Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Le Pouvoir et les pouvoirs

Les rois, la guerre, les Maures

La (re-)construction de l’idéologie de Reconquête dans une source portugaise généalogico-narrative tardive : les « livres de lignages »

Stéphane Boissellier

Texte intégral

  • 1 Le corpus des sources utilisées dans le très récent ouvrage de J.-V. Tolan, Les Sarrasins. L’Islam (...)

1Le concept de « Reconquête » (et, plus généralement, des rapports entre occidentaux et infidèles) nous est connu principalement à travers des textes savants, complexes (hagiographies, annales monastiques, doctrine canonique et théologique) ou très ponctuels (bulles pontificales, mentions juridiques dans des actes de la pratique foncière ou judiciaire). Plus précisément, c’est vers ces sources que se tournent spontanément les historiens de l’idéologie, parce qu’elles abordent différents motifs idéologiques de la Reconquête pour eux-mêmes mais aussi parce qu’elles portent de façon plus ou moins explicite les conceptions les plus approfondies et les plus complexes1. En fait, ce sont ces sources elles-mêmes qui nous dictent notre conception de la Reconquête comme une armature idéologique indispensable, donc réfléchie et cohérente, étayant une série de politiques, elles-mêmes variables mais débouchant inéluctablement sur l’épilogue de 1492 ; or, quand on observe la minceur, au Portugal, des sources médiévales intégrant la Reconquête dans une véritable perspective d’ensemble, on peut douter qu’il existe des rapports étroits de justification et de légitimation entre les actions et les discours (contrairement à ce que l’on observe dans la riche tradition historiographique castillane, héritière des royaumes asturien puis léonais).

2L’idéologie de « Reconquête » n’est donc qu’une reconstruction de l’historien, comme la Reconquête elle-même, et il vaudrait mieux parler d’un ensemble de courants idéologiques « durant la Reconquête » ; il faut néanmoins se mettre d’accord sur une base minimale a priori : nous considérerons donc cet objet comme l’ensemble des discours émis à propos de la guerre contre al-Andalus (en tant qu’exercice plus ou moins légitime de la violence) y compris dans sa dimension religieuse, à propos des Maures (en tant qu’ennemis politiques et éventuellement en tant qu’infidèles mais aussi en tant que partenaires non hostiles) et, secondairement, à propos de l’espace dans lequel se déroule la guerre ; dans la source que j’étudie, il faut ajouter un dernier thème, inhabituel mais capital, l’enjeu que constitue la répartition des pouvoirs au sein d’une organisation sociale guerrière. Autrement dit : qui fait la guerre ? qui la mène ? et qui en retire une légitimité ? Mais, au-delà des données impliquant une idéologie, une pesée globale du phénomène reconquérant au sein du corps social exige de prendre en compte aussi les mentions incidentes de phénomènes tels que les migrations et les appropriations foncières, qui ne font pas l’objet d’une justification discursive.

3À travers les sources savamment construites, le seul point de vue des acteurs à être exprimé explicitement est celui des monarques, passé à travers le filtre des intellectuels ; ce n’est pas négligeable car les monarques jouent un rôle décisif dans l’organisation matérielle de la guerre et de la colonisation. Mais le dépouillement assez systématique que j’ai fait des textes concernant une région du Portugal m’a permis de constater que de nombreux autres textes peuvent être interrogés – y compris les actes de la pratique, complètement négligés dans les études de type culturel – et qu’ils expriment le point de vue d’autres acteurs, de plus modeste envergure, en particulier les chevaliers nobles.

  • 2 Désormais cités LL.

4Ainsi, on a la chance de posséder, pour le Portugal, une source unique dans le panorama documentaire européen, un ensemble de 3 « nobiliaires », qualifiés de « livres de lignages »2, rédigés entre ca 1290 et 1380 ; avec une série d’enquêtes royales, elle aussi unique en son genre, entre 1220 et 1343 et des compilations de poésie courtoise, lyrique et satirique, on a un corpus de sources relatif à la noblesse hors du commun et l’histoire de la noblesse, impulsée par J. Mattoso, fait d’ailleurs partie des études médiévales les plus actives au Portugal. Même si l’aristocratie en tant que telle ne joue plus un rôle moteur dans la conquête territoriale aux dépens des Maures à partir de la fin du XIe siècle, relayée qu’elle est par les monarques, elle conserve, à travers les LL, une mémoire de la Reconquête et surtout elle la réécrit, non pas en totalité – ce n’est pas l’objectif de la rédaction – mais sur certains points qui servent la conception qu’elle a d’elle-même. Quelle que soit la délimitation que l’on donne à la Reconquête, il faudrait certainement, vu l’étendue de la source étudiée, fonder les réflexions qui suivent sur une lexicographie quantitative, notamment pour dégager les occurrences des mentions incidentes dont j’ai parlé précédemment, ce qui nécessite un travail très au-delà de mes compétences.

  • 3 Crónica de la población de Avila éd. Amparo Hernandez Segura, Textos medievales 20, Anubar-Valenci (...)
  • 4 Crónica de cinco reis de Portugal, éd. Arturo Magalhães Basto, Porto 1945, p. 202-19.

5Signalons, pour finir, qu’il serait utile d’élargir l’enquête en comparant l’ensemble des récits concernant un lignage avec d’autres écrits de l’Occident chrétien destinés à glorifier une famille aristocratique en particulier, sans que l’on puisse d’ailleurs envisager une filiation directe ni même une communication entre nos récits et ces œuvres. Du point de vue des valeurs morales qui y sont exprimées, les points de comparaison les plus utiles sont les œuvres dans lesquelles la mise en forme littéraire est prioritaire, comme le cycle de Guillaume d’Orange ou le Poème du Cid (cantar de mio Cid), celui-ci étant d’ailleurs une des sources écrites du LLP ; mais les familles portugaises, jusqu’à la fondation de la principauté du connétable Nuno Alvares Pereira à la fin du XIVe siècle, n’ont pas les moyens ni surtout le goût de faire rédiger de grandes œuvres à leur louange. Dans leur forme, les récits des LL sont plus immédiatement comparables aux petits mémoires de glorification d’un individu ou d’une famille intégrés dans des œuvres plus amples, tels que les origines des marquis de Velada dans la Chronique du peuplement d’Ávila3 ou le récit de la conquête de l’Algarve par le Maître de Santiago, Paio Peres Correia, dans la chronique des rois portugais de 14194. Ces pistes de recherche ne sont mentionnées que pour mémoire car elles nécessitent une connaissance approfondie – que je n’ai pas – des œuvres et des techniques littéraires.

La source et ses difficultés

6Le plus ancien de ces livres, dit Livre vieux (LV), est rédigé vers 1280-90 par un moine du monastère de Santo Tirso pour le compte de la famille patronale du monastère, les Riba de Vizela (branche des Maia) ; on n’en conserve actuellement qu’un fragment, couvrant un lignage et le début d’un autre sur les 5 annoncés en préface, mais il est évident que ces données perdues ont été utilisées par les 2 autres livres ; ce livre intègre 691 nobles dans 175 familles. Le 2e livre, dit Livre du doyen (LD), qui revendique 30 lignages pour le Portugal, est rédigé vers 1337-40 et constitue probablement une sorte de brouillon du 3e, dans la mesure où il offre un contenu essentiellement généalogique qui sera réorganisé (et amplifié) dans un schéma plus ample et plus ambitieux ; ce livre recense 1500 nobles en 420 familles. Le 3e livre dit Livre de lignages du comte Pedro (LLP), qui affiche 76 lignages dans les États issus du León (donc pas seulement le Portugal), est rédigé vers 1340-4 sous la direction d’un fils bâtard du roi Dinis mais amplifié par l’introduction de nouveaux lignages vers 1360-5 et cette version est encore accrue, cette fois par des narrations, en 1380-3 ; ce livre inclut 4730 nobles en 776 familles. L’essentiel de nos données provient du LLP parce qu’il est beaucoup plus étendu que les deux autres ; mais l’ambition de ce dernier livre, beaucoup plus proche de la grande historiographie que les précédents, est d’embrasser la totalité de la noblesse ibérique et de remonter jusqu’aux origines mythiques de la Péninsule et il se fonde donc très largement, pour les lignages non portugais, sur des sources écrites (comme le liber regum navarrais), voire sur des traditions orales, produites en dehors du Portugal : nous ne retiendrons donc, dans une perspective « nationale », que les données relatives aux lignages portugais, comme étant susceptibles d’exprimer des orientations idéologiques spécifiques.

  • 5 À l’exception d’une copieuse Vita de S. Isabel d’Aragon, reine du Portugal, rédigée dans les année (...)
  • 6 Comme le fait L. Krus, 1994b, p. 197.
  • 7 J. Mattoso, 1985, p. 207-27 par exemple. On trouvera une étude prosopographique beaucoup plus déve (...)

7Le matériau qui fonde cette étude est d’une très grande complexité et son exploitation requiert de le définir et de le circonscrire précisément dans sa nature et ses fonctions. Jusqu’au milieu du XIVe siècle la production historiographique portugaise reste indigente, hormis de sèches annales monastiques au service des monarques et quelques hagiographies assez brèves5 ; durant ces siècles, c’est précisement notre source qui fournit les 2/3 de toute la masse écrite. Il est néanmoins exagéré de présenter6 le Portugal comme le seul pays ibérique dont la monarchie ne serait pas la référence historique essentielle ; d’ailleurs, la structure même du recensement généalogique s’inscrit dans le cadre du royaume (ou de plusieurs royaumes dans le cas du LLP). La structure des 3 LL est évidemment généalogique, commençant par le plus ancien ascendant du groupe considéré comme un « lignage » et énumérant les descendants dans l’ordre chronologique des générations ; leur fonction est donc de déterminer les parentés et les sources de la pratique permettent de vérifier qu’ils y réussissent assez bien. Toutefois, les recoupements que l’on peut opérer7 montrent des décalages de génération, des omissions dans la continuité des filiations et un assez grand arbitraire dans le choix de l’ancêtre fondateur ; ces flottements ne semblent pas dûs à des défaillances de la mémoire familiale ou des chartriers éventuellement consultés mais sont probablement volontaires, visant à produire la trajectoire la plus honorable possible.

8Les prologues disent explicitement que la connaissance des liens familiaux est indispensable aux nobles pour diverses raisons pratiques : l’introduction de narrations plus ou moins étendues est donc secondaire, pouvant servir à identifier plus précisément les personnages (pour les passages expliquant l’origine des surnoms par exemple) mais aussi, quand les narrations sont longues, à glorifier le lignage ou telle branche du lignage. La source n’est donc pas forcément bien adaptée à une étude de l’idéologie ; elle exprime plutôt une conception globale du passé, élaborée ou réélaborée récemment pour servir des enjeux actuels. Mais il s’agit d’une vaste compilation de données d’époques différentes, que les rédacteurs ne réussissent évidemment pas à actualiser (c’est-à-dire réécrire) et encore moins à uniformiser dans leur totalité pour constituer un véritable système de preuves au service de leur thèse ; il semble d’ailleurs que les compilateurs, dont on ignore totalement l’identité et les méthodes de travail, ne sont pas de grands intellectuels capables d’une construction idéologique et littéraire rigoureuse. C’est précisément ce qui fait la richesse du matériau.

  • 8 Cf. surtout le prologue du LLP.

9Il faudra donc remettre les récits dans le contexte de l’évolution sociale du groupe aristocratique. Fort heureusement, si l’on étudie notre source en tant qu’instrument idéologique, il n’est pas nécessaire de procéder à l’analyse des unités narratives des LL au cas par cas, c’est-à-dire selon la méthode prosopographique ; en effet, les compilateurs défendent un seul point de vue, qui reflète probablement la position d’une partie de la noblesse de l’époque où ils écrivent (par exemple, la notion de monarchie féodale dans le LV) mais qui occulte largement les nuances idéologiques selon les strates et les groupes nobiliaires. Même s’ils introduisent des jugements de valeur sur tel individu et telle branche de lignage, les compilateurs considèrent les nobles comme un ensemble et insistent sur la nécessité de l’unité au sein du groupe8, ne se souciant pas de réaliser explicitement une taxinomie au sein de l’ensemble : ils qualifient les nobles par un seul titre dans tous les prologues, les fidalgos, qui est le vocable le plus récent (pas antérieur aux années 1250) pour désigner l’essence de la noblesse c’est-à-dire l’hérédité – auparavant, on parle de filii bene natorum puis d’infanzones.

10La méthode généalogique explique en partie cette indifférence : le principal critère de classement y est évidemment la parenté, qui occulte les différenciations sociales. Ainsi, comme on l’a dit, les compilateurs du LV intègrent dans un seul lignage et dans la moitié d’un autre 175 familles, d’ancienneté très variable (de 900 à 1250) et de parenté parfois lointaine par rapport aux fondateurs, ce qui leur permet d’utiliser cette masse comme exprimant un seul point de vue idéologique. Cette conception, fictive, de l’aristocratie comme une globalité implique d’ailleurs une conception agonistique de l’histoire, divisant la société en grands blocs qui s’opposent à la fois par leur nature et pour des enjeux précis : l’aristocratie s’oppose donc au peuple et surtout, sans que cela soit forcément très explicite, à la monarchie.

  • 9 Par exemple la liste de tous les chevaliers portugais présents au siège de Séville, intercalée ent (...)

11Il est également important de déterminer sur quelles sources se fonde la compilation pour estimer la valeur idéologique des données narratives ; si l’on ignore tout du travail des compilateurs finaux (ceux qui rédigent), il est évident que le recueil des informations se fait au départ auprès des familles elles-mêmes. Il est fort possible que la connaissance des liens de parenté et celle des anecdotes au sujet des ancêtres émanent de sources de natures différentes ; dans le domaine proprement généalogique, outre les généalogies royales qui se fondent sur des chroniques antérieures bien identifiées, les chartriers des lignages peuvent fournir des informations précises9, surtout quand ils sont tenus par le scriptorium d’un monastère associé au destin de la famille (cas particulièrement fréquent pour les lignages, de loin les plus nombreux, enracinés au nord du Douro) et d’ailleurs, pour les plus anciennes branches, remontant jusqu’au milieu ou à la fin du Xe siècle, la mémoire ne peut gérer sans support écrit les filiations sur 15 ou 16 générations ; dans le cas des grands lignages castillans des Haro et Lara, il est presque certain que les LL ont utilisé des généalogies rédigées, aujourd’hui perdues. En revanche, beaucoup de récits historiques et légendaires ne sont connus par aucun acte écrit, même pour les lignages enracinés dans les plus vieilles provinces (où on a des notices de grande richesse informative), ni par des textes littéraires et ils doivent donc provenir d’une tradition orale transmise au sein de la famille par ses propres membres.

12Cependant, certains motifs proprement cléricaux doivent inciter à la méfiance envers le caractère endogène du discours nobiliaire ; les clercs au service des lignages ont pu rédiger de petits mémoires, perdus depuis, et introduire à cette occasion des idées propagées par le clergé savant. De la même manière, certains motifs mythologiques (d’ailleurs peu nombreux), quel que soit leur mode de transmission, dépassent largement la culture propre du groupe nobiliaire concerné ; par ailleurs, la culture aristocratique portugaise est fortement imprégnée par les schémas épiques français – dès les années 1130-40, les enfants sont appelés Galvão ou Rolão – ce qui ne modifie d’ailleurs pas la trame ni les conceptions morales des traditions familiales mais plutôt la forme des récits. Il reste donc assez difficile, comme dans toute source littéraire (au sens large), de départir ce qui relève des motifs narratifs et ce qui est l’expression du système de valeurs.

  • 10 J. Mattoso, 1980b et quelques compléments dans J. Mattoso, 1991.
  • 11 LLP, p. 219-21.

13En s’appuyant sur le travail de J. Mattoso, qui a identifié l’essentiel des sources probables des narrations10, on peut affirmer que les récits liés à la Reconquête constituent un domaine spécifique et assez imperméable ; ainsi, les quelques narrations introduisant des motifs folkloriques (mythologiques), toujours d’origine celtique, ne se rapportent jamais à des épisodes de la Reconquête. En revanche, la narration de ces derniers prend parfois la forme de chansons de geste, épiques et/ou sentimentales, qui ont apparemment un fonds historique et non pas totalement fictionnel (tel que l’épisode de la « mort du Lidador », mentionné dans LD mais largement développé au titre XXI du LLP11) : la guerre et les relations avec les Maures se prêtent bien à une mise en forme poétique par les jongleurs au service des familles nobles (mais il est souvent difficile de déterminer, surtout pour les récits sentimentaux, si la tradition est écrite ou orale) ; mais les événements liés à la Reconquête se présentent majoritairement sous forme de narrations historiques, assez courtes et sans mise en forme littéraire, dans lesquelles il est très difficile de repérer l’intervention de lettrés antérieurement à la compilation même des LL, ce qui n’empêche pas la domination des valeurs morales de l’épopée chevaleresque.

Les nobles et les monarques

14Ce problème doit être abordé en premier, même s’il n’est pas essentiel en soi dans notre étude, car il conditionne sinon la totalité du contenu des récits au moins leur rédaction et compilation ; en effet, la formation d’un royaume portugais indépendant constitue, avec la dilatation territoriale vers le sud, un des principaux événements dans l’histoire de l’aristocratie. Ainsi, la fonction la plus immédiate des LL a bien été cernée par la thèse de L. Krus : ces œuvres, au moins les deux premières, servent aux lignages de ces temps à se démarquer fortement de la centralisation monarchique (entamée dès les années 1220 et culminant au milieu du XIVe), voire à exprimer une franche hostilité envers ce phénomène, tout au moins en ce qui concerne la noblesse septentrionale qui a développé au nord du Douro des juridictions seigneuriales fortement indépendantes du pouvoir monarchique et souvent implantées à ses dépens. Ainsi, le LV est manifestement rédigé contre les nouvelles enquêtes diligentées par le roi Dinis dans les juridictions seigneuriales en 1284 ; le LD suit de peu la guerre civile qui a opposé, en 1319-24, ce même roi à la vieille noblesse seigneuriale dirigée par son propre héritier, le futur roi Afonso IV et il est peut-être en rapport direct avec les enquêtes royales nettement anti-seigneuriales lancées en 1341 par Afonso IV – qui n’a rien eu de plus pressé que de reprendre le programme centralisateur de son père après l’avoir combattu. Ce contexte généralise l’attitude, très ancienne elle, de simple distanciation et méfiance par rapport à la monarchie nationale. Il est donc probable que la mise par écrit des récits familiaux est l’occasion de réinterpréter des anecdotes traditionnelles et surtout de les recombiner dans un sens politique.

15La manière dont sont traitées les biographies dans le LV, notamment par le simple fait de faire naître les 5 grands lignages originels dans les années 900, constitue un élément de rivalité avec la monarchie : à la fin du XIIIe siècle, les familles qui se réclament des plus anciens lignages revendiquent une ascendance très antérieure au lignage royal national – revendication fictive : on sait que les familles comtales primitives se sont éteintes avant le milieu du XIe siècle. Du seul point de vue temporel, le LD marque un rapprochement par rapport à la monarchie puisqu’il fait remonter l’essentiel des lignages portugais à l’époque d’Alfonso VI : les nobles ne revendiquent donc plus l’antériorité mais une ancienneté égale à celle de la dynastie de Bourgogne. Dans le LLP, enfin, s’il subsiste de nombreuses traces de la volonté de se démarquer de la monarchie, l’objectif des compilateurs, en particulier de celui qui fait le premier remaniement, est d’inclure le maximum de familles : il est probable que les lignages récents, qui ne peuvent cacher ce qu’ils doivent au service du roi (au risque d’une comparaison défavorable avec la vieille noblesse), font pression pour entrer dans l’ouvrage, qui devient ipso facto une espèce de bottin mondain où il faut à tout prix figurer.

16Toutefois, l’importance du sang peut prévaloir sur la rivalité politique ; l’idéologie nobiliaire a intégré la vieille conception germanique (wisigothique) selon laquelle la famille régnante possède des vertus spéciales qui la prédestinent à la royauté : la parenté avec les monarques est donc devenue un élément valorisant trop bien ancré dans les mentalités dès longtemps avant la rédaction des LL pour que qu’elle soit délibérément occultée. Mais il existe une circonstance permettant de combiner parenté avec la dynastie et rivalité politique, à savoir la succession sur le territoire primitif du Portugal (et seulement dans cette partie-ci) de deux dynasties, léonaise et portugaise, ce qui permet d’avouer des liens avec la dynastie la plus ancienne pour se démarquer de la dynastie plus récente. Ainsi, les Maia font remonter leur lignage à un fils bâtard du roi Ramiro II d’Asturies-León (931-51) mais il s’agit d’une ascendance royale qui permet précisément de se démarquer de la famille régnante portugaise tout en revendiquant une ascendance aussi glorieuse et plus ancienne : il s’agit certes d’une ascendance illégitime mais la bâtardise est encore faiblement dévalorisée dans le système de valeurs nobiliaire à cette époque. On pourrait certes invoquer la chaîne généalogique pour dire que la dynastie portugaise est rattachée à la famille asturo-léonaise et que les Maia ne revendiquent donc pas l’antériorité ; mais les Maia se présentent comme descendants de roi par les hommes tandis que la dynastie de Bourgogne n’est royale que par alliance avec une fille d’Alfonso VI ; or, malgré la bilinéarité du système familial, l’ascendance masculine est privilégiée.

  • 12 LLP, p. 243. Ce concept global de la noblesse du XIVe siècle comme étant l’héritière des combattan (...)
  • 13 ved qual ondra crece al que en buen ora naçio // quando señoras son sus fijas de Navarra e de Arag (...)

17Le prologue du LLP, c’est-à-dire du livre où le rapport monarchie/ aristocratie est le plus complexe, montre que la nostalgie de l’époque pré-nationale perdure mais on ne peut plus faire semblant d’ignorer le poids de la monarchie, aussi bien dans la guerre de Reconquête que dans le processus, alors en cours, de centralisation politique : « la cinquième [raison], pour que les rois puissent remercier les [nobles] vivants, avec des bienfaits (mercees), pour les aides que les rois antérieurs ont reçues de la part des ancêtres [desdits nobles] en conquérant cette terre d’Espagne », ce qui constitue une façon de légitimer la noblesse actuelle par les services passés. La dernière version du LLP place dans la bouche du roi Afonso IV (à la bataille du Salado, en 1340) une louange de la noblesse qui exprime exactement la même idée12. Cette attitude est assez proche de celle exprimée par la fin du Poema de mio Cid (vers 3724-8), qui est un appel indirect aux chevaliers nobles à s’engager dans la guerre aux côtés des rois pour devenir leurs pairs, en exaltant la situation à laquelle parviennent les filles du Cid13.

  • 14 R. Durand, 1995.
  • 15 LLP, p. 404 et LLP II, p 140.

18Pour les familles qui se prétendent descendantes des comtes institués par les rois de León, l’attitude implicite la plus fréquente est la distanciation par rapport aux monarques, en particulier avec la dynastie « nationale » ; cette attitude est dictée par le souci de ne rien devoir à la monarchie. Certaines notations vont plus loin et tentent de discréditer la personne des rois, ce discrédit portant sur les valeurs chevaleresques (courage et indépendance). Une étude de l’anthroponymie (qui est une donnée historique directe et non pas reconstituée) du lignage des Sousa dans le LV14 montre que les prénoms royaux (Henrique, Afonso et Sancho) sont considérés avec indifférence voire hostilité par les 330 membres masculins de ce lignage « fondateur » ; cette donnée peut être interprétée politiquement car on observe un engouement tardif de cette même famille pour le grand prénom royal castillan, Fernando, précisément au moment du plus fort rejet des prétentions hégémoniques castillanes par les rois portugais. La relecture du passé introduit même une distance physique par rapport au roi ; ainsi, les événements qui se déroulent dans les cours seigneuriales sont toujours plus valorisés que ceux de la cour royale. Il semble aussi que les descendants des aventuriers venus tenter leur chance dans le royaume préfèrent avouer la pauvreté de leur ancêtre plutôt que son insertion dans le système monarchique, ainsi les fondateurs des lignages des Riba Douro et des Novais qui s’emparent de terres dans le cadre d’expéditions privées15 : jusqu’au XIVe siècle, c’est donc bien le schéma du self made man qui semble, pour les plus vieilles familles, le plus valorisant comme mythe originel, celui de l’individu qui émerge par ses propres ressources, en s’emparant d’une terre ou d’une femme.

  • 16 Naturellement, cette valorisation des liens interpersonnels de type contractuel avec les monarques (...)

19Mais, pour la grande majorité des familles, d’origine plus récente, un des principaux objectifs est moins d’ignorer ou rabaisser le monarque que de le présenter comme un roi féodal, un « baron », selon le schéma fantasmé du primus inter pares à la manière arthurienne : si le roi dispense les biens et les honneurs, c’est qu’il y est forcé par sa fonction naturelle et il n’en est pas le maître. Le plus honorable est donc de conclure avec le monarque un lien de vassalité « pure », véritablement féodal (quoique jamais qualifié de tel), c’est-à-dire articulé autour d’une tenure et induisant une relation mutuelle d’aide et conseil : la terre (un solar) introduit un intermédiaire acceptable entre le service du roi et l’anoblissement – et l’on va voir que cette notion de service est particulièrement complexe quand elle porte sur l’exercice des armes16. Ce qu’il s’agit d’éviter, pour les familles anciennes, c’est le service mercenaire, sans dotation foncière, en tant qu’agent de l’administration locale ou de la personne royale. Or, ce dernier cas est de plus en plus fréquent pour les lignages très récents (apparus après 1220-50), dont la noblesse est directement issue du service et surtout se perpétue grâce à ce service non féodal. Heureusement, il existe depuis les années 1120, pour les familles anciennes obligées d’abandonner leurs cadets à la faveur de la dynastie nationale, un moyen pour échapper à l’humiliation (du point de vue de leurs descendants) du service direct du roi tout en bénéficiant des avantages de ce service, c’est l’entrée dans les Ordres militaires, qui introduit un autre intermédiaire acceptable, l’intégration dans une institution extérieure à la monarchie et égale à elle : pour les lignages récents qui n’ont pas d’autre titre de gloire, il semble bien que les LL n’occultent jamais l’entrée dans ces Ordres, même si elle n’est pas traitée avec un grand éclat.

  • 17 Voir R. Durand, 1982, p. 577-81 et J. Mattoso, 1985, p. 207-27.

20Dans le cadre de la colonisation et de la prise en main politique des territoires musulmans au sud du Douro à partir de la chute du califat (années 1030), la monarchie réussit à contrôler étroitement la formation de pouvoirs non monarchiques : l’exercice d’un commandement strictement pour le compte du roi (d’abord léonais puis portugais à partir de 1130) devient difficilement évitable pour les descendants des anciens lignages et il faut donc s’intégrer dans le groupe des « riches hommes » (dans la stricte étymologie < haut-allemand reiki = puissant), principalement en exerçant une tenencia terre locale puis, plus tard (quand le système municipal se généralise), la fonction nettement moins glorieuse de représentant du roi (alcaide) auprès des communautés populaires. Sans se livrer à une analyse détaillée17, les quelques recoupements avec les diplômes, notamment leurs souscriptions, montrent que la mémoire nobiliaire évacue largement les fonctions territoriales exercées au service de l’État, parce qu’elles s’opposent, dans la hiérarchie des valeurs, au commandement d’une juridiction pour son propre compte.

  • 18 Éd. Portugaliae monumenta historica. Scriptores I., dir. Alexandre Herculano, Academia Real das Sc (...)
  • 19 LD, p. 131. Outre de nombreuses autres réticences, c’est une attitude assez proche de méfiance et (...)
  • 20 Cf. P. Bonnassie « Introduction » dans Fiefs et féodalité dans l’Europe méridionale (Italie, Franc (...)

21Pour les lignages descendant des chevaliers du roi Afonso I (eux-mêmes souvent cadets de lignages anciens), constitués dans la région de Coimbra, la familiarité avec le roi, dans le cadre du compagnonnage militaire, pourrait être valorisante puisque constituant un élément d’égalité ; cependant, les formes des rapports personnels avec les souverains restent complexes. Les sources proches des temps évoqués montrent que la camaraderie avec le roi, entre juvenes, est extrêmement valorisée par les chevaliers qui en bénéficient : le De expugnatione Scallabis et la Geste d’Afonso Henriques18, émanant des chevaliers du roi à la fin du XIIe siècle, en témoignent largement ; il est vrai que c’est surtout pour le 1er roi que l’on conserve de telles traces mais cela s’explique par le fait que son règne a focalisé les efforts historiographiques. Ces textes insinuent toutefois que le roi dépend de ses chevaliers et qu’il a des devoirs envers eux plus que l’inverse ; cette thèse est reprise dans les LL, comme en témoigne la biographie d’Egas Moniz, présenté comme véritable fondateur de la monarchie à travers la personne d’Afonso I, qui est, lui, une simple créature du précédent19 : on n’est pas loin des notations caricaturant la personne du roi. On retrouve finalement l’impasse idéologique commune à l’ensemble de la noblesse féodale occidentale et exprimée par la contradiction entre les chansons de geste (qui valorisent le service) et les chroniques (qui éclairent surtout l’humiliation et donc la révolte du vassal envers le suzerain) : le service d’un puissant est à l’origine un moyen d’améliorer sa condition, notamment d’acquérir de la considération sociale par rapport à une situation antérieure moins honorable, mais il est un moment où il faut « tuer le père » et paraître avant tout son propre seigneur20. Dans une zone de frontière comme le Portugal, où n’importe qui d’un peu entreprenant peut profiter de la plasticité du corps social, l’intégration dans un réseau féodal de dépendances en définitive inégales conserve un relent de domesticité – fût-ce envers le roi lui-même.

Les nobles, les formes de la guerre et le problème des valeurs « chevaleresques »

  • 21 L. Krus, 1994 ; à titre de comparaison (car fondées sur une autre source émanant du même milieu) v (...)

22L’étude de la topographie des LL a montré clairement que l’espace global (à l’échelle des grandes provinces du royaume) revendiqué par la noblesse s’oppose aux régions le plus fortement prises en main par les monarques, en partie d’ailleurs parce qu’y dominent les communautés roturières (concelhos)21 ; logiquement – puisque les deux réalités se recouvrent – la frontière guerrière andalouse est moins présente et surtout beaucoup moins valorisée que la terre originelle (le solar) de chaque lignage. La relative répugnance des nobles de la fin du XIIIe et du XIVe siècle à mentionner et à valoriser l’engagement de leurs ancêtres dans la Reconquête est le résultat le plus surprenant de l’analyse puisqu’on est dans un groupe qui, par ailleurs, valorise la guerre au point de s’y identifier. La société portugaise des XII-XIIIe (et même XIVe) siècles est frontalière et ouverte : le métier des armes n’y est pas strictement réservé aux nobles et ce n’est pas lui qui définit le plus sûrement la noblesse ; cependant, les formes les plus valorisantes du combat (à cheval, avec un code moral) sont depuis longtemps associées à une élite assez étroite, quoique pas exclusivement aristocratique, et cette élite va en se refermant à partir de 1175 et surtout après 1200. Quand ils entreprennent de fixer et de diffuser leur image, 30-40 ans après la fin de la Reconquête, les nobles ne peuvent donc pas se présenter comme complètement étrangers à la principale entreprise militaire qui a animé pendant plusieurs siècles la société dont ils sont membres ; ils le peuvent d’autant moins que, à travers le grand code juridique castillan des Partidas (2e moitié du XIIIe siècle), la théorie des « trois Ordres » a largement imprégné les milieux intellectuels portugais et que les nobles sont donc considérés par tous comme les defensores. D’ailleurs, le prologue du LV, dans le ton des chansons de geste (avec une adresse directe à un auditoire de pairs) définit la noblesse par des privilèges et par une activité, la guerre.

  • 22 Portugaliae monumenta historica. Leges et consuetudines I, dir. A. Herculano, Academia Real das Sc (...)
  • 23 LLP, p. 154 et LLP II, p. 65.

23Mais le service armé au compte d’autrui est encore plus suspect de roture que l’exercice de commandements publics – qui sont, eux, assez strictement réservés à l’aristocratie de naissance ou qui confèrent le prestige de la seigneurie à partir d’un certain niveau (la tenencia) – car les nobles engagés comme simples combattants dans les garnisons de forteresses et dans les armées offensives y ont voisiné trop longtemps avec les cavaliers roturiers des milices municipales et avec des aventuriers engagés à titre personnel ; ainsi, dans les chartes municipales du type de Santarém (1179)22, un titre d’honneur revendiqué par les nobles – et qui est, en l’occurrence, concédé aux roturiers, ce qui montre l’ambiguïté du service armé – est de combattre exclusivement à l’avant-garde : on comprend dans ces conditions que la mémoire nobiliaire se fixe sur les seuls coups d’éclat accomplis dans les expéditions royales par les ancêtres, comme le fait d’être entré le premier dans une fortification23.

  • 24 Voir l’article « guerre » par C. Gauvard dans Dictionnaire du Moyen Âge, dir. C. Gauvard e. a., Pa (...)
  • 25 LLP, p. 154 et 161 ; voir aussi LD, p. 132 (prise de Santarém).

24C’est donc dans la mémoire de la guerre, qui a pourtant associé le plus étroitement la monarchie et l’aristocratie, que se cristallisent le plus d’ambiguïtés. Les monarques sont clairement identifiés par leur rôle dans la Reconquête (« celui qui a pris… [telle ville] ») : les nobles perçoivent donc cette guerre particulière comme l’essence de la fonction royale, ce qui montre que ce schéma, cultivé par les monarques eux-mêmes (cf. la bulle manifestis probatum) s’impose avec une grande force ; le monopole de la violence légitime, notamment sous forme d’affrontements armés de grande envergure, par l’État monarchique est une idée qui n’a rien d’original24 mais qui s’impose dans la Péninsule ibérique avec une force toute particulière, d’une part à cause du rôle réellement joué par les monarques dans la Reconquête, d’autre part en raison de la définition religieuse de l’ennemi qui promeut les fonctions religieuses monarchiques. Mais les lignages nés explicitement de leur engagement dans la Reconquête (qui ne cherchent pas à le dissimuler) puis, au XIIIe siècle, certains lignages plus anciens tentent de s’attirer le titre de gloire typiquement royal qu’est la prise d’une ville ; ainsi, dans le très prestigieux lignage castillan des Lara, un bâtard est surnommé Rodrigo Alvarez « d’Alcala » parce qu’il a pris cette ville aux Maures et un autre membre est identifié comme le conquérant de Gibraltar25.

  • 26 LV, p. 28.

25De toute façon, la valorisation idéologique globale de la fonction guerrière ne se confond pas avec la participation effective aux combats. En effet, le combat effectif met en péril non seulement la personne même des combattants – c’est plutôt positif car on peut étaler son courage, vertu essentielle – mais surtout leurs biens et donc la perpétuation de leur famille ; or, depuis l’établissement des Almoravides en al-Andalus (en 1086), la Reconquête n’est plus la guerre ritualisée entre féodaux qui permet d’assurer un équilibre et une stabilité de la noblesse autour de l’activité belliqueuse : pour les nobles détenteurs de seigneurie, il y a plus à perdre qu’à gagner dans le combat, qui se réduit à la défense de la zone de Coimbra dans les années 1090-1120. Ce qui se rapproche le plus de la guerre rituelle, ce sont les expéditions de pillages sans objectif territorial mais elles sont monopolisées par les milices roturières municipales. Les grandes chevauchées royales – que les monarques, eux, ont accepté d’assumer – et les contre-offensives aux grandes expéditions almoravides et almohades sont beaucoup plus risquées : le récit du siège de Lisbonne (1147) par un clerc Croisé anglais, même s’il est porté à minimiser le rôle des Portugais, atteste que l’ost féodal portugais n’a pas les moyens de mener une guerre lourde. Les seuls nobles qui ont à gagner dans la guerre contre les Andalous sont les cadets déshérités ; ainsi le LV, qui intègre les lignages les plus prestigieux, ne mentionne explicitement que de rares participations au conflit dans ses formes les plus dangereuses alors qu’il valorise des événements tels que les guerres privées (le « défi » = desafiar) et l’exercice de hautes charges administratives à la Cour : sur tout le lignage des Sousa, un seul membre, Martim Vasques, est signalé par sa capture par les Maures à Palencia26.

26Plus précisément, les brèves allusions du LV expriment implicitement une nostalgie de la noblesse seigneuriale septentrionale pour les formes primitives de la Reconquête, par des presuriae d’initiative privée de territoires pouvant être vastes, en opposition avec les nouvelles formes, à partir du XIIe siècle, plaçant strictement les nobles sous le commandement des monarques (tout au moins les cadets et bâtards, qui sont les seuls à accepter désormais la carrière militaire dans l’ost royal) ; cette opposition reflète le clivage qui a traversé la noblesse d’entre Douro et Minho dans la première moitié du XIIe siècle, au moment de la formation d’un État portugais propre, entre les partisans d’une monarchie locale et les tenants d’un gouvernorat comtal sous le contrôle lointain des rois léonais. De toute façon, on sait que les plus vieux lignages de magnats et riches hommes descendants des familles comtales cessent de jouer un rôle dans l’expansion territoriale à partir de la conquête définitive de Coimbra (1064). Pourtant, le prologue du LV, qui ne retient que les vieux lignages, définit la guerre comme l’entreprise de construction territoriale du royaume, sans toutefois indiquer aux dépens de qui (les musulmans) et au profit de qui (la monarchie) a lieu la conquête : os que devem armar e criar e que andaram a la guerra a filhar o reino de Portugal. Cette surévaluation délibérée du rôle de la noblesse ancienne, qui va s’amplifiant dans les livres postérieurs, montre que les fidalgos qui s’en réclament comme descendants, à la fin du XIIIe siècle, ont intégré la conception selon laquelle, globalement, la conquête de territoires aux dépens des Maures est tout de même valorisante pour l’aristocratie ; mais elle n’est pas essentielle ni même nécessaire pour affirmer sa supériorité.

27Cependant, dans le détail du discours, ce ralliement tardif à la conception de la Reconquête comme une aventure globale n’apparaît pas explicitement. Ainsi, comme la grande guerre, celle contre les Maures, est devenue la chose du roi, c’est plutôt la guerre « féodale », entre lignages, qui est valorisée. Au monopole monarchique de la principale forme de guerre vient s’ajouter un autre facteur négatif : le compagnonnage, considéré comme dégradant, entre cadets nobles et roturiers au sein des troupes seigneuriales dans la 1ère moitié du XIIe siècle a discrédité le combat pour autrui (le « service » armé, au sens strict) et la seule façon de se battre noblement est donc pour son propre compte, ce qui explique la valorisation rétrospective des expéditions privées de Reconquête des IXe-Xe siècles. Ce principe devrait permettre de valoriser l’action qui a été à l’origine de nombreux nouveaux lignages, à savoir les opérations de colonisation réalisées entre Douro et Tage au XIIe siècle par des cadets rejetés de leur lignage par la primogéniture ; mais leurs descendants sont étrangement muets, dans les LL, sur cette colonisation méridionale, qui nous est connue par les actes de la pratique, et ils préfèrent retarder l’apparition de ces familles jusqu’à un épisode fondateur plus glorieux, comme une alliance avec un lignage supérieur ou la reconnaissance de la seigneurie politique familiale : c’est que ces presurias, si elles sont véritablement sans contrôle monarchique, ne sont pas des conquêtes armées – contrairement aux presurias comtales des IXe-Xe siècles – mais de simples installations pacifiques dans un espace préalablement conquis sous la direction des monarques. On observe donc une hiérarchie de valeurs, apparemment commune à toute l’aristocratie, entre les vieilles provinces occupées avant l’apparition de la monarchie portugaise (et qui, en outre, sont réellement la zone de la seigneurie noble indépendante) et les régions qui n’ont jamais connu que la royauté nationale.

  • 27 Voir notre traduction, avec présentation et indications bibliographiques, d’un des plus beaux exem (...)

28D’ailleurs, en cessant de participer à la Reconquête, les lignages d’entre Douro et Minho se replient sur leur région et se coupent donc physiquement de la frontière andalouse ; une conséquence de ceci est la conception même de l’espace du royaume : tout ce qui se passe au nord du Douro, en particulier dans les juridictions propres (honras et coutos) et dans les sanctuaires monastiques des familles nobles, est fortement valorisé tandis que les anecdotes localisées plus au sud et dans des centres urbains sont dégradantes pour ceux qui y participent. Cette attitude est exprimée encore plus explicitement par les poètes satiriques à la solde des cours seigneuriales, qui associent la bâtardise et la chevalerie d’imitation (coteife) au milieu urbain27 – cependant, ces mêmes nobles crispés, dans l’échelle de valeurs des LL, sur leurs demeures fortifiées rurales installent aussi une résidence en ville à partir du XIVe siècle.

29En définitive, la mémoire des familles revendiquant les plus anciennes ascendances a du mal à exprimer les valeurs et la spécificité du groupe par rapport à la guerre dans un tel document, en particulier parce que ces textes couvrent une large plage chronologique durant laquelle la guerre a animé toute l’évolution sociale ; en outre, quand sont rédigés ces nobiliários, les valeurs de la chevalerie dominent depuis longtemps dans l’expression des élites laïques et se sont même constituées un instrument propre, qui est la chanson de geste : au Portugal, le groupe des guerriers qui s’impose sur le plan idéologique est particulièrement suspect puisqu’il se différencie mal des cavaliers roturiers et ce n’est d’ailleurs pas avant le milieu du XIIIe siècle que se fait l’assimilation nobilis/miles, probablement sous l’influence d’un roi porteur de l’influence française Afonso III, qui a été comte de Boulogne. En ce qui concerne le rôle de la guerre dans la définition de la fidalguia, il semble donc que les compilateurs des LL ont tendance à attribuer à l’ensemble de la noblesse la position de sa fraction intermédiaire, imprégnée de fantasmes chevaleresques, qui valorise la conquête territoriale mais seulement comme prétexte à des exploits.

Les nobles et les Maures

  • 28 Outre S. Boissellier, 1999, j’ai observé ailleurs – S. Boissellier, « L’appréhension des mudéjares (...)

30La conception de la guerre qui apparaît dans les LL anciens est purement profane : la guerre est un mode de vie qui s’impose trop naturellement pour qu’on puisse le questionner et notamment lui prêter une valeur religieuse. Il n’y a donc aucune tentative explicite de justifier la guerre par des considérations théologiques, en particulier par la nature de l’adversaire ; la violence est légitimée par la défense de l’honneur, par la solidarité parentale, par le contrat vassalique… Une définition « intégriste » des Maures, comme des infidèles donc des ennemis globalement négatifs, est rien moins qu’évidente ; il est vrai que la personnalisation propre au genre historiographique (et aggravée par l’organisation généalogique) atomise les situations et n’est pas favorable à des abstractions comme l’antagonisme entre deux systèmes religieux28.

  • 29 Aux p. 104, 109, 125, 193, 198, 205…
  • 30 Voir aussi LLP, p. 147, 484 et 487.
  • 31 Ainsi dans les suppliques adressées par les monarques à la papauté mais aussi dans le préambule de (...)
  • 32 LD, p. 181 et LLP II, p. 85. Voir aussi Gonçalo Viegas de Lanhoso in LD, p. 91 et LLP, p. 369.

31Dans le LD29, il est toujours spécificié que les nobles décédés au combat sont victimes des Maures mais les mentions sont rédigées exactement dans les mêmes termes que pour les décès au combat contre les Léonais ou dans des guerres privées : il s’agit dans les deux cas d’un titre de gloire ou au moins d’identification mais aucune des deux occurrences n’est supérieure à l’autre30. En outre, le vocabulaire employé pour désigner les ennemis andalous se réduit au vocable « Maures » ; certes, son emploi est tellement universel dans les textes laïcs qu’il a pu se charger de significations diverses mais cette pauvreté lexicale contraste tout de même avec le vocabulaire clérical (adopté avec un décalage et dans des circonstances bien précises par la chancellerie royale), qui inclut des vocables ethniques comme Saraceni, Andeluci et Moabiti et surtout des qualificatifs comme infideles et inimici31. Contrairement au discours monarchique, le discours nobiliaire n’intègre pas les notions développées par les canonistes, sauf celle qui n’est pas typiquement d’origine religieuse, la légitime défense. La sanctification de la guerre par la nature de l’adversaire ne semble pas « prendre » dans l’aristocratie ; ainsi, le premier Maître portugais du Temple, Gualdim Pais, qui manifeste dans les épigraphes qu’il fait réaliser une claire conscience de la dimension religieuse de la Reconquête (encore que sans y associer une détestation absolue de l’Islam), n’est absolument pas présenté comme un tenant de la guerre sainte dans sa notice dans le LD et le LLP32 : les simples mentions du personnage ne citent que son titre de Maître et sa biographie n’exalte que ses vertus chevaleresques et son action de bâtisseur de places-fortes.

32Bien sûr, on peut être tenté, comme le fait L. Krus, d’interpréter la fondation de sanctuaires familiaux, à laquelle les compilateurs sont toujours très attentifs (comme élément de prestige des lignages), comme une politique de rechristianisation ; ainsi, le monastère de S. Tirso revendique le rôle du siège compostellan comme centre religieux de la Reconquête dans la région mais c’est toujours implicite et on frôle la surinterprétation à y voir une claire sacralisation de la guerre : c’est bien ici que se trouve le sentiment nobiliaire du sacré, en particulier à travers le culte des ancêtres – au-delà des considérations patrimoniales bien connues motivant les fondations aristocratiques – mais il est précisément trop bien localisé pour déborder sur d’autres éléments de la culture nobiliaire, en particulier la guerre. De même, les lignages revendiquent la fondation de monastères et chapelles et l’entrée de leurs membres dans le haut clergé sans chercher à avoir « leur » martyr dans la famille ; au moment (à partir du milieu du XIIIe siècle) où les Franciscains portugais valorisent ou même inventent des martyrs de l’Islam, l’ensemble de la population, y compris la noblesse, reste attachée à une conception exclusivement paléochrétienne pour le martyre digne de dévotion.

33Le problème de la transformation de la guerre d’un mode de vie en un idéal implique celui des liens de l’aristocratie avec les Ordres militaires, qui apparaissent comme spécialistes (fonctionnellement) de la lutte contre Maures et comme champions (idéologiquement) de cette même lutte. Or, les Ordres recrutent leurs membres laïcs dans la petite aristocratie et parmi les cadets des lignages supérieurs ; mais, comme on l’a dit, il s’agit d’un engagement peu valorisé par les rédacteurs des LL, qui ne mentionnent les nobles devenus moines-soldats au XIIe siècle que quand ils ont exercé la charge de Maître ou quand ils ont réalisé une action d’éclat, minorant délibérément et considérablement le recrutement aristocratique des Ordres – et ce n’est que pour le XIIIe siècle que l’entrée dans les Ordres est signalée systématiquement.

  • 33 Voir les commodes et copieux articles « Matéria de Bretanha » et « Demanda do santo Graal » par I. (...)
  • 34 LD, p. 132.
  • 35 LLP, p. 243-5.

34Au cours du XIIIe siècle, l’idéalisation religieuse du métier des armes pénètre dans l’aristocratie par l’importation et traduction des romans chevaleresques français christianisés comme le cycle du Graal33 ; cependant, les effets s’en font assez peu sentir dans les narrations des LL, dont l’esprit reste très archaïque, orienté vers la prouesse, qu’elle s’opère aux dépens des Maures ou de n’importe quel adversaire : dans le LD, Mendo Moniz de Candarei est dit « celui qui entra le 1er à Santarém quand elle fut prise aux Maures » (en 1147) et c’est manifestement l’action militaire elle-même qui est valorisée et non pas ses circonstances34. Même dans le LLP, la valeur dominante est l’honneur (honra), qui s’obtient par le courage militaire, le service d’un supérieur (d’où le vocable homonyme désignant les seigneuries de possible origine bénéficiale) et la richesse permettant la largesse ; l’épopée largement profane du Cid reste donc le modèle idéologique dominant. Toutefois, cette indifférence à la conception religieuse de la guerre prêtée aux nobles n’est pas une méconnaissance de cette conception par les auteurs des LL : en effet, le compilateur qui réalise la dernière amplification du LLP insère, parfaitement à propos, un récit de la bataille du Salado (1340) qui intègre de nombreux éléments de la théologie de la guerre sainte ; mais il faut noter que ce récit s’insère dans la vie d’Alvaro Gonçalves Pereira, prieur des Hospitaliers c’est-à-dire du seul Ordre militaire à conserver au Portugal son organisation supra-nationale, et que le discours de guerre sainte est placé dans la bouche du roi Afonso IV, alors que les valeurs prêtées à ses chevaliers se divisent en plusieurs strates idéologiques, parmi lesquelles la plus ancienne, exclusivement profane, reste dominante35. Une fois de plus, la monarchie est distinguée nettement : sa fonction essentielle étant la direction de la guerre contre les Maures, il est logique qu’elle soit à la pointe de l’idéologisation de cette guerre. Plus généralement, l’idéal du seigneur noble promoteur et éventuellement défenseur de la foi n’est pas inconnu puisque la Vie de Géraud d’Aurillac a été diffusée parmi les monastères portugais adhérant à Cluny aux XIe et XIIe siècles ; il semble bien que la diffusion du nom de Geraldus/Girardo soit liée à cette diffusion mais l’idéologie portée par ce modèle n’a pas d’effets dans les traditions familiales des nobles.

  • 36 LLP, p. 168 et 221.
  • 37 Respectivement LLP, p. 234 et 167.
  • 38 Par ex. LLP, p. 148 (définition du bon chrétien par le mal fait aux Maures) et 157 [action en fron (...)

35En fait, certains éléments idéologiques plus explicites que les fondations d’églises apparaissent parfois dans les récits, essentiellement dans le LLP, peut-être parce que les récits y sont plus développés ; ainsi, le motif de la victoire obtenue par intervention divine (par l’intermédiaire de saint Jacques) s’y développe36. On y observe également parfois une diabolisation des personnes et de la culture de l’ennemi : lors du siège de Séville, en 1248, un « chevalier » maure est dépeint comme un géant noir de peau avec des yeux séparés de trois doigts et né d’un inceste (portrait devenu commun depuis la Chanson de Roland) ; un noble castillan du lignage des Castro qui trahit le roi Alfonso VIII à la bataille d’Alarcos (1195) est stigmatisé par ses mœurs (« il s’accordait bien avec les Maures dans leurs bains et dans leurs vices »)37. Mais, en dehors de la dernière notation qui révèle une attitude culturelle négative, ces mentions sont de simples motifs narratifs intégrés dans des récits épiques : la description de l’adversaire comme un monstre inhumain n’a rien de spécifique des musulmans – c’est un motif très antérieur à la christianisation des épopées, comme dans le Beowulf anglo-saxon – et la victoire miraculeuse relève d’une mythologie pré-chrétienne, de même que les mentions de fureur guerrière contre l’ennemi. Ce sont seulement les quelques assimilations explicites de la guerre au service de Dieu38 qui marquent clairement une pénétration des schémas cléricaux ; mais il faut noter que la plupart des mentions portant une conception « intégriste » de l’ennemi sont associées aux lignages castillans, comme si leur culture était plus fortement marquée par les conceptions cléricales que la culture nobiliaire portugaise.

  • 39 Ainsi, dans le LLP II, p. 168.
  • 40 On peut voir à ce sujet l’étude, d’ailleurs assez médiocre, de B. Liu, 1999 : « “Affined to love t (...)

36D’ailleurs, les Maures sont loin d’apparaître seulement dans des situations strictement belliqueuses – à moins de considérer abusivement que le contexte de guerre multiséculaire suffit à conférer à tout contact la dimension d’un affrontement implicite. Le contexte des récits et leur caractère épique réduit les contacts pacifiques à deux thèmes : les collaborations politico-militaires et les alliances avec des femmes maures. Dans le LV, la désapprobation morale envers le mercenariat des cadets nobles au service des rois de taifas puis des émirs berbères du Maroc est liée à des notions politiques, la fidélité dans le service et la stabilité (des alliances) : la nature du partenaire dans le changement d’allégeance compte moins que l’acte en lui-même. En outre, l’union d’un chevalier chrétien avec une musulmane ne pose aucun autre problème que la bâtardise, problème habituel et sans autre connotation que sociale ; Soeiro Mendes da Maia, gouverneur de Santarém en 1093-4 engendre un fils (surnommé Mouro) avec une moura locale et la descendance de ce personnage ne manipule en rien la structure généalogique pour dissimuler cette ascendance. Mieux encore, la famille commanditaire du LV présente, sous le nom de Cid Alboazar, l’ancêtre fondateur de son lignage (les Maia) comme étant le fils du roi asturo-léonais Ramiro II et d’une mauresse, ce qui permet d’en faire le demi-frère du roi Ordoño III. Cette bâtardise inter-ethnique est assez fréquemment signalée dans tous les LL39 mais on ne peut pas, par définition, déterminer s’il y a des cas de dissimulation. En revanche, dans la poésie satirique produite par les troubadours au service des lignages aristocratiques, les relations sexuelles inter-ethniques sont condamnées sous forme de raillerie obscène40 ; mais il s’agit de textes évoquant des situations chronologiquement proches de la rédaction, datant d’une époque où les Maures sont réduits à l’état humiliant de vaincus tolérés : le concubinage (barregania) d’un noble avec une mauresse constitue une mésalliance (sociale) et n’a plus rien à voir avec le glorieux rapt d’une femme arrachée à l’ennemi andalou.

Bibliographie

Références les plus utilisées

Sources :

Livros velhos de linhagens. Edição crítica por J. Piel e J. Mattoso, Portugaliae Monumenta Historica. Nova série vol. I, Academia das Ciências de Lisboa, Lisboa, 1980.

Livro de linhagens do Conde D. Pedro. Edição crítica por J. Mattoso, Portugaliae Monumenta Historica. Nova série vol. II, Academia das Ciências de Lisboa, 2 vol., Lisboa, 1980.

Études :

D. BALOUP 2002, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi imperatoris (ca. 1150) » dans Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales 25, Paris, 2002, p. 453-80.

S. BOISSELLIER 1994, « Réflexions sur l’idéologie portugaise de la Reconquête XIIe-XIVe siècles » dans Mélanges de la Casa de Velazquez. Antiquité – Moyen Âge XXX / 1. Madrid, 1994, p. 139-165.

— 1999, « Une tolérance chrétienne dans l’historiographie portugaise de la Reconquête (XIIe-XIIIe siècles) ? » dans G. SAUPIN e. a. dir. : La tolérance. Colloque international de Nantes (mai 1998). Quatrième centenaire de l’édit de Nantes, Rennes, 1999, p. 371-83.

R. DURAND 1982, Les campagnes portugaises entre Douro et Tage aux XIIe et XIIIe siècles. Fundação Calouste Gulbenkian / Centro cultural português, Collection Civilisation portugaise IX, Paris, 1982.

— 1985, « Réflexions sur la féodalité au Portugal (Xe-XIIIe siècles). À propos d’un livre récent » dans Revista portuguesa de história XXI, Coimbra, 1985.

— 1995, « Trois siècles de dénomination aristocratique portugaise d’après la littérature généalogique » dans Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, tome III. Enquêtes généalogiques et données prosopographiques, éd. M. Bourin et P. Chareille, Tours, 1995, p. 43-54.

M.-C. GERBET 1994, Les noblesses espagnoles au Moyen Âge (XIe-XVe s.), Paris, 1994.

L. F. L. KRUS 1994a, A concepção nobiliárquica do espaço ibérico. Geografia dos livros de linhagens medievais portugueses (1280-1380), Fundação Calouste Gulbenkian/ JNICT, Lisboa, 1994.

— 1994b, « O discurso sobre o passado na legitimação do senhorialismo português dos finais do século XIII » dans id. : Passado, memória e poder na sociedade medieval portuguesa. Estudos, Redondo, 1994, p. 197-207.

J. MATTOSO 1980a, « Os livros de linhagens portugueses e a literatura genealógica europeia da Idade Média » dans id. : A nobreza medieval portuguesa. A família e o poder, Lisboa, 1980, p. 37-55.

— 1980b : « As fontes do Nobiliário do Conde D. Pedro » dans id. : A nobreza medieval portuguesa. A família e o poder, Lisboa, 1980, p. 57-100.

— 1985 : Ricos-homens, Infanções e cavaleiros. A nobreza medieval portuguesa nos séculos XI e XII, Lisboa, 1985.

— 1987 : « A nobreza e a revolução de 1383 » dans id. : Fragmentos de uma composição medieval, Lisboa, 1987, p. 277-93.

— 1991 : « Sur les sources du Comte de Barcelos » dans L’historiographie médiévale en Europe, éd. Jean-Philippe Genet, Paris, 1991, p. 111-6.

— 1992a : « A literatura genealógica e a cultura da nobreza em Portugal (séculos XII-XIV) » dans id. : Portugal medieval. Novas interpretaçõe, INCM, Lisboa, 1992, 2e éd., 309-28.

— 1992b : « João Soares Coelho e a gesta de Egas Moniz » dans id. : Portugal medieval. Novas interpretações. INCM, Lisboa, 1992, 2e éd., p. 409-35.

— 1992c : « A nobreza medieval galaico-portuguesa. A identidade e a diferença » dans id. : Portugal medieval. Novas interpretações, INCM, Lisboa, 1992, 2e éd., p. 177-96.

— 1999, « A nobreza medieval portuguesa (séculos X a XIV) » dans La nobleza peninsular en la Edad Media, Fundación Sánchez-Albornoz, Madrid, 1999, p. 11-32.

— 2000, « A transmissão textual dos livros de linhagens » dans id. : Naquele tempo. Ensaios de história medieval (« Obras completas » vol. 1), Lisboa, 2000, p. 275-92.

A. PEREIRA 1997, « Cristãos e muçulmanos no Ocidente peninsular medieval. As representações de um confronto » dans Cultura : história e filosofia VII, Lisboa, 89-112.

— 1998, « O infante D. Fernando de Portugal, senhor de Serpa (1218-1246) : história da vida e da morte de um cavaleiro andante » dans Lusitania Sacra 10, 2e série, n° spécial Cristianização na época medieval, Lisboa, p. 95-121.

J. TORRO 2000, « Pour en finir avec la Reconquête. L’occupation chrétienne d’al-Andalus, la soumission et la disparition des populations musulmanes (XIIe-XIIIe siècle) » dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique 78, Paris, 2000, p. 79-97.

Annexes

Annexe : les prologues des Livres de lignages (trad. du portugais et présentation S. Boissellier dans D. Baloup, S. Boissellier, C. Denjean, La péninsule ibérique au Moyen-Âge. Documents traduits et présentés, coll. Didact histoire, Rennes, 2003, p. 235-8)

[Prologue du Livre de lignages dit Livre vieux]

Maintenant, amis, si cela vous agrée, nous vous conterons les lignages des bons hommes fidalgos du royaume de Portugal, de ceux qui doivent adouber et élever [les autres] et qui allèrent à la guerre conquérir le royaume du Portugal. Et ceux-ci, mes amis, étaient répartis en 5 groupes.

[Prologue du Livre de lignages dit du doyen]

Au nom de Dieu, amen. Pour savoir de quel lignage viennent les hommes fidalgos du Portugal et de quelles terres (terras) et de quelles immunités (coutos), honneurs, monastères et églises ils sont naturels et pour savoir comment ils sont parents, nous faisons écrire véritablement ce livre des lignages de ceux qui sont vraiment naturels et habitants du royaume du Portugal. Et il peut s’ensuivre de ce livre un grand profit et empêcher un grand dommage car beaucoup viennent de bon lignage et ils ne le savent pas et les rois non plus ne le savent pas ni les grands hommes. Mais s’ils le savaient, il leur en viendrait du bien en quelque manière. Et certains autres ne se marient pas comme ils doivent et se marient en [état de] péché parce qu’ils ne savent pas le lignage. Et beaucoup sont naturels et patrons de nombreux monastères et de nombreuses églises et de nombreuses immunités et de nombreux honneurs et de nombreuses terres, qu’ils perdent faute de savoir de quel lignage ils viennent. Et d’autres se font naturels de nombreux lieux où ils ne le sont pas ; de fait, depuis le temps du roi Dom Afonso [VI], celui qui prit Tolède, jusqu’à maintenant furent faits la plupart des monastères, des églises, immunités et honneurs ; or, au temps de ce roi, qui régna longtemps, il y eut beaucoup de riches hommes et infançons que nous prendrons pour les ancêtres (padroens) d’où descendent les fidalgos [suit l’énumération nominale des 30 ancêtres des lignages]

Livros velhos de linhagens. Edição crítica por J. Piel e J. Mattoso, Portugaliae Monumenta Historica. Nova série, vol. I, Academia das Ciências de Lisboa, Lisboa, 1980, p. 23 et 61.

[Prologue du Livre de lignages dit du comte Pedro] Du lignage des hommes, comment ils viennent de père en fils depuis le commencement du monde et de ce que chacun vécut et de quelle vie, en commençant à Adam, le premier homme que Dieu fit quand il forma le ciel et la terre.

Au nom de Dieu, qui est source et père d’amour, et parce que cet amour ne souffre rien de mal, c’est donc une voie royale de le servir avec son cœur et l’homme ne peut faire un meilleur service que de l’aimer de tout son être et [d’aimer] son prochain comme soi-même, parce que Dieu a donné ce précepte à Moïse dans la loi ancienne ; en conséquence, moi, comte Dom Pedro, fils du très noble roi Dom Dinis, j’ai dû chercher, à grand effort, dans de nombreux endroits, des écrits qui parlaient des lignages. Voyant avec une grande attention ces écrits et comment ils parlaient d’autres grandes actions, j’ai composé ce livre pour gagner son amour [de Dieu] et pour mettre de l’amour et amitié entre les nobles fidalgos de l’Espagne. Et il doit y avoir amitié entre eux, selon leur règle antique, en échangeant leur foi pour ne pas se faire de mal les uns aux autres, à moins de briser cet amour et amitié en se défiant [Invocation d’Aristote sur la nécessité de solidarité sociale]. Et parce qu’aucune amitié ne peut être aussi pure, selon la nature, que celle de ceux qui descendent d’un [même] sang (dans la mesure où ils sont plus facilement portés aux choses par lesquelles l’amitié se maintient), j’ai dû organiser ce livre par titres et allégations en sorte que chaque fidalgo puisse savoir cela facilement et que cette amitié soit révélée et ne se perde pas entre ceux qui doivent l’avoir.

Et ce qui poussé à cela, ce sont 7 choses :

la première, pour observer et conserver ce précepte dont nous avons parlé en premier

la seconde, c’est pour que les fidalgos sachent de qui ils descendent de père en fils et en lignes collatérales (travessas)

la troisième, pour qu’ils soient d’un [seul] cœur quand ils doivent poursuivre leurs ennemis qui sont en détriment de la foi de Jésus Christ car, s’ils viennent d’un même lignage, même au 4e ou 5e degré ou au-delà, ils ne doivent pas mettre de différence entre eux, encore moins que s’ils étaient proches (comme les cousins et issus de germains primos e terceiros) car c’est une chose plus noble et plus sainte d’aimer son parent éloigné s’il est bon que d’aimer un plus proche s’il est fautif. Et les hommes qui sont ignorants ne tiennent pas compte de la parenté (linhagem) qu’ils ont, sauf de leurs frères et de leurs cousins aux 1er, 2e et 3e degrés et ils ne tiennent pas compte de ceux qui sont au 4e degré et au-delà ; ceux-ci sont en faute envers eux-mêmes et envers Dieu car celui qui a un parent au 5e ou 6e degré ou au-delà doit le servir, si c’est un puissant, parce qu’il vient de son sang ; si c’est son égal, il doit l’aider et si c’est un plus faible (pequeno), il doit lui faire du bien ; et tous doivent être d’un seul cœur

la quatrième, pour qu’ils sachent les noms de ceux dont ils viennent et les vertus qu’il y eut en eux

la cinquième, pour que les rois puissent remercier les [nobles] vivants, avec des bienfaits (mercees), pour les aides que les rois antérieurs ont reçues de la part des ancêtres [desdits nobles] en conquérant cette terre d’Espagne

la sixième, pour qu’ils sachent comment ils peuvent se marier sans péché selon les sacrements de la Sainte Église

la septième, pour qu’ils sachent de quels monastères ils sont « naturels » et bienfaiteurs […]

Et je demande à ceux qui viendront après moi et voudront savoir les lignages d’ajouter aux titres de ce livre ceux qui seront alors descendus des nobles fidalgos d’Espagne et qu’ils les mettent et écrivent aux endroits qu’il convient.

Livro de linhagens do Conde D. Pedro. Edição crítica por J. Mattoso, Portugaliae Monumenta Historica. Nova série, vol. II, Academia das Ciências de Lisboa, Lisboa, 1980, vol. 1, p. 55-8.

Notes

1 Le corpus des sources utilisées dans le très récent ouvrage de J.-V. Tolan, Les Sarrasins. L’Islam dans l’imagination européenne au Moyen Âge, Paris, 2003, ouvrage par ailleurs excellent, en est un exemple évident.

2 Désormais cités LL.

3 Crónica de la población de Avila éd. Amparo Hernandez Segura, Textos medievales 20, Anubar-Valencia, 1966.

4 Crónica de cinco reis de Portugal, éd. Arturo Magalhães Basto, Porto 1945, p. 202-19.

5 À l’exception d’une copieuse Vita de S. Isabel d’Aragon, reine du Portugal, rédigée dans les années 1340 (voir la présentation, avec bibliographie, et la traduction française d’extraits que nous avons réalisées dans D. Baloup, S. Boissellier, C. Denjean, La péninsule ibérique au Moyen Âge. Documents traduits et présentés, Rennes, 2003, p. 221-5).

6 Comme le fait L. Krus, 1994b, p. 197.

7 J. Mattoso, 1985, p. 207-27 par exemple. On trouvera une étude prosopographique beaucoup plus développée dans J. A. Pizarro, Linhagens medievais portuguesas. Genealogias e estratégias (1279-1325), Universidade moderna / Centro de estudos de genealogia, heráldica, Porto, 1999 (3 vol.) ; je n’ai pas pu exploiter à fond cette étude, qui, malgré sa chronologie, fournit parfois des données pour la période de la Reconquête même.

8 Cf. surtout le prologue du LLP.

9 Par exemple la liste de tous les chevaliers portugais présents au siège de Séville, intercalée entre la biographie de Rodrigo Forjaz II et celle de ses descendants (LLP, p. 234-5).

10 J. Mattoso, 1980b et quelques compléments dans J. Mattoso, 1991.

11 LLP, p. 219-21.

12 LLP, p. 243. Ce concept global de la noblesse du XIVe siècle comme étant l’héritière des combattants de la Reconquête au service des monarques émane des aristocrates eux-mêmes – ce n’est pas une construction idéologique de la royauté – car les représentants de la noblesse aux Cortes d’Elvas (1361) justifient certains privilèges nobiliaires de cette même façon : por serviço que sempre fezerom em gaanhar as terras, e deffendellas a Mouros, lhe forom sempre dadas e outorgadas mais honras que a outros nenhuuns pelos Reyx, éd. Cortes Portuguesas. Reinado de D. Pedro I (1357-67), éd. A. H. de Oliveira Marques e. a., INIC, Lisboa, 1986, p. 28.

13 ved qual ondra crece al que en buen ora naçio // quando señoras son sus fijas de Navarra e de Aragon ! // Oy los reyes d España sos parientes son ; // a todos alcança ondra por el que en buen ora naçio… // Assi fagamos nos todos, justos e peccadores !, Poema de mio Cid, éd. Colin Smith, Madrid, 1987 (14e éd.), p. 267.

14 R. Durand, 1995.

15 LLP, p. 404 et LLP II, p 140.

16 Naturellement, cette valorisation des liens interpersonnels de type contractuel avec les monarques et du fief comme « élément réel » du contrat est assez peu conforme à la réalité sociale ; sans entrer dans l’interminable débat sur la « nature » féodale de la société portugaise médiévale, on peut noter la relative rareté des convenientiae et des véritables concessions en bénéfice, si ce n’est au sein de la noblesse, au moins dans les relations entre les rois et l’aristocratie (voir J. Mattoso, 1985, particulièrement p. 137-8 pour les préstamos cédés féodalement par les rois, signalés dans les enquêtes de 1258 et p 148 pour l’origine féodale, d’ailleurs douteuse, des honras ; le compte-rendu critique de R. Durand, 1985 rend clairement compte de ces problèmes) ; ce qui importe, c’est la valorisation morale des solutions féodales par l’ensemble de l’aristocratie au moment de la rédaction des LL, valorisation qui n’est elle-même pas sans rapport avec l’importation (notamment à travers les motifs littéraires chevaleresques arthuriens) de l’idéologie et du vocabulaire féodaux par le roi Afonso III, ancien comte de Boulogne.

17 Voir R. Durand, 1982, p. 577-81 et J. Mattoso, 1985, p. 207-27.

18 Éd. Portugaliae monumenta historica. Scriptores I., dir. Alexandre Herculano, Academia Real das Sciências de Lisboa, Lisboa, 1856 (rééd. Kraus Reprint. Nendeln. 1967), p. 93-5 et Gesta de D. Afonso Henriques, éd. A. J. Saraiva dans A épica medieval portugesa, Lisboa, 1991 (2e éd.), p. 30-51 (larges extraits de ce poème en portugais traduits en français dans Baloup e. a. La péninsule ibérique, op. cit. n. 5, p. 241-4).

19 LD, p. 131. Outre de nombreuses autres réticences, c’est une attitude assez proche de méfiance et de mise en tutelle du même roi que l’on retrouve dans les vitae des deux fondateurs du monastère S. Croix de Coimbra, institution qui va d’ailleurs devenir l’historiographe de la nouvelle monarchie : R. Durand, « Le souverain vu du cloître. Hagiographie et idéologie royale au Portugal : le cas de Sainte-Croix de Coïmbre » dans Religion et mentalités médiévalesau Moyen Âge. Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, dir. S. Cassagnes-Brouquet e. a., Rennes, 2003, p. 55-63) ; si cette attitude s’explique en 1ère analyse par les règles du genre hagiographique, on peut se demander si les rédacteurs, proches des événements (écrivant dans les années 1150 et 1190), n’expriment pas eux aussi la sourde jalousie des « mesnies » chevaleresques envers leur patron, d’autant plus que les chanoines réguliers peuplant le monastère sont évidemment liés à la chevalerie royale.

20 Cf. P. Bonnassie « Introduction » dans Fiefs et féodalité dans l’Europe méridionale (Italie, France du Midi, Péninsule ibérique) du Xe au XIIIe siècle. Colloque international organisé par le Centre Européen d’Art et Civilisation Médiévales de Conques et l’Université de Toulouse – Le Mirail (Conques, 6-8 juillet 1998) (dir. P. Bonnassie e. a.), éd. CNRS – Université de Toulouse Le Mirail (UMR 5136), Toulouse, 2002, p. 7-21, qui souligne l’ambiguïté du concept de « service » – concept capital, qui est ou devrait être au centre de toute réflexion sur les sociétés médiévales – pouvant justifier la soumission servile aussi bien que la promotion nobiliaire.

21 L. Krus, 1994 ; à titre de comparaison (car fondées sur une autre source émanant du même milieu) voir les réflexions de Fr. Sucarrat : « Les allusions à la toponymie du terroir dans la poésie médiévale galicienne » dans Provinces, régions, terroirs au Moyen Âge : de la réalité à l’imaginaire. Actes du colloque international des « Rencontres européennes de Strasbourg », Strasbourg, 19-21 septembre 1991, dir. B. Guidot, Nancy, 1993, p. 125-41.

22 Portugaliae monumenta historica. Leges et consuetudines I, dir. A. Herculano, Academia Real das Sciências de Lisboa, Lisboa, 1856 (rééd. Kraus Reprint. Nendeln, 1967), p. 409.

23 LLP, p. 154 et LLP II, p. 65.

24 Voir l’article « guerre » par C. Gauvard dans Dictionnaire du Moyen Âge, dir. C. Gauvard e. a., Paris, 2002, p. 618-20.

25 LLP, p. 154 et 161 ; voir aussi LD, p. 132 (prise de Santarém).

26 LV, p. 28.

27 Voir notre traduction, avec présentation et indications bibliographiques, d’un des plus beaux exemples de cette satire dans Baloup e. a., La péninsule ibérique, op. cit. n. 5, p. 238 et 240-1.

28 Outre S. Boissellier, 1999, j’ai observé ailleurs – S. Boissellier, « L’appréhension des mudéjares par la société chrétienne dans le Midi portugais 1249-1496 : quelques données et réflexions » dans Revista da Faculdade de Letras. História 1, 3e série, Porto, 2000, p. 183-210 – les conditions sociales des rapports entre groupes et individus antagonistes pour constater que la médiatisation des contacts par le droit et par des institutions collectives, loin d’apaiser les conflits, durcit les attitudes et facilite les abstractions, contrairement aux relations interpersonnelles, qui se prêtent mal aux positions tranchées.

29 Aux p. 104, 109, 125, 193, 198, 205…

30 Voir aussi LLP, p. 147, 484 et 487.

31 Ainsi dans les suppliques adressées par les monarques à la papauté mais aussi dans le préambule de l’inventaire des patrimoines et juridictions de l’Ordre militaire de Santiago au Portugal (Ms. Arquivo Nacional / Torre do Tombo, Ordem de Santiago [Corporações religiosas], rolo s/n° ; copié aussi dans Ordem de Santiago, livro [B 50] 272 = cartulaire dit livro dos copos, ff 53-61 et traduit en français dans Baloup e. a., La péninsule ibérique, op. cit. n. 5, p. 246-9).

32 LD, p. 181 et LLP II, p. 85. Voir aussi Gonçalo Viegas de Lanhoso in LD, p. 91 et LLP, p. 369.

33 Voir les commodes et copieux articles « Matéria de Bretanha » et « Demanda do santo Graal » par I. Castro dans Dicionário da literatura medieval galega e portuguesa, coord. Giulia Lanciani / Giuseppe Tavani, Lisboa, 1993, p. 203-6 et 445-50.

34 LD, p. 132.

35 LLP, p. 243-5.

36 LLP, p. 168 et 221.

37 Respectivement LLP, p. 234 et 167.

38 Par ex. LLP, p. 148 (définition du bon chrétien par le mal fait aux Maures) et 157 [action en frontière « pour faire service à Dieu »].

39 Ainsi, dans le LLP II, p. 168.

40 On peut voir à ce sujet l’étude, d’ailleurs assez médiocre, de B. Liu, 1999 : « “Affined to love the moor”. Sexual misalliance and cultural mixing in the Cantigas d’escarnho e de mal dizer » dans Queer Iberia. Sexualities, cultures and crossings from the Middle Ages to the Renaissance [29 th international congress of medieval studies, Kalamazoo (Michigan), may 1994], éd. J. Blackmore e. a., Durham-London, 1999, p. 48-72 ; les railleries des satiristes ne sont d’ailleurs qu’un ensemble de lieux communs flattant les pulsions xénophobes présentes dans toute organisation sociale, ce qui montre que le caractère subversif prêté à ce genre littéraire est largement surestimé.

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable