Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du passé

 | 
Claire Andrieu
, 
Marie-Claire Lavabre
, 
Danielle Tartakowsky

Le pouvoir central

Le retour de Jules Ferry

Jérôme Grévy

Texte intégral

1La République et ses fondateurs n’avaient plus très bonne presse dans les années soixante. Les transformations rapides de la société rejetaient définitivement les vieilles barbes républicaines dans un passé révolu, situé à des années lumière de la modernité triomphante. À l’heure de l’électronique et de l’exploration spatiale, l’héroïsme était à la science, non plus à la politique.

2La République, à laquelle on rendait hommage par piété filiale en se disant qu’elle représentait un autre âge, connut une nouvelle jeunesse au cours des deux dernières décennies du XXe siècle. Elle revint comme thème mobilisateur pour les politiques, qui fut décliné sous diverses formes. Elle fut affublée de toute sorte de qualificatifs ; le civisme, rebaptisé esprit citoyen, fut invoqué comme remède à tous les maux sociaux et la laïcité, convoquée pour résoudre le communautarisme.

3Ce mouvement ramena sur le devant de la scène la figure de l’un des « pères fondateurs » de la République, Jules Ferry. Mais alors que les questions d’éducation invitent à se tourner vers l’avenir, les acteurs et leurs conseillers semblaient obsédés par le spectre de Jules Ferry. Nous nous interrogerons donc sur les modalités et le sens de ce retour du Vosgien, tâchant de percevoir dans quelle mesure l’invocation du fondateur de l’école républicaine est le reflet du « malaise de la temporalité » des sociétés contemporaines. Il s’agit d’examiner pourquoi les politiques, après avoir écarté sa figure des références communes, la remirent sur le devant de la scène. Et de comprendre comment l’ancien ministre constitua tour à tour, et parfois simultanément, un modèle repoussoir ou un exemple à suivre.

L’effacement de Jules Ferry comme modèle

4Parler de « retour » tient implicitement pour acquis deux éléments antérieurs : une présence, suivie d’une disparition. Pour comprendre la réactivation de la référence à Jules Ferry, il est indispensable d’analyser ce qu’elle représentait préalablement et de comprendre pourquoi elle fut abandonnée.

  • 1 A. Rambaud, Jules Ferry, Paris, Plon-Nourrit, 1903.

5Contrairement à la légende diffusée par ses historiographes, le discrédit que connut Jules Ferry, de son vivant, ne se prolongea guère au-delà de sa disparition. Comme Gambetta, il fut immédiatement célébré par les républicains au pouvoir comme un martyr de la Démocratie, visionnaire incompris, dont l’action, politique, colonisatrice et scolaire avait été décisive1.

6Cette image fut quelque peu écornée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En quelques années, le pays connut en effet une transformation, constitutionnelle, territoriale et pédagogique qui conduisit à mettre en cause les modèles des générations précédentes.

  • 2 L’enquête menée par Jacques Ozouf auprès d’instituteurs de la Belle Époque constitue un indice inc (...)

7On pourrait supposer que l’œuvre scolaire de Jules Ferry avait échappé aux critiques. Le corps des hussards noirs de la République formait en effet une cléricature peu disposée à laisser désacraliser son fondateur2. Les revues pédagogiques et syndicales continuaient en effet de donner l’école de Jules Ferry comme un instrument d’égalité et de démocratie. L’histoire de l’éducation était toujours narrée comme une évolution continue, réalisée selon un processus cumulatif, dans laquelle Jules Ferry avait joué un rôle décisif en démocratisant l’école, c’est-à-dire en l’ouvrant gratuitement, sans aucune restriction, au peuple. Avant lui, croyait-on de bonne foi, c’était à peine si l’on apprenait à lire, écrire et compter. En vertu du principe de méritocratie introduit par Ferry, les enfants de milieux modestes qui faisaient preuve de dispositions pour les études pouvaient, par le jeu des bourses, suivre un cursus qui les sortirait de leur condition sociale.

8Le mythe Ferry semblait solidement enraciné. Il avait été la raison d’être et d’enseigner de plusieurs générations d’instituteurs et de professeurs. Il reposait sur une certitude, que le progrès était linéaire, que l’enseignement et l’éducation nationale permettraient de changer la société et que le futur serait nécessairement meilleur que le passé et le présent.

9Pour autant, le projet même de réforme de l’enseignement, qui s’inscrivait dans le vaste mouvement de rénovation initié par la Résistance, portait en lui même l’idée du nécessaire dépassement du modèle de la IIIe République. Certes le plan Langevin-Wallon rendait hommage à Jules Ferry, mais les rédacteurs affirmaient le besoin de réorganiser l’enseignement pour lui donner plus de cohérence, pour l’adapter à la structure sociale et tenir compte des progrès de la pédagogie. La critique était discrètement énoncée mais demeurait sans appel. Le modèle de la pédagogie de Jules Ferry avait fait son temps. Surtout, les auteurs du rapport ajoutaient une finalité sociale au projet de la IIIe République : il ne s’agissait plus seulement de diffuser le « minimum » des connaissances pour permettre l’épanouissement des individus, mais également de permettre au corps social dans son ensemble d’élever son niveau culturel.

  • 3 Anonyme, L’école de Jules Ferry est morte, Paris, François Maspéro, collection Poche rouge, 1974.

10La publication en 1974 d’un petit livre intitulé L’école de Jules Ferry est morte3, constitua en quelque sorte l’acte de décès du mythe Ferry. Reprenant et systématisant bien des slogans et débats entendus en 1968, l’ouvrage s’attachait en effet à dénoncer le modèle scolaire en vigueur. La Ligue communiste révolutionnaire accusait le système scolaire d’être un instrument de la bourgeoisie. Étaient condamnées aussi bien sa finalité – reproduire les hiérarchies sociales et culturelles – que ses méthodes autoritaires. Bien loin d’être un instrument de libération, l’école était en fait un appareil de dressage du peuple, voué au service de l’ordre établi.

11La démarche marquait un rapport au passé somme toute assez commun. Le système ancien était dénoncé afin de proposer un modèle alternatif. Le père fondateur était mort, il était désormais inutile de l’invoquer.

12Ce point de vue était largement répandu dans l’opinion publique. Les thèses de Bourdieu sur la reproduction, celles de Foucault sur l’enfermement avaient inspiré la contestation des années soixante. L’école de Jules Ferry représentait désormais un champ d’expérience à dépasser absolument. Elle n’était plus considérée comme un progrès, un modèle à suivre, mais devait être reléguée dans un passé définitivement révolu. L’avenir était grand ouvert, sans bornes, délivré de l’horizon indépassable qu’avait constitué la référence à Jules Ferry.

  • 4 M. Ozouf, L’Église, l’École et la République, Paris, Armand Colin, collection Kiosque, 1963. J. et (...)
  • 5 F. Furet et J. Ozouf, Lire et Écrire, L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Pari (...)

13Les historiens prirent part à leur manière au mouvement de mise en cause de l’école ferryste. Les travaux de Jacques et Mona Ozouf4, ainsi que ceux de Pierre Nora, en révélant le non-objectivité de l’histoire scolaire, portèrent les premiers coups à la déconstruction de l’édifice. Les recherches de François Furet et Jacques Ozouf, replaçant le processus d’alphabétisation dans une longue durée, montrèrent qu’il avait précédé la création de l’institution scolaire et que la gratuité n’avait eu qu’une incidence médiocre sur la fréquentation de l’école5. Le titre même que les historiens avaient choisi indiquait bien le sens de leur propos : Jules Ferry se situait au terme d’un mouvement pluriséculaire de développement de l’instruction. Son action n’avait donc pas eu l’effet décisif qu’on avait voulu lui donner. Singulièrement, dans un radical renversement de perspective historique, le ministre n’était plus donné comme le fondateur, l’initiateur d’un mouvement, mais comme celui qui l’avait mené à son terme.

14Ainsi était sérieusement écorné le mythe Jules Ferry. Définitivement, la République avait cessé d’être considérée comme un moment décisif vers le progrès pour le genre humain. Les remous que connaissait le système d’enseignement, dont le mouvement de mai 1968 fut l’apogée, furent le signe visible d’une volonté de changement. Les images des fondateurs de la République n’étaient plus mobilisatrices. Che Guevara faisait rêver les jeunes gens, alors que Ferry représentait les valeurs bourgeoisies qu’ils récusaient. Le passé appartenait bien au passé.

Chassés-croisés autour du centenaire des lois scolaires

15Après 1968, le système scolaire fut soumis à de multiples remous. Des innovations pédagogiques en apparence consensuelles furent mises en œuvre par le ministère. Mais des voix, de plus en plus nombreuses, s’élevèrent pour dénoncer la baisse du niveau qui en résultait. Les enfants, à en croire certaines associations de parents, la société des agrégés et quelques académiciens médiatiques, ne savaient plus rien, ni l’orthographe, ni la grammaire, ni l’histoire, ni la géographie… Il fallait de toute urgence revenir à des méthodes saines, ayant fait leurs preuves : les dictées, l’histoire événementielle nationale, la récitation « par cœur ». La mise en cause des « errements pédagogiques » supposés hérités de l’esprit soixante-huitard, conduisit à la réhabilitation de méthodes dont on pensait qu’elles étaient incontestables puisqu’elles avaient fait la preuve de leur efficacité. Les expériences innovantes étant désormais refusées, on se retourna et l’on regarda vers le passé. La référence à Jules Ferry s’imposa, d’abord implicitement, puis explicitement.

  • 6 Lettre de M. Valéry Giscard d’Estaing à M. Christian Beullac, ministre de l’Éducation pour l’organi (...)
  • 7 G. Georges (secrétaire général du SNI PEGC), « Pour une morale laïque des temps modernes », Le Mon (...)

16Suivant un rituel bien ancré dans les sociétés contemporaines, la prise de conscience de la disparition d’un modèle supposé parfait conduisit à organiser une commémoration. À l’approche du centenaire des lois Ferry, le président de la République, Valéry Giscard d’Estaing invita son ministre de l’Éducation nationale, Christian Beullac, à rendre un hommage au fondateur de l’école de la République. Dans la lettre de mission qu’il lui envoya, en octobre 1980, Valéry Giscard d’Estaing entendait manifestement se défendre des accusations maintes fois formulées contre lui de vouloir, par idéologie libérale, établir concurrence et sélection au sein du système éducatif et ainsi de détruire l’école de Jules Ferry6. Le Président se situait dans la continuité de Jules Ferry, dont l’œuvre avait été « poursuivie, développée et approfondie par ses successeurs ». C’est pourquoi il donnait pour loi fondamentale, la première et la principale à ses yeux, celle du 16 juin 1881, qui établissait la gratuité totale de l’enseignement primaire. Ce choix est bien à mettre en regard des principes giscardiens : les deux autres termes de la trilogie dite ferryste, l’obligation et la laïcité, n’étaient guère en conformité avec le libéralisme. Le président, candidat au renouvellement de son mandat, affirmait également vouloir rendre un hommage aux enseignantes et aux enseignants, qui œuvraient pour « favoriser l’égalité des chances entre tous les jeunes Français » et participaient non seulement à la diffusion du savoir mais également à l’apprentissage de la tolérance et de la fraternité, conditions de l’unité de la nation. La démarche fut condamnée immédiatement par le Comité d’Action laïque et le SNI PEGC, qui dénoncèrent la récupération usurpée de Jules Ferry par un pouvoir qui avait favorisé l’enseignement privé7. Jules Ferry revenait donc comme référence pédagogique, invoqué par la Droite libérale. Le passé était un horizon indépassable à réhabiliter. Mais la Gauche, loin de disputer cet héritage symbolique, sembla l’abandonner.

  • 8 Jules Ferry n’est pas cité dans ses discours officiels. La recherche a été menée sur l’édition en (...)

17La victoire de François Mitterrand ajourna le projet giscardien. Le nouveau Président honora d’autres hommes8. Pour l’équipe qui accédait au pouvoir, la IIIe République ne constituait pas une référence obligée. Certes les militants attendaient des mesures fortes dans l’enseignement, mais le programme de constitution d’un unique système étatique pouvait difficilement passer pour l’accomplissement d’un projet ferryste.

  • 9 Jules Ferry, fondateur de la République, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences S (...)

18Le temps semblait venu pour les historiens de penser l’action de Jules Ferry. En janvier 1982 se tint à Paris, à l’initiative de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, un colloque destiné à évaluer l’œuvre de Jules Ferry, qui était soutenu aussi bien par le ministre de l’Éducation nationale, Alain Savary, que par celui de l’Industrie et de la Recherche, Jean-Pierre Chevènement. Le « fondateur de la République » y était l’objet d’une appréciation globalement positive. Mais son image avait bien vieilli. François Furet le constatait dans la préface des Actes du colloque : les lois scolaires faisaient partie du mobilier national et les écoles trop grandes des villages témoignaient par leur abandon même du triomphe de l’instruction pour tous, qui avait accéléré le mouvement d’exode rural9. La démarche n’était donc pas passéiste, tout au plus nostalgique. Il s’agissait de mieux connaître et comprendre un passé révolu. Il était temps de passer du mythe à l’histoire.

  • 10 A. Prost, « Quand l’école de Jules Ferry est-elle morte ? », Revue d’Histoire de l’éducation, INRP (...)

19La même démarche inspira l’interrogation de l’historien et conseiller de plusieurs ministres de l’Éducation nationale Antoine Prost, formulée dans un article au titre significatif : « Quand l’école de Jules Ferry est-elle morte10 ? » Après deux décennies de réformes pédagogiques, le modèle pédagogique de l’école de la IIIe République avait bel et bien disparu. La disparition des « deux écoles », celles du peuple et celle de la bourgeoisie, la suppression de la non-mixité, la stricte séparation des classes d’âge, l’assouplissement des méthodes d’enseignement avaient progressivement bouleversé une organisation pluri décennale qui constituait un tout cohérent et difficilement amendable. Antoine Prost prenait acte de la mort du modèle ferryste et invitait à aller de l’avant en dépassant la nostalgie pour un modèle dépassé. L’instituteur du lendemain ne serait plus un père, à la fois autoritaire et débonnaire, investi affectivement dans sa tâche ; il serait soit un professionnel, maîtrisant parfaitement la technicité de son métier tant du point de vue des contenus que des méthodes d’enseignement, soit un animateur, chargé de guider dans des activités variées les élèves, dont on attendrait qu’ils fassent preuve d’initiative. Par contrecoup, la disparition de l’image de Jules Ferry, qui était en quelque sorte le père de ces instituteurs-pères, prend tout son sens. En démystifiant Jules Ferry, Antoine Prost invitait les pédagogues à ne pas tenter de restaurer un modèle définitivement révolu.

  • 11 J. deRomilly, L’Enseignement en détresse, Julliard, 1984. M.-T. Maschino, Vos enfants ne m’intéres (...)

20Le retour de Jules Ferry ne consista pas seulement en une conquête par la droite de l’héritage républicain. La crise scolaire qui marqua les années 1980 brouilla la fonction de cette référence. Le combat pour ou contre un grand service public laïque et unifié occulta quelque peu un débat sur les méthodes d’enseignement dont les enjeux étaient sans doute plus importants. Un vaste mouvement dénonça les expériences pédagogiques mises en œuvre après 1968. Les enfants étaient sacrifiés par des idéologues, l’école était en plein délire. Il convenait de revenir aux méthodes traditionnelles, seules capables d’assurer la transmission des connaissance11.

21La ligne de clivage entre partisans de l’innovation et défenseurs des systèmes éprouvés ne recoupait pas celle qui séparait habituellement la Droite de la Gauche. La gauche jacobine partageait cette vision nostalgique du système ferryste. Après la « tourmente qui emporta Savary », le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Jean-Pierre Chevènement, entreprit de reconstruire le système pédagogique selon des principes dits républicains.

  • 12 C. Nicolet, L’Idée républicaine en France. Essai d’histoire critique, 1789-1924, Paris, Gallimard, (...)
  • 13 C. Nicolet, « Peut-on, doit-on enseigner la république », dans Actualité de l’École républicaine, (...)

22Il s’agissait manifestement de retourner à un âge d’or. La République se devait de retrouver sa vocation enseignante. Elle devait transmettre des savoirs, enseigner par priorité les fondamentaux, la lecture, l’écriture et le calcul, réhabiliter l’effort et le travail, favoriser l’élitisme républicain. On redécouvrit également la fonction civique que Jules Ferry avait assignée à l’école. Pour lutter contre les nouveaux barbares, contre les « sauvageons », on réintroduisit l’éducation civique. Ce n’était plus contre le cléricalisme qu’il fallait lutter, mais contre les ferments de dissolution du corps social introduits à la fois par le consumérisme et l’hédonisme des Trente Glorieuses puis par le chômage qui s’était développé dans les banlieues et le lot de misères qu’il avait emmené avec lui. L’Éducation nationale devait recréer le lien social en retrouvant sa fonction éducatrice. Le ministre confia à un historien de l’Antiquité, Claude Nicolet, qui venait de publier un ouvrage sur les fondements intellectuels de la République12, une mission sur la réintroduction de l’éducation civique à l’école et au collège13.

  • 14 www.mdc-France.org (24/03/03). Site inactif depuis la transformation du MDC en Pôle républicain mai (...)
  • 15 M. Agulhon, Les métamorphoses de Marianne, op. cit., p. 233.

23Notons toutefois que le ministre ne citait pas nommément Jules Ferry. Une recherche opérée en 2003 sur le site Internet du Mouvement des Citoyens à propos de l’occurrence de la référence à Jules Ferry n’a pas été fructueuse, en dépit de la place importante accordée aux questions de l’enseignement14. De même, la figure de Jules Ferry ne se trouvait pas sur la fameuse carte de vœux républicains pour 2000 réalisée pour Jean-Pierre Chevènement par Guy Peellaert15. Il préférait évoquer les figures moins conventionnelles de Gambetta et Clemenceau. Il est vrai que sa République était le régime qui combattait les bien-pensants. La gauche de la Gauche n’oubliait pas que le bourgeois Jules Ferry avait été l’un des ennemis de l’Extrême Gauche.

24Le passé idéalisé fut ainsi érigé en avenir souhaitable. Après l’apparent échec des utopies pédagogiques, incapables d’imaginer et de proposer un avenir meilleur, les politiques se tournaient vers le passé. L’horizon d’attente n’était plus devant, il était derrière. La certitude que le progrès se construisait par un effet cumulatif, de génération en génération, disparaissait. Le présent était moins bon que le passé, et le futur risquait d’être pire encore si l’on ne restait pas fidèle à l’exemple tiré du passé. L’avenir s’était refermé. L’école n’était plus porteuse de l’avenir de l’humanité. Jules Ferry revenait sous la forme d’un mythe nouveau, exclusivement pédagogique, incarnant le refus de l’esprit de 1968. Cette mobilisation de Jules Ferry comme garant d’une pédagogie efficace et élitiste ne fut pas sans produire quelques grincements de dents. C’est pourquoi sans doute se produisit dès lors une sorte de combat pour la mémoire.

Disputes d’héritiers autour d’un cadavre

25Ce retour du modèle pédagogique parfait en vigueur dans les écoles de la IIIe République provoqua quelques polémiques. Plusieurs tendances s’entredéchirèrent autour de la dépouille de l’école ferryste. Chacun, en fait, n’invoquait ce modèle que dans un seul objectif : démontrer que le système qu’il préconisait était le seul fidèle à un héritage reçu du passé.

  • 16 C. Nicolet, Histoire, Nation, République, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 96 et 107.
  • 17 C. Nicolet, « La formation civique dans les armées, rapport au ministre, 1989 », in Histoire, Nati (...)
  • 18 C. Nicolet, « République et religions : préserver la pensée critique », Panoramiques, 2, 1991, in (...)

26La gauche jacobine entendait défendre le système tel qu’il avait été réformé par Jean-Pierre Chevènement. Seul à ses yeux le modèle républicain, unique et laïque, convenait à faire le ciment d’une Nation tellement portée à se diviser. Claude Nicolet continua le combat commencé aux côtés de Jean-Pierre Chevènement. Il multiplia articles et rapports, dont les principaux furent rassemblés en un volume16. En 1988, lorsque Jean-Pierre Chevènement revint au gouvernement, cette fois comme ministre de la Défense nationale, il fut chargé d’une mission semblable dans son esprit à celle de 1984 : établir un bilan du rôle et de l’état de la formation civique dans les armées. Ainsi était affirmé de nouveau un souci identique : l’État devait être éducateur17. À la différence de Jean-Pierre Chevènement, Claude Nicolet n’hésitait pas à invoquer les mânes de Jules Ferry18.

27La gauche libérale refusait de se laisser enfermer dans ce modèle pédagogique qu’elle jugeait quelque peu passéiste et trop autoritaire. Ne renonçant pas à moderniser les structures de l’éducation nationale, elle entreprit derechef une nouvelle opération de démystification. Il s’agissait en fait de briser un tabou, fortement ancré dans les esprits de ses militants, afin de pouvoir emporter l’adhésion sur un projet alternatif.

  • 19 Ph. Nemo, Pourquoi ont-ils tué Jules Ferry ? La dérive de l’école sous la Ve République, Grasset, (...)

28Plusieurs écrits eurent pour objet d’examiner la nature exacte du modèle scolaire bâti par la IIIe République. Ils revendiquaient fièrement, dans les intitulés mêmes, la mise à mort du système ferryste19.

  • 20 La thèse d’État de Christian Nique fut soutenue à Strasbourg en 1987. Elle inspira un livre publié (...)

29Dès 1987, Christian Nique apporta sa pierre à l’entreprise. Ancien professeur, inspecteur d’académie et adjoint du directeur général au ministère de l’Éducation nationale, il était conseiller à la présidence de la République. La France était alors touchée par le vaste mouvement de libéralisme qui se répandait dans l’ensemble du monde occidental et qui conduisait certains à contester le rôle de l’État en matière d’éducation. Christian Nique publia en 1990 un livre qui reprenait l’essentiel du propos de sa thèse20. L’auteur s’interrogeait non sur la fin mais sur la naissance de l’école d’État. Il montrait que l’érection de l’école publique primaire en service public avait été le fait non du républicain Jules Ferry, selon la vulgate la plus commune, mais du libéral Guizot. Il suggérait que les principes mêmes de la monarchie de Juillet – articulation entre pouvoir central et pouvoirs locaux, liberté d’enseignement, service public, stabilité sociale – pouvaient inspirer les contemporains pour réformer le système en introduisant plus de souplesse dans son fonctionnement.

  • 21 Ch. Nique et C. Lelièvre, op. cit..

30Peu de temps après, Christian Nique publia avec Claude Lelièvre un ouvrage au titre éloquent : La République n’éduquera plus. La fin du mythe Ferry21. Il s’agissait en fait d’un livre-programme. Les auteurs démontaient pièce par pièce toutes les fausses idées sur l’école de Jules Ferry. Ils niaient que Jules Ferry eût été un véritable héritier de Condorcet et des Lumières. En fait, son seul souci avait été de dispenser une éducation au service de l’État-Nation, qui avait été inégalitaire et déconnectée des besoins du monde du travail. Ils terminaient par une profession de foi sur ce que devait être l’école du XXIe siècle. La confrontation entre le passé et le présent les confortait dans la certitude que l’école n’était plus et ne pouvait plus être conçue sur ce modèle centralisé. Les temps avaient changé, il fallait construire sur des bases différentes. Il n’était plus possible de s’appuyer sur le mythe Ferry pour penser l’école et ses missions.

31Philippe Nemo allait plus loin dans le processus de désacralisation. Pour lui, l’Éducation nationale comme structure énorme et centralisée était en fait un produit pensé et voulu par les communistes, réalisé à la Libération et poussé jusqu’à son point extrême par les gaullistes. Il dénonçait l’impossibilité de réformer la structure soviétiforme de l’Éducation nationale. À ses yeux, en préconisant une école unique, confiée à des pédagogues plutôt qu’à des professeurs, les syndicats reniaient de fait le modèle Ferry.

  • 22 Ph. Nemo, op. cit., p. 25.

32L’auteur préconisait de revenir à Jules Ferry, le vrai, héritier des Lumières, respectueux des libertés. Il fallait absolument transformer les structures afin de « sauver l’esprit de l’école de Jules Ferry »22. Afin de permettre à l’école de relever les défis du temps présent.

33Dans ces deux exemples, la démarche était identique. Les auteurs continuaient de rejeter le mythe Ferry, auquel ils préféraient un système plus libéral, plus adapté au temps présent. Mais ils cherchaient également dans le passé les sources de leur inspiration. Un passé plus lointain. Guizot ou Condorcet étaient préférés à Jules Ferry. Un autre mythe était substitué au précédent.

  • 23 C. Allègre, « Enseignants, je suis des vôtres ! », Le Monde, 15 décembre 1998.

34Les deux ministres successifs de Lionel Jospin s’inspirèrent de ces analyses. Ils rendaient hommage au modèle ferryste tout en appelant à le dépasser. Claude Allègre réaffirmait qu’établir l’égalité devant l’acquisition des savoirs avait été l’un des objectifs des républicains, de Condorcet à Jules Ferry23. C’est pourquoi il dénonçait la bureaucratisation extrême du mode de gestion du service public d’éducation et appelait à retrouver les principes de Jules Ferry : « Déconcentrer c’est mettre la décision plus proche des gens, c’est revenir à l’esprit de Jules Ferry qui refusa le concours national d’instituteurs et créa une école normale par département faisant pénétrer l’école au cœur de la France profonde ».

  • 24 Intervention du ministre au colloque sur l’École du XXIe siècle à la Cité des sciences et de l’Ind (...)

35Claude Allègre portait toutefois un regard quelque peu différent sur le système établi par Jules Ferry. En effet, défendant l’idée de la complexification du monde, il appelait non pas à restaurer intégralement une organisation ancienne, mais à savoir adapter l’éducation afin de pouvoir assurer les missions qui relevaient du service public républicain. Dans son intervention au colloque sur l’École du XXIe siècle, il appela à donner toute leur place aux apprentissages fondamentaux – lire écrire, compter, connaître l’histoire et la géographie, s’ouvrir à l’expérimentation scientifique –, puis ajouta immédiatement que l’école devait donner une nouvelle place aux activités artistiques, aux sports, aux nouvelles technologies, à l’expérimentation scientifique. Il ne reniait pas l’apprentissage de la morale civique, vecteur d’intégration. Il appelait à travailler avec des partenaires extérieurs, à faire évoluer l’organisation de la journée et la fonction de l’enseignant, qui devait être à la fois « soliste et chef d’orchestre ». Ce discours-programme voulait concilier les principes anciens et les impératifs nouveaux. Il reconnaissait dans les enseignants du primaire les héritiers des hussards noirs de la République. Mais le ministre eut beau affirmer une ambition républicaine et invoquer son prédécesseur, l’on sait qu’il eut par ailleurs d’autres formules plus provocantes qui dressèrent contre lui la majorité de la corporation enseignante24.

  • 25 Citons en exemples ses interventions sur le développement de l’internat public, 19 décembre 2000 ((...)

36Son successeur eut plus de bonheur dans la gestion des relations avec les enseignants, même si Jack Lang fit le même usage de la référence à Jules Ferry25.

37Que d’ambiguïtés sont manifestes dans la référence à l’école de Jules Ferry ! Les uns pensent l’avoir sauvée et veulent la sauvegarder à tout prix. Les autres estiment qu’elle a été trahie et qu’il faut la rétablir. D’autres enfin développent la thèse opposée et veulent l’abandonner pour instaurer de nouveau dans le système éducatif l’esprit libéral des Lumières.

38Tous reconstruisent le passé selon leurs besoins. Ils l’invoquent comme modèle ou comme contre-modèle pour le présent et pour l’avenir. Ils voient le passé (et le présent) comme la confrontation de deux systèmes exclusifs : d’un côté, une organisation centralisée, autoritaire, méritocratique et de l’autre une structure plus souple et libérale, fondée sur un principe d’autonomie et de partenariat.

39Mais la plupart ont abandonné la vieille utopie selon laquelle la société pourrait être transformée par l’école. La fonction de l’enseignement est de préparer les jeunes à s’insérer dans la société, à y trouver un emploi. Ils doivent en apprendre les règles, le savoir-vivre ensemble. L’optimisme laïque du progrès disparaît ainsi. Jules Ferry est invoqué pour sa dimension symbolique mais sa force mobilisatrice n’a plus l’ampleur passée.

Épilogue-conclusion : la « patrimonialisation » de Jules Ferry

  • 26 C. Nicolet, « Pour une instruction et une éducation civiques républicaines », rapport au ministre (...)

40L’extrême fin du XXe siècle vit le personnel politique oublier ces débats d’intellectuels entre les formes souhaitées, libéralisme ou centralisme, et se raccrocher à ce qui existait pour tenter de colmater la « fracture sociale ». Le climat de violence qui se développait non seulement dans les quartiers difficiles mais jusque dans les écoles, collèges et lycées qui y étaient implantés était le signe de l’incapacité du système scolaire à intégrer les jeunes de la seconde génération immigrée. Nul ne contestait plus que l’école républicaine avait eu la capacité de créer une culture nationale. La même mission lui était désormais de nouveau assignée. Les savoirs à enseigner seraient en priorité les connaissances fondamentales, sur lesquelles il fallait se concentrer en priorité pour combattre ce fléau découvert par l’opinion publique, l’illettrisme. Par ailleurs, le consensus se fit pour maintenir l’éducation civique et même l’étendre au lycée. La décision fut prise en 1995. François Fillon, ministre de l’Enseignement et de la Recherche du cabinet Juppé, confia à Claude Nicolet une nouvelle mission sur les modalités d’enseignement civique dans l’enseignement supérieur26.

  • 27 « Jules Ferry, reviens ! », Nouvel Observateur, semaine du 10 novembre 1999, supp. 1827.

41L’ombre tutélaire de Jules Ferry planait au-dessus tous les débats qui concernaient l’éducation : la gratuité de l’accès à Internet comme condition de la démocratisation de l’accès à l’information27, la « sanctuarisation » des établissements scolaires, le foulard islamique.

  • 28 http://www.education.gouv.fr/histoire/visite/rochechouart/ferry.htm.

42Par l’effet d’une singulière amnésie et d’une nouvelle mystification, Jules Ferry fut de nouveau érigé en forme mythique nationale. Son étude est introduite dans les programmes. Dans le cycle des apprentissages fondamentaux de l’école primaire, il est introduit lors de l’étude de la société au XIXe siècle. Le programme d’Éducation civique de la classe de sixième demande quant à lui de faire étudier la lettre de Jules Ferry aux instituteurs comme « document patrimonial ». Le bureau de Jules Ferry, reconstitué dans l’Hôtel de Rochechouart, est érigé en lieu de mémoire : « C’est ici qu’est née l’école laïque, gratuite et obligatoire28», précisent les notices officielles.

43Pour les politiques, la référence au passé a une fonction précise. Dans les débats relatifs à l’enseignement, l’invocation de Jules Ferry revient à donner un nom symbolique à un modèle d’organisation administrative et pédagogique, qu’il soit rejeté ou refusé. Chacun construit le passé selon ses besoins, les valeurs qu’il promeut, les réformes qu’il souhaite. La vigueur du débat sur l’enseignement explique sans doute que l’on put tout écrire et son contraire sur l’école ferryste.

44Le mythe construit à partir de l’histoire rassure et protège. Il renforce cohérence morale et cohésion culturelle. En énonçant une vérité intemporelle, il dissipe la crainte du futur. Les aléas subis en trois décennies par le mythe Ferry révèlent l’ambiguïté de l’usage du passé. Le présent se réduit à réguler et gérer en fidélité à un modèle intemporel. Jules Ferry n’est plus qu’un portrait suspendu à la galerie des ancêtres, que l’on se contente de saluer avec dévotion.

Notes

1 A. Rambaud, Jules Ferry, Paris, Plon-Nourrit, 1903.

2 L’enquête menée par Jacques Ozouf auprès d’instituteurs de la Belle Époque constitue un indice incontestable de ce point de vue. J. Ozouf, Nous, les maîtres d’école, Julliard, 1967.

3 Anonyme, L’école de Jules Ferry est morte, Paris, François Maspéro, collection Poche rouge, 1974.

4 M. Ozouf, L’Église, l’École et la République, Paris, Armand Colin, collection Kiosque, 1963. J. et M. Ozouf, « Le patriotisme français dans les manuels scolaires », 1964 ; P. Nora, « Lavisse instituteur national », Revue historique, juillet 1962.

5 F. Furet et J. Ozouf, Lire et Écrire, L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, Éditions de Minuit, 1977, 2 volumes.

6 Lettre de M. Valéry Giscard d’Estaing à M. Christian Beullac, ministre de l’Éducation pour l’organisation de la commémoration en 1981 du centième anniversaire des lois scolaires de Jules Ferry, Paris, le 16 octobre 1980. Ce texte est disponible en intégralité sur le site de La Documentation française : www.discours.publics.documentation.francaise (24/03/03). Voir également l’interview de M. Christian Beullac à France-Inter, le 6 février 1981 et l’allocution qu’il prononça à l’occasion de l’installation du comité du centenaire des lois scolaires.

7 G. Georges (secrétaire général du SNI PEGC), « Pour une morale laïque des temps modernes », Le Monde, 31 janvier 1981.

8 Jules Ferry n’est pas cité dans ses discours officiels. La recherche a été menée sur l’édition en ligne des discours réalisée par l’Institut François Mitterrand (www.discours-mitterrand.org). Il ne semble pas non plus que Jules Ferry ait figuré au nombre des panthéonisables de 1989.

9 Jules Ferry, fondateur de la République, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1985, p. 7.

10 A. Prost, « Quand l’école de Jules Ferry est-elle morte ? », Revue d’Histoire de l’éducation, INRP, n° 14, avril 1982, p. 25-40.

11 J. deRomilly, L’Enseignement en détresse, Julliard, 1984. M.-T. Maschino, Vos enfants ne m’intéressent plus, Hachette, 1983. M. Jumilhac, Le Massacre des innocents, Plon, 1984. J. Capelovici, En plein délire scolaire, Carrère, 1984.

12 C. Nicolet, L’Idée républicaine en France. Essai d’histoire critique, 1789-1924, Paris, Gallimard, 1982.

13 C. Nicolet, « Peut-on, doit-on enseigner la république », dans Actualité de l’École républicaine, CRDP, Caen, 1998.

14 www.mdc-France.org (24/03/03). Site inactif depuis la transformation du MDC en Pôle républicain mais toujours consultable en ligne.

15 M. Agulhon, Les métamorphoses de Marianne, op. cit., p. 233.

16 C. Nicolet, Histoire, Nation, République, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 96 et 107.

17 C. Nicolet, « La formation civique dans les armées, rapport au ministre, 1989 », in Histoire, Nation, République, op. cit., 2000, p. 173 à 199.

18 C. Nicolet, « République et religions : préserver la pensée critique », Panoramiques, 2, 1991, in Histoire, Nation, République, op. cit., 2000, p. 249.

19 Ph. Nemo, Pourquoi ont-ils tué Jules Ferry ? La dérive de l’école sous la Ve République, Grasset, 1991. Ch. Nique et C. Lelièvre, La République n’éduquera plus. La fin du mythe Ferry, Plon, 1993.

20 La thèse d’État de Christian Nique fut soutenue à Strasbourg en 1987. Elle inspira un livre publié peu après : Comment l’École devint une affaire d’État, Paris, Nathan, 1990.

21 Ch. Nique et C. Lelièvre, op. cit..

22 Ph. Nemo, op. cit., p. 25.

23 C. Allègre, « Enseignants, je suis des vôtres ! », Le Monde, 15 décembre 1998.

24 Intervention du ministre au colloque sur l’École du XXIe siècle à la Cité des sciences et de l’Industrie, 23 janvier 1999. Ce discours est accessible sur le site du ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de l’Industrie : www.education.gouv.fr/ministre/actualité/col230199.htm (24/03/03).

25 Citons en exemples ses interventions sur le développement de l’internat public, 19 décembre 2000 (www.education.gouv.fr discours/2000/internjl.htm) et sa conférence de presse pour une politique des arts et de la culture à l’École (www.eduction.gouv.fr/ram/educd/brochure/actions/2000/art). Le site du Ministère a été consulté le 24/03/03. Voir aussi J. Lang, Une école élitaire pour tous, Paris, Gallimard, 2003.

26 C. Nicolet, « Pour une instruction et une éducation civiques républicaines », rapport au ministre de la Recherche, 1998, in Histoire, Nation, République, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 207 à 222.

27 « Jules Ferry, reviens ! », Nouvel Observateur, semaine du 10 novembre 1999, supp. 1827.

28 http://www.education.gouv.fr/histoire/visite/rochechouart/ferry.htm.

Auteur

IUFM de Poitiers / Centre d’histoire de Sciences Po

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540