Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Fondements et idéologies du Pouvoir

Eginhard et les trois fonctions de la royauté

Claude Carozzi

Texte intégral

  • 1 La Vita Karoli se trouve dans trois éditions courantes : Einhardi Vita Karoli magni, éd. G. H. Per (...)
  • 2 Une analyse approfondie de la tradition manuscrite se trouve dans l’important ouvrage de M. M. Tis (...)

1L’œuvre d’Eginhard, que l’on désigne habituellement par le titre de Vita Karoli, ne répond pas à ce que l’on classe aujourd’hui sous le titre de biographie1. Les événements du règne de Charlemagne n’y sont pas exposés par ordre chronologique, et beaucoup d’éléments que nous jugerions importants n’y sont pas développés, non seulement tout ce qui relève de l’enfance et de la jeunesse mais aussi une grande partie de ce que nous classerions dans le domaine de la politique intérieure. Il reste donc à comprendre quel était le dessein réel d’Eginhard en écrivant une œuvre, dont l’intérêt n’échappait pas à ses contemporains et dont l’influence resta importante pendant tout le Moyen Âge, si l’on en juge par le nombre de manuscrits qui ont subsisté2.

  • 3 Sur l’influence de Suétone voir E. K. Rand, « On the History of the De Vita Caesarum of Suetonius (...)
  • 4 Il manquait dans Suétone une christianisation du comportement qu’Eginhard ne pouvait trouver que d (...)
  • 5 M. S. Kempshall, « Some Ciceronian Models for Einhard’s Life of Charlemagne », Viator, 26, 1995, p (...)

2On a déjà remarqué depuis longtemps qu’Eginhard s’est inspiré de Suétone et notamment de sa Vie d’Auguste3. Mais cette influence ne pouvait pas aller au delà d’un parallèle entre deux fondateurs d’empire, car les fondements politiques sous-jacents aux deux ouvrages sont trop différents. Charlemagne est un roi et un empereur chrétien. Pour justifier sa conduite et en faire un modèle de comportement Suétone n’était pas une référence suffisante4. On a aussi mis en avant, à juste titre, l’influence de la rhétorique dans la présentation de l’œuvre5. Mais cet élément nous paraît avoir pesé autant sur le dessein poursuivi par Eginhard que sur la structure même de son œuvre. Celle-ci en effet propose un modèle d’action et de comportement, où la tradition antique sert de cadre aussi bien aux fondements indo-européens traditionnels de l’exercice du pouvoir qu’à ceux issus du christianisme.

Le cadre rhétorique

3La préface de la Vita s’ouvre sur une longue phrase, dont les trois premiers mots expriment le propos de l’œuvre :

  • 6 Vitam et conversationem et ex parte non modica res gestas domini et nutritoris mei Karoli, excelle (...)

La vie (vitam) et le mode d’existence (conversationem) et la plupart des actions remarquables (res gestas) de mon seigneur et nourricier Charles, le meilleur et, à juste titre, le plus célèbre des rois, après avoir conçu l’idée de les mettre par écrit je l’ai accomplie, autant que je l’ai pu, avec brièveté…6

4Plus loin, après un prologue que les éditeurs modernes ont divisé en trois chapitres, Eginhard dit regretter de ne pouvoir parler de la naissance et de l’enfance de Charles avant d’annoncer le plan qu’il va suivre désormais :

  • 7 … ad actus et mores ceterasque vitae illius partes explicandas ac demonstrandas, omissis incogniti (...)

... je me suis décidé à en venir, en laissant de côté ce qui m’est inconnu, à développer (explicandas) et mettre en valeur (demonstrandas) les actions (actus), les modes de vie (mores) et toutes les autres parties de sa vie (vitae), de sorte qu’ainsi dans ma narration (narrando) d’abord des actions remarquables (res gestas) à l’intérieur et à l’extérieur, ensuite de ses modes de vie (mores) et entreprises (studia), enfin des dispositions prises pour le royaume et de sa fin (de regni administratione et fine), rien ne soit omis de ce qu’il est digne et nécessaire de connaître7.

  • 8 Voir tableaux en appendices 1 et 2.

5Les deux passages diffèrent dans l’ordre des mots et leur choix car ils ne correspondent pas à la même fonction8. Dans la préface Eginhard veut justifier son entreprise, alors qu’après le prologue, qui correspond aux trois premiers chapitres selon les éditeurs modernes, il annonce le plan qu’il entend suivre désormais au moyen d’une partitio.

La préface

  • 9 Concernant la traduction de conversatio voir D. Ganz, « The Preface to Einhard’s Vita Karoli », Ei (...)

6Dans la préface l’ordre des mots est inverse de celui de la partitio. L’expression res gestae y figure, mais seulement en troisième lieu, les deux premières places étant occupées par vita et conversatio. Ces trois termes placés en tête retentissent comme les trois accords initiaux d’une ouverture et produisent un effet cumulatif. L’œuvre sera non seulement une Vita de Charles, mais illustrera aussi sa conversatio, son mode d’existence9, et même la totalité de ses res gestae (ex parte non modica). Ce qui constitue ici le sommet de la gradation, du climax, sera traité ensuite en premier, certainement parce qu’il s’agit du socle sur lequel l’œuvre de Charles prend appui. Mais, dans la préface, Eginhard insiste sur ce qui lui paraît justifier au plus haut point son entreprise. Il y revient plus loin lorsqu’il affirme qu’il n’a pas voulu transmettre seulement à la mémoire les actions remarquables de Charles pour faire connaître le statum aevi praesentis, mais surtout car :

  • 10 Satiusque iudicavi eadem cum aliis velut communiter litteris mandata memoriae posterorum tradere q (...)

La vie absolument éclatante de ce roi, le meilleur et le plus grand de tous ceux de son époque, ainsi que ses actions remarquables et presque inimitables par des hommes des temps actuels, ne pourraient supporter d’être anéanties dans les ténèbres de l’oubli10.

  • 11 R 24 (XXV), p. 196.
  • 12 … cui scribendae atque explicandae non meum ingeniolum, quod exile et parvum, immo poene nullum es (...)

7Ce sont ainsi les res gestae, qui font accéder Charles à l’histoire, tels ces héros dont il aimait entendre lire les exploits à table : legebantur ei historiae et antiquorum res gestae11. Il est alors nécessaire selon la rhétorique traditionnelle que l’écrivain fasse preuve de modestie. Eginhard prévient donc son lecteur qu’il n’a pas un esprit ni des capacités comparables à ceux de Cicéron. Il termine cependant par une citation des Tusculanes, qui peut à la fois satisfaire son humilité, puisqu’elle critique l’impudence des mauvais écrivains, mais aussi son orgueil, car s’il était aussi conscient qu’il le prétend de la nullité de son petit esprit, – immo poene nullum est12 – il ne fournirait pas à d’éventuels détracteurs une arme aussi facile à retourner contre lui.

8Le but de la préface n’est donc pas de donner le plan de l’œuvre mais d’en justifier l’entreprise et d’en faire, en s’appuyant sur des modèles antiques, Suétone et Cicéron, un modèle de gouvernement.

La partitio

  • 13 Cf. tableau en appendice 1.
  • 14 Sur la technique et le vocabulaire rhétoriques voir L. Pernot, La Rhétorique dans l’Antiquité, Par (...)
  • 15 La définition traditionnelle de la narratio vient du De Inventione de Cicéron I, 27 : Narratio est (...)
  • 16 Cf. M. S. Kempshall, op. cit., n. 5 et L. Pernot, La rhétorique de l’éloge, op. cit., n. 14.
  • 17 Suétone, Vie des douze Césars, Liber II : Divus Augustus, IX, 1 : Proposita uitae eius uelut summa (...)

9Dans la partitio, en revanche, Eginhard indique clairement sa démarche et prend la précaution de le déclarer à deux reprises, en scandant même la deuxième annonce au moyen de trois adverbes : primo, deinde, tum. Les termes employés dans les deux séries sont équivalents13. En premier lieu il traitera des actus ou res gestae et domi et foris, ensuite des mores ou mores et studia et enfin des caeterae vitae illius partes, dont il précise le contenu : de regni administratione et fine. Pour définir l’objectif qu’il s’est fixé, il emploie trois verbes qui ont un sens technique en rhétorique : explicare, demonstrare, narrare. Explicare consiste à développer ce qui est impliqué par le sens des deux autres, à savoir une demonstratio et une narratio14. Une narratio est un récit, l’exposé des faits qui font l’objet de la demonstratio15. Dès lors qu’il s’agit d’éloge ou de blâme, la narratio s’intègre dans un genre oratoire et littéraire particulier : le genus demonstrativum, qui convient aussi bien à une biographie qu’à une plaidoirie16. Dans sa Vie d’Auguste, Suétone énonce une partitio suivant laquelle il déclare vouloir procéder neque per tempora sed per species17, en s’écartant donc de l’ordre chronologique et en classant son exposé par thèmes. Dans des termes différents, Eginhard exprime la même idée. Il le fait d’ailleurs indirectement au cours de son récit de la campagne d’Italie, lorsqu’il explique qu’il aurait décrit les difficultés rencontrées par l’armée :

  • 18 Italiam intranti quam difficilis Alpium transitus fuerit, quantoque Francorum labore invia montium (...)

... s’il n’avait eu à l’esprit le propos dans le présent ouvrage de livrer à la mémoire plutôt son mode de vie (uitae illius modum) que les événements des guerres qu’il mena18.

  • 19 Supra n. 7.

10Ceci fait écho à l’affirmation, exprimée dans la partitio, de ne vouloir rien omettre des choses uel digna uel necessaria19. Son propos vise donc à mettre en évidence ce qui relève de la dignitas de la personne, sa valeur, et de la necessitas, à savoir ce qui correspond uniquement au sujet de sa demonstratio. Celle-ci sera conduite en trois parties : la manière dont Charles a géré les guerres (res gestae), sa conduite personnelle et intime (mores et studia), la façon dont il a réglé sa succession et terminé sa vie (de regni administratione et fine). Il faut cependant noter que la troisième partie ne semble pas avoir la même fonction que les deux premières.

Demonstratio

  • 20 Cette division se trouve mentionnée dans les notes de l’édition Pertz (op. cit., n. 1). Elle a l’a (...)
  • 21 R 5 (VI) p. 170 et 15 (XVI) p. 182.
  • 22 R 15 (XVI) p. 182-184.
  • 23 R 16 (XVII) p. 184.
  • 24 R 17 (XVIII) p. 186.

11On peut en effet constater que celles-ci sont construites d’une façon analogue avec des articulations clairement désignées au moyen d’artifices rhétoriques simples. La première, la narratio des res gestae, comprend treize chapitres selon la division opérée par Walahfrid Strabon20. Le premier introduit le récit des guerres par un membre de phrase – omnium bellorum quae gessit –, qui est repris en écho au début du chapitre XVI : Haec sunt bella quae rex potentissimus per annos XVII gessit21. Après cet exposé des guerres en dix chapitres, dans les trois suivants figurent encore trois énoncés analogues. Le XVIe, dont la première phrase sert de conclusion aux dix précédents, souligne en second lieu que par ces guerres Charles, qui avait reçu de son père un royaume déjà grand et fort, ita nobiliter ampliavit au point d’en doubler l’importance22. Eginhard énumère alors toutes ses conquêtes. Le chapitre suivant souligne l’apport d’une autre forme d’accroissement, – auxit etiam gloriam regni sui –, par l’amicitia qu’il sut établir avec des royaumes étrangers23. Mais il existe aussi une autre forme d’amplification procurée par les travaux, qui contribuèrent à l’ornement et l’aménagement du royaume, et qui font le sujet du dix-huitième chapitre24, dont l’avant-dernière phrase résume l’apport général des res gestae, – « voici ce qu’il fit à l’évidence pour défendre, amplifier et orner le royaume ». La dernière phrase sert alors d’introduction à la deuxième partie de la narratio :

  • 25 R 18 (XVIII) p. 188 : Talem eum in tuendo et ampliando simulque ornando regno fuisse constat. Cuiu (...)

Maintenant, à partir d’ici je vais entreprendre d’exposer les qualités de son âme et la suprême constance dont il fit preuve dans les circonstances favorables ou contraires, ainsi que tout ce qui relève de sa vie personnelle et quotidienne25.

  • 26 Repetitio de domestica eius vita… Cf. p. 22.
  • 27 Rhétorique à Hérennius, IV, 19.
  • 28 R 18 (XIX) p. 188 : post mortem patris cum fratre regnum partitus… Cette phrase est la première du (...)
  • 29 R 5 (VI) p. 170.
  • 30 R 27 (XXVIII) p. 198.
  • 31 R 27-31 (XXVIII-XXXI) p. 198-200. W. Strabon a regroupé en un seul chapitre (XXIX) les dons de Cha (...)

12Cette partie qui traite des mores et studia s’ouvre par une repetitio, effet souligné par Walahfrid Strabon dans le titre qu’il a donné au chapitre XIX26. Ce procédé oratoire consiste à reprendre une demonstratio depuis son origine27. Eginhard reprend ainsi son exposé à partir de la mort de Pépin dont il avait été question juste avant la partitio28. Pendant la période où il avait gouverné avec son frère Carloman, il avait dû faire preuve d’une grande constance. Ce petit exorde fait écho à celui qui ouvrait la première partie, où était évoqué, à propos de la guerre d’Aquitaine, le refus que Carloman avait opposé à sa demande d’aide, ce qui n’avait pas découragé la persévérance de Charles29. Eginhard consacre encore dix chapitres, selon Walahfrid Strabon, à énumérer ses qualités, qui culminent avec ses sentiments religieux et sa charité envers les pauvres y compris d’au-delà des mers30. Les trois chapitres suivants en forment la conclusion. Durant son dernier séjour à Rome il reçoit le nomen imperatoris du pape et, comme si cela était lié à l’acquisition de ce titre, il fait corriger les lois des Francs, fait mettre par écrit les chants épiques barbares et donne des noms en langue germanique aux mois et aux vents31.

  • 32 R 26 (XXVII) p. 198 : Legendi atque psallendi disciplinam diligentissime emendavit.
  • 33 R 15 (XVI) p. 182 : Haec sunt bella quae rex potentissimus per annos XLVII – tot enim annis regnav (...)
  • 34 R 28 (XXIX) p. 198-200 : Quod primo in tantum aversatus est, ut adfirmaret se eo die, quamvis prae (...)

13Ces deux parties de la narratio ou demonstratio sont construites de façon parallèle pour aboutir à deux formes d’ampliatio : celle du royaume et celle de la gloire personnelle de Charles. Il en résulte que l’acquisition du titre impérial n’est pas la conséquence des conquêtes, mais celle des mores et studia. Après avoir évoqué la vie chrétienne de Charles, son souci du culte, sa participation aux offices, allant jusqu’à corriger la manière de lire ou de psalmodier32, sa charité et les dotations accordées aux églises romaines, Eginhard souligne le soin qu’il apporte à rétablir l’auctoritas de l’Urbs Roma, même si au cours de ses quarante-sept années de règne il ne se rendit que quatre fois à Rome. Les quarante-sept années de règne sont ainsi évoquées à deux reprises, comme pour souligner deux étapes majeures de la demonstratio : l’ampliatio du royaume à l’issue des guerres, au début du onzième chapitre de la première narratio, et l’acquisition du titre impérial après l’évocation de l’auctoritas de l’urbs Roma maintenue et accrue par Charles, au début encore du onzième chapitre de la deuxième narratio33. Certes, selon Eginhard, Charles n’était venu à Rome que pour secourir le pape Léon, il aurait même évité d’entrer à l’église, s’il avait su ce qui l’attendait34. Cependant Eginhard souligne aussi qu’il s’agissait d’une fête majeure, ce qui ne laissait en fait aucune échappatoire au futur empereur. On peut supposer qu’Eginhard à cet endroit de son récit s’inspire plutôt d’une tradition hagiographique, qui veut qu’un futur évêque commence par refuser, par humilité, son élection. Même si le titre impérial ne peut être directement comparé à une fonction épiscopale, il est présenté comme l’aboutissement d’une vie personnelle et religieuse exemplaire. L’humilité peut donc trouver place au moment où cette vie reçoit une forme de consécration suprême.

  • 35 R 5 (VI) p. 170 : Et licet eum frater promissio frustrasset auxilio… perseverantia ac iugitate per (...)

14Si l’on résume la composition des deux parties de cette narratio, ce qui en fait une demonstratio ressort des éléments de leur structure rhétorique. Toutes deux prennent comme point de départ les difficultés liées au partage du regnum entre les deux frères. À la mauvaise volonté de Carloman s’oppose la constantia et la patientia de Charles35. Les deux apothéoses qui les concluent résultent de la continuité des efforts menés sans relâche dans le domaine public comme dans le privé. Les res gestae forment le fondement de la construction, les mores et studia reflètent les qualités personnelles qui l’ont permise.

Exorde et péroraison

  • 36 R 8 (XIX) p. 176 (guerre de Saxe) : ... et sollertia regis administrata… R 13 (XIV) p. 180 : Quod (...)
  • 37 R 1 (I) p. 168 : At regni administrationem… ; R 2 (II) p. 168 : ... eundem magistratum… egregie ad (...)
  • 38 Les dix-sept emplois concernant le terme d’une action ou la durée sont énumérés dans C. Perez Gonz (...)

15La troisième partie s’ouvre sur la transmission d’un héritage, faite extremo vitae tempore, de Charles à Louis le Pieux. Le contenu en était désigné dans la partitio par l’expression de regni administratione et fine. Le terme administratio est employé sept fois par Eginhard. À trois reprises il sert à désigner la gestion d’une guerre36, trois autre fois celle du royaume et une fois de la magistrature du praefectus aulae37. Dans la partitio, et donc la troisième partie, il s’agit du gouvernement du royaume légué à Louis le Pieux avec le titre impérial, à savoir les deux acquisitions qui forment le sujet des deux premières parties. Le mot finis, sous sa forme substantive ou verbale, vient dix-sept fois sous la plume d’Eginhard, en dehors de la partitio. Il sert à désigner le terme d’une action ou de la durée de la dynastie mérovingienne. Mais dans la troisième partie elle-même, c’est la mort de Charles, qui est annoncée par des prodiges – Adpropinquantis finis conplura fuere prodigia –, ce qui correspond certainement au sens de finis dans la partitio38. Le titre annoncé, De administratione regni et fine désigne donc les dispositions prises par Charles pour sa succession et le récit de sa mort. Davantage qu’une troisième partie cet ensemble forme une conclusion, une péroraison, qui fait écho à l’exorde, à savoir les chapitres – quatre selon Walahfrid Strabon –, qui précèdent la partitio. Cela suppose qu’il faut mettre à part le texte des dispositions testamentaires de Charles qui clôt la Vita.

  • 39 R 3 (IV) p. 168 : Pippinus autem per auctoritatem Romani pontificis ex praefecto palatii rex const (...)
  • 40 Divus Augustus XCIV, 1 ; R 1 (I) p. 166 : cum praeter inutile regis nomen… et R 32 (XXXIV) p. 204  (...)
  • 41 Supra n. 28 (Charles), n. 39 (Pépin et Louis).
  • 42 R 30 (XXXII) p. 200-202 : congregatis sollemniter de toto regno Francorum primoribus… ; Susceptum (...)

16On peut en effet mettre en rapport cet exorde et la péroraison. Alors que Suétone décrit dans son introduction l’origine et l’ascension de la gens Octavia jusqu’à l’accession d’Auguste au pouvoir, Eginhard commence par montrer la déchéance de la gens Meroingorum en même temps que la montée des Carolingiens jusqu’à la royauté de Pépin et la division du royaume entre Charles et Carloman. L’exorde se termine donc là où commence la conclusion par la transmission d’un héritage. Cependant alors que Pépin avait obtenu par l’auctoritas romani pontificis d’être institué roi – rex constitutus –, c’est Charles lui-même qui transmet à son fils le nomen imperiale qu’il avait auparavant reçu de l’auctoritas du pape39. On peut s’étonner aussi de ce qu’Eginhard place les présages annonciateurs de la mort après le récit de celle-ci, au contraire de ce qu’avait fait Suétone à propos de celle d’Auguste. La raison en est qu’en procédant ainsi il met en correspondance l’évocation de ce déclin avec celui des Mérovingiens. La conclusion se termine ainsi là où commençait l’introduction : le titre princeps, gravé sur le mur de la basilique d’Aix, s’efface au terme de la vie de Charles, alors que le nomen royal, devenu inutile pour la personne du dernier Mérovingien lui est ôté40. Ce jeu de correspondances peut être poussé davantage. Lorsque Charles fait de son fils son héritier en tant que consors regni et imperialis nominis, Eginhard emploie le verbe constituere utilisé déjà lorsque Charles avait obtenu la royauté sur le regnum entier après la mort de Carloman, mais aussi lorsque Pépin avait reçu le titre royal de l’auctoritas du pape41. Les primores du royaume convoqués par Charles approuvent ses dispositions en faveur de Louis, car elles leurs paraissent conformes à l’utilitas du royaume. Ces primores interviennent ainsi lors de l’accession de Charles au trône : consensu omnium rex constituitur, comme ils le faisaient déjà sous les Mérovingiens lors du publicum conventum réuni annuellement ob regni utilitatem42. On peut déduire de cet examen de la structure de l’œuvre qu’elle a été construite par Eginhard non seulement, comme cela a été déjà établi, en s’inspirant de la Vie des douze Césars de Suétone, mais aussi et surtout sous la forme d’un discours conforme aux règles de la rhétorique. Ceci permet de comprendre que son dessein n’était pas vraiment biographique, mais qu’il voulait, à travers l’éloge de Charles, proposer un modèle de gouvernement et en faire la demonstratio. Celle-ci peut être déduite d’abord de l’examen du point de départ de son argumentation.

Le dessein d’Eginhard

  • 43 R 1 (I) p. 166.
  • 44 Éd. Rau p. 14 : Zacharias papa mandavit Pippino ut melius esset illum regem vocari, qui potestatem (...)

17La première phrase de l’exorde résume le destin de la gens Meroingorum. Les Francs avaient la coutume d’en faire leurs rois jusqu’à Childéric, déposé,tondu et enfermé dans un monastère par le pape Étienne. Ce bref exposé repose sur une première notion : la supériorité de l’auctoritas de la papauté sur la capacité des Francs à créer des rois : reges sibi creare soliti erant. En l’occurrence le pape Étienne a donné un ordre : iussu Stephani Romani pontificis43. En affirmant cela Eginhard ne place pas l’auctoritas au dessus de la potestas royale, mais seulement au dessus de la coutume des Francs. Car il s’emploie dans la suite de son exposé à montrer que si la potestas du roi s’était réduite jusqu’à n’être plus qu’une apparence, elle gardait une forme d’existence. S’il préfère évoquer le pape Étienne plutôt que Zacharie, c’est probablement dû au fait que les Annales royales, qu’il connaissait certainement, font dire au pape en 749 que la potestas était déjà exercée par Pépin, ce qu’Eginhard ne dit jamais44. Il choisit en fait de procéder autrement pour justifier le changement de dynastie.

  • 45 Cf. tableaux dans appendices 2 et 3 et R 1-3 (I-IV).

18Pour suivre son raisonnement il faut au préalable remarquer que l’exorde et la péroraison sont construits en parallèle, leurs deux parties respectives étant introduites par des repetitio, suivant un procédé dont l’usage a été constaté dans les deux parties de la narratio. Ainsi la péroraison commence par un membre de phrase – Extremo vitae tempore –, qui précède le récit de la transmission de l’héritage. L’énumération des prodiges, qui soulignèrent le déclin de la vie de Charles, est annoncée par une expression de sens analogue : Adpropinquantis finis. L’exorde est lui aussi divisé en deux parties introduites chacune par une évocation de l’auctoritas papale. Hildricus est déposé iussu Stephani Romani pontificis, ce qui sert de préambule au tableau du déclin des Mérovingiens, alors que la seconde partie s’ouvre sur l’accession à la royauté de Pépin per auctoritatem Romani pontificis45. En somme l’exorde et la péroraison sont construits selon une structure semblable, mais inversée. De cette façon l’œuvre commence avec le déclin du dernier Mérovingien et se clôt sur celui de Charles.

Le déclin des Mérovingiens

19La première partie de l’exorde est construite comme une période oratoire. Les phrases s’enchaînent au moyen de relatifs de liaisons, de conjonctions, d’adverbes qui renvoient toujours clairement à la phrase précédente. Ce procédé permet à Eginhard d’avancer son raisonnement par étapes progressives jusqu’à une conclusion en forme d’apogée.

20Les deux premières phrases unies par un relatif résument la déchéance de la gens Meroingorum : elle n’a plus ni vigor ni claritas, praeter inane regis vocabulum. Cette idée que rex n’est plus qu’un mot vide de sens appliqué à cette dynastie, revient encore à deux reprises pour scander les étapes de la progression. En premier lieu, ce vocabulum est vain, car les opes et la potentia regni sont entre les mains des praefecti du palais, qui détiennent la summa imperii. De plus, hormis le nomen de roi, il ne reste au Mérovingien qu’une apparence : la chevelure, la barbe et le trône, à savoir la species dominantis, ce qui lui permet de recevoir des ambassadeurs et leur donner des réponses dictées, comme si elles provenaient ex sua velut potestate. Dans la progression du discours le terme rex passe du simple vocabulum au nomen, il n’est donc pas seulement un mot, mais un titre. Cette species dominantis, même si elle n’est qu’une apparence est celle d’un dominus, qui détient en fait la potestas, même si on lui dicte ses paroles. Cette potestas est ce que n’a pas le maior domus, même si Eginhard préfère lui accorder un titre plus reluisant. Ni les opes, ni la potentia, ni même l’imperium ne peuvent en tenir lieu.

21Ce nomen regis est certes inutile, du moins en apparence, la solde que le praefectus aulae accorde au roi, un precarium vitae stipendium, ne lui laisse qu’à peine le nécessaire. Il a une villa, avec une domus et des famuli, des serviteurs à son service, les seuls semble-t-il à faire preuve à son égard de l’obsequium qui lui est dû. En somme, il n’a que peu des opes dont jouit le praefectus aulae. Pour se rendre au conventus de son peuple, pour traiter chaque année de l’utilitas regni, il est juché sur un char à boeufs conduit par un bouvier. C’est ainsi qu’il va de la domus au palatium. Eginhard ne décrit cet apparat que pour une seule occasion dans l’année, pour l’assemblée de printemps probablement. Rien ne dit que ce char était le seul moyen de transport dont disposait le roi. En fait, il est difficile d’imaginer qu’il s’agisse d’autre chose que d’un rituel de type agraire. Comme à propos de la species dominantis, donc de la potestas, Eginhard semble ne pouvoir travestir complètement la réalité qu’il décrit. Si la signification de ce rituel avait été totalement incompréhensible, il aurait sans doute été abandonné depuis longtemps. De même que les cheveux et la barbe, ce transport rustique annuel faisait probablement partie des attributions et des devoirs de la royauté mérovingienne. La dernière phrase d’Eginhard à ce sujet détourne rapidement l’attention vers ce qui lui paraît le plus significatif : la regni administratio, toutes les décisions à prendre uel domi uel foris relevaient du praefectus aulae, qu’il n’aura appelé qu’une seule fois maior domus, de la domus du roi évidemment.

Le maior domus

  • 46 Cf. tableau IV. Le meilleur exposé des découvertes de Georges Dumézil se trouve dans le recueil de (...)

22Cette pirouette lui permet de passer immédiatement à l’éloge de celui qui détenait alors cet officium comme un droit héréditaire : Pépin, dont le père Charles avait débarrassé la Francia des tyrans qui l’oppressaient et avait vaincu les Sarrasins. Cet officium sous la plume d’Eginhard devient alors un magistratus et même un honor que le peuple avait coutume de donner à ceux qui étaient supérieurs aux autres par la claritas generis et l’amplitudo opum. La progressio, le climax ainsi construit, aboutissent à faire du maior domus un magistrat titulaire de façon héréditaire d’un honor accordé par le populus. Il laisse ainsi entendre que plus rien ne reste au roi qui ne soit passé au praefectus aulae. Mais il ne peut masquer complètement le fait que celui-ci n’est pas roi, il lui manque certainement la potestas et ce qui se cache derrière le rituel annuel à caractère agraire. Pour employer le vocabulaire dumézilien, qui nous semble s’imposer ici46, il lui manque les attributs de la première et au moins une partie de ceux de la troisième fonction : la species dominantis exprimée par la potestas et la capacité rituelle d’agir rustico more, d’accomplir un rituel, jugé probablement propice à la prospérité agraire. La seule fonction, dont la totalité semble être passée au praefectus aulae, est la deuxième, la fonction guerrière, dont Eginhard n’attribue rien au roi et tout au maire du palais. Le pape Étienne par son auctoritas aurait donc conféré à Pépin, en 752, la potestas et probablement la capacité d’obtenir de Dieu de bonnes récoltes.

  • 47 R 16 (XVII) p. 186 : Erat enim semper Romanis et Grecis Francorum suspecta potentia.
  • 48 H p. 9.
  • 49 Supra n. 33.

23Il faut évidemment tenir compte de la manière dont Eginhard présente ces portraits à la fois contrastés et complémentaires. Peu de termes sont utilisés pour caractériser ce qui reste du pouvoir royal. Les plus clairs concernent la première fonction : la species dominantis liée à la potestas. Deux mots se détachent : dominus et potestas. Ceux que l’on peut mettre en regard, au bénéfice du praefectus aulae, ont une signification qui ne se rapporte pas exclusivement à une personne appelée à siéger sur un trône : la potentia regni et la summa imperii. Potestas et potentia ne sont pas synonymes. Potentia n’est utilisé par Eginhard qu’une seule autre fois, pour exprimer la méfiance que les Romains et les Grecs, à savoir les Byzantins, éprouvaient à l’égard de la potentia Francorum47. Il s’agit donc ici d’une capacité de puissance militaire, qui correspond à la potentia regni, dont les praefectus aulae disposaient (tenebantur), « qu’ils avaient en main » suivant la traduction de Louis Halphen48. Charles est qualifié de rex potentissimus, au terme des guerres qu’il a menées durant 47 années49. Potentia peut donc être traduit par puissance, mais pas par pouvoir.

  • 50 R 1 (I); R 5 (VI); R 7 (VIII); R 11 (XII); R 16 (XVII).
  • 51 R 15 (XVI) p. 184 : ... et praeter haec Alamanni atque Baioarii ad regni Francorum potestatem pert (...)

24Ce dernier sens revient en revanche à potestas qu’Eginhard emploie à six reprises par la suite, en dehors de l’introduction. Cinq fois ce mot est accompagné de l’adjectif possessif qui le rapporte à Charles50. Une seule fois il est référé à regnum dans l’expression ad regni Francorum potestatem, mais cette formule vient en conclusion de la liste des territoires que les guerres menées par Charles, rex potentissimus, ont ajoutés au royaume hérité de son père Pépin51. En fait, la potestas regni ne peut se manifester que par l’intermédiaire de la potestas regis, si l’on tient compte surtout du double sens de regnum, qui signifie aussi bien royaume que royauté. Dans l’introduction l’emploi de potestas est lié à la parole du roi, aux responsa qu’il est le seul à pouvoir donner aux légats étrangers. Cependant cette potestas s’exerce avec un apparat particulier, la species dominantis, où le roi est assis sur un trône avec les cheveux et la barbe déployés. L’important n’est pas alors le contenu des paroles, qui peuvent être dictées voire même imposées par un ordre (jussus), mais bien la species, le rituel royal.

  • 52 R 10 (XI) p. 178 : Domuit et Brittones… missa in eos expeditione, qua et obsides dare et quae impe (...)
  • 53 Supra n. 44.
  • 54 R 2 (II) p. 168. Noter le titre donné à ce chapitre par W. Strabon : De Karolo maiore domus (p. 4) (...)

25Ces ordres donnés par le praefectus aulae le sont peut-être en vertu de la summa imperii qu’il détient selon Eginhard. En dehors de cette occurrence imperium n’apparaît que pour désigner l’empire, celui de Constantinople ou celui gouverné par Charles. Eginhard n’utilise par ailleurs que la forme verbale, pour exprimer la capacité de faire pression, notamment pour exiger des otages d’un peuple soumis52. On peut en conclure que ni la potentia regni ni la summa imperii ne se réfèrent à un acte ou une attribution uniquement applicable au roi. Au contraire donc de la réponse attribuée par les Annales royales au pape Zacharie, Eginhard écarte l’idée que Pépin détenait déjà la potestas53. Il n’avait que la potentia. Il lui manquait la forme rituelle et donc l’efficacité totale de la première fonction. En revanche la deuxième, celle qui relève de la capacité guerrière était acquise depuis longtemps à la famille, au moins depuis Charles Martel54. Quant à la troisième il possédait les opes, au sens de richesse, mais pas ce qu’impliquait le rituel agraire accompli annuellement par le roi. Ce que l’auctoritas du pape permit à Pépin d’acquérir est la potestas et une capacité à favoriser la prospérité agraire.

26Si cela paraît surprenant, il suffit de relire une lettre d’Alcuin, adressée au roi de Northumbrie Ethelred en 793, où il affirme :

  • 55 M.G.H, Epistolae Karolini Aevi t. II, éd. E. Duemmler, p. 51 : Legimus quoque quod regis bonitas t (...)

qu’un bon roi assure la prospérité de toute la nation, la victoire pour l’armée, un bon équilibre du climat, la richesse de la terre, la bénédiction pour les fils, la santé pour le peuple55.

  • 56 M.G.H, ibid. II p. 503 : Has ergo octo columnas si obnixae servas, eris tunc rex… et regnum tuum e (...)

27Dans le chapitre De regno de la Collectio Canonum Hibernensium, on rencontre des affirmations semblables, ainsi que dans la lettre de Cathwulf à Charlemagne. Il est probable que ce qui concerne la prospérité agraire provient d’une influence irlandaise qui sert à christianiser un rituel païen56.

La tripartition fonctionnelle

  • 57 Cf. tableau dans Appendice 4.
  • 58 R 13 (XIV) p. 180-182 : ... locus in quo regia Kagani erat, ita desertus… Tota in hoc bello Hunoru (...)
  • 59 R 16 (XVII) p. 184.
  • 60 R 27 (XXIX) p. 198.
  • 61 R 29 (XXX-XXXI) p. 200.

28Cette tripartition fonctionnelle de type dumézilien pourrait sembler fortuite si on ne la retrouvait pas sous une forme semblable dans plusieurs passages de l’œuvre57. C’est ainsi qu’est présenté l’anéantissement total du royaume des Avars. La regia Kagani est déserte, dans cette guerre toute la nobilitas Hunorum a péri en même temps que toute sa gloire, les trésors de la regia ont été pris par les Francs, dont les opes ont été ainsi considérablement accrus58. Les rapports avec le roi des Perses Aaron sont marqués par l’amicitia, qui est substituée à la guerre. Il accorde à Charles la potestas sur les lieux saints et comble de dons ses légats en puisant dans les orientalium terrarum opes59. Par ses bienfaits Charles restitue à l’Urbs Roma son auctoritas, il veille à ce que l’église de saint Pierre soit tuta ac defensa et aussi suis opibus… ornata atque ditata60. Une fois empereur, il entreprend d’addere, unire et corrigere les leges des Francs, il fait mettre par écrit les barbara et antiquissima carmina qui célèbrent les actus et bella des anciens rois et enfin il donne aux mois et aux vents des noms, intervenant ainsi dans l’univers des saisons et du climat dont le bon ordre est nécessaire au monde rural61.

  • 62 R 17 (XVIII) p. 186 ; et supra n. 25.
  • 63 R 32 (XXXIV) p. 204, supra n. 40.

29La conclusion de la Vita s’achève, nous l’avons vu, sur les présages qui annoncent la mort de Charles. De même que l’introduction décrivait la déchéance des Mérovingiens sur les trois niveaux fonctionnels, le déclin du règne progresse suivant une ordonnance semblable, simplement inversée. Ce sont d’abord le portique d’Aix et le pont sur le Rhin qui sont détruits. Ils faisaient partie des opera… ad regni decorem et commoditatem pertinentia, œuvres donc de troisième fonction62. Pendant sa dernière expédition guerrière en Saxe contre le roi Godfrid, Charles fait une chute de cheval. Ses ministri le relèvent sans armes, privé des attributs de deuxième fonction, car son épée et sa lance ont été projetées au loin. Enfin son palais d’Aix est ébranlé par des secousses, la foudre abat la pomme d’or qui surmontait le toit de la basilique, et sur l’inscription en son honneur, qui se trouvait dans la basilique, le mot princeps s’est effacé63. Les symboles de la première fonction sont ainsi atteints.

Conclusion

  • 64 Supra n. 55

30Le début et la fin de l’œuvre d’Eginhard montrent comment la royauté se perd : la potestas peut ne plus exister qu’en apparence, la fonction qu’elle incarne peut alors se restreindre ou s’effacer. La deuxième fonction, guerrière, dont les armes sont le symbole peut échapper des mains de celui qui est à sa tête. Le roi peut enfin voir les opes se réduire à peu de choses ou être détruits, ils sont fragiles malgré leur beauté ou leur utilité. L’exemple des Avars montre les trois fonctions anéanties jusqu’à perdre même leur apparence : la regia Kagani est déserte, vidée de ses opes et de ceux qui la défendaient. Une dynastie et un règne peuvent connaître le déclin voire la déchéance, ils peuvent aussi être détruits. De même sans l’intervention de Charles l’auctoritas de la papauté n’est pas tuta ac defensa et n’est pas ornata atque ditata. Même le roi de Perse Aaron dispose d’une potestas et des opes et, comme Charles lui-même, il sait entretenir l’amicitia, qui produit les effets de la guerre par un autre moyen. Enfin au sommet de sa gloire Charles devenu empereur exerce les trois fonctions à un niveau supérieur. Il corrige les lois, fondements de la potestas ; en faisant mettre par écrit les épopées guerrières, il prend place dans leur tradition ; en nommant les mois et les vents, il accomplit son rôle, comme le recommandait Alcuin, pour « la prospérité de toute la nation »64.

  • 65 Cf. H. Schefers, « Einhard und die Hofschule ». Einhard-Studien zu Leben und Werk, éd. H. Schefers (...)
  • 66 Alcuin, De arte rhetorica, éd. C. Halm (Rhetores Latini Minores) Leipzig, 1863. Voir à ce sujet L. (...)

31Si l’on revient maintenant à la demonstratio soutenue par Eginhard, on constate qu’elle porte en premier lieu sur les rapports entre auctoritas et potestas. L’auctoritas du pape permet le transfert de la potestas d’une dynastie à une autre, ainsi que celui d’un substitut, difficile à définir, du rituel agraire. Seule la deuxième fonction, guerrière, échappe à son intervention. Les fondements ancestraux de la royauté reposent sur des traditions qui sont étrangères à la théologie chrétienne. Eginhard le sait et le fait qu’il évite toute allusion au sacre en est, à notre avis, un indice. Ces fondements proviennent d’une transmission héréditaire et traditionnelle. Une fois le transfert opéré par l’auctoritas du pape, l’acquisition est intégrée à l’héritage et se transmet de père en fils avec ou sans le sacre. Ainsi Charles concède lui-même à Louis le nomen imperiale. Il n’est pas impossible qu’à ce sujet Eginhard introduise discrètement une critique de l’attitude de Louis à propos de son sacre impérial par le pape. Le dessein d’Eginhard n’était cependant pas de répondre directement à l’actualité, mais de proposer un modèle de gouvernement à partir de l’exemple de Charles. Son œuvre n’est ni un miroir du prince ni une biographie. Le genre littéraire qui lui sert de modèle est celui de l’éloge oratoire, qu’il connaissait par ses lectures de Cicéron, et peut être aussi de Marius Victorinus65. Il nous semble également que l’influence d’Alcuin est importante. Le De arte rhetorica de celui-ci est composé sous la forme d’un dialogue avec Charles, mis en scène comme un disciple du magister Albinus. Il demande à être instruit dans cet art, dont l’objet essentiel est de s’occuper des questions politiques66. Or l’enseignement d’Alcuin débouche sur un exposé des vertus chrétiennes appliquées au comportement politique. Eginhard, en divisant sa narratio en deux parties portant l’une sur les res gestae et l’autre sur les mores, suit la même voie. Par là son œuvre, comme celle d’Alcuin, vise à concilier la tradition antique avec le christianisme. Il y ajoute cependant la tripartition fonctionnelle qui correspond à l’héritage traditionnel indo-européen. Matthias Tischler, dans une étude remarquable, propose de dater la Vita de 828 dans sa version officielle dédiée à Louis le Pieux. Il n’est pas dans notre propos de discuter sur une date. Il nous suffit de remarquer que cette œuvre donnait une réponse à des questions essentielles qui pouvaient se poser dans une période de crise de la royauté et de l’empire carolingien.

Annexes

Appendice 1

Chapitre 4 :

Partitio

Préface

1

… ad actus

primo res gestas et domi et foris

1

Vitam

2

et mores

deinde mores et studia eius

2

et conversationem

3

Caeterasque vitae illius partes

tum de regni administratione et fine

3

et ex parte non modica res gestas

Appendice 2

Exordium

I Gens Meroingorum, de qua Franci reges sibi creare soliti erant, usque in Hildricum regem, qui iussu Stephani Romani pontificis depositus ac detonsus… durasse putatur.

IV Pippinus autem per auctoritatem Romani pontificis ex praefecto palatii rex constitutus…

Partitio

V Et Karlomannus… morbo decessit ; Karolus autem… rex constituitur. De cuius nativitate… scribere ineptum iudicans ad actus et mores… (cf. Appendice 1).

Res gestae

Mores et studia

VI Omnium bellorum quae gessit XVI Haec sunt bella quae rex… per annos XLVII… gessit
Quibus regnum Francorum… ita nobiliter ampliavit
XVII Auxit etiam gloriam regni sui… per amicitiam.
XVIII Qui… in ampliando regno… opera plurima ad regni decorem et commoditatem… inchoavit…
Talem eum in tuendo et ampliando simulque ornando regno fuisse cons-tat. Cuius animi dotes et summam… constantiam ceteraque ad interiorem atque domesticam vitam pertinentia iam abhinc dicere exordiar.

XIX Post mortem patris…
XXIX Colebat prae ceteris… quam intra XLVII annorum quibus regnaverat…
Quo tempore imperatoris et augusti nomen accepit
XXX Post susceptum imperiale nomen
XXXI Mensibus etiam…

De regni administratione et fine

XXXII Extremo vitae tempore…
XXXIV Adpropinquantis finis conplura fuere prodigia
XXXV Testamenta facere instituit.

Plan de la Vita Karoli suivant la division en chapitres établie par Walahfrid Strabon

Appendice 3

Gens Meroingorum

Carolingiens

Quae… tamen iam dudum nullius vigoris erat, nec quicquam in se clarum

Nam et opes et potentia regni penes palatii praefectos… ad quos summa imperii pertinebat, tenebantur

Première fonction

praeter inane regis vocabulum neque regi aliud relinquebatur quam ut regio tantum nomine contentus crine profuso, barba submissa, solio resideret ac speciem dominantis effingeret…
responsa… ex sua velut potestate redderet

Troisième fonction

Cum praeter inutile regis nomen et precarium vitae stipendium… nihil aliud proprii possideret quam unam… villam, in qua domum et ex qua famulos… obsequium exhibentes. Quocumque ibat, carpento ibat, quod bubus iunctis et bubulco rustico more agente trahebatur. Sic ad palatium, sic ad publicum populi sui conventum, qui annuatim ob regni utilitatem celebraretur, ire, sic domum redire solebat.

At regni administrationem et omnia quae vel domi vel foris agenda ac disponenda erant praefectus aulae procurabat.

Deuxième fonction

II Quo officio… Pippinus pater Karoli regis iam velut hereditario fungebatur + guerres de Charles Martel contre les tyrans et les sarrasins

Répartition des trois fonctions entre Mérovingiens et Carolingiens avant l’accession de Pépin à la royauté, selon les deux premiers chapitres de l’exorde

Appendice 4. Tableau comparatif de l’expression des trois fonctions (I = souveraineté ; II = force guerrière ; III = richesses et fécondité agraire)

Notes

1 La Vita Karoli se trouve dans trois éditions courantes : Einhardi Vita Karoli magni, éd. G. H. Pertz et G. Waitz, curavit O. Holder-Egger, (Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum), 6e éd. Hanovre 1911 (citée P) ; Eginhard, Vie de Charlemagne, éd. et trad. Louis Halphen, 4e éd., Paris, 1967 (citée H) ; Einhardi Vita Karoli magni, éd. R. Rau (Quellen zur Karolingischen Reichsgeschichte, I) Darmstadt, 1968. Nous citons d’après l’édition Rau (R) avec l’indication actuelle des chapitres, suivie entre parenthèses de celle donnée par Walahfrid Strabon. Sur l’analyse biographique de la Vita Karoli voir W. Berschin, Biographie und Epochenstil im lateinischen Mittelalter, III : Karolingische Biographie, p. 199-220.

2 Une analyse approfondie de la tradition manuscrite se trouve dans l’important ouvrage de M. M. Tischler, Einharts Vita Karoli. Studien zur Entstehung, Überlieferung und Rezeption, 2 vol. (Monumenta Germaniae Historica. Schriften, 48), Hannover, 2001. Ce livre contient aussi une bibliographie presque exhaustive concernant Eginhard.

3 Sur l’influence de Suétone voir E. K. Rand, « On the History of the De Vita Caesarum of Suetonius in the early Middle Ages », Harvard Studies in Classical Philology, 37, 1926, 1-48; W. S. M. Nicoll, « Some Passages in Einhard’s Vita Karoli in relation to Suetonius », Medium Aevum, XLIV, 2, 1975, 117-120; W. Berschin, op. cit., n. 1, p. 212-215.

4 Il manquait dans Suétone une christianisation du comportement qu’Eginhard ne pouvait trouver que dans la tradition hagiographique.

5 M. S. Kempshall, « Some Ciceronian Models for Einhard’s Life of Charlemagne », Viator, 26, 1995, p. 11-37.

6 Vitam et conversationem et ex parte non modica res gestas domini et nutritoris mei Karoli, excellentissimi et merito famosissimi regis, postquam scribere animus tulit, quanta potui brevitate complexus sum… R p. 164.

7 … ad actus et mores ceterasque vitae illius partes explicandas ac demonstrandas, omissis incognitis, transire disposui ; ita tamen ut primo res gestas et domi et foris, deinde mores et studia eius, tum de regni administratione et fine narrando, nihil de his quae cognitu vel digna vel necessaria sunt praetermittam. R 4 (V) p. 170.

8 Voir tableaux en appendices 1 et 2.

9 Concernant la traduction de conversatio voir D. Ganz, « The Preface to Einhard’s Vita Karoli », Einhard. Studien zu Leben und Werk, hg. H. Shefers, Darmstadt, 1997, 299-310 (p. 301). Cependant nous ne pensons pas que conversatio ait un sens purement religieux. Eginhard en effet substitue mores et studia à conversatio pour désigner le contenu de la seconde partie de la narratio, comme nous le montrons infra.

10 Satiusque iudicavi eadem cum aliis velut communiter litteris mandata memoriae posterorum tradere quam regis excellentissimi et omnium sua aetate maximi clarissimam vitam et egregios atque moderni temporis hominibus vix imitabiles actus pati oblivionis tenebris aboleri. R p. 164.

11 R 24 (XXV), p. 196.

12 … cui scribendae atque explicandae non meum ingeniolum, quod exile et parvum, immo poene nullum est, sed Tullianam par erat desudare facundiam. R p. 166.

13 Cf. tableau en appendice 1.

14 Sur la technique et le vocabulaire rhétoriques voir L. Pernot, La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris, 2000 et id., La Rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, 2 vol., Institut des Études Augustiniennes, Paris, 1993 ; J. Murphy, Rhetoric in the Middle Ages, Univ. of California Press, 1974.

15 La définition traditionnelle de la narratio vient du De Inventione de Cicéron I, 27 : Narratio est rerum gestarum aut ut gestarum expositio. Elle est reprise dans tous les traités jusqu’à Alcuin : De arte rhetorica, éd. C. Halm (Rhetores Latini Minores), Leipzig, 1863, p. 535. Eginhard emploie une seule autre fois narrare dans la première phrase de sa préface, dans un contexte semblable à celui de la partitio, où il déclare vouloir ne rien omettre, mais sans fatiguer l’esprit de son lecteur par la longueur de son récit (prolixitate narrandi) R p. 164. Plus loin dans la préface il utilise explicare, là aussi une unique et seule fois, en liaison avec scribere pour désigner le contenu de son œuvre qui demanderait pour la mener à bien un esprit égal à celui de Cicéron (cf. supra n.12). Quant à demonstrare son unique emploi est dans la partitio en liaison avec explicare (cf. supra n.7). Il s’agit donc à chaque usage de ces trois verbes de qualifier le contenu de l’œuvre entière. Sur l’emploi de la rhétorique par Eginhard voir M. S. Kempshall, op. cit., n. 5.

16 Cf. M. S. Kempshall, op. cit., n. 5 et L. Pernot, La rhétorique de l’éloge, op. cit., n. 14.

17 Suétone, Vie des douze Césars, Liber II : Divus Augustus, IX, 1 : Proposita uitae eius uelut summa, partes singillatim neque per tempora sed per species exsequar, quo distinctius demonstrari cognoscique possint. Suétone emploie demonstrare comme le fait aussi Eginhard dans la partitio (cf. n. 7 supra).

18 Italiam intranti quam difficilis Alpium transitus fuerit, quantoque Francorum labore invia montium iuga et eminentes in caelum scopuli atque asperae cautes superatae sint, hoc loco describerem, nisi vitae illius modum potiusquam bellorum, quae gessit, eventus memoriae mandare praesenti opere animo esset propositum (R. 6 (VII) p. 172, 25-29).

19 Supra n. 7.

20 Cette division se trouve mentionnée dans les notes de l’édition Pertz (op. cit., n. 1). Elle a l’avantage pour nous de se conformer aux règles de la rhétorique telles qu’elles étaient connues à l’époque.

21 R 5 (VI) p. 170 et 15 (XVI) p. 182.

22 R 15 (XVI) p. 182-184.

23 R 16 (XVII) p. 184.

24 R 17 (XVIII) p. 186.

25 R 18 (XVIII) p. 188 : Talem eum in tuendo et ampliando simulque ornando regno fuisse constat. Cuius animi dotes et summam in qualicumque et prospero et adverso eventu constantiam ceteraque ad interiorem atque domesticam vitam pertinentia iam abhinc dicere exordiar. Walahfrid Strabon a laissé ces deux phrases à la fin de son chapitre XVIII. Elles servent à la fois de conclusion aux res gestae et de transition vers les mores et studia.

26 Repetitio de domestica eius vita… Cf. p. 22.

27 Rhétorique à Hérennius, IV, 19.

28 R 18 (XIX) p. 188 : post mortem patris cum fratre regnum partitus… Cette phrase est la première du chapitre XIX de W. Strabon ; R 3 (V) p. 170 : Et Karlomanus quidem post administratum communiter biennio regnum morbo decessit ; Karolus autem frater defuncto consensu omnium Francorum rex constituitur. Cette phrase est suivie de la phrase qui annonce la partitio (op. cit., n. 7).

29 R 5 (VI) p. 170.

30 R 27 (XXVIII) p. 198.

31 R 27-31 (XXVIII-XXXI) p. 198-200. W. Strabon a regroupé en un seul chapitre (XXIX) les dons de Charles aux églises romaines pour en soutenir l’auctoritas et l’accession au titre impérial.

32 R 26 (XXVII) p. 198 : Legendi atque psallendi disciplinam diligentissime emendavit.

33 R 15 (XVI) p. 182 : Haec sunt bella quae rex potentissimus per annos XLVII – tot enim annis regnaverat – in diversis terrarum partibus summa prudentia atque felicitate gessit. Quibus regnum Francorum… ita nobiliter ampliavit… ; R 27 (XXIX) p. 198 : Quam cum tanti penderet, tamen intra XLVII annorum, quibus regnaverat, spatium quater tantum illo votorum solvendorum ac supplicandi causa profectus est. (R 28) Ultimi adventus sui… cf. supra n. 31.

34 R 28 (XXIX) p. 198-200 : Quod primo in tantum aversatus est, ut adfirmaret se eo die, quamvis praecipua festivitas esset, ecclesiam non intraturum, si pontificis consilium praescire potuisset.

35 R 5 (VI) p. 170 : Et licet eum frater promissio frustrasset auxilio… perseverantia ac iugitate perfecto fine concluderet ; R 18 (XIX) p. 188 : Post mortem patris cum fratre regnum partitus tanta patientia simultates et invidiam eius tulit…

36 R 8 (XIX) p. 176 (guerre de Saxe) : ... et sollertia regis administrata… R 13 (XIV) p. 180 : Quod ille… longe maiori apparatu administravit… Quod cum ab his strenuissime fuisset administratum.

37 R 1 (I) p. 168 : At regni administrationem… ; R 2 (II) p. 168 : ... eundem magistratum… egregie administravit ; R 2 (III) p. 168 : ... operosa regni administratione relicta… ; R 3 (V) p. 170 : Et Karlomannus post administratum communiter ex biennio regnum morbo decessit.

38 Les dix-sept emplois concernant le terme d’une action ou la durée sont énumérés dans C. Perez Gonzales, Einhardi Operum Concordantiae, vol. I, Olms 1998. Pour la mort de Charles : R 32 (XXXIV) p. 202 ; pour la partitio cf. supra n. 7.

39 R 3 (IV) p. 168 : Pippinus autem per auctoritatem Romani pontificis ex praefecto palatii rex constitutus… R 30 (XXXII) p. 200 : ... cunctorum consilio consortem sibi totius regni et imperialis nominis heredem constituit…

40 Divus Augustus XCIV, 1 ; R 1 (I) p. 166 : cum praeter inutile regis nomen… et R 32 (XXXIV) p. 204 : eas, quae princeps exprimebant, litteras ita esse deletas…

41 Supra n. 28 (Charles), n. 39 (Pépin et Louis).

42 R 30 (XXXII) p. 200-202 : congregatis sollemniter de toto regno Francorum primoribus… ; Susceptum est hoc eius consilium ab omnibus qui aderant magno cum favore ; nam divinitus ei propter regni utilitatem videbatur inspiratum ; supra n. 28 (Charles) ; R 1 (I) p. 168 : Sic ad palatium, sic ad publicum populi sui conventum, qui annuatim ob regni utilitatem celebrabatur…

43 R 1 (I) p. 166.

44 Éd. Rau p. 14 : Zacharias papa mandavit Pippino ut melius esset illum regem vocari, qui potestatem haberet, quam illum, qui sine regali potestate manebat ; ut non conturbaretur ordo, per auctoritatem apostolicam iussit Pippinum regem fieri.

45 Cf. tableaux dans appendices 2 et 3 et R 1-3 (I-IV).

46 Cf. tableau IV. Le meilleur exposé des découvertes de Georges Dumézil se trouve dans le recueil de textes publiés par Hervé Coutan-Bégarie : G. Dumezil, Mythes et dieux des Indo-Européens, Paris, 1992.

47 R 16 (XVII) p. 186 : Erat enim semper Romanis et Grecis Francorum suspecta potentia.

48 H p. 9.

49 Supra n. 33.

50 R 1 (I); R 5 (VI); R 7 (VIII); R 11 (XII); R 16 (XVII).

51 R 15 (XVI) p. 184 : ... et praeter haec Alamanni atque Baioarii ad regni Francorum potestatem pertinerent.

52 R 10 (XI) p. 178 : Domuit et Brittones… missa in eos expeditione, qua et obsides dare et quae imperarentur se facturos polliceri exacti sunt ; ibid. : dux gentis Aragisus… rogat ut filios obsides suscipiat seque cum gente imperata factorum pollicetur…

53 Supra n. 44.

54 R 2 (II) p. 168. Noter le titre donné à ce chapitre par W. Strabon : De Karolo maiore domus (p. 4). Voir aussi Appendice 3.

55 M.G.H, Epistolae Karolini Aevi t. II, éd. E. Duemmler, p. 51 : Legimus quoque quod regis bonitas totius est gentis prosperitas, victoria exercitus, aeris temperies, terrae habundantia, filiorum benedictio, sanitas plebis.

56 M.G.H, ibid. II p. 503 : Has ergo octo columnas si obnixae servas, eris tunc rex… et regnum tuum erit benedictum cum diebus tuis, cum uxore et filiis. Et tunc aeris et tempestatum tranquilitas, terre maris cum omnibus in eis nascentibus fecunditas, et dominaberis etiam multis feliciter gentibus et inimici tui ante faciem tuam cadunt et reliqua. Cf. aussi Collectio Canonum Hibernensium, éd. H. Wasserschleben, Die irische Kanonensummlung, Leipzig 1885, Liber XXV, De regno, cap. 4, p. 77-78 : Justitia regis pax populorum est, tutamen patriae, immunitas plebis, munimentum gentis, cura languorum, gaudium hominum, temperies aeris, serenitas maris, terrae fecunditas, solatium pauperum, hereditas filiorum, spes futurae beatitudinis, segetum habundantia, arborum fecunditas. Cf. M.-E. Moore, « La monarchie carolingienne et les anciens modèles irlandais », Annales 51, 2, 1996, p. 307-324.

57 Cf. tableau dans Appendice 4.

58 R 13 (XIV) p. 180-182 : ... locus in quo regia Kagani erat, ita desertus… Tota in hoc bello Hunorum nobilitas periit… Omnis pecunia et congesti ex longo tempore thesauri direpti sunt.

59 R 16 (XVII) p. 184.

60 R 27 (XXIX) p. 198.

61 R 29 (XXX-XXXI) p. 200.

62 R 17 (XVIII) p. 186 ; et supra n. 25.

63 R 32 (XXXIV) p. 204, supra n. 40.

64 Supra n. 55

65 Cf. H. Schefers, « Einhard und die Hofschule ». Einhard-Studien zu Leben und Werk, éd. H. Schefers, Darmstadt, 1997, p. 91-93.

66 Alcuin, De arte rhetorica, éd. C. Halm (Rhetores Latini Minores) Leipzig, 1863. Voir à ce sujet L. Wallach, Alcuin and Charlemagne, Ithaca, 1959.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/5859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540