Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Fondements et idéologies du Pouvoir

Regnum et studium : l’université comme auxiliaire du pouvoir au Moyen Âge

Jacques Verger

Texte intégral

1L’institution universitaire médiévale, malgré sa revendication affichée d’indépendance, s’insérait en fait étroitement dans des structures sociales et politiques plus vastes, aux contraintes desquelles elle devait s’adapter, tout en étant susceptible d’exercer sur elles une certaine influence.

2C’est à examiner quelques conséquences de cette situation que sera consacré l’exposé qui suit. Il n’y sera donc question ni du rôle politique autonome que l’université a – rarement sans doute – pu prétendre exercer au Moyen Âge ni, à l’inverse, du rôle qu’à titre personnel des membres et surtout anciens membres de l’université ont tenu au service du pouvoir. C’est de l’université en corps, comme auxiliaire du pouvoir, que nous parlerons. Précisons mieux, du pouvoir princier, que suggère le mot même de regnum. Certes, il serait légitime d’étudier les rapports de l’université avec toute forme de pouvoir, ecclésiastique ou laïc, local ou central. Mais, dans les limites imparties à cette étude, nous nous en tiendrons à l’université comme auxiliaire du prince. Analyser son rôle au sein des instances de pouvoir ecclésiastiques eut été un autre sujet. Quant aux pouvoirs locaux, c’est-à-dire les administrations urbaines ou les officiers subalternes du souverain, il faut bien dire que pendant longtemps, les universités n’ont guère imaginé d’en être les auxiliaires, alors même qu’elles s’étaient souvent constituées contre eux et s’employaient par tous les moyens à échapper à leur tutelle.

  • 1 Les deux principales publications de sources auxquelles on se référera dans la suite de cet exposé (...)

3Un tel sujet eut mérité d’être traité à l’échelle européenne, en prenant en compte les diverses monarchies nationales qui se sont développées en Occident à partir du XIIe siècle. Pour des raisons pratiques, on privilégiera l’exemple français1, sans s’interdire cependant quelques rapprochements avec d’autres pays.

Le service du pouvoir

  • 2 Je me permets de renvoyer ici à la présentation globale que j’ai faite de ce problème dans J. Verg (...)

4De multiples travaux récents d’histoire sociale ou politique ont montré que les universitaires ont souvent été, au Moyen Âge, au service des pouvoirs, notamment des pouvoirs princiers2. Il ne s’agit pas ici, répétons-le, d’étudier de manière détaillée ce phénomène, puisqu’il mettait en cause les carrières individuelles des étudiants et des gradués, ce qui n’est pas le thème de cet exposé. Cependant, dans la mesure où le processus a été suffisamment massif pour qu’à l’époque même les princes aussi bien que les universités en aient eu claire conscience, il convient d’en dire un mot, car il constitue comme la base et l’arrière-plan social de notre sujet.

5L’importance des universitaires au service des pouvoirs a sans doute varié selon les époques et les pays, mais il est aujourd’hui acquis que le phénomène s’observe dès le XIIIe, voire le XIIe siècle, et qu’il n’a nulle part été absent, même dans les monarchies et principautés où les élites traditionnelles ont résisté efficacement à la montée des bureaucraties et des gens de savoir.

  • 3 La diffusion progressive des grades universitaires jusque dans les niveaux subalternes des offices (...)

6Former des serviteurs du prince était donc une des fonctions normales des universités. Ces serviteurs étaient en priorité les juristes qui peuplaient tribunaux et chancelleries, mais les gradués des autres facultés pouvaient aussi trouver à s’employer dans les bureaux ou à la cour. Du XIIIe au XVe siècle, le pourcentage des gens de savoir parmi les serviteurs du prince a augmenté partout, de manière plus ou moins régulière, et à la fin du Moyen Âge, s’ils restaient évidemment à l’écart des charges militaires ou financières et des offices domestiques du palais, ils devenaient de plus en plus nombreux même dans les organes locaux du pouvoir, jusque pour des fonctions relativement modestes3.

  • 4 La complémentarité des carrières privées et publiques est bien mise en valeur dans J. Strayer, Les (...)
  • 5 Cf. I canonici al servizio dello Stato in Europa, secoli XIII-XVI / Les chanoines au service del’É (...)

7Les gradués n’ont cependant jamais accaparé totalement le service du prince et d’ailleurs il est probable que, pour beaucoup, ce service ne représentait qu’une possibilité de carrière parmi d’autres, concurrentes ou, plus souvent encore, complémentaires, soit dans une pratique privée, soit au sein du clergé4. Les clercs, de tout rang et de tout statut, ont toujours été nombreux, on le sait, au service de l’État qui appréciait à la fois leur compétence et leur disponibilité, en même temps sans doute que la dimension de sacralité que leur seule présence apportait au fonctionnement de l’autorité publique5.

8Se pose évidemment la question de la qualification de ces hommes et de la nature du service qu’ils pouvaient offrir au prince. Quels étaient la place et le rôle, à côté des docteurs les plus éminents, des simples bacheliers, des jeunes maîtres ès-arts, voire de ceux qui, n’ayant fait que de brèves études et n’ayant obtenu aucun grade, ne maîtrisaient sans doute qu’imparfaitement les disciplines de l’école et devaient compléter par l’apprentissage une formation très incomplète ? À diplôme égal, tous les gradués étaient-ils d’ailleurs de même niveau ? Pouvait-on comparer un docteur de Paris ou d’Orléans avec celui issu d’une des nouvelles universités provinciales créées au XVe siècle ?

9De toute façon, on peut s’interroger sur l’adéquation entre les savoirs acquis à l’université et les compétences effectivement exigées au service du prince. Les secondes ne requéraient-elles pas toute autre chose que les connaissances théoriques et les savoir-faire scolaires prescrits par les programmes universitaires ? Autant que la maîtrise de disciplines précises, le caractère « pratique » que les contemporains reconnaissaient volontiers eux-mêmes aux études et aux grades universitaires, ne renvoyait-il pas surtout à une certaine forma mentis, une certaine aptitude à l’abstraction, une certaine familiarité avec l’écrit d’une part, la parole argumentée de l’autre ?

  • 6 La combinaison, dans les carrières des Parlementaires parisiens, des relations familiales et du mé (...)

10Il est en tout cas avéré que, lorsqu’il s’agissait de recruter les serviteurs du prince, les diplômes, quoique prestigieux et respectés, n’étaient pas le seul critère pris en compte. Népotisme et clientélisme existaient à l’université comme ailleurs. Les relations de parenté ou d’amitié, l’appartenance à telle ou telle faction, l’entregent personnel, les liens créés par la vie commune dans telle classe ou tel collège engendraient sans doute autant de filières qui facilitaient l’accès au service du prince. L’université ouvrait certes de véritables possibilités d’ascension sociale à des « hommes nouveaux » mais qui n’excluaient pas l’insertion de ceux-ci dans les réseaux sociaux et politiques qui structuraient traditionnellement le monde des officiers et des courtisans6.

11Par-delà ce rôle concret de formation des hommes, l’université exerçait-elle aussi au service du pouvoir temporel une fonction idéologique ?

  • 7 Voir par ex. CUP, I, n° 443, CUP, II, n° 696, 701, 756, 1044, etc.
  • 8 Christine de Pisan dit par ex. du roi Charles V que « la congregacion des clers et de l’estude [de (...)

12Nul doute que, dès l’origine, les princes aient été sensibles au surcroît de prestige culturel et religieux que l’université, par sa seule présence et son pouvoir d’attraction sur les étudiants, pouvait apporter à leurs territoires et éventuellement à leur capitale (Paris, Naples ou Prague par exemple). Même lorsqu’ils n’étaient pour rien dans leur fondation et n’offraient encore que des débouchés limités à leurs gradués, les princes reprenaient volontiers à leur compte les métaphores dithyrambiques mises en honneur par les grandes bulles pontificales du XIIIe siècle pour célébrer l’université : l’arche d’alliance, la source jaillissante, le champ fertile ou la vigne féconde, le jardin clos, le grand banquet du savoir, etc.7 ; ils ne dédaignaient pas parfois d’honorer de manière ostensible les maîtres les plus fameux du studium8.

13Au-delà de cette participation globale à la gloire du royaume, le souverain attendait-il de l’université une contribution précise à l’élaboration de son projet politique ? La majorité des disciplines universitaires – philosophie, droit, théologie – s’y prêtaient parfaitement et il serait aisé de recenser, du XIIIe au XVe siècle, les innombrables productions universitaires – lectures et disputes, sermons, consilia, traductions, traités de « vulgarisation » – qui ont abordé des thèmes politiques. Très rarement subversives, ces productions tendaient plutôt, en règle générale, à conforter l’autorité du prince en lui apportant, sinon toujours des idées novatrices, en tout cas les justifications théoriques et les références savantes propres à légitimer ses ambitions.

  • 9 Il y a bien sûr des exceptions à cette régle : le célèbre garde des sceaux de Philippe le Bel Guil (...)
  • 10 Voir le passage cité supra n. 8.

14Ce rôle de conseil n’a pas, sauf exceptions, poussé les universitaires médiévaux jusqu’aux postes dirigeants, dans l’entourage immédiat et permanent du prince9. Souvent il ne s’est exercé que de manière marginale et épisodique. De plus en plus cependant, à la fin du Moyen Âge, on voit l’université intervenir en corps pour conseiller le prince, quand ce n’est pas celui-ci qui prend l’habitude de faire appel aux lumières des universitaires comme aimait par exemple à le faire en France Charles V « le Sage » qui, au témoignage de Christine de Pisan, discutait volontiers des affaires du royaume avec quelques maîtres de l’université de Paris, à qui il avait par ailleurs confié l’enrichissement de sa bibliothèque10.

Les attentes du prince

15Il n’est guère douteux que cette double forme de service – formation des hommes et formulation des idées – ait été consciemment voulue et requise par les souverains médiévaux. Il est cependant intéressant de s’en assurer et surtout de voir en quels termes cette attente a été exprimée.

16Pour cette étude, nous nous appuierons principalement sur les préambules de quelques lettres solennelles adressées en diverses circonstances par les princes aux universités.

17Ce n’est d’ailleurs pas seulement des universités qu’ils avaient eux-mêmes fondées que les princes attendaient aide et conseil. De toute façon, pendant longtemps, ils ont exprimé ces attentes de manière assez générale ou un peu détournée.

  • 11 L’argument apparaît dès 1224 dans la lettre de Frédéric II annonçant la fondation de l’université (...)
  • 12 Par ex., dans une lettre de Philippe VI de Valois de janvier 1341 (CUP, II, n° 1044) : viros indus (...)
  • 13 Cf. par ex., dans la lettre de Charles VII prescrivant la réforme de l’université d’Orléans en 144 (...)
  • 14 « ... nostre royaulme maintenu en bonne police et justice » (lettre de Charls VI de 1410 – CUP, IV (...)
  • 15 Voir par ex., CUP, IV, n° 2214, Fournier, I, n° 64, II, n° 1054, 1127, III, n° 1465, etc.
  • 16 Par ex., mundus (...), precipue nostrum Francie regnum (CUP, II, n° 720), « tous ceulx de chrestie (...)
  • 17 Confirmant les privilèges de l’université après la reprise de Paris en mai 1436, Charles VII rappe (...)
  • 18 Par ex., CUP, I, n° 443, II, n° 718, Fournier, I, n° 64, 294, II, n° 1055, 1186, 1482.

18S’agissant de la formation des futurs officiers et conseillers royaux, la notion même de service est rarement évoquée. On se contentait, ce qui, évidemment, sous-entendait l’idée d’une commode pépinière de serviteurs du prince, de parler du développement des études, de la possibilité offerte d’étudier « en paix », « près de chez soi », tout en attirant des étudiants d’origine lointaine11. Les futurs gradués eux-mêmes n’étaient d’ailleurs pas caractérisés par leurs compétences spécifiques ; mais simplement comme doctes, lettrés, sages, de mœurs pures, etc.12. Ils seront appelés à servir le « bien commun de la chose publique », la paix et la justice, ils lutteront contre les vices et défendront la foi chrétienne13. Les formules plus précises, comme celle de « bonne policie », sont nettement plus rares et plutôt tardives14. De toute façon, l’utilité escomptée de l’université était elle-même toujours replacée dans un cadre très large, celui de l’humanum genus tout entier, de l’orbis universus ou de la Christianitas15. Comme on l’a dit plus haut, le prince affectait de tirer essentiellement argument du rayonnement universel de son université et de l’autorité de ses maîtres pour renforcer le prestige de ses propres domaines, asseoir sa souveraineté et fonder la légitimité de sa politique. Ce n’est que progressivement que la référence au cadre « national » est passée du second plan (« et spécialement dans notre royaume »)16 au premier par la mention exclusive du royaume ou de la couronne17 ou encore, de manière plus concrète, des sujets du prince (incole, regnicole, subditi, subjecti, fideles)18.

  • 19 Confirmant en 1486 les privilèges de l’université de médecine de Montpellier, Charles VIII rappell (...)
  • 20 Sur le thème de l’université fille du roi de France, voir S. Lusignan, « Vérité garde le roy ». La (...)
  • 21 Voir par ex. la lettre du roi d’Angleterre Edouard II au pape Jean XXII, du 26 décembre 1317, cité (...)

19S’il n’y a guère que pour les médecins qu’on puisse trouver une allusion au service personnel du roi19, le succès foudroyant, à partir du milieu du XIVe siècle de la désignation de l’université comme « fille – voire, pour Paris, fille aînée – du roi » atteste bien de l’existence d’un lien direct, presque charnel20. Plus précocement mais plus banalement, les rois d’Angleterre avaient d’ailleurs pris l’habitude de parler de l’université d’Oxford comme d’universitas nostra21.

  • 22 En 1450, Charles VII justifie sa décision de maintenir à Caen l’université qu’y avaient fondée les (...)

20Au XVe siècle, les fondations nouvelles ne se voient même plus assigner qu’une utilitas locale. Charles VII et Louis XI les font servir à leur politique de repeuplement des villes et de reconstruction du pays ruiné par la guerre de Cent Ans22. Dans l’espèce de « décentralisation » bien tempérée qui se développe alors, marquée notamment par la multiplication des foires et des Parlements provinciaux, les nouvelles universités étaient devenues un des éléments qui devaient contribuer à la bonne marche et à l’équilibre institutionnel et humain des nouvelles entités régionales.

  • 23 Ces arguments sont repris aussi bien par Charles VII en 1450 pour maintenir l’université de Caen ( (...)
  • 24 L’université de Paris tenta en particulier de s’opposer à la fondation de l’université de Caen pui (...)

21Les textes de fondation des universités françaises du XVe siècle sont révélateurs à cet égard. Disparaissent quasiment les allusions au rôle du pape ou à la vocation de Chrétienté de l’institution. S’impose en revanche peu à peu la notion d’un véritable réseau universitaire répondant de manière cohérente aux besoins du royaume : à chaque principauté ou province son université ; on se soucie de ne pas créer de concurrences inutiles ; on reprend les modèles institutionnels existants23. À plusieurs reprises, fort lucidement, les universitaires parisiens, attachés au caractère unique et à la vocation universelle de l’alma mater Parisiensis, protestèrent avec véhémence – mais sans succès – contre ces fondations nouvelles qui non seulement les privaient d’une partie de leur clientèle traditionnelle mais les ravalait au rang de première université du royaume de France, simples primi inter pares, contraints de partager avec leurs rivaux la faveur royale et l’accès aux offices et bénéfices dont il était désormais le principal distributeur24.

  • 25 Voir par ex. CUP, II, n° 718, Fournier, I, n° 294, 487 et II, n° 1186, etc.
  • 26 Cette perspective « nationaliste » apparaît par ex. dans la lettre citée supra n. 21 d’Edouard II (...)

22Quant au rôle « idéologique » des universités, il faut bien reconnaître que ce n’est qu’en termes très généraux qu’il est évoqué dans les documents princiers. Reprenant à leur compte la thématique des grandes bulles pontificales, les princes disent attendre des universités qu’ils fondent ou protègent qu’elles servent le prestige de l’étude, l’épanouissement de la sagesse, l’affirmation de la justice, voire, pour les facultés de médecine, le renforcement de la santé publique, la défense enfin de la foi catholique25. Mais je n’ai guère trouvé de textes faisant explicitement allusion à des objectifs politiques précis. Tout au plus peut-on pressentir dans certains cas une sorte de dimension « nationaliste » : les nouvelles fondations permettront d’échapper au monopole des studia generalia les plus anciens, tels que Paris ou Bologne, voire d’en égaler l’éclat ; elles mettront en tout cas fin à la tentation des voyages lointains et à la séduction des « doctrines étrangères »26.

  • 27 En 1463 par ex. Louis XI fonde l’université de Bourges quod res ipsa temporalis, tam privata quam (...)
  • 28 Sur les structures et les hiérarchies internes du milieu médical, voir D. Jacquart, Le milieu médi (...)

23De manière plus diffuse enfin, certains textes suggèrent que les princes attendaient aussi des universités qu’elles contribuent, globalement, à la régulation de la vie sociale et à l’équilibre harmonieux entre res publica et res privata27. Du développement des universités, on pouvait en effet attendre celui des professions libérales (avocats, médecins, etc.) en même temps que la supervision de ces professions elles-mêmes et des métiers qui en dépendaient ; le cas le plus clair est celui des activités médicales et « para-médicales » (chirurgiens, barbiers, apothicaires, sages-femmes)28, mais l’essor des métiers juridiques (procureurs, notaires) ou de la prédication aux laïcs assurée par des prédicateurs d’une orthodoxie incontestable importait également à l’équilibre social et au maintien de l’ordre établi.

  • 29 Lettre de fondation de l’université de Naples citée supra n. 11.
  • 30 Cf. J. Verger, « Les universités françaises au XVe siècle : crise et tentatives de réforme », Cahi (...)

24Enfin, les universités jouaient un rôle dans le domaine général de l’éducation. Certes, les autorités publiques se sont peu souciées au Moyen Âge des ordres « inférieurs » d’enseignement ; reste que l’existence même de ces institutions reconnues par le prince qu’étaient les universités était un moyen d’éviter ou au moins de canaliser les créations spontanées (comme il en avait existé au XIIe siècle), la trop grande liberté et mobilité des maîtres, la turbulence des étudiants, la multiplication anarchique des studia particularia ; en fondant l’université de Naples en 1224, l’empereur Frédéric II avait même carrément prohibé dans son royaume de Sicile ces écoles non autorisées (à l’exception des écoles de médecine de Salerne, d’antiquité immémoriale, et les simples écoles de grammaire)29. Et dans les universités elles-mêmes, les réformes de la fin du Moyen Âge, patronnées voire dictées par les princes, eurent généralement pour effet, entre autres, de renforcer les structures hiérarchiques et l’autorité des docteurs ordinaires, ce qui allait dans le sens global des évolutions politiques du temps et donnait aux pouvoirs publics des interlocuteurs dociles30.

Faveurs et sanctions

25Pour obtenir des universités les services qu’ils en attendaient, les souverains médiévaux ont su alterner faveurs et sanctions, maniant tour à tour, pour parler familièrement, la carotte et le bâton.

26Les faveurs sont ce que la documentation révèle le mieux, car le prince donnait toujours un large écho à ses faveurs, même lorsque le bénéfice concret en était, en réalité, assez mince.

  • 31 Voir par ex. CUP, I, n° 443, II, n° 720, IV, n° 2214, Fournier, I, n° 660, 722, etc. ; il serait é (...)
  • 32 CUP, I, n° 1.
  • 33 Cf. S. Lusignan, « Vérité garde le roy », op. cit., n. 20, p. 102-149.
  • 34 En 1389, Charles VI désigna son frère Louis, alors duc de Touraine, comme promotor et protector pe (...)

27« Favoriser » les universités existantes – sans dépenser trop d’argent – a longtemps été le maître-mot de la politique princière en la matière31. Il suffisait de se montrer généreux en fait de privilèges, franchises, exemptions, droits de préséance, etc. En France, la forme la plus achevée de la faveur du souverain était la « sauvegarde royale », déjà annoncée par le célèbre privilège concédé en 1200 par Philippe Auguste aux scolares Parisienses32, clairement formulée au début du XIVe siècle par les derniers Capétiens directs et constamment revouvelée par la suite, y compris au profit des fondations nouvelles33. Une des conséquences les plus tangibles en fut la possibilité pour les universitaires français d’accéder directement au Parlement, sans passer par les tribunaux inférieurs. Le roi assigna même parfois un « protecteur et promoteur » spécial à certaines universités34.

  • 35 Pour le cas des collèges, voir par ex. N. Gorochov, « Charles V et les collèges parisiens. L’affir (...)

28Notons que si la faveur royale allait globalement à l’ensemble de l’institution universitaire, elle pouvait aussi distinguer telle ou telle instance particulière – faculté, nation ou collège35.

  • 36 En 1308, les théologiens parisiens remerciaient Philippe le Bel, avec quelque naïveté, de ce que, (...)

29Autant que le fond de ces faveurs, en comptait la forme et les princes, quand il le fallait, n’étaient pas avares de bonnes paroles à l’égard des universités36 : ils protestaient de leur affection, sollicitaient des conseils, désavouaient – au moins en apparence – les officiers subalternes qui avaient enfreint les privilèges universitaires, etc.

  • 37 Sur les mythes de fondation des universités, voir S. Lusignan, « Vérité garde le roy », op. cit., (...)

30La meilleure manière de favoriser les universités était évidemment d’en créer de nouvelles. Cependant, au moins dans le cas de la France, les créations princières, qu’il s’agisse d’universités ou même simplement de collèges, ont été en fait assez rares et plutôt tardives ; longtemps, ce sont les hommes d’Église d’une part, les gens de loi et de savoir de l’autre qui ont pris l’initiative des fondations universitaires. Cette discrétion effective du pouvoir temporel ne rend que plus remarquable la prolifération, dès les XIIIe et XIVe siècles, autour des grandes universités, des mythes de fondation qui, quelle que soit la version retenue, font toujours la part belle au prince37. À Paris, il s’agit, on le sait, du mythe de la translatio studii qui faisait de Charlemagne le fondateur de l’université ; mythe ultérieurement repris à Toulouse. À Orléans, on assigna ce rôle fondateur à l’empereur éponyme Aurélien. Les universités anglaises ne seront pas en reste, attribuant la création d’Oxford aux rois Brutus, Arthur ou Alfred alors que Cambridge se référait à Cantaber ou Sigebert. Quant à l’université de Bologne, elle prétendait trouver son origine dans un (pseudo)-diplôme de l’empereur Théodose. La signification politique de ces mythes est d’autant plus évidente qu’ils furent complaisamment véhiculés par l’historiographie la plus officielle, Vincent de Beauvais et les Grandes Chroniques de France, par exemple, dans le cas de Paris.

  • 38 Pour prendre le cas de la France (Bordeaux ne pouvant pas être considérée comme une fondation prin (...)
  • 39 Ces motivations sont développées de manière particulièrement détaillée dans les actes de fondation (...)
  • 40 Des allusions à la vocation régionale des universités provinciales se retrouvent aussi bien à l’un (...)

31Quant aux vraies fondations princières, celles du XVe siècle, elles affichèrent clairement leur nature politique et nationale. Certes, une bulle pontificale accompagne toujours l’acte royal, mais, qu’elle l’ait précédé ou suivi, son importance était manifestement devenue secondaire38. Quant au prince lui-même, s’il affirmait certes sa volonté de donner à sa fondation tous les privilèges et franchises attachées de manière imémoriale à tout studium generale, il n’en insistait pas moins, tout autant, sur son rôle personnel : inspiration divine, sagesse politique, amour de l’étude, souci du bien commun, bienveillance spéciale pour la localité où était installée la nouvelle « estude »39 ; l’acte royal de fondation soulignait aussi que celle-ci s’intégrait dans un projet politique cohérent qui était bien celui du souverain : mieux lutter contre les ennemis du royaume, renforcer les institutions existantes, pourvoir aux besoins spécifiques d’une ville et de sa région, etc.40.

  • 41 Sur le cas italien, voir la synthèse de P. F. Grendler, The Universities of the Italian Renaissanc (...)

32Il est plus difficile de voir comment le pouvoir temporel pouvait sanctionner une université qui n’aurait pas répondu à ses attentes. Les cités et seigneuries italiennes sont celles qui ont disposé de la législation la plus contraignante, mise en œuvre par des magistrats permanents, les reformatores studii, dont on ne trouve pas l’équivalent ailleurs ; c’est également en Italie qu’il fut précocement interdit d’aller étudier dans une université « étrangère », prohibition dont l’efficacité reste à démontrer ; mais si la maîtrise des flux étudiants restait peut-être délicate, la généralisation progressive des salaires professoraux donnait en revanche à l’État un moyen de pression idéal pour contrôler le recrutement des maîtres et s’assurer de leur orthodoxie et de leur docilité41.

  • 42 En 1470, il expulsa de Paris les étudiants sujets du duc de Bourgogne Charles le Téméraire, en 147 (...)
  • 43 On pense au roi de Portugal transférant autoritairement à plusieurs reprises le studium Portugalen (...)

33Mais ailleurs, notamment en France, on note plutôt la répugnance du prince à intervenir de manière autoritaire dans la vie intérieure des universités, une fois celles-ci établies. Seul, Louis XI se risqua, sans grand succès d’ailleurs, à supprimer ou transférer autoritairement des universités, à expulser des étudiants étrangers, à se mêler du contenu des programmes42. Dans d’autres pays, les souverains furent parfois plus brutaux43, mais il ne me parait pas que les universités médiévales aient jamais été soumises à une censure politique et un contrôle policier de type moderne.

  • 44 Cf. J. Verger, « Les universités françaises au XVe siècle », op. cit., n. 30.
  • 45 Cf. J. Verger, « Université et pouvoir politique, du Moyen Âge à la Renaissance », dans Universida (...)

34En examinant les choses de plus près, on constate d’ailleurs que, qu’il s’agisse des quelques épisodes autoritaires que je viens de citer ou des « réformations générales » imposées au XVe siècle à Paris, Orléans et Angers par des commissaires royaux, l’action du prince a toujours été soutenue, voire sollicitée, par une fraction au moins des universitaires eux-mêmes qui, apparemment, y trouvaient leur compte44. La mise en tutelle politique des universités à la fin du Moyen Âge, si tant est qu’elle ait existé, s’est toujours faite avec le consentement, au moins tacite, des notabilités universitaires45.

La tentation politique

35Que le prince médiéval, comme avant lui, plus ouvertement encore, l’Église, ait souvent pris l’initiative de faire appel aux gens de savoir issus des universités pour le servir est incontestable. Mais il paraît bien probable aussi que beaucoup d’universitaires n’ont pas échappé à la tentation du politique et ont été tout disposés à quitter leur chaire pour offrir leurs services au pouvoir.

  • 46 Cf. E. Türk, Nugae curialium. Le règne d’Henri II Plantagenêt (1145-1189) et l’éthique politique, (...)
  • 47 P. Gilli, La noblesse du droit. Débats et controverses sur la culture juridique et le rôle des jur (...)
  • 48 Analyse de ce texte dans J. Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France. XIII(...)

36L’idée que le docteur est le conseiller naturel du prince plonge évidemment ses racines dans la philosophie antique et a retrouvé vigueur dès le XIIe siècle46, aussi bien dans le Policraticus de Jean de Salisbury que chez les premiers juristes bolognais, Irnerius et ses disciples immédiats. Un peu mise en sommeil au XIIIe, elle retrouve toute sa vigueur à la fin du Moyen Âge. Patrick Gilli a bien analysé la concurrence furieuse qui, dans l’Italie des Tre- et Quattrocento, opposa les humanistes (de Pétrarque à Valla) et les docteurs de l’université, spécialement les juristes, entre autres sur cette question de l’accès au prince et de l’usage politique des savoirs47. En France, c’est au temps de Charles V et Charles VI que des théologiens parisiens, d’Oresme à Gerson, en viendront à théoriser le rôle de l’université comme conseillère du prince ; la fameuse harangue Vivat rex de Jean Gerson (7 novembre 1405) en sera la plus parfaite expression48.

  • 49 On pense évidemment à Pierre Cauchon, bien étudié par Fr. Neveux, L’évêque Pierre Cauchon, Paris, (...)
  • 50 Je m’inspire ici, entre autres, de la thèse inédite de L. Tournier, L’Université de Paris dans les (...)
  • 51 Selon R. N. Swanson, Universities, Academics and the Great Schism, Cambridge, 1979, l’attitude des (...)
  • 52 À s’en tenir à l’université de Paris, la plus directement sollicitée par le roi, des protestations (...)
  • 53 Cf. Fr. Neveux, L’évêque Pierre Cauchon, op. cit., n. 49, p. 173-176.
  • 54 De 1448 à 1470, un intéressant procès opposa à Montpellier les consuls de la ville, essentiellemen (...)

37Ceci dit, et par-delà les grandes constructions théoriques des uns et les ambitions purement personnelles des autres49, on a pu discuter de la portée réelle de ces offres de service50. L’université ou, si l’on préfère, les universitaires en corps étaient-ils vraiment désireux de jouer un rôle politique actif, voire novateur, avec la conscience d’être à même d’apporter dans ce domaine des compétences et des idées ignorées des élites traditionnelles ? Ou bien ne se mêlaient-ils souvent de politique que parce qu’ils ne pouvaient faire autrement et avec le souci majeur de préserver leurs intérêts matériels et leurs privilèges traditionnels ?51 En ces temps troublés, dans un contexte de grandes mutations sociales et politiques, le statut universitaire – exemptions fiscales, privilèges judiciaires, accès aux bénéfices ecclésiastiques, etc. – dépendaient de plus en plus directement du prince (et non plus de l’Église) et, pour préserver son identité face aux groupes sociaux concurrents, il fallait bien à l’occasion manifester au prince respect et obéissance52 ; et comment, dès lors, lui refuser les paroles flatteuses, les gestes de soutien et les services qu’il pouvait parfois demander ? Cette contrainte n’était d’ailleurs pas nécessairement ressentie comme insupportable et il pouvait même arriver à l’université de faire du zèle (on pense à l’attitude des docteurs parisiens dans le procès de Jeanne d’Arc)53, il reste que beaucoup d’universitaires ne se sentaient pas vraiment vocation à l’action politique ni même aux carrières administratives et préféraient, s’ils le pouvaient, continuer à enseigner, passer, de manière plus traditionnelle, au service de l’Église ou s’adonner à une pratique privée également honorable et peut-être plus rémunératrice et moins exposée54. Même si ce dernier pan de la sociologie des gens de savoir à la fin du Moyen Âge est plus difficile à mettre en évidence que celui des cursus administratifs ou ecclésiastiques, on peut au moins en faire l’hypothèse.

En guise de conclusion : refus et résistances

38Je voudrais cependant éviter de conclure sur l’idée d’une espèce d’adéquation quasi mécanique entre les attentes du prince et le consentement, fut-il parfois un peu contraint et sans enthousiasme, des universitaires médiévaux. Il y a eu aussi, de part et d’autre, des résistances et même des refus à cette mise du studium au service du regnum.

39Du côté du prince, certes, l’irrésistible ascension de « l’État moderne » en ses divers aspects (législation, bureaucratie, justice, fiscalité, finances, diplomatie, etc.) a imposé partout l’idée qu’il n’était décidément pas possible de faire l’économie du recours à l’écrit, à l’archive, à la théorie politique et, donc, aux hommes de savoir qui en apportaient la maîtrise. Mais ceci n’empêchait pas beaucoup de souverains et leur entourage immédiat de vouloir cantonner ces gens de savoir dans des fonctions relativement subalternes et techniciennes. Les préjugés sociaux et religieux, ici des nobles de sang et des soldats, ailleurs des patriciens et hommes d’affaires de haute volée, les poussaient à maintenir les universitaires à l’écart des instances même de décision. Il suffit de rappeler la célèbre apostrophe lancée à l’été 1405 aux universitaires parisiens par le duc Louis d’Orléans (pourtant féru, par ailleurs, de « modernisation » de l’État) :

  • 55 Sicut, inquit, nec in casu fidei ad consilium milites non evocaretis, sic nec in casibus bellicis (...)

Dans une question de foi, vous ne prendriez sans doute point conseil d’une assemblée de chevaliers ; de même, dans une question de guerre, ce n’est pas vous qu’il est à propos de consulter. Retournez donc à vos écoles, et renfermez-vous dans les limites de votre ministère. Bien que l’Université soit appelée la fille du roi, il ne lui appartient pas d’intervenir dans le gouvernement du royaume55.

40Démenti cinglant, par avance, au programme politique et aux offres de service présentés quelques semaines plus tard, au nom de l’université, par le chancelier Gerson dans Vivat rex.

  • 56 Cf. J. Verger, « Culture universitaire, culture de cour à Paris au XIVe siècle », dans Erziehung u (...)
  • 57 « L’office de la fille du roy est traictier et enseigner vérité et justice ; elle se joint et aher (...)
  • 58 Cf. J. Krynen, « Les légistes “tyrans de la France” ? Le témoignage de Jean Juvénal des Ursins, do (...)
  • 59 Ces divergences d’attitude des universitaires vis-à-vis du pouvoir politique ont été analysées dan (...)

41Mais les universitaires eux-mêmes, on l’a déjà suggéré, pouvaient être également réticents à se mettre au service du prince. Le vieux thème des nugae curialium et de l’« enfer de la cour », chers aux lettrés anglo-normands du XIIe siècle (Jean de Salisbury, Gautier Map, Pierre de Blois, Giraud de Barri), se retrouve chez certains universitaires de la fin du Moyen Âge, y compris Gerson, théoricien pourtant, nous l’avons vu, de la vocation politique de l’université56. On peut évidemment penser qu’au XVe comme au XIIe siècle ce sont le dépit de n’être pas écoutés et la jalousie face à des courtisans plus habiles qui ont poussé des universitaires à critiquer ainsi le service du prince. Mais on ne saurait exclure que certains aient aussi craint d’y compromettre une exigence de liberté et de vérité qui étaient une dimension évidente du travail intellectuel ; Gerson lui-même, dans Vivat rex, faisait de la liberté de parole et de remontrance de l’université la contrepartie légitime de son dévouement à la cause royale57 ; Oresme et Évrard de Trémaugon avant lui, Jean Juvénal des Ursins plus tard s’autoriseront de la même liberté de ton58. La docilité ou la flagornerie de certains n’impliquait pas nécessairement, à y regarder de plus près, le ralliement de tous59.

  • 60 Le rapport entre le pouvoir royal et les universités françaises à la fin du Moyen Âge n’est pas sa (...)

42S’il est vrai que les universitaires engagés au service du prince dans des fonctions administratives ou politiques ont rarement pu être suspectés de trahison ou de subversion, les universités en corps ont généralement conservé face aux pressions du pouvoir une capacité minimale de résistance ou au moins d’inertie qui leur permettait de préserver quelque chose de leur autonomie ancienne et de leur identité60.

Notes

1 Les deux principales publications de sources auxquelles on se référera dans la suite de cet exposé sont le Chartularium Universitatis Parisiensis, éd. par H. Denifle et É. Châtelain, 4 t., Paris, 1889-97 (désormais cité CUP, I à IV) et M. Fournier, Les statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1789, 3 t., Paris, 1890-92 (désormais cité Fournier, I à III).

2 Je me permets de renvoyer ici à la présentation globale que j’ai faite de ce problème dans J. Verger, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Âge, Paris, 1997, p. 109-159.

3 La diffusion progressive des grades universitaires jusque dans les niveaux subalternes des offices et de la judicature a été bien illustrée, pour le cas de Senlis, dans B. Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Âge (vers 1380-vers 1550), Strasbourg, 1963, p. 379-392 et 417-423.

4 La complémentarité des carrières privées et publiques est bien mise en valeur dans J. Strayer, Les gens de justice du Languedoc sous Philippe le Bel, Toulouse, 1970.

5 Cf. I canonici al servizio dello Stato in Europa, secoli XIII-XVI / Les chanoines au service del’État en Europe du XIIIe au XVIe siècle, dir. par H. Millet, Ferrare-Modène, 1992.

6 La combinaison, dans les carrières des Parlementaires parisiens, des relations familiales et du mérite personnel, sanctionné par le diplôme, ressort bien de F. Autrand, Naissance d’un grandcorps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Paris, 1981, passim.

7 Voir par ex. CUP, I, n° 443, CUP, II, n° 696, 701, 756, 1044, etc.

8 Christine de Pisan dit par ex. du roi Charles V que « la congregacion des clers et de l’estude [de Paris] avoit en grande reverence ; le recteur, les maistres et les clers solempnelz, dont y a maint, mandoit souvent pour ouir la dottrine de leur science, usoit de leurs conseilz de ce qui apartenoit à l’espirituaulté » (Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. par S. Solente, t. II, Paris, 1940, p. 46-47).

9 Il y a bien sûr des exceptions à cette régle : le célèbre garde des sceaux de Philippe le Bel Guillaume de Nogaret était un ancien professeur de droit de Montpellier (J. Strayer, Les gens de justice du Languedoc, op. cit., n. 4, p. 56) et le docteur ès-lois Joâo das Regras devint à la fin du XIVe siècle chancelier du roi Jean Ier de Portugal (A. L. de Carvalho Homem, « O Doutor Joâo das Regras no Desembargo e no Conselho Régio (1384-1404). Breves Notas », dans Estudos de Historia de Portugal, vol. I, Séculos X-XV. Homenagem a A.H. de Oliveira Marques, Lisbonne, 1982, p. 241-253).

10 Voir le passage cité supra n. 8.

11 L’argument apparaît dès 1224 dans la lettre de Frédéric II annonçant la fondation de l’université de Naples (Storia dell’Università di Napoli, Naples, 1924 [réimpr. Bologne, 1993], p. 14-15) ; il est réutilisé à Paris par Philippe le Bel (CUP, II, n° 701) et Louis X le Hutin (CUP, II, n° 718), à Perpignan par Pierre IV d’Aragon (Fournier, III, n° 1482), à Montpellier par Jean le Bon (Fournier, II, n° 977), à Orléans et Angers par Charles V (Fournier, I, n° 179 et 397).

12 Par ex., dans une lettre de Philippe VI de Valois de janvier 1341 (CUP, II, n° 1044) : viros industrios, decoros scientia, virtutibus presignitos, fortes consiliis (...), viros virtutum varietate fecundos.

13 Cf. par ex., dans la lettre de Charles VII prescrivant la réforme de l’université d’Orléans en 1447 (Fournier, I, n° 294), cette belle formule : celsitudo regia inducitur studiorum generalium ac universitatum regni nostri paci et transquilitati (...) salubriter procedere, ut (...) dilatentur jugiter fidei, justitie virtutumque omnium salutaria dogmata, quibus mundus illuminatur, res illustratur publica, fides protegitur et augetur, floret justitia, coluntur virtutes, vicia extirpantur et in Dei reverentia nostraque, sub Deo, obedientia, firmantur animi subditorum. Voir aussi CUP, I, n° 443, II, n° 720, IV, n° 2486, etc.

14 « ... nostre royaulme maintenu en bonne police et justice » (lettre de Charls VI de 1410 – CUP, IV, n° 1883) ; « ... ladite Université [d’Angers] est l’une des premières et des plus anciennes de notre royaume, en laquelle ont été faits et instruits (...) plusieurs grands, solemnels et notables clercs, qui par leur grand sciences et bonnes doctrines ont si grandement labouré à l’exaltation de la foi catholique et à la justice de notre royaume » (confirmation des privilèges de l’université d’Angers par Charles VIII, novembre 1483 – j’ai reproduit l’orthographe, sans doute modernisée, de Fournier, III, n° 487).

15 Voir par ex., CUP, IV, n° 2214, Fournier, I, n° 64, II, n° 1054, 1127, III, n° 1465, etc.

16 Par ex., mundus (...), precipue nostrum Francie regnum (CUP, II, n° 720), « tous ceulx de chrestienté et mesmement de nostre royaume » (CUP, IV, n° 1883), « non seulement en nostre royaume de France, mais generalement en toute chrestienté » (CUP, IV, n° 2214), etc.

17 Confirmant les privilèges de l’université après la reprise de Paris en mai 1436, Charles VII rappelle « la tres grant et fervent amour et affection qu’ilz [ses prédécesseurs] ont tousjours eue à nostredicte fille pour la tres sainte doctrine de pure, nette et entiere foy et vraye clarté et lumiere de science, dont elle a de tres grant ancienneté singulierement esté recomandée avec les autres precieux fruiz et biens qu’ils ont perceu et sentu si largement et grandement yssir et venir d’elle à nostre couronne, royaume et seigneurie » (CUP, IV, n° 2486).

18 Par ex., CUP, I, n° 443, II, n° 718, Fournier, I, n° 64, 294, II, n° 1055, 1186, 1482.

19 Confirmant en 1486 les privilèges de l’université de médecine de Montpellier, Charles VIII rappelle que nos quoque et predecessores nostri reges ab illa universitate et studio soliti sumus habere magistros doctores pro servitio persone nostre (Fournier, II, n° 1186). Sur les médecinsdes rois de France au Moyen Âge (plus souvent, en fait, issus de Paris que de Montpellier), voir D. Jacquart, Le milieu médical en France du XIIe au XVe siècle, Genève, 1981, p. 98-107 et annexes n° 10 et 11.

20 Sur le thème de l’université fille du roi de France, voir S. Lusignan, « Vérité garde le roy ». La construction d’une identité universitaire en France (XIIIe-XVe siècle), Paris, 1999, p. 267-70 et 277-81.

21 Voir par ex. la lettre du roi d’Angleterre Edouard II au pape Jean XXII, du 26 décembre 1317, cité dans CUP, II, n° 756.

22 En 1450, Charles VII justifie sa décision de maintenir à Caen l’université qu’y avaient fondée les Anglais, parce que « la dite Université continuée en nostre dicte ville de Caen qui est de soy mal peuplée, sera cause de la faire peupler et redondera au bien et prouffit de nous et de la chose publique » (Fournier, III, n° 1674) ; de même, renouvelant en 1476 certains privilèges de l’université de Poitiers, Louis XI rappelle qu’« en l’an mil quatre cent trente-trois, les maire, eschevins et bourgeois de notre ville de Poitiers, connaissant que ladite ville, qui est de grande estendüe, était mal édifiée et peuplée, avisèrent ensemble que, pour la réédifier et peupler de grand et notables gens et édifices, estoit besoin que y eut université en icelle ville, lesquelles choses lesdits maire et eschevins firent remontrer à feu nostre très cher seigneur et père… » (Fournier, III, n° 1760).

23 Ces arguments sont repris aussi bien par Charles VII en 1450 pour maintenir l’université de Caen (« la dicte ville est grande, spacieuse… et non trop prouchain d’autres villes où il y ait université » – Fournier, III, n° 1674) que par le duc François II de Bretagne pour instituer celle de Nantes en 1461 (« ... à l’exemple des autres universités créées ès autres pays » – Fournier, III, n° 1594) ou par Louis XI quand il fonde celle de Bourges en 1463 (... ad instar aliorum generalium regni nostri studiorum – Fournier, III, n° 1850).

24 L’université de Paris tenta en particulier de s’opposer à la fondation de l’université de Caen puis à son maintien par Charles VII (Fournier, III, n° 1645-46, 1666) et, associée aux universités d’Orléans et Angers, à la création de celle de Bourges ; dans ce dernier cas, son opposition trouva un certain écho au Parlement de Paris, peut-être irrité lui aussi par la création des Parlements provinciaux, mais échoua devant la détermination absolue de Louis XI (Fournier, III, n° 1852, 1858-61).

25 Voir par ex. CUP, II, n° 718, Fournier, I, n° 294, 487 et II, n° 1186, etc.

26 Cette perspective « nationaliste » apparaît par ex. dans la lettre citée supra n. 21 d’Edouard II à Jean XXII où le roi ne manque pas de rappeler que le studium est, selon lui, plus ancien en Angleterre qu’en France. Rappelons aussi que, même si les textes de fondation ne le disent pas explicitement, l’université de Naples fut fondée, entre autres, pour faire pièce à celle de Bologne et celle de Prague pour rivaliser avec Paris. En créant Caen, le roi d’Angleterre Henri VI entendait bien détourner de Paris ses sujets français « de nostre duchié de Normandie et d’autre païs à nous obéissans » (Fournier, III, n° 1662), etc.

27 En 1463 par ex. Louis XI fonde l’université de Bourges quod res ipsa temporalis, tam privata quam publica, utiliter geratur et commode (Fournier, III, n° 1850).

28 Sur les structures et les hiérarchies internes du milieu médical, voir D. Jacquart, Le milieu médical en France, cité supra n. 19.

29 Lettre de fondation de l’université de Naples citée supra n. 11.

30 Cf. J. Verger, « Les universités françaises au XVe siècle : crise et tentatives de réforme », Cahiers d’histoire, 21 (1976), p. 43-66 [réimpr. dans J. Verger, Les universités françaises au Moyen Âge (Education and Society in the Middle Ages & Renaissance, 7), Leyde, 1995, p. 228-252].

31 Voir par ex. CUP, I, n° 443, II, n° 720, IV, n° 2214, Fournier, I, n° 660, 722, etc. ; il serait évidemment beaucoup trop long de prétendre énumérer ici tous les octrois ou confirmations de privilèges dont ont bénéficié les universités et collèges de la part des princes à la fin du Moyen Âge, et même dès le XIIIe siècle.

32 CUP, I, n° 1.

33 Cf. S. Lusignan, « Vérité garde le roy », op. cit., n. 20, p. 102-149.

34 En 1389, Charles VI désigna son frère Louis, alors duc de Touraine, comme promotor et protector perpetuus de l’université de Toulouse (Fournier, I, n° 716) ; je ne sache pas cependant que l’intéressé ait exercé cette charge de manière active.

35 Pour le cas des collèges, voir par ex. N. Gorochov, « Charles V et les collèges parisiens. L’affirmation d’une politique universitaire royale (1364-1380) », dans Paris et ses campagnes sous l’Ancien Régime. Mélanges offerts à Jean Jacquart, éd. M. Balard, J.-Cl. Hervé, N. Lemaître, Paris, 1994, p. 187-194.

36 En 1308, les théologiens parisiens remerciaient Philippe le Bel, avec quelque naïveté, de ce que, cum possetis precipere nobis vestris clientulis, ex magna tamen dignatione vestra sententiam nostram per vestras litteras amicabiliter requirere maluistis (CUP, II, n° 664) ; en 1411, Charles VI, en pleine guerre civile, il est vrai, écrivait à l’université de Paris : « ... vous prions, requerons tres instamment, et neantmoins mandons si expressement que plus pouvons… pour nous aider, conseiller et conforter » (CUP, IV, n° 1935).

37 Sur les mythes de fondation des universités, voir S. Lusignan, « Vérité garde le roy », op. cit., n. 20, p. 225-281, et, du même auteur, « Les mythes de fondations des universités au Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 115 (2003), p. 445-479, ainsi que J. Verger, « “Ladicte université de Thoulose est moult notable et tres ancienne”. Histoire et conscience de soi chez les universitaires toulousains à la fin du Moyen Âge », dans Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, textes réunis par Fr. Autrand, Cl. Gauvard et J.-M. Moeglin, Paris, 1999, p. 593-606, et F. Rexroth, « König Artus und die Professoren. Gründungsmythen mittelalterlicher Universitäten », Jahrbuch für Universitätsgeschichte, 1 (1998), p. 13-48.

38 Pour prendre le cas de la France (Bordeaux ne pouvant pas être considérée comme une fondation princière), la bulle pontificale semble avoir précédé le diplôme princier à Aix-en-Provence, Dole, Poitiers et Nantes et inversement à Caen, Valence et Bourges (Fournier, III, passim) ; mais il est clair que, même lorsqu’elle est antérieure, la bulle pontificale a été sollicitée par une pétition du prince et que c’est donc de celui-ci, seul ou avec d’autres (par ex. la municipalité, l’évêque ou les gradués de la ville concernée), qu’est venue l’initiative.

39 Ces motivations sont développées de manière particulièrement détaillée dans les actes de fondations donnés par Louis XI, comme dauphin, en 1452 à l’université de Valence (Fournier, III, n° 1785) et, comme roi, en 1463 à l’université de Bourges (Fournier, III, n° 1850, 1852) ; il faudrait citer ici ces textes en entier.

40 Des allusions à la vocation régionale des universités provinciales se retrouvent aussi bien à l’université de médecine de Montpellier (respublica dicte patrie Occitanie – Fournier, II, n° 1055) qu’à Bordeaux (non solum ipsa civitas ejusque cives et incole, quinimo patria adjacens et partes alie vicine – Fournier, III, n° 1769) ou à Bourges (ad ipsius civitatis et totius ducatus Bituricensis utilitatem, gloriam et honorem – Fournier, III, n° 1850).

41 Sur le cas italien, voir la synthèse de P. F. Grendler, The Universities of the Italian Renaissance, Baltimore-Londres, 2002.

42 En 1470, il expulsa de Paris les étudiants sujets du duc de Bourgogne Charles le Téméraire, en 1474 il interdit les enseignements nominalistes à l’université de Paris, en 1481 et 1483 enfin il prétendit transférer à Besançon puis à Poligny l’université de Dole dont les étudiants avaient participé à la résistance de la ville lors de la conquête française de la Franche-Comté (H. Rashdall, The Universites of Europe in the Middle Ages, nlle éd. Par F. M. Powicke et A. B. Emden, Londres, 1936, vol. II, p. 193 et vol. III, p. 564 et 580-1). Signalons aussi qu’en 1460 le roi René, inspiré sans doute par les exemples italiens, interdit à ses sujets provençaux d’aller étudier ailleurs qu’à Aix-en-Provence (Fournier, III, n° 1583) ; certainement sans grand succès.

43 On pense au roi de Portugal transférant autoritairement à plusieurs reprises le studium Portugalense de Lisbonne à Coimbra et vice-versa (1308, 1338, 1355, 1377), au roi Venceslas de Bohême provoquant de facto, par le décret de Kutná Hora (18 janvier 1409), l’expulsion des nations non-tchèques de l’université de Prague, à l’archevêque de Canterbury soutenu par le roi d’Angleterre dans son entreprise de brutale épuration anti-lollard de l’université d’Oxford (1411).

44 Cf. J. Verger, « Les universités françaises au XVe siècle », op. cit., n. 30.

45 Cf. J. Verger, « Université et pouvoir politique, du Moyen Âge à la Renaissance », dans Universidade(s). Historia. Memoria. Perspectivas, t. 5, Coimbra, 1991, p. 11-23, et, du même auteur, « Université et pouvoir en France au Moyen Âge », dans Universidad, cultura y sociedad en la Edad Media, coord. S. Aguadé Nieto, Alcalá de Henares, 1994, p. 35-52.

46 Cf. E. Türk, Nugae curialium. Le règne d’Henri II Plantagenêt (1145-1189) et l’éthique politique, Genève, 1977.

47 P. Gilli, La noblesse du droit. Débats et controverses sur la culture juridique et le rôle des juristes dans l’Italie médiévale (XIIe-XVe siècles), Paris, 2003.

48 Analyse de ce texte dans J. Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France. XIIIe-XVe siècle, Paris, 1993, p. 284-290.

49 On pense évidemment à Pierre Cauchon, bien étudié par Fr. Neveux, L’évêque Pierre Cauchon, Paris, 1987.

50 Je m’inspire ici, entre autres, de la thèse inédite de L. Tournier, L’Université de Paris dans les événements politiques du royaume de France (1405-1452), 3 vol. dactyl., soutenue à l’univ. de Reims en 2000.

51 Selon R. N. Swanson, Universities, Academics and the Great Schism, Cambridge, 1979, l’attitude des universités, et spécialement de celle de Paris, au cours du Grand Schisme et de la crise conciliaire, aurait été marquée par les mêmes tensions, voire contradictions, entre ambition de jouer un rôle spécifique et désir de préserver les privilèges traditionnels.

52 À s’en tenir à l’université de Paris, la plus directement sollicitée par le roi, des protestations d’obéissance et de fidélité des maîtres se rencontrent aussi bien, au XIVe siècle, sous Philippe le Bel (sui capellani humiles et devoti, magistri in theologia Parisius, licet indigni, ... cum omni sujectione se promptos et voluntarios regie majestati semper gratum et devotum servicium exhibere – CUP, II, n° 664) que sous Philippe VI (Et quia, princeps carissime, vos ut dominum nostrum carissimum fundatorem et gardiatorem Parisiensis studii et nostre ibidem theologice facultatis regemque precellentem revereri tenemur et vestris jussionibus obedire, attendentes specialiter id quod ab ore vestro ibidem audivimus – CUP, II, n° 981) que, au XVe, sous Charles VI (« ... pour vous aidier et consiller loyalment (...) en obeissant tousjours a vos bons commandemens, comme tenus yssommes et faire le devons » – CUP, IV, n° 1956) et Charles VII (« ... [pour] vous faire et exhiber, nostre souverain seigneur et père, obeyssance, honneur et reverance loyalment, comme nous le desirons et volons tousjours faire, et pour vous declairer le grant proffit et besoing que nous avons de vostre desirée presence, et aussi pour faire aucunes offres et supplications tres humbles de par nous » – CUP, IV, n° 2481).

53 Cf. Fr. Neveux, L’évêque Pierre Cauchon, op. cit., n. 49, p. 173-176.

54 De 1448 à 1470, un intéressant procès opposa à Montpellier les consuls de la ville, essentiellement des marchands, aux notaires et hommes de loi ; ces derniers prétendaient pouvoir accéder eux aussi au consulat, mais leurs adversaires leur opposaient que, se consacrant avant tout à la pratique privée, ils étaient par là-même inaptes à prendre en charge « le bien commun de la chose publique », alors qu’eux-mêmes se sentaient naturellement désignés pour gouverner une ville qui reposait elle-même toute entière sur « le fait de commerce et de marchandise » (A. C. Montpellier, FF 76).

55 Sicut, inquit, nec in casu fidei ad consilium milites non evocaretis, sic nec in casibus bellicis debetis vos immiscere. Recedentes igitur, studendo ministerium vestrum debite compleatis, quoniam, et si filia regis Universitas vocetur, tamen de regimine regni ipsam intromittere non decet (Chronique du Religieux de Saint-Denys, éd. et trad. M. L. Bellaguet, t. III, Paris, 1841, p. 314-315 [réimpr. Paris, 1994]).

56 Cf. J. Verger, « Culture universitaire, culture de cour à Paris au XIVe siècle », dans Erziehung und Bildung bei Hofe. 7. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen. Celle, 23. bis 26. September 2000, hg. v. W. Paravicini und J. Wettlaüfer, Stuttgart, 2002, p. 167-176

57 « L’office de la fille du roy est traictier et enseigner vérité et justice ; elle se joint et ahert a chascun qui se tient pour justice et vérité (...) La fille du roy plaine de tant de maistres clorra elle la bouche ? cachera elle sa lumiere dessoubz le banc et sa science en terre ? N’est point a dire (...) Trop en seroit a reprendre. Pensez doncques comme la fille du roy est dicte comme le bel œil cler mis en ce royaulme pour veoir tout ce qu’est a faire, et est comme la guette mise au plus hault de la tour pour regarder que nul mal ne viengne ; et le sonner (...). L’Université qui est telle clorra elle ses yeulz ? Se taira elle ? Se laissera elle destruire ou oublier ? Ou seroit la loyaulté de la fille subiecte au pere ? » (cité dans J. Krynen, L’empire du roi, op. cit., n. 48, p. 287-88).

58 Cf. J. Krynen, « Les légistes “tyrans de la France” ? Le témoignage de Jean Juvénal des Ursins, docteur in utroque », dans Droits savants et pratiques françaises du pouvoir (XIe-XVe siècles), dir. par J. Krynen et A. Rigaudière, Bordeaux, 1992, p. 279-299.

59 Ces divergences d’attitude des universitaires vis-à-vis du pouvoir politique ont été analysées dans J. Krynen, « Les légistes “idiots politiques”. Sur l’hostilité des théologiens à l’égard des juristes, en France, au temps de Charles V », dans Théologie et droit dans la science politique de l’État moderne (Coll. de l’École française de Rome, 147), Rome, 1993, p. 171-198.

60 Le rapport entre le pouvoir royal et les universités françaises à la fin du Moyen Âge n’est pas sans analogie avec celui qui s’établit à la même époque entre le roi de France et ses « bonnes villes » (cf. B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982).

Auteur

Université Paris IV-Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540