Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du passé

 | 
Claire Andrieu
, 
Marie-Claire Lavabre
, 
Danielle Tartakowsky

Acteurs nationaux du politique

L’Église et le XVe centenaire du baptême de Clovis. Une tourmente politique inattendue

Jean-François Boulanger

Texte intégral

1Qui aurait dit en 1986 que la France s’enflammerait dix ans plus tard à propos de Clovis ? Entre l’année 1986 et le 22 septembre 1996, l’Église catholique s’est trouvée entraînée dans une tourmente politique inattendue. Certes, les responsables de la hiérarchie n’ignoraient pas que la célébration du baptême de Clovis était susceptible d’une récupération par l’extrême droite, mais ils pensaient avoir mis en place des pare-feu efficaces. Cependant, ce ne fut pas de là que vint l’offensive la plus dangereuse, mais du laïcisme. Nous nous efforcerons donc de comprendre comment l’Église catholique d’après Vatican II a pu se lancer dans l’aventure d’une commémoration qui semblait relever d’un autre temps. Il faudra ensuite examiner les parades imaginées pour contrer une récupération prévisible par l’extrême droite avant de voir comment s’est développée une offensive moins attendue d’une partie de la gauche.

L’Église sous la menace de la francisque

  • 1 Archives municipales de Reims, 117W2.

2Du côté de l’Église catholique, tout commence le 17 février 1990. Ce jour-là, se tient la première réunion préparatoire du quinzième centenaire du baptême de Clovis convoquée par l’archevêque de Reims. Pourquoi cette réunion à cette date ? La réponse de Mgr Balland est triple : 1) « une association extérieure au diocèse existe déja et agit depuis plusieurs années » ; 2) « à l’assemblée plénière de l’épiscopat de 1989, il m’a été demandé de prendre des initiatives, tant en raison de l’importance de l’événement que des exploitations ou récupérations à éviter » ; 3) « la célébration juste de cet événement est difficile et beaucoup d’esprits y sont peu préparés. Il convient de trouver la bonne perspective et de la promouvoir »1.

  • 2 Archives municipales de Reims, 117W22.
  • 3 Texte figurant au dos du bulletin d’adhésion de l’association pour le XVe centenaire de la France, (...)
  • 4 Bulletin de l’Association pour le XVe centenaire de la France, n° 1, décembre 1987.

3Cette réunion est donc une réaction à une initiative extérieure à la hiérarchie catholique. L’histoire du XVe centenaire a en fait commencé avec la fondation le 3 novembre 1986 à Rouen de l’Association pour le XVe centenaire de la France2. Pour les fondateurs du groupe, la France des années 1980 est marquée par un regain catholique qui débute avec le premier voyage de Jean-Paul II en France. Ils interprètent les manifestations de 1984 en faveur de l’enseignement privé comme un signe révélateur de ce mouvement : « Le levain soulève la pâte ». Les cortèges de Paris et de Versailles sont « les majestueuses retrouvailles de ce peuple de France avec ses saints »3. Dès lors, il faut se préparer à renouveler les promesses faites lors du baptême de Clovis, conçu comme celui d’une France dont la vocation est de défendre l’Église et le Saint Père. Cette préparation consiste en une neuvaine d’années préparatoires qui commence en 1987. Une première nuit de prières a lieu à la basilique Saint-Remi de Reims à l’occasion des fêtes de son saint patron4.

4Cette initiative de l’association pour le XVe centenaire que le bulletin diocésain feint d’ignorer n’interfère pas avec la fête traditionnelle de saint Remi. Cependant, à la fin de l’année 1990, Mgr Balland annonce au responsable de l’association pour le XVe centenaire qu’il ne sera désormais plus possible de l’accueillir à Saint Remi : un comité diocésain vient d’être créé. C’est, bien sûr, la conséquence de la réunion du 17 février 1990.

  • 5 Archives municipales de Reims, 117W22. Nous citons ici le texte du projet de réponse de Mgr Ballan (...)

Ces dispositions nouvelles excluent que nous puissions vous accueillir dans les mêmes conditions que les années précédentes. Elles permettent néanmoins aux membres de votre Association qui le désirent, de participer à cette veillée. Dans ce cas, cependant, il devra être clairement et préalablement convenu, d’une part, que le caractère diocésain de cette veillée sera annoncé et bien sûr respecté par les participants et, d’autre part, que votre Association s’abstiendra de toute vente ou distribution de documents ou de tracts à cette occasion5.

5C’est une séparation à l’amiable. L’Association poursuivra sa neuvaine dans d’autres sanctuaires prestigieux mais toujours avec l’autorisation de la hiérarchie.

6Des comités nettement plus politiques naîtront un peu plus tard. Parmi eux, le comité Clovis. Pour lui, c’est :

la rencontre de la force franque et de la foi catholique (qui donne) naissance à la France (...) Mais aujourd’hui, quinze siècles après le baptême de Reims, la France se défait, bien plus vite qu’elle n’a été construite.

7La raison :

une efficace subversion religieuse, culturelle et morale (...) Non seulement les Français sont de moins en moins nombreux en France, mais beaucoup d’entre eux ne se sentent plus français.

8En outre,

  • 6 Reconquête, n° 118, novembre-décembre 1994.

notre nation se défait dans le conglomérat informel d’une Europe sans frontières, ouverte comme au IVe siècle à toutes les invasions. (...) C’est donc non seulement pour faire mémoire de Clovis et de sainte Clotilde que le Comité Clovis a été créé mais pour œuvrer, si Dieu le veut, à la résurrection de la France6.

9L’auteur de ces lignes est Bernard Anthony, catholique traditionnaliste membre du Front National. Avec lui dans le comité, Bruno Gollnisch, Roger Holleindre et Carl Lang.

  • 7 Le Monde, 16 avril 1996.
  • 8 Le Monde, 19 février 1996.

10Le comité Clovis organise un meeting à la Mutualité le 13 avril 1996 en présence de quinze cents personnes. Jean-Marie Le Pen y oppose la France du passé, celle « des héros et des martyrs » à celle du moment, « celle des copains et des coquins ». Le passage de l’une à l’autre a lieu pendant la Révolution française, antichrétienne et ourdie par les « sociétés maçonniques ». Après le meeting, les participants se retrouvent pour une messe devant le Panthéon, ce sanctuaire dédié naguère à sainte Geneviève que la Révolution a pris à l’Église7. La carte d’adhérent du Front National pour l’année 1996 est à l’effigie de Clovis8.

  • 9 Le Journal du Quinzième Centenaire, n° 18, 25 mai 1996.
  • 10 O. Dumoulin, « Le partage des eaux : le baptême de Clovis au regard de l’Action Française » in M. (...)

11L’association 496 a également une coloration politique nette. Elle est animée par Michel Fromentoux, directeur de l’Institut d’Action Française. Son but : « un retour à la chrétienté, proposée aujourd’hui comme un remède aux maux auxquels nous cherchons une solution ». Pour elle, la France se serait créée « contre une sorte d’échafaudage “européiste” avant la lettre, voulue par les Wisigoths et les Ostrogoths qui souhaitaient créer une “Gothie”, sorte de super-État arien »9. En octobre 1996, l’association organise un dîner-débat portant très significativement le titre « de Clovis à Hugues Capet ». En effet, pour ces Maurassiens, 987 reste la date fondamentale10. Les initiatives venant des milieux d’extrême droite et des milieux traditionalistes sont donc précoces et nombreuses. Quelle parade l’Église imagine-t-elle pour les neutraliser ?

L’aggiornamento de Clovis

  • 11 Compte rendu de la réunion du 14 mars 1992, Archives municipales de Reims, 117W13.
  • 12 Reims Ardennes, n° 1029, 25 septembre 1993.

12La première parade est institutionnelle. Pour marginaliser les associations concurrentes, le comité diocésain accueille des universitaires, dont Michel Rouche à partir du 8 février 1991, et des représentants de la municipalité présents à toutes les réunions à partir du 30 novembre 1991. Très vite, tous conviennent de la nécessité de mettre en place une structure officielle : « Il faut commencer tôt pour occuper le terrain »11. Ainsi naît l’association Mémoire du baptême de Clovis, le 12 décembre 1992. Outre l’archevêché et la municipalité de Reims, l’Université de Reims, le Conseil général de la Marne et le Conseil régional de Champagne-Ardenne y sont représentés. « Mémoire du baptême de Clovis » n’est qu’une structure locale. Il faut lui trouver un équivalent au niveau national. On prend donc contact avec la délégation des célébrations nationales12. Un Comité national « pour la commémoration des origines de la Nation : de la Gaule à la France » est créé par décret. Présidé par Marceau Long, il est placé sous le patronage du président de la République. Lui aussi regroupe des représentants des Églises, des personnalités politiques, parmi lesquelles les présidents des deux Assemblées, et des historiens, de Jean Favier à François Furet en passant par Pierre Chaunu et Jacques Le Goff.

  • 13 Cité par Reims Ardennes, n° 1091, 14 septembre 1996.

13Il faut par ailleurs donner à la commémoration un contenu différent de celui préconisé par les traditionalistes et l’extrême droite. On relit d’abord les textes du XIVe centenaire, auquel les traditionalistes se réfèrent. On rappelle que Mgr Langénieux expliquait alors que le but de la commémoration, « ce n’est point de revenir en arrière, de restaurer des institutions vieillies qui ne répondraient plus aux besoins de la société moderne »13. En arrière-plan, il y avait le Ralliement.

14La réévaluation de l’épisode passe aussi par sa mise en perspective historique : le 3 octobre 1993, Mgr Lustiger rappelle dans la basilique Saint-Remi les conditions du baptême de Vladimir en 988, considéré habituellement comme la naissance de la Russie comme nation, mais pour dire que le cas de la France est différent. Lorsque Clovis arrive, il existe :

  • 14 Reims Ardennes, n° 1035, 24 décembre 1993.

un milieu chrétien cultivé et fervent qui fait partie de la latinité occidentale ; (...) Ce n’est pas le baptême de Clovis qui a créé la langue et l’identité de notre nation. Il y faudra plusieurs siècles encore. Car l’histoire de France est beaucoup plus complexe que celle des nations plus tardivement arrivées à la conscience d’elles-mêmes. La France se constitue par la progressive intégration de “nations” diverses par l’origine et même la langue, déja évangélisées, chrétiennes et catholiques avant d’être rassemblées peu à peu par l’ambition et la volonté des princes, puis de la République14.

15L’Église veut par ailleurs donner une signification européenne à l’événement. Un article paru dans le bulletin diocésain s’intitule « Les Francs, un peuple européen ». Le ton est donné d’emblée : « Les prochaines célébrations du XVe Centenaire du baptême de Clovis devront à tout prix éviter une approche étroitement nationale ». Pourquoi ? Parce que les frontières du royaume des Francs débordaient l’hexagone. Par conséquent :

  • 15 Reims Ardennes, n° 983, 8 juin 1991.

« Ni baptême de la France (déja en grande partie christianisée), ni baptême de l’Europe (il restait encore bien des terres à évangéliser au nord et à l’est), cet événement est néanmoins l’un des moments-clefs de notre civilisation occidentale ; il conviendra de le célébrer aussi au-dessus des frontières15.

  • 16 Archives municipales de Reims, 117W13.
  • 17 Reims Ardennes, n° 1094, 26 octobre 1996.

16À cet effet, l’association « Mémoire du baptême de Clovis » sollicite toute une série de personnalités dirigeant des régions ou des États coïncidant avec le territoire du royaume des Francs. Parmi elles, la reine des Pays-Bas, le roi des Belges, le grand-duc du Luxembourg, le président de la République fédérale allemande16. De la même façon, un colloque est consacré à « l’Église en Europe et la politique économique de la Communauté européenne » auquel participe Jacques Delors17. Sur le plan strictement religieux, un pèlerinage des paroisses d’Allemagne consacrées à saint Remi a lieu le 5 octobre 1996. Le jour de la fête de saint Rémi, la châsse et le reliquaire de Saint Eleuthère, évêque de Tournai, s’ajoutent dans la procession à ceux du saint rémois.

  • 18 Présent, 2 septembre 1992.
  • 19 L’Union, 7 septembre 1992.

17Cependant, si l’idée de faire de Clovis un précurseur de l’Europe permet de dépasser le cadre national où le courant traditionaliste veut cantonner la commémoration, elle n’est pas sans risques. En effet, le 6 septembre 1992, Jean-Marie Le Pen se rend à Reims pour ouvrir sa campagne contre le traité de Maastricht. Il compte assister à la messe dominicale dans la cathédrale avant d’haranguer ses partisans sur le parvis18. Mgr Balland décide d’annuler la célébration religieuse et le préfet d’interdire le parvis au FN. C’est finalement non loin de la cathédrale que Jean-Marie le Pen prend la parole devant 1500 à 2000 personnes19. Tels sont les faits que la presse a alors rapportés. Cependant, le choix de Reims n’était pas anodin et le discours prononcé ce jour-là par Jean-Marie Le Pen le confirme.

  • 20 Présent, 11 septembre 1992.
  • 21 Présent, 11 septembre 1992.

18Le chef du Front national brosse une fresque rapide de l’histoire de France, condensée en une série de scènes et de personnages héroïques mais les allusions à des événements postérieurs à la fin du moyen âge sont rares. Clovis devient une figure parmi d’autres dans ce panorama général. À écouter le tribun nationaliste, il n’est pas certain qu’en dépit de la démarche qui l’a mené en Champagne, l’histoire de la France commence à Reims avec Clovis, présenté comme le premier de « ces reges francorum, ces rois des Francs (qui) vont se succéder au sein de la natio francorum, de la nation des Francs, entendu au sens de tribu ». Citant Ferdinand Lot, il dépeint cette période comme celle de « la France avant la France »20. Faut-il comprendre que la France n’est pas née à Reims à la fin du Ve siècle ? Le Pen qualifie ailleurs l’avènement d’Hugues Capet de « deuxième naissance de la France ». Le chef du Front national semble ici emprunter à Jacques Bainville l’idée d’une naissance de la France en deux étapes. Comme lui, il pense que l’histoire du pays ne relève pas du déterminisme : « Pendant mille ans d’histoire occidentale, il a failli ne pas y avoir de France, il n’y a pas eu de France et la France aurait pu ne pas être »21. Elle pourrait donc aussi disparaître et le traité de Maastricht constitue à cet égard une menace sérieuse. L’utilisation du lieu de mémoire rémois par un des adversaires les plus déterminés du traité de Maastricht rend donc peu fédératrice l’idée de célébrer dans les Francs un peuple européen.

  • 22 Lettre de Michel Rouche au secrétaire de « Mémoire du baptême de Clovis », 5 juin 1992, Archives m (...)
  • 23 F. Génin, « Baptême, renouveau de l’Église. Hier, Clovis. Aujourd’hui, les adultes », Reims Ardenn (...)
  • 24 Le Monde, 24 septembre 1996.

19Entre temps, Michel Rouche avait proposé une autre approche qui va s’imposer en raison des circonstances : « La seule manière de faire de l’année 1996 une année commémorant Clovis sur le plan religieux exclusivement est de centrer l’année sur la conversion »22. « L’aspect profondément religieux et personnel de la conversion de Clovis » désamorce les implications politiques de l’acte. Le baptême d’un individu n’est pas celui de la France. La commémoration est donc l’occasion de réfléchir sur la signification du baptême dans une France où la pratique religieuse est devenue minoritaire. L’année du centenaire est jalonnée de manifestations sur ce sujet. La conversion du roi des Francs préfigurerait la démarche individuelle et volontaire qui préside aux baptêmes d’adultes de la fin du XXe siècle23. Jean-Paul II commence son homélie rémoise en déclarant : « La liturgie de cette Messe nous invite à retrouver les sources de notre baptême. Voici quinze siècles, le roi des Francs, Clovis reçut ce sacrement. Son baptême eut le même sens que tout autre baptême ». Ce discours n’a rien de surprenant, si l’on sait comment la réflexion de l’Église sur le centenaire avait évolué. Pourtant, le lendemain, Le Monde parle de « retournement » dans un article d’Henri Tincq intitulé « La révolution française de Jean-Paul II »24. En effet, la réflexion menée par les catholiques autour du baptême de Clovis est restée largement ignorée de l’opinion et aussi de la gauche laïque.

Le cléricalisme, de nouveau l’ennemi

  • 25 Le Monde, 23 janvier 1996.
  • 26 C’est en fait la proximité de la fête de saint Remi qui explique que l’on est placé à ce moment-là (...)

20Alors que l’Église s’est tant bien que mal gardée sur sa droite, c’est de l’autre bord que vient une contestation qu’elle ne semble pas avoir prévue. Les gains électoraux du parti socialiste dans l’Ouest, le développement d’une « deuxième gauche » politique et syndicale d’origine chrétienne pouvaient laisser penser que la question religieuse n’était plus un clivage fondamental. Pourtant, elle semble devoir réapparaître, d’abord pour des raisons qui s’inscrivent dans le court terme événementiel. La messe célébrée à Notre-Dame de Paris après la mort de François Mitterrand avait suscité un malaise. Il en était de même des propos tenus par Jacques Chirac lors de sa visite au pape en janvier 1996 : le président de la République française avait affirmé : « La France veut être fidèle à son héritage chrétien, à sa vocation spirituelle et humaine »25. N’oublions pas que le voyage du pape prévoyait une étape en Vendée qui, ajoutée à la commémoration du baptême des Francs, pouvait donner une tonalité contre-révolutionnaire à la visite de Jean-Paul II. Il en était de même de la date choisie pour le passage à Reims : le 22 septembre26.

21Ajouter à tout cela le désarroi qui touche la gauche depuis une bonne décennie et que les défaites électorales de 1993 et 1995 amplifient. Ce qui est fondamentalement en jeu, c’est l’identité de la gauche. Réside-t-elle dans des choix économiques et sociaux ? Depuis le tournant de la rigueur de 1983 et la débâcle du communisme en Europe, on en est moins certain. Se trouve-t-elle dans une morale politique qui récuse le poids de l’argent ? Les scandales qui ont jalonné la fin de la présidence de François Mitterrand ont fait perdre de son efficacité à ce critère de substitution. Reste le référent ultime, fondateur du clivage droite-gauche : la République et la laïcité. De nouveau, le cléricalisme pourrait bien devenir l’ennemi et Clovis son symbole.

  • 27 Il figure dans les archives de l’association « Mémoire du baptême de Clovis » aux archives municip (...)

22L’ensemble de la gauche n’est pas touchée au même titre par ce phénomène. La direction du PS reste discrète sur le sujet. Quant au PCF, il organise même à l’occasion de la Fête de l’Humanité une exposition intitulée « Croyants, peuple et nation ». Le catalogue27 comprend notamment un texte de Mgr Defois consacré à l’attitude de l’Église en 1789 où Jean-Paul II est cité lorsqu’il affirme que les idées de liberté, d’égalité et de fraternité sont d’origine chrétienne.

23Ce sont plutôt des groupes minoritaires qui militent contre la venue du pape en France. Il y a d’abord la mouvance radicale. Pivot de la gauche jusqu’en 1936, elle a décliné. Depuis 1969, les radicaux cherchent des thèmes et des hommes susceptibles d’assurer le renouveau. La dernière tentative en date en 1996 est celle de Bernard Tapie qui, en 1994 a rebaptisé « Radical » le parti. La venue de Jean-Paul II en France permet à cette formation nouvelle de faire le lien avec sa culture politique d’origine. C’est un membre de Radical, Thierry Meyssan, qui, avec le réseau Voltaire, met en place un comité « Clovis n’est pas la France ». Ce comité est à l’origine d’une manifestation nationale organisée le 22 septembre à Paris, place de la République.

  • 28 Synthèse-Flash, 13 mars 1996.
  • 29 P. Bergé, L’Affaire Clovis, Paris, Plon, 1996.
  • 30 D. Jamet, Clovis ou le baptême de l’ère. France, qu’as-tu fait de ta laïcité ?, Paris, Ramsay, 199 (...)

24À l’intérieur du PS, ce sont les minorités qui se mobilisent et poussent la direction du parti à intervenir sur le sujet. Les poperenistes soutiennent l’initiative de Thierry Meyssan28. Les principaux dirigeants de la Gauche socialiste, Julien Dray et Jean-Luc Mélanchon, sont également présents à la manifestation parisienne du 22 septembre. Faut-il parler d’une tendance minoritaire au sein du PS à propos des anciens proches de Mitterrand, marginalisés au nom du « droit d’inventaire » proclamé par Lionel Jospin ? Il faudrait pour cela que ce que l’on appelait alors de façon polémique la « Mitterrandie » s’identifiât à une idéologie claire et affirmée, et non à un simple vœu de fidélité à la mémoire d’un individu. Cependant, on ne peut manquer de remarquer que les auteurs de deux des pamphlets les plus violents et les plus médiatisés viennent de ce milieu : Pierre Bergé29 et Dominique Jamet30.

  • 31 Informations ouvrières, 29 mai 1996.
  • 32 L’Union, 27 juillet 1996.

25Les derniers courants radicalement hostiles au XVe Centenaire se trouvent à l’extrême gauche. Parmi les trotskistes, c’est la mouvance lambertiste qui est la plus engagée notamment par le biais de la Libre Pensée qui organise un meeting à Reims le 22 septembre. Le Parti des travailleurs se veut l’ultime protecteur des valeurs républicaines, que les grands partis de gauche oublient : « Il nous convient de défendre la République contre le cléricalisme sous toutes ses formes »31. Les milieux libertaires se mobilisent également. Ils animent des initiatives locales comme le collectif anti-pape de Tours, le collectif d’individus contre la venue du pape à Reims, qui déploie devant la cathédrale, le 22 de chaque mois, une banderole sur laquelle figure l’inscription « Avortons la venue du pape » et organise une campagne de « débaptisation »32.

  • 33 France-Soir, 30 août 1996.

26Les thèmes développés par les opposants à Clovis sont à peu près les mêmes qu’à la fin du XIXe siècle. On met l’accent sur la cruauté et l’immoralité de Clovis qui mettraient à nu l’hypocrisie de l’Église. Pierre Bergé dénonce « un petit chef de guerre à la moralité douteuse autour duquel flottent des parfums de bigamie, d’adultère et d’inceste »33. Plus généralement, c’est la période médiévale qui devient synonyme d’obscurantisme :

  • 34 Informations ouvrières, 29 mai 1996.

Pour gommer 1789 et ses acquis dans la conscience des Français, le parti clérical, comme disait Victor Hugo, n’a rien trouvé de mieux qu’une référence aux temps reculés du Moyen Âge, le temps des invasions barbares et d’une régression inouïe par rapport à la civilisation romaine34.

  • 35 France-Soir, 30 août 1996.
  • 36 LDH Info, août-septembre 1996.
  • 37 Télérama, 18 septembre 1996.
  • 38 La Raison, mars 1996.

27À l’idée, attribuée à l’Église, que la France est née en 496, on oppose une double date de naissance. « Heureusement, nous descendons de Vercingétorix et des Gaulois, pas de ce barbare et de sa tribu d’envahisseurs germaniques35 », affirme Pierre Bergé qui redonne vie aux théories d’Augustin Thierry. Et surtout, « la France s’est construite lentement et progressivement et son histoire est faite tout autant des révolutionnaires de 1789 que de Clovis »36. Les dessins de presse utilisent volontiers cette opposition entre Église et Révolution empruntée au XIXe. Ainsi, Tignous représente un buste de Marianne – agacée – coiffé d’une marotte de Clovis37. Un autre dessinateur représente un sans-culotte sabrant une bouteille de champagne dont le bouchon n’est autre que la tête de Jean-Paul II apeuré38. Dans un registre plus érudit, Michel Vovelle saisit l’occasion du Centenaire pour évoquer le bris de la Sainte-Ampoule en 1793 :

  • 39 La Marseillaise, 19 septembre 1996.

Pour moi, la Révolution française se manifeste dans le geste hautement vandaliseur du représentant Ruhl comme le vrai moment fondateur. C’est un geste qui symbolise le passage d’un système de valeurs à un autre et qui instaure une nouvelle mémoire39.

  • 40 L. Bergès, Valmy, le mythe de la République, Toulouse, Privat, 2001, p. 143-144.

28Faut-il préciser que la réunion de plusieurs milliers de maçons le 22 septembre à Valmy s’inscrit dans la même perspective40 ?

  • 41 France-Soir, 23 septembre 1996.

29Que reste-t-il de toutes ces polémiques le soir du 23 septembre 1996 ? Dans France-Soir, Bernard Morrot constate que « finalement, Jean-Paul II a désarmé, outre Clovis, redevenu l’un parmi d’autres fondateurs de la France, les plus farouches partisans de la laïcité »41. Rien d’étonnant puisque le discours de Jean-Paul II a repris les thèses soutenues depuis de longs mois par l’épiscopat français, sans que la plus grande partie de l’opinion en ait pris jusqu’alors connaissance. L’Église de France avait tenté d’éviter les récupérations politiques. C’était compter sans les extrémistes des deux camps. Aussi bien à l’extrême droite que dans la mouvance laïciste, on a, volontairement ou non, ignoré le discours tenu en 1996 par l’Église sur la conversion de Clovis et on s’en est tenu à celui de 1896. Marx faisait remarquer que les grands événements se répètent deux fois, la première sous forme de tragédie, la seconde sous forme de farce. L’instrumentalisation politique du passé peut aboutir à ce qu’il en soit parfois de même pour les commémorations : de l’affrontement réel on passe alors à un simulacre reposant sur une vision fantasmatique des conceptions de l’adversaire.

Notes

1 Archives municipales de Reims, 117W2.

2 Archives municipales de Reims, 117W22.

3 Texte figurant au dos du bulletin d’adhésion de l’association pour le XVe centenaire de la France, Archives municipales de Reims, 177W22.

4 Bulletin de l’Association pour le XVe centenaire de la France, n° 1, décembre 1987.

5 Archives municipales de Reims, 117W22. Nous citons ici le texte du projet de réponse de Mgr Balland, tel qu’il a été communiqué aux membres du comité diocésain de préparation du centenaire. On peut supposer que le texte envoyé n’est guère différent.

6 Reconquête, n° 118, novembre-décembre 1994.

7 Le Monde, 16 avril 1996.

8 Le Monde, 19 février 1996.

9 Le Journal du Quinzième Centenaire, n° 18, 25 mai 1996.

10 O. Dumoulin, « Le partage des eaux : le baptême de Clovis au regard de l’Action Française » in M. Rouche (dir.), Clovis. Histoire et mémoire, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1997, volume 2, p. 709-726.

11 Compte rendu de la réunion du 14 mars 1992, Archives municipales de Reims, 117W13.

12 Reims Ardennes, n° 1029, 25 septembre 1993.

13 Cité par Reims Ardennes, n° 1091, 14 septembre 1996.

14 Reims Ardennes, n° 1035, 24 décembre 1993.

15 Reims Ardennes, n° 983, 8 juin 1991.

16 Archives municipales de Reims, 117W13.

17 Reims Ardennes, n° 1094, 26 octobre 1996.

18 Présent, 2 septembre 1992.

19 L’Union, 7 septembre 1992.

20 Présent, 11 septembre 1992.

21 Présent, 11 septembre 1992.

22 Lettre de Michel Rouche au secrétaire de « Mémoire du baptême de Clovis », 5 juin 1992, Archives municipales de Reims, 117W48.

23 F. Génin, « Baptême, renouveau de l’Église. Hier, Clovis. Aujourd’hui, les adultes », Reims Ardennes, n° 1092, 28 septembre 1996.

24 Le Monde, 24 septembre 1996.

25 Le Monde, 23 janvier 1996.

26 C’est en fait la proximité de la fête de saint Remi qui explique que l’on est placé à ce moment-là la venue du pape à Reims. Cf. Reims Ardennes, n° 1024, 22 mai 1993.

27 Il figure dans les archives de l’association « Mémoire du baptême de Clovis » aux archives municipales de Reims, 117W32.

28 Synthèse-Flash, 13 mars 1996.

29 P. Bergé, L’Affaire Clovis, Paris, Plon, 1996.

30 D. Jamet, Clovis ou le baptême de l’ère. France, qu’as-tu fait de ta laïcité ?, Paris, Ramsay, 1996.

31 Informations ouvrières, 29 mai 1996.

32 L’Union, 27 juillet 1996.

33 France-Soir, 30 août 1996.

34 Informations ouvrières, 29 mai 1996.

35 France-Soir, 30 août 1996.

36 LDH Info, août-septembre 1996.

37 Télérama, 18 septembre 1996.

38 La Raison, mars 1996.

39 La Marseillaise, 19 septembre 1996.

40 L. Bergès, Valmy, le mythe de la République, Toulouse, Privat, 2001, p. 143-144.

41 France-Soir, 23 septembre 1996.

Auteur

Université de Reims

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540