Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Individu, récit, histoire

 | 
Maryline Crivello
, 
Jean-Noël Pelen

Entre intime, histoire et Grands Récits : l’assemblement narratif du Sujet

Réflexion introductive

Jean-Noël Pelen

Texte intégral

  • 1 Cf. pour approche de ces difficultés Saul Friedlander, Histoire et psychanalyse, Paris, Seuil, 197 (...)
  • 2 À l’inverse, l’on comprendra que je ne puisse évoquer la multitude d’ouvrages et d’articles proche (...)

1La réflexion que je voudrais ouvrir ici paraîtra certainement abstraite, par le caractère probablement trop synthétique de mon exposé. Elle pourrait se situer à la croisée presque classique et pourtant délicate de la psychanalyse, de l’anthropologie et de l’histoire1, mais elle se positionne plus justement au sein de la narratologie, et plus largement dans une anthropologie des narrations. Je renverrai de ce fait à diverses reprises à mes travaux, qui en établissent en grande partie la source, proposant des « ethnographies » souvent très concrètes d’une diversité de récits. La présente contribution en constitue une synthèse partielle. De divers objets et écritures, je relie ici le fil d’un même point de vue2.

2Tout individu quel qu’il soit est soumis à un impératif ontologique d’autoreprésentation, qui puise inévitablement dans la totalité des champs de l’expérience que le sujet traverse, du plus intime au plus amplement partagé. Il n’y a pas de Sujet sans récit du Sujet. Et il n’y a pas non plus, ainsi que les linguistes le soulignent, de récit dont le Sujet ne soit le centre ou la source, ne serait-ce que comme proférateur. Il n’est pas de langue qui ne s’articule sur le Je.

  • 3 Cf. Jean-Noël Pelen, Le récit aux miroirs. Essai sur l’expérience narrative (à paraître). La quest (...)
  • 4 Cf. Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, (1979) (...)
  • 5 Erving Goffman, Les cadres de l’expérience, (1974), Paris, éditions de Minuit, 1991.

3Le sujet individuel est ainsi ce lieu privilégié d’observation de l’économie générale des narrations, au travers du nécessaire travail que le sujet opère, en premier lieu pour son propre compte, de mise en cohérence de la diversité des horizons de l’expérience narrative3. La notion d’horizon d’expérience est à démarquer de celles de « champ d’expérience » et d’« horizon d’attente », proposées par Reinhart Koselleck spécifiquement comme « catégories historiques »4 (il faudrait dire aussi historiennes). Plus proche serait celle de « cadres de l’expérience » avancée par Erving Goffman5. L’expression « horizons d’expérience » insiste toutefois sur le caractère réflexif et processuel de la construction de l’expérience, en se plaçant du point de vue de l’activité narrative du Sujet.

Les horizons d’expérience

4L’on peut, de manière un peu formelle et réductrice, lister ces horizons d’expérience de la façon suivante :

  • L’expérience du corps et de l’identité intrinsèque du Sujet, de la conception à la mort, depuis le ventre maternel, en passant par le sein, les expériences premières d’ingestion et de digestion, la question de la beauté et de la laideur, de la maladie, de la vieillesse et de la mort, avec, comme corollaire, une inépuisable quête de sens. Que cette expérience du corps comme réceptacle premier du sujet ait à voir avec le corps réel, nul n’en doute. Mais elle engendre aussi de multiples récits, dont les exemples foisonnent en chacun d’entre nous6.
  • L’expérience de la famille et de sa configuration, avec les positions de fils ou de fille, de père, de mère, d’oncle, de frère ou de sœur, de grand-père ou grand-mère, positions que le Sujet tout à tour peux tenir – être fils et devenir père –, ou qu’il rencontre au contraire tenues par d’autres personnages vis-à-vis de lui-même : son père et son fils. Positions complémentaires aussi qui lui sont impossibles à tenir : être mère, sœur ou grand-mère s’il s’agit d’un homme. Cette expérience, à nouveau, est à la fois réelle et en même temps nourrie de récits de toutes sortes : secrets, scène originelle, désirs d’inceste, gestes d’ascendance. C’est évidemment une expérience imaginative, avec le « roman familial », selon l’expression de Freud7, que le jeune enfant développe tôt, avec les « fantasmes d’identification » pour reprendre la désignation d’Alain de Mijolla8, cela pour évoquer quelques ressorts reconnus de cette mise en récit. Ressorts qui manifestent, précisément, le déploiement des strates narratives et leur assemblement.
  • 9 Diverses approches décrivent cette mythologie familiale du Sujet. Cf., pour des points de vue très (...)
  • 10 Cette notion de « sentiment océanique », proposée par Romain Rolland, a fait débat avec Freud, sel (...)
  • 11 Pour une mise en scène littéraire de cette nécessité, cf. l’œuvre de Claude Louis-Combet ; ainsi A (...)

5L’expérience de la famille et de la petite enfance a une résonance fortement mythique, parce que les positions de parenté désignées par rapport au Sujet, qui lui sont définitoires, ne peuvent être tenues que par des personnes précises, non interchangeables, qui incarnent donc, à part entière, une catégorie décisive du champ narratif. Ce sont, irrévocablement, les acteurs d’un récit que littéralement elles engendrent, ordonnant la cohérence originaire du Sujet. Elles identifient et opèrent, dans la mise en place narrative du Sujet, les actes premiers9. Il y a aussi ce temps primordial où le Sujet est lui-même l’être unique, qui ordonne le monde selon ses propres découvertes principielles. L’on pourrait peut-être désigner ce temps comme étant celui de la plénitude comblée du « sentiment océanique », lorsque l’être ne fait qu’un10. Le recouvrement du sentiment océanique dans sa toute puissance et de la mythologie familiale confère à tout sujet une propension, qui est probablement une nécessité, à rejouer des actes comme premiers, et à incarner celui qui les rejoue11.

  • Un autre horizon de l’expérience narrative, celui de l’expérience sociale, fournit plus que tout autre l’injonction de grandir, de dépasser les stades infantiles du corps et de la connaissance, la nécessité de s’accomplir, de réussir, en fonction de règles strictes de bienséance, de morale commune, de partage d’habitus, de conformités de pensée et de comportements. Sexe, âge, lieu de naissance, nationalité, profession et compétences placent le Sujet comme acteur d’un scénario certes ouvert mais dont les codes d’être et de faire sont largement prédéfinis. Cette codification sociale s’immisce jusque dans la gestion de la corporéité. L’on ne met pas ses coudes sur la table. Et l’on se pare et l’on se parfume, pour donner à ce corps un lissé. Il y a là d’emblée une hiérarchisation des rôles, des gestes et des valeurs, et une tension unique du scénario idéal vers la reconnaissance d’un ordre, résumé dans l’expression de « réussite sociale ». Ou bien dans celle de « forces de l’ordre », lorsque l’autorité devient un argument. Plus que d’autres, l’expérience sociale et sa narrativisation se présentent avec une exigence de clôture sur elles-mêmes. L’on est prié, lorsqu’on travaille, de laisser ses états d’âme au dehors. C’est en grande part dans le champ social et sur ses critères propres – autoritaires donc – que s’évalue la recevabilité des autres récits12.
  • L’expérience de l’histoire, immédiate ou lointaine, qui agite le mouvement collectif des hommes, en élargissant le territoire spatial ou temporel de l’expérience du corps, de l’expérience familiale et sociale, dresse le récit d’une action partagée et prospective, de son origine et de son devenir, dont l’individu est pour le moins l’un des héritiers, des acteurs, des spectateurs. C’est une singularité presque inhérente au récit historique que de construire une narration du passé qui donne un sens au devenir. Il est une rétrospection prospective. Un « horizon d’attente ». Le sentiment de l’être est inévitablement saisi dans cette représentation qui inscrit son apparition au monde, son existence, au sein d’un moment singulier de la communauté de référence, perçu souvent comme décisif, qu’il soit un apogée de l’histoire, un tournant critique ou l’amorce d’un déclin, voire d’un désastre. Il est un lieu narratif où l’histoire est toujours en train d’advenir. Ce lieu est un nœud de l’identité narrative. Tous les récits s’y assemblent. L’histoire, faut-il le dire en effet, résonne fortement avec tous les champs narratifs précédemment évoqués. Peut-on dire que les exodes ne défassent pas les généalogies ou les lieux intimes de l’origine ? Qu’il n’y ait pas des deuils collectifs ? Peut-on dire aussi que l’on n’ait pas longuement attendu de l’histoire, solidarisée au Grand Récit concomitant du Progrès, une amélioration du Soi ?13
  • L’horizon des Grands Récits enfin. L’expression de « grand Récit » a été employée par Jean-François Lyotard en 1979 dans La condition postmoderne pour désigner les récits collectifs d’émancipation du citoyen, de réalisation de l’Esprit et d’attente d’une société sans classe qui auraient accompagné la modernité. La postmodernité se caractériserait par une « décomposition de ces grands Récits »14. J’entends pour ma part par cette appellation les narrations eschatologiques du monde – d’inspiration mystique, religieuse, historique, politique ou scientifique –, qui relient le Sujet à l’Universel, donnant à l’horizon de l’être et de l’humanité son infinité, en deçà de la naissance et au-delà de la mort. De ce point de vue, les Grands Récits sont loin de disparaître et se présentent au contraire comme étant aujourd’hui d’une profusion vertigineuse15.
  • 16 L’on pourrait parler à ce propos de strates narratives, quoique l’expression serait discutable en (...)
  • 17 À cet égard, il serait judicieux de considérer la forme simple qui spécifie le positionnement narr (...)

6L’ensemble des horizons de l’expérience, ancré dans le réel, se configure dans des récits dont on peut dire qu’ils obéissent chacun à une logique propre, contrainte par l’expérience elle-même mais aussi par des nécessités et des modes narratifs spécifiques. Ces récits connaissent entre eux des hiérarchisations formelles, des logiques d’inclusion, d’emboîtement, d’exclusion : l’ordre dans lequel je les ai présentés est ainsi organisé selon un élargissement de l’horizon référentiel. Ils connaissent aussi une certaine chronologie dans l’élaboration de l’identité narrative du Sujet – les configurations narratives océanique et familiale précédant par exemple très globalement la mise en représentation de l’histoire16. De cette hétérogénéité, l’on retient fréquemment l’idée – partiellement juste mais insuffisante – d’un feuilletage, voire d’un éclatement identitaire du Sujet. Toute une littérature, voire une part des sciences humaines – histoire, psychanalyse – se sont constituées de cette distinction, cette discontinuité partielle des champs de l’expérience et des récits qui y affairent17.

Paul Ricœur et l’identité narrative

7L’hypothèse de l’identité narrative est au contraire que le Sujet opère et doit opérer, par divers procédés, une mise en cohérence des divers champs de son expérience, un assemblement narratif, pour parvenir, par-delà cette hétérogénéité et la réelle diversité de ses inscriptions, à une représentation intégrée de lui-même, sur la totalité de sa durée. Les divers champs de l’expérience ont, du strict point de vue de l’identité narrative, valeur égale, c’est-à-dire une capacité et une nécessité semblables à faire récit. Comment le sujet trouve-t-il sa cohérence dans l’entrelacement des récits historique, social, familial et bien sûr récit de l’intime, Grands Récits et simples désirs – récits de possibles –, sous-tendus qui plus est de nécessités d’ordre mythique ? Y a-t-il un point où ce nourrissement hétérogène s’harmonise et comment ?

  • 18 La notion de « mythe personnel » a notamment été systématisée par Charles Mauron, Des métaphores o (...)
  • 19 La nécessité narrative du Sujet est également exprimée par l’acte autobiographique. Sur celui-ci c (...)

8Cette question se résout dans ce lieu nodal que Paul Ricœur appelle identité narrative, que d’autres désignent comme mythe personnel, mythobiographie, automythographie18, et que j’ai pour ma part dénommé ici assemblement narratif du Sujet, pour en souligner tout à la fois le caractère processuel, réflexif, de confluence de l’hétérogène et enlever la qualification de graphie, enfermant cette construction dans le seul espace du littéraire. Ces expressions désignent toutes, peu ou prou, un lieu de configuration relativement restreint, où l’ensemble des narrations retournent vers le sujet pour en établir le récit propre19.

  • 20 Paul Ricœur, Temps et récit, 3 vol. , Paris, Seuil, 1983, 1984, 1985. Pagination de l’édition Essa (...)
  • 21 Temps et récit, p. 435.

9Qu’est-ce donc que l’identité narrative ? Il me paraît nécessaire de faire un point précis sur cette notion telle que l’a présentée Paul Ricœur, afin de l’éclairer car elle est complexe mais assurée, précieuse, interrogeant et construisant la cohérence du Sujet sur la durée. La notion de durée ouvre d’emblée pour Ricœur sur la question du récit car, outre qu’il n’est pas d’ « expérience qui ne soit déjà le fruit de l’activité narrative »20, il faut « tenir le récit pour le gardien du temps, dans la mesure où il ne serait de temps pensé que raconté ».21

  • 22 Ibid. p. 443.

« Sans le secours de la narration, le problème de l’identité personnelle est [...] voué à une antinomie sans solution : ou bien l’on pose un sujet identique à lui-même dans la diversité de ses états, ou bien l’on tient [...] que ce sujet identique n’est qu’une illusion substantialiste [...]. Le dilemme disparaît si, à l’identité comprise au sens d’un même (idem), on substitue l’identité comprise au sens d’un soi-même (ipse) ; la différence entre idem et ipse n’est autre que la différence entre une identité substantielle ou formelle et l’identité narrative. [...] À la différence de l’identité abstraite du Même, l’identité narrative [...] peut inclure le changement, la mutabilité, dans la cohésion d’une vie. »22

  • 23 « Le soi de la connaissance de soi est le fruit d’une vie examinée […] l’identité narrative n’équi (...)
  • 24 Ibid., p. 446 et 447.
  • 25 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, collection Points Essais.

10Ricœur souligne la dimension réflexive de l’identité narrative, directement impliquée par cette définition23. Il stipule que l’identité narrative est sans cesse en travail, qu’elle « n’est pas une identité stable et sans faille », qu’elle « ne cesse de se faire et de se défaire », allant jusqu’à invoquer son « instabilité principielle »24. C’est que la mise en cohérence du sujet par lui-même est à réétablir sans fin au fil du temps, du développement de l’expérience, devant d’une part intégrer l’hétérogénéité de cette expérience, à commencer par celle de son signifiant lui-même et, de l’autre, le bouleversement constant de l’événement. Cela est particulièrement éclairé dans Soi-Même comme un autre25. Ricœur y caractérise la « mise en intrigue » :

  • 26 Ibid., p. 168-169.

« par la concurrence entre une exigence de concordance et l’admission de discordances qui, jusqu’à la clôture du récit, mettent en péril cette identité. Par concordance, j’entends le principe d’ordre qui préside à […l’] “agencement des faits”. Par discordance, j’entends les renversements de fortune qui font de l’intrigue une transformation réglée, depuis une situation initiale jusqu’à une situation terminale. J’applique le terme de configuration à cet art de la composition qui fait médiation entre concordance et discordance. [...] je propose de définir la concordance discordante, caractéristique de toute composition narrative, par la notion de synthèse de l’hétérogène. Par là, je tente de rendre compte des diverses médiations que l’intrigue opère – entre le divers des événements et l’unité temporelle de l’histoire racontée ; entre les composantes disparates de l’action, intentions, causes et hasards, et l’enchaînement de l’histoire ; enfin, entre la pure succession et l’unité de la forme temporelle –, médiations qui, à la limite, peuvent bouleverser la chronologie au point de l’abolir. »26

11Il définit longuement, par ce que nécessité oblige, l’événement narratif :

  • 27 Ibid., p. 169-170.

« l’événement narratif est défini par son rapport à l’opération même de configuration ; il participe de la structure instable de concordance discordante caractéristique de l’intrigue elle-même ; il est source de discordance, en tant qu’il surgit, et source de concordance, en ce qu’il fait avancer l’histoire. Le paradoxe de la mise en intrigue est qu’elle inverse l’effet de contingence, [...] en l’incorporant [...] à l’effet de nécessité ou de probabilité, exercé par l’acte configurant. [...] en tant que simple occurrence, […l’événement] se borne à mettre en défaut les attentes créées par le cours antérieur des événements ; il est simplement l’inattendu, le surprenant, il ne devient partie intégrante de l’histoire que compris après coup, une fois transfiguré par la nécessité en quelque sorte rétrograde qui procède de la totalité temporelle menée à son terme. […] cette nécessité est une nécessité narrative dont l’effet de sens procède de l’acte configurant en tant que tel [...]. »27

  • 28 « Le pas décisif en direction d’une conception narrative de l’identité personnelle est fait lorsqu (...)

12Il souligne, comme caractéristique de l’identité narrative, le report sur le personnage du travail de mise en intrigue jusque-là appliquée à l’action28. Il découvre enfin le résultat de cette élaboration – son ressort ou sa tension principale – qui, synthétisant l’hétérogène, transmue le hasard en destin :

  • 29 p. 175.

« le personnage tire sa singularité de l’unité de sa vie considérée comme la totalité temporelle elle-même singulière qui le distingue de tout autre. Selon la ligne de discordance, cette totalité temporelle est menacée par l’effet de rupture des événements imprévisibles qui la ponctuent (rencontres, accidents, etc.) ; la synthèse concordante-discordante fait que la contingence de l’événement contribue à la nécessité en quelque sorte rétroactive de l’histoire d’une vie, à quoi s’égale l’identité du personnage. Ainsi le hasard est-il transmué en destin. »29

  • 30 Temps et récit, p. 442 et 465.

13Ricœur précise que « “Identité” est pris ici au sens d’une catégorie de la pratique. » « On peut parler de programme narratif pour désigner un parcours d’action fait d’une suite enchaînée de performances. »30

Confluence de l’hétérogène

  • 31 C’est même, d’une certaine façon, cette hétérogénéité qui, dans la littérature orale, permet l’int (...)
  • 32 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 26.
  • 33 « Pour le moins » car cela est certainement aussi vrai du mythe, de la « pensée sauvage » et de l’ (...)
  • 34 Lévi-Strauss, ibid., p. 24.

14La pensée de Ricœur, outre son inscription d’évidence dans une tradition herméneutique, se nourrit et croise bien des réflexions sur la poétique, l’écriture de l’histoire, le travail de la cure psychanalytique. L’hétérogénéité du signifiant est ainsi un constat dans l’analyse des mythes31, comme dans la recomposition narrative qu’opère la cure psychanalytique. De la même façon que Claude Lévi-Strauss souligne que « le propre de la pensée mythique est de s’exprimer à l’aide d’un répertoire dont la composition est hétéroclite »32, la composition de l’hétérogène est un élément absolument déterminant de l’identité narrative. La caractérisation d’« hétérogène » conférée aussi bien au mythe, à l’inconscient qu’à l’identité narrative est d’ailleurs attribuée à ceux-ci par la raison raisonnante, la pensée analytique. Mais l’assemblement de l’hétérogène est sans doute précisément l’objectif, le moyen, et surtout le présupposé – pour le moins33 – de l’identité narrative. Plus nettement, l’on pourrait dire que l’identité narrative naît pour, dans le même mouvement, assembler l’hétérogène et le récuser. De même que la « pensée sauvage », elle jaillit de cette constatation, ce précepte selon lequel : « Tout classement est supérieur au chaos »34. Cette considération est essentielle si l’on veut la saisir. L’identité narrative ne classe pas dans la même unité de sens seulement ce qui peut entrer dans un rapport de similitude, mais surtout ce qui est dissemblable. Cela parce qu’elle relie dans un même propos les divers champs – hétérogènes – de l’expérience du Sujet pour en faire un tout.

  • 35 Cf., illustrant une parfaite collusion narrative entre l’homme et l’œuvre, cette stature face à l’ (...)
  • 36 Sigmund Freud, L’Homme aux rats, (1909), Paris, Quadrige/PUF, 2000. Correspondance citée dans la p (...)
  • 37 Cette notion de « penser de contrainte » est proposée dans la « Contribution à la théorie », en pl (...)

15Comme ci-dessus Lévi-Strauss pour la pensée mythique, Freud s’est souvent étonné devant cette hétérogénéité du narratif dans la construction des névroses. Il en a même – et comme décidément Lévi-Strauss35 –, été admiratif, d’une admiration qu’il serait nécessaire d’interroger. Ainsi parle-t-il à Jung, à propos de son travail sur L’homme aux rats – et au fond de la création de son analysant –, des « grandes œuvres d’art de la nature psychique ! », soulignant que cela « dépasse presque mes facultés de description »36. Pour établir son « penser de contrainte »37, il est vrai que l’homme aux rats brûle tout le bois dont il dispose, sans distinction :

  • 38 Ibid., p. 50.

« Une profusion de communications factuelles qu’il avait jusque-là gardées par-devers lui devint alors, au point culminant de la cure, disponible pour établir la cohérence de l’ensemble. »38

  • 39 Ibid., respectivement p. 36 et 57.

16C’est par une « sorte de connexion logique […] faisant fi de toute logique », par le biais d’un « inconcevable processus »39, que l’homme aux rats :

  • 40 Ibid., p. 69-70.

« trouve […] dans son expérience de la vie […des] points d’appui pour sa superstition et que, pour cette raison, il prêtait attention aux hasards inexplicables, bien connus de la vie de tous les jours, et que, par la manière d’agir inconsciente, il les aidait là où ceux-ci ne suffisaient pas. »40

  • 41 Un bel exemple de cet assemblement nous est donné ci-après par Isabelle Luciani lorsque César de N (...)

17Cette reconnaissance de la construction d’une homogénéité du récit par la confluence de l’hétérogène est nécessairement à prendre en compte comme piste de recherche, voie royale d’analyse. L’hétérogène devient une sorte d’argument implicite pour le narrateur – « connexion logique […] faisant fi de toute logique » –, car il est ce quelque chose qui fait sens sans qu’on ne le discute. C’est par son biais que le hasard peut enfin devenir un destin41.

  • 42 Cf. Jean-Noël Pelen, « Sigmund Freud, Claude Lévi-Strauss et le narcissisme de l’archaïque », à pa (...)
  • 43 Une réflexion théorique affinée – dont ce ne peut être ici le lieu – serait nécessaire pour noter (...)
  • 44 L’on sait que la comparaison avec le bricolage anime la réflexion de Lévi-Strauss sur la « pensée (...)

18Toutefois les objets narratifs analysés par Lévi-Strauss et Freud restent, pour l’un et l’autre auteurs, comme étrangers, éloignés d’eux et par eux dans le champ de l’histoire, de la culture, ou de la maladie. Ils s’y reconnaissent pourtant, et cela provoque chez eux comme une étrange sensation, par l’effet miroir qui renvoie probablement aux principes de leur propre construction narrative42. C’est qu’en effet, loin d’être cantonné au champ de la névrose ou de la « pensée sauvage », le travail de l’identité narrative – qui leur est semblable43 – concerne tout groupe constitué d’individus et, en son sein, chaque être singulier. Nous sommes tous des « bricoleurs »44.

  • 45 Julien Green, Le temps éclaté, Paris, éditions de Minuit, 2000, p. 185. Freud, dans L’Homme aux lo (...)
  • 46 Op. cit., p. 349. Concernant la réflexion sur l’histoire, il faudrait citer toute l’œuvre. Cf. ici (...)

19De même la question de la configuration générale du sens comme nécessité rétroactive, voire préfigurative, abolissant l’unicité de l’ordre chronologique, est-elle mise en évidence tout autant dans les études sur l’acte biographique, les récits de vie, la temporalité de la cure et de l’inconscient, la mythologie. André Green, dans Le temps éclaté, tente ainsi de mettre en relief dans la pensée de Freud la conception d’une « hétérochronie fondamentale [qui] recoupe sa conception de l’hétérogénéité du signifiant. »45 Claude Lévi-Strauss indique semblablement que : « Le propre de la pensée sauvage est d’être intemporelle. Elle veut saisir le monde, à la fois, comme totalité synchronique et diachronique […]. » L’on sait que cela le conduira à toute une réflexion sur l’histoire… avec une prédilection personnelle pour la « pensée sauvage »46.

  • 47 Op. cit., p. 138.
  • 48 J’ai produit plusieurs réflexions sur cette question spécifique de l’entrecroisement des genres na (...)
  • 49 Temps et récit, p. 442.

20L’une des originalités de la pensée de Ricœur est de souligner le fait que la notion d’identité narrative s’applique tout aussi bien à l’individu qu’à une « collectivité », une « communauté », un « peuple ». Il a cette formule intéressante, dans une note de Soi-même comme un autre, selon laquelle « l’identité narrative, soit d’une personne, soit d’une communauté, serait le lieu recherché de ce chiasme [« figure de rhétorique formée par un croisement des termes », Petit Robert] entre histoire et fiction »47. Elle se constituerait d’un nourrissement réciproque – largement mis en évidence dans l’anthropologie des narrations – de genres narratifs aux statuts de connaissance différenciés48. Ricœur parle de « fécondation mutuelle » de l’histoire et de la fiction, dont naîtrait ce « rejeton » qu’est, précisément, l’identité narrative49.

L’assemblement narratif

  • 50 Sur la notion de récit collectif, cf. Jean-Noël Pelen, « La production du récit collectif », Le Mo (...)

21La question qui se pose toutefois, et que Ricœur n’ouvre pas, me semble-t-il, frontalement, est celle de la corrélation, du rapport dynamique entre l’identité narrative de l’individu et celle de la collectivité à laquelle celui-ci appartient. Sa pensée a été reconnue comme pertinente, d’abord me semble-t-il, en ce qu’elle concernait le récit collectif de l’histoire. Pourtant, l’observation – l’ethnographie des narrations pour ce qui me concerne – montre que, de même que l’histoire et la fiction se mêlent inlassablement pour se féconder, de même l’identité du Sujet se nourrit, par force, nécessité ou opportunité, des récits collectifs de l’histoire50, tout comme les récits collectifs de l’histoire assemblent, se nourrissent de ou tout au moins questionnent, en un lieu, selon des profondeurs et des modes qui restent à déterminer, l’identité narrative des individus. Car que serait l’histoire, sans une collectivité d’individus en accord pour s’y reconnaître ?

  • 51 Cf., pour les récits de vie produits dans le champ de l’exclusion ou de la grande marginalité, Jea (...)
  • 52 Cf. notamment et entre autres Michael Pollak, L’expérience concentrationnaire. Essai sur le mainti (...)

22La profondeur de la notion d’identité narrative, son caractère heuristique au-delà de l’herméneutique, apparaît d’abord nettement lorsque l’on observe celle-ci dans la quête de cohérence du Sujet individuel. Car ce Sujet est plus évidemment ce soi-même dont parle Ricœur que le Sujet collectif. Et les efforts de cohérence du Sujet individuel concernent tous ses récits : récits propres, originaires, intimes – désignant par là ce qui, au sens premier, « est contenu au plus profond de l’être » (Petit Robert) –, de même que les récits plus partagés, sociaux ou historiques. L’observation montre que le Sujet est en quête d’une cohérence maximale certes dans chacun de ses récits, mais aussi et peut-être surtout dans leur économie générale, qui fait que l’être intime est accordé à l’être social, l’être social à l’être historique, dans une harmonisation pacificatrice, productrice de bien-être et, dans le fond, de bonheur. L’incohérence narrative, l’impossible nécessité de se dire dans son entier – comme le montrent la psychanalyse, l’analyse des récits de vie51 et parfois l’histoire52 – sont évidemment produits par et producteurs de souffrance.

  • 53 Notons que ce retour du même assemblant les récits agit le plus souvent dans l’ombre – c’est ce qu (...)
  • 54 Cf. notamment les travaux de Karine-Larissa Basset montrant la puissance avec laquelle le patronym (...)
  • 55 La mythologie du Progrès, durant les deux derniers siècles notamment, fut l’un de ces récits aux f (...)

23Mais il est difficile de trouver, pour chacun d’entre nous, un récit totalisant l’ensemble des horizons de l’expérience. Peut-être une harmonisation idéale de l’expérience narrative est-elle le lot de quelques fortunés de l’existence. Pour les plus humbles, cette reliaison, cette solidarisation entre les divers espaces narratifs s’opère plutôt parce que l’on pourrait dénommer des pontages presque furtifs, un bricolage de l’hétérogène. Des superpositions dans la forme même des récits, dans leur logique actancielle et sémantique, des retours, dans chaque récit, d’une action commune à tous et d’un même sens qui, réduits à leur dimension archétypale, minimale, semblent opérer le retour du même, la cohérence de l’être. Ou enfin la constance d’une même image, d’une même métaphore, qui apparaît dans tous les lieux du récit53. La dénomination du Sujet – nom, prénom et surnoms éventuels – est ainsi, et à titre d’exemple, l’un de ces espaces où se conjoignent, par l’origine du nom, les récits d’ascendance qu’il suggère, ses propositions homophoniques et autres, par son caractère unique et définitif, jusqu’à être parfois l’unique récit post-mortem, une multitude d’horizons d’expérience, de l’intime à l’historique54. Soulignons d’ailleurs que lorsque nous parlons de récit, il faut entendre par là toutes les formes de mises en narration, depuis les plus ramassées, repérables, s’objectivant comme telles (dont le livre d’histoire est si l’on veut la concrétisation la plus nette), jusqu’aux plus étendues, diluées presque, manifestées de manières diverses par des récits au sens commun mais aussi des objets, des rites, des actes, l’ensemble proposant néanmoins et peu ou prou une logique séquentielle au profit d’une même configuration55.

  • 56 La première étape de l’analyse psychocritique établie par Charles Mauron consiste précisément dans (...)
  • 57 Ibid., p. 59, 76, 49, 63.
  • 58 À propos de la « pensée sauvage », Claude Lévi-Strauss note : « la connaissance qu’elle en prend [ (...)

24Ce travail de configuration du Sujet, nourri d’une véritable expérience des narrations, apparaît à l’entrecroisement de ce que Jacques Guilhaumou m’a suggéré de dénommer le moi horizontal – le sujet réflexif – et le moi vertical – le sujet nourri de récits enfouis se réfléchissant dans le moi réflexif. Le récit configurant, l’identité narrative, ressemble plus alors à une forme, une matrice dynamique, qui se reconnaîtrait dans le déploiement des différents récits et qui permettrait à ceux-ci de se reconnaître entre eux, ouvrant donc des possibles et du devenir. L’on pourrait observer cette forme en superposant l’ensemble des récits, à la manière dont on observerait devant une source de lumière des dessins disparates dont la transparence laisserait entrevoir le chiffre caché, la réitération d’un identique récit minimal56. Freud à la quête du principe qui préside à l’élaboration de la névrose parle d’« ancien prototype », dont l’enracinement se situerait dans « les années préhistoriques de l’enfance » – il faudrait entendre pré-narratives –, dans le « complexe nucléaire infantile » qui n’est lui-même déjà que narratif. Il quête la « forme originelle [qui] est cependant la bonne, qui permet souvent de reconnaître son sens sans aucun déguisement »57. C’est ici l’idée que dans chaque manifestation de la névrose se manifeste le même schéma narratif, quasi originaire – ce pourquoi l’inconscient est intemporel –, de même que nous définissons l’identité narrative comme une forme, sans cesse travaillée mais toujours récurrente. La comparaison avec une image kaléidoscopique serait également très éclairante pour parler du mouvement au sein de cette économie générale des récits, de cette confluence sans cesse renouvelée de l’hétérogène. Partout se déploie, créant par sa réflexion un univers à la fois simple et complexe, la même image structurante sans fin déployée58.

  • 59 Les exemples développés sont rares. L’ouvrage de K.-L. Basset, op. cit., sur l’analyse du même mot (...)
  • 60 Dominique Froissant et Jean-Claude Bringuier (réalisateurs), Fernand Braudel. I, Jeunesse-Vocation (...)
  • 61 Cf. une évocation plus large de cette œuvre et cet instant dans ma contribution : « Incorporation (...)
  • 62 Claude Lévi-Strauss, Mythologiques, Paris, Plon, 4 vol. , 1964-1971. Évocation plus large de cette (...)

25Je n’ai guère le loisir ici de développer d’exemple de ces conjonctions construites, car la description en serait nécessairement longue59. Mais voici un exemple d’une conjonction apparemment fortuite mais néanmoins significative, que j’ai déjà cité, mais que je rappelle, pour sa beauté et en hommage. Dans un entretien filmique accordé à Jean-Claude Bringuier, Fernand Braudel décrit de manière passionnée son expérience physique de la Méditerranée, rapprochant son œuvre historique et analytique d’une pratique de la mer réelle, comme si les deux étaient indissociablement liées. En un moment, Braudel décrit, entre la Sicile et la Tunisie, la visibilité des courants marins dans la mer peu profonde, « comme veinée de bleus plus lisses » et, en énonçant cela, Braudel passe la paume d’une main sur le dos de l’autre, dont il contemple le bleu des veinures60. L’on suppose, en cela, une superposition métaphorique entre la mer et le corps, l’histoire de la mer et l’histoire du corps. L’on en tire l’indice, affirmé par ailleurs, d’une identification profonde de l’être réel, physique, intime, à son œuvre, soit l’assemblement narratif de champs de l’expérience généralement considérés comme distincts. La Méditerranée, « veinée de bleus plus lisses », se contemple un instant sur la main de celui qui, sa vie durant, l’a inlassablement parcourue et écrite61. Par ce simple geste, Braudel semble témoigner, sans pourtant s’en soucier ouvertement, d’une cohérence profonde de son être. Sa main est conforme à la mer. Le « bleu veiné » est la même aune qui identifie l’être et la mer. Cet assemblement métaphorique de l’hétérogène survient tout aussi bien de ce que le rêve d’enfant de Claude Lévi-Strauss ait été d’être chef d’orchestre et plus encore compositeur, ce qui a valu à son œuvre majeure, Mythologiques, d’être dédiée « à la musique » et ouvertement construite dans la métaphore d’une composition musicale, dont l’auteur regrette seulement que le lecteur ne puisse l’entendre. Ici aussi, la musique constitue ce lieu de superposition, d’identification de l’homme à l’œuvre. Et cette visibilité ouvertement donnée à une motivation de l’œuvre par l’intime cache certainement des connexions plus profondes dont le dévoilement offrirait à l’œuvre, on ne peut en douter, une cohérence supérieure62.

L’intime et l’histoire

  • 63 Dans le cas des exemples à peine effleurés de Braudel et Lévi-Strauss, l’on peut noter que la Médi (...)

26L’identité narrative de tout Sujet se constitue d’un dialogue constant entre les strates de l’intime, du privé, et les récits collectifs, sociaux, cela pour le moins parce que l’identité du Sujet se réalise dans une relation à l’Autre, par l’inclusion dans une collectivité, une société, laquelle inclusion passe par le partage de mêmes récits63. C’est à ce point de reliaison qu’apparaît, plus fermement, le thème de cet ouvrage : Individu, récit, histoire.

27Il faut ici entendre l’histoire au sens large. Certes l’histoire des nations, des guerres et grandes batailles, ainsi qu’on nous l’a enseignée doctement, mais aussi celle du corps, de la vie quotidienne, des langues, de la littérature, du climat, tout ce dont le Sujet, les Sujets regroupés en collectivité, expérimentent comme changements, innovations ou pertes, et qui résonne dans leur expérience du monde, dans leur quête évolutive de leur cohésion au monde sans cesse changeant.

  • 64 Ibid.
  • 65 La perception que les Sujets ont du déroulement de l’histoire s’établit à partir de la conscience (...)
  • 66 Pour des exemples de ces reliaisons, cf. mon article, op. cit., « Les narrations de soi et la Mort (...)

28L’on observe inévitablement, dans l’intégration de l’intimité des Sujets aux récits collectifs de l’histoire, de la diversité. Ceci dans les opinions bien sûr, les partis pris relatifs à l’histoire, ou dans ce que j’ai appelé les modes d’historicisation du Sujet64, procédés différenciés de dialogue avec l’histoire, et dont nous avons, dans les contributions ici réunies, une diversité d’exemples, de l’écriture historienne aux spectacles historiques, en passant par l’incorporation de l’histoire comme sang. Mais l’on observe toujours le fait de cette reliaison de l’intime à l’historique. Et l’on observe aussi des récurrences. Ainsi en est-il de la superposition fréquente du sentiment biographique au sentiment de l’histoire, mue par cette nécessité strictement narrative d’intégration de l’événement ou du processus historique à ce que Ricœur a dénommé le destin65. Ainsi, et pour la même nécessité du destin, de la reliaison presque constante des récits de l’intime à un Grand Récit, parce qu’il faut bien que le sentiment du Sujet se justifie d’être un jour apparu, et un jour de devoir disparaître66. Des constantes aussi, parce que l’histoire, tant réelle que narrativisée, est en grande part la même pour tous, et que les Sujets sont eux-mêmes des êtres historiques, dont l’identité en tant que Sujets est historiquement déterminée.

  • 67 Sur cette notion cf. Jacques Guilhaumou, Discours et événement. L’histoire langagière des concepts(...)
  • 68 Il y aurait à faire, sur ce motif narratif qui fut en son temps majeur tant il constituait un poin (...)
  • 69 Cf. sur une réception populaire de la photographie et son analyse, Jean-Noël Pelen et Daniel Travi (...)

29On peut alors, plus étroitement, interroger le dialogue concret entretenu entre les événements historiques – que l’on pourrait alors parfois qualifier d’événements discursifs67 – et les identités des Sujets, dans cette part que l’histoire donne en partage. Maints exemples pourraient découvrir comment des faits historiques considérés comme relativement menus, tels, au XIXe siècle, le passage du sabot au soulier, l’avènement de la photographie, ont constitué tout à la fois des faits historiques reconnus comme tels, exprimant une mutation collective, mais comment aussi ils se sont insinués dans l’identité narrative de chaque Sujet en y exprimant d’autres mouvements : la mutation d’une identité familiale, d’une identité sociale, ainsi que, corrélativement, la mutation du Sujet vis-à-vis de lui-même. Ainsi pour le passage du sabot au soulier l’acquisition d’une propreté du corps – le passage du crotté au vernis –, d’une propreté sociale – l’exode de la campagne vers la ville –, d’une propreté historique que proposait le mythe du Progrès, l’ensemble formant, au travers de cette métaphore de la propreté, une sorte de Grand Récit dégageant le Sujet de sa gangue de saleté, corporelle, familiale, sociale, historique68. C’est pareillement, avec l’avènement et la diffusion de la photographie à partir de 1839, l’éternisation possible de l’image même du Sujet dans une modernité désormais et avec cela irrévocablement acquise, ce dont témoignait le cliché. D’où la vogue initiale et presque paradoxale des portraits post-mortem, le caractère longuement hiératique ou solennel des premiers portraits ordinaires, notamment dans les milieux populaires : parce que l’on se présentait alors face à l’histoire, comme au sortir d’une nuit des temps où cette pérennisation de l’être était impensable69.

  • 70 Cf., dans mon ouvrage Le récit aux miroirs, op. cit., la partie sur « Les peuples méridionaux… », (...)

30Ces « menus événements » de la modernité ont constitué ces chevilles topiques d’autant plus agissantes que d’apparence anodines, qui ont assemblé les récits – intime, familial, social, historique, mythique –, en renforçant par solidarité la cohérence propre à chacun. Parfois, au contraire, il y a eu conflit entre les divers horizons narratifs auxquels participait le Sujet, et l’histoire a fait effraction dans le récit de l’intime, créant en celui-ci une dissonance traumatique : l’éradication des langues vernaculaires a ainsi laissé apparaître de multiples manifestations de cette dissonance, qui a profondément nourri, dans les premières décennies de leur émergence, les régionalismes. On a bien trop réduit ceux-ci à de simples nostalgies identitaires ou politiques – sans pour autant définir ce qu’était la nostalgie – quand ils exprimaient d’abord, au travers de celles-ci, un sentiment de disjonction de l’être à ses origines – la délégitimation de sa saisie originaire du monde par la langue native –, fait lui-même historiquement déterminé dans la conscience des Sujets70.

  • 71 Cf. Jean-Noël Pelen, « Le mythe de la femme sauvage. Autour du livre de Clarissa Pinkola Estés : F (...)

31Plus proche de nous, l’on pourrait citer l’apparition relativement récente mais désormais extrêmement présente dans une diffusion à l’échelle planétaire, sous de multiples formes, d’un Grand Récit de la féminité comme rédemptrice possible d’un Monde en perdition. Ce récit assemble, à une expérience éminemment intime de la féminité, une expérience collective de genre, un sentiment collectif d’apocalypse possible – d’où la nécessité rédemptrice –, l’ensemble débouchant sur un Grand Récit de la Grande Déesse, la Déesse primitive, dont la matrice de vie, présente en chaque femme, conjurerait la mort collective. En ce récit, dialoguant avec une histoire très réelle, chaque femme exprime la possible résurgence de la Mère Terre71.

  • 72 Cf. ci-après diverses contributions et, parmi mes recherches citées, « Identité narrative et ethno (...)
  • 73 Cf. ci-après la contribution de Maryline Crivello.

32Le positionnement du Sujet individuel comme historien, narrateur reconnu de l’histoire, est certainement l’un des modes discrets de légitimation du récit du Sujet par le récit collectif, par le moyen de la reconnaissance sociale de l’historiographie. Tout œuvre historienne ou anthropologique ample – en ce que l’anthropologie est souvent l’évocation d’une part de l’humanité en perdition et donc un récit de l’histoire au lointain – peut être considérée, sans que cela n’obère en rien sa scientificité, comme une production d’egohistoire, une projection du sentiment du Sujet sur la toile de fond du récit collectif72. Car pourquoi le Sujet producteur de l’historiographie écrirait-il cela ? Il y aurait lieu ici, par la considération du paratexte des œuvres, par tout ce que le récit historien ainsi entendu au sens large produit de sens en deçà ou au-delà de l’historique, à travers l’historique, de mettre à jour les métaphores, les inductions, les schémas narratifs récupérés de l’histoire pour agir le récit du Sujet écrivant, ou projetés dans l’histoire par ce même Sujet pour que l’histoire l’agisse ou le manifeste. Les miroitements du Sujet dans les œuvres de Michelet, Fernand Braudel, Claude Lévi-Strauss…, soulignés par eux-mêmes mais dépassant largement les aveux consentis, sont les illustrations brillantes d’un processus nécessairement commun. Cette orientation d’analyse peut d’ailleurs être identiquement portée sur d’autres modes d’historicisation du Sujet, tels ceux des rites ou spectacles historiques73, des jeux de rôle à caractère historique...

33De cette considération des œuvres historiennes, peuvent se dévoiler d’amples enseignements. Certes sur l’écriture de l’histoire. Sur la façon dont le sujet écrivant modèle celle-ci en s’y projetant. Mais peut-être surtout sur la façon dont l’histoire ne cesse de modeler le Sujet écrivant qui s’y mire par une sorte de nécessité historique, l’histoire n’ayant pas fini d’agir. À cet égard, l’historien est certes le producteur de son propre récit, mais il en est surtout le témoin, comme malgré lui, étant saisi par le récit d’une histoire dont l’écriture tente en vain de le libérer.

L’événement

34Et puis le 11 septembre. Le dessin reproduit ci-contre, effectué sous mes yeux par une jeune femme dans la soirée du 11 septembre 2001 après avoir entendu la relation ahurissante des événements que l’on sait, n’a au premier regard que peu à voir avec cet événement. La conversation entre elle et moi, en effet, portait alors sur d’autres thèmes, et la production du dessin, que j’ai vu jaillir, pouvait sembler comme purement inattentive. Et pourtant. N’y lit-on pas à gauche, sous l’apparence d’une femme à demi sauvage, à demi croquemitaine, comme une forme chancelante, un être qui va tomber ? Et en face de celle-ci cet oiseau, qui semble si sage, ne rappelle-t-il pas quelque avion qui, par sa seule présence, provoquerait l’effondrement présumé de la figure croquemitaine ? Peut-on imaginer que la production pourtant distraite de ce dessin, en ce jour ressenti par tous – en temps et en heure – comme celui d’un basculement du monde, ne soit pas le fruit d’une conjonction de sens entre l’événement et l’imaginaire intime de la jeune femme ? L’événement se projette dans l’espace imaginatif du Sujet, et semble relié à d’anciens récits, d’anciennes peurs, voire d’anciens désirs. Du moins est-ce l’intérêt d'un tel document que de poser cette question.

35Mais voici. Nous ouvrons le journal Le Monde du 8 décembre 2001, alors que l’on est encore dans la toute présence d’un événement si inédit qu’on le reconfigure, osons le dire, tous azimuts. Nous trouvons une interview d’Olivier Roy, nommément désigné comme directeur de recherche au CNRS, islamologue mondialement réputé. Le titre, objectivant le contenu de l’interview, est libellé : « Omar – le “complice” désigné d’Ousamma Ben Laden – Omar – donc – est un plouc mystique. » Dans le texte développé de l’interview, attribué à la bouche du directeur de recherche, l’on note plus précisément : « Omar, c’est une sorte de curé bas breton à qui le Christ serait apparu pendant la nuit. C’est un plouc mystique. » Nous restons interdits. Le Christ ne peut-il apparaître la nuit à un curé ? Mais qu’est-ce qu’un plouc mystique ? Et que viennent faire dans cette affaire les « sorte de curé bas breton » ? Pourquoi « sorte », et pourquoi « bas breton » ? Comme précédemment, l’événement résonne dans un lieu intime du Sujet et libère un récit – celui du plouc-mystique-sorte-de-curé-bas-breton – qui n’a rien à voir avec la factualité de l’événement en lui-même mais que ce dernier, comme motif narratif et par une suggestion métaphorique qui nous reste obscure, suggère. La puissance métaphorique partagée de l’événement est telle qu’elle autorise cette reliaison incongrue – échappée hors de la maîtrise historienne ordinaire – recueillie et publiée dans un quotidien national de haut renom comme étant celle d’un directeur de recherche au CNRS. D’ailleurs, dans un article accompagnant l’interview, le journaliste qui a recueilli celle-ci reprend la qualification de « plouc mystique » en s’autorisant de l’autorité scientifique du chercheur.

36Enfin, dois-je dire qu’en octobre 2001, dans le cadre de l’ouvrage déjà cité alors en cours d’élaboration, précisément sous-titré Essai sur l’expérience narrative, j’ai moi-même écrit, avec beaucoup d’émotion, un chapitre intitulé « Mythographie de l’escalier », dans lequel j’ai essayé de retracer comment, durant mon enfance dans une cité de Marseille, la structure de la cage d’escalier que j’habitais avait ordonné, partagée avec les autres enfants, toute une représentation du monde qui avait fini par en devenir sa clôture. Il m’était alors soudainement revenu un rêve, récurrent durant cette enfance mais depuis très longtemps « oublié » et que j’ai consigné dans le texte, qui permettait d’échapper à cette clôture. Un camion rouge dévalait en trombe la rue principale de la cité, et éventrait la cage de l’escalier, l’effondrant, libérant le récit de ses contraintes : la dictature des pères et des familles. Il m’est apparu immédiatement que l’événement, par l’effondrement des tours comme figures d’autorité, avait ouvert la possibilité au récit ancien de se délivrer en suscitant, par analogie, le souvenir du rêve. Une représentation de l’histoire réalisait un « souhait » depuis longtemps refoulé.

  • 74 Outre ces trois exemples, volontairement choisis pour leur « significative insignifiance », l’on p (...)
  • 75 Sur l’usage de la narration par le politique, cf. l’ouvrage, tout à fait pertinent pour notre prop (...)
  • 76 Cf. le débat sur le chant de l’hymne national par les footballeurs à l’ouverture des matchs de foo (...)

37La récurrence des exemples – qui n’ont de valeur que mis en série – signale, outre la violence tragique de l’événement, sa puissance métaphorique, ouvrant des possibilités infinies de connexions hétéroclites. Cette suggestion métaphorique se résout en un schéma probablement simple, une « forme » – que la figure croquemitaine évoque ici –, laquelle vient résonner, de par cette capacité métaphorique, dans l’intimité des sujets74. Il y a, entre la figure croquemitaine, le plouc mystique et l’escalier effondré, un plus petit dénominateur commun que l’événement suggère et reflète lui-même, factualise et ainsi autorise, lequel dénominateur s’ancre au plus profond, au plus ancien, au plus archaïque et au plus simple, probablement, des sujets. L’intime. Il est probable que cette forme est génératrice d’un sens, d’une possibilité de sens qui, partagée au moins pour une part au tréfonds des sujets, contribue à ce qu’ensemble ils vivent et fassent l’histoire. L’événement en question, faut-il le rappeler, n’a pas fini aujourd’hui de résonner, conduisant à la mise en place de Grands Récits de guerre et, par une sorte de cohérence formelle dont je ne sais si elle est véritablement logique – « connexion logique [...] faisant fi de toute logique » –, à un contrôle accru et encore jamais atteint, précisément, de l’identité des Sujets. Ce contrôle est réel : administratif, policier. Il autorise parfois une violence, physique ou symbolique. Au nom de l’histoire et par la brutalité de l’événement a été brisée l’inviolabilité du Sujet, désormais suspecté, par principe préventif et pour sa propre protection – du moins est-ce la justification qu’en donne le politique75 –, d’être coupable. L’innocence doit être prouvée. La frontière entre l’intime et le collectif, le Sujet et l’Ordre est désormais considérée comme devant être poreuse. L’intime doit être lisible. Il devient nécessaire de chanter ouvertement les hymnes, manifestant par la voix une adhésion de l’intime – le souffle – au récit collectif – le verbe76. Dans tous les cas apparaît qu’une figure d’autorité s’est factuellement et métaphoriquement effondrée, qui désormais ressurgit, beaucoup plus puissante, inquiète d’elle-même, et donc tyrannique. La statue de la Liberté, ont noté certains, s’en trouve masquée. L’événement a reconfiguré le récit.

38L’on trouve ainsi, à observer cet entrelacement des identités narratives individuelles et collectives, un reflètement constant et réciproque de l’intime et de l’histoire qui solidarise entre elles ces identités. Cette solidarisation est opérée par la capacité métaphorique d’événements que l’on pourrait désigner comme narrativement archétypaux, dans le sens où ils ont une faculté de résonance dans la diversité des strates narratives du Sujet. Dans ce cas, inévitablement, ils illustrent ou mettent en place des Grands Récits, indiquant un mouvement profond, conçu souvent comme inéluctable, définitif, ouvrant sur des narrations qui ont, au moins pour illusion, de totaliser dans la même poussée le sens du Sujet et celui de l’histoire.

39L’on saisit alors toute l’importance de la composition narrative de l’histoire. Certes l’histoire produit des récits, collectifs et intimes. D’une intimité partagée. Mais elle produit aussi des récits qui la précèdent, l’autorisent, préparant parfois, par cette effraction qu’elle opère dans la conscience du Sujet – conscience que j’aimerais dire morale comme Ricœur dit éthique –, en y insinuant la discrimination, le retour de l’inacceptable.

Notes

1 Cf. pour approche de ces difficultés Saul Friedlander, Histoire et psychanalyse, Paris, Seuil, 1975 ; Michel deCerteau, Histoire et psychanalyse, entre science et fiction, Paris, Gallimard, 1987 ; « Michel de Certeau. Histoire et psychanalyse. Mises à l’épreuve », Espaces Temps, n° 80-81, 2002.

2 À l’inverse, l’on comprendra que je ne puisse évoquer la multitude d’ouvrages et d’articles proches de mon propos. Leur liste seule tiendrait des pages. Dans ce lot, il est des approches éclairantes et parfois brillantes. Souvent, toutefois, le bât blesse par l’absence de matériau autre que littéraire. Je privilégie donc ici l’homogénéité de mon analyse, ancrée dans une pluralité de récits et mises en récit.

3 Cf. Jean-Noël Pelen, Le récit aux miroirs. Essai sur l’expérience narrative (à paraître). La question de l’expérience de soi, comme sujet et objet, demanderait un développement précis et ample.

4 Cf. Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, (1979), Paris, EHESS, 1990, particulièrement chap. 5, p. 307-329.

5 Erving Goffman, Les cadres de l’expérience, (1974), Paris, éditions de Minuit, 1991.

6 Cf., sur le déploiement métaphorique des narrations de la mort dans l’identité narrative du Sujet, Jean-Noël Pelen, « Les narrations de soi et la Mort », in Régis Bertrand, Anne Carol, Jean-Noël Pelen (dir.), Les narrations de la mort, Aix-en-Provence, PUP, 2005, p. 73-85.

7 Sigmund Freud, « Le roman familial des névrosés », (1908), Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, 1973, p. 157-160.

8 Alain de Mijolla, Les visiteurs du moi, fantasmes d’identification, Paris, Les Belles Lettres, 2e édition, 1986.

9 Diverses approches décrivent cette mythologie familiale du Sujet. Cf., pour des points de vue très divers, Claude de la Genardière, Sept familles à abattre. Essai sur le jeu des sept familles, Paris, Seuil, 2000 ; id., Parentés à la renverse. Représentations individuelles et collectives de la parenté et structures de renversement, Paris, PUF, 2003 ; Alain de Mijolla, Préhistoires de famille, Paris, PUF, 2004 ; Constanze Potschka-Lang, Constellations familiales : guérir le transgénérationnel, Narret-sur-Méouge, Le Souffle d’or, 2001.

10 Cette notion de « sentiment océanique », proposée par Romain Rolland, a fait débat avec Freud, selon une profondeur tout à fait significative de son efficience au sein de l’identité narrative. Cf. Mona Chollet, « Le “sentiment océanique” à l’assaut du rationalisme », Périphéries, mars 2005, disponible sur http://www.peripheries.net/f-onfray.html. Dans Fous de l’Inde, le psychiatre Régis Airault fait de la quête des retrouvailles du sentiment océanique l’un des moteurs de l’appel au voyage des Européens pratiquant l’Inde. Cf. Régis Airault, Fous de l’Inde. Délires d’Occidentaux et sentiment océanique, Paris, Payot, 2000. Plus généralement la quête mystique pourrait être considérée comme l’un des déploiements narratifs privilégiés du sentiment océanique.

11 Pour une mise en scène littéraire de cette nécessité, cf. l’œuvre de Claude Louis-Combet ; ainsi Augias et autres infamies, Paris, Corti, 1993 ; cf. aussi Pierre Pachet, Autobiographie de mon père, (1987), Paris, Autrement, 1994. Il est également conféré aux héros des contes merveilleux de réaliser, spécifiquement pour le Sujet écoutant, cet accomplissement des actes. Cf. Nicole Belmont, Poétique du conte. Essai sur le conte de tradition orale, Paris, Gallimard, 1999 ; Jean-Noël Pelen, « Le simple fait de raconter toujours la même histoire. Réflexion sur l’en deçà du sens dans la tradition du conte », in A. Petitat (dir.), Conte : l’universel et le singulier, Lausanne, Payot Lausanne, 2002, p. 197-214 ; id., « Le chemin creux », in Bruno de la Salle, Michel Jolivet, Henri Touati, Francis Cransac, Pourquoi faut-il raconter des histoires ?, Paris, Autrement, t. 2, 2006, p. 72-78.

12 Cette autorité du champ social sur les autres lieux de légitimation du Sujet n’est pas ici soulignée pour sa seule dimension de contrainte sociale, mais surtout parce qu’elle domine les récits et doit donc être considérée pour cette prééminence narrative dans l’économie identitaire.

13 Pour une approche de la solidarisation du récit historique et du récit de l’intime, cf. Jean-Noël Pelen, « Les peuples méridionaux face à l’irruption de l’histoire. Essai d’egohistoire », Le récit aux miroirs, op. cit. Également diverses contributions ci-après.

14 Jean-François Lyotard, La condition postmoderne, Paris, éditions de Minuit, 1979, p. 31. Cf. également l’ouvrage fondateur de l’analyse du postmodernisme : Fredric Jameson, (1984), Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, Paris, ENSBA, 2007.

15 Que l’on songe ainsi aux champs narratifs foisonnants développés autour du 11 septembre, du changement climatique, ou dans le cadre du « New Age ».

16 L’on pourrait parler à ce propos de strates narratives, quoique l’expression serait discutable en ce qu’elle entendrait une hiérarchisation ou un feuilletage définitif.

17 À cet égard, il serait judicieux de considérer la forme simple qui spécifie le positionnement narratif de chacune des sciences de l’homme, voire de toutes et chacune des sciences. Le concept de forme simple, élaboré par Jolles, est antérieur à l’émergence de celui d’identité narrative mais il l’éclaire fortement. Cf. André Jolles, Formes simples, (1930), Paris, Seuil, 1972.

18 La notion de « mythe personnel » a notamment été systématisée par Charles Mauron, Des métaphores obsédantes au mythe personnel. Introduction à la psychocritique, Paris, Corti, 1963. Le terme mythobiographie est utilisé par Claude Louis-Combet : « L’autobiographie doit se développer sur le territoire des mythes, des rêves, des fantasmes. Elle réalise, en ce sens, un projet anthropologique. Le narrateur cesse de raconter sa vie. Il s’efforce seulement de la déchiffrer dans les miroirs des songes collectifs ou individuels. C’est ce que j’ai appelé une mythobiographie. » Claude Louis-Combet, « Entretien avec A. Poirson », cité dans Le matricule des anges, no 11, p. 16. Sur la mythobiographie, cf. la belle analyse d’Évelyne Lewy-Bertaut, Albert Cohen mythobiographe, Grenoble, Ellug, 2001. Ces trois termes ne sont employés, très généralement, que dans le champ de l’analyse littéraire. Le terme d’automythographie est utilisé à peu près comme synonyme de mythobiographie. J’ai pour ma part défini l’automythographie comme « effectuant la projection et le nourrissement – la légitimation – du récit intime [du Sujet] dans et par les récits historique et surtout mythique, au moyen de la mise en connexion métaphorique des matériaux puisés à ces divers horizons narratifs ». Jean-Noël Pelen, « Identité narrative et ethnographie. En amical hommage à Daniel Fabre et Charles Camberoque », Cahiers de littérature orale, n° 50, 2001, p. 261-278, citation p. 270.

19 La nécessité narrative du Sujet est également exprimée par l’acte autobiographique. Sur celui-ci considéré comme pulsion, cf. Jean-François Chiantaretto, De l’acte autobiographique. La psychanalyse et l’écriture autobiographique, Paris, Champ Vallon, 1995. Cf. également, du même auteur, Le témoin interne. Trouver en soi la force de résister, Paris, Aubier, 2005.

20 Paul Ricœur, Temps et récit, 3 vol. , Paris, Seuil, 1983, 1984, 1985. Pagination de l’édition Essais Points Seuil. Toutes citations extraites du t. 3. Ici p. 445.

21 Temps et récit, p. 435.

22 Ibid. p. 443.

23 « Le soi de la connaissance de soi est le fruit d’une vie examinée […] l’identité narrative n’équivaut à une ipséité véritable qu’en vertu de ce moment dérisoire, qui fait de la responsabilité éthique le facteur suprême de l’ipséité. » Ibid., p. 443 et 447.

24 Ibid., p. 446 et 447.

25 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, collection Points Essais.

26 Ibid., p. 168-169.

27 Ibid., p. 169-170.

28 « Le pas décisif en direction d’une conception narrative de l’identité personnelle est fait lorsque l’on passe de l’action au personnage. [...] La thèse ici soutenue sera que l’identité du personnage se comprend par transfert sur lui de l’opération de mise en intrigue d’abord appliquée à l’action racontée ; le personnage, dirons-nous, est lui-même mis en intrigue. » Ibid., p. 170.

29 p. 175.

30 Temps et récit, p. 442 et 465.

31 C’est même, d’une certaine façon, cette hétérogénéité qui, dans la littérature orale, permet l’interprétation. Cf. Geneviève Calame-Griaule, Veronika Görög-Karady, Suzy Platiel, Diana Rey-Hulman, Christiane Seydou, « De la variabilité du sens et du sens de la variabilité », Le conte, pourquoi ? comment ? folktales… why and how ?, Paris, CNRS, 1984, p. 201-229.

32 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 26.

33 « Pour le moins » car cela est certainement aussi vrai du mythe, de la « pensée sauvage » et de l’inconscient.

34 Lévi-Strauss, ibid., p. 24.

35 Cf., illustrant une parfaite collusion narrative entre l’homme et l’œuvre, cette stature face à l’histoire que se donne clairement Claude Lévi-Strauss par la dernière phrase de La pensée sauvage : « C’est donc rester fidèle à l’inspiration de la pensée sauvage que de reconnaître que l’esprit scientifique […] aura contribué […] à légitimer ses principes et à la rétablir dans ces droits. » Op. cit., p. 357.

36 Sigmund Freud, L’Homme aux rats, (1909), Paris, Quadrige/PUF, 2000. Correspondance citée dans la préface de Jacques André, p. VI.

37 Cette notion de « penser de contrainte » est proposée dans la « Contribution à la théorie », en place de l’expression jusque-là employée de « représentations de contrainte ». Elle témoigne éminemment de cette considération que porte Freud à l’élaboration de sa névrose par l’analysant. p. 61.

38 Ibid., p. 50.

39 Ibid., respectivement p. 36 et 57.

40 Ibid., p. 69-70.

41 Un bel exemple de cet assemblement nous est donné ci-après par Isabelle Luciani lorsque César de Nostredame rapporte le voyage à Paris de son père, Michel de Nostredame, le célèbre astrologue de Salon, mandé par la reine après la publication de ses premières Centuries : « La Royne […] mande incontinent […] ce personnage que le Roy desire voir. Parquoy [il] se rend aux murs de Paris le 15 du mois d’Aoust, jour de l’Assomption nostre Dame, lui qui en portoit le nom, allant descendre à l’enseigne de sainct Michel pour rendre l’auspice heureux entièrement accomply. » La conjonction inopinée et bienvenue du nom et du prénom, du temps et du lieu, suscitée par la reconnaissance de la reine et du roi, dont le fils se fait l’héritier, ratifie une destinée par là même « entièrement accomplie ».

42 Cf. Jean-Noël Pelen, « Sigmund Freud, Claude Lévi-Strauss et le narcissisme de l’archaïque », à paraître.

43 Une réflexion théorique affinée – dont ce ne peut être ici le lieu – serait nécessaire pour noter les similitudes et différences de ces constructions.

44 L’on sait que la comparaison avec le bricolage anime la réflexion de Lévi-Strauss sur la « pensée sauvage ». Cf. op. cit., p. 26-33 et passim.

45 Julien Green, Le temps éclaté, Paris, éditions de Minuit, 2000, p. 185. Freud, dans L’Homme aux loups, parle ainsi de l’ « atemporalité de l’inconscient ». Freud, L’Homme aux loups, (1918), Paris, PUF, 1990, p. 9.

46 Op. cit., p. 349. Concernant la réflexion sur l’histoire, il faudrait citer toute l’œuvre. Cf. ici notamment p. 324-357 et passim, avec cette notation, p. 348 : « Ainsi qu’on le dit de certaines carrières, l’histoire mène à tout, mais à condition d’en sortir ».

47 Op. cit., p. 138.

48 J’ai produit plusieurs réflexions sur cette question spécifique de l’entrecroisement des genres narratifs et leur solidarisation. Entre autres : « Mémoires de la littérature orale. La dynamique discursive de la littérature orale - réflexions sur la notion d’ethnotexte », Croire la mémoire ? Approches critiques de la mémoire orale, Rencontres internationales, Aoste, Musumeci, 1988, p. 85-106 ; « Légendes et récit de l’Histoire. Introduction », Provence Historique, t. XLIX, fasc. 198, 1999, p. 715-727 ; « Genres narratifs et vision de l’histoire. Le récit cévenol », Le Monde alpin et rhodanien, 3-4/2004, p. 7-26.

49 Temps et récit, p. 442.

50 Sur la notion de récit collectif, cf. Jean-Noël Pelen, « La production du récit collectif », Le Monde alpin et rhodanien, n° 4/1999, p. 97-103.

51 Cf., pour les récits de vie produits dans le champ de l’exclusion ou de la grande marginalité, Jean-Noël Pelen, « Ethnographie du récit », in Béatrice Mésini, Jean-Noël Pelen, Jacques Guilhaumou, Résistances à l’exclusion. Récits de soi et du monde, Aix-en-Provence, PUP, p. 207-268.

52 Cf. notamment et entre autres Michael Pollak, L’expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié, 2000, ainsi que, dans cet ouvrage, Jean-François Chiantaretto.

53 Notons que ce retour du même assemblant les récits agit le plus souvent dans l’ombre – c’est ce qui lui procure son efficience – par le fait d’une contextualisation différenciée dans chaque récit qui fait que le même, si l’on peut dire, ne se ressemble pas.

54 Cf. notamment les travaux de Karine-Larissa Basset montrant la puissance avec laquelle le patronyme s’associe parfois à une destinée narrative au sein de laquelle le nommé personnalise un Grand récit. À propos de Robert Cousin, ci-après et Le légendaire sarrasin en France. Configurations et histoire d’un contre-récit national XIXe-XXe siècles, Grenoble, Centre alpin et rhodanien d’ethnologie, 2006 ; sur Pierre Martel, cf. id., Pierre Martel et le mouvement Alpes de Lumière. L’incarnation d’un territoire, entre utopie et institutionnalisation (1953-1983), La Tour d’Aygues - Forcalquier, éditions de l’Aube – Alpes de Lumière, sous presse. Cf. également dans mon ouvrage Le récit aux miroirs, op. cit., le chapitre « La dénomination ».

55 La mythologie du Progrès, durant les deux derniers siècles notamment, fut l’un de ces récits aux formes et expressions les plus tentaculaires. Cf. infra. Mais l’on peut penser le récit en actes de mille autres manières. Que signifient ainsi la liesse et le « On a gagné ! » chanté à tue-tête à l’issue d’un match de foot que l’on n’a pas joué ? Les Mythologies de Roland Barthes fournissent de pertinents exemples de mises en récit. Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

56 La première étape de l’analyse psychocritique établie par Charles Mauron consiste précisément dans la « superposition » des textes d’un même auteur, qui révèle les structures de son inconscient. Charles Mauron, op. cit.

57 Ibid., p. 59, 76, 49, 63.

58 À propos de la « pensée sauvage », Claude Lévi-Strauss note : « la connaissance qu’elle en prend [du monde] ressemble à celle qu’offrent, d’une chambre, des miroirs fixés à des murs opposés et qui se reflètent l’un l’autre […], mais sans être rigoureusement parallèles ». Op. cit., p. 348. J’ai moi-même titré mon Essai sur l’expérience narrative (sous-titre) : Le récit aux miroirs. Dans cet ouvrage, j’ai tenté de construire des récits qui soient les uns par rapport aux autres en résonance kaléidoscopique. Cf. op. cit.

59 Les exemples développés sont rares. L’ouvrage de K.-L. Basset, op. cit., sur l’analyse du même motif de l’ascendance sarrasine comme structurant les identités narratives à différentes époques, en différents lieux et à différentes échelles est une rareté exemplaire, par sa problématique et sa conceptualisation claires appliquées de manière historienne à un objet historique. D’autres études sont aussi très éclairantes, qui ne se donnent pas pourtant le concept d’identité narrative comme outil d’analyse, pour la simple raison le plus souvent qu’il n’était pas disponible dans le champ référentiel des auteurs. Ainsi de Lewy-Bertaut, op.cit., à propos d’Albert Cohen, de Nathalie Barberger, Michel Leiris. L’écriture du deuil, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 1998, et de diverses autres analyses littéraires ou psychanalytiques (ainsi de Freud et L’Homme aux rats, op. cit.). Les applications raisonnées au champ de l’histoire sont pour l’heure rarissimes. Cf., basé toujours sur l’analyse d’œuvres littéraires mais en référence à leur résonance dans le champ politique, Maureen Whitebrook, Identity, narrative and Politics, Londres et New York, Routledge, 2001.

60 Dominique Froissant et Jean-Claude Bringuier (réalisateurs), Fernand Braudel. I, Jeunesse-Vocation. La Méditerranée, INA, Collection Mémoire, 1984.

61 Cf. une évocation plus large de cette œuvre et cet instant dans ma contribution : « Incorporation de l’histoire et historicisation du Sujet », in Jean-Luc Bonniol et Maryline Crivello, Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire XVIe-XXIe siècle, Aix-en-Provence, PUP, 2004, p. 284-301, évocation p. 291-293.

62 Claude Lévi-Strauss, Mythologiques, Paris, Plon, 4 vol. , 1964-1971. Évocation plus large de cette question dans Pelen, ibid., p. 293-296.

63 Dans le cas des exemples à peine effleurés de Braudel et Lévi-Strauss, l’on peut noter que la Méditerranée comme la « pensée sauvage » ou les mythes font office, dans l’identité des auteurs, de récits collectifs référentiels, voire de contre-récits. Lévi-Strauss s’« identifie » à une « pensée sauvage » qui le démarque de la modernité à laquelle son écriture appartient pourtant. De même Braudel s’identifie-t-il à la Méditerranée – déclaration inaugurante de son œuvre maîtresse – « sans doute parce que venu du Nord ».

64 Ibid.

65 La perception que les Sujets ont du déroulement de l’histoire s’établit à partir de la conscience – évolutive dans le cursus biographique – de leur propre temporalité. La représentation de l’histoire est certes, entre autres, un phénomène de générations historiques, mais elle est aussi relative aux « âges de la vie ». Peut-être n’a-t-on pas assez considéré tout ce que cela induisait dans la production de l’histoire. Pourquoi la jeunesse détient-elle plutôt la révolte, selon une historicité certes à éclairer et une partition à nuancer, et la vieillesse plutôt la nostalgie ? Quelles réflexions sur l’insertion de l’histoire dans l’intime, sur le caractère « biographique » des représentations de l’histoire et des actes qui la mettent en œuvre, ouvre – entre autres – une telle question ?

66 Pour des exemples de ces reliaisons, cf. mon article, op. cit., « Les narrations de soi et la Mort ».

67 Sur cette notion cf. Jacques Guilhaumou, Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006.

68 Il y aurait à faire, sur ce motif narratif qui fut en son temps majeur tant il constituait un point de clivage et d’assemblement de tous les horizons du récit, toute une étude passionnante. Cf. une évocation dans Jean-Noël Pelen, « Les peuples méridionaux… », op. cit.

69 Cf. sur une réception populaire de la photographie et son analyse, Jean-Noël Pelen et Daniel Travier, L’image et le regard. Les Cévennes et la photographie (1870-1930), Montpellier, Presses du Languedoc, 1993. Sur la timidité historique du Sujet ordinaire face à la reproductibilité de son image, cf. Jean-Noël Pelen, « D’Arnaudin, de ses photographies, de l’interprétation. Contrepoint à l’article de Jean Arrouye : “Infelix Arnaudin ou le romantisme ethnologiqueˮ », Le Monde alpin et rhodanien, Grenoble, n° 2-4/1995, p. 259-278.

70 Cf., dans mon ouvrage Le récit aux miroirs, op. cit., la partie sur « Les peuples méridionaux… », et notamment les chapitres : « La liberté de penser » et « La destruction des Temps ».

71 Cf. Jean-Noël Pelen, « Le mythe de la femme sauvage. Autour du livre de Clarissa Pinkola Estés : Femmes qui courent avec les loups », Rives nord-méditerranéennes, n° 24, 2006, p. 35-49.

72 Cf. ci-après diverses contributions et, parmi mes recherches citées, « Identité narrative et ethnographie… », « Les narrations de soi et la Mort », « Incorporation de l’histoire et historicisation du Sujet », « Les peuples méridionaux face à l’irruption de l’histoire… ».

73 Cf. ci-après la contribution de Maryline Crivello.

74 Outre ces trois exemples, volontairement choisis pour leur « significative insignifiance », l’on peut aisément se reporter aux commentaires de l’événement, souvent proprement délirants, qui ont abreuvé les journaux et les librairies durant les mois qui ont suivi, répondant à une soif inextinguible d’exprimer les résonances de l’événement dans l’intime.

75 Sur l’usage de la narration par le politique, cf. l’ouvrage, tout à fait pertinent pour notre propos, de Christian Salomon, Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte, 2007.

76 Cf. le débat sur le chant de l’hymne national par les footballeurs à l’ouverture des matchs de football, lorsqu’il est soupçonné qu’une aperture « insuffisante » de la bouche dévoilerait un manque d’adhésion à l’identité nationale. Cf. également le retour imposé de l’hymne dans le formatage des écoliers au récit national par l’institution scolaire. La production de l’hymne est un des lieux les plus exemplaires de la reliaison de l’intime et du collectif. Cf. sur cela Michel Poizat, Vox populi vox Dei. Voix et pouvoir, Paris, Métailié, 2001.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5931/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence - CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540