Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Individu, récit, histoire

 | 
Maryline Crivello
, 
Jean-Noël Pelen

Expériences de soi et écritures de l'histoire

L’écriture des Mémoires des combattants pour l’Indépendance et leurs lectures postérieures

Ourania Polycandrioti

Texte intégral

  • 1 Voir à cet égard Georges Gusdorf, Les écritures du moi. Lignes de vie, t. 1, Paris, Odile Jacob, 19 (...)

1Le discours autobiographique et plus spécifiquement le genre même de l’autobiographie, tel qu’il a été canonisé par la critique littéraire du XXe siècle, selon le modèle archétypique des Confessions de Jean-Jacques Rousseau, n’a pas fait son apparition dans les lettres grecques avant le milieu du XIXe siècle. Le discours sur soi pourtant, en Grèce comme dans toute l'Europe, existait déjà avant Rousseau, sous des formes diverses et répondait à des besoins religieux, philosophiques, historiques et cognitifs sans se consacrer nécessairement à la pure introspection ou à un égocentrisme narcissique et sans évidemment répondre aux prérogatives structurelles élaborées par la critique littéraire et l’étude narratologique d’aujourd’hui1.

  • 2 Voir à titre indicatif Karl J. Weintraub, « Autobiography and Historical Consciousness », Critical (...)

2L’apparition du discours du moi, du moins dans l’espace européen, a été liée à certaines conditions sociales et historiques qui ont permis à l’individu de se détacher de la collectivité et par conséquent de procéder à la confession publique des actions personnelles et des expériences plutôt intimes. Il est assez connu que l’apparition du genre de l’autobiographie se lie avec la notion de l’individualité, avec la valorisation de l’expérience personnelle et la prise de conscience de l’évolution historique de l’existence2. L’autobiographie donc, ou ses genres avoisinants, tels les mémoires, la chronique et la biographie, mettent en perspective le rapport de l’individu à sa propre histoire personnelle mais aussi le rapport de l’individu avec la collectivité et l’histoire.

  • 3 Cf. la définition classique proposée par Philippe Lejeune, dans Le pacte autobiographique, Paris, S (...)
  • 4 George May, L’autobiographie, Paris, PUF, 1979, p. 122.

3Si par le terme « autobiographie » on entend en général le discours écrit qu’une personne tient sur sa propre vie et plus particulièrement sur l’évolution de sa personnalité, c’est-à-dire un récit de vie ou un autoportrait avec une tendance confessionnelle et autocritique3, les mémoires s’apparentent à l’autobiographie mais en même temps diffèrent d’elle. Il s’agit d’une différence largement adoptée par la critique « entre les ouvrages centrés sur la personne ou la personnalité de celui qui écrit, et ceux centrés sur les événements rapportés par celui-ci ».4 Les événements rapportés peuvent appartenir soit à l’expérience personnelle du mémorialiste qui a participé à leur déroulement, soit ils peuvent être le résultat d’un témoignage passif. Ainsi, on distingue trois types de récits :

  • 5 Ibid., p. 123.

« récit de ce qu’on a vu ou entendu, de ce qu’on a fait ou dit, et de ce qu’on a été. Aux deux premiers l’usage contemporain tend à donner le nom de mémoires, tandis qu’il tend à réserver au troisième le nom d’autobiographie ».5

4Les mémoires constituent donc une catégorie du discours personnel, du discours du moi, et ils sont plutôt centrés sur l’événementiel historique, politique ou culturel. Ils sont donc apparentés à l’historiographie, à l’écriture de l’histoire, sans pourtant qu’ils puissent vraiment tenir la place de l’histoire.

5Par sa subjectivité et son auto-référentialité l’autobiographie met en doute l’existence d’une réalité objective et circonscrite par l’événementiel. Par contre, les mémoires, en tant que témoignage authentique des faits historiques et politiques, vécus et décrits par le mémorialiste lui-même, bien qu’ils soient souvent de motif apologétique et personnel, sont par définition plus liés à la vérité objective et la réalité. Dans le cas des mémoires, l’expérience personnelle dépasse le niveau individuel, elle concerne aussi la collectivité et de ce fait elle est considérée digne d’être publiée et communiquée.

6L’histoire narrée dans les mémoires est envisagée selon le point de vue subjectif et personnel de la personne qui a participé aux événements. L’écriture des mémoires n’est donc pas de l’histoire. Chronologiquement, l’écriture des mémoires est plus proche des événements décrits que l’écriture de l’histoire, et généralement elle est privée de la vue d’ensemble sur la période. Le choix et la valorisation des événements décrits dépendent de la personne même du mémorialiste, de ses actions spécifiques et de sa propre expérience, plutôt qu’ils répondent à une abstraction ou aux critères objectifs et distanciés, appliqués à la narration historique. La subjectivité des mémoires, le parti pris et l’intérêt personnel du mémorialiste s’opposent donc à la présupposée objectivité de l’historiographie, au regard froid que l’historien promène sur son matériel. Ainsi, la partialité inhérente des mémoires mène vers une représentation et à une interprétation aussi partielles des événements et de l’histoire.

  • 6 Joël Candau, Mémoire et identité, Paris, PUF, 1998, p. 100-101.

7Les mémoires présupposent par ailleurs un individu qui se veut agent de l’événement historique, et qui par conséquent a conscience d’être partiellement responsable de l’évolution de l’histoire. Ainsi, le mémorialiste n’est pas uniquement historiographe mais devient aussi autobiographe dans la mesure où les événements qu’il décrit sont un matériel vécu et existentiel, ils suscitent l’émotion, ils provoquent l’apologie et la justification personnelles, tout en définissant le rôle que le mémorialiste a joué au sein de la collectivité et au nom de cette collectivité. L’écriture d’ailleurs permet une certaine socialisation de la mémoire, elle constitue un référent collectif car elle facilite la mise en commun du contenu mémoriel.6

8Finalement, le mode de narration des événements vécus, en dehors de la restitution d’une certaine vérité historique, conditionne la formation d’une identité personnelle, définie par rapport à la collectivité au nom de laquelle l’individu agit et écrit, dans un contexte historique et politique commun à cette collectivité.

9En Grèce, les mémoires ont une longue histoire qui date depuis l’antiquité et reflètent la situation historique, politique et culturelle de chaque époque à laquelle ils se réfèrent. Pendant l’époque byzantine pourtant, les mémoires, apparentés à l’historiographie, ont cédé leur place à la chronique historique et à la biographie. Vanter ses propres actions n’était pas un projet compatible avec les principes religieux et ecclésiastiques qui régnaient pendant les siècles byzantins. C’est pendant le XVIIIe siècle qu’on observe certaines manifestations du discours personnel, en langue grecque, surtout dans les milieux cultivés des phanariotes aux hégémonies danubiennes. Ainsi, on constate l’apparition d’un discours plus singulier, c’est-à-dire un changement dans la position de l’individu face à sa propre expérience. Les premiers signes de cette conscience individuelle qui s’élève au-dessus de la collectivité reflètent l’esprit des Lumières européennes, la contestation des vérités données, la valorisation de l’expérience personnelle et de l’empirisme. Ils apparaissent à travers l’évolution du genre de la chronique historique en journaux intimes et en mémoires. Il s’agit en fait de la subordination progressive du fait historique à la vie privée qui reflète aussi un processus de laïcisation de l’histoire. C’est justement cette laïcisation de l’histoire et de l’expérience collective qu’on trouve aussi dans les mémoires écrits par les combattants de la révolution de 1821.

10En fait, l’événement majeur qui a marqué l’histoire grecque moderne fut la révolution contre les Turcs en 1821. La guerre de l’indépendance fut une époque héroïque, pendant laquelle les individus, à cause du manque d’administration centrale, ont pu participer au combat d’une manière assez personnelle et indépendante, ce qui leur a créé le sentiment d’avoir pu contribuer à l’essor de la nation et agir sur le déroulement de l’Histoire. Le mouvement philhellénique étranger avait d’ailleurs largement participé à la glorification de la révolution et de ses acteurs. En plein romantisme, la lutte pour la liberté sur le sol antique est devenue symbole, sujet idéologique tout autant que poétique, qui a doté le combat d’un air dramatique et glorieux. La guerre de 1821 a pourtant suspendu toute activité culturelle, tout en constituant en même temps un nouveau point de départ sur de nouveaux fondements. Les anciens maîtres de pensée n’existent plus et la renaissance culturelle se fond désormais essentiellement sur l’œuvre des érudits venus de l’étranger, ou formés selon les courants de pensée européenne. La littérature (poésie et prose) se trouve dans un état de naissance et porte les traces évidentes du romantisme français et allemand. La révolution, œuvre de l’hellénisme moderne, de pair avec les réminiscences revitalisées du passé antique, deviennent les fondements par excellence de la nouvelle identité grecque moderne.

  • 7 Voir à ce sujet l’introduction par G.P. Kournoutos (éd.), Les mémoires (1453-1953), Vasiki Vivlioth (...)

11Pendant les premières décennies qui suivirent la révolution, et dans un climat de patriotisme fervent, nous constatons l’apparition d’un grand nombre de mémoires, écrits par des personnes qui avaient participé à la guerre. Les combattants pour la liberté et l’indépendance deviennent les mémorialistes de leurs propres actions et de l’histoire collective. Leurs mémoires, produits d’hommes ayant une faible relation avec la culture, sont créés par un besoin humain de justification personnelle en quête de la reconnaissance générale, mais en même temps deviennent aussi les dépositaires de la mémoire collective. Aux moments de crise d’ailleurs, lorsque le déroulement des événements se trouve entre les mains des individus, ces individus qui en ont pris la responsabilité deviennent les bâtisseurs et les interprétateurs de l’Histoire.7

  • 8 Théodoros Kolokotronis a dicté son récit à l’érudit Georgios Tertsetis.
  • 9 Emmanuel Xanthos, Palaion Patron Germanos.
  • 10 Andréas Mamoukas.
  • 11 Tripoleos Daniel.
  • 12 Christophoros Perraivos.

12Ce qu’on devrait surtout souligner, c’est que les mémoires des combattants ne sont pas des produits érudits. Les combattants de la Révolution étaient des montagnards, des anciens clephtes devenus capitaines et certains d’entre eux étaient même illettrés. Ceux qui avaient reçu une éducation scolaire, avaient appris à lire et à écrire sur des textes anciens ou ecclésiastiques. Ainsi, tantôt en écrivains circonstanciels, les combattants soit essaient l’écriture eux-mêmes, soit préfèrent dicter leur récit à un secrétaire.8 Ce qu’ils souhaitent avant tout pourtant, c’est de pouvoir figer leur mémoire à travers l’écriture, tantôt en prenant directement la parole à la première personne, tantôt de manière plus impersonnelle à la troisième9, soit en choisissant la forme épistolaire10, soit la forme poétique11, ou parfois aussi à travers de longues narrations d’habitude fondées sur leurs notes antérieures ou leurs journaux écrits quotidiennement12, pendant la période des événements racontés. La plupart de ces textes ont été publiés pendant les décennies qui suivirent la révolution, à partir de 1836.

  • 13 Voir, Kournoutos, op. cit., t. 1er, p. 15.

13Ce qui caractérise ces textes est leur passion, leur immédiateté et leur profil plutôt populaire. Ces témoignages ne sont pas vraiment des témoignages objectifs, ils sont plutôt des documents d’une authenticité tout à fait personnelle, dans un besoin intense de justification. Ce genre d’authenticité testimoniale a une allure toute populaire qui s’oppose avec méfiance à l’érudition de l’époque, jugée superficielle et ignorante de la vérité historique du combat. L’immédiateté, la franchise, souvent aussi la naïveté, la passion, la langue populaire même, donnent aux témoignages un aspect assez particulier qui souligne la perception subjective et individuelle du fait historique. C’est justement cet aspect individuel qui préside ces écrits, qui ne se soucient nullement du travail ultérieur de l’historien. Les combattants ne présentent pas tant l’histoire collective, mais plutôt leurs propres actions personnelles, leurs propres sentiments et réactions, tels qu’ils sont intimement liés à leur propre vie et à son déroulement, tout en soulignant bien sûr le fait que ces actions n’étaient commises qu’au nom de la collectivité.13

14Le motif principal de l’écriture de ces mémoires se trouve d’ailleurs quelque part entre l’intérêt personnel et le bien collectif. Le besoin intense de justifier ses propres actions, de signaler sa propre présence dans le déroulement des événements capitaux pour l’histoire grecque, de restituer la vérité quotidienne du combat, de révéler les menus détails inconnus, militaires ou autres, se confond et souvent s’identifie, dans le discours de chaque combattant, avec le sentiment de responsabilité historique envers la collectivité. Les combattants veulent révéler à la collectivité, non seulement les événements importants qui la concernent mais aussi et surtout leur propre implication personnelle dans ces événements, leur propre contribution au déroulement de l’histoire collective. C’est ce devoir de justification personnelle qui les incite aussi à ne point se soucier de leurs lacunes culturelles afin de devenir écrivains d’eux-mêmes tout autant que de l’histoire.

  • 14 Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 159.

15La narrativisation pourtant de la mémoire individuelle, surtout lorsque le souci de justification sociale est primordial, ne peut finalement qui suivre la voie du récit, dont la structure publique est évidente.14 Le langage des mémorialistes rejoint le langage, le mode de penser et de souvenir de la collectivité, dans l’espoir de convaincre cette collectivité de la vérité des événements et de la pureté des intentions. Le but finalement des mémorialistes devient la création d’une mémoire collective partagée, à partir du souvenir personnel.

16Une mythologie de la révolution fut ainsi créée, à l’aide aussi des écrits des philhellènes étrangers qui avaient participé au combat. Le ton héroïque des témoignages représente l’aspect héroïque du combat lui-même, et c’est ce qui a survécu jusqu’à nos jours presque, à travers les manuels scolaires et les fêtes commémoratives, tout en laissant dans l’obscurité les intérêts politiques et économiques, les ambitions de pouvoir, les différences des individus impliqués. L’histoire officielle enseignée dans les écoles a procédé à la formation d’une image cohérente et uniforme, bâtie sur l’aspect héroïque, sur le courage personnel, sur le sacrifice au nom de la patrie et de la liberté commune, principes qui se sont érigés en valeurs fondatrices de l’identité grecque moderne.

  • 15 Joël Candau, op. cit., p. 169.

17L’émotivité et l’orgueil des combattants, la mise au microscope des détails les plus insignifiants pour l’historien, cette micro-histoire subjective des grands événements collectifs constitue à la fin du compte la valeur de ces écrits qui représentent le mouvement de l’histoire à travers le filtre de chaque individualité, le fond humain d’un événement capital tout en révélant maints aspects de la quotidienneté militaire et sociale. Le travail de l’historien est évidemment tout autre. Il réside au triage, à l’abstraction, à l’interprétation et à la représentation de l’événement dans l’objectivité. L’utilisation pourtant des mémoires pour la restitution du fait historique demeure toujours chargée d’idéologie. L’interprétation des mémoires, leur mode d’insertion dans le déroulement de l’histoire, reflètent à chaque fois des orientations historiographiques et idéologiques différentes. C’est ainsi qu’un témoignage à motivation personnelle arrive à être instrumentalisé pour des causes souvent assez éloignées de ses intentions initiales, car l’Histoire finalement adapte le récit mémoriel aux façons de penser et de se représenter le passé, des hommes d’aujourd’hui.15

18Si l’on s’efforce de placer les mémoires des combattants dans le cadre de l’histoire de la création écrite, voire dans l’évolution ou les diverses manifestations de l’expression du moi au sein de la littérature nationale, on aura la preuve la plus éloquente du fait que l’écriture des mémoires et l’écriture du moi en général peuvent demeurer extérieures à la tradition littéraire et à l’enchaînement intertextuel. Le genre des mémoires ou celui de l’autobiographie avec tous leurs avatars, ont ceci de particulier qu’ils ne présupposent pas nécessairement une tradition antérieure. Les combattants qui ont essayé la narration des événements vécus, étaient d’ailleurs, pour la plupart, ignorants des tentatives analogues antérieures. Ainsi, l’étude de l’évolution historique du discours à la première personne – si le discours personnel peut vraiment constituer un genre doté d’une certaine homogénéité – ne devrait pas être comprise dans le sens, ou selon les critères, de l’évolution des genres qui font partie du canon littéraire. Une telle approche serait en quelque sorte artificielle, puisqu’elle insérerait le discours du moi, de nature souvent spontanée et populaire, dans une logique érudite, étrangère aux conditions spécifiques de sa création. Comme l’a déjà d’ailleurs noté Georges Gusdorf :

  • 16 Georges Gusdorf, Les écritures de moi. Lignes de vie, t. 1, op. cit., p. 240.

« Le grand jeu des définitions et axiomatisations donne lieu à des controverses subtiles ; or l’écrivain, lorsqu’il prend la plume pour écrire de soi, ne commence pas par consulter le code de procédure édicté par les beaux esprits du moment. »16

19Par contre, l’étude du discours personnel devrait être dans un dialogue constant avec les conditions socioculturelles qui permettent à l’individu de s’affirmer. Bien que les combattants, de motif fortement individualisé, offrent la preuve d’une écriture mémorielle spontanée, on serait sûrement entraîné sur un terrain erroné si on soutenait que leur tentative est de motivation toute personnelle, née du seul besoin de justification ou de mémorisation. Par contre, cette tentative relève de l’horizon d’attente du public, ainsi que du contexte socioculturel de l’époque. Le rôle des érudits, bien que contesté, ne devrait pas du tout être sous-estimé en ce qui concerne l’incitation à l’écriture et parfois aussi la transcription de la mémoire orale des combattants. L’effort des militaires de s’aventurer sur un terrain qui n’était pas le leur ne pourrait pas être conçu en dehors de la collectivité et de ses demandes.

20Ainsi, dans un effort de situer les récits des combattants dans leur univers socioculturel on pourrait faire les remarques suivantes :

  1. Au niveau de l’écriture, les mémoires semblent être le résultat d’une pulsion émotive pure, en une période difficile du point de vue politique et culturel. Le lendemain de la guerre se caractérise par les conflits intérieurs, par les difficultés d’adaptation à un système politique et administratif différent, d’où chacun essaie de tirer le plus grand profit. N’oublions pas que le premier gouverneur de la Grèce fut assassiné et qu’une guerre civile a suivi la révolution. Les combattants, s’ils ont garanti la liberté et l’indépendance, ne peuvent tout de même pas garantir la survivance politique de la nation et ne peuvent ni suivre ni admettre la modernisation et l’occidentalisation de la société. Leurs mémoires sont le résultat d’une crise personnelle, où l’individu qui a pris entre ses mains le déroulement de l’histoire collective se trouve, aux lendemains, presque exclu du nouveau tissu social et obligé de se défendre, pour ne pas rester finalement en dehors du récit historique.

    • 17 C. Th. Dimaras, C. Paparrigopoulos. Son époque, sa vie, son œuvre [en grec], MIET, Athènes 1986.
    • 18 Ibid., p. 57-59.
    • 19 Christina Coulouri, Histoire et Géographie dans les écoles grecques (1834-1914) [en grec], Archives (...)

    Même si l’on admet le facteur impulsif de l’écriture, cependant l’acte lui-même n’aurait pas pu se réaliser en dehors d’un univers socioculturel qui lui serait favorable. L’historisme était tissé dans la vie culturelle pré- et post-révolutionnaire en vue d’une prise de conscience nationale. Les tendances historiographiques de l’époque post-révolutionnaire, conformes aux principes du romantisme, envisagent l’histoire non pas du pays, mais de la nation comme celle d’un être vivant qui évolue et progresse pendant les siècles, en une suite ininterrompue depuis l’antiquité.17 On vise ainsi essentiellement vers deux directions alliées et complémentaires : le local et l’individuel. L’histoire de certaines localités et la biographie des personnalités importantes, parmi lesquelles les grands héros de la révolution, sont publiées aux années post-révolutionnaires18 et constituent aussi le modèle d’enseignement de l’histoire dans les manuels scolaires.19 Conformément à cet esprit historique qui favorise le biographique et admet que l’individu puisse être moteur et facteur du déroulement de l’histoire, les érudits de l’époque, toujours sous la pulsion du romantisme, incitent les combattants à l’écriture autobiographique, parfois les aident même à sauvegarder leur mémoire pour la postérité.

  2. Au niveau de la publication, et de la réception, ce genre de textes était conforme à l’horizon d’attente du public. Ils offraient un matériel qui était demandé par les érudits et par l’historiographie romantique. En outre, l’héroïsme des combattants, leurs passions et leurs rancunes constituaient un matériel romantique qui allait de pair avec la publication des romans historiques, mais aussi avec le contenu patriotique et révolutionnaire de la poésie qui célébrait l’idée de la justice et de la liberté humaine. On devrait aussi noter que les premiers romans néohelléniques publiés, à l’exemple du romantisme européen, étaient écrits à la première personne et avaient une forme qui combinait l’épistolaire et le récit de voyage. Ainsi, le roman, genre fictionnel certes, à ses débuts imite la réalité et s’apparente à des mémoires. Les mémoires donc, avaient le privilège de l’authenticité, ils attestaient la vérité, ils étaient instructifs et hautement pédagogiques, pendant une période où l’exemplarité de l’héroïsme était recherchée en vue de l’affermissement de l’orgueil national.

  3. Au niveau de la survivance de ces textes, leur utilisation par l’historiographie fut évidemment abusive. À l’aide aussi de divers documents militaires et administratifs, le calendrier quotidien de la révolution fut constitué le plus fidèlement possible. Ainsi, l’histoire personnelle se confond et s’identifie à l’histoire collective et définit son interprétation à plusieurs niveaux. Or, ce qui manquait à ce récit historique de la révolution, c’était les dimensions plus générales, la vue d’ensemble dans le contexte géopolitique balkanique, voire les facteurs économiques ou la situation politique balkanique ainsi que leurs impacts sur le déclenchement et le déroulement de la révolution. Or, c’est justement autour de ce manque que la mythologie de la révolution a pu être créée et a alimenté le rêve héroïque et patriotique des générations postérieures.

  • 20 Voir l’édition du texte de Makriyiannis (Melissa – Karavias, Athènes, 1957) et particulièrement l’i (...)

21Parmi tous ces mémoires, celui qui se distingue et celui qui a survécu les besoins mémoriels du moment pour mener une autre voie dans l’histoire des lettres grecques, est le texte du général Makryiannis20. Né en 1797, Makryiannis a mené une vie mouvementée. Il a participé à la révolution mais il a eu aussi une activité politique pendant les périodes troublées qui l’ont suivie. Incapable de comprendre les magouilles politiques et l’intervention des forces étrangères à l’organisation du nouvel État, il a souvent réagi violemment contre les politiciens et a combattu la monarchie instaurée par le roi bavarois Othon. À l’âge de 32 ans, il décide de rédiger ses mémoires, afin de rendre témoignage de ses activités et afin de se justifier devant la communauté. Or, Makryiannis était un illettré. En trois mois, il essaie d’apprendre à lire et à écrire juste pour pouvoir rédiger ses mémoires et son manuscrit porte toutes les traces de la langue orale et populaire de l’époque, sans ponctuation, ni syntaxe. Makryiannis pourtant, ne l’a jamais publié de son vivant. Le texte a été découvert au début du XXe siècle et fut publié pour la première fois en 1907.

22Aucun souci d’érudition ne tourmente l’illettré Makryiannis, qui est très proche de la tradition et de la sensibilité populaires, qui aime les chansons et compose aussi des vers. Son écriture dense et passionnée s’adresse constamment au lecteur et ne fait que célébrer la liberté et revendiquer la justice. Le texte de Makriyannis se distingue par la fraîcheur de son expression et la pureté de ses intentions :

« Une seule chose m’a incité à l’écriture : que toute cette patrie nous l’avons tous ensemble, savants et ignorants, riches et pauvres, politiciens et militaires, ainsi que les hommes les plus petits. Nous avons travaillé tous ensemble pour la garder, tous ensemble, de sorte que ni le plus fort dise “moi”, ni le plus faible. [...] Lorsque de nombreux hommes se mettent à battre et à créer, qu’ils disent “nous”. Nous sommes au “nous” et non pas au “moi”. »

23Makriyannis parle au nom de tous, au nom de la nation dont il veut devenir le porte-parole. D’où l’invocation constante au lecteur, à la fois juge et co-témoin de la vérité historique. Son but justificateur et informatif a constamment besoin du lecteur dans un appel constant à la collectivité.

24Makryiannis, tout en affirmant sa singularité, se veut partie de la collectivité. C’est ce qui a contribué à sa mythification : « Makryiannis n’est pas objectif. Il ne raconte pas, il ne décrit pas, mais il mène un combat », écrivait C. Th. Dimaras, historien de la littérature néohellénique. Le discours de Makryiannis est régi par la passion, il a du rythme, il devient dramatique, très vivant, parfois très lapidaire. Makryiannis, qui n’était pas vraiment un des grands personnages du combat, est devenu ainsi une figure emblématique de l’esprit grec le plus héroïque et le plus pur, un symbole diachronique de l’essence de la grécité.

  • 21 Giorgos Veloudis, Jakob Philipp Fallmerayer et la genèse de l’historisme grec [en grec], Mnemon-5, (...)
  • 22 Alexis Politis, Années romantiques. Idéologies et mentalités dans la Grèce de 1830-1880 [en grec], (...)

25À partir du milieu du XIXe siècle, en plein romantisme, l’historiographie grecque a assumé la tâche nationale de répondre aux écrits historiques de Jakob Philipp Fallmerayer, pour qui la nation grecque était un amalgame biologique et culturel, issu du mélange des grecs et des slaves21. L’argumentation donc primordiale, qui voulait la nation hellénique descendre directement de ses ancêtres anciens, était démentie. La formation de l’historiographie grecque était dépendante de ces accusations et c’est ainsi qu’elle a promu l’étude de l’hellénisme en une lignée ininterrompue depuis l’antiquité, ce qui était d’ailleurs tout à fait conforme à l’historiographie romantique qui cherchait le génie des nations dans ses continuités diachroniques. Constantin Paparrigopoulos, l’initiateur de cette conception, dépasse l’ancienne distinction entre les anciens et les modernes pour proposer un nouveau schéma triptyque qui comprenait l’antiquité, Byzance (jusqu’alors rejeté) et le nouvel hellénisme dans une unité.22 Paparrigopoulos fut cependant attaqué par ses contemporains, pour ne pas avoir suffisamment puisé dans les documents relatifs à la révolution et pour avoir arrondi les tons aigus des conflits. Cependant, pour Paparrigopoulos qui souhaitait transformer l’histoire de la Grèce en histoire de la nation grecque, dépassant les frontières de l’État et l’englober dans une vaste unité diachronique, les événements détaillés de la révolution appartenaient à l’histoire trop récente, sans que cela signifie qu’il ait sous-estimé son importance majeure.

26Parallèlement, dans ce même esprit répandu de la continuité ethnique, la fin du XIXe siècle et le début du XXe sont aussi marqués par le développement de l’ethnologie en Grèce ainsi que de son équivalent littéraire, le roman de mœurs. Ses initiateurs idéologiques, la dite génération des années « 80 », ont fait appel aux écrivains pour décrire et représenter le plus fidèlement possible leur propre lieu natal, en vue d’une collection d’informations et d’images authentiques des villages dans leur réalité. Le but initial était de révéler à travers la tradition populaire les survivances de la culture antique. Le résultat fut une série de textes autobiographiques ainsi qu’une nouvelle attention portée à la réalité matérielle de la vie quotidienne. L’avènement du réalisme et du naturalisme est déjà annoncé.

  • 23 Stathis Gourgouris, Dream Nation. Enlightenment, Colonization and the Institution of Modern Greece, (...)
  • 24 Alexis Politis, op. cit., p. 59.

27L’évaluation du texte de Makriyannis devrait ainsi se situer plutôt à la date de sa découverte que de sa rédaction. En fait, c’est à la fin du XIXe siècle et au début du XXe que les intellectuels, déçus et frustrés, se mettent à fouiller les reliques de la tradition et de la culture populaires afin de reconstruire et d’affermir l’identité nationale. Parmi ces reliques, le texte de Makriyannis s’est avéré une trouvaille de premier ordre, grâce à son caractère patriotique23. La publication du manuscrit relève de la recherche historique du romantisme et de la recherche ethnologique. Ainsi, il combine tant la place accordée à l’individu dans un cadre national et ethnocentrique que l’adoration de tout ce qui relève de la tradition populaire. Le texte de Makriyannis, par sa simplicité, pourrait se comparer aussi aux chansons populaires qui au cours du XIXe siècle sont revalorisées, en tant que dépositaires d’une identité nationale, toujours enrichie par des actions héroïques.24 La révolution de 1821 fut d’ailleurs le symbole de la liberté et du combat contre l’oppression. En plus, Makriyannis écrivait dans la langue qu’il parlait, avec toutes ses idiomatismes d’oralité. Le contraste avec la langue érudite « katharevousa » était frappant. Or, le problème de la langue s’était aussi érigé en outil de polémique idéologique. Les demandes de la génération de 1880 optaient pour la démotique, la langue parlée par tout le monde. Grâce à ces composantes, le texte de Makriyannis assure une longue continuité de lectures et de relectures ainsi que l’érection de Makriyannis lui-même en figure emblématique.

28Pourtant, c’est la génération de la modernité, celle des écrivains et des poètes des années trente, qui a formé le mythe de Makryiannis et qui a vu en lui le symbole de la substance grecque. Ainsi, c’est à travers une lecture plutôt littéraire que les mémoires ont été valorisés et même sous une double approche.

29La première approche date de 1941 et elle est celle de l’écrivain Georges Théotokas. Théotokas, un des théoriciens du modernisme, voit chez Makryiannis une personnalité exceptionnelle, un artiste populaire qui a affirmé son individualité en s’élevant au-dessus de la collectivité :

  • 25 Takis Kayalis, « Makryiannis de Séféris » [en grec], dans : Modernisme et grécité, Institut d’Étude (...)

« Makriyannis est essentiellement populaire dans son expression, son goût, sa perception du monde, mais assez plus grand que le peuple, intensément individuel dans son œuvre et dans sa vie, agité violemment par des passions et des angoisses nobles. Je crois que Makriyannis, malgré la simplicité de son expression, n’est pas un écrivain simple. Il est compliqué ».25

30En 1943, en pleine période de crise nationale, le poète Georges Séféris, exilé avec le gouvernement au Caire, fait une conférence au Caire et à Alexandrie dont l’impact fut absolument décisif pour la réception de Makriyannis en annulant toute approche antérieure. À l’encontre de Theotokas, Séféris voit chez Makriyannis la représentation de la collectivité, le symbole de la suite ininterrompue de la culture hellénique :

  • 26 Dokimes [Essais, en grec], 3e éd., Athènes, 1974, t. 1, p. 237.

« L’éducation, la culture affirmée par Makriyannis, n’est point distincte ou exclusivement sienne. C’est le bien commun, le trésor psychique d’une tribu, hérité pendant des siècles et des millénaires, de génération en génération, de sensibilité en sensibilité. Persécutée et toujours vivante, ignorée et toujours présente, elle est la propriété commune de la longue tradition populaire de la Nation ».26

  • 27 Antonis Liakos, « La question de la continuité dans l’historiographie grecque » [en grec], Historio (...)
  • 28 Antonis Liakos, ibid., p. 59.

31Makriyannis est ainsi devenu le symbole de la pureté hellénique, une figure de la pureté de la culture populaire, et plus tard aussi le modèle de tous les mémorialistes de la résistance. Il s’agit maintenant de la conception d’une nouvelle continuité historique : le sentiment de continuité s’incarne dès lors aussi d’une manière culturelle dans la musique, le théâtre, la littérature.27 C. Th. Dimaras avait écrit : « La Grèce, une notion absolue et non pas statique, se caractérise par le renouvellement constant d’une tradition millénaire ».28 Makryiannis devient ainsi le symbole de cette tradition, le symbole du combat mené par le peuple, de manière pure et spontanée, contre toute oppression politique ou militaire.

  • 29 Voir Christos Loukos, « La révolution de 1821. Un objet de recherche majeur vers la sous-estimation (...)

32Aujourd’hui, l’historiographie exprime le besoin de réinterpréter les divers mécanismes, historiques, politiques, économiques et sociaux qui ont mené à la révolution. Dans cet esprit qui se veut dénué de nationalisme, qui voudrait rejeter ou repenser les idées officielles préconçues, la lecture des mémoires des combattants se ferait sous un autre angle. La lecture des mémoires devrait s’insérer dans la micro- et la macro-histoire, dans les rapports des militaires et des politiciens, et surtout en rapport avec d’autres documents qui pourraient ainsi relativiser la réalité décrite par les combattants. Les nouvelles orientations de l’historiographie pourraient ainsi placer les mémoires individuels non seulement dans le cadre d’une histoire ethnique mais aussi dans le cadre de l’histoire européenne et balkanique tout autant que dans l’histoire des révolutions en général.29

33La mémoire, conçue comme vérité et authenticité, est censée offrir tous les éléments nécessaires à la vérité historique et à la prise de conscience nationale. L’historiographie romantique en est d’ailleurs la preuve. Tant au niveau de la création, qu’au niveau de leur réception, les mémoires sont considérés comme le discours textuel de l’identité nationale. Discours fictionnel peut-être, car le processus de la remémoration et de l’écriture ainsi que celui de la lecture, régi par la passion et les mouvements des idées, ne peut être que sélectif. Peu importe. La mémoire et les genres dans lesquelles elle s’exprime demeurent les témoins authentiques de l’histoire et du rêve.

Notes

1 Voir à cet égard Georges Gusdorf, Les écritures du moi. Lignes de vie, t. 1, Paris, Odile Jacob, 1991, et particulièrement le chapitre : « L’acte de naissance des écritures du moi ? », p. 53-67.

2 Voir à titre indicatif Karl J. Weintraub, « Autobiography and Historical Consciousness », Critical Inquiry, I (1975), p. 821-848 ; Georges Gusdorf, « De l’autobiographie initiatique à l’autobiographie genre littéraire », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 6 (1975), p. 957-994 ; Claudette Delhez-Sarlet, Maurizio Catani (dir.), Individualisme et Autobiographie en Occident, (Cérisy-la-Salle,1979), Université de Bruxelles, 1983 ; ainsi que James Olney (dir.), Studies in autobiography, (Louisiana State University, 1985), Oxford University Press, New York, 1988. Voir aussi l’œuvre magistrale de Georges Gusdorf, Lignes de vie, 2 vol. , Paris, Odile Jacob, 1991.

3 Cf. la définition classique proposée par Philippe Lejeune, dans Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, collection « Poétique », 1975, p. 14 : « Récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité ». Cette définition, bien qu’elle soit largement critiquée mais aussi reprise et modifiée par Lejeune lui-même, a ouvert pourtant la discussion scientifique sur les procédés constituant le genre de l’autobiographie.

4 George May, L’autobiographie, Paris, PUF, 1979, p. 122.

5 Ibid., p. 123.

6 Joël Candau, Mémoire et identité, Paris, PUF, 1998, p. 100-101.

7 Voir à ce sujet l’introduction par G.P. Kournoutos (éd.), Les mémoires (1453-1953), Vasiki Vivliothiki-44, Athènes [1953], t. 1er, p. 14.

8 Théodoros Kolokotronis a dicté son récit à l’érudit Georgios Tertsetis.

9 Emmanuel Xanthos, Palaion Patron Germanos.

10 Andréas Mamoukas.

11 Tripoleos Daniel.

12 Christophoros Perraivos.

13 Voir, Kournoutos, op. cit., t. 1er, p. 15.

14 Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 159.

15 Joël Candau, op. cit., p. 169.

16 Georges Gusdorf, Les écritures de moi. Lignes de vie, t. 1, op. cit., p. 240.

17 C. Th. Dimaras, C. Paparrigopoulos. Son époque, sa vie, son œuvre [en grec], MIET, Athènes 1986.

18 Ibid., p. 57-59.

19 Christina Coulouri, Histoire et Géographie dans les écoles grecques (1834-1914) [en grec], Archives Historiques de la Jeunesse / Secrétariat Général de la Jeunesse-18, Athènes 1988.

20 Voir l’édition du texte de Makriyiannis (Melissa – Karavias, Athènes, 1957) et particulièrement l’introduction par l’historien Spyros Asdrachas.

21 Giorgos Veloudis, Jakob Philipp Fallmerayer et la genèse de l’historisme grec [en grec], Mnemon-5, Athènes, 1982.

22 Alexis Politis, Années romantiques. Idéologies et mentalités dans la Grèce de 1830-1880 [en grec], Mnemon-14, Athènes, 1993, p. 47.

23 Stathis Gourgouris, Dream Nation. Enlightenment, Colonization and the Institution of Modern Greece, Stanford University Press, Stanford California, 1996, p. 179.

24 Alexis Politis, op. cit., p. 59.

25 Takis Kayalis, « Makryiannis de Séféris » [en grec], dans : Modernisme et grécité, Institut d’Études Méditerranéennes, Presses Universitaires de Crète, Hérakleio, 1997, p. 41.

26 Dokimes [Essais, en grec], 3e éd., Athènes, 1974, t. 1, p. 237.

27 Antonis Liakos, « La question de la continuité dans l’historiographie grecque » [en grec], Historiographie de la Grèce moderne et contemporaine 1833-2002, Actes de Congrès, Institut de Recherches Néohelléniques de la Fondation Nationale de la Recherche Scientifique, Athènes, 2004, t. 1er, p. 53-65, et plus particulièrement p. 59-60.

28 Antonis Liakos, ibid., p. 59.

29 Voir Christos Loukos, « La révolution de 1821. Un objet de recherche majeur vers la sous-estimation et le silence » [en grec], Historiographie de la Grèce moderne et contemporaine 1833-2002, op. cit., t. 1er, p. 579-594.

Auteur

Institut de recherches néohelléniques, FNRS, Athènes

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540