Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du passé

 | 
Claire Andrieu
, 
Marie-Claire Lavabre
, 
Danielle Tartakowsky

Le pouvoir central

Usages politiques de la figure du Juste : entre mémoire historique et mémoires individuelles

Sarah Gensburger

Texte intégral

1Le 19 août 1953, au sein de la « Loi sur la commémoration des Martyrs et des Héros – Yad Vashem », la Knesset instaurait un titre de « Juste parmi les Nations » pour rendre hommage à ceux « qui ont risqué leur vie pour venir en aide aux Juifs ». Cinquante ans plus tard, le Parlement français adoptait, à son tour, un texte instituant :

une journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France qui ont recueilli, protégé ou défendu, au péril de leur propre vie et sans aucune contrepartie, une ou plusieurs personnes menacées de génocide.

2La figure du Juste entrait définitivement dans les représentations mémorielles officielles de la République française.

  • 1 S. Gensburger, « Les figures du Juste et du Résistant et l’évolution de la mémoire historique fran (...)
  • 2 L’attribution du titre de « Juste parmi les Nations », au nom de l’État d’Israël, a été confiée en (...)
  • 3 T. Todorov, Les abus de la mémoire, Paris, Arléa, 1998, p. 29.

3Si cette officialisation législative1 donne l’image d’une mémoire historique linéaire et centralisée, « la mémoire des Justes » repose en même temps sur des mémoires portées par des acteurs multiples, d’un côté, sur des pratiques et des usages politiques du passé émanant d’associations et institutions françaises et étrangères2, de l’autre. Cette dualité pose donc directement la question de l’articulation entre l’expression mémorielle de la collectivité nationale et des formes particulières de rappel du passé. À l’image de Tzvetan Todorov qui refuse de se « contenter de geindre sur la disparition d’une tradition collective contraignante, qui se charge de sélectionner certains faits et d’en rejeter d’autres », pour se « résigner donc à l’infinie diversité des cas particuliers »3, doit-on opposer les deux aspects des usages politiques de la figure du Juste ? Ou la démocratisation de la société suppose-t-elle aussi l’expression du conflit de mémoires dans un espace public chargé d’une mise en récit collective des expériences et représentations ?

4L’étude des usages politiques de cette évocation du passé permet donc d’étudier empiriquement les processus de mobilisation publique de la mémoire par une grande variété d’acteurs allant de l’individuel à l’étatique comme du local au supranational. De même, elle fournit l’occasion de mettre en évidence les pratiques et représentations qui lui sont attachées. L’évocation de la figure du Juste par la mémoire officielle française de l’Occupation pose la question du changement de régime mémoriel depuis 1970. Consacrée par un vote de la représentation nationale, ne serait-elle pourtant qu’une manifestation de ce que Pierre Nora appelle « l’ère des commémorations » ? Ou peut-elle indiquer, au contraire, que le consensus des historiens sur le diagnostic de « fin des sociétés mémoires » doit être reconsidéré ?

Un usage linéaire du terme de Juste : vers une nouvelle figure de la mémoire nationale

Une succession de discours façonne une nouvelle figure historique

5Tout d’abord, l’apparition du terme de Juste au sein de la loi du 10 juillet 2000 apparaît comme l’aboutissement d’un processus. Ainsi, la figure du « Juste » fut mentionnée pour la première fois, par le Président de la République, dans son discours du 16 juillet 1995. Il y rendait déjà hommage à :

ces “Justes parmi les Nations” qui, au plus noir de la tourmente, en sauvant au péril de leur vie, comme l’a écrit Serge Klarsfeld, les trois-quarts de la communauté juive résidant en France, ont donné vie à ce qu’elle [la France] a de meilleur.

6Depuis, lorsqu’il est question de l’Occupation devant un auditoire symbolisant la communauté nationale rassemblée, la mention des Justes se répète de façon systématique. Ainsi, le 2 novembre 1997, lors de l’inauguration du Mémorial en hommage aux Justes, pour Jacques Chirac, la France était :

dans le cœur, aussi et surtout, de tous ces Français anonymes, ces Justes parmi les Nations qui, au plus noir de la tourmente, sauvèrent les trois quarts de la communauté juive résidant sur son sol.

7Un mois plus tard, le 5 décembre, dans son discours au Mémorial du martyr juif inconnu, le Président évoquait à nouveau ces « Justes, ces anonymes de toutes conditions… ». Deux semaines auparavant, répondant à une question sur le procès Papon, Lionel Jospin, Premier Ministre, quant à lui, avait déclaré à l’Assemblée Nationale :

  • 4 La même formule est reprise le 20 juillet 1997 dans le discours du Premier ministre au 55e anniver (...)

Les Français ont besoin de se rassembler. Ils ne se rassembleront pas au prix de l’oubli. Ils ne se rassembleront pas en tirant un signe égal entre les prudents et les justes, entre les collaborateurs et les résistants4.

  • 5 Cette métaphore est reprise dans les discours officiels mais aussi par leurs commentateurs.

8Cette brève mise en perspective de la loi du 10 juillet semble indiquer que celle-ci couronne un nouvel usage politique de la mémoire destiné à équilibrer, entre « Ombre et Lumière »5, la mémoire française de l’Occupation et à donner de nouveaux contours à la lecture dichotomique gaulliste traditionnelle du passé.

9Ainsi depuis le 16 juillet 2000, les discours officiels de la cérémonie du Vel’d’Hiv’ font une place notable à l’évocation des Justes. Lors du soixantième anniversaire de la rafle du Vél’d’Hiv, pour le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin :

Le gouvernement de Vichy n’était pas toute la France. […] Raconter l’histoire, c’est raconter les Justes, ces hommes et ces femmes anonymes, ces villages entiers qui ont caché des Juifs, qui se sont élevés publiquement, avec courage et efficacité, contre l’antisémitisme. Nous pensons à Mgr Saliège, au pasteur Boegner, à ces agents de l’État, à ces civils et à ces militaires, qui furent fidèles à leurs principes.

Un bricolage avec les figures historiques traditionnelles de la mémoire nationale

  • 6 Nous avons décrit ce processus en détail : art. cit, Revue française de science politique.
  • 7 Le terme est d’É. Conan, H. Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994, p. 454.

10L’apparition de la figure du Juste au niveau de l’État national propose donc un cadre d’interprétation renouvelé. Mais elle rattache ce nouveau temps de la mémoire aux représentations et figures traditionnelles de l’histoire nationale. Ainsi le 16 juillet 2002, pour Jean-Pierre Raffarin, « raconter l’histoire » c’était aussi raconter « l’abandon des élites et la collaboration, c’est raconter aussi le courage de tous ceux qui ont dit non : le Général de Gaulle, les Français Libres qui se battaient au même moment dans les sables de la Libye et les résistants de tous bords qui s’organisaient et s’armaient pour refuser l’inacceptable ». Selon le mécanisme de « bricolage » théorisé par Roger Bastide, la figure du Juste s’insère dans la mémoire historique française au côté de celle du Résistant6. Si elle porte une recomposition de la mémoire historique, l’évocation de la figure du Juste redonne donc, en même temps, un nouveau souffle à l’« acte fondateur »7 de la forme historique traditionnelle de la mémoire française.

Mémoire et communauté nationale

11Enfin, au travers de cette mémoire historique, l’unité autour de l’histoire nationale est affirmée. Ainsi la loi du 10 juillet 2000 a été adoptée à l’unanimité, tant à l’Assemblée Nationale qu’au Sénat. Des députés de toute orientation politique ont pris la parole pour affirmer que cette loi est placée sous le signe de l’unité nationale.

12À l’image des Résistants avant eux, les Justes sont constamment présentés comme traversant, et par là incarnant, la communauté nationale dans sa diversité. Dans l’ensemble des déclarations et textes officiels, ils sont toujours « ces hommes et ces femmes de toutes conditions, de toutes religions » ; ils sont « prêtres », « Mgr », « doyens de faculté », « policiers », « gendarmes », « agents de l’État », « civils » et « militaires » ou « anonymes »… Ainsi, lors de la première journée de commémoration telle qu’initiée par la loi, le représentant du gouvernement, Jean-Luc Mélanchon dressait un portrait englobant de la société française.

La mémoire des Justes témoigne qu’il en est d’autres, d’autres Français, de toute condition sociale, de toute religion, de toute conviction, individuellement ou par villages entiers, qui ont refusé au risque de leur vie.

  • 8 I. Gutman (dir.), Dictionnaire des Justes de France, Jérusalem-Yad Vashem/Paris-Fayard, 2003, 596  (...)

13Plus récemment, dans sa Préface du Dictionnaire des Justes de France8, le président de la République concluait par ces mots :

ses femmes et ces hommes de toutes conditions, de toutes religions, nous ne les oublierons jamais. Avec tous ceux qui ont répondu à l’appel du général de Gaulle, les Français libres, les résistants, ils sont l’honneur et la fierté de notre pays.

  • 9 Les lieux de mémoire, III, Paris, Gallimard, 1984-1986, p. 991.

14L’évocation nationale de la figure du Juste qui se veut une en son principe impose donc une mise en perspective des conclusions de Pierre Nora sur l’« effacement du cadre unitaire de l’État-nation » et la disparition du « système traditionnel qui en était l’expression symbolique et concentrée. Il n’y a plus de surmoi commun, le canon a disparu »9. Se pose alors la question de l’effectivité du canon mémoriel à nouveau proposé par la loi du 10 juillet 2000. Pour y répondre, il faut analyser les pratiques qui nourrissent les discours et textes officiels comme celles qui en découlent.

Une genèse complexe d’une loi faiblement porteuse de pratiques concrètes

L’application de la loi et de son esprit

15Dans cette perspective, nous avons effectué une recension systématique des actions de l’État au niveau local en application de la loi du 10 juillet. En effet, son article unique précise que « chaque année, à cette date, des cérémonies officielles sont organisées aux niveaux national et départemental ». Il est décrété qu’

  • 10 Décret n° 2002-994 du 11 juillet 2002 portant application de la loi n° 2000-644 du 10 juillet 2000

une cérémonie analogue [à celle se tenant à Paris] a lieu au chef-lieu de chaque département, à l’initiative du préfet ainsi que devant les stèles érigées pour pérenniser la mémoire de ces événements10.

16Une enquête auprès des préfectures conduit à des conclusions diverses. Tout d’abord, la majorité des préfectures considère que cette question ne relève pas de leurs compétences et renvoie sur les services départementaux de l’Office National des Anciens Combattants. Mais quel que soit l’interlocuteur, une relativement faible proportion des organigrammes et des discours font véritablement état de l’apparition de l’hommage aux Justes de France au sein de la journée de commémoration des persécutions qui, elle, existe depuis le décret du 3 février 1993. De plus, lorsque des actions sont entreprises, elles le sont souvent à partir de l’initiative d’associations et communautés juives locales. D’ailleurs, pour expliquer le peu de manifestations effectives concernant les Justes, les services préfectoraux mettent en avant la faiblesse de la communauté juive dans la région et/ou, sur cette question, l’absence de sollicitation de la part de celle-ci. Enfin, au jour d’aujourd’hui et concernant l’évocation des Justes, l’ONAC ne peut faire état d’aucun support pédagogique, ni d’aucune manifestation spécifique produit par ses services.

17De même, la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives n’a pris aucune initiative et n’a pas été sollicitée sur le thème des Justes. Les rapports 2001, 2002 et 2003 du Haut Conseil de la Mémoire combattante – dont la DMPA est censée mettre en œuvre les directives – ne fait d’ailleurs qu’une mention très succincte et factuelle de l’existence de cette journée. Plus largement il apparaît qu’aucune mesure d’accompagnement de la loi, dans des domaines potentiellement concernés – comme celui de la conception des programmes de l’Éducation nationale – n’a été prise. Ainsi l’étude de l’aval de la loi du 10 juillet met en évidence l’atomisation et surtout la faiblesse de l’ancrage concret de cette mémoire historique. L’image de canon mémoriel qu’elle donne à voir ne serait alors qu’un cadre vide.

Plusieurs versions successives d’une même loi

  • 11 Note n° 4790 du cabinet à M. Marcovitch, du 28 avril 1998.

18En amont, un travail de récolte de documents, d’observation participante, d’analyse des archives personnelles et des déclarations des députés qui ont conçu et défendu le texte montre que celui-ci est issu d’une négociation entre des lectures du passé partiellement incompatibles. Ainsi à l’origine, à l’automne 1997, Daniel Marcovitch avait l’intention de faire adopter un texte permettant l’attribution du titre de résistant, et des droits afférents, aux Justes et plus généralement aux « sauveurs » de Juifs. Mais ce projet initial fut abandonné suite, notamment, à un avis négatif du secrétariat d’État aux Anciens Combattants, arguant principalement de l’origine étrangère de la distinction et de l’impossibilité légale et politique d’étendre le titre de Résistant à celui de Juste notamment parce que ce dernier apparaîtrait comme « le sommet hiérarchique de l’héroïsme »11.

  • 12 Les auditions ont eu lieu le 17 février 2000.

19La proposition de loi n° 1727 du 22 juin 1999 proposa finalement la création d’un nouveau titre, de « Juste de France », honorant les sauveteurs de Juifs et de Tziganes. Mais celui-ci a, à son tour, été remodelé suite aux auditions des associations concernées. Les oppositions principales émanaient du CRIF et du Comité Français pour Yad Vashem12, ce dernier arguant qu’un tel titre créerait deux jurisprudences concurrentes. Mais dans le même temps, il affirmait clairement son soutien à la création d’un titre qu’il concevait en fonction de celui de… Résistant, intitulé « Héros de la Résistance civile ».

20Pris entre deux titres aux contours cristallisés, l’initiative n’a pu aboutir et le texte définitif a été remodelé pour n’être que constitué d’un article unique rebaptisant la journée commémorative du 16 juillet, sur lequel, certes, les protagonistes ont, unanimement, exprimé leur entière satisfaction. Ainsi si la loi du 10 juillet peut donner à voir une mémoire historique unifiée dans le cadre de la souveraineté nationale, elle résulte aussi d’un plus petit dénominateur commun entre des mémoires particulières et, en partie, divergentes.

De quelques associations

21Ce constat de fragmentation est confirmé quand, au-delà de l’interaction avec l’État, l’observateur s’intéresse aux éventuelles divergences entre les associations elles-mêmes. Ainsi, parmi les associations auditionnées le 17 février 2000, le Consistoire défendait, lui, le projet de création d’un titre de Juste français. Cette volonté de mémoire spécifique s’inscrivait dans la continuité de l’initiative prise trois ans auparavant quand le Consistoire avait créé une « association française des Justes parmi les Nations » pour les honorer mais surtout œuvrer pour que leur nombre s’accroisse. Le projet législatif initial trouvait sa place dans la suite de cette initiative associative. Suite à la restriction de la loi, le Consistoire a d’ailleurs initié un nouveau titre, celui de « gardien de la vie » aux critères moins stricts que ceux de Yad Vashem.

22Mais au-delà des associations auditionnées, d’autres ont un point de vue sur la question et expriment une mémoire particulière qui peut porter l’initiative étatique ou s’y opposer. L’Association des Justes de France pour Yad Vashem, qui regroupe 150 Justes ou/et leurs ayants droit, inscrit clairement son action dans les cadres de la mémoire des Anciens Combattants et de la Résistance. Elle a d’ailleurs entrepris, suite à la loi du 10 juillet, dont elle s’est réjouie, des démarches pour l’attribution de la légion d’honneur à certains de ses membres. Elle converge ainsi largement avec la volonté initiale des députés.

23À son tour, à l’époque de la discussion de la loi, l’association française des Enfants cachés a, à travers sa présidente, exprimé la complexité de son rapport au passé. D’un côté,

cela me fait penser aux Résistants. De Gaulle, après la guerre, toute la France était résistante. Ce qui se passe avec les Justes c’est un peu politiquement dans le même esprit. Parce qu’il faut concilier les Français qui ne sont peut-être pas encore tout à fait réconciliés. Mais le Juste est tout à fait en dehors de tout ça, complètement.

24Mais de l’autre,

  • 13 Sous-entendu « citoyens dont le sauvetage vaut d’être récompensé ». Entretien réalisé avec l’ancie (...)

parce que quand un Français ou n’importe qui sauve quelqu’un qui se noie, il reçoit une médaille, en France. Donc [tous ces projets] j’espère que ça donnera bien. Cela voudra dire, enfin, que nous, les enfants cachés, on est des citoyens à part entière13.

25Derrière l’apparence d’une mémoire historique officielle canonique, l’étude concrète des suites et de la genèse de la loi laisse donc apparaître des points de vue particuliers, en partie, divergents. Plus encore, lorsque accord il y a, celui-ci apparaît comme une mosaïque de points de vue, chacun y voyant ce qu’il pense y mettre. Ainsi ce constat semble confirmer les propos de Paul Ricœur, pour qui, suivant Pierre Nora, avant :

  • 14 P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000, 676 p.

le modèle méritait d’être appelé historique, parce que la compréhension de soi des Français s’identifiait à l’histoire de l’instauration de l’État-nation. S’y substituent des mémoires particulières, fragmentées, locales et culturelles14.

« Fin des sociétés-mémoires » ? Mutation du régime mémoriel et transformation du cadre d’analyse

26Dès lors, issue d’une négociation entre des mémoires discordantes, ce plus petit commun dénominateur mémoriel ne donne-t-il à voir qu’une apparence d’unité, loin du canon qui unissait jadis les membres de l’État-nation ? Ou, dans une société démocratique, la confrontation du particulier peut-elle aboutir à un cadre commun en son principe doté d’une signification transformée ? En d’autres termes, le cadre proposé par la première est-il un cadre vide ou, au contraire, trouve-t-il un écho réel auprès des mémoires portées par les individus ?

  • 15 Il organise aussi des manifestations locales. Par exemple, le 12 mai, le CRIF de l’Isère a remis l (...)

27Dans cette perspective, il convient de confronter les usages politiques de la figure du Juste avec son évocation par les mémoires vives des témoins, juifs sauvés, qui constituent le dossier de demande de médaille auprès de Yad Vashem. D’ailleurs, pour se faire démarche officielle, ces mémoires individuelles des témoins doivent déjà avoir renoué et convergé avec les mémoires des sauveteurs et de leur famille. D’emblée, les dossiers de Juste sont donc en eux-mêmes le résultat d’un espace mémoriel commun à un groupe d’individus juifs et non-juifs. Or, très exactement comme pour la mémoire historique, c’est en 1996 que l’effectif des nominations des Justes parmi les Nations a, en France, atteint son apogée. Alors qu’en 1970, seuls 50 Justes avaient été nommés, en 1980, ils n’étaient encore que 242. Depuis l’effectif de 805 Justes au 31 décembre 1990, leur effectif a plus que doublé au cours des années 90 pour atteindre le chiffre de 2005 au 31 décembre 2000 avec un pic de 194 nominations pour la seule année 1996. Sachant qu’il faut compter en moyenne un an entre le début de la procédure et son aboutissement, la mémoire vive s’est exprimée le plus intensément en exacte concomitance avec la mémoire historique. Cette simultanéité temporelle est au moins l’indice que si la loi de 2000 – aboutissement de l’évolution de la mémoire historique entamée en 1995 – est issue d’un arbitrage entre des mémoires associatives particulières, elle n’est pas sans rapport avec un mouvement interne aux mémoires vives. De plus, ce plus petit commun dénominateur prend également corps au travers de pratiques concrètes. Par exemple, le Comité français pour Yad Vashem coopère avec l’ONAC pour retrouver des Justes et leurs ayants droit afin d’alimenter les cérémonies tandis que le CRIF15 met actuellement en œuvre un projet visant à honorer les Justes dans l’ensemble des régions. Enfin, à côté et en dehors de l’initiative centralisée de l’État, de nombreuses initiatives locales émanant des Juifs, de non-Juifs, d’associations comme de municipalités se sont concrétisées depuis une dizaine d’années.

28Par ailleurs, il ressort que si l’initiative du 16 juillet 1995 et celle du 10 juillet 2000 semblent s’inscrire dans un processus de continuité, elles émanent pourtant d’individus et de partis différents. En effet, la genèse de la loi montre qu’elle est due à l’initiative d’un député du parti socialiste, Daniel Marcovitch, appuyé par Jean Le Garrec, à l’origine du décret de 1993. Non seulement le président de la République, pourtant acteur de la déclaration du 16 juillet, n’y joue aucun rôle, mais le parti socialiste et le gouvernement de Lionel Jospin apparaissent comme suivant une démarche venant de l’extérieur de l’agenda. Ainsi au sein même de l’usage politique, l’étude des acteurs indique que l’évocation mémorielle des Justes peut être partagée d’emblée par des acteurs distincts et séparés.

29Au sein des mémoires vives comme des cadres de pensée des acteurs politiques, l’étude de la mémoire des Justes montre qu’un espace commun de représentations en partie partagées peut accompagner la formation d’une mémoire historique dont la forme concrète est pourtant issue d’un arbitrage entre plusieurs mémoires particulières. Ainsi ce qui apparaît comme un plus petit commun dénominateur mémoriel n’est pas pour autant un cadre creux.

Un « horizon d’attente » renouvelé ?

30Cet espace commun semble se structurer autour de ce qu’on pourrait presque qualifier d’« horizon d’attente » d’un nouveau type susceptible de remplacer l’idée de progrès et de destin historico-national qui l’accompagnait. Le 16 juillet 1995, alors qu’il introduisait la figure du Juste dans la mémoire nationale, Jacques Chirac opérait également un glissement d’une « France-nation », marquée par le patriotisme, accusée de défaite devant l’ennemi, à une « France-patrie des Droits de l’homme », coupable de crime contre l’humanité. « La France, patrie des Lumières et des droits de l’homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable ». C’est cette « patrie des Lumières et des droits de l’homme » qui se retrouve depuis dans tous les discours et débats officiels concernant les Justes, ces derniers en devenant le symbole. Or, la « question des droits de l’homme » et le « devoir d’humanité » est lui aussi le point commun de toutes les définitions des Justes que donnent les individus, témoins dans des dossiers ou Justes eux-mêmes, lorsqu’un entretien sur leur histoire et son souvenir est réalisé. Qu’ils soutiennent ou qu’ils rejettent le projet de titre français, ils adhèrent tous à l’idée d’une mise en avant publique des « exemples » d’« humanité » et de « respect de la dignité » que furent les Justes. La lecture des articles de presse à l’occasion des cérémonies de remise de médaille donne à voir un champ lexical et des valeurs identiques. La référence aux Droits de l’Homme et au sentiment d’humanité traverse l’ensemble des usages de la figure du Juste. Là encore l’étude de l’articulation entre les différents niveaux d’évocation du passé laisse entrevoir une convergence, au moins partielle, qui n’est pas privée de contenu.

31Ainsi, si le sentiment d’appartenance à une nation-patrie historique n’est en effet plus le cadre collectif de référence, cela ne signifie pas pour autant que la référence au passé ne soit qu’atomisation. L’usage politique de la figure du Juste laisse entrevoir la possibilité d’un horizon d’attente renouvelé autour d’une référence civile aux droits de l’homme possiblement incarnée à travers des images et symboles nationaux. Dans sa stimulante réflexion « À propos de Peter Novick », Maurice Kriegel expliquait d’ailleurs comment la « mission » des droits de l’homme rassemblait la nation américaine et expliquait l’« américanisation de l’holocauste ». Il concluait que :

  • 16 Le Débat, nov-déc 2001, n° 117, p. 71.

à travers le rappel de ses errements passés, l’Amérique proclame sa volonté de se tenir à l’avenir à la hauteur des engagements qu’elle a contractés envers elle-même. La France a su pendant deux siècles fabriquer du national avec de l’universel. C’est aujourd’hui l’Amérique qui détient le secret de cette alchimie16.

32Précisément, l’étude de la figure du Juste souligne que la France peut connaître un processus proche du cas américain.

Changement de paradigme ou changement de réalité ?

33Certes, moins unilatérale, plus discutée et plus conflictuelle, la mémoire est devenue moins sacrée et « nationale » que sous la IIIe République. En un mot, la relation publique à la mémoire est devenue plus démocratique. Mais cette transformation conduit à une recomposition qui, sous d’autres traits, peut néanmoins continuer à porter l’être ensemble caractéristique de ce que l’on a appelé les « sociétés mémoires ». Ainsi de cette évolution on ne peut conclure que les effets de cette mémoire historique sur les représentations du passé, portées par les individus, soient moins intégrateurs. En effet, une approche de la mémoire en termes d’articulation entre ses différents niveaux et vecteurs permet de saisir la question des régimes mémoriels tels qu’ils se manifestent dans les pratiques et les représentations.

  • 17 Ce développement repose sur le dépouillement des archives de Yad Vashem. Il emprunte également aux (...)

34À ce stade, ces considérations appellent un retour sur le fonctionnement de la mémoire avant les années 1970. Dotés des concepts et paradigmes de recherche actuels, y retrouve-t-on cette articulation dynamique entre différents niveaux de mémoire ? Les usages politiques de la figure du Juste permettent de poser la question. En effet, si l’usage français date des années 1990, l’origine du titre vient, elle, des années 1950 et d’Israël, nation qui entretient, à l’image de la France, une relation originelle avec l’histoire. Comment, au cœur des années1950, le tout jeune État israélien a-t-il donné forme à cette nouvelle figure mémorielle officielle ? Nous l’avons vu, cette création a pris les traits de la loi de 1953. Pourtant cette initiative ne s’est faite effective qu’à travers et suite à la confrontation entre plusieurs lectures du passé. C’est seulement 10 ans après et dans le contexte du procès Eichmann, que l’usage public de la mémoire des Justes a pris corps. Il s’est constitué à partir du réveil de la mémoire portée par les survivants de la liste de Schindler17 et de sa confrontation avec des mémoires individuelles divergentes d’un côté, avec l’action de l’État, de l’autre.

  • 18 Haaretz, 2.5.1962.

35Ainsi en avril 1962, les survivants accueillaient chaleureusement Oskar Schindler en Israël. La presse en rendit compte, notamment en exprimant le points de vue de certains rescapés qui considéraient Schindler comme un ancien nazi. La controverse fut telle que le directeur de Yad Vashem dut se justifier18. Face à la polémique, il fut finalement conduit à créer une administration susceptible de donner un contour unifié à ces souvenirs de sauvetage qui pouvaient donner lieu à des mémoires particulières et conflictuelles. C’est ainsi que le 1er février 1963 se tint la première réunion de la commission des Justes de Yad Vashem présidé par Moshe Landau. Il revint au président du procès Eichmann d’arbitrer entre des mémoires divergentes pour donner corps à ce qui devint un usage politique national qui, au premier janvier 2003, avait honoré19706 personnes ressortissant de 41 pays. Permis par l’appropriation par l’État français du titre de Juste instauré 40 plus tôt par l’État d’Israël, l’éclairage comparatiste entre deux périodes censées être caractérisées par des régimes mémoriels spécifiques et distincts souligne la permanence de l’articulation entre les mémoires vives et les mémoires historiques.

  • 19 J.-F. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996, 426 p.

36L’étude des usages politiques de la figure du Juste conduit donc, en creux, à une réflexion au second degré sur le consensus actuel des chercheurs sur la « fin des sociétés-mémoires ». Les développements sur la mutation radicale du régime mémoriel depuis 1970 ne tiennent-ils pas en partie aux transformations non tant de l’objet étudié lui-même que du cadre d’analyse ? En effet, lorsque des travaux appliquent le paradigme contemporain de la négociation entre les particularismes pour examiner le fonctionnement de cet État-Nation sacralisé, les choses se complexifient. La confrontation de « petites patries »19, traditions et pratiques particulières apparaît alors comme une des composantes de cet État-nation pourtant unificateur en son principe. Dans ce renouveau de l’historiographie, l’analyse des pratiques et des représentations liées aux usages politiques de la mémoire des Justes souligne la nécessité d’une approche heuristique de la mémoire autour des phénomènes d’articulation de différents niveaux. Maurice Halbwachs indiquait déjà :

  • 20 M. Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 95.

que chaque mémoire individuelle est un point de vue sur la mémoire collective […] Il n’est donc pas étonnant que de l’instrument commun, tous ne tirent pas le même parti20.

Notes

1 S. Gensburger, « Les figures du Juste et du Résistant et l’évolution de la mémoire historique française de l’Occupation », Revue française de science politique, vol. 52, n° 2-3, avril-juin 2002, p. 291-322.

2 L’attribution du titre de « Juste parmi les Nations », au nom de l’État d’Israël, a été confiée en 1963 à un Département des Justes parmi les Nations, au sein des services de Yad Vashem. Ce titre honore une personne non-juive suite aux témoignages de deux personnes juives sauvées.

3 T. Todorov, Les abus de la mémoire, Paris, Arléa, 1998, p. 29.

4 La même formule est reprise le 20 juillet 1997 dans le discours du Premier ministre au 55e anniversaire de la rafle du Vel’d’Hiv’.

5 Cette métaphore est reprise dans les discours officiels mais aussi par leurs commentateurs.

6 Nous avons décrit ce processus en détail : art. cit, Revue française de science politique.

7 Le terme est d’É. Conan, H. Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994, p. 454.

8 I. Gutman (dir.), Dictionnaire des Justes de France, Jérusalem-Yad Vashem/Paris-Fayard, 2003, 596 p.

9 Les lieux de mémoire, III, Paris, Gallimard, 1984-1986, p. 991.

10 Décret n° 2002-994 du 11 juillet 2002 portant application de la loi n° 2000-644 du 10 juillet 2000.

11 Note n° 4790 du cabinet à M. Marcovitch, du 28 avril 1998.

12 Les auditions ont eu lieu le 17 février 2000.

13 Sous-entendu « citoyens dont le sauvetage vaut d’être récompensé ». Entretien réalisé avec l’ancienne présidente de l’association, en 1999.

14 P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000, 676 p.

15 Il organise aussi des manifestations locales. Par exemple, le 12 mai, le CRIF de l’Isère a remis le prix Léon Blum aux Justes de France.

16 Le Débat, nov-déc 2001, n° 117, p. 71.

17 Ce développement repose sur le dépouillement des archives de Yad Vashem. Il emprunte également aux travaux et conseils de Gabriele Nissim, Il Tribunale del Bene, Milano, La Sice/Mondadori, 2003, 336 p.

18 Haaretz, 2.5.1962.

19 J.-F. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996, 426 p.

20 M. Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 95.

Auteur

CEIFR, EHESS – Paris

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540