Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du passé

 | 
Claire Andrieu
, 
Marie-Claire Lavabre
, 
Danielle Tartakowsky

Le pouvoir central

La commémoration des dernières guerres françaises : l’élaboration de politiques symboliques, 1945-20031

Claire Andrieu

Texte intégral

  • 1 On trouvera une version détaillée de cette contribution sous le titre « Dealing with Postwar Cleav (...)

1L’élaboration d’une politique symbolique, quel que soit son objet, peut paraître constituer l’une des voies ordinaires dont l’État dispose pour assurer son autorité morale sur la Nation. Le message livré à cette occasion aune fonction cohésive et la transmission des symboles de l’État à la Nation s’opère d’autant plus aisément que le centralisme français est marqué. Pourtant, dans le cas de la commémoration des guerres menées par la France depuis 1939, c’est l’inverse que l’on constate. La demande sociale de commémoration précède l’offre d’État, et, dans le couple État-Nation, c’est presque toujours la Nation qui recherche l’État et lui impose une politique symbolique.

2Par contraste, l’État semble se tenir sur la réserve. Cela tient-il au fait que les trois dernières guerres – la Seconde Guerre mondiale, la guerre d’Indochine et celle d’Algérie – ont divisé la nation et comporté une part d’échec ? La défaite, la dissension ou la guerre civile ne sont pas simples à commémorer. Les défaites militaires de 1940 et de Dien Bien Phu, l’échec politique des guerres de décolonisation, la division de la nation entre les résistants et les collaborateurs, entre les communistes et les autres pendant la guerre d’Indochine, entre les partisans de l’Algérie française, les libéraux et les nationalistes pendant la guerre suivante, constituent autant d’obstacles à une commémoration consensuelle. Quant à célébrer ces événements, à les colorer de la touche de gloire qui flatte la fierté nationale et dissout les divisions dans la joie de la victoire, l’exercice en paraît ardu. C’est de commémoration qu’il faut parler, plutôt que de célébration.

3Si la voie n’est pas directe entre l’événement et sa commémoration, elle est donc particulièrement complexe dans le cas qui nous occupe. Des négociations s’avèrent nécessaires au sein de la société civile, et entre la société et l’État, afin d’arriver à un consensus. Encore n’est-il pas rare que l’accord se défasse et que la négociation reprenne. Car, au moins sur ce sujet et dans cette période, le consensus est une condition de la politique symbolique. Cette politique est nationale ou elle n’est pas. Même au Parlement, sur le lieu par excellence de la représentation des divisions politiques, elle se décide à l’unanimité.

4C’est peut-être parce que les dernières guerres françaises sont difficiles, voire impossibles à célébrer pour certaines d’entre elles, qu’elles n’occupent qu’une place seconde dans la hiérarchie des commémorations de guerre. Le répertoire des actes d’une politique symbolique n’est pas infini. Le modèle le plus élevé, l’archétype, est celui du 11-Novembre. Le jour de l’armistice de 1918 est un jour férié, fêté le jour même de l’anniversaire et non le dimanche suivant, et, depuis qu’il a été adopté, sa célébration n’a jamais été mise en cause. Il partage ce privilège avec le 14-Juillet et le 1er-Mai. La commémoration des dernières guerres françaises n’a pas atteint ce statut.

  • 2 Décisions législatives et réglementaires relatives à la commémoration des dernières guerres frança (...)
  • 3 Décisions réglementaires relatives à la commémoration des dernières guerres françaises, 1945-2003, (...)

5Tout se passe comme si une prudence républicaine inspirait les gouvernements depuis plus d’un siècle. Ils paraissent avoir redouté de franchir la frontière entre l’éducation civique ou républicaine, et la propagande d’État. Déjà, l’adoption du 14-Juillet, en 1880, et celle du 11-Novembre, en 1922, avait été le résultat de la demande exprimée par le pouvoir législatif. À partir de 1945, cette répartition des rôles ne change pas. Sur les treize lois ou décrets que constitue le corpus des décisions adoptées, six sont le fruit de propositions de loi, d’initiative parlementaire, qui toutes réclament la création ou l’amplification de la célébration2. Alors que quatre autres décisions, dues au seul gouvernement, ont un effet inverse et réduisent l’importance de la commémoration3.

1939-1945

6La loi qui fit du 8 mai une célébration nationale date de 1946. Le texte faisait de cet anniversaire une fête mobile, célébrée le dimanche suivant. Les parlementaires communistes ont aussitôt demandé la promotion du 8 mai en jour férié. La proposition rencontra en 1951 l’appui du RPF, nouvellement représenté à l’Assemblée. En 1953, la loi fut votée à l’unanimité. Le gouvernement n’était pas intervenu dans le processus. En 1954, il bloqua même une proposition de loi adoptée par le Parlement, qui faisait du 8-Mai une journée non seulement fériée mais chômée, c’est-à-dire entraînant un doublement de salaire en cas de travail effectué le jour dit. À partir de 1959, l’exécutif tendit à réduire la place de la commémoration. Le 8-Mai retourna à son statut originel de fête mobile. Il peut paraître paradoxal que la décision ait été prise sous la présidence du général de Gaulle. Mais pour l’ancien chef de la France libre, la victoire de 1945 était une date interalliée plutôt que purement française. En ce qui concerne l’histoire gaullienne de la Seconde Guerre mondiale, la date fondatrice était le 18 juin, mais de Gaulle n’a pas tenté d’en faire une commémoration nationale.

7Le 8-Mai reçut un dernier coup en 1975, lorsque le président Valéry Giscard d’Estaing annonça sa suppression. La décision suscita un tollé général de la part des associations d’anciens combattants. Parmi les partis politiques, le Parti communiste seul protesta en corps. Dans les autres partis, diverses personnalités exprimèrent leur opposition. Au Parlement, cependant, tous les groupes politiques produisirent des propositions de rétablissement de la fête de la victoire. En 1979, le Sénat vota la proposition à l’unanimité, mais le gouvernement fit obstruction en usant des ressorts de la Constitution. Finalement, le rétablissement fut voté à l’Assemblée après que la majorité présidentielle a changé, en 1981. Depuis, le 8-Mai n’a cessé d’être un jour férié, et la question n’a plus été soulevée.

8Dans le cas de la commémoration de la Seconde Guerre mondiale, le Parlement a joué le rôle principal. Les groupes parlementaires ont agi d’eux-mêmes, sans que des groupes de pression aient eu besoin de les stimuler, et cela pour deux raisons. D’abord parce qu’à la suite d’une épuration drastique, les parlementaires d’après-guerre étaient sinon tous d’anciens résistants, du moins rarement d’anciens collaborateurs. Ensuite parce que le consensus national sur le sens de la victoire alliée – la restauration des libertés et de l’indépendance – ne faisait aucun doute dans l’opinion publique. 1945 était et demeure la date de la victoire du Bien sur le Mal. La tentative du président Giscard d’Estaing de remplacer ce symbole par un autre plus lointain et plus incertain, celui de la construction européenne en cours, n’a pas été acceptée.

9Le cas de la journée nationale en hommage aux victimes de la déportation est différent, mais il souligne également le non-engagement ou les hésitations du pouvoir exécutif. Quand cette journée fut adoptée pour la première fois en 1954, ce fut le résultat de l’action de députés MRP et RPF, eux-mêmes anciens déportés de la Résistance. La loi incluait dans la célébration tous les déportés, qu’ils aient été arrêtés comme résistants ou comme Juifs. Le texte fut adopté à l’unanimité. Mais depuis 1993, une autre journée commémore la persécution des Juifs de France. Comme le jour choisi est celui de l’anniversaire de la grande rafle du 16 juillet 1942, la commémoration inclut la déportation. Le texte de 1993 est un décret signé du président de la République François Mitterrand. La décision peut ainsi passer pour une initiative de l’exécutif. En fait, elle fut adoptée à la suite d’une série d’incidents et sous la pression des organisations juives qui demandaient que le chef de l’État reconnaissent la responsabilité de l’État français dans la déportation des Juifs. Le président Mitterrand s’est refusé, en tant que président de la République, à présenter des excuses pour un régime dictatorial antirépublicain. Il crut trouver un compromis en transformant en décret le texte d’une proposition de loi présentée en 1992 par un député socialiste. On voit que dans les deux cas, en 1954 comme en 1993, la société civile est à l’origine de la mise en place d’une politique publique. Sept ans plus tard, en 2000, le Parlement récupéra même le décret de 1993 en adoptant une proposition de loi socialiste, qui en modifiait certains aspects.

1954-1962

10Dans le cas de la guerre d’Algérie, on a un troisième type de configuration. Le gouvernement est resté prudent, voire réticent, laissant d’abord jouer les parlementaires et les groupes de pression. La demande de commémoration a atteint le Parlement dans les années 1990. En raison d’un phénomène de génération, une partie des parlementaires se trouvaient être d’anciens appelés de la guerre d’Algérie. En 1999, trois propositions de loi émanant de la gauche et de quelques députés de droite ont exprimé le souhait que le terme de « guerre d’Algérie » soit introduit dans les textes officiels. Jusque là, l’expression inscrite dans les lois et décrets ne désignait que des « opérations effectuées en Algérie ». Le terme de « guerre » était banni des écrits officiels. Il ne figurait même pas dans la loi de 1974 qui avait accordé aux appelés le plein statut d’anciens combattants. L’expression de « guerre d’Algérie » était cependant entrée dans le langage courant depuis 1956. Dans le débat parlementaire de 1999, qui conduisit à introduire la substitution de terme dans les textes, le gouvernement resta sur la réserve. Le secrétaire d’État aux Anciens Combattants, qui employait lui-même le mot « guerre » dans ses discours, intervint seulement pour s’interroger sur l’habilitation du Parlement à qualifier l’histoire. La loi fut néanmoins votée.

11Comme les « événements d’Algérie » étaient désormais promus au rang de « guerre », l’étape suivante dans l’instauration d’une politique symbolique consistait à instituer une journée anniversaire. L’initiative vint du Parlement, par la voix des groupes parlementaires de gauche qui proposèrent la date du19 mars, date du cessez-le-feu faisant suite aux Accords d’Évian. Depuis 1963, la commémoration de cette date était demandée par la FNACA, la principale fédération d’anciens combattants d’Algérie. L’anniversaire correspond à la libération des appelés et à la fin officielle de la guerre, mais il rappelle aussi l’exil forcé des « pieds-noirs » et le massacre des « harkis » par le pouvoir algérien. Dans ce contexte de conflit de mémoires, le gouvernement observa une attitude prudente. Il annonça qu’il serait opposé à la poursuite du processus législatif si la proposition de loi ne recevait pas au moins 70 % des voix à l’Assemblée. Le texte réunit 58 % des voix en janvier 2002, toutes celles de la gauche. Quoique de gauche lui-même, le gouvernement tint ses engagements et laissa la question en suspens.

12Mais la société civile ne désarma pas. La négociation s’établit cette fois directement entre les associations et le ministère des Anciens Combattants. En 2003, une commission constituée de représentants des anciens combattants des trois dernières guerres – qui comprenait également le président de l’Union nationale des anciens combattants français musulmans – se réunit au ministère sous la présidence d’un historien, Jean Favier. À l’unanimité des douze membres moins une voix et une absence, la commission choisit la date du 5 décembre comme date anniversaire. Cette date ne s’inscrit pas dans l’histoire, mais dans la mémoire de la guerre d’Algérie : il se trouve que le 5 décembre 2002, le président de la République Jacques Chirac a inauguré le Mémorial national de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie. Conformément à l’avis de la commission, le gouvernement prit un décret en septembre 2003, qui institua, le 5 décembre de chaque année, une « journée nationale d’hommage aux “morts pour la France” pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie ». Le plus ferme opposant à cette date demeure la FNACA. Son refus constitue une brèche dans le processus de construction du consensus mémoriel qui précède généralement l’adoption d’une mesure de politique symbolique. Constatant que le consensus réalisé sur la date du 5 décembre dépassait largement la simple majorité obtenue sur le 19 mars, le gouvernement a peut-être voulu donner la priorité à la demande sociale de commémoration, quel qu’en fût le contenu.

13Ces exemples tirés de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre d’Algérie mettent en lumière les ressorts de la politique symbolique. Celle-ci a pour condition un consensus mémoriel ou la construction de celui-ci. Le clivage gauche-droite n’y joue qu’un rôle second. Lorsque, à deux reprises sous la Ve République, le chef de l’État s’est risqué à défier le consensus, il s’est exposé à un choc en retour irrépressible. Ce fut le cas après que Valéry Giscard d’Estaing eut supprimé le 8-Mai et lorsque François Mitterrand a refusé de reconnaître la responsabilité du gouvernement de Vichy dans la déportation des Juifs. La loi de 1981 qui a réinstitué le 8-Mai, le décret de 1993 qui commémore la persécution des Juifs, et la déclaration du président Chirac en 1995, ont réaccordé la politique symbolique à la mémoire collective. Une autre force motrice s’exprime dans la genèse de cette politique : la demande sociale de reconnaissance nationale. Le niveau national reste celui de la référence finale et de l’autorité symbolique suprême. Après des décennies, voire un siècle de mises en cause diverses, l’État-Nation continue de détenir le monopole légitime de la religion civile.

Un nouveau passé ?

14En dehors de ces continuités, des changements sont apparus depuis une quinzaine d’années dans le contenu des commémorations. Comme le phénomène est récent et qu’en termes de mémoire collective, le court terme peut être particulièrement trompeur, il se peut que les analyses qui suivent aient besoin d’être révisées dans le futur.

15La première nouveauté est liée à la fin de la guerre froide et à l’effondrement du système soviétique, et concerne les guerres de décolonisation. La guerre d’Indochine n’a pas de journée nationale de commémoration. La principale raison du silence pesant sur une guerre qui fit autant de morts métropolitains que celle d’Algérie, peut être recherchée dans l’absence de société civile susceptible d’exercer une pression. Seule l’armée d’active fut envoyée en Indochine, les appelés ne furent pas mobilisés. En outre, l’opposition radicale du Parti communiste à la guerre aurait longtemps fait de sa commémoration une opération de division nationale. Même aujourd’hui, la survivance au Viet-Nam d’un régime communiste rend difficile la commémoration. L’adoption d’une manifestation officielle ne vaut peut-être pas qu’on prenne le risque de tendre des relations diplomatiques déjà délicates. Une évolution est apparue cependant en décembre 1989, après la chute du Mur de Berlin. En France, une loi fut votée à l’unanimité qui donna aux anciens prisonniers du Viet-Minh un statut presque équivalent à celui des déportés de la Résistance. De fait, la mortalité dans les camps du Viet-Minh a été comparable, voire supérieure à celle des camps de concentration nazis. Cette reconnaissance est un signe des temps, de même que l’unanimité constituée à son propos. Le groupe communiste a voté la loi, tandis qu’en 1952, il avait refusé d’accorder même le statut d’anciens combattants aux militaires envoyés en Indochine. Cette loi de 1989 pourrait annoncer d’autres évolutions. L’histoire de la politique du passé montre que les mesures matérielles précèdent souvent les gestes plus symboliques.

16La fin de la guerre froide et l’expansion concomitante du libéralisme économique ont peut-être joué un rôle, également, dans le débat relatif à la commémoration de la guerre d’Algérie. À l’Assemblée, les propositions de loi déposées par la gauche entre 2000 et 2002 ont toutes spécifié qu’il ne s’agissait pas de faire du 19 mars un jour férié. Cette disposition peut s’expliquer par la volonté de ne pas mettre sur le même plan la guerre d’Algérie et la Seconde Guerre mondiale. Elle contraste, cependant, avec l’insistance avec laquelle la gauche a réclamé pour le 8-Mai le statut de jour férié, et même chômé, de 1947 à 1981.

17Une autre spécificité de la période récente ressort des débats parlementaires. Elle est d’ordre culturel plutôt que directement politique. Traditionnellement, dans la mémoire des guerres, les combattants sont à l’honneur. La reconnaissance officielle, avec ses pensions et ses décorations, va aux armées, qu’elles soient régulières ou révolutionnaires. Le culte des morts de la guerre s’adresse aux combattants presque exclusivement. La Seconde Guerre mondiale, qui fit pourtant autant de morts parmi les civils que parmi les combattants, n’a pas modifié, ou du moins pas immédiatement, ce protocole mémoriel. Aujourd’hui, il semble au contraire que la hiérarchie des hommages s’inverse au profit des victimes civiles. En 1989, en acceptant d’améliorer le statut des prisonniers du Viet-Minh, les communistes ont présenté les militaires français non comme le bras armé de l’impérialisme, mais comme les victimes politiques des dirigeants colonialistes français. De même, entre 2000 et 2002, les propositions de loi relatives à la guerre d’Algérie ont eu pour intention de rendre hommage à « toutes les victimes civiles et militaires » de la guerre, sans préséance hiérarchique. Dans les débats de 1999 et de 2002, les députés ont souvent emprunté le registre de la déploration, de l’apitoiement sur le sort des victimes de tous les camps, voire sur leur propre condition d’appelés. Dans ce débat, même les combattants ont pris figure de victimes. Le cas de la commémoration des persécutions antisémites procède d’une autre histoire, mais il aboutit aussi à inverser le protocole mémoriel de guerre. Le discours dominant sur la déportation décrit maintenant la déportation des Juifs, tandis qu’autrefois, il honorait d’abord celle des résistants.

18La généralisation du statut de victime – puisque désormais les combattants sont victimes d’avoir combattu – conduit à une dépolitisation des enjeux du passé. Le sens de l’histoire risque de s’effacer devant la sensibilité croissante au malheur des victimes. Une mémoire décontextualisée et dépolitisée pourrait s’imposer, dont le choix du 5 décembre pour la guerre d’Algérie est un bon exemple. Faute de pouvoir commémorer l’histoire, qui reste conflictuelle et donc politique, on commémore la commémoration.

19D’un point de vue formel, en ce qui concerne le processus de décision, les politiques symboliques relatives aux guerres procèdent d’un échange inégal entre une demande sociale forte et constante, et un pouvoir exécutif hésitant ou même réservé. Si les années récentes ont vu se multiplier les décisions publiques, ce n’est pas en raison d’une modification de ce rapport de force, mais parce plusieurs facteurs ont rendu indolore un passé jusque là brûlant. Soit les débats contemporains ont été renvoyés dans l’histoire ancienne à la faveur de la fin de la guerre froide, soit ils ont été recouverts du voile de la compassion due aux victimes. Dans les deux cas, le consensus mémoriel se construit sans coût, au seul prix d’une déformation du passé. De fait, la politique symbolique n’a pas pour fonction d’écrire l’histoire.

Notes

1 On trouvera une version détaillée de cette contribution sous le titre « Dealing with Postwar Cleavages : The Second World War, Indochina, Algeria » in Y. Cohen, G. Grunberg, M. Lazar, S. Meunier et E. Suleiman (eds.), The New Cleavages in France, Princeton, 2003.

2 Décisions législatives et réglementaires relatives à la commémoration des dernières guerres françaises, 1945-2003, d’inspiration parlementaire :
- Loi du 20 mars 1953 relative à la commémoration de l’armistice du 8 mai 1945 ; débat de l’Assemblée nationale, 1ère séance du 11 février 1952, et 2e séance du 13 mars 1953.
- Loi du 14 avril 1954 consacrant le dernier dimanche d’avril au souvenir des victimes de la déportation et morts dans les camps de concentration du IIIe Reich au cours de la guerre 1939-1945 ; débat de l’Assemblée nationale, 1ère séance du 9 mars 1954.
- Loi du 2 octobre 1981 complétant les dispositions de l’article L.122-1 du code du travail ; débat de l’Assemblée nationale du 23 septembre 1981.
- Décret du 3 février 1993 instituant une journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites commises sous l’autorité de fait dite « gouvernement de l’État français » 1940-1944.
- Loi du 18 octobre 1999 relative à la substitution, à l’expression « aux opérations effectuées en Afrique du Nord », de l’expression « à la guerre d’Algérie ou aux combats en Tunisie et au Maroc » ; débat de l’Assemblée nationale, 1ère séance du 10 juin 1999.
- Loi du 10 juillet 2000 instaurant une journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux « Justes » de France ; débat de l’Assemblée nationale, 1ère séance du 29 février 2000.
- Deux textes ne sont pas classables en raison de leur adoption immédiate et sans débat : la loi du 7 mai 1946 relative à la commémoration de la victoire (débat de l’Assemblée nationale constituante, 1ère séance du 26 avril 1946) ; et la loi du 31 décembre 1989 portant création du statut de prisonnier du Viet-Minh (débat de l’Assemblée nationale du 18 décembre 1989).

3 Décisions réglementaires relatives à la commémoration des dernières guerres françaises, 1945-2003, d’inspiration gouvernementale :
- Décret du 11 avril 1959 relatif à la commémoration de la victoire de 1945.
- Décret du 1er avril 1965 fixant pour 1965 la date de la commémoration de la victoire de 1945.
- Décret du 17 janvier 1968 relatif à la commémoration de l’armistice (sic) du 8 mai 1945
- Lettre du président de la République aux membres du Conseil européen des Neuf, 8 mai 1975.
- Un décret est difficilement classable, le décret du 26 septembre 2003 instituant une journée nationale d’hommage aux « morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie, le 5 décembre de chaque année. C’est un décret, et il confère à la commémoration une signification diminuée, mais il procède d’une longue négociation sociale.

Auteur

Institut d’études politiques de Paris

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540