Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Le Pouvoir et les pouvoirs

Pouvoir pontifical, rivalités politiques et exemption autour de l’an Mil : les fondations de Bourgueil et de Beaulieu-lès-Loches

Jean-Hervé Foulon

Texte intégral

  • 1 L. Halphen, Le comté d’Anjou au XIe siècle, Paris, 1903, p. 81-83 ; G.-M. Oury, « La reconstructio (...)

1Les fondations de Bourgueil et de Beaulieu-lès-Loches prennent place au cœur d’un vaste mouvement de restauration monastique qui se développa, dans l’ouest de la France, suite aux destructions occasionnées par les raids normands et les incursions bretonnes. Une fois passée la tourmente, les princes territoriaux comprirent, après 960, la nécessité tant religieuse que politique de rénover les structures ecclésiales de leurs domaines1. Assurer la pérennité de la vie monastique était impératif pour que fût restaurée la fonction liturgique nécessaire au salut collectif de l’humanité. Les années encadrant l’an Mil virent parallèlement la reconstruction des établissements anciens et une floraison de fondations initiées par les comtes d’Anjou, les comtes de Blois et les ducs d’Aquitaine. Mais, ces nouvelles abbayes n’échappaient pas aux intérêts bien compris des princes, dans la mesure où les monastères étaient des pièces maîtresses qui permettaient d’exercer une influence politique dans un pagus. Dévotion véritable, souci du salut, mais aussi stratégies féodales pures et simples s’assemblent de façon étroite.

  • 2 La synthèse récente de L. Falkenstein illustre combien l’exemption est mieux définie au XIIe siècl (...)

2Même si le contexte de réforme monastique tempérait les velléités guerrières des princes, les monastères restaient des cibles de choix en faveur desquelles la protection du siège de Pierre pouvait paraître nécessaire. La papauté fut ainsi amenée à intervenir à plusieurs reprises dans le Val de Loire : à Notre-Dame de Loches, vers 969-987 ; à Fleury-sur-Loire et Saint-Martin de Tours, en 997 ; à Bourgueil et Saint-Julien de Tours, en 1003 ; enfin, à Beaulieu-lès-Loches, vers 1008. On remarquera que l’implantation géographique s’ordonne méthodiquement autour de la Loire, au moment même où le contrôle de cet axe majeur faisait l’objet d’âpres rivalités entre les maisons d’Anjou et de Blois, sous l’arbitrage intéressé du roi capétien. Dans ce cadre, différents privilèges pontificaux furent délivrés dont certains – s’ils sont bien authentiques ? – octroyaient une véritable exemption2.

  • 3 J.-F. Lemarignier, Étude sur les privilèges d’exemption et de juridiction ecclésiastique des abbay (...)
  • 4 L. Theis, Robert le Pieux. Le roi de l’an Mil, Paris, 1999, p. 95 : les deux protagonistes du conc (...)

3On sait combien les années 991-1016 furent décisives du point de vue de l’affirmation de l’exemption. Celle-ci suscita d’amples débats auxquels participèrent les milieux ligériens en la personne d’Abbon de Fleury. Une véritable Klosterpolitik était en gestation au profit mutuel des moines et du Siège Apostolique3. Les structures nouvelles d’une réforme impulsée par Rome et soutenue par les monastères rivalisaient avec l’ancien système carolingien, fondé sur la coopération du roi avec ses évêques4. La diffusion de l’exemption contribuait ainsi à remettre en cause la distribution des pouvoirs. En tant que manifestation pratique du primat romain, elle suscitait une limitation des prérogatives épiscopales et touchait, par répercussion, les pouvoirs séculiers qui contrôlaient alors les nominations épiscopales et abbatiales dans l’espace ligérien.

  • 5 B. S. Bachrach, Fulk Nerra, The Neo-roman Consul, 987-1040, Berkeley-Los Angeles, 1993, p. 105 ; i (...)
  • 6 J.-M. Bienvenu, Recherches sur le diocèse d’Angers au temps de la réforme grégorienne, th. dact., (...)

4Les deux fondations concurrentes de Bourgueil et de Beaulieu-lès-Loches – l’une par la maison de Blois, l’autre par la maison d’Anjou – illustrent la complexité d’une situation où réforme monastique, conflits politiques et interventions pontificales s’imbriquent inextricablement. Les sources, relativement abondantes, permettent d’éclairer le sens des événements et de préciser les circonstances dans lesquelles la papauté fut amenée à intervenir dans les pays de la Loire autour de l’an Mil. On a pu y voir une politique volontaire, de la part du Siège apostolique, d’affaiblissement de la hiérarchie ecclésiastique dans l’ouest de la France. Les divers privilèges d’exemption auraient ainsi contribué à limiter l’autorité épiscopale, anticipant déjà la Réforme Grégorienne, et à faire du Val de Loire un terrain privilégié d’investigation5. Néanmoins, l’évolution du second XIe siècle dément le modèle d’une association mutuelle et fructueuse entre papes et monastères. La réticence des moines ligériens envers l’exemption, parfois même leur hostilité vis-à-vis d’une papauté pourtant réformée et symbole de la libertas ecclesiae, ont été soulignées à diverses reprises6. Dans la conjoncture des années 980-1020, où réforme monastique et rivalités de pouvoirs agitaient le Val de Loire, il est donc nécessaire de préciser quels ont été les motifs, avoués ou occultes, qui ont amené les princes territoriaux à recourir au siège de Pierre vers l’an Mil. La question soulève celle de l’authenticité des privilèges d’exemption qui auraient été délivrés et qui sont invoqués pour étayer la thèse de l’interventionnisme de la papauté dans l’espace ligérien durant un quart de siècle.

5On étudiera comparativement les deux fondations rivales de Bourgueil et de Beaulieu avant de proposer, in fine, quelques hypothèses susceptibles d’éclairer le sens des interventions romaines à l’aube du XIe siècle.

La fondation de Bourgueil : une abbaye « d’entre les princes »

  • 7 M. Dupont, Monographie du cartulaire de l’abbaye de Bourgueil, Tours, 1962, éd. p. 161-163. G.-M. (...)

6Dans les années 975-977, la comtesse du Poitou Emma, fille du comte de Blois Thibault le Tricheur et sœur d’Eudes Ier (977-996), entreprit de fonder un monastère sur sa terre de Bourgueil. Mais, divers déboires conjugaux, suscités par les frasques du duc d’Aquitaine Guillaume IV Bras-de-fer (963-vers 996), causèrent la séparation momentanée des époux et l’interruption de la fondation. Celle-ci parvint à son terme lors de leur réconciliation et, sur l’ordre d’Emma, une charte définitive de fondation fut rédigée en 9907. Plusieurs points sont à relever dans ce document d’une richesse exceptionnelle.

  • 8 La Trinité – et les Anges dans le cas de Beaulieu – offraient l’avantage de n’en avoir pas besoin… (...)

7La dédicace trinitaire est remarquable : « en l’honneur de la Sainte Trinité et de son immense majesté ». On la retrouve à Fécamp à la même date, et, côté angevin, à Beaulieu-lès-Loches, un peu plus tard, et à La Trinité de Vendôme en 1040. Elle nous situe dans une spiritualité post-carolingienne attentive à la Toute-Puissance de Dieu trônant dans sa gloire céleste. Face à ce Dieu en majesté, il importait de trouver des médiateurs efficaces qui puissent garantir l’entrée au paradis. Le monastère est ainsi fondé « en l’honneur du bienheureux Pierre, prince des Apôtres », détenteur des clefs qui ouvrent et ferment les portes du ciel ; enfin, « de tous les saints » qui y demeurent déjà. Avec une telle assemblée, il paraissait difficile de manquer d’intercesseurs ! Il est cependant vraisemblable que la fréquence des dédicaces trinitaires ait aussi reflété le redoutable problème de l’absence de reliques de saints que le fondateur était à même d’apporter à sa nouvelle église8.

  • 9 Trad. M. Parisse, op. cit. n. 7, p. 313. Le pouvoir épiscopal est défini par le pouvoir des clefs (...)

8Le préambule riche et complexe illustre avec netteté la puissance de l’ecclésiologie épiscopale en cette fin de millénaire. L’Ecclesia est fondée sur l’Institution Apostolique, à savoir « les Apôtres et leurs successeurs, véritables colonnes qui assurent la stabilité de l’édifice »9. Si l’on s’écarte tant soit peu de cette constitutio apostolica, l’Église est comme un navire ballotté par la tempête, sans ancre, ni gouvernail, qui court à sa perte. Il importe que le statut de l’Église Mère – l’Église hiérarchique, mère des fidèles – demeure inviolable avec l’aide du Christ, Roi éternel et « Pierre angulaire des deux murs ». On retrouve la coopération nécessaire entre l’ordre épiscopal et le pouvoir royal, selon une conception ministérielle de ce dernier. Si les évêques, colonnes de l’Église, s’écroulent, tout l’édifice de la cour royale se délite et se ruine. Il est donc nécessaire de réformer et d’opposer à Satan, père de la zizanie, un rempart, incarné par la prière des moines. Vivant religieusement sous la règle (norma) de saint Benoît, ils s’avancent pour combattre et pour servir Dieu, de façon à ce que demeure heureusement le status de la Sainte Mère, l’Église du Roi des rois. La milice monastique continue d’assumer cette functio publica qu’est la prière. L’originalité vient de l’insistance sur la stabilité de l’Église Mère sacerdotale dont la situation est garantie par le service et le combat spirituel des moines. Dans l’esprit d’Emma, cela supposait une supériorité de leur état de vie, fût-ce par rapport au corps épiscopal.

  • 10 Éd. M. Dupont, op. cit. n. 7, p. 162. La souscription du pape était censée figurer au bas de l’act (...)

9En dernier lieu, la comtesse crut bon de faire appel à la papauté. Le privilège est adressé sous forme de lettre au pape Jean XV (985-996) pour qu’il confirme l’acte et le garde ferme et intangible par son autorité10. Cette dévotion très carolingienne s’adresse en priorité à l’apôtre Pierre, prince et chef des Apôtres, qui revient à plusieurs reprises au cours de la charte. La personne du pape elle-même n’intervient en tant que telle que dans la fin du document. « L’institution apostolique » du préambule désigne d’ailleurs les successeurs des Apôtres et non, en priorité, le successeur pétrinien. Une simple primauté d’honneur est conférée au pape en tant que vicaire de Pierre. Il n’y a nulle trace d’exemption. Emma a simplement cherché à obtenir une confirmation pontificale de sa fondation pour que ses biens et domaines soient protégés contre toute déprédation de la part des puissants.

10Cette précaution se comprend aisément lorsque l’on considère la position délicate de la nouvelle abbaye, fondée sur des domaines appartenant à la famille de Blois, dotée en partie par les ducs d’Aquitaine, mais située dans le comté d’Anjou.

  • 11 Y. Sassier, Hugues…, op. cit. n. 1, p. 241.
  • 12 B. S. Bachrach, Fulk…, op. cit. n. 5, p. 70. O. Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au XIe (...)

11La complexité de la situation provenait, en effet, de l’imbrication périlleuse des domaines géographiques aux confins des principautés. Saumur, place forte située à la frontière orientale de l’ancien pagus d’Angers, relevait du comte de Blois qui était, par là même, devenu le « protecteur » de l’ancienne abbaye de Saint-Florent après 95011. Au contraire, Amboise et les places fortifiées de Loches et Buzançais étaient autant d’enclaves angevines, situées à l’est de Tours, au cœur d’une zone sous domination blésoise jusqu’à 1044. À travers les fondations de la collégiale Notre-Dame, vers 969, puis de Beaulieu, la cité de Loches devenait une base d’investigation, tant militaire que religieuse, des comtes d’Anjou en Touraine. De façon comparable, la terre de Bourgueil relevait du pagus d’Angers, mais servit à une fondation issue de la famille de Blois. Les familles comtales faisaient plus facilement don des terres qu’elles n’étaient pas certaines de conserver. Ces fondations établissaient leur influence dans un comté proche, mais étaient susceptibles d’être malmenées par la maison féodale adverse. Le cas de Bourgueil, soumis aux menaces du comte d’Anjou Foulques Nerra, l’illustre clairement. Cet adversaire acharné de la maison de Blois n’eut de cesse d’imposer sa puissance à la fondation d’Emma, par évêques ou vassaux interposés. Dès 992, par l’intermédiaire de ses fidèles – le vicomte de Thouars et le seigneur de Montsoreau –, il mena une politique où alternaient pressions et donations pour faire comprendre aux moines que leur avenir dépendait de sa bonne volonté12. La comtesse de Poitou connaissait certainement le danger lorsqu’elle avait décidé de fonder cette abbaye à partir de la dot que lui avait constituée son père. La charte énumère les biens concédés et précise qu’il s’agit, d’une part, de domaines lui appartenant en propre (sa curtis de Bourgueil) et, d’autre part, de diverses possessions que lui avait données son époux en 989 lors de leur réconciliation.

  • 13 G.-M. Oury, « La reconstruction… », op. cit. n. 1, p. 72-84. Gauzbert est affilié à la maison comt (...)
  • 14 Éd. F. Lot, Études sur le…, op. cit. n. 4, p. 423-426.

12Pour plus de sûreté, Emma fit appel à son proche parent selon le sang, Gauzbert de Saint-Julien de Tours (vers 990-1007)13, pour en être l’abbé et y introduire une observance rigoureuse selon la règle bénédictine. Avec son appui, elle requit de son frère Eudes Ier de Blois qu’il confirmât sa donation et la protégeât. Le 12 février 996, ce dernier délivra une charte de confirmation « dans la crainte du jour du jugement et considérant ses péchés », alors qu’il assiégeait le château de Langeais construit par Foulques. Le monastère était donné, sans contradiction ni diminution, in jus et dominationem à la Sainte et indivisible Trinité, à Marie toujours vierge, et à Pierre, prince des Apôtres, pour que les moines prient pour eux et leurs parents. Ils devaient y accomplir en toute quiétude leur servitium perpétuel envers le très pieux Rédempteur et son clavigère Pierre. Le détenteur des clefs qui ouvrent les portes du ciel focalisait une fois encore la dévotion centrale. Il interdit à toute personne séculière d’y exercer la moindre domination, d’y imposer des mauvaises coutumes ou de troubler la vie régulière. Le comte d’Anjou et ses séides étaient très certainement visés. En cas de décès de l’abbé, l’élection devait être faite sans simonie, selon les préceptes de saint Benoît, par le choix de tous les frères et des bons chrétiens. Les comtes de Blois y figuraient donc au premier chef14

  • 15 G.-M. Oury, p. 109-110. L’élection, faite sans simonie, suivait la règle de saint Benoît.

13Peu après la mort du comte, le 12 mars 996, l’acte fut confirmé par sa veuve Berthe de Blois et leurs enfants. Le triple patronage fut réaffirmé à l’identique. Les moines et les chrétiens des deux ordres participaient à l’élection. Toute simonie était exclue, mais l’élu devait être présenté à la comtesse et à ses fils ! Enfin, entre mai et octobre 996, un diplôme royal fut demandé à Robert le Pieux, la terre étant tenue en bénéfice du roi. L’immunité était accordée au monastère ; concernant l’élection abbatiale, le respect dû à la comtesse et à ses fils devait être sauvegardé. La famille de Blois était ainsi parvenue à s’assurer le contrôle de la fondation d’Emma. Aucun élu ne pouvait désormais se passer du consentement comtal15.

  • 16 M. Dupont, op. cit. n. 7, p. 21, 24.

14Emma et Gauzbert avaient tous deux marqué un grand attachement envers Bourgueil et c’est en ce lieu qu’ils tinrent à être inhumés16, faisant de l’abbaye une sorte de nécropole familiale. Ce fut peut-être une des raisons pour lesquelles la papauté fut encore sollicitée. Le 5 mars 1003, Gauzbert obtenait du pape Sylvestre II un nouveau privilège pour le monastère.

  • 17 Recueil des chroniques de Touraine, éd. A. Salmon, Tours, 1854, p. 228-229 : De omnibus rebus sanc (...)
  • 18 G.-M. Oury, op. cit. n. 1, p. 110-112 ; éd. critique J. Ramackers, Papsturkunden im Frankreich. Ne (...)

15La chronique de Saint-Julien de Tours, écrite avant 1068 par un moine de l’abbaye, précise qu’avec son homologue et neveu Gauzbert se rendit à Rome, sans doute en mars 100317. Il obtint, à cette occasion, du pape Sylvestre un privilège sur papyrus pour Saint-Julien qui confirmait tous les biens détenus. Il s’agissait apparemment d’un privilège de protection apostolique du patrimoine du monastère, non d’exemption. À la demande expresse de l’abbé, un second privilège fut délivré en faveur de Bourgueil. Dans son état actuel, le diplôme paraît avoir été remanié, mais le fond est conforme aux autres actes de Sylvestre II. À l’origine, il s’agissait d’assurer la protection du monastère18. Le privilège devait comprendre les clauses suivantes : une dédicace restreinte à la Trinité et à saint Pierre, prince des Apôtres ; la protection (tuitio) apostolique du monastère, situé dans le pagus d’Angers, et de l’ensemble de ses biens ; une élection abbatiale par les moines du lieu qui choisiraient celui d’entre eux dont la vie et les mœurs étaient conformes à Dieu. La participation des chrétiens, quels qu’ils fussent, était exclue. La confirmation de l’élu était désormais l’apanage du duc d’Aquitaine qui lui conférait la charge sans simonie, ni contradiction.

16Cette clause atténuait sensiblement le rôle de la maison de Blois. Pour cette raison, Dom Oury l’estime postérieure à 1044, lorsque les Angevins se rendirent maîtres de Tours. Mais, Gauzbert et Emma, qui mourut peu après en décembre 1003, peuvent fort bien en être les authentiques initiateurs. Sans doute mécontents des clauses sur l’élection abbatiale qui donnaient le primat à la maison de Blois sur la nouvelle fondation, ils cherchèrent à en affaiblir la portée. En outre, après la mort du duc d’Aquitaine en 996, Emma avait poussé son fils Guillaume V le Grand à multiplier les donations en faveur du monastère. Il est probable que ce dernier n’ait pas voulu perdre tout droit sur l’abbaye, en partie dotée par sa générosité et celle de son père. Gauzbert, en accord avec Guillaume V et Emma, dut demander au pape que ce fût le duc d’Aquitaine, plus éloigné, qui investît l’élu. Cela permettait de conserver l’équilibre entre les maisons de Blois et d’Anjou en assurant au monastère un semblant d’autonomie, à une époque où le rapport de force était plutôt en faveur de Foulques Nerra que du jeune Eudes II de Blois.

  • 19 Les droits réservés (synode, gîte, visite) sont le symbole du pouvoir épiscopal de juridiction, cf (...)
  • 20 Vers 1003-1005, cf. O. Guillot, Le comte…, op. cit. n. 12, p. 215-24 ; B. S. Bachrach, Fulk…, op. (...)
  • 21 Ram. 5, n° 17, p. 79-80, 24 novembre 1083 : Grégoire VII place Bourgueil sous la tutela et defensi (...)

17En revanche, les dernières clauses paraissent peu ordinaires : aucun concile ne sera tenu dans le monastère sans l’accord de l’abbé et des moines ; l’abbaye a la possibilité de continuer à dire l’office divin même en cas d’interdit et d’excommunication ; le monastère ne doit rien à l’évêque d’Angers ou à son archidiacre, hormis les droits de synode, gîte et visite. Ces trois points forment un net progrès par rapport aux autres documents émanant de Gauzbert et aboutissent à une exemption, même limitée, du monastère. Ces concessions touchent les pouvoirs spécifiques de l’évêque d’Angers qui aurait accepté ces renonciations19 ! Cela paraît étonnant à une époque où l’évêque Renaud (973-1005) cherchait à maintenir son pouvoir dans le conflit qui l’opposait au comte20. En outre, de telles clauses sont absentes des bulles postérieures de Grégoire VII et d’Urbain II, adressées sous forme de lettres à l’abbé Baudri de Bourgueil. Ces deux diplômes authentiques restent d’ailleurs plus proches de privilèges de protection apostolique que de véritables exemptions, puisque le pouvoir épiscopal demeure intact, sauf en cas d’abus graves et manifestes21. Il s’agissait surtout de permettre le bon exercice de la vie religieuse en encourageant la régularité et la libre élection de l’abbé, hors de toute intervention séculière.

18En définitive, ces trois clauses pourraient avoir été ajoutées après l’éviction des comtes de Blois de la Touraine en 1044. Elles seraient une conséquence des troubles introduits dans la vie monastique par le grand interdit de 1049 qui toucha les états du comte d’Anjou, Geoffroy le Barbu. L’utilité d’une telle falsification était de diminuer les droits et les interventions de l’évêque d’Angers, donc du camp angevin à Bourgueil, à une époque où les successeurs de Foulques Nerra avaient pris définitivement le contrôle de la région. Les possibilités d’intrusion, sous couvert de raisons canoniques (réunion d’un concile, respect de l’interdit, coutumes épiscopales…), étaient dès lors limitées.

  • 22 L’Epistula XIV d’Abbon de Fleury lui fut sans doute adressée, suite à ses difficultés avec l’arche (...)

19En 1003, ce fut bien un simple privilège apostolique de protection des biens et de l’élection abbatiale, et non une exemption, qui fut accordé à Bourgueil. Si l’abbé Gauzbert prit part indirectement au débat sur l’exemption22, il resta, à la différence d’Abbon de Fleury, un simple restaurateur de la vie monastique dans sa pureté originelle. Il se préoccupa surtout de réintroduire l’intégralité de la norme de vie bénédictine et d’obtenir une élection abbatiale la plus libre possible, exempte de toute trace de simonie. Les diplômes de Bourgueil de l’an mil dévoilent, cependant, une progression vers une liberté monastique plus complète. Celle-ci devait assurer à l’abbaye une plus grande autonomie par rapport aux différentes puissances féodales du temps. Toutefois, l’abbé comptait toujours sur la protection comtale pour soutenir la restauration territoriale et assurer l’indépendance du monastère. Ce qui n’est pas sans rappeler la politique ducale à Fécamp avant le privilège pontifical de 1016. L’absence d’exemption permettait aux évêques et aux comtes, qui contrôlaient les élections épiscopales, de conserver une plus grande influence sur les monastères. Leur intérêt, sauf exception, n’était pas d’encourager un monachisme exempt. Mais, les antagonismes politiques se reportaient dès lors fréquemment sur les communautés religieuses.

20La fondation de Beaulieu-lès-Loches par Foulques Nerra l’illustre parfaitement et offre, côté angevin, le pendant de la création de Bourgueil. Vers 1005, à une époque où Bourgueil commençait à prospérer, Foulques Nerra entreprit de concurrencer cette abbaye blésoise en lui opposant sa propre fondation, située à l’emplacement stratégique de Loches, utile à la fois pour son prestige auprès de l’Église et pour son salut.

Beaulieu-lès-Loches : une fondation angevine concurrente ?

  • 23 Cf. L. Theis, Robert…, op. cit. n. 4, p. 96. Trois ensembles documentaires sont à distinguer : les (...)
  • 24 Rodulfus Glaber, the five books of the histories, éd. trans. J. France, Oxford, rééd. 1993, Livre (...)

21Le dossier documentaire retraçant la fondation de cette abbaye est beaucoup plus abondant et plus complexe que celui de Bourgueil. Les sources éclairant l’événement sont de natures variées et s’étagent sur trois siècles ; elles nécessitent donc une classification rigoureuse qui précise la date et l’ordre d’apparition des informations. En outre, la chronologie de cette époque, particulièrement floue et incertaine, impose de recourir à diverses sources indirectes pour tenter de restituer l’enchaînement des événements et surtout de dégager leur sens23. Une fois cette restitution chronologique clarifiée, on peut reposer la question de l’exemption et des interventions pontificales. On recourra en priorité aux sources immédiates, du premier XIe siècle, pour tenter d’éclairer le projet poursuivi par Foulques Nerra en opérant la fondation de Beaulieu. Le fil conducteur le plus fiable et le plus proche des événements reste le récit très bien construit de Raoul Glaber24.

  • 25 R. Glaber, § 4-5, p. 56-60. Le mot gehenna, exceptionnel sous la plume de Raoul, se retrouve dans (...)

22La fondation de Beaulieu a l’originalité de présenter des traits communs avec celle de Bourgueil, mais elle possède plus que celle-ci un côté expiatoire. Il est probable qu’un lien puisse être établi avec la victoire de Conquéreuil, le 27 juin 992. Raoul Glaber situe le récit de la fondation juste après le passage sur la bataille où Foulques Nerra massacra impitoyablement toute l’armée des Bretons du duc Conan qui lui avait odieusement tendu un piège. Le monastère, qu’il entreprit de construire postérieurement en signe de pénitence, refléterait l’idée d’une fondation en commémoration d’un jugement de Dieu rendu en sa faveur à Conquéreuil25.

  • 26 R. Glaber, Livre II, § 5, p. 60 ; O. Guillot, « La consécration… », op. cit. n. 8, p. 25. On date (...)

Comme, de toute part, il avait versé trop de sang humain [et chrétien ?] au cours de ses divers combats, terrifié par la crainte de la Géhenne, il partit pour le Sépulcre du Sauveur, à Jérusalem. De ce lieu, le très audacieux (pèlerin) revint apaisé et exultant de joie, ayant déposé pour un temps son habituelle férocité. Il lui vint alors à l’esprit de construire une église dans le meilleur des biens-fonds qu’il avait en propre, où il réunirait une assemblée de moines qui intercéderaient jour et nuit pour la rédemption de son âme26.

  • 27 Diplômes pontificaux (des faux ? selon L. Halphen, Le comté…, op. cit. n. 1, p. 219-231) : Jean XV (...)

23Cette question des biens propres figure également dans les diplômes pontificaux contemporains, notamment dans les bulles de Serge IV, comme un point essentiel : sua propria hereditas ; in suo proprio allodo27. Ce qui traduit une situation identique à Bourgueil, mais inversée. Ainsi, « il édifia une très belle église, dans le comté de Tours, située à un mille du château de Loches ». Comme Beaulieu était fondée dans le pagus de Tours, sous domination blésoise, il importait de souligner que la nouvelle abbaye était construite sur des terres appartenant en propre au comte d’Anjou et donc ne relevant que de lui.

  • 28 G.-M. Oury, « Les origines monastiques de l’abbaye de Beaulieu-lès-Loches », Bulletin de la Sociét (...)

24La comparaison avec Bourgueil se poursuit quand on étudie la consécration. Il est net que Foulques Nerra ne dispose pas alors de reliques prestigieuses et l’on retrouve l’invocation à la sainte et indivisible Trinité. Mais, Raoul Glaber et la bulle de Jean XVIII mentionnent une dédicace supplémentaire et originale. S’enquérant des saints en la mémoire de qui il pourrait, de préférence à tout autre, fonder cette église, son épouse Hildegarde lui suggéra de la vouer « en l’honneur et à la mémoire de ces puissances célestes, à savoir les Chérubins et les Séraphins, que l’autorité sacrée atteste comme suréminents ». Le comte d’Anjou cherchait des intercesseurs puissants et efficaces qui soient supérieurs « à tout autre ». Bourgueil étant déjà dédié à saint Pierre, Marie et tous les saints, il ne lui restait guère que les anges, parmi lesquels il choisit ceux dont la place prééminente dans le ciel était manifeste. À travers leur caractère militaire, leur proximité avec Dieu et leur rôle purificateur, ils étaient propres à séduire le belliqueux comte d’Anjou. On pourrait d’ailleurs mettre en parallèle Pierre, clavigère du paradis, et les Chérubins, gardiens de l’antique Eden. Il s’agit bien de l’entrée dans le royaume céleste, fût-ce par la force purificatrice des suffrages d’anges dotés d’un caractère guerrier marqué28.

  • 29 R. Glaber, II, § 6, p. 60-62 ; hâte soulignée par l’emploi de quantotius, protinus…
  • 30 Il s’agissait de la basilique, non pas de tout le complexe monastique. Au contraire, B. S. Bachrac (...)
  • 31 L. Theis, Robert…, op. cit. n. 4, p. 92, 140 ; J. Boussard, « Les évêques en Neustrie avant la réf (...)

25La suite du récit des Histoires donne à penser que la construction, commencée au plus tôt début 1005, s’est déroulée de façon extrêmement hâtive. « Enfin, la construction de la basilique ayant été accomplie au plus vite, aussitôt, il envoya dire à l’archevêque Hugues de Tours, dans le diocèse duquel était située l’église, qu’il vînt la consacrer, comme il en avait décidé »29. Foulques Nerra profitait alors d’une conjoncture politique favorable – affrontement normand-blésois ; remariage de Robert le Pieux avec Constance, parente du comte, depuis 1003 – qui le laissait libre de se consacrer à sa fondation. Décidé à hâter celle-ci, il dut superviser étroitement la construction, imposant un rythme de travail soutenu. Il n’est donc pas impossible que le chœur et peut-être une grande partie de l’édifice, muni d’une toiture provisoire, aient été achevés au début de l’année 100830. Or, tout ce qui contribuait à renforcer le prestige du comte d’Anjou ne pouvait encourir que l’hostilité de la maison de Blois. Cette dernière contrôlait, vers 1005-1007, l’archevêché de Tours en la personne d’Hugues, vicomte de Châteaudun, issu d’une famille vassale du comte de Blois. De même, l’évêque d’Orléans Foulques (fin 1003-1008/13) paraissait proche du clan d’Eudes II31. Le comte d’Anjou devait donc faire face à un épiscopat qui ne lui était guère favorable.

  • 32 B. S. Bachrach, Fulk…, op. cit. n. 5, p. 110 : ils se rencontrèrent à la fin de septembre 1007. La (...)
  • 33 Odorannus de Sens. Opera omnia, éd. R.-H. Bautier, Paris, 1972, p. 100-102. Glaber décrit le « trè (...)

26L’intervention spectaculaire de la papauté dans la consécration du nouveau monastère fut une conséquence directe de cette situation. La fin de l’année 1007 vit rebondir l’antique conflit blésois. Un rapprochement, périlleux pour Foulques Nerra, se dessinait entre le roi, le comte de Blois et l’archevêque de Tours32. Robert le Pieux, ayant obtenu deux fils de la reine Constance, était susceptible de revenir à ses anciennes amours avec Berthe de Blois, veuve d’Eudes Ier. Parmi les courtisans royaux qui incitaient cette dernière à réintégrer la couche royale, si possible avec l’accord pontifical, le favori Hugues de Beauvais, lui-même allié au comte de Blois, joua un rôle considérable. Ainsi, lorsque Foulques Nerra s’adressa à l’archevêque de Tours pour vouer à Dieu les biens qu’il destinait à sa fondation, celui-ci différa de venir prétextant les déprédations – d’ailleurs réelles – que le comte avait fait subir à l’Église-Mère de Tours. Ce serait à l’audition de ces paroles que la cruauté coutumière de Foulques fût réveillée… Une telle affirmation paraîtrait excessive si Glaber n’avait pris soin d’illustrer la férocité du comte dans un passage du livre III, rédigé à la même époque, où il retrace le meurtre d’Hugues de Beauvais33. Devant l’attitude de l’archevêque de Tours et la politique du favori royal, le comte d’Anjou éclata « en menaces » et décida surtout de réagir vigoureusement en ordonnant à « douze de ses courageux chevaliers » d’assassiner Hugues. À travers l’allusion voilée du livre II, le meurtre d’Hugues précéderait donc la dédicace de Beaulieu et, conformément à la chronologie des lettres de Fulbert de Chartres, se déroulerait au printemps 1008.

  • 34 Fulbert de Chartres, éd. F. Behrends, op. cit. n. 24, Ep. 13, p. 26-27 ; sur ce point, cf. O. Guil (...)

27La seule imprévision du comte fut la manière dont le crime devait être perpétré ! Ses satellites commirent l’imprudence d’assassiner le palatin ante regem, faisant couler un sang chrétien en présence même du roi. Cet outrage, puis la fuite des sbires réfugiés en Anjou, changeaient la question ; ce n’était plus un simple assassinat, il s’agissait d’un crime de lèse-majesté34. Selon le droit romain, le comte encourrait la peine capitale par sa complicité : les hommes étaient ses vassaux et il leur avait procuré protection et refuge. On devine la joie du comte de Blois et de l’archevêque de Tours à cette nouvelle ; ils pouvaient espérer un dénouement rapide de l’affaire et, si possible, tragique pour leur vieil adversaire. Venir en jugement devant un tribunal séculier équivalait, en effet, à se livrer pieds et poings liés au clan blésois et n’avoir d’autre recours que la clémence royale.

  • 35 R. Glaber, Livre II, § 6, p. 62. Les textes du XIIe siècle insistent sur la connexion entre Foulqu (...)

28Mais Foulques Nerra sut réagir avec audace et panache, en faisant preuve d’une astuce et d’un machiavélisme rares. Deux indices sont fournis par les textes. À la Pentecôte 1008, le comte, absent au concile de Chelles, promit par la voix de son représentant, l’abbé de Saint-Aubin, d’accomplir une purgatio. Glaber note par ailleurs que, furieux du refus de l’archevêque de Tours de consacrer Beaulieu, Foulques aurait décidé de s’adresser plus haut. La conjonction des circonstances permet de supposer que son départ précipité pour Rome (fin mars-début avril 1008 ?), fut motivé par la volonté de procurer protection tant à sa nouvelle fondation qu’à lui-même ! Il espérait court-circuiter une hiérarchie épiscopale trop proche de « l’axe bléso-capétien » et marchander avec la papauté son amendement35. Connaissant la réputation de cupidité de la papauté, il prit soin de se munir d’une quantité considérable d’or et d’argent. À défaut d’arrangement, le soutien du pape Jean XVIII serait sans doute monnayable ?

Ayant pris avec lui une copieuse somme d’argent et d’or, il alla à Rome, exposa au pape Jean la cause de son voyage et ensuite, s’enquérant du prix de ce qu’il avait demandé, il lui fit don de plusieurs présents.

  • 36 Cette fête de saint Benoît est datable du 4 déc. 1007 ou avant le 21 mars 1008, les Rameaux tomban (...)
  • 37 L’évêque d’Orléans demanda à ses coévêques d’excommunier l’abbé, cf. Fulbert de Chartres, op. cit. (...)

29En fait, la configuration des alliances était plus favorable que ce que Foulques ne devait espérer. Rome s’était toujours montrée résolument hostile au précédent mariage incestueux du roi. Le rapprochement amorcé entre celui-ci et Berthe, soutenue par le clan blésois et une partie de l’épiscopat franc, ne pouvait que bien disposer la papauté à l’égard du comte d’Anjou. En outre, peu auparavant, un violent différend avait opposé Gauzlin de Fleury à l’évêque Foulques d’Orléans venu au monastère, sans l’accord de l’abbé, pour célébrer la fête de saint Benoît36. Comme Gauzlin, fort de ses privilèges pontificaux, refusa de se soumettre à l’obéissance canonique, il fut excommunié par son évêque. Il est probable que l’abbé dépêcha un émissaire à Rome pour faire appel, comme la bulle de Grégoire V l’y autorisait expressément37. La papauté se trouvait dès lors confrontée à deux affaires connexes qui la poussèrent à intervenir publiquement.

  • 38 La première partie de ce privilège pontifical est sans doute authentique, cf. O. Guillot, « La con (...)
  • 39 On peut recouper les témoignages de R. Glaber (Livre II, § 6-7) et d’André de Fleury (§ 18, p. 54- (...)

30Il était difficile à Jean XVIII de ne pas écouter favorablement la requête d’un prince qui se repentait et promettait de repartir à Jérusalem pour expier son crime ou sa complicité. Moyennant cette promesse de réparation pénitentielle, Foulques Nerra obtint le soutien manifeste du pape, coupant court à toutes les sanctions qu’il encourrait. En prévision de son prochain départ en Terre Sainte, il prit soin de demander un privilège de protection pontificale contre tous ceux (roi, princes, archevêque…) qui voudraient nuire à sa fondation en son absence38. Le pape décida aussi d’envoyer l’évêque de Piperno en Gaule, à la fois pour consacrer la basilique de Beaulieu « en dépit de toute opposition » et pour enquêter sur les rumeurs rapportées par l’émissaire de Fleury. Il exprimait, à travers ce geste symbolique, la protection qu’il apportait au comte pénitent et manifestait, en faveur de l’abbaye de Fleury, l’autorité du successeur de Pierre, bafouée par un épiscopat franc qui affectait de la mépriser par trop souvent39.

31À la fin mai 1008, le cardinal Pierre de Piperno parvenait à Beaulieu et opérait la dédicace de l’église devant une foule nombreuse, mais dans une ambiance lourde ! Certains vinrent pour célébrer la victoire éclatante de leur seigneur et son astuce, d’autres à cause de la terreur qu’il leur inspirait : « Quant aux évêques, ne vinrent que ceux qui, étant sous la domination du comte, avaient été contraints par lui de venir ». Raoul Glaber, ulcéré de cette intervention pontificale présomptueuse, interpréta un événement fortuit comme un prodige surnaturel qui exprimait l’irrégularité de la procédure de consécration. Vers la neuvième heure, survint une effroyable tornade qui ébranla l’église longuement et provoqua l’effondrement de la charpente. Certains indices archéologiques rendent, en effet, probable la destruction de certaines superstructures de l’église. Le côté hâtif de la construction, achevée au plus vite en trois ans, pourrait expliquer que la toiture, temporaire ou inachevée, se soit alors effondrée.

  • 40 Fulbert avait accordé à l’abbé un délai jusqu’au 1er octobre pour se soumettre au devoir d’obéissa (...)
  • 41 L’histoire de la dédicace de Beaulieu mentionne ce mécontentement des évêques des Gaules et fait p (...)

32Comme l’atteste la lettre de Jean XVIII contenue dans le récit d’André de Fleury, le « légat » s’attarda assez longtemps auprès du roi, à la fois pour enquêter sur l’affaire de Fleury et justifier le dénouement trouvé à l’assassinat d’Hugues. Un nouveau synode, tenu avant le 1er octobre, se déroula en présence du cardinal Pierre et d’un roi partagé entre la tristesse et la colère de voir Foulques lui échapper. L’inertie qu’il manifesta alors témoigne que l’issue du conflit, ménagée par la papauté, n’était guère propre à l’apaiser, ni ne le prédisposait à défendre les intérêts pontificaux contre son épiscopat40. Dans une ambiance tendue par la récente dédicace et les suites du meurtre, le privilège de Grégoire V, invoqué par l’abbé Gauzlin, suscita un véritable tollé et faillit être brûlé par un épiscopat franc ulcéré de la conjonction des deux affaires et du rôle de Rome41.

  • 42 Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, éd. L. Halphen, R. Poupardin, Paris, 191 (...)

33Néanmoins, Foulques Nerra tint parole et repartit pour Jérusalem, peut-être à la fin de l’année 1008 ou début 1009, ce qui lui permit de parvenir au Saint-Sépulcre dans la période délicate qui précéda sa destruction par le calife Al-Hakim, le 28 septembre 1009. Il profita de ce second voyage pour se procurer les reliques qui faisaient défaut à sa fondation. Les légendes de la seconde moitié du XIIe siècle décrivent, de façon plaisante, la manière cauteleuse avec laquelle il réussit à s’emparer d’un fragment de rocher du Saint-Sépulcre. L’obtention « miraculeuse » de reliques, le fait qu’il ait été un des seuls pèlerins entre 1009 et 1020, enfin son retour triomphal démontraient son repentir et le pardon divin, transformant l’ancien pénitent en véritable héros. Si l’on suit ces récits tardifs, lors de son retour, il serait repassé par Rome, fin 1009-début 1010, et aurait rencontré Serge IV (1009-1012) qui l’aurait gratifié de reliques romaines pour le récompenser de son exploit42. Entre 1010 et 1040, le comte d’Anjou fit construire, à l’intérieur de l’abbaye, un édifice pyramidal sur le modèle de l’église détruite de Jérusalem pour receler ces fameuses reliques. Dès la fin du siècle, la dédicace trinitaire s’effaça devant celle du Saint-Sépulcre dont la représentation figurait également sur ses pièces de monnaie. Ce fut dans cette fondation qui lui tenait à cœur, et non à Saint-Nicolas d’Angers, qu’il choisit de se faire inhumer.

  • 43 Les conclusions d’O. Guillot, « La consécration… », op. cit. n. 8, p. 28-31 et R. Laprat, « La lég (...)

34Cet enchaînement des événements permet d’éclairer la question de l’hypothétique exemption du monastère de Loches dès sa fondation et confirme les études diplomatiques faites par les historiens du droit43.

  • 44 PL 139, 1491-1492A, rééd. H. Zimmermann, op. cit. n. 27, p. 826.

35Le privilège composite de Jean XVIII paraît avoir été simplement falsifié. Un second dispositif, incluant une formule maladroite d’exemption contre tout archevêque ou évêque qui chercherait à excommunier le monastère, fut ajouté au document authentique conservé dans les deux premières parties44. Celles-ci rappellent très exactement les circonstances de la fondation d’après le témoignage de Raoul Glaber. Le monastère est placé sub tuitione et defensione sanctorum apostolorum de façon à ce « qu’aucune domination, roi, prince, archevêque, évêque, ou quelque dignitaire que ce soit n’ose perturber et léser le dit monastère… ». L’archevêque de Tours n’est pas expressément visé. Il s’agit d’un simple privilège de protection du lieu et des biens, sans exemption, ni donation à saint Pierre. La mention du « très noble et valeureux comte Foulques » soit fut ajoutée par le faussaire, soit émane réellement du pape et vise à marquer son soutien au comte dans l’affaire de l’assassinat d’Hugues.

  • 45 Ram. 5, n° 24, p. 87-88, 31 mars 1096 : mention des écrits des papes Jean et Serge.
  • 46 Les deux bulles de Serge IV laissent perplexe. Les datations sont justes ; la tenue d’un jugement (...)
  • 47 Le voyage à Rome du roi et de Berthe est placé communément vers 1010, d’après le récit d’Odorannus (...)

36Les bulles de Serge IV posent plus de problèmes. L’historiographie française les a estimées totalement fausses. Néanmoins, un privilège authentique d’Urbain II fait état des diplômes de ses deux prédécesseurs45. Les faux auraient certes pu être fabriqués avant 1096, mais la teneur de la bulle d’Urbain II diffère des clauses très larges d’exemption concédées par Serge IV. Un ou plusieurs documents authentiques originaux pourraient donc avoir existé ; ils auraient été ensuite falsifiés et unis en un document hybride qui tient des actes privés italiens et des actes publics du début du XIe siècle46. Le contenu initial est difficile à restituer, si ce n’est une plainte de l’archevêque de Tours (à propos de la consécration effectuée par le légat ou dans la perspective d’une nouvelle consécration, une fois la reconstruction achevée ?) qui aurait abouti à un procès à Rome en avril 1012. Rien ne permet d’infirmer sa venue à cette date et il n’est pas impossible qu’il ait alors accompagné le roi qui tentait une dernière fois d’obtenir de la papauté qu’elle reconnaisse son hymen avec Berthe. Ce serait l’ultime réaction du clan blésois. La papauté refusa une fois de plus, mais en compensation accepta la nomination épiscopale de Thierry à Orléans, pourtant décriée par Fulbert de Chartres, peu avant que Gauzlin n’obtienne l’archevêché de Bourges le 1er décembre 101247.

37La falsification du document poursuivrait deux buts connexes : d’une part, justifier a posteriori la consécration de Beaulieu par un légat et faire renoncer volontairement l’évêque à son droit de consécration ; d’autre part, introduire l’idée d’une donation originelle du monastère à saint Pierre qui la justifierait. C’est cette donation au Siège Apostolique qui serait faite pro animae suae remedium ; ce que ne disent nullement les documents contemporains authentiques. La seconde lettre de Serge IV ne paraît pas plus fiable. Elle associe la donation à saint Pierre à une large exemption aux termes emphatiques et inhabituels : « qu’aucun évêque ou archevêque qui vive sur terre n’ose formuler aucune excommunication ou malédiction ». La bulle mélange une protection du lieu, des biens et des serviteurs avec une clause d’exemption amplifiée.

  • 48 Une lettre de Grégoire VII rappelle à l’abbé de Beaulieu l’obligation d’obéir à l’archevêque et de (...)

38L’inauthenticité de l’exemption de Beaulieu en 1008-1012 ne tient pas qu’à des considérations diplomatiques, mais repose aussi sur le fait que les privilèges postérieurs réaffirment les droits de l’archevêque de Tours sur le monastère. Le privilège d’Urbain II confirme une simple protection pontificale du lieu et des biens. Le pouvoir de consécration de l’archevêque reste intact, sauf abus graves. En cas d’une faute générale touchant les églises environnantes, le monastère n’est pas soumis au respect de l’interdit ou à l’excommunication. Ce qui ne signifie pas qu’en cas de désobéissance caractérisée de la part de l’abbaye, celle-ci ne puisse être excommuniée par l’archevêque. Il s’agit simplement d’assurer la régularité de l’office divin pour que les moines ne soient pas touchés par les conséquences de fautes dont ils sont innocents. L’exemption reste limitée à des cas très précis, d’optique réformatrice, qui lèsent peu le pouvoir de l’évêque diocésain48.

  • 49 Ram. 5, n° 121, p. 212-213 : la bulle énumère les biens protégés, salva sedis apostolice auctorita (...)

39En revanche, les privilèges d’Alexandre III (1159-1181) dévoilent une évolution décisive. Une première bulle datée du 1er juillet 1163 fait mémoire de l’acte du pape Jean et précise que le monastère de La Trinité relève, aujourd’hui, spécialement du droit et de la propriété de saint Pierre ; il paye un cens annuel d’une monnaie d’or byzantine. Un lien spécial est indiqué avec le Siège Apostolique, mais le pouvoir des évêques reste réservé et on ne sait rien d’une quelconque interdiction d’excommunication. Il y a néanmoins indice d’exemption. Enfin, le privilège du 8 avril 1173 mentionne une donation au bienheureux Pierre depuis la fondation du monastère et confirme la protection des biens tant présents que futurs49. La papauté a donc avalisé la fable d’une donation originelle au Siège Apostolique, contenue dans les faux de Serge IV.

  • 50 Chroniques…, éd. L. Halphen, op. cit. n. 42, p. IX-XLVI. Thomas de Loches, le premier rédacteur de (...)

40C’est précisément à partir des années 1150 qu’un important travail d’écriture et de mémoire historiographique fut opéré à Loches, Tours et Beaulieu. L’idée d’utiliser Raoul Glaber, pour compléter l’histoire de la fondation de Beaulieu, fut introduite par Robin dans le récit initial des Gestes des comtes d’Anjou. Puis, entre 1164 et 1173, Beaulieu fournit à Jean de Marmoutier divers récits pour agrémenter sa nouvelle rédaction : premières années du monastère ; liens entre Serge IV et Foulques Nerra ; mort du comte et inhumation dans le monastère ; légende de Crescentius et mention des reliques du Saint-Sépulcre qui faisaient encore la gloire de l’abbaye50. Il est probable que ce fut aussi le moment psychologique où la falsification des premiers privilèges fut opérée. N’ayant pas réussi à obtenir d’avantages supplémentaires avec les pièces antérieures, les moines produisirent des faux, ou interpolèrent les originaux, destinés à Alexandre III entre 1163 et 1173. À cette époque où la papauté agissait plus efficacement à l’échelon local, des preuves étaient nécessaires pour voir ses droits confirmés. La donation à saint Pierre dès la fondation, à l’exemple des faux de La Trinité de Vendôme, fut officialisée, mais les conséquences n’en furent guère plus bénéfiques. L’exemption resta limitée. La papauté était alors attentive à restreindre l’étendue des exemptions et à ménager le pouvoir de l’épiscopat, source d’une application locale et effective de la réforme de l’Église.

41En dernier lieu, quelques hypothèses peuvent être émises pour tenter d’interpréter le sens des interventions pontificales dans l’ouest de la France vers l’an Mil.

Interventions romaines et exemption vers l’an Mil

  • 51 Il est probable qu’Emma et le duc d’Aquitaine, inquiets du poids pris par le comte de Blois à Bour (...)

42Une première constatation s’impose : le double contexte de la reconstruction monastique et des rivalités politiques explique que les recours à la papauté soient le fait des princes territoriaux eux-mêmes et non des moines51. Le fait de fonder suscitait un dialogue entre les princes et Rome qui prenait acte de leur nouvelle puissance, à côté du roi capétien. Ce qui nous place d’emblée dans une situation différente de celle de Fleury-sur-Loire à la fin du Xe siècle. Dans ce modèle classique d’exemption, les abbés Abbon ou Gauzlin firent appel à la papauté à cause de troubles introduits dans la vie monastique par les interventions intempestives du diocésain. Au contraire, dans les cas de Bourgueil et de Beaulieu, l’affrontement entre les moines et l’évêque – où interviendrait la papauté – entre moins en ligne de compte que l’appartenance de tel évêque au clan féodal adverse, par la parenté ou la vassalité. L’évêque ne devient un adversaire que par ricochet, ce qui explique sans doute qu’une simple bulle de protection, et non d’exemption, soit octroyée. Il n’y a d’ailleurs aucun systématisme de la part des princes qui ne firent appel au pape qu’en cas de besoin véritable. Il est remarquable que Foulques Nerra s’abstint formellement de recourir à la papauté pour ses fondations ultérieures : Saint-Nicolas d’Angers, en 1020, puis Notre-Dame du Ronceray, en 1028. Sa puissance ne connaissait pas d’égal dans la cité d’Angers, il était donc inutile d’y associer le Siège apostolique.

  • 52 Un lien familial existait entre Gauzbert et les comtes de Blois, cf. supra n. 13. L’abbé de Saint- (...)

43On ne saurait donc minimiser l’importance de la situation géographique des fondations et le primat d’un triple contexte géopolitique : rivalité entre les maisons d’Anjou, de Blois et la royauté pour le contrôle de Tours ; différend entre l’abbaye de Fleury et l’évêque d’Orléans ; enfin, problèmes matrimoniaux de Robert le Pieux. L’alliance qui fut scellée entre ce dernier, Berthe, le clan blésois et une partie de l’épiscopat provoqua une conjonction naturelle d’intérêts entre la maison d’Anjou et la papauté. Un tel contexte se reproduisit à l’époque de Geoffroy Martel, lors des légations d’Hildebrand en Touraine en 1054-1056, suscitant la première donation authentique à Saint Pierre à travers l’exemption de La Trinité de Vendôme en 1056. Les relations entre princes, papes et moines évoluaient donc au rythme des stratégies politiques. Les abbés réformateurs, affiliés par la parenté ou la vassalité aux maisons féodales du temps, y étaient étroitement mêlés, ne serait-ce que pour défendre leur monastère contre les prétentions des familles adverses52.

  • 53 Les multiples pèlerinages des princes dans la Ville Sainte témoignent de cette fascination. Vers 9 (...)
  • 54 Ce « discrédit pontifical » est étayé par deux sources : d’une part, on cite communément le discou (...)
  • 55 Les élections abbatiales restèrent étroitement contrôlées par les comtes d’Anjou, cf. O. Guillot, (...)
  • 56 Comme à Bourgueil, dans les cas d’Emma et de Gauzbert, une perspective funéraire existe dans la fo (...)

44Les raisons qui poussèrent les princes à faire appel au pape furent certainement multiples. Une véritable dévotion des Francs demeurait envers l’apôtre Pierre, de par sa fonction de clavigère céleste. En tant que vicarius Petri, la papauté recueillait les bénéfices de cette popularité53. L’autorité du Siège Apostolique était devenue une réalité vivante, susceptible d’être utilisée comme un contre-pouvoir par rapport à une royauté affaiblie. La perception d’une papauté déconsidérée, véritable proie des factions romaines, ne doit pas être majorée. Si vénalité il y a, les princes francs paraissent s’en accommoder facilement et cela n’amoindrit nullement la « prééminence d’influence » du Siège54. Le recours pontifical permettait ainsi d’assurer la protection tant spirituelle que matérielle des nouvelles fondations contre la domination de toute personne extérieure, ecclésiastique ou laïque, appartenant au clan féodal opposé. Mais, s’il importait de protéger son abbaye, il était aussi nécessaire d’y assurer sa propre autorité à travers la maîtrise des élections abbatiales, comme l’illustrent la politique angevine55 ou la tentative du comte de Blois pour contrôler celle de Bourgueil. Rome avait cet avantage de demeurer un pouvoir prestigieux, mais lointain, qui ne portait pas ombrage aux puissants de l’an mil. Les fondateurs choisirent précisément ces abbayes pour y être inhumés de sorte que leur tombe demeurât sous protection pontificale, assurât la pérennité de leur mémoire et exaltât leur propre prestige56.

  • 57 B. S. Bachrach, « Pope… », op. cit. n. 5, p. 255, 265.
  • 58 O. Guillot, « La consécration… », op. cit. n. 8, p. 31 : « L’intervention du légat Pierre à Beauli (...)
  • 59 M. Mostert, « Die Urkundenfälschungen Abbos von Fleury », Fälschungen im Mittelalter, M.G.H Schrif (...)

45Les interventions pontificales semblent donc dictées par des circonstances immédiates et ne témoignent pas d’une ingérence systématique destinée à affaiblir l’autorité de la hiérarchie épiscopale dans le Val de Loire. Dans ce milieu régional où aucune force politique n’a encore réussi à établir son hégémonie, seule la conjonction des alliances pousse le Siège apostolique à intervenir pour soutenir un acteur plutôt qu’un autre. La papauté se contente d’accueillir favorablement des initiatives régionales qui exaltent son autorité, plus qu’elle ne les suscite ou exerce une pression volontaire sur l’épiscopat. Il ne paraît pas non plus qu’une telle action ait créé une tendenz interventionniste qui serait parvenue à son point culminant en 104957. Il convient de souligner que la perspective d’une réforme de l’Église demeure peu présente dans les diplômes de l’an mil, à la différence des privilèges de Grégoire VII et d’Urbain II où la question des élections abbatiales, la régularité de la vie monastique, l’absence d’exactions, l’interdiction de toute intervention simoniaque… sont précisément visées. Le contexte n’est pas encore celui de l’époque de Léon IX et d’Hildebrand où les conflits politiques furent une occasion d’intervention voulue et raisonnée dans l’espace français. Limiter les prérogatives épiscopales au profit des monastères pour faire progresser l’œuvre réformatrice ne semble pas une préoccupation majeure des bulles de protection qui furent alors octroyées58. Même dans le cas de l’exemption de Fleury, l’initiative ne revint pas à la papauté, puisqu’il semble que le privilège de Grégoire V ait été délivré à partir d’un faux forgé sur l’ordre d’Abbon59. Quant aux diplômes ultérieurs de Bourgueil et de Beaulieu, les clauses de réserve très précoces montrent la volonté de Grégoire VII et d’Urbain II de sanctionner des abus plutôt que d’enlever toute juridiction aux évêques.

  • 60 F. Lot, Études…, op. cit. n. 4, p. 130-157 ; C. Carozzi, op. cit. n. 54, p. 674. On peut distingue (...)
  • 61 Le vocabulaire est assez explicite : l’auctoritas du Siège Apostolique est opposée au mépris des é (...)

46Il est donc nécessaire de distinguer deux types d’interventions romaines dans l’ouest de la France. Il y a, d’une part, les initiatives personnelles des princes qui font appel à Rome dans un contexte pénitentiel de prise de conscience du péché, de reconstruction du tissu ecclésial local ou de rivalités politiques. Répondre favorablement à ces demandes locales était à la fois nécessaire et bénéfique pour la papauté, puisqu’elles lui permettaient d’exercer une influence régionale effective. Il y a, d’autre part, des interventions romaines volontaires qui se situent dans une tradition de recours à l’autorité du Siège de Pierre, développée depuis le IXe siècle60. Les lettres cinglantes de Jean XVIII, lors de l’affaire de Fleury, rappellent assez le ton de l’époque de Nicolas Ier (858-867)61. Toutefois, lors de la consécration de Beaulieu, la papauté ne chercha pas véritablement à s’ingérer dans les rivalités politiques locales. Elle manifesta surtout son intervention dans un cas de lèse-majesté à l’égard d’un roi sacré et rappelait à l’ordre un épiscopat trop enclin à oublier l’autorité du Siège de Pierre.

  • 62 R. Glaber, p. 62 : « Tous s’accordaient à considérer comme détestable et par trop indécent que le (...)
  • 63 Cette pensée issue de Chalcédoine fut réaffirmée au concile de Chelles (vers 993-995 ?) qui invali (...)
  • 64 Fulbert exprima son hostilité à l’exemption invoquée par Gauzlin de Fleury, Ep. 8, 16 mai-1er oct. (...)

47Une telle audace parut néanmoins scandaleuse aux évêques des Gaules qui possédaient une vision particulière du rôle du pape et de l’expression publique de son pouvoir à l’échelon local. Le récit de Glaber et la correspondance de Fulbert se complètent pour l’éclairer. La capacité juridique et la primauté du Siège de Pierre, sa sollicitude pour toute l’Église sont bien reconnues. En revanche, le pape ne peut utiliser injustement cette autorité suprême, c’est-à-dire à l’encontre du droit antique réglant la vie des églises selon la Sainte Écriture et les canons des conciles62. La papauté doit respecter le contenu des canons et faire appliquer la Tradition, non pas les transgresser63. Ce qui était doublement le cas en 1008, tant en faisant consacrer la basilique de Beaulieu sans l’accord de l’évêque du lieu, qu’en permettant aux moines de Fleury d’échapper à l’obéissance canonique due à l’évêque diocésain64. Pareille initiative introduisait une limitation « extra-ordinaire » et inacceptable au pouvoir de l’évêque du lieu.

  • 65 Fulbert de Chartres reprocha à Richard, abbé de Saint-Médard de Soissons, d’avoir osé construire u (...)

48Plus que la distinction ordre-juridiction, ces événements montrent à quoi était attaché le corps épiscopal vers l’an mil. Le premier aspect sensible touchait les expressions manifestes, visibles et publiques qui symbolisaient l’autorité épiscopale et l’usage du pouvoir sacerdotal à travers le droit de consécration d’église, de réconciliation d’un édifice, la capacité à visiter canoniquement un monastère et à y célébrer la messe65… L’autre point crucial, à une époque où le sacerdoce était défini par le pouvoir des clefs, regardait la clause concernant l’excommunication et l’interdit dans les diplômes d’exemption. La restriction de son exercice par la papauté portait gravement atteinte aux prérogatives constitutives de l’épiscopat.

  • 66 Mais, le privilège du pape Adéodat (672-676) pour Saint-Martin, s’il est authentique, est beaucoup (...)
  • 67 La première réforme monastique du Val de Loire fut pourtant marquée par l’influence croisée des id (...)

49En définitive, hormis Fleury et peut-être Saint-Martin de Tours66, l’exemption occupe une place restreinte dans l’espace ligérien vers l’an mil. Les fondateurs, à Bourgueil comme à Beaulieu, firent appel à Rome à cause du prestige de Pierre, dans le cadre de rivalités politiques qui débouchèrent sur des diplômes apostoliques de protection des biens, non pas d’exemption. Les préoccupations réformatrices ne furent pas premières, ni du côté des princes qui cherchèrent surtout à court-circuiter une hiérarchie ecclésiastique liée au pouvoir adverse, ni du côté de la papauté qui se borna à accueillir ces quelques initiatives régionales. Les moines apparaissaient peu et le dialogue s’établit plutôt entre Rome et les grandes maisons féodales. L’intérêt des milieux tourangeaux pour le débat sur l’exemption demeura donc sans lendemain après l’an Mil67.

  • 68 Sur les faux de Saint-Florent de Saumur, cf. J.-M. Bienvenu, Recherches…, op. cit. n. 6, p. 152-16 (...)

50Cette quasi-absence d’exemption appelle quelques explications à titre d’hypothèses. La propre volonté des princes joua certainement un rôle. Ils optèrent pour une simple protection apostolique et restèrent méfiants vis-à-vis de l’exemption. Le contrôle de l’épiscopat leur permettait de conserver un pouvoir tant temporel que spirituel sur les communautés monastiques. Y mêler Rome était inutile, sauf circonstances exceptionnelles. La vigueur de l’ecclésiologie épiscopale et la fermeté de la hiérarchie ecclésiastique séculière furent également un obstacle à la propagation de l’exemption durant tout le premier tiers du XIe siècle. Les moines ligériens prirent l’habitude de compter davantage sur la protection d’un prince puissant et la concession de libertés particulières, obtenues d’un épiscopat attentif à son autorité, que sur le Siège apostolique dont l’appui devenait superflu. Des compromis réformateurs locaux furent surtout recherchés, un peu au coup par coup, dans le cadre d’un horizon régional. Cette politique pragmatique, mais aussi la présence et l’abondance des faux privilèges68 éclairent la façon dont les monastères agirent pour mettre en place une sphère d’autonomie plus grande. Mais, le système révéla ses limites dès la fin du XIe siècle, lorsque l’efficacité du recours au Siège apostolique fut démontrée et sa présence concrétisée. L’exemption se diffusa alors de manière croissante dans le Val de Loire.

Notes

1 L. Halphen, Le comté d’Anjou au XIe siècle, Paris, 1903, p. 81-83 ; G.-M. Oury, « La reconstruction monastique dans l’Ouest, l’abbé Gauzbert de Saint-Julien de Tours (v. 990-1007) », Revue Mabillon, LIV (1964), p. 69-124 ; Y. Sassier, Hugues Capet. Naissance d’une dynastie, Paris, 1987, p. 159, 203.

2 La synthèse récente de L. Falkenstein illustre combien l’exemption est mieux définie au XIIe siècle – l’élaboration d’un véritable système juridique date d’Alexandre III – qu’au XIe siècle, où elle forme une nébuleuse aux contours assez flous, cf. La papauté et les abbayes françaises aux XIe et XIIe siècles. Exemption et protection apostolique, Paris, 1997, p. 22-24, 156. L’étymologie du mot traduit le fait de « soustraire ou d’enlever » quelque chose ou quelqu’un de son emplacement naturel. L’idée générale est la cessation d’une situation « normale » et l’exemptio, le fait de changer de situation, cf. B.-D. De La Soujeole o.p., L’exemption. Présentation historique et canonique, Mémoire dact. de droit canonique, Rome, 1992, p. 1-15. Le terme lui-même est attesté, pour la première fois, dans le canon 9 du concile de Latran III en 1179, mais le verbe eximere et ses dérivés restent rares jusqu’à Latran IV. En revanche, le principe de l’exemption apparaît dès le concile d’Arles, en 455, introduisant une exception à la règle fixée par le concile de Chalcédoine, en 451 ; celle-ci énonçait la soumission des monastères à l’autorité de l’évêque diocésain. Par privilège spécial, tel monastère (ou telle église) dérogeait à la situation normale et était soustrait au pouvoir de l’ordinaire. C’étaient toujours les droits de l’évêque diocésain qui étaient diminués de façon plus ou moins étendue. Dans les privilèges pontificaux de l’an Mil, on distinguera donc ce qui relève d’une simple protection apostolique du patrimoine monastique de ce qui touche aux pouvoirs même de l’évêque diocésain, suspendus ou limités en quelque manière. On s’en tiendra à cette définition large dans la mesure où il n’est pas certain que les distinctions claires de la seconde moitié du XIIe siècle (notamment entre les pouvoirs d’ordre et de juridiction) soient forcément opératoires 150 ans plus tôt.

3 J.-F. Lemarignier, Étude sur les privilèges d’exemption et de juridiction ecclésiastique des abbayes normandes des origines jusqu’à 1140, Paris, 1937 ; Id., « L’exemption monastique et les origines de la réforme grégorienne », A Cluny, Dijon, 1950, p. 288-340, ici p. 327-334. L’exemption procurait un ancrage local à l’autorité du pape ; une occasion de recours au Siège Apostolique démultipliée ; une force accrue à travers la nouvelle puissance foncière et seigneuriale des moines ; des rapprochements politiques utiles ; enfin, une réserve où la papauté trouvait des élites réformatrices susceptibles d’être utilisées comme évêques ou légats.

4 L. Theis, Robert le Pieux. Le roi de l’an Mil, Paris, 1999, p. 95 : les deux protagonistes du concile de Verzy (991), Arnoul d’Orléans et Abbon de Fleury, illustrent parfaitement ce modèle. L. Falkenstein, La papauté…, p. 9-10, 218-219. Il mériterait néanmoins d’être nuancé : au Xe siècle, l’épiscopat trouva à Rome un réel soutien contre l’oppression des puissances séculières, cf. F. Lot, Études sur le règne d’Hugues Capet, Paris, 1903, p. 143 ; les moines furent aussi porteurs d’une idéologie très favorable au pouvoir royal…

5 B. S. Bachrach, Fulk Nerra, The Neo-roman Consul, 987-1040, Berkeley-Los Angeles, 1993, p. 105 ; id., « Pope Sergius IV and the fondation of the monastery at Beaulieu-lès-Loches », Revue Bénédictine, XVC (1985), p. 240-265, ici p. 255.

6 J.-M. Bienvenu, Recherches sur le diocèse d’Angers au temps de la réforme grégorienne, th. dact., Paris, 1968, a relevé ce « souci d’indépendance » des moines ligériens, La Trinité de Vendôme exceptée ; G. T. Beech, « Urban II, the abbey of Saint-Florent of Saumur, and the first crusade », Autour de la première croisade, dir. M. Balard, Paris, 1996, p. 57-70, à propos de l’occultation volontaire du passage du pape Urbain II à Saint-Florent début 1096 ; J.-H. Foulon, « Les relations entre la papauté réformatrice et les Pays de la Loire jusqu’à la fondation de Fontevraud », Robert d’Arbrissel et la vie religieuse dans l’ouest de la France, dir. J. Dalarun, Turnhout, 2004, p. 25-56, ici, p. 42-45.

7 M. Dupont, Monographie du cartulaire de l’abbaye de Bourgueil, Tours, 1962, éd. p. 161-163. G.-M. Oury, op. cit. n. 1, p. 106-114, l’abbé Gauzbert serait l’inspirateur du préambule spirituel de la charte ? Mais, la riche culture d’Emma autorise qu’on lui restitue la supervision de l’acte, cf. M. Parisse, « Une enquête à mener : la spiritualité des nobles au miroir des préambules de leurs actes », Georges Duby. L’écriture de l’histoire, Turnhout, 1996, p. 307-316, ici p. 312-314.

8 La Trinité – et les Anges dans le cas de Beaulieu – offraient l’avantage de n’en avoir pas besoin… Cf. O. Guillot, « La consécration de l’abbaye de Beaulieu-lès-Loches », Actes du colloque médiéval de Loches (1973). Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, IX (1975), p. 23-32, ici n. 30, p. 25 et 29.

9 Trad. M. Parisse, op. cit. n. 7, p. 313. Le pouvoir épiscopal est défini par le pouvoir des clefs (Mth 16, 18-19) qui permettait de faire accéder les hommes au ciel et d’établir une continuité entre l’Église terrestre et la Cité céleste, cf. Y.-M. Congar, L’Église de saint Augustin à l’époque moderne, Paris, 1970, p. 51-66. L’absence de l’expression « grégorienne » d’Ecclesia primitiva est remarquable.

10 Éd. M. Dupont, op. cit. n. 7, p. 162. La souscription du pape était censée figurer au bas de l’acte. Une copie contemporaine aux Archives d’Indre et Loire (H 24, n° 2) porte une croix et Ego Johannes Sancte Catholice et Apostolice Ecclesie presul, haec scriptio et ante nostram praesentiam adducta ; ut eam vidimus et perlegimus, roboravimus…

11 Y. Sassier, Hugues…, op. cit. n. 1, p. 241.

12 B. S. Bachrach, Fulk…, op. cit. n. 5, p. 70. O. Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, 2 t., Paris, 1972 ; sur cette alternance de concessions et d’impositions de mauvaises coutumes, cf. t. 2, actes n° 9, 13, 20, 22, 26… p. 25-36.

13 G.-M. Oury, « La reconstruction… », op. cit. n. 1, p. 72-84. Gauzbert est affilié à la maison comtale de Blois à un degré difficile à préciser ; la charte (n. 14 infra) mentionne : nobis propinquitatis consanguinitate juncto. D’abord trésorier de Saint-Julien de Tours restauré par Odon de Cluny, il coopéra, vers 987-990, à la fondation des monastères de Maillezais et de Bourgueil. Après 993, élu abbé de Saint-Julien sur la recommandation du comte de Blois, il continua à protéger l’abbaye de Bourgueil.

14 Éd. F. Lot, Études sur le…, op. cit. n. 4, p. 423-426.

15 G.-M. Oury, p. 109-110. L’élection, faite sans simonie, suivait la règle de saint Benoît.

16 M. Dupont, op. cit. n. 7, p. 21, 24.

17 Recueil des chroniques de Touraine, éd. A. Salmon, Tours, 1854, p. 228-229 : De omnibus rebus sancti Juliani privilegium firmare fecit.

18 G.-M. Oury, op. cit. n. 1, p. 110-112 ; éd. critique J. Ramackers, Papsturkunden im Frankreich. Neue Folge, t. 5. Touraine, Anjou, Maine und Bretagne, Göttingen, 1956, n° 248, p. 346-350 (désormais Ram. 5) ; la bulle aurait été interpolée vers 1061-1067. Les biens – res mobiles et immobiles, terras cultas et incultas, ecclesias, curtes, decimas, villas, colonas… – sont énumérés en fin de privilège.

19 Les droits réservés (synode, gîte, visite) sont le symbole du pouvoir épiscopal de juridiction, cf. J.-F. Lemarignier, Étude…, op. cit. n. 3, p. 44-63, 85-90, 108-110. Mais, le monastère disposait-il alors de tous les autres droits, y compris la justice sur les paroisses ? Dans ce cas, une telle franchise des droits épiscopaux, même limitée, renforçait considérablement l’immunité laïque.

20 Vers 1003-1005, cf. O. Guillot, Le comte…, op. cit. n. 12, p. 215-24 ; B. S. Bachrach, Fulk…, op. cit. n. 5, p. 89-93.

21 Ram. 5, n° 17, p. 79-80, 24 novembre 1083 : Grégoire VII place Bourgueil sous la tutela et defensio du Siège Apostolique. Nul ne doit attenter au lieu, à ses biens ou à ses hommes, ni imposer des exactions indues ou un servitium séculier, hormis celui attaché au siège romain ; liberté totale de l’élection abbatiale (aucune intervention laïque n’est autorisée) ; consécration des églises et ordination des moines par les évêques diocésains moyennant deux clauses : si l’ordination de l’évêque est canonique et si la consécration est gratuite ; sinon l’abbé peut recourir à tout évêque catholique avec l’accord du siège romain. Id., n° 22, p. 85-86, 20 novembre 1093 : Urbain II confirme les possessions actuelles et futures du monastère et interdit toute vexation ; élection abbatiale par consensus ou sanior pars ; chrême, huile sainte, consécration des autels et basiliques, ordination des clercs par les évêques diocésains moyennant trois clauses : si l’évêque est catholique et en communion avec Rome ; s’il confère les ordres gratuitement et sans irrégularité ; sinon l’abbé recourra à tout évêque catholique de son choix. L’exemption reste limitée, si l’on suit la définition donnée par L. Falkenstein, op. cit. n. 2, p. 79-80.

22 L’Epistula XIV d’Abbon de Fleury lui fut sans doute adressée, suite à ses difficultés avec l’archevêque Archambaud à Saint-Julien de Tours, cf. G.-M. Oury, op. cit. n. 1, p. 86-90. J.-F. Lemarignier, « Le monachisme et l’encadrement religieux des campagnes du royaume de France situées au nord de la Loire de la fin du Xe à la fin du XIe siècle », Le istituzioni ecclesiastiche della societas christiana dei secoli XI-XII. Diocesi, pievi e parrochie, Milan, 1974, p. 357-404, ici n. 32, p. 366-368.

23 Cf. L. Theis, Robert…, op. cit. n. 4, p. 96. Trois ensembles documentaires sont à distinguer : les sources immédiates du premier XIe siècle, les sources indirectes de même époque, enfin les sources historiographiques, abondantes mais nettement postérieures (XIIe-XIIIe siècles). Pour plus de détails sur cette fondation et le dossier des sources qui l’éclaire, se reporter à J.-H. Foulon, « Stratégies politiques, fondation monastique et recours à Rome vers l’an Mil : le cas de Beaulieu-lès-Loches », Revue Historique (à paraître).

24 Rodulfus Glaber, the five books of the histories, éd. trans. J. France, Oxford, rééd. 1993, Livre II, c. 4, p. 60-65 (désormais R. Glaber) ; Raoul Glaber. Histoires, trad. M. Arnoux, Turnhout, 1996, p. 100-107. Trois lettres de Fulbert de Chartres éclairent indirectement l’événement et confirment, par leur datation, l’enchaînement chronologique des Histoires : The letters and poems of Fulbert of Chartres, éd. trans. F. Behrends, Oxford, 1976 : Ep. 7 et 8, p. 16-20 ; Ep. 13, p. 26-27.

25 R. Glaber, § 4-5, p. 56-60. Le mot gehenna, exceptionnel sous la plume de Raoul, se retrouve dans une charte de mars 994 où le comte exempte le cloître Saint-Maurice d’Angers (éd. Urseau, n° 27), en expiation des massacres de Conquéreuil ; aspect souligné par B. S. Bachrach, « Pope… », op. cit. n. 5, p. 244 ; id., Fulk…, op. cit. n. 5, p. 101-102, p. 131-134.

26 R. Glaber, Livre II, § 5, p. 60 ; O. Guillot, « La consécration… », op. cit. n. 8, p. 25. On date son départ à Jérusalem de septembre 1003 et son retour de décembre 1004.

27 Diplômes pontificaux (des faux ? selon L. Halphen, Le comté…, op. cit. n. 1, p. 219-231) : Jean XVIII, Patrologia Latina, t. 139, Ep. 13, col. 1491-1492 ; rééd. H. Zimmermann, Papsturkunden 896-1046, t. II : 996-1046, Vienne, 1985, n° 432, p. 825-827, l’auteur date la bulle du début de l’année 1007. Serge IV, PL, t. 139, Ep. 14, 14 avril 1012 ; Ep. 15, entre le 14 avril et le 12 mai 1012, col. 1525-1527, ici col. 1526A, 1527C ; rééd. Ibid., n° 462, p. 882-885 et n° 463, p. 886. C’est d’ailleurs l’argument principal qui soutient le raisonnement du jugement pontifical sous Serge IV. Hereditas désigne un bien déterminé ou un ensemble de biens détenus en alleux et dont le titulaire a hérité (O. Guillot, Le comte…, op. cit. n. 12, p. 216). Mais, il importe de remarquer une différence notable entre les bulles de Serge IV et les autres sources. Glaber et Jean XVIII rapportent « qu’il a construit le monastère pour la rédemption de son âme » alors que les bulles de Serge déplacent la question sur la donation à saint Pierre dès la fondation : « il l’a construit récemment et il l’a offert à nous et au bienheureux Pierre pour remède de son âme ». Ce qui traduit une évolution sensible dans la signification du geste de fondation. On peut supposer que la construction sur un bien personnel est une indication juste, mais qu’il y eut ensuite déplacement de la question sur la donation à Pierre dans les bulles falsifiées de Serge IV.

28 G.-M. Oury, « Les origines monastiques de l’abbaye de Beaulieu-lès-Loches », Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 42 (1988), p. 167-175. B. S. Bachrach, Fulk…, op. cit. n. 5, p. 102-107. Cette mention inhabituelle se réfère à la hiérarchie céleste du pseudo-Denys l’Aréopagite qui les place dans la première catégorie des anges. Mais, il importe surtout de voir le rôle qu’ils remplissaient dans la Bible. Les Chérubins gardent l’entrée du jardin d’Eden, Gn, 3, 24. Dans la vision d’Ezéchiel (c. X), ils entourent le trône de Dieu et proclament sa gloire tandis que les Séraphins apparaissent dans la vocation d’Isaie (VI, 2-8) pour proclamer la sainteté divine. Ces « brûlants » purifient, par leur caractère ardent, ceux qui approchent du Seigneur. Ez. I, 4-12 ; Ap. IV, 8.

29 R. Glaber, II, § 6, p. 60-62 ; hâte soulignée par l’emploi de quantotius, protinus…

30 Il s’agissait de la basilique, non pas de tout le complexe monastique. Au contraire, B. S. Bachrach fonde une partie de son argumentation sur l’impossibilité que l’église ait été achevée vers 1007-1008 pour reporter la consécration en 1012, sur la foi de la bulle de Serge IV, estimée authentique, cf. « Pope… », op. cit. n. 5, p. 251-253, 263-264. Notre chronologie s’écarte sensiblement de celle de cet auteur, id., Fulk…, op. cit. n. 5, p. 114-126.

31 L. Theis, Robert…, op. cit. n. 4, p. 92, 140 ; J. Boussard, « Les évêques en Neustrie avant la réforme grégorienne (950-1050) », Journal des Savants, 1970-3, p. 161-196, ici p. 174-175 ; Helgaud de Fleury. Vie de Robert le Pieux, éd. R.-H. Bautier, Paris, 1965, § 15, p. 86 (désormais VRP) : l’évêque Foulques avait donné à Hugues de Beauvais pour prix de son aide (lors de son accession épiscopale en 1003 ?) une terre appartenant à la cathédrale d’Orléans.

32 B. S. Bachrach, Fulk…, op. cit. n. 5, p. 110 : ils se rencontrèrent à la fin de septembre 1007. La paix de Coudres entre le duc de Normandie et Eudes II de Blois fut orchestrée par le roi, donnant lieu à un « second Capetian-Blésois Axis », Id., p. 118-142.

33 Odorannus de Sens. Opera omnia, éd. R.-H. Bautier, Paris, 1972, p. 100-102. Glaber décrit le « très puissant comte du palais » comme un porteur de discorde qui poussa le roi à haïr sans raison son épouse et, ainsi, se ménagea la faveur royale. L’action de Foulques Nerra est précisée par les deux passages des Histoires qui se répondent et s’éclairent mutuellement : livres II, § 6, p. 62 et III, § 5-7, p. 106-108.

34 Fulbert de Chartres, éd. F. Behrends, op. cit. n. 24, Ep. 13, p. 26-27 ; sur ce point, cf. O. Guillot, « À propos d’une lettre de Fulbert de Chartres à Foulques Nerra. Un cas de recours au droit savant avant la lettre ? » Droits savants et pratiques françaises du pouvoir (XIe-XVe siècles), dir. J. Krynen, A. Rigaudière, Bordeaux 1992, p. 15-38. On trouvera l’argumentation détaillée de notre hypothèse dans l’article cité n. 23 supra. Nous résumons ici uniquement l’enchaînement des faits.

35 R. Glaber, Livre II, § 6, p. 62. Les textes du XIIe siècle insistent sur la connexion entre Foulques et la papauté à qui il demanda l’absolution de son crime prémédité et soulignent le côté expiatoire du second pèlerinage à Jérusalem. L’histoire de « Crescentius » en serait le souvenir légendarisé ; aspect remarquablement évoqué par B. S. Bachrach, Fulk…, op. cit. n. 5, p. 114-118.

36 Cette fête de saint Benoît est datable du 4 déc. 1007 ou avant le 21 mars 1008, les Rameaux tombant cette année-là le même jour que la fête de Benoît qui dut être avancée, cf. F. Behrends, op. cit., op. cit. n. 24, p. LXXII. André de Fleury, Vie de Gauzlin, abbé de Fleury, éd. R.-H. Bautier, Paris, 1969, § 18, p. 50-58 (désormais André de Fleury).

37 L’évêque d’Orléans demanda à ses coévêques d’excommunier l’abbé, cf. Fulbert de Chartres, op. cit. n. 24, Ep. 7, avant le 17 février 1008, p. 16 et Ep. 8, p. 18. Il y a néanmoins une contradiction, peu relevée, dans le récit d’André de Fleury : celui-ci précise que le légat a assisté par hasard au synode (André de Fleury, op. cit. n. 36, p. 52), mais la teneur des lettres de Jean XVIII montre que le pape était au courant des événements quand il décida d’envoyer l’évêque de Piperno pour faire la vérité sur l’affaire (Id., p. 54). Il ordonne d’ailleurs au roi de respecter ceux qui ont fait appel au Siège apostolique (Id., p. 56). Un émissaire de Fleury s’était certainement chargé de l’avertir.

38 La première partie de ce privilège pontifical est sans doute authentique, cf. O. Guillot, « La consécration… », op. cit. n. 8, p. 28-30 ; il serait donc datable de 1008, et non de 1007.

39 On peut recouper les témoignages de R. Glaber (Livre II, § 6-7) et d’André de Fleury (§ 18, p. 54-56). Le ton des lettres de Jean XVIII au roi et aux évêques est virulent.

40 Fulbert avait accordé à l’abbé un délai jusqu’au 1er octobre pour se soumettre au devoir d’obéissance canonique, Ep. 8, p. 18. Sur la tristesse royale, cf. R. Glaber, III, § 7 ; VRP, p. 54-56. Sur ce synode, André de Fleury, p. 52-54.

41 L’histoire de la dédicace de Beaulieu mentionne ce mécontentement des évêques des Gaules et fait peut-être implicitement allusion à ce synode, R. Glaber, II, § 6, p. 62 : Quod utique audientes Galliarum quique presules presumptionem sacrilegam cognoverunt… Pierre repartit à Rome faire son compte-rendu au pape qui convoqua les deux partis pour Pâques 1009, sous peine d’excommunication ; sans résultat. La mort de Jean XVIII en juin 1009 interrompit peut-être toute sanction ?

42 Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, éd. L. Halphen, R. Poupardin, Paris, 1913, p. 50-51, 144-147. Grande Chronique de Tours, éd. Salmon, op. cit. n. 17, p. 118. B. S. Bachrach, Fulk…, n. 5, p. 124-131, 246-249.

43 Les conclusions d’O. Guillot, « La consécration… », op. cit. n. 8, p. 28-31 et R. Laprat, « La légende du monastère de Beaulieu », Études d’Histoire du droit canonique dédiées à Gabriel Le Bras, Paris, 1965, t. 2, p. 1257-1264, nous paraissent plus convaincantes que l’hypothèse formulée par B. Bachrach, « Pope… », op. cit. n. 5, p. 247-265. Sur les faiblesses de la restitution chronologique de ce savant, voir notre article à paraître (n. 23, supra).

44 PL 139, 1491-1492A, rééd. H. Zimmermann, op. cit. n. 27, p. 826.

45 Ram. 5, n° 24, p. 87-88, 31 mars 1096 : mention des écrits des papes Jean et Serge.

46 Les deux bulles de Serge IV laissent perplexe. Les datations sont justes ; la tenue d’un jugement synodal devant un tribunal composé de juges palatins et de juges datifs figure à la même date dans les chartes de l’abbaye de Farfa ; les termes juridiques sont employés dans des documents de même époque avec le même sens (R. Laprat, p. 1263). Les témoins ne sont pas invraisemblables (B. S. Bachrach, p. 256-257). Mais, on observe des imprécisions étranges ; un illogisme du propos : « comment un fondateur qui a donné son monastère peut-il conserver une hereditas et un droit de consécration attenant ? » ; un effondrement étonnant de l’archevêque qui dispose pourtant d’une tradition canonique favorable à son autorité, sans cesse invoquée par l’épiscopat franc… En outre, Raoul Glaber, très bien informé, ne mentionne aucune exemption ! Le faussaire utilisa des informations exactes (fondation sur des terres tenues en pleine propriété et mention du légat Pierre, évêque de Piperno) sans doute puisées chez Glaber et dans une mémoire propre au monastère.

47 Le voyage à Rome du roi et de Berthe est placé communément vers 1010, d’après le récit d’Odorannus de Sens, op. cit., p. 100. Révisant la traduction, O. Guillot le date de 1007, précédant l’assassinat ; la reine Constance est ainsi décrite esseulée à Teil, avec un seul fils, dans la peur d’être répudiée, cf. « À propos… », op. cit. n. 34, p. 33-36. On pourrait tout aussi bien repousser ce voyage à l’année 1012. La fourchette chronologique de l’accession de Thierry à l’évêché d’Orléans, qui suivit le retour du roi, l’y autorise : fin 1008 (Foulques d’Orléans est encore vivant) à fin 1012 (elle précéda la consécration de Gauzlin comme archevêque de Bourges selon Fulbert de Chartres, Ep. 26) ; cf. aussi J. Boussard, « Les évêques… », op. cit. n. 31, p. 179.

48 Une lettre de Grégoire VII rappelle à l’abbé de Beaulieu l’obligation d’obéir à l’archevêque et de répondre à sa convocation synodale, PL 148, Ep. 21, col. 378, 15 nov. 1074. Les clauses réformatrices d’Urbain II visent à préserver la vie régulière du monastère et à garantir la libre élection abbatiale. L’archevêque de Tours conserve le pouvoir de consécration des autels, basiliques, ordination des clercs et moines, omni pravitate seu difficultate seposita, Ram. 5, n° 24, p. 87-88. Pascal II introduit une clause restrictive soulignant la juridiction de l’archevêque : salvo tamen jurei turonensis ecclesiae, PL 163, n° 517, col. 436. Ce qui diffère de l’interdiction de toute excommunication contenue dans les faux de Serge IV.

49 Ram. 5, n° 121, p. 212-213 : la bulle énumère les biens protégés, salva sedis apostolice auctoritate et in praedictis capellis diocesani episcopi canonica iustitia. PL, t. 200, n° 1035, col. 911 : les biens protégés sont énumérés en fin d’acte.

50 Chroniques…, éd. L. Halphen, op. cit. n. 42, p. IX-XLVI. Thomas de Loches, le premier rédacteur des Gesta Consulum, reçut d’Innocent II (Ram. 5, n° 250, 11 avril 1138) une bulle d’exemption pour la collégiale Notre-Dame de Loches qui reprend mot pour mot un privilège antérieur, attribué à Jean XV par J. Boussard malgré les anomalies de datation des formules finales, cf. « La charte de fondation de Notre-Dame de Loches », Actes du colloque médiéval de Loches (1973). Mémoires de la Société Archéologique de Touraine IX (1975), p. 1-10, ici p. 5-6. Or, Innocent II attribue cette même bulle à Jean XII (955-963) sur la foi du privilège qui lui fut fourni, ce qui est chronologiquement impossible. Il est donc vraisemblable que Thomas conçut à l’intention du pape un faux, mis sous le nom de Jean XII (seul le souvenir d’un pape Jean avait subsisté dans la charte de fondation), pour en obtenir une confirmation qui l’authentifie.

51 Il est probable qu’Emma et le duc d’Aquitaine, inquiets du poids pris par le comte de Blois à Bourgueil, aient suscité la démarche de Gauzbert auprès de Sylvestre II. Le pape avait été l’ami d’Evrard, l’ancien abbé et formateur de Gauzbert.

52 Un lien familial existait entre Gauzbert et les comtes de Blois, cf. supra n. 13. L’abbé de Saint-Florent de Saumur, Robert de Blois (985-1011), sans être le propre frère du comte Eudes Ier, pourrait appartenir à la famille vicomtale de Blois où ce prénom est usuel, cf. B. S. Bachrach, « Robert of Blois, abbot of Saint-Florent de Saumur and Saint-Mesmin de Micy (985-1011) », Revue Bénédictine, 88 (1978), p. 123-146. Foulques Nerra prit soin de nommer à Beaulieu un abbé berrichon, Odo de Saint-Genou de l’Estrée, abbaye soumise aux Buzançais, fidèles alliés des comtes d’Anjou, id., Fulk…, op. cit. n. 5, p. 108-109.

53 Les multiples pèlerinages des princes dans la Ville Sainte témoignent de cette fascination. Vers 969-970, le pèlerinage romain du comte d’Anjou Geoffroy Grisegonnelle suscita la fondation de Sainte-Marie de Loches, que le pape Jean XIII lui imposa en pénitence de ses crimes. En avril 1004, Thibaut de Chartres fit une démarche semblable ; fin 1006-1008, un comte nommé Raoul alla chercher auprès du pape l’absolution de ses forfaits (Fulbert de Chartres, Ep. 5, p. 14-16) ; en 1008, le duc de Rennes mourut sur le chemin de Rome…

54 Ce « discrédit pontifical » est étayé par deux sources : d’une part, on cite communément le discours anti-romain d’Arnoul d’Orléans durant le concile de Verzy en 991. Mais, il paraît davantage prononcé pour des questions d’opportunité que par conviction profonde, cf. C. Carozzi, « Gerbert et le concile de Saint-Basle », Gerberto scienza, storia e mito, Gerberti Symposium, 1983, Plaisance, 1985, p. 661-676. D’autre part, Abbon de Fleury fut indigné, fin 995-début 996, de la corruption de la papauté qui, en la personne de Jean XV, avait cherché à monnayer le privilège qui lui était demandé, cf. J.-F. Lemarignier, « L’exemption… », op. cit. n. 3, p. 311. Toutefois, la papauté n’était pas aussi incapable de tenir son rôle que voulait bien le laisser entendre Arnoul et sa cupidité heurtait plus les abbés réformateurs que les princes (R. Glaber, Lib. II, § 6, à propos de l’attitude de Foulques Nerra). Il importe donc de distinguer les paroles des prélats francs de l’agir de leurs contemporains.

55 Les élections abbatiales restèrent étroitement contrôlées par les comtes d’Anjou, cf. O. Guillot, Le comte…, op. cit. n. 12, I, p. 129-173.

56 Comme à Bourgueil, dans les cas d’Emma et de Gauzbert, une perspective funéraire existe dans la fondation de Beaulieu. Sur la tombe et le gisant de Foulques Nerra, cf. B. S. Bachrach, Fulk…, op. cit. n. 5, p. 244-247.

57 B. S. Bachrach, « Pope… », op. cit. n. 5, p. 255, 265.

58 O. Guillot, « La consécration… », op. cit. n. 8, p. 31 : « L’intervention du légat Pierre à Beaulieu n’a pas du tout signifié que la papauté plaçait en ce monastère des espoirs en vue de la réforme ». C’est une différence majeure avec le cas de l’exemption de La Trinité de Vendôme en 1056, cf. J.-H. Foulon, « Les relations… », op. cit. n. 6, p. 31-37.

59 M. Mostert, « Die Urkundenfälschungen Abbos von Fleury », Fälschungen im Mittelalter, M.G.H Schrifte 33, 4, Hanovre, 1988, p. 287-318. L’intention première était d’ailleurs de rectifier des abus précis du diocésain en interdisant les messes publiques et en restreignant son droit d’entrée dans le monastère.

60 F. Lot, Études…, op. cit. n. 4, p. 130-157 ; C. Carozzi, op. cit. n. 54, p. 674. On peut distinguer trois domaines d’action privilégiée de la part de Rome : les jugements et les différends concernant les évêques (a fortiori les archevêques), et les questions matrimoniales. Ces divers aspects se trouvèrent reliés dans le conflit qui opposa Abbon de Fleury et Arnoul d’Orléans après Verzy. Les rebondissements de l’affaire auxquels se superposa, début 997, le remariage incestueux du roi justifièrent les diverses interventions romaines et les réactions de l’épiscopat lors des conciles de Chelles, Saint-Denis, Pavie, Rome… Mais, en grande partie, le Val de Loire ne fut touché qu’indirectement.

61 Le vocabulaire est assez explicite : l’auctoritas du Siège Apostolique est opposée au mépris des évêques et à un simple pouvoir royal (potestas) chargé de faire respecter les décrets pontificaux, sous peine d’anathème, cf. André de Fleury, supra n. 36, p. 54-58.

62 R. Glaber, p. 62 : « Tous s’accordaient à considérer comme détestable et par trop indécent que le Siège Apostolique transgressât la tradition continue, apostolique et canonique, d’autant que, par surcroît, mainte autorité avait confirmé de toute antiquité qu’aucun évêque n’osât s’ingérer dans le diocèse d’un autre évêque, sauf sur l’ordre ou la permission de ce dernier », trad. O. Guillot, op. cit. n. 34, p. 26. Fulbert de Chartres, Ep. 5…

63 Cette pensée issue de Chalcédoine fut réaffirmée au concile de Chelles (vers 993-995 ?) qui invalidait une initiative romaine contraire aux décrets des Pères, cf. Richer – Histoire de France, éd. trad. R. Latouche, IV, § 89, t. 2, Paris, 1964, p. 290.

64 Fulbert exprima son hostilité à l’exemption invoquée par Gauzlin de Fleury, Ep. 8, 16 mai-1er oct. 1008, p. 18. Il prie celui-ci de se soumettre à son évêque sicut decet. Aucun principe juridique (legem), ni aucun argument raisonnable (modum rationis) ne peuvent venir soustraire l’abbé au joug de la soumission au diocésain.

65 Fulbert de Chartres reprocha à Richard, abbé de Saint-Médard de Soissons, d’avoir osé construire un oratoire sans permission épiscopale et réconcilier de son propre chef une église désacralisée, Ep. 14, 16 mai-1er oct. 1008, p. 29-31.

66 Mais, le privilège du pape Adéodat (672-676) pour Saint-Martin, s’il est authentique, est beaucoup plus ancien, cf. L. Falkenstein, op. cit. n. 2, p. 148, n. 7.

67 La première réforme monastique du Val de Loire fut pourtant marquée par l’influence croisée des idéaux de Cluny et de Fleury, cf. J.-H. Foulon, La Réforme de l’Église dans la France de l’Ouest de la fin du XIe siècle au milieu du XIIe siècle. Ecclésiologie et mentalités réformatrices, Paris I, th. dact., 1998, I, p. 42-45. Sur les relations épistolaires entre Abbon de Fleury, l’abbé Gauzbert de Saint-Julien et les chanoines de Saint-Martin de Tours, cf. J.-F. Lemarignier, « L’exemption… », op. cit. n. 3, p. 314-315. Toutefois, aucune donation à Saint Pierre n’existe avant celle du monastère de Vendôme en 1056.

68 Sur les faux de Saint-Florent de Saumur, cf. J.-M. Bienvenu, Recherches…, op. cit. n. 6, p. 152-167 ; autre datation par B. S. Bachrach, Fulk…, op. cit. n. 5, p. 111.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540