Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du passé

 | 
Claire Andrieu
, 
Marie-Claire Lavabre
, 
Danielle Tartakowsky

Le pouvoir central

Introduction : le pouvoir central en France et ses usages du passé, de 1970 à nos jours

Claire Andrieu

Texte intégral

  • 1 F. Hartog et J. Revel, Les usages politiques du passé, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001, 206 p.

1On peut poser l’hypothèse que le discours et l’action politiques sont pris dans un jeu de rapports de force d’où la gratuité et le désintéressement sont exclus. Dans le champ politique, tout est signifiant ou considéré comme tel, même l’insignifiance. La question du fils de Marc Bloch à son père : « À quoi sert l’histoire ? » reçoit ici une réponse simple : à servir la cause. La question n’est donc pas de savoir si l’histoire est instrumentalisée, mais comment elle l’est. Un récent ouvrage a abordé la question sous différents angles et pour différentes périodes avec pour titre Les usages politiques du passé1. Le titre adopté ici peut paraître plus radical : Politiques du passé suggère une prise en mains quasi orwellienne du passé. On veut seulement souligner dans cet ouvrage que le nombre et la fréquence des usages finissent par constituer une véritable politique.

2Dans ce rapport qui introduit la lecture de treize contributions, nous examinons la politique du passé sous l’angle du pouvoir central, c’est-à-dire à l’échelon national. Depuis 1970, date choisie pour point de départ de l’étude, l’équilibre des pouvoirs en France n’a pas fondamentalement changé, et la version semi-présidentielle de la démocratie libérale n’a pas été sérieusement altérée. Il ne sera pas question ici de ministère de la Vérité, de police de la Pensée ou de machine à décerveler, mais du type de relations qui s’est institué entre l’État et la société civile. À qui revient l’initiative ? Un pouvoir qui anticiperait de trop loin ou qui, au contraire, refuserait d’entendre la voix de la société sera considéré comme autoritaire. Il paraîtra mener une politique du passé autonome. Mais dans les faits, la situation a rarement atteint l’opposition frontale entre l’offre d’État et la demande sociale. Le plus souvent, un processus de décision s’est institué reposant sur une négociation entre les partenaires. Et la discussion et l’arbitrage se sont souvent révélés tout aussi nécessaires entre les différents groupes de mémoire, qu’entre la société et l’État.

3Ce schéma fonctionnel est-il propre à l’échelon national ? Il revient au deuxième volume de cet ouvrage, qui examine la question à l’échelle locale, de répondre à la question. Tout au plus peut-on poser ici l’hypothèse que la politique nationale, en raison de la force symbolique de l’État-Nation, comporte des décisions d’ordre plus moral et plus immatériel que la politique locale, laquelle serait plus insérée dans un réseau d’intérêts économiques et sociaux, touristiques notamment. La différence ne se situerait pas tant dans le processus de décision, que dans le contenu de celles-ci. Le niveau national permettrait une meilleure séparation des fonctions et une spécialisation plus nette de la politique symbolique en dehors des débats de politique économique et sociale. Encore cette distinction mériterait-elle d’être testée à la lumière des discussions budgétaires parlementaires, voire même à l’aune des enjeux économiques internationaux.

  • 2 A. Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, 330 p. ; et P. Nora (dir.), Les lieux d (...)
  • 3 R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques. Traduit de l’all (...)
  • 4 F. Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003, 257 p.

4Prise comme point de départ, l’année 1970 se veut une date d’histoire sociale. Elle désigne une possible révolution culturelle qui se serait produite dans les années 1970, en-dehors des institutions et parfois même contre elles. Souvent présentée comme une décennie tournant, effet prolongé de Mai 68 vu comme l’année symbole de l’éclatement de la mémoire nationale au profit des régionalismes et des particularismes identitaires, la période aurait marqué la fin des « sociétés-mémoires2 ». Par ailleurs, le livre du philosophe Reinhart Koselleck, Le futur passé, paru en 1979 en Allemagne et publié en français en 1990, a répandu la notion d’« horizon d’attente3 ». Lu en France après la chute du Mur de Berlin, il a souvent été interprété comme le signe de ce que d’autres ont appelé « la fin des idéologies » et des grands récits historiques concomitants. Commençant avec l’éclatement de la mémoire nationale et l’évaporation du passé commun, notre période connaîtrait également une forme d’évanouissement de l’avenir. Cette modification de la durée historique, ce changement de « régime d’historicité », selon l’expression de François Hartog4, ont-il une incidence sur la demande sociale de passé ? La fragmentation de la mémoire nationale induit-elle un refus de la reconnaissance nationale et une délégitimation de l’échelon national ? Le pouvoir central serait-il en voie de perdre son pouvoir symbolique ? Les contributions qui suivent montrent au contraire que le miroir de l’État-Nation conserve sa fonction identitaire ultime. Il est possible, en revanche, que la multiplicité des groupes de mémoire oblige désormais à de plus longs arbitrages au sein de la société avant d’aboutir à un consensus mémoriel minimal.

Le processus de décision : la demande sociale comme moteur

5Si l’on pense aux manifestations publiques de la politique symbolique, si l’on se penche donc sur l’aval des décisions prises, on note la froideur des cérémonies, leur rituel et leur protocole invariables, leur répétition à date fixe, et, finalement, la désaffection qu’elles encourent de la part du public. Pour la société, c’est un paradoxe d’arriver à ce résultat après tant d’énergie dépensée auprès d’un État souvent récalcitrant, pour obtenir une reconnaissance nationale et les éléments de la gestuelle correspondante. Car, en amont, c’est bien la demande sociale qui détermine l’offre d’État.

6La prudence de l’exécutif s’exprime particulièrement dans les politiques commémoratives. Ce sont des initiatives parlementaires qui conduisent à créer ou amplifier les commémorations, tandis que celles-ci sont réduites par le pouvoir exécutif. Le fait est particulièrement significatif lorsqu’il s’agit de commémorer des guerres, ces événements éminemment étatiques dans leur déclenchement et leur organisation. Pourquoi l’État, qu’il soit incarné par un gouvernement de gauche ou de droite, éprouve-t-il des difficultés à se saisir d’un passé dont il a assumé la responsabilité à l’époque ? Est-ce parce que les dernières guerres françaises, depuis 1939, ont divisé la nation ? Mais la même réticence peut être observée dans l’histoire de la commémoration de la guerre de 1914. Il semble que le passé ne soit pas devenu un moyen commun de gouvernement. Tout se passe comme si l’exécutif craignait de franchir la ligne entre l’éducation civique et la propagande d’État.

  • 5 Loi n° 83-550 du 30 juin 1983 relative à la commémoration de l’abolition de l’esclavage, Journal o (...)
  • 6 Loi n° 2001-434 du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant (...)
  • 7 Décret n° 2004-11 du 5 janvier 2004 relatif au comité institué par la loi n° 83-550 du 30 juin 198 (...)

7Dans certains cas, c’est l’objet de la commémoration qui inspire des réserves. Il est significatif, par exemple, que ce soit un projet de loi qui ait conduit à la création d’un jour férié commémorant l’abolition de l’esclavage dans les départements d’outre-mer en 19835, alors que ce sont des propositions de loi qui ont abouti, en 2001, à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage comme crime contre l’humanité6. Rappelons que les projets de loi émanent du gouvernement tandis que les propositions de loi sont des initiatives parlementaires. Dans les départements d’outre-mer, la pression sociale et l’action de députés locaux, décrites par Jean-Luc Bonniol, ont ainsi obtenu de mettre l’accent sur la face sombre de l’histoire, tandis que près de vingt ans plus tôt, le gouvernement en avait souligné le versant lumineux. Pour ces deux lois de 1983 et 2001, l’exécutif a d’ailleurs tardé à passer à la mise en œuvre dans la France métropolitaine. Le premier décret d’application n’est paru qu’en 20047.

  • 8 Le livre le plus complet sur la mémoire de la guerre d’Algérie est : B. Stora et M. Harbi (dir.), (...)
  • 9 L’Appel à la condamnation de la torture durant la guerre d’Algérie est paru dans L’Humanité du 31 (...)
  • 10 Le Livre blanc de l’armée française en Algérie, par M. de Jaeghere, V. TremoletdeVillers [et alii], (...)
  • 11 La réponse de Jacques Chirac à l’Appel des Douze est parue dans L’Humanité du 19 avril 2002, sous (...)

8L’exemple de la guerre d’Algérie illustre également les réticences du gouvernement à s’engager sur le terrain d’un passé conflictuel8. En 2000, les déclarations contradictoires de trois généraux français en service pendant cette guerre ont relancé le débat sur la torture. Une partie des médias et, en particulier, une pétition de douze intellectuels anciens militants de la paix en Algérie, ont demandé que l’État condamne rétrospectivement cette pratique généralisée9, tandis que près de 500 généraux en retraite signaient un manifeste défendant les thèses officielles de l’armée pendant la guerre d’Algérie10. En définitive, le Président de la République a renvoyé la question aux travaux des historiens11. De même qu’en janvier 2002, un gouvernement de gauche a refusé d’apporter son soutien à un texte que sa propre majorité avait voté à l’Assemblée nationale, texte qui faisait du 19 mars 1962 la date anniversaire de la commémoration de la guerre d’Algérie. La proportion de 58 % des voix a paru trop faible au gouvernement, et le dissensus mémoriel trop marqué, pour poursuivre dans cette voie. Devant l’envoi de signaux aussi contradictoires de la part de la société, l’exécutif, qu’il fût de gauche ou de droite, s’est abstenu.

9Dans les cas de dissensus, la minorité ou les minorités mémorielles se sentent victimes d’un déni d’histoire. Le temps passant, la minorité peut s’élargir et d’autres pans de l’opinion peuvent venir la rejoindre. C’est ce qui s’est produit pour la reconnaissance de la responsabilité de l’État français dans la déportation des Juifs de France. Le même président de la République qui refuse de reconnaître la responsabilité de l’État français dans la pratique de la torture en Algérie, a reconnu cette responsabilité dans la déportation des Juifs de France. La déclaration de Jacques Chirac, le 16 juillet 1995, peut être lue comme le produit d’un marché politique : elle est prononcée quelques mois après son élection à la présidence, et en réaction au refus du précédent Président, François Mitterrand, de procéder à cette reconnaissance. Mais la déclaration a surtout constitué une réponse positive à la demande formulée depuis plusieurs années par des organisations juives, et elle correspondait en outre au changement de perspective historiographique intervenu depuis les années 1970. De ce point de vue, loin d’être un fait du Prince, la reconnaissance a simplement représenté la mise en conformité du discours d’État avec les conceptions courantes.

10Pourtant, la nouvelle vision du passé ainsi énoncée n’était pas celle qu’avait propagée le général de Gaulle. Le chef du RPR a-t-il commis un écart par rapport à la doctrine partisane ? Ce ne serait pas étonnant : Jean-François Tanguy montre plus loin que l’usage de l’histoire par ce Président est « républicain progressiste, social et tolérant, refusant les extrémismes », de centre-gauche en quelque sorte. Dans ses propos historiques, le personnage modèle est le de Gaulle de la France libre, jusques et y compris dans son alliance avec les communistes, mais à l’exception, désormais, de sa position sur l’État français. La gestion de l’histoire par Jacques Chirac n’est donc pas calquée sur son appartenance partisane au RPR, ni sur sa fidélité à de Gaulle. En ouvrant un espace politique virtuel décalé par rapport au champ politique partisan, son mode d’instrumentalisation de l’histoire met en lumière l’autonomie relative du système politique des forces mémorielles.

Le rejet du passé imposé

11Dans l’ensemble, le pouvoir central suit la demande sociale plutôt qu’il ne la précède. Des cas existent, cependant, de tentative d’imposition du passé. Sous la Ve République, la Constitution le permet, car l’instauration d’une journée nationale commémorative ne relève plus nécessairement du domaine de la loi. Mais l’expérience prouve que le passé imposé ne « passe » pas, que la mémoire nationale ne se décrète pas.

  • 12 Le site www.legifrance.gouv.fr ne donne aucun texte relatif à cette décision.

12Christine Bard donne un exemple de passé imposé dont la greffe n’a pas véritablement pris. Quand Yvette Roudy devint ministre des Droits de la femme en 1981, elle décida la commémoration du 8 mars comme « journée internationale des luttes des femmes ». Cette date repose sur le récit d’une grève mythique d’ouvrières au XIXe siècle12. Le « 8 mars d’État » est resté assez formel, la société civile ne se l’étant pas vraiment approprié, même s’il demeure l’occasion de valoriser l’histoire des femmes. Du moins la décision prise d’en-haut n’a-t-elle pas fait l’objet d’un rejet de la part de la société.

13Il n’en va pas de même pour la tentative d’abolition du passé qu’a représentée la suppression du 8-Mai comme journée nationale. Cet exemple de gestion autoritaire du passé est sans doute le plus spectaculaire de l’après 1945. Le Président Valéry Giscard d’Estaing prit cette décision au soir du 8 mai 1975, sans consultation préalable. Son intention était de remplacer le 8-Mai par une journée célébrant la construction européenne. Le tollé général suscité par ce choix solitaire a conduit, après une longue bataille parlementaire, au rétablissement du 8-Mai en 1981, lors du changement de majorité. Jérôme Grévy signale que le même Président tenta de lancer le centenaire de l’école de Jules Ferry, en 1880. Mais son ministre de l’Éducation se heurta au refus immédiat de participer de la part des syndicats d’enseignants. Dans les deux cas, la non-réceptivité de la société civile a fait échouer l’initiative de l’exécutif. Ces interventions à contre-temps du chef de l’État sont à rapprocher de son rapport à l’histoire. Dans sa contribution orale, Patrick Garcia l’a résumé cum grano salis : « Du passé, faisons table rase ? ». Dans Démocratie française, paru en 1976, et État de la France, en 1981, Valéry Giscard d’Estaing développe une lecture du présent fondée sur la démographie, la sociologie et l’économie, d’où l’histoire est presque absente. D’où sa sous-estimation des forces mémorielles. Laquelle n’est pas propre à la droite, comme on l’a vu a contrario avec Jacques Chirac, et comme on peut le voir avec François Mitterrand.

14Un cas d’imposition du passé par défaut s’est présenté en 1992 lorsque François Mitterrand, président de la République a refusé de reconnaître la responsabilité de l’État français dans la déportation des Juifs de France. Ce faisant, il suivait la logique institutionnelle qui voulait que le chef de l’État républicain ne pût présenter d’excuses pour le compte d’une dictature antirépublicaine. Le résultat, on l’a vu, a été le choc en retour constitué par la déclaration de son successeur à la présidence. Dans sa persistance à maintenir une ligne historiographique qui n’était d’ailleurs pas tant gaulliste que générationnelle, François Mitterrand a montré qu’il n’avait pas perçu le changement qui s’était produit dans la perception du passé et qui avait déplacé le rapport des forces mémorielles. Cela peut paraître paradoxal pour un homme aussi féru d’histoire et respectueux du temps, mais Christian-Marc Bosséno souligne ici le caractère linéaire et généalogique de l’histoire de France que l’homme politique s’est forgée. Son histoire est demeurée positiviste, fixée à la manière d’un manuel d’école primaire, étrangère aux ruptures historiographiques. Chez lui, un récit quasi téléologique conduit de Yorktown à 1789, de 1789 à 1848, et de là à la défense des pays du Sud et au discours de Cancun. Dans ce déroulé logique, le hiatus constitué par la révision du passé n’a pas de place.

15Ces cas de blocage et d’affrontement entre la société et l’État sont toutefois rares. Le plus souvent, l’offre d’État, quand elle existe, demeure dans l’ordre du négociable.

L’offre d’État, négociable en général

16Dans certains cas, l’exécutif semble intervenir pour accompagner ou amplifier un mouvement. L’évolution du rythme des panthéonisations, par exemple, pose question. De quatre en quarante ans, de 1946 à 1986, on est passé à six en seize ans, de 1987 à 2003. D’où vient l’inflation ? La réponse n’est pas vraiment donnée par la liste des panthéonisés, qui restent des personnalités consensuelles : Langevin et Perrin en 1948, Eboué en 1949, Braille en 1952, Jean Moulin en 1964, puis René Cassin (1987), Jean Monnet (1988), l’Abbé Grégoire, Monge et Condorcet (1989), Marie Curie et son époux (1995), Malraux (1996) et Alexandre Dumas (2002). On peut concevoir l’utilité politique de Jean Moulin ou de Malraux pour une majorité gaulliste, mais l’interprétation politique du reste n’est pas évidente. C’est plutôt la demande de panthéonisation qui croît. Christine Bard souligne que depuis 1989, une partie des féministes demande l’entrée au Panthéon d’Olympe de Gouges, et, depuis 2002, de George Sand.

  • 13 Décret n° 86-1034 du 15 septembre 1986 portant création d’une mission du bicentenaire de la Révolu (...)
  • 14 Mission du Bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l’homme et d (...)

17Un autre cas d’intervention étatique peut être recherché dans la création de missions de commémoration. Celle qui paraît avoir rencontré le plus d’écho, sur la période, est la Mission du bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l’homme. Créée en 1986, elle avait pour vocation « de susciter toutes initiatives », « d’harmoniser les actions menées par les diverses administrations », « de coordonner les manifestations nationales et locales », et de « favoriser la création de réalisations permanentes13 ». C’est bien une intervention active qui était attendue d’elle, mais on ne peut parler d’interventionnisme d’État. Si la Mission s’est efforcée de « susciter », « harmoniser », « coordonner » et « favoriser », elle n’a pas joué le rôle d’un commissariat à la propagande14. Dans la mesure du possible, elle s’est interdit de tenir un discours historique, qui aurait été perçu comme un récit officiel. Elle s’est maintenue sur le terrain de l’organisation et de l’aide à celle-ci. Sans la volonté nationalement partagée de célébrer un événement fondateur de la démocratie, la Mission n’aurait été qu’une forme vide.

  • 15 J.-Cl. Martin, « Valmy ou l’embarrassement des souvenirs », in M. Crivello, P. Garcia et N. Offens (...)

18Même lorsque des décisions ministérielles relatives au passé sont prises, elles sont rarement le produit du « bon plaisir » du Prince ou de l’arbitraire étatique. Car la frontière n’est pas étanche entre l’État et la société civile. Les discours des hommes et des femmes publics sont souvent des œuvres collectives. La multiplicité des plumes ou des « nègres » volontaires constitue une chaîne sociale qui ancre le discours-événement dans la société. Des historiens experts participent à cette re-création de l’histoire. Christine Bard signale la contribution des historiennes aux films documentaires réalisés avec l’aide du ministère des Droits de la femme, du temps d’Yvette Roudy, ainsi qu’aux publications du Service des droits des femmes, qui existe maintenant depuis plus de vingt ans. Dans le domaine de l’histoire de la Première Guerre mondiale, la préparation du quatre-vingtième anniversaire de l’armistice de 1918 a donné lieu, aussi, à une participation des historiens. Annette Becker montre le rôle d’expert et d’éclaireur qu’elle a joué auprès des artistes chargés par le gouvernement de créer des œuvres destinées aux champs de bataille. Si les œuvres créées ont un sens, si elles délivrent un message, c’est que l’intelligence de la guerre a bénéficié du relais de l’historienne. A contrario, la mise en scène artistique du site de Valmy réalisée à l’occasion du bicentenaire de la Révolution, « ésotérique et fantaisiste » selon l’expression de Jean-Clément Martin, signale à la fois l’absence d’intervention de type historien, et le libre cours laissé à l’inspiration artistique par un État libéral15.

19Les programmes scolaires sont, en revanche, étroitement négociés. En-dehors de l’institution de l’Inspection générale de l’Éducation nationale, différents groupes de pression interviennent dans leur élaboration, comme la société des agrégés, les associations de spécialistes et celles de parents d’élèves, les syndicats d’enseignants. La discussion est parfois serrée. Évelyne Héry évoque la démission, en 1992, d’un premier Groupe Technique Disciplinaire (GTD) chargé de revoir les programmes d’histoire, puis les « tractations » qui ont suivi les travaux du second GTD entre la Direction des Lycées et Collèges et divers interlocuteurs, et, enfin, la consultation nationale qui eut lieu en 1994 auprès des professeurs de lycée.

20En matière d’histoire, l’offre d’État est cependant parfois fermée à la discussion. La présentation du passé que livrent les ministères des Affaires étrangères sur leur site internet élude souvent une partie des événements. Denis Rolland note que dans deux cas, l’histoire est simplement absente du site : c’est le choix de l’Espagne et de l’Argentine qui gèrent ainsi par le silence sur le passé leur transition démocratique. Si l’on cherche sur ces sites les périodes délicates qui mettent en cause l’honneur des nations, on constate que seuls deux pays, parmi les pays libres, osent évoquer leurs années sombres : la Suisse et l’Allemagne. Mais ni la France, ni la Belgique, ni l’Italie, ni le Portugal, ni le Japon n’ont apparemment connu ces années. On voit que jusqu’en 2001 du moins l’aggiornamento déclaré par le Président Chirac n’a pas pénétré toutes les strates de l’État. En revanche, pourquoi cette transparence suisse et allemande ? En raison de la pression de la société internationale. La responsabilité du nazisme n’est pas éludable. Comme le souligne Valérie Rosoux citant un dirigeant israélien, les relations entre Israël et l’Allemagne ne peuvent être « normales ». Quant à la Confédération helvétique, elle a dû depuis 1995répondre à la pression des États-Unis pour mettre au jour la face sombre de sa neutralité dans l’Europe occupée.

21Dans la négociation du passé destinée à aboutir à une mémoire nationale commune, on ne voit pas que le processus de décision ait beaucoup changé depuis 1945. La procédure législative ou la concertation avec les milieux associatifs ou avec des historiens érigés en experts constitue un passage obligé sous peine de voir rejeter la mesure par la société. Mais le contenu de ces accords, les clauses de ces traités de mémoire en quelque sorte, doivent aussi être examinés car ils nuancent l’appréciation positive que l’on pourrait porter sur la construction du consensus mémoriel. Il est des consensus construits qui sont peut-être plus artificiels que réels.

La construction renouvelée du consensus mémoriel

  • 16 P. Garcia, « Les lieux de mémoire : une poétique de la mémoire ? » Espaces Temps 74-75, 2000, p. 1 (...)

22À n’étudier que la dimension symbolique du passé, comme tendent à le faire Les Lieux de mémoire de Pierre Nora, on peut aboutir à une « mise en abîme » qui conduit « à une déréalisation de l’histoire qui ne serait plus qu’un jeu de miroirs où se réfléchissent à l’infini des représentations16 ». Le contenu du passé négocié n’est pas à ce point éloigné de la réalité. Dans l’ensemble, il reste ancré dans une expérience passée et dans une pratique sociale. Mais il connaît d’importantes variations qui font parfois douter de son identité. Une position philosophique idéaliste conduirait ici à définir le passé comme une coquille vide seulement délimitée par une aire géographique et des bornes chronologiques. Le fait est que les réaménagements du passé, s’ajoutant à la diversité des expériences d’origine, obligent à reprendre inlassablement la négociation sociale de la mémoire nationale.

23Les passés à la fois consensuels et stables sont l’exception. C’est le cas du 8 mai 1945, dont le symbole s’est imposé immédiatement, sans qu’il y ait eu lieu de construire un consensus. Son sens ne fait pas débat. Il représente la victoire du Bien sur le Mal. La plupart des passés suscitent en revanche des discussions. La Révolution française, par exemple, n’a pas fini d’alimenter des controverses. Les termes du débat se déplacent avec le temps, mais les sens donnés à l’événement ne se rejoignent pas plus aujourd’hui qu’hier. Il est des passés qui changent globalement. Annette Becker montre par exemple que l’image de la Première Guerre mondiale tend depuis une décennie à se fixer sur les souffrances des poilus. « Depuis 80 ans, écrit-elle, les uns n’ont vu que des héros et ont tu les souffrances, les autres n’ont vu que des victimes et ont tu le consentement ». Aujourd’hui, le centre de gravité tend à s’établir sur les souffrances. La tentative de réhabilitation par le Premier ministre Lionel Jospin des fusillés de la guerre en est un exemple. L’image globale de la déportation, elle aussi, a changé. De la déportation résistante englobant la déportation raciste dans les commémorations, on est passé à la situation inverse. Le discours sur la déportation vise désormais par priorité la déportation des Juifs. Sur cette scène historique, un nouvel acteur est apparu depuis les années 1990 : le Juste de France. Sarah Gensburger signale qu’ils étaient 805 à porter ce titre en 1990, et 2005 dix ans plus tard. Une proposition de loi déposée en 1997 et devenue loi en 2000 a traduit la croissance de la demande sociale concernant ce renouvellement du passé.

24Il est aussi des passés qui reviennent, des passés parfois très lointains qu’on aurait cru définitivement relégués parmi les antiquités historiques. Valérie Rosoux signale le retour du passé médiéval dans l’ex-Yougoslavie. L’invocation par les Serbes de la bataille du Kosovo de 1389 pour justifier leur politique dans cette région n’est pas une simple formule de rhétorique. De même, la survalorisation des conflits internes meurtriers comme le massacre de Serbes par les Oustachis a contribué à la désintégration de la Yougoslavie. Un autre phénomène, pourtant disparu depuis plus d’un siècle, la traite et l’esclavage, est aussi redevenu présent chez les descendants d’esclaves, dans les Antilles notamment. Ce nouveau vécu du passé alimente la cause indépendantiste. Une autre résurgence récente du passé prend sa source dans un événement moins lointain, celui de la guerre d’Algérie. Ce sont surtout les anciens appelés d’Algérie qui ont demandé, en 1999, la substitution du mot « guerre » à celui « d’opérations effectuées en Algérie » dans les textes officiels. Les débats qui ont précédé l’adoption de la loi ont montré combien ce passé était vécu au présent.

25Puisque le passé change, puisque les lignes de fracture de la société passée se déplacent, il n’est pas étonnant que le maintien d’un consensus mémoriel minimal nécessite des révisions, voire des renégociations. Une démocratie libérale ne peut commémorer dans le dissensus sous peine de voir sa politique symbolique taxée de propagande d’État. Mais il arrive que le consensus soit particulièrement difficile à obtenir et que, pour satisfaire une demande sociale de politique symbolique, des stratégies de contournement soient employées.

Le déclin du sens au profit de la sensibilité ?

26Les contributions ici réunies semblent indiquer que les années 1990 rencontrent une difficulté à dire le sens de l’histoire. Celui-ci s’efface parfois devant l’appel à la sensibilité, voire à la sensiblerie, jusqu’à son exploitation marchande. Car à côté du marché politique des émotions, il en existe aussi un marché tout court. Il se pourrait, cependant, que notre analyse soit influencée par l’absence dans le corpus étudié d’un certain nombre d’usages récents de l’histoire. Manquent ici, pour les années 1980-1990, une étude des actions judiciaires menées pour crimes contre l’humanité, ainsi que des diverses commissions-vérité mises en place par le gouvernement. Les procès de Klaus Barbie, Paul Touvier et Maurice Papon, le rapport « Touvier », les rapports Mandelkern et Géronimo sur le 17 octobre 1961, et celui de la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France entreraient bien dans cette partie et tempéreraient le constat relatif au déclin du sens. Le bicentenaire de l’Ordre de la Légion d’Honneur, étudié par Olivier Ihl, illustre aussi le maintien de la volonté de sens qui accompagne la défense de certaines valeurs. Les discours prononcés à cette occasion soulignent la « continuité nationale » dont la décoration serait le témoin, et la permanence des valeurs qu’elle symbolise : l’égalité et le mérite opposés aux privilèges et à la naissance. Oubliant les nombreux écarts et à-coups subis par la Légion d’honneur depuis sa création en 1802, négligeant pour le présent la faible représentation des civils, des femmes et des catégories populaires, les allocutions présentent une narration qui a la limpidité d’un mythe. Déroulés « dans un espace linéaire et téléologique », inspirés par l’esprit de sérieux et la croyance aux « leçons de l’histoire », ces récits commémoratifs participent de la refondation de la nation.

27À certains niveaux, cependant, la lecture du passé semble souffrir d’incertitude. Évelyne Héry décrit l’instabilité de l’histoire enseignée à travers les fréquents changements des programmes d’histoire. Ceux-ci ont été révisés cinq fois entre 1986 et 2002. Ils traduisent une hésitation à définir l’histoire en termes de thèmes ou de chronologie, et à en choisir l’espace sur une échelle nationale, européenne ou même mondiale. Dans le domaine de l’enseignement, le personnage de Jules Ferry reste une référence, mais il est exploité dans des sens différents selon les ministres, souligne Jérôme Grévy.

28Ces modifications se situent néanmoins sur le terrain du sens. D’autres exemples montrent que l’usage du contre-sens et du non-sens constitue aussi un recours. Jean-François Tanguy cite cette conférence de presse de Jacques Chirac à Berlin, en 2000, où le chef de l’État a évoqué « ces millions de morts, trois millions de soldats allemands et français, pour la seule guerre de 1914-1918 » en ajoutant « Pour quoi faire ? Rien ». Le propos aurait surpris Marc Bloch, lui qui était volontairement remonté au front en 1915. Ou encore la déclaration commune citée par Valérie Rosoux, par laquelle Lionel Jospin et Gerard Schröder ont tenté en 1999 de qualifier de « malentendus de mémoire » les souvenirs incompatibles des guerres mondiales dans les deux pays. Enfin, en 2003, le choix du 5 décembre comme date de journée nationale d’hommage aux « morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie, n’a pas de signification historique. Le consensus obtenu a rassemblé dix des douze associations réunies à cette fin, mais il est relativement vide de contenu puisque le 5 décembre ne correspond qu’à la date d’inauguration en 2002 du mémorial national de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. Si l’on cherche un sens à cette date, c’est plutôt du côté de la demande sociale de reconnaissance qu’il faut chercher, et dans la volonté des souffrants de voir reconnaître publiquement leur douleur, quel qu’ait pu être leur engagement passé.

29De cet ensemble de contributions, un point ressort clairement : la demande sociale de reconnaissance officielle du passé ne diminue pas, et l’État-Nation demeure le miroir auquel dans l’ensemble, les citoyens veulent se refléter. On peut même se demander si le passé n’est pas de plus en plus présent, sachant que ce passé présent est un passé composé de présent. À cette demande d’histoire officielle, l’État répond sans empressement, peut-être simplement parce que l’énoncé du passé oblige aussi dans le présent. Dans cette perspective, il apparaît comme un serviteur plutôt qu’un ordonnateur impérieux de pompes et de solennités. Et la dénonciation parfois formulée de « l’histoire officielle » néglige la source sociale de celle-ci. Par ailleurs, l’extension du présent au passé peut menacer le pouvoir central en ce qu’elle fait revivre des tensions, voire des divisions civiles profondes. Pour éviter de rejouer le conflit, la décontextualisation et la dépolitisation du passé peuvent constituer des voies de recours. Mais quelle est la valeur pédagogique du procédé ? Peut-on fonder une éducation civique sur le seul impact affectif des événements, indépendamment de leur signification politique ?

Notes

1 F. Hartog et J. Revel, Les usages politiques du passé, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001, 206 p.

2 A. Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, 330 p. ; et P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984-1992.

3 R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques. Traduit de l’allemand par J. Hoock et M.-Cl. Hoock, Éditions de l’EHESS, 1990, 334 p. (édition originale 1979).

4 F. Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003, 257 p.

5 Loi n° 83-550 du 30 juin 1983 relative à la commémoration de l’abolition de l’esclavage, Journal officiel de la République française, 1er juillet 1983, p. 1995.

6 Loi n° 2001-434 du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité, JORF, 23 mai 2001, p. 8175.

7 Décret n° 2004-11 du 5 janvier 2004 relatif au comité institué par la loi n° 83-550 du 30 juin 1983 relative à la commémoration de l’esclavage, JORF, 6 janvier 2004, p. 431.

8 Le livre le plus complet sur la mémoire de la guerre d’Algérie est : B. Stora et M. Harbi (dir.), La guerre d’Algérie : 1954-2004, la fin de l’amnésie, Paris, Robert Laffont, 2004, 728 p.

9 L’Appel à la condamnation de la torture durant la guerre d’Algérie est paru dans L’Humanité du 31 octobre 2000, sous le titre « Torture. L’appel à la condamnation de la torture durant la guerre d’Algérie ».

10 Le Livre blanc de l’armée française en Algérie, par M. de Jaeghere, V. TremoletdeVillers [et alii], Paris, Contretemps, 2001, 208 p.

11 La réponse de Jacques Chirac à l’Appel des Douze est parue dans L’Humanité du 19 avril 2002, sous le titre : « Guerre d’Algérie, Jacques Chirac : “Des deux côtésˮ ».

12 Le site www.legifrance.gouv.fr ne donne aucun texte relatif à cette décision.

13 Décret n° 86-1034 du 15 septembre 1986 portant création d’une mission du bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

14 Mission du Bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, Le Bicentenaire de la Révolution française : Rapport du président de la Mission du bicentenaire au président de la République, sur les activités de cet organisme et les dimensions de la célébration, présenté par Jean-Noël Jeanneney, Paris, La Documentation Française, 1990, 383 p.

15 J.-Cl. Martin, « Valmy ou l’embarrassement des souvenirs », in M. Crivello, P. Garcia et N. Offenstadt, Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, PUP, Aix-en-Provence, 2006.

16 P. Garcia, « Les lieux de mémoire : une poétique de la mémoire ? » Espaces Temps 74-75, 2000, p. 122-142.

Auteur

Institut d’études politiques de Paris

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540