Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du passé

 | 
Claire Andrieu
, 
Marie-Claire Lavabre
, 
Danielle Tartakowsky

Avant-propos

Marie-Claire Lavabre

Texte intégral

1Les volumes « Politiques du passé » et « Concurrence des passés » réunissent des contributions au colloque sur les « usages politiques du passé » qui s’est tenu à Paris en septembre 2003.

  • 1 M. Finley, Mythe, mémoire, histoire. Les usages du passé, Paris, Flammarion, 1981, 270 p.
  • 2 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales, Seuil, 1999, 385 p.
  • 3 Nietzsche, Considérations inactuelles, Aubier/Montaigne, collection bilingue, 1964, 394 p.

2Les usages politiques du passé ne sont pas chose nouvelle. Les articles de Moses Finley, rassemblés dans Mythe, mémoire, histoire1 sont pour partie issus d’un ouvrage intitulé The Use and Abuse of History (1975) et le recueil français a pour sous-titre « usages du passé ». « La Constitution des ancêtres » qui clôt le volume analyse successivement les cas d’Athènes, de l’Angleterre et des États-Unis qui attestent de ce que l’usage du passé fonde des rhétoriques qui, pour être diverses, n’en sont pas moins « l’expression d’un argument politique utilisé dans des situations historiques extrêmement différentes ». L’ouvrage d’Anne-Marie-Thiesse sur la construction des identités nationales en témoigne tout aussi bien2. On pourrait multiplier les exemples et, cultivant l’éclectisme, citer encore Nietzsche et la deuxième Considération intempestive, De l’utilité et des inconvénients de l’histoire pour la vie3, non pour l’éloge de l’oubli et la dénonciation de « l’abus de l’histoire » qui en constituent la thèse essentielle mais pour l’argument qui fonde le diagnostic porté sur l’Allemagne de l’époque et la distinction de trois formes de relation au passé auxquelles correspond une triple forme de l’histoire. L’histoire « monumentale » encore spécifiée comme « histoire politique » est l’« institutrice excellente » de l’homme d’action ; l’histoire « traditionaliste » permet de s’identifier à un « nous », et, ce faisant, de dépasser « la vie individuelle » ; l’histoire « critique » juge et condamne. Toutes trois relèvent bien des usages politiques du passé :

Tout homme et toute nation, selon ses fins ses forces et sa nécessité, a besoin d’une certaine connaissance du passé sous la forme d’une histoire qui peut être soit monumentale, soit traditionaliste, soit critique.

  • 4 W. Johnston, Postmodernisme et bimillénaire, le culte des anniversaires dans la culture contempora (...)

3Pour n’être pas chose nouvelle, les usages politiques du passé ne sont pas non plus, on l’aura remarqué, spécifiquement français en dépit de ce poncif que le goût de l’histoire serait une particularité nationale. Les usages politiques du passé sont partagés bien au delà de nos frontières. Tout au plus, l’analyse comparative que William Johnston a consacrée au culte des anniversaires dans la culture contemporaine4 permet-elle de considérer que les usages politiques du passé envisagent en France plus qu’ailleurs des contenus proprement politiques, hommes et événements, plutôt que culturels ou religieux.

4En revanche, l’intérêt des sciences sociales – et particulièrement de l’histoire – pour les usages politiques du passé apparaît relativement nouveau. Dans le recueil déjà cité, Moses Finley pouvait ainsi, en 1971, souligner un genre de connivence entre les acteurs politiques et les historiens pour présumer « que l’argument tiré du passé était un argument valable dans un débat sur la politique contemporaine » ; s’étonner des « difficultés d’une véritable explication » ; revendiquer pour sa part cet « exercice historique légitime » et conclure :

  • 5 M. Finley, op. cit., p. 251.

Le temps est peut-être venu, au milieu de cette intense activité d’introspection en cours chez les historiens (et à leur propos), d’ajouter aux questions : qu’est-ce que l’histoire ? qu’est-ce que l’explication historique ? une troisième question : quel est l’effet de l’étude de l’histoire ? ou pour le formuler autrement, Cui bono (à qui le profit ?), Qui écoute ? Pourquoi ? Pourquoi non ?5

  • 6 S. Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Introduction, Seuil, 1999, p. 13.

5Ces questions constituent un programme auquel les présents volumes ambitionnent volontiers de contribuer. Il convient cependant de faire deux remarques. Si on considère avec Moses Finley que, plus encore que les historiens, « les vrais responsables [de l’échec de ce programme] sont les sociopsychologues qui se désintéressent tout autant de cet aspect du comportement et du système de valeurs d’une société », on admettra que les usages politiques du passé ne se superposent pas tout à fait aux usages politiques de l’histoire, même si les chevauchements sont nombreux, même si le glissement des uns aux autres est d’autant plus aisé que ce sont bel et bien des historiens qui se sont saisis le plus souvent de ces objets. Serge Berstein dans sa réflexion sur la nature et la fonction des cultures politiques souligne avec raison que le terme d’histoire n’est pas le plus adéquat tant « l’histoire au sens où l’entendent les historiens a peu à voir avec l’instrumentalisation qui en est faite ici »6. On ajoutera volontiers à cet argument que si les acteurs sociaux et politiques qui font usage du passé ne boudent certes pas la caution de « l’histoire » quand elle leur est aisément accessible, ils savent tout aussi bien faire sans elle et puiser leurs références au passé dans l’expérience vécue ou transmise d’une figure élue ou d’un groupe.

  • 7 R. Rémond, Durée, mémoire et politique, Cycle Supérieur d’études politiques, 1964-1965, texte roné (...)
  • 8 N. Racine, « État des travaux sur le communisme en France », in F. Bonet alii, Le Communisme en Fr (...)
  • 9 F. Furet, Penser la Révolution française, Gallimard, 1978.
  • 10 G. Lavau, « L’historiographie communiste, une pratique politique », in P. Birnbaum et J.-M. Vincen (...)
  • 11 Voir notamment P. Nora, « Mémoire collective » in Encyclopédie de la Nouvelle histoire, Retz, 1978
  • 12 É. Conan et H. Rousso, Vichy, un passé qui ne passé pas, Fayard, 1994, voir l’introduction « La mé (...)
  • 13 Idem, p. 13.
  • 14 F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Seuil, 2003, 257 p.
  • 15 F. Hartog et J. Revel, « Note de conjoncture historiographique », in « Les usages politiques du pa (...)

6La deuxième remarque revient à contextualiser le propos de Moses Finley, daté, on l’a déjà noté, de 1971. À s’en tenir cette fois au cas français, la constitution de l’intérêt pour les « usages politiques du passé » semble bel et bien contemporain de « cette intense activité d’introspection en cours chez les historiens ». Au milieu des années soixante déjà, René Rémond consacrait un séminaire de recherche interdisciplinaire au thème « Durée, mémoire et politique » et invitait à « s’interroger sur la nécessité ou l’utilité de la fonction d’oubli dans la société politique », à ouvrir le « vaste champ des réminiscences et des références historiques (allusions dans les discours, les articles, les campagnes électorales) », à inventorier « le culte du passé tel que le conçoit et le célèbre notre société contemporaine : commémoration des hommes, des événements », à étendre l’étude « au passé commémoré par les partis, les classes, les écoles de pensée, les Églises »7. Dans les mêmes années, la naissance des études académiques sur le Parti communiste français engageait encore une réflexion pour ainsi dire paradigmatique sur les usages politiques du passé tels que ce parti semblait plus que d’autres en faire le socle et l’argument de son idéologie. En 1968, Nicole Racine soulignait ainsi à l’occasion d’un premier état des travaux sur le communisme français les études « fortement motivées » suscitées par son histoire8. Bientôt, François Furet s’insurgeait contre « le cathéchisme révolutionnaire » des historiens communistes de la Révolution française9 et Georges Lavau entreprenait l’analyse de l’historiographie communiste « comme pratique politique »10. Mais c’est sans nul doute avec les premiers articles de Pierre Nora sur la mémoire11, à la fin des années soixante-dix, puis avec la grande entreprise des Lieux de mémoire que la question des usages politiques du passé (et de l’histoire) acquiert droit de cité et devient un objet de réflexion à part entière. Dans le même mouvement, ou en tout cas de manière concomitante, les usages politiques du passé via la montée des revendications mémorielles semblent se multiplier ou en tout cas toucher des secteurs et des acteurs sociaux de plus en plus nombreux. La notion d’usage politique du passé est dotée de ce fait d’une connotation nouvelle et apparaît à bien des égards comme une catégorie d’analyse plus adaptée, plus précise, que la notion de mémoire, trop polysémique et porteuse de surcroît des dérives régulièrement dénoncées du phénomène mémoriel et particulièrement du devoir de mémoire, ainsi réduit à une stratégie politique, à des « abus de la mémoire »éventuellement portés par la « concurrence des victimes ». À trop considérer la rationalité des politiques de la mémoire et à ne les penser qu’en termes de finalité, ne risque-t-on pas cependant de sous-estimer l’expérience dont nul n’affirmera pourtant, en ce dernier quart de XXe siècle, qu’elle ne pèse pas sur les représentations des acteurs ? Henry Rousso, auteur intuitif du Syndrome de Vichy, qu’il revendique comme une analyse scientifique et distanciée de la mémoire nationale et des usages du passé12, diagnostique aujourd’hui la hantise du passé et invite « à réfléchir sur les usages du passé, sur les formes parfois ambiguës que peut revêtir l’entretien du souvenir »13. Il s’interroge encore et d’autres également sur le rôle social de l’historien. François Hartog, prenant acte de la vague mémorielle des années 1980, de l’accélération de l’histoire et du symptôme autant que du regard porté sur celui-ci que constituent les Lieux de mémoire, de la rupture symbolisée par 1989, décrit un « présent dilaté » encore appelé « présentisme »14. « La note de conjoncture historiographique » qui ouvre le numéro spécial que la revue Enquête a encore consacré aux « usages politiques du passé »15 se donne précisément pour mission d’articuler en un même moment (« historiographique » mais également social et politique, national et international) omniprésence du présent, phénomène mémoriel, montée en puissance de l’expertise de l’historien et de celle du témoin. Toutes ces thématiques sont connexes : les tenir ensemble donne sans nul doute un tableau pertinent du paysage contemporain, au risque peut-être de diluer l’objet.

7À côté des constats historiens largement partagés et de l’intelligibilité que confère à ces constats la notion de régime d’historicité (à laquelle on pourrait utilement adjoindre celle, issue de la tradition sociologique, de multiplicité des temps sociaux), en deçà des points de vue politico-normatifs qui énoncent aujourd’hui ce que devrait être un usage justement mesuré du passé, Politiques du passé et Concurrence des passés englobent une période, des années soixante-dix à nos jours, – explicitement ou implicitement désignée – dans toutes les réflexions contemporaines sur la mémoire et les usages politiques ou publics du passé, et s’efforcent d’identifier empiriquement des acteurs et des enjeux proprement politiques. Il n’est pas de pure rhétorique d’affirmer là l’absence de prétention à l’exhaustivité, par définition, ni même au choix absolument raisonné : les contributions sont à la fois analyses empiriques d’usages politiques du passé dûment repérés et témoignages de l’intérêt – de longue durée ou ponctuel, partagé ou individuel voire biographique – des chercheurs pour ce nouvel objet. Il est de principe, en revanche, d’avoir évité – non les synthèses – mais les montées en généralité et d’avoir ainsi espéré contourner la difficulté majeure identifiée à l’orée de notre période par Moses Finley : la croyance des acteurs, partagée par nombre d’observateurs, en l’efficacité sinon en la légitimité des usages du passé. Il n’en reste pas moins que l’explication échappe encore, que la question majeure du pourquoi et des raisons de la massification du recours au passé – qu’on s’accorde généralement à constater – ne trouve là que des éléments de réponse partiels : le cas par cas qui constitue ces ouvrages en est la faiblesse reconnue et le point de vue revendiqué.

Notes

1 M. Finley, Mythe, mémoire, histoire. Les usages du passé, Paris, Flammarion, 1981, 270 p.

2 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales, Seuil, 1999, 385 p.

3 Nietzsche, Considérations inactuelles, Aubier/Montaigne, collection bilingue, 1964, 394 p.

4 W. Johnston, Postmodernisme et bimillénaire, le culte des anniversaires dans la culture contemporaine, PUF, 1992, 291 p.

5 M. Finley, op. cit., p. 251.

6 S. Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Introduction, Seuil, 1999, p. 13.

7 R. Rémond, Durée, mémoire et politique, Cycle Supérieur d’études politiques, 1964-1965, texte ronéo.

8 N. Racine, « État des travaux sur le communisme en France », in F. Bonet alii, Le Communisme en France, Paris, Armand Colin, 1969, p. 305-336.

9 F. Furet, Penser la Révolution française, Gallimard, 1978.

10 G. Lavau, « L’historiographie communiste, une pratique politique », in P. Birnbaum et J.-M. Vincent, Critique des pratiques politiques, Galilée, 1978.

11 Voir notamment P. Nora, « Mémoire collective » in Encyclopédie de la Nouvelle histoire, Retz, 1978.

12 É. Conan et H. Rousso, Vichy, un passé qui ne passé pas, Fayard, 1994, voir l’introduction « La mémoire dans tous ses états ».

13 Idem, p. 13.

14 F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Seuil, 2003, 257 p.

15 F. Hartog et J. Revel, « Note de conjoncture historiographique », in « Les usages politiques du passé », Enquête, Éditions de l’EHESS, 2001.

Auteur

CNRS / CEVIPOF

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540