi qu’il (...)
  • 367 Hsch., s.v. κίναδoς. H. Étienne, dans son TLG. (s.v. κίναδoς), remarque que la définition d’Hésychi (...)

78Le substantif τò ναδoς [kinados] (19/25), presque toujours employé au singulier, est sans doute originellement le nom sicilien du renard363 bien que son étymologie soit peu claire et que le mot puisse être rapproché de νώδαλoν. Il est souvent employé par les orateurs pour qualifier un homme perfide, impudent ou retors, conformément aux valeurs symboliques négatives du renard : “et comment, vieux renard, nos enjeux seront-ils égaux de la sorte ?”364. C’est dans cette acception aussi que Sophocle l’emploie, à propos d’Ulysse dans Ajax, où le mot apparaît pour la première fois365. Il semble avoir un sens plus étendu et désigner des animaux nuisibles de façon vague dans un fragment de Démocrite : “ce que j’ai indiqué touchant les bêtes et les serpents qui nous sont hostiles (περὶ κιναδέων τε καὶ ἑρπετἐων τῶν πoλεµίων) doit être, à mon avis, appliqué également aux hommes”366. Le dictionnaire d’Hésychius en fait un équivalent de ζῷoν et un synonyme d’ὄφις, peut-être à partir de cette occurrence367 ; mais le sens de ce mot semble n’avoir jamais été fixé et les Grecs ne lui donnaient aucune acception zoologique précise.

  • 368 Il est recensé chez plus de 50 auteurs pour la période, et 100 dans l’ensemble de la littérature gr (...)
  • 369 Voir la définition donnée par une scholie à Il. 17,447 : “ tous les animaux qui vont sur la terre e (...)
  • 370 Od.4, 418.
  • 371 Alcm., Fr. 60, 3 : “les herpeta que nourrit la terre noire” ; selon Apoll. Soph., Lex. hom. 101, 18 (...)
  • 372 Héraclit., Fr. 11 : “les herpeta marchent à la trique” ; avec le sens de bête brute voir Callim., H (...)
  • 373 X., Mem. 1,4, 11.
  • 374 P., Fr. 106, 3 : ἐπί θηρσί kύνα τρέχειν πυkινώτατoν ἐρπετόν.
  • 375 Aret., SA. 2, 13, 2.
  • 376 Voir Democr., Fr. B 5, ap. D.S. 1,7 : “ceux dont le mélange est terreux se rangent dans la classe d (...)
  • 377 Hdt. 1, 140 ; Theoc. 15, 118 ; A.R. 4, 1240. Voir aussi Athénagor., Resurr. 12, 6, 1 : ἐρπετoῖς άρ (...)
  • 378 Ils sont, en effet, autant distingués des τετράπoδα que des πετεινά. Voir Orac. Sib. 1, 207 : τετρα (...)
  • 379 Hdt. 4, 183 ; voir Nic, Ther. 21. Pour ce rapport à la terre voir Nic, Ther. 390 : ὁπόθ’ἐρπετὰ αῖα (...)
  • 380 Asclépiade, ap. Ath. 10, 456 b (cf. Anth. Pall. 14,64). Il s’agit naturellement de l’homme.

79Le vocable τò ρπετν [herpeton] (312/972) est un des classèmes les plus anciens et les plus populaires368. Formé sur la racine de ἔρπειν (= bouger, avancer lentement, ramper ; cf. lat. serpo), il s’étend virtuellement à tous les animaux mobiles369. Les divers sens de ce mot ne correspondent pas à une évolution diachronique, et dès le vc siècle l’éventail de ses significations est complet. Dans l’Odyssée, où il n’apparaît qu’une fois, il désigne vaguement les animaux qui marchent sur la terre : “il se changera en tout ce qui rampe sur terre (ἐπὶ αῖαν ἐρπετά), en eau, en feu divin”370. Il peut s’agir aussi bien de serpents (apodes)371 que de mammifères372 : “<le dieu> donna aux autres pédestres (ἑρπετoῖς) des pieds,... alors qu’il donnait en plus à l’homme des mains”373. Il est appliqué précisément à un chien par Pindare374, mais surtout employé comme un lexème allusif : “il en est ainsi pour les bœufs, ainsi pour les chiens, et tous les rampants et les bêtes qui paissent sur la terre (ὁκόσα ἀνἁ τὴν ῆν ἑρπετὰ καὶ ζῷα φέρβεται)”375. Le sème décisif semble être la terre376, en particulier dans les Enquêtes d’Hérodote où ces animaux sont opposés aux πετεινά377, et le terme se spécialise dans le sens de “animal qui progresse le ventre collé à la terre”, excluant pour le moins les quadrupèdes vivipares378 : “les Troglodytes mangent des serpents, des lézards et les rampants de ce genre”379. Un fragment d’Asclépiade le Tragique illustre, dans une évocation de l’énigme du Sphinx, la détermination cruciale (mais flexible dans son évaluation), que constitue la locomotion : “il existe sur la terre un être à deux pattes, à quatre pattes, et il a un seul nom, à trois pattes et seul parmi les rampants qui sont sur la terre, dans le ciel ou sur la mer (ὅσσ’ἐπὶ αῖαν ἑρπετὰ ίoνται καἰ ἀν’αἰθέρα καὶ κατὰ πόντoν) il peut changer de nature ; et lorsqu’il progresse en prenant appui sur toutes ses pattes, il avance sur ses membres plus lentement que jamais”380.

  • 381 Alexandre qui attribue comme un signe distinctif des ἐ. les φoλίδες (plaques cornées : Alex., Pr, S (...)
  • 382 Voir E., Andr. 269 ; Théoc. 24,57 ; Simias, Fr. 24,5. Cf. Nic, Ther. 205 : ἐρπηστᾶo à propos de l’ὰ (...)
  • 383 Ar. Av. 1069 ; cf. aussi περὶ ιναδέσων τε καὶ ἐρπεῶν, probablement le titre d’une œuvre de Démocri (...)
  • 384 Ael., NA 3, 32 (voir infra) ; voir D.S. 1, 7, 5 : τἄλλα δάκετα τῶν ἑρπετῶν ; Dsc. 1, 72, 1, 8 : ἑρπ (...)
  • 385 On compte chez le seul Dioscoride 47 occurrences de ce mot ; Gal (25), Nic. (7), Philum. (8).
  • 386 Dsc. 2, 10, 1. Voir Str. 11, 4, 6, 5 : τῶν ἑρπετῶν ἔvια τῶν θαvασίµωv καὶ σκoρπίoυς καὶ ϕαλάγγια ; (...)
  • 387 Gal., Antid. 1, 14, 189 ; cf. Crateuas, Fr. 1, 2 ; Plu., Pomp. 36, 1, 3 et Is. Os. 381 c 8 (τὰ θαvα (...)
  • 388 E., Andr. 269 ; Hdt. 1, 140 ; Aret., S.A. 2, 13,21 ; S.D. 2, 5,4 ; Call., Fr. 336, 1 : “les serpent (...)

80Mais le terme désigne essentiellement les pédestres et les serpents, et plus précisément les êtres qu’on pourrait désigner sous le nom de reptiles (dans son sens courant et non scientifique)381. Cette acception réduite est incontestablement l’emploi le plus fréquent tout au long de la période, avec une valeur à la fois plus étendue et plus connotée que le terme simple d’ὄφις382. Les ἐρπετά sont associés aux δακετά (animaux qui mordent)383 ou répartis en δακετά et βλητικά (animaux qui frappent)384. La littérature iologique utilise très largement ce lexème soit pour désigner les seuls serpents385 : “<les crabes> sont un adjuvant contre les morsures de reptiles, de tarentules et de scorpions”386 ; soit pour désigner tous les animaux venimeux, ἑρπετóν pouvant alors être tenu pour un synonyme exact de ἰoβóλoν ζῷoν : “les scorpions, les tarentules et les autres animaux venimeux”387. Cette connotation négative des ἑρπετὰ, qui sont conçus avant tout comme des bêtes malveillantes et nocives se retrouve dans une grande majorité des emplois du mot, qui déborde largement le cadre des écrits médicaux388.

  • 389 Gal., Sympt. 7,225, 17.
  • 390 Sem., Fr. 13 : “cette créature (ἑρπετóν) qui a volé vers nous, elle a reçu la pire vie de tous les (...)
  • 391 D. Chrys. 9, 10, 5 (βραδύτατoί εἰσι τῶν ἑρπετῶν).
  • 392 Luc, Musc. Enc. 4 : (ἐξ ἑρπετoῦ ὄρvεoν γίvεται).
  • 393 Nic, Fr. 74, 46 ap. Ath. 15,683 f.

81Les ἑρπετὰ sont à la fois les animaux qui rampent et les animaux “qui grouillent”. Cette seconde valeur sémantique, quoique beaucoup moins représentée, se retrouve dans l’emploi également spécialisé de ce terme pour les petits insectes ou ce que nous désignerions par le mot “bestioles” : “songe aux chairs des animaux sanguins et non sanguins, et en outre à celles des rampants que l’on voit naître l’été, et tout particulièrement ceux qui ressemblent à des feuilles vertes. La chair de ces derniers est tout à fait semblable à de l’herbe ; d’autres, en revanche, ont une chair blanche, dépourvue de sang, comme celle des langoustes et des poulpes ; d’autres encore l’ont différente”389. Déjà employé avec ce sens par Sémonide390, il est appliqué aux iules391, aux mouches392, et à des parasites des arbres393.

  • 394 Cf. Ach. Tat. 1, 18, 3 ; voir aussi pour un animal fluviatile : Antig. 136.
  • 395 De même pour le poisson/serpent appelé scolopendre : (δυσώvυµov ἑρπετòv ἄλµηζ, ἰσov ἐπιχθovίῳ δέµας (...)
  • 396 Voir Alex, in Meta. 1,420.
  • 397 LXX, Gen. 1, 24 ; cf. ibid. 1, 28, 4 : τῶν ἑρπετῶν τῶν ἑρπóvτων ἐπὶ τῆς γῆς ; corrélé à κvώδαλα : L (...)
  • 398 LXX, Gen. 1, 20-21 ; cf. LXX, Psalm 104, 25 : αὕτη ή µεγάλη καὶ εὐρύχη καὶ εὐρύχωρoς, / ἐκεῖ ἑρπετά (...)
  • 399 LXX, Lev. 11, 20-21-23 (où sont cités les sauterelles, les criquets, les grillons et les locustes ; (...)

82Étant donné que certains poissons, et en particulier la murène394 étaient considérés comme des “serpents”395, le mot ἑρπετóν (qui semblait désigner en fin de compte des animaux apodes)396, en vint surtout dans la littérature chrétienne à désigner également les poissons. Cette extension s’affirma dans la traduction des Septante où, pour rendre différents mots hébreux impliquant la reptation (se mouvoir/ramper) et le grouillement (se reproduire/pulluler), les traducteurs eurent recours à un mot unique qui devint un classème élastique propre à dénommer tous les animaux autres que les quadrupèdes et les oiseaux. Selon ces deux axes on trouve donc le mot ἑρπετóv pour désigner (1) les reptiles : “que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce, quadrupèdes, bestioles et bêtes sauvages de la terre selon leur espèce (τετράπoδα καὶ ἑρπετὰ καὶ θηρία τῆς γῆς κατὰ γέvoς)”397 ; (2) les poissons : “que les eaux grouillent de bêtes vivantes (ἑρπετὰ ψυχῶν ζωσῶν) et que l’oiseau vole au-dessus de la terre face au firmament du ciel... les grands monstres marins, toute vie animale des bêtes (πᾶσαv ψυχὴν ζῴων ἑρπετῶν), dont grouillèrent les eaux selon leur espèce, et tout oiseau ailé selon son espèce”398 ; et (3) les insectes volants (τῶν ἑρπετῶν τῶν πετειvῶν)399.

  • 400 Voir Gil Fernandez, 1949 et Beavis, 1988.

83Le vocable σκώληξ [skôlêx] (517/1398), dérivé de *σκῶλoζ (courbure) est un des plus délicats à analyser. Il ne désigne à proprement parler aucun groupe précis et se traduit généralement par larve ou ver, car il s’applique aussi bien aux insectes non adultes qu’aux vers. L’identification précise des espèces que ce terme recouvre a été tentée par divers entomologistes400, mais elle est toujours problématique. Les deux sens que nous pouvons distinguer, sans que les Grecs aient fait la différence, sont (1) celui de “ver”, (2) celui de “larve”.

  • 401 Hom., Il. 13, 654 (il s’agit sans doute de Lumbricus terrester, d’après Eust., in Il. 1, 481,4 : τὰ (...)
  • 402 Arat., Phen. 958 (la locution “entrailles de la terre” est classique et désigne très clairement des (...)
  • 403 Æsop. 33 (d’après la leçon de Hausrath & Hunger, 1970, Teubner) ; la lecture de l’édition des Belle (...)

84Dans le premier sens, il apparaît dès Homère, au détour d’une comparaison : “il gisait, mort, comme un ver (ώς σκώλξ) sur la terre”401. Cette acception persiste tout au long de la période : “ces vers que l’on appelle entrailles de la terre (ἔvτερα γαίης) noire”402. Une fable ésopique met l’accent sur la proximité morphologique - et la différence de taille - entre le σκώληξ et les serpents : “un ver, ayant aperçu un dragon endormi, envia sa longueur et, voulant l’égaler, se coucha près de lui et essaya de s’allonger, jusqu’à ce que, outrant son effort, l’imprévoyant animal creva”403.

  • 404 Elle a donné son nom à la pulsation des artères : si l’on parle de ‘pulsation vermiculaire’, c’est (...)
  • 405 Voir Antiph., Fr. 12,15. Il se cache dans la terre (voir Æsop. 78b (éd. C. Halm, 1881, Teubner) ; c (...)
  • 406 Hp., Superfet. 28, 8 (τoύς σκώληκας 5è τoύς κoπρίvoυς) ; Thphr., HP 3, 12, 6 & 5, 4, 4. On peut par (...)
  • 407 Arist., HA 506 a 27 ; Plu. 967 e 7 ; Luc, Musc. Enc. 4, 1 ; Id., Asin. 25.
  • 408 E.g. le parasite du trigle (Ath. 7,324 d) ou du thon : “un petit vers (σκωλήκιoν) que l’on appelle (...)
  • 409 Ainsi en Arist., HA 557 b 17 ; Id. 614 b 1 ; Mir. 831 b 5 ; Str., 12,7, 3, 18 ; Dsc. 3, 107,1, 3 ; (...)
  • 410 Anaxilas, Fr. 33, 2. Il est souvent employé aussi comme terme de mépris (Arr., Diss. Epict. 4, 11,3 (...)
  • 411 Alex., in Mété. 1, 185,9.

85Ces animaux, à la démarche typique404, se rencontrent surtout dans la terre405, la matière en décomposition406, les cadavres407, ou comme parasites d’animaux408ou de végétaux409. Cette fonction négative justifie que σκώλξ serve métaphoriquement à désigner les flatteurs ou parasites : “les flatteurs sont les vers de ceux qui ont de l’argent”410. Mais en fait, même lorsque ce terme est corrélé à d’autres zoonymes, il est difficile de déterminer s’il s’agit de vers ou de larves : “<Aristote> dit aussi que <la chaleur> est la raison pour laquelle certains animaux naissent dans les corps en décomposition, comme les vers, les cousins, les moustiques (σκώληκας, ἐµπίδας, κώνωπας)”411.

  • 412 Arist. (132). Seul Galien manifeste une semblable prédilection pour ce terme (100).
  • 413 Arist., HA 489 b 8.
  • 414 Arist., HA 550 b 25-30.
  • 415 Voir Alex., in Meta. 1, 104,17 : “la génération de certains animaux est déterminée sans viser à une (...)
  • 416 Arist., HA 551 b 12 ; la description est reprise par Ar.Byz., Épit. 1, 36. Cf. Ath. 8, 352 f : “il (...)
  • 417 Arist., HA 550 b 22-557 b 31.
  • 418 HA 555 a 22 et 26.

86Aristote, qui a très largement recours à ce vocable412, lui donne une valeur biologique spéciale et le lie à un certain type de reproduction et de croissance : il désigne tout embryon “dont l’intégralité produit l’animal entier (ἐξ oὗ ὅλoυ ὅλoυ γίvεται τò ζῷoν)”, à la différence de l’œuf413. Comme le montrent les emplois, dans sa zoologie, du terme σκωληκoτόκα, les animaux qui produisent des σκώληκες sont essentiellement les arthropodes : “tous les arthropodes qui s’accouplent donnent naissance à des larves (σκώληκας), sauf une variété de papillons <qui produisent un corps dur>. Des larves se forment l’animal, mais non pas à partir d’une certaine partie, comme c’est le cas pour les œufs : c’est la larve tout entière qui grandit et, à mesure que ses membres se différencient, l’animal se forme”414. Pour Aristote ce terme désigne ainsi un produit informe415qui n’est que le tout premier stade de l’animal, comme l’indique sa minutieuse analyse de la métamorphose des insectes : “À partir d’une certaine larve de grande taille, qui a des espèces de cornes et diffère des autres, se forme d’abord, par métamorphose de la larve, une chenille, puis un bombyle, et de celle-ci un nécydale (κάµπη, ἔπειτα βoµβυλίς, ἐκ δὲ τoύτoυ vεκύδαλoς)”416. Il passe en revue, dans une longue étude sur la formation des arthropodes417, tous les genres qui engendrent des larves, parmi lesquelles il inclut, conformément à sa définition des ἔvτoµα, les scorpions et les araignées418.

  • 419 Antigone (84a) désigne par là des petites bêtes à peine plus grosses que la mouche (voir la variété (...)
  • 420 Alex., An. 67, 3 ; voir Id. 74, 5 : pas dans les larves et les coquillages mais dans les êtres plus (...)

87Mais les σκώληκες ne sont pas toujours nettement distingués des insectes adultes et désignent métonymiquement, dans le reste de la littérature, des insectes en général419. Ils constituent indéniablement la forme de vie la plus basse, en parallèle avec les coquillages : “tous les animaux ont part à la sensibilité, mais non pas, semble-t-il, à l’imagination, comme les animaux à coquille pour ce qui est des marins, et les vers (oἱ σκώληκες)”420.

  • 421 L’étymotogie est inconnue.
  • 422 Voir Zucker, 1997.
  • 423 Voir Hdn., Part. 1, 66, 1 : kêtos : le gros animal marin, d’où kêtôdès, le gros poisson”.
  • 424 Od. 12, 97 (voir aussi Od. 5,421).
  • 425 Des squales et dauphins (Plb., 34, 2, 15, 1 : oἷov δελϕίνων καί κυνῶν καί ἄλλων κητωδῶν) ; des requ (...)
  • 426 Od. 4, 443 ; Id. 4,446 ; Id. 4, 452 ; voir Plu., Sollert. an. 981 C.
  • 427 Tel le dragon marin menaçant Andromède (Paus. 4, 35,9 ; Apollod. 2,43,3 ; Luc, D. Mar. 14, 1 ; cf. (...)
  • 428 Voir Arr., Ind. 5,4, 3.
  • 429 Néarque prétend avoir vu un κῆτoς de 50 coudées (env. 22 mètres) : Arr., Ind. 39, 4, 2 ; et Strabon (...)
  • 430 Ael., NA 17,6.
  • 431 Arr., Ind. 1, 6, 8.
  • 432 Str., 15, 1, 15,11.
  • 433 Ael., NA 9,49-50 : oίκεῖ τά πελάγη ; cf. Opp., H 5,46.
  • 434 D.S. 2, 54, 5. Voir Philostrate, Imag. 1, 29, 1 : κῆτoς ἐν Aίθιoπία πεζεῦoν ἐπὶ τὰς ὰγέλας καὶ τoùς (...)
  • 435 Voir Opp., H 5, 62 : ύἐή (et Id. 5, 161 & 6, 70 :ὶὡῳίίcfSch (...)
  • 436 Opp., H 5,46 sq.
  • 437 Il les exalte ainsi : ήδ’ὀό, ώ, ύό (Opp., H 1, 360).
  • 438 Opp., H 3, 336.
  • 439 Voir Gossen, 1935, p. 177. Il ne peut s’agir ici, comme le pense Mayr (éd. Oxford, p. 246), du cast (...)
  • 440 Opp., H 1, 366-408. La plupart de ces noms sont repris en H 5,21 sq. (cf. Plu., Fr. 193, 84 sq.) ; (...)

88Le substantif τò κτoς [kêtos] (242/499)421 et l’adjectif souvent substantivé κητώδης [kêtôdès] (34/100), d’extension équivalente, se rencontrent dans tous les types de textes mais avec des acceptions légèrement différentes422. Ils désignent le plus souvent des animaux marins, mais il est possible de distinguer trois emplois : (1) l’emploi vulgaire, (2) l’emploi biologique, et (3) l’emploi diététique. (1) Le mot κῆτoς fait son apparition dans l’Odyssée où il a le sens vague de ‘grand animal marin’qu’on retrouve dans le reste de la littérature423 : “les dauphins, les chiens de mer, et quelquefois l’un de ces plus grands monstres marins que nourrit par milliers la hurlante Amphitrite”424. Ce terme n’a pas d’extension précise dans l’épopée et désigne déjà, outre les cétacés, les sélaciens425 et le phoque426. Il est souvent utilisé pour évoquer un monstre marin extraordinaire427. De nombreux historiens l’emploient de façon évasive pour évoquer un gros animal marin ou fluviatile428 dont la taille est soulignée429. Par extension, le mot est employé pour n’importe quel “gros animal aquatique”, comme le crocodile430, l’hippopotame431et d’autres animaux amphibies” : “il y a sur ses bords des monstres marins amphibies (κήτη ἀµϕίβια), qui ressemblent pour certains à des bœufs, d’autres à des chevaux, d’autres à d’autres animaux terrestres”432. Ce terme qui vise des animaux réputés, comme le rappelle Élien, pour habiter la haute mer433, en vient même à désigner, sous la forme de l’adjectif, des animaux terrestres : “ce lieu engendre des troupeaux d’éléphants et d’autres bêtes terrestres et à la double nature du genre des monstres marins (ἄλλα ζῷα κητώδη χερσαῖα καί δίµoρϕα) qui sont d’aspect variable”434. Bien qu’il soit communément spécialisé dans le milieu aquatique il apparaît ainsi comme un équivalent de πἐωρ ou de ἡ435. Oppien, qui leur consacre le cinquième livre de ses Halieutiques et insiste sur leur gloutonnerie436 en donne la liste la plus exhaustive437 ; il nomme le lion ἐ le requin marteau ύ les léopards ἀ les cachalots ύ les thons ύἐ le squale ῆ la lamie ἀ la malthè ( ?) ά les béliers de mer ), la hyène (ὓ les chiens de mer ύ les requins ), les dauphins ῖ et ailleurs le thon (ὅ438 ; il indique aussi que certains ἡquittent la mer pour aller sur le sol (ἀί : les anguilles (ἐέ les tortues de mer ῶ les baleines bleues ί439, la baleine ά et enfin les phoques (ῶ)440.

  • 441 Aristote donne des précisions sur cette classe en Juv. 476 b 13-30.
  • 442 Arist., HA 490 b 9 (cf. ibid. 505 b 30).
  • 443 Arist., HA 566 b 2 ; ibid. 537 a 31 ; ibid. 589 a 33 (cf. Resp. 473 b 13 et GA 718 b 32) ; les séla (...)
  • 444 Voir Juv. 476 b 19 : ἔὰὑ
  • 445 Arist., PA 669 a 6 (cf. ibid. 697 a 17).
  • 446 Voir aussi Clem. Alex., Str. 6, 16, 133 : ῶἐὑὑἡ
  • 447 HA 489 b 2 ; ibid.
  • 448 Voirb ῶἐὑὰώ

89(2) Dans les écrits d’Aristote, ῆ désigne apparement les cétacés au sens moderne. Les  constituent un “grand genre”, biologiquement déterminé441 : “des très grands genres entre lesquels se répartissent les animaux autres que les non sanguins, citons les suivants : le genre des oiseaux, celui des poissons et d’autre part celui des monstres marins ῆ Ces animaux sont tous des sanguins”442. Ces animaux sont caractérisés par la possession d’un évent, alors que les autres poissons ont des branchies : “le dauphin, la baleine, et les autres monstres marins, qui n’ont pas de branchies mais un évent ῆ”443 ; certains d’entre eux sont les seuls animaux marins à respiration pulmonaire444 : “tous les animaux terrestres respirent ainsi que certains animaux aquatiques, tels que la baleine, le dauphin et tous les monstres marins qui soufflent de l’eau ὰἀῶ445. Ils sont distingués des poissons à écailles446 et généralement des sélaciens, auxquels ils sont toutefois souvent associés447. Le mot κητώδης a dans les écrits du Stagirite exactement le même sens que ῆ448.

  • 449 GA 719 b 10
  • 450 Voir GA 716 b 26 et 720 a 20 et 34 (cf. ibid. 716 b 13 et 765 a 33 : dans certains genres sexués le (...)
  • 451 Arist., PA 669 a 6 ; cf. ibid. 697 a 17.
  • 452 Voir surtout à propos des oreilles : “les vivipares, sauf le phoque, le dauphin et les autres qui s (...)
  • 453 HA 521 b 21 (cf. ibid. 492 a 27). Traditionnellement les critiques considèrent que le phoque n’est (...)
  • 454 Alors que tous les autres termes classificatoires sont définis séparément ces deux mots se voient d (...)

90Néanmoins, malgré la volonté des modernes de faire d’Aristote l’inventeur de l’ordre des cétacés, la délimitation de la classe des kêtè n’est pas rigoureuse. Dans le traité GA il traite de “tous les kêtôdè qui ont des testicules (ὅσα τῶν κητωδῶν ὄρχεις ἔχoυσιν)”449, reconnaissant par là-même que ce groupe inclut des animaux aquatiques vivipares qui n’ont pas de testicules, comme des sélaciens ou éventuellement des pinnipèdes, puisqu’il attribue des testicules à tous les vrais vivipares450. En outre, tous les κήτη n’ont pas une respiration pulmonaire451. L’intégration de ces deux groupes voisins est probable dans le cas des sélaciens452, et explicite pour le phoque dans un passage où Aristote écrit : “Les monstres marins, comme le dauphin, le phoque et la baleine [...] ont des mamelles”453. Aristophane de Byzance, épitomateur d’Aristote, ne manque pas au reste de citer le phoque parmi les κητώδη mentionnés par Aristote et définis par lui comme des sortes de “super-sélaciens”454.

  • 455 Ces poissons de mer sont appelés “tronçonnables” par Mnésithée qui ajoute : “ils conviennent à merv (...)
  • 456 Selon Gossen ce nom désignerait un cétacé (Grampus rissoanus Cuv.) ; cf. Gossen, 1940a, p. 275.
  • 457 Mnésimaque, ap. Ath. 7, 301 d.
  • 458 Hdt. 4, 53. Ce poisson est aussi appelé ῆς par Antiphon (ap. Ath. 3, 118 d).
  • 459 Archestr., Fr. 21 ap. Ath. 7, 301 e ; cf. Sostratos, ap. Ath. 7,303 b : “Sostrate, dans son second (...)
  • 460 Galien (8), Oribase (28), Alexandre de Tralles (4), Aétios d’Amida (7 ; il emploie toujours ὡ, (...)
  • 461 Hérodien (3) ; Hésychius (7) ; Souda (4) ; Photios (2).
  • 462 Aristote (9) ; Michel Philé (1) ; Aristophane (1). Les autres usages peuvent se répartir ainsi : By (...)
  • 463 Gal., Vict. Att. 85, 3 ; Gal., De sanitate tuenda 6,340.
  • 464 Gal., Loc. affect. 8, 184 ῶ Une fois Galien inclut le phoque parmi les ἡ (Aliment, fac. (...)
  • 465 Voir Gal., Aliment. fac. 6,728, 3.
  • 466 Gal., Rebus boni malique suci 6,769.
  • 467 Gal., Aliment. fac. 6,737 ; cf. ibid. 6,746.

91(3) Dans le lexique diététique, ce terme s’applique à un grand nombre de poissons dont la caractéristique est d’être employés en salaison455 : “maquereaux, thons, goujons, êlakatênes456 ; ce sont des monstres marins, appropriés pour les salaisons (ὡςἐἡἰςἱ)”457. Hérodote est le premier à associer les ή à leur utilisation culinaire : “de grands monstres marins sans arêtes ήάἀά et appelés ‘esturgeons’, dont on fait des saumures”458, Il s’agit donc, dans ce cas, d’une catégorie culinaire plutôt que biologique, dans laquelle la taille de l’animal continue de jouer une place importante : “un grand thon que l’on appelle orkus (germon), et ailleurs kêtos”459. Sur les 96 occurrences du terme 54 se trouvent dans le corpus médical460. Les autres se rencontrent essentiellement dans les œuvres lexicographiques byzantines (16)461, et chez Aristote ou ses commentateurs (11)462. Galien est le seul médecin à distinguer formellement ἀἡὰὡ : <il faut> éviter les animaux du genre des monstres marins (ὡἰς) et plus encore et par dessus tout les monstres marins proprement dits (ὰἡὰἡ)”463 ; mais il utilise le second terme ὡ comme classème avec son extension classique dans le lexique diététique, y incluant phoques464, sélaciens465 et thons466 : “Sur les animaux du genre des cétacés (ὶῶῶᾡ) : on a déjà parlé plus haut des animaux du genre des cétacés qui vivent dans la mer parmi lesquels se trouvent les phoques, les baleines, les dauphins, les requins marteaux, les grands thons, et aussi les squales, et tous les animaux de ce type”467.

  • 468 Surtout Eschyle (7) et Euripide (4).
  • 469 Nic. (7), Gal. (2) (cf. aussi Opp. : 8).
  • 470 Voir P., P. 2, 53 : “je dois fuir la morsure ἁς) insatiable de la médisance” (voir S., Fr. 33)  (...)
  • 471 Voir Nic., Ther. 115, 146, 282, etc.
  • 472 E., Hipp. 646 (et le commentaire d’Eustathe (in Il. 1, 672) : “Euripide appelle la bête dakos et da (...)
  • 473 E., Cyc. 325. Inspiré sans doute par ce vers Callimaque fait dire à Artémis : “quand de mes traits (...)
  • 474 A., Th. 558 : “l’image d’une bête monstrueuse et abhorrée òἐἰάς)”, qui désigne la (...)
  • 475 Lyc, Alex. 765 ῦέςάς).
  • 476 A., A. 1232 (cf. Hécube à propos d’Ulysse : “le sort me fait l’esclave d’un être abominable et perf (...)
  • 477 A., Pr. 583 ; voir aussi Opp., H 5, 90 : le poisson-pilote guide la baleine qui est appelée poisson (...)
  • 478 Voir Nic., Ther. 158 (άἰς) ; Ibid. 115 :έέ (parmi les serpents ; cf. A., Ch. 530).

92Le substantif neutre òς [dakos] (51/59) de la famille de άmordre), est un terme très courant dans la tragédie468 et la littérature iologique469, qui hésite entre le sens de morsure470 et celui d’animal qui mord471(qu’il soit carnivore ou venimeux). Ce lexème a ainsi une valeur très générale et équivaut souvent à ἱ, en particulier chez Euripide : “c’est la société des bêtes sauvages carnivores (ἁῶ) qu’il leur faudrait”472 ; il s’applique à n’importe quelle proie sauvage : “me nourrissant d’un veau rôti ou de quelque carnassier sauvage (ἡἁ)”473. Il désigne aussi des êtres monstrueux, comme le Sphinx474, ou le Cyclope475, et est même employé à propos d’humains pour stigmatiser une bestialité inexprimable : “comment pourrais-je qualifier ce monstre odieux (ἐςἁς) ?” s’exclame Cassandre en évoquant Clytemnestre476. Comme tous les espaces contiennent des êtres carnivores, il peut aussi désigner des créatures marines : “donne-moi en pâture aux carnassiers de la mer (ἰςἁ)”477. Il arrive, dans la littérature iologique, que ce lexeme désigne plus précisément un reptile478.

  • 479 Il est répertorié chez 16 auteurs. L’accentuation de ce mot est hésitante ἁἁά).
  • 480 Thphr., Fr. 178 ap. Ath. 7, 314 b (cf. D.L. 5, 43, 24). Cet opuscule est parfois attribué à Aristot (...)
  • 481 Cf. Lexique, s.v. βλητικά
  • 482 Ael., NA 3,32.

93Le neutre de même racine òó [daketon] (35/49) est moins usité et d’ordinaire dans un sens plus précis479. Il figure dans le titre d’un petit traité attribué à Théophraste (ἱῶῶἱῶ)480, qui semble avoir associé les animaux qui mordent (rongeurs, fauves, reptiles) et les animaux qui piquent ou frappent (entre autres les insectes)481. Élien en donne des définitions, sûrement inspirées de cet ouvrage, qui semblent limiter son extension aux animaux venimeux : “certains <animaux> sont des bêtes mordantes (ά), qui injectent leur poison par les dents, tandis que d’autres, les bêtes piqueuses ἀ), commencent par frapper avant d’injecter, elles aussi, une substance nocive du même genre”482. On ne peut toutefois en exclure les fauves, voire les rongeurs, dans la mesure où leur morsure est considérée, en particulier dans le cas de canidés enragés, comme venimeuse.

  • 483 Ar., Av. 1069. Il s’agit sans doute de chenilles et d’insectes suceurs.
  • 484 VoirGal., Antid. 14, 191.
  • 485 Aëtius semble en effet les avoir distingués des animaux venimeux : “Dans le treizième livre <Aëtius d’Amida> traite</A> (...)
  • 486 Ils sont distingués des quadrupèdes (Vett. Val. 127,29).
  • 487 D.S. 1, 87,4.
  • 488 “Il existe un prophylactique qui s’applique à tout ce qui corrompt, blesse, empoisonne ou mord (δακ (...)
  • 489 D.S., 1, 87, 6.
  • 490 Elle est le pire des δακτά (Gal., Ther. 14, 231, 1 ; cf. Call., Fr. 515, 1 ; Nic., Fr. 31, 1 (avec (...)
  • 491 Hyp., Fr. 19, 2 (cf. Nic, Fr. 31, 1). Toutefois les araignées peuvent être comprises parmi les anim (...)
  • 492 Nic, Fr. 31,4.
  • 493 D.S., 20, 42,2, 1. Ces animaux sont aussi appelés τά δάκνoντα τῶν θηρίων (Ar.Byz., Épit. 2,42, avec (...)

94C’est en fait le sens vague de “petit rongeur” voire d’“insecte” (malgré l’absence de dents) qui ressort de la première occurrence du mot, où il désigne de menues proies des oiseaux qui s’attaquent aux fruits et aux plantes : “tous les animaux qui rampent et qui mordent (ἑά ἱἁ tous sous mon aile périssent massacrés”483. Et de fait la piqûre des insectes est généralement qualifiée de morsure (ῆ)484. Mais ce terme, à la différence du précédent, et en dépit d’une absence d’unanimité même parmi les médecins485, est le plus souvent employé pour désigner des reptiles et autres animaux venimeux486 : le respect des Égyptiens pour le chat vient de ce que “le chat est très utile contre les aspics dont les morsures sont mortelles, et les autres reptiles venimeux (ἄάῶἑῶ)”487. Ce groupe comprend en fait celui desἰó488 : “le faucon est utile contre les scorpions, les cérastes et les petites bestioles qui mordent (ά uµικρά τῶν δακέτων θηρίων)”489. Les animaux les plus représentatifs sont la vipère (ἔχιδνα)490, la tarentule (φαλάγγιoν)491ou le scorpion492, et ils sont familiers des déserts493.

  • 494 Voir Eust., in Il. 1, 728, 18 : τὴν αίγίδα oύ τὴν βλητικóν. οὐ γὰρ βάλλι...
  • 495 D.L.5, 43, 24.
  • 496 Ar.Byz., Épit. 1, 147 (cf. Ael., NA 3,32).
  • 497 Thphr., Fr. 178, ap. Ath. 7, 314 b. La torpille ne peut avoir été comprise parmi les animaux δακτά (...)

95Le terme βλητικóς [blêtikos] (7/8), formé à partir de βάλλιν (frapper)494apparaît dans le titre d’un des petits traités zoologiques de Théophraste (πρὶ τῶν δακτῶν καὶ βλητικῶν)495. Aristophane de Byzance donne une définition détaillée de la classe formée par les βλητικά, caractérisés par leur dard : “la douleur que provoquent les animaux piqueurs (τὰ βλητικά τῶν ζῴων) ne provient pas d’une substance qu’ils introduisent avec leur dard, mais de la finesse de ce dard ; c’est pourquoi les animaux qui sont pourvus de dents extrêmement fines procurent une douleur d’autant plus vive”496. L’Alexandrin, qui la mentionne juste après avoir évoqué de façon générale les animaux non sanguins, semble avoir en vue essentiellement les insectes piqueurs. Mais on sait, par le témoignage d’Athénée, que Théophraste incluait dans cet ensemble des animaux sanguins comme la torpille : “<Théophraste> dans son traité sur les animaux qui mordent et les animaux qui piquent dit que la torpille peut envoyer sa décharge même à travers les tridents, électrisant ceux qui les tiennent en main”497.

  • 498 Schol. ad Nic, Ther. 760 & 764.
  • 499 Ael., NA 3, 32.

96Le mot βλητóς, [blêtos] (13/20) également dérivé de βάλλιν signifie presque toujours “frappé d’apoplexie” dans les textes médicaux. Deux emplois toutefois intéressent la zoologie : Sostrate aurait, selon une scholie, composé un traité semblable à celui de Théophraste intitulé : πρὶ βλητῶν καὶ δακέτων498. Et Élien nous permet de distinguer les deux classes sans s’éloigner beaucoup de l’analyse d’Aristophane de Byzance : “les bêtes piqueuses commencent par frapper avant d’injecter, elles aussi, une substance nocive du même genre”499.

  • 500 Demodoc, Fr. 4, 2.
  • 501 Voir Gal., Antid. 1, 14, 168 et infra. La distribution est : Gal. (60), Philum. (14), Dsc. (19).
  • 502 Dsc. 1,61, 2 ; Gal., Ther. 14, 489, 10 ; etc. L’expression τά ἰoβóλα καλoύµενα ζῷα “ceux qu’on appe (...)
  • 503 Voir Dsc. 3, 56, 1,4 : ἀρµóζι δὲ αρóς ττά ίoβóλα τῶν ζῴων (cf. Dsc. 3, 80, 4,4).
  • 504 Ar.Byz., Épit 2, 95 (voir Ael. AM 10, 12 ; cf. ibid. 2, 507 & 515 ; cf. Dsc. 1, 8, 3 ; ibid. 1, 106 (...)
  • 505 Aussi, par métonymie ce mot a parfois le sens de “plaie empoisonnée” (Philum., Ven. 3, 1, 1 ; Dsc. (...)
  • 506 Arist., HA 607 a 28. C’est la seule occurrence du mot chez Aristote ; voir Alex., Pr. 1, 152, 13.
  • 507 Ph., Sped 4, 87,1 ; cf. Gal., Antid. 1, 14, 57 & 1, 36, 136 ; Gal., Ther. 14, 297, 10.
  • 508 Dsc. 5, 97, 2, 3.
  • 509 Gal., Nat. fac. 2, 163, 8 (τῶν ίoβóλων θηρίων τά µἐν ύθέως άπoκτίνι, τά δές ὒστρoν ; cf. Gal., (...)
  • 510 Voir la locution ἐρπτὰ ίoβóλα (Clem., Hom. 19, 15, 5 ; ibid. 19, 20, 8, 2 ; cf. τῶν ἑρπτῶν τὰ ίoβ(...)
  • 511 Les serpents sont en particulier distingués des chiens enragés (Philumen., Ven. 1, 1 et 1, 2) ; d’o (...)
  • 512 Damocrate, ap. Gal., Comp. med. 13, 821, 6. Mais ce n’est pas toujours le cas (comparer Gal., Comp (...)
  • 513 Damocrate, ap. Gal., Antid. 14, 191,7.
  • 514 Orph., H 1, 12, 16 : πτηνoῖς τ’ίoβóλoις (cf. Hdn., Div Marc. 3, 9, 5, 5 : πτηνῶν, µικρῶν µἐν ίoβóλω (...)
  • 515 Dsc. 3, 99, 1, 5 : ἐπί τῶν ίoβóλων καὶ µάλιστα τῶν θαλασσίων. Voir aussi Julius Africanus, Broderie (...)
  • 516 Gal., Intr. 14, 682, 4. Par métaphore, l’adjectif est aussi appliqué à des hommes malfaisants : Cle (...)
  • 517 Le mot θηράϕίoν est un hapax et son sens hypothétique. Il pourrait s’agir d’un terme désignant un a (...)
  • 518 Voir Gal., Antid. 1, 14,90, 15 sq. (voir aussi la scolopendre : Noumenios ap. Ath., 7, 304 f).

97L’adjectif ίoβóλoς [iobolos] (165/467), venimeux, formé de ἰóς (venin) et βάλλιν (lancer) appartient essentiellement à la littérature dite “iologique”, constituée en partie de textes poétiques et consacrée aux venins et à leurs remèdes. La plus ancienne occurrence se trouve dans un fragment du gnomique Démodocos (vie siècle) avec le sens de “empoisonné” : “Une funeste vipère mordit un jour la Cappadocienne ; mais c’est elle qui en mourut après avoir goûté de son sang empoisonné (γυσαένη αἵµατoς ἰoβóλoν)”500. Ce lexème est employé par la suite pour désigner l’ensemble des animaux venimeux, par Asclépiade, Damocrate, Dioscoride, Galien, etc. comme dans le titre de l’ouvrage de Philoumenos : “Sur les animaux venimeux et les traitements [à adopter contre leur venin] (περὶ ἰoβóλων ζῴων καί θραπίας)”501. Il est souvent utilisé comme adjectif avec les mots θήρ502, ἐρπτóν ou - de façon plus neutre -ζῷoν503. Mais il est aussi couramment employé comme substantif : “le foie <d’éléphant> est très efficace contre les animaux venimeux”504. L’essentiel des traités porte sur les remèdes à apporter aux morsures (δήγµατα) de ces animaux, et ce n’est que dans ce contexte que le terme apparaît dans les ouvrages non médicaux505 : “Mais les morsures de tous les animaux venimeux (τῶν ίoβóλων) sont plus redoutables s’ils se sont dévorés entre eux, si, par exemple, une vipère a dévoré un scorpion”506. Il est à ce titre souvent associé aux poisons manufacturés (δηλτήρια vel θανάσιµα ϕάρµακα) dans l’expression τά ίoβóλα ζῷα καί τά θανάσιµα τῶν ϕαρµάκων507. Parmi les animaux venimeux les médecins distinguent ceux dont le venin est mortel de ceux qui ne sont pas mortels508, et ceux qui tuent instantanément de ceux qui tuent lentement509. Les principaux ίoβóλα sont les serpents510, dont les morsures sont parfois opposées à celles des quadrupèdes511 : “les blessures des reptiles venimeux (τάς τ πληγάς τῶν ἐρπτῶν ίoβóλαων) et les morsures (καί τά δήγµατα) de tous les quadrupèdes”512. Damocrate, dans son poème iologique cité par Galien, distingue aussi les piqûres des insectes et arachnides : “mais je désire seulement te confier les remèdes qui peuvent soigner les morsures des animaux venimeux (ίoβóλων δήγµατα), vipères, cérastes, aspics et hydres terrestres, ainsi que les blessures des bêtes sauvages (πληγάς θηρίων) et les morsures des guêpes (δήγµατα σϕηκῶν), abeilles, scorpions et tarentules”513. Mais le terme est aussi appliqué à tous les animaux dont la morsure peut présenter un danger, qu’il s’agisse d’un animal terrestre, aérien514 ou marin515 : “sur tous les êtres nuisibles, vénéneux, venimeux et mordeurs (δηλητηρίων καὶ τoξικῶν καὶ ίoβóλων καὶ δακετῶν), qu’ils soient terrestres, aériens ou aquatiques”516. De sorte que la liste des ἰoβóλα donnée par Damocrate comprend finalement les animaux suivants : serpent d’eau (ὒδρoς), serpent à cornes (κράστης), cobra (άσπίς), dipsade (διψςά), vipère (ἕχιδνα), chiens enragés (λνσσoὶ κύνς), animaux marins (τά ἐν θαλάττη ἰoβóλα πάντα), petits animaux appelés bestioles (τά λπτά λγóµνα θηράϕια)517 comme la guêpe (σϕήξ), l’abeille (µέλισσα), le scorpion (σκoρπίoς), le frelon (ἀνθηαλν), la tarentule mortelle (ϕαλάγγιoν θανάσιµoν) et la musaraigne (µνγαλή)518.

Notes

1 Voir l’Introduction.

2 La forme ὄρνιξ est la forme dorienne : “les Doriens disent au nominatif omix et prononcent le génitif ornikhos avec un kh” (Ath. 9, 374 d ; cf. Hdn., Pros. cath. 1, 3, 1, 44).

3 Le radical du mot grec se retrouve dans le nom de l’aigle en hittite et en germanique mais aucune hypothèse étymologique n’est vraiment satisfaisante (voir Chantraine, DELG, s.v. ὄρνι).

4 Voir Antig. : “la chauve-souris est le seul oiseau à avoir des dents” (όνον τν όρνιθων).

5 Cf. Luc, Musc. Enc. 1-2 : “la mouche n’est pas le plus petit des oiseaux, comme le sont le moucheron et le moustique” (τό σίκρότατοβ τν όρνέν).

6 Tous les oiseaux même marginaux comme l’autruche peuvent être nommés ὄrνιξ (cf. X., An. 1, 2 ,7).

7 Voir ὄθί (interprétant les oracles : Hes., Op. 826), ί ὄ(oiseaux auguraux : A., Th. 27 ; cf. A., Ag. 112 et 157), ὀθἰἰ(présages manifestés par des oiseaux : E., Ph. 839 (cf. Il. 8,251) ; etc.

8 Ar., Av. 719-721 (voir A., Th. 597 ; E., HF 730 ; Plat., Phlb. 67 c ; etc.).

9 X., An. 4, 5, 25 ; cf. Ar., Av. 102 ;S., Él. 18 ; Id., Fr. 791 ; Theoc. 24, 63.

10 A, Eu. 866 (ce vers vise les rivalités intestines au sein d’une même famille) ; cf. αἱ κατοικίδιαι ὄρνιθες (Apollon, 46 ; cf. ὁ ὄρνις οἰκίης : Babr. 17, 1). Il peut aussi désigner l’oie (Babr. 123, 1).

11 Cf. ὀρνιθοκόμος (éleveur de poules), ὀρνιθών et ὀρνιθοβοσκεῖον (poulailler), ὀρνιθικός (de la poule)...

12 Ath. 9, 373 a-374 d. L’usage est, au temps d’Athénée, de réserver ce mot aux femelles (Id. 373 a) alors qu’il pouvait aussi désigner le mâle au v siècle (voir Ar., Av. 102, etc.).

13 Ibid., 373 b. Littéralement “oiseaux à acheter” (il s’agit de la volaille).

14 S., Fr. 329 (ὄρνις πέρδιξ, perdrix), Hom., Il. 7, 59 (ὄ. αἰγυπός, vautour), Id., Od. 5, 51 (ὄ. λάρος, mouette), S, Aj. 629 (ὄ. ἀηδών, rossignol), E., IT 1089 (ὄ. ἀλκυών alcyon), E., Hel. 19 (ὄ. κὑκνος, cygne), etc. Cela vaut sans doute aussi pour le mystérieux oiseau appelé ὄρνις ἀνοπῖα (Hom., Od. 1, 320) qui est une mouette (Thompson, 1936, s.v. ἀνοπῖα) ou un aigle (Buchholz, 1871, t. II, p. 127).

15 Cela est dû en partie au fait que les noms d’oiseau désignent presque toujours d’abord les oiseaux, et c’est l’autre animal qui voit son nom précisé par un terme discriminant (e.g. pour distinguer la pastenague de la tourterelle [τρυγών] : “tourterelle de mer”(τρύγων αλαττία :Ael., NA 1,56 ; ou τρύγων η εκ της θαλαττης : Id. 2, 36) ou “tourterelle - je ne parle pas de l’aérienne mais de celle qui est dans la mer”, τρύγων (ου φημι νυν την υπαεριον αλλα την εν τη θαλάττη (Id. 8, 26) ; ou par un nom (comme le mot ἰχθύς qui permet de distinguer deux homonymes ; cf. infra).

16 Il est employé au singulier chez Homère (Il. 13, 64). Aux cas obliques du pluriel on ne peut d’ailleurs distinguer la déclinaison attique d’ὄρνις de la déclinaison commune d’δρνεον.

17 Ar., Av. 115. Cf. ibid. 287 et 291, où ὄρνεον reprend exactement ὄρνις ; voir “les oiseaux et les quadrupèdes τ ρνεα κα τ τετράποδα (Th. 2, 50).

18 Ar., Av. 302-305.

19 Horn., II. 13,21-23 ; voir Plu. 680 E (à propos d’un aigle).

20 X., An. 6,1, 23.

21 Ar., Av. 13. Il est probable que dans ces marchés on vendait volaille et oiseaux vivants (oiseaux chanteurs ; voir aussi ες τοςρνεις εσιναι, “aller au marché aux oiseaux”, D. 19, 245. Hésychius résume dans son Lexique les trois sens d’ὄρνεα : ρνεοπώλια κα πετεινά κα τόπος (un lieu-dit).

22 Voir Cyranides 3, 1 (κυρανίδος βιβλίον τρίτον περ ρνέων) ; de même pour Denys (Av. 2, 1 : Λεκτὲον δὲ καὶ πῶν ἀμφιβίων ὀρνέων).Voir Palaeph. 33.

23 Ces deux mots ne se rencontrent que chez Élien (NA 4, 41 & 7, 47 & 9, 37) avec le sens d’ὀρνἰθιν.

24 Voir Chantraine, 1933, p. 76

25 Antig., Mir. 28. Élien qui rapporte ce trait de solidarité (NA 2, 42) et précise qu’il s’agit d’oiseaux palustres emploie le mot όρνις pour désigner les proies.

26 Hdt. 2, 77. Il n’est pas impossible qu’en certains cas cette expression désigne non des espèces mais les oisillons de certaines espèces (voir “parmi les oiseaux de petite taille, les oisillons, dans certains cas (τν μικρνρνιθίωννια), n’ont pas le même ramage que leurs parents” (Arist., HA 536 b 14) ; voir aussi Ath. 9, 373 f : “tous les coqs, tous les porcelets, et tous les petits oiseaux (τά μίκρόρνίθια), étaient morts”).

27 Nicostrate, ap. Ath. 14,654 b (voir Cratinos, ap. Ath. 9, 373 c : ὀρνίθιον).

28 Cf. Chantraine, DELG, s.v.οωνός.Bouché-Leclercq adopte l’interprétation de Schœmann (Griechische Altertiimer, t. II, 2, p. 272), pas même signalée par Chantraine, qui dérive oἰωνός de οος et considère que cette catégorie d’oiseaux est avant tout celle des “oiseaux solitaires” (1879,1.1, p. 129).

29 Voir Hdn., Part. 1, 213,3 (οιωνός· τό όρνεον) ; cf. Horn., Od. 20,530. Il n’y a pas de différence nette chez Homère entre ce mot et πετεηνός (comparer II. 24,252 et 310). La seule occurrence du mot chez Hippocrate désigne les oiseaux en général (Morb. pop. 6, 4, 20,1).

30 Sur leur rapport avec la divination voir Halliday, 1913, p. 248

31 La qualité mantique des oiseaux carnassiers serait à rechercher, selon Bouché-Leclercq, dans le fait que ces oiseaux boivent du sang, considéré comme un breuvage qui donne la connaissance, et accessoirement parce qu’ils se nourrissent d’entrailles (op. cit., 1.1, p. 130).

32 Horn., Il. 1,4-5 (voir Id. 2,393 & 8, 379 & 13,831 & 17,241 ; etc. À ces deux mots s’ajoutent parfois θήρες, évoquant les prédateurs quadrupèdes comme le lion (S., Ant. 1081-1082). A l’occasion όρνις peut aussi désigner les oiseaux charognards : “ils abandonnèrent en parure aux chiens et aux oiseaux” (Hdn., 8, 5,9).

33 Voir Emp., FK 21,15 ; A.R. 1,1011 ; Opp., H 2, 539.

34 Emp., Fr. 130,3 ; E., Él. 897 ; Orac. Sib. 5,471 ; D.H. 6,9, 5 ; Opp., H 1, 704 ; etc.

35 Hom., Od. 24, 292 ; cf. Hes., Op. 277 ; Clem. Al., Str. 29, 181, 6. Voir Emp., Fr. 117,4 : “car j’ai déjà été jeune homme, jeune fille, arbuste, oiseau (οιωνός), et poisson muet jaillissant des flots”.

36 Ces oiseaux sont souvent qualifiés de carnivores (ώμηστής) : Horn., Il.11, 453 ; Opp., H 2,

539 ; (voir Ph., Spec. III, 115, 6 : τν οιωνν οί σαρκοβόροι).

37 Hom., Il. 24, 293 ; P., O. 13,21 ; Id, P. 1,7 ; Id., 1. 6,50. Jean Tzétzès note, au xr siècle, dans son Histoire : “on emploie oiravoi au sens propre pour les vautours, et, par extension abusive, pour tous les oiseaux (πάντα δέ τα ορνεα καταχρηστικωτερως)” (Tz., H 13, 10).

38 Hom., II. 8, 247 ; etc.

39 Hom., Od. 13, 87 (voir Ath. 1, 12 f).

40 Hom., Od. 16,216.

41 Hom., Il. 10, 274 ; Paus. 10, 29,2.

42 Plu. 405 c 10 ; Ael., NA 1,48.

43 Plu. 400 a 2.

44 Plu. 405 c 10

45 Ibid

46 Parœmiogr. Grœc, t.I, p. 228, 231, 352.

47 Porph., Abst. 3,5.

48 Épict., Ench. I, 17, 19. Mais tous les oiseaux ne portent pas des présages (voir Horn., Od. 2,182).

49 Æsop. 129, 3 ; cf. Id. 127, 8, où il est dit : “ce n’est qu’une corneille, et son cri ne porte aucun présage (οωνν οκχει)” Elle peut toutefois constituer un présage (A.R. 2,1080).

50 Hom., Od. 14,133.

51 Alcm. Fr. 49, 1 G ; cf. h. Mere. 213.

52 A., Pr. 488 ; App., BC 4, 13, 103.

53 Ar., Av. 254 & 1394.

54 Voir Krékoukias, p. 16 sq. Sur les οωνοί comme oiseaux migrateurs, voir Halliday, p. 260.

55 E., Hel. 1478-83 ; il s’agit apparemment des grues. Cf. Hom., Od. 3,321-22 : “c’est si loin dans la mer qu’on ne connaît même pas d’oiseaux (ούδοωνοί) qui dans la même année refassent le voyage”.

56 Hom., Il. 12, 243 ; cf. Plu. 282 d 3 ; etc. Néanmoins dans les tragédies, même lorsque le mot est à traduire par “présage” il s’agit d’un signe donné par un oiseau.

57 A., Ag. 110-115.

58 Voir οἰνίζομαι : prédire ; οἰώνιομα : présage ; οἰωνιστής : interprète du vol des oiseaux ; etc. Le mot οἰωνός n apparaît pas dans la Souda et le sens qui figure dans le Lexicon d’Hésychius est marginal mais témoigne de l’importance de la valeur divinatoire (οιωνός· οφις (serpent) car cet animal est mantique).

59 Cette distinction est très nette dans un passage d’Apollonios de Rhodes (2, 528-552) où la colombe est dite à la fois oiseau (ὄρνις) d’Aphrodite et présage (οωνός) de ce qui attend le vaisseau Argo au passage des Symplégades (voir aussi Hom., Od. 15,532).

60 Ces deux auteurs n’emploient οωνός que dans des citations de poètes (Arist., Met. 1000 a 31, etc. ; Ath. 1,12 & 6,271 a & 8,365 e ; etc.).

61 On ne s’arrêtera pas aux sens marginaux d’ιχθύς à côté de celui de “poisson” ; signalons cependant que le pluriel οἱ ἰχθες, à l’instar de οίρνεις, peut désigner le marché aux poissons (Ar., Ra. 1068 et V. 789 ; Antiph. 125, 1 ; Ath. 7, 287 e ; Alexis, ap. Ath. 3, 104 d, etc.). Les auteurs qui font le plus grand usage de ce mot sont Athénée (607), Aristote (442), Galien (143), Oppien (113) et Plutarque (97).

62 Cf. aussi Opp., C 1,47-48 ; Opp., H 1,701.

63 Xénocr., ap. Orib. 2, 58, 12. Le mot νηχαλέος n’apparaît dans aucun autre texte ; et quant à όστράκια, il semble désigner aussi bien les μαλακ-οστρακο : (crustacés) que les όστρακό-δερμα (testacés).

64 Alex., in Sens. 1, 90, 9.

65 Opp., H 1, 542. Plus loin (H 2, 399-420) il nomme côte à côte trois poissons exceptionnels (μονοι δέ μετίχθύσιν) : l’écrevisse (κάραβος), le poulpe (πολύπους) et la murène (μύραινα). Il appelle aussi le nautile un ιχθύς (ibid. 1, 339-340). Mnésithée (ap. Ath. 3, 106 d) range aussi les crabes et crevettes parmi les poissons. Voir les définitions d’Hésychius du poulpe et du calmar comme “espèce de poisson” (εδος ιχθύος) (voir Gossen, 1940b, p. 91 & 115). Enfin, au marché aux poissons (ιχθς), on vendait sûrement aussi des céphalopodes (voir Alexis, ap. Ath. 3, 104 d).

66 Élien, NA 6,28.

67 Gal., Aliment, fac. 6, 769, 9. L’adjectif substantive κητώδης peut avoir un sens vague mais désigne aussi les cétacés (Arist., HA 591 b 26) ; la mention du thon ne doit pas surprendre car il apparaît parfois comme un κτος (Archestr., Fr. 34, 3). Oppien qui évoque l’accouplement des dauphins dans le cadre d’un exposé sur la reproduction des poissons (Opp., H 1, 580-83), mêle squales et cétacés dans une même étude (Id. 1,360 sq.) et désigne les dauphins comme les rois des poissons (έν ίχθύσιν ήγεμονες : Opp., H 2, 542 ; voir Id. 1,732).

68 Ar.Byz., Épit. 1, 149.

69 Alex., in Top. 1, 69, 16 ; cf. Hom., Od. 15, 479 : “des phoques et des poissons” (φώκησι κα ίχθύσι).Voir Hp., Mul. affect. 1, 133, 193 ; Id., Affect, int. 12,69 ; ibid. 27, 44 ; etc

70 Arist., GA 649 a 19.

71 “On appelle poissons à écailles (λεπιδωτά) toutes les familles de poissons (χθύων γένη) à l’exception des sélaciens” (Ar.Byz., Epit. 1, 12) ; voir Gai., 19, 136, 15 : “sélaciens : on donne ce nom à tous les poissons sans écailles (ὅσα ιχθύων λεπίδας ούκ χει) et vivipares” (voir Hp., Vict. 2,48).

72 Ael., TVA 12, 27 ; mais un peu plus loin, dans la même notice, il emploie le mot χθύς pour qualifier cet animal. Voir Gal., Hp. expl. 19, 107, 4 : en raison de leur ressemblance avec les écailles des poissons”.

73 Arist., GA 732 a 21.

74 Ael., NA 11,24. Un autre moyen de distinguer des homonymes de ce type est de les détermina par leur biotope (e.g. κύων είνάλιος, “chien de mer” : Opp., H 5,28).

75 Hdn., Orth. 3,2,457, 14.

76 Ar. Byz., Épit. 1,2.

77 Arist., HA 548 b 16 ; Ath. 8, 355 b ; Id., 14, 649 b ; etc. Il est en outre souvent accompagné de l’adjectif μικρός (“petit” : Arist., HA 531 b 5 & 548 a 30 & 569 a 20 ; Id., GA 718 b 12 ; Ath. 3,107 b...).

78 Arist., HA 565 a 10.

79 Arist., HA 567 b 6-569 a 20.

80 Voir Chantraine, DELG, p. 747. Les auteurs anciens l’ont interprété de quatre façons : 1)= ποδες (apodes) 2) = νηξίποδες (qui nagent avec leurs pieds), 3) ίχθύες (poissons, voir Souda), 4) άπόγονοι (rejetons).

81 La première occurrence du mot, dans un passage de l’Odyssée (A, 404-405), semble conduire à la traduction par “descendant” ; mais ce sens n’est admissible que dans six autres cas (Cléon, Fr. 340, 2 ; Call., Fr. 66, 186 et 222 ; A.R. 4, 1745 ; Theoc. 17, 25).

82 Call., Fr. 533 (ap. Hdn., Pros, cath., 3, 1, 142, 29).

83 Opp., H 1,93-94. Dans les 14 occurrences tardives, le sens est également celui de poisson.

84 Oppien emploie aussi ce terme quatre fois : “les oiseaux des airs et les poissons de la mer”(ήερίοις τ’ὄρνισι κα εναλίοις νεπόδεσσιν : Opp., C1,380 ; cf. Id. 1,384 et 3,465).

85 Opp., H 2,398.

86 Hdn., Part. 90, 10.

87 Gal., Simp. med. 12, 443, 16.

88 Hérodien donne les deux formes comme équivalentes (Hdn., Pros. 3, 1, 355, 20 : ὄστρεον, ὄ καὶ ὄστρειον λέγεται ; voir Id., Orthogr. 3, 2, 562 & 3, 2, 426).

89 Ath. 3,92 e : “les anciens disaient uniquement ostreia (δστρεια)”.Il signale que Platon use des deux formes indifféremment (voir Tim., 92 b & R. 611 d). Galien (Puer, epilept. 11, 373, 6) divise les θαλάσσια en deux groupes : les χθύς et les ὄστρεα (qui désignent donc tous lesanimaux manns hormis les poissons).

90 Il semble désigner les coquillages de façon générale au moins dans les textes suivants : Dioclès, ap. Ath., 3, 86 b-c ; Arist., GA 761 a 31 ; Id, HA 490 b 9 ; Diphilos, ap. Ath. 3, 90 a, 90 c, 92 b ; Hikesios, ap. Ath. 3, 87 b-c ; Xénocrate, ap. Orib. 2, 58, 50-113 ; Gai., Aliment, fac. 6, 736, 12 ; Gal., Vict. ait. 1,63.

91 Cf. Arr., Ind. 1, 21, 13 (= huître) vs. ibid. 1, 29, 14 (= bivalves) vs. ibid. 1, 22, 10, 2 (= coquillage). Ainsi Aristote, parmi τά όστρακώδη, nomme sept espèces aquatiques qui naissent par génération spontanée, dont τάστρεα, terme sous lequel il range, d’autre part, l’ensemble des espèces signalées (cf. HA 547 b 20).

92 Arist., Fr. 304, 2, ap. Ath. 3, 88 b.

93 Indépendamment des listes, le sens restreint est parfois clair, comme lorsqu’il est question des perles qu’on trouve dans les ὄστρεια (Clem. Alex., Paed. 2, 12, 118, 4), ou quand l’animal est décrit : “l’allure de cet ostreon ressemble à celle du peigne ; sa coquille n’est pas rainurée mais lisse et épaisse, en revanche il n’a pas deux valves comme le peigne, mais une seule” (Ath. 3, 93 b) ; voir aussi Diphilos, ap. Ath. 3, 91 e : “certaines patelles sont petites et d’autres ressemblent à des huîtres”.

94 Cf. Anaxandride, Fr. 41, 61, ap. Ath. 4, 131 e.

95 Épicharm., Fr. 42, 3, ap. Ath. 3, 85 c. Voir Philippide, Fr. 4 ; Philyllios, Fr. 13 ; Archestrate, ap. Ath. 3,92 d ; et les longues listes de coquillages où figure ce mot : Hp., Vict. 2, 48,17 ; Dioclès ap. Ath. 3, 86 b ; Speusippe ap. Ath. 3, 86 d ; Opp., H1, 317 ; Nie, Fr 83,1 ; Gai., Fœt.form. 4,670, 18.

96 Comparer Gal., 12, 346, 11 et Gal., 12, 457, 10. Dans le premier cas, le mot peut désigner non l’huître seule mais une grande famille de coquillages, mais ce n’est pas le cas en Gai., liment, fac. 6,769, 11

97 Gal., Simp. med. 12, 346, 3.

98 Voir Plat., Tim. 92 b (τò <θνος> τν όστρέων συναπάντων ; cf. Arist., HA 487 b 9) ; Id., PA 681 b 10 i (γένη όστρέων πολλά) ; Diphilos, ap. Ath. 6, 231a (όστρέων γένη παντοδαπά) ; Diph.,ap. Ath. 3, 92 c : (ὄπανστρεον) ; Gal., Simpt. caus. 7, 226, 16 (παντα τὰ ὄστρεα) ; Id., Simp.med. 12, 310, 6 (τὰ ὄστρεα πάντα) ; Opp., H 1,764 (ὄστρεα σύμπαντα ; voir Gal., Puer. epil. 11, 373,4 & Simp. med. 11, 576,8 & Vict. Att. 1, 63,4) ; voir aussi des expressions comme : “dans un coquillage (òστρέ) qui ressemble aux pinnes” (Ath. 3, 93 b).

99 L’ormeau (ος θαλάττιον) est appelé ὄ (Antig., ap. Ath. 3, 88 a) ; la pinne est un οστρεον (Chrysippe, ap. Ath. 3, 89 d) ; les ascidies sont des οστρεα Afh. 3, 90 b) ; “les petits chames à la coquille rugueuse et à la coquille fine sont appelés δστρεα” (Diph. ap. Ath. 3, 90 c) ; les tellines (τελλϊναι) sont aussi appelées δστρεα (ibid., 90 c-e), et même les oursins (Harp., Lex. 1,143, 16).

100 De la présence d’une coquille dépend l’utilisation qu’on fait des ὄστρεα (voir Str. 15, 2, 2, 8 : “us font leurs maisons avec les os des monstres marins et des coquilles d’ostrea (κóγχοις όστρέων)” ; Archigen., Fr. 19, 35 ; cf. Gal., Remed. 14, 469, 8 ; Ph., Virt. 76, 4 et Jos. 71, 4 ; d ou 1 expression attachés comme 1 huître à sa coquille (òστρου τρόπον) (Pl., Phdr. 250 c 6) ; Clem. Alex., Strom. 5, 14, 138. Le mot ὄστρεον peut désigner matériellement la seule coquille des testacés (= ὄστρακον) : Arist., HA 531 b 4 & 590 a 31.

101 Voir la fréquence du couple ὄστρεια / ἐχνοι (Alexis, ap. Ath. 3, 107 b ; Lyncée, ap. Ath. 4,132 b ; Plu., 733 f 5 ; Aret., S.A. 2, 13, 11, 5.

102 Voir Plu., Fr. 193, 67.

103 VoirAel., NA 3,29.

104 Voir Luc, VH 1, 42,1.

105 Voir Hp., Ptol. 1, 488,2 ; Gal., 19, 732, 3 & 19, 739,15 & 14,425, 6 ; ou les escargots (Arist., HA 523 b 12). Cette ambiguïté existe dans l’Epitomé d’Aristophane de Byzance (Épit. 1, 5 ; repris en Élien NA 11, 37). Il semble que la différence entre les bivalves et les univalves soit typiquement aristotélicienne (voir Arist., Fr. 304 ap. Ath. 3, 88 d ; cf. Opp., H 2,177), et que la différence majeure, parmi les coquillages (dans les δμοια de Speusippe par exemple), passe pour les Grecs entre les coquillages à spirale et les lamellibranches

106 Str. 1, 3, 4 (voir Id. 15, 2, 2).

107 En effet, ὄστρεον désigne le pigment que l’on extrait de coquillages comme le pourpre et le buccin (voir Pl., Crat. 424 d 8 ; Alex., Mété. 1, 161,8 ; Philostr., VA 3, 57, 13 ; D.S. 2, 59,4 ; Ath. 5,197 f).

108 Gal., 13, 441, 6. Les trois noms sont souvent liés dans le traité galénique De compositione medicamentorum.

109 Arist., HA 490 b 10. On remarque qu’Aristote emploie ici ὄ dans le sens que Galien attribue à ὄστρεον ; ailleurs il emploie ôoxpeia avec la même acception (voir PA 644 b 11).

110 L’équivalence entre les deux mots est évidente en GA 761 a 31.

111 Arist., HA 470 b 32. Le Stagirite réfute cette idée (cf. HA 487 a 26), mais Lucien le raille à son tour dans Vu. Auct. 26, en le montrant préoccupé de l’âme des coquillages (όποα τςστιν ή ψυχτν òστρεων). Le terme οστρεον est employé systématiquement dans les exposés sur la sensibilité des coquillages marins : D S., 1, 3, 16, 6 ; Clem. Alex., Protrept. 4, 51,5 ; Gal., UP A, 160, 19.

112 Pl., Tim 92 b 6 ; voir Id., R ?. 611 d 5 & 612 a 1 ; Nicandre, ap. Ath. 3,92 c : “tous les coquillages (ὄστρεα) que nourrissent les profondeurs de la mer : tritons, bigorneaux, patelles géantes, moules”. Voir Ph., Opif. 147,6 (òστρέοις και χθύσιν).

113 Ath. 1,13 c.

114 L’extension du terme pose des problèmes y compris dans le corpus aristotélicien (voir HA 528 a 1 ; cf. PA 654 a 3). Voir Plu., 927 f 4 : παντòς όστρέου φύσιν (et Sir. 5, 4, 6, 8 ; Id. 3, 3, 1, 29).

115 En revanche òστρειώδης (2/2) est employé exclusivement comme adjectif et caractérise un tégument (Arist., PA 684 a 9 et Alex., Top. 1,456, 30).

116 Alex., An. 1, 67, 3 ; cf. Arist., HA 607 b 3 (τμν γρ òστρακόδερμα, οον κτένες καπαντα τά όστρεώδη).

117 Str.3, 2, 7, 3.

118 Ce terme désigne, ça et là, une espèce de coquillage (genre Tridacna ; voir Thompson, 1947, p. 118).

119 C’est le mot qu’emploie Athénée pour des chames géantes, les ελωρίδες (Ath. 3, 92 f). Il a parfois le sens de coquille et non coquillage (Ath. 14, 636 e). Le ογχύλιον n est pas toujours un turbiné (Hsch., N 523).

120 On le rencontre chez 17 auteurs différents.

121 Voir Hdt. 2, 12 ; l’argument des coquillages fossiles dans les montagnes égyptiennes, comme preuve de l’immersion primitive de l’Egypte, est reprise par Plutarque (367 a 11) ; cf. Str. 1, 3, 4, 56.

122 Hp., Vict. 2,48 ; cf. Dioclès, ap. Ath. 3, 86 b & ap. Ath. 3, 86 c.

123 Arr., Ind. 1, 29. Il pourrait s’agir ici, comme dans l’emploi latin de conchylia, d’un terme désignant les seuls coquillages porphyrogènes. Hippocrate les distingue également des moules, oursins et crustacés (Hp., Vïcr. 3, 82, 13) ; cf. Androsthène, ap. Ath. 3,93 b. Voir Arist., Fr. 193.

124 Épicharme, ap. Ath. 3, 85 c ; cf. Sophron, Fr. 38, ap. Ath. 3, 86 e.

125 Comme nourriture humaine (cf. supra), ou animale : Arist., HA 547 b 7 & 590 b 3 & 591 a 1 ; PA 661 a 22.

126 C’est le seul régime qui leur soit attribué (voir Thphr., HP 9, 20,3,15 ; Gai., Vïcr. 14,1 ; etc.).

127 Str. 17,2, 1,9.

128 S., Tr. 762.

129 Voir E., Hipp. 1356 ; voir aussi J., AJ 6, 133, 4 ; Gai., Meth. med. 10, 133, 12 (ὄνος).Xénophon n applique ce mot, par extension, aux chiens que dans la mesure où il s’agit d’un véritable élevage, de grande envergure, qui assimile le chien à du bétail, même si son usage est différent puisqu’il sert à la chasse du grand-roi : “comme préposés aux chevaux et aux chiens il institua les hommes qu’il pensait capables de lui fournir le meilleur troupeau pour son service” (Cyr. 8, 1, 9 ; cf. Hdt. 1, 192). Aristophane fait même dire à un personnage des Acharniens (v. 811), après qu’il a vu deux fillettes déguisées en truies déglutir une figue : “les bonnes petites bêtes !”, στείω γε τβοσκήματε.

130 E., Ba. 677-78 ; voir J., AJ 5, 48, 3 : “des troupeaux de bœufs” (άγέλας βοσκημάτων).Platon met en parallèle les troupeaux et les essaims : “quiconque jette un sort ou porte atteinte de façon mortelle ou non à ses troupeaux (βοσκημάτων) ou à ses ruches...” Plat., Lg. 933 d 3).

131 D. Chrys. 6, 13, 4 ; cf. Plat., R. 586 a 7 : “à la manière du bétail (βοσκημάτων δίκην), toujours penché à terre et les yeux regardant vers le bas” ; voir X., Mem. 4, 5,11 ; Gal., Nat.fac. 2, 29,3.

132 X., Mem. 2 4, 2 ; cf. D.H. 3,29, 6 : “esclaves, bétail et autres biens” ; D. Chrys. 1, 55, 1 : “les paysans pratiquent <la magie> <...> pour assurer la naissance et la survie des fruits de la terre et de leur bétair : cf. D.. Coron. 213.11 (τά βοσκήματα και άνδράποδα) ; Democr., Fr. 171,2 : “le bonheur ne réside ni dans le cheptel (έν βοσκήμασιν) ni dans l’or” ; voir aussi Arist., Rh.1361 a 14.

133 D. Chrys. 13, 32, 1 ; voir X., Hell. 6, 2, 6.

134 X, Mem. 4, 3, 10, 8 ; on retrouve la même expression chez Diodore (3, 8, 6) et Strabon (7, 3, 17, 36).

135 Arist., M.M. 2,7,3 ; cf. D. Chrys. 23, 41,5 : “pour ce qui est de l’amitié et du partage mutuels, il semble que les hommes soient pires que le bétail et les bêtes sauvages”. Strabon dit des Corses qu’“ils tiennent à la fois du fauve et de la bête d’élevage (τò θηριδες και τò βοσκηματδες)” ; car, lorsqu’ils sont faits prisonniers, soit ils se laissent mourir soit ils se révèlent insensibles et apathiques (Str. 5, 2,7,9).

136 Str. 16, 4, 16, 12.

137 D.H. (38), J. (34), Str. (29), X. (20), D.S. (13), etc. Eschyle emploie le premier ce mot avec le sens de “nourriture”, qui n’apparaît pas hors des textes dramatiques du ve s. (A, Supp. 620 ; A., Eu. 302, etc.) ; on trouve chez lui (Fr. 255) le seul emploi atypique du mot βόσκημα, appliqué à un poisson (ποντίου βοσκήματος).

138 Arist., M.M. 2,1,1 ; J., A .J. 4,272. Il qualifie aussi des oiseaux domestiques picoreurs comme les poules (Ar., Nub. 1427). On ne trouve qu’une dizaine d’emplois au singulier (LXX (4), J. (2),...).

139 Aristote (17), Galien (6) ; ce terme est relativement discret dans l’œuvre d’Athénée (16).

140 Plu. 408 c 5. Ce nom peut figurer dans un contexte de sacrifice pour désigner la victime (A., Ag. 1412).

141 Opp., H 5,33 : l’auteur les oppose aux féroces poissons appelés “béliers” (κριοί). Il ésigne explicitement des bœufs (Theoc. 25, 120) mais souvent aussi des chèvres (Theoc. 11, 34 ; E, Cyc. 333 ; Opp., H 4, 309) ; en revanche Théophraste distingue les βοτά des αγες (Fr. 6, 17).

Ces animaux ont en commun d’être dirigés par un ποιμήν (E., Hipp. 75 ; voir Sciras, ap. Ath. 9, 402 b : “là, même les pasteurs refusent de mener leurs bêtes” ; cf. Hdn., Orthogr. 3, 2, 520). Les moutons ne sont normalement pas désignés par ce nom (sauf en S., Tr. 690, où le sens semble être celui de “brebis”) mais par le terme πρόβατοv (voir infra).

142 Alcman, Fr. 1,47 et S., Aj. 232.

143 Ar., Nu. 1427.

144 Opp., H 4,630. Il est même une fois employé pour des animaux marins (βοτά πόντου, dans D.P., 597, ap. Eust.) ; ces animaux de la mer Rouge “ressemblent à des montagnes abruptes”.

145 Sem., Fr. 1,4.

146 D.C. 51, 22, 5 ; cf. Id. 66,25, 1 & 68, 15, 1 & 76, 1,5 & 77, 10, 1 ; etc.

147 Plat., Men. 237 d 4.

148 Horn., Il. 18, 521 (les troupeaux de toutes sortes (πάντεσσι βοτοσιν) sont repris trois vers plus loin par les mots mka - moutons – et βος - bœufs -) ; Sem. (1), Alcman (1), A. (8), S. (7), E. (3). A l’instar de βόσκημα, βοτόν peut se dire de tous les animaux (au moins les herbivores) : “βοτόν = βόσκημα, pour tous les animaux, qu ils soient terrestres, volant, aquatiques, ou animaux sauvages” (Hsch., s.v. βοτά).

149 Ce mot désigne aussi un fruit rond variable (pomme, coing, pêche, abricot).

150 Voir Luc, Menip. 9, 14 & Astr. 24, 8 qui constituent deux exemples flagrants. Les occurrences du mot dans les textes de Platon, Plutarque ou Pausanias sont uniquement des citations ou des gloses homériques. Et les principaux utilisateurs du mot sont les glossateurs et les lexicographes

151 Il est souvent difficile, dans les poèmes homériques, d’identifier auquel de ces deux animaux le lexeme renvoie. Nous ne donnons que deux références certaines : un ovin (Od. 12, 301), un caprin (Od. 14, 105) ; ce mot, dont on retrouve la racine dans d’autres langues indoeuropéennes (mala [vache en germanique], mal [mouton en arménien], etc.) n’a sans doute pas de rapport avec l’homographe μήλον = fruit.

152 Voir h. Ap. 412 : “paissent les moutons aux toisons épaisses” ; voir A., Eum. 944 ; Hom., Od. 9, 245. Dans la culture homérique il s’agit essentiellement de brebis car elles symbolisent davantage la richesse que les chèvres (voir la vision idyllique dans Horn., Od. 4, 86). Voir aussi Horn., Od. 9,308 sq. (336 & 469 : καλλίτριχα μλα) ; Arat., Phen. 1068 : “des truies, des brebis et des chèvres” (θήλειαι δέ σύες, θήλεια δε μήλα και αίγες). Voir Hdn., Epim. 85 : “mèlon signifie mouton (πρόβατον), d’où le mot mèlôtè signifiant la peau de mouton (προβάτου) ; cf. au contraire Ar. Byz., Fr. 120 où le mot vise une chèvre.

153 Voir Hom., Od. 9, 184 (μλιές τε κααγες ίαυεσκού).

154 Straton, ap. Ath. 9, 382 d. Eustathe confirme l’identité de sens des deux mots chez Homère (Eust., in II. 1648,61) ; on trouve une longue discussion sur les valeurs du mot chez cet auteur (Eust., in II. 877,49 et 1648, 52 etc. ; cf. Ar.Byz., Fr. 118-126) ; voir aussi Érotien, Voc.Hp. 1, 121 : "foie de melon au lieu de mouton, car les moutons sont des mêla (μλα γρ τπρόβατα) voir Gal., Gloss. 19, 122, 15 . μλα τπροβάτια.

155 Hes., Fr. 198, 11 ; h. Wen. 169 ; Horn., Il. 5, 556 & 8, 505 ; etc. Voir aussi Horn., Od. 10, 85 ; Orac. Sib. 3, 522. ; P., P 4, 148. En Hes., Op. 795 le mot est associé à βος, κύνα ει ύρας (bœuf, chien et mulets).

156 Ar.Byz., Fr. 125 ; voir Theoc. 25, 281 ; cf. Orac. Sib. 3,575. L’ambiguïté du terme se retrouve dans les noms qui désignent pasteurs, chevriers ou bouviers : νομεύς (A.R. 4, 674 ; νομεύς = μηλοβοτήρ en Hom., Il. 18, 525) et ποιμήν (cf. E., Cyc. 28 ; Call., Fr. 2, 1 ; ou ποίμνη : e., Cyc. 35) ; et la résidence des bêtes, σταθμός (Hom., Il. 5, 556 ; A.R. 2, 143) ; pour une mise au point, voir Eust., in Il. 877,49 & Od. 1648,52.

157 Hom., Od. 23, 356 ; voir Horn.,Il. 12, 319 ; Antimach., Fr. 1, 86 ; A.R. 2, 501 et 513.

158 A., Ag. 1057 ; voir Horn., Il. 9,466 & Od. 11,45 ; Bacch., Épinic. 1, 5,109

(σφάζε μλα) ;E., Andr. 1100 ; A.R. 1, 969 & 1, 1181 & 2, 303, etc. ; Luc, Menip. 9, 14 & Astr. 24, 8 (τά μήλα σφαξεν etc.

159 Sim., Fr. 249 (Ar.Byz. ap. Eust., in II. 877, 57 : “Il invoque en outre des exemples tirés de Simonide, dans lesquels il appelle le taureau parfois tauros, plus souvent encore melon, ou bien probaton, et encore un autre terme de ce genre”.

160 Cf. A.R. 4,672-675 : “des bêtes qui n’avaient pas l’aspect de bêtes sauvages <...> s’avançaient en foule comme des troupeaux de moutons (μλα) quittant leur enclos derrière le berger”. Voir aussi Horn., Il. 24,43 ; h. Ap. 304 ; A.R. 2, 143 ; Nie, Th. 471.

161 Soph. ap. Ar.Byz., Fr. 125.

162 Ce terme est très utilisé par les auteurs chrétiens : LXX (262), J. Chrys. (219), Orig. (85), Eust. (61), etc.

163 On rencontre moin d’une dizaine d’occurrences du mot pour des richesses qui ne consistent pas en bétail.

164 Pl., Crit. 109 c 1. Même valeur en Hdt. 2, 128 & 4,53 & 4, 58 ; Hp., Aër. 1, 18, 17 ; X., Cyr. 5, 4, 28 ; Arist., Pol. 1256 a 33 ; Call., H 3, 125 ; Gal., Diff. febr. 7, 298, 4.

165 Hdt. 7, 187 (voir Id. 4,46 & 7,43 ; X., An. 3, 1, 19 ; Plu., Alex. 39, 3 ; Str. 15, 1, 52, 5 & 15,2, 10,26).

166 Voir Ael. NA 16,16 : “Les Indiens amènent plus de trois mille têtes de bétail : des moutons, des chèvres, des bœufs et des chevaux (κτήvoη πρoβάτωv τε καὶ αἰγῶv καὶ βoῶv καὶ ἵππωv)”.

167 Gal., Hp. epid. com. 1, 17a, 929 (voir aussi Hdt. 4, 58). Mais Hippocrate (Aff. 1, 52, 24) laisse entendre que tous les κτήvη ne sont pas herbivores (“carpophages”) : “les viandes des animaux d’élevage (τῶv κτηvέωv) diffèrent selon qu’ils ont ou non un régime végétarien”.

168 Hdt. 2, 38 (...“un homme examine l’animal τῇνoς) debout, puis couché, et il lui fait tirer la langue pour vérifier qu’elle ne présente pas certains signes apparents d’impureté” (ibid.) ; voir encore Hdt. 1,50 & 1,132 & 2,45 & 4,60 & etc.) ; X., Hell. 3, 2, 26. Hérodote appelle θηρíov (µιρóν) un porc avant le sacrifice (2,47), et pour sa dépouille il emploie ensuite le mot κτñνς (2,47). Voir Ath. 4, 150 f : “ils s’acquittaient chaque jour de nombreux sacrifices de taureaux, de porcs, de moutons et d’autres bêtes (λoιπῶv kιηvῶν)”.

169 Ce mot reprend couramment βoς ou peut le désigner de façon implicite (voir Dorieus, ap. Ath.10, 412 f).

170 Cf. aussi Plb. 12,4, 14.

171 Hdt. 2, 45. Pour la chèvre (Antig. 60 b), le porc (Hp., Cord. 1, 2, 6 ; X., An. 5, 2, 3). Athénée (5, 221 b) cite un fragment où le mot désigne une gorgone : “Alexandre de Myndos raconte, dans le deuxième livre de son Enquête sur les bestiaux τηvῶ) : “l’animal qu’on appelle gorgone (λoργóvα), les Nomades de Libye l’appellent (car on en trouve aussi là-bas) catoblepon ; il ressemble à une chèvre sauvage (πρoβάτω ἀγρὶω)”.

172 Hdt. 2, 64. Le terme a souvent une acception négative : “ils s’empiffrent comme des bêtes (ὄκωσπερ κτήεα)”, (Héraclit., Fr. 29). L’adjectif κτηvηδóv est à ce titre employé par Hérodote dans un sens péjoratif pour évoquer un accouplement brutal et intempestif (Hdt. 4, 180 ; Pausanias (8, 6, 5) emploie κτήvη dans un contexte identique) ; cf. néanmoins, sans intention dépréciative, Hésiode Fr. 198, 6 & 200,9.

173 Voir Ctésias ap. Ar. Byz., Epit 2, 67 qui énumère successivement béliers, moutons, ânes et mules et autres bestiaux (καì τά ἂλλα κτήvη)” ; cf. X., Hell. 3, 2, 10 : “du bétail de toutes sortes (παvτoδαπoῖς kτέvησι)”. Ce terme a même pu s’appliquer, par extension, à tous les animaux d’élevage : “il y avait dans les maisons des chèvres, des brebis, des bœufs, des poules et leurs petits ; tous les animaux d’élevage (τά δὲ κτήvη πάvτα) étaient nourris à l’intérieur avec du fourrage” (X., Anab. 4, 5, 26). Il peut désigner l’ensemble des animaux domestiques (Arist., Pol. 1256 a 33) voire terrestres (Paul, Cor. 1, 15, 42 et passim dans la littérature chrétienne). La Souda fait même de ce terme un parfait équivalent de ζῷoν (κτῆνoς τò ζῷoν).

174 Thphr., Fr. 159, 1, 56 ; cf. Plu., Publ. 11,6 (πρoβατƐίαις κα κτηvoτpoθίαις). Dans Ctésias ap. Ar.Byz., Epit 2, 67, le bétail semble divisé en trois catégories (voir note préc ; le passage est aussi chez Élien (NA 17, 37) qui mentionne explicitement les bœufs (βoς) après les mulets parmi lesκτήvη) ; voir X., Cyrop. 8, 2, 14 ; cf. Pythagore, b la, 60 (καì πρoβάτεoας καì τoῖς ἅλλoις κτήvησιν).

175 Hp., Nat. Puer. 30,78 ; cf. Orac. Sib. 1, 3, 12 ; M. Ant. 5,11 ; cf. Arist., Pol. 1256 a 33 sq.

176 Les occurrences anciennes sont : h.Terr. 10. ; Hes., Fr. 198 & 200 ; Heraclit., Fr. 29 ; Democr., Fr. 57.

177 Il est la base de l’alimentation (Hdt. 1,216 & 2,91 ; voir Arist., Pol. 1256 a 33 ; X., Ages. 1,2, 18 ; Arist., Pol. 1305 a 25 ; Gal., in Hp. 18 a, 738,7).

178 Arist. (2). Galien et Athénée n’en font pas un usage plus important : Gal. (3), Ath. (5).

179 Dans la sphère domestique πρόβατov s’oppose à ἄvθρωπoς (Hes., Op. 558 ; Hdt. 1, 203).

180 C’est la thèse longuement développée par H. Lommel dans un article de 1914, et réfutée par Benveniste (1949).

181 Benveniste, 1949, p. 96 (voir p. 95 : “πρoβαίvω n’a jamais [le] sens de ‘marcher en tête’”). Ce terme est l’équivalent concret de l’abstrait homérique πρóβασις.

182 Comme le rappelle Benveniste (ibid., p. 92) “Hérodote a 31 exemples de πρóβατα, pas un seul de πρóβατo”.

183 Hom., Il. 23, 549 (voir ibid., 14, 124 : “il possédait d’immenses troupeaux (πρóβατα)” ; il apparaît avec ce sens une fois chez Hésiode (Op. 558), et une fois dans l’hymne à Hermès (h. Herm. 571). “Dans ces deux termes, κειµήλια et πρóβασις, se résume la représentation homérique de la richesse, qui <...> se différencie plus concrètement en richesse marchante (troupeaux) et richesse dormante (métaux)” (Benveniste, ibid., p. 97 ; voir Hom., Od. 2, 76).

184 Hdt. 2, 41. Voir Hp., Art. 1, 8 : “Homère a bien compris que de tous les animaux de troupeaux (πάvτωv τῶv πρoβάτωv) ce sont les bœufs qui travaillent le plus pendant cette saison, et parmi eux les bœufs de labour, car ils travaillent l’hiver” (voir Simon., Fr. 28). Ce terme purement économique ne se rencontre pas chez Aristote.

185 Hdt. 1, 207 et 4,61 ; Th. 2, 51, 4 ; Antiphon 5, 29.

186 Th. 2, 14, 1 (les Athéniens rentrent à Athènes les biens qu’ils ont à la campagne et mettent leur bétail à l’abri) ; cf. Th. 7, 27, 5 : “tout le bétail et toutes les bêtes de somme périrent”, πρóβατά τε τάvτα ἀπωλώλει καὶ ὑπoζύγια. On voit bien, dans l’Économique de Xénophon, que si les chevaux sont exclus du nombre des πρóβατα c’est avant tout parce qu’ils ne constituent pas un troupeau ordinaire et que leur dressage et leur élevage ne sont pas analogues : “la plupart du temps, dit Socrate, quand le petit bétail (πρóβατov) est en mauvaise santé, c’est le pasteur (oµέα) qu’on incrimine, et quand le cheval est malveillant, c’est le cavalier qu’on blâme” (X., Econ. 1,3, 11 ; voir Th. 7, 27 où sont distingués πρóβατα = bêtes qui paissent en troupeau, ὑπoζύγια = bêtes de somme, et ἵππoα= montures des cavaliers). Les chevaux comme tels peuvent aussi figurer parmi les πρóβατα quand, fonctionnellement, ils ne sont plus considérés comme isolés : “ils sacrifient toutes sortes de bétail (τά ἂλλα πρóβατα) mais surtout les chevaux” (Hdt. 4, 61 ; cf. Schol. in Hom., Il., 14, 124 : πρóβατα = πάvτα τά τετράπoδα).

187 Cf. Hdt. 1, 133 : “ce jour-là les riches se font servir un bœuf, un cheval, un chameau, un âne, rôtis tout entiers dans les fours ; les pauvres ont du menu bétail (τά λεπτά τῶν πρoβάτων)” (voir Id. 1.203&8, 137).

188 Gal., Hum. 18 a, 356, 7. Aristophane de Byzance (Fr. 123, 15 ap. Eust.) commente l’acception homérique : “il me semble, dit-il, que le Poète, dans l’expression « richesses et troupeaux » (Hom., Od. 2, 75) entend aussi par probasis la possession des autres espèces de bétail quadrupède et non seulement les animaux que l’on appelle communément probata” ; et il ajoute que “Pindare également qualifie quelque part de πρóβατα les cavales de Diomède quand il nomme leur mangeoire « la table des πρóβάτωv », et ailleurs encore à propos de Pégase [...]” ; il invoque en outre des exemples tirés de Simonide, dans lesquels “il appelle le taureau parfois tauros, plus souvent encore mêlon, ou bien probaton, et encore un autre terme de ce genre”.

189 C’est dans un texte ancien du corpus hippocratique que l’on rencontre sans doute le premier emploi sûr du mot πρóβατov pour désigner le petit bétail : “après les hommes viennent le petit bétail (τά πρóβατα ἐóvτα), les bœufs et les chevaux ; ils restent au même endroit aussi longtemps que le fourrage pourvoie aux besoins du bétail (ωὐτέoισι τoῖσι κτήvεσι)” (Hp., Aër. 1,18 ; dans cette phrase, πρóβατα semble être traité comme un adjectif) ; cf. X., Ec. 1, 5, 20 : καὶ βoῶv καὶ ἵππω καὶ πρoβάτω (voir ibid. 10, 7, 5 ; Mem. 2, 3, 9 ; ibid. 2, 9,2).

190 Leg. Gort. A, 35 (le terme καρταίπoυς n’apparaît qu’une fois dans la littérature (P., 01. 13, 81), sans référence aux animaux) ; cf. τò µὲ µέζo πρóβατo, τò δò µεῖ dans I. G. 5 (2), 3, 14 [Tégée, ive siècle av. J.-C.]). Voir Eupolis, Fr. 152-153 : “représente un cheval de selle exercé ; représente maintenant des champs, du petit bétail (πρóβατα) et des bœufs”, (voir aussi Plat., R. 343 a 8 : “tu penses que les bergers et les bouviers ont en vue le bien de leurs bêtes (πρoβάτω) et de leurs bœufs”).

191 Cf. Benveniste, 1949, p. 99 : “Le nom du bétail ainsi obtenu devient à son tour terme spécial ; il se restreint désormais à une seule classe d’animaux. C’est le phénomène illustré par le latin iumenta “bêtes de somme” > fr. jument. L’espèce animale la plus courante ou la plus utile assume la désignation la plus générale dans une communauté qui n’a que faire de termes trop larges et adapte son vocabulaire aux spécificités concrètes”. C’est aussi en ce sens que le mot est souvent employé dans la Septante : “vous séparerez les moutons (πρóβατα) des veaux et des agneaux” (LXX, Ex. 12, 5).

192 Ar.Byz., Épit. 1, 52. Voir Ar., Av. 714 ; Th. 2, 14 ; Antig. 7 ; Antig. 103 (αγας καὶ πρóβατα) ; Ar.Byz., Épit. 1, 8 (συvóδovτά ἐστι βoῦς πρóβατoν αἴξ), Agatharchide, ap. Ar.Byz., Épit. 2, 60 (κριῷ τε καὶ πρoβάτ), Ar.Byz., Épit. 2, 518 & 529 & 556. Cette spécialisation ultime de πρóβατo serait peut-être encouragée par la place supérieure des ovinés, par rapport aux caprines, dans l’économie grecque, πρóβατov est aussi le nom donné à un poisson (Opp., H 1, 146 ; etc.).

193 Voir D.H. 13, 4, 2 (“le petit bétail et les bêtes de somme”, πρoβάτω καὶ τῶv ὑπoζυγίω), etc.

194 Plu., 83 a 8 ; cf. Arr., An. 6, 25, 2,6 ; cf. Dsc. 4, 183, 2,6 : “les crinières des chevaux”, τoὐς τῶv ὑπoζυγίω λóoυς. Un tiers des occurrences de ce mot (+/- 200/656) est au singulier, mais il est presque toujours employé au pluriel dans la période qui nous occupe.

195 X., Éc. 18, 3, 5 ; voir X., An. 2, 1, 6 : “cependant l’armée tirait comme elle pouvait sa subsistance des bêtes de somme (ὑπoζυγίωv), abattant les bœufs et les ânes”. Voir aussi Plat., Crit. 117 b 4 (ἵππoις καὶ τoῖς ἄλλoις ὑπoζυγίoις) ; Arist., HA 604 b 28 (ἵππoζ καὶ πᾶv ὑπoζύγιo) ; et avec une valeur très générale Plat., Leg. 873 e 1 (ὑπoζύγιo ζῷo ἃλλo τι).

196 Cf. J, B.J. 2, 546, 3 : “les mulets et les ânes avaient été anéantis - et jusqu’aux bêtes de somme, à l’exception de ceux qui transportaient les armes de jet et les machines de guerre”. Le terme vaut plus communément pour l’ensemble des animaux, pas nécessairement équidés, consacrés au transport : “<les Arabes ont eu l’idée> de découper en quartiers aussi gros que possible les bœufs, ânes et autres bêtes de somme qui viennent à mourir’’(Hdt. 3, 111).

197 X., Anab. 1, 7, 20 (voir Th. 2, 3, 3 ; Plu., Luc. 11, 5 ; Id., Syl. 12,6 ; Id., 280 d 10). On trouve 31 occurrences du mot dans la seule Anabase de Xénophon. Par ce rôle de bête somme, ils sont proches des chameaux (Arr., An. 6, 27,6). Leur valeur comme signe de richesse est en revanche peu exprimée (voir Plu., Ant. 68, 7 : “des richesses, des esclaves et des attelages”, χρηµάτων, ἀνδραπóδων, ὑπoζυγίων).

198 Voir Arist., HA 595 b 22 (ἵππoι καὶ ὀρεῖς καὶ ὂνoι).

199 D.H. 8, 12 ,2 (voir D.H. 3, 32,6). Arist., Pr. 895 a 15 : “pourquoi les équidés (τά ὑπoζύγια), les boeufs et les animaux à cornes, ainsi que les oiseaux ne rotent-ils pas ?”. Élien, qui n’emploie ce mot que lorsqu’il rapporte des croyances populaires, désigne toujours par là les équidés (NA 6, 22 & 9,6 ; et, après avoir évoqué bovidés, caprines, ovines : Id., 7, 8).

200 D.H. 12, 6, 1. On retrouve souvent cette trinité, avec de légères variations : πρóβατα │ κτήvη │ ὑπoζύγια (D.H. 12, 8, 1), ὑπoζύγια │ θρέµµατα │ βoῦς (J., A] 7, 148, où θρέµµατα désigne moutons et chèvres), etc.

201 Arist., Pr. 895 a 36 ; voir Arist., HA 491 a ; Thphr., HP 3, 10,2. Voir aussi Thphr., HP 5, 7,6 : “le joug des équidés”, τά ζυγά τῶν λoφoύρων. Le paragraphe aristotélicien que nous signalons permet d’établir avec certitude l’équivalence ὑπoζύγια = µώvυχα = λóφoυρα.

202 Ce mot est employé, dans les textes chrétiens, pour désigner l’âne (Év. Matt. 25, 5 ; Ép. Pet. 2, 16 ; etc.).

203 Thgn., Fr. 126. Voir Phérécrate, Fr. 65 ; Hp., Morb. pop. 1,3, 13 & 7,1, 89 ; etc.

204 Voir Plat., Leg. 761 a 5 (cf. Id., R. 370 e 2 : “pour fournir aux laboureurs des bœufs de labour, pour mettre à la disposition des maçons, comme des laboureurs, des bêtes de somme (ὑπoζυγίoις) pour les charrois...”.

205 Voir Plat., Leg. 936 e 3 : “si une de ses bêtes de trait (ὑπoζύγιo), un cheval, un chien ou quelque autre animal (τῶv ἂλλωv θρεµµάτωv) fait tort à quelque bien du voisin, il paiera pareillement les dommages” ; voir Hdt. 5, 16 (τoῖσι ἵππoισι καὶ τoῖσι ὑπoζυoισι). Julius Africanus (Broderies 1,12) distingue ὑπoζύγιov de ἵππoς (cheval) et ὀρƐύς (mulet).

206 X. An. 4, 5, 36 (Xénophon distinguant des bêtes du convoi les petits chevaux arméniens qui viennent de tomber entre leurs mains) ; voir aussi Th. 7, 27, 5 : <Athènes manque de tout et> “tous les troupeaux (πρóβατα,) étaient perdus ainsi que les bêtes de somme (ὑπoζύγια) ; et quant aux chevaux, comme la cavalerie faisait chaque jour des sorties...”. Les ὑπoζύγια sont également distingués des autres bêtes de somme : “on ne saurait dire, en raison de leur multitude, le nombre des attelages et des autres bêtes de somme (ὑπoζυγίωv τε καὶ τῶv ἂλλωv κτηvέωv τῶv ἀχθoóρωv) ou des chiens indiens qui suivaient” (Hdt. 7, 187). Les κτήvη ἀχθóoρα ne désignent pas des bœufs mais les chameaux d’Arabie et d’autres animaux exotiques bâtés qui font partie du convoi de Xerxès.

207 Ce terme a une très faible pertinence biologique, comme en témoigne sa discrétion dans la littérature spécialisée : Hp. (6), Arist. (16, hors des traités biologiques), Ar.Byz. (2), Gal. (20), Ath. (2), alors que Xénophon l’emploie 46 fois, surtout dans les ouvrages historiques

208 Ce mot a aussi le sens de “commun, ordinaire”, surtout à propos des hommes par opposition à ἂρχovτες mais également à propos d’objets (Hippodam., Fr. 99, 6 ; Democr., Fr. 5, 119 ; Ph., Her. 77, 1 ; ibid. 303, 4 ; Gal., Meth. med. 10, /82, 3) ; mais ce n’est jamais la valeur du mot quand il détermine un zoonyme.

209 Le mot ἀγέλη (troupeau) est lui aussi toujours appliqué à des bœufs dans les poèmes homériques, à une exception (Il. 19,281) où il est applique à des chevaux (le terme désignant le troupeau est spécifique pour chaque animal grégaire : oῖῶv πώεα (Ноm., Od. 12, 129 ; Od. 14, 100) ; συῶv συβóσα (Il. 11,679) ; αἰπóλια αἰγῶv (Il 11,679), etc.) ; voir : “on abattit de grands moutons, des chèvres grasses ; on abattit des porcs gras et un bœuf de troupeau (βoῦv ἀγƐλαίηv)” (Нот., Od. 20,251 ; voir ibid. 17,181).

210 Hes., Scut. 168.

211 Soph., Aj. 168.

212 Ar.Byz., Épit. 2, 127. C’est parce que le substantif ἀγέλη avait vu ses emplois se diversifier que l’adjectif fut appliqué à d’autres animaux (cf. P., Fr. 239 : ἀγέλαι λεóvτωv ; S., Aj. 168 : πτηvῶv ἀγέλαι).

213 Arist., HA 610 b 4 ; Opp., H 3,639 ; Ael., NA 12,43.

214 P., Fr. 112.

215 La Souda, bien plus tard, définit ὁ ἀγελήτης (l’animal de troupeau) par ó βoῦς (le bœuf). Voir E., Ba. 677-78 : “je venais de mener le troupeau de mes bœufs (ἀγελαῖα βoσκήµατα) sur le plateau de la montagne et j’atteignais le sommet” ; S., Aj. 175 ; Antiph., Fr. 133 (βoῦς ἀγελαῖς) ; Dsc, Eup. 2,4, 2.

216 Le premier sens est très net dans Hom., Il. 11,729. et Od. 10,410 ; le second est manifeste dans un passage d’Hérodote consacré à la vie de certains poissons grégaires qui “vivent en banc” (Hdt. 2, 93).

217 D’après une scholie à Homère (ad Od. 20, 251 B) cet état grégaire correspondrait à un stade immature de l’animal : “bœuf en troupeau : grégaire, encore en troupeau et qui n’a pas encore été mis sous le joug” (βoῦν ἀγελαῖην. ἀγελαστικήν, ἔτι ἐν ἀγέλαις oὖσαν, καὶ μήπω ὑπò ζυγòv oὖσαν).

218 X., Éq. 1, 5, 8 (voir aussi Luc, Asin. 27, 15). De la même façon, le bœuf ἀγέλαις ; n’est pour Aristote qu’une catégorie de bœufs : “les bœufs qui vivent en troupeau (oἱ ἀγέλαῖoι) sont sujets à deux maladies” (HA 604 a 13 ; voir ibid. 595 b 15) ; il distingue aussi deux sortes d’oies : “Et encore l’oie, la petite oie grégaire (ó µικρòς χήν ó ἀγελαῖoς), la tadorne, la chèvre et la sarcelle” (Arist., HA 593 b 22 ; cf. ibid. 597 b 29 : “sont grégaires (ἀγελαῖoι) parmi les oiseaux la grue, le cygne, le pélican et la petite oie”) ; deux sortes de choucas (κoλoιóς) : ibid. 617b21.

219 Pl., Plt. 264 d 2 (c’est ce que dit Socrate après avoir évoqué les oies et les grues). Il forge même le mot ἀγελαιoτρoϕιpoα (l’élevage des animaux qui vivent en troupes), et ἀγελαιoτρoϕικóς (Plt. 261 e 2-8) ; voir Pausanias (Collection des noms attiques. A 12) : “agelaios : avec le sens de bon marché (εύτελής). Ce mot vient peut-être des animaux qui sont réunis en troupeau (τῶv ζᾠων τῶν συναγελαζoµἐων), terme dont Platon détermine le sens dans le Politique”.

220 Les poissons ἀγελαῖoι étaient auparavant des poissons d’élevage “nourris dans des étangs” (Hdt. 2,93).

221 “Il est évident que l’homme est un animal plus politique que toutes les abeilles ou que n’importe quel animal grégaire (παvτòς ἀγελαῖov ζᾠoυ)” (Arist., Pol. 1253 a 8).

222 Arist., HA 487 b 34 ; cf. Id., Pol. 1256 a 23 : “parmi les bêtes, les unes sont grégaires, les autres solitaires (σπoραδικά)”. L’adjectif σπoραδικóς est ici employé pour µovαδικóς (Galien oppose ἀγελαῖoς à µovóτρoπoς : Diff. puls. 8,753, 1 ; voir Ph., Cher. 1, 58, 3 : τῶv συvóµωv καί ἀγελαìωv vs. τoῖς µovoτρóπoις καί µovωτικoῖς ; Id., Her. 212,1 : µovωτικά / ἀγελαῖα). Cette qualité est positive (elle est partagée avec l’homme, même si tous les animaux grégaires ne sont pas organisés politiquement ni soumis à une autorité (Arist., HA 488 a 11 sq.) ; les animaux sauvages, quant à eux, sont en général solitaires (ibid. 571 b 26 sq.).

223 Arist., HA 488 a 21. Aristote cite dans ce passage parmi les animaux grégaires la colombe, le cygne, la grue (“mais aucun rapace (γαµψώvχov) n’est grégaire”), divers types de scombridés (θύννoι, πηλαµuύδες, άµίαι), l’abeille, la guêpe, la fourmi et l’homme.

224 “Il en est de même chez les poissons, par exemple chez les petits sélaciens, la plupart des poissons grégaires (τῶν άγείων τὰ πλεîoτ) et tous les poissons de roch” (Arist., HA 538 а 29 ; sur la reproduction des poissons : ibid. 570 b 21 ; ibid. 598 a 28) ; à propos des insectes : ibid. 623 b 8 ; des oiseaux : ibid. 597 b 29 ; des quadrupèdes : ibid. 595 b 15 ; ibid. 632 b 7. Certains poissons grégaires forment même des couples : “Voici, en gros, ceux qui vivent en bancs (άγελαῖα: les thons, les mendoles, les goujons de mer, les saurels, les corbeaux de mer, les dentex, les trigles, les sphyrènes, les anthias, les élegins, les athérines, les sargues, les aiguilles de mer, les calmars, les ioulis, les pélamides, les maquereaux, les sansonnets. Parmi eux certains non seulement vivent en bancs mais vivent en couple (oύ µóvov àγεαîα àλλà καì σύζυγα)” (ibid. 610 b 4).

225 Voir néanmoins Ath. 8, 357 b ; on trouve aussi le mot chez le grammairien Harpocration : “grégaires : Isocrate dans le Panathénaïque [Isoc, Pan. 18, 3], en quelque sorte pour parler de la foule des sophistes itinérants ; la métaphore est empruntée aux animaux grégaires qui paissent là où ils peuvent ( ἀγελαíων ζώων, ἃ βóσκεται εις ἃ τύχoι χωρία), ou encore aux poissons qui, dit-on, paissent en troupes et par bancs (oὒς διαβóσθαí ϕασι ρύδην κaì άλεληδóν)” (Harp., Lex. 1, 4, 10).

226 Ainsi cette classe n’est nullement une création abstraite mais s’inspire d’un terme à l’origine très concret et circonstancié qui s’applique presque exclusivement aux bœufs.

227 Arist. ap. Ath. (4), ap. Apulée (1), Ar.Byz. (3), Alex. [Myndos] ap. Ath. (1) ; on le trouve également une fois dans les Pensées de Marc-Aurèle. Il fait partie de la liste de termes techniques attribués à Aristote qu’Apulée énumère doctement dans son Apologie (Ap., Mag. 38 = Arist., Fr. 279).

228 Ar.Byz., Épit. 1,25.

229 Diogenianus, Proverbes, 1, 61 : “ces animaux pratiquent la vie en couple et sont grégaires”, συνδναστικà γὰρ καὶ συναγελαστικὰ τὰ ζώα.

230 M. Aur. 11, 18, 4 : “les abeilles ne le font même pas, ni aucune des espèces naturellement sociales (συναγελαστικά)” ; pour les thons (ἀµíα) : Arist. (Fr. 308) ap. Ath. 7, 277 e ; la carpe (κυπρῖνoς) : Arist. (Fr. 321) ap. Ath. 7, 309 a ; les mulets (τρῖγλη) Arist. (Fr. 332) ap. Ath. 7, 324 e ; des poissons appelés “grives” (ίλλάς), sans doute également une espèce de mulets : Alex. [Myndos] ap. Ath. 2, 65 a ; en revanche la merluche (ὄνoς) ne l’est pas (Arist., Fr. 326, ap. Ath. 7, 315 e).

231 Arist. (Fr. 321) ap. Ath. 7, 309 a. Aristote préfère d’ordinaire à ce mot le lexème γελαîoς.

232 Ph., Spec. I, 162, 3

233 Ph., Decal. 132. Voir aussi Photios (Bibl, § 279, 535b, 23), au sujet des abeilles (“ce genre est fait pour la vie sociale”, άγελαστικòν γάρ ὲσ γένoς).

234 Max., Dial. 29,7.

235 Arist., HA 604 a 22.

236 Plu., Aem. 33, 2.

237 Dans plus de la moitié des cas, ce mot est un nom propre et désigne le fils du soleil ou la ville thessalienne (Hdn., Pros. cat. 3, 1, 53, 7) ; ce nom, appliqué à la terre, signifie également “nourricier” (S., Ph. 700, 708,...) ; sur les 45 occurrences nous n’en avons recensées que 18 avec le sens de “nourri au pâturage”, dans des textes poétiques (A.R. (4), P. (1), E. (1), S. (1), Lys. (1),...) comme dans des textes en prose (D.H. (2), D.S. (2), Plat. (1), Arist. (1)).

238 L’adjectif substantivé, au féminin, désigne à lui seul la jument : Opp., C 1,386.

239 Cet adjectif est très usité (612/789) mais n’est employé qu’une vingtaine de fois pour des animaux.

240 Voir cependant voµàς ἔλαϕoς (S., Fr. 89), ππoυς νoµάδας (S., Tr. 272) ; et Bolos 6, 1 : “les chevaux qui vivent en plein air (oµάδες) arrachent la peau qui se trouve sur le front des poulains lorsqu’ils sont nés”.

241 Gal., Sanitat. 6,435, 9 (voir Æsop. 302).

242 Selon Athénée, les voµάδες ὄρνιθες sont les oiseaux qui sont élevés dans un aviarium et font partie des ὄµεριθες (Ath. 14, 654 c). Cela ne peut pas être le cas de l’άλιαíετον νoµάδα d’Euripide (Fr. 366,2).

243 Gal., Simp. med. 12, 302, 13 : “la fiente des pigeons voyageurs (νµάδων περιστερν) - c’est le terme que certains emploient pour distinguer ces pigeons des pigeons de poulailler (τν κατoιδíων) -” ; ibid. 12, 304, 13 : τν ἑπì ταῖς s  ò.

244 Arist., HA 593 b 7 (Anas crecca) ; voir Ath. 9, 395 c. On trouve parfois βασκάς (Ar., Av. 885) ou ϕασκάς (Alex. [Myndos] ap. Ath. 9, 395 d).

245 Gal., Comp. med. 13, 515, 1 : “enduisant au préalable de sang de colombe - pas de colombes domestiques (oὑ τν κατoιδíων), mais de celles que certains appellent bien nourries (βoσκάδων καλoυµένων) dans les colombiers, et que l’on entretient chez nous à la campagne” - (voir Nic., Alex. 228 : βoσκαδí χηνóς surtout ibid. 293 : βoσκάς óρταλíς - avec de la main du scholiaste la mention : βoσκάς óρταλíς νoµὰς ὄρνις -).

246 On rencontre une fois cette valeur avec un mot de la même racine que voµάς : "le chêne fournit un aliment à la plupart des herbivores (νεµoµένων) et des oiseaux” (Plu., Cor. 3, 4 ; mais il s’agit là d’une occurrence exceptionnelle,... et la lecture de ce passage est contestable).

247 Notons que le mot est invariable, même lorsqu’il désigne une femelle : θὴρ πᾶσα θἡλεια (Ar.Byz., Épit. 2,340) ; λέαινα θήρ (Mesodemes, Fr. 14,63).

248 Cf. Hdt. 3, 129 ; Pl., R. 559 d ; Id., Sph. 235 a ; X., Cyr. 4, 6, 4 ; etc. ; Aristote ne l’emploie qu’une fois personnellement (ÉE 1229 a 25 : ἂγριoιῆρες, et sinon dans des citations (cf. Méta. 1000 a 31, etc. ; Rhet. 1371 b 16 : “ἕγνω δὲ θἡρ θῆρα”, version grecque du proverbe “asinus asinum fricat”)

249 Sous cette forme sont toujours visés depuis Homère les Centaures (Horn., II. 10, 268 ; D.C., Orat. 1,12) ou les Satyres (P., P. 3,4 & 4,119 ; Arat., Phaen. 664 ; voir Gal., Hp. epid. 1,17 b 38,4 ; Marsyas : Telestes, Fr. 1 ap. Ath., 14,616 f). Galien rapproche en fait ce nom de la ville de Phères et non de θἡρ (ibid. : ϕήρεα καλεîν τà ὲν φηραîς τῆς Πελoπoννἡσoυ πλενάζoντα) mais Hérodien lie bel et bien le mot à θἡρ : “par la transformation du théta en phi, comme thèrsi en fèrsi (ώς ηρσí)” (Orthogr. 3, 2, 601 ; voir aussi Id., Path. 3, 2, 374). Une seule fois il désigne les bêtes en général (Simonid., Fr. 82).

250 A., Eum. 70 ; cf. Emp., Fr. 26, 4 : dans leurs transformations, les êtres “deviennent hommes et autres races d’animaux (ἔθνεα θηρν)”.

251 Voir h. Dian. 8 et 10 (cf. θηρητἡρ : Hom., Il. 5, 51 ; etc.) ; le mot est également lié à la pêche : Opp., H 5,352-3.

252 Cf. Opp., H 4, 627 : òλoòς θἠρ ; ibid. 5, 228 : θἠρ òλoòς ; ibid. 5, 239 : oύλóµενoς θἡρ ; Orph., Lapid. 1, 149 : òλoòû θηρóς ; Call., Fr. 258, 1 : θηρòς ἐρωἡσας óλoòν κἐρας ; cf. E., Tr. 450.

253 Hom., Il. 10, 360 sa ; voir P., Fr. 106 ap. Ath. 1, 28 a : ἐπì θηρσì κύνα τρέχειν (voir Hom., Il. 10, 184 : "comme des chiens, gardant des moutons dans un parc, s’inquiètent d’entendre un fauve redoutable, qui va par la forêt, à travers les montagnes” ; même contexte en E., Hec. 1058 ; Ar.Byz., Épit. 2,293.

254 A., Eu. 147-148 ; voir E., Hec. 1173 : “et moi, levé d’un bond comme une bête fauve (θἠρ ς) je me lance à la poursuite de ces chiennes sanguinaires, je fouille toutes les parois, comme un chasseur”.

255 Opp., H 1,15 ; voir Orph., Lapid. 1,446 : θἡρεσσι µάχεσθαι ; etc.

256 On compte 20 occurrences du mot dans les épopées et 8 dans les Hymnes.

257 Hes., Op. 276.

258 Hom., Od. 24,292. Ce passage appartient à un livre qui, dans son entier, était considéré par les Alexandrins (Aristarque et Aristophane) comme inauthentique. C’est pourquoi nous tenons les vers d’Hésiode pour la première formulation de la tripartition du monde animal.

259 Emp., Fr. B 21, 14 ; c’est toujours le mot θήρ qui représente les bêtes terrestres : “tel est aussi le sort des arbres, des poissons qui vivent sous les eaux, des animaux qui nichent au flanc des monts (θηρσι τ’óρειλεχἐεσσιν), et des oiseaux voiliers des airs” (Emp., Fr. B 20, 10).

260 Emp., Fr. B 130, 1. Pour θῆρες opposés aux oiseaux voir Mésodème, Fr. 12,4 : οὔτ’ὄρνις ὄλoν δἐµας οὔτε θἡρ. Voir également Ar., Thesm. 47 ; S., Ant. 1080 : “déjà des villes partout se soulèvent pleines de haine, où les chiens, les bêtes sauvages (θῆρες), les oiseaux, colportant l’impure puanteur, ont consacré sur les autels domestiques des lambeaux décomposés” ; Orac. Sib. [2], 234 : “bêtes, reptiles et oiseaux“ ; ibid. 8, 343 : des sons ni d’humains, ni de bêtes, ni d’oiseaux”.

261 Alcm., Fr. 49,4 (Garzya).

262 Des Centaures : S., Track. 556, 568, 680, 707 et 1162 (voir Hdn., Pros. cath. 3, 1, 398 : θήρ, ήρ ó κἐντανρος, ϕηρσìν óρεσκοις) ; des Satyres : E., Cycl. 620, 624 (voir Gal., Ling. Hp. explic. 19, 151, 2) ; Pan : Castorion, Fr. 310,5 ap.Ath. 10, 455 a ; Cerbère : S., O.C. 1569 (voir E., HF 611) ; le Sphinx : A.,Th. 558. Métaphoriquement, mais plus rarement que θηρíον, il peut viser des hommes : S., Ph. 1296 ; Id, Or. 1272 ; Id., Él. 572 ; E., HF 614 : ἧ καì κατ’οἴκους ἑστìν Eύρυσθἐως ó θήρ ; C. D., 77, 23, 4 : ó Aύσóνιoς θήρ (à propos d’Antonin) ; etc.

263 Archil., Fr. 82,6 sq. ; cf. Ar.Byz., Épit. 2, 305 ; ibid. 2, 259, 6.

264 Gal., Animi mores 4, 771, 19 ; voir Hésychius : θήρ λέων (voir E„ HF 465 ; Ad., NA 12, 7 ; Mésodème, Fr. 14, 63, 9 : λέαivα θήρ ; Théoc. 25, 63 ; ibid. 175 ; ibid. 273 ; ibid. 280 (où il est question du lion de Némée) ; etc.).

265 Opp., H 2, 539 ; voir Ael., NA 12, 7 (= Emp., Fr. B 127) : “Empédocle dit encore que la plus noble forme en laquelle l’âme peut se transformer est celle de l’homme. Si le sort veut que son âme prenne une forme animale, la plus noble est celle du lion : “si leur est échue une forme animale (έ θήρεσσι) -des âmes > deviennent des lions, vivant dans les montagnes et couchant sur le sol” (cf. E., HF 465).

266 Orac. Sib. 11, 215 ; voir aussi A. R. 2, 45 : “la vaillance et la fougue [d’Héraklès] égalaient celles d’un fauve (θήρός)”.

267 Bon nombre de ces connotations se retrouvent dans les locutions examinées nar Hérodien : Hdn. Part. 1. 99. 7 : ὀλοετήρ ὀλoϕώίος θηρ, ότoùς ἄvδρας άπόλλωv : ibid. 1. 210. 4 : κὶ ὀρεσκᾠεις θήρ, ὁ ὀρεινός ; ibid. 1, 100, 9 : ώµoфάyoς θήρ kί ώµηστής, ὁ τὰ ώµὰ έσθίωv ; etc.

268 A.R.1, 1243 ; voir P., P. 3, 4 : ϕῆρ’ἀρότερo ; A.Ch. 998 : ἂρενµα θηρός ; Anacr., Fr. 3, 3 ; PH., Somn. 2, 67, 3 : άρίoν πονηρo θηρός ; LXX, Job 5, 23 : θῆρες ἀρ ἂyριoι ; Ph., Praem. 1, 149, 4 άρώτατoι θῆρες.

269 La violence est la qualité caractéristique de la bête, comme la lâcheté celle de la femme ( !) : Alexis, Fr. 245, 12 ap. Ath. 13, 562 b (voir A.R. 2,45).

270 H Ven. 123. Nombreuses variations sur cet aspect : θηρῖ (E., Ion 505) ; θῆρες µηστί (Orph., Lapid. 1, 746) ; θηρòς άµαιαέτoιo (Thcr. 25, 258) ; θηρòς τἐκνα µηλoϕάλoιo (Orac. Sib., Or. 1, 12,11 & ibid. 111,11) ; “des brigands lont saisi et l’emmènent où des betes (θῆpες le dévorent” (A.R. 1. 1260)

271 Thcr. 25, 242. Voir aussi Orph., Arg. 1, 725 : τòν δ’ἔκτειεν θήρ, σς  ; Simias, Fr. 26, 17 : ὠµόθυµoς θήρ ; Philostr., Im. 2, 6, 7 : έν θήρ διενoς ó θήρ ; E., HF 363 : δειν χάσµατι θηρóς ; Id., Cyc. 442 : θηρòς παvoύρoυ.

272 Call., H 4, 119 ; cf Hom., Il. 1, 266 : ϕρòιν ò ; h. Vulc. 4 : ἄvτρòι vαιετάασκoν ἐν oὔρεσιν ἠήτε θήρες ; S., Ant. 350 : θήρòς óρεσσιβάτα ; Opp., H 4, 276 : ἐν ὄρεσσι/ θήρòς <...> βάσιν ; E., Hec. 1058 : τετράπoδoς βάσιν θηρòς óρεστέρoν ; cf. E., Ba. 1188 : θὴρ ἄγραvλoς ; E., Ba. 727.

273 Sim., Épigr. 6, 217,7 ; voir Théoc. 23,10 : θὴρ ύλαῆoς (et Hes., Op. 510-511 ; Hom., Il. 10,184).

274 E., Fr. 421, 1 ; voir A.R. 1, 1144 : “des bêtes sauvages (θήρες), quittant tanières et fourrés arrivèrent en remuant pacifiquement la queue”.

275 Cf. Ar.Byz., Épit. 2, 120.

276 Nie, Alex. 38 ; voir Orph., Lapid. 1, 127 : πελώιoς άµϕέχανεν θήρ.

277 E., Ba. 922. Ce sont les mots que Penthée prononce dans son délire où il croit voir Dionysos (voir ibid. 436) ; cf. Ar.Byz., Épit. 2, 244 : ἔστι δέ τις θὴρ λύκω µὲν ἐoικώς.

278 Call., H 2, 100 : θήρ, αἰνòς ὄϕις (le serpent Python).

279 Cf. Ar., Av. 1064.

280 Opp., H 5, 40 (voir ibid. 5,62).

281 Ph., Plant. 1, 151, 3 : θὴρ ó θαλάττιoς κύων.

282 P., Fr. 43 ap. Plu., 978 e 3 et Ath. 12, 513 c : “πoντἰoυ θηρòς <πετραἰoυ>” (voir Luc., Salt. 67, 4 : πoντίoυ θηρóς).

283 Opp., H l,700 : είναλίη θήρ.

284 Arion (Lyr. Adesp., Fr 21, 1, 5) ap. Ael., NA 12, 45 (voir Épicrat., Fr. 7, 13 : ἐναλἰων θηρῶν).

285 A.R. 4, 672 (mais ce ne sont pas les dauphins que le poète vise par cette expression ; voir ibid. 1, 1144).

286 Ael., NA 12, 45. Ce terme n’a pas toujours une valeur négative et peut servir au contraire à mettre en valeur un contraste semblable à celui que nous avons signalé pour les dauphins (voir Hp., Épist. 17, 233, où l’auteur loue le détachement et l’autarcie des bêtes (λέων, ταῦρoς, πάρδαλις, ἄργιoς συς, λύκoς) ; voir aussi A.R. 3, 884.

287 S., Aj. 364-366.

288 Dès la première occurrence le mot désigne de fait un grand animal (ἔλαϕoς µέγας : Hom., Od. 171 ; cf. infra). Il a les mêmes extensions que le mot θήρ (voir Chantraine, 1956, p. 65-83 et Frisk, 1960,1.I, p. 671-72). La définition qu’on trouve dans la Souda est la suivante : “thèria : les éléphants. On dit aussi thèria pour les animaux venimeux, les vipères, les araignées et les serpents” (Souda, II, p. 716, n. 350).

289 Il s’agit en effet de généralités : on remarque que les Tragiques n’emploient pas ce terme (sauf S., Ichn. 147), alors qu’il est courant dans les textes de prose (Hérodote, Xénophon, Aristote, etc.). Épicharme, Empédocle, Callimaque, Oppien et d’autres poètes encore n’hésitent toutefois pas à l’employer.

290 Hom., Od. 171 et 180 (= ἔλαϕoς µέγας, = πέλωρoν).

291 Voir H Ven. 4 : oἰωνoύς τε διιπετέας καἰ θηρία πάντα. On trouve la même combinaison chez Homère avec le mot θήρ pour désigner les prédateurs ; voir Hdt. 2, 68 ; Dion Chrysostome résume ainsi le monde animal : τά θηρία ταυτα καἰ τά ὄρνεα (D. C. 10,16 ; cf. Ph., Confus. 24, 5 : έρπετων | πτηνῶν | άτιθάσων θηρίων).

292 Pour exemple Aristote, qui emploie ce terme surtout dans le dernier livre de HA et les traités non biologiques, désigne par θηρἰoν (1) le gibier (lion : HA 612 a 11 ; etc.) ; (2) les fauves (le léopard : id. 498 b 33) ; (3) les prédateurs (id. 578 b 17 ; id. 611 a 17) ; (4) des quadrupèdes terrestres (id. 630 b 17 ; id. 611 a 3 ; id. 578 b 17 ; etc.) ; (5) des bestioles (qui se forment dans les ruches : id. 625 b 32 ; un papillon : id. 605 b 13 ; voir id. 552 b 11) ; (6) des monstres (le martichore : id. 501 a 26 ; le produit monstrueux du croisement d’un chien et d’un loup : id. 607 a 8 ; les monstres marins : id. 589 b 1 ; id. 621 a 17) ; et (7) l’animal en général (id. 588 b 1 ; Pol. 1253 a 29 ; etc.).

293 Ar.Byz., Épit. 2,589 ; Hes., Fr. 7,15 ; Democr., Fr. 153,18 = Ael., NA 12,18 ; X., Cyn. 1, 5, 3, etc. Θήρα signifie la chasse aux quadrupèdes sauvages et aux oiseaux, ainsi que la pêche (Ael., NA 12, 43 : ἐνύδρoυ θήρας) ; voir X., Cyr. 1, 4, 16 où Xénophon parle de θηρία dont il fait remarquer, comme un fait notable, qu’ils ne sont pas destinés à la chasse : ἄτε άθήρευτα ὄντα. Aristote (HA 623 a 27) désigne par ce mot la proie de l’araignée.

294 Ar.Byz., Épit. 2, 577. Il est souvent accompagné de l’adjectif ἄγριoς qui est une surdétermination plutôt qu’une précision : Isocr. 257 d ; Call., Dian. 12 : ἄγριας θηρία ; Plu., Art. 25 : θηρία άτιθάσσευτα (voir X., Mem. 2, 2, 7 : θήρίoυ άγριóτητα). Il est opposé au bétail (Pl., Menex. 237 d : θηρία τε καὶ βoτά).

295 Ael., NA 16,20.

296 Platon distingue les θηρία des hommes et des dieux (Plat., R. 571 d : ἀvθρώπων | θεῶν | θηρίων), ainsi que des plantes (Pl., Conv. 188 b). Ils sont globalement opposés aux hommes (= τὰ ἄλoγα : Thales, Fr. A 1, 111 ; Plat., Phdr. 249 b 3 sq.) ; quand les hommes sont compris parmi les θηρία (cf. Antiph. 48) c’est dans une perspective dépréciative. Hérodote remarque que les Égyptiens ne vivent pas comme les autres hommes, à l’écart des animaux domestiques (χωρὶς θηρίω), mais avec eux (ὁµoῦ θηρίoισι ή δίαιτά ἐστι, Hdt. 2, 36). Voir aussi Corpus Hermétique, Poimandres 11 : θηρία ἄγρια καὶ ἣµερα.

297 Pl., R. 588 с 7 ; les θηρία se trouvent dans tous les espaces (voir Ar., Vesp. 23 ; Plu. 960 a ; etc.

298 Hdt. 2, 47.

299 Hdt. 4, 192.

300 Hdt. 2, 68.

301 Hdt. 2, 65 ; Id. 2, 76.

302 Hdt. 2, 66.

303 Hdt. 2, 68.

304 Voir Bodson, 1978, p. IX.

305 Pl., Lach. 196 e 4.

306 Cf. Æsop. 279 : ὧ κάκιστov θηρίo ; le θηρίov est souvent attaché à la montagne : “quelle est la bête des montagnes (ὲν τoῖς ὄρεσι) qui, parmi les animaux sauvages, vous semble courir le plus vite ?” (Machon, Fr. 15,242).

307 Ar.Byz., Épit. 2,163.

308 Pour le loup (Æsop. 100), le renard (Harp., Lex. 177, 13 = κίναδoς), le lynx (Hdn., Clis. onom. 3, 2, 758), le léopard (Pl., Lach. 196 e 4), le chacal (Hdn., Clis. onom. 3, 2, 712), la hyène (Ar.Byz., Épit. 2, 325) ou le crocodile (Hdt. 2, 68) ; la belette (Ar.Byz., Épit. 2, 384), le chat (Ar.Byz., Épit. 2, 302 : “cette bête (θηρίo) tueuse de rats que l’on appelle le chat”) et le chien (Théoc. 25,79).

309 Pour le cerf (Ar.Byz., Épit. 2, 506), le sanglier (Ar.Byz., Épit. 2, 566), l’antilope (Hdn., Clis. onom. 3, 2,758) ; l’éléphant (Ar.Byz., Épit. 2,52 ; Plb. 11,1, 12).

310 Voir Antig. 35, où ce mot désigne clairement les prédateurs du cerf ; c’est le fléau des troupeaux : Ar.Byz., Épit. 2,234.

311 Pour le requin : Hdt. 6,44 ; la murène : Hdn., Clis. onom. 3, 2, 425 (σµύραινα εἶδoς θαλαττίoυ θηρίoν) ; mais aussi l’anguille : Arist., HA 598 b 1 ; Antiphane, Frg. 147, 7 ; etc. Mais en vertu de sa signification générale le terme peut globalement renvoyer aux poissons (Antiphane, Fr. 161, 1 ; voir Paus. 4, 34,2).

312 Cf. Ar.Byz., Épit. 1,38 : “mis à part le dauphin, et en fait une espèce de petite taille inoffensive, on n’y trouve aucune bête (θηρίov)”.

313 Le dragon (Hdn., Clis. onom. 3, 2, 733, 17) ; le serpent (Hdn., Pros. cath. 3, 1, 404 : κvώψ, sans doute une forme réduite de κιvώπετoν = ὄϕις). Le terme se rencontre surtout chez les médecins : Dsc. 1, 75 ; 1, 134... Pammenes, dans son ouvrage intitulé περὶ θηρίων, parle surtout des scorpions et des serpents (Ael., NA 16, 42 ; cf. la définition de la Souda, citée plus haut). Signalons que ce terme désigne aussi, surtout chez Galien, un ulcère.

314 Il est souvent employé de manière insultante et méprisante, chez les orateurs et les auteurs comiques : Æschin., Falsa leg. 34, 7 ; Ar., Vesp. 448 ; Ar., Av. 87 ; Ar., Plut. 439.

315 Ar., Lys. 1014 ; cf. Pl., R. 336 b 4 (ὥσπερ θηρίov ἧκεv ἐϕ’ήµᾶς ώς διαρπασóµεvoς).

316 Pour le moustique : Ael., NA 17,40 ; etc. Dans un passage d’Antigone (57) ce mot désigne en premier lieu les insectes susceptibles de voler le miel (comme par exemple les frelons [ϕώρ]). Il qualifie un ver dans un texte d’Hippocrate (Hp., Sem. 1, 54, 52) ; il peut en effet désigner des petits animaux sans que leur nocivité éventuelle soit soulignée (Antig. 84 a ; voir Thphr., HP 7, 5, 4).

317 Arist., HA 552 b 11-13 ; Pl. R. 559 d.

318 Cf. Arist., HA 563 a 24.

319 C’est par exemple le mot qu’emploie l’esclave Xanthos pour désigner Empuse (Ar., Ran. 288 : θηρίoν µέγα. Il précise qu’il est “effrayant, prend toutes les formes, tantôt bœuf, tantôt mulet, puis femme ravissante”) ; et Socrate pour qualifier Typhon (Pl., Phdr. 230 a 3).

320 En particulier les insectes appelés κίς, ἷψ, κvίψ (voir Plu. Proverbes 2, 2, 2 : κvὶψ γάρ ἐστι θηρίδιoν τῶν ζυλoϕάων).

321 Les ἷπες responsables de la caprification : Thphr., HP 2, 8, 3.

322 Thphr. HP 3, 15,4.

323 Il désigne des parasites responsables de maladies des graines (Thphr. HP 8, 10, 1) ; voir Plu., Fr. 65, 4 (θηρίδιov...διεσθίov τὰ ζύλα; Ammonius, De la différence des termes proches 244 (θηρίδία τὰ διαβρωτικὰ τῶv κερὰτωv ; voir Hsch. I 703,1 768, etc.) ; Hdn. Pros. Cath. 3, 1, 396 (θηρίδίôv τι ἐσθίov τὰς άµπέλoυς; Zénobius, Epitomé 5, 35 (θηρίδιov ζυλoϕάγo).

324 Voir Plu., Fr. 65, 8 : “il naît des bestioles (θηρίδία) de ce type dans les bois sucrés et tendres” (cf. Plu., Fr. 61).

325 Plu., 733 c 5.

326 Il définit le mystérieux pinnothère (ou bernard l’ermite) : “c’est une petite bête (θηρίδιov) qui ressemble non pas à un crabe mais à une araignée qui pilote l’éponge” (Plu., Sollert. an. 980 B).

327 Des parasites humains (Poll. 2,24 : τριχoβρῶτες θηρίδιά τινα σινόµενα τὰς τρίχας) ou animaux : les chevaux ne peuvent jeûner car “ils ont dans les intestins de nombreuses bestioles (θηρίδια) qui ressemblent à des prassokouris (Alex. Problem. 4, 179 ; sur ce parasite non identifiable, voir Beavis, p. 254).

328 Galien (Syn. De pulsibus, 9, 506) décrit le foumillement (µυρµήkιζoν) comme la sensation qu’une petite bestiole (θηρίδιoν) se déplace.

329 Arr., Epict. 2, 9, 6.

330 Le terme ζᾠδιoν (+ de 1000 occurrences) a seulement un sens astrologique (un signe du zodiaque) ou pictural (une figure peinte, qui n’est pas nécessairement un animal ; cf. ζωραφεῖν).

331 Anaxil., Fr. 140.

332 Cf. Arist., PA 662 b 8 : “chez les petits <oiseaux, le bec est> fin pour leur permettre de picorer les graines et d’attraper les bestioles (τῶν ζῳδαρίων)” ; ibid. 693 a 21 : “<la plupart des oiseaux> vivent en attrapant dans l’eau certains animalcules (ζῳδαρίων)” ; HA 619 b 23 : “<la chouette> chasse des souris, des lézards, des blattes et d’autres bestioles (ζῳδάρια) du même genre”.

333 Arist., HA 557 b 1.

334 Athénée (5, 210 c) parle d’un cratère présentant en relief des figures de petits animaux (ζῳδάρια), de petites bêtes (ζῳύфια) et de petits végétaux (фυτάρια). Dans ce cas les animaux représentés ne sont vraisemblablement pas - ou pas seulement - des insectes, et le diminutif s’explique par la taille de la représentation, ou par le fait que les animaux ne sont pas identifiables précisément.

335 Arist., HA 557 b 1 (il s’agit sans doute d’acariens).

336 Arist., HA 550 b 30 sq.

337 Arist., HA 551 b 21 : “des bestioles plates (πλατέων ζωδαρίων) qui, dans les fleuves, courent à la surface de l’eau viennent les œstres. C’est d’ailleurs pourquoi ils pullulent surtout près des eaux où existent ces bêtes (ζῷα)”. Voir Heron, Pneum. 2, 34, 64, à propos du coquillage nommé couteau (τò ζῳδάριoν ό σωλήν).

338 Par exemple en Alex., Pr. 1, 59, 1 ; il semble désigner aussi des zoophytes en S.E., P. 1, 44, 4 (voirAth. 5,210 c).

339 Paus. 6, 26, 6 : “une bestiole que les Grecs appellent ‘ver à soie’”.

340 P., Fr. 296, 1 : ἀράχνας (ἀρσενικῶς τò ζωΰφιoν).

341 Cyranides 4,47 : “les cloportes qui se concentrent sous les bombones à eau sont des bestioles (ζωῢфια) à nombreuses pattes”.

342 Cf. Gal., Aliment fac. 6,721, 3, à propos de parasites marins qui ressemblent à de minuscules crabes.

343 Gal., Aliment, fac. 6, 666, 11.

344 On trouve aussi chez Nicandre le substantif masculin de même sens kνώψ (= kινώπετoν : Nic, Th. 499, 520 et 751), le diminutif νωδάλιo dans Hesychius (s.v. ζωυφίoις) et surtout le substantif τò kινώπετoν [kinôpeton], de même racine, qui ne se rencontre qu’une demi-douzaine de fois dans l’œuvre de Nicandre (e.g. Nic, Ther. 195 : “la forme de cette créature (kινωπέ τoυ) chasseuse de serpents <i.e. l’ίχνεύµων> est celle de la belette”). Ce terme ne désigne pas seulement des serpents mais les reptiles en général : des lézards <τυφλών ( ?), Nic, Ther. 492) ; des geckos : ὰσkάλαβoς (Nic. Ther. 484 ; pour l’identification, voir Keller, 1913, t. 2, p. 278). Ces animaux ne sont pas nécessairement nuisibles : “mais il y a aussi des reptiles inoffensifs (ἅβλαπτα kινώπετα) qui vivent dans la forêt...” (Nic, Ther. 488).

345 Voir Boisacq, s.v.

346 Voir A., Choe. 601-602 : “l’amour en délire qui s’empare des femelles détruit l’union des couples chez les bêtes (kνωδάλων) et chez les hommes”.

347 S., Fr. 314 = Lim. 303 sq.

348 ...sauf une fois chez Philopon. Il est surtout employé dans le théâtre, tragique (13) et comique (5), à partir d’Eschyle (9) [23 occurrences avant ou pendant le ve siècle].

349 H., Od. 17,317 ;A.,Ch.601 ; Id., Supp. 1000.

350 A., Ch. 587 ;Alcm.,Fr. 60,7 ; Nic, Alex. 391 & 504.

351 Hes., Théo. 582. Voir Hésychius : κvώδαλ(a) κυρίως τὰ θαλάττια θηρία. Voir les deux rubriques de la Souda (annexe). Un texte du corpus hérodianien en donne la définition suivante : “stricto sensu les animaux de la mer parce qu’ils se déplacent (kινεῖσθαι) dans l’eau salée (άλί) sont des knôdala ; par extension le terme est appliqué à toutes les bêtes (θηρίων)” (Hdn., Path. 3, 2, 246). Il n’y pas d’usage normatif du mot (dans Part. 1, 72, 9, on trouve cette définition : “knôdalon : animal de la montagne”.

352 Voir κ. βρoτoфθόρων : A., Supp. 264 (cf. Soph., Frg. 905) ; ὓβριν κνωδάλων : P., P. 10, 36 (et Pind., N. 1, 50). Un oracle de la Sibylle, annonciateur de grandes tribulations humaines, à travers l’adoration paradoxale de kvώδαλα donne l’idée d’un monde inversé : ἀντὶ θεoῦ δὲ λίθoυς καὶ κνώδαλα θρησκεύoντες... (Orac. Sib. 1, 5, 77 ; voir LXX, Sap. 11, 15, 2 : ἐθρήσκευoν ἅλoα ἐρπετὰ καὶ κνώδαλα εύτελῆ ; et Orac. Sib. 1, 33,22 : αἰσχύνθητε αλᾶς καὶ νώδαλα θειoπoιoῦντες).

353 A., Ch. 587 ; cf. Nic, Ther. 760.

354 Pl., Spuria 365 c 7. Le mot, employé de façon métaphorique à propos des hommes, signifie “brutes” : Ar., Lys. 477 ; Cratinos, Fr. 233 (et A., Eum. 644 où il est prononcé comme une injure).

355 Adraste l’emploie pour qualifier Tydée et Polynice que Thésée vient d’appeler θήρ (θηρσίν / νωδάλoιν : Eur., Supp. 146-7) ; il désigne aussi le gibier, ennemi privilégié des chiens : Cercidas, Fr. 1 ; Opp. H1, 17 ; les κνώδαλα sont opposés aux ruminants (A., Ch. 601 ; voir A., Supp. 264), et le terme semble pouvoir s’appliquer aux animaux avant la domestication : “je fus le premier à soumettre au joug des knôdala” (A., Pr. 462 ; voir S., Fr. 905). Le sème “rongeur” se retrouve dans les définitions d’Hésychius (e.g. ἀττέλαβoς ἀρίς µικρὰ καὶ εῖδoς νωδάλoυ, ζᾠoυ µιρoῦ καὶ λεπτoῦ ράφεται καὶ ἀκρίδoς ; voir Gossen, 1940a, p. 11).

356 P., NA, 50 ; Pl., Ar. 365c ; Nic, Th. 98 ; Eust., Od. 2, 149,3 (ἐν βένθεσι γὰρ τὰ κvώδαλα; Eust., Il. 1,166,1 ; Id, Od. 2, 146,11. Dans la littérature chrétienne le mot est employé pour désigner les créatures du démon ou les créatures déshéritées, (souvent joint à έρπετά : Greg. Naz., Theol. (28) 1, 15, 12 (où il est également distingué de τετράπoδα) ; Id., Aeg. adv. (34), 36, 245, 12 ; Id, Sancta lum. (39), 36, 340, 34 (cf. LXX, Sap. 17,9,2). Voir aussi Phlp., Etern. 1, 334,9.

357 E., Supp. 146 : “leur combat fit qu’en eux je crus voir les deux bêtes (kνωδάλoιν)” [il s’agit du lion et du sanglier du vers 140] ; Theoc. 25,183.

358 H Mere. 188 : έρoντα kνώδαλoν εῦρε νέµoντα ; P., P. 10, 36.

359 A., Supp. 1000 : . πτερoῦντα καὶ πεδoστιβῆ.

360 Nic, Th.760.

361 D’où, peut-être, sa fortune dans la littérature chrétienne qui joua beaucoup sur cette valeur.

362 Théoc. 24, 85 (voir βένθoς in Hom., Od. 17, 317 et Eust., Od. 2, 149, 1).

363 Voir Chantraine, DELG, s.v. ίναδoς (voir Schol. ad Théoc. 5, 25).

364 Theocr. 5, 25. Telle est la réponse d’un berger à un collègue qui lui propose un marché de dupes. Cf. And., Myst. 13, 23 : “ô sycophante et roué coquin (kίναδoς)” ; cf. D., Cor. 162,5 ; ibid. 242, 3 : “de plus, par nature, ce petit bonhomme [i.e. Eschine] est un renard (kίναδoς) qui dès l’origine n’a jamais rien fait de bon ni de généreux, un singe tragique...” (en riposte à Æschin., Ctes. 167, 1) ; Men., Épitrep. 165 ; Luc, Pseudol. 32,6.

365 S. Aj. 103 (voir aussi Ar., Nub. 448).

366 Fr. B 259 ; voir Id., Fr. B 300 7 a, 2 : “le basilic, bête venimeuse (kινάδης) - c’est ainsi qu’il l’appelle-”. Voir aussi Din., Lex. 177,3 : “κίναδος : Démosthène l’emploie pour θηρίoν, dans son discours de défense de Ctésiphon”.

367 Hsch., s.v. κίναδoς. H. Étienne, dans son TLG. (s.v. κίναδoς), remarque que la définition d’Hésychius est en contradiction avec la plupart des occurrences connues.

368 Il est recensé chez plus de 50 auteurs pour la période, et 100 dans l’ensemble de la littérature grecque.

369 Voir la définition donnée par une scholie à Il. 17,447 : “ tous les animaux qui vont sur la terre et se déplacent en marchant” ὅσσα ζῷα ἐπί τῆς γῆς ; ἔρπει καὶ κινεῖται βαδίζoντα ; le verbe ἔρπειν s’applique à des animaux, des hommes et des divinités : Il. 17, 158 (Ulysse) et h.Ven., 156 (Aphrodite).

370 Od.4, 418.

371 Alcm., Fr. 60, 3 : “les herpeta que nourrit la terre noire” ; selon Apoll. Soph., Lex. hom. 101, 18, ἔρπετα désignerait seulement les serpents chez Alcman (cf. aussi Alcm., Fr. 49, 5).

372 Héraclit., Fr. 11 : “les herpeta marchent à la trique” ; avec le sens de bête brute voir Callim., H 1, 3. En certains cas il peut même signifier tous types d’animaux terrestres sauf justement les serpents : “des poissons, des herpeta, des serpents et d’autres bêtes” (Bérose, Astrol. Frg. la 67).

373 X., Mem. 1,4, 11.

374 P., Fr. 106, 3 : ἐπί θηρσί kύνα τρέχειν πυkινώτατoν ἐρπετόν.

375 Aret., SA. 2, 13, 2.

376 Voir Democr., Fr. B 5, ap. D.S. 1,7 : “ceux dont le mélange est terreux se rangent dans la classe des reptiles (ἐρπετῶν) et autres animaux terrestres”.

377 Hdt. 1, 140 ; Theoc. 15, 118 ; A.R. 4, 1240. Voir aussi Athénagor., Resurr. 12, 6, 1 : ἐρπετoῖς άρ, oῖµαι, καὶ πτηνoῖς καὶ νηkτoῖς.

378 Ils sont, en effet, autant distingués des τετράπoδα que des πετεινά. Voir Orac. Sib. 1, 207 : τετραπόδων/ ἑρπετά/ πετεηνά ; Id. 1, 277, ἑρπετά/ πετεηνά τετραπόδων θηρῶν τε ένη ; Id. [2], 234 : ἐν πελάεσσιν/ θῆρες/ ἑρπετά/ πετεηνά ; Id. 3,28 : θῆρας/ ἑρπετά/ πετεηνά ; Id. 3,370 : πτηνά/ ἐρπετά/ θηρια ; Id., Fr. 3, 8 : ἐvύδραων/ ἑρπετὰ δ’ἐν γαίη κιvoύµεvα/ πτηvῶν/ ὀρέων θηρῶv/ κτήvη ; cf. Orph., H 1, 78, 10 : πᾶς δἐ βρoτòς ήθει, πᾶv ἑρπετòν ἅλλα τε φῦλα/ τετραπόδωv πτηvῶv τε καὶ είvαλίωv πoλυεθvῶv ; Orph., Argon. 1, 74 : θῆρας / ἑρπετὰ/ πετεηνά.

379 Hdt. 4, 183 ; voir Nic, Ther. 21. Pour ce rapport à la terre voir Nic, Ther. 390 : ὁπόθ’ἐρπετὰ αῖα φαεινη, et Orph., Lapid. 1,407 : αῖα µὲv έρπετὰ τίκτε.

380 Asclépiade, ap. Ath. 10, 456 b (cf. Anth. Pall. 14,64). Il s’agit naturellement de l’homme.

381 Alexandre qui attribue comme un signe distinctif des ἐ. les φoλίδες (plaques cornées : Alex., Pr, Sp. 1, 1,6) tend à en faire un synonyme de φoλιδωτά.

382 Voir E., Andr. 269 ; Théoc. 24,57 ; Simias, Fr. 24,5. Cf. Nic, Ther. 205 : ἐρπηστᾶo à propos de l’ὰσπίς (cobra) et Id. 205.

383 Ar. Av. 1069 ; cf. aussi περὶ ιναδέσων τε καὶ ἐρπεῶν, probablement le titre d’une œuvre de Démocrite (Fr. 259).

384 Ael., NA 3, 32 (voir infra) ; voir D.S. 1, 7, 5 : τἄλλα δάκετα τῶν ἑρπετῶν ; Dsc. 1, 72, 1, 8 : ἑρπετῶv δήγµατα ; etc. (cf. l’expression courante : τὰ ἑρπετὰ θηρία, Philumen., Ven. 10, 1).

385 On compte chez le seul Dioscoride 47 occurrences de ce mot ; Gal (25), Nic. (7), Philum. (8).

386 Dsc. 2, 10, 1. Voir Str. 11, 4, 6, 5 : τῶν ἑρπετῶν ἔvια τῶν θαvασίµωv καὶ σκoρπίoυς καὶ ϕαλάγγια ; Thphr., HP 9, 11, 1 : “les tarentules, les sèpes [serpents venimeux] et les autres animaux venimeux (ἑρπετὰ)” ; Hp., Épist. 1, 16, 45 : πoλλὰ τῶν ἑρπετῶν ἑνιoβóλησε ; cf. Gal., Comp. med. 1, 13, 739, 9 ; Luc, Dips. 1, 3, 5 & 1, 4, 1. Parmi les ἑρπετὰ est naturellement compté ce serpent semi-mythique qu’est le δράκω (Hp., Épist. 1, 15,9 ; Lyc, Alex. 1,1042).

387 Gal., Antid. 1, 14, 189 ; cf. Crateuas, Fr. 1, 2 ; Plu., Pomp. 36, 1, 3 et Is. Os. 381 c 8 (τὰ θαvατηϕóρα τῶv ἑρπετῶv) ; Clem., Hom. 19, 15, 5. Le sang de tortue de mer est un remède souverain contre tous les ἑρπετὰ (Nic, Ther. 702) : il faut entendre ici les serpents (ὄϕεις, avec éventuellement une extension aux araignées (Id. 717 : le ϕάλαγξ, (araignée) est dit ἐπασσιτέρoις πoσὶν ἕρπων, “progressant en avançant alternativement ses pieds”). Voir aussi Cyranides I 24, 104, où est décrite la construction d’une amulette qui “écarte les animaux venimeux (ἰoβóλoν ζῷoν) de toutes sortes aussi bien rampants (ἑρπετóν) que quadrupèdes”.

388 E., Andr. 269 ; Hdt. 1, 140 ; Aret., S.A. 2, 13,21 ; S.D. 2, 5,4 ; Call., Fr. 336, 1 : “les serpents (ἑρπετά) se cachent dans des grottes” (voir aussi J., A.J. 17, 109, 3 : τὰ ἰoβoλώτατα τῶν ἑρπετῶν. Ce terme connote aussi le degré le plus bas de la faune (Ach. Tat., 1, 17,1 : ἑρπετῶv καὶ ϕυτῶν ; Cléom., Fr. 166, 12 : τῶν ἑρπετῶν ταπειvóτερα).

389 Gal., Sympt. 7,225, 17.

390 Sem., Fr. 13 : “cette créature (ἑρπετóν) qui a volé vers nous, elle a reçu la pire vie de tous les animaux”.

391 D. Chrys. 9, 10, 5 (βραδύτατoί εἰσι τῶν ἑρπετῶν).

392 Luc, Musc. Enc. 4 : (ἐξ ἑρπετoῦ ὄρvεoν γίvεται).

393 Nic, Fr. 74, 46 ap. Ath. 15,683 f.

394 Cf. Ach. Tat. 1, 18, 3 ; voir aussi pour un animal fluviatile : Antig. 136.

395 De même pour le poisson/serpent appelé scolopendre : (δυσώvυµov ἑρπετòv ἄλµηζ, ἰσov ἐπιχθovίῳ δέµας ἑρπετῷ, Opp., H 2,422).

396 Voir Alex, in Meta. 1,420.

397 LXX, Gen. 1, 24 ; cf. ibid. 1, 28, 4 : τῶν ἑρπετῶν τῶν ἑρπóvτων ἐπὶ τῆς γῆς ; corrélé à κvώδαλα : LXX, Sap. 11,15 & 17,9 ; etc.

398 LXX, Gen. 1, 20-21 ; cf. LXX, Psalm 104, 25 : αὕτη ή µεγάλη καὶ εὐρύχη καὶ εὐρύχωρoς, / ἐκεῖ ἑρπετά, ὦν oυκ ἔστιv ἀριθµός, / ζῷα µικρὰ µετὰ µεγά µεγάλων. Ce sens est maintes fois attesté dans la littérature chrétienne, comme le dit Philon (Opif. 217, 13) : “l’Ecriture, pour les distinguer, appelle les poissons herpeta et les animaux de l’air ptèna”.

399 LXX, Lev. 11, 20-21-23 (où sont cités les sauterelles, les criquets, les grillons et les locustes ; Id, Deut. 14, 19). Les insectes non ailés ne sont pas mentionnés : l’expression de “rampants terrestres” (τῶν ἑρπετῶv τῶν ἑρπόvτωv ἐπὶ τῆς γῆς) ne désigne pas les insectes terrestres mais les reptiles et les rongeurs : taupe, souris, lézard, gecko, caméléon (LXX, Lev. 11, 29-31-41-42-43-44). A propos de la vermine : LXX, Épist. Jer. 1, 19 & Sirac. 10, 11 (ἑρπετὰ καὶ θηρία καὶ σκώληκας). Dans l’épisode du déluge, le terme hésite entre ces trois valeurs : LXX, Gen. 6,7 : ἄvθρωπoν/ κτήvoυς/ ἑρπετῶν/ πετειvῶν ; Gen. 6, 19 : κτηvῶν/ ἑρπετῶν/ θηρίων/ σαρκός ; Gen. 6, 20 : òρvέωv πετειvῶν/ κτηvῶν/ ἑρπετῶν ; Gen. 7, 8 : πετειvῶν/ κτηvῶν (τῶν καθαρῶν καὶ ὰπò τῶν κτηvῶν τῶν µὴ καθαρῶν)/ ἑρπετῶν ; Gen. 7, 14 : θηρία/ κτήvη/ ἑρπετόν/ πετειvόν ; Gen. 7, 21 : πετειvῶν/ κτηvῶν/ θηρίων/ ἑρπετόν/ ἄvθρωπoν ; Gen. 7, 23 : άvθρώπoν)/ κτήvoυς/ ἑρπετῶν/ πετειvῶν ; Gen. 8, 1 : θηρίων/ κτηνῶν/ πετεινῶν/ ἑρπετῶν ; Gen. 8, 17 : θηρία/ σάρξ/ πετεινῶν/ κτηνῶν/ ἑρπετόν ; Gen. 8, 19 : θηρία/ κτήνη/ πετεινόν/ ἑρπετόν.

400 Voir Gil Fernandez, 1949 et Beavis, 1988.

401 Hom., Il. 13, 654 (il s’agit sans doute de Lumbricus terrester, d’après Eust., in Il. 1, 481,4 : τὰ δὲ τῆς γῆς ἔvτερα, voir Buchholz, 1871, t.I, 2, p. 92) ; Eustathe explique la comparaison par le fait que les vers sont exsangues comme le héros mort (ώς τoῦ σκώληκας ὰvαίµovoς ὄvτoς, in Il. 3, 531, 15). Voir avec le même sens Arr., Épict. Diss. 4, 11 ; Clem. Alex, Prot. 75 ; Dsc. 5,79 (Aerugo vermicularis ?) ; etc.

402 Arat., Phen. 958 (la locution “entrailles de la terre” est classique et désigne très clairement des vers de terre, sans doute le lombric). Voir Alex., Mixt. 1,226, 28 et Id., Pr. 2, 63,15.

403 Æsop. 33 (d’après la leçon de Hausrath & Hunger, 1970, Teubner) ; la lecture de l’édition des Belles Lettres (qui remplace σκώληξ par άλώπηξ) est évidemment fautive.

404 Elle a donné son nom à la pulsation des artères : si l’on parle de ‘pulsation vermiculaire’, c’est que “la pulsation imite l’allure ondulante (σκώληκίζovτι) de la démarche du ver” (Gal., Diff. puls. 8, 551).

405 Voir Antiph., Fr. 12,15. Il se cache dans la terre (voir Æsop. 78b (éd. C. Halm, 1881, Teubner) ; cf. Alex., Mixt 226,28.

406 Hp., Superfet. 28, 8 (τoύς σκώληκας 5è τoύς κoπρίvoυς) ; Thphr., HP 3, 12, 6 & 5, 4, 4. On peut parfois le rendre par “vermine” (Plu., Artax. 16,6).

407 Arist., HA 506 a 27 ; Plu. 967 e 7 ; Luc, Musc. Enc. 4, 1 ; Id., Asin. 25.

408 E.g. le parasite du trigle (Ath. 7,324 d) ou du thon : “un petit vers (σκωλήκιoν) que l’on appelle œstre, qui ressemble à un scorpion et qui est de la taille d’une araignée” (Ath. 7, 302 c) ; il désigne également des parasites humains (Dsc, Eup. 215, 1), des vers dans la tête (Dsc. 3, 11, 2) ou dans les oreilles (Dsc. 3, 35, 3), etc.

409 Ainsi en Arist., HA 557 b 17 ; Id. 614 b 1 ; Mir. 831 b 5 ; Str., 12,7, 3, 18 ; Dsc. 3, 107,1, 3 ; Thphr., HP 4, 14, 10 ; Id., CP 5, 10, 1. Théophraste distingue trois sortes d’insectes nuisibles pour les arbres : le τερηδών, le θρίψ et le σκώληξ (Thphr., HP 5, 4, 5 ; voir Beavis, 1988, p. 150) ; mais il n’est pas très rigoureux dans cette distinction (cf. HP 5, 1,2) ; il vise des parasites de la vigne (σκνίπες : Gal, Simp. med. 12,186) ; du bois mort (Apollod., Bibl, 1,9, 12) ; etc.

410 Anaxilas, Fr. 33, 2. Il est souvent employé aussi comme terme de mépris (Arr., Diss. Epict. 4, 11,32 ; cf. ibid. 4, 1,142).

411 Alex., in Mété. 1, 185,9.

412 Arist. (132). Seul Galien manifeste une semblable prédilection pour ce terme (100).

413 Arist., HA 489 b 8.

414 Arist., HA 550 b 25-30.

415 Voir Alex., in Meta. 1, 104,17 : “la génération de certains animaux est déterminée sans viser à une forme, comme celle des larves (σκωλήκων), des empis et des térèdôn”.

416 Arist., HA 551 b 12 ; la description est reprise par Ar.Byz., Épit. 1, 36. Cf. Ath. 8, 352 f : “il raconte que de la copulation des puces naissent les lentes et que de la transformation de la larve naît la chenille d’où se forme la nymphe, et que de lui vient ce qu’on appelle la chrysalide”. L’usage du mot dans Cyranides 2, 39 est clair également : “lorsqu’un taureau meurt, il produit en 7 jours des larves, qui mettent 21 jours à devenir des abeilles productrices de miel”.

417 Arist., HA 550 b 22-557 b 31.

418 HA 555 a 22 et 26.

419 Antigone (84a) désigne par là des petites bêtes à peine plus grosses que la mouche (voir la variété d’araignée appelée σκωλήκιo in Philum., Ven. 15, 1 ; cf. Eust., in Od. 2, 43, 4 : les Anciens appelaient nymphes (νυµϕαῖoι) les fourmis volantes, et vers (σκώληκεν) celles des jardins ; et Horap. 2,47 : “ceux qui veulent représenter une grande concentration de moustiques (κώνωπας) dessinent des larves (σκώληκας), car ce sont d’elles que ces derniers naissent”.

420 Alex., An. 67, 3 ; voir Id. 74, 5 : pas dans les larves et les coquillages mais dans les êtres plus achevés τελειoτέρoις ἤδη)” (cf. Ph., Mos. 2, 262,4 : σκώληκας, τò ϕαυλότατoν (ζῷoν). C’est pour éviter que les skôlekes, êtres dépourvus de sang et au régime sans pain ni vin, en viennent à se confondre avec eux (ίvα µὴ καί oί σκώληκες ὧσι θεoί) que les dieux, selon Homère, consomment du nectar (Eust., in Il. 2, 86,2).

421 L’étymotogie est inconnue.

422 Voir Zucker, 1997.

423 Voir Hdn., Part. 1, 66, 1 : kêtos : le gros animal marin, d’où kêtôdès, le gros poisson”.

424 Od. 12, 97 (voir aussi Od. 5,421).

425 Des squales et dauphins (Plb., 34, 2, 15, 1 : oἷov δελϕίνων καί κυνῶν καί ἄλλων κητωδῶν) ; des requins (Plb. 34, 2, 13 et 15) ; des squales (A.R. 4, 1614) ; voir Cyranides 4, 15 : δελϕί τò κητῷo ἐvάλιo ζῷό ἐστι.

426 Od. 4, 443 ; Id. 4,446 ; Id. 4, 452 ; voir Plu., Sollert. an. 981 C.

427 Tel le dragon marin menaçant Andromède (Paus. 4, 35,9 ; Apollod. 2,43,3 ; Luc, D. Mar. 14, 1 ; cf. la parodie d’Andromède dans Ar., Thesm. 103) ; Hésioné (Apollod. 2, 104, 3) ; le monstre de Jonas (LXX, Jonas 2,1 ; J., A.J. 9,213,1 ) ; le monstre envoyé contre Laomédon (Il. 20, 147 ; D.S. 4,32,1,4) ; la baleine qui avale Lucien (VH, 1,27,4) ; etc.

428 Voir Arr., Ind. 5,4, 3.

429 Néarque prétend avoir vu un κῆτoς de 50 coudées (env. 22 mètres) : Arr., Ind. 39, 4, 2 ; et Strabon un autre de 23 orgyes (environ 37 mètres) : Str. 15, 2, 13, 8 (cf. Opp., H 5, 46 : περίµετρα) ; cf. A.R., 3, 1395, à propos des Spartes que combat Jason : “à voir leur stature on eut dit des monstres marins (κήτεσσι)”.

430 Ael., NA 17,6.

431 Arr., Ind. 1, 6, 8.

432 Str., 15, 1, 15,11.

433 Ael., NA 9,49-50 : oίκεῖ τά πελάγη ; cf. Opp., H 5,46.

434 D.S. 2, 54, 5. Voir Philostrate, Imag. 1, 29, 1 : κῆτoς ἐν Aίθιoπία πεζεῦoν ἐπὶ τὰς ὰγέλας καὶ τoùς ἐν γῇ ὰvθρώπoυς ; Diod. Sic. 2, 54,5 parle de “ troupeaux d’éléphants et d’autres animaux terrestres du type des monstres marins (ζῷα κητώδη χερσαῖα)” (cf. Apollod. 2, 43, 3 : θαλασσίω κήτει). Le κῆτoς vient de la mer mais il peut aller sur terre : Apollod., 2, 103, 7.

435 Voir Opp., H 5, 62 : ύἐή (et Id. 5, 161 & 6, 70 :ὶὡῳίίcfScholinOpp έὸίὸῆvoiraussiScholin AratumὅίἷὁἌὸῆ

436 Opp., H 5,46 sq.

437 Il les exalte ainsi : ήδ’ὀό, ώ, ύό (Opp., H 1, 360).

438 Opp., H 3, 336.

439 Voir Gossen, 1935, p. 177. Il ne peut s’agir ici, comme le pense Mayr (éd. Oxford, p. 246), du castor qui est un animal de rivière (cf. Ael., NA 9, 49 : ἰῖίἀύὲἓ

440 Opp., H 1, 366-408. La plupart de ces noms sont repris en H 5,21 sq. (cf. Plu., Fr. 193, 84 sq.) ; Élien puise, aussi fidèlement qu’Oppien, à la même source puisqu’il cite έύἀύῆἀὓύίἀῶ (Ael., NA 9,49-50).

441 Aristote donne des précisions sur cette classe en Juv. 476 b 13-30.

442 Arist., HA 490 b 9 (cf. ibid. 505 b 30).

443 Arist., HA 566 b 2 ; ibid. 537 a 31 ; ibid. 589 a 33 (cf. Resp. 473 b 13 et GA 718 b 32) ; les sélaciens ont aussi des branchies, quoique découvertes (ἀἀἀ : Id. 489 b 5).

444 Voir Juv. 476 b 19 : ἔὰὑ

445 Arist., PA 669 a 6 (cf. ibid. 697 a 17).

446 Voir aussi Clem. Alex., Str. 6, 16, 133 : ῶἐὑὑἡ

447 HA 489 b 2 ; ibid.

448 Voirb ῶἐὑὰώ

449 GA 719 b 10

450 Voir GA 716 b 26 et 720 a 20 et 34 (cf. ibid. 716 b 13 et 765 a 33 : dans certains genres sexués les mâles n’ont pas de testicules, comme les apodes, tels les poissons et les serpents). Voir aussi HA 566 b 2 : “le dauphin, la baleine et les autres kêtè, tous ceux qui n’ont pas de branchies mais un évent, sont vivipares ; comme aussi la scie et le bœuf marin”. Le premier animal n’est pas mentionné ailleurs ; le second est explicitement rangé parmi les sélaciens en HA 540 b 17. Ils sont d’ailleurs presque toujours évoqués en même temps que les κητώδη (voir par exemple ibid. 540 b 22), et Aristote emploie une fois le mot κητώδης au masculin pluriel, avec ἰχθῦς sous-entendu : ”...les sélaciens, les dauphins et tous les poissons kêtôdeis mangent en se retournant sur le dos" (ibid. 591 b 26).

451 Arist., PA 669 a 6 ; cf. ibid. 697 a 17.

452 Voir surtout à propos des oreilles : “les vivipares, sauf le phoque, le dauphin et les autres qui sont des kêtôdè de ce type (ὅσα oὕτω κητώδη) ont tous des oreilles ; en effet les sélaciens aussi sont vivipares” (HA 492 a 27) ; la précision finale confirme, puisque les sélaciens n’ont pas plus d’oreilles que le dauphin, qu’ils sont compris dans le groupe des “kêtôdè de ce type”. La formule de HA 489 b 1, en revanche, n’est pas décisive sur l’inclusion des sélaciens dans le groupe : “parmi les animaux aquatiques les kêtôdè comme le dauphin et ceux qu’on appelle sélaciens”.

453 HA 521 b 21 (cf. ibid. 492 a 27). Traditionnellement les critiques considèrent que le phoque n’est pas compté par Aristote parmi les κητώδη. Cette soustraction se fait au prix d’une correction à laquelle procèdent presque tous les éditeurs modernes, à l’exception de... Bekker. En dépit de l’unanimité des manuscrits ϕώκη est corrigé dans ce passage en ϕώκαιvα (marsouin). Thompson (1947) se dit sceptique devant cette correction, le mot ϕώκαιvα étant par ailleurs uniquement attesté dans l’HA où il n’apparaît que dans deux autres passages (HA 566 b 9 sq. et 598 b 1).

454 Alors que tous les autres termes classificatoires sont définis séparément ces deux mots se voient définis conjointement dans une même phrase : “Sont dits sélaciens, tous ceux qui, parmi les petits poissons, sont dépourvus d’écailles, comme la murène, le congre, la raie, la pastenague, la raie cornue, le squale, et les animaux plus grands que ces derniers, qui sont aussi appelés κητώδη, comme le dauphin, la baleine, et le phoque. Ce sont les seuls animaux aquatiques à être vivipares” (Ar.Byz., Epit. 1,2 ; cf. Ael., NA 11, 37). Voir aussi Ael., NA 2, 52 : “Aristote dit que parmi les animaux, les uns sont vivipares, d’autres mettent au monde des œufs, et d’autres des larves. Engendrent des vivants les hommes et tous les autres animaux qui sont pourvus de poils, ainsi que les kêtôdè parmi les animaux marins. Parmi eux, certains ont un évent et pas de branchies, comme le dauphin et la baleine”.

455 Ces poissons de mer sont appelés “tronçonnables” par Mnésithée qui ajoute : “ils conviennent à merveille à la salaison et donnent les meilleures sortes de conserves” (Mnesith., Fr. 38). C’est ce sens qui prévaut dans le dictionnaire d’Hésychius, où l’expression ἰὡς revient souvent à propos de gros poissons (cf. s.v. ἀῖίςἠῆ

456 Selon Gossen ce nom désignerait un cétacé (Grampus rissoanus Cuv.) ; cf. Gossen, 1940a, p. 275.

457 Mnésimaque, ap. Ath. 7, 301 d.

458 Hdt. 4, 53. Ce poisson est aussi appelé ῆς par Antiphon (ap. Ath. 3, 118 d).

459 Archestr., Fr. 21 ap. Ath. 7, 301 e ; cf. Sostratos, ap. Ath. 7,303 b : “Sostrate, dans son second livre du traité Sur les animaux dit que le jeune thon est appelé thunnis, lorsqu’il est plus grand thunnos, encore plus grand orkynos et, lorsqu’il atteint une taille extraordinaire, kêtos”.

460 Galien (8), Oribase (28), Alexandre de Tralles (4), Aétios d’Amida (7 ; il emploie toujours ὡ, sauf (Iatricorum 8, 54, 5) à propos de la baleine de Jonas), et Paul d’Égine (3) emploient presque systématiquement ce mot (voir aussi Méd. Anon. (3) : De Cibis 20, 4 ; Id. 23,9 ; De Alimentis 21, 7).

461 Hérodien (3) ; Hésychius (7) ; Souda (4) ; Photios (2).

462 Aristote (9) ; Michel Philé (1) ; Aristophane (1). Les autres usages peuvent se répartir ainsi : Byzantins, non lexicographes : 5 (Psellos, Eustathe, Schol. à Oppien) ; Zoologues : 4 (Oppien, Élien) ; Historiens & Géographes : 3 (Strabon, Polybe, Diodore) ; Pères de l’Eglise : 3 (Basile, Grégoire).

463 Gal., Vict. Att. 85, 3 ; Gal., De sanitate tuenda 6,340.

464 Gal., Loc. affect. 8, 184 ῶ Une fois Galien inclut le phoque parmi les ἡ (Aliment, fac. 6, 737).

465 Voir Gal., Aliment. fac. 6,728, 3.

466 Gal., Rebus boni malique suci 6,769.

467 Gal., Aliment. fac. 6,737 ; cf. ibid. 6,746.

468 Surtout Eschyle (7) et Euripide (4).

469 Nic. (7), Gal. (2) (cf. aussi Opp. : 8).

470 Voir P., P. 2, 53 : “je dois fuir la morsure ἁς) insatiable de la médisance” (voir S., Fr. 33) ; cf. Nic., Ther. 818 : “garde-toi toujours de la morsure ἁς) perverse de la salamandre” (voir Id., Ther. 121 & 336 ; cf. Gal., Comp. med. 13, 418, 9 ; cf. Opp., H 2, 454 & 520 et ibid. 5, 30).

471 Voir Nic., Ther. 115, 146, 282, etc.

472 E., Hipp. 646 (et le commentaire d’Eustathe (in Il. 1, 672) : “Euripide appelle la bête dakos et daketon).

473 E., Cyc. 325. Inspiré sans doute par ce vers Callimaque fait dire à Artémis : “quand de mes traits j’aurai tué un fauve ἁς) solitaire ou une grosse bête έἰ ce sera le repas des Cyclopes” (Call., Dian. 3, 84-85). Il désigne une fois explicitement un lynx : “il est venu, portant sur ses épaules un porc pesant ou un lynx inerte, fauve ἁς) misérable” (E., Fr. 863).

474 A., Th. 558 : “l’image d’une bête monstrueuse et abhorrée òἐἰάς)”, qui désigne la figure du Sphinx sur le bouclier de Parthénopée (voir ibid. 541 : ί’ὠó

475 Lyc, Alex. 765 ῦέςάς).

476 A., A. 1232 (cf. Hécube à propos d’Ulysse : “le sort me fait l’esclave d’un être abominable et perfide, d’un ennemi du droit, d’un fauve ά sans loi” (E., Tr. 283). L’armée grecque comparée à un lion furieux est appelée άῖἁς (A., A. 824).

477 A., Pr. 583 ; voir aussi Opp., H 5, 90 : le poisson-pilote guide la baleine qui est appelée poisson, terreur de l’océan, (ἁἅἰύς) ; cf. ibid. 5, 303, 333, 408 (une tortue) et : “là où les anthias vivent, on n’a jamais vu de terrible monstre marin, de carnassier ἁς), ou un quelconque fléau marin (Opp., H 5, 630).

478 Voir Nic., Ther. 158 (άἰς) ; Ibid. 115 :έέ (parmi les serpents ; cf. A., Ch. 530).

479 Il est répertorié chez 16 auteurs. L’accentuation de ce mot est hésitante ἁἁά).

480 Thphr., Fr. 178 ap. Ath. 7, 314 b (cf. D.L. 5, 43, 24). Cet opuscule est parfois attribué à Aristote. D’après la Souda (A 3910) Aristogénès de Cnide, médecin du IIIe siècle, aurait également écrit un ouvrage en un livre intitulé ἰῶ tout comme Andréas, le médecin de Ptolémée IV (voir Ath. 7, 312 d).

481 Cf. Lexique, s.v. βλητικά

482 Ael., NA 3,32.

483 Ar., Av. 1069. Il s’agit sans doute de chenilles et d’insectes suceurs.

484 VoirGal., Antid. 14, 191.

485 Aëtius semble en effet les avoir distingués des animaux venimeux : “Dans le treizième livre <Aëtius d’Amida> traite des animaux mordeurs (πρὶ δακτῶν ζῴων) dont les morsures déterminent des troubles et des souffrances chez leurs victimes et il explique des moyens de les guérir. Il fait aussi le même exposé à propos des animaux venimeux (πƐρὶ τῶν ίOβóλων θηρίων)” Aët., ap. Phot., Bibl. 221,179 b 26.

486 Ils sont distingués des quadrupèdes (Vett. Val. 127,29).

487 D.S. 1, 87,4.

488 “Il existe un prophylactique qui s’applique à tout ce qui corrompt, blesse, empoisonne ou mord (δακτῶν), qu’il s’agisse d’animaux ailés, terrestres ou aquatiques” (Gal., Int. 14, 682, 4 ; cf. Gal., AnTid. 1, 14, 193).

489 D.S., 1, 87, 6.

490 Elle est le pire des δακτά (Gal., Ther. 14, 231, 1 ; cf. Call., Fr. 515, 1 ; Nic., Fr. 31, 1 (avec ἕχις).

491 Hyp., Fr. 19, 2 (cf. Nic, Fr. 31, 1). Toutefois les araignées peuvent être comprises parmi les animaux qui frappent (voir Nicandre, T. 716 sq. à propos de l’araignée “grain de raisin”, ῥώξ) : enfoncer ses chélicères dans une proie peut être considéré comme une morsure, ou une injection.

492 Nic, Fr. 31,4.

493 D.S., 20, 42,2, 1. Ces animaux sont aussi appelés τά δάκνoντα τῶν θηρίων (Ar.Byz., Épit. 2,42, avec les exemples classiques du serpent, de l’araignée et du scorpion) ; ou encore τὰ ζῷα τὰ δάκνoντα καὶ τά ἐγχρίπτoτα (qui injectent un venin) πάµπoλλα ὂντα (Ar.Byz., Épit. 2, 64, où les mêmes exemples illustrent le groupe).

494 Voir Eust., in Il. 1, 728, 18 : τὴν αίγίδα oύ τὴν βλητικóν. οὐ γὰρ βάλλι...

495 D.L.5, 43, 24.

496 Ar.Byz., Épit. 1, 147 (cf. Ael., NA 3,32).

497 Thphr., Fr. 178, ap. Ath. 7, 314 b. La torpille ne peut avoir été comprise parmi les animaux δακτά (cf. s.v. δακτά).

498 Schol. ad Nic, Ther. 760 & 764.

499 Ael., NA 3, 32.

500 Demodoc, Fr. 4, 2.

501 Voir Gal., Antid. 1, 14, 168 et infra. La distribution est : Gal. (60), Philum. (14), Dsc. (19).

502 Dsc. 1,61, 2 ; Gal., Ther. 14, 489, 10 ; etc. L’expression τά ἰoβóλα καλoύµενα ζῷα “ceux qu’on appelle bêtes venimeuses” revient une dizaine de fois sous la plume de Galien (Antid. 14, 135, 14 ; Comp. med. 10, 891 ; Simp. med. 12, 5,13 ; Épid. 17 b, 335, 7 ; etc.

503 Voir Dsc. 3, 56, 1,4 : ἀρµóζι δὲ αρóς ττά ίoβóλα τῶν ζῴων (cf. Dsc. 3, 80, 4,4).

504 Ar.Byz., Épit 2, 95 (voir Ael. AM 10, 12 ; cf. ibid. 2, 507 & 515 ; cf. Dsc. 1, 8, 3 ; ibid. 1, 106, 1 ; etc.

505 Aussi, par métonymie ce mot a parfois le sens de “plaie empoisonnée” (Philum., Ven. 3, 1, 1 ; Dsc. 1, 128, 4, 3 ; Id., 3,48, 5, 8).

506 Arist., HA 607 a 28. C’est la seule occurrence du mot chez Aristote ; voir Alex., Pr. 1, 152, 13.

507 Ph., Sped 4, 87,1 ; cf. Gal., Antid. 1, 14, 57 & 1, 36, 136 ; Gal., Ther. 14, 297, 10.

508 Dsc. 5, 97, 2, 3.

509 Gal., Nat. fac. 2, 163, 8 (τῶν ίoβóλων θηρίων τά µἐν ύθέως άπoκτίνι, τά δές ὒστρoν ; cf. Gal., Rebus boni malique suci 6, 754, 11) ; il y a “ceux qui glacent et paralysent (ίoβóλα τά ψύχoντα καί πήττoντα)” : Dsc. 5,49, 1,4.

510 Voir la locution ἐρπτὰ ίoβóλα (Clem., Hom. 19, 15, 5 ; ibid. 19, 20, 8, 2 ; cf. τῶν ἑρπτῶν τὰ ίoβóλα : J., A.J. 1, 17, 109, 3 ; Ph., Legat. 48, 3 ; Id., Opif. 156, 1 ; Id., Mos. I, 192, 8 ; cf. τῶν ίoβóλων ὂϕων : Ph., Agric. 95, 9 ; cf. ϕoβρώτρoι ἑρπνστήρων θηρῶν ίoβóλων : Orac. Sib. 1, 371 ; cf. S.E., P. 1,57,4).

511 Les serpents sont en particulier distingués des chiens enragés (Philumen., Ven. 1, 1 et 1, 2) ; d’où le titre de l’ouvrage de Damocrate, ap. Gal., Antid. 14, 191, 7 : πρóς έρπτά καί λνσσδήκτoνς (cf. Gal., Met. med. 10, 244,9). On trouve une synthèse exceptionnelle : κυνυῶν ίoβóλων (Ph., Prob. 1, 90, 4). Notons que tous les serpents ne sont pas tenus pour venimeux (voir Philum., Ven., 1, 30 :δράκων.τò ζῷoν τoῦτo oύκ ἕστιν µὲν ἰoβóλoν).

512 Damocrate, ap. Gal., Comp. med. 13, 821, 6. Mais ce n’est pas toujours le cas (comparer Gal., Comp med. 13, 802, 17 et Damocrate, ap. Gal., Antid., 14, 200,6).

513 Damocrate, ap. Gal., Antid. 14, 191,7.

514 Orph., H 1, 12, 16 : πτηνoῖς τ’ίoβóλoις (cf. Hdn., Div Marc. 3, 9, 5, 5 : πτηνῶν, µικρῶν µἐν ίoβóλων δὲ θηρίων.

515 Dsc. 3, 99, 1, 5 : ἐπί τῶν ίoβóλων καὶ µάλιστα τῶν θαλασσίων. Voir aussi Julius Africanus, Broderies 3,25 : <il faut utiliser> du bitume contre les blessures des animaux marins venimeux (ἰoβóλων ἐνύδρων ζῴων)”. L’adjectif ίoϕóρoι apparaît comme un synonyme dans Opp., H 2, 422 : “les poissons venimeux (ίoϕóρoι νεπóδων)”.

516 Gal., Intr. 14, 682, 4. Par métaphore, l’adjectif est aussi appliqué à des hommes malfaisants : Clem. Alex., Protr. 4, 3, 2 ; des hommes : Orac. Sib. 1, 14, 66 ; ibid. 1, 14, 81 ; ibid. 1, 13, 120 ; ibid. 1, 13, 100 ; ibid. 1, 12, 40 (etc.) ; cf. Ph., leg. 89, 7 : ἰoβóλoις ψυχαῖς.

517 Le mot θηράϕίoν est un hapax et son sens hypothétique. Il pourrait s’agir d’un terme désignant un arachnide, d’après le terme rare θὴραϕoς (voir Cyranides, 2, 16).

518 Voir Gal., Antid. 1, 14,90, 15 sq. (voir aussi la scolopendre : Noumenios ap. Ath., 7, 304 f).

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540