Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Individu, récit, histoire

 | 
Maryline Crivello
, 
Jean-Noël Pelen

Expériences de soi et écritures de l'histoire

Georges Duby et l’ego-histoire

Bernard Cousin

Texte intégral

1En 1987, Pierre Nora sollicitait quelques historiens de renom pour écrire des essais d’« ego-histoire ». Il entendait contribuer à l’élaboration d’un nouveau genre qu’il définissait ainsi :

  • 1 Essais d’ego-histoire, réunis et présentés par Pierre Nora, Bibliothèque des histoires, Gallimard, (...)

« L’exercice consiste à éclairer sa propre histoire comme on ferait l’histoire d’un autre, à essayer d’appliquer à soi-même, chacun dans son style et avec les méthodes qui lui sont chères, le regard froid, englobant, explicatif qu’on a si souvent porté sur d’autres. D’expliciter, en historien, le lien entre l’histoire qu’on a faite et l’histoire qui vous a fait. »1

Le plaisir de l’historien

2Parmi les sept historiens qui ont accepté cet exercice, on trouve Georges Duby, qui ne s’est pas livré sans hésitation, ni restriction. Il prévient le lecteur d’emblée :

  • 2 Georges Duby, « Le plaisir de l’historien », dans Essais d’ego-histoire, op. cit., p. 109-110. Il (...)

« Tout de suite, ce point capital : je ne raconte pas ma vie. Il est convenu que je n’exhiberai dans cette ego-histoire qu’une part de moi. L’ego-laborator, si l’on veut, ou bien l’ego-faber. Parce que je ne parle pas de peinture, par exemple, de théâtre ni de musique, parce que je ne dis rien de ceux que j’aime, il est bien évident qu’ici l’essentiel est tu. »2

  • 3 Ibid., p. 111.
  • 4 On peut remarquer qu’en évoquant cette première partie de sa vie, il se refuse à la situer géograp (...)

3Il livre cependant quelques rares confidences sur ses origines familiales, « des tout petits notables de bourgade » de l’Est de la France, et ses années d’enfance « emprisonnée » dans un quartier populaire parisien. Il pense que le hasard a tenu un grand rôle dans la construction de son propre itinéraire. « Tout semble se réduire à une série de chances imprévues que j’ai saisies. »3 Il est plus loquace sur les années passées dans un de lycée de province4 et sur la formation intellectuelle qu’il y reçut de jeunes professeurs agrégés, où furent mis en éveil le plaisir de la connaissance et le goût pour l’enseignement.

  • 5 Ibid., p. 117.

4Les quatre années consacrées à ses études supérieures à l’Université de Lyon (licence, puis agrégation d’histoire), entrecoupées par la mobilisation début juin 1940, suivie, après la défaite, par des mois passés aux chantiers de jeunesse, occupent une place centrale et essentielle dans le récit, dont elles constituent presque le tiers (neuf pages sur trente).Époque à la fois gaie, douloureuse et fondatrice intellectuellement, avec le rôle, souligné, de quelques « maîtres », et plus encore par les lectures, le travail autonome, la réflexion aboutissant à la conviction que « dans toute activité humaine se trouve indissociablement imbriqué ce qui relève du matériel et ce qui n’en relève pas, ce qui est de la nature et ce qui est de la culture »5 ; et les conclusions que G. Duby en tire et mettra au centre de sa méthode historique : privilégier l’approche pluridisciplinaire et anthropologique. Mais l’apprentissage est aussi celui de la vie, dans des circonstances exceptionnelles, après l’invasion de la zone Sud :

  • 6 Ibid., p. 122.

« Désormais, nous n’allions plus guère songer qu’à jouer au plus fin avec les occupants, avec les policiers, nos compatriotes, tâchant de survivre, de faire survivre les nôtres, à petits coups. […] Ce que je vécus durant ces mois me persuada que l’homme vit aussi de pain, que passé un certain seuil, la pénurie, l’insécurité, la désespérance avilissent, en tout cas étouffent les élans de l’esprit chez ceux qui ne sont pas des saints, des héros par nature. »6

5Agrégé d’histoire en 1942, après deux années d’enseignement au lycée, G. Duby devient assistant à Lyon et entreprend sa thèse sur les campagnes médiévales à partir des chartes de Cluny. Pour présenter cette seconde partie de son « ego-histoire », il renonce à la chronologie, et retient quatre itinéraires, qui ne sont ni successifs, ni parallèles, mais qui s’entrecroisent. Le premier, qu’il qualifie d’« universitaire » est essentiellement consacré aux sept années de la préparation du doctorat d’État, « une épreuve, et de grande âpreté », précise-t-il, suivie du choix, qui « surprit », d’un poste à Aix-en-Provence, la seule Faculté qui n’avait pas encore d’historien médiéviste.

6Aix fournit le sujet du deuxième itinéraire. « Aix, le plaisir », la ville, charmante, mais aussi le Midi, lumineux. Et un milieu universitaire, certes réduit, mais en mutation, où l’expérimentation était possible, et où l’ouverture sur le monde méditerranéen s’imposait comme une évidence. D’où la création, dès 1955, d’un séminaire de recherche sur l’histoire des mentalités, et au début des années soixante, d’une école d’été, rassemblant chaque année une quarantaine d’étudiants « venus de tous les bords de la Méditerranée ». La période aixoise est aussi, pour G. Duby, celle des « voyages, toujours plus fréquents, toujours plus lointains ».

7Le troisième itinéraire est celui qui mène à « l’école des Annales », à travers la rencontre avec quelques personnalités marquantes : Lucien Febvre et surtout Fernand Braudel. Mais Georges Duby y confesse aussi sa dette envers Robert Mandrou et Jacques Le Goff. C’est également le tropisme parisien, longtemps tenu à distance par « l’Aixois » G. Duby, mais qui l’emporte en 1970 avec l’élection au Collège de France.

8Le quatrième itinéraire est celui qui lui ouvre les portes de l’édition destinée à un large public, avec Albert Skira éditeur des ouvrages qui mettent en relation l’art et la société de son temps, et Pierre Nora qui l’introduit chez Gallimard. Ces livres seront aussi à l’origine de l’aventure audiovisuelle, dont il ne dit que quelques mots, et qui le conduiront, quelques mois après qu’il eut rédigé ces lignes, à la présidence de la nouvelle chaîne culturelle de télévision, la Sept.

9La conclusion de ce court essai, est en forme de doute, ou de point d’interrogation :

  • 7 Ibid., p. 137-138.

« Insatisfait de ce que je viens d’écrire. Je ne suis pas certain en effet que l’historien soit mieux placé que quiconque pour traiter les souvenirs qui le concernent. J’inclinerais à penser qu’il l’est moins bien que beaucoup. Car si l’histoire des autres est, à mon avis, d’autant meilleure qu’elle est passionnée, l’histoire de soi, à l’inverse, requiert l’objectivité la plus stricte. Il lui faut rectifier à toute force ce que l’amour-propre irrésistiblement déforme. J’ai conscience de n’avoir pas tout à fait maîtrisé le mien, lâchant de plus en plus la bride tandis que j’approchais de mon présent. »7

L’histoire continue

10Est-ce cette insatisfaction à l’issue de l’écriture de cet essai qui pousse Georges Duby, quatre années plus tard, à publier un livre, L’histoire continue ? Dans l’introduction, il précise :

  • 8 Georges Duby, L’histoire continue, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 8.

« Dans un essai d’“ego-histoire”, j’ai déjà exposé ce que fut mon itinéraire professionnel, mais très brièvement, m’en tenant aux circonstances, sur lesquelles je n’ai pas ici à revenir, et sans vraiment parler de mon métier. J’entreprends maintenant d’en parler, sobrement, familièrement. »8

11De fait le livre débute en 1942, lorsque G. Duby vient de passer l’agrégation. Il laisse donc complètement de côté, non seulement son enfance, mais ses années d’études et de formation. Il commence avec la préparation de la thèse, qui à travers le choix du sujet, du patron, la quête des documents, la description de la méthode de traitement, l’élaboration du plan, l’écriture, et enfin la soutenance, occupe sept chapitres, soit les deux cinquièmes de l’ouvrage. Ensuite l’on retrouve développés des aspects rapidement évoqués dans le premier essai d’« ego-histoire » : les mentalités, l’art, le Collège de France, les voyages et surtout l’expérience de la télévision qui a constitué depuis 1987 une bonne part de son activité.

  • 9 « Je la juge incapable de se réformer elle-même. Elle ne peut l’être que de l’extérieur, par acte (...)

12Dans ce second opus autobiographique, les jugements sont parfois abrupts, sur l’institution universitaire notamment9. Si pointe parfois une certaine nostalgie de l’âge d’or de l’historiographie française dans les décennies d’après-guerre, à l’époque conquérante des Annales, la conclusion se veut ouverte et optimiste : de nouveaux chantiers de recherche s’ouvrent, qu’investissent de jeunes historiens, « l’histoire continue ».

13 L’histoire continue, plus qu’un texte d’« ego-histoire » se présente comme une tentative, au caractère littéraire assumé, de situer son parcours d’historien dans un demi-siècle d’historiographie. Il est cependant un point où G. Duby livre un sentiment personnel, particulièrement éclairant, compte tenu de la fin de sa carrière : son rapport à la télévision, qui constitue le chapitre XIV.

  • 10 Ibid., p. 181.

« Comme beaucoup d’intellectuels de mon âge, j’ai longtemps boudé la télévision. Je la voyais comme une intruse. Elle risquait d’envahir dans mon intimité le champ très large que j’entendais réserver à la lecture, à la musique, aux commerces de l’amitié. J’ai, me semble-t-il travaillé pour elle, avant de lui faire place chez moi. »10

  • 11 Voir la liste complète des interventions de G. Duby à la radio et à la télévision dans Charles M. (...)

14En effet, dès 1972, Pierre Dumayet le sollicite pour préparer une émission de la série « Histoire des gens » sur L’an Mil. Peu après Roger Stéphane lui propose d’adapter son livre Le temps des cathédrales pour une série d’émissions. À partir de ces années, Georges Duby ne dispose pas que de l’écrit pour transmettre son savoir, et convaincu de leur rôle pour toucher un vaste public, il saura admirablement utiliser ces nouveaux outils de médiation. Ainsi, il a participé à de nombreuses émissions de radio et de télévision, généralement pour présenter ou adapter un de ses livres, mais parfois aussi pour livrer un récit plus personnel.11 En mai 1981 Jacques Chancel l’invite dans sa célèbre émission d’entretiens Radioscopie, sur France Inter. G. Duby y évoque quelques images, gravées dans sa mémoire, de son enfance parisienne :

  • 12 Ibid., p. 13.

« Cette saveur d’une enfance parisienne remonte avec des parfums, parfums du crottin de cheval dans le boulevard Magenta, parfum du canal Saint-Martin, toute une nostalgie au fond. »12

15Il raconte aussi sa première promenade solitaire dans Paris, à l’âge de sept ans, qui le conduit à Notre-Dame.

16Dans l’émission de télévision de la Sept réalisée par Maurice Dugowson, diffusée sur FR3 le 14 septembre 1991, G. Duby s’explique sur sa participation, et celle d’autres historiens, à l’édition de livres destinés à un large public :

  • 13 Ibid., p. 145-146.

« Puis, les éditeurs se sont tournés vers nous, et nous avons accepté parce que le métier d’historien consiste à étendre le plus possible son audience, à communiquer le plus largement possible ce que l’on sait. Alors nous avons accepté, à un certain moment où les érudits nous ont regardé d’un sale œil - et puis, tant pis - on n’a pas du tout… On n’a rien sacrifié, aucune complaisance à l’égard du public, tout simplement, on a aménagé notre discours, on a parlé plus simplement, on n’a plus mis de notes en bas de page, on a essayé d’être accessible. On a essayé de répondre à une attente du public, et je crois que cela a répondu à cette attente. »13

Le plaisir et le temps

  • 14 Georges Duby, le plaisir et le temps, réalisation Jean-Michel Meurice, diffusion le 7 février 1997, (...)

17Mais l’émission de télévision dans laquelle Georges Duby se livre le plus est certainement Le plaisir et le temps que son ami, peintre et réalisateur, Jean-Michel Meurice réalisa en 199614. Georges Duby, déjà gravement atteint par la maladie qui devait l’emporter quelques mois plus tard, est filmé dans un long entretien, chez lui, à Beaurecueil. Il revient sur les thèmes qu’il avait abordés dans Le plaisir de l’historien, et dans L’histoire continue. Mais, peut-être encouragé par le ton amical de la conversation, il pousse un peu plus loin la confidence, sans se départir d’une grande réserve sur sa vie non professionnelle. Ainsi, précise-t-il, dès les premières images :

« Tout au long de ma vie, j’ai fait deux parts. Il y avait une part très studieuse dans laquelle je m’impliquais parfaitement dans le travail que je menais et puis il y avait au contraire une part ludique, festive, tout à fait extérieure où je jouissais du monde ».

18C’est bien la première part qu’il évoquera dans l’émission. La seconde sera tue. À peine dira-t-il, questionné sur la manière dont il ressent l’art médiéval, et plus particulièrement les illustrations des manuscrits : « ça me comble de joie, et ça m’émeut beaucoup ». C’est par ces mots que s’achève l’entretien.

19L’émission fait alterner des éléments de conversation entre J.-M. Meurice et G. Duby et de courtes séquences « de respiration », où apparaissent à l’écran des monuments ou des objets de valeur des XIe et XIIe siècles, sur un fond sonore musical. J.-M. Meurice pose des questions, en s’appuyant parfois sur la lecture de phrases extraites de L’histoire continue. G. Duby y répond. Il est filmé assis, à l’extérieur, sur la terrasse ou dans le jardin de sa maison de Beaurecueil, près d’Aix-en-Provence, et l’on entend souvent, en arrière-plan sonore, le chant des cigales. C’est l’été, il fait beau et chaud ; cela se voit à la tenue portée par G. Duby : point de costume, ni de cravate, mais une chemise au col ouvert et aux manches retroussées. G. Duby, filmé en plan américain ou en gros plan, s’adresse à son interlocuteur, qu’il tutoie. Le dispositif installe une proximité entre l’historien et le téléspectateur, qui facilite la transmission du message.

  • 15 Le montage est donc censé suivre un ordre de tournage. De fait si les cinq journées correspondent (...)

20L’émission est découpée en cinq « journées »15 qui abordent des thèmes déjà largement présents dans le livre de 1991 : « héros et patron » sur la jeunesse et les modèles, « l’histoire question » consacrée à la méthode historique inspirée de l’école des Annales, « le cartulaire de Cluny » qui présente les sources utilisées par G. Duby pour sa thèse, et la manière dont il les traitait, « guerriers et paysans » où il donne sa vision de la société des XIe et XIIe siècles, « les mystères de la création » enfin, qui parlent de l’écriture de l’histoire. Chaque « journée » est annoncée à l’écran par une incrustation du titre sur un plan fixe du bureau de G. Duby, qui est la seule image filmée à l’intérieur de la maison.

21Enfin trois courtes séquences, réparties au long du film, montrent des documents feuilletés et commentés par G. Duby à la Bibliothèque Nationale : un cartulaire de Cluny, un évangéliaire de Charlemagne composé en lettres d’or sur fond pourpre, un manuscrit illustré de l’Apocalypse.

22Dans la « première journée », G. Duby reprend ce qu’il avait écrit dans Le plaisir de l’historien, mais la forme orale de la conversation fait qu’il s’exprime avec un peu moins de retenue et donne quelques précisions complémentaires. Sur son enfance parisienne, il reparle d’étouffement, auquel seule la découverte de la campagne, après l’établissement à Mâcon, mettra fin. En revanche il établit une filiation entre le travail d’artisan de son père teinturier, et de son grand-père bourrelier, et sa propre démarche, transposée du travail manuel au travail intellectuel : dans le goût pour la liberté dans le travail, et plus encore dans l’attachement à la perfection formelle, le sentiment du travail bien fait, achevé avec soin, qui l’ont conduit à écrire ses livres d’histoire avec une attention particulière portée à la forme, comme pour une œuvre littéraire.

23Pour les mêmes raisons, il aime se faire appeler « patron » par ses élèves, comme les ouvriers nommaient ses ancêtres artisans, avec tout ce que le terme implique de lien personnel, et même, précise-t-il, filial. Il dit aussi avoir progressé, dans les étapes de sa vie professionnelle, en cherchant des héros à imiter chez ses maîtres, ses professeurs. Il tient pour essentiel le lien affectif qui se crée dans la relation pédagogique, notamment lorsqu’il s’agit de guider de jeunes chercheurs, essentiellement en créant une connivence intellectuelle.

24Mais c’est sans doute dans la « cinquième journée » que G. Duby se livre le plus directement. Tout d’abord en rappelant la limite de l’objectivité historique, et la part que la personnalité de l’historien tient dans l’histoire qu’il écrit :

« Tout exposé d’une continuité historique est l’œuvre d’un homme, une interprétation personnelle, pas forcément la bonne. Donc je crois que faire de l’histoire, c’est s’impliquer personnellement dans le travail, avec tout ce qui forme sa propre personnalité. »

25Il en vient ensuite à parler de sa manière d’écrire un livre : la conception du plan de l’ouvrage, qu’il construit jusque dans ses moindres détails, comme un architecte ses plans. C’est une phase qu’il ne juge pas trop difficile, en comparaison de l’écriture proprement dite, car « les mots, il faut les trouver, les arracher de soi ». Il explique ainsi comment il procède, rédigeant des phrases, qu’il corrige, complète, rature, annote, voire biffe et réécrit. À l’appui de ses dires, il présente à la caméra une double page d’un de ses manuscrits, ou s’entremêlent des phrases écrites en vert (premier jet) et en rouge (corrections). Ce document complexe et peu lisible, semble bien loin d’une page imprimée de l’un de ses livres, caractérisée par la limpidité. Il explique d’ailleurs que lui seul peut « relire » un tel document, ce qu’il fait devant un magnétophone ; sa secrétaire transcrit le contenu en une page dactylographiée, qu’il rature et corrige à nouveau, pour arriver au texte définitif.

26En exhibant et commentant devant la caméra ce document très personnel, il éclaire son rapport à l’écriture de l’histoire et montre la difficulté de l’exercice. Cela il ne l’avait pas écrit dans ses textes d’ego-histoire. La fin du tournage de cette émission de télévision, qui était une forme de testament, grâce à la complicité tissée avec son interlocuteur, dans un environnement familier, a été l’occasion d’ouvrir au public, dans ce qu’il avait de plus intime, la porte de l’atelier de l’historien artisan, Georges Duby.

Notes

1 Essais d’ego-histoire, réunis et présentés par Pierre Nora, Bibliothèque des histoires, Gallimard, Paris, 1987, p. 7.

2 Georges Duby, « Le plaisir de l’historien », dans Essais d’ego-histoire, op. cit., p. 109-110. Il a en revanche évoqué à plusieurs reprises, dans des entretiens avec des journalistes, ce goût, cette passion même pour l’art, la peinture au premier chef, mais aussi la musique, le cinéma.

3 Ibid., p. 111.

4 On peut remarquer qu’en évoquant cette première partie de sa vie, il se refuse à la situer géographiquement de manière précise : il ne donne ni le nom du quartier parisien de son enfance (République), ni celui de la ville dont il fréquente le lycée à partir de 1932 (Mâcon), préférant les évoquer par des périphrases : « un quartier encore central où le populaire se mêlait au demi-monde » et « une petite préfecture ».

5 Ibid., p. 117.

6 Ibid., p. 122.

7 Ibid., p. 137-138.

8 Georges Duby, L’histoire continue, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 8.

9 « Je la juge incapable de se réformer elle-même. Elle ne peut l’être que de l’extérieur, par acte d’autorité. », p. 215.

10 Ibid., p. 181.

11 Voir la liste complète des interventions de G. Duby à la radio et à la télévision dans Charles M. dela Roncière, Marie-Françoise Attard-Maraninchi, Georges Duby : l’art et l’image, une anthologie, Marseille, Parenthèses, 2000, p. 194-203.

12 Ibid., p. 13.

13 Ibid., p. 145-146.

14 Georges Duby, le plaisir et le temps, réalisation Jean-Michel Meurice, diffusion le 7 février 1997, sur La Sept-Arte, 61 minutes.

15 Le montage est donc censé suivre un ordre de tournage. De fait si les cinq journées correspondent bien à des séances de tournage différentes (par les lieux de tournage, la lumière…), le montage ne respecte pas totalement cet ordonnancement, n’hésitant pas à insérer quelques plans d’un tournage différent pour construire une continuité de sens des propos tenus.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence - CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540