Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Individu, récit, histoire

 | 
Maryline Crivello
, 
Jean-Noël Pelen

Le moi face à l'histoire

François Mitterrand : l’individu, le président et l’histoire

Patrick Garcia

Texte intégral

  • 2 Sur le rapport de François Mitterrand à l’histoire lire : Christian-Marc Bosseno, « Du temps au tem (...)

1Ce goût de l’histoire2 évoqué dans l’entretien avec François Bédarida s’est effectivement manifesté de manière constante tout au long de la vie de François Mitterrand et sous différentes formes :

    • 3 François Mitterrand, Ici et maintenant, Conversations avec Guy Claisse, Paris, Fayard, 1980.
      Guy Cla (...)

    En faveur de son enseignement tout d’abord. François Mitterrand prend ainsi fermement position en 1980 contre le statut fait à l’histoire dans ce qu’il est convenu d’appeler la réforme Haby3. Puis, en 1984, devenu président de la République, par la voix du porte-parole du gouvernement Max Gallo, il évoque en conseil des ministres le risque de perte de la mémoire collective des nouvelles générations et s’en émeut.

    • 4 Ce faisant il s’inscrit dans la continuité des institutions de la Ve République. Ainsi, depuis l’ad (...)
    • 5 Cf. Patrick Garcia, Le Bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémorat (...)
    • 6 C’est vraisemblablement en raison de l’opposition de l’église catholique qui choisit de boycotter l (...)
    • 7 Voir par exemple Georges-Marc Benamou, Mémoires interrompus, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 22-24.
    • 8 Cf. François Mitterrand, De l’Allemagne, de la France, Paris, Odile Jacob, 1996, ou encore les entr (...)

    En considérant que le discours sur l’histoire est un élément du domaine réservé du président ensuite4. C’est le cas, par exemple, lors du Bicentenaire de la Révolution française où presque aucun espace n’est laissé au premier ministre Michel Rocard. Ce dernier est, il est vrai, sensible aux thèses de François Furet, alors que le président défend plutôt une ligne commémorative en phase avec l’historiographie classique, ce dont témoigne aussi bien la tonalité de ses discours que l’hommage personnel rendu le 6 juillet 1989 à Michel Vovelle5. Il faut la maladie pour qu’il délègue à un autre premier ministre, Pierre Bérégovoy, le soin d’ouvrir le grand colloque consacré à la République en 1992, ou des circonstances particulières pour qu’il cède en ce domaine la parole à l’un de ses ministres, ainsi Jack Lang en décembre 19896 lors des panthéonisations du Bicentenaire ou bien encore Robert Badinter le 16 juillet 1992 lors du cinquantième anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv’. Qui plus est, régulièrement, Mitterrand n’hésite pas à montrer son goût pour l’histoire et sa culture historique7voire à se faire historien pour mettre sa politique en perspective8.

    • 9 Cf. Patrick Garcia, « Valéry Giscard d’Estaing, la modernité et l’histoire », in Claire Andrieu, Ma (...)

    Ce goût de l’histoire prend des formes symboliques et publiques : que l’on songe à la cérémonie inaugurale de son mandat du 21 mai 1981 au Panthéon qui se veut une réinscription dans l’histoire, en contraste avec l’attitude de son prédécesseur9, puis, par la suite, au réinvestissement du Panthéon comme lieu de la liturgie républicaine ou bien encore à l’importance accordée aux commémorations historiques.

  • Gestes publiques. Gestes intimes aussi. C’est au milieu des historiens que, après avoir quitté les chefs d’État, François Mitterrand prend place pour assister à la revue Goude le 14 juillet 1989…

2Au demeurant le recours à l’histoire est nettement et régulièrement théorisé :

  • 10 6 juin 1994, conférence de presse commune avec Helmutt Kohl.

« La trace souterraine de l’Histoire est opiniâtre et, qu’il s’agisse des peuples ou des individus, l’amnésie volontaire n’est jamais une bonne solution. C’est au contraire le passé assumé qui peut nourrir durablement la volonté politique. »10

3Pourtant c’est l’histoire – la sienne propre et celle de la France pendant la Seconde Guerre mondiale – qui met singulièrement François Mitterrand en difficulté à la fin de son mandat. C’est sur cette séquence qui va de 1992 à 1995 et connaît son acmé en 1994 que j’ai choisi de centrer cet article. Ce faisant mon propos n’est pas d’ordre biographique : écrire l’histoire « vraie » de l’attitude de François Mitterrand pendant l’occupation est un dossier abondamment instruit et sur lequel il ne reste que peu de zones d’ombre. Il est d’étudier la façon dont Mitterrand présente son passé et ce que ses propos, à cette occasion, disent de son rapport personnel à l’histoire et de celui, plus général, de la société française dans les années 1990. Pour être plus précis, il s’agit de mettre en perspective deux types de présentification du passé qui s’affrontent, se heurtent et se répondent dans l’espace public.

  • 11 Olivier Wieviorka, Nous entrerons dans la carrière. De la Résistance à l’exercice du pouvoir, Paris (...)
  • 12 Laure Adler, L’année des adieux, Paris, Flammarion, 1995.
  • 13 Jacques Attali, Verbatim I, Paris, Fayard, 1993, Verbatim II et III, 1995 ; C’était François Mitter (...)
  • 14 Pierre Péan, Dernières volontés, derniers combats, dernières souffrances, Paris, Plon, 2002.

4Pour y parvenir je me suis appuyé en premier lieu sur les multiples interviews du chef de l’État – qu’elles soient télévisées – entretien avec Jean-Pierre Elkabbach du 12 septembre 1994, entretiens diffusés après son décès dans le cadre des cinq volets de Conversations avec un président conduits par le même journaliste – ou accordées pour le Figaro à Franz-Olivier Giesbert, ainsi qu’aux entretiens avec Olivier Wieviorka, Elie Wiesel ou Georges-Marc Benamou édités sous forme de livres11. J’y ai adjoint un certain nombre de biographies – dont celle de Laure Adler12– et les témoignages de Jacques Attali13 ou de Pierre Péan14, ainsi que les réactions contemporaines, elles aussi multiples, aux propos du président.

5À ce stade de mon travail, je n’ai pas encore eu recours aux éventuelles archives de François Mitterrand concernant ce sujet ni effectué d’enquête orale complémentaire.

Le contexte d’énonciation

Retours sur « un passé qui ne passe pas »

6Quitte à être elliptique, il convient de rappeler que l’évocation publique de la vie de François Mitterrand pendant l’Occupation (le terme est employé à dessein) est indissociable de la façon dont est relu, à partir du milieu des années 1970, le passé collectif de la France durant la même période – soit, pour aller à l’essentiel, le retour sur Vichy, la mise en évidence de sa politique de collaboration volontaire avec l’Allemagne et de son projet politique autonome, l’attention et la place nouvelles accordées à la législation antisémite française et surtout à la complicité de la France dans le génocide des juifs, via les rafles et la déportation vers les camps allemands, de juifs étrangers ayant trouvé asile en France comme de juifs de nationalité française.

7Ce retour sur Vichy s’est effectué suivant plusieurs modalités distinctes :

    • 15 Robert O. Paxton, La France de Vichy 1940-1944, Paris, Seuil, 1973.
    • 16 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1987 (1e édition). Lire aussi (...)

    le travail des historiens qui rencontre avec la publication de l’ouvrage de Robert O. Paxton15 l’intérêt du public et qui s’amplifie considérablement au cours des années 1980 notamment au travers de l’interprétation proposée par Henry Rousso qui relit, en utilisant des concepts issus de la psychanalyse, la façon dont la France a progressivement métabolisé le souvenir de Vichy après l’avoir refoulé16 ;

  • la constitution d’associations mémorielles, notamment celle présidée par Serge Klarsfeld, « Les fils et les filles de déportés juifs de France », dont l’action multiforme porte aussi bien sur l’établissement de la liste des déportés juifs, l’entretien du souvenir de cette déportation – et partant ses formes de reconnaissance publiques – que sur l’engagement de poursuites judiciaires au titre de partie civile ;

  • la réalisation de films – l’emblématique Chagrin et la pitié – ou d’émissions de télévision ;

  • la tenue de procès (Klaus Barbie et Paul Touvier) ou l’engagement de procédures judiciaires (Jean Leguay, René Bousquet et enfin Maurice Papon).

  • 17 Cf. Peter Novick, L’holocauste dans la vie américaine, Paris, Gallimard, 2001 pour la traduction fr (...)
  • 18 Cf. Daniel Levy and Natan Sznaider, The Holocaust and Memory in the Global Age, Philadelphie, Templ (...)

8Soit un ensemble de manifestations qui participent elles-mêmes – avec leur spécificité – d’une modification du statut mondial de la Shoah et de son imprégnation mémorielle, de la série télévisée Holocauste (1978) au film de Steven Spielberg La liste de Schindler (1994), à la multiplication des musées dans et hors même de la zone géographique17concernée par le génocide, modification du statut mondial dont l’ampleur des célébrations du soixantième anniversaire de la libération d’Auschwitz constitue un bon indice tendant à faire de ce site le lieu fondateur de la contemporanéité… et le paradigme de la mémorialisation de l’histoire18.

  • 19 Beate Klarsfeld est nommée à titre exceptionnel en raison, notamment, de son rôle dans l’extraditio (...)
  • 20 D’après Jacques Attali, C’était François Mitterrand, op. cit., p. 372.
  • 21 En 1993 un décret instaure une commémoration annuelle des rafles : « Décret n° 93-150 du 3 février (...)

9Ce mouvement national et international, ici réduit à quelques traits, qui rencontre la sensibilité publique autant qu’il l’exprime, conduit, en France, l’État et en premier lieu le président Mitterrand à prendre position sur les modalités d’entretien du souvenir. Pour se limiter à ceux qui ont soulevé des différends (c’est-à-dire en excluant notamment l’extradition de Klaus Barbie19 ou l’aide apportée à la réalisation du film de Claude Lanzmann Shoah20), mentionnons la signification à donner à la commémoration de la rafle du Vel’ d’hiv qui prend en 1992 le caractère d’une commémoration officielle et qui est généralisée et institutionnalisée l’année suivante21, les questions soulevées par le dépôt d’une gerbe présidentielle sur la tombe du Maréchal Pétain à l’île d’Yeu et l’attitude l’État à l’égard des instructions judiciaires dont la lenteur peut laisser supposer qu’elles seraient freinées.

  • 22 Pierre Péan, Une jeunesse française. François Mitterrand 1934-1947, Paris, Fayard, 1994.

10En 1994 ces questions, que l’on peut qualifier d’ordre public, et qui relèvent, au moins pour les deux premières, de la définition d’une politique de la mémoire prennent, avec la publication du livre de Pierre Péan, Une jeunesse française22 qui traite l’attitude de François Mitterrand pendant la Seconde Guerre mondiale, un tour privé. Il n’y a plus seulement un pays face à une histoire, dont on s’accorde désormais, à la suite d’Henry Rousso, à considérer qu’elle a été « refoulée », mais aussi l’histoire propre d’un individu devenu président de la République sur lequel est jeté le soupçon. Il en résulte une question : en quoi l’itinéraire passé de l’individu Mitterrand dicte-t-il les choix mémoriels et la vision de l’histoire du président ?

Fin de mandat, fin de vie

11L’état de santé du président est le deuxième élément de contexte à prendre en compte. Non seulement il s’agit d’un président en fin de mandat, soumis à une seconde cohabitation et dont on sait qu’il ne se représentera pas, mais aussi d’un homme dont la maladie a été rendue publique et dont le temps est compté.

  • 23 La fin du second septennat de Jacques Chirac en donne un nouvel exemple.
  • 24 Journal télévisé, Soir 3, 12 septembre 1994.

12Ce contexte joue à deux niveaux. À l’évidence il libère les détracteurs du président23 qui peuvent être d’anciens admirateurs. Ainsi, au reproche que lui adresse Franz-Olivier Giesbert quant à la tonalité de ses propos sur François Mitterrand que l’éditorialiste du Figaro et ancien biographe du président relie au fait que ce dernier est malade et va se retirer de la politique, Olivier Duhamel répond, en substance, qu’il faut bien commencer en France à regarder les présidents autrement. Il soutient que, dans cette perspective, la mise en cause d’un président malade et affaibli est une première étape qui inaugure un nouveau rapport au pouvoir24. De façon plus générale la distance ainsi prise peut apparaître comme le gage d’une indépendance, d’une liberté de ton et de réflexion face aux puissants.

  • 25 Dans l’éditorial du Monde du 9 septembre 1994 intitulé « Ne pas banaliser Vichy », Jean-Marie Colom (...)

13L’indication est importante. Elle ne résout pas pour autant une question lancinante qui revient dans les articles de presse comme un véritable leitmotiv25 : pourquoi avoir attendu si longtemps pour rendre public les aspects jugés coupables de la jeunesse de François Mitterrand ? Pourquoi maintenant ?

  • 26 En réponse à la question : « Aujourd’hui, au moment où vous en êtes de votre vie, et de votre deuxi (...)

14Ce contexte joue aussi au niveau de l’individu Mitterrand qui ne cesse, au cours de cette polémique, de revendiquer une entière sincérité et articule délibérément cette sincérité avec sa situation personnelle : il est entièrement libre de sa parole, n’étant plus tenu par aucune échéance électorale et étant presque arrivé au terme de sa vie. « J’ai une liberté absolue. Et rien ne me gêne26 », répond-il à Jean-Pierre Elkabbach au début de l’entretien télévisé du 12 septembre 1994 qu’il conclut en rappelant : « Je me trouve devant des échéances qui ont des rapports avec la sincérité ».

15Introduisant le livre d’entretien qu’il signe avec Elie Wiesel il est explicite :

« Lorsque le mandat s’achève, que l’œuvre s’accomplit, qu’avec l’âge l’horizon se rapproche, le besoin naît souvent de rassembler des pensées éparses et de confier à l’écriture le soin d’ordonner sa vie. Arrivé là où je suis, j’éprouve moi aussi, maintenant, la nécessité de dire en quelques mots trop longtemps contenus ce qui m’importe : tel est l’objet de ce livre. »

  • 27 Thomas Ferenczi lui en fait grief : « En définitive, c’est peut-être par son rapport à l’Histoire q (...)

16Au demeurant il multiplie les entretiens, rédigeant en quelque sorte ses mémoires « par personne[s] interposée[s]27 ». Si parfois ses interlocuteurs signalent son agacement à les entendre le questionner sur ses relations avec René Bousquet et plus généralement sur son rôle à Vichy, il insiste auprès d’Elie Wiesel pour que celui-ci l’interroge à ce propos. C’est ce qu’il déclare à Bernard Pivot lors de l’émission Bouillon de culture du 14 mai 1995 dont il est l’invité.

Bernard Pivot : « …Votre conversation devient âpre, pour ne pas dire dure, avec Elie Wiesel lorsqu’il vous demande de vous expliquer sur vos relations avec René Bousquet ? »
François Mitterrand : « Alors, permettez-moi de vous dire, pour l’exactitude de l’histoire, qu’au moment où il fallait imprimer ce livre, j’ai dit : “Moi je n’accepte pas de publier ce livre si vous ne me posez pas de question sur cette affaire Bousquet alors que vous vous êtes exprimé à New York sur ce sujet. Sinon, il n’y aura pas de livre.” Donc, comme nous avons des relations amicales, ce n’était pas comminatoire, j’ai beaucoup d’estime pour lui, de sympathie intellectuelle et morale. Donc, de ce fait, il a introduit quatre ou cinq questions... »

  • 28 « Personne ne peut dire : je serai là dans six mois. Personne. » Entretien télévisé du 12 septembre (...)
  • 29 Ibid.

17François Mitterrand, en fin de mandat et sachant ses jours comptés – ce dont il lui arrive de jouer avec humour avec ses interlocuteurs28 – joue la carte de la transparence. Il répète à l’envie : « Je n’ai rien à cacher. Je n’ai strictement rien à cacher29 ». Cela vaut pour sa maladie – même s’il se refuse à faire état de sa souffrance (« ça ne vous regarde pas » dit-il à deux reprises à Jean-Pierre Elkabach) – comme pour son comportement pendant l’Occupation. Au demeurant les deux dimensions s’entremêlent et les entretiens à partir de 1994 s’ouvrent presque rituellement sur l’état de santé du président avant que ne vienne l’évocation de Vichy et des amitiés qu’on lui reproche.

  • 30 Conversations avec un Président. Le premier entretien est enregistré le 29 mars 1993. Ils seront di (...)

18Mieux, c’est Mitterrand qui est lui-même à l’origine de ce questionnement puisqu’il reçoit plusieurs fois Pierre Péan et répond à toutes ses questions de la même façon qu’il sollicite l’entretien télévisé avec Jean-Pierre Elkabbach du 12 septembre 1994 avec lequel il réalise aussi une série d’entretiens filés depuis plusieurs mois qui ne doit être diffusée qu’après qu’il aura quitté ses fonctions30.

François Mitterrand metteur en scène de son passé ?

Posture

19L’ensemble des entretiens que François Mitterrand accorde au sujet de Vichy à partir de 1994 comporte un leitmotiv : l’incommunicabilité du passé. La génération qui n’a pas connu la guerre ne peut la comprendre. Cette attitude n’a, en elle-même, rien d’exceptionnel. Elle participe de la disqualification ordinaire des objectivations historiennes par des acteurs devenus témoins. Elle prend cependant dans ce cas précis un autre relief dans la mesure où elle mêle inextricablement ce qui peut apparaître comme un plaidoyer pro domo et une lecture de l’histoire nationale qui répond à des choix politiques dictés par une fonction.

  • 31 Georges-Marc Benamou, Jeune homme, vous ne savez pas de quoi vous parlez, op. cit.

20Elle constitue en tout cas le cœur de l’argumentaire mitterrandien face à la relecture de Vichy, de l’Occupation et de sa propre action pendant cette période. Georges-Marc Benamou, qui a rédigé un livre d’entretien avec François Mitterrand, Mémoires interrompus, en a même fait le titre de l’un des deux autres ouvrages qui commentent cette rencontre : Jeune homme, vous ne savez pas de quoi vous parlez31. Dans le corps du texte, il restitue cette citation de François Mitterrand dans son contexte :

« Jeune homme, vous ne savez pas de quoi vous parlez. Ici tranquillement, en temps de paix. Cinquante ans après, vous jugez sans savoir, sans connaître le contexte de l’époque, sans savoir qu’il fallait sauver sa peau… ».

  • 32 Jacques Attali, C’était François Mitterrand, op. cit., p. 410.
  • 33 Ibid., p. 411.

21Jacques Attali fait état à plusieurs reprises de la même réaction. « Quiconque ne l’a pas vécue ne sait rien de cette époque32 », « Vous n’avez pas connu cette période, vous ne pouvez pas comprendre33 », lui aurait déclaré François Mitterrand.

22Dans l’entretien du 12 septembre, François Mitterrand se veut pédagogue. À six reprises il s’adresse au sujet de Vichy à Jean-Pierre Elkabbach en lui disant « Savez-vous ? » À d’autres moments, il s’étonne : « Quelle idée vous faites-vous ? », « De quoi me parlez-vous ? ».

  • 34 Jean-Pierre Elkabbach le lui rappelle : « Vous avez été témoin, vous avez été acteur ».
  • 35 Georges Kiejman a été ministre délégué auprès du Garde des Sceaux, ministre de la Justice du 2 octo (...)

23Devenu témoin parce qu’ayant été acteur34, il pourfend de toute la vivacité dont il est capable l’anachronisme qui, selon lui, préside aux déclarations de ses détracteurs qui « considèrent aujourd’hui le vraisemblable comme le vrai », pour reprendre une critique que Georges Kiejman35 adresse à Serge Klarsfeld sur le plateau d’Antenne 2 au lendemain de la prestation télévisée du chef de l’État.

24Au demeurant c’est bien un souci de pédagogie qui anime le président de la République puisqu’il s’adresse le 12 septembre 1994 « aux honnêtes gens de la base qui m’aiment bien, que j’aime bien », pour leur permettre de comprendre et ainsi retisser le lien qui l’unit à eux. Dans cette perspective, bien que venant « comme ça », « sans notes » – il montre la table vide – à la façon d’une déposition au tribunal, il récuse à la fois la métaphore du procès et celle de la confession.

Jean-Pierre Elkabach : « …Mais cette fois, c’est vous qui passez en quelque sorte à la confession publique. »
Le président : « Confession ? Ce n’est pas une confession, non. Je n’ai pas écrit mes mémoires, moi. Si je les avais écrites, elles auraient été différentes. Mais, j’ai répondu aux questions d’un journaliste dont j’estime la capacité professionnelle et la morale personnelle. C’est quand même un peu différent. Il y a beaucoup d’appréciations de Pierre Péan que je n’aurais pas faites en mon nom. »

25Ce qui n’empêche pas Jean-Pierre Elkabach de conclure : « Merci de cette conversation, peut-être une confession », ni d’ailleurs la retranscription officielle du dialogue d’éliminer cette dernière phrase… Car en définitive telle est bien la fonction de l’émission : faire tout dire au vieux président de son passé… Or malgré son éducation chrétienne François Mitterrand refuse catégoriquement de reconnaître la moindre faute : ni repentance personnelle, ni repentance nationale. Il sollicite la compréhension historienne de cet épisode de sa vie et plus généralement du passé national mais ne demande aucune absolution pour des pêchés qu’il nie avoir commis ou qui ne sont pas à ses yeux des fautes allant souvent jusqu’à se décerner un satisfecit :

« Cherchez des gens qui furent plus rapides que moi [à entrer en résistance]. Il y en a eu, bien sûr, dès 1940, et ce furent des gens admirables. Mais enfin, je crois pouvoir dire que je n’ai pas été le dernier ».

  • 36 Jean-Pierre Elkabach : « On va à nouveau vous demander d’ici à juillet que la France présente des e (...)

26Ajoutons qu’il considérerait vraisemblablement une attitude différente de celle qu’il adopte comme indigne de sa fonction. La parole de l’individu Mitterrand est tenue par la façon dont celui-ci conçoit la fonction qu’il exerce : la France ne se confesse pas, elle ne fait pas repentance36.

27Cette posture générale faite de transparence et de résistance le conduit en retour à s’en prendre à ses détracteurs. Ainsi dans Le Figaro du 8 septembre :

« Ceux qui écrivent à ce sujet, j’aurais voulu les voir avec moi […]. J’aurais aimé avoir mes détracteurs pour compagnons quand […] ». Dans le quatrième volet des Conversations avec un président enregistré en mars-avril 1994 il est encore plus explicite : « Non, je supporte très bien cette critique parce que moi je me sens sûr de moi. Je sais qu’elle a été mon attitude et quels ont été mes actes en 1940 et 1945. Eux je ne sais pas très bien ce qu’ils auraient fait s’ils avaient vécu à cette époque […]. Qu’est-ce qui autorise à parler une génération qui n’a absolument pas vécu ces événements ? […] Je suis allé en Angleterre, je suis allé en Algérie, je suis revenu en France pendant les combats, alors ça suffit. […] J’ai en plus été l’un des quinze hommes choisis par le général de Gaulle pour assurer la transition au moment de la libération de Paris au mois d’août 1944. Alors qu’est-ce que c’est que ces bavards, ces…, ces malveillants qu’est-ce que ça veut dire ? J’ajoute que – auraient-ils vécu à cette époque-là à voir leur type de caractère… en général les inquisiteurs sont des lâches »

28phrase retenue pour être le titre de l’émission.

29Simple effet de plaidoirie ? Je reviendrai sur cette traque de l’anachronisme et sur la disqualification des détracteurs qui en résulte, plus loin et sous un autre angle. Pour l’instant il faut évoquer les points d’achoppement du discours mitterrandien.

Les couleurs changeantes du passé

  • 37 Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l’histoire, Paris, Seuil, 1977.
  • 38 Catherine Nay, Le noir et le rouge ou l’histoire d’une ambition, Paris, Grasset, 1984.
  • 39 François Mitterrand, Ma part de vérité : de la rupture à l’unité, entretien avec Alain Duhamel, Par (...)

30Lorsque paraît en 1994 le livre de Pierre Péan Une jeunesse française, bien des aspects du passé de François Mitterrand ont déjà été évoqués, tant sur les bancs de l’assemblée nationale quand certains rappellent la francisque qu’il a reçue, que dans les colonnes de la presse d’extrême droite ou dans certaines biographies dont celles de Franz-Olivier Giesbert37 ou de Catherine Nay38. Lui-même a esquissé un portrait de sa jeunesse en 1969 dans le cadre d’un entretien avec Alain Duhamel intitulé Ma part de vérité39.

  • 40 Ma part de vérité, op. cit., p. 15 de l’édition de 1986.
  • 41 Ibid, p. 18.
  • 42 Ibid, p. 20.

31Si on prend ce dernier récit autobiographique pour référence, les inflexions apportées en 1994 sont nombreuses et précisent bien des points sur lesquels le président ne s’appesantissait pas en 1969. On peut ainsi lire en 1969 que son milieu familial est singulièrement dépolitisé. « Lorsqu’on allait à la messe et qu’on refusait de s’associer aux arrogances, aux injustices de la droite, on était de nulle part. Tel était le cas de mon père40. » S’il évoque à cette date l’accusation lancée par Michel Debré « d’accointances passées (et supposées) avec l’extrême droite » il l’écarte, l’accusé n’ayant pas de lui-même à faire la preuve de son innocence et écrit : « S’il est vrai que j’eusse été d’extrême droite dans ma jeunesse je jugerais plus honorable d’être où je suis aujourd’hui que d’avoir accompli le chemin inverse41 ». Puis il poursuit : « Rentré en France [après l’évasion du camp de prisonniers de guerre où il était détenu], je devins résistant, sans problème déchirant. »42

32Ce livre est évoqué par Jean-Pierre Elkabbach lors de l’entretien du 12 septembre 1994 : « …Quand vous avez écrit Ma part de vérité, que vous avez rédigé vous-même, vous ne racontiez pas tout dans le détail ? » François Mitterrand lui répond :

« Mais ce n’était pas du tout un livre de souvenirs. C’était une conversation que j’avais eue avec Alain Duhamel, et je répondais aux questions qu’il me posait. Il ne s’agissait pas du tout d’être exhaustif. »

33Au demeurant Mitterrand a raison. Certes le texte pratique l’art d’éluder mais ce n’est pas un texte véritablement autobiographique régi, en dépit de son titre, par un quelconque pacte de vérité.

34On pourrait se livrer ici au petit jeu des rectifications mais celui-ci est inutile d’autant que François Mitterrand lui-même s’y emploie dans les entretiens avec Elie Wiesel, Mémoire à deux voix, et dans ceux avec Georges-Marc Benamou, Mémoires interrompus, complétant, précisant et corrigeant certains éléments de son intervention télévisée dont la véracité a été mise en doute. Au demeurant est-ce vraiment le détail des actions qui fait problème ou bien une certaine lecture de l’histoire ?

Ce qui a fait scandale

Des mises en cohérence symétrisables ?

35À suivre les débats contemporains des interventions présidentielles comme à lire les ouvrages publiés par la suite, force est de constater qu’ils révèlent une ligne de fracture nette tant vis-à-vis du président que vis-à-vis de la manière de gérer la mémoire de Vichy.

  • 43 « Vous me dites les lois anti-juives, il s’agissait – ce qui ne corrige rien, et ne pardonne rien – (...)
  • 44 Question : « Quand vous lisez que vous avez quelquefois recommandé, même oralement, Monsieur le Pré (...)
  • 45 Cf. Éric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994 (nouvelle édi (...)
  • 46 Emmanuel Faux, Thomas Legrand, Gilles Perez, La main droite de dieu. Enquête sur François Mitterran (...)

36Quitte à schématiser, un premier massif, incarné par Serge Klarsfeld et un fort contingent de déçus du mitterrandisme, tend à penser que le passé de l’individu Mitterrand éclaire l’action du président Mitterrand. Ainsi le refus réitéré de présenter des excuses au nom de la France pour la rafle du Vel’ d’hiv’ prend sens au regard de l’ignorance dans laquelle le président dit avoir été de la législation antisémite de Vichy et du fait que, selon lui, celle-ci ne concernait que les juifs étrangers43. De même la difficulté à obtenir la traduction en justice de Paul Touvier ou de René Bousquet est imputée à François Mitterrand : ce dernier déclare, lors de l’entretien avec Elkabach, avoir dit à ses ministres de freiner ce genre de procédure44 – ce qu’aucun d’entre eux ne reconnaît par la suite avoir fait – et maintient le jugement positif porté sur la personnalité de Bousquet rapporté par Pierre Péan. Toujours dans cette logique de mise en cohérence, le dépôt de la gerbe présidentielle sur la tombe du maréchal Pétain prend un autre sens, dès lors que le chef de l’État, qui reconnaît avoir servi le maréchal et n’y voit qu’un effet de la complexité de l’époque, rend le geste régulier quand celui-ci restait exceptionnel chez ses prédécesseurs45. Allant plus loin dans cette mise en cohérence, les auteurs de La main droite de dieu46 vont jusqu’à soutenir que la montée en puissance du Front national prend sa source dans le passé extrémiste (ou supposé tel) du président !

  • 47 Jacques Attali, C’était François Mitterrand, op. cit., p. 399.

37D’autres désarrois proviennent du sentiment d’avoir été les dupes de Mitterrand. C’est très net chez Jacques Attali qui ne peut supporter que le chef de l’État ait rencontré Bousquet et l’ait même invité à manger à la table où il se trouvait47

Une lecture complotatoire

  • 48 Laure Adler, L’année des adieux, op. cit.
  • 49 Pierre Péan, Dernières volontés, derniers combats, dernières souffrances, op. cit.

38Du côté de l’Élysée, à lire Laure Adler48 ou Pierre Péan49 – et même dans une certaine mesure Jacques Attali – la mise en cohérence des réactions n’est pas moins forte. Pour aller à l’essentiel, il semble que le retentissement donné aux informations extraites d’Une jeunesse française ait été interprété comme une conséquence directe de la politique proche-orientale de François Mitterrand et de son action à la fois pour garantir la sécurité d’Israël mais aussi pour permettre la naissance d’un État palestinien. Dans cette perspective le sauvetage d’Arafat au Liban en 1982 constituerait un point de retournement de ceux qui entendent parler au nom d’une communauté juive France. Cette thèse semble étayée par le fait que c’est le Bétar – la jeunesse du Likoud – qui fournit les contingents qui sifflent et huent Mitterrand le 16 juillet 1992, comme ils avaient manifesté aux cris de « Mitterrand complice » aux lendemains de l’attentat de la rue des Rosiers (1982). Dans son ouvrage Dernières volontés, derniers combats, dernières souffrances, Pierre Péan insiste sur cette dimension et considère les polémiques qui ont accompagné les entretiens accordés par François Mitterrand comme un effet de la lutte pour conduire à une relecture de la Seconde Guerre mondiale à travers la centralité de la Shoah.

Relire une polémique ?

39Ce dernier argument mérite toute l’attention. En effet qu’est-ce qui fait scandale dans l’attitude de François Mitterrand ? Ce n’est pas d’avoir été un temps maréchaliste, voire pétainiste, pour devenir d’abord vichysso-résistant puis résistant tout court. Certes le souvenir du giraudisme est bien effacé, mais il n’aurait s’agit alors que d’enrichir la grille de lecture commune de la résistance intérieure pour y replacer des composantes connues le plus souvent des seuls historiens. Au demeurant cet itinéraire n’était pas dépourvu de risque, loin s’en faut.

  • 50 Rapporté par Georges-Marc Benamou, Mémoires interrompus, op. cit., p. 155-156.
  • 51 Jacques Attali, C’était François Mitterrand, op. cit., p. 406.

40Ce qui fait d’abord scandale, outre le fait de fréquenter d’anciens hauts responsables de Vichy – ce que lui-même n’a jamais vraiment été –, c’est de ne pas lire la Seconde Guerre mondiale, non pas seulement comme les militants de la mémoire juive, mais comme la plupart de ses contemporains. De fait François Mitterrand continue de lire la guerre, l’occupation et Vichy comme on pouvait le faire en 1945 en insistant sur le combat patriotique et la résistance, notamment la résistance intérieure, trop peu étudiée selon lui. Son camp de référence n’est pas Auschwitz mais Dachau dans lequel il s’est rendu quelques jours après la libération du camp et dont il évoque à chaque fois la souffrance des déportés et celle des soldats allemands abattus par les ex-détenus50. À aucun moment la Shoah n’est centrale dans son évocation de la guerre dans son ensemble ni même bien sûr dans son évocation de Vichy. Quand Jacques Attali lui fait relire un passage de Verbatim dans lequel le premier écrit à son sujet : « Fasciné par le destin du peuple juif, furieusement anti-hitlérien, il ne porte sur le génocide qu’un regard distant : ce n’est pour lui qu’un fait de guerre, pas une monstruosité de la nature humaine », sa réaction fut seulement, commente Attali dépité : « Ah bon ? Vous croyez ? »51

41Ce n’est évidemment pas qu’il soit un seul instant séduit par l’idéologie nazie mais sa grille de lecture est nationale, elle reste celle de ses années de formation. Et cette grille de lecture est articulée à une vision tournée vers l’avenir et fortement liée au projet européen dont l’axe doit être l’alliance franco-allemande.

42Commentant à chaud à la télévision l’interview par Jean-Pierre Elkabach du chef de l’État le 12 septembre 1994, Henry Rousso déclare : « Il n’a pas intégré le Bousquet que nous connaissons ». On ne peut que partager ce jugement. Mais il faut aller plus loin, il ne l’a pas intégré parce qu’il n’a pas intégré la guerre que nous connaissons.

  • 52 Olivier Mongin, dans un article très critique à l’égard de François Mitterrand, estime que : « Le p (...)
  • 53 Lors de l’entretien du 4 mars 1994 (diffusé le 10 mai 2001), Jean-Pierre Elkabach cite un extrait d (...)

43Il semble qu’à certains moments il soit comme prisonnier de sa mémoire historique52. Ainsi quand il évoque la « guerre civile permanente » que se livrent les Français, force est de penser à la phrase de Fustel de Coulanges dénonçant la « guerre civile en permanence » qui règne, selon ce dernier, dans l’historiographie française et qui serait la cause de la faiblesse du sentiment national, de la défaite de Sedan et de l’insurrection de la Commune. C’est d’ailleurs le précédent de la Commune que François Mitterrand invoque à plusieurs reprises pour justifier la nécessité du recours à l’amnistie pour engager la réconciliation française53. Il faut ici se garder de sourire car si le terme de « réconciliation française » est largement démonétisé en 1994, il a eu un sens fort pendant la majeure partie de la vie politique de François Mitterrand bien souvent marquée par un climat de guerre civile larvée. Mieux il fait partie de son bagage culturel : depuis la Révolution, gouverner la France c’est constamment conjurer la menace de l’affrontement intérieur.

  • 54 Cf. Georges-Marc Benamou, Mémoires interrompus, op. cit., qui rapporte ainsi les paroles de Mitterr (...)

44Ainsi les années 1990 mettent en opposition deux types de présentification du passé. L’une est celle de François Mitterrand, qui s’inscrit dans un registre traditionnel que conditionne la grille de lecture nationale. Dans celle-ci l’imprescriptibilité, la notion de droit d’ingérence humanitaire, la relecture de l’histoire à partir de la notion de droits de l’homme, toutes notions auxquelles il donne pourtant son aval et auxquelles il donne parfois leur élan, restent périphériques. Elles n’opèrent aucune reglobalisation du passé, ne redistribuent pas les cartes, ne modifient en rien la lecture globale du passé. La Seconde Guerre mondiale succède à la Première voilà tout et il faut réconcilier Français et Allemands comme il faut réconcilier les Français entre eux. C’est une grille de lecture dont l’échelle est la longue durée (« les mil ans de la France, de l’Allemagne ») et où la France elle-même devient « une personne » qui s’incarne, dans une étonnante synthèse vidalo-barrèsienne, dans ses paysages54.

45À l’aune de la nouvelle lecture du passé dans lequel Auschwitz est un événement négatif et fondateur, négatif mais fondateur de l’identité contemporaine, à l’aune d’une grille de lecture globalisée qui n’est plus assise de préférence et presque exclusivement sur la construction sédimentée des États, la conscience historique de Mitterrand ne pouvait que faire scandale.

46La logique de François Mitterrand aura été de ne jamais y déroger quitte, dans son dernier discours à Berlin le 9 mai 1995, à saluer de nouveau le courage des soldats allemands qui, même pour une mauvaise cause, accomplissaient ce que leur nation attendait d’eux.

« Je ne suis pas venu souligner la défaite, parce que j’ai su ce qu’il y avait de fort dans le peuple allemand, ses vertus, son courage, et peu m’importe son uniforme, et même l’idée qui habitait l’esprit de ces soldats qui allaient mourir en si grand nombre. Ils étaient courageux. Ils acceptaient la perte de leur vie. Pour une cause mauvaise, mais leur geste à eux n’avait rien à voir avec cela. Ils aimaient leur patrie. »

47Comment mieux dire la suprématie du national sur toute autre échelle de valeur ?

Conclusion

  • 55 Dans l’entretien avec Olivier Wieviorka, op. cit., comme de Gaulle il considère, en définitive, que (...)

48De 1992 à la fin de son second mandat François Mitterrand défend une ligne mémorielle qui, pour l’essentiel, s’inscrit dans la continuité de ses prédécesseurs55. Confronté à la mutation de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en tant que garant de la mémoire nationale, il accomplit les gestes nécessaires pour intégrer une partie de ce qui a été refoulé. Il est le premier président à se rendre à la cérémonie du Vel’ d’hiv’ dont il fait une commémoration officielle, il est aussi celui qui fait de la maison d’Izieu un lieu de la mémoire nationale, qui fait extrader Barbie, et pendant le mandat duquel – quelles que soient ses réserves personnelles – se tient le procès de Touvier… Mais il les fait comme à contretemps ou en tout cas il ne parvient pas à exploiter ces gestes politiquement, faute de trouver leur juste place dans sa conception et son discours sur cette période dont il a été acteur et témoin.

49De fait il me semble que c’est bien cette qualité de témoin qui le met en porte-à-faux puisque témoigner le contraint à une fidélité anachronique. Il dénonce les jugements de ceux qui ne peuvent, selon lui, pas savoir puisqu’ils n’y étaient pas, tandis que ces derniers le trouvent, au mieux, anachronique puisqu’il ne semble pas voir ce qui, à leurs yeux, est éclatant.

50En définitive François Mitterrand témoigne moins de lui-même que d’une mutation de la conscience historique qui le dépasse et qu’il ne comprend pas, une perception nouvelle de l’histoire dans laquelle la raison d’État comme les réajustements du roman national cèdent devant la notion d’imprescriptibilité fondée sur des valeurs universelles. Il apparaît ainsi comme arc-bouté sur une conception ancienne de l’histoire nationale… et de la politique. Car la non-réception de cette partie de son message, en dépit des multiples répétitions de celui-ci, traduit aussi une crise de la sacralité de la fonction présidentielle. Au cours des dernières années de son second mandat, François Mitterrand tourne une page : le président devient un individu qui ne doit plus rien taire des malheurs de son corps comme il doit rendre des comptes précis non seulement sur son action mais aussi sur son passé. En ce sens la cristallisation autour de l’itinéraire personnel de François Mitterrand, le décalage patent entre sa vision de l’histoire et celle d’une large partie de la société française constituent un indice et participent d’une mutation du rapport au politique. La discordance des régimes d’historicité, que nous avons soulignée, peut sans doute, dans cette perspective, être aussi considérée comme un symptôme d’une recomposition plus globale de la façon dont se pensent les sociétés européennes à la fin du XXe siècle.

Notes

2 Sur le rapport de François Mitterrand à l’histoire lire : Christian-Marc Bosseno, « Du temps au temps, l’inventaire historique du premier septennat de François Mitterrand (1981-1988) » in Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre, Danielle Tartakowsky (dir.), Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, p. 105-117.

3 François Mitterrand, Ici et maintenant, Conversations avec Guy Claisse, Paris, Fayard, 1980.
Guy Claisse : « J’imagine votre opinion sur le sort réservé à l’enseignement de l’Histoire… »
François Mitterrand : « Cet abandon qui me paraît incompréhensible me heurte dans mes goûts, dans l’idée que j’ai du savoir et dans mon ambition pour la communauté à laquelle j’appartiens. Le monde ne commence pas avec soi. Couper ses racines pour mieux s’épanouir est le geste idiot d’un idiot. Il n’y a pas d’imagination sans mémoire. » p. 151-152. Sur cette réforme des programmes d’histoire cf. Patrick Garcia et Jean Leduc, L’enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Armand Colin, 2003, p. 210-228.

4 Ce faisant il s’inscrit dans la continuité des institutions de la Ve République. Ainsi, depuis l’adoption de la constitution de 1958, la décision d’opérer un transfert au Panthéon relève exclusivement du président de la République. Cf. Patrick Garcia, « Les panthéonisations sous la Ve République : redécouverte et métamorphoses d’un rituel », in Maryline Crivello et Jean-Luc Bonniol (dir.), Façonner le passé, Aix-en-Provence, PUP, 2004, p. 101-118.

5 Cf. Patrick Garcia, Le Bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémoration, Paris, CNRS, 2000, notamment p. 61-75.

6 C’est vraisemblablement en raison de l’opposition de l’église catholique qui choisit de boycotter la cérémonie pour protester contre la panthéonisation de l’abbé Grégoire que François Mitterrand choisit de rester silencieux.

7 Voir par exemple Georges-Marc Benamou, Mémoires interrompus, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 22-24.

8 Cf. François Mitterrand, De l’Allemagne, de la France, Paris, Odile Jacob, 1996, ou encore les entretiens accordés à propos du défilé de l’Eurocorps le 14 juillet 1994.

9 Cf. Patrick Garcia, « Valéry Giscard d’Estaing, la modernité et l’histoire », in Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre, Danielle Tartakowsky (dir.), Politiques du passé, op. cit., p. 119-131.

10 6 juin 1994, conférence de presse commune avec Helmutt Kohl.

11 Olivier Wieviorka, Nous entrerons dans la carrière. De la Résistance à l’exercice du pouvoir, Paris, Seuil, 1994 (entretien avec François Mitterrand, p. 327-357) ; François Mitterrand, Elie Wiesel, Mémoire à deux voix, Paris, Odile Jacob, 1995 ; Georges-Marc Benamou, Mémoires interrompus, op. cit. ; Georges-Marc Benamou, Jeune homme, vous ne savez pas de quoi vous parlez, Paris, Plon, 2001.

12 Laure Adler, L’année des adieux, Paris, Flammarion, 1995.

13 Jacques Attali, Verbatim I, Paris, Fayard, 1993, Verbatim II et III, 1995 ; C’était François Mitterrand, Paris, Fayard, 2005.

14 Pierre Péan, Dernières volontés, derniers combats, dernières souffrances, Paris, Plon, 2002.

15 Robert O. Paxton, La France de Vichy 1940-1944, Paris, Seuil, 1973.

16 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1987 (1e édition). Lire aussi l’article qu’il consacre à l’usage de ces concepts : « Analyse de l’histoire. Analyse de l’historien », in « Michel de Certeau, histoire/psychanalyse. Mises à l’épreuve », Espaces Temps, 80/81, 2002, p. 126-133.

17 Cf. Peter Novick, L’holocauste dans la vie américaine, Paris, Gallimard, 2001 pour la traduction française.

18 Cf. Daniel Levy and Natan Sznaider, The Holocaust and Memory in the Global Age, Philadelphie, Temple University Press, 2006.

19 Beate Klarsfeld est nommée à titre exceptionnel en raison, notamment, de son rôle dans l’extradition de Barbie dans l’ordre de la légion d’honneur en 1984.

20 D’après Jacques Attali, C’était François Mitterrand, op. cit., p. 372.

21 En 1993 un décret instaure une commémoration annuelle des rafles : « Décret n° 93-150 du 3 février 1993 instituant une journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites commises sous l’autorité de fait dite “gouvernement de l’État français” (1940-1944) », puis l’année suivante un monument commémoratif, érigé sur l’emplacement du Vel’ d’hiv’, est inauguré le 17 juillet 1994 par François Mitterrand (Cf. Peter Carrier, Holocaust Monuments and National Memory Cultures in France and Germany, Oxford et New York, Berghahn, 2004).

22 Pierre Péan, Une jeunesse française. François Mitterrand 1934-1947, Paris, Fayard, 1994.

23 La fin du second septennat de Jacques Chirac en donne un nouvel exemple.

24 Journal télévisé, Soir 3, 12 septembre 1994.

25 Dans l’éditorial du Monde du 9 septembre 1994 intitulé « Ne pas banaliser Vichy », Jean-Marie Colombani s’émeut : « Pendant cinquante ans, la presse s’est contentée de la biographie officielle sans chercher au-delà ». Quelques jours plus tard Alain Rollat y revient dans les colonnes du même journal : « Il appartiendra aux historiens de résoudre ce mystère, d’autant plus paradoxal qu’il émerge en pleine ère médiatique ». Il précise : « à aucun moment, ni en 1965 ni en 1972, le passé de François Mitterrand n’est vraiment mis sur la sellette. Personne, nulle part, ni dans les milieux politiques ni ailleurs, ne se pose sérieusement la question de savoir s’il existe réellement une part d’ombre vichyssoise dans l’itinéraire du champion de la gauche unie. L’allusion à “sa” francisque n’est qu’un argument de tribune. La télévision publique, la machine de l’ORTF, dont l’État a le monopole et sur laquelle le gouvernement exerce un contrôle quotidien, s’abstient d’entrer dans ce jeu. On ne trouve aucune allusion à ces échanges de répliques dans les journaux télévisés, et, qu’elle se situe à droite, au centre ou à gauche, la presse écrite ne se montre pas plus curieuse que les organes gouvernementaux d’information. » « Le passé de François Mitterrand une image revisitée », Le Monde, 25 septembre 1994.

26 En réponse à la question : « Aujourd’hui, au moment où vous en êtes de votre vie, et de votre deuxième mandat présidentiel, vous pensez que vous pouvez avoir une liberté absolue pour tout dire ? »

27 Thomas Ferenczi lui en fait grief : « En définitive, c’est peut-être par son rapport à l’Histoire que François Mitterrand se distingue le plus du général de Gaulle. Là où l’un identifiait son destin à celui du monde, l’autre réfléchit, avec le concours d’interlocuteurs attentifs, sur sa morale personnelle. Là où le général de Gaulle bâtissait un mythe pour tenter de donner un sens aux tourmentes du siècle, François Mitterrand met un terme au roman de son existence ». « Mémorialiste par personne interposée », Le Monde, 15 avril 1995.

28 « Personne ne peut dire : je serai là dans six mois. Personne. » Entretien télévisé du 12 septembre 1994.

29 Ibid.

30 Conversations avec un Président. Le premier entretien est enregistré le 29 mars 1993. Ils seront diffusés en cinq volets en 2001. 3 mai 2001 : « On ne peut rien contre la volonté d’un homme » ; 4 mai « Le procès Bousquet n’aura pas lieu » ; 6 mai « Ce n’est pas mon affaire » ; 10 mai « En général les inquisiteurs sont des lâches », et « Jusqu’au dernier matin du dernier jour ».

31 Georges-Marc Benamou, Jeune homme, vous ne savez pas de quoi vous parlez, op. cit.

32 Jacques Attali, C’était François Mitterrand, op. cit., p. 410.

33 Ibid., p. 411.

34 Jean-Pierre Elkabbach le lui rappelle : « Vous avez été témoin, vous avez été acteur ».

35 Georges Kiejman a été ministre délégué auprès du Garde des Sceaux, ministre de la Justice du 2 octobre 1990 au 15 mai 1991 dans le gouvernement de Michel Rocard, c’est à ce titre que Serge Klarsfeld lui reproche d’avoir ralenti les procédures en cours lors d’une confrontation sur le plateau d’A2 midi le 13 septembre 1994, ce dont il se défend.

36 Jean-Pierre Elkabach : « On va à nouveau vous demander d’ici à juillet que la France présente des excuses. » François Mitterrand : « Ils attendront longtemps ils n’en auront pas. La France n’a pas d’excuses à donner ni la République. À aucun moment je ne l’accepterai. Je considère que c’est une demande excessive de gens qui ne sentent pas profondément ce que c’est que d’être français, l’honneur d’être français et l’honneur de l’histoire de France. » Conversations avec un président, volet 1.

37 Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l’histoire, Paris, Seuil, 1977.

38 Catherine Nay, Le noir et le rouge ou l’histoire d’une ambition, Paris, Grasset, 1984.

39 François Mitterrand, Ma part de vérité : de la rupture à l’unité, entretien avec Alain Duhamel, Paris, Fayard, 1969 (dernière réédition 1986). Il aborde aussi son passé dans un entretien donné à L’Expansion en 1972.

40 Ma part de vérité, op. cit., p. 15 de l’édition de 1986.

41 Ibid, p. 18.

42 Ibid, p. 20.

43 « Vous me dites les lois anti-juives, il s’agissait – ce qui ne corrige rien, et ne pardonne rien – d’une législation contre les juifs étrangers, dont j’ignorais tout. » (Entretien télévisé du 12 septembre 1994.)

44 Question : « Quand vous lisez que vous avez quelquefois recommandé, même oralement, Monsieur le Président de la République, à vos ministres de la justice de freiner les procédures judiciaires. » Le Président : « Absolument, c’est vrai pour ce genre de procédures judiciaires, c’est-à-dire celles qui ravivent toutes les plaies. J’en prends la responsabilité. Mon devoir est de veiller à ce que les Français se réconcilient au bout d’un certain temps. »

45 Cf. Éric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994 (nouvelle édition augmentée en 1996), p. 40-41. Les auteurs précisent que Charles de Gaulle, Georges Pompidou et Valéry d’Estaing n’avaient chacun fait déposer une gerbe qu’à une seule occasion et que c’est en fait « François Mitterrand qui a inauguré la tradition annuelle à partir de 1987, tous les 11 novembre sans exception ».

46 Emmanuel Faux, Thomas Legrand, Gilles Perez, La main droite de dieu. Enquête sur François Mitterrand et l’extrême droite, Paris, Seuil, 1991.

47 Jacques Attali, C’était François Mitterrand, op. cit., p. 399.

48 Laure Adler, L’année des adieux, op. cit.

49 Pierre Péan, Dernières volontés, derniers combats, dernières souffrances, op. cit.

50 Rapporté par Georges-Marc Benamou, Mémoires interrompus, op. cit., p. 155-156.

51 Jacques Attali, C’était François Mitterrand, op. cit., p. 406.

52 Olivier Mongin, dans un article très critique à l’égard de François Mitterrand, estime que : « Le président est anachronique, non parce qu’il serait un homme vieilli, d’un autre âge, mais parce qu’il n’éprouve pas le sentiment du temps historique ». Olivier Mongin, « La France de Mitterrand ou le royaume de l’anachronisme », Esprit, novembre 1994, p. 83-98, cit. p. 89. La question de l’anachronisme mitterrandien soulevée par cet auteur est centrale, même si à mon sens il ne faut pas la réduire à l’individu Mitterrand qui me semble au contraire représentatif d’une vision de l’histoire surdéterminée par l’échelle nationale.

53 Lors de l’entretien du 4 mars 1994 (diffusé le 10 mai 2001), Jean-Pierre Elkabach cite un extrait d’une interview de François Mitterrand donnée en 1991 : « Dans l’histoire de France il est rare que les grands déchirements n’aient pas été effacés par des amnisties ou des oublis volontaires dans les vingt ans qui les ont suivis ». Mitterrand enchaîne : « “Volontaires” – ceux ne sont pas des oublis naturels qui peuvent être condamnés. Oui c’est vrai, je cite le cas de la Commune qui a été le plus grand drame de notre histoire intérieure depuis les guerres de religion qui a provoqué plus de morts que la Révolution française de 89 et qui a vu dans les quinze ans qui ont suivi tous les Communards déportés et amnistiés. » Il développe la même idée dans des termes similaires dans l’entretien avec Olivier Wieviorka, Nous entrerons dans la carrière, op. cit., p. 350, et précise : « J’ai moi-même, au bout de vingt, fait amnistier les généraux rebelles d’Algérie. Cette mesure a été fort mal acceptée par beaucoup. Pourtant, je le répète, la durée de vingt ans, soit une génération, est rarement atteinte pour oublier les grands déchirements nationaux. » Cit. p. 351.

54 Cf. Georges-Marc Benamou, Mémoires interrompus, op. cit., qui rapporte ainsi les paroles de Mitterrand : « On aura compris, en lisant ces lignes, que la géographie pesait aussi lourd dans mon esprit que l’histoire. C’est une référence à laquelle je tiens. Mon patriotisme s’alimentait aux sources de la Dronne, de la Charente ou de la Vienne tout autant qu’aux coups d’éclat de Du Guesclin. Mon pays, ce sont d’abord des paysages, comme mes amours, mes amis sont d’abord des visages […]. Notre génération aura fait cent détours avant de comprendre que la France était une personne. » Cit. p. 24 et 28.

55 Dans l’entretien avec Olivier Wieviorka, op. cit., comme de Gaulle il considère, en définitive, que Vichy n’était pas la vraie France puisque : « Vichy se réclamait de valeurs nationales correspondant à une histoire réinventée » (p. 348, souligné par moi), et approuve l’attitude de Georges Pompidou vis-à-vis de Paul Touvier (p. 351).

Auteur

IHTP- CNRS/Université de Cergy-Pontoise

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540