Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du passé

 | 
Claire Andrieu
, 
Marie-Claire Lavabre
, 
Danielle Tartakowsky

Acteurs nationaux du politique

Vichy dans la mémoire catholique 1970-1997

Jean-Louis Clément

Texte intégral

  • 1 G. Bédouelle, L’Histoire de l’Église. Science humaine ou théologie ?, Paris, Mentha, 1992, 77p.
  • 2 H.-I. Marrou, Théologie de l’Histoire, Paris, Seuil, 1968, p. 182 ; R. Winling, La Théologie Conte (...)

1Par l’entremise de la théologie, l’histoire occupe une certaine place dans la vie intellectuelle du catholicisme1. Après 1945, la théologie historique connaît un nouveau souffle avec les travaux d’O. Cullman et de J. Daniélou. Cette spécialité entend être une réponse à la question du destin de l’homme. Sa conclusion est d’affirmer que l’histoire n’obéit pas à des lois intramondaines par opposition aux historicismes issus de la philosophie de Hegel. Elle trouve sa finalité dans le dessein de Dieu et dans l’histoire du Salut achevée à la Pentecôte de l’an 332. En conséquence, l’essentiel ayant été accompli, la vie religieuse déploie, dans une certaine mesure, son cours dans un contexte a-historique.

  • 3 J.-L. Clément, « La notion de “Résistance spirituelleˮ : une étude de concept à partir des cas fra (...)

2Cette remarque n’est pas de vaine érudition. En effet, les artisans de la mémoire catholique sur Vichy adhèrent à une spiritualité pétrie par une théologie de l’histoire empruntée à J.-A. Moehler3. Il importe donc de savoir si celle-ci se nourrit d’une mémoire unique et invariable ou si cette dernière, belle infidèle, se pare d’atours nouveaux au gré des humeurs du temps.

  • 4 La formule est empruntée au livre de D. Pelletier, La Crise Catholique, Paris, Payot, 2002, 321p.

3En 1970, les fondements de la mémoire catholique à l’égard de la France de Vichy ont été posés depuis des lustres. La crise du catholicisme4 (1968-1990) fait resurgir un souvenir noir de cette période qui n’a pas cessé d’être peaufiné pendant la période de dénonciation de la « connivence » (1990-1997).

  • 5 Mgr Guerry, L’Église Catholique en France sous l’Occupation, Paris, Flammarion, 1947, 379 p.

4En 1944, la thèse de l’inféodation politique de l’épiscopat et de son silence pendant la persécution des Juifs prit corps dans la revue Nova et Vetera de mars 1944, dans la revue socialiste La France Intérieure du 15 septembre 1944, dans la dépêche de l’Agence France-Presse du 13 septembre 1944 et dans le journal démocrate-chrétien Temps Présent du 29 juin 1945. Le cardinal Suhard avait tenté d’allumer un contre-feu en distribuant aux prêtres du diocèse de Paris un texte daté du 8 septembre 1944 intitulé : Quelques faits et quelques textes (Mémento à l’usage de MM. les Curés). L’Assemblée des Cardinaux et Archevêques décida de rédiger un ouvrage relatant la vie de l’Église catholique en France sous l’Occupation. Mgr E. Guerry, archevêque-coadjuteur de Cambrai, le rédigea5. La pointe de ce livre est une critique d’un anticléricalisme issu des rangs des catholiques résistants. Dans la conclusion, le coadjuteur de Cambrai écrivait à propos de la Résistance :

  • 6 Ce paragraphe résume brièvement cet article : J.-L. Clément, « Mgr E.Guerry, historien ou apologis (...)

En réalité, une révolution politique se préparait, s’organisait dès la clandestinité. Elle devait aboutir non pas seulement à un changement de gouvernement ou de régime, mais à la substitution d’une nouvelle République à l’ancienne, à l’élaboration d’une nouvelle Constitution, à l’établissement de tout un ensemble de réformes politiques et sociales selon un programme commun adopté par divers partis politiques, enfin à la prise du pouvoir6.

  • 7 J.-L. Clément, « Civisme épiscopal, civisme démocrate-chrétien en France 1919-1939 » Revue d’Histo (...)
  • 8 J.-L. Clément, Les Évêques au temps de Vichy, Paris, Beauchesne, 1999, p. 163 et p. 220.

5Ces allusions font implicitement références aux questions qui séparaient, avant la guerre, la démocratie-chrétienne, gagnées à des idées juridiques inspirées du socialisme utopique, de la hiérarchie catholique7. Le refus épiscopal de se ranger aux avis des catholiques de la Résistance en juillet 1942 et en février 1943 avait aggravé le dissentiment8.

  • 9 Le Monde 25 avril 1961 repris dans Le Monde du 18 juillet 1986 : discours du général de Gaulle du 2 (...)
  • 10 Catalogue Cérès timbres-poste. Édition de 1983, p. 156 et 159.

6La thèse de l’inféodation disparut à la publication de ce livre dans le contexte de la Guerre froide. Bien des évêques nommés avant-guerre par Pie XI dirigèrent leur diocèse jusqu’au Concile de Vatican II qui concentra tous les espoirs réels ou illusoires d’une rénovation du catholicisme. Pendant les années soixante, une thèse conciliante fonda la mémoire catholique de Vichy. Elle tient pour une grande part à la volonté de la Cinquième République de se donner une légitimité historique pour étayer l’État gaullien, régime né du pronunciamiento militaire du 13 mai 1958 et ébranlé par un « quarteron de généraux à la retraite »9 en avril 1961. L’apologie de la Résistance devint une nécessité politique. Continuant une politique d’émission de timbres-poste lancée par le gouvernement Guy Mollet pour honorer les héros de la Résistance, le gouvernement Michel Debré sut faire leur place à deux membres du clergé : en 1960, l’abbé René Bonpain (1908-1945) pour le clergé séculier ; en 1961, Mère Elisabeth (1890-1945) pour le clergé régulier10.

  • 11 A. Latreille, J.-R. Palanque, E. Delaruelle, R. Rémond, Histoire du Catholicisme en France, tome 3 (...)
  • 12 A. Latreilleet alii, Histoire…, op. cit., p. 612.
  • 13 A. Latreilleet alii, Histoire…, op. cit., p. 612 à 614.

7Il appartint à R. Rémond de donner forme à ce « consensus ». Cet ancien président de la Jeunesse Étudiante Chrétienne et ancien vice-président de l’Association Catholique de la Jeunesse Française, fonctions qui, aux yeux d’A. Latreille, le qualifie pour rédiger cette étude d’histoire immédiate11, était à l’époque professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il était, en outre, le neveu de l’évêque de Nice, Mgr Rémond, décédé en 1963. Il contribua au tome troisième de l’Histoire du Catholicisme en France. Son interprétation de l’attitude des catholiques durant la guerre se fonde sur une apologétique inspirée de M. Blondel. C’est la grande époque de « l’enfouissement » du croyant dans les masses. Constatant la division des catholiques sous le régime de Vichy, il écrivait : c’est un « signe qu’au lieu de se conduire en groupe distinct ayant ses intérêts et ses vues propres, les catholiques participent aux grands courants d’opinion publique et sont largement intégrés à la vie nationale »12. Son analyse de l’attitude politique de l’épiscopat sous Vichy confirme la thèse du ralliement réservé : « L’épiscopat exprime au chef de l’État sa soumission déférente et recommande aux fidèles une obéissance loyale ; mais il ne fait dans la plupart des cas que se conformer à la doctrine traditionnelle de l’Église sur le pouvoir établi ». L’auteur signale que les catholiques qui se compromettent avec le nouveau régime, sont mieux cotés à l’Hôtel du Parc que dans les évêchés13. À son su ou à son insu, cet historien reprend, en 1962, les conclusions d’un rapport reçu le 8 août 1944 par le commissaire à l’Intérieur du Gouvernement provisoire, d’Astier de la Vigerie, intitulé : Note sur l’épuration religieuse. La conclusion en était la suivante :

  • 14 J.-L. Clément, « Mgr Guerry… », op. cit., p. 138.

L’épuration religieuse, si elle doit être entreprise, ne saurait donc jouer en ce qui concerne l’attitude vis-à-vis du maréchal Pétain, si ce n’est à l’égard des prélats qui persisteraient à témoigner, après la Libération, une fidélité posthume à un régime déchu ; en revanche, il y aurait certainement lieu à sanctions à l’encontre de tel ou tel dignitaire de l’Église qui aurait, de 1940 à 1944, manifesté publiquement en faveur d’une collaboration dont le Vatican lui-même dénonçait les équivoques. Il est douteux qu’il s’en révèle beaucoup14.

  • 15 A.Dansette, Destin du catholicisme français 1926-1956, Paris, Flammarion, 1957, p. 403-404 ; G. Ch (...)
  • 16 J. Duquesne, Les Catholiques Français sous l’Occupation, Paris, Grasset, 1966, p. 53.
  • 17 J. Duquesne, Les Catholiques…, op. cit., p. 254.
  • 18 X. Boniface, « Les historiens et le “silence” de Pie XII » Revue Des Deux Mondes, avril 2002, p. 1 (...)

8Toutefois, en 1966, le journaliste J. Duquesne se permet de prendre ses distances par rapport à la conclusion de R. Rémond. Plus jeune que ce dernier, il fut, comme lui, dirigeant national de la JEC. Il fut aussi secrétaire général de l’ACJF qui traversa une crise liée à l’engagement temporel du militant. Elle la conduisit à sa mort en 195615. Ces querelles laissèrent des traces. À l’heure où pouvait enfin se mettre en place l’aggiornamento tant espéré du catholicisme, il était possible d’introduire des remarques cinglantes sur l’attitude politique des évêques. Certes, remarque J. Duquesne, la déclaration de l’ACA de juillet 1941 ne se prononce pas sur la question de la légitimité de l’État français. Mais il n’en constate pas moins que les évêques, individuellement, font acte d’allégeance au régime. Et de citer des déclarations de Mgr Feltin et de Mgr Guerry, les deux encore en exercice en 1966, sans tenir compte des circonstances précises dans lesquelles ces propos ont été tenus16. Toutefois, l’accusation de silence à l’égard de la ségrégation des Juifs n’est pas porté contre l’épiscopat17. À cette époque, l’attention est encore fixée sur les « silences de Pie XII »18.

9Dans les remous provoqués par la crise du catholicisme, une mémoire sévère de l’Église catholique sous Vichy refait surface. Après les années troubles suscitées par les événements de mai 1968, l’épiscopat tente, par la suppression officielle du mandat en octobre 1975, de prendre ses distances par rapport à la politisation des mouvements d’Action Catholique. Lors de l’Assemblée de l’Épiscopat de l’automne 1975, le cardinal Marty donne ce programme à ses confrères :

  • 19 Cité in D. Pelletier, La crise…, op. cit., p. 240.

Il est urgent que l’épiscopat français poursuive avec le sérieux qui convient l’étude de cette question du rapport entre une doctrine marxiste, qui entend promouvoir une libération sans Dieu, et un Evangile, qui propose le salut de Dieu19.

10Mgr Decourtray, écrit dans son bulletin diocésain le 21 novembre 1975 :

  • 20 Cité in L. Laloux, Passion, Tourment ou Espérance ? Histoire de l’apostolat des laïcs, en France, (...)

Certains mouvements apparaissent un peu comme les relais des partis avec une sorte de vague couverture chrétienne. Les chrétiens ne voyaient plus toujours l’originalité chrétienne de certains mouvements […] et l’opinion y voyait une “force d’appoint” dans les stratégies politiques20.

11Cette reprise en main doctrinale ne se fit pas sans recours à des comparaisons polémiques avec le cas du catholicisme à l’époque de Vichy. J. Boulier, prêtre et ancien compagnon de route des communistes, se permit, le premier, un pareil parallèle dans ses mémoires paru en 1977. Lorsqu’il voit, en 1974, les militants de la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne) entonner le chant de L’Internationale, devant un parterre d’évêques médusés et G. Marchais, secrétaire général du PCF, le mémorialiste n’évite pas la comparaison avec les aînés de ce même mouvement durant la deuxième guerre :

  • 21 J. Boulier, J’étais un prêtre rouge : souvenirs et témoignages, Paris, Éditions de l’Athanor, 1977 (...)

Contraste saisissant ! Cette même JOC défilait naguère aux accents du cantique : “Maréchal nous voilà !…” alors que tant de ces pauvres gars partaient allégrement pour le STO encouragés par les évêques21.

12Ce témoignage allait dans le sens de l’absence de discernement politique de la hiérarchie. Il ne fit pas l’objet d’une critique négative à l’heure où tant de catholiques vibraient aux accents du Programme commun de gouvernement de l’Union de la gauche.

  • 22 G. Fessard, Église de France prends garde de perdre la Foi !, Paris, Julliard, 1979, 316 p.

13En 1979, le père G. Fessard publiait un essai reprenant le plan du fameux cahier clandestin de 1941 qui mettait en évidence la logique du proxénète : séduire, compromettre, détruire. Le titre même était un décalque de celui de la guerre : Église de France prends garde de perdre la Foi !22 Le jésuite établissait le constat d’un risque de perversion du catholicisme par le marxisme aussi grave que la perversion par le nazisme en 1941. Toutefois, dans son parallèle, il ne dédouanait pas l’épiscopat de son aveuglement tant en 1941 qu’en 1977. Il écrivait :

  • 23 Commission Épiscopale.
  • 24 G. Fessard, Église…, op. cit., p. 29.

En 1941, le danger naissait de la “vénération” pour le maréchal qui dispensait l’Episcopat de toute analyse, tant soit peu fine, de sa “légitimité” comme de son “pouvoir”, également évanescents. En 1977, le risque de contamination et de perversion par le marxisme naît au contraire de la base, de la “classe ouvrière” qui, s’estimant Esclave, aspire à devenir Prince au moyen d’une “lutte de classe” dont l’Episcopat reconnaît la “légitimité”, notamment à la suite de la CE23 du Monde ouvrier, sans un souci suffisamment efficace et du “principe” et de la “fin” qui inspirent ce moyen24.

  • 25 J. Chaunu, « G. Fessard : une conscience combattante. À propos de la réédition du « Journal de la (...)
  • 26 D. Pelletier, La crise…, op. cit., p. 240 et 242.

14G. Fessard durcissait à l’égard de l’épiscopat son jugement par rapport à celui qu’il avait formé entre 1940 et 194425 mais il ignorait la suppression du mandat, fondement pastoral de l’Action catholique spécialisée depuis Pie XI. En se dégageant des mouvements dont les orientations politiques pouvaient nuire à l’annonce de la Foi, l’épiscopat retrouvait sa liberté de parole26.

  • 27 H. DeLubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989, p. 391 à 394.

15Les catholiques de progrès reçurent fort mal le message implicite que contenaient et l’abrogation du mandat et le livre du père Fessard. Consacrant deux articles à célébrer la mémoire de celui qui fut un de ses fondateurs, Témoignage Chrétien, dans ses parutions des 9 et 16 novembre 1979, minimisa la valeur et la portée de cette œuvre qui se limitait « à tirer des conséquences de principes ». Le droit de réponse que sollicita H. de Lubac pour défendre la mémoire et la pensée de son ami fut refusé par la rédaction du journal27.

16L’inféodation au régime de Vichy ne jouait qu’au détriment des évêques. Le drame se noua le jour où Mgr Etchegaray dénonça, par une allusion à la France de Vichy, la compromission de la JOC avec le marxisme :

  • 28 La Documentation Catholique, n° 1743, 1er juin 1978, p. 520-521.

JOC, prends garde de perdre ton âme !
Église, prends garde de perdre la JOC !28

  • 29 Témoignage Chrétien, 18 mai 1978.
  • 30 H. deLubac, Résistance chrétienne à l’antisémitisme. Souvenirs 1940-1944, Paris, Fayard, 1988, p.  (...)

17En improvisant librement sur le titre du premier cahier clandestin du Témoignage Chrétien, le prélat s’attira les foudres de G. Montaron. Le directeur de l’hebdomadaire des chrétiens de gauche tança l’impudent qui s’opposait à « l’option socialiste à référence marxiste »29. Par voie de conséquence, l’historiographie minimisa les mémoires de guerre d’H. de Lubac qui se montrait compréhensif à l’égard de l’épiscopat. Pendant l’Occupation, il avait été un conseiller écouté de Mgr Gerlier. Son témoignage cautionnait aussi le livre écrit par Mgr Guerry en 194730. Au moyen de ce dernier mémoire, il adoucissait les jugements portés par son ami G. Fessard à l’encontre de l’épiscopat.

  • 31 R. Bédarida, Les armes de l’Esprit. Témoignage Chrétien (1941-1944), Paris, Les Éditions Ouvrières (...)
  • 32 R. Bédarida, Les armes…, op. cit., p. 124.
  • 33 A. Latreille, De Gaulle, la Libération et l’Église catholique, Paris, Cerf, 1978, p. 14.
  • 34 J.-L. Clément, « Mgr Guerry… », op. cit., p. 139.

18Le recours à la mémoire de Vichy devenait un moyen de pression pour souligner le manque de discernement politique de la hiérarchie. R. Bédarida est une ancienne militante du réseau clandestin Témoignage Chrétien et l’historienne de ce mouvement. Son livre paraît en 1977. Catholique sensible aux engagements temporels du croyant, elle dresse un tableau négatif de l’attitude politique des évêques dès les premières pages de son livre31 et conduit son lecteur à penser que les protestations épiscopales de la ségrégation raciale d’août et septembre 1942 pourraient être le fruit de l’action clandestine de son mouvement de Résistance spirituelle32. L’année d’après, A. Latreille, historien de l’époque napoléonienne et directeur des Cultes au ministère de l’Intérieur du mois de novembre 1944 au mois d’août 1945, se présente comme l’homme qui a voulu, dès le mois de décembre 1940, mettre en garde l’épiscopat contre le danger que représentait un ralliement trop empressé au gouvernement du Maréchal33. Il se pose comme un temporisateur dans la question de l’épuration de l’épiscopat, en omettant de dire que la politique suivie par le GPRF depuis le 9 septembre 1944 était plus drastique que celle ébauchée par le gouvernement précédent qui siégeait à Alger34.

  • 35 L. Laloux, Passion… op. cit., p. 103 à 132.

19Cet argumentaire cache le mal-être des mouvements d’Action Catholique qui ont le sentiment d’être répudiés par la hiérarchie depuis l’abolition du mandat même si la Conférence des Évêques de France continue de leur attribuer des subventions35. Ils n’ont de cesse de demander une reconnaissance à la hiérarchie. Ils adhèrent à cette vision du catholicisme sous Vichy pour mieux faire pression sur les prélats peu ou mal informés des faits et gestes de leurs prédécesseurs. En 1986, le cardinal Decourtray posait directement la question à la réunion annuelle de l’Assemblée de l’Épiscopat :

  • 36 Cité in L. Laloux, Passion…, op. cit., p. 269. C’est le cardinal qui souligne.

[…] beaucoup de laïcs demandent et demandent avec une insistance accrue à être “reconnus” ou plus “reconnus” […] L’hypothèse qui nous est venue est la suivante : cette insistance et disons même ce malentendu, ne viendrait-il pas de ce que la question du “pouvoir” est plus ou moins occultée ? Quelqu’un a fait remarquer que le mot n’avait pas été prononcé. En aurions-nous peur ? Si oui, cela veut dire qu’il nous faut dans les mois qui viennent et jusqu’au Synode prendre à bras-le-corps cette question : quel est le sens du “pouvoir” dans l’Église du Christ ? De quel “pouvoir” s’agit-il selon la vérité de l’Évangile compris dans l’Église ? Comment est-il mis en œuvre ?36

  • 37 AN, F7 15292, Direction générale de la Sûreté nationale. Direction des renseignements généraux « V (...)

20En effet, depuis la Libération, la sensibilité démocrate-chrétienne qui s’est diffractée en différentes nuances, entend être la voix politique du catholicisme français. Elle semble même avoir espéré, à l’origine, « l’approbation de l’autorité religieuse » tout en désirant « néanmoins conserver leur indépendance et leur pleine liberté d’action »37. Ce privilège lui fut refusé par l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques du 28 février 1945. Par ailleurs, cette dernière mettait :

  • 38 AN, F7 15292, note du service des Renseignements généraux du 19 février 1945 annotée XP 23/M.R.

en garde les dirigeants des mouvements de jeunesse catholique contre cette assimilation et insistait sur l’indépendance nécessaire qu’ils doivent conserver, afin d’éviter qu’une nuance politique se joigne indissolublement à l’activité catholique38.

21L’intrusion de la politique avait bien eu lieu dans les mouvements avec les conséquences qui ont été évoquées précédemment.

  • 39 L. Laloux, Passion…, op. cit., p. 284.
  • 40 Tel est le cas de Philippe Oswald, rédacteur en chef de Famille Chrétienne.

22Dans les années 1980, l’Action Catholique connaît la concurrence d’autres mouvements de laïques qui se veulent dans la logique de la nouvelle évangélisation de Jean-Paul II comme le mouvement Jeunes Chrétiens Services créé le 15 août 198839 ou les différentes communautés charismatiques. L’hebdomadaire Famille Chrétienne, fondé en 1978, a une orientation éditoriale aux antipodes de son concurrent La Vie. Cette rédaction ne privilégie pas l’engagement temporel et encore moins l’option socialiste. Elle se veut spirituelle et en dehors d’une tradition historique quelconque du catholicisme. De formation philosophique, ayant poursuivi des études à l’Institut de Philosophie Comparée créé par Marcel Clément, rédacteur en chef du journal conservateur L’Homme Nouveau, ils sont en dehors de la logique de l’Action Catholique telle qu’elle a évolué depuis 195040.

  • 41 Cardinal P. Gouyon, Marcel Callo, témoin d’une génération, Paris, Éditions SOS, 1981, p. 6 et 82.
  • 42 J.-D. Durand, « Sainteté et politique. Une médiation possible ? » in G. Cholvy (dir.) La Sainteté (...)

23En réponse à ce débat, la hiérarchie, par la plume du cardinal Gouyon, réactivait la cause de M. Callo, militant jociste mort pour sa foi en accomplissant le STO. Le futur Bienheureux est présenté comme un authentique militant d’Action catholique formé et éduqué par l’Église au moyen de ses mouvements de jeunes. Et le prélat de souligner que l’ouvrier rennais n’avait jamais confondu l’apostolat avec l’action sociale ou politique41. Par voie de conséquence, les catholiques de sensibilité démocrate-chrétienne s’activèrent pour introduire les enquêtes préliminaires à l’ouverture des procès en canonisation de R. Schuman et E. Michelet. Ce fut chose faite à l’automne 1989. Toutefois, des historiens se sont posé la question de la valeur de ces canonisations futures. J.-D. Durand l’a exprimé en 1998 : « Ne risque-t-on pas en effet de béatifier un parti politique ? En l’occurrence la démocratie chrétienne ? »42.

  • 43 R. Rémondet alii, Paul Touvier et l’Église, Paris, Fayard, 1992, p. 14-15.

24Le 24 mai 1989, l’ancien chef de la Milice française de la région lyonnaise est arrêté dans un prieuré intégriste. Il apparaît que des ecclésiastiques ont aidé P. Touvier à se soustraire à la Justice pendant quarante ans. Pour ce motif, le cardinal Decourtray constitue, le 29 juin 1989, une commission d’enquête dont la présidence est confiée à R. Rémond43. D’autre part, le Primat des Gaules confesse, le 2 janvier 1990, au journaliste du Figaro, J. Bourdarias, un certain compagnonnage catholique avec les communistes :

  • 44 Cité in L. Laloux, Passion…, op. cit., p. 90.

Le reproche qu’on peut faire aux pasteurs qui se situaient dans une perspective essentiellement missionnaire, c’est qu’ils n’ont pas été suffisamment sensibles à certains dangers. Dans le souci de maintenir la communion avec les plus engagés, on s’est laissé entraîner à une certaine connivence44.

  • 45 Ibidem, p. 91.

25Les catholiques de sensibilité socialiste se sentirent ostracisés. Témoignage Chrétien prit fait et cause pour l’ACO. Celle-ci rencontra l’archevêque de Lyon qui eut le sentiment de se « trouver devant un tribunal populaire »45.

26Enfin, le 1er mai 1991, Jean-Paul II publie Centesimus Annus pour célébrer le centenaire Rerum Novarum. Son enseignement replace la personne humaine au cœur de l’économie qui est au service de son épanouissement. Il rappelle que :

  • 46 Lettre encyclique « Centesimus Annus » du Souverain pontife Jean-Paul II. Édition du journal La Cr (...)

[…] le profit n’est pas le seul indicateur de l’état de l’entreprise. Il peut arriver que les comptes économiques soient satisfaisants et qu’en même temps les hommes qui constituent le patrimoine le plus précieux de l’entreprise soient humiliés et offensés dans leur dignité46.

  • 47 Revue Des Deux Mondes, février 1992, p. 67 à 82.
  • 48 J.-L. Barré, Jacques et Raïssa Maritain : les mendiants du ciel, Paris, Stock, 1995, 657 p.
  • 49 J. Prévotat, « Les évêques sous l’Occupation : un démenti du cardinal de Lubac » Communio, tome 17 (...)
  • 50 Revue Des Deux Mondes…, op. cit., p. 72 et 76.
  • 51 R. Rémondet alii, Paul Touvier…, op. cit., p. 92 et 93, p. 327-328.
  • 52 J.-P. Azéma, F.Bédarida (dir.), Vichy et les Français, Paris, Fayard, 1992, 788 p.
  • 53 R. Bédarida, « La hiérarchie catholique » in J.-P. Azéma, Fr. Bédarida, Vichy…, op. cit., p. 446-4 (...)
  • 54 R. Bédarida, « La hiérarchie… », op. cit., p. 444 et 446.
  • 55 F. et R. Bédarida, « L’Église catholique sous Vichy : une mémoire trouble » Esprit, mai 1992, p. 5 (...)

27Libéraux, démocrates-chrétiens et catholiques proches du socialisme scellèrent objectivement une Sainte Alliance pour noircir la mémoire catholique de Vichy. Dans la Revue Des Deux Mondes47, J.-L. Barré, qui préparait une biographie de J. Maritain48, publiait un rapport attribué à tort au Père H. de Lubac49 dénonçant l’inféodation de l’épiscopat au régime de Vichy. Il aurait souffert « d’une grave carence au point de vue de la doctrine » et il aurait connu« une défaillance dans [le] sentiment de l’universalité de l’Église et de l’unité de l’épiscopat »50. Le rapport Touvier concluait, en janvier 1992, à l’incapacité des ecclésiastiques à jauger correctement une situation politique, à préférer la justice de Dieu à celle des hommes même s’il constate une absence de connivence entre la hiérarchie et la Milice51. À la même date, paraissait les actes du colloque international du CNRS organisé par l’IHTP entre le 11 et le 13 juin 199052. Il est intéressant de voir repris dans la communication de R. Bédarida des arguments déjà contenus dans le rapport attribué à H. de Lubac : dés intérêt pour le conflit mondial, repli sur les affaires de l’Église de France53. Un fait nouveau est avancé : le silence gardé sur le drame des Juifs54. Une campagne de presse accompagne la résurgence de la thèse de la Libération à laquelle l’ACA avait jugé utile de répondre par la plume de Mgr Guerry55.

  • 56 O. deBerranger, Alfred Ancel (1898-1984) : un homme pour l’Évangile, Paris, Le Centurion, 1988, 49 (...)
  • 57 La Nef, n° 77, novembre 1997, p. 20. Mots soulignés par l’auteur de cet article.
  • 58 Libération, mardi 30 septembre 1997, p. 13.
  • 59 C. Langlois, « Religion » in A. Burguière, Dictionnaire des Sciences Historiques, Paris, PUF, 1986 (...)
  • 60 P. Chaillet, « Introduction : J.-A. Moehler historien et théologien de l’Église » in J.-A. Moehler(...)

28Cette interprétation du passé élaborée dans les passions de la Libération sert de socle à la repentance de Drancy du 30 septembre 1997. Elle y trouve une consécration officielle. Elle fut annoncée par Mgr O. de Berranger, évêque de Saint-Denis, qui se fondait sur la lettre apostolique de Jean-Paul II Tertio millenio adveniente du 10 novembre 1994. Prêtre de la Congrégation du Prado, cet évêque fut très proche de l’Action Catholique spécialisée. Il se fit le biographe de Mgr A. Ancel qui laissa les mouvements d’apostolat s’associer avec des formations politiques de gauche56. La connaissance historique occupe une grande place dans ses valeurs intellectuelles. Il avance que le texte lu par les évêques à Drancy « assume une lecture scientifique de l’histoire… » qu’il « a pour originalité de prendre en compte une analyse scientifique de l’histoire qui manque à la plupart des fidèles qui réagissent »57. Cette science historique lui a été apporté par Fr. et R. Bédarida58, ceux-là même qui ravivent la thèse de la Libération et qui appartiennent au groupe des historiens du fait religieux au sujet desquels C. Langlois pouvait écrire : « Certains universitaires, et des plus éminents, ne revendiquent-ils pas ouvertement de mobiliser leur compétence au service du modèle ecclésial qu’ils souhaitent voir triompher ? »59. L’évêque de Saint-Denis confirme a posteriori ce fait en justifiant la repentance par une théologie historique empruntée à J.-A. Moehler dans laquelle « l’Idée d’Église reste l’explication et la justification de l’Histoire, le Saint-Esprit est le dernier fondement surnaturel du rapport entre l’idée et l’Histoire »60. Il écrit :

  • 61 Mgr O. deBerranger, « Face à la Shoah : la repentance de l’Église catholique », Unité Chrétienne, (...)

Une nouvelle lecture de l’histoire s’impose après le Concile. Elle n’est pas purement factuelle et ne s’intéresse pas seulement au passé comme passé. Elle exige rigueur et honnêteté intellectuelle, comme toute œuvre scientifique. Mais elle doit aussi prendre une densité d’ordre spirituel pour devenir cette authentique memoria futuri appelée par le Document du Saint-Siège pour les Rapports religieux avec le judaïsme61.

  • 62 J.-M. Lustiger, Le choix de Dieu. Entretiens avec J.-L. Missika et D. Wolton, Paris, Éditions de F (...)
  • 63 L. Laloux, Passion…, op. cit., p. 103 et sq.

29L’adhésion de l’archevêque de Paris à cette repentance mérite attention. En 1987, sont publiés les entretiens qui avaient servi à l’émission télévisée qui lui fut consacrée. Mgr Lustiger dit que, dans un pays aussi profondément marquée par l’antisémitisme, « la réaction moyenne des catholiques croyants, du clergé, et des évêques, a été digne et plutôt positive ». Et de reconnaître la validité des protestations de l’épiscopat auprès du maréchal Pétain en 1941. Il reconnaît avoir bénéficié des réseaux de sauvetage catholiques pendant l’Occupation62. À quoi tient ce revirement ? Probablement à une connaissance très médiocre de l’histoire contemporaine par le haut clergé et plus sûrement par le désir de ne pas contrister l’aile gauche de la catholicité plus influente par ses réseaux que par le nombre de ses militants63. Cette mouvance œuvre en faveur de l’engagement temporel et la réconciliation entre l’Église et la société moderne toute tournée vers des valeurs matérielles.

  • 64 E. Ollivier, Commentaire de l’Encyclique de Léon XIII sur la Constitution Chrétienne des États (Im (...)
  • 65 G. Sorel, Réflexions sur la Violence. Préface de J. Julliard, Paris, Seuil, 1990, p. 119 (première (...)

30À la fin du XIXe siècle naissait une « mémoire » de la Réforme qui était promue mère de la démocratie par les Républicains. E. Ollivier, dans son commentaire de l’encyclique sur la Constitution Chrétienne des États, réfuta cette thèse qui ne pouvait que « rendre la liberté politique odieuse aux catholiques »64. Avant même que G. Sorel n’ait théorisé son idée du mythe et son usage révolutionnaire65, la pratique était là. À la fin du XXe siècle, naît une « mémoire » catholique de Vichy qui ne peut que rendre suspect l’enseignement social des évêques puisque leurs prédécesseurs y sont dépeints comme dénués de sens politique.

  • 66 Le Pèlerin Magazine n° 5993, 10 octobre 1997, p. 28.

31Les protestations qui se sont faites entendre au lendemain de l’acte public de Drancy montrent, s’il en était besoin, que tout le monde n’adhérait pas à cette vision de l’histoire66. La publication du motu proprio « Apostulos Suos » de Jean-Paul II du 21 mai 1998 qui fixe les règles présidant aux destinées d’une conférence nationale et l’obligation de l’unanimité dans la publication d’une déclaration, rend caduque la déclaration de Drancy signée par une minorité des membres de la Conférence Épiscopale :

  • 67 http://www.vatican.va Jean-Paul II Motu Proprio « Apostulos Suos » 21 mai 1998, § 22.

Mais si cette unanimité n’a pas été obtenue, la seule majorité des Évêques d’une Conférence ne peut publier une éventuelle déclaration comme magistère authentique de cette Conférence, auquel devrait adhérer tous les fidèles du territoire, à moins qu’elle n’ait obtenu la reconnaissance (recognitio) du Siège Apostolique, qui ne la donnera pas si cette majorité n’est pas qualifiée67.

Notes

1 G. Bédouelle, L’Histoire de l’Église. Science humaine ou théologie ?, Paris, Mentha, 1992, 77p.

2 H.-I. Marrou, Théologie de l’Histoire, Paris, Seuil, 1968, p. 182 ; R. Winling, La Théologie Contemporaine (1945-1980), Paris, Le Centurion, 1983, p. 87 ; E. Vilanova, Histoire des Théologies Chrétiennes, tome 3, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Cerf, 1997, p. 913.

3 J.-L. Clément, « La notion de “Résistance spirituelleˮ : une étude de concept à partir des cas français et italien » in J. Sainclivier, C. Bougeard, La Résistance et les Français. Enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, PUR, 1995, p. 91.

4 La formule est empruntée au livre de D. Pelletier, La Crise Catholique, Paris, Payot, 2002, 321p.

5 Mgr Guerry, L’Église Catholique en France sous l’Occupation, Paris, Flammarion, 1947, 379 p.

6 Ce paragraphe résume brièvement cet article : J.-L. Clément, « Mgr E.Guerry, historien ou apologiste ? » in C. Amalvi (dir.), Une Passion de l’Histoire. Histoire(s), Mémoire(s) et Europe. Hommage à Charles-Olivier Carbonell, Toulouse, Privat, 2002, p. 137 à 153 (la citation : p. 152).

7 J.-L. Clément, « Civisme épiscopal, civisme démocrate-chrétien en France 1919-1939 » Revue d’Histoire Ecclésiastique n° 1-2, vol. 98 (2003) p. 80 à 105.

8 J.-L. Clément, Les Évêques au temps de Vichy, Paris, Beauchesne, 1999, p. 163 et p. 220.

9 Le Monde 25 avril 1961 repris dans Le Monde du 18 juillet 1986 : discours du général de Gaulle du 23 avril 1961 à 20 heures.

10 Catalogue Cérès timbres-poste. Édition de 1983, p. 156 et 159.

11 A. Latreille, J.-R. Palanque, E. Delaruelle, R. Rémond, Histoire du Catholicisme en France, tome 3, La période contemporaine, Paris, Spes, 1962, p. 7.

12 A. Latreilleet alii, Histoire…, op. cit., p. 612.

13 A. Latreilleet alii, Histoire…, op. cit., p. 612 à 614.

14 J.-L. Clément, « Mgr Guerry… », op. cit., p. 138.

15 A.Dansette, Destin du catholicisme français 1926-1956, Paris, Flammarion, 1957, p. 403-404 ; G. Cholvy, Y.-M. Hilaire, Histoire Religieuse de la France Contemporaine, tome 3, Toulouse, Privat, 1988, p. 253.

16 J. Duquesne, Les Catholiques Français sous l’Occupation, Paris, Grasset, 1966, p. 53.

17 J. Duquesne, Les Catholiques…, op. cit., p. 254.

18 X. Boniface, « Les historiens et le “silence” de Pie XII » Revue Des Deux Mondes, avril 2002, p. 132 à 142.

19 Cité in D. Pelletier, La crise…, op. cit., p. 240.

20 Cité in L. Laloux, Passion, Tourment ou Espérance ? Histoire de l’apostolat des laïcs, en France, depuis Vatican II, Paris, François-Xavier de Guibert, 2002, p. 258.

21 J. Boulier, J’étais un prêtre rouge : souvenirs et témoignages, Paris, Éditions de l’Athanor, 1977, p. 76-77.

22 G. Fessard, Église de France prends garde de perdre la Foi !, Paris, Julliard, 1979, 316 p.

23 Commission Épiscopale.

24 G. Fessard, Église…, op. cit., p. 29.

25 J. Chaunu, « G. Fessard : une conscience combattante. À propos de la réédition du « Journal de la Conscience Française », Liberté Politique n° 17, automne 2001, p. 123 à 139.

26 D. Pelletier, La crise…, op. cit., p. 240 et 242.

27 H. DeLubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989, p. 391 à 394.

28 La Documentation Catholique, n° 1743, 1er juin 1978, p. 520-521.

29 Témoignage Chrétien, 18 mai 1978.

30 H. deLubac, Résistance chrétienne à l’antisémitisme. Souvenirs 1940-1944, Paris, Fayard, 1988, p. 135 à 137.

31 R. Bédarida, Les armes de l’Esprit. Témoignage Chrétien (1941-1944), Paris, Les Éditions Ouvrières, 1977, p. 14-15.

32 R. Bédarida, Les armes…, op. cit., p. 124.

33 A. Latreille, De Gaulle, la Libération et l’Église catholique, Paris, Cerf, 1978, p. 14.

34 J.-L. Clément, « Mgr Guerry… », op. cit., p. 139.

35 L. Laloux, Passion… op. cit., p. 103 à 132.

36 Cité in L. Laloux, Passion…, op. cit., p. 269. C’est le cardinal qui souligne.

37 AN, F7 15292, Direction générale de la Sûreté nationale. Direction des renseignements généraux « Vers la création d’un grand parti catholique national ? » Paris, 18 avril 1945.

38 AN, F7 15292, note du service des Renseignements généraux du 19 février 1945 annotée XP 23/M.R.

39 L. Laloux, Passion…, op. cit., p. 284.

40 Tel est le cas de Philippe Oswald, rédacteur en chef de Famille Chrétienne.

41 Cardinal P. Gouyon, Marcel Callo, témoin d’une génération, Paris, Éditions SOS, 1981, p. 6 et 82.

42 J.-D. Durand, « Sainteté et politique. Une médiation possible ? » in G. Cholvy (dir.) La Sainteté 7e Université d’été d’Histoire religieuse. Saint-Didier (Vaucluse) 9-12 juillet 1998, Montpellier, Centre Régional d’Histoire des Mentalités Université Paul-Valéry, 1999, p. 305.

43 R. Rémondet alii, Paul Touvier et l’Église, Paris, Fayard, 1992, p. 14-15.

44 Cité in L. Laloux, Passion…, op. cit., p. 90.

45 Ibidem, p. 91.

46 Lettre encyclique « Centesimus Annus » du Souverain pontife Jean-Paul II. Édition du journal La Croix paragraphe 35.

47 Revue Des Deux Mondes, février 1992, p. 67 à 82.

48 J.-L. Barré, Jacques et Raïssa Maritain : les mendiants du ciel, Paris, Stock, 1995, 657 p.

49 J. Prévotat, « Les évêques sous l’Occupation : un démenti du cardinal de Lubac » Communio, tome 17, 5-n° 103, septembre-octobre 1992, p. 126 à 132.

50 Revue Des Deux Mondes…, op. cit., p. 72 et 76.

51 R. Rémondet alii, Paul Touvier…, op. cit., p. 92 et 93, p. 327-328.

52 J.-P. Azéma, F.Bédarida (dir.), Vichy et les Français, Paris, Fayard, 1992, 788 p.

53 R. Bédarida, « La hiérarchie catholique » in J.-P. Azéma, Fr. Bédarida, Vichy…, op. cit., p. 446-447.

54 R. Bédarida, « La hiérarchie… », op. cit., p. 444 et 446.

55 F. et R. Bédarida, « L’Église catholique sous Vichy : une mémoire trouble » Esprit, mai 1992, p. 52 à 66 ; Le Monde 17 mars 1994 (supplément).

56 O. deBerranger, Alfred Ancel (1898-1984) : un homme pour l’Évangile, Paris, Le Centurion, 1988, 495 p.

57 La Nef, n° 77, novembre 1997, p. 20. Mots soulignés par l’auteur de cet article.

58 Libération, mardi 30 septembre 1997, p. 13.

59 C. Langlois, « Religion » in A. Burguière, Dictionnaire des Sciences Historiques, Paris, PUF, 1986, p. 576.

60 P. Chaillet, « Introduction : J.-A. Moehler historien et théologien de l’Église » in J.-A. Moehler, L’Unité dans l’Église ou le principe du catholicisme d’après l’esprit des Pères des trois premiers siècles de l’Église, Paris, Cerf, 1938, p. XXVI.

61 Mgr O. deBerranger, « Face à la Shoah : la repentance de l’Église catholique », Unité Chrétienne, n° 137, février 2000, p. 24.

62 J.-M. Lustiger, Le choix de Dieu. Entretiens avec J.-L. Missika et D. Wolton, Paris, Éditions de Fallois, 1987, p. 103-104.

63 L. Laloux, Passion…, op. cit., p. 103 et sq.

64 E. Ollivier, Commentaire de l’Encyclique de Léon XIII sur la Constitution Chrétienne des États (Immortale Dei) – Appendice au Manuel de Droit Ecclésiastique, Paris, Garnier Frères, sd, p. 115-116.

65 G. Sorel, Réflexions sur la Violence. Préface de J. Julliard, Paris, Seuil, 1990, p. 119 (première édition : 1908) « Il importe fort peu de savoir ce que les mythes renferment de détails à apparaître vraiment sur le plan de l’histoire future […] Il faut juger les mythes comme des moyens d’agir sur le présent […] ».

66 Le Pèlerin Magazine n° 5993, 10 octobre 1997, p. 28.

67 http://www.vatican.va Jean-Paul II Motu Proprio « Apostulos Suos » 21 mai 1998, § 22.

Auteur

Université Robert Schuman, Strasbourg

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540