Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du passé

 | 
Claire Andrieu
, 
Marie-Claire Lavabre
, 
Danielle Tartakowsky

Le pouvoir central

Les rubans du passé. Sur le bicentenaire de la Légion d’honneur

Olivier Ihl

Texte intégral

Il n’y a qu’un point indivisible qui soit le véritable lieu pour voir un tableau, les autres sont trop près, trop loin, trop haut ou trop bas. La perspective l’assigne dans l’art de la peinture. Mais dans la vérité et dans la morale, qui l’assignera ?
Pascal, Pensées

1Commémorer est bien plus que mobiliser un passé. Ou dire une gratitude collective. C’est former, sinon réformer un point de vue. Là, l’envelopper de la force d’un précédent, ici réhabiliter un vœu ou une figure, ailleurs contester une filiation ou conforter une réputation. Dans tous les cas, fixer une façon de voir par une représentation géométrique du passé. La perspective à laquelle s’attache la commémoration de la Légion d’honneur n’y échappe pas. Elle s’établit par cette nécessité : gouverner les regards en ajustant des significations. Comme si dans cette sorte de rectangle rétrospectif qui encadre le champ de vision, l’histoire n’ouvrait son étendue que dans les limites d’une mise en scène. Y plonger l’attention – comme y invitent en 2002 les manifestations du bicentenaire de l’Ordre de la Légion d’honneur –, c’est, de près ou à distance, être saisi par une interprétation. À la manière finalement dont s’expérimente la « plongée » de l’œil à travers une fenêtre ou un tableau.

  • 1 Sur cette technique de gouvernement, O. Ihl, « Les rangs du pouvoir. Régimes de préséances et burea (...)

2Ce sont précisément les règles de cette instrumentalisation du regard que je voudrais expliciter. Des règles qui s’efforcent d’abord de rendre intelligible un passé – l’acte de création de la Légion en 1802 – en ordonnant la multitude des évènements qui parsèment, sinon dispersent, son récit. Des règles qui ont aussi pour mission de produire une image à la fois crédible et conforme de l’instance qui est à leur fondement. C’est-à-dire de magnifier un ordre honorifique qui s’enorgueillit d’avoir « démocratisé » la cotation sociale des vertus et des talents1. Mettre à l’épreuve la géométrie de cette commémoration, c’est comprendre comment sa perspective déforme la réalité qu’elle ambitionne pourtant de représenter. Notamment en propageant la fiction d’un ordre social où chacun serait l’artisan de sa propre valeur.

Entre les dormants du châssis

3Le succès en 2002 de la toile de Jean-Baptiste Debret, « La première distribution des croix de la Légion d’honneur dans l’église des Invalides, le 14 juillet 1804 » est emblématique. Reproduite dans de nombreux journaux et magazines, cette œuvre, exposée au Salon en 1812, vise à célébrer la suprématie acquise par le mérite sur la naissance ou le rang. La figure de l’humble décoré de la main même du chef de l’État le dit à sa manière : désormais, le mérite se reconnaît et se mesure sans a priori. Mieux : il se capitalise mais sans ouvrir de parité avec d’autres signes de grandeur comme l’argent. Objectivé par des médailles et des grades, il se définit comme un ordre quasi-providentiel : celui où la reconnaissance des aptitudes et des renommées se réalise par une cotation d’État. Une cotation qui tient à la fois de la comptabilité des services rendus, de la rétribution du prestige social et de la certification de qualités morales comme en témoignent d’autres toiles : Napoléon rend hommage au courage malheureux (1806, Versailles) ou Napoléon décore le grenadier Lazareff à Tilsitt (1808, Versailles).

4Si la commémoration se proclame ouverte sur cet évènement lointain qu’elle consacre dans son caractère « fondateur », c’est donc dans un but précis. Pour établir l’évidence d’une filiation. Pour conforter une institution proclamée régisseur impartial d’une échelle « naturelle » de mérites. Institué par décret du 31 juillet 2001, le Comité d’organisation pour la célébration du deuxième centenaire de la Légion d’honneur, avait prévu plusieurs séries de manifestations en 2002. Ouvertes le 14 janvier, elles se sont poursuivies à partir du 21 mai dans toute la France : réception des corps constitués dans les préfectures, cérémonies de légionnaires organisées par les Sociétés départementales de légionnaires, expositions sur l’histoire des ordres honorifiques français, concerts et conférences… À Paris, les moments forts en furent le défilé du 14-Juillet (avec pour thème la « Légion d’honneur »), un colloque « universitaire » organisé le25 septembre à l’École militaire, un spectacle au palais des Congrès (« C’était Bonaparte ») et une séance solennelle sur « L’Honneur » à l’Institut de France le 22 octobre. Ligne de mire de ces manifestations : l’acte de création de la Légion d’honneur par Napoléon le 19 mai 1802. Un acte présenté comme au fondement de la méritocratie républicaine. Car l’individu, face à l’arbitraire de l’hérédité ou de la vénalité, aurait dorénavant la possibilité de se construire lui-même (il n’y a plus de « vocation » sociale comme dans la société d’ordres). Les talents ? Ce sont des aptitudes vouées au service de la communauté. Aussi y a-t-il comme un droit à voir le mérite récompensé puisque tous les talents sont désormais commensurables. L’État ? Il est le seul à pouvoir arbitrer cette émulation honorifique, la mesure des aptitudes n’étant plus signe de dépendance dès lors qu’elle est le fait de la communauté dans son ensemble.

Jean-Baptiste Debret (1768-1848) Première distribution des décorations de la Légion d’honneur, faite par Napoléon dans l’église de l’hôtel impérial des Invalides, le 14 juillet 1804. Huile sur toile de 1812 (H 403 cm, L 531 cm), Musée national du Château de Versailles. Détail @ Photo RMN

  • 2 A. Aulard, « Le centenaire de la Légion d’honneur », Études et leçons sur la Révolution française, (...)

5Célébrer l’épisode de 1802, c’est naturaliser cette représentation largement enchantée de la méritocratie. La réalité, évidemment, est plus complexe. D’abord parce que l’ordre de la Légion d’honneur fut conçu comme une technique de gestion sociale qu’éclairait une économie politique alors en quête de reconnaissance. Celle d’une science de gouvernement dont Bonaparte, dès son arrivée au pouvoir, multiplia les domaines d’application : sénatoreries à vie, baccalauréat, grandes écoles, préséances civiles et militaires, titres nobiliaires, palmes académiques… Cette politique d’assignation et d’indexation du mérite suscita des résistances, notamment chez les « républicains » restés fidèles à l’esprit de la Convention2. De sorte que l’ordre de la Légion d’honneur, difficilement adopté par un décret du Corps législatif voté le 19 mai 1802 et proclamé loi de la République le 29 mai suivant ne devint une récompense attachée à un ruban rouge que deux ans plus tard : à la suite du décret du 11 juillet 1804 créant l’« étoile à cinq rayons doubles, émaillée de bleu ».

  • 3 O. Ihl, « Une déférence d’État. La République des titres et des honneurs », Communications, 69, jan (...)

6Creuset d’une nouvelle noblesse, la Légion d’honneur était, ensuite, conçue comme une organisation pyramidale : imitée des anciens ordres de chevalerie, avec des grades s’étageant du « légionnaire » (chevalier) au « grand cordon » (réservé aux « dignitaires » du régime), elle certifiait avant tout la bravoure militaire. De 1802 à 1814, 48 000 légionnaires furent désignés dont seulement 1 400 civils. Un chiffre qui tranche avec les quelques centaines d’« élus » des ordres d’Ancien Régime… Ce développement des techniques de management honorifique se retrouve nolens volens dans la plupart des pays européens en parallèle de l’affaiblissement des modes d’émulation liés à la société d’ordres3. Pour la France, tout au long du siècle, une trentaine de nouvelles décorations d’État devaient suivre, chacune distribuée par dizaines et parfois centaines de milliers d’exemplaires : médaille d’honneur dite de sauvetage (1820), croix des Combattants de Juillet (1830), médailles des Contributions indirectes (1897), des Travaux Publics(1898), des Établissements pénitentiaires coloniaux (1898), des Ouvriers de l’Exposition Universelle (1899), des Sapeurs Pompiers (1900)…

  • 4 J. Delarbre, La légion d’honneur. Histoire, organisation, administration, Paris, Librairie militair (...)

7Troisième élément : la Légion d’honneur ne s’est pas spontanément définie comme une institution républicaine. Comme si d’avoir détrôné la noblesse avait suffi à ouvrir toutes grandes les portes du mérite. Ce serait oublier le dédain dans lequel Louis XVIII tenait « l’étoile des braves ». Oublier surtout que la République en 1848 et en 1870 (sous la houlette de Jules Ferry) travailla à la supprimer ; qu’elle fut sauvée en 1873 par une majorité légitimiste puis conservée au titre d’instrument d’un « gouvernement des esprits »4. Oublier enfin que cette dignité honorifique est une dignité bureaucratisée : une grandeur d’État à la fois viagère et gagée par une politique qui en assure le crédit en mettant son cours à l’abri de toute surproduction.

Les torsions de l’histoire

  • 5 Voir Le Figaro du 29 décembre 1999.

8Que les commémorations privilégient des fictions narratives, comment s’en montrer surpris ? Leur but est de consacrer l’institution qui les porte. Non pas de conserver l’échelle de l’évènement lui-même ou de promouvoir une observation réaliste. En 2002, le constat s’impose de lui-même : les commémorations, loin d’envelopper la grandeur réelle du passé, ne fixent que sa conformité aux attendus du moment. En particulier pour affirmer que « depuis deux siècles », l’étoile blanche ou le ruban rouge sont des « insignes populaires, respectés et convoités ». Que l’ordre de la Légion d’honneur est « le plus célèbre du monde ». Ou que l’égalité des chances permet bel et bien de « traiter chacun selon son mérite ». Pour Le Figaro, la création de l’ordre est « une façon de tirer un trait sur la Révolution ». Avant de conclure : si Bonaparte rêvait de « rassembler militaires et civils méritants », c’était pour « constituer une grande famille détentrice des forces vives de la Nation ». Une formule toute gaullienne destinée à faire le lien avec l’autre date phare de ces généalogies commémoratives : la réforme de décembre 19635. Impulsée par le général de Gaulle, celle-ci consista à fondre la soixantaine de décorations officielles issues des IIIe et IVe Républiques mais aussi à réserver la Légion d’honneur aux « mérites éminents » tandis que l’ordre national du mérite (créé pour l’occasion) récompensait, lui, les mérites « distingués ». On remarquera que si l’expression désuète d’« ordre de chevalerie » fut depuis délaissée, nombre d’éditorialistes continuent aujourd’hui à se référer aux précédents de la Toison d’or (1430) ou à l’Ordre du Saint Esprit (1578). Une vision syncrétique qui fait du présent un héritier docile du passé.

9En province, l’évocation des conditions dans lesquelles la Légion d’honneur fut établie obéit à la même perspective. Dans les jardins de la Préfecture de la Sarthe, le 14 juillet 2002, le préfet « administre » cette lecture de l’évènement :

Que voulait Bonaparte ? Un ordre, disait-il, qui soit le signe de la vertu, de l’honneur, de l’héroïsme, une distinction qui serve à récompenser à la fois la bravoure militaire et le mérite civil. Des cordons, disait Bonaparte, qui seront donnés à l’homme qui aura le mieux servi dans l’armée et dans l’État, ou qui aura produit les plus beaux ouvrages (…) Un ordre ouvert à tous, sans distinction de naissance ou de position sociale : en un mot, un ordre qui mette sur pied d’égalité les vertus civiles et militaires.

10Si, dans ce récit, les formes de l’histoire s’incurvent, se bombent, se tordent, c’est parce que la commémoration nie le plan de l’évènement. Mieux : elle vient créer l’illusion de la profondeur. Le regard ? Il s’ordonne sur un axe où le résultat final réside tout entier dans l’intention initiale de l’acteur. Du coup, le temps n’est plus qu’un simple accessoire : pour mettre à l’épreuve une institution restée fondamentalement fidèle à elle-même. Pour L’Éclaireur du Gâtinais (22 mai 2002),

Il y a deux siècles, presque jour pour jour, Napoléon Bonaparte, 1er Consul et bientôt Empereur, crée la Légion d’honneur. La distinction définit une élite… (qui) n’est plus aristocratique ni héréditaire, elle rassemble des personnes ayant servi la France, à titre militaire comme à titre civil. C’est cette définition originale et nouvelle pour l’époque qui va permettre à l’Ordre de traverser les décennies et les régimes sans jamais être remis en cause.

11À croire que les plans de l’histoire se cintrent, rendant invisibles certains épisodes et d’autres omniprésents. À la manière finalement d’un regard plongeant comme une trouée dans l’espace.

12À Besançon, le préfet répète l’argument devant les élus locaux, députés, magistrats, recteur, procureurs, officiers présents à la réception :

Depuis deux siècles, la Légion d’honneur marque la reconnaissance de la Nation à ceux de nos concitoyens qui se sont distingués de manière éminente pour le bien commun et le service de la Patrie. Mais sous cette apparente continuité, que de vicissitudes ! Que de changements de régimes, de guerres, de révolutions et de soubresauts ! Et pourtant, la Légion d’honneur demeure, immuable ou presque, adaptant seulement son iconographie au régime du moment – le profil de Marianne remplaçant celui d’Henri IV, qui avait lui-même remplacé celui de Napoléon.

13Les principes tranchent toujours sur les circonstances… Dans le département de l’Ain, les points forts furent le 22 juin, dans la ville préfecture, une cérémonie à la mémoire des Décorés célèbres et une exposition sur la Légion d’honneur, en collaboration avec le service des Archives départementales. Et le 6 octobre, à l’Abbaye de Notre Dame des Dombes (nommée chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur en 1948 pour « faits de résistance »), un colloque sur L’héroïsme des moines cisterciens face à l’occupant de la deuxième guerre mondiale, suivi de l’inauguration d’une plaque commémorative. À Rennes, la Société d’entraide donna le 22 mai en présence de Jean-Philippe Douin, Grand Chancelier, le nom de Légion d’honneur à un passage sous le Palais du Commerce, place de la République. Un « baptême » suivi par l’inauguration d’une exposition à l’Hôtel de ville et une remise des prix du concours des lycées et collèges Portrait de légionnaire.

14Lors de ces cérémonies, les fictions commémoratives s’enchaînent les unes les autres. Bien que dispersées, elles se raccordent par les artifices d’une narration qui, bienveillante, les transposent dans un espace linéaire et téléologique. Résultat : les parties de ce récit, qu’elles soient proches ou lointaines, apparaissent en fonction non de leur grandeur historique mais de la ligne d’horizon qui leur est associée : créer une démocratie du mérite d’emblée préoccupée par une égalité de reconnaissance. Qu’importe que les civils ou les femmes aient mis si longtemps à y être représentés, qu’importe que les catégories populaires y soient toujours peu présentes, qu’importe même que les militaires dominent toujours largement les effectifs de légionnaires, l’acte de création emporte ses propres clefs de lecture. Et c’est bien ce qui compte. Car, par elles, le passé et le présent sont repliés l’un sur l’autre. Et, plus important, l’ordre de la Légion d’honneur peut justifier son monopole : celui de certifier les « mérites éminents » au cœur des hiérarchies sociales.

Une autre géométrie

15Déclarations publiques, discours commémoratifs ou articles de presse ont une fonction hagiographique. Leur but ? Vanter la justesse d’un point de vue. Non pas connaître des représentations mais représenter des connaissances. De cette perspective, le savoir doit, lui, se détacher. Et déjà pour poser une question qui, sinon, serait condamnée à demeurer inaccessible : la méritocratie que cet ordre consacre vient-elle attester des « qualités éminentes », comme le proclame ses statuts, ou octroyer des signes de grandeur, ceux d’une République soucieuse de célébrer la réussite sociale ?

  • 6 « La Légion d’honneur devait-elle être une nouvelle noblesse ? », Revue du Souvenir Napoléonien, n° (...)

16« La décoration que nous connaissons aujourd’hui correspond-elle aux intentions initiales du Premier consul ? ». Les quelques lignes qui ouvrent le numéro de la Revue du Souvenir Napoléonien6le montrent : l’illusion perspective peut céder la place à une autre lecture si d’emblée le passé cesse d’être projeté au travers des dormants d’un châssis. L’historiographie contemporaine s’y emploie à des degrés divers. Elle ne peut le faire qu’en niant la profondeur pour décomposer les faces de l’évènement et les mettre à plat. Au lieu de se prétendre le témoin direct d’un passé célébré, elle change et multiplie l’échelle d’observation. Il ne s’agit plus d’évoquer ou de convoquer des souvenirs comme pour les déplacer à travers le temps en en conservant les mesures. Mais bien de modifier leurs proportions au fur et à mesure que le regard, lui-même, se déplace. En somme, l’exercice consiste à associer l’équilibre interne de ces formes à l’équation de leurs déformations successives. Depuis Durkheim, les sciences sociales invitent à ce renversement. L’institution ? Elle n’occupe plus une position centrale. Ou plutôt son point de vue, jusque là souverain, n’en forme plus le centre. Elle n’est plus ce qui regarde mais ce qui est regardé. Une manière d’ouvrir l’évènement à une description plus rationnelle : d’un côté en le détachant de ses qualités narratives, de l’autre en objectivant les raisons de ses emplois proprement commémoratifs.

17On dira sans doute qu’une telle démarche risque d’avoir peu de valeur pédagogique. Et si c’était le contraire ? Si la commémoration parvenait par ce moyen à mettre à l’épreuve préjugés et malentendus. Commémorer peut aussi servir à questionner le principe de filiation ou d’identification. Mieux : à se déprendre des illusions que colporte l’instrumentalisation de l’histoire.

  • 7 Un propos repris devant les membres du Conseil de l’Ordre de la Légion d’Honneur, lors de la présen (...)

18C’est par une remise de décoration à dix-sept personnalités dans la salle des fêtes de l’Élysée et une cérémonie d’hommage autour du tombeau du fondateur de l’Ordre, aux Invalides, que fut lancée en 2002 le cycle des commémorations. Le chef de l’État en profita, ce 28 janvier, pour célébrer la « continuité nationale » dont la décoration aurait été le témoin. Et insister sur la « permanence des valeurs » portées par cette décoration. D’un côté, avec une égalité définie par son indifférence aux qualités sociales des personnes récompensées (à l’image de la formule prêtée à Napoléon : « mettre sur le même rang le prince et le tambour »), de l’autre, avec une universalité capable de mêler tous les mérites, aussi bien militaires que civils sans les hiérarchiser (« pourvu qu’ils soient exemplaires » dira Jacques Chirac)7. Dans les départements aussi, le thème fut proféré sur tous les tons :

Militaires, savants, fonctionnaires, élus, artistes, sportifs, ecclésiastiques, inventeurs… tous reflètent, par leur diversité même, la richesse des talents de femmes et des hommes qui font que la France est belle et qu’elle est grande.

19Asseoir cette perspective centrale (l’égalité des Français devant le mérite, l’universalité des mérites reconnus), c’est rejeter aux extrémités du récit des démentis qui en fragilisent l’énoncé.

  • 8 « La Légion d’honneur à l’épreuve des siècles », Le Figaro, 9 mai 2002. Si la Révolution a banni au (...)

20Démentis historiques : avec les évènements qui rendent l’acte de création moins déterminant. D’où le peu de cas fait des résistances suscitées par la création de la Légion d’honneur au Conseil d’État puis tout au long du siècle. Il ne suffit pas d’incriminer « les anciens jacobins » présents au Tribunat et au Corps législatif pour en être quitte8. D’où le travestissement de ce que fut réellement l’ordre à ses débuts. La loi du 29 floréal an X – rappelons-le – mettait en place une « légion » de quinze cohortes formées chacune de sept grands officiers, vingt commandants, trente officiers et trois-cent-cinquante légionnaires. Pouvant changer leur « chevalerie » en titre héréditaire avec la loi sur les majorats, ses membres recevaient un traitement : de deux-cent-cinquante à cinq mille francs selon les grades et faisaient accéder leur fille à des maisons d’éducation spécialisées. On comprend que cette « Légion » ait pu, dans les catégories de l’époque, être dénoncée comme un « patriciat », voire être accusée de ressusciter une forme de noblesse, surtout avec l’obligation de serment.

  • 9 Voir Le Monde du 12 février 1996, « Jacques Chirac invite les ministres à mieux distribuer les déco (...)
  • 10 Légiférer pour la parité honorifique comme pour la parité politique ? C’est la demande du réseau fé (...)
  • 11 Le Monde du 6 mai 1996.

21Démentis sociologiques : un caractère censitaire marque ces rétributions du mérite. Si l’ordre était « ouvert à tous, sans distinction de naissance ou de position sociale, excluant tout préjugé et toute ségrégation », pourquoi le Président Jacques Chirac, grand-maître de la Légion d’honneur, a-t-il adressé une lettre en 1996 au Premier ministre (publiée au Journal Officiel) demandant que les ordres nationaux « reflètent davantage notre nation tout entière »9 ? Posons la question : existe-t-il des prédispositions sociales au mérite ? C’est ce qu’indique le profil sociologique des décorés. D’abord, la représentation hommes/femmes au sein des promotions de la Légion d’honneur. Dans la promotion de Pâques publiée au JO du 15 avril 2001, 22,5 % des personnes distinguées étaient des femmes. Contre 23,8 % en juillet 2000 et 22 % en janvier 2001. Une proportion qui a été multipliée par deux depuis les consignes présidentielles de 1996 (cette année là, le taux est passé de 11 à 17 %). Signe que la présence des femmes, longtemps marginale, ne s’est affirmée que sous le coup d’une politique honorifique spécifique. Distinguées, les femmes restent toutefois cantonnées au grade de chevalier de la Légion d’honneur10. Autre distorsion sociale : le critère d’âge. Pour être admis au grade de chevalier, il faut justifier de services publics ou d’activités professionnelles d’une durée minimale (ce fut longtemps vingt ans, c’est aujourd’hui quinze ans). Du coup, les nommés ont rarement moins de cinquante ans (la moyenne d’âge des légionnaires est de 75 ans). « L’élite vivante de la nation » ne représente donc qu’imparfaitement la société française. D’autant que des critères socio-professionnels, de diplômes et de revenus pèsent sur ce recrutement. À défaut de statistiques détaillées sur point, évoquons la composition de la promotion de Pâques 1996 : à côté d’un total de 455 inspecteurs généraux, préfets, recteurs, magistrats, ou président-directeur généraux, seule une dizaine de personnes échappent à ce que les sociologues désignent comme l’élite sociale11.

  • 12 Les refus existent : à défaut de statistiques, signalons les cas en 1982 de J.-L. Godard ou M. Fouc (...)

22Voilà ce que masque la perspective commémorative : le mérite reconnu concerne des individus déjà socialement distingués. L’ordre de la Légion d’honneur ? Plus que d’autres, il choisit d’abord ceux qui l’ont choisi12. Observons-le : la distinction récompense davantage les citoyens selon leur rang dans la société (PDG d’entreprise, présidents de chambre de commerce, personnalités du sport et du showbiz, hauts-fonctionnaires proches des allées du pouvoir) que pour leur « mérite ». Ce qui tient à la procédure suivie. Ce sont les préfets qui font « remonter » le gros des candidatures aux chefs de cabinets ministériels : d’où le poids des notables locaux ou des fonctionnaires de catégorie A.

Les infortunes du mérite certifié @ Serguei. Le Monde

La majesté présidentielle

  • 13 D’où la sévérité exceptionnelle de la sanction dont le Dr Gubler, ancien médecin personnel de Franç (...)

23Si l’histoire des honneurs fut instrumentalisée, l’institution de la Légion d’honneur n’est pas seule en cause. La cohabitation entre le Premier ministre Lionel Jospin et le Président Jacques Chirac, puis la crise du 21 avril, y contribuèrent tout autant. C’est ce point de fuite qu’il faut examiner : celui proprement politique qui, bien que dérobé à l’attention, proportionne les attendus, sinon les motivations, des commémorateurs13. Sous la Ve République, c’est le Président qui confère l’estime sociale. Une prérogative qui permet au Président d’apparaître comme le pôle autour duquel sont ordonnées et figurées les hiérarchies administratives et politiques.

  • 14 Le Figaro du 29 janvier 2002.

24Le lundi 28 janvier, dans la salle des fêtes de l’Élysée, le lancement des commémorations s’est effectué en présence des deux têtes de l’exécutif, tous deux candidats à l’élection présidentielle. Si les deux hommes ne se sont pratiquement pas adressé la parole, ils ont néanmoins eu un contact furtif immédiatement mitraillé par les photographes : lorsque Jacques Chirac a posé sa main sur l’épaule gauche de Lionel Jospin, l’écartant avec douceur pour saluer l’abbé Pierre14. Un geste qui, s’empressa de commenter la presse, faisait écho à la main posée par le Premier ministre sur l’épaule du chef de l’État début janvier, pendant la cérémonie de vœux qui avait fait la « une » de toute la presse française. La bataille protocolaire était ouverte.

Un sceptre républicain : le grand cordon de la Légion d’honneur remis lors de la transmission des pouvoirs en janvier 1959 par le général Catroux sous l’œil du Président Coty @ Gamma

  • 15 Les 5 % restant forment la réserve présidentielle, une réserve distribuée dans les contingents mini (...)
  • 16 Libération du 2 septembre 1998.
  • 17 Le décret du 3 décembre 1963 prévoit cette élévation automatique. L’intention du général de Gaulle (...)

25La lutte va s’opérer avec des moyens inégaux : la prééminence élyséenne consacrée par la constitution ne laisse guère de ressources au Premier ministre. Si chaque ministère a son contingent réservé, toutes les croix de la Légion d’honneur appartiennent de droit au président de la République. Certes, il en délègue l’attribution aux ministres dans une proportion de 95 %15. Mais grand-maître de l’ordre, c’est lui le garant des services récompensés. Outre qu’il peut seul nommer au titre de toutes les activités professionnelles (tandis que les ministres doivent respecter leur domaine de compétence), il peut aussi accorder des rétributions exceptionnelles (comme pour les membres de l’équipe de France de football au lendemain de leur victoire en Coupe du monde16). Autre signe de prééminence : Jacques Chirac a « élevé » Lionel Jospin à la dignité de grand croix de l’ordre national du mérite, au lendemain de sa victoire aux élections législatives. Une façon de montrer qu’« un supérieur n’est jamais aussi grand que lorsqu’il élève ses inférieurs »17.

26L’année 2002 offrit plusieurs occasions de mettre en scène cette supériorité. Ainsi, le 24 janvier, Lionel Jospin a écouté patiemment le Président Chirac retracer l’histoire de l’ordre de la Légion d’honneur. Et se féliciter des promesses gaullistes, comme celle de ramener les effectifs de l’Ordre à 115 000 (contre 300 000 en 1960). Il a pu regarder M. Chirac remettre les décorations aux personnalités civiles et militaires. Non sans essayer de s’interposer. Reste qu’il n’était pas seul à vouloir être sur la photo. Si le protocole est l’art de répartir les corps dans l’espace, les remises de décoration font de bons « plans » communication. D’où cette photographie montrant Jacques et Bernadette Chirac entourant sœur Emmanuelle (nommée commandeur). Tandis que Lionel Jospin s’efforce d’approcher l’heureuse élue, l’épouse du chef de l’État la retient par le bras, Jacques Chirac gardant, lui, le premier rôle.

  • 18 Ce dont témoignent les reportages de presse lui attribuant « l’ambition d’honorer l’élite nationale (...)
  • 19 C’est avec Georges Séguy qu’un secrétaire général de la CGT a été pour la première fois désigné che (...)

27Si l’ordre de la Légion d’honneur s’est employé à justifier les « différences » de mérite18, poussant ceux qui les voient à les croire « naturelles » et ceux qui les portent à les mériter, il ne put briser une certaine indifférence. Discrète, la commémoration aura surtout renforcé la conviction des décorés. Pourtant, en s’adossant à l’autorité d’un titulaire collectif (« l’ordre national de la Légion d’honneur »), elle aurait du engager la communauté dans son ensemble. Oui, mais voilà : ces verdicts d’État sont aujourd’hui affaiblis. Non pas tant pour des motifs politiques. Après tout, pendant longtemps, ce fut la principale objection à cette cotation des mérites ; certaines professions jugeaient incompatibles leur indépendance avec le principe d’être décorées (comme les magistrats, les parlementaires en activité ou les journalistes) ; la CFDT ou la FEN refusaient ainsi toute « distinction d’État »19. Ces réticences ont progressivement disparu (sauf pour les parlementaires). Comme si la présidentialisation du régime avait fait oublier les menaces de « politisation » ou de « clientélisme ». L’essentiel n’est pas là. Ces signes d’élévation sociale subissent dans le grand public une autre contestation, non pas politique mais sociale. L’argent est devenu dans les sociétés libérales un titre de prestige à part entière. Voilà assurément le principal concurrent de ces rubans du passé : celui qui, tribut forcé ou hommage volontaire, prétend aujourd’hui susciter le respect, voire signifier le mérite.

Notes

1 Sur cette technique de gouvernement, O. Ihl, « Les rangs du pouvoir. Régimes de préséances et bureaucratie d’État dans la France des XIXe et XXe siècles », in Le Protocole ou la mise en forme de l’ordre politique, Y. Deloye, C. Haroche, O. Ihl (dir.), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 233-261 et, récemment, mes articles « Gouvernement », « Vertu » et « Honorer » dans le Dictionnaire critique de la République, V. Duclert, C. Prochasson (dir.), Paris, Flammarion, 2002.

2 A. Aulard, « Le centenaire de la Légion d’honneur », Études et leçons sur la Révolution française, 4e série, Paris, Felix Alcan, 1904, p. 261-302.

3 O. Ihl, « Une déférence d’État. La République des titres et des honneurs », Communications, 69, janvier 2000, p. 115-137.

4 J. Delarbre, La légion d’honneur. Histoire, organisation, administration, Paris, Librairie militaire L. Baudouin, 1887. Et récemment P. Miquel, Deux siècles de Légion d’honneur, Paris, Acropole, 2002 ; A. de Chefdebien, B. Gallimard Flavigny, La légion d’honneur. Un Ordre au service de la Nation, Paris, La Découverte/Gallimard, 2002.

5 Voir Le Figaro du 29 décembre 1999.

6 « La Légion d’honneur devait-elle être une nouvelle noblesse ? », Revue du Souvenir Napoléonien, n° 442, août septembre 2002, p. 3-5.

7 Un propos repris devant les membres du Conseil de l’Ordre de la Légion d’Honneur, lors de la présentation de la médaille commémorative due au sculpteur Raymond Corbin. Voir Profession Politique, n° 57, mercredi 12 juin 2002.

8 « La Légion d’honneur à l’épreuve des siècles », Le Figaro, 9 mai 2002. Si la Révolution a banni au nom de l’égalité « tout ordre de chevalerie, toute décoration, tout signe extérieur qui suppose des distinctions de naissance », en revanche, elle avait prévue « une décoration nationale unique accordée aux vertus, aux talents, aux services rendus à l’État ».

9 Voir Le Monde du 12 février 1996, « Jacques Chirac invite les ministres à mieux distribuer les décorations ».

10 Légiférer pour la parité honorifique comme pour la parité politique ? C’est la demande du réseau féministe Demain la parité. Le Monde du 25 avril 2001.

11 Le Monde du 6 mai 1996.

12 Les refus existent : à défaut de statistiques, signalons les cas en 1982 de J.-L. Godard ou M. Foucault (Libération du 8 janvier 1982), en 1987 d’A. Pinay (« Je n’ai rendu aucun service exceptionnel »), en 1998 de B. Clavel (« Ce n’est pas une décoration pour un romancier »).

13 D’où la sévérité exceptionnelle de la sanction dont le Dr Gubler, ancien médecin personnel de François Mitterrand, a fait l’objet après sa condamnation pour violation du secret professionnel (pour la publication en 1996 de l’ouvrage Le Grand Secret). En novembre 1999, il fut radié de l’ordre national du mérite et de la Légion d’honneur pour « faute contraire à l’honneur ». Mesure rare, sinon sans précédent. Le Monde du 20 novembre 1999.

14 Le Figaro du 29 janvier 2002.

15 Les 5 % restant forment la réserve présidentielle, une réserve distribuée dans les contingents ministériels. Une façon de protéger la figure présidentielle en cas de scandale. Voir, par exemple, la polémique autour de M. Samir Traboulsi, homme d’affaires décoré en 1988 mais impliqué dans des scandales financiers. Le Monde 10 février 1989.

16 Libération du 2 septembre 1998.

17 Le décret du 3 décembre 1963 prévoit cette élévation automatique. L’intention du général de Gaulle était de réserver les mérites les plus élevés au chef de l’État.

18 Ce dont témoignent les reportages de presse lui attribuant « l’ambition d’honorer l’élite nationale » (Le Dauphiné Libéré, 22 octobre 2002).

19 C’est avec Georges Séguy qu’un secrétaire général de la CGT a été pour la première fois désigné chevalier de la Légion d’honneur : en janvier 1982. Et encore « pour 38 ans d’activités professionnelles, syndicales et de résistance », Libération du 8 janvier 1982. L’année précédente, il avait reçu à Moscou l’ordre de la Révolution d’octobre.

Table des illustrations

Légende Jean-Baptiste Debret (1768-1848) Première distribution des décorations de la Légion d’honneur, faite par Napoléon dans l’église de l’hôtel impérial des Invalides, le 14 juillet 1804. Huile sur toile de 1812 (H 403 cm, L 531 cm), Musée national du Château de Versailles. Détail @ Photo RMN
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Les infortunes du mérite certifié @ Serguei. Le Monde
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Un sceptre républicain : le grand cordon de la Légion d’honneur remis lors de la transmission des pouvoirs en janvier 1959 par le général Catroux sous l’œil du Président Coty @ Gamma
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5898/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

Directeur de l’UMR Pacte-CERAT (CNRS)

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540