Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du passé

 | 
Claire Andrieu
, 
Marie-Claire Lavabre
, 
Danielle Tartakowsky

Acteurs nationaux du politique

Les confédérations syndicales et le centenaire du 1er Mai. Un changement de régime d’historicité

Danielle Tartakowsky

Texte intégral

1Le 1er-Mai sut, longtemps, dessiner, à sa manière, le rôle historique présumé de la classe ouvrière et son devenir. À partir des années 1980, il subit frontalement les conséquences de la désindustrialisation, de la mutation radicale du salariat, de « la fin du travail » et, par là, du syndicalisme. Au risque d’y perdre son sens.

La crise des symboles

2Les rituels politiques initiés au tournant du siècle doivent à des mutations esthétiques et culturelles d’envergure, amplifiées par des césures puis par des séismes politiques, d’avoir partout perdu de leur évidence dans le dernier quart du XXe siècle. En France, Valéry Giscard d’Estaing précipite, à cet égard, ce qui s’était amorcé en mai-juin 1968 sur des modes complexes. Dès 1974, il écorne ostensiblement les rites républicains convenus pour ainsi construire une image moderniste de la France, de sa personne et de son septennat : le Tour de France s’achève sur les Champs-Élysées, la revue du 14-Juillet se déploie dans le Paris de l’Est. S’agit-il du 1er-Mai et terme est mis à la traditionnelle offrande du muguet au président de la République par la reine des Halles. Des artisans et travailleurs manuels sont, en revanche, conviés à une journée de travail, rue de Grenelle, sous les auspices de Christian Beullac et de Lionel Stoléru.

3La décennie post soixante-huitarde fut marquée par une ostensible réaffirmation de la symbolique révolutionnaire, appropriée, de surcroît par la CFDT. Il faut la décennie suivante pour que les Premiers mai syndicaux soient affectés de plein fouet par cette crise générale de la symbolique forgée par le siècle précédent. Le Chiffon rouge de Michel Fugain, chanté en avril 1980 sur les ondes de Lorraine cœur d’acier, et repris par le congrès de Metz de la CGT, deux ans plus tard, s’impose, alors, dans ses manifestations, au 1er-Mai comme en d’autres circonstances, en signifiant, sinon la disparition, du moins la mise à mal, de la symbolique du drapeau rouge (devenu chiffon…) et de l’Internationale, hier unifiants, tant à l’échelle nationale qu’internationale. Pour près d’une décennie, ils cèdent le pas à ce nouveau symbole né d’une lutte catégorielle qui s’est soldée par un échec et qui sonne le glas de la classe ouvrière de la seconde industrialisation, hier pivot d’un syndicalisme qu’elle entraîne dans sa chute. Les symboles traditionnels, ainsi relégués, résistent mieux dans les rangs des organisations d’immigrés qui, seules ou presque, le 1er-Mai, donnent encore à entendre l’Internationale et arborent, pour certaines d’entre elles, les portraits des fondateurs du marxisme-léninisme, dont parfois Staline ou Mao, aux côtés du drapeau rouge. Les symboles, partout ailleurs, le cèdent aux logos ; en valant aux affiches des diverses confédérations d’emprunter, alors, à des graphismes à ce point similaires qu’elles en deviennent interchangeables, dépourvues du sens que l’histoire ou les symboles ont su leur conférer. Et c’est à des photographies montrant un enfant sur les épaules de son père pour ainsi signifier la transmission d’une victoire advenue, résumée à son présent, sur le modèle de celles de 1936, que la presse syndicale recourt quand elle entend, d’aventure, faire souffler, nonobstant, l’histoire. En véhiculant alors plus de nostalgie que de fantasmes.

4L’effacement des horizons d’attente que le 1er-Mai sut primitivement signifier n’est pas une donnée nouvelle. Cette journée, constitutivement définie par le devenir dont elle autorisait le rêve s’est, rapidement, plus volontiers confondue avec la mémoire, parfois fantasmatique, mais, du moins, pareillement mobilisatrice, de ses temps forts, advenus. La dimension nouvelle tient à ce que le rapport au passé se brouille pareillement ; au risque de voir le 1er-Mai se réduire à l’action qu’il génère, au présent ; posant alors la question de ses spécificités conservées.

Une mémoire brouillée

  • 1 Archives de l’IHS-CGT, 1992, Ouest France, 2 mai 1992 : à Hennebont « afin que la mémoire ouvrière (...)
  • 2 M.-Cl. Lavabre, Le fil rouge, Paris, Presses de la fondation nationale des Sciences politiques, 19 (...)
  • 3 L’Humanité, 2 mai 1960.
  • 4 FO Magazine, 20 avril 1987.
  • 5 France-soir, 2 mai 1971 : « il est né en 1876 (sic) aux États-Unis ». Le Matin, 30 avril 1986 : « l (...)

5La presse confédérale entretient de longue date une « mémoire historique » du 1er-Mai, quand même à des degrés différents, que les organisations syndicales relayent sous diverses formes1. Du moins les directions confédérales se saisissent-elles la plupart du temps de cette opportunité qu’est la date obligée sans mobiliser son histoire dans leur discours politique (compris dans une acception large) ; une histoire, dès lors, absente de ce qu’on pourrait tenir pour la « mémoire vive » des organisations2. Cette distorsion contribue, sans doute, à expliquer l’ampleur des écarts entre la « mémoire historique » que la presse syndicale réactive régulièrement et la « mémoire vive » des militants. En 1960, un militant de 75 ans racontait « son premier 1er-Mai, il y a tout juste 60 ans, au cours de Vincennes, pour le Triomphe de la République [où] les flics avaient de grands sabres et frappaient dur »3, soit, une vraisemblable symbiose entre la très pacifique manifestation de novembre 1899, lors de l’inauguration de la statue de Dalou, place de la Nation, et un 1er-Mai qui, pour avoir autorisé pareille violence pourrait bien avoir été celui de 1919. L’Humanité qui sollicite ce témoignage le reproduit sans distance ou mise en garde. Dans la décenie quatre vingt, le brouillage mémoriel le cède à la possible ignorance. « Les militants n’ont plus qu’une idée approximative de ce que cela [a] représent[é] de combat pour la Classe ouvrière », déplore un dirigeant de Force ouvrière qui attribue cette amnésie grandissante à la légalisation de la journée4. La confusion gagne la grande presse où les approximations, concernant ses origines deviennent fréquentes5.

  • 6 J. Green, Taking History to Heart, Amherst, University of Massachusetts Press, 1999.
  • 7 M. Rebérioux (dir.), Fourmies et les 1er-Mai, Paris, Les éditions de l’Atelier, 1994.

6Quand survient le centenaire du 1er-Mai, qui, de surcroît, n’en finit pas. Ce centenaire débute en 1986 avec la commémoration des événements de Chicago, promus « premier 1er-Mai » par le Monde, et naturellement célébrés, outre-atlantique, par des organisations radicales américaines6. Il se prolonge, en 1989 et 1990, dates anniversaires du congrès de Paris et du premier 1er-Mai, avec, en cette seconde année, l’édition d’un timbre du centenaire et d’une médaille que le ministre du Travail Jean-Pierre Soissons remet aux confédérations syndicales (hormis la CGT qui s’est récusée). Il s’achève, s’agissant de la France, un an plus tard avec l’anniversaire de la Fusillade de Fourmies, commémorée par un colloque scientifique sur le site par l’Écomusée de Fourmies-Frelon7. Ce bien long centenaire advenu dans un climat d’extrême tension entre socialistes et communistes et de division syndicale majeure coïncide, en outre, avec le cinquantenaire du Front populaire et, naturellement, compte tenu des circonstances qui prévalurent à la réunion du congrès de Paris, en 1889, avec le bicentenaire de la Révolution française. Il oblige les pouvoirs publics à clairement dissocier ces anniversaires (en concentrant leurs initiatives, – évoquées –, en 1990) et pose aux organisations syndicales la question de savoir s’il faut commémorer et, dans l’affirmative ce qui doit l’être ; dès lors, quand et comment ?

  • 8 Le Monde, 3 mai 1986 « Le mouvement syndical a manqué, en France, le centième anniversaire du 1er-M (...)
  • 9 Documentation de L’Humanité, 1er-Mai 1986. lettre de l’URIF (Union régionale Ile-de-France). Le Mo (...)
  • 10 Seule exception, la manifestation unitaire de caractère national organisée à Fourmies où se retrou (...)

7Le centenaire des événements de Chicago, évoqué dans la presse syndicale, n’est guère relayé sur d’autres modes8. L’URIF-CGT les mentionne explicitement dans le tract qu’elle édite en vue du 1er mai 1986 mais estime que ce dernier revêt, cette année, « une importance exceptionnelle au regard de la situation politique, économique et sociale », non de l’histoire9. Les trois centenaires suivant ne mobilisent guère plus mais donnent clairement à voir le changement de régime d’historicité, sur des modes qui cependant diffèrent selon les confédérations10.

La CGT : ré-ancrage historique

  • 11 Dans son 1er-Mai, les 100 printemps (Paris, Messidor, Éditions sociales, 1989), du moins dans ceux (...)

8Dans la décennie soixante-dix, la CGT s’autorisait de sa prééminence incontestée et de son inscription dans une histoire dont elle s’estimait l’évidente héritière pour tenir l’importance du 1er-Mai pour un acquis. Elle jugeait, en conséquence, inutile de rappeler ostensiblement, chaque année, les fondements de ce qu’elle tenait pour un « temps fort » de l’action syndicale, sans excès ni spécificité11, et, dès lors, ne mobilisait guère l’histoire dans la dramaturgie qu’elle déployait en la circonstance, n’était lors du centenaire de la Commune ; moins encore dans son discours militant.

  • 12 La Vie ouvrière, 25 avril 1989, S. Zeyons, « J’ai pensé que nous ne pouvions pas, nous syndicaliste (...)
  • 13 IHS-CGT, 1er-Mai, images pour un centenaire, sl., sd.
  • 14 L’Humanité, 29 avril 1986.
  • 15 AD 93 49 J 665 : « 1789 : les idéaux progressistes de la Révolution française donnaient le départ (...)
  • 16 11000 dont une majorité d’immigrés selon la Préfecture de police.

9À partir de 1989, elle s’implique plus que d’autres dans ce centenaire et prend une série d’initiatives qu’on peut qualifier de culturelles ; en procédant, alors, à d’occasionnelles réévaluations historiques autocritiques de la doxa en matière d’événement fondateur12. Georges Séguy, président de l’Institut d’histoire sociale de la CGT publie en 1989 son 1er-Mai, les 100 printemps. Ce même institut organise, l’année suivante, une exposition d’affiches du 1er-Mai, matière à la réalisation d’une plaquette13. S’agit-il d’action collective et l’on observe le retour d’une dramaturgie qui mobilise l’histoire à un degré disparu depuis 1971. Cette histoire n’est cependant jamais celle du 1er-Mai. En 1986, les UD CGT des Ardennes, de la Somme et de l’Aisne décident de le célébrer de conserve par un pique-nique géant agrémenté d’un spectacle commandé à un centre dramatique national en lui assignant le thème… du 50e anniversaire du Front populaire14. En 1989, L’URIF annonce la journée par un tract coloré de feux d’artifice évoquant le 14-Juillet et place l’événement « sous le double patronage du bicentenaire de la Révolution française et du centenaire du 1er-Mai »15. Deux cortèges au départ de la Nation et de la République réunissent 100000 manifestants16, plus qu’à l’ordinaire, dont certains arborent le bonnet phrygien. Ils convergent vers la Bastille où une « fête populaire » permet d’entendre l’acteur François Chaumette, la chorale populaire de Paris, la chanteuse Catherine Ribeiro, le théâtre populaire de Villejuif (qui interprète Robespierre) et la compagnie Lubat, avant qu’un feu d’artifice n’en signifie le terme. Soit des emprunts culturels, festifs et symboliques à la Révolution française (réécrite à l’aune du Front populaire) plus qu’au 1er-Mai. L’année suivante, le cortège où figure une traction de FTP intègre une série de tableaux vivants illustrant les grandes luttes : 1906, le Front populaire, la Libération et ses conquêtes : Sécurité sociale, retraites et nationalisations. Sans que les figures des ministres Marcel Paul ou Ambroise Croizat, arborées dans les rangs, soient toujours clairement identifiées par une génération nouvelle de manifestants.

La CGT-FO et la CFDT : une nouvelle figure du devenir

  • 17 L’Humanité du 2 mai 1960 évoque une manifestante qui porte à la fois l’insigne de la CGT et l’églan (...)
  • 18 FO magazine, 25 avril 1967.
  • 19 Ibidem, 29 avril 1967.
  • 20 Pas de cortège en 1977.

10Les deux autres confédérations interviennent à front renversé. La CGT-FO qui dût faire face, à sa naissance, à l’accusation de néo-syndicalisme a constitutivement réagi en affirmant hautement son ancrage dans l’histoire et son attachement aux symboles du mouvement ouvrier ; attesté par son ostensible fidélité à l’églantine17 ou par les écrits de Pouget, du Jouhaux d’avant 191418, les chants, poèmes19 et gravures contemporains régulièrement reproduits par sa presse en la circonstance. De 1976 à 1988, les cortèges déployés en province et à Paris, presque chaque année20, de la Bastille à l’Hôtel-de-ville ou au Père-Lachaise, avec force drapeaux rouges marqués de son sigle lui permettent d’exprimer ce rapport à l’histoire sur un autre mode.

11Le 1er-Mai, seule fête à ne rien commémorer pour ne traiter que du futur, est naturellement pauvre en dramaturgie fondatrice et dès lors en lieux de mémoire. S’agit-il de l’inscrire symboliquement dans l’espace et force est de procéder à des appropriations qui participent, alors, de la définition du sens. En 1952, son bureau confédéral s’était rendu sur la tombe de Pelloutier pour honorer le fondateur du syndicalisme révolutionnaire et, par là même, signifier hautement ses valeurs à l’occasion du 1er-Mai. Les cortèges des années soixante-dix deviennent l’occasion d’hommages publics à Léon Jouhaux, décédé un 28 avril et inhumé au cimetière du Père-Lachaise. À Paris, la direction confédérale se rend sur sa tombe, escortée de manifestants quand le cimetière constitue le terme du cortège. À Arras, l’UD dépose une gerbe au square qui porte son nom. En 1995, Marc Blondel choisit d’honorer de sa présence la localité de Mont-Saint-Clair, près de Sète, où le dirigeant de la CGT trouva refuge pendant la Seconde Guerre mondiale. L’année suivante, à pareille date, la centrale inaugure, à Paris, la salle éponyme, dans ses nouveaux locaux de l’avenue du Maine.

  • 21 FO magazine, 30 avril 1986.
  • 22 Ibidem, 23 avril 1980.
  • 23 Ibidem, 30 avril 1986. La presse syndicale mentionne la manifestation lyonnaise devant ce monument (...)

12L’histoire ouvrière est plus largement requise aux mêmes fins. En 1948, la confédération avait associé son premier 1er-Mai au centenaire de la Révolution de 1848. Elle réitère en 1971 en le corrélant à la Commune puis, en 1984, en célébrant, conjointement, le cent-cinquantenaire de la révolte des Canuts, « parce que le 1er-Mai est notre fête, celle du syndicalisme d’aujourd’hui qui prend racine dans l’histoire du mouvement ouvrier et que nous ne saurions oublier sans nous renier nous-mêmes »21. Elle privilégie, du moins, des épisodes antérieurs à l’émergence des organisations syndicales, permettant, de ce fait, une affirmation de classe exempte des altérations consécutives aux césures et scissions. Ses cortèges s’approprient les espaces symboliques de cette histoire revendiquée. À Paris, sa direction dépose une gerbe devant le Mur des fédérés après s’être inclinée sur la tombe de Léon Jouhaux, pour ainsi signifier « la continuité entre la Commune et le 1er-Mai »22. À Lyon, le monument des canuts qui « est, pour nous ce que le Mur des fédérés est aux parisiens » joue ce même rôle23 ; cependant que FO associe fréquemment, dans la métropole des Gaules comme ailleurs, le Chant des canuts à l’Internationale. À Perpignan et à Carmaux, le rassemblement s’opère, plus paradoxalement, devant la statue de Jaurès puis marque un autre arrêt, dans la dernière de ces villes, devant la stèle des mineurs. À Montceau-les-Mines, le monument à la mémoire des victimes de la mine remplit pareille fonction, dans le Puy-de-Dôme, celui aux victimes du travail, etc. ; soit une dramaturgie conférant au 1er-Mai un caractère de classe affirmé et l’instituant Toussaint de tous ses martyrs.

  • 24 B. Zimmermann, 1945-1986 : les Premiers mai de la CFTC/CFDT, Mémoire de maîtrise, Paris I, 1991. L (...)
  • 25 CFDT 8 H 559, Bouches-du-Rhône, Notre Combat, mars-avril 1975. L’UD rappelle que le 1er-Mai ne sau (...)
  • 26 CFDT, 8 H 559, 1975, Châtellerault : ce tract reprend la thèse d’une date choisie par le congrès d (...)

13La direction confédérale de la CFDT qui a d’abord tenu les cortèges de 1er-Mai pour l’expression d’une identité qui n’était pas la sienne, dès lors à bannir, surtout lorsqu’ils étaient unitaires, réévalue son attitude après 196824. Elle s’approprie une tradition qui lui était étrangère, sous l’espèce du drapeau rouge et de l’Internationale, avec parfois l’ardeur décuplée du néophyte25, et valorise, à l’occasion, l’histoire – spécifique – de son entrée en 1er-Mai, en instituant une filiation avec 1968 et la Commune, réécrite à l’aune des barricades parisiennes. Cependant, sans mise en scène26.

14Ces deux confédérations qui ont utilisé le 1er-Mai pour affirmer leur légitimité, à des fins différentes, durant la décennie soixante-dix (et quatre-vingt, s’agissant de FO) opèrent un retournement à l’occasion du centenaire.

  • 27 FO Magazine, 4 mai 1983, déclaration de la CE de l’Union des syndicats de la région parisienne : «  (...)
  • 28 FO Magazine, 30 avril 1987, A. Bergeron, « Je pense que les syndicats ont raison de vouloir préserv (...)
  • 29 FO Magazine, 31 avril 1986 : « 1886, Chicago, 1906, Charte d’Amiens, 1986, Varsovie. Reprendre notr (...)
  • 30 Le Monde, 3 mai 1989.
  • 31 Documentation de Force ouvrière, Circulaire du bureau confédéral, 21 avril 1989.
  • 32 FO Magazine, 8 mai 1991, « l’actualité du 1er-Mai ».

15Force ouvrière qui se donne, depuis sa naissance pour le garant d’une histoire par d’autres altérée27 et de la « tradition préservée »28 ne prend aucune initiative en 1986 ; n’était en inscrivant, dans sa presse, la lutte de Solidarnosc dans le droit fil des événements de Chicago et de la Charte d’Amiens29. Elle choisit, en revanche, 1989 pour renoncer au « piège de cortèges qui finissent par révéler la faiblesse du syndicalisme »30 et prend, spectaculairement, appui sur la symbolique de l’Exposition universelle de 1889, involontaire berceau du congrès de Paris, et sur ce qu’elle sût, alors, signifier d’ouverture au monde pour procéder à un renversement d’importance. En 1979, cette centrale illustrait son affiche confédérale de 1er-Mai par une carte de la CEE. Elle construit, dix ans plus tard, une plus spectaculaire image de l’Europe. Une conférence de presse internationale, tenue à son initiative, rassemble au premier étage de la Tour Eiffel des représentants des syndicats de Belgique, du Danemark, d’Espagne, de Grèce, d’Italie, d’Irlande, du Luxembourg, de RFA, du Royaume-uni, des Pays-bas, du Portugal et des États-Unis, le secrétaire adjoint de la CISL et le secrétaire de la CES ; ils adoptent un manifeste pour « la revendication sociale européenne » qu’une délégation dépose au ministère du Travail31. Ce transfert symbolique du congrès de Paris sur ce qui fut le fleuron, contemporain, de l’exposition universelle autorise un passage de témoin. Il permet à Force Ouvrière de conférer le rôle mobilisateur jusqu’alors dévolu à l’histoire à l’international, c’est-à-dire à l’Europe, nouvel horizon d’attente. Durablement. Du moins Marc Blondel dit-il, un an plus tard, tenir la fusillade de Fourmies pour fondatrice « des traits du syndicalisme auxquels [sa centrale demeure] particulièrement attachée : défiance vis-à-vis des élus et antimilitarisme », en invitant chacun, en conséquence, à « se nourrir du passé pour dégager l’avenir »32.

  • 33 49 J 663, 1978, CFDT 8H 559, 1979. L’URP est l’Union Régionale Parisienne (CFDT).
  • 34 B. Zimmermann, 1945-1986 : les Premiers mai de la CFTC/CFDT, op. cit.
  • 35 Ibidem, p. 130 : Marie Thérèse Patry, responsable à l’URP de 1985 à 1987 : « Il est bien évident qu (...)
  • 36 CFDT Magazine, mai 1989

16La CFDT s’inscrit dans ce même processus sur un mode différent. À la fin des années 1970, l’URIF et l’URP exprimaient des inquiétudes et des doutes, accrus par un calendrier qui valait au 1er-Mai de faire « pont », sans imaginer s’accommoder du fait : « Impossible de ne rien faire »33. En 1986, la CFDT choisit, pour la première fois, de substituer le médiatique au nombre défaillant en organisant, dans certaines de ses UD des rallyes34, et à Paris, une remontée de la Seine sur une péniche où une banderole arbore « L’emploi, un droit, Solidarité internationale, Non au racisme ». Une première halte devant l’Assemblée nationale permet le dépôt d’une pétition contre la suppression de l’autorisation administrative de licenciement, une autre devant l’ambassade d’Afrique du Sud, la condamnation l’apartheid. Avant le dépôt d’une gerbe en l’honneur de Solidarnosc devant l’ambassade polonaise35. En 1989, des responsables de l’URP invitent à « prendre acte des changements de mentalité » et envisagent de trouver des substituts à des actions devenues survivances. Certaines UD de province, à Dax, Roubaix et Nancy, répondent à la difficulté ressentie de manière plus offensive en plaçant la journée sous le thème de l’Europe sociale, que certaines s’essaient à inscrire dans leur dramaturgie, à Nancy en premier lieu36. Sans relais confédéral immédiat.

  • 37 B. Zimmermann, 1945-1986 : les Premiers mai de la CFTC/CFDT, op. cit.

Le comportement des salariés a changé, déclare Jean Kaspar en 1992. Il faut prendre acte des évolutions de la société, adapter les formes d’action à la réalité de notre temps […]. Les salariés préfèrent passer le 1er-Mai en famille plutôt que d’aller manifester […]. Le symbole est “usé et émoussé”37.

17En provoquant aussitôt des réactions similaires des confédérations qui se veulent fidèles à l’héritage quand même elles l’entretiennent sur des modes différents. « Le 1er-Mai, c’est beaucoup plus qu’une commémoration et qu’un souvenir, même glorieux. C’est une occasion unique d’exprimer une volonté combative et unitaire des travailleurs du monde entier », déclare Louis Viannet qui résorbe une nouvelle fois le 1er-Mai dans le présent des luttes. Cependant que Marc Blondel réaffirme le poids de l’histoire et ses fonctions, revendiquées :

  • 38 Le Monde, 3 mai 1989.

Pour comprendre le sens profond du 1er-Mai, il faut en partager les motivations et racine. À chacun son histoire ; FO, quant à elle, entend se nourrir du passé sans s’y complaire. La CFDT n’a pas à assumer l’héritage du 1er-Mai qui ne fait pas partie de son histoire […]. Ces gens n’ont pas de passé et les gens qui n’ont pas de passé sont des aventuriers38.

  • 39 G. Séguy, 1er-Mai, les 100 printemps (Messidor, Éditions sociales, 1989). Deux photographies coule (...)

18Le 1er-Mai doit à sa nature initiale d’avoir, presque constitutivement, présenté une grande plasticité qui contribue à expliquer sa pérennité, ses facultés d’adaptation et ses capacités à pouvoir être approprié par des forces étrangères à son histoire. Il s’est imposé, parfois simultanément, pour un temps fort de la lutte, au présent, une image du devenir et/ou une commémoration de ses martyrs et de sa geste. Son long centenaire s’inscrit dans une phase de crise du syndicalisme, déjà profonde quand il advient, et correspond en outre avec l’effondrement du « socialisme réel » quand même il doit à sa durée de précéder ce moment devenu symbolique qu’est la chute du Mur de Berlin. Il autorise et oblige à des redéfinitions induisant des appropriations redéfinies de l’histoire et du temps. Il serait tentant de dire que la CGT, déstabilisée par l’effondrement de ce qui fut longtemps une figure du devenir pour nombre de ses militants, implicitement substituable à celles dont le 1er-Mai fut initialement l’image39, cherche à se réinscrire à plus fort titre que par le passé dans une histoire dont elle est l’héritière n’était que l’histoire qu’elle réactive alors avec une force inaccoutumée n’est pas principalement celle du 1er-Mai et que ce processus de réassurance, effectif, s’affirme essentiellement dans l’ordre culturel ou localement. Sans trouver son expression confédérale, demeurée inscrite au présent, dans un temps suspendu.

19FO et la CFDT devaient au rapport des forces national et international exprimé symboliquement le 1er-Mai d’avoir longtemps privilégié les évocations d’un passé propre à leur restituer plus d’espace. Le nouveau rapport des forces qui naît de l’effondrement du « socialisme réel » leur permet de se saisir de cette occasion pour construire ou affirmer une adéquation inédite entre le 1er-Mai et l’Europe, promue nouvelle figure du devenir. Soit une manière de passage de témoin propre à générer l’abandon pour la CFDT mais qui constitue au contraire un facteur de relecture et, par là, de réévaluation pour Force ouvrière.

20Les changements de régime d’historicité qui s’expriment en la circonstance n’en sont aucunement le fruit. Ils correspondent à des mutations de plus grande envergure qui débordent notre présent propos. Ils sont sans incidence sur la « mémoire historique » que les confédérations persistent à diffuser, sans différences notables de l’une à l’autre et dans une assez grande conformité à « l’histoire savante ». Ces mémoires distendues cohabitent d’autant mieux à l’intérieur de chacune des confédérations que la « mémoire vive » des militants s’est, en l’espèce, brouillée de longue date.

Notes

1 Archives de l’IHS-CGT, 1992, Ouest France, 2 mai 1992 : à Hennebont « afin que la mémoire ouvrière se perpétue, c’est par un peu d’histoire qu’Anne-Marie Jan commence son intervention ».

2 M.-Cl. Lavabre, Le fil rouge, Paris, Presses de la fondation nationale des Sciences politiques, 1994.

3 L’Humanité, 2 mai 1960.

4 FO Magazine, 20 avril 1987.

5 France-soir, 2 mai 1971 : « il est né en 1876 (sic) aux États-Unis ». Le Matin, 30 avril 1986 : « le 1er mai 1936, pas un chat dans les rues de Paris, la manifestation ayant été interdite, les manifestants se sont retrouvés en banlieue », photo de 1934 à l’appui. La Croix, 29 avril 1997 : un sociologue des médias évoque la fusillade de 1884 [sic] aux États-Unis avant de conclure : « Décidément il y a dans notre héritage culturel et notre modernité une sorte d’internationale celtique […]. La popularité grandissante de la fête de Halloween l’atteste ».

6 J. Green, Taking History to Heart, Amherst, University of Massachusetts Press, 1999.

7 M. Rebérioux (dir.), Fourmies et les 1er-Mai, Paris, Les éditions de l’Atelier, 1994.

8 Le Monde, 3 mai 1986 « Le mouvement syndical a manqué, en France, le centième anniversaire du 1er-Mai ».

9 Documentation de L’Humanité, 1er-Mai 1986. lettre de l’URIF (Union régionale Ile-de-France). Le Monde, 3 mai 1986 : « Ce sont les délégations étrangères qui ont retenu l’attention, portant, plus fréquemment que leurs camarades français, des banderoles rappelant Chicago ».

10 Seule exception, la manifestation unitaire de caractère national organisée à Fourmies où se retrouvent CGT, CFDT, JOC, PS et PCF, le 1er mai 1991 et durant laquelle est lu un message du président de la République ; FO fait déposer une gerbe la veille.

11 Dans son 1er-Mai, les 100 printemps (Paris, Messidor, Éditions sociales, 1989), du moins dans ceux des chapitres qui concernent les années soixante et suivantes, Georges Séguy consacre plus de place aux luttes d’importance déployées en amont ou en aval du 1er-Mai qu’au 1er-Mai stricto sensu, dès lors absorbé dans des séquences qui le banalisent.

12 La Vie ouvrière, 25 avril 1989, S. Zeyons, « J’ai pensé que nous ne pouvions pas, nous syndicalistes et continuateurs du courant révolutionnaire syndicaliste ouvrier, laisser passer le bicentenaire de la Révolution française sans rappeler que précisément le 1er-Mai est né à l’occasion du centenaire ». Puis, en réponse à une objection : « Pourtant on associe toujours le 1er-Mai aux événements de Chicago », « J’avoue que, moi même, pendant longtemps, j’ai pensé [que telle était l’origine] » ; avant que de rectifier pour restituer au congrès de Paris sa place.

13 IHS-CGT, 1er-Mai, images pour un centenaire, sl., sd.

14 L’Humanité, 29 avril 1986.

15 AD 93 49 J 665 : « 1789 : les idéaux progressistes de la Révolution française donnaient le départ d’un combat de notre peuple pour la démocratie, le progrès social, la justice, la liberté. 200 ans après, bien des bastilles restent à prendre ». Le tract reprend ensuite l’historique devenu traditionnel : « 1889 : la deuxième internationale des travailleurs décidait de commémorer la répression du 1er mai 1986 à Chicago en faisant du 1er-Mai une journée de lutte des travailleurs du monde pour leur émancipation. Pour ces raisons, 1989 présente un caractère exceptionnel et doit se traduire par une puissante journée de lutte et de fête populaire ».

16 11000 dont une majorité d’immigrés selon la Préfecture de police.

17 L’Humanité du 2 mai 1960 évoque une manifestante qui porte à la fois l’insigne de la CGT et l’églantine : « L’églantine, c’est ma section FO qui me l’a vendue ». FO magazine, 25 avril 1990, M. BLONDEL, « D’une certaine façon, le 1er-Mai a été progressivement volé aux travailleurs, l’églantine et les revendications se sont trouvées confrontées au muguet et à la météo ».

18 FO magazine, 25 avril 1967.

19 Ibidem, 29 avril 1967.

20 Pas de cortège en 1977.

21 FO magazine, 30 avril 1986.

22 Ibidem, 23 avril 1980.

23 Ibidem, 30 avril 1986. La presse syndicale mentionne la manifestation lyonnaise devant ce monument en 1984, 1985, 1986, 1993.

24 B. Zimmermann, 1945-1986 : les Premiers mai de la CFTC/CFDT, Mémoire de maîtrise, Paris I, 1991. Le mémoire fait apparaître de fortes différences entre UD.

25 CFDT 8 H 559, Bouches-du-Rhône, Notre Combat, mars-avril 1975. L’UD rappelle que le 1er-Mai ne saurait être « la commémoration du souvenir mais un temps fort d’expression et de lutte ». Une affichette, de même origine, représente sur un mode syncrétique un poing (à la plastique soixante-huitarde) enserrant l’expression « le 1er-Mai » où le « 1 » devient la hampe d’un drapeau.

26 CFDT, 8 H 559, 1975, Châtellerault : ce tract reprend la thèse d’une date choisie par le congrès de Paris pour commémorer les pendus de Chicago. Dans les années 1970, divers tracts de la CFDT mettent l’accent sur la répression déployée en France et dans « de nombreuses régions du monde », le siècle durant.

27 FO Magazine, 4 mai 1983, déclaration de la CE de l’Union des syndicats de la région parisienne : « La seule manifestation authentiquement syndicale est celle de Force ouvrière ».

28 FO Magazine, 30 avril 1987, A. Bergeron, « Je pense que les syndicats ont raison de vouloir préserver une des traditions du mouvement ouvrier ».

29 FO Magazine, 31 avril 1986 : « 1886, Chicago, 1906, Charte d’Amiens, 1986, Varsovie. Reprendre notre place historique première ».

30 Le Monde, 3 mai 1989.

31 Documentation de Force ouvrière, Circulaire du bureau confédéral, 21 avril 1989.

32 FO Magazine, 8 mai 1991, « l’actualité du 1er-Mai ».

33 49 J 663, 1978, CFDT 8H 559, 1979. L’URP est l’Union Régionale Parisienne (CFDT).

34 B. Zimmermann, 1945-1986 : les Premiers mai de la CFTC/CFDT, op. cit.

35 Ibidem, p. 130 : Marie Thérèse Patry, responsable à l’URP de 1985 à 1987 : « Il est bien évident qu’avec la péniche, au niveau médiatique, c’était un coup qui a bien marqué […]. L’idée de base était la suivante : il faut apparaître, mais comme on n’est pas nombreux, il faut trouver le moyen de se faire remarquer afin que le lendemain, dans la presse, on dise : la CFDT était là le 1er-Mai ».

36 CFDT Magazine, mai 1989

37 B. Zimmermann, 1945-1986 : les Premiers mai de la CFTC/CFDT, op. cit.

38 Le Monde, 3 mai 1989.

39 G. Séguy, 1er-Mai, les 100 printemps (Messidor, Éditions sociales, 1989). Deux photographies couleurs de foules en liesse à La Havane et Moscou, choisies pour illustrer les pages de Georges Séguy consacrées aux bien pâles Premiers mai français des années 1980, dans l’ouvrage paru à l’occasion du centenaire, disent assez bien que ces Premiers mai de souveraineté ont, durablement, fonctionné comme de possibles substituts imaginaires aux difficultés éprouvées par la CGT dans le cadre national.

Auteur

Université Paris VIII

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540