Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Le Pouvoir et les pouvoirs

Le gouvernement des marges de l’Empire byzantin1

Jean-Claude Cheynet

Texte intégral

  • 1 Ce texte complète un article sur le pouvoir impérial : J.-Cl. Cheynet, « Les limites du pouvoir à (...)

1Byzance évoque, au premier abord, une richesse éblouissante et un ordre hiérarchique stable, soumis à un empereur autocrate trônant au milieu de sa cour. C’est bien l’image que la propagande politique byzantine voulait diffuser aussi bien auprès des sujets de l’empereur qu’à l’extérieur de l’Empire. Aucun byzantiniste ne souscrirait à ce tableau idéalisé, même aux époques de grande prospérité économique et d’apogée territorial. En réalité, les pouvoirs du souverain étaient théoriquement limités par le respect des commandements divins, interdisant de sa part l’arbitraire et l’injustice. Plus prosaïquement, le système des communications restait rudimentaire et l’empereur n’était pas informé, avant un certain laps de temps, de la situation de provinces les plus éloignées de la capitale. Pour transmettre ses ordres, le basileus déléguait sur place des fonctionnaires, mesure qui ne suffisait pas à contrôler le pays.

  • 2 Sur les élites municipales, voir en dernier lieu, A. Laniado, Recherches sur les notables municipa (...)
  • 3 Sur l’émergence des nouvelles élites à partir de l’époque iconoclaste, cf. entre autres, T. Loungh (...)

2Les empereurs romains s’étaient appuyés sur le réseau des cités dont ils avaient hérité lors de la conquête et les corps municipaux servaient de relais entre l’autorité centrale et les populations locales. Les invasions slaves, avares, perses puis arabes au cours du VIIe siècle balayèrent ce réseau. Mais les prémices de la crise sont bien antérieures, et celle-ci ne dépendit pas seulement de la situation militaire de Byzance. Dès le VIe siècle, les souverains avaient accru le nombre des fonctionnaires pour pallier l’affaiblissement des curies2. Ils recherchaient désormais le soutien des aristocraties qui résidaient toujours dans les agglomérations fortifiées ou kastra, mieux protégées que le plat pays, et dominaient aussi le monde rural qui fournissait le gros des armées jusqu’au Xe siècle et qu’elles encadraient comme officiers3.

  • 4 Cecaumeno, Raccomandazioni e consigli di un galantuomo, éd. Maria Dora Spadaro, Alexandria, 1998, (...)
  • 5 Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum, éd. I. Thurn, CFHB V, Series Berolinensis, Berlin -New Yor (...)

3Ces principes valaient pour toutes les provinces de l’Empire, mais plus particulièrement pour les marges situées à la frontière dont les élites devaient être particulièrement choyées, comme le soulignait au XIe siècle Kékauménos, ancien général à la retraite : « Voilà qui est digne d’éloge : si tu parcours une province et si tu y rencontres l’injustice, qu’elle soit le fait du fisc ou de ses agents, tu y mets fin ; c’est surtout vrai pour les provinces frontières. Si tu es incapable de la faire cesser, écris à l’empereur de la manière la plus explicite. Bien des provinces ont été ainsi perdues4 ». Kékauménos poursuit, en s’appuyant sur l’exemple de l’Ibérie dont les habitants, accablés d’impôts nouveaux, auraient fui en partie chez l’ennemi musulman. Cette affaire d’Ibérie trouve son pendant en Bulgarie où des réformes fiscales furent à l’origine de la révolte de Deljean5. Il ne faut pas nier l’aspect polémique du point de vue de Kékauménos. Au cours du millénaire byzantin en effet, les réformes fiscales, nombreuses, qui grevaient les charges imposées aux sujets de l’empereur, mais qui étaient jugées nécessaires au regard de la situation militaire, n’entraînèrent pas chaque fois une désagrégation de l’Empire, même si elles furent toujours mal ressenties par les intéressés.

  • 6 Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, éd. G. Moravcsik, traduction anglaise par R (...)
  • 7 La traduction française d’un des manuscrits avec un commentaire très utile a été donnée par C. Jou (...)

4Pour étudier les méthodes dont usaient les autorités de Constantinople soucieuses de sauvegarder leurs territoires frontaliers, voire d’attirer les princes immédiatement voisins de leur Empire, nous disposons de sources diverses, à commencer par les récits des historiens, mais aussi d’une documentation spécifique. En premier lieu, les sceaux de plomb permettent de connaître les titres et les fonctions octroyés aux étrangers au service de Byzance, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Empire. S’y ajoutent de rares textes plus techniques, le De administrando imperio (ou DAI)6, les Conseils et récits de Kékauménos et l’épopée du Digénis Akritas. Le DAI, rédigé au Xe siècle sous l’impulsion de Constantin VII, peut être considéré comme un manuel de politique étrangère à diffusion restreinte, puisqu’il fut dédié, pour son instruction, à Romain II, le fils et héritier du basileus. Les Conseils et récits relèvent du genre des Miroirs des princes, mais l’officier qui les rédigea était censé s’adresser à ses enfants, sauf pour une partie directement destinée à l’empereur. Kékauménos passe en revue les situations auxquelles se trouveraient confrontés un juge ou un stratège dans l’exercice de leur fonction, tout particulièrement dans une province lointaine. Le Digénis Akritas est une épopée assez tardive, rédigée à l’époque des Comnène, qui remanie des textes plus anciens et décrit les exploits d’un héros, certes imaginaire, mais inspiré des généraux byzantins qui s’illustrèrent dans la lutte contre les Arabes7.

Les frontières de l’Empire

  • 8 Aujourd’hui, l’Europe donne un exemple contraire puisque les frontières entre États membres sont d (...)

5L’idée de frontière est associée, dans notre monde contemporain, à une délimitation territoriale nette, marquée par des fortins gardés par des fonctionnaires des États concernés8. L’Empire byzantin a expérimenté au cours de sa longue histoire plusieurs systèmes. À l’époque protobyzantine, le limes hérité de la tradition romaine tardive constituait une vraie ligne de défense, même s’il formait en bien peu d’endroits une ligne continue, appuyée le plus souvent sur un obstacle naturel, tel le Danube dans les Balkans. La crise du VIIe siècle a bouleversé l’équilibre ancien, notamment en Orient, où l’on assiste à la formation progressive d’un nouveau mode de vie frontalier, même si, comme à l’époque précédente, l’enjeu arménien reste primordial. Les Arabes transformèrent un temps toute l’Asie Mineure en zone frontière, en ce sens qu’aucun des thèmes nouvellement formés n’était à l’abri d’un raid ennemi. Après avoir failli, à deux reprises, emporter Constantinople, les Arabes furent finalement contenus pendant plus de deux siècles sur la barrière du Taurus. De part et d’autre de ce puissant massif, laissant un no man’s land entre les deux territoires, s’organise une société militaire qui élabore ses propres codes de valeur, son mode de vie spécifique, ses élites militaires. Dans la seconde moitié du Xe siècle, le redressement byzantin et l’affaiblissement des émirats musulmans de la frontière – en premier lieu celui d’Alep, qui avait auparavant organisé la résistance aux Byzantins – conduisirent à une avance des Byzantins, qui repoussèrent la frontière orientale et lui redonnèrent une certaine continuité, car des troupes d’élite y furent stationnées en garnison. De nouveau, le stratège byzantin avait pour voisin immédiat un émir musulman. Telle est la situation décrite par Kékauménos, sur laquelle nous reviendrons.

6On pourrait noter sur d’autres fronts les mêmes variations. Ainsi en Italie, quel contraste entre le milieu du IXe siècle, où Byzance s’accroche désespérément à quelques points d’appui menacés par les musulmans, et le début du XIe siècle, quand Boïôannès, le catépan envoyé par Basile II, réussit à étendre et unifier le territoire byzantin, faisant de l’Empire une puissance italienne.

7Plus encore qu’une emprise territoriale, c’est le contrôle des hommes qui préoccupe les souverains, car l’Empire, à l’époque médiévale, s’est trouvé de ce point de vue en situation permanente d’infériorité face à ses adversaires musulmans. Or, du nombre des hommes dépendait presque mécaniquement la richesse de l’État et la force de ses armées. Une nouvelle fois, il faut se garder de toute comparaison avec le monde contemporain, car on ne peut, à Byzance, opposer de façon simpliste, les fidèles sujets du basileus aux étrangers qui échapperaient à toute influence du souverain. En effet, à l’intérieur même des provinces impériales, les minorités, ethniques et religieuses, peuvent constituer un facteur de contestation et d’affaiblissement du lien avec Constantinople. Il faut aussi prendre en compte la population flottante, mal intégrée aux réseaux sociaux.

  • 9 Lorsque les ethnikoi sont critiqués, ils deviennent des barbares.

8La notion d’Empire transcende celle de peuple ou ethnos pour les Byzantins, qui qualifient d’ethnikos quiconque ne parle pas grec, sans concevoir vraiment une connotation péjorative9. De fait, l’État byzantin a presque toujours rassemblé des populations non hellénophones, Slaves, Lombards, Arméniens… Pour qui voulait faire une carrière à Constantinople, ville cosmopolite par excellence, au sein des élites impériales, mieux valait s’helléniser, mais il est clair qu’un certain nombre de généraux d’origine étrangère ne sont jamais parvenus à manier correctement la langue grecque.

  • 10 L’ami (philos) était une catégorie reconnue par la diplomatie byzantine, qui impliquait de la part (...)

9Fait de plus grande conséquence, le gouvernement impérial a reconnu que, dans certaines provinces de l’Empire, l’installation massive, bon gré mal gré, de populations étrangères avait changé la nature du lien qui unissait la province et la capitale. Il s’agit des Slaves qui, au cours des VIe-VIIe siècles, ont pénétré en masse à l’intérieur de la péninsule balkanique. Dans un premier temps, ils firent disparaître toute trace de la présence byzantine, dépeuplant ou détruisant les villes, faisant fuir les représentants de l’État et de l’Église. Lors de la reprise en main des Balkans, Byzance a durablement laissé subsister ce qu’on appelait des sklavinies, c’est-à-dire un territoire peuplé de Slaves à l’intérieur d’une province byzantine, comme le Péloponnèse par exemple. Ces derniers conservaient leur autonomie et leur dépendance à l’égard de l’Empire se marquait par l’acceptation d’un gouverneur choisi par l’autorité centrale, le paiement d’une somme forfaitaire à titre d’impôt et la fourniture d’un contingent militaire en cas de réquisition. On pourra dès lors se demander ce qui distinguait une sklavinie, gouvernée par un archonte slave, d’une principauté située hors du territoire byzantin, dont le maître était classé au nombre des « amis »10 de l’empereur qui lui octroyait titres et argent.

10Depuis que Théodose le Grand, rompant avec la tradition romaine d’acceptation des cultes les plus divers pourvu qu’ils ne s’attaquent pas à la personne de l’empereur, avait décidé que le christianisme serait la seule religion licite, les païens et les juifs avaient été rejetés dans une citoyenneté de seconde zone. Les juifs conservaient malgré tout leur liberté de culte sous condition de ne pas faire de prosélytisme. Lors de la formation de la doctrine orthodoxe et du déroulement des premiers conciles, à commencer par celui de Chalcédoine, une partie des chrétiens avaient été exclus de l’Église officielle, nestoriens et monophysites. Les premiers ne résidaient guère en terre d’Empire, mais les seconds étaient nombreux dans les provinces d’Orient. Plus grave pour l’avenir, l’Église arménienne, qui n’était pas présente à Chalcédoine, s’était séparée de Constantinople en se rangeant de fait dans le camp des monophysites, alors que les Géorgiens restèrent fidèles au patriarcat de Constantinople. Ainsi donc presque tous ces « hérétiques » habitaient aux frontières de l’Empire.

  • 11 El. Jeffreys, « Akritis and Outsiders », dans Strangers to Themselves: The Byzantine Outsider, éd. (...)

11À côté de l’ethnikos, des textes byzantins mettent en scène – assez rarement – le xénos, mot que les dictionnaires invitent à traduire par étranger, interprétation acceptable si l’on prend garde de le distinguer de notre concept moderne. Une analyse récente de son emploi dans le Digénis Akritas nous dispensera d’un trop long commentaire11. L’étranger se définit par son absence d’attache à un groupe – généralement une famille au sens large – même s’il est de même race ou de même foi. Les fondements d’une « famille », ce sont en effet les liens de solidarité censés unir ses différents membres, symbolisés par la vie en commun dans le palais du chef reconnu de ladite famille. Il faut retenir que l’isolement social fait l’étranger, car la société byzantine repose sur des réseaux de dépendance hiérarchisés, dont nul ne peut se permettre d’être exclu, ce qui justifie les efforts des nouveaux venus au sein des élites pour s’intégrer dans de tels cercles et offre aux empereurs un levier pour se les attacher. Les marges de l’Empire ne se situent pas seulement à sa frontière physique, mais, dans une certaine mesure, passent par les hommes eux-mêmes, dont certains vivent à l’intérieur du territoire contrôlé par l’armée et le fisc impériaux, sans être de vrais sujets de l’empereur.

12En somme, l’opposition « intérieur/extérieur de l’Empire » ne suffit pas véritablement à définir l’attitude des populations à l’égard du souverain. L’influence du centre est différemment ressentie dans un espace qu’on peut répartir en cercles concentriques : Constantinople, dont les murailles forment une vraie frontière psychologique et sociologique, les provinces soumises à l’autorité impériale directe, les pays étrangers enfin. Encore ce tableau aurait-il paru simplificateur aux yeux des Byzantins des Xe et XIe siècles. Ces derniers distinguaient en effet, parmi les provinces byzantines d’Asie Mineure, les vieux thèmes romains, c’est-à-dire ceux qui n’avaient cessé d’appartenir à l’Empire depuis l’époque romaine, des arménika thémata, c’est-à-dire les thèmes récemment reconquis sur les émirats arabes, largement peuplés d’Arméniens, ce qui justifie leur nom. Quant aux pays étrangers, une distribution analogue s’opérait entre les pays totalement indépendants de l’Empire et ceux dont les souverains étaient liés de quelque façon avec l’empereur de Constantinople. Les rapports entre Constantinople, les arménika thémata et les princes liés à Byzance sont les plus intéressants de ce point de vue car ils étaient ambivalents. En effet, lors des deux grandes crises que connut l’Empire, celle du VIIe et celle du XIe siècle, les contemporains accusèrent les habitants des régions frontières, dont bon nombre étaient hétérodoxes, d’avoir trahi en facilitant la progression des ennemis, respectivement les Arabes puis les Turcs. Ces accusations ont été largement acceptées par les spécialistes contemporains, à tort, me semble-t-il, car il faut se garder de juger les événements en fonction de notre conception trop moderne de trahison par rapport à un État, alors qu’il s’agissait là, avant tout, d’une rupture des équilibres antérieurs entre ces populations et leurs attentes vis-à-vis du pouvoir central.

Les atouts de l’empereur : la force publique et le prestige des titres

L’armée et son rôle intégrateur

  • 12 Sur les taktika médiévaux, cf. N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xesiè (...)
  • 13 W. Treadgold, Byzantium and its Army, 284-1081, Stanford CA, 1995, p. 285.

13L’armée byzantine fut le principal instrument de domination étatique, fait qui n’a rien d’original. Durant les siècles de danger imminent (VIIe-Xe siècle) l’armée était dispersée sur tout le territoire et présente, y compris à Constantinople. Ensuite, dans la seconde moitié du Xe siècle, elle fut de plus en plus cantonnée aux frontières, selon une nouvelle stratégie d’ensemble, plus offensive dans un premier temps, avant une stabilisation sur des lignes jugées satisfaisantes par Constantinople au milieu du XIe siècle. Une image assez fausse de cette armée prédomine, d’après le schéma qu’offrent les taktika, notamment le dernier d’entre eux, celui dit de l’Escorial12 : la frontière orientale, à la fin du Xe siècle, serait très bien protégée, découpée en un nombre considérable de thèmes commandés chacun par un stratège, lui-même secondé par plusieurs tourmarques. Tout en concédant que ces thèmes n’abritaient pas les mêmes effectifs que les grands thèmes traditionnels, dits romains, et en admettant que leurs contingents fussent au complet et constamment disponibles, il faudrait supposer une armée nombreuse et en conséquence extraordinairement coûteuse. C’est ainsi qu’un historien de l’armée byzantine a pu avancer que l’armée de Basile II aurait compté jusqu’à 250 000 hommes13.

  • 14 C. Holmes, « Frontière “How the east was won” in the reign of Basil II », dans Eastern approaches (...)
  • 15 Nicetae Choniatae Historia, éd. I. A. Van Dieten, (CFHB IX, Series Berolinensis), Berlin -New York (...)

14En réalité, des indices montrent qu’au XIe siècle les places fortes frontalières étaient rarement pourvues de garnisons permanentes et on soupçonne que nombre d’entre elles n’étaient même pas entretenues. Ainsi le texte d’un traité concernant les forteresses établies à la frontière entre Byzance et l’émirat d’Alep contient des clauses sur les réparations à effectuer pour les maintenir en état14. Les conditions locales, rappelons-le, notamment les tremblements de terre, exigent des réfections régulières. Nous avons un témoignage concordant, au XIIe siècle, pour la frontière danubienne. Lorsque l’empereur Isaac II, confronté à une rébellion de notables bulgares, fit campagne avec succès pour les déloger, l’historien Nicétas Chôniatès souligne l’erreur d’Isaac qui ne plaça pas de garnison dans les forteresses le long du Danube, ce qui permit aux vaincus de refaire leurs forces et d’envahir à nouveau les provinces byzantines du nord des Balkans15. Les empereurs ne doivent pas être accusés de négligence, mais l’option de l’emploi généralisé de la contrainte armée était tout simplement trop coûteuse, même à l’apogée de l’Empire, sous le règne des empereurs militaires.

15En clair, l’armée sert à repousser une attaque ennemie, à conquérir des territoires, mais pas à les tenir durablement. Quatre régions frontières, jugées sensibles, furent l’objet d’une attention particulière des empereurs aux Xe et XIe siècles : la Syrie du Nord, la frontière face aux émirs de Mésopotamie et aux archontes du Caucase, les Balkans du Nord-Ouest et enfin l’Italie.

16Pour comprendre la façon dont ces différents facteurs ont été pris en compte, il suffit d’observer comment fut organisé le duché d’Antioche après sa conquête par Nicéphore Phocas. Une partie de l’armée byzantine, dont des unités d’élite, furent établies en garnison et servirent à défendre la province de Syrie contre les attaques des Fatimides d’Égypte, seule puissance musulmane alors capable de rivaliser avec l’Empire. À deux reprises, en 995 et 999, les forces d’Antioche révélèrent leur insuffisance, et l’empereur Basile II vint en personne rétablir la situation.

17En l’absence de conflit majeur, le duc d’Antioche n’avait d’autre charge que de contrôler les pillages des tribus bédouines et de surveiller les émirs d’Alep, qui ne constituaient plus une menace militaire sérieuse. Pour le reste, il fallait gouverner une province riche, peuplée en majorité d’habitants qui n’étaient pas grecs même si à Antioche, vraisemblablement, la proportion de Grecs augmenta au cours du siècle de présence byzantine. Les chalcédoniens ou melkites n’étaient sans doute pas majoritaires, quoiqu’une telle affirmation paraisse toujours imprudente, faute de textes précis sur ce point. Il semble toutefois qu’au temps de la domination musulmane, l’Église jacobite avait été la principale bénéficiaire de la dhimma. De plus, après la reconquête, une partie des troupes établies en garnison était constituée d’infanterie arménienne, au point que de nouveaux évêchés avaient été créés pour eux. Cependant il restait une église melkite disposant d’un dense réseau d’évêchés sous l’autorité du patriarche chalcédonien d’Antioche.

18Dans la métropole de la Syrie du Nord, les chefs de l’armée furent toujours des représentants du pouvoir central, souvent issus des grandes lignées militaires (les Phocas, Sklèros, Comnène, Dalassène), sinon de proches parents ou des familiers des empereurs. Ceux-ci, hors des temps de crise, n’auraient pas pris le risque de confier la sécurité d’une province vitale à des locaux, même si, parmi les ducs d’Antioche, on note le nom de Pankratios, un Arménien ou un Géorgien. Le patriarcat melkite fut également placé sous le contrôle strict de l’empereur et de l’Église de Constantinople. Sans doute, lors d’une grave rébellion en Anatolie, Basile II avait accepté la nomination d’un évêque syrien, Agapios. Ensuite Constantinople verrouilla les nominations. Certes, Pierre III était syrien, mais avant s’être promu patriarche en 1052, il occupait la charge de chartophylax de Sainte-Sophie.

  • 16 J.-Cl. Cheynet, C. Morrisson, W. Seibt, Les sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig, Paris, (...)

19En revanche, l’empereur confiait plus facilement à des locaux certains postes civils, du moins pendant les premières décennies de la souveraineté byzantine. Ainsi les noms de Kouleib et d’Ubaid allah sont à relever parmi les gestionnaires des finances publiques. Il arrivait que le duc ou catépan fût prêt à céder une forteresse à un chef local pour défendre la frontière. L’exemple le plus connu, parce qu’il fut un échec pour le catépan, est celui d’ibn Mousaraf. Ce dernier avait demandé le droit d’élever une forteresse dans le djébel, au sud du duché et il avait reçu un document officiel lui donnant l’autorisation attendue, car il avait avancé pour prétexte que cette place défendrait le territoire du duché contre l’émir de Tripoli. Fait remarquable, l’administration veillait à ce que des ouvrages fortifiés ne fussent pas élevés sans son autorisation. À Mousaraf avait été octroyée, comme en témoigne son sceau qu’on a conservé16, la haute dignité de patrice et ajoutons que, même s’il place son sceau sous la protection de saint Georges, il ne s’était sûrement pas converti au christianisme.

20Si l’on observe la façon dont l’administration byzantine s’est implantée dans les thèmes arméniens et plus encore dans les duchés du Vaspourakan et d’Arménie qui ont remplacé les royaumes arméniens dont Byzance s’était emparé, des similitudes sont remarquables. Les ducs ou catépans sont presque tous issus de familles extérieures à la région, même si certains n’étaient pas nécessairement des Byzantins de vieille souche ; ainsi apparaissent dans la liste des gouverneurs le nom d’Aaron, le descendant des tsars bulgares, ou celui de Katakalon Kékauménos dont les ancêtres étaient partiellement Arméniens, mais établis à Byzance depuis plusieurs générations. La même remarque vaudrait pour les ducs ou catépans d’Italie, qui ne sont pas issus de familles italiennes, à une exception près sur laquelle nous reviendrons.

  • 17 J.-P. Mahé, « Ani sous Constantin X, d’après une inscription de 1060 », Mélanges G. Dagron, Travau (...)
  • 18 Cf. toutes les publications d’A. Guillou, notamment Le brébion de la métropole byzantine de Règion (...)

21Si l’on prend en compte, en revanche, le personnel subalterne en poste dans tous ces thèmes, on note que les autochtones en fournissent une grande part. Aussi bien des inscriptions provenant d’Ani, l’ancienne capitale des rois bagratides d’Arménie17, que les documents d’archives d’Italie18 montrent que les subordonnés du catépan ou duc étaient issus de la population locale. Byzance cherche manifestement à associer les élites locales à l’administration des provinces frontières.

  • 19 Sur la place des Arméniens dans l’Empire, voir en dernier lieu, N. Garsoïan, « The Problem of Arme (...)

22La règle de « l’exterritorialité » des chefs militaires cessait d’être respectée en cas de crise grave, lorsque l’Empire se trouvait menacé sur ses marges, sans avoir les moyens d’envoyer des secours militaires suffisants. Dans de telles circonstances, le gouvernement impérial choisissait de s’appuyer sur un membre de l’élite locale auquel il déléguait son pouvoir et qu’il liait fortement à l’Empire par l’octroi de titres auliques, non sans s’assurer aussi de sa famille dont les membres étaient envoyés dans la capitale où ils recevaient des honneurs, mais pouvaient aussi être considérés comme des otages. Au moment où l’Italie manquait de lui échapper, Constantin Monomaque fit appel à un Lombard, Argyros, fils de Mélès. Même après leur expulsion par les Normands, les Byzantins voulurent récupérer leur base italienne en tentant d’intégrer Robert Guiscard dans le système administratif byzantin. Les autorités byzantines agirent de même en Syrie où, à Antioche et en Cilicie et plus généralement le long de la frontière orientale, elles nommèrent des Géorgiens ou des Arméniens chalcédoniens aussi bien que monophysites : Grégoire Pakourianos, Philarète Brachamios, Grégoire Magistros, Apelgharib de Tarse, Kakikios, l’ancien roi d’Ani19. L’Empire attend en effet de ces notables qu’ils mettent à son service leurs réseaux de parents, de serviteurs et de dépendants. Le plus souvent, ce calcul fut couronné de succès, à l’exception notable du normand Robert Guiscard.

L’octroi des titres

  • 20 « Alors que deux choses assurent la suprématie de l’empire romain, je veux dire les dignités et le (...)
  • 21 Au XIe siècle, le protospathaire, situé à une place moyenne dans la hiérarchie, recevait une livre (...)

23Michel Psellos, fin connaisseur de la cour et du jeu diplomatique, affirmait que la force de Byzance tenait à sa richesse et au prestige de ses titres20. Les titres, rappelons-le, donnaient droit en principe au versement d’une roga annuelle, qui constituait un revenu appréciable pour les bénéficiaires21.

  • 22 M. MC Cormick, « The Imperial Edge: Italo-Byzantine Identity, Movement and Integration », a. d. 65 (...)

24Les Byzantins ont constamment utilisé la distribution de titres comme instrument de leur politique étrangère. Au VIIe siècle déjà, Héraclius avait offert toute une série de dignités à distribuer dans le Caucase disputé aux Perses. Ensuite, en dépit des échecs de Byzance au VIIe siècle et du relèvement de l’Occident lorsque l’Empire fut restauré à l’ouest, les titres byzantins continuèrent d’être recherchés. Le plaid de Rižana, récemment analysé par M. McCormick, fournit un exemple éclairant22. Au début du IXe siècle, des missi dominici envoyés par Charlemagne réunirent à Rižana l’élite locale de l’Istrie conquise par les Carolingiens aux dépens de l’Empire. Disposer à Porec d’un document, ou peut-être des insignes créant le tribun, conférait la prééminence dans la société locale. À la messe du dimanche, cérémonie publique, le bénéficiaire recevait la communion, devant l’assemblée tout entière réunie.

  • 23 Le meilleur exemple est donné par des actes du début du XIIe siècle, Archives de l’Athos XIII, Act (...)

25Les empereurs, il faut le souligner, n’usaient pas d’autres moyens pour s’attacher les élites dans les vieilles provinces byzantines, sinon que leur pouvoir de contrainte y était supérieur et qu’en cas de rébellion, ils pouvaient emprisonner leurs adversaires et confisquer leurs biens sans opposition. Il est difficile de savoir dans quelle mesure les élites locales byzantines bénéficiaient des distributions de titres impériaux, car notre documentation ne permet pas, en général, de répondre à cette question. Les archives des monastères de l’Athos font connaître un peu mieux qu’ailleurs la strate supérieure de la société à Thessalonique, l’une des plus grandes villes byzantines si l’on excepte la capitale. Au début du XIIe siècle, les bénéficiaires de dignités secondaires y étaient, semble-t-il, assez nombreux23.

26Parmi les régions de l’Empire proches des frontières, la plus riche en informations est incontestablement l’Italie byzantine. À lire les documents d’archives, nombreux étaient ceux qui jouissaient de dignités d’un niveau élevé à cette époque : bien des fonctionnaires modestes étaient honorés, dans la première moitié du XIe siècle, de la dignité de protospathaire, titre qui donnait en principe accès au Sénat et qui, ailleurs dans l’Empire, en particulier à Constantinople, était conféré à des fonctionnaires exerçant de hautes responsabilités, même si la dignité commençait déjà à se dévaluer. Les autorités visaient ainsi à se constituer une clientèle de fidèles pour tenir le reste du peuple.

  • 24 Les princes ibères en furent les principaux, mais pas les uniques bénéficiaires, cf. B. Martin-His (...)

27Si l’on franchit la frontière, le niveau des honneurs offerts aux étrangers que les empereurs voulaient séduire et intégrer à plus ou moins court terme au système byzantin, montre qu’ils bénéficiaient d’une sorte de prime, en recevant des dignités – assorties sans doute des rogai très élevées qui les accompagnaient, supérieures aux titres que des Byzantins de niveau social équivalent auraient obtenus. C’est une vieille tradition, qui se vérifie à l’égard des princes du Caucase. Cette région a été disputée par les Byzantins aux Perses, puis aux Arabes, car la puissance qui la détenait s’ouvrait la route de la Mésopotamie, si Byzance prédominait, ou bien celle du plateau anatolien, si c’était son l’adversaire. Ainsi très tôt, le prince que Byzance désignait comme le meilleur représentant de ses intérêts obtint la dignité de curopalate24. Or cette dignité, octroyée à titre exceptionnel à un sujet du basileus, fut, de fait, réservée jusqu’au XIe siècle aux membres de la famille impériale. La conférer à un archonte arménien ou géorgien invitait à le considérer comme un membre de la famille impériale et lui donnait un prestige sans égal vis-à-vis non seulement de ses propres dépendants, mais aussi des princes rivaux. Ces derniers n’étaient pas dédaignés et recevaient les dignités de patrice ou de magistre qui n’étaient offertes à cette date qu’à une minorité des plus hauts fonctionnaires byzantins. En revanche, les étrangers qui venaient se mettre au service de l’Empire, le plus souvent comme officiers dans l’armée, obtenaient des dignités plutôt inférieures à celles qu’ils auraient reçues s’ils avaient été Byzantins de souche. Kékauménos déplore la fin de cette politique prudente, lorsque les empereurs de son temps, dans la seconde moitié du XIe siècle, se sont mis à brader les dignités à des étrangers qui, en conséquence, nous dit-il, ont méprisé les Romains :

  • 25 G. G. Litavrin, Sovety i rasskazy Kekavmena (Cecaumeni consilia et narrationes), Moscou 1972, p. 2 (...)

N’élève pas les étrangers (ethnikoi), sauf si dans leur pays ils sont de race impériale (basilikon génos), à de hautes dignités et ne leur confie pas de charges importantes. Si tu agissais ainsi, tu te nuirais à toi-même et aux fonctionnaires (archontes) romains. En effet, lorsque tu honores un homme du commun en faisant de lui un primicier ou un stratège, de quel commandement de stratège jugeras-tu digne un Romain ? Tu te feras de ce dernier un ennemi. Mais de plus, dans son pays, les gens, lorsqu’ils apprendront que l’étranger a obtenu un tel honneur ou une telle charge, se moqueront en disant : « Nous tenions pour rien ce personnage, alors qu’en venant en Romanie, il a obtenu une telle dignité. À ce qu’il semble, il n’y a plus d’homme capable en Romanie et pour cette raison le nôtre a été promu. Si les Romains avaient été actifs, ils ne l’auraient pas élevé à une telle situation. Et que ta majesté ne dise pas : « Moi, je lui ai accordé cet avantage (euergetô), pour que d’autres, voyant cela, viennent auprès de nous ». Ce n’est pas un bon calcul. Si tu le veux, je conduirai vers toi tous les étrangers que tu désires pour du pain et un vêtement…25

  • 26 Nicetae Choniatae Historia, éd. I. A. Van Dieten (comme n. 15), p. 204-205. L’historien désapprouv (...)

28En réalité, cette générosité impériale s’explique par la crise militaire que connaît alors l’Empire et qui implique de s’attacher plus solidement encore les ethnikoi. Au XIIe siècle, la même conjoncture entraîna un apport massif d’étrangers et engendra des critiques identiques sur les revenus excessifs alloués aux nouvelles recrues26.

  • 27 G. Ravegnani, « Dignità bizantine dei dogi di Venezia », dans Studi Veneti Offerti a Gaetano Cozzi(...)

29La survalorisation des étrangers est perceptible aussi en Occident, comme le montre la progression des dignités accordées au doge de Venise. De plus, elle permet de suivre de façon remarquable la dévaluation des dignités byzantines au XIe siècle, et elle atteste aussi qu’à Venise on était au fait de l’évolution de la hiérarchie27. À partir du VIIIe siècle, les premiers doges, tel Deusdedit, fils de Orso et duc de 742 à 755, furent hypatoi, ou parfois spathaires. Les empereurs macédoniens améliorèrent l’honneur en conférant le protospatharat puis, au cours du XIe siècle, les doges devinrent successivement patrices, magistres, protoproèdres, puis finalement, par le fameux chrysobulle d’Alexis Ier en 1082, protosébastes. Cette faveur était encore augmentée, car la dignité, innovation spectaculaire, était automatiquement transmise au doge choisi par les Vénitiens, ce qui dérogeait au principe de la liberté complète du choix impérial. Ajoutons qu’à plusieurs reprises le fils d’un doge vint à Constantinople recevoir du basileus une dignité ainsi que de nombreux cadeaux. Un patricien de Venise profitait de ses bonnes relations avec le basileus pour accroître son influence au sein de l’aristocratie locale. Une certaine ambiguïté caractérise ces relations : pour les Vénitiens, il ne s’agissait que d’une alliance, alors que les Byzantins considéraient ceux-ci, peut-être sans trop y croire, comme des sujets de l’empereur. Car la dignité octroyée au doge en 1082 le plaçait au rang de proche parent du souverain, puisque les titres de sébaste ou des termes composés n’étaient attribués sous les premiers Comnène qu’à un parent du basileus, du moins à l’intérieur de l’Empire.

  • 28 P. Gautier, « Un chrysobulle de confirmation rédigé par Michel Psellos », REB XXXIV, 1976, p. 79-9 (...)
  • 29 Katakalôn Kékauménos, un parent de l’auteur des Conseils et récits, se plaint de ne plus recevoir (...)

30Sans quitter l’Italie, évoquons le cas de Robert Guiscard qui conclut un accord avec Michel VII et reçut un chrysobulle de confirmation28 par lequel Robert, reconnu duc de Pouille, était honoré de la dignité de nobélissime et recevait un certain nombre de dignités, mais, fait extraordinaire, l’empereur lui accordait le droit de les offrir en son nom à ceux de ses fidèles qu’il désignerait. Une fois de plus, on voit à l’œuvre le système byzantin qui vise à conforter ceux qu’il a choisis comme alliés et à leur donner les moyens de l’emporter sur d’éventuels rivaux. Le message est clair, qui a le soutien de Byzance sera le maître. Michel VII pouvait estimer avoir rétabli la situation byzantine en Italie du Sud car, après tout, qu’est-ce qui différenciait Robert Guiscard d’Argyros le Lombard qui, quelques décennies auparavant, conseillait Constantin Monomaque dans les affaires italiennes et guidait sûrement par ses conseils les libéralités impériales à l’égard de ses compatriotes. Une incertitude subsiste sur le paiement effectif de la roga. En ce qui concerne Guiscard, le doute n’est pas permis car le chrysobulle précisait le montant global annuel, qui constituait en fait une forme élégante du versement d’un tribut. Mais il est établi que, parfois, la roga due n’était pas versée29. D’une façon plus générale, l’État a connu des moments de crise financière et de pénurie aiguë de numéraire. Il est ainsi légitime de se demander si le curopalate d’Ibérie a bien reçu chaque année sa roga, quand on sait les troubles causés par la présence des Arabes, ou s’il fut simplement satisfait du titre qui, le distinguant des autres princes caucasiens, lui donnait une forme d’autorité sur eux.

31La limite est donc vraiment ténue entre les étrangers auxquels l’Empire confiait parfois le gouvernement des marches frontières et les princes locaux établis juste de l’autre côté, objets de toute l’attention des basileis. Kékauménos, issu d’une famille qui avait fourni aussi bien les uns que les autres, était bien placé pour donner des conseils.

32Kékauménos, en incitant les archontes indépendants, voisins de l’Empire, à se méfier de toute menace d’absorption, aurait pu s’appuyer sur des précédents historiques. Dans le De administrando imperio, le dossier du Tarôn expose tout à la fois l’attention réciproque que se portaient jalousement les archontes orientaux, l’exploitation de leur position charnière à la frontière pour faire monter les enjeux, et la façon dont l’Empire s’est agrandi sans combat d’une nouvelle province, en nommant stratège du Tarôn, celui qui en était auparavant le maître par héritage.

Krikorikios, le défunt prince du Tarôn, inclina du côté de l’empereur des Romains et se soumit à lui, mais d’emblée, il joua, de façon apparente, double jeu. Tandis que par ses paroles il feignait l’amitié (philia) envers le basileus, en actes il cherchait à plaire au chef des Sarrasins et, à plusieurs occasions, il prit la tête d’armées venues de Syrie pour attaquer des thèmes soumis à l’empereur, il faisait savoir en Syrie tout ce que les Romains préparaient en secret contre leurs ennemis sarrasins et, en cachette, il informait par lettres l’émir des croyants de ce qui se passait chez les Romains. Alors qu’il voulait apparaître comme soucieux des affaires romaines, il se trouvait plutôt qu’il préférait et favorisait le camp des Sarrasins. Cependant, il envoyait continuellement des présents, de ceux auxquels les barbares accordent de la valeur, à Léon, l’empereur de pieuse mémoire, et recevait en retour du pieux empereur davantage de cadeaux et de plus beaux. L’empereur l’incita à de nombreuses reprises à venir dans la capitale lui rendre visite et recevoir de sa part des libéralités et des honneurs. Mais, comme Krikorikios craignait d’attrister et d’offenser l’émir des croyants, il forgeait des prétextes et alléguait vainement qu’il ne pouvait pas abandonner son pays sans secours, pour qu’il ne soit pas ravagé par les Sarrasins.

Un jour, ce même prince du Tarôn vainquit au combat les fils de Arkaïkas, c’est-à-dire les cousins du patrice Krikorikios, le père du protospathaire Asôtios, et les garda prisonniers auprès de lui. À leur propos, Symbatios, à ce moment archonte des archontes, envoya une lettre au défunt basileus le priant d’envoyer quelqu’un chez le Taronite pour qu’il cherche à libérer ses neveux, c’est-à-dire les fils d’Arkaïkas et qu’ainsi ils ne soient pas envoyés au prince des croyants. Il se trouvait que le patrice Grégoire était parent de l’archonte des archontes, Symbatios. [L’empereur accepte et envoie d’abord un eunuque, puis le protospathaire Constantin Lips]. Ledit protospathaire arriva à Tarôn et remit à Krikorikios les dons et la lettre que l’empereur lui avait envoyés, puis prit avec lui le fils bâtard du Taronite, qui s’appelait Asôtios, et le conduisit à la capitale où l’empereur le fit protospathaire et le traita avec libéralité, avant de le renvoyer chez son père sous la conduite du même Constantin. Alors Constantin prit avec lui Apoganem, le frère de Krikorikios, le prince du Tarôn, ainsi que les deux fils d’Arkaïkas, et les conduisit vers le défunt basileus qui honora Apoganem de la dignité de protospathaire et à de nombreuses reprises manifesta sa libéralité à son égard et, à nouveau par l’intermédiaire de Constantin, le renvoya dans son pays, chez son frère.

Plus tard, Constantin séjourna quelque temps en Chaldée et il reçut un ordre impérial (kéleusis) lui enjoignant d’aller à Tarôn, de s’assurer de la personne de Krikorikios, prince du Tarôn, et de le conduire dans la capitale, ce qu’il fit. Lorsque Krikorikios entra dans la ville gardée de Dieu et reçut la dignité de magistre et la charge de stratège du Tarôn, il lui fut donné comme résidence le palais, dit de Barbaros, et maintenant du parakoimomène Basile. En outre il fut honoré d’une roga annuelle de dix livres d’or et dix autres livres de miliarèsia, soit en tout vingt livres. Ayant passé quelque temps dans la capitale, il fut à nouveau escorté chez lui par Constantin.

Après cela Apoganem vint à nouveau auprès de feu l’empereur et fut promu au patriciat et il lui fut permis d’épouser la fille dudit Constantin. Sous ce prétexte, il demanda un palais et il reçut sans chrysobulle le palais de Barbaros. Ayant été bien pourvu par l’empereur, il rentra chez lui avec l’intention de revenir et d’organiser son mariage, mais peu de jours après son retour, il mourut. Son frère, Krikorikios, demanda par lettre à venir dans la capitale pour recevoir des mains du basileus la roga qu’on devait lui donner et séjourner quelque temps dans la ville gardée de Dieu. Il demanda à recevoir le palais qui avait été affecté à son frère et feu l’empereur le lui donna parce qu’il s’était soumis récemment et parce que cela permettait d’inciter les autres princes de l’Orient à se soumettre au basileus, mais l’empereur ne fit pas de chrysobulle pour cette donation.

  • 30 DAI (n. 6), § 43, p. 188-194.

[...] En raison des dons conférés au prince du Tarôn, la jalousie à son égard saisit de plus en plus fortement Kakikios, prince du Vaspourakan, Adranasir, le curopalate d’Ibérie et Asôtikios, l’archonte des archontes, qui écrivirent à l’empereur, lui demandant pourquoi seul Krikorikios avait obtenu une roga impériale, alors qu’eux tous n’avaient rien obtenu : « En quoi a-t-il rendu plus grand service (douleia) que nous ou en quoi a-t-il été plus utile aux Romains ? Nous devrions tous bénéficier de roga comme lui, sinon lui-même devrait être exclu d’une telle donation »30.

33Le jeu que menaient ces potentats des frontières, subtil équilibre entre le besoin que les empereurs avaient de les intégrer dans un système d’alliance et le prix qu’ils étaient prêts à y mettre, conduisit parfois à des déconvenues dont Kékauménos a rapporté plusieurs exemples :

  • 31 G. G. Litavrin, Sovety i rasskazy Kekavmena (n. 25), p. 300-302.

Honore et aime le basileus ainsi que tous ceux qui sont sous ton autorité. Si tu es intelligent, ne cherche pas à le tromper et ne songe pas à le dépouiller par des paroles appropriées et obtenir de nombreux dons de sa part. Je vais te dire ce qui est arrivé à un toparque qui avait trompé beaucoup de monde. Zadar et Salone sont des villes de Dalmatie. Dobrônas, homme intelligent et très capable, en était le maître et toparque. Il voulut partir pour accomplir la proskynèse devant feu l’empereur Romain Argyros, qui lui accorda pour l’honorer une profusion de dons et dignités, puis le renvoya chez lui fort enrichi. Ayant apprécié ces bienfaits, il recommença. Il reçut à nouveau des dons, mais moins que précédemment et avec parcimonie, puis il retourna chez lui. Cet empereur étant décédé et le bienheureux Michel le Paphlagonien régnant alors, Dobrônas retourna à Constantinople, mais, devenu un habitué, il fut méprisé. Ayant demandé l’autorisation de revenir chez lui, il ne l’obtint pas et, chagriné, il commença à protester bruyamment. Les responsables du Palais, informés de ses récriminations, avertirent l’empereur, en lui donnant ce conseil : « Comme il est entre nos mains, si nous nous emparons de son pays, personne ne résistera ». C’est ce qu’il advint. Ils l’enfermèrent dans la prison du prétoire et s’emparèrent de son pays. Ils transférèrent son épouse et son fils également dans la prison du prétoire. Ils passèrent toute leur vie en prison ; Dobrônas et son épouse moururent au temps de l’empereur Constantin Monomaque et leur fils, méprisé et tenu pour négligeable, réussit tout juste à s’enfuir31.

34L’Empire n’était pas toujours gagnant et certains émirs réussirent à surprendre un stratège voisin et enlever sa forteresse. D’autre part, les souverains devaient traiter avec ménagement les stratèges des frontières qui, nous l’avons vu, étaient largement issus de l’aristocratie locale et fiers de leur race. Les exemples abondent où des stratèges, accusés à tort ou à raison de comploter contre l’empereur, passèrent à l’ennemi avec leurs partisans. Aucun document d’archives ne saurait traduire ces relations complexes entre l’empereur et les puissantes familles de la frontière, toutefois, le Digénis Akritas met en scène le héros et un empereur anonyme, scène qu’il faut interpréter en tenant compte de la nature littéraire et épique de l’œuvre, mais qui devait rester crédible pour un auditoire composé d’aristocrates de la cour :

  • 32 Digénis Akritas, trad. C. Jouanno (n. 7), p. 252-253.

Ayant pris connaissance de cette lettre mot à mot, l’empereur admira l’humilité de langage de Digénis, et il se réjouit de constater sa haute bravoure.
Désirant vivement voir le jeune homme, il prit avec lui une centaine de soldats et un certain nombre de gardes du corps, puis se rendit à l’Euphrate, après avoir enjoint à tous de ne prononcer en aucun cas devant l’Akrite une quelconque parole de blâme. Les hommes postés pour monter la garde à cet effet annoncèrent bientôt l’arrivée imminente de l’empereur à Digénis, l’admirable Akrite. Et Digénis partit à sa rencontre, tout seul. Inclinant la tête jusqu’au sol, il lui dit :
– Salut, toi qui a reçu de Dieu la royauté et dois à l’impiété des nations d’être devenu maître de tous ! Comment se fait-il que le seigneur de la terre entière soit venu me trouver, moi qui ne suis rien ? Lorsqu’il le vit, l’empereur, stupéfait de son apparence, oublia toute la pompe de sa royauté : se levant de son trône, il s’avança un peu, donna joyeusement l’accolade à Digénis et l’embrassa avec effusion, admirant sa prestance et s’étonnant de voir combien il était doué d’une remarquable beauté :
– Tu portes en toi, lui dit-il, ô mon enfant, la preuve de tes hauts faits : car le caractère de ta beauté offre l’image de la bravoure. Si seulement la Romanie possédait quatre hommes comme toi ! Parle donc en toute liberté, mon enfant : de ma majesté tu recevras ce que tu veux.
– Garde tous tes biens, seigneur, répondit l’adolescent, ton amour seul me suffit. D’ailleurs il n’est pas juste de recevoir, il vaut mieux donner : tu possèdes en effet en ton armée une source de dépenses inimaginables. Je prie et supplie le pouvoir de ta gloire d’aimer ses sujets, d’avoir pitié des pauvres, de protéger les opprimés contre leurs agresseurs, d’accorder son pardon à ceux qui pèchent involontairement, de ne pas prêter attention aux calomnies, de ne pas accepter l’injustice, de disperser les hérétiques, d’affermir les orthodoxes. Telles sont, seigneur, les armes de la justice, grâce auxquelles tu pourras l’emporter sur tous tes ennemis. Car il n’appartient pas à la force de gouverner et de régner, c’est le présent exclusif de Dieu et de la droite du Très Haut. Quant à moi, dans ma grande médiocrité, voici ce que j’offre à ton pouvoir : le tribut que tu versas un certain temps à Ikonion, tu en recevras la contrepartie des habitants de cette ville, quoiqu’ils en aient, et je te délivrerai de ce souci, seigneur, aussi longtemps que mon âme n’aura pas quitté son enveloppe charnelle. L’empereur se réjouit de ces paroles et dit :
– Admirable, excellent jeune homme, ma majesté te déclare patrice et te fait présent de tous les domaines confisqués à ton grand-père. Je t’accorde aussi le droit de gouverner les frontières. Je confirmerai et validerai ces dons sous forme de chrysobulle, et je te fournirai des vêtements royaux de grand prix32.

35La dernière phrase est particulièrement éclairante, puisqu’il y est suggéré une sorte d’accord entre l’akrite et le souverain, plaçant les deux partenaires sur un pied de quasi-égalité.

Le facteur religieux

36Les régions frontières étaient souvent peuplées d’hérétiques, du moins en Orient car, en Occident, coexistaient en Italie l’Église latine et l’Église grecque, qui, opposées sur les rites, ne s’accusaient pas d’hérésie, même après le schisme de 1054.

37Les principes de la politique religieuse des empereurs sont assez figés : ils acceptent de fait l’existence des communautés non orthodoxes et, à l’occasion, y puisent des serviteurs, tout en favorisant le clergé chalcédonien, dès qu’ils le peuvent. C’était le cas aux VIe et VIIe siècles en Syrie et en Palestine, où il semble bien qu’avant la conquête arabe, l’Église chalcédonienne – systématiquement appuyée par les empereurs depuis que Justinien, devenu veuf, avait cessé d’être influencé par son épouse Théodora, favorable aux monophysites –, marquait des points sur ses rivales monophysites et, si les Perses, puis les Arabes n’avaient pas soustrait ces provinces à l’autorité impériale, il est possible que les chalcédoniens l’aient emporté à terme.

  • 33 G. Dagron, « Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du Xe et au XIe si (...)

38G. Dagron, dans son article sur l’immigration syrienne, a montré de manière convaincante l’évolution de la stratégie impériale pour cette région au cours des Xe-XIe siècles33. Dans un premier temps, après la reconquête, Nicéphore Phocas s’était efforcé d’inciter les chrétiens monophysites à s’établir dans les territoires repris aux Arabes, car les nouvelles provinces s’étaient vidées de la majeure partie de leurs habitants musulmans, qui par la mort, la captivité, ou la fuite. Pour remédier à cette perte, la population des vieux thèmes d’Anatolie n’était pas si abondante qu’elle ait pu fournir les effectifs souhaités. C’est pourquoi Nicéphore fit venir des monophysites encore sous la domination musulmane. Lui-même et ses successeurs laissèrent l’Église jacobite fonder de nouveaux évêchés pour les fidèles qui avaient émigré dans le duché d’Antioche ou la Cilicie voisine, liberté qu’illustrent la création de nouveaux évêchés et une floraison monastique remarquable. Basile II se comporta de la même façon à l’égard des Arméniens, dont il voulait absorber des provinces et reçut ainsi, en legs, le royaume du Vaspourakan.

  • 34 Chronique de Michel le Syrien, Patriarche Jacobite d’Antioche (1166-1199), éd. J.-B. Chabot, Paris (...)

39À partir de Romain III Argyros, les empereurs, plus assurés de leur domination sur ces régions ou encore soucieux d’affirmer leur orthodoxie à Constantinople où leur pouvoir pouvait être fragile, reprirent l’attitude traditionnelle de leurs lointains prédécesseurs, qui souhaitaient faire de l’Empire un ensemble homogène, par l’hellénisation et la réduction des dissidences religieuses. C’est ainsi qu’en Orient les jacobites furent inquiétés. Parfois il s’agissait d’une initiative locale : un métropolite de Mélitène combattit avec passion les monophysites de sa circonscription, mais il n’obtint même pas le soutien des autorités civiles34. En réalité, les rapports ne furent qu’assez brièvement conflictuels et, en cas de besoin, les empereurs firent appel à des chefs arméniens, attachés à leur religion nationale, pour sauver les provinces.

  • 35 N. Garsoïan, n. 19, p. 116-118.

40La carrière de l’ancien roi d’Ani, Gagik II, est à cet égard caractéristique. C’est bien à contrecœur qu’il avait quitté son pays pour vivre en Cappadoce, mais il obtint finalement des dignités et même un poste de stratège de thème, sans doute dans les années 1070. Les empereurs s’efforcèrent clairement de le rallier à la cause de l’Empire. Selon Matthieu d’Édesse en effet, Gagik était toujours regardé, même après la perte de son royaume, comme le chef de la communauté arménienne en exil et il conservait la prééminence sur les autres princes, notamment les descendants du roi du Vaspourakan, qui se refusaient à agir sans l’avis de Gagik. Dès lors, s’assurer la fidélité de Gagik, c’était entraîner la communauté arménienne derrière soi, quelque divisée qu’elle fût par ailleurs35.

41Il est vrai qu’en règle générale, Byzance favorisa ceux qui partageaient la foi de Constantinople, les chrétiens chalcédoniens. Si un jeune étranger aspirait à une brillante carrière, il valait mieux pour lui adopter le chalcédonisme. Toutefois, ce serait une erreur de croire que cette règle fut toujours strictement appliquée. Si le besoin s’en faisait sentir, nous l’avons vu, les chrétiens non chalcédoniens obtenaient de hautes charges militaires. Ajoutons qu’à l’égard des Latins, le schisme de 1054 n’a eu strictement aucune conséquence. Jamais les grands commandements ne leur manquèrent et ils obtinrent, pour les plus valeureux, la main de princesses impériales. Ne pas être chrétien, et choisir de rester païen ou bien adepte de la foi musulmane, n’interdisait pas d’accéder au service de l’empereur.

Conclusion

42Byzance finalement, héritant tout en les adaptant des traditions romaines, a contrôlé les provinces frontalières de la même façon que le reste du territoire impérial par l’intermédiaire des élites locales, puisqu’un gouvernement direct, relayé seulement par des fonctionnaires venus de la capitale, était inconcevable dans un si vaste État. Les souverains qui, pour cette raison, offraient aux grandes familles des postes et des dignités, favorisaient de même certains représentants des élites ethniques, tant à l’intérieur de l’Empire qu’à l’extérieur.

43Le bilan de cette politique fut positif jusqu’au dernier quart du XIIe siècle, puisque Manuel Comnène était encore capable de se créer une vaste clientèle en Italie et en Orient. Il peut même se vanter de contrôler à nouveau l’Anatolie, puisque, par un mélange de séduction et de pression militaire, il a su inciter le sultan seldjoukide, l’émir danishmendide, mais aussi les princes arméniens à se reconnaître comme ses douloi. Profonde illusion, que la campagne de Myrioképhalon se chargea de dissiper. La pire conséquence de cette bataille n’est pas d’ordre militaire, car elle fut coûteuse pour les deux camps, mais se situe sur un plan psychologique, car elle a, à terme, ruiné l’attraction exercée par Constantinople sur les confins de l’Empire. Ainsi, la Petite Arménie, revendiquée par Byzance, fut en fait largement contrôlée par les Roupénides, sauf la plaine de Cilicie, tenue le plus souvent par des garnisons byzantines. Les Comnène alternèrent une politique répressive et des efforts pour séduire les Roupénides par l’attribution de hautes dignités, celle de sébaste en particulier, qui les faisaient entrer dans la famille impériale virtuelle. Or à peine Manuel Comnène décédé, la Petite Arménie prit sa complète indépendance en quelques années, sans même que Byzance ait combattu, et sous les Ange, Léon d’Arménie, cherchant une couronne, se la fit attribuer par l’empereur germanique, même si Alexis III par intelligence diplomatique s’associa à l’élévation de la petite Arménie au rang de royaume, en envoyant aussi une couronne.

44Le bon contrôle des marges a déterminé l’attractivité de l’Empire et partant sa prospérité politique. En dépit des coups subis au VIIe siècle, l’Empire redevint assez vite capable d’attirer dans son camp de nombreux chefs étrangers qui souhaitèrent appartenir au groupe des alliés de l’empereur, voire entrer à son service et devenir leurs sujets comme les Byzantins de souche. Ce ralliement de nombreux nobles arméniens et archontes slaves a contribué au moins autant que les victoires militaires à l’expansion de l’Empire aux Xe-XIe siècles, car le mouvement s’est accéléré lorsque l’adversaire traditionnel, le califat abbasside, s’est lui-même affaibli et a donc perdu son propre pouvoir de séduction.

45À l’inverse lorsque, en Italie, la croissance économique a enrichi les villes marchandes, les avantages économiques et les valeurs symboliques qu’offrait Byzance ont moins attiré de clients dès la fin du XIIe siècle, compromettant toute la politique occidentale des Comnène et des Ange. Mais l’échec fut le plus patent à l’égard des Turcs de la seconde vague d’invasion. Alors que des chefs arabes avaient été nombreux à accepter et même rechercher les subsides et les titres impériaux, sans qu’ait été exigée de leur part une conversion au christianisme, Byzance fut incapable d’obtenir les mêmes succès auprès des émirs turcs.

Notes

1 Ce texte complète un article sur le pouvoir impérial : J.-Cl. Cheynet, « Les limites du pouvoir à Byzance : une forme de tolérance ? » dans Toleration and Repression in the Middle Ages, éd. K. Nikolaou, Athènes, 2002, p. 15-28.

2 Sur les élites municipales, voir en dernier lieu, A. Laniado, Recherches sur les notables municipaux dans l’Empire protobyzantin, Paris, 2002.

3 Sur l’émergence des nouvelles élites à partir de l’époque iconoclaste, cf. entre autres, T. Lounghis, « Some Gaps in a Social Evolution Theory as Research Directions », dans The Dark Centuries of Byzantium (7 th-9 th c.), éd. El. Kountoura-Galakè, Athènes, 2001, p. 411-420 ; J.-Cl. Cheynet, « L’aristocratie byzantine (VIIIe-XIIIe siècle) », Journal des Savants, juillet-décembre 2000, p. 281-322.

4 Cecaumeno, Raccomandazioni e consigli di un galantuomo, éd. Maria Dora Spadaro, Alexandria, 1998, p. 84-86. L’édition comporte une traduction italienne. Pour l’analyse historique de ce texte, on peut toujours se référer à P. Lemerle, Prolégomènes à une édition critique et commentée des « Conseils et Récits » de Kékauménos, Mémoires, Classe des Lettres, Bruxelles II, série 54, 1960, fasc. I.

5 Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum, éd. I. Thurn, CFHB V, Series Berolinensis, Berlin -New York, 1973, p. 412 ; Jean Skylitzès, Empereurs de Constantinople, trad. B. Flusin et annot. J.-Cl. Cheynet, Paris, 2003, trad. p. 340-341 : « L’empereur Basile en effet, lorsqu’il eut soumis la Bulgarie, ne voulut en rien innover ni changer les choses, mais souhaita qu’elles restassent en l’état et fussent menées à peu près comme Samuel l’avait fixé : chaque Bulgare qui avait une paire de bœufs donnerait à l’État un boisseau de blé, un de millet, et une cruche de vin. Mais l’Orphanotrophe, au lieu d’un paiement en nature, décréta qu’on donnerait des espèces. Les gens du pays, indisposés par cette mesure qu’ils eurent du mal à supporter, trouvant dans l’apparition de Déléanos l’occasion favorable, rejetèrent la domination romaine et revinrent à leurs anciennes coutumes ».

6 Constantine Porphyrogenitus, De administrando imperio, éd. G. Moravcsik, traduction anglaise par R. H. J. Jenkins, Washington DC, 19672 [désormais DAI].

7 La traduction française d’un des manuscrits avec un commentaire très utile a été donnée par C. Jouanno, Digénis Akritas, le héros des frontières. Une épopée byzantine, Turnhout, 1998.

8 Aujourd’hui, l’Europe donne un exemple contraire puisque les frontières entre États membres sont de plus en plus invisibles, mais restent d’autant plus identifiables à l’égard des États non-membres.

9 Lorsque les ethnikoi sont critiqués, ils deviennent des barbares.

10 L’ami (philos) était une catégorie reconnue par la diplomatie byzantine, qui impliquait de la part du philos une soumission aux ordres impériaux sans que son pays fût considéré comme partie intégrante de l’Empire. Pour une vue générale sur la diplomatie byzantine et ses méthodes, voir en dernier lieu, Byzantine Diplomacy : Papers from the Twenty-fourth Spring Symposium of Byzantine Studies, Cambridge, March 1990, éd. Jonathan Shepard et Simon Franklin, Aldershot, 1992.

11 El. Jeffreys, « Akritis and Outsiders », dans Strangers to Themselves: The Byzantine Outsider, éd. D. C. Smythe, Brighton, 1998, p. 189-202.

12 Sur les taktika médiévaux, cf. N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles. Introduction, texte, traduction et commentaire, Paris, 1972.

13 W. Treadgold, Byzantium and its Army, 284-1081, Stanford CA, 1995, p. 285.

14 C. Holmes, « Frontière “How the east was won” in the reign of Basil II », dans Eastern approaches to Byzantium, Papers from the thirty-third Spring Symposium of Byzantine Studies, University of Warwick, Coventry, March 1999, éd. by A. Eastmond, Aldershot, 2001, p. 41-56.

15 Nicetae Choniatae Historia, éd. I. A. Van Dieten, (CFHB IX, Series Berolinensis), Berlin -New York, 1975, p. 394. Peu importe que l’accusation soit forcée puisque quelques pages auparavant le même historien avait mentionné des garnisons laissées par Isaac (p. 373).

16 J.-Cl. Cheynet, C. Morrisson, W. Seibt, Les sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig, Paris, 1991, n° 395.

17 J.-P. Mahé, « Ani sous Constantin X, d’après une inscription de 1060 », Mélanges G. Dagron, Travaux et Mémoires 14, Paris, 2002, p. 403-414. Selon ce texte, le catépan d’Orient, Bagrat Vxkac’i, (un Géorgien, donc chalcédonien) accorde un allègement fiscal aux habitants d’Ani, et révèle à cette occasion le nom des chefs militaires chargés des trois arrondissements de la ville : l’hypatos Mxit’ar, le spatharocandidat Grégoire et le spatharocandidat Sargis.

18 Cf. toutes les publications d’A. Guillou, notamment Le brébion de la métropole byzantine de Règion (vers 1050), Corpus des actes grecs de l’Italie du Sud et de Sicile. Recherches d’histoire et de géographie 4, Città del Vaticano, 1974.

19 Sur la place des Arméniens dans l’Empire, voir en dernier lieu, N. Garsoïan, « The Problem of Armenian Integration into the Byzantine Empire », dans Studies on the Internal Diaspora of the Byzantine Empire, éd. H. Ahrweiler et A. Laiou, Washington DC, 1998, p. 53-124, et la monumentale thèse de G. Dédéyan, Les Arméniens entre Grecs, Musulmans et Croisés. Étude sur les pouvoirs arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen (1068-1150), 2 vol., Lisbonne, 2003.

20 « Alors que deux choses assurent la suprématie de l’empire romain, je veux dire les dignités et les richesses, auxquelles il s’en ajoute une troisième en dehors d’elles, le contrôle prudent qu’on y apporte et l’utilisation de la reflexion dans les distributions… (M. Psellos, Chronographie, éd. Renauld, Paris, 1967, 2e éd., t. I, p. 132).

21 Au XIe siècle, le protospathaire, situé à une place moyenne dans la hiérarchie, recevait une livre d’or.

22 M. MC Cormick, « The Imperial Edge: Italo-Byzantine Identity, Movement and Integration », a. d. 650-950, dans Studies on the Internal Diaspora (comme n. 19), p. 17-52.

23 Le meilleur exemple est donné par des actes du début du XIIe siècle, Archives de l’Athos XIII, Actes de Docheiariou, éd. N. Oikonomidès, Paris, 1984, nos 3 et 4.

24 Les princes ibères en furent les principaux, mais pas les uniques bénéficiaires, cf. B. Martin-Hisard, « Constantinople et les archontes du monde caucasien dans le Livre des Cérémonies », II, 48, TM 13, 2000, p. 437-444.

25 G. G. Litavrin, Sovety i rasskazy Kekavmena (Cecaumeni consilia et narrationes), Moscou 1972, p. 278. Parmi les exemples que donne Kékauménos de la parcimonie impériale, le plus éloquent se rapporte à Sénachérim, « descendant de basileus », que Basile honora seulement de la dignité de magistre en échange de l’abandon de sa principauté à l’Empire (1022).

26 Nicetae Choniatae Historia, éd. I. A. Van Dieten (comme n. 15), p. 204-205. L’historien désapprouve la prétendue préférence de Manuel Comnène pour les étrangers et sa libéralité à leur égard. Il le blâme aussi de couvrir d’or des demi-barbares incompétents dans le maniement des armes (ibid., p. 209).

27 G. Ravegnani, « Dignità bizantine dei dogi di Venezia », dans Studi Veneti Offerti a Gaetano Cozzi, Venise 1992, p. 19-29.

28 P. Gautier, « Un chrysobulle de confirmation rédigé par Michel Psellos », REB XXXIV, 1976, p. 79-99.

29 Katakalôn Kékauménos, un parent de l’auteur des Conseils et récits, se plaint de ne plus recevoir la roga de curopalate (Michaelis Pselli scripta minora magnam partem adhuc inedita II, Milan, éd. E. Kurtz, F. Drexl, 1941, p. 91-92).

30 DAI (n. 6), § 43, p. 188-194.

31 G. G. Litavrin, Sovety i rasskazy Kekavmena (n. 25), p. 300-302.

32 Digénis Akritas, trad. C. Jouanno (n. 7), p. 252-253.

33 G. Dagron, « Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du Xe et au XIe siècle : L’immigration syrienne », TM 6, 1976, p. 177-216.

34 Chronique de Michel le Syrien, Patriarche Jacobite d’Antioche (1166-1199), éd. J.-B. Chabot, Paris, 1905-1910, réimp. Bruxelles, 1963, t. III, p. 140.

35 N. Garsoïan, n. 19, p. 116-118.

Auteur

Université de Paris IV

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540