Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du passé

 | 
Claire Andrieu
, 
Marie-Claire Lavabre
, 
Danielle Tartakowsky

Acteurs nationaux du politique

Introduction

Marie-Claire Lavabre et Danielle Tartakowsky

Texte intégral

1Les contributions réunies dans cette seconde section de l’ouvrage concernent des acteurs, sinon politiques dans l’étroite acception du terme, du moins impliqués dans le champ politique : partis, plus nombreux que les seuls intitulés des contributions ne le laissent paraître, syndicats, Église ou associations situées dans la mouvance de tel d’entre eux, tous appréhendés au niveau de leurs instances dirigeantes, via les pratiques, souvent discursives, qu’elles déploient à l’échelle nationale.

Droites et gauches

2Si la droite et l’extrême droite, abordées dans les contributions de Jean-François Boulanger (sur l’Église et les usages politiques de Clovis) et de Jean-Louis Clément (sur l’Église et Vichy) ne sont pas absentes de l’ensemble du corpus, celui-ci privilégie les organisations ouvrières. Ce déséquilibre est suffisamment sensible pour qu’on lui prête attention.

  • 1 R. Kaës, « Mémoire historique et usages de l’histoire chez les ouvriers français », Mouvement soci (...)

3En soi, il n’est pas n’est pas totalement sans fondement. Les organisations ouvrières ont toujours entretenu un rapport spécifique à l’histoire et au « sens de l’histoire », à une histoire qui paraissait signifier leur victoire, un jour obligée. Elles se sont longtemps réclamé du matérialisme historique, ont produit et diffusé de longue date une histoire destinée à contrer l’exclusion ou la marginalisation auxquelles les condamnait trop souvent l’histoire officielle et lui ont réservé une place centrale dans leurs dramaturgies politiques et dans la formation dispensée à leurs membres. Ce rapport à l’histoire a généré des traits de culture et de langage dont les contributions de Frédéric Cépède, Michel Pigenet ou Danielle Tartakowsky témoignent qu’ils demeurent distinctifs dans les années 1990. La diversité des attitudes des trois confédérations ouvrières lors du centenaire du 1er-Mai suggère de surcroît qu’ils s’affirment peut-être d’autant plus que la prise sur le présent des luttes devient plus difficile. Sans doute conviendrait-il de confronter ces contributions avec l’étude pionnière de René Kaës en 1967 sur la « mémoire historique » et l’usage de l’histoire chez les ouvriers français1. L’étude attestait d’abord du peu d’intérêt que les ouvriers déclaraient spontanément pour l’histoire et dans l’explicitation de l’importance qu’ils accordaient en revanche au présent. Du moins leur intérêt pour l’histoire, quand il s’exprimait néanmoins, relevait-il de deux registres distincts, voire opposés, qui allaient de pair, de surcroît, avec des thèmes et des périodes privilégiées. D’une part, le jeu imaginatif et l’irréel, d’autre part, l’attente d’un enseignement, d’une adaptation au réel et à l’actuel, à l’action que l’on veut efficace. Sans surprise, les ouvriers qui relevaient du second registre étaient plus instruits, syndiqués, adhérents et plus encore responsables, s’intéressaient à l’histoire contemporaine, à 1789, aux révolutions. On peut sans doute dire que ce sont ceux-là que visent « les usages politiques du passé » formulés par les organisations, qu’il faut lire là la trace de la socialisation syndicale ou partisane. Mais on suggérera qu’ils peuvent être, aussi bien, des acteurs des usages politiques du passé, qu’ils contribuent à les formuler. À cet égard, des études d’une autre nature, menées à d’autres échelles et sur d’autres modes seraient certainement éclairantes.

4Il ne s’agit pas pour autant de nous voiler la face. Ce déséquilibre – pour n’être pas sans raison – n’en est pas moins un fait. Les droites classiques usent abondamment de l’histoire, par nature et de ce fait de manière peut-être moins ostensible. Sans doute faut-il alors faire l’hypothèse que c’est l’intérêt des chercheurs qui est en cause plus que le lien traditionnel entre histoire et mouvement ouvrier.

Une typologie ?

  • 2 P. Garcia, « Valéry Giscard d’Estaing, la modernité et l’histoire », p. 119 sq.
  • 3 S. Guillaume, « Le rapport à l’histoire des pro et anti européens des années 70 à nos jours » in M (...)
  • 4 Cette même difficulté à ancrer l’universel dans l’histoire se retrouve dans la contribution de Syl (...)
  • 5 La prise en charge de l’anniversaire de la charte du CNR par ATTAC, en avril 2004, constitue peut- (...)

5L’échantillon des organisations abordées n’est donc pas tel qu’il permette une comparaison satisfaisante avec les organisations non ouvrières, de droite ou de gouvernement ou, encore, avec les organisations émergentes. Du moins autorise-t-il une hypothèse que des analyses concernant des acteurs d’une autre sorte viennent conforter. Sylvie Guillaume qui s’attache aux attitudes des souverainistes et des partisans du traité de Maastricht suggère que ces derniers mobilisent d’autant moins le passé qu’ils usent d’un langage technocratique, étranger à l’histoire, (pareillement à l’œuvre dans le discours de Valéry Giscard d’Estaing2) et que la faiblesse du discours identitaire sur l’Europe est un fait d’évidence3. Ce clivage entre ceux des acteurs ancrés solidement dans le cadre national et ceux qui aspirent à le transcender s’avère le plus discriminant en matière d’usages du passé. L’histoire paraît d’un faible recours pour ceux qui s’essaient à construire de l’universel ou érigent l’Europe en nouvel horizon d’attente. Jean-François Boulanger le suggère encore, qui montre les faibles échos que rencontre l’Église quand elle essaie d’ancrer l’Europe dans une histoire improbable où Clovis devient un précurseur4. Peut-être faut-il considérer là la raison de la propension de certains pro-européens ou des altermondialistes à substituer le discours de la géo-politique à celui de l’histoire5, à requérir dorénavant l’espace et non plus le temps pour signifier le devenir ou le mouvement.

Sous contrainte

6C’est sous l’effet d’une pression sociale qui les contraint à négocier les réponses apportées que les pouvoirs publics, aux prises avec les zones sombres de la « mémoire nationale », procèdent à de nouvelles commémorations ou s’essaient à dire le juste ou le vrai en matière d’histoire. Les acteurs politiques dont il est ici question ne sont pas soumis à ces mêmes pressions. Pour autant, ils se saisissent souvent du passé pour répondre ou parfois conjurer une menace, explicite ou non. Ils se révèlent ainsi pareillement sous contrainte, même si la nature de celle-ci est différente.

  • 6 Voir cependant sur ce point l’étude plus ancienne de M.-Cl. Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de l (...)
  • 7 Cf. J. Mischi, « Le travail partisan de légitimation historique dans la stratégie d’implantation d (...)
  • 8 Axelle Brodiez montre ailleurs que les organisations humanitaires inscrites dans la mouvance chrét (...)

7La menace, quand elle est effective, peut résulter d’une offensive engagée par des forces adverses qu’il convient d’endiguer. Il s’agit alors, bon gré mal gré de se confronter à une histoire douloureuse jusqu’alors occultée ou adroitement interprétée, et ce au prix parfois d’usages du passé potentiellement déplacés, inadaptés ou minoritaires. Si le « national-molletisme » que certains courants socialistes dénoncent jusqu’à « la haine de soi » ne constitue plus un enjeu politique présent, on ne peut que s’interroger sur les raisons de la tenace prégnance de sa mémoire et de ses activations politiques. Il est aussi des passés plus lourds. L’Église, interpellée de l’intérieur par l’Action catholique, se doit d’investir un terrain qu’elle avait choisi d’ignorer, montre Jean-Louis Clément. Ce retour sur un passé jusqu’alors lissé conduit à la repentance formulée à Drancy en 1997 par certains évêques. L’absence de contribution consacrée aux usages politiques contemporains du passé de la direction du PCF n’interdit pas de comparer son attitude avec celle de la hiérarchie catholique quand injonction lui est faite, cette fois de l’extérieur, de s’expliquer sur le stalinisme en général et plus spécifiquement sur le sien propre6. Les repentances que la direction communiste multiplie, alors, aux fins de donner des gages à usage externe autorisent des analogies, cependant plus apparentes que réelles. La repentance de l’Église, inhérente à sa culture touche à un épisode qui, pour douloureux qu’il soit, demeure, du moins, circonstanciel rapporté à son essence. Et quand il est souligné qu’elle est l’expression d’évêques minoritaires au sein de la Conférence dont la déclaration devient de ce fait caduque, la question des motivations minoritaires et de leur portée est loin d’être sans intérêt. Celle du Parti communiste touche à son identité, et contribue, dès lors, à déstabiliser l’organisation jusque dans ses tréfonds. Elle trouve encore à s’exprimer par des voies détournées. Ainsi en va-t-il de ces pratiques de refoulement ou de déplacement, perceptibles dans les contributions d’Axelle Brodiez ou de Julian Mishi7, qui génèrent des crises identitaires, de possibles captations d’héritage8, des phénomènes de patrimonialisation (perceptibles à l’occasion du 100e anniversaire de l’Humanité) ou même de folklorisation d’un terrain déserté par les militants, et par là même déminé.

8Mais la menace est souvent plus diffuse et révélée par la contre-offensive qu’elle suscite, de la part d’organisations qui s’estiment atteintes dans leurs prérogatives, leur être ou dans les valeurs auxquelles elles se sont identifiées, qu’il s’agisse de la laïcité ou de l’État-Nation, au cœur des offensives et des contre-offensives engagées lors de la commémoration éminemment conflictuelle du baptême de Clovis, étudiées par Jean-François Boulanger. Dans ce dernier cas, des concurrences à l’œuvre et de la productivité sociale de cette concurrence, résultent paradoxalement un malentendu sur la position propre de l’Église et un rejeu anachronique d’un conflit à proprement parler dépassé.

9La volonté de contrer de telles menaces incitent à mobiliser un passé requis tout au contraire pour ses facultés de réassurance identitaire, à finalités d’abord internes, un passé qui loin de remettre en cause et de déranger tend au contraire à conforter ceux qui s’en réclament. Le récit du passé délaisse alors les séquences décriées et douloureuses de l’histoire au profit des épisodes héroïques du mouvement ouvrier ou de l’âge d’or du catholicisme conquérant. Il autorise et requiert des panthéons, parfois recomposés jusqu’au fantasme, et construit une « généalogie choisie plus que subie », pour reprendre la formulation d’Axelle Brodiez, qui permet aux socialistes de s’approprier Pierre Mendès France ou à la fédération communiste de l’Allier de se réclamer de Pierre Brizon, en son temps exclu du PCF, etc. Emergent ainsi des circulations inattendues : les héros fondateurs du panthéon des ONG se retrouvent dans celui du Secours populaire dont l’histoire est pourtant spécifique, et la Résistance se laisse d’autant plus facilement approprier par tous que ses héritiers légitimes ont politiquement disparu ou désertent le terrain.

Les rapports à la discipline historique

10Ces coquetteries avec l’histoire ne signifient aucunement une ignorance ou un rejet de la discipline historique avec laquelle la plupart des acteurs entretiennent des rapports explicites et assumés, de divers types.

  • 9 Cf. également F. Rousseau, « “Maudite soit la guerre”, mémoire de conflit et conflits de mémoire : (...)
  • 10 Cf. H. Glevares, « Le nouveau régime d’historicité porté par les associations du patrimoine », in M (...)

11Jean-Louis Clément montre que l’évêque de Saint-Denis, initiateur de la repentance de Drancy, invite les catholiques à « assumer une lecture scientifique de l’histoire, à prendre en compte une analyse scientifique de l’histoire qui manque à la plupart des fidèles ». Cette affirmation du primat de l’histoire scientifique devenue critère de la vérité à laquelle il conviendrait de subordonner les interprétations partagées constitue un fait d’exception. Tous les autres acteurs évoqués dans les contributions retenues ici ne s’approprient l’histoire savante qu’à la condition qu’elle les confirme ou les conforte dans leurs certitudes, et n’acceptent de révision de l’histoire que dès lors qu’elle y contribue9. Ils privilégient à ces fins une histoire qui s’adresse l’affect plus qu’à l’intellect. Ainsi, les associations du patrimoine à l’échelle locale10, analysées par Hervé Glevarec, tendent à s’appuyer d’abord sur les écrits d’historiens amis. Mais des pratiques sensiblement différentes coexistent cependant. Ce qui vaut en règle générale vaut encore plus dans le cadre des pratiques de formation déployées par l’Office universitaire de la recherche socialiste ou par l’IHS-CGT.

  • 11 Ces problèmes sont abordés in M. Crivello, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), Concurrence des passés (...)

12Les possibles (et fréquentes) discordances entre ces histoires étrangères les unes aux autres sont susceptibles de générer la défiance. Michel Pigenet montre ainsi que l’IHS-CGT se crée quand des responsables syndicaux, hier de premier plan, se sentent menacés ou du moins concurrencés sur un terrain qu’ils croyaient maîtriser, sous l’effet de la multiplication des écomusées et du développement d’une histoire sociale et ouvrière à l’Université dont les conclusions sont susceptibles de diverger avec ce qui fut longtemps la doxa. Les interactions entre les historiens universitaires et l’histoire militante sont assurément possibles. Du moins semblent-elles produire plus difficilement des effets politiques perceptibles qu’elles ne le font à l’échelle locale11 ; sans doute parce que l’histoire militante, déployée à telle échelle, est peut-être plus lourde d’enjeux et, dès lors, plus figée, moins perméable de ce fait aux révisions brutales et motivées par la raison politique.

  • 12 Cf. les contributions de H. Bonin et de M. Crivelloin M. Crivello, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), (...)

13En répondant de ce que l’espace qui s’ouvre aux historiens universitaires le soit en proportion inverse de ses implications politiques ou quand des acteurs politiques ont soigneusement décidé de ne pas s’exprimer dans un débat dans lequel on attendrait pourtant qu’ils le fassent, en abandonnant alors volontiers la parole à d’autres… Le PCF préfère, ainsi, laisser aux historiens le monopole de la parole lors du XVe centenaire du baptême de Clovis et leur rôle accru dans l’IHS CGT pourrait bien résulter de ce que les dirigeants syndicaux tiennent, au total, le rôle et les fonction de l’Histoire pour quantité négligeable… Ces histoires militantes survivent quand se développent, simultanément, la public history et la living history12. Peut-être faut-il attribuer cette multiplication d’usages politiques du passé singulièrement distincts, qui, chacun, s’adressent à des publics spécifiques à l’espace libéral (ou démocratique, selon le point de vue adopté) contemporain et à ce qu’il autorise d’émetteurs concurrents à l’histoire universitaire.

Un nouveau régime d’historicité ?

14Ce rapport sélectif au passé et à la discipline historique à des fins de réassurrance et la forte propension de certains acteurs à ériger, à chaud, quelques moments contemporains en événements historiques, paraissent propres à fonder la thèse du « présentisme ». Force est toutefois de constater que ce rapport au temps coexiste avec les régimes d’historicité antérieurs : temps de la théologie chrétienne (Jean-Louis Clément), exempla de l’historia magistra mobilisés par les militants ouvriers, permanence des grands récits, relevant d’une conception moderne de l’histoire, histoire dont on appelle à « tirer les leçons » (Marc Blondel), qui « s’accélère » (Jacques Delors), dont on craint que la gauche n’ait renoncé à « l’orienter », etc…

  • 13 F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps. Seuil, 2003, p. 99.

15Cette coexistence de régimes d’historicité non contemporains, parfois au sein d’un même organisation ou d’un conglomérat peut être donné pour un symptôme supplémentaire du renversement du régime d’historicité, à l’égal de la tension qui traverse l’écriture de Chateaubriand, en des temps où, selon François Hartog, « le topos de l’histoire magistra est devenu impossible tandis que l’abandonner n’est pas encore possible. Pas encore »13. Temps de césure et de rupture, de crise. Du moins est-il permis de se demander quelle est la valeur heuristique de cette approche rapportée au sujet qui nous retient ici.

16Hervé Glevarec rappelle dans sa contribution que le nouveau régime d’historicité trouve son horizon dans le registre culturel et social et non dans le politique. Cette conceptualisation du nouveau rapport au temps s’avère éclairante pour comprendre les formes d’expression renouvelées du politique susceptibles d’émerger à l’échelle locale en empruntant souvent à ces registres aux fonctions complexifiées. Elle paraît quelque peu plaquée dès lors qu’on s’intéresse à des acteurs nationaux dont on privilégie des pratiques discursives ou traditionnelles, sans toujours être en état d’en apprécier les destinataires, et les effets moins encore. À preuve, la chronologie signifiante qui révèle, ici, un évident primat du politique et de ses impératifs : 1989 plutôt que les années soixante-dix, quand ce n’est le calendrier, plus circonstanciel, des commémorations, souvent à contretemps des conditions politiques qu’elles exigeraient idéalement.

17Les contributions, lancées dans la quête d’usages politiques du passé en repèrent, à l’évidence. Mais les usages repérés posent deux problèmes au regard de leur interprétation. Ces usages témoignent pour la plupart d’un faible renouvellement des formes. Nous en voulons pour exemple les traits mis en évidence par Julian Mischi. Le PCF des années 1990, montre Julian Mischi, réactive massivement l’histoire locale. Mais ce trait valait tout aussi bien sous le Front populaire, quand le PCF, jacobin et soucieux de nationaliser sa politique, et la politique, comme jamais, s’appropriait précisément cette histoire-là – et ce jusqu’au folklore – pour construire du national ; en nouant un indissociable lien entre l’histoire et la politique, pensées pour homogènes. La différence entre le présent du communisme et les années trente tiendrait donc moins à des usages redéfinis du passé qu’aux relations différentes que ceux-ci entretiennent avec le politique, aujourd’hui disparu ou en voie de disparaître. Ce qui faisait hier politique au premier chef se trouve réduit à du folklore. Toute tentative pour s’interroger sur la place des usages du passé, rapportés aux pratiques politiques globales des acteurs qu’on analyse ici en révèlent, de facto, la marginalité, attestée par les textes de Sylvie Guillaume, de Michel Pigenet ou de Danielle Tartakowsky. Pourquoi donc ces usages perdurent-ils, quand certains des acteurs concernés conviennent parfois eux-même de leur inanité ? Se pose, dès lors, la question des effets des usages politiques du passé ou de la rencontre entre ces usages et la « mémoire vive ». Question, qui ainsi formulée, renvoie peut-être à d’autres échelles d’observation et à la mise au jour d’autres fonctions que purement et trop évidemment stratégiques.

Acteurs collectifs et entrepreneurs des usages du passé

  • 14 M. Halbwachs, La mémoire collective, Albin Michel, 1997.
  • 15 Idem.
  • 16 G. Noiriel, « Pour une approche subjectiviste du social », Annales ESC, n° 6, nov-déc 1989, p. 143 (...)

18Les usages politiques du passé que mettent en œuvre les acteurs sociaux et politiques – ici entreprises, Églises, partis, syndicats, associations, ONG – renvoient en effet à la question des raisons de ces entreprises et à celle de leur éventuelle influence. À cet égard, la réflexion de Maurice Halbwachs, non sur la mémoire collective comme mémoire du groupe en tant que groupe – ce à quoi une interprétation dominante la réduit souvent – mais sur les conditions sociales de la production des souvenirs et des représentations partagées du passé pourrait autoriser un point de vue décalé14. Car, à paraphraser Kant, nous souviendrions-nous beaucoup si nous ne nous souvenions pour ainsi dire en commun avec d’autres ? Les acteurs sociaux et politiques dont il est question dans les diverses contributions relèvent très exactement de ces groupes « intermédiaires », intermédiaires entre la « Nation » et les « individus », qui, selon Halbwachs, agissent bien plus directement sur la vie et les représentations de leurs membres que la Nation dont l’histoire n’a que peu de points communs avec celles des individus15. Pour autant, ces « acteurs » sont dans la majorité des contributions traités, on l’a déjà souligné, comme acteurs collectifs, et en que tels auteurs des usages politiques du passé – et non comme système de relations entre individus où les dirigeants et responsables, pour être porte-parole, témoins autorisés, ordonnateurs peut-être des usages politiques du passé ou entrepreneurs d’identité, n’en restent pas moins partie du tout, partie d’un ensemble social porteur d’expériences partagées. Du même coup, les références au passé qui sont le plus fréquemment analysées sont assez largement des références nationales ou, pour dire les choses plus précisément, des références qui ont le national pour horizon. Or, l’échelle de la nation n’est qu’un registre parmi d’autres de l’expression des usages politiques du passé ou de l’histoire. Les acteurs, pour être d’abord identifiés comme collectifs, pourraient aussi être construits comme systèmes de relations, de volontés, de croyances individuelles, envisagés autrement que du seul point de vue de leur activité discursive dans le cadre national. Certes, les ONG, par définition ou par nature, puisqu’elles commémorent des figures fondatrices, et au-delà même du national, visent des valeurs universelles, relèvent plus difficilement d’un tel registre. Mais l’analyse des syndicats, des pacifistes, de l’Église, des socialistes et de leur « Panthéon », analysé par Frédéric Cépède, s’en trouve réduite, même si, dans ce dernier cas, l’acteur collectif est pour partie « déplié » par la référence faite aux autobiographies de responsables et le recours à une enquête auprès des délégués au congrès. Du même coup, ces « acteurs », qui agissent au sens fort du terme, qui « usent » du passé, formulent des mises en récit publiques du passé élaborées en fonction d’une instance de référence supérieure, n’apparaissent agir que dans le « choix » du passé, c’est-à-dire stratégiquement. Le « poids » du passé, l’expérience vécue et transmise, la socialisation des acteurs ou en d’autres termes, l’interaction entre référence supérieure et référence inférieure, formulation du passé par « le haut » ou « par le bas » – pour reprendre la formulation de Gérard Noiriel dans son plaidoyer « pour une approche subjectiviste du social »16 sont assez largement absents ou ne sont présents qu’en filigrane. La perspective adoptée relève de l’histoire des productions discursives plutôt que de la sociologie des acteurs qui les formulent.

Politiques du passé et mémoire

  • 17 Voir P. Nora, « La mémoire collective », in La nouvelle histoire, J. LeGoff (dir.), Paris, Retz-CE (...)
  • 18 Voir P. Nora, « Quatre coins de la mémoire », H-Histoire n° 2, 1979, p. 9-32.
  • 19 P. Ricœur, La critique et la conviction, Calmann-Lévy, 1995, p. 188.

19Compte tenu de la nature des acteurs politiques et sociaux ainsi construits, une remarque surgit assez naturellement sur les « usages politiques du passé » en tant que tels et sur l’oscillation dans nombre de contributions, ou sur l’articulation, entre « usages politiques du passé », « mémoire » voire « mémoire vive » ou « souvenirs ». Cette oscillation relève naturellement de l’évolution du mot « mémoire » autrefois fortement associé au souvenir et à la transmission, aujourd’hui fortement connoté par la construction, notamment sinon exclusivement politique. Il convient de revenir à cet égard aux origines de l’intérêt des historiens pour la mémoire – au tournant des années soixante-dix – qui constituent notre première borne chronologique – et rappeler de manière paradigmatique deux définitions que nous devons à Pierre Nora. La première, en 1978 est fondée sur la distinction et le « divorce libérateur de l’histoire et de la mémoire » et souligne « l’usage stratégique que les historiens peuvent faire de la notion de mémoire ». La mémoire renvoie alors aux formes de la présence du passé, hors l’histoire et, définie négativement et de manière extensive, elle sera « le fer de lance » d’une nouvelle historiographie, d’une histoire qui se voudra résolument contemporaine, critique17. La seconde est formulée en 1979 : « Une mémoire en France, c’est ce qui justifie la prétention d’une force politique au pouvoir, c’est ce qui représente un instrument de pouvoir aux mains des manipulateurs de la politique, et c’est ce qui constitue par conséquent en soi un capital de pouvoir »18. Cette dernière définition donne à l’inverse un contenu restrictif à la notion et met l’accent sur l’échelle nationale et le caractère éminemment politique de la mémoire. Elle éclaire l’oscillation jusqu’à la confusion, dans nombre de contributions, des usages politiques du passé et de la « mémoire », si on veut entendre par là représentations partagées du passé sinon « souvenirs ». Une première réflexion de Paul Ricœur sur la mémoire « collective »19 fait écho à cette conception :

Nous avons besoin ici du concept de mémoire collective car c’est elle que retravaille critiquement l’historien ; nous avons besoin du concept de mémoire collective pour avoir un point d’application à l’opération critique de l’histoire. (…) L’histoire officielle est, si l’on veut une mémoire collective officialisée au lieu d’être critiquée.

20Avoir besoin du « concept », c’est – si nous lisons bien ce fragment – ne pas considérer la réalité du phénomène social mais ce que le « concept » permet de penser, à savoir les usages politiques du passé voire plus précisément les usages politiques de l’histoire. Il n’empêche que la définition ordinaire de la mémoire résiste assez bien et que très souvent, quand le mot émerge dans les contributions, c’est que la question de l’expérience, du souvenir ou du témoignage affleure – on pensera notamment à la contribution de Michel Pigenet sur l’Institut CGT d’histoire sociale – ou que se pose en creux la question de l’influence des usages politiques du passé sur les représentations partagées du passé, celle des convergences ou au contraire des divergences entre usages politiques du passé et souvenirs. Cependant, si la question de la « manipulation » du passé est bien présente via la notion « d’intrumentalisation » dans nombre de contributions, celle du « capital de pouvoir » que constitue une mémoire est en tant que telle absente, en tout cas implicite – à l’exception des contributions qui traitent du PCF et de la CGT.

Qui, quoi, comment, quand, pourquoi ?

21Ces questions, apparemment naïves, ont guidé notre lecture.

22Qui sont les acteurs des usages politiques du passé ? Quels sont les contenus spécifiques des usages politiques du passé. Nous avons énoncé trois remarques, sur lesquelles il convient de revenir. La première relève de la concurrence des acteurs et de la productivité sociale de la concurrence, ce qui est magistralement montré à propos de la commémoration de Clovis. La seconde porte sur la manière dont apparaît le caractère parfois déplacé, inadapté ou minoritaire de certains usages politiques du passé. Ainsi va-t-il de la repentance de l’Église à propos de Vichy. La troisième remarque, du même ordre, revient à la question des décalages occultés souvent par la construction même de l’objet : dès lors que peut être posée la question des effets des usages politiques du passé ou de la rencontre entre les usages politiques du passé et la « mémoire vive », le plus remarquable est la distance – relative –, que permettent notamment d’apercevoir les contributions sur le 1er-Mai ou sur l’implantation locale du PCF.

  • 20 Voir notamment H. Rousso, Le syndrome de Vichy, 1944-198…, Paris, Seuil, 1987, 323 p.

23Les usages politiques du passé constituent – on le sait depuis les premiers travaux qui se sont donné cet objet20 – un ajustement toujours renouvelé de celui-ci au présent. On soulignera ici le très bel exemple donné par le cas du Secours populaire et sa progressive adaptation à des thèmes proprement humanitaires qui permettent de fédérer les diverses générations et d’occulter sans dénoncer la référence proprement communiste, ou, dans le même registre celui des ONG qui valorisent les figures fondatrices et leurs vertus. Mais il convient de garder à l’esprit que les usages qui sont mis au jour apparaissent d’autant plus adaptés aux finalités du présent que les analyses sont fondées sur du discours public, émanant le plus souvent des instances dirigeantes, et ce fait anticipant ses effets réels ou supposés.

  • 21 M. Bloch, « Mémoire collective, tradition et coutume. À propos d’un livre récent », Revue de synth (...)

24Une fois qu’on a énuméré le commémoratif, le festif, le rituel, le discursif, le « comment » est une question plus ardue que les précédentes – le qui et le quoi – puisqu’elle engagerait précisément à la sociologie des acteurs, à la prise en considération de l’interaction entre l’expérience proprement biographique d’acteurs individuels, leur pouvoir au sein d’un collectif, leur crédibilité dans la formulation du passé et, d’une part, les normes qu’on dira sédimentées, d’autre part, l’adaptation aux exigences du présent, voire de l’air du temps. On lui adjoindra, à défaut d’élément plus pertinent, la question du quand ? Quand des usages politiques du passé sont-ils formulés ? Les contributions éclairent manifestement des moments privilégiés : fondation et début d’institutionnalisation d’une part, crise et mutation d’autre part. Marc Bloch avait déjà attiré l’attention de Maurice Halbwachs sur une des fonctions de la « mémoire » : permettre le changement en donnant l’assurance de la continuité21.

  • 22 A. Strauss, Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme. Paris, Métaillé, 1992, nota (...)

25La question du pourquoi, quant à elle, est sans fond même si elle apparaît trop souvent évidente, contenue quant à elle dans la construction même de l’objet. Nous soulignerons cependant deux problèmes. Le premier concerne le couple usages du passé/identité, présent, explicitement ou non dans quasiment toutes les contributions. S’agit-il en usant du passé de prescrire une identité / ou les usages du passé sont-ils la manifestation d’une identité préexistante ? Les deux sans doute. Mais à condition d’avoir à l’esprit que le changement d’échelle s’impose, comme le suggèrent les analyses d’Anselm Strauss sur les appartenances collectives fondées dans et par l’histoire et les identités individuelles22. Autant il est possible de considérer des acteurs collectifs dans le cadre des usages politiques du passé, autant la notion d’identité ne renvoie au collectif que par la médiation de celle d’identification. Le deuxième renvoie à la chaîne qui va de la présence ou du recouvrement du passé à l’instrumentalisation en passant par les usages politiques du passé. On glisse facilement de l’une à l’autre notion, compte des sources utilisées, à savoir des discours qui anticipent leurs effets. Le pourquoi des usages politiques du passé trouve alors une réponse simple : l’usage politique du passé est l’effet de la stratégie des acteurs. Réponse sans nul doute pertinente mais un peu courte.

Notes

1 R. Kaës, « Mémoire historique et usages de l’histoire chez les ouvriers français », Mouvement social, oct-déc 1967, n° 61, p. 13-32.

2 P. Garcia, « Valéry Giscard d’Estaing, la modernité et l’histoire », p. 119 sq.

3 S. Guillaume, « Le rapport à l’histoire des pro et anti européens des années 70 à nos jours » in M. Crivello, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), Concurrence des passés, PUP, 2006

4 Cette même difficulté à ancrer l’universel dans l’histoire se retrouve dans la contribution de Sylvie Ollitraut qui montre comment les ONG se bâtissent un panthéon à prétention universelle en refoulant la question de l’ancrage culturel de l’universel (Cf. S. Ollitrault, « Présentation de soi des ONG sur Internet : créer une histoire “sans frontièreˮ ? » in M. Crivello, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), Concurrence des passés, op. cit. Dans ce présent volume, Sarah Gensburger montre au contraire la difficulté à faire du national avec de l’universel.

5 La prise en charge de l’anniversaire de la charte du CNR par ATTAC, en avril 2004, constitue peut-être, alors, le symptôme d’une difficulté, récente, à marquer de nouveaux pas.

6 Voir cependant sur ce point l’étude plus ancienne de M.-Cl. Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, PFNSP, 1994.

7 Cf. J. Mischi, « Le travail partisan de légitimation historique dans la stratégie d’implantation du PCF », in M. Crivello, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), Concurrence des passés, op. cit.

8 Axelle Brodiez montre ailleurs que les organisations humanitaires inscrites dans la mouvance chrétienne se réapproprient d’autant mieux un discours néo-marxiste que le parti communiste (et le secours populaire) ont déserté ce terrain. Cf. A. Brodiez, Le secours populaire français, 1945-2000. De l’organisation de masse à l’association de solidarité, à paraître aux Presses de Sciences Po, 2006.

9 Cf. également F. Rousseau, « “Maudite soit la guerre”, mémoire de conflit et conflits de mémoire : autour des cérémonies du 11 novembre », in M. Crivello, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), Concurrence des passés, op. cit.

10 Cf. H. Glevares, « Le nouveau régime d’historicité porté par les associations du patrimoine », in M. Crivello, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), Concurrence des passés, op. cit.

11 Ces problèmes sont abordés in M. Crivello, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), Concurrence des passés, op. cit.

12 Cf. les contributions de H. Bonin et de M. Crivelloin M. Crivello, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), Concurrence des passés, op. cit.

13 F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps. Seuil, 2003, p. 99.

14 M. Halbwachs, La mémoire collective, Albin Michel, 1997.

15 Idem.

16 G. Noiriel, « Pour une approche subjectiviste du social », Annales ESC, n° 6, nov-déc 1989, p. 1435-1460.

17 Voir P. Nora, « La mémoire collective », in La nouvelle histoire, J. LeGoff (dir.), Paris, Retz-CEPL, 1978, p. 398-401.

18 Voir P. Nora, « Quatre coins de la mémoire », H-Histoire n° 2, 1979, p. 9-32.

19 P. Ricœur, La critique et la conviction, Calmann-Lévy, 1995, p. 188.

20 Voir notamment H. Rousso, Le syndrome de Vichy, 1944-198…, Paris, Seuil, 1987, 323 p.

21 M. Bloch, « Mémoire collective, tradition et coutume. À propos d’un livre récent », Revue de synthèse historique, XL, 1925, n° 118-120, p. 73-83.

22 A. Strauss, Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme. Paris, Métaillé, 1992, notamment le dernier chapitre « Appartenance et histoire ».

Auteurs

CNRS / CEVIPOF

Université Paris VIII

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540